( ) Page: 1/14 ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES ET DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(13-3225) Page: 1/14 ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES ET DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES"

Transcription

1 21 juin 2013 ( ) Page: 1/14 Comité de l'évaluation en douane Original: anglais/français/espagnol ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES ET DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES Communication du Président du Comité technique de l'évaluation en douane (le "Comité technique") La communication ci-après, datée du 17 mai 2013, a été reçue du Président du Comité technique. J'ai le plaisir de m'adresser à vous en ma qualité de Président du Comité technique de l'évaluation en douane pour vous informer que, à sa 36 ème session tenue à Bruxelles du 15 au 19 avril 2013, le Comité technique a examiné la question soulevée par l'uruguay concernant l'"application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement de données)" dans les cas où ces supports se présentent sous forme de "mémoires flash USB" ou dispositifs similaires. À titre d'illustration, vous trouverez ci-joint des copies des documents du Comité technique qui abordent la question. 1 Je vous soumets donc la question pour examen et autres fins jugées pertinentes et vous confirme que le Comité technique reste à votre disposition. 1 Parmi ces documents figure le document VT0875E1c de l'omd intitulé "Report to the Customs Cooperation Council on the 35 th Session of the Technical Committee on Customs Valuation", distribué en tant qu'annexe au document de l'omc G/VAL/W/225.

2 - 2 - WORLD CUSTOMS ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE ADUANAS COMITÉ TECHNIQUE DE L'ÉVALUATION EN DOUANE 34 ème session VT0850F1a (+ annexe) O. ang. Bruxelles, le 20 mars 2012 QUESTIONS SOULEVÉES DEPUIS LA DERNIÈRE SESSION Application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les clés USB (demande de l'uruguay) (Point VI a) de l'ordre du jour) OBSERVATIONS DU SECRÉTARIAT 1. Durant la période qui a précédé la présente session, l'administration de l'uruguay a soulevé une question concernant l'"application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les clés USB". Cette question est reproduite dans l'annexe au présent document. 2. Le Comité technique est invité à examiner cette question et à déterminer s'il souhaite l'inscrire en tant que question technique particulière aux fins de la 35 ème session. * * * Par souci d économie, les documents font l objet d un tirage limité. Les délégués sont priés d apporter leurs exemplaires aux réunions et de s abstenir d en demander d autres. Copyright 2012 Organisation mondiale des douanes. Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Toute demande concernant la traduction, la reproduction ou l adaptation du présent document doit être adressée à

3 - 3 - Annexe au doc. VT0850F1a (VT/34/avr. 2012) QUESTION SOULEVÉE PAR L'URUGUAY Application de la Décision 4.1 du Comité de l'évaluation en douane de l'organisation mondiale du commerce en ce qui concerne les supports informatiques présentés sous la forme de "clés USB" Éléments de fait 1. Une entreprise achète à un fournisseur situé à l'étranger et importe des logiciels enregistrés sur des supports dénommés "disques compacts ou CD". 2. Dans la facture commerciale qu'il émet à l'intention de son client (l'importateur), le fournisseur situé à l'étranger distingue, dans le prix total de chaque logiciel, le coût du support (CD) de celui du logiciel proprement dit (données et instructions). 3. Le pays d'importation a adopté la pratique décrite au paragraphe 2 de la Décision 4.1 du Comité de l'évaluation en douane de l'omc, aux termes de laquelle la valeur en douane des logiciels est déterminée uniquement par le coût des CD correspondants. 4. Désormais, le fournisseur situé à l'étranger produit et vend le même logiciel au même prix, mais enregistré sur un autre type de support, en l'occurrence une "clé USB". Sur la facture commerciale, il distingue là aussi le prix du logiciel (données et instructions) du prix du support qui est désormais une "clé USB". Analyse 5. L'application du même critère d'évaluation en douane à ce logiciel enregistré sur un nouveau support conduit à se demander si, dans la mesure où ces "clés USB" contiennent des "circuits intégrés, des semi-conducteurs ou des dispositifs similaires", cette caractéristique ne les rend pas incompatibles avec la condition stipulée dans le deuxième paragraphe de la Décision Lorsque cette décision a été élaborée en 1984, la condition selon laquelle les supports ne doivent pas comporter de circuits intégrés, de semi-conducteurs ou de dispositifs similaires visait à s'assurer que les logiciels seraient présentés sur des supports de stockage temporaire, à la seule fin d'être transportés par la suite sur ce type de support vers un équipement de traitement des données. 7. De nos jours, la technologie concernée a connu des avancées considérables et l'on peut aisément estimer que les "clés USB" sont bien des unités de stockage temporaire, bien que leur structure comporte des "circuits intégrés, des semi-conducteurs ou des dispositifs similaires". 8. Toutefois, leur constitution actuelle peut être interprétée de telle sorte que ces supports peuvent être considérés comme étant toujours des unités de stockage temporaire et qu'ils sont donc pleinement compatibles avec le deuxième paragraphe de la Décision 4.1 du Comité de l'évaluation en douane de l'omc. Conclusion proposée: 9. Avant de procéder à l'examen et à l'analyse de cette question, le Comité technique de l'évaluation en douane de l'omd devrait élaborer un document destiné à fournir à la communauté douanière internationale une interprétation de cette situation, sous la forme d'un commentaire ou sous toute autre forme jugée préférable. N.B.: Des échantillons des deux produits concernés (à savoir les deux logiciels enregistrés sur les deux supports matériels différents) seront présentés pour examen au CTED.

4 - 4 - WORLD CUSTOMS ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE ADUANAS COMITÉ TECHNIQUE DE L'ÉVALUATION EN DOUANE 36 ème session VT0887E1a O. ang. Bruxelles, 20 décembre 2012 APPLICATION DE LA DÉCISION 4.1 DE l'omc (ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES) EN CE QUI CONCERNE LES MÉMOIRES FLASH USB (Point V f) de l'ordre du jour) I. RAPPEL DE LA QUESTION 1. Lors de la 35 ème session, le Comité technique a procédé à un examen préliminaire d'un cas soumis par l'uruguay concernant l'"application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les clés USB". La question est reproduite dans l'annexe au doc. VT0850E1a. Le Comité technique a convenu que, dans un souci de cohérence avec la terminologie utilisée dans le Système harmonisé, les dispositifs en cause seront désignés sous l'appellation de "mémoires flash USB" dans le cadre des discussions du Comité technique. II. OBSERVATIONS DU SECRETARIAT 2. Le Secrétariat a fourni des renseignements contextuels sur la Décision 4.1 de l'omc et les aspects relatifs au classement de ce cas dans le doc. VT0863E1a (paragraphes 2 à 8). Lors de la 35 ème session, la Chambre de commerce internationale (ICC) a proposé de fournir le contexte technique relatif à cette affaire. Elle a fourni les renseignements suivants qui décrivent les trois principaux types de mémoires flash USB: 1. Une mémoire flash vierge, semblable à un disque compact (CD) vierge ou à un disque optique numérique (DVD) vierge. 2. Une mémoire flash avec une fonctionnalité de cryptage ou de protection préchargée qui sert à protéger le logiciel de "contenu" qui doit encore être chargé. 3. Une mémoire flash contenant à la fois un logiciel de cryptage et un logiciel de "contenu" préchargé ou des applications, (semblable à un CD ou DVD enregistré). Dans certains cas, le logiciel de cryptage n'est pas distinct du logiciel de "contenu" mais plutôt intégré dans le logiciel lui-même. Le système d'exploitation ou un autre logiciel est donc chargé avec son composant de cryptage sur une mémoire flash vierge. Le Secrétariat collaborera encore avec l'icc afin d'obtenir des renseignements techniques supplémentaires pertinents. Par souci d économie, les documents font l objet d un tirage limité. Les délégués sont priés d apporter leurs exemplaires aux réunions et de s abstenir d en demander d autres. Copyright 2012 Organisation mondiale des douanes. Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Toute demande concernant la traduction, la reproduction ou l adaptation du présent document doit être adressée à

5 - 5 - VT0887E1a 3. À la suite des discussions qui ont eu lieu lors de la 35 ème session, il a été généralement convenu que la Décision 4.1 ne couvre pas les mémoires flash USB en raison de la présence d'un circuit intégré qui est explicitement exclu de la définition des supports informatiques donnée dans la Décision. La question est donc de savoir quelle autre mesure, le cas échéant, le Comité technique souhaite prendre concernant cette anomalie apparente. 4. Le Comité technique a discuté d'une proposition relative au renvoi de l'affaire au Comité de l'évaluation en douane de l'omc, afin de demander un examen et un amendement éventuel de la Décision 4.1. Certains délégués souhaitaient examiner encore cette proposition et le Secrétariat a accepté de clarifier la procédure appropriée, au cas où le Comité technique devrait décider de s'engager dans cette voie. Selon cette procédure, le Président du Comité technique écrirait au Président du Comité de l'évaluation en douane pour souligner le problème, fournir des informations et éventuellement proposer des moyens d'action, sur la base des avis exprimés par le Comité technique. Ce comité pourrait alors déterminer s'il souhaite prendre des mesures supplémentaires et s'il est approprié d'amender les dispositions concernées de la Décision. 5. Certains délégués préféraient élargir la portée de ce cas afin d'inclure d'autres dispositifs qui pourraient être pris en compte dans ce contexte. Le Secrétariat continuera à examiner cet aspect avec l'aide de l'icc et remettra un rapport en conséquence. 6. Le Secrétariat souhaiterait également attirer l'attention des Membres sur les observations écrites émises par le Japon, Singapour, l'uruguay et le Venezuela avant la 35 ème session, qui peuvent être consultées dans les annexes au doc. VT0874E1a. III. CONCLUSION 7. Les Membres sont invités à soumettre leurs observations écrites au Secrétariat au plus tard le 4 mars 2013, en indiquant en particulier les moyens d'action qui, à leur avis, sont appropriés pour être adoptés par le Comité technique. Les observations reçues en réponse à ce document seront publiées et transmises aux Membres du Comité technique pour examen lors de la 36 ème session. 8. Le Secrétariat prie les Membres d'envoyer leurs observations sous forme électronique si possible (adresse

6 - 6 - WORLD CUSTOMS ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE ADUANAS COMITÉ TECHNIQUE DE L'ÉVALUATION EN DOUANE 36 ème session VT0889F1a O. ang. Bruxelles, le 21 mars 2013 APPLICATION DE LA DÉCISION 4.1 DE L'OMC (ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES) EN CE QUI CONCERNE LES MÉMOIRES FLASH USB (Point V f) de l'ordre du jour) I. RAPPEL DE LA QUESTION 1. Lors de sa 35 ème session, le Comité technique a procédé à un examen préliminaire d'un cas soumis par l'administration de l'uruguay concernant l'"application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les clés USB". Cette question est présentée dans l'annexe au doc. VT0850F1a. Des renseignements complémentaires (fournis par l'icc) décrivant les trois principaux types de mémoires flash USB sont reproduits dans le doc. VT0887F1a. II. OBSERVATIONS DES MEMBRES 2. En réponse au doc. VT0887F1a, les Administrations du Canada et de l'uruguay ont communiqué des observations écrites, lesquelles sont reproduites dans les annexes au présent document. Le Secrétariat souhaite également appeler l'attention des Membres sur de précédentes observations écrites communiquées avant la 35 ème session par les Administrations du Japon, de Singapour, de l'uruguay et du Venezuela et qui sont présentées dans les annexes au doc. VT0874F1a. III. OBSERVATIONS DU SECRETARIAT 3. Certains délégués ont jugé utile d'élargir la portée de ce cas pour tenir compte d'autres dispositifs qui pourraient être examinés dans le cadre de la question à l'examen. Le Secrétariat a exploré plus avant cet aspect avec le concours de l'icc. L'ICC confirme qu'il existe plusieurs dispositifs de stockage qui incorporent, pour pouvoir fonctionner, des circuits intégrés à divers degrés. Parmi ces dispositifs, on peut citer: les cartes PCI (Peripheral Component Interconnect), les cartes à mémoire flash (pour le stockage électronique instantané de données de mémoire) et les cartes SIM (cartes avec module d'identification de l'abonné) (cartes à puces amovibles et puces mémoire portatives utilisées dans les téléphones cellulaires). Cependant, ces dispositifs ne comportent généralement pas de logiciels préchargés lorsqu'ils sont commercialisés. Le Secrétariat souhaite remercier l'icc pour son assistance. Par souci d économie, les documents font l objet d un tirage limité. Les délégués sont priés d apporter leurs exemplaires aux réunions et de s abstenir d en demander d autres. Copyright 2013 Organisation mondiale des douanes. Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Toute demande concernant la traduction, la reproduction ou l adaptation du présent document doit être adressée à

7 - 7 - VT0889F1a 4. Le Secrétariat invite les Membres à prendre en compte les observations écrites et les renseignements techniques complémentaires reproduits dans le présent document en vue de poursuivre l'examen de cette question lors de la 36 ème session. * * *

8 - 8 - Annexe I au doc. VT0889F1a (VT/36/avr. 2013) Application de la Décision 4.1 de l'omc en ce qui concerne les mémoires flash USB Observations du Canada L'Administration du Canada remercie le Secrétariat d'avoir préparé le document en question et souhaite formuler les observations suivantes. L'Administration du Canada est d'avis que le Comité technique devrait renvoyer cette question au Comité de l'évaluation en douane de l'organisation mondiale du commerce afin de demander un examen et une modification éventuelle afin d'inclure ou non les mémoires flash USB à la Décision 4.1. * * *

9 - 9 - Annexe II au doc. VT0889F1a (VT/36/avr. 2013) OBSERVATIONS DE L'URUGUAY CONCERNANT LE DOC. VT0887F1a 1. L'Administration de l'uruguay remercie la Chambre de commerce internationale (ICC) et le Secrétariat pour les travaux accomplis en vue d'élaborer le doc. VT0887F1a concernant la Décision 4.1 de l'omc. 2. L'Administration de l'uruguay souhaite réitérer la nécessité de mettre à jour la teneur et la formulation de cette décision, dans la mesure où de nos jours la production et la commercialisation des logiciels a évolué pour passer de supports matériels tels que des bandes, des disquettes, des disques compacts et des DVD aux "mémoires flash USB" et autres dispositifs similaires que l'on trouve aujourd'hui; il en résulte un effet non désiré sur la détermination de leur valeur en douane, qui n'est pas conforme à l'esprit de ladite Décision. 3. Par ailleurs, la Déclaration faite par le Président du Comité de l'évaluation en douane (CED) de l'omc à la réunion tenue avant l'adoption de la Décision 4.1, et jointe à la présente, est très révélatrice. Il importe notamment de prendre en considération le dernier paragraphe de cette déclaration. 4. Compte tenu de ce qui précède, l'administration de l'uruguay propose que le Comité technique (CTED) rédige et envoie une lettre à la Présidente du Comité de l'évaluation en douane (CED) de l'omc afin de lui proposer une interprétation actualisée de la Décision en cause; à cet effet, l'administration de l'uruguay propose au Comité technique, pour examen et analyse, le projet de lettre joint à la présente. 5. L'Administration de l'uruguay prévoit de formuler éventuellement des observations complémentaires sur cette question lors de la 36 ème session. * * *

10 Annexe III au doc. VT0889F1a (VT/36/avr. 2013) Déclaration faite par le Président à la réunion du 24 septembre 1984 du Comité de l'évaluation en douane avant l'adoption de la décision sur l'évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données "Dans le cas de supports informatiques importés comportant des données ou des instructions et destinés à des équipements de traitement des données, ce sont essentiellement les supports informatiques eux-mêmes, par exemple la bande ou le disque magnétique, qui sont passibles d'un droit en application du tarif douanier. Or, l'importateur s'intéresse en fait à l'utilisation des instructions ou des données; le support informatique est accessoire. En effet, si les parties à la transaction disposent pour cela des facilités techniques voulues, le logiciel peut être transmis par câble ou par satellite, auquel cas la question des droits de douane ne se pose pas. En outre, le support informatique constitue généralement un moyen temporaire de stocker les instructions ou les données; pour l'utiliser, l'acheteur doit transférer ou reproduire les données ou les instructions dans la mémoire ou la base de données de son propre système. Selon les pratiques internationales en matière d'évaluation en douane qui ont été remplacées par l'accord relatif à la mise en œuvre de l'article VII de l'accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (l'accord), la valeur du logiciel n'entrait normalement pas en ligne de compte dans la détermination de la valeur du support informatique. Après avoir adopté l'accord, les pays qui suivaient la pratique internationale antérieure ont soit changé leurs règles relatives à l'évaluation des supports informatiques de logiciels d'ordinateurs, soit maintenu leur pratique antérieure. Le projet de décision du Comité de l'évaluation en douane sur l'évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données précise que la valeur transactionnelle est la base première de l'évaluation au titre de l'accord et que son application aux logiciels enregistrés sur des supports informatiques destinés à des équipements de traitement des données est pleinement compatible avec l'accord. Il énonce également que, compte tenu de la "situation unique en son genre" des logiciels décrite ci-dessus et eu égard au fait que certaines Parties ont cherché une approche différente, il serait également compatible avec l'accord que les Parties qui le souhaitent ne tiennent compte que du coût ou de la valeur du support informatique proprement dit pour déterminer la valeur en douane des supports informatiques importés comportant des données ou des instructions. Cette décision sur l'évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données est adoptée étant entendu qu'au cas où des difficultés se poseraient dans sa mise en œuvre et son application, eu égard aux objectifs et à l'esprit de l'accord, il serait utile qu'elles soient examinées par les Parties à l'accord."

