commerce électronique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "commerce électronique"

Transcription

1 Chapitre IV: La sécurité en commerce électronique

2 Sommaire A. Sécurité informatique et réseau B. La signature électronique C. Les certificats électroniques E. Les techniques de sécurisation adaptées au commerce électronique F. Les solutions de paiement

3 Pourquoi mettre en œuvre une sécurité informatique à un réseau? Le «bon fonctionnement» d un réseau signifie: Protection du système Protection des données nominatives Fiabilité des logiciels et matériels Performance et disponibilité des services offerts Protection des informations stockées et échangées Protection des accès aux systèmes

4 Pourquoi mettre en œuvre une sécurité informatique à un réseau? Les risques vis-à-vis d un réseau : Destruction ou corruption de l information Détérioration de la qualité des services Vol des informations Usurpation de l identité et utilisation frauduleuse des ressources

5 La définition du risque La possibilité pour un agresseur d exploiter des vulnérabilités et de causer un impact Vulnérabilité: Clés sous le tapis Menace: Cambrioleur (agresseur) essaie d entrer Impact: Cambrioleur casse l armoire, vole de l argent, crée des ennuis Risque = Vulnérabilité x Menace x Impact

6 Les buts de la sécurité : garantir DCI-P

7 Le social engineering C est une technique de manipulation par tromperie qui vise à obtenir l accès à des informations confidentielles ou à des ressources à accès restreint par la manipulation de personnes en ayant directement ou indirectement l accès. Le facteur humain est le point central des techniques d attaque rencontrées en social engineering.

8 Le phishing traditionnel Le phishing traditionnel se caractérise par Courrier électronique très impersonnel envoyé à grande échelle Courrier électronique urgent et menaçant Courrier électronique qui contient un hyperlien

9 Le phishing traditionnel 3) 4) Mary Data entered clique sur by le Mary lien affiché will not dans be send le mail. to ebay Elle 2) Un de ces s a été reçu par Mary. L pense but to établir the attacker une connexion website vers ebay. En fait le parle d un problème de carte bancaire sur ebay et lien la redirige vers lui demande de renvoyer ses données à ebay (par la page en cliquant sur le lien) 1) Un spammer envoie de nombreux spams vers des milliers de destinataires Internet Spammer

10 Le spear phishing Le spear phishing se caractérise par Courrier électronique personnalisé envoyé à un groupe restreint Courrier électronique invitant Courrier électronique qui contient un hyperlien Très dangereux, mais encore peu répandu (Besoin d adresses et de noms).

11 Phishing avec Trojan downloaders Les Trojans sont des programmes qui se cachent souvent dans des applications anodines destinés à voler des informations confidentielles. Vecteurs d infection: Courriers envoyés (Courriers ciblés) CD et Memory Sticks envoyés ou offerts Via le WEB pendant le surfing (drive-by download)

12 Phishing avec Trojan downloaders Internet

13 Phishing avec Trojan downloaders Le drive-by-download Internet Banque

14 Phishing avec Trojan downloaders Le drive-by-download via <Iframe> Internet Puisque L internaute, Un Maintenant Parmi pirate les le informations informatique, site lit qui clique la l ordinateur page sais pour qui web par pas accéder pourront une ce a été l internaute qui vulnérabilité à corrompu vient être volées de est se sans du par passer, corrompu, : serveur les Ce pirate, mots douter site se le de la est des que connecte pages un site passe, site malveillant des renvoyée web les d information connexions à informations de nouveau à peut l internaute vers exploiter sur de sensibles confiance. site parvient des malveillant le sur vulnérabilités L internaute serveur l identité à corrompre contient de se pour l internaute connecte une maintenant envoyer des pages se sur ou un du déroulent de ce Cheval bien serveur code même de malveillant maintenant Troie pour des informations et donner télécharger : à l IFRAME son accès insu bancaires. invisible à : contenu des son pirates ordinateur ajoutée et l afficher à par cet commence ordinateur. le pirate. dans son à A télécharger navigateur Il Les ce ajoute pirates moment sur web. sont des cette là, programmes très Pour l ordinateur page friands le une moment de IFRAME malveillants. ce l internaute tout genre invisible est de normal. données n est forçant pas personnelles tous encore les corrompu. internautes sur leurs victimes Il lisant ne sera cette corrompu page à se qu après connecter avoir à été leur forcé insu vers par le l IFRAME site à télécharger : un des site malwares malveillant depuis appartenant le site du au pirate. et diffusant des malwares.

