CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique."

Transcription

1 C.C. 231 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique. Bruxelles, 18 décembre 2000

2 Le Conseil de la Consommation, saisi le 3 avril 2000 par le Ministre de l'economie d'une demande d'avis sur le Web trader Code, code de conduite pour le commerce électronique de Test-Achats, s'est réuni le 18 décembre 2000, en séance plénière, sous la présidence de Madame Struyven, et a émis l'avis suivant. Le Conseil de la Consommation a prié le Président de remettre cet avis au Ministre de tutelle. AVIS Le Conseil de la Consommation, Vu la lettre du 3 avril 2000 par laquelle le Ministre de l'economie demande l avis du Conseil de la Consommation sur le Web trader Code, code de conduite pour le commerce électronique de Test- Achats; Vu les travaux en commun des Commissions "Marché Intérieur" et "Pratiques du Commerce" lors des réunions des 26 juin 2000, 8 et 29 septembre 2000, 25 octobre 2000, 29 novembre 2000 et 5 et 7 décembre 2000; Vu la participation aux travaux des experts suivants: mesdames Domont-Naert (Test-Achats), Lemaigre (Adm. Politique Commerciale), Pint (FEDIS), Pissoort (A.B.M.D.), Ragheno (A.B.B.), Van Campenhout (UNIZO) et Walrant (Adm. Politique Commerciale) et messieurs Boulet (Ministère de la Justice), De Paepe (U.B.A.), Desmedt (Fedichem), Du Bus (Trois Suisses), Ducart (Test-Achats), Senecal (U.P.C.) et Van Poucke (C.R.I.O.C.); Vu le projet d'avis établi par madame Pint (Fedis) et monsieur Van Poucke (C.R.I.O.C.). EMET L'AVIS SUIVANT 2

3 I. Introduction Par sa lettre du 3 avril 2000 le Ministre de l Economie invite le Conseil à rendre un avis sur le projet Web Trader, initiative émanant de diverses organisations de consommateurs européennes, parmi lesquelles Test-Achats et bénéficiant de l appui de la Commission européenne. Voici quelques questions posées par le Ministre : Ne serait-il pas souhaitable qu un code de conduite pour le commerce électronique mette l accent sur les obligations légales et réglementaires du vendeur, ainsi que sur ses engagements particuliers? Le Web Trader Code pourrait-il être souscrit par l ensemble des entreprises belges? Sinon, que faut-il changer en tenant compte des (projets de) codes de conduite existants? Un code de conduite pour le commerce électronique doit-il régler la procédure en cas de plainte et de litige? Faut-il prévoir un appui de la part du Ministère des Affaires économiques afin de rendre ce code plus légitime? A l issue d une enquête comparative à laquelle Test-Achats vient de soumettre quarante sites Internet, elle met en évidence certains aspects problématiques. C est à partir de ses constatations que Test-Achats a conçu un Web Trader Code dans le but de garantir aux consommateurs une meilleure sécurité dans le cadre du commerce électronique. Le projet Web Trader est un projet international qui consiste à certifier les sites commerciaux sur Internet. Le système comporte un code de conduite lié à un label et un contrôle systématique du site Internet concerné. En outre, Test-Achats s engage à assister les consommateurs éprouvant des difficultés dans sa relation avec une entreprise labellisée. Le Conseil souhaite souligner que l instauration d un code de conduite pour le commerce électronique a déjà fait l objet de nombreuses discussions à l échelon international, au sein de la Commission européenne et de l OCDE, et que différents textes pertinents existent à ce sujet. Les thèmes qui sont au centre de cette discussion sont le commerce électronique et la question de savoir comment gagner la confiance du consommateur à l égard de ce type de commerce. Encore faut-il considérer le contexte international dans lequel se déroule le commerce électronique. Au sein de la Commission européenne, existe un «E-confidence Core Group», qui est occupé à élaborer des principes d ordre général auxquels devra répondre tout code de conduite en matière de commerce électronique. Le «Core group» vient de fixer, dans un document de travail (annexe 1), un certain nombre de principes relatifs à un tel code de conduite : - «Guiding principles for generic codes of practice for the sale of goods and services to consumers on the Internet» ; - «E-commerce codes of conduct specific requirements additional to Community law and the general guiding principles» ; - «guiding principles for national accreditation bodies for c-commerce codes of conduct». Le Conseil de l OCDE a adopté le 9 décembre 1999 des lignes directrices régissant la protection des consommateurs dans le contexte du commerce électronique (annexe 2). Elles sont le résultat de discussions qui ont duré 18 mois, entre les représentants des états membres de l OCDE et quelques représentants des entreprises et des organisations des consommateurs. Elles sont censées jouer un rôle important dans la conception et la mise en œuvre de mécanismes en ligne visant à protéger le consommateur sans créer d entraves au commerce. 3

4 II. Problématique 1. Opportunité d un code conduite pour le commerce électronique organisations de consommateurs) maintiennent leur principe de base, à savoir que le consommateur doit bénéficier des mêmes droits dans le cadre du commerce électronique tout comme dans le commerce «traditionnel». Le consommateur doit être protégé au moyen de règles légales. Un système de codes de conduite lié à un label ne pourra à aucune condition constituer une alternative ou un substitut à la protection garantie par la loi. Dès lors, ils mettent l accent sur un contrôle effectif des règles légales existantes, notamment la section 9, chapitre 6 LPC, et sur la mise au point d un cadre réglementaire cohérent en vue de protéger le consommateur. Selon ces représentants, un code de conduite ne pourrait jamais constituer un but sur soi. La confiance du consommateur à l égard du commerce électronique pourrait s accroître grâce à un système bien élaboré de souscription d un code de conduite, lié à un label, le site web étant contrôlé a priori au niveau de sa conformité au code de conduite et aux lois en vigueur (vérification). Or, la seule souscription à un code de conduite est sans valeur pour le consommateur, si elle ne va pas de pair avec un contrôle effectif et indépendant. Il est loisible aux entreprises d adopter un code de conduite et le label qui l accompagne. Les entreprises sont libres de souscrire un code de conduite ou d adhérer à une telle initiative (p.ex. projet Web Trader). Indépendamment d un éventuel code de conduite, les entreprises peuvent aussi gagner la confiance du consommateur en respectant un certain nombre de règles (légales). Ces représentants insistent sur la nécessité d éviter une prolifération de codes de conduite, qui ne pourrait que prêter à confusion dans le chef du consommateur. Il s agit là donc d un défi pour les pouvoirs publics. D une façon générale, mesdames Struyven et Sweerts, messieurs Dastot, Felix et Walschot (représentants de la production), monsieur de Laminne de Bex (représentant de la distribution), madame Van Havere et monsieur Rizzo (représentants des classes moyennes) sont favorables à une autorégulation. A leur avis, l autorégulation offre bien plus de possibilités pour faire face aux problèmes spécifiques liés à ce nouveau canal de distribution. En effet, l évolution accélérée condamne chaque initiative législative à avoir du retard par rapport à la réalité. Un code de conduite doit fournir aux entreprises, et particulièrement aux PME, un instrument de référence permettant de confronter leurs activités dans le domaine du commerce électronique à la réalité. Il faut que le code soit une sorte de guide éthique pour les entreprises qui souhaitent déployer ces nouvelles possibilités de distribution d une manière correcte. Dès lors, ces représentants se rallient volontiers à l idée d un système de règles de conduite volontaires et claires pour le commerce électronique. De la même façon, la directive européenne relative à certains aspects juridiques de la société d information, parmi lesquels le commerce électronique, en bref la directive européenne «commerce électronique», encourage la mise en œuvre de tels codes de conduite. Les représentants concernés ne peuvent souscrire le Web Trader code, du moins pas sous sa forme actuelle. Outre le fait que le document présent néglige les particularités de certains secteurs spécifiques, ces représentants formulent quelques objections formelles d ordre juridique. 4

5 Ainsi, ils font remarquer que sur divers points, le Web Trader Code s avère, à tort, plus rigoureux que la législation existante. Le délai, par exemple, dans lequel le consommateur peut renoncer à une commande, est porté à 10 jours ouvrables au lieu de 7; le délai de remboursement des sommes reçues du consommateur est réduit à 15 jours au lieu de 30,. Evidemment, rien n empêche qu un code de conduite n aille au-delà des dispositions légales existantes. Mais selon ces représentants, cela comporte le risque de créer à tort l illusion que certaines entreprises ne souscrivant pas le code mais respectant la loi d une manière correcte ne soient pas fiables. Les problèmes relevés par Test-Achats à l occasion de son enquête comparative, se retrouvent par contre surtout dans le cas d entreprises qui violent les dispositions légales. organisations de consommateurs) signalent que le Web Trader Code contient dix règles de conduite qui ont été choisies parmi les dispositions existantes non seulement dans les directives européennes et la loi belge, mais également sur base des problèmes auxquels le consommateur doit régulièrement faire face et pour lesquels il n existe pas encore de règle légale. 2. Un code de conduite 2.1. Les principes généraux d un code de conduite. Le Conseil estime qu avant de fixer le contenu d un code de conduite, il importe de fixer les principes généraux sur lesquels un code de conduite devrait être basé. Un code de conduite pour le commerce électronique devrait, selon le Conseil, remplir au moins les conditions suivantes : 1. être rédigé dans une langue claire et compréhensible pour le consommateur ; 2. être facilement accessible à tous les consommateurs ; 3. avoir une application effective ; 4. prévoir des sanctions efficaces en cas de non-respect ; 5. être contrôlé par un organe indépendant ; 6. être régulièrement adapté à la réalité ; 7. être accompagné d une campagne d information, afin que les secteurs mais aussi tous les consommateurs soient mis au courant de l existence du code de conduite ; 8. l adhésion à un code de conduite doit être un libre choix pour l entreprise. organisations de consommateurs) souhaitent insister sur le fait qu ils ne sont pas partisans d un code de conduite qui ne serait pas lié à un contrôle préalable et à un syst ème de labellisation. (voir infra 3). 5

6 2.2. La portée d un code de conduite Le Conseil confirme qu un code de conduite doit porter sur les points suivants : 1. Transparence de la transaction : - Information du consommateur : l entreprise s engage à informer les consommateurs d une manière correcte, notamment sur l entreprise elle-même, sur ses produits et ses services, sur le prix (indication du prix total, en monnaie nationale et en euro), le délai de livraison, les modalités de paiement et le délai de renonciation. Il faut que les conditions générales soient facilement accessibles et rédigées dans la langue de l offre. - Procédure : l entreprise met au point une procédure de commande qui est transparente, ce qui réduit au maximum le risque d erreurs. - Délai de renonciation : l entreprise accorde au consommateur un délai de renonciation. - Paiement : l entreprise doit offrir au consommateur le choix entre diverses modalités de paiement, dont au moins une doit impliquer que le consommateur ne paiera qu après écoulement du délai de renonciation. 2. Fiabilité et sécurité des transactions : - Sécurité : le transfert de données doit être sécurisé. 3. Confidentialité et respect de la protection de la vie privée : - Protection de la vie privée : le code contient des règles visant à protéger le consommateur contre le recueillement excessif de données par des entreprises. 4. Protection des mineurs : - Protection des mineurs : des mesures spécifiques s imposent visant à protéger les mineurs contre des messages publicitaires, par exemple en les rendant clairement reconnaissables, contre les jeux et concours qui doivent être nettement distincts de la publicité, contre la collecte des données personnelles, 5. Procédure en cas de plainte et règlement des litiges : voir infra 4. Le Conseil souligne que en outre les entreprises adhérant à un code de conduite sont tenues de respecter la législation, en particulier en ce qui concerne les droits d auteur. organisations de consommateurs) insistent pour que le contenu d un code de conduite soit bien plus qu un ensemble de règles déontologiques qui ne serait rien d autre que l énumération de quelques obligations légales. Pour eux, il faut prévoir des dispositions spécifiques pour tenir compte des caractéristiques du commerce électronique. Ainsi, par exemple, il faudra remplacer pour les services en ligne, le délai de renonciation par une période d essai gratuit. 6

7 Sur ce point, mesdames Struyven et Sweerts, messieurs Dastot, Felix et Walschot (représentants de la production), monsieur de Laminne de Bex (représentant de la distribution), madame Van Havere et monsieur Rizzo (représentants des classes moyennes) affirment qu il ne faut pas imposer d autres conditions aux commerçants offrant les mêmes services ou produits par le biais des canaux commerciaux «traditionnels». organisations de consommateurs) insistent sur le fait qu il y a lieu de considérer le contexte international dans lequel se développe le commerce électronique. Dans le domaine des conventions transfrontalières, le consommateur doit toujours pouvoir faire appel à la protection juridique de son propre pays. Mesdames Struyven et Sweerts, messieurs Dastot, Felix et Walschot (représentants de la production), monsieur de Laminne de Bex (représentant de la distribution), madame Van Havere et monsieur Rizzo (représentants des classes moyennes) renvoient, en ce qui concerne les conflits transfrontaliers, à la directive européenne «commerce électronique» qui, sous réserve de l application des règles de droit privé international, dont le Traité de Rome, prône le principe de l application du droit en vigueur dans le pays où est situé le prestataire du service. 3. Labellisation Pour mesdames Culot et De Roeck, messieurs Kalfa, Mechels et Quintard (représentants des organisations de consommateurs), un code de conduite n est pas suffisant pour gagner la confiance du consommateur face à ce nouveau type de commerce, s il ne va pas de pair avec un système de labellisation lié à des contrôles réguliers, indépendants et effectifs. Selon eux, les contrôles préalables et la labellisation des sites sur le web sont tout bénéfice pour les consommateurs. Le projet Web Trader prévoit un label qui peut être intégré dans le site des entreprises souscrivant au code. L octroi du label est lié à un certain nombre de contrôles périodiques. Si l entreprise ne respecte pas les règles de conduite, le label sera retiré. Ils plaident également pour que l on évite une prolifération de labels, logos et de pictogrammes liée au fait que chaque secteur créerait son propre label. Cela ne pourrait qu induire en erreur le consommateur. Mesdames Struyven et Sweerts, messieurs Dastot, Felix et Walschot (représentants de la production), monsieur de Laminne de Bex (représentant de la distribution), madame Van Havere et monsieur Rizzo (représentants des classes moyennes) plaident pour que les entreprises aient un libre choix par rapport à la labellisation des sites sur le web. Ils sont favorables à un «soft label», un système d enregistrement par lequel les entreprises adhérant à un code sont reprises dans une liste rendue publique, qui pourrait notamment être publiée sur le site web des fédérations professionnelles ou interprofessionnelles ou sur un site officiel des autorités publiques. Ces mêmes représentants signalent que grâce au mécanisme du marché, ceux qui ne respectent pas le code se verront punis par le consommateur. En effet, le consommateur sera le premier à veiller au respect du code. En dehors de cela, il faut en première instance faire confiance aux entreprises, dans le cadre d un «soft label». Ces représentants s opposent à un contrôle a priori, qui, outre le coût énorme qu il entraîne, a aussi un effet restrictif sur le développement de ce nouveau canal de distribution. 7

8 Pour que le «soft label» soit crédible, il y a lieu de prévoir un contrôle a posteriori par un tiers indépendant (par exemple : en cas de plaintes spécifiques relatives au respect des engagements pris). D ailleurs, ils estiment que le système de labellisation de l organisation Test-Achats suscite de grandes objections dans le monde des entreprises. Test-Achats dispose de son propre code, de son propre logo et exerce lui-même les contrôles. Par le fait que ces trois tâches sont effectuées conjointement, le système de labellisation n a donc pas de caractère indépendant. Dans un tel système, le contrôle doit en effet pouvoir être confié à un tiers indépendant. Afin de rendre le «soft label» plus transparent, il faudrait que le site web de l entreprise adhérant au code soit lié au site du code auquel elle adhère, à la liste sur laquelle elle figure et au système de règlement alternatif de litiges pour lequel elle opte. organisations de consommateurs) sont d opinion que la crédibilité d une marque distinctive est notamment liée à la qualité des contrôles effectués pour vérifier dans quelle mesure les conditions sont respectées par les entreprises qui en font usage. Il appartient à l organe qui est responsable d une marque distinctive d effectuer les contrôles nécessaires. Les représentants des organisations des consommateurs se basent sur le document de travail de la Commission européenne («General principles for generic codes of conduct»), auquel il a été fait référence dans l introduction. Des expériences vécues à l étranger, à savoir en Grande Bretagne et aux Pays-Bas, où le commerce électronique est déjà plus avancé qu en Belgique, montrent bien l attrait de ce type de label pour les entreprises. Ces représentants soulignent d ailleurs que les contrôles effectués par Test-Achats le sont en toute indépendance des entreprises concernées. Ni la Commission européenne (dans le cadre de son soutien au projet Web Trader), ni le Ministère des Affaires économiques n ont d ailleurs mis en question le caractère indépendant de Test-Achats dans le cadre de ce projet. La résolution du Conseil du 28 juin 1999 en matière de politique de consommation de la Communauté demande à la Commission de renforcer précisément les organisations des consommateurs au niveau européen et au niveau national, notamment sur le plan des risques particuliers et des avantages potentiels pour le consommateur dans la société d information, y compris les projets applicables au commerce électronique et aux contrats en ligne (Arrêté n 283/1999/CE ). 4. Procédure de plainte et règlement alternatif de litiges Pour le Conseil, une justice efficace et rapide est d une importance primordiale, aussi dans le domaine des litiges avec des consommateurs. Le Conseil est partisan d un système de traitement des plaintes, en première lieu au sein de l entreprise. Un code de conduite devrait prévoir un système de règlement alternatif de litiges pour le cas où les parties n arriveraient pas à se mettre d accord. La directive européenne relative au commerce électronique, elle aussi, invite les états membres à instaurer un système de règlement alternatif de litiges par voie électronique, en particulier pour les litiges avec des consommateurs. La création de tels systèmes extrajudiciaires ne peuvent en aucun cas porter préjudice au droit du consommateur de recourir au tribunal. Mesdames Struyven et Sweerts, messieurs Dastot, Felix et Walschot (représentants de la production), monsieur de Laminne de Bex (représentant de la distribution), madame Van Havere et monsieur Rizzo (représentants des classes moyennes) ont des doutes quant au règlement de litiges tel que prévu par le projet Web Trader. La garantie d indépendance n est pas offerte, dans la mesure où Test-Achats se présente comme intermédiaire. 8

9 Ces mêmes représentants insistent non seulement pour que le choix entre règlement judiciaire et extrajudiciaire de litiges reste libre, mais aussi pour que la forme concrète de la méthode de règlement alternatif de litiges (intermédiation, arbitrage, ombudsman, commission sectoriel) soit laissée au libre choix des parties. organisations de consommateurs) estiment que le projet Web Trader prévoit déjà une procédure de traitement de plaintes à différents niveaux : - l entreprise doit mettre au point une procédure de plainte interne ; - l entreprise s engage à accepter la médiation de l organisation de consommateurs qui a délivré le logo ; - les organisations de consommateurs participant au projet Web Trader développent également un projet en vue d instaurer un système indépendant de règlement alternatif de litiges. Ces représentants signalent que la médiation prévue dans le Web Trader Code ne constitue pas un système de règlement alternatif de litiges. L intervention de l organisation de consommateurs en cas de plaintes n est rien d autre qu une simple assistance aux consommateurs et peut donc difficilement être considérée comme un règlement alternatif de litiges. L intervention de l organsiation ne diffère que très légèrement de l aide individuelle offerte par ces associations à leurs membres dans le cadre de leur fonctionnement normal. Dans le cadre du projet Web Trader, Test-Achats offre également son assistance à des non-membres et organise une coopération avec les autres associations consuméristes du réseau Web Trader. A cet égard, le Conseil renvoie à la communication de la Commission européenne relative au règlement extrajudiciaire de litiges avec les consommateurs (COM(1999)198) (annexe 3) et à sa recommandation (98/257/CE) (annexe 4) relative aux principes applicables à cette forme de règlement de litiges. Ces principes sont : - indépendance ; - transparence ; - audition des deux parties ; - efficacité ; - légitimité ; - liberté ; - représentation. La Commission a créé une banque de données 1 pour les organes extrajudiciaires (par exemple : ombudsman, médiateur, bureaux particuliers d arbitrage, ) pour le règlement de litiges avec les consommateurs, qui offrent les garanties susmentionnées. 1 Cette liste peut être consultée sur le website de Dgsanco: just/acce justo 9

10 organisations de consommateurs) estiment qu un tel système alternatif devrait s insérer dans une approche intégrée du règlement alternatif de litiges par la création d une structure globale qui serait paritairement composée de représentants de la vie économique et des organisations de consommateurs, et pour laquelle seraient libérés les moyens nécessaires à son fonctionnement efficace. 10

11 MEMBRES AYANT ASSISTE A L'ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL DE LA CONSOMMATION DU 18 DECEMBRE 2000 PRESIDEE PAR MADAME D. STRUYVEN 1. Membres représentant les organisations de consommateurs: Effectifs: Madame DE ROECK (De Bond van Grote en Jonge Gezinnen) Monsieur KALFA (Verbraucherschutzzentrale Ostbelgien) Monsieur MECHELS (Test-Achats) Suppléants: Madame CULOT (C.S.C.) Monsieur QUINTARD (F.G.T.B.) 2. Membres représentant les organisations de la production: Effectifs: Madame STRUYVEN (F.E.B.) Madame SWEERTS (A.B.B.) Monsieur FELIX (U.P.C.) Monsieur WALSCHOT (AGORIA) Suppléant: Monsieur DASTOT (B 3 A) 3. Membres représentant les organisations de la distribution: Effectif: Monsieur de LAMINNE de BEX (FEDIS) 4. Membres représentant les organisations des classes moyennes: Suppléants: Madame VAN HAVERE (UNIZO) Monsieur RIZZO (U.C.M.) 11

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le problème des systèmes de marketing qui créent de fausses pénuries.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le problème des systèmes de marketing qui créent de fausses pénuries. C.C. 243 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le problème des systèmes de marketing qui créent de fausses pénuries. Bruxelles, le 29 mars 2001 Le Conseil de la Consommation, saisi le 24 janvier 2001 par

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 367 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'évaluation des recommandations émises par le Conseil de la Consommation dans son avis du 28 avril 2004 relatives à la publicité et au marketing bancaire à l'égard

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements. C.C. 312 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements. Bruxelles, le 19 juin 2003 Le Conseil de la Consommation, qui a décidé

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base C.C.199 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base Bruxelles, le 3 juin 1999 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 260 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet d'arrêté royal relatif à l'interdiction de la publicité pour le chauffage électrique. Bruxelles, 20 décembre 2001 Le Conseil de la Consommation, saisi

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur un projet d A.R. relatif aux factures d électricité et de gaz

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur un projet d A.R. relatif aux factures d électricité et de gaz C.C. 265 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d A.R. relatif aux factures d électricité et de gaz Bruxelles, 28 mars 2002 Le Conseil de la Consommation, saisi le 28 novembre 2001 par le Secrétaire

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 474 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une requête de la protection du titre professionnel d expert immobilier'. Bruxelles, le 2 avril 2014 RESUME Par lettre du 3 mars 2014, Madame Sabine Laruelle,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION

CONSEIL DE LA CONSOMMATION CC 484 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les pratiques commerciales déloyales et les annonces de réduction de prix. Bruxelles, le 25 juin 2015 RESUME Un arrêt de la Cour de Justice de l Union européenne

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires. C.C. 181 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires. Bruxelles, le 2 juillet 1998 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 221 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les matières, relatives aux communications commerciales, nécessitant une harmonisation européenne et sur celles pour lesquelles le principe de reconnaissance

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 472 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet de loi modifiant le Code de droit économique, relatif à l arrondissement des paiements en euros. Bruxelles, le 20 mars 2014 1 RESUME L objectif de

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-455 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal portant modification de l arrêté royal du 4 août 1992 relatif aux coûts, aux taux, à la durée et aux modalités de remboursement du crédit

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité C.C.201 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité Bruxelles, 5 mars 1999 Le Conseil de la Consommation qui, usant de son droit d'initiative,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 404 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 7 juillet 2002 réglementant la Centrale des Crédits aux Particuliers. Bruxelles, le 6 novembre 2008 1 RESUME

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 206 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les meilleurs moyens à mettre en œuvre pour limiter les entraves à la libre circulation des communications commerciales relatives aux rabais Bruxelles, 26 oktober

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro C.C. 191 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro Bruxelles, le 15 janvier 1999 Le Conseil de la Consommation

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la problématique des labels

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la problématique des labels CC 334 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la problématique des labels Bruxelles, 26 janvier 2005 RESUME Le précédent Ministre de l Economie a saisi le Conseil de la Consommation d une demande d avis relative

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-405 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 et un projet d'arrêté ministériel pris en exécution de ce projet d'arrêté royal en vue de

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 458 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur trois projets d arrêtés royaux relatifs aux dénominations et aux caractéristiques des gasoils destinés au chauffage et à l usage dans des engins mobiles non routiers,

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-450 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un avant-projet de loi modifiant le Code civil en ce qui concerne les sûretés réelles mobilières. Bruxelles, le 30 avril 2012 RESUME Le Conseil a examiné attentivement

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 224 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la proposition de loi complétant la loi du 22 janvier 1945 sur la réglementation économique et les prix par un article 2bis relatif à la tarification de certains

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur CC 383 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur Bruxelles, 2 juillet 2007 1 Le Conseil de la consommation,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile

Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant la médiation familiale et en matière civile Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)14 Commission européenne pour l efficacité de la justice (CEPEJ) Lignes directrices visant à améliorer la mise en œuvre des Recommandations existantes concernant

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Sandrine Sepul Directrice du Conseil de la Publicité ASBL 1 12 mai 2011 Etats généraux des médias d information

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 381 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques Bruxelles, 11 juin 2007

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat.

24.01.12. La décision a été prise conformément à l article 45 i du règlement interne du Bundesrat. Bundesrat Imprimé 772/11 (Décision) 24.01.12 Décision du Bundesrat - Chambre européenne - Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative au règlement extrajudiciaire des litiges

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Préambule En février 2007, les opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs de contenu

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 L asbl BeCommerce a pour objectif d augmenter la confiance du consommateur dans la vente à distance online

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance

EIOPA-BoS-12/069 FR. Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance EIOPA-BoS-12/069 FR Orientations sur le traitement des réclamations par les entreprises d assurance 1/7 1. Orientations Introduction 1. Conformément à l article 16 du règlement instituant l EIOPA 1 (European

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après «la Commission») ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après «la Commission») ; 1/8 Avis n 12/2013 du 24 avril 2013 Objet: Demande d avis concernant l avant-projet de loi portant dispositions diverses concernant la simplification administrative article 13 : Titres-repas électroniques

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/280 DÉLIBÉRATION N 12/078 DU 4 SEPTEMBRE 2012 RELATIVE À L ÉCHANGE MUTUEL DE DONNÉES D IDENTIFICATION ENTRE L OFFICE

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail