I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet"

Transcription

1 I. Information relative à la prestation Activ emploi et à la prestation Activ projet Activ emploi Lors de son Conseil d administration en février 2014, Pôle emploi a acté un changement majeur dans les conditions de recours aux opérateurs privés de placement (OPP) : alors que la convention tripartite signée en janvier 2012 engageait Pôle emploi à mobiliser les OPP pour des prestations longues au profit des publics les plus éloignés de l emploi, l orientation de l établissement est désormais de confier à ces OPP les publics les plus autonomes et les plus proches de l emploi. Il s agit donc d un virage important dans la stratégie et qui préfigure probablement des orientations de la prochaine convention tripartite (Etat-Unedic-Pôle emploi) actuellement en cours de négociation. La direction générale prétend pourtant qu elle agit en toute cohérence avec son plan «Pôle emploi 2015», en faisant «plus pour ceux qui en ont le plus besoin» et en mobilisant l offre de service créée à cet effet (modalité «accompagnement renforcé»). En effet, la conséquence de cet envoi massif d usagers (les plus autonomes) vers les prestataires permettrait, par un mécanisme de vases communicants, d augmenter le nombre de portefeuilles «accompagnement renforcé» au détriment du nombre de portefeuilles «suivi». Au SNU, nous pourrions nous réjouir de cette volonté de recentrage vers le cœur de métier des conseillers à l emploi qui est d accompagner, en interne, les personnes privées d emploi. Mais, selon nous, ce service public d accompagnement devrait être rendu quel que soit le degré d autonomie et de distance au marché du travail des demandeurs d emploi et pas seulement à certains de ceux les plus en difficulté! Une prestation externalisée très «light» Notre institution va donc confier à des OPP des publics proches de l emploi, ayant besoin d un simple appui méthodologique. Le cahier des charges sera des plus allégés, au prétexte de laisser des marges de manœuvre à l opérateur. La prestation Activ emploi se déroulera sur 4 mois, avec un socle de services obligatoires très restreint (un entretien individuel au démarrage, qui pourra être réalisé en visio ; un contact final ; et entre les 2, le prestataire devra simplement favoriser les prises de contact du demandeur d emploi avec les entreprises ) et des résultats jugés positifs dès qu un retour à l emploi de seulement trois mois sera constaté!

2 La qualité sera analysée à la seule lumière d enquêtes de satisfaction réalisées auprès des publics ayant bénéficié de la prestation. Le contrôle qualité prévu de cette prestation (qui sera massivement délivrée) ne nous semble pas à la hauteur de ce qui est nécessaire, alors que nous ne sommes déjà pas en capacité d effectuer des contrôles sérieux sur les prestations existantes. Les remontées effectuées par les conseillers ne sont d ailleurs que très rarement prises en compte. Bref, une prestation très «virtuelle». Espérons que l emploi retrouvé par le demandeur ne le sera pas, lui, virtuel La mise en œuvre de cette nouvelle prestation qui remplacera Objectif Emploi (OE) et Trajectoire vers l emploi (TVE) fin juin 2015 nous apparaît comme un véritable «cadeau» fait aux OPP. Car l enjeu financier est très important : 11 millions d euros en Aquitaine pour environ demandeurs d emploi concernés par an. Nous avons en effet des doutes au sujet du type de prestataires qui seront choisis pour le marché. S agira-t-il d opérateurs de dimension nationale qui, compte tenu des profils définis (personnes présentant moins de distance au marché de l emploi), pourront développer davantage de synergies avec leurs autres activités de reclassement ou d intérim? Ou s agira-t-il de prestataires de petites tailles, ce qui serait souhaitable, plutôt implantés localement et ayant souvent une meilleure connaissance du marché de l emploi du territoire? La logique budgétaire qui soustend la démarche ne nous laisse que peu d espoir à ce sujet Nous craignons que cette même logique comptable ne conduise au choix d opérateurs contraints d entretenir la précarité de leurs intervenants, ce qui aura des conséquences négatives sur la qualité des prestations délivrées. Et la réponse de la Direction ne nous rassure pas : elle nous rappelle avec une subtile ambiguïté que le tarif sera un critère très important même si la logique sera d aller vers le «mieux-disant», plutôt que le «moins-disant»! Les choix d implantations où sera réalisée la prestation sont aussi révélateurs de la logique qui anime l ensemble du projet. De nombreuses zones du territoire ne seront pas couvertes : nord de la gironde, bassin d Arcachon, une partie de la Dordogne, centre du Béarn. Si le Président du CE nous indique réfléchir à un rééquilibrage des ressources internes au profit des agences qui ne bénéficieront pas de la proximité d exécution de la prestation, cela pose néanmoins clairement la question de l égalité d accès aux prestations entre les personnes privées d emploi sur le territoire aquitain.

3 Par ailleurs, se pose la question de la visibilité et de la cohérence de cette prestation par rapport à l offre de service en place à Pôle emploi : quel public relèvera de la prestation Activ emploi ou des ateliers (qui sont également de l appui méthodologique pour un coût inférieur)? A qui s adresse alors STR? Pas de réponse claire de la direction. Très peu d éléments de réponse non plus au sujet de la possibilité offerte au demandeur d emploi de s autopositionner sur la prestation à partir de son espace personnel sur pole-emploi.fr. Mais on ne peut que regretter, une fois de plus, le choix d aller toujours plus loin dans l autodélivrance des services! Les raisons de la «réinternalisation» de l accompagnement des publics éloignés de l emploi C est en fait sous la pression des tutelles que Pôle emploi s est engagé à accompagner plus intensivement les demandeurs et a décidé de «réinternaliser» l accompagnement de ceux qui sont le plus éloigné de l emploi. Ainsi, l incapacité de l institution à gérer le chômage de masse, faute de moyen face à un niveau de chômage historique, se traduit par l envoi de milliers d usagers, plus autonomes, aux opérateurs privés. La Cour des comptes, dans un rapport de mai 2014, affirme qu actuellement «l ensemble des demandeurs d emploi nécessitant un accompagnement renforcé n est pas suivi par des conseillers dans le cadre de la modalité spécifique prévue à cet effet, en raison notamment des arbitrages à opérer entre les effectifs et la taille maximum des portefeuilles en accompagnement renforcé». Effectivement, en juillet 2014 en Aquitaine, seulement demandeurs d emploi se trouvaient dans cette modalité, alors que sont au chômage depuis plus d un an. Ainsi, à peine 9 % des DELD sont en «accompagnement renforcé», et moins de 3,5 % si l on considère l ensemble de la population inscrite! Pas étonnant donc que Pôle emploi soit sommé de «faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin»! Pourtant, comme nous l a confirmé le président du C.E. à plusieurs reprises, l opération se fera à «ISO effectif»! Autre point essentiel et pourtant jamais évoqué par la direction : environ 20 % seulement du temps opérationnel d un agent, en Aquitaine, est consacré au suivi des demandeurs d emploi en portefeuille! Dans ces circonstances, comment imaginer qu un réel accompagnement puisse être sérieusement mis en œuvre alors qu aujourd hui l actuelle prestation Objectif Emploi, réalisée par les prestataires jusqu à fin juin 2015, prévoit, selon le cahier des charges, 12 contacts obligatoires dont 6 entretiens en face à face sur trois mois.

4 Il est évident que nous ne pourrons offrir, en interne, le même rythme de rencontres. Cela sera très largement insuffisant au regard des besoins, alors même que chacun sait que la variable clé de l efficacité de l accompagnement est le temps qu un conseiller peut consacrer à un demandeur d emploi. Pour résumer, il va falloir faire mieux et plus, sans temps ni effectif supplémentaire. Mais que va représenter concrètement l augmentation du nombre de portefeuilles d «accompagnement renforcé»? Pas grand-chose, en fait. Car malgré un gain espéré par la direction générale de près de 30 % de demandeurs d emploi supplémentaires suivis dans cette modalité (soit environ à de plus, ce qui portera le nombre total à moins de ), ces demandeurs d emploi resteront en très faible proportion comparés aux demandeurs d emploi toutes catégories confondues, dont de longue durée! Les détracteurs de Pôle emploi auront alors beau jeu de mettre en évidence «l inefficacité» présumée de Pôle emploi, en comparant les résultats obtenus en interne à ceux obtenus par les OPP (chargés des publics moins éloignés du marché de l emploi ) : ou comment Pôle emploi se tire lui-même une balle dans le pied! Activ projet Parallèlement à Activ emploi, la prestation Activ projet va se déployer à la même échéance et remplacera CPP et CAP. Environ 6650 demandeurs d emploi par an seront concernés en Aquitaine par cette prestation. Comme pour Activ emploi, le contenu est très léger. Trois entretiens physiques seulement seront obligatoires : un en début de prestation, un au milieu et un à la fin. Pour le reste, ce sera à la main du prestataire, en fonction «des besoins du demandeur d emploi»! Lourde tâche pour des intervenants qui devront s assurer que l usager a, à la fois : «défini un ou plusieurs projets traduisant une stratégie d évolution professionnelle», mais aussi «progressé sur les compétences à s orienter»! Tout cela en 8 semaines! Nul doute que le contrôle qualité prendra alors toute son importance Là encore, la question de l implantation des zones d exécution de la prestation se pose : beaucoup de «zones blanches» sur la carte Les équipes EOS, comme les OPP, pourraient délivrer la prestation. Mais la direction n est actuellement pas en capacité d indiquer dans quels cas se fera l orientation vers les uns ou vers les autres. Pas plus de réponse sur l intégration de la prestation avec le reste de l offre de service de Pôle emploi (Regards croisés, etc.).

5 II. Information relative à l optimisation du processus indemnisation Lors de la séance du comité d établissement du 28 août, avait été abordé l évolution informatique concernant les éléments déclaratifs (remontées GAEC et déclarations du demandeur d emploi) lors de l EID. Nous considérons pour notre part qu il s agit bien d une évolution de l acte métier lui-même, puisque c est une nouvelle étape de l EID entre la liquidation et la phase d élaboration du PPAE. D après les remontées des collègues du terrain (que le Direction régional adjoint conteste ), cette nouvelle étape allonge la durée de l EID de plusieurs minutes. Cela pose aussi la question de la logique de l articulation de l entretien lui-même, la DAJ 456 étant rééditée puis signée après la phase d inscription dans le système informatique. Et ce n est pas sans conséquence, malheureusement, sur la qualité du diagnostic posé lors du PPAE, faute de temps Cette énième évolution de l EID (après la «simplification» de la demande d inscription et d allocation, après la modification de saisie des pièces complémentaire, etc.), qui d après l aveu même du Directeur régional adjoint, en laisse présager d autres (avec la nouvelle convention d assurance chômage notamment) aboutit à l existence aujourd hui d un acte professionnel qui n a plus grand-chose à voir avec l entretien qui était réalisé il y a trois ans. Le SNU est intervenu auprès de la direction pour qu un point soit effectué prochainement en comité d établissement au sujet de l EID. Il nous parait absolument nécessaire que, plusieurs années après la mise en place de cet acte professionnel (qui se voulait l acte fondateur de la nouvelle institution Pôle emploi) et avant l arrivée d autres évolutions, un bilan soit tiré et que les conséquences en terme d organisation et de conditions de travail des agents soient évaluées.

6 III. Fonctionnement du CE Landettes Par deux délibérations d avril et mai 2011, le C.E. Pôle emploi Aquitaine a accepté la dévolution des Landettes, 10 gîtes en bois et couverture tuiles, situés à Seignosse sur un camping appartenant à la Mairie. Différents débats ont eu lieu au sein de la Commission ASC sur l éventualité de renouveler ces équipements, âgés de plus de 20 ans et des contacts avec le Camping et la nouvelle municipalité ont eu lieu avant l été 2014, à l initiative du C.E. Le Camping comme la municipalité, au vu des investissements réalisés sur ce camping (nouvelle piscine, etc.) souhaitent également le renouvellement de ces équipements. Lors des dernières réunions de la Commission ASC, il nous a semblé : - que compte tenu de tous ces paramètres, un investissement sur du matériel neuf était indispensable - qu il ne pouvait se faire que si nous obtenions des garanties du camping sur la durée du bail, permettant ainsi d assurer l amortissement de ces investissements - que le choix devait se porter sur une gamme unique de chalets, de qualité équivalente, mais plus grands et dotés d une terrasse couverte plus grande - que le choix devait donc être présenté en C.E. Par ailleurs, un tableau récapitulatif montre la situation financière des Landettes depuis 2011 : il fait apparaitre un excédent de gestion cumulé (à fin aout 2014) d environ Euros. Au-delà des chiffres, tous ceux qui ont vu ces équipements, dans leur cadre forestier, ont été satisfaits. De même que les agents qui ont profité de ces équipements. C est pourquoi la Commission ASC propose au C.E. le vote suivant : Le Comité d Etablissement Pôle emploi Aquitaine prend la décision de principe de renouveler par du neuf 10 chalets. Ces dix chalets, équipés (électroménager) ont une valeur d environ uros l unité. Ce renouvellement peut se faire sur le camping des Oyats s il y a accord sur la durée du bail et le montant du loyer. Dans le cas d un échec de ces négociations, le C.E. mandate le bureau, avec l appui de la commission ASC, pour rechercher d autres partenaires. Le bureau du C.E. reviendra vers le C.E. pour décision. POUR : 14 (UNANIMITE) Nous nous félicitons de cette unanimité sur le renouvellement de gîtes qui ont été largement appréciés par les agents.

7 Compte tenu des informations communiquées par les trésoriers du C.E. lors du C.E. du 28 août, faisant état, à fin août, d un «excédent» de uros. Compte tenu des informations communiquées par les anciennes trésorières du C.C.E. faisant état d une estimation du reliquat «Mutualisation 2013» de l ordre de 150 à uros. Mais, comme nous ne savons pas à quelle date le constat comptable sera fait en C.C.E. et à quelle date ces sommes seront versées. Deuxième vote : Le Comité d Etablissement Pole emploi Aquitaine décide d affecter au renouvellement des Landettes une partie du budget ASC 2014 à hauteur de uros POUR : 12 (SNU CFDT CGT) Proposition contradictoire Le Comité d Etablissement Pole emploi Aquitaine décide d affecter au renouvellement des Landettes, sur le solde prévisionnel budgété ASC 2014 à hauteur de uros POUR : 2 (FO SUD) agents, de proposer une prestation dès cette fin d année. Cette proposition a été repris par la majorité des élus du C.E. Il est évident que cette prestation a un caractère exceptionnel. Troisième vote : Le C.E. décide la mise en place d une prestation exceptionnelle de fin d année, concernant les agents présents et payés au 31 octobre 2014, ainsi que les agents absents dans les conditions déjà votées en CE, d un montant de 70 uros par agent pour un montant total de uros. POUR : 12 (SNU CFDT - CGT) Proposition contradictoire Le C.E. décide de mettre à la disposition des agents une partie du reliquat (40 euros par agent) afin de leur permettre d organiser un moment de convivialité, en fin d année, pour un montant total de uros. POUR : 1 (SUD) ABSTENTION SUR LES DEUX PROPOSITIONS : 1 (FO) Il nous a paru, à nous qui avons voté pour les prestations mutualisées, qui avons largement contribué à les mettre en œuvre en appui du C.C.E., qu il était opportun, compte tenu des difficultés connues par les

8 Quatrième vote (en cas de vote positif sur le 3.1) Le C.E. décide le versement de cette prestation exceptionnelle sous forme de chèques culture. POUR : 1 (SUD) Proposition contradictoire Le C.E. décide le versement de cette prestation exceptionnelle sous forme de chèques cadeaux. POUR : 13 (SNU CFDT CGT - FO) Mutualisation Le Comité d établissement Aquitaine s est étonné des conditions dans lesquelles la Direction s est permis de suspendre, fut ce provisoirement le C.C.E. Il s étonne également de ne pas avoir eu d informations officielles à ce sujet. Le C.E. Pôle emploi Aquitaine constate que, à ce jour, il n y a pas de CNASC et pas de propositions de prestations mutualisées, les prochains C.C.E. se tenant les 30 septembre et 1 er octobre. Il prend acte de cette situation qu il ne peut que regretter, étant un des C.E. qui a porté la mutualisation des prestations et qui a même contribué activement à leur gestion. Il constate qu il n y a pas de modification de l accord de gestion ni de la convention de gestion. Il lui est donc, à ce jour, impossible d adhérer à la convention de gestion. Le C.E. aquitaine rappelle les propositions qu il a fait, à plusieurs reprises, tant sur les prestations que sur la nécessaire renégociation de l accord de gestion. POUR : 13 (SNU - CFDT- CGT- SUD) ABS : 1 (FO) FO indiquant que leur position est de voter contre la mutualisation. On l avait bien compris Nous nous félicitons de la quasi unanimité du C.E. sur ce point, même si nous ne pouvons pas nous réjouir des difficultés à mettre en place (manque de volonté de certains, manœuvres dilatoires d autres avec l aide de la DG) la mutualisation. Au mois d août, encore, nous avons fait des propositions concrètes. Espérons que d autres C.E. souhaiteront intervenir en appui du C.C.E. et montreront également leur volonté de construire les solidarités nécessaires.

9 III. Information en vue d une consultation ultérieure sur le projet de bilan de formation 2013 Ci-dessous, les éléments de réflexion qui ont suivi la rencontre des membres de la commission formation avec des membres de la direction. Quelques chiffres énoncés 85 % du prévisionnel réalisé sans les actions hors plan (cf p.3) 5937 entrées en formations en 2013 contre 5232 en 2012 soit une augmentation de 705 entrées. (cf p.10) 2241 agents formés en 2013 contre 1973 en 2012 soit une augmentation de 268 agents formés. (cf p.10) Cette augmentation se vérifie pour le réseau mais pas pour les fonctions d appui ni les plateformes (cf p.14) C est une augmentation du nombre d entrées en formation mais pas du taux de réalisation du prévisionnel. Le hors plan est plus important sur l année (cf p.16) Les agents sans formation et le suivi de la cohorte : Si nous prenons 571, le nombre d agents sans formation calculé sur l effectif moyen en 2013 nous observons une différence à la baisse de 6 par rapport à 2012 (cf p.3). Ces données ne sont pas représentatives d une réalité puisqu elles sont calculées sur des effectifs moyens. Nous souhaitons des données tangibles; En 2013 ceux sont 840 agents sans formation contre 779 en 2012 soit une différence à la baisse de 61 personnes (p.28). L année dernière nous avions demandé la dissociation entre les agents en suspension de contrat et les agents d entretien. Les agents d entretien sont un effectif présent qui doit être comptabilisé comme tel. Les difficultés pour mobiliser des formations pour les agents d entretien ne justifient pas de les retirer des effectifs présents. Si l on prend dans le bilan social le chiffre de 148 agents sans formation calculé sur les CDI en 2013 contre les 167 de 2012 on observe une baisse de 19 personnes. Nous pourrions considérer ces données comme les plus précises, les plus stables. Le suivi de la cohorte est intéressant mais ne concerne que les CDI. Nous n avons pas de visibilité sur les CDD. Nous souhaitons pouvoir analyser à part de la cohorte des CDI un suivi des CDD pour l année 2013 : Combien de CDD présents en 2013, la durée des contrats, le nombre d entrées en formation et sur quelles formations, le nombre de CDD non formés, le nombre de départ en cours d année.

10 Les e-formations p.9 Les bilans de ces formations se fond tout de suite sur le logiciel simplicit-e comme pour les sessions des séminaires de management. Seules les personnes qui ont pu faire la session dans son intégralité peuvent faire le bilan. Mais de nombreux problèmes persistent au niveau technique : essentiellement des problèmes de connexions. Il y a une nouvelle programmation de la session si des problèmes sont survenus. Il est possible d interpeller un formateur sur certains modules. DIF et CIF (p.32-33) : Nous avons réagi sur ces rubriques et interrogé Mme Herault et Mme Ibar sur les financements de 7 bilans de compétence par le DIF et de 2 bilans de compétence par le CIF. L année dernière il avait été dit à la commission formation que les salariés sont conseillés par les services RH sur leur projet professionnel et de formation si besoin. Nous ne comprenons pas que d autres financements pour les bilans de compétences ne soient pas privilégiés ou conseillés aux agents. Qu en est-il des personnes qui se sont vu confirmé un projet professionnel avec besoin de formation et qui se retrouve avec un des 2 dispositifs non mobilisable tout de suite? profiter pour expliquer les possibilités de financement pour les bilans de compétences autre que DIF et CIF. Les personnes en contrats aidé (p.39) : La commission formation souhaite que les tuteurs chargés de l accompagnement des personnes en contrats aidé soit formés comme tuteurs. Les EOS étaient suivi en public spécifique l année dernière. Ils ont été intégrés au réseau pour Nous avons fait la remarque sur les besoins spécifiques et obligatoires au nom de la déontologie des psychologues. D après les RH il n y en a pas à part la veille documentaire. Remarques sur la politique formation de Pôle Emploi Aquitaine : L analyse par catégorie faite page 18 résume la problématique de la politique de formation de Pôle Emploi et tout particulièrement ici de Pôle Emploi Aquitaine : 81.1 % des entrées en formation sont consacrées à de l adaptation au poste de travail contre seulement 18.1% pour des actions liées à l évolution des emplois ou plutôt au maintien dans l emploi. Seulement 0.9 % des entrées en formation sont des actions de formations permettant le développement de compétences des salariés. Nous en profitons pour demander à l établissement de mettre à jour sa communication dans l intranet et d en

11 Les EOS : Communication vers les agents : Le minimum est fait pour adapter les salariés aux différents dispositifs de Pôle Emploi Mais les savoirs ne sont pas développés ni consolidés. Nous déplorons de ne pas voir venir de certification de pôle à défaut de pouvoir suivre des formations diplômantes ou certifiantes sur des compétences transférables. Encore une fois nous avons demandé la possibilité de connaître les remontées des besoins en formation issues des EPA et pour ceux qui n ont pas souhaité l EPA, issue des formulaires prévus à cet effet. Nous avons évoqué à nouveau le questionnaire que nous nous proposions en tant que commission de diffuser pour faire une enquête dans le but d obtenir un état des lieux des formations demandées, obtenus et refusées ou non réalisées. Nous sommes invités à faire la demande auprès du service des relations sociales. La commission demande la possibilité de remettre en question le cadrage régional des DIF langue imposé hors temps de travail. Des difficultés pour des raisons familiales freinent l accès à ces formations pour des chargés de famille si l on doit envisager des cours du soir par exemple. Si la formation est concentrée sur plusieurs jours consécutifs pendant des congés par exemple, c est une incohérence pédagogique à éviter. Tel que le prévoit l Art L la commission est chargée «d étudier les moyens permettant de favoriser l expression des salariés en matière de formation et de participer à leur information dans ce domaine» Propositions 2014 : Mettre à jour l intranet ; Informer les agents des possibilités de suivre les formations d aquitaine cap métier gratuitement en indiquant les modalités ; Informer les CDD des modalités et faisabilités pour mobiliser un CIF CDD ; Informer les agents de la possibilité de demander des formations hors «catalogue» lors des EPA ou hors EPA. Avancement du plan 2014 : Peu de hors plan cette année, le taux de réalisation des actions prévues semble élevé pour cette période de l année. Il y aurait du retard au niveau de la DG sur le plan des manager et un report sur des modules de la NCAC.

12 IV. Questions diverses Mise en place de la nouvelle convention d assurance chômage Dans un contexte de conditions de travail dégradées et face à l inquiétude des élus du CE concernant cette rentrée à haut risque liée à la mise en œuvre de la nouvelle convention d assurance chômage, la direction ne semble pas s alarmer pour autant : «des conventions, il y en a eu, c est pas la première, c est pas la dernière» Sans prévoir la moindre «note de rentrée» qui aurait démontré une certaine prise en compte du caractère exceptionnel de la situation, la direction n évoque que quelques décisions minimalistes : - déplanification des positions AST des conseillers gestion des droits, à hauteur de 30 %. La direction ne semble pas mesurer les conséquences que cela va engendrer au niveau de l accueil des sites! - EID prioritairement réalisés par les conseillers intermédiation (qui n en faisaient pas déjà suffisamment?) - Multiplication des heures supplémentaires sur tout le territoire, y compris les plateformes. - Décalage au 1 er novembre de la prise de poste des agents positionnés sur l «accompagnement jeunes». - Plus de mutualisation au niveau du PRTP Donc à situation exceptionnelle, aucune réponse exceptionnelle de la direction! Suppression du depuis les agences Pour rappel, la direction régionale n avait pas cru bon de demander la consultation du comité d établissement lors de la séance du 26 août dernier. Face à des impacts potentiels sur l organisation du travail et les conditions d exercice des agents à l accueil dans une période critique, les élus avaient unanimement demandé davantage d informations et l avis du CHSCT ainsi que la consultation du C.E. Concernant le CHSCT, une première séance d information s est tenue vendredi 26 septembre, avant un recueil d avis prévu le 7 octobre. Pourtant, concernant le C.E., la direction tergiverse, réfléchit et gagne du temps! Le SNU est intervenu pour affirmer que les élus ont modéré leur demande et souhaité le dialogue, sans nécessairement chercher la confrontation permanente! Il était d ailleurs facile pour la direction de faire une information sur la séance et une consultation sur une séance suivante. En réponse, le Président répond par un énigmatique : «Je réfléchis.» Les élus ont donc voté unanimement la délibération suivante : Faisant suite à la délibération votée le 28/08/2014, et au report de la réponse donnée ce jour par le Président du C.E. et Directeur Régional de Pôle emploi Aquitaine au courrier qu ils lui ont adressé le 10/09/2014, les élus du C.E. demandent la tenue d un C.E. extraordinaire avant la suppression de l accès au 3949 depuis les points phone des agences Pôle emploi. Pour seule réponse à cette délibération, le président du C.E. a quitté la salle.

. Réforme de la formation

. Réforme de la formation professionnelle continue Impacts pour les entreprises Thierry Teboul Directeur général Afdas Jean-Pierre Willems Willems Consultants 8 points-clés p La logique de la réforme : moins de fiscal, plus de

Plus en détail

-Grève du 19 juin pour peser sur la Classification : - C est un succès phénoménal en Champagne-Ardenne!

-Grève du 19 juin pour peser sur la Classification : - C est un succès phénoménal en Champagne-Ardenne! INFOS CGT JUILLET 2014. 1. Infos diverses : -Grève du 19 juin pour peser sur la Classification : - C est un succès phénoménal en Champagne-Ardenne! - Merci à tous les agents qui se sont mis en grève pour

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011

Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011 Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011 Etaient présents : La Direction Roland, Président du Comité d Etablissement

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

AU REVOIR, AU REVOIR PRÉSIDENT?!

AU REVOIR, AU REVOIR PRÉSIDENT?! FLASH CE du CIC NOVEMBRE 2014 AU REVOIR, AU REVOIR PRÉSIDENT?! Le point de vue CGT : «L argent et le pouvoir sont des passions qui s éteignent lentement» a dit un jour Michel Houellebecq. Michel Lucas

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Transparence des comptes du Comité D Entreprise

Transparence des comptes du Comité D Entreprise 77 Avenue Cyrille Besset 06800 Cagnes Sur Mer Tél : 04.92.13.33.00 Fax : 04.92.13.33.01 www.vision-expertises.fr contact@vision-expertises.fr Transparence des comptes du Comité D Entreprise Spécificités

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Accord National Interprofessionnel du 14 Décembre 2013 «relatif à la formation professionnelle». Loi n 2014-288 du 05 Mars 2014 «relative à la formation professionnelle,

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Rédacteur : Fayçal ABASSI, expert-comptable Bureaux de LYON

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE POLE EMPLOI

BULLETIN OFFICIEL DE POLE EMPLOI BULLETIN OFFICIEL DE POLE EMPLOI n 71 du 16 juillet 2013 Sommaire chronologique Instruction n 2013-57 du 11 juin 2013 Sécurisation des parcours professionnels : articulation entre les modalités de suivi

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs!

Assemblée générale C.F.D.T. Unis, nombreux et combatifs! n spécial décembre 2011 Éditorial Un virage salutaire pour 2012? La CFDT Pôle emploi Midi-Pyrénées a tenu son Assemblée Annuelle des Adhérents (un triple A!) vendredi 16 décembre 2011. Une Assemblée fournie,

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme

Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme Comité Régional d'entreprise Du 19 février 2015 Sur le Centre de Marseille Saint Jérôme La Délégation FORCE OUVRIERE était composée de Yannick GIRARDIN, René TISON et d Eric SIWCZAK. Présidence : Jean-Luc

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises

La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises La mise en œuvre des accords de GPEC : synthèse à partir de 13 monographies d entreprises Présentation des résultats de l étude réalisée par BPI pour le ministère de l économie, de l industrie et de l

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Réunion du CE du 07 mars 2013

Réunion du CE du 07 mars 2013 Participants Direction Invité Absents Fabrice Coeuret (secrétaire), Elie Vandycke (secrétaire adjoint), Pascal Latessa (trésorier), Thierry Cousin (trésorier adjoint), Florence Breteau, Thomas Fanchonna,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

COMPTE RENDU CHSCT DU 23 JUILLET 2015

COMPTE RENDU CHSCT DU 23 JUILLET 2015 Midi-Pyrénées COMPTE RENDU CHSCT DU 23 JUILLET 2015 Recueils d avis : Le contrôle de la recherche d emploi Avis favorable : CFDT ; CGC Abstention : FO ; UNSA Avis défavorable : CGT ; SNU et SUD. Le contexte

Plus en détail

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1

NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 NOS AMBITIONS _ 1 proposer une offre de services réaliste et personnalisée aux demandeurs d emploi _ 1 ÉDITO Pôle emploi 2015, le pari de la confiance Vous avez entre les mains notre nouvelle feuille de

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

1. Présentation générale

1. Présentation générale Instruction n 2012-53 du 12 mars 2012 Modalités de cumul d une pension d invalidité avec les allocations d assurance chômage Sommaire 1. Présentation générale 1.1. Date d application des nouvelles règles

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS Objectif La Région propose aux ligériens chaque année 30 000 places de stage dans le cadre de son Offre de Formation Territorialisée,

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS AUX PARENTS D UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Préambule Lors de la négociation de l accord «Nouveau Contrat Social», les Organisations Syndicales ont fait

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Training On Demand. www.crossknowledge.com

Training On Demand. www.crossknowledge.com Training On Demand www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux Cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : contact@crossknowledge.com

Plus en détail

droit individuel à la formation mode d emploi

droit individuel à la formation mode d emploi droit individuel à la formation mode d emploi PRÉAMBULE Individualiser les parcours de formation, permettre à chaque salarié d être acteur de son évolution professionnelle, se former tout au long de la

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S.

SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S. SYNDICATS DES TERRITORIAUX VILLE DE NANTES ET C.C.A.S. 16 rue du Moulin 44000 NANTES T. 02-40-41-95-46 F. 02-40-41-59-83 Syndicatville-cgt@mairie-nantes.fr SITE : www.cgt-nantes.fr Après l ouverture du

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'obligation d'emploi Secrétaire comptable

Plus en détail

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 MAI 2011

PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 MAI 2011 PROCES VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 MAI 2011 ETAIENT PRESENTS : M.GUILLON, M.PIRONON, M. MAROL, M me GOURVÈS, M. MOULHAUD, M me BELETTE, M me CHASSOT, M me TREVIS, M. CHARPIN, M. DUFRAISSE, M. VAURE,

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

INFOS CGT JUILLET 2012.

INFOS CGT JUILLET 2012. INFOS CGT JUILLET 2012. 1. Infos diverses: - Précision utile sur l article 29.2 de la CCN: «Congé pour enfant, conjoint, concubin ou parent malade ou pour garde d enfant. 1 En cas de maladie d un enfant

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation.

Amiens Métropole. Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF. Restitution des travaux et propositions d orientation. Extrait du document remis à la DG Amiens Métropole Étude de cadrage de l évolution du SIRH et du SIF Restitution des travaux et propositions d orientation 8 juin 2007 Sommaire 1.Existant et attentes SI

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Loi sur l assurance parentale et le projet de règlement sur l assurance

Plus en détail

Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données

Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Intégration des systèmes voix / données Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET Association loi 1901 Article 1 - Constitution I DENOMINATION OBJET - SIEGE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1er

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 Entre : La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES PREAMBULE Dans un contexte commercial et économique difficile, qui se traduit en cette fin d année 2011,

Plus en détail