LECTURE CRITIQUE. De la diversification des usages sociaux des TIC considérée comme effet et cause d inégalités sociales 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LECTURE CRITIQUE. De la diversification des usages sociaux des TIC considérée comme effet et cause d inégalités sociales 1"

Transcription

1 LECTURE CRITIQUE De la diversification des usages sociaux des TIC considérée comme effet et cause d inégalités sociales 1 Fabien Granjon, Benoit Lelong et Jean-Luc Metzger (ed.) Inégalités numériques. Clivages sociaux et mode d appropriation des TIC Hermès Lavoisier, Paris, 2009 Voici un ouvrage qui ne traite pas de formation à distance et qui ne consacre que trois des ses chapitres à des questions qui touchent à l éducation et aux pratiques scolaires. Et pourtant, il serait dommage de ne pas le signaler à nos lecteurs et de ne pas en parler. L analyse des inégalités numériques et de leur articulation aux inégalités sociales nous intéresse en effet au plus haut point dans la mesure où la formation à distance repose de plus en plus sur l utilisation de dispositifs numériques. Le lecteur trouvera certainement dans cet ouvrage de quoi nourrir sa réflexion et ses analyses. Les auteurs de cet ouvrage collectif se proposent de comprendre et d analyser le lien «encore mal connu» (p. 13) entre les inégalités sociales et les inégalités numériques. L originalité réside dans leur approche : il s agit de répondre à cette question à partir de plusieurs enquêtes de terrain et de données empiriques. Les auteurs cherchent à se démarquer des deux postures idéologiques classiques soit de «déploration» (ibidem) (l utilisation des TIC renforce les inégalités sociales et la fracture, le fossé numérique) soit d optimisme technocentré (les TIC ont bien évidemment des effets socialement émancipateurs). Du point de vue méthodologique, les auteurs proposent des approches complémentaires renvoyant «dos à dos surplomb objectiviste et phénoménologie constructiviste, pour mieux souligner la dialectique entre les conduites microsociales et les orientations macrosociales, les expériences personnelles et les structures collectives (la classe, le groupe affinitaire, les institutions, etc.).» (p. 14). A côté des analyses des données quantitatives, des observations de terrain et des entretiens, le parcours biographique constitue un élément central dans ce travail de compréhension des inégalités, dans la mesure où les usages et l appropriation des TIC sont «largement structurés par les évolutions biographiques, notamment par le parcours scolaire et professionnel.» (Ibidem). Dans l introduction, les éditeurs s appliquent à définir les inégalités sociales en termes d une «différence notoire dans la distribution des ressources, dont certains individus ou groupes sociaux subissent directement les conséquences négatives. 1. Merci à Claire Peltier pour sa relecture attentive.

2 644 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 Cette différence est socialement produite et exercée.» (p. 16). Ils rappellent ensuite, de façon succincte mais incontestable, l existence des inégalités dans la société française et particulièrement dans son système éducatif : accessibilité aux études supérieures, évolution de carrière, etc. Qu en est-il alors des inégalités numériques? Pour eux, comme pour tous les contributeurs, elles ne sont pas réductibles à quelques indicateurs assez classiques d équipement, d accessibilité, de fréquence d utilisation ou même du type d usages. Les inégalités se présentent, en effet, comme des réalités bien plus complexes : «elles se manifestent d abord sous la diversité des pratiques résultant d une déclinaison des inégalités sociales. Elles s expriment avec la force de l évidence dans le non-usage ou dans une pratique relativement «indigente» (par exemple un usage exclusif et peu développé du web à l exclusion des autres fonctionnalités), elles ne sauraient toutefois se résumer aux phénomènes d «e-exclusion», qui ne sont que les formes les plus radicales d inégalités numériques. [ ] Car les inégalités numériques relèvent également de régimes d appropriation et d usages imposés (notamment dans un cadre professionnel) qui sont des traductions pratiques de rapports sociaux inégalitaires. Elles se nichent aussi dans la sphère domestique, de manière moins éloquente mais tout aussi opérante, dans des modalités différenciées d appropriation et d usages des TIC, produites soit par des déficits de capitaux ou de compétences, soit par des capacités et des sens pratiques (manières d être et de faire) qui sont les produits intériorisés de formes de domination sociales.» (p. 21). Les notions de capital symbolique et de capital incorporé (Bourdieu) ainsi que celle de classes populaires précisément définies dans le chapitre 1 occupent une position centrale dans cette démarche. C est à la compréhension et à l analyse de tels processus liés à l utilisation de l ordinateur et d internet, ainsi que de dispositifs de téléphonie mobile, à travers l observation de «terrains contrastés», que se livrent les auteurs. Le premier chapitre rédigé par F. Granjon, «PC et Internet dans les classes populaires : inégalités numériques et rapports sociaux de classe, de sexe et d âge» pose tout d abord la question de la définition des classes sociales aujourd hui et plus spécifiquement de celle des classes populaires. L auteur définit ce que sont aujourd hui les classes populaires et leurs fractions selon qu elles soient diplômées (FD, fractions diplômées) ou non (FND, fractions non diplômées) d une part, identifié comme autres facteurs discriminants le sexe et l âge d autre part. C est donc aux rapports de classe, de sexe et d âge qu il s intéresse prioritairement pour comprendre les usages d internet et de l informatique que développent les classes populaires. Pourtant, il montre de façon fine que les comportements individuels ne peuvent s inscrire dans des comportements et une culture de classe, donc dans un habitus homogène et unique. Tout au contraire les «agents-utilisateurs» se différencient par un investissement, des pratiques et des possibilités d initiatives qui dépendent autant de leur appartenance à un groupe social qu à leur parcours biographique, à leur expérience de vie personnelle (dans laquelle le parcours de formation joue un rôle important) autant que professionnelle (statut de précarité ou d exclusion, carrière professionnelle descendante, etc.). Par exemple, les parents des FND considèrent internet et l informatique comme un moyen d accès à des savoirs

3 Lecture critique 645 ou à des connaissances tandis que ceux des FD y voient un moyen d accéder à des compétences indispensables à leur insertion professionnelle. Le comportement de jeunes de 12 à 25 ans dans les classes populaires se caractérise par un usage de l informatique et d internet au regard notamment de la place qu occupe la musique dans leurs usages - plus considérable, tant en fréquence qu en durée. Ce surplus de consommation viendrait pallier un manque de pratiques culturelles et relationnelles en présentiel sans doute trop coûteuses. Citons un dernier exemple qui met en évidence l influence du facteur genre. Les femmes des classes populaires mais plus encore celles des FND ont tendance à considérer l ordinateur et ses périphériques pour leur valeur utilitaire : ceux-ci doivent servir directement au couple et à la famille. Pour les hommes par contre, il s agit d une sorte de «récréation de soi» (p. 51), de la possibilité de se donner «un espace privé, de fuite, de repli, de retrait ou de solitude» (ibidem). Sur la base d études empiriques longitudinales (traitement statistiques de données recueillies par questionnaires, observations des comportements et des usages informationnels, entretiens, données de trafic, etc.), l auteur montre donc clairement que les agents utilisateurs ne développent pas les mêmes usages pas plus qu ils ne consomment les mêmes produits numériques que ceux des catégories sociales non populaires. Enfin, au sein des FD des classes populaires, les pratiques et les usages tendent à ressembler à ceux des classes non populaires sans pour autant effacer les barrières et les formes de sélection au niveau de certains contenus, de certaines informations. Les pratiques des FD apparaissent plus comme une réponse à des inégalités subies, leur expérience de vie leur permettant de les atténuer partiellement, que comme des compétences et des dispositions acquises au cours de leur parcours de formation. Par contre, pour les FND, moins bien dotées en capital, notamment culturel, les inégalités sociales constituent «la source d inégalités numériques qui les tiennent encore un peu plus à l écart d une société socialement inique» (p. 60). Le deuxième chapitre «L inégale distribution des usages des TIC dans les réseaux personnels : le cas des jeunes entrant dans la vie adulte» est rédigé par Bertrand Fribourg. La question que pose l auteur est «celle du poids des parcours biographiques et du cycle de vie dans les logiques d équipement, et des pratiques relationnelles équipées.» (p. 64). La recherche prend comme point de départ les analyses qui montrent que les réseaux sociaux et la sociabilité évoluent avec les âges de la vie : se succèdent des réseaux d amis, de relations professionnelles puis, finalement, familiales. Mais l intérêt de la recherche est de tenter d expliquer quelles sont les dynamiques d évolution des réseaux relationnels aux différents moments de la vie sociale identifiés par l auteur comme des «seuils biographiques» (p. 66). Dans cette perspective, l intégration professionnelle et l insertion conjugale des jeunes adultes constituent un moment d observation privilégié. Pour comprendre la diversité de ces trajectoires, l auteur a mené une recherche longitudinale portant sur une soixantaine de jeunes issus de trois filières de formation différentes, dans la région de Caen, interrogés en 1999, 2001 et 2004.