11 Annexe III au doc. VT0889F1a (VT/36/avr. 2013) Projet de lettre destinée à la Présidente du Comité de l'évaluation en douane "Madame la Présidente du Comité de l'évaluation en douane, C'est en ma qualité de Président du Comité technique de l'évaluation en douane que j'ai l'honneur de m'adresser à vous afin de vous informer que, lors de sa 36 ème session tenue à Bruxelles du 15 au 19 avril 2013, le Comité technique a examiné une question soumise par l'uruguay Application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les "mémoires flash USB" ayant constaté qu'en raison des progrès technologiques, cette décision devrait être actualisée dans la mesure où les supports informatiques de type "mémoires flash USB" et similaires, existant actuellement ou qui seront développés dans le futur, ne sont pas pris en compte dans cette décision. Aux fins d'analyse de cette question, il conviendra de prendre en considération la déclaration révélatrice faite par l'un de vos prédécesseurs lors de la réunion du 24 septembre 1984 du Comité de l'évaluation en douane avant l'adoption de ladite décision, et plus particulièrement le dernier paragraphe de cette déclaration. Compte tenu des dispositions prévues dans les paragraphes 1 et 2 de l'annexe II de l'accord et eu égard aux précédents existants (Procès-verbal de rectification du terme "entretien" utilisé dans le paragraphe 3 a) de la Note interprétative relative à l'article premier Prix effectivement payé ou à payer, reproduit dans le document WT/Let/147, et Décisions concernant le terme "copyrights" utilisé dans la version anglaise de la Note interprétative relative à l'article 8.1 c), concernant le mot "undertaken" utilisé dans la version anglaise de l'article 8.1.b) iv) et concernant l'expression "travaux d'étude" utilisée dans le même article), il a été convenu par voie de consensus de soumettre cette question au Comité afin que ce dernier adopte une nouvelle Décision qui pourrait être rédigée comme proposé ci-après "Lors de sa XX ème réunion, tenue le XX, le Comité de l'évaluation en douane a réglé la question de la mise à jour du troisième alinéa du deuxième paragraphe de la Décision 4.1 de l'omc Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données, en insérant dans le compte rendu la déclaration ci-après, étant entendu que cette déclaration préservera la teneur et l'esprit de cette disposition, compte tenu notamment de l'apparition de nouveaux types et de nouvelles versions de supports informatiques de stockage temporaire de logiciels issus des progrès technologiques. Les Parties à l'accord ont considéré qu'il y a lieu de compléter la formulation de ce troisième alinéa afin que le deuxième paragraphe de la décision s'applique aux supports informatiques qui, bien que comportant des circuits intégrés, des semi-conducteurs et des dispositifs similaires, constituent uniquement des moyens de stockage temporaire de logiciels destinés à être transférés par la suite vers des équipements de traitement des données en vue de leur utilisation. Par conséquent, le troisième alinéa du deuxième paragraphe de cette décision devrait être rédigé comme suit: Aux fins de la présente décision, l'expression "support informatique" ne désigne pas les circuits intégrés, les semi-conducteurs et les dispositifs similaires ou les articles comportant de tels circuits ou dispositifs, à l'exception de ceux constituant uniquement des moyens de stockage temporaire de logiciels destinés à être transférés par la suite vers des équipements de traitement des données en vue de leur utilisation; l'expression "données ou instructions" ne s'entend ni des enregistrements du son, ni des enregistrements cinématographiques, ni des enregistrements vidéo."

12 WORLD CUSTOMS ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DES DOUANES ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE ADUANAS COMITÉ TECHNIQUE DE L'ÉVALUATION EN DOUANE 35 ème session VT0863F1a O. ang. Bruxelles, le 26 juin 2012 APPLICATION DE LA DÉCISION 4.1 DE L'OMC (ÉVALUATION DES SUPPORTS INFORMATIQUES DE LOGICIELS DESTINÉS À DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES DONNÉES) EN CE QUI CONCERNE LES MÉMOIRES FLASH USB (Point vi f) de l'ordre du jour) I. RAPPEL DE LA QUESTION 1. Lors de sa 34 ème session, le Comité technique a décidé d'examiner une question soulevée par l'administration de l'uruguay concernant l'"application de la Décision 4.1 de l'omc (Évaluation des supports informatiques de logiciels destinés à des équipements de traitement des données) en ce qui concerne les clés USB". Cette question est reproduite dans l'annexe au doc. VT0850F1a. Dans un souci de cohérence avec la terminologie utilisée dans le Système harmonisé, les dispositifs en cause sont désignés dans le présent document sous l'appellation de "mémoires flash USB". II. OBSERVATIONS DU SECRETARIAT 2. La Décision 4.1 de l'omc a été adopté par le Comité de l'évaluation en douane (CED) lors de sa dixième réunion qui s'est tenue le 24 septembre Cette Décision (publiée dans le Recueil de l OMD sur l évaluation en douane) donne aux Membres de l'omc la possibilité de ne tenir compte que du coût ou de la valeur du support informatique proprement dit pour déterminer la valeur en douane des supports informatiques importés comportant des données ou des instructions. 3. La Décision 4.1 stipule que l'expression "support informatique" ne désigne pas les circuits intégrés, les semi-conducteurs et les dispositifs similaires ou les articles comportant de tels circuits ou dispositifs. Dans les documents de travail du GATT qui rendent compte des débats du CED et des observations formulées par les Membres avant l'élaboration de la Décision 4.1, il a été indiqué que cette décision ne s'appliquerait pas aux équipements de traitement des données comportant des données ou des instructions. L'on a cité à titre d'exemple une calculatrice comportant un circuit intégré doté des programmes et données nécessaires qui devrait être évaluée en tenant compte de la valeur de ses programmes. Ceci explique pour quelle raison la Décision stipule que l'expression "support informatique" ne désigne pas les circuits intégrés, etc. Par souci d économie, les documents font l objet d un tirage limité. Les délégués sont priés d apporter leurs exemplaires aux réunions et de s abstenir d en demander d autres. Copyright 2012 Organisation mondiale des douanes. Tous droits de traduction, de reproduction et d adaptation réservés pour tous pays. Toute demande concernant la traduction, la reproduction ou l adaptation du présent document doit être adressée à

13 VT0863F1a 4. Dans la Déclaration faite par le Président du CED à la réunion du 24 septembre 1984, il est admis que le support informatique est accessoire dans ce type de transactions, dans la mesure où le principal objectif de l'importateur est d'accéder au logiciel et où le support informatique est un moyen temporaire de stocker les données ou les instructions. Il est également indiqué que le logiciel peut être transmis par câble ou par satellite, auquel cas la question des droits de douane ne se pose pas. 5. La Décision ne définit pas les types de supports informatiques visés; toutefois, elle a été appliquée aux disques compacts (CD, CD-ROM et DVD, par exemple) et aux bandes magnétiques. 6. L'Administration de l'uruguay souligne qu'une mémoire flash USB peut être considérée comme un support de stockage temporaire de logiciels. Elle précise toutefois que ces dispositifs comportent "des circuits intégrés, des semi-conducteurs ou des dispositifs similaires" qui sont explicitement exclus par la Décision. Ce dernier point soulève donc une contradiction en ce sens que la Décision ne serait pas applicable à ces dispositifs. Or, une mémoire flash USB satisfait à la description d'un dispositif de stockage temporaire. 7. À titre d'information, l'extrait du Système harmonisé (2012) reproduit ci-après fournit des renseignements concernant le classement des mémoires flash USB. Il confirme que ces dispositifs sont classés en tant que supports à semi-conducteur. Il convient également d'observer qu'à l'inverse des supports optiques (les CD, par exemple), il n'existe pas de distinction entre les supports enregistrés et les supports non enregistrés. Extrait du Système harmonisé (2012) Disques, bandes, dispositifs de stockage rémanent des données à base de semi-conducteurs, "cartes intelligentes" et autres supports pour l'enregistrement du son ou pour enregistrements analogues, même enregistrés, y compris les matrices et moules galvaniques pour la fabrication des disques, à l'exclusion des produits du chapitre 37 " - Supports magnétiques: Cartes munies d'une piste magnétique Autres - Supports optiques: Non enregistrés Autres - Supports à semi-conducteur: Dispositifs de stockage rémanent des données à base de semi-conducteurs - - "Cartes intelligentes" - - Autres - Autres C) Les supports à semi-conducteur Les produits de ce groupe comportent un ou plusieurs circuits intégrés électroniques.

14 VT0863F1a Relèvent par conséquent de cette catégorie: 1) Les dispositifs de stockage rémanent des données, à base de semi-conducteurs, pour l'enregistrement des données provenant d'une source externe (Voir la note 4 a) du présent chapitre). Ces dispositifs (connus également sous le nom de "cartes mémoires" ou "cartes à mémoire électronique flash") sont utilisés pour l'enregistrement des données provenant d'une source externe ou la transmission de données à une source externe tels que les systèmes de navigation et de localisation par satellite, les terminaux de saisie, les scanners portables, le matériel électrique de surveillance médicale, les appareils d'enregistrement audio, les récepteurs personnels de messages, les téléphones portables, les appareils photographiques numériques et les machines automatiques de traitement de l'information. D'une manière générale, les données peuvent être stockées sur le dispositif et lues lorsque celui-ci a été connecté audit appareil, ou peuvent également être téléchargées vers ou à partir d'une machine automatique de traitement de l'information. Ces supports utilisent exclusivement l'électricité fournie par les appareils auxquels ils sont connectés et ne nécessitent aucune batterie. Ces dispositif de stockage rémanent des données se composent, sous une même enveloppe, d'une ou de plusieurs mémoires flash ("FLASH E 2 PROM/EEPROM") se présentant sous forme de circuits intégrés montés sur une carte de circuits imprimés, et comprennent une fiche de connexion à un appareil hôte. Ils peuvent comporter des condensateurs, des résistances et un microcontrôleur se présentant sous forme d'un circuit intégré. Parmi les exemples de dispositifs de stockage rémanent des données, on peut citer les mémoires flash USB. 8. Le Secrétariat fait observer que la Décision 4.1 a été publiée il y a près de 28 ans et que la technologie de l'information a connu des avancées considérables depuis lors, notamment en ce qui concerne les logiciels et le matériel informatique ainsi que le développement de l'internet aux fins de la transmission de logiciels. III. CONCLUSION 9. Les Membres sont invités à communiquer leurs observations écrites au Secrétariat pour le 3 septembre 2012 au plus tard. Les observations communiquées en réponse au présent document seront publiées et diffusées auprès des Membres du Comité technique pour examen lors de la 35 ème session. 10. Le Secrétariat invite les Membres à transmettre leurs observations sous format électronique dans la mesure du possible (adresse de courrier électronique:

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS A L'EGARD DE LA SURVEILLANCE PAR CAMERAS SUR LE LIEU DE TRAVAIL -----------------------

Plus en détail

CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE

CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE CONTRAT CADRE ORGANISANT LA CESSION DE DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE ENTRE La société immatriculée au RCS de [VILLE], sous le numéro, dont le siège social est sis [ADRESSE], prise en la personne de

Plus en détail

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL

ANNEXE. à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.7.2015 COM(2015) 368 final ANNEX 1 ANNEXE à la PROPOSITION DE DÉCISION DU CONSEIL définissant la position à prendre, au nom de l Union européenne, au sein du conseil

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/464 14 novembre 2005 (05-5319) Original: anglais/ français L'ACCORD SUR LES

Plus en détail

GIOVANNI BUTTARELLI CONTRÔLEUR ADJOINT

GIOVANNI BUTTARELLI CONTRÔLEUR ADJOINT GIOVANNI BUTTARELLI CONTRÔLEUR ADJOINT M. Shay O MALLEY Chef de l'unité Ressources humaines Agence européenne des produits chimiques Annankatu 18 00120 Helsinki Finlande Bruxelles, le 14 novembre 2013

Plus en détail

I - Conditions générales de ventes des livres papiers

I - Conditions générales de ventes des livres papiers I - Conditions générales de ventes des livres papiers ARTICLE 1 : PRIX 1.1 Les prix de nos produits sont indiqués en euros toutes taxes comprises hors participation aux frais de traitement et d'expédition.

Plus en détail

REFERENTIEL IN2P3 CONDUITE DE PROJETS

REFERENTIEL IN2P3 CONDUITE DE PROJETS REFERENTIEL IN2P3 CONDUITE DE PROJETS Gestion de la configuration Mis à jour en mars 2008 Table des matières 1- Synthèse...3 2- Principes généraux relatifs à la gestion de configuration...5 2.1. Quelques

Plus en détail

Description du Service Service de suppression certifiée des données :

Description du Service Service de suppression certifiée des données : Description du Service Service de suppression certifiée des données : Présentation du Service Dell a le plaisir de vous proposer un service de suppression certifiée des données (ci-après dénommé le «Service»

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (90) 19 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS DE PAIEMENT ET AUTRES

Plus en détail

La communication et la gestion de l'information

La communication et la gestion de l'information La communication et la gestion de l'information En informatique il existe plusieurs ressources matérielles qui permettent à un utilisateur de travailler, on appelle cet ensemble un poste de travail. Le

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Point No. 14 a) de l'ordre du jour: Protocole additionnel à la CMR

Point No. 14 a) de l'ordre du jour: Protocole additionnel à la CMR CONSEIL DE DIRECTION 87 ème session Rome, 21-23 avril 2008 UNIDROIT 2008 C.D. (87) 14 a) Original: anglais Mars 2008 FR Point No. 14 a) de l'ordre du jour: Protocole additionnel à la CMR (Note préparée

Plus en détail

PROCEDURES EN MATIERE DE LICENCES D'IMPORTATION 129

PROCEDURES EN MATIERE DE LICENCES D'IMPORTATION 129 PROCEDURES EN MATIERE DE LICENCES D'IMPORTATION 129 ACCORD RELATIF AUX PROCEDURES EN MATIERE DE LICENCES D'IMPORTATION PREAMBULE Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales, les Parties au présent

Plus en détail

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ;

fonctionnement de certains comités sectoriels institués au sein de la Commission de la protection de la vie privée ; 1/7 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 85/2014 du 29 octobre 2014 Objet: Demande de la SCRL ORES afin d être autorisée à accéder à certaines informations du Registre national et d

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CoP14 Doc. 40.2 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quatorzième session de la Conférence des Parties La Haye (Pays-Bas), 3 15 juin 2007

Plus en détail

Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial

Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial Instructions de mise à jour du micrologiciel des lecteurs SSD clients Crucial Présentation Au moyen de ce guide, un utilisateur peut effectuer une mise à jour du micrologiciel sur les SSD Crucial Client

Plus en détail

Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le

Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le RÈGLEMENT GÉNÉRAL Le texte du Règlement général, publié dans les pages qui suivent, contient les amendements au Règlement général qui ont été adoptés par le Quatorzième Congrès. RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L'ORGANISATION

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LES DESSINS INDUSTRIELS Qu'est-ce qu'un dessin industriel? On appelle dessin industriel les caractéristiques visuelles touchant la forme, la configuration, le motif ou les éléments

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE ARTICLE 29 Groupe de travail sur la protection des données TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE 11601/FR WP 90 Avis 5/2004 portant sur les communications de prospection directe non sollicitées selon l'article

Plus en détail

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ;

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs Mobilières du Québec (CVMQ) ; 1992-07 REPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DU QUEBEC ACCORD ADMINISTRATIF La Commission des opérations de bourse (COB) et la Commission des Valeurs

Plus en détail

Circulaire aux surveillants de portefeuille auprès d'établissements de crédit de droit belge qui émettent des covered bonds belges

Circulaire aux surveillants de portefeuille auprès d'établissements de crédit de droit belge qui émettent des covered bonds belges Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 49 33 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Circulaire

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRADE/WP.6/2000/15 2 octobre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE,

Plus en détail

Réponse du Président (J 2 ) Date de la réponse du président = J 1 + ( 1 à 15 jours)

Réponse du Président (J 2 ) Date de la réponse du président = J 1 + ( 1 à 15 jours) PROCÉDURE D ALERTE dans les SA et les SAS (dotées d un organe collégial chargé de l administration distinct de l organe chargé de la direction) SCHEMA DÉCISIONNEL Découverte de faits de nature à compromettre

Plus en détail

CyberSoda 2005 - Interface3 / ADA - www.interface3.be - www.ada-online.be 1/8

CyberSoda 2005 - Interface3 / ADA - www.interface3.be - www.ada-online.be 1/8 CyberSoda 2005 - Interface3 / ADA - www.interface3.be - www.ada-online.be 1/8 1. L Ecran ou Moniteur L'écran est l'appareil qui sert à afficher le signal provenant de la carte vidéo de l'ordinateur. 2.

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

ICOMED: EURL au capital social de 3.087.092 euros RCS Nanterre 333.046.274

ICOMED: EURL au capital social de 3.087.092 euros RCS Nanterre 333.046.274 MENTIONS LEGALES : ICOMED: EURL au capital social de 3.087.092 euros RCS Nanterre 333.046.274 Siège social: 137 rue d'aguesseau, 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT. Tél. : 01 47 79 67 48 Directeur de la publication

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-ABS/7/1/Add.1/Rev.1 25 mars 2009 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L'ACCÈS ET LE PARTAGE DES AVANTAGES Septième réunion

Plus en détail

La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données»)

La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données») La protection des données chez Viseca Card Services SA («Déclaration relative à la protection des données») Généralités Viseca Card Services SA (ci-après dénommée «Viseca») reçoit, de la part des titulaires

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 31bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 31bis ; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 70/2014 du 10 septembre 2014 Objet : demande d'autorisation de l Orde van Vlaamse Balies (Ordre des Barreaux néerlandophones) afin d'accéder

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

AVIS 11-201 RELATIF À LA TRANSMISSION DE DOCUMENTS PAR VOIE ÉLECTRONIQUE

AVIS 11-201 RELATIF À LA TRANSMISSION DE DOCUMENTS PAR VOIE ÉLECTRONIQUE AVIS 11-201 RELATIF À LA TRANSMISSION DE DOCUMENTS PAR VOIE ÉLECTRONIQUE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Définitions 1.2 Objet Dans l'avis 11-201 relatif à la transmission de documents par voie électronique (l'«avis»),

Plus en détail

Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable

Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable Instruction complémentaire 44-102 Placement de titres au moyen d un prospectus préalable PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Lien entre la Norme canadienne et la législation en valeurs mobilières 1.2 Responsabilité

Plus en détail

[Traduction du rapport http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2015/july/tradoc_153667.pdf]

[Traduction du rapport http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2015/july/tradoc_153667.pdf] [Traduction du rapport http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2015/july/tradoc_153667.pdf] RAPPORT SUR LE DIXIEME CYCLE DE NEGOCIATIONS POUR LE PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT

Plus en détail

Participation interactive à distance aux réunions des Commissions d'études de l'uit-d

Participation interactive à distance aux réunions des Commissions d'études de l'uit-d Participation interactive à distance aux réunions des Commissions d'études de l'uit-d L'UIT assure des services de participation interactive à distance aux réunions des Commissions d'études de l'uit-d.

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

Mise en place du registre d'hygiène et de sécurité (à destination des agents et des usagers d'un établissement)

Mise en place du registre d'hygiène et de sécurité (à destination des agents et des usagers d'un établissement) Ministère de l Education Nationale de la Recherche et de la Technologie/ ACADEMIE DE CRETEIL/ Mission Hygiène et Sécurité/ Robert FLAMIA I.H.S. Tel : 01 49 81 67 17 Mise en place du registre d'hygiène

Plus en détail

Mode d emploi relatif la réglementation des manifestations commerciales

Mode d emploi relatif la réglementation des manifestations commerciales 1. LES EXPLOITANTS DE SITE D ACCUEIL 1.2. DECLARATION PAR L EXPLOITANT DU PARC D EXPOSITION DU CALENDRIER DES MANIFESTATIONS La réglementation des manifestations commerciales (extrait du code de commerce)

Plus en détail

CHAPITRE I OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE L'ENTENTE

CHAPITRE I OBJET ET CHAMP D'APPLICATION DE L'ENTENTE ENTENTE INTERVENUE ENTRE LE MINISTRE DE LA JUSTICE ET LA CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC SUR LES CONDITIONS D'EXERCICE, LE MODE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET LE TARIF DES HONORAIRES DES NOTAIRES POUR LES

Plus en détail

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts.

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'objectif de l'auditeur est de comprendre les méthodes et les systèmes employés au sein de l'organisation, ainsi

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

CONCOURS PHOTO LA RECHERCHE EN SANTE DANS LA FOCALE REGLEMENT

CONCOURS PHOTO LA RECHERCHE EN SANTE DANS LA FOCALE REGLEMENT CONCOURS PHOTO LA RECHERCHE EN SANTE DANS LA FOCALE REGLEMENT L Institut national de la santé et la recherche médicale est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous

Plus en détail

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er Avertissement L acte que vous allez consulter a été retranscrit, éventuellement coordonné, et mis en ligne par une entité privée. Il ne s agit pas d un document officiel ; seul un document officiel fait

Plus en détail

Qui? Quoi? Comment? Où?

Qui? Quoi? Comment? Où? 8. CONVENTION SPECIFIQUE DE SUBVENTION. 8.1 SIGNATURE DE LA CONVENTION SPECIFIQUE DE SUBVENTION Si ECHO décide de financer le projet, il enverra 2 exemplaires originaux de la convention de subvention spécifique

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques (ci-après la "LRN") ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques (ci-après la LRN) ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007 F OMPI SCT/17/5 ORIGINAL : anglais DATE : 23 mars 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

SQ 901 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Qualité EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE

SQ 901 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Qualité EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE SQ 901 Indice D Application Ferroviaire Spécification Qualité OBTENTION DE LA QUALITE DES PRODUITS ACHETES PAR LA SNCF EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE Édition

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE Réponse du CCBE sur la consultation publique de la Commission européenne sur l'informatique en nuage

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers.

Avis concernant le projet de loi relatif aux extraits de Casier judiciaire délivrés aux particuliers. 3000213 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Av. Haute, de la 139, porte B-1000 de Hal, Bruxelles 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: Tél.: +32(0)2/213.85.40 +32(0)2/542.72.00 E-mail E-mail : commission@privacycommission.be

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009

EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009 EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009 EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU 14 MAI 2009 ETUDE D UN CAS D AUTOMATISATION PERMETTANT D APPRECIER LA

Plus en détail

BIBLIOTHEQUE MEDIATHEQUE PIERRE-MENDES-FRANCE REGLEMENT INTERIEUR

BIBLIOTHEQUE MEDIATHEQUE PIERRE-MENDES-FRANCE REGLEMENT INTERIEUR BIBLIOTHEQUE MEDIATHEQUE PIERRE-MENDES-FRANCE REGLEMENT INTERIEUR BIBLIOTHEQUE MEDIATHEQUE Pierre-Mendes-France Règlement intérieur CONDITIONS GENERALES CONDITIONS D'UTILISATION A: SALLE DE TRAVAIL B:

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Sauf stipulation expresse contraire dans les conditions particulières, les présentes conditions générales régissent toutes les ventes effectuées entre ABBAKAN (ci-après dénommée

Plus en détail

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS DÉCISION DU BUREAU DU 15 AVRIL 2013 Chapitres: 1. Cadeaux reçus à

Plus en détail

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels de l'académie de NANCY-METZ

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels de l'académie de NANCY-METZ Charte régissant l'usage du système d information par les personnels de l'académie de NANCY-METZ Charte d'usages du système d'information 1/8 Sommaire Préambule...3 Article I. Champ d'application...4 Article

Plus en détail

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 Convention concernant la liberté syndicale et la protection du droit syndical (Note: Date d'entrée en vigueur: VIGUEUR=04:07:1950.)

Plus en détail

CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS. Diffère du contrat d édition B sur deux points :

CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS. Diffère du contrat d édition B sur deux points : 1/4 CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS Diffère du contrat d édition B sur deux points : 1) La cession est consentie pour la durée de la propriété littéraire d'après les lois françaises et

Plus en détail

TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE

TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Avril 2015 IT/OWG-EFMLS-3/15/3 TRAITÉ INTERNATIONAL SUR LES RESSOURCES PHYTOGÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE TROISIÈME RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL AD HOC À COMPOSITION NON LIMITÉE CHARGÉ

Plus en détail

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012;

Vu la demande du Fonds Commun de Garantie Automobile reçue le 09/03/2012; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 59/2012 du 18 juillet 2012 Objet: demande d'autorisation émanant du Fonds Commun de Garantie Automobile pour accéder au Registre national et

Plus en détail

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT DIRECTION E - Transport intérieur Transport ferroviaire et interopérabilité 96/48-DV63

Plus en détail

Vu la demande du Service des Pensions du Secteur public reçue le 01/12/2014 ;

Vu la demande du Service des Pensions du Secteur public reçue le 01/12/2014 ; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 11/2015 du 18 février 2015 Objet : Demande d autorisation du Service des Pensions du Secteur public, institution de gestion du réseau secondaire

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/10 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 11/2010 du 10 juin 2010 Objet : demande d'autorisation de la Chambre nationale des Huissiers de Justice en vue d'accéder à des données enregistrées

Plus en détail

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004)

Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) Principes directeurs sur la protection des données à caractère personnel à l égard des cartes à puce (2004) adoptés par le CDCJ lors de sa 79 e plénière (11-14 mai 2004) INTRODUCTION Les comités du Conseil

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS»

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS» CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE PAR «LES PETITS BILLETS» Préambule Les présentes Conditions Générales de Ventes du Service de LES PETITS BILLETS (Ci-après les «CGV») visent à définir

Plus en détail

Les Diligences Directement Liées à la mission du commissaire aux comptes

Les Diligences Directement Liées à la mission du commissaire aux comptes DOSSIER TECHNIQUE Les Diligences Directement Liées à la mission du commissaire aux comptes Guide pratique Copyright ecf Copyright ecf 2 Les Diligences directement liées DDL Juin 2009 En conformité avec

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/12 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 05/2010 du 25 mars 2010 Objet : demande d'autorisation émanant du SPP Intégration sociale en vue de l'échange électronique de données à

Plus en détail

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-huitième session 168 EX/4 Paris, 15 octobre 2003 Original anglais Point 8.1 de l'ordre du jour

Plus en détail

FACTURATION ÉLECTRONIQUE

FACTURATION ÉLECTRONIQUE FACTURATION ÉLECTRONIQUE Consultant et expert judiciaire en informatique Maître de conférences à l U.L.B. (1983-2009) Président du CLUSIB Baron de Vironlaan, 29 Tel +32 2 569.40.87 B-1700 DILBEEK Fax +32

Plus en détail

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ;

Vu la demande de l'agentschap Binnenlands Bestuur, reçue le 24/02/2012 ; 1/7 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 39/2012 du 9 mai 2012 Objet : demande d'autorisation formulée par l'agentschap voor Binnenlands Bestuur (Agence des Affaires intérieures) de

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

RECUEIL DES TEXTES RELATIFS A LA

RECUEIL DES TEXTES RELATIFS A LA COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE XXI DOUANE ET FISCALITÉ INDIRECTE DOUANE B3-Législation douanière générale XXI/1229/96-FR Rév. 3 Bruxelles, le 12 mai 1997 RECUEIL DES TEXTES RELATIFS A LA VALEUR

Plus en détail

Lisez ce premier. Droit d'auteur

Lisez ce premier. Droit d'auteur Next Generation Banking system Cloud Banking Service Provider Mobile Banking Service Provider Lisez ce premier Nous vous remercions de votre intérêt pour MBSP (Prestataire de services de Mobile Banking)

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat.

Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat. Modèles d actes - EURL - Approbation des comptes annuels avec affectation du résultat. 1. Requête au président du tribunal de commerce en vue de la prolongation du délai de six mois d'approbation des comptes

Plus en détail

QUESTION 88. Enregistrement international des marques

QUESTION 88. Enregistrement international des marques QUESTION 88 Annuaire 1985/III, page 289 Comité Exécutif de Rio de Janeiro, 13-18 mai 1985 Q88 QUESTION Q88 Résolution L'AIPPI: 1. Prend note du travail fait par le Comité des Experts de l'ompi concernant

Plus en détail

Logiciel. Instructions d'installation. KUKA.Sim Viewer KUKA.Sim Layout KUKA.Sim Tech KUKA.Sim Pro Bibliothèque de composants KUKA.Sim. Version 2.

Logiciel. Instructions d'installation. KUKA.Sim Viewer KUKA.Sim Layout KUKA.Sim Tech KUKA.Sim Pro Bibliothèque de composants KUKA.Sim. Version 2. Logiciel KUKA.Sim Viewer KUKA.Sim Layout KUKA.Sim Tech KUKA.Sim Pro Bibliothèque de composants KUKA.Sim Version 2.1 KUKA.Sim 2.1 2010-01-05 Page 1/11 Copyright KUKA Roboter GmbH La présente documentation

Plus en détail

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014)

LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) LOI SUR LES DROITS DU PATIENT DU 22/08/2002 (Mise à jour au 14/05/2014) CHAPITRE I. - Disposition générale. Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. CHAPITRE

Plus en détail

Conditions générales. Utilisateurs de machine à affranchir

Conditions générales. Utilisateurs de machine à affranchir Conditions générales Utilisateurs de machine à affranchir Conditions générales En vigueur le 12 janvier 2015 MC Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société

Plus en détail

ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT

ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT ZEN PRODUCTIONS CONTRAT DE DISTRIBUTION D OEUVRES PHONOGRAPHIQUES LIBRE DE DROIT ENTRE : DOMICILIÉ À : CI APRÈS DÉNOMMÉ D'une part, ET ZEN PRODUCTIONS Représenté par STEPHANE MARTIN SARL

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

CREATION D UN PLAN SPORT EMPLOI CONVENTION DE FINANCEMENT RELATIVE A UN PROJET ASSOCIATIF DANS LE DOMAINE SPORTIF AU TITRE DE L ANNEE 2013

CREATION D UN PLAN SPORT EMPLOI CONVENTION DE FINANCEMENT RELATIVE A UN PROJET ASSOCIATIF DANS LE DOMAINE SPORTIF AU TITRE DE L ANNEE 2013 CREATION D UN PLAN SPORT EMPLOI CONVENTION DE FINANCEMENT RELATIVE A UN PROJET ASSOCIATIF DANS LE DOMAINE SPORTIF AU TITRE DE L ANNEE 2013 Vu le code du sport ; Vu la loi n 2000-321 du 12 avril 2000 relative

Plus en détail

Guide produit Révision A. Client McAfee Secure Web Mail 7.0.0 Logiciel

Guide produit Révision A. Client McAfee Secure Web Mail 7.0.0 Logiciel Guide produit Révision A Client McAfee Secure Web Mail 7.0.0 Logiciel COPYRIGHT Copyright 2011 McAfee, Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, transmise,

Plus en détail

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main?

3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? FAQ Car-pass 1. "Car-pass", de quoi s'agit-il? 2. Quand faut-il un car-pass? 3. Faut-il établir un autre document de vente lors de la vente d'un véhicule de seconde main? 4. Quelles sont les conséquences

Plus en détail

Format d Évaluation et Dossier Type. Évaluation des Propositions de Première Étape

Format d Évaluation et Dossier Type. Évaluation des Propositions de Première Étape Format d Évaluation et Dossier Type Évaluation des Propositions de Première Étape Édition d Essai Septembre 2011 PRÉFACE Le présent Format d'évaluation et le dossier type ont été préparés par la Banque

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE L application Link MyPeugeot (ci-après dénommée «l Application») est une application mobile gratuite, compatible ios 6 ou

Plus en détail