15 La sécurité c est 80% organisation, culture et sensibilisation 20% technologie

16 Qu est-ce que la sécurité en commerce électronique? Mise en place : de solutions logicielles particulières de composants d infrastructure spécifiques. Pour assurer : Contrôle d accès Confidentialité Authentification Intégrité Non-répudiation

17 Caractéristiques de la sécurité e-commerce Contrôle d accès : filtrage et contrôle d intrusion Confidentialité : que les informations privées impliquées dans la transaction restent privée. Authentification : que le vendeur et l'acheteur sont vraiment qui ils disent. Intégrité : que le montant de votre achat, et les marchandises elles-mêmes, ne soient pas changés(afin de rendre la transaction plus cher ou la qualité de produit inférieure à votre contrat d'origine). Non-répudiation : le fait de s'assurer qu'un contrat ne peut être remis en cause par l'une des parties

18 Mise en place d une politique de sécurité Élaborer des règles et procédures Définir les actions à entreprendre et les personnes à contacter Sensibiliser les utilisateurs

19 L architecture adaptée

20 Pourquoi utiliser une signature électronique? Il faut prouver informatiques : la recevabilité des écrits Comment garantir l authenticité? Comment garantir l intégrité du document?

21 Qu est ce que c est? Rôle analogue à celui d'une signature manuscrite Système à base de 2 clés de signature : 1 clé publique 1 clé privée Signature électronique = Sceau inviolable

22 Type de signature Valeur juridique Signature électronique (directive) Recevable comme preuve en justice Signature électronique (droit français) Admissible comme preuve au même titre que le support papier et la signature manuscrite Signature électronique avancée (directive) Equivalente à une signature manuscrite si elle est basée sur un certificat qualifié et créée par un dispositif sécurisé de création de signature Signature électronique sécurisée (droit français) Equivalent à une signature manuscrite et présente une présomption de fiabilité si elle repose sur un certificat électronique qualifié et est créée par un dispositif sécurisé de création de signature

23 Le fonctionnement

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37 Création de la signature Message à émettre Hachage Empreinte Clé privée Emetteur Algorithme à clé symétrique

38 Vérification de la signature Message reçu Hachage Empreinte Empreinte reçue Fonction de vérification Clé publique Emetteur Algorithme à clé asymétrique Signature valide ou non

39 Les usages Professionnels : B2B Gestion Élaboration d actes notariaux Télépaiement de la TVA Transferts financiers, actes de commerce, lettres de change Particuliers : La télé - déclaration d'impôts Actes notariés Correspondances personnelles

40 Qu est ce qu un certificat électronique? C est la carte d identité électronique d un individu (analogie) Est composé Clé publique Informations personnelles sur le porteur Signature d une Autorité de Certification (AC) Date de validité C est une attestation informatique qui assure le lien entre les données de vérification de signature électronique et le signataire supposé

41 A quoi ça sert? Outil d authentification fort Garantie l identité du propriétaire dans les transactions électronique Lève le doute quant à l utilisation frauduleuse d une signature par un tiers Génère la signature électronique Assure la non-répudiation d un acte électronique

42 Combinés avec le chiffrement, ils fournissent une solution de sécurité plus complète Assurent l'identité de toutes les parties impliquées dans une transaction. Permettent d'établir un environnement de confiance entre deux entités distantes qui ont besoin de communiquer entre elles. Les internautes peuvent dès aujourd'hui communiquer en toute confidentialité des informations sensibles dans la plupart des logiciels de navigation et de messagerie.

43 Comment vérifier l identité du signataire? Dans la vie courante, comment prouver son identité? Pour un examen => fournir carte d identité, passeport, permis de conduire!! Même principe pour les certificats électroniques

44 Principe

45 Exemple

46 Qu est ce qu un certificat de clé publique? Il existe différents types de certificats : les classes de certificats. Chaque classe correspondant à un niveau plus élevé de sécurité: certificats de classe 1: Ces certificats ne requièrent qu'une adresse du demandeur. certificats de classe 2: Le demandeur doit nécessairement fournir à distance une preuve de son identité (exemple: photocopie de carte d'identité). certificats de classe 3: Ces certificats ne peuvent être délivrés que dans le cadre d'une présentation physique du demandeur.

47 Qu est ce qu un certificat de clé publique? Un certificat de clé publique est un lien de confiance entre : l identité du signataire, la clé publique utilisée par le signataire (qui est liée de manière unique à la clé privé de signature), l utilisation de la clé privée de signature. La force de ce lien peut être plus ou moins élevée selon l usage prévu pour le certificat de signature : certificat de classe 1, 2 ou 3.

48 Qu est ce qu un certificat de clé publique? Ce lien est certifié par une autorité de confiance : un prestataire de service de certification électronique.

49 L Autorité de Certification génère les certificats, en associant l'identité d'une personne ou d'un système à une signature numérique. Cette étape va être réalisée en interne, ou confiée à un prestataire. révoque les certificats périmés.

50 SSL (Secure Socket Layer)

51 Le protocole SSL SSL (Secure Socket Layer) : protocole développé par Netscape conçu pour assurer la sécurité des transactions sur Internet (notamment entre un client et un serveur) intégré depuis 1994 dans les navigateurs Objectifs : Sécuriser les protocoles existants (HTTP, SMTP ) de façon transparente

52 SSL Couche sécuritaire au-dessus de TCP/IP destinée à créer une connexion sécurisée. Est invoqué lors d achats sur Internet Protocole cryptographique qui requiert une clé publique signée, ce qu on appelle un certificat.

53 SSL : Protocole Application SSL Handshake Alert CCS Record TCP

54 Ouverture d une session SSL Client Hello Serveur Hello Certificate (Serveur Key Exchange) (Certificate Request) Server Hello Done ChangeCipherSpec Finished Application Data (Certificate) Client Key Exchange (Certificate Verify) ChangeCipherSpec Finish Application Data

55 Ouverture d une connexion Client Hello Serveur Hello ChangeCipherSpec Finished ChangeCipherSpec Finished Application Data

56 Inconvénients Ne garantit pas l existence réelle du client au marchant Les informations du client peuvent résider sur le site des marchands Le code secret de la carte qui fait office de signature électronique n est pas présent dans le processus de paiement

57 SET (Secure Electronic Transaction)

58 Présentation protocole de paiement fondé par MasterCard et Visa avec la participation de Microsoft, IBM et Netscape... Spécification déposée depuis Février 1996 dans le domaine public Diffusion en 1997

59 Présentation norme de paiement sécurisé par carte bancaire intégrant des fonctions d identification des parties en présence et de cryptage.

60 Architecture et acteurs

61 Principe protocole qui retrace "fidèlement" les étapes d'une transaction commerciale traditionnelle essaie de reproduire les demandes et accords de paiement, utilisés habituellement.

62 rajoute la composante sécurisation, qui permet de s'assurer de l'identité des différents intervenants, ainsi que de sécuriser l'échange entre ces derniers.

63 Principe

64 Fonctionnement : Message O Message I Hashage E(O) E(I) Clé publique de l acheteur E(O) E(1) Signature Duale Concaténation

65 Les outils! Navigateur WEB (Netscape ou IE) Une carte bancaire Logiciel SET «Wallet» pour l acheteur Serveur de paiement pour le commerçant Passerelle de paiement pour la banque

66 Avantages Il vérifie l'identité du client, du vendeur et celle de l'institution financière AUTHENTIFICATION ASSUREE et REPUDIATION IMPOSSIBLE Il sécurise l'échange entre les différentes parties prenantes INTEGRITE ASSUREE Il garantit la confidentialité de la transaction CONFIDENTIALITE ASSUREE

67 Avantages Commerçant ne peut connaître le numéro de carte de son client Confidentialité des coordonnées bancaire La banque n a pas connaissance des articles achetés Respect de la vie privée

68 Inconvénients lourdeur de la vérification systématique des certificats lourde charge de calculs cryptographiques =>Les transactions peuvent être très longues

69 Les typologies de paiement Paiements hors connexion La carte bancaire Le chèque Le porte-monnaie électronique et virtuel La carte bancaire à puce Le crédit documentaire

70 Paiements hors-connexion Paiement par chèques ou des transmissions de numéro carte =>par téléphone ou par fax. les données hautement confidentielles ne sont pas transférées sur le réseau

71 La carte bancaire Moyen de paiement le plus utilisé! Constat => fraude Pour conserver la premier place de moyen de paiement => Arrivée de l «e-carte bleue» principe

72 Le chèque Inconvénients: retarde la livraison des produits engendre des coûts supplémentaires de traitement, inconvénient majeur : internet = la possibilité d'acheter en ligne, simplement et rapidement! Apparition de l «e-checks» Différence avec chèque traditionnelle: signature électronique au lieu de la manuelle

73 Le porte-monnaie électronique Carte prépayée l'argent est stocké sur le microprocesseur «E-Cash» se comporte comme une véritable monnaie Échange de monnaie possible entre utilisateurs aucune référence quand au propriétaire de cet argent => tout est anonyme Exemple: Moneo

74 Le porte-monnaie virtuel l'argent est appelé " e-money ". Le client doit, avant d'acheter, retirer des unités de monnaie auprès de son institution financière et les stocker dans sa machine. Exemple: K-Wallet de Kleline(BNP) pour achat < à 15 euros

75 La carte bancaire à puce Carte à puce + lecteur de carte connecté ou intégré à l ordinateur Cyber-COMM propose des lecteurs d environ 60 euros (chez surcouf, boulanger) 2 modèles: Lecteur «MeerKat ACTIVKAT» Connecté en port série Lecteur «MeerKat CAROLINE» Connecté en port USB

76 Le crédit documentaire protection maximale pour les échanges commerciaux entre deux pays étrangers substitue aux relations acheteur/vendeur des relations de banque à banque Avantage: supprime le risque client Inconvénients:plus complexe et plus onéreux que les moyens classiques

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat SSL ET IPSEC Licence Pro ATC Amel Guetat LES APPLICATIONS DU CHIFFREMENT Le protocole SSL (Secure Socket Layer) La sécurité réseau avec IPSec (IP Security Protocol) SSL - SECURE SOCKET LAYER Historique

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises La banque en ligne et le protocole TLS : exemple 1 Introduction Définition du protocole TLS Transport Layer Security

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (ANSSI) Secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) Référentiel Général de Sécurité version 2.0 Annexe

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques

ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques ICP/PKI: Infrastructures à Clés Publiques Aspects Techniques et organisationnels Dr. Y. Challal Maître de conférences Université de Technologie de Compiègne Heudiasyc UMR CNRS 6599 France Plan Rappels

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

SECURIDAY 2013 Cyber War

SECURIDAY 2013 Cyber War Club de la Sécurité Informatique à l INSAT Dans le cadre de la 3ème édition de la journée nationale de la sécurité informatique SECURIDAY 2013 Cyber War SECURINETS Présente Atelier : Mail Threats Formateurs:

Plus en détail

Technologies informatiques appliquées au commerce électronique

Technologies informatiques appliquées au commerce électronique Technologies informatiques appliquées au commerce électronique Travail d études de Simeon Kostov et Dimitre Kostov Licence Informatique 2002-2003 Université de Nice «Internet sera à l économie du 21 ème

Plus en détail

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed

THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed THEME: Protocole OpenSSL et La Faille Heartbleed Auteurs : Papa Kalidou Diop Valdiodio Ndiaye Sene Professeur: Année: 2013-2014 Mr, Gildas Guebre Plan Introduction I. Définition II. Fonctionnement III.

Plus en détail

Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS

Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS Chapitre 4 PROTOCOLES SÉCURISÉS 52 Protocoles sécurisés Inclus dans la couche application Modèle TCP/IP Pile de protocoles HTTP, SMTP, FTP, SSH, IRC, SNMP, DHCP, POP3 4 couche application HTML, MIME, ASCII

Plus en détail

Cible de sécurité CSPN

Cible de sécurité CSPN Cible de sécurité CSPN ClearBUS Application cliente pour la communication sécurisée Version 1.12 Le 25/11/2011 Identifiant : CBUS-CS-1.12-20111125 contact@clearbus.fr tel : +33(0)485.029.634 Version 1.12

Plus en détail

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre HTTPS Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre Définition HTTPS (HyperText Transfer Protocol Secure) C'est

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Certificats électroniques

Certificats électroniques Certificats électroniques Matthieu Herrb Jean-Luc Archimaud, Nicole Dausque & Marie-Claude Quidoz Février 2002 CNRS-LAAS Plan Services de sécurité Principes de cryptographie et signature électronique Autorités

Plus en détail

La sécurité dans les grilles

La sécurité dans les grilles La sécurité dans les grilles Yves Denneulin Laboratoire ID/IMAG Plan Introduction les dangers dont il faut se protéger Les propriétés à assurer Les bases de la sécurité Protocoles cryptographiques Utilisation

Plus en détail

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D.

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. 2013 Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. Table des matières 1 Les architectures sécurisées... 3 2 La PKI : Autorité de certification... 6 3 Installation

Plus en détail

vendredi 8 juillet 2011

vendredi 8 juillet 2011 PROCESSUS DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE AU BURKINA FASO 1 Sommaire Contexte de la CE Aspects techniques Réalisations et futurs projets de l ARCE Types et domaines d utilisation de certificats Procédures

Plus en détail

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2.

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2. DTIC@Alg 2012 16 et 17 mai 2012, CERIST, Alger, Algérie Aspects techniques et juridiques de la signature électronique et de la certification électronique Mohammed Ouamrane, Idir Rassoul Laboratoire de

Plus en détail

Sécurisez des Transferts de Données en Ligne avec SSL Un guide pour comprendre les certificats SSL, comment ils fonctionnent et leur application 1. Aperçu 2. Qu'est-ce que le SSL? 3. Comment savoir si

Plus en détail

Coupez la ligne des courriels hameçons

Coupez la ligne des courriels hameçons Coupez la ligne des courriels hameçons Les fraudeurs qui cherchent à mettre la main sur des renseignements personnels ont élaboré un nouveau moyen d attirer des victimes sans méfiance. Ils lancent un «hameçon».

Plus en détail

Projet Magistère: SSL

Projet Magistère: SSL Université Joseph Fourier, IMA Janvier 2010 Table des matières 1 Introduction 2 Qu est ce que SSL? 3 Historique de SSL/TLS 4 Théorie à propos du fonctionnement de SSL 5 Structure d un certificat 6 SSL

Plus en détail

EMV, S.E.T et 3D Secure

EMV, S.E.T et 3D Secure Sécurité des transactionsti A Carte Bancaire EMV, S.E.T et 3D Secure Dr. Nabil EL KADHI nelkadhi@club-internet.fr; Directeur du Laboratoire L.E.R.I.A. www.leria.eu Professeur permanant A EPITECH www.epitech.net

Plus en détail

Signer électroniquement un document

Signer électroniquement un document Signer électroniquement un document Signer électroniquement un document.doc 1 / 20 Table des matières Introduction 3 Signer un document Microsoft Office 4 Signer un document Office 2003. 4 Signer un document

Plus en détail

Profil de protection d une passerelle VPN industrielle

Profil de protection d une passerelle VPN industrielle Profil de protection d une passerelle industrielle Version 1.0 court-terme GTCSI 13 juillet 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant

Plus en détail

Crypto et sécurité de l information

Crypto et sécurité de l information 1 / 73 Crypto et sécurité de l information Chap 4: Gestion des clés symétriques ou asymétriques, Protocoles d authentification, Kerberos, Protocoles de sécurité Rhouma Rhouma https://sites.google.com/site/rhoouma

Plus en détail

E-Commerce Tutoriels TABLE DES MATIÈRES. Tutoriel 1 EC 1.01 Qu est-ce que le commerce électronique

E-Commerce Tutoriels TABLE DES MATIÈRES. Tutoriel 1 EC 1.01 Qu est-ce que le commerce électronique TABLE Preface iii Préface iii Tutorial Tips xv Avant de commencer v New Perspectives on E-Commerce Tutorials EC 1.01 E-Commerce Tutoriels Read This Before You Begin EC 1.02 Tutoriel 1 EC 1.01 Qu est-ce

Plus en détail

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte UN GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE, pour tester, acheter et utiliser un certificat numérique

Plus en détail

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA

Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Intervenant : Antonio DA CUNHA CCI de Bordeaux Echangeur Bordeaux Aquitaine Atelier du Lundi 23 mars 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur

Plus en détail

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours Cours Sécurité et cryptographie Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud Med_elhdhili@yahoo.eselhdhili@yahoo es khaled.sammoud@gmail.com Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Plus en détail

+213 (0) 21 56 25 00. FAX:

+213 (0) 21 56 25 00. FAX: EMV Mme Nejla Belouizdad Directrice Organisation et Sécurité Monétique TEL: +213 (0) 21 56 25 00. FAX: +213 (0) 21 56 18 98. E-mail : nejla.belouizdad@satim-dz.com 46, Rue des fréres Bouadou (Ex Ravin

Plus en détail

Profil de protection d un pare-feu industriel

Profil de protection d un pare-feu industriel Version 1.0 court-terme GTCSI 13 juillet 2015 Avant-propos Dans toute la suite de ce document, l acronyme ToE (Target of Evaluation) désigne le composant qui est l objet de l évaluation. Les passages en

Plus en détail

LA SÉCURITÉ DANS LES RÉSEAUX POURQUOI SÉCURISER? Ce cours traitera essentiellement les points suivants :

LA SÉCURITÉ DANS LES RÉSEAUX POURQUOI SÉCURISER? Ce cours traitera essentiellement les points suivants : LA SÉCURITÉ DANS LES RÉSEAUX Page:1/6 Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement les points suivants : - les attaques : - les techniques d intrusion : - le sniffing - le «craquage» de mot de

Plus en détail

Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking.

Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking. Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking. Face à la recrudescence des actes de malveillance et des opérations frauduleuses liés à l utilisation d Internet,

Plus en détail

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

Protégez votre entreprise contre la fraude.

Protégez votre entreprise contre la fraude. Protégez votre entreprise contre la fraude. 1 La fraude aux entreprises Qu est-ce qu il y a dans ce document? 1 La fraude aux entreprises 3 Qu est-ce qu il y a dans ce document? Comment utiliser ce document?

Plus en détail

Trusteer Pour la prévention de la fraude bancaire en ligne

Trusteer Pour la prévention de la fraude bancaire en ligne Trusteer Pour la prévention de la fraude bancaire en ligne La solution de référence pour la prévention de la fraude bancaire en ligne Des centaines d institutions financières et des dizaines de millions

Plus en détail

I INTRODUCTION II LE PHISHING

I INTRODUCTION II LE PHISHING I INTRODUCTION Ce premier chapitre a pour but de donner les différents concepts de base du monde du phishing ainsi que leurs définitions respectives. Nous commençons par les définitions. Le phishing, ou

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2008/2 21 novembre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique

Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA JUSTICE Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique Par Monsieur AKKA Abdelhakim Directeur Général de la Modernisation

Plus en détail

a. Prévention par un comportement approprié en surfant :

a. Prévention par un comportement approprié en surfant : Module : TIC & Banques 1 U4.2- Préventions de sécurité : a. Prévention par un comportement approprié en surfant : Ne donnez jamais vos données personnelles via des liens proposés par email. De même, il

Plus en détail

Evaluer les risques liés aux défauts de sécurité

Evaluer les risques liés aux défauts de sécurité C2I Métiers de la Santé SECURITE INFORMATIQUE Evaluer les risques liés aux défauts de sécurité Eric Boissinot Université François Rabelais Tours 13/02/2007 Pourquoi la sécurité? Le bon fonctionnement d

Plus en détail

OPENSSL/ SSL. Glossaire. IGC : Interface de Gestion des Clés. AC : Autorité de Certification. L IGC sert à : o Emettre les certificats.

OPENSSL/ SSL. Glossaire. IGC : Interface de Gestion des Clés. AC : Autorité de Certification. L IGC sert à : o Emettre les certificats. OPENSSL/ SSL Glossaire IGC : Interface de Gestion des Clés L IGC sert à : o Emettre les certificats o Les révoquer o Les publier dans un annuaire. AC : Autorité de Certification. Une AC possède un bi-clé

Plus en détail

Présenté par : Mlle A.DIB

Présenté par : Mlle A.DIB Présenté par : Mlle A.DIB 2 3 Demeure populaire Prend plus d ampleur Combinée avec le phishing 4 Extirper des informations à des personnes sans qu'elles ne s'en rendent compte Technique rencontrée dans

Plus en détail

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008 Romain Kolb 31/10/2008 Signature électronique Sommaire I. Introduction... 3 1. Motivations... 3 2. Définition... 3 3. La signature électronique en bref... 3 II. Fonctionnement... 4 1. Notions requises...

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation. Sunnystamp 2D-Doc Services CA

Conditions Générales d Utilisation. Sunnystamp 2D-Doc Services CA Sunnystamp 2D-Doc Services CA Version.0 Tous droits réservés Technopole de l Aube en Champagne BP 60-00 Troyes Cedex Tél. : + (0) 2 4 0 8 Fax : + (0) 8 40 0 08 www.lex-persona.com contact-2d-doc@lex-persona.com

Plus en détail

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE

SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE SIGNATURE DIGITALE ET AUTHENTIFICATION FORTE Michel Laloy 18/06/2002 Objectifs Expliquer les mécanismes de la signature digitale et de l authentification forte Montrer comment ces mécanismes s'appliquent

Plus en détail

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie)

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) FORMATION SUR LA «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES» POUR LES OPERATEURS ET REGULATEURS DE TELECOMMUNICATION Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) CRYPTOGRAPHIE ET SECURITE

Plus en détail

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références 2 http://securit.free.fr Introduction aux concepts de PKI Page 1/20

Plus en détail

Réseaux virtuels Applications possibles :

Réseaux virtuels Applications possibles : Réseaux virtuels La mise en place d'un réseau privé virtuel permet de connecter de façon sécurisée des ordinateurs distants au travers d'une liaison non fiable (Internet), comme s'ils étaient sur le même

Plus en détail

Chapitre 5 : IPSec. SÉcurité et Cryptographie 2013-2014. Sup Galilée INFO3

Chapitre 5 : IPSec. SÉcurité et Cryptographie 2013-2014. Sup Galilée INFO3 Chapitre 5 : IPSec SÉcurité et Cryptographie 2013-2014 Sup Galilée INFO3 1 / 11 Sécurité des réseaux? Confidentialité : Seuls l émetteur et le récepteur légitime doivent être en mesure de comprendre le

Plus en détail

Paiement sécurisé sur internet

Paiement sécurisé sur internet Paieent sécurisé sur internet CHAIGNEAU Delphine DANTE Alexandra GARNODIER Karine RICM3 25 janvier 2002 1.1 Internet et coerce 1.2 Modes de paieent 1.3 Qualités d un procédé 1.1 Internet et coerce 1.1

Plus en détail

Guide du promoteur de projets de Commerce électronique

Guide du promoteur de projets de Commerce électronique République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Guide du promoteur de projets de Commerce électronique Direction du développement du commerce électronique et de l économie immatérielle -Année

Plus en détail

Activité Commerçante : Le CA du MORBIHAN dans le top 3 des caisses régionales depuis 5 ans

Activité Commerçante : Le CA du MORBIHAN dans le top 3 des caisses régionales depuis 5 ans LA FRAUDE SUR INTERNET Assemblée générale Caisse Locale de Sarzeau 18 février 2010 LA FRAUDE SUR INTERNET Un paiement sur internet : Comment ça marche? Quels sont les risques? Quelle information sensible?

Plus en détail

Protégez votre entreprise contre la fraude.

Protégez votre entreprise contre la fraude. Protégez votre entreprise contre la fraude. 1 La fraude aux entreprises 1 La fraude aux entreprises 3 Qu est-ce qu il y a dans ce document? Comment utiliser ce document? 2 Social Engineering ou fraude

Plus en détail

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES : STANDARDS, ALGORITHMES DE HACHAGE ET PKI» DU 22 AU 26 JUIN 2015 TUNIS (TUNISIE) CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES

Plus en détail

LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION

LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION 1. Pourquoi sécuriser son système d'information...2 2. Les objectifs en matière de sécurité....2 2.1. Les enjeux pour la sécurité...2 2.2. Définition des objectifs

Plus en détail

V.P.N. ou un ordinateur et un réseau de l'ufc, de façon confidentielle, et ceci en utilisant le média d'internet.

V.P.N. ou un ordinateur et un réseau de l'ufc, de façon confidentielle, et ceci en utilisant le média d'internet. V.P.N. Table des matières V.P.N...1 Royaume : «realm»...2 Qui fait une demande de «realm»?...2 Quels sont les «realms» actifs?...2 Obtenir un certificat, des droits...3 Rencontrer son correspondant réseau/wifi...3

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET MISES EN GARDE DE McAFEE EN MATIÈRE d achats en ligne

RECOMMANDATIONS ET MISES EN GARDE DE McAFEE EN MATIÈRE d achats en ligne RECOMMANDATIONS ET MISES EN GARDE DE McAFEE EN MATIÈRE d achats en ligne Sommaire Avant-propos de Parry Aftab 3 Expert de la sécurité en ligne Achats en ligne : la vérité 4 Recommandations et mises en

Plus en détail

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002 IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr JTO décembre 2002 Chiffrement asymétrique Confidentialité d un message : le chiffrer avec la clé publique du destinataire.

Plus en détail

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Septembre 2014 Chiffrement