4 646 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 L étude propose une typologie «des trajectoires sociales d équipement» des jeunes du panel doublées de «trajectoires sociales d usage» (p. 70 et suivantes) structurées autour de deux axes bi-polarisés : célibat vs couple d une part, intégration professionnelle linéaire vs intégration professionnelle aléatoire d autre part. Quatre catégories se distinguent alors : les femmes au foyer, les trimardeurs, les jeunes installés, les étudiants. L auteur montre qu au sein «d une même catégorie statistique s affirment des divergences considérables dans les rapports aux TIC, avec une tendance au renforcement des handicaps sociaux.» (p. 24). Par exemple la précarité professionnelle et le célibat déterminent un investissement prioritaire des jeunes hommes dans les technologies mobiles (accordant la priorité à une communication asynchrone liée à l absence de vie conjugale et à une insertion professionnelle précaire, à leur mode de vie nomade de trimardeur), alors que ceux qui vivent en couple privilégient les technologies fixes «à domicile». D ailleurs, les trimardeurs alignent leur comportement sur celui des jeunes installés au fur et à mesure du processus de leur professionnalisation : mise en couple et extension progressif à un équipement fixe comportant un accès à internet (p. 75). Un autre cas intéressant est celui des femmes au foyer, d origine modeste, peu diplômées, mariées et mères de famille précocement. Vu la forte sexuation de leurs rapports conjugaux (l homme travaille et entretient le ménage), elles sont progressivement coupées du marché du travail et, pour la plupart, elles sont professionnellement inactives. Leur investissement d équipement se limite exclusivement à la téléphonie fixe. Leur réseau de sociabilité se réduit progressivement : leur usage du fixe consiste en une «une téléphonie amicale et exclusivement locale de plus en plus sélective vers d autres femmes de conditions comparables», une sorte «d entre-soi» (p. 74). Cet usage de la téléphonie fixe constitue le moyen de conserver le contact avec l extérieur d autant que leur situation sociale paraît particulièrement vulnérable et contradictoire : leur investissement principal dans la gestion de leur foyer constitue certes une légitimité sociale mais en même temps leur isolement constitue une perte progressive d affiliation et, en conséquence, un risque de déqualification. Didier Le Gall et Charlotte Le Van, dans le troisième chapitre «S équiper à domicile. Micro-informatique domestique et clivages sociaux» comparent les modalités d acquisition de l équipement informatique au sein de couples appartenant aux couches populaires et supérieures. Le taux d équipement des ménages est très différent selon le niveau de diplôme et, pour les personnes qui sont actives, les catégories socioprofessionnelles. Enfin, la démocratisation et la diffusion récente de la micro-informatique - les chiffres montrent que l écart diminue progressivement -, se sont cependant effectuées à un rythme différent selon les couches sociales. Au départ de cette recherche se trouve l observation de Frydel (2005 cité p. 89) selon laquelle de plus en plus de ménages les moins dotés économiquement s équipent à domicile et développent des pratiques domestiques de l informatique alors que, dans la plupart des cas, ils n en n ont pas ou peu d usage dans leur milieu professionnel. Les auteurs, à travers leurs observations et des entretiens, identifient deux logiques d achat distinctes. Dans les couches supérieures, acheter un micro-ordinateur et se

5 Lecture critique 647 connecter à internet apparaît comme la conséquence de l usage professionnel de l informatique qui «suppose/impose d être équipé à titre privé» (p. 94). En conséquence, on observe une perméabilité grandissante des temps sociaux, entre ceux consacrés aux loisirs et à la vie privée et ceux qui sont consacrés à l activité professionnelle. Quant aux couches populaires, elles s équipent «pour être comme tout le monde», les TIC étant par ailleurs perçues comme un «vecteur d égalité» (p. 99), comme un moyen de rompre leur isolement culturel et social. S équiper d un ordinateur et d une connexion internet relève ici d une logique consumériste, comme cela a été le cas des anciennes technologies et notamment de la télévision. Même si la baisse des prix du matériel et des abonnements internet a joué un rôle important dans la capacité d équipement, les milieux populaires doivent, pour s équiper, reconsidérer les priorités de leur budget et leurs stratégies d achat sont donc adaptées à la faiblesse de leurs moyens financiers : ils se renseignent, comparent les offres et souvent bricolent leur ordinateur pour l améliorer et le maintenir à niveau. Aussi connaissentils bien mieux les composantes de leur ordinateur que les couches supérieures, moins contraintes financièrement. Pourtant, les comportements d achat n apparaissent pas aussi tranchés ou déterminés car de nombreux facteurs peuvent interférer et nuancer les relations entre technologies et clivages sociaux. Les auteurs le montrent à partir de l analyse détaillée de quatre exemples particuliers que nous ne détaillerons pas ici : le rôle des enfants, les réticences idéologiques des intellectuels, la passion des hommes des milieux populaires, les «bidouilleurs», pour les technologies et enfin, l importance de certaines étapes du cycle de vie. Le chapitre se conclut par une interrogation sur le terme d «inégalité numérique» qui relèverait, selon les auteurs, d un point de vue sociocentré et normatif dans la mesure où les usages des milieux favorisés serviraient de référence à toute analyse comparative. Ne faudrait-il pas alors considérer les inégalités comme des différences, comme des «révélateurs de goûts, des attentes, des normes et des valeurs socialement façonnées et préconstitués au sein de deux univers contrastés»? (p. 115). Dans le chapitre suivant, «Entraide technique et conjugalité : les compétences informatiques au carrefour des relations conjugales et professionnelles», Laurence Le Douarin et Benoît Lelong analysent les relations d entraide que développent des femmes, cadres et secrétaires, dans le cadre de leurs pratiques informatiques en milieu professionnel. Plus spécifiquement, c est le rôle et la place du conjoint dans un contexte de «dépannage» qui sont l objet central de l étude : l époux est-il sollicité lors d incidents survenus au bureau et, le cas échéant, pour quels motifs? Comment est vécue cette aide extérieure? Est-elle compatible avec la position et l identité professionnelles de la femme au travail? Quelle est l influence de la symétrie ou de l asymétrie des postures sexuelles et sociales dans les comportements vécus et déclarés par ces femmes? Sur la base d une enquête qualitative, les auteurs identifient plusieurs configurations possibles : la dissimulation de l aide conjugale, l aide conjugale

6 648 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 publiquement déclarée, le rejet de toute aide conjugale. Dans le premier cas, il s agit surtout de femmes des couches populaires qui recourent à l aide de leur époux sur leur lieu de travail, mais elles ne peuvent, pour conserver leur image, leur position et leur identité, monter leurs difficultés qui passeraient sans doute pour des défaillances. Préserver leur «face» constitue leur préoccupation essentielle. La deuxième configuration regroupe des situations dans lesquelles les relations s avèrent symétriques tant entre les conjoints qu entre les collègues. Lorsque les époux sont «bien intégrés dans les mondes sociaux de l informatique» (p. 124), l aide réciproque constitue la base de cette relation largement apparentée au fondement des communautés de pratique. Dans d autres situations, les compétences sont plutôt inégalement distribuées et celles du conjoint permettent à l épouse d acquérir l expertise qui lui fait défaut : au travail ces femmes secrétaires ne perçoivent nullement l aide externe comme une menace. Tout au contraire, elles deviennent «un expert par procuration» (p. 125) et «acquièrent la légitimité d un relais de solidarité informatique essentiel au bon fonctionnement de leur univers professionnel» (ibidem). Enfin dans la dernière configuration, plusieurs cas peuvent être observés : des secrétaires, issues en général de milieux économiquement bien dotés, développent des compétences informatiques distinctes de celles de leur conjoint et constituent donc leur propre domaine de compétences, estimant que leur autonomie fait partie de leur réalisation de soi ; des femmes cadres, diplômées des grandes écoles, ayant forgé leurs compétences tout au long de leur parcours de formation et qui préservent leur identité professionnelle à travers leur autonomie ; d autres encore privilégient l aide informatique au sein de la sphère privée ou s appuient au travail sur un «collègue-informel». Du point de vue des rapports conjugaux, il semble bien que les différences de compétences informatiques, autant que l écart de catégories socioprofessionnelles entre les conjoints, conditionnent le choix de solliciter l aide du conjoint sur le lieu du travail, que cette aide soit masquée ou tout au contraire affichée. Dans les situations d hétérogamie conjugale étudiées, les configurations proposées paraissent structurées d abord par des critères de sexualisation, ensuite par des distinctions socioprofessionnelles. Par contre dans les situations d homogamie conjugale, on observerait plutôt des comportements associatifs basés sur une large autonomie des conjoints ainsi que sur une répartition plus égalitaire du pouvoir entre ceux-ci. Enfin, sur la base de l analyse des trajectoires professionnelles des personnes interrogées, il semblerait que la difficulté à résoudre les problèmes informatiques sur le lieu du travail et à se dégager de tout lien de dépendance par rapport aux collègues constitue une base sur laquelle pourrait se construire à terme une disqualification. Reflet d inégalités sociales et de parcours biographiques différents, les inégalités numériques pourraient en conséquence générer de nouvelles inégalités sociales. Le chapitre 5, «La fracture numérique passe-t-elle par le travail?» cherche à comprendre, dans le cadre des situations de travail, les rapports entre les inégalités sociales et numériques. Gérard Valenduc, fonde sa contribution sur des données statistiques disponibles essentiellement pour la France et la Belgique (Eurostat ainsi

7 Lecture critique 649 que les agences officielles wallonne et flamande) d une part, sur la littérature existante relative à la fracture numérique, aux compétences numériques, aux inégalités dans les situations de travail d autre part et, enfin, aux modèles de diffusion de l innovation. L auteur montre, à l aide des données existantes, que le secteur professionnel et, en conséquence, la nature de l emploi constituent une cause d écarts importants dans l accès à l informatique ainsi que dans les usages d internet. Ensuite, «moins de la moitié des salariés dans la plupart des secteurs à l exception des services aux entreprises et des services culturels et de loisirs» (p. 142) aurait accès à internet et développerait des usages en situation de travail. Aussi, l accès à internet et ses usages professionnels apparaissent-ils étonnamment moins fréquents que les usages privés et domestiques. Par ailleurs des études belges plus ciblées montrent que l exclusion du travail ou la marginalisation dans le travail créent ou renforcent encore l inégalité numérique. Enfin, toujours sur la base d une enquête fédérale belge, l auteur identifie les principaux risques d inégalités liés à la situation de travail : être sans travail (chômeur, inactif, retraité), posséder un faible niveau d instruction, exercer un métier manuel peu qualifié. Au regard de la fracture numérique «au premier degré» (l accès aux technologies et à internet), être coupé du marché du travail constitue un facteur de risque alors qu exercer un métier intellectuel, être indépendant ou travailler dans le secteur des services constituent des facteurs favorables. Cependant, la fracture numérique ne se mesure pas au nombre de personnes disposant d un accès à internet, mais bien «aux effets simultanés de la connexion des uns et de la non connexion des autres» (p. 144). Pour l auteur, il faut rendre compte de la fracture au second degré, autrement dit des «inégalités sociales qui peuvent résulter de la différenciation des usages des TIC, particulièrement internet, une fois que la barrière de l accès est franchie» (p. 145). Comme le modèle de diffusion de l innovation (Rogers, 1995), celui de l appropriation des TIC (Van Dijk, 2005) permet de mieux comprendre les inégalités numériques. Le lien entre ces deux modèles réside dans l importance accordée aux ressources que doit mobiliser l utilisateur : cognitives, matérielles et sociales dans le premier cas, instrumentales, informationnelles et stratégiques dans le second. Or selon Van Dijk, l incapacité à mobiliser les ressources adéquates constitueraient un facteur d inégalités plus important que les facteurs sociodémographiques classiques. De plus, la construction des compétences ainsi que l évolution des technologies possèdent des rythmes très différents voire peu compatibles 2. Enfin, à travers les recherches et la littérature, l auteur montre le rapport entre les contenus, les caractéristiques des métiers et l usage des TIC dans ces métiers. Cinq catégories sont ainsi identifiées selon la place qu y occupent les TIC, depuis les métiers directement liés aux technologies, «les professionnels des TIC», à ceux qui ne les 2. Les recherches sur l intégration des TICE dans les pratiques pédagogiques ont montré que l obsolescence des technologies pouvait constituer un des obstacles à la construction d usages.

8 650 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 intègrent pas. Chacune de ces catégories est ensuite analysée à l aune des diverses compétences numériques issues du modèle de Van Dijk : les inégalités et la fracture traversent différemment chacun de ces types de métiers et l auteur fait l hypothèse qu elles se développeront, dans l avenir, autour d un déficit de compétences informationnelles et stratégiques. Dans le chapitre 6, «Renouvellement technologique et inégalités numériques au travail», Pascal Lallement et Jean-Luc Metzger analysent les effets des changements technico-organisationnels que connaissent les entreprises aujourd hui sur la capacité qu ont les salariés donner du sens à leur activité et à développer une dynamique d autonomisation. Il existe en effet un discours rhétorique qui soutient que les technologies permettraient une plus grande autonomisation des salariés et rendrait le travail plus «émancipateur». Mais qu en est-il en réalité? Pour répondre à cette question les auteurs comparent deux catégories de salariés. Les premiers, dotés d un fort capital scolaire et social, sont employés dans un centre de recherche spécialisé dans l innovation technologique qui possède un important service de téléassistance, une hotline. Pour les auteurs, ce service constitue un point d entrée extrêmement important puisqu il possède une vue panoptique sur tous les problèmes liés au renouvellement technologique. Les seconds, moins qualifiés, travaillent dans une entreprise spécialisée dans la sous-traitance du service après-vente de produits de communication (téléphone, télécommunication industrielle, etc.) et ont pour objectif principal l industrialisation des procédures du service après-vente. Pourtant, bien que «l informatique structure le travail quotidien des opérateurs», ce n est pas elle qui constitue la principale dimension structurant leurs activités comme celle de l entreprise. Cette dernière se trouve dans un rapport de forte subordination par rapport aux entreprises commanditaires et, de plus, le renouvellement des produits implique une rapide évolution des procédures du service après-vente. La principale compétence recherchée auprès du personnel est donc sa flexibilité et sa «mobilité fonctionnelle» (p. 168). Pour chacun des salariés de ces deux entreprises, le sens de l activité comme l accession à l indépendance ou à l autonomie, ou encore la «dynamique des capacités d agir, face au changement technico-organisationnel répété» (p. 191) se présentent différemment. Les auteurs identifient à partir du parcours biographique des personnes interrogées plusieurs trajectoires caractéristiques présentant un clivage assez net : «les salariés semblent, le plus souvent, devoir se contenter d évoluer entre deux positions : ou bien ils peuvent passer de l autonomie à l indépendance, ou bien ils évolueront entre la dépendance et la semi-autonomie. Il semble assez peu probable que des salariés «glissent» de l indépendance à la dépendance ou de l autonomie à dépendance, tout comme on ne voit pas trop par quelles séries de décisions, dans le contexte contemporain de transformations récurrentes, certains individus parviendraient à se hisser de la dépendance à l autonomie et a fortiori à l indépendance» (p. 191). Au-delà des facteurs liés au contexte entrepreneurial, comme la forte dépendance de l entreprise de service après-vente à ses commanditaires, les inégalités s expliquent une fois encore par la

9 Lecture critique 651 capacité inégalement distribuées des individus à faire face au changement et à mobiliser les compétences, les ressources, les réseaux, etc. adéquats au regard de ces changements répétés. Ceux-ci impliquent en effet l émergence de nouveaux métiers et de nouveaux professionnels pouvant entraîner, faute d une réaction adaptée, les salariés dans un processus de disqualification. Le chapitre 7, «Distribution d ordinateurs portables et réduction des inégalités numériques au collège» pose la question des inégalités dans le monde de l éducation en se centrant plus précisément sur le rôle des enseignants. Sylvie Craipeau et Jean-Luc Metzger prennent comme point de départ le projet institutionnel d un Conseil général d un département français : la distribution d ordinateurs portables à tous les élèves des classes de 4 e. Un projet comme celui-ci s inscrit donc dans un processus d intégration sociale : il manifeste la volonté institutionnelle de réduire la fracture numérique en rendant la technologie accessible à chacun des élèves quel que soit son milieu social. En effet, si l on pose l hypothèse que les inégalités d accès conduisent à des inégalités en termes de compétences et reproduisent donc les clivages sociaux, une égale répartition de l accès à la technologie devrait permettre de réduire ces inégalités surtout dans le milieu scolaire où les enseignants auraient, dans cette perspective, un rôle important. Cependant, on s en doute, «Il n existe pas de lien mécanique entre distribution d ordinateurs portables et réduction des inégalités.» (p. 218). Les auteurs choisissent comme terrain deux collèges classés en ZEP, dont un en zone sensible et un troisième non classé en ZEP. Pourtant ces caractéristiques démographiques, «n ont pas joué un rôle décisif sur la différenciation dans le degré d appropriation des ordinateurs, ni de leur mobilisation en classe.» (p. 197). Les auteurs décrivent d abord les usages qui ont été développés dans ces trois établissements. Les résultats ne surprendront pas les lecteurs, enseignants et chercheurs, qui travaillent à l intégration des TICE dans le processus d enseignement apprentissage, quel qu en soit le niveau : les usages sont peu développés autant que peu innovants. Les enseignants font principalement «du vieux avec du neuf», substituant l ordinateur aux dispositifs techniques de présentation classiques (tableau, rétroprojecteur, etc.). La principale valeur ajoutée consiste alors à s inscrire dans une logique symbolique d appartenance à la modernité. Ensuite, il existe un intérêt réel pour les logiciels disciplinaires, et pour l usage du portable pour la remédiation, autant d usages déjà documentés dans la littérature. Plus innovants sont les usages du PC qui émergent dans le cadre spécifique des «itinéraires de découvertes», ces périodes durant lesquelles deux enseignants au moins s associent pour prendre en charge une demi-classe. Ces temps scolaires échappent, partiellement en tous cas, aux contraintes pédagogiques, disciplinaires, mais aussi technico-organisationnelles des classes «normales». Or ces conditions constituent un frein important au développement de nouveaux usages. Les auteurs s interrogent ensuite sur l importance de la spécificité de l activité d enseignement dans la structuration du processus d innovation. Ils définissent le métier d enseignant comme «structuré autour de règles institutionnelles fortes, une

10 652 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 identité liée à une mission sociale et à des savoirs disciplinaires, accordant une place importante au rapport à l ordre en classe et au collège, tout en ayant du mal à s inscrire dans des collectifs professionnels pertinents et durables, soumis à de nombreuses pressions et injonctions à changer, telles semblent bien être les principales dimensions structurant et déstabilisant cycliquement le travail quotidien des enseignants de collège». (p. 206). L identité professionnelle des enseignants se construit donc autour de ces différentes dimensions. Ils montrent ensuite comment l introduction des portables et la construction de nouveaux usages entrent en tension avec ces dimensions constitutives de l identité professionnelle des enseignants. Faisant enfin l hypothèse que l innovation ne peut se développer qu à condition que l enseignant ait la possibilité d expérimenter de nouvelles pratiques, les auteurs observent que cette liberté est inégalement répartie dans les collèges, selon les configurations entre ces dimensions et leurs équilibres locaux propres à chaque établissement scolaire. L intérêt de cette approche réside indubitablement dans la mise en évidence de l importance des facteurs contextuels, institutionnels et organisationnels, trop souvent sous-estimés il est vrai, au profit des facteurs liés à l enseignant, à ses représentations et à ses valeurs, à sa formation et à l acquisition de nouvelles compétences, tant techniques que pédagogiques. Le dernier chapitre «Inégalités sociales et différenciation des usages à l adolescence» est rédigé par Cédric Fluckiger. Du point de vue méthodologique, l auteur se fonde sur une recherche qualitative et sur une approche ethnographique : observation directe et entretiens. Le terrain est constitué par un collège parisien, le collège Louis Guilloux, dont trois quarts des élèves appartiennent à des milieux défavorisés tandis que le quart restant provient de zones pavillonnaires favorisées. Malgré leur apparente homogénéité, les usages déclarés des adolescents ne sont pas exempts de distinctions d âge, de genre et de milieu social comme l ont montré des études récentes que rappelle l auteur. Pourtant, l important semble résider moins «dans les différences observées que dans ce qu elles révèlent des inégalités futures» (p. 224). Et celles-ci dépendent des pratiques culturelles et communicationnelles instrumentées des jeunes telles qu ils les développent dans les trois milieux, dans les trois sphères sociales au sein desquelles ils doivent se forger et leur autonomie et leurs usages propres : les pairs, la famille et l école. Dans cette perspective, l auteur s attache tout d abord à éclaircir deux questions qui lui paraissent ambiguës : l impact de l apprentissage intergénérationnel et la complexité de la transmission familiale. Contrairement à ce que l on serait enclin à penser, l apprentissage intergénérationnel ne parvient pas à homogénéiser les usages parce que, rappelle l auteur sur la base des travaux de Van Zanten, les collégiens se mélangent peu, chacun restant dans sa filière selon qu il appartient à une classe «avancée» ou «périphérique». Les adolescents des couches populaires privilégient le téléchargement de musique, le visionnement de clips de rap et le jeu vidéo en ligne tandis que les jeunes des milieux plus favorisés diversifient les usages (messagerie, blogs, bureautique, etc.). Autrement dit, comparativement à ce qui est

11 Lecture critique 653 observé chez les adultes, les usages et la culture numérique des adolescents peuvent paraître plus homogènes mais ils cachent en réalité une grande diversité. Ensuite, l apprentissage par les pairs paraît fort limité : il favorise le développement de conduites centrées sur le jeu et l univers relationnel, la constitution «d un savoirfaire pratique (Lelong, 2002) et d une forte disposition au pragmatisme dans la relation aux instruments appropriées par un apprentissage implicite et mimétique» (p. 228). Par contre, on observe une faible compréhension et un déficit de conceptualisation «de l univers numérique dont on les imagine si familiers», repérables, par exemple, à la pauvreté de la verbalisation des usages, aux difficultés que rencontrent les adolescents à nommer les objets qu ils manipulent, etc. Si la famille demeure le principal lieu d accès et de contrôle des technologies, la transmission apparaît complexe dans la mesure où tous les parents ne disposent pas de la même capacité à transmettre leurs compétences techniques et leur culture numérique et où ces compétences sont soumises à de grandes variations au sein des membres de la famille elle-même. Deux thématiques préalables intéressent l auteur : les conditions socialement différenciées de la conquête d une intimité dans l usage des TIC et le développement d une relation pédagogiques entre parents et enfants dans certaines familles (p. 230). Pour les adolescents, le développement d usages personnels autonomes doit se conquérir au détriment du contrôle parental et leurs compétences technologiques semblent jouer un rôle dans ce processus d autonomisation. Or, ce contrôle dépend fortement du niveau de formation des parents et du milieu parental. Dans les milieux populaires, les adolescents sont souvent les seuls utilisateurs du PC familial et des TIC : le contrôle est, de fait, moins présent. Quant aux usages, ils se différencient et se marquent très différemment dans l acquisition des compétences communicationnelles et relationnelles : la communication orale paraît favorisée dans les milieux populaires, alors que l écrit l est dans les milieux favorisés. Pour les jeunes de ces derniers, on observe une plus grande prise de distance, une forme de réflexivité ainsi qu un regard plus critique face aux technologies. Ils peuvent, de plus, observer des usages distincts de ceux qu ils ont l occasion d observer dans leurs cercles de relations juvéniles. Enfin, si les technologies constituent bien un facteur de distinction générationnel, celui-ci se marque de façon différente selon les milieux. La transmission familiale apparaît donc comme extrêmement complexe. L école peut-elle dès lors suppléer aux inégalités générées au sein du milieu familial? La réponse, le lecteur ne s en étonnera pas, sur la base de observations des auteurs est négative. Si la formation aux usages des technologies et par exemple à la recherche documentaire, permet aux adolescents d entrevoir d autres usages, d acquérir une certaine culture numérique, cela reste insuffisant compte tenu des écarts entre les élèves qui sont «diversement pourvus en capital technique et culturel incorporé» (p. 245). Enfin, deux autres dimensions de la vie scolaire semblent s opposer au rôle unificateur de l école : les stratégies d apprentissage très différenciées selon les classes ainsi que la nature et les objectifs de la culture numérique transmise par l école. Il existe en effet dans de nombreux collèges

12 654 Distances et savoirs. Volume 8 n 4/2010 «difficiles» des classes «renforcées» qui regroupent le plus souvent une majorité d élèves des milieux favorisés qui justement sont les mieux préparés par la transmission familiale à bénéficier des enseignements «informatiques» donnés au collège. La culture informatique transmise par l école semble en effet plus proche des habitudes et des usages observés dans les familles disposant d un fort capital technique et informatique. Serge Proulx, auteur de la postface, résume fort bien les qualités de cet ouvrage ainsi que ses apports à la compréhension des inégalités numériques. Il y a tout d abord le fait que la diffusion massive d objets techniques n implique nullement une appropriation identique dans les différents milieux sociaux. Il y a aussi, ce que toutes les contributions démontrent, la complexité de l articulation entre les inégalités sociales et numériques et les discriminations importantes dues au non-usage des technologies dans certaines catégories sociales populaires. S. Proulx le rappelle à dessein : il importe de ne pas s enfermer dans une lecture déterministe, au niveau macrosocial, des effets des technologies car les parcours biographiques notamment jouent une part importante dans l appropriation des TIC. Tout laisse pourtant à penser, nous en convenons, que les inégalités numériques prennent corps dans les inégalités sociales classiques, c est-à-dire dans leurs formes de capital incorporé, institutionnalisé et objectivé, et génèrent de nouvelles inégalités tout aussi criantes. L intérêt de cet ouvrage consiste à nuancer ce point de vue en démontrant que le parcours biographique constitue un élément central dans l exclusion ou la non exclusion des individus, contribuant donc à rendre définitivement caduque toute velléité de réduction des inégalités numériques par la seule généralisation de l accès aux technologies. La richesse de l approche méthodologique mixte adoptée, tant quantitative que qualitative, ainsi que l intérêt central porté à l étude de cas et au parcours biographique, permet une articulation complémentaire particulièrement remarquable entre l histoire singulière de tout individu dans sa complexité et l analyse plus globale des collectifs sociaux dans lesquels il s insère. Tous ces éléments feront sans doute de cet ouvrage une source de référence pour le chercheur, même si celui-ci aurait certainement apprécié avoir accès à plus de données ainsi qu à leur mode de traitement, afin de confronter les analyses proposées aux siennes propres. DANIEL PERAYA TECFA, Université de Genève

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Oi Orientation ti et accompagnement des bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Le Revenu de solidarité active Loi du 1er décembre 2008 généralise é le revenu de solidarité ité active

Plus en détail

Les jeunes et l accès au logement

Les jeunes et l accès au logement Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur du Pôle / jerome.sainte-marie@csa.eu / 01 44 94 59 10-11 Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu / 01 44 94 34 14

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-16 OCTOBRE - AOÛT 2005 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000 NAMUR

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie économique et statistique de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Risques d exclusion numérique en milieu professionnel

Risques d exclusion numérique en milieu professionnel NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-20 OCTOBRE 2005 SEPTEMBRE 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Hadopi, biens culturels et. pratiques et perceptions des internautes français.

Hadopi, biens culturels et. pratiques et perceptions des internautes français. Hadopi, biens culturels et pratiques et perceptions des internautes français. BU2 Octobre 2012 synthèse et chiffres clés JANVIER 2013 I. Chiffres clés Taux de consommation licite / illicite 78% des utilisateurs

Plus en détail

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Synthèse des synthèses des ateliers du jeudi 13 novembre 2014 Pia HENAFF-PINEAU pour les «amis critiques» des ateliers Liliane Giordano, Sophie

Plus en détail

Université de Limoges

Université de Limoges Université de Limoges Employabilité : compétences, stratégies, mobilités Les premières années de vie active des jeunes diplômés Réalisation d une étude sur l employabilité des étudiants de l Université

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

La lutte contre la fracture numérique en Belgique

La lutte contre la fracture numérique en Belgique CEP G Le 7 mai 2008. La lutte contre la fracture numérique en Belgique Thierry De Coster Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens.

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Note de synthèse Action Innocence UNAF Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Sarah DUHAUTOIS Octobre 2009 S il est souvent commenté compte tenu

Plus en détail

Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français?

Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français? Septembre 2012 Contacts : Frédéric DABI Adeline MERCERON Prénom.nom@ifop.com Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français? pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Grands axes sociologiques du vieillissement actif

Grands axes sociologiques du vieillissement actif Grands axes sociologiques du vieillissement actif n Vieillir au Travail n CEDORES n 11 octobre 2012 Au 20 ème siècle w Augmentation de l espérance de vie: n 47 ans en 1900 n 66 ans en 1950 n 78 ans en

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013)

Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013) Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013) Samuel Coavoux, Centre Max Weber, ENS de Lyon Samuel Rufat, Université de Cergy-Pontoise Vincent Berry, Laboratoire EXPERICE, Université

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe Poitiers, 17/9/07 CARACTÉRISTIQUES DE LA RECHERCHE Mieux connaître la manière dont les 12-18 s approprient les médias électroniques et identifier les axes

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Baromètre Jeunesse Vague 3

Baromètre Jeunesse Vague 3 pour Baromètre Jeunesse Vague 3 Juin 2011 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A Les jeunes, la confiance et leur avenir 6 B Les jeunes et l avenir professionnel 11 C Les jeunes

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises

Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises dxhnfjkmdqsjkfgvw Baromètre Ciel de la Création et de l Informatisation des Petites Entreprises Paris, le 05 mai 2010 Pour la 3ème année consécutive, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail