Observation des écosystèmes marin et terrestre de la Côte d Opale : du naturalisme à l écologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observation des écosystèmes marin et terrestre de la Côte d Opale : du naturalisme à l écologie"

Transcription

1 Observation des écosystèmes marin et terrestre de la Côte d Opale : du naturalisme à l écologie François G. Schmitt (coordinateur) Union des océanographes de France

2 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence : les mesures automatiques de la bouée Marel Sylvie B. Zongo 1,2,3, François G. Schmitt 1,2,3,4, Alain Lefebvre 5 & Michel Repecaud 6 Résumé Le programme Marel a été mis en œuvre par l Ifremer (Institut français de recherche pour l exploitation de la mer) pour effectuer des mesures automatisées en réseau sur le littoral français. En 2004, une station a été inaugurée à Boulogne-sur-Mer, installée au bout de la digue Carnot, à la sortie du port. Cette station est équipée d un dispositif capable de mesurer automatiquement en continu et à haute fréquence les paramètres physico-chimiques et biologiques clés, tels que la température, l oxygène dissous, la fluorescence, le ph, la salinité, la concentration en nitrate, etc. Nous présentons ici certaines données recueillies pendant cinq années d exercice de cette station de mesure automatique. Quelques analyses sont présentées, mettant en évidence la forte variabilité des mesures, sur une gamme d échelle allant de 20 minutes à quelques années. L analyse montre l impact aussi bien du cycle saisonnier mais également du forçage physique (la turbulence, la marée) dans la grande variabilité des paramètres. Mots-clés : Observation, série temporelle, variabilité, intermittence, forçage physique, turbulence, spectre de Fourier 1. Université Lille Nord de France, F Lille, France. 2. USTL, LOG, F Wimereux, France. 3. CNRS, UMR 8187, F Wimereux, France. 4. UMR LOG, Station marine, 28, avenue Foch, F Wimereux, France. Correspondant : F. G. Schmitt 5. Laboratoire Environnement Côtier et Ressources Aquacoles, Ifremer, 150, quai de Gambetta, F Boulogne-sur-Mer, France. 6. Centre Ifremer de Brest, BP 70, F Plouzané, France.

3 254 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud Abstract High frequency biogeochemical observations of coastal waters in Boulognesur-Mer: automatic measurements from the MAREL buoy The MAREL (French monitoring network) system has been operated by IFREMER (French Institute for Research and Exploitation of the Sea) to monitor at high resolution the state of French coastal waters. In 2004, a MAREL station has been installed in Boulogne-sur-Mer, at the end of the Carnot embankment at the exit of the harbour. This station is equipped with measuring devices in order to monitor automatically and at high frequency important chemical and physical parameters such as temperature, dissolved oxygen, fluorescence, ph, salinity, nitrate concentration, etc. We present here elements from the data base recorded during five years of this automated station. Some analyses are presented, showing the high variability of the data, on a time scale from 20 minutes to several years. We show the impact of the seasonal cycle, as well as physical forcing (turbulence, tide) in time series variability. Key-words: Observation, time series, variability, intermittency, turbulence, Fourier spectrum, physical forcing 1. Introduction Le littoral est la zone maritime la plus productive ; c est aussi un milieu particulièrement vulnérable en raison de la pression croissante des activités humaines. Ce milieu montre des signes d influence anthropique sous forme de pollutions d origine chimique, d eutrophisation, d impacts liés à la pêche, etc. Dans ce contexte, comprendre les causes et les conséquences des modifications qui peuvent survenir au niveau du littoral reste l un des principaux objectifs des programmes de surveillance du milieu marin littoral. Ces programmes de mesure visent aussi à comprendre quel est l «état naturel» de ces écosystèmes, de façon à pouvoir détecter à quel moment des situations anormales sont rencontrées, pour pouvoir par exemple prendre les mesures adéquates de restauration. Pour identifier et caractériser cet état naturel, il est nécessaire de disposer de mesures à long terme, c est-à-dire des mesures effectuées toujours au même endroit pendant une longue période pouvant aller jusqu à quelques décennies. Les mesures doivent également être prises à haute fréquence, de façon à pouvoir détecter les événements épisodiques, comme les pollutions intervenant sur une courte période. Dans cette optique, le programme Marel Mesures automatiques en réseau pour l environnement littoral a été mis en place par l Ifremer (Institut français de recherche pour l exploitation de la mer) le long des littoraux français, depuis la fin des années Il s agit de systèmes automatiques, effectuant à intervalle régulier (10 minutes ou 20 minutes selon les installations) un ensemble de mesures caractérisant l état biogéochimique des eaux côtières. Sont ainsi mesurés : la température, l oxygène dissous, le

4 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence 255 ph, la fluorescence, la matière en suspension, les concentrations en nutriments. Dans le cadre d un programme CPER (contrat de plan État-Région) de la région Nord Pas-de- Calais, une station de mesure Marel a été installée à Boulogne-sur-Mer en Cette station, cofinancée par l État, l Ifremer, le Feder, le conseil régional Nord-Pas-de-Calais, l agence de l eau Artois Picardie et l Insu, a été installée au bout de la digue Carnot dans le port de Boulogne, d où son nom de «Marel-Carnot». Son inauguration a eu lieu en novembre 2004, mais certains capteurs sont opérationnels depuis mars Nous présentons ci-dessous en section 2 la station de mesure et les données de 2004 à février La section 3 présente quelques premières analyses. La section 4 présente une discussion et des conclusions. Figure 1 Carte du port de Boulogne-sur-Mer. La station de mesure MAREL- Carnot est installée au point J1.

5 256 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud Figure 2 La station de mesure Marel-Carnot (tube à demi immergé au premier plan, entouré de rouge), installée sur la digue Carnot de Boulogne-sur-Mer. [Photo F. G. Schmitt] Figure 3 Représentation schématique de l intérieur du tube de prélèvement. Le flotteur coulisse à l intérieur du tube au gré des marées grâce à un système de roulements. Le flotteur est immergé jusqu au 2/3 de la partie haute du cylindre jaune. Le prélèvement d eau se fait 1,5 mètre sous la surface via une perche sortant du tube support. (1) flotteur (partie immergée) ; (2) automate de gestion de la station de mesures ; (3) perche de prélèvement ; (4) système de roulement ; (5) analyseur de nutriments ; (6) vanne et débitmètre ; (7) chambre de mesures des paramètres physico-chimiques et système anti-fouling ; (8) débulleur. Source : Ifremer.

6 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence Les données de Marel-Carnot 2.1. Présentation de la station de mesure La station Marel-Carnot, implantée au pied du phare, au bout de la digue Carnot, marquant la sortie du port de Boulogne-sur-Mer (figures 1 et 2), est opérationnelle depuis Cette station effectue des mesures toutes les 20 minutes à 1,5 m sous la surface : la température de l air et de l eau, la salinité, la concentration en oxygène dissous et le pourcentage de saturation, le ph, la turbidité, la concentration en nitrate, phosphate et silicate, la fluorescence, la direction et la vitesse du vent, l humidité relative, la pression atmosphérique et les radiations disponibles pour la photosynthèse (PAR), La mesure est effectuée toutes les 20 minutes pour la plupart des paramètres et toutes les 240 minutes pour les nutriments. Le cœur du système est constitué d une cellule de mesure regroupant plusieurs capteurs. L originalité du système est le pompage de l eau à travers la zone où elle est analysée (figure 3), avec une chloration de celle-ci lorsqu il n y a pas de cycle de mesure. La chloration de l eau de mer par électrolyse protège les capteurs contre le développement de biofouling (Lefebvre, 2008). Ce système se situe au niveau de la chambre de mesure. Les spécifications techniques des capteurs utilisés sont les suivantes. Le capteur de température mesure sur une gamme de 5 à +30 C avec une précision de 0,1 C. Le capteur d oxygène fournit une mesure d oxygène dissous à salinité zéro qui est ensuite corrigée de la salinité ; il varie sur une gamme de 0 à 20 mg/l avec une incertitude de 0,2 mg/l. Le capteur de ph effectue des mesures sur une gamme de 6,5 à 8,5 unités de ph avec une précision de 0,2 unité de ph. Les mesures de fluorescence sont exprimées en FFU (Fluorescein Fluorescence Unit) correspondant à un étalonnage du capteur par une solution de fluorescéine de 0 à 50 FFU avec une incertitude de 10 %. Les concentrations en sels nutritifs portent sur une gamme allant de 0,1 à 100 µmol/l avec une incertitude de 5 %. L ensemble des données 7 est transmis deux fois par jour au centre Ifremer Manchemer du Nord de Boulogne-sur-Mer, par liaison GSM. Ensuite, une validation est effectuée, et les données sont soumises à un ensemble de procédures de contrôle de qualité. Toutes ces procédures et techniques sont présentées dans Berthome (1994) et Woerther (1998). Les systèmes Marel fournissent d importantes bases de données, qui restent encore très peu exploitées. L utilisation des données d autres stations MAREL a fait l objet de seulement 3 articles parus dans des revues internationales (Blain et al., 2004 ; Dur et al., 2007, Schmitt et al., 2008). Les données de la station Marel Carnot n ont pas encore fait l objet de publication. Il s agit ici de la première présentation de ces données dans un article. 7. Les données sont accessibles sur le site:

7 258 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud 2.2. Présentation de données En guise d illustration, nous nous sommes focalisés ici sur les séries de température, ph, oxygène dissous et fluorescence provenant de la station de mesure Marel-Carnot, de 2004 à Les données présentent un taux relativement élevé de valeurs manquantes (voir par exemple la figure 4) ; cette absence de valeurs est due aux interruptions liées au problème de maintenance du système et aux pannes, de nature aléatoire. Pour étudier ces données, nous utilisons des techniques d analyses capables d extraire des informations malgré ce taux de valeurs manquantes (Dur et al., 2007) : voir la section 3. Selon les séries, le nombre de valeurs acquises varie entre et , entre mars 2004 et février 2009 : voir le tableau 1. Les données brutes de ces séries révèlent de grandes fluctuations dans leur dynamique à de multiples échelles (figures 4 et 5). La série de température montre une cyclicité annuelle superposée à de nombreuses fluctuations à de multiples échelles (figure 5A). La fluorescence, qui permet de décrire l évolution de la production primaire (exemple, la teneur en chlorophylle a), montre clairement cette variabilité interannuelle, avec des périodes marquées par de très faibles valeurs de fluorescence (figure 5B). L oxygène dissous qui résulte d interactions entre la production primaire et la dégradation hétérotrophe de la matière organique, montre également une forte variabilité interannuelle (figure 5C). Dans la suite, nous effectuons quelques analyses de ces séries, avec pour objectif de mettre en évidence la variabilité (pdf) et structuration temporelle (spectres) des données. Figure 4 Évolution du ph, pour les années 2004 et de 2006 à février 2009 : de très fortes fluctuations bien marquées sont visibles. On constate également plusieurs périodes d interruption.

8 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence 259 Figure 5 Variations de certains paramètres physico-chimiques mesurés à 1,5 m de profondeur de mars 2004 à février A. Température. B. Fluorescence. C. Oxygène dissous. Tableau 1 Nombre de données pour les séries temporelles étudiées ici, et pourcentage d acquisition de données. Pour chaque série, on constate un pourcentage de valeurs manquantes non négligeable, correspondant aux périodes de maintenance et aux pannes ou aux données non validées. Capteur Nombre de données % d acquisition Température % ph % Oxygène dissous % Fluorescence % 3. Analyse de données 3.1. Dynamique journalière et saisonnière Considérons tout d abord les données de température. Sur la période d étude, on constate un maximum de température de 21,5 C en 2006, et un minimum de 3,6 C en On constate une certaine stabilité saisonnière de la température de 2004 à 2008 (figure 5A). Les données montrent également une dynamique annuelle moyenne qui varie de 3-8 C en hiver à C au printemps, et jusqu à 19-21,5 C en été.

9 260 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud La fluorescence mesurée montre une évolution annuelle avec des valeurs très importantes en 2004 et en 2006, les forts pics aux printemps de l ordre de 58 FFU en mars 2006, 49 FFU en avril 2004, et une baisse importante en 2005, 2007 et 2008 avec une fluorescence maximale de l ordre de 24,59 FFU en mai 2008 et minimale de 0,32 FFU pour février 2005 (figure 5B). L oxygène dissous montre une variabilité temporelle journalière, la valeur maximale est de 13,73 mg/l d oxygène dissous en mars L année 2005 montre de faibles valeurs d oxygène dissous avec un maximum de 11,59 mg/l en avril et un minimum de 5,66 mg/l en juillet. De 2004 à février 2009, on constate des chutes et augmentations brusques consécutives de l oxygène dissous avec un ordre de variation journalière moyen de 0,4 mg/l d oxygène dissous. Les données d oxygène dissous ne révèlent pas nettement une évolution saisonnière, à l inverse de celle de la température (figure 4C). Une moyenne saisonnière sur l ensemble des années montre clairement une évolution saisonnière, et une corrélation linéaire saisonnière approximative entre l oxygène dissous et la fluorescence (test de Pearson, p < 0,05, r 2 = 0,36). Le ph moyen de l eau de mer est basique de l ordre de 8,2-8,3 unités ph (Aminot & Kérouel, 2004). Dans la série de 2004 à 2008 (figure 4D), le ph fluctue fortement avec une variation journalière comprise entre 0,01 et 0,42 unité ph. La valeur maximale enregistrée est de 9,17 unités ph le 2 mai 2007, contre une valeur minimale de 6,59 unités ph le 21 février On constate que les valeurs supérieures à 8,3 sont enregistrées la plupart du temps au printemps. La figure 6 représente la densité de probabilité (pdf probability density function) des séries d oxygène dissous, ph et fluorescence. Il s agit d un histogramme normalisé, qui peut être estimé sous forme d une courbe continue lorsque le nombre de données disponible est suffisamment élevé (quelques milliers de points). Les données MAREL étant mesurées à haute fréquence, ces bases de données possèdent souvent un grand nombre de données, ce qui se prête bien à une représentation de la variabilité par des pdf. L oxygène dissous montre un pic très net à la valeur 8 mg/l. La grande majorité des données sont comprises entre 6 et 12 mg/l. Le ph montre une pdf trimodale, avec un pic très net à la valeur 8,2, et deux pics secondaires pour les valeurs 7,2 et 8,5 unité ph. Une analyse saisonnière permettrait sans doute d expliquer ces différents modes. La pdf des données de fluorescence montre une distribution asymétrique, avec une queue de probabilité pour les grandes valeurs. Un ajustement en loi de puissance pour les valeurs extrêmes peut être effectué, de la forme p (x) x µ avec un exposant µ= 6, ce qui est une valeur assez forte comparée à d autres domaines. On considère ensuite la covariation entre l oxygène dissous et la fluorescence en utilisant une méthode adaptée du domaine de l analyse numérique, faisant appel à une régression à l aide d un noyau gaussien (Wand & Jones, 1995). Ce type d estimateur permet d obtenir une courbe lisse représentant la dépendance entre paramètres, alors que les approches classiques dans le domaine de l écologie marine se contentent généralement d une régression linéaire, forcément imparfaite. On estime la moyenne conditionnelle d une quantité Y en fonction d une quantité X, notée m Y (X) = E(Y X). La figure 7 représente la moyenne

10 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence 261 conditionnelle de l oxygène dissous sachant la valeur de la fluorescence. La courbe de régression représentée au sein du nuage de points décrit l évolution de l oxygène dissous en mettant en évidence 3 phases. On note une augmentation de l oxygène dissous associée à celle de la fluorescence, un pic correspondant au bloom II (bloom de Phaeocystis), puis vient une baisse de l oxygène dissous de 11 à 10,5 mg/l. La dernière phase de croissance de l oxygène dissous pourrait correspondre au bloom I (le bloom de diatomées principalement). Figure 6 Distribution de probabilité (pdf) : A. Oxygène dissous (DO), B. ph, et C. Fluorescence. Figure 7 Corrélation entre oxygène dissous et fluorescence. Nuage de points avec la moyenne conditionnelle de l oxygène sachant la valeur de la fluorescence m 0 (F) = E (O F). La courbe de régression à l aide d une moyenne glissante décrit l évolution de l oxygène dissous en fonction de l augmentation du taux de fluorescence. On note ici le bloom II (bloom de Phaeocystis) suivi d une baisse d oxygène, ensuite apparaît un autre bloom (bloom I = bloom de diatomées principalement).

11 262 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud 3.2. Le forçage physique : l analyse spectrale Pour mettre en évidence l impact du forçage physique (la turbulence et la marée) dans la variabilité des paramètres physico-chimiques et biologiques, nous utilisons une analyse spectrale de Fourier. L analyse spectrale a déjà été utilisée en écologie marine (Legendre & Legendre, 1998 ; Platt & Denman, 1975 ; Seuront et al., 1996, 2002). Le spectre E(f ) s écrit comme la transformée de Fourier de la fonction d autocorrélation R(τ) = < X (t)x (t+τ) > : 2 E (f ) = R (τ)cos (f τ) dτ (1) τ 0 où f est la fréquence. En cas d invariance d échelle, on a un forçage de la forme : E (f ) f β (2) où β est l exposant spectral caractérisant le forçage. Pour un forçage turbulent, on obtient généralement une pente proche de β = 5/3 comme prédit pour la turbulence homogène et localement isotrope en turbulence de vitesse (Kolmogorov, 1941 ; Obhukov, 1941) et de scalaire passivement advecté (Obukhov 1949 ; Corrsin 1951). Dans l analyse spectrale, lorsqu on obtient une loi d échelle de type (2), l exposant spectral renseigne ainsi sur le forçage. D autre part, rappelons qu un bruit correspond à β = 0, et des pics dans la représentation de E(f) indiquent les forçages périodiques. La figure 8 représente les spectres d énergie de la température, du ph, de l oxygène dissous et de la fluorescence montrant tous une invariance d échelle avec un exposant spectral proche de celui de la turbulence. Le spectre d énergie de la température (figure 8A) montre un exposant spectral proche de celui de la turbulence, qui correspond à un scalaire passif (Obukhov, 1941 ; Corrsin 1949). Le spectre d énergie du ph met en évidence une pente de 1,5, inférieure à celle de la turbulence (figure 8B). Le ph pourrait être fortement influencé par la turbulence et par les réactions chimiques à toutes les échelles, correspondant au scalaire actif. Le spectre d énergie de la fluorescence (figure 8C) montre un exposant spectral β = 1,2, identique à celui de l oxygène dissous et assez proche du ph. Il existe une corrélation significative entre le spectre de la fluorescence et celui de l oxygène dissous (test de Pearson r 2 = 0,81, p < 0,001) le spectre de la fluorescence et celui du ph (r 2 = 0,82, p < 0,001) et le spectre du ph et celui de l oxygène dissous (r 2 = 0,95, p < 0,001). Cela indique que la fluorescence (chlorophylle a) est influencée également par des facteurs autres que la turbulence, qui pourraient être la physiologie phytoplanctonique, l intensité lumineuse, la température, la turbidité, la disponibilité en nutriments, etc. Ces spectres montrent aussi des pics caractéristiques correspondant aux forçages périodiques : on observe ainsi un pic pour le cycle annuel et le cycle semi-diurne est clairement visible avec des pics à 12 h et à 24 h. La figure 8 représente les différents spectres

12 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence 263 superposés, de façon à en évidence les différences spectrales observées pour les différentes séries temporelles. Les spectres sont assez proches pour les grandes échelles, tandis qu ils divergent nettement de celui de la température pour les petites échelles. L échelle de transition est de 33 jours, soit environ 1 mois. Le forçage physique semble donc être par conséquent plus important pour des échelles de temps supérieures à 33 jours. Figure 8 Spectres d énergie de 4 paramètres biogéochimiques montrant une invariance d échelle : la température avec une pente de 5/3 (A), le ph avec une pente de 1,5 (B) la fluorescence 1,2 (C) et l oxygène dissous avec un exposant de 1,2 (D). Figure 9 Superposition des différents spectres.

13 264 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud 4. Discussion et conclusion Ces résultats mettent en évidence la forte variabilité de l ensemble des paramètres étudiés, et montrent surtout l existence d une variabilité quelles que soient les échelles abordées avec des fluctuations de l ordre de 20 minutes à quelques mois. Le spectre de Fourier met en évidence le caractère passif de la température, lequel est advecté par la turbulence : la valeur de β = 5/3 correspond à la loi de scalaire passif, donc une turbulence homogène et isotrope. L oxygène dissous montre une variabilité temporelle, journalière, saisonnière et annuelle. La variabilité journalière est plus marquée par les processus physiques tels que les échanges avec l atmosphère, les advections (la marée) et la turbulence. La variabilité saisonnière quant à elle résulte des processus biologiques (photosynthèse et respiration) mettant en évidence une corrélation significative de l oxygène dissous avec la fluorescence. Cette variabilité saisonnière est due également à la succession d espèces phytoplanctoniques présentes au niveau de la Manche orientale. Les fluctuations dans la concentration en oxygène dissous résultent aussi des processus chimiques avec le processus de dégradation de la matière organique. La faible baisse d oxygène estimée après un bloom, pourrait être due au fort marnage des eaux de la Manche, amenant un fort renouvellement. Il pourrait aussi provenir d une diminution de la concentration en O 2 suite au démarrage des processus de dégradation de la MO (matière organique) par les bactéries. La fluorescence montre également une variation journalière et surtout saisonnière bien marquée. Son spectre d énergie met en évidence une pente de β = 1,2, différente de celle de la turbulence mais identique à celle de l oxygène dissous. On note une superposition du spectre de l oxygène dissous et celui de la fluorescence, résultat dont l interprétation reste à explorer dans des travaux futurs. On note aussi une corrélation linéaire significative entre les deux spectres mais on observe un léger décalage aux petites échelles, qui pourrait s expliquer par leur sensibilité différente aux processus physiques. Leur exposant spectral montre le rôle de la turbulence, mais également le caractère «biologiquement actif» des deux paramètres (Seuront et al., 1996 ; Schmitt et al., 2008). Le ph également montre une variation due aux processus simultanés, du système des carbonates-bicarbonates et de la photosynthèse. On note tout de même le rôle joué par le forçage physique (la turbulence et la marée) avec une pente assez proche de celles de l oxygène dissous et de la fluorescence. Le ph est également considéré comme «chimiquement actif» (Schmitt et al., 2008). Le suivi des différents paramètres nous a permis de considérer ces fortes fluctuations (grande variabilité), et de mettre en évidence le rôle joué par le forçage physique, surtout pour les grandes échelles supérieures à 33 jours. Le ph, la fluorescence et l oxygène dissous sont des scalaires actifs dont les statistiques diffèrent de celle de la température pour les petites échelles (inférieures à 33 jours).

14 Observations biogéochimiques des eaux côtières à Boulogne-sur-Mer à haute fréquence 265 Remerciements Cette étude a été réalisée dans le cadre du programme CPER de la région Nord-Pas-de- Calais avec des financements de L État, l Ifremer, le Feder, le conseil régional Nord-Pasde-Calais, l agence de l eau Artois Picardie et l Insu. Les auteurs souhaitent remercier les équipes des laboratoires de l Ifremer «Environnement & Ressources» de Boulogne-sur- Mer et des «Technologies des Systèmes Instrumentaux» de Brest pour leur soutien technique, ainsi que le syndicat mixte de la Côte d Opale et l agence de l eau Artois Picardie pour leur soutien. Références bibliographiques Aminot A. & Kérouel R., Hydrologie des écosystèmes marins. Paramètres et analyses. Ed. Ifremer, Plouzané, 336 p. Berthome J.P., Marel, un réseau automatisé de veille pour l environnement littoral. Equinoxe (Nantes), : Blain S., Guillou J., Tréguet P., Woerther P., Delauney L., Follenfant E., Gontier O., Hamon M., Leildé B., Masson A., Tartu C. & Vuillemin R., High frequency monitoring of the coastal environment using the Marel buoy. J. Env. Monit., 6 : Corrsin S., On the spectrum of isotropic temperature in an isotropic turbulence, J. Appl. Phys., 22 : Dur G., Schmitt F.G. & Souissi S., Analysis of high frequency temperature time series in the Seine estuary from the Marel autonomous monitoring buoy. Hydrobiol., 588 : Kolmogorov A.N., The local structure of turbulence in incompressible viscous fluid for very large Reynolds number. Dokl. Akad. Nauk SSSR, 30 : 9-3. Lefebvre A., MAREL Carnot : Rapport n 3 : Valorisation des données d une surveillance à haute fréquence en zone côtière sous influence anthropique (Boulogne-sur-Mer). Bilan de l année Ifremer/RST.LER.BL/08.04, 23 p. Legendre P. & Legendre L., Numerical Ecology. Elsevier, Amsterdam, 870 p. Obukhov A.M., On the distribution of energy in the spectrum of a turbulent flow. Dokl. Akad. Nauk SSSR, 32 : 22-24; Izv. Akad. Nauk. SSSR Geogr. Geofiz, 5 : Obukhov A.M., The structure of the temperature field in a turbulent flow. Izv. Akad. Nauk. SSSR Geogr. Geofiz, 13 : Platt T. & Denman K.L., Turbulence structure function in turbulent shear flows. Ann. Rev. Ecol. Syst., 6 :

15 266 Sylvie B. Zongo, François G. Schmitt, Alain Lefebvre & Michel Repecaud Schmitt F.G., Dur G., Souissi S. & Zongo S.B., 2008b. Statistical properties of turbidity, oxygen and ph fluctuations in the Seine river estuary (France). Physica A, 387 : Seuront L., Schmitt F.G., Shertzer D., Lagadeuc Y. & Lovejoy S., Multifractal intermittency of eulerian and Lagrangian turbulence of ocean temperature and plankton fields. Nonlin. Process Geophys., 3 : Seuront L., Gentilhomme V. & Lagadeuc Y., Small-scale nutrient patches in tidally mixed coastal waters. Mar. Ecol. Prog. Ser., 232 : Wand M. P. & Jones M.C., Kernel Smooting. Chapman and Hall/ CRC, Boca Raton, London, New York, Washington, DC, 212 p. Woerther P., Marel Mesures Automatisées en Réseau pour l Environnement Littoral. L eau, l industrie, Les nuisances, 217 :

MAREL Carnot. Variabilités mensuelle et interannuelle de la fluorescence, de la salinité, de la turbidité et de l oxygène

MAREL Carnot. Variabilités mensuelle et interannuelle de la fluorescence, de la salinité, de la turbidité et de l oxygène Laboratoire côtier Environnement et Ressources du Centre Ifremer Manche Mer du Nord de Boulogne-sur-Mer Lefebvre Alain Rousseeuw Kevin Novembre 2012 Rapport Ifremer/RST.LERBL/12.10 MAREL Carnot Variabilités

Plus en détail

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs

Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs Service d Observation en Milieu Littoral Benoit SAUTOUR Et collaborateurs INSU Universités 30 25 Température ( C) + 2 C 20 15 10 5 0 78 82 86 90 94 98 02 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Salinité (PSU) + 3 78 82

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires. Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff

Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires. Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff Estimation de la pco 2 à partir de données satellitaires Pierre Marrec Doctorant Equipe Chimie Marine Station Biologique de Roscoff Données FerryBox FerryBox: Système automatique d acquisition de mesures

Plus en détail

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques

Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques Partenariat 2011 Outils pour la mise en œuvre des politiques de l eau Action I-A-03 (20) Amélioration des pratiques intégrées des opérateurs en prélèvement et analyses chimiques Rapport sur le bilan de

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

Flotteurs profileurs avec capteur de Nitrates en Méditerranée Nord Occidentale. Fabrizio D Ortenzio

Flotteurs profileurs avec capteur de Nitrates en Méditerranée Nord Occidentale. Fabrizio D Ortenzio Flotteurs profileurs avec capteur de Nitrates en Méditerranée Nord Occidentale Fabrizio D Ortenzio Synopsis Les quatre premières mesures sélectionnées pour un futur réseau global de flotteurs biogéochimiques

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

La station instrumentée MAREL Carnot : Dix ans d observation à haute fréquence d une zone côtière sous influence anthropique (Manche orientale).

La station instrumentée MAREL Carnot : Dix ans d observation à haute fréquence d une zone côtière sous influence anthropique (Manche orientale). La station instrumentée MAREL Carnot : Dix ans d observation à haute fréquence d une zone côtière sous influence anthropique (Manche orientale). Lefebvre A. 1, Poisson-Caillault E. 2, Rousseeuw K. 1, 2,

Plus en détail

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE

Calcul de valeurs globales dans ArtemiS SUITE 09/14 dans ArtemiS SUITE Dans certains cas, il peut être utile de ramener les résultats d analyse à une valeur globale, donc, par exemple, de réduire une évolution de niveau en fonction du temps à une

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

Sami Souissi (Maître de Conférence)

Sami Souissi (Maître de Conférence) Programme Seine-Aval 2 Rapport Annuel 23 Thème 4 : "Halieutique : populations, peuplements et habitats" MODELISATION DU RESEAU TROPHIQUE DE L ESTUAIRE DE LA SEINE : DEVELOPPEMENT D OUTILS DE SYNTHESE,

Plus en détail

Théorie du chaos multiplicatif et application à l étude de la mesure MRM lognormale. 15 novembre 2010

Théorie du chaos multiplicatif et application à l étude de la mesure MRM lognormale. 15 novembre 2010 Théorie du chaos multiplicatif et application à l étude de la mesure MRM lognormale 15 novembre 2010 Table des matières 1 Rappel sur les Processus Gaussiens 2 Théorie du chaos multiplicatif gaussien de

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

14èmes Journées de l Hydrodynamique

14èmes Journées de l Hydrodynamique 14èmes Journées de l Hydrodynamique 18-19-20 novembre 2014 DGA Techniques hydrodynamiques Chaussée du Vexin 27105 Val de Reuil TURBULENCE ET INTERMITTENCE DANS LES ENERGIES MARINES : MESURES A HAUTE FREQUENCE

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché»

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» Exercice du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» La réglementation bancaire impose aux banques de maintenir un niveau de capital minimum pour absorber les pertes dues

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE INTRODUCTION Scilab (contraction de Scientific Laboratory) est un logiciel libre, développé à l'inria Rocquencourt. C'est un environnement de calcul numérique qui permet d'effectuer rapidement toutes les

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral.

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral. SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION La gestion intégrée de la mer

Plus en détail

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics

Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Approche systémique des pêches Boulogne-sur sur-mer 2008 Population responses to environmental forcing : approaches to model and monitor habitat characteristics Pierre Petitgas (1), M. Huret (1), B. Planque

Plus en détail

Observation de transport de champ magnétique dans un écoulement turbulentde sodium liquide

Observation de transport de champ magnétique dans un écoulement turbulentde sodium liquide Observation de transport de champ magnétique dans un écoulement turbulentde sodium liquide M. Berhanu, A. Chiffaudel 2, F. Daviaud 2, S. Fauve, R. Monchaux 2, N. Mordant, Ph. Odier 3, F. Ravelet 2, F.

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales

Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Détection de planètes extrasolaires : méthode des vitesses radiales Cet exercice a été préparé à l origine par Roger Ferlet (Institut d astrophysique de Paris) et Michel et Suzanne Faye, qui l ont testé

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

- EDITORIAL - Les enjeux de la distribution d'eau potable dans un département littoral touristique : La Charente-Maritime

- EDITORIAL - Les enjeux de la distribution d'eau potable dans un département littoral touristique : La Charente-Maritime Journal Européen d'hydrologie, tome 31, fasc. 2, 2000, p. 121 à 126 - EDITORIAL - Les enjeux de la distribution d'eau potable dans un département littoral touristique : La Charente-Maritime P. DELACROIX,

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Le protocole de surveillance FOGEM

Le protocole de surveillance FOGEM Le protocole de surveillance FOGEM Le matériel de mesure mise en œuvre Dans le cadre du programme Life SEL.LR (1996-2000), la DIREN LR a mis en place un comité du pilotage constitué par des représentants

Plus en détail

Chapitre 2: Prévisions des ventes

Chapitre 2: Prévisions des ventes Chapitre 2: Prévisions des ventes AVIS IMPORTANT : Ces notes sont basées sur le livre de Steven Nahmias : Production et Operations Analysis, 4 ième édition, McGraw-Hill Irwin 200. Les figures sont issues

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Capacité étendue d utilisation en réseau

Capacité étendue d utilisation en réseau Fiche technique n VIBOFF_1A_f Emonitor Odyssey introduit une nouvelle conception de la maintenance conditionnelle (prédictive) en automatisant les opérations de routine afin d améliorer les vitesses de

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Plate-forme de broyage et stockage de déchets verts - SYDED 87 Localisation : commune de Saint Martin le Vieux Date : du 4 au 22 janvier 2013 Paramètres étudiés : particules en suspension PM 10

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N 4 (2007) 583 588 Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff F. Boukli Hacène 1, N. Kasbadji Merzouk 2 et L. Loukarfi 1 1 Faculté

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Système automatisé de réduction des déchets dans un puits d eau potable. Étude de cas

Système automatisé de réduction des déchets dans un puits d eau potable. Étude de cas Concept du projet Système automatisé de réduction des déchets dans un puits d eau potable Étude de cas La ville de Blind River a construit une nouvelle installation de traitement d eau avec une filtration

Plus en détail

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Douzième partie XII Algorithmes de Support Vector Machines Principe

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011 PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL DU LAC-LA-TORTUE POUR LA SAISON 2010 RAPPORT D ANALYSE DES RÉSULTATS Préparé pour La Ville de Shawinigan Et L association de protection environnementale du Lac à la Tortue

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

CST-RT021-part 3:2013

CST-RT021-part 3:2013 CST-RT021-part 3:2013 Annexe sur les transformations couleur Groupe de travail CST-RT-021-MFFW Nom Version Auteur Date de publication CST-RT021-part3:2013 1 François Helt 24 mars 2014 CST-RT021-MFFW 1.1

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011

ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 2011 ÉTUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR EN PROXIMITÉ DU TR AFIC ROUTIER AVENUE SARRAIL À SAINT-DIZIER ANNÉE 211 ATMO Champagne-Ardenne dispose en 211, sur la région de stations fixes de fond mesurant en continu les

Plus en détail

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912)

I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) I- Définition d'un état turbulent ; Transition vers la turbulence expérience de Osborne Reynolds (1842-1912) R e = UD/ν Re>2000 Re>4000 M1 fluides : turbulence 1 M1 fluides : turbulence 2 I- Définition

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

Analyseurs de Toxicité LAR Tox Alarm & Nitritox

Analyseurs de Toxicité LAR Tox Alarm & Nitritox Analyseurs de Toxicité LAR Tableau d applications COT XY Purity UV DCO DBO / Toxicité QuickTOC QuickTONb QuickTOC effluent QuickTOC condensate QuickTOC purity QuickTOC pharma QuickTOCNPO QuickTOCuv Elox100

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail

Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application à un radiamètre cylindrique

Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application à un radiamètre cylindrique Radioprotection 01 Vol 47, n 3, pages 375 à 385 DOI: 101051/radiopro/01006 Article Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

Application et méthodologie d acquisition d images

Application et méthodologie d acquisition d images Application et méthodologie d acquisition d images Application industrielle et acquisition de l image 2 Imagerie industrielle est utilisée comme outil de contrôle et de gestion augmentation flexibilité

Plus en détail

Originalité du projet

Originalité du projet GLOBCOAST Estimation et analyse de la variabilité biogéochimique aux échelles saisonnière, inter-annuelle et décennale des eaux côtières globales par télédétection spatiale et impact vers les niveaux trophiques

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Les USV Limites métrologiques et technologiques

Les USV Limites métrologiques et technologiques Drones de surface USV / ASC Les USV Limites métrologiques et technologiques 1 Mobesens (projet européen FP7 call 2 - ICT) Une réponse à un triple besoin : Pression sociétale de plus en plus forte, Suivi

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX

FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX FICHE 9 : ASSISTANCE AUX RESEAUX 99 100 1. Assistance aux réseaux pour l obtention de l accréditation 1.1. Programme ACQEN Le programme ACQEN a pour but de fournir des outils d assistance à l accréditation

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Stratégie d'observa0on long terme et haute fréquence sur la Côte Vermeille

Stratégie d'observa0on long terme et haute fréquence sur la Côte Vermeille Stratégie d'observa0on long terme et haute fréquence sur la Côte Vermeille Laurent Zudaire, Arnaud Catania, Stéphane Blain, Pascal Conan, Philippe Lebaron et Renaud Vuillemin Observatoire Océanologique

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Ecole thématique INSU. Satillieu le 24/05/2011. Métrologie et qualité au SHOM. Marc Le Menn

Ecole thématique INSU. Satillieu le 24/05/2011. Métrologie et qualité au SHOM. Marc Le Menn Ecole thématique INSU. Satillieu le 24/05/2011 Marc Le Menn SOMMAIRE : 1 - Le périmètre de la certification ISO 9001 du SHOM. 2 - L'organisation de la qualité. 3 - Zoom sur l'instrumentation et la métrologie.

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute Nº 755 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 883 Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute par Daniel BEAUFILS Institut National de Recherche Pédagogique, 910 Montrouge Juan-Carlos IMBROGNO

Plus en détail

Service d observation du Laboratoire Arago

Service d observation du Laboratoire Arago Service d observation d du Laboratoire Arago REUNION ANNUELLE : VUILLEMIN Renaud, ZUDAIRE Laurent, MARIA Eric, TRICOIRE Cyrielle, SALTER Ian, ORIOL Louise, CAPARROS Jocelyne Responsable Scientifique: BLAIN

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE KINEMATIC ANALYSIS OF THE «RUINES DE SECHILIENNE» Marie-Aurélie CHANUT 1, Johan KASPERSKI 2, Grégory BIEVRE 1, Jean-Paul DURANTHON 1 1 CETE de Lyon

Plus en détail

Cours de Statistiques

Cours de Statistiques Cours de Statistiques Romain Raveaux 1 1 Laboratoire L3I Université de La Rochelle romain.raveaux01 at univ-lr.fr Octobre 24-11, 2008 1 / 35 Sommaire 1 Quelques Rappels 2 numériques Relations entre deux

Plus en détail

Analyse factorielle des correspondances de Benzécri

Analyse factorielle des correspondances de Benzécri Analyse factorielle des correspondances de Benzécri One Pager Décembre 2013 Vol. 8 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Analyse Factorielle des Correspondances de Benzécri Une illustration

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail