I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet"

Transcription

1 I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet Activ emploi Lors de son Conseil d administration en février 2014, Pôle emploi a acté un changement majeur dans les conditions de recours aux opérateurs privés de placement (OPP) : alors que la convention tripartite signée en janvier 2012 engageait Pôle emploi à mobiliser les OPP pour des prestations longues au profit des publics les plus éloignés de l emploi, l orientation de l établissement est désormais de confier à ces OPP les publics les plus autonomes et les plus proches de l emploi. Il s agit donc d un virage important dans la stratégie et qui préfigure probablement des orientations de la prochaine convention tripartite (Etat-Unedic-Pôle emploi) actuellement en cours de négociation. La direction générale prétend pourtant qu elle agit en toute cohérence avec son plan «Pôle emploi 2015», en faisant «plus pour ceux qui en ont le plus besoin» et en mobilisant l offre de service créée à cet effet (modalité «accompagnement renforcé»). En effet, la conséquence de cet envoi massif d usagers (les plus autonomes) vers les prestataires permettrait, par un mécanisme de vases communicants, d augmenter le nombre de portefeuilles «accompagnement renforcé» au détriment du nombre de portefeuilles «suivi». Au SNU, nous pourrions nous réjouir de cette volonté de recentrage vers le cœur de métier des conseillers à l emploi qui est d accompagner, en interne, les personnes privées d emploi. Mais, selon nous, ce service public d accompagnement devrait être rendu quel que soit le degré d autonomie et de distance au marché du travail des demandeurs d emploi et pas seulement à certains de ceux les plus en difficulté! Une prestation externalisée très «light» Notre institution va donc confier à des OPP des publics proches de l emploi, ayant besoin d un simple appui méthodologique. Le cahier des charges sera des plus allégés, au prétexte de laisser des marges de manœuvre à l opérateur. La prestation Activ emploi se déroulera sur 4 mois, avec un socle de services obligatoires très restreint (un entretien individuel au démarrage, qui pourra être réalisé en visio ; un contact final ; et entre les 2, le prestataire devra simplement favoriser les prises de contact du demandeur d emploi avec les entreprises ) et des résultats jugés positifs dès qu un retour à l emploi de seulement trois mois sera constaté!

2 La qualité sera analysée à la seule lumière d enquêtes de satisfaction réalisées auprès des publics ayant bénéficié de la prestation. Le contrôle qualité prévu de cette prestation (qui sera massivement délivrée) ne nous semble pas à la hauteur de ce qui est nécessaire, alors que nous ne sommes déjà pas en capacité d effectuer des contrôles sérieux sur les prestations existantes. Les remontées effectuées par les conseillers ne sont d ailleurs que très rarement prises en compte. Bref, une prestation très «virtuelle». Espérons que l emploi retrouvé par le demandeur ne le sera pas, lui, virtuel La mise en œuvre de cette nouvelle prestation qui remplacera Objectif Emploi (OE) et Trajectoire vers l emploi (TVE) fin juin 2015 nous apparaît comme un véritable «cadeau» fait aux OPP. Car l enjeu financier est très important : 11 millions d euros en Aquitaine pour environ demandeurs d emploi concernés par an. Nous avons en effet des doutes au sujet du type de prestataires qui seront choisis pour le marché. S agira-t-il d opérateurs de dimension nationale qui, compte tenu des profils définis (personnes présentant moins de distance au marché de l emploi), pourront développer davantage de synergies avec leurs autres activités de reclassement ou d intérim? Ou s agira-t-il de prestataires de petites tailles, ce qui serait souhaitable, plutôt implantés localement et ayant souvent une meilleure connaissance du marché de l emploi du territoire? La logique budgétaire qui soustend la démarche ne nous laisse que peu d espoir à ce sujet Nous craignons que cette même logique comptable ne conduise au choix d opérateurs contraints d entretenir la précarité de leurs intervenants, ce qui aura des conséquences négatives sur la qualité des prestations délivrées. Et la réponse de la Direction ne nous rassure pas : elle nous rappelle avec une subtile ambiguïté que le tarif sera un critère très important même si la logique sera d aller vers le «mieux-disant», plutôt que le «moins-disant»! Les choix d implantations où sera réalisée la prestation sont aussi révélateurs de la logique qui anime l ensemble du projet. De nombreuses zones du territoire ne seront pas couvertes : nord de la gironde, bassin d Arcachon, une partie de la Dordogne, centre du Béarn. Si le Président du CE nous indique réfléchir à un rééquilibrage des ressources internes au profit des agences qui ne bénéficieront pas de la proximité d exécution de la prestation, cela pose néanmoins clairement la question de l égalité d accès aux prestations entre les personnes privées d emploi sur le territoire aquitain.

3 Par ailleurs, se pose la question de la visibilité et de la cohérence de cette prestation par rapport à l offre de service en place à Pôle emploi : quel public relèvera de la prestation Activ emploi ou des ateliers (qui sont également de l appui méthodologique pour un coût inférieur)? A qui s adresse alors STR? Pas de réponse claire de la direction. Très peu d éléments de réponse non plus au sujet de la possibilité offerte au demandeur d emploi de s autopositionner sur la prestation à partir de son espace personnel sur pole-emploi.fr. Mais on ne peut que regretter, une fois de plus, le choix d aller toujours plus loin dans l autodélivrance des services! Les raisons de la «réinternalisation» de l accompagnement des publics éloignés de l emploi C est en fait sous la pression des tutelles que Pôle emploi s est engagé à accompagner plus intensivement les demandeurs et a décidé de «réinternaliser» l accompagnement de ceux qui sont le plus éloigné de l emploi. Ainsi, l incapacité de l institution à gérer le chômage de masse, faute de moyen face à un niveau de chômage historique, se traduit par l envoi de milliers d usagers, plus autonomes, aux opérateurs privés. La Cour des comptes, dans un rapport de mai 2014, affirme qu actuellement «l ensemble des demandeurs d emploi nécessitant un accompagnement renforcé n est pas suivi par des conseillers dans le cadre de la modalité spécifique prévue à cet effet, en raison notamment des arbitrages à opérer entre les effectifs et la taille maximum des portefeuilles en accompagnement renforcé». Effectivement, en juillet 2014 en Aquitaine, seulement demandeurs d emploi se trouvaient dans cette modalité, alors que sont au chômage depuis plus d un an. Ainsi, à peine 9 % des DELD sont en «accompagnement renforcé», et moins de 3,5 % si l on considère l ensemble de la population inscrite! Pas étonnant donc que Pôle emploi soit sommé de «faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin»! Pourtant, comme nous l a confirmé le président du C.E. à plusieurs reprises, l opération se fera à «ISO effectif»! Autre point essentiel et pourtant jamais évoqué par la direction : environ 20 % seulement du temps opérationnel d un agent, en Aquitaine, est consacré au suivi des demandeurs d emploi en portefeuille! Dans ces circonstances, comment imaginer qu un réel accompagnement puisse être sérieusement mis en œuvre alors qu aujourd hui l actuelle prestation Objectif Emploi, réalisée par les prestataires jusqu à fin juin 2015, prévoit, selon le cahier des charges, 12 contacts obligatoires dont 6 entretiens en face à face sur trois mois.

4 Il est évident que nous ne pourrons offrir, en interne, le même rythme de rencontres. Cela sera très largement insuffisant au regard des besoins, alors même que chacun sait que la variable clé de l efficacité de l accompagnement est le temps qu un conseiller peut consacrer à un demandeur d emploi. Pour résumer, il va falloir faire mieux et plus, sans temps ni effectif supplémentaire. Mais que va représenter concrètement l augmentation du nombre de portefeuilles d «accompagnement renforcé»? Pas grand-chose, en fait. Car malgré un gain espéré par la direction générale de près de 30 % de demandeurs d emploi supplémentaires suivis dans cette modalité (soit environ à de plus, ce qui portera le nombre total à moins de ), ces demandeurs d emploi resteront en très faible proportion comparés aux demandeurs d emploi toutes catégories confondues, dont de longue durée! Les détracteurs de Pôle emploi auront alors beau jeu de mettre en évidence «l inefficacité» présumée de Pôle emploi, en comparant les résultats obtenus en interne à ceux obtenus par les OPP (chargés des publics moins éloignés du marché de l emploi ) : ou comment Pôle emploi se tire lui-même une balle dans le pied! Activ projet Parallèlement à Activ emploi, la prestation Activ projet va se déployer à la même échéance et remplacera CPP et CAP. Environ 6650 demandeurs d emploi par an seront concernés en Aquitaine par cette prestation. Comme pour Activ emploi, le contenu est très léger. Trois entretiens physiques seulement seront obligatoires : un en début de prestation, un au milieu et un à la fin. Pour le reste, ce sera à la main du prestataire, en fonction «des besoins du demandeur d emploi»! Lourde tâche pour des intervenants qui devront s assurer que l usager a, à la fois : «défini un ou plusieurs projets traduisant une stratégie d évolution professionnelle», mais aussi «progressé sur les compétences à s orienter»! Tout cela en 8 semaines! Nul doute que le contrôle qualité prendra alors toute son importance Là encore, la question de l implantation des zones d exécution de la prestation se pose : beaucoup de «zones blanches» sur la carte Les équipes EOS, comme les OPP, pourraient délivrer la prestation. Mais la direction n est actuellement pas en capacité d indiquer dans quels cas se fera l orientation vers les uns ou vers les autres. Pas plus de réponse sur l intégration de la prestation avec le reste de l offre de service de Pôle emploi (Regards croisés, etc.).

5 II. Information relative à l optimisation du processus indemnisation Lors de la séance du comité d établissement du 28 août, avait été abordé l évolution informatique concernant les éléments déclaratifs (remontées GAEC et déclarations du demandeur d emploi) lors de l EID. Nous considérons pour notre part qu il s agit bien d une évolution de l acte métier lui-même, puisque c est une nouvelle étape de l EID entre la liquidation et la phase d élaboration du PPAE. D après les remontées des collègues du terrain (que le Direction régional adjoint conteste ), cette nouvelle étape allonge la durée de l EID de plusieurs minutes. Cela pose aussi la question de la logique de l articulation de l entretien lui-même, la DAJ 456 étant rééditée puis signée après la phase d inscription dans le système informatique. Et ce n est pas sans conséquence, malheureusement, sur la qualité du diagnostic posé lors du PPAE, faute de temps Cette énième évolution de l EID (après la «simplification» de la demande d inscription et d allocation, après la modification de saisie des pièces complémentaire, etc.), qui d après l aveu même du Directeur régional adjoint, en laisse présager d autres (avec la nouvelle convention d assurance chômage notamment) aboutit à l existence aujourd hui d un acte professionnel qui n a plus grand-chose à voir avec l entretien qui était réalisé il y a trois ans. Le SNU est intervenu auprès de la direction pour qu un point soit effectué prochainement en comité d établissement au sujet de l EID. Il nous parait absolument nécessaire que, plusieurs années après la mise en place de cet acte professionnel (qui se voulait l acte fondateur de la nouvelle institution Pôle emploi) et avant l arrivée d autres évolutions, un bilan soit tiré et que les conséquences en terme d organisation et de conditions de travail des agents soient évaluées.

6 III. Fonctionnement du CE Landettes Par deux délibérations d avril et mai 2011, le C.E. Pôle emploi Aquitaine a accepté la dévolution des Landettes, 10 gîtes en bois et couverture tuiles, situés à Seignosse sur un camping appartenant à la Mairie. Différents débats ont eu lieu au sein de la Commission ASC sur l éventualité de renouveler ces équipements, âgés de plus de 20 ans et des contacts avec le Camping et la nouvelle municipalité ont eu lieu avant l été 2014, à l initiative du C.E. Le Camping comme la municipalité, au vu des investissements réalisés sur ce camping (nouvelle piscine, etc.) souhaitent également le renouvellement de ces équipements. Lors des dernières réunions de la Commission ASC, il nous a semblé : - que compte tenu de tous ces paramètres, un investissement sur du matériel neuf était indispensable - qu il ne pouvait se faire que si nous obtenions des garanties du camping sur la durée du bail, permettant ainsi d assurer l amortissement de ces investissements - que le choix devait se porter sur une gamme unique de chalets, de qualité équivalente, mais plus grands et dotés d une terrasse couverte plus grande - que le choix devait donc être présenté en C.E. Par ailleurs, un tableau récapitulatif montre la situation financière des Landettes depuis 2011 : il fait apparaitre un excédent de gestion cumulé (à fin aout 2014) d environ Euros. Au-delà des chiffres, tous ceux qui ont vu ces équipements, dans leur cadre forestier, ont été satisfaits. De même que les agents qui ont profité de ces équipements. C est pourquoi la Commission ASC propose au C.E. le vote suivant : Le Comité d Etablissement Pôle emploi Aquitaine prend la décision de principe de renouveler par du neuf 10 chalets. Ces dix chalets, équipés (électroménager) ont une valeur d environ uros l unité. Ce renouvellement peut se faire sur le camping des Oyats s il y a accord sur la durée du bail et le montant du loyer. Dans le cas d un échec de ces négociations, le C.E. mandate le bureau, avec l appui de la commission ASC, pour rechercher d autres partenaires. Le bureau du C.E. reviendra vers le C.E. pour décision. POUR : 14 (UNANIMITE) Nous nous félicitons de cette unanimité sur le renouvellement de gîtes qui ont été largement appréciés par les agents.

7 Compte tenu des informations communiquées par les trésoriers du C.E. lors du C.E. du 28 août, faisant état, à fin août, d un «excédent» de uros. Compte tenu des informations communiquées par les anciennes trésorières du C.C.E. faisant état d une estimation du reliquat «Mutualisation 2013» de l ordre de 150 à uros. Mais, comme nous ne savons pas à quelle date le constat comptable sera fait en C.C.E. et à quelle date ces sommes seront versées. Deuxième vote : Le Comité d Etablissement Pole emploi Aquitaine décide d affecter au renouvellement des Landettes une partie du budget ASC 2014 à hauteur de uros POUR : 12 (SNU CFDT CGT) Proposition contradictoire Le Comité d Etablissement Pole emploi Aquitaine décide d affecter au renouvellement des Landettes, sur le solde prévisionnel budgété ASC 2014 à hauteur de uros POUR : 2 (FO SUD) agents, de proposer une prestation dès cette fin d année. Cette proposition a été repris par la majorité des élus du C.E. Il est évident que cette prestation a un caractère exceptionnel. Troisième vote : Le C.E. décide la mise en place d une prestation exceptionnelle de fin d année, concernant les agents présents et payés au 31 octobre 2014, ainsi que les agents absents dans les conditions déjà votées en CE, d un montant de 70 uros par agent pour un montant total de uros. POUR : 12 (SNU CFDT - CGT) Proposition contradictoire Le C.E. décide de mettre à la disposition des agents une partie du reliquat (40 euros par agent) afin de leur permettre d organiser un moment de convivialité, en fin d année, pour un montant total de uros. POUR : 1 (SUD) ABSTENTION SUR LES DEUX PROPOSITIONS : 1 (FO) Il nous a paru, à nous qui avons voté pour les prestations mutualisées, qui avons largement contribué à les mettre en œuvre en appui du C.C.E., qu il était opportun, compte tenu des difficultés connues par les

8 Quatrième vote (en cas de vote positif sur le 3.1) Le C.E. décide le versement de cette prestation exceptionnelle sous forme de chèques culture. POUR : 1 (SUD) Proposition contradictoire Le C.E. décide le versement de cette prestation exceptionnelle sous forme de chèques cadeaux. POUR : 13 (SNU CFDT CGT - FO) Mutualisation Le Comité d établissement Aquitaine s est étonné des conditions dans lesquelles la Direction s est permis de suspendre, fut ce provisoirement le C.C.E. Il s étonne également de ne pas avoir eu d informations officielles à ce sujet. Le C.E. Pôle emploi Aquitaine constate que, à ce jour, il n y a pas de CNASC et pas de propositions de prestations mutualisées, les prochains C.C.E. se tenant les 30 septembre et 1 er octobre. Il prend acte de cette situation qu il ne peut que regretter, étant un des C.E. qui a porté la mutualisation des prestations et qui a même contribué activement à leur gestion. Il constate qu il n y a pas de modification de l accord de gestion ni de la convention de gestion. Il lui est donc, à ce jour, impossible d adhérer à la convention de gestion. Le C.E. aquitaine rappelle les propositions qu il a fait, à plusieurs reprises, tant sur les prestations que sur la nécessaire renégociation de l accord de gestion. POUR : 13 (SNU - CFDT- CGT- SUD) ABS : 1 (FO) FO indiquant que leur position est de voter contre la mutualisation. On l avait bien compris Nous nous félicitons de la quasi unanimité du C.E. sur ce point, même si nous ne pouvons pas nous réjouir des difficultés à mettre en place (manque de volonté de certains, manœuvres dilatoires d autres avec l aide de la DG) la mutualisation. Au mois d août, encore, nous avons fait des propositions concrètes. Espérons que d autres C.E. souhaiteront intervenir en appui du C.C.E. et montreront également leur volonté de construire les solidarités nécessaires.

9 III. Information en vue d une consultation ultérieure sur le projet de bilan de formation 2013 Ci-dessous, les éléments de réflexion qui ont suivi la rencontre des membres de la commission formation avec des membres de la direction. Quelques chiffres énoncés 85 % du prévisionnel réalisé sans les actions hors plan (cf p.3) 5937 entrées en formations en 2013 contre 5232 en 2012 soit une augmentation de 705 entrées. (cf p.10) 2241 agents formés en 2013 contre 1973 en 2012 soit une augmentation de 268 agents formés. (cf p.10) Cette augmentation se vérifie pour le réseau mais pas pour les fonctions d appui ni les plateformes (cf p.14) C est une augmentation du nombre d entrées en formation mais pas du taux de réalisation du prévisionnel. Le hors plan est plus important sur l année (cf p.16) Les agents sans formation et le suivi de la cohorte : Si nous prenons 571, le nombre d agents sans formation calculé sur l effectif moyen en 2013 nous observons une différence à la baisse de 6 par rapport à 2012 (cf p.3). Ces données ne sont pas représentatives d une réalité puisqu elles sont calculées sur des effectifs moyens. Nous souhaitons des données tangibles; En 2013 ceux sont 840 agents sans formation contre 779 en 2012 soit une différence à la baisse de 61 personnes (p.28). L année dernière nous avions demandé la dissociation entre les agents en suspension de contrat et les agents d entretien. Les agents d entretien sont un effectif présent qui doit être comptabilisé comme tel. Les difficultés pour mobiliser des formations pour les agents d entretien ne justifient pas de les retirer des effectifs présents. Si l on prend dans le bilan social le chiffre de 148 agents sans formation calculé sur les CDI en 2013 contre les 167 de 2012 on observe une baisse de 19 personnes. Nous pourrions considérer ces données comme les plus précises, les plus stables. Le suivi de la cohorte est intéressant mais ne concerne que les CDI. Nous n avons pas de visibilité sur les CDD. Nous souhaitons pouvoir analyser à part de la cohorte des CDI un suivi des CDD pour l année 2013 : Combien de CDD présents en 2013, la durée des contrats, le nombre d entrées en formation et sur quelles formations, le nombre de CDD non formés, le nombre de départ en cours d année.

10 Les e-formations p.9 Les bilans de ces formations se fond tout de suite sur le logiciel simplicit-e comme pour les sessions des séminaires de management. Seules les personnes qui ont pu faire la session dans son intégralité peuvent faire le bilan. Mais de nombreux problèmes persistent au niveau technique : essentiellement des problèmes de connexions. Il y a une nouvelle programmation de la session si des problèmes sont survenus. Il est possible d interpeller un formateur sur certains modules. DIF et CIF (p.32-33) : Nous avons réagi sur ces rubriques et interrogé Mme Herault et Mme Ibar sur les financements de 7 bilans de compétence par le DIF et de 2 bilans de compétence par le CIF. L année dernière il avait été dit à la commission formation que les salariés sont conseillés par les services RH sur leur projet professionnel et de formation si besoin. Nous ne comprenons pas que d autres financements pour les bilans de compétences ne soient pas privilégiés ou conseillés aux agents. Qu en est-il des personnes qui se sont vu confirmé un projet professionnel avec besoin de formation et qui se retrouve avec un des 2 dispositifs non mobilisable tout de suite? profiter pour expliquer les possibilités de financement pour les bilans de compétences autre que DIF et CIF. Les personnes en contrats aidé (p.39) : La commission formation souhaite que les tuteurs chargés de l accompagnement des personnes en contrats aidé soit formés comme tuteurs. Les EOS étaient suivi en public spécifique l année dernière. Ils ont été intégrés au réseau pour Nous avons fait la remarque sur les besoins spécifiques et obligatoires au nom de la déontologie des psychologues. D après les RH il n y en a pas à part la veille documentaire. Remarques sur la politique formation de Pôle Emploi Aquitaine : L analyse par catégorie faite page 18 résume la problématique de la politique de formation de Pôle Emploi et tout particulièrement ici de Pôle Emploi Aquitaine : 81.1 % des entrées en formation sont consacrées à de l adaptation au poste de travail contre seulement 18.1% pour des actions liées à l évolution des emplois ou plutôt au maintien dans l emploi. Seulement 0.9 % des entrées en formation sont des actions de formations permettant le développement de compétences des salariés. Nous en profitons pour demander à l établissement de mettre à jour sa communication dans l intranet et d en

11 Les EOS : Communication vers les agents : Le minimum est fait pour adapter les salariés aux différents dispositifs de Pôle Emploi Mais les savoirs ne sont pas développés ni consolidés. Nous déplorons de ne pas voir venir de certification de pôle à défaut de pouvoir suivre des formations diplômantes ou certifiantes sur des compétences transférables. Encore une fois nous avons demandé la possibilité de connaître les remontées des besoins en formation issues des EPA et pour ceux qui n ont pas souhaité l EPA, issue des formulaires prévus à cet effet. Nous avons évoqué à nouveau le questionnaire que nous nous proposions en tant que commission de diffuser pour faire une enquête dans le but d obtenir un état des lieux des formations demandées, obtenus et refusées ou non réalisées. Nous sommes invités à faire la demande auprès du service des relations sociales. La commission demande la possibilité de remettre en question le cadrage régional des DIF langue imposé hors temps de travail. Des difficultés pour des raisons familiales freinent l accès à ces formations pour des chargés de famille si l on doit envisager des cours du soir par exemple. Si la formation est concentrée sur plusieurs jours consécutifs pendant des congés par exemple, c est une incohérence pédagogique à éviter. Tel que le prévoit l Art L la commission est chargée «d étudier les moyens permettant de favoriser l expression des salariés en matière de formation et de participer à leur information dans ce domaine» Propositions 2014 : Mettre à jour l intranet ; Informer les agents des possibilités de suivre les formations d aquitaine cap métier gratuitement en indiquant les modalités ; Informer les CDD des modalités et faisabilités pour mobiliser un CIF CDD ; Informer les agents de la possibilité de demander des formations hors «catalogue» lors des EPA ou hors EPA. Avancement du plan 2014 : Peu de hors plan cette année, le taux de réalisation des actions prévues semble élevé pour cette période de l année. Il y aurait du retard au niveau de la DG sur le plan des manager et un report sur des modules de la NCAC.

12 IV. Questions diverses Mise en place de la nouvelle convention d assurance chômage Dans un contexte de conditions de travail dégradées et face à l inquiétude des élus du CE concernant cette rentrée à haut risque liée à la mise en œuvre de la nouvelle convention d assurance chômage, la direction ne semble pas s alarmer pour autant : «des conventions, il y en a eu, c est pas la première, c est pas la dernière» Sans prévoir la moindre «note de rentrée» qui aurait démontré une certaine prise en compte du caractère exceptionnel de la situation, la direction n évoque que quelques décisions minimalistes : - déplanification des positions AST des conseillers gestion des droits, à hauteur de 30 %. La direction ne semble pas mesurer les conséquences que cela va engendrer au niveau de l accueil des sites! - EID prioritairement réalisés par les conseillers intermédiation (qui n en faisaient pas déjà suffisamment?) - Multiplication des heures supplémentaires sur tout le territoire, y compris les plateformes. - Décalage au 1 er novembre de la prise de poste des agents positionnés sur l «accompagnement jeunes». - Plus de mutualisation au niveau du PRTP Donc à situation exceptionnelle, aucune réponse exceptionnelle de la direction! Suppression du depuis les agences Pour rappel, la direction régionale n avait pas cru bon de demander la consultation du comité d établissement lors de la séance du 26 août dernier. Face à des impacts potentiels sur l organisation du travail et les conditions d exercice des agents à l accueil dans une période critique, les élus avaient unanimement demandé davantage d informations et l avis du CHSCT ainsi que la consultation du C.E. Concernant le CHSCT, une première séance d information s est tenue vendredi 26 septembre, avant un recueil d avis prévu le 7 octobre. Pourtant, concernant le C.E., la direction tergiverse, réfléchit et gagne du temps! Le SNU est intervenu pour affirmer que les élus ont modéré leur demande et souhaité le dialogue, sans nécessairement chercher la confrontation permanente! Il était d ailleurs facile pour la direction de faire une information sur la séance et une consultation sur une séance suivante. En réponse, le Président répond par un énigmatique : «Je réfléchis.» Les élus ont donc voté unanimement la délibération suivante : Faisant suite à la délibération votée le 28/08/2014, et au report de la réponse donnée ce jour par le Président du C.E. et Directeur Régional de Pôle emploi Aquitaine au courrier qu ils lui ont adressé le 10/09/2014, les élus du C.E. demandent la tenue d un C.E. extraordinaire avant la suppression de l accès au 3949 depuis les points phone des agences Pôle emploi. Pour seule réponse à cette délibération, le président du C.E. a quitté la salle.

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle

Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc. Les points majeurs de la réforme de la formation professionnelle Présentation réforme FPC par Alain Hellard, Opcalia Martinique Explication de l ANI du 4/2/203 et ses implications Signé par Medef / UPA et Cfdt / FO / Cftc / Cfe-Cgc Les points majeurs de la réforme de

Plus en détail

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI

LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI LANCEMENT DE LA CONSULTATION DES USAGERS ET AGENTS DE POLE EMPLOI Bercy, le 9 septembre 2010 Contact presse : Cabinet de Laurent WAUQUIEZ : Nicolas DIAT - 01 53 18 43 89 Questionnaire adressé aux demandeurs

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Compte-rendu du CCE Pole Emploi du 16 juin 2015

Compte-rendu du CCE Pole Emploi du 16 juin 2015 Fédération CFDT Protection Sociale Emploi 2/8 rue Gaston Rébuffat - 75940 PARIS cedex 19 - Tél. : 01.56.41.51.50 Fax : 01.56.41.51.51 E. mail : federation@pste.cfdt.fr - Site pste : http://www.pste-cfdt.org

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

"Comment construire le plan de formation de mon entreprise"

Comment construire le plan de formation de mon entreprise "Comment construire le plan de formation de mon entreprise" Petit Déjeuner RH - 13 Septembre 2012 Les étapes nécessaires à la construction de mon plan de formation Les modalités de mise en œuvre Comment

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation

La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise. Les salariés au cœur de leur parcours de formation La réforme de la formation professionnelle pour les élus d entreprise Les salariés au cœur de leur parcours de formation Loi du 5 mars 2014 27 mars 2015 L esprit de la réforme : une obligation de former

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Nous allons bien sûr faire remonter ce problème à la DG pour régler cela au plus vite.

Nous allons bien sûr faire remonter ce problème à la DG pour régler cela au plus vite. DP du 3 avril 2015. Petites précisions: -Concernant la question 1: La Direction interprète notre accord régional sur les frais de repas un peu comme bon lui semble! Mais l accord est très clair et ne fait

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Évaluer la formation dans l entreprise

Évaluer la formation dans l entreprise L objectif de ce guide méthodologique est de dresser un bilan des actions de formation menées. L évaluation constitue la dernière étape du management de la formation. La démarche permet de : mesurer la

Plus en détail

Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours

Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours Loi du 14 octobre 2009 relative à la formation professionnelle tout le long de la vie et à la sécurisation des parcours Présentation Éléments de contexte La loi du 14 octobre 2009 Création d un nouveau

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 12/06/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technico-commercial industriel I OBJECTIF

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Le compte personnel de formation, mode d emploi

Le compte personnel de formation, mode d emploi Le compte personnel de formation, mode d emploi C est fait : le décret relatif aux modalités de mobilisation et de financement du compte personnel de formation est publié au Journal Officiel du 4 octobre

Plus en détail

BP 2015. Les équipements technologiques de l'administration. Mme Calais, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

BP 2015. Les équipements technologiques de l'administration. Mme Calais, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction Informatique et Réseaux Direction 27DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BP 2015 Les équipements technologiques de l'administration Mme

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

En réponse à l évocation du COP, le DGA précise que l audition de Christian DUBREUIL - DG proposé par le Président de la République - interviendra

En réponse à l évocation du COP, le DGA précise que l audition de Christian DUBREUIL - DG proposé par le Président de la République - interviendra En réponse à l évocation du COP, le DGA précise que l audition de Christian DUBREUIL - DG proposé par le Président de la République - interviendra devant les 2 commissions (Assemblée Nationale et Sénat)

Plus en détail

Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels

Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels Esthétique, Parfumerie, Bien-être L accès aux diplômes et aux parcours professionnels Conférence Mondial SPA et Beauté 15 Mars 2014 RÉGINE FERRERE P R É S I D E N T E D E L A C O N F É D É R A T I O N

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

Montbéliard, le 16 mars 2012. Madame, Monsieur le Maire Madame, Monsieur le Président

Montbéliard, le 16 mars 2012. Madame, Monsieur le Maire Madame, Monsieur le Président Montbéliard, le 16 mars 2012 Madame, Monsieur le Maire Madame, Monsieur le Président Pôle carrière, retraite, action sociale Affaire suivie par : Laurent THOMAS Tel. : 03 81 99 36 36 Fax : 03 81 32 23

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-494 17 - Comité Local d Aide aux Projets Bisontins «CLAP» Aide Individuelle aux Loisirs par l Echange «A Tire d AILE» - Bilan 2014 et perspectives 2015

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle

Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle Information et consultation du CCE/CE sur le projet d'accord sur les parcours d'évolution professionnelle au sein du Groupe Carrefour (Accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences) et

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL?

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? NOUS VOUS PROPOSONS UN 1 er CONTACT Ouvert à toute personne. Savoir si vous dépendez du FONGECIF Champagne-Ardenne ou d un

Plus en détail

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015

Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 Décembre 2014 Le nouveau Compte Personnel de Formation remplace le DIF à partir du 1 er janvier 2015 A compter du 1 er janvier 2015 le DIF ou Droit Individuel à la Formation n existera plus, il est remplacé

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

I/ Fonctionnement du CE :

I/ Fonctionnement du CE : CR CFDT du CE du 17 décembre 2015 I/ Fonctionnement du CE : Déclaration CFDT sur la négociation du protocole électoral Grand Est (pièce jointe annexée). Déclaration pour le CEP, lue la CFDT. DR : un travail

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Mener les entretiens professionnels et annuels»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Mener les entretiens professionnels et annuels» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Mener les entretiens professionnels et annuels» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Anglais touristique niveau élémentaire»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Anglais touristique niveau élémentaire» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Anglais touristique niveau élémentaire» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre

Plus en détail

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES

VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES VOYAGES ET SORTIES SCOLAIRES Cité Scientifique, Technologique et Professionnelle Guide administraf et financier Lycée Paul Vincensini et Lycée Fred Scamaroni Quelques rappels utiles... Un voyage scolaire

Plus en détail

Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne

Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne Une mobilisation autour de la professionnalisation des salariés des Services à la Personne Réunion d information UNIFORMATION

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Photos : techniques de prise de vue, équipement et logiciel»

Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Photos : techniques de prise de vue, équipement et logiciel» Consultation 2016 Programme Formations Tourisme «Photos : techniques de prise de vue, équipement et logiciel» Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

A l attention des Organismes de Formation

A l attention des Organismes de Formation ACTIONS COLLECTIVES PLAN ANTI-CRISE ACTIONS COLLECTIVES A l attention des Organismes de Formation Actions collectives au profit des entreprises dans le cadre du plan anti-crise 2009/2010 Les actions de

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance? La portabilité de la couverture prévoyance 1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?... 1 2. Quelles sont les ruptures de contrat de travail concernées par la portabilité?...

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité»

Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Accord cadre pour le développement de la filière du livre en Lorraine Dispositif «Aide aux librairies indépendantes et de proximité» Objectifs : Le Conseil Régional de Lorraine, la DRAC de Lorraine et

Plus en détail

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT Direction des finances - 7DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil départemental Réunion du 26 juin 2015 DM1 2015 Ajustements budgétaires - Culture - Sports - Jeunesse - Associations

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

Tours de départ en congés annuels

Tours de départ en congés annuels SIEGE SOCIAL Direction du Courrier Direction des Ressources Humaines Destinataires Toutes entités courrier Contact Thierry SIMON Tél : 01 55 44 07 02 Fax : 01 55 44 06 42 CP : D 608 Date de validité Dés

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Le salarié et le DIF

Le salarié et le DIF Le salarié et le DIF Qu'est ce que le DIF? Le DIF est une modalité d accès à la formation offerte aux salariés, à leur initiative et avec l accord de leur employeur. C'est au salarié de choisir sa formation

Plus en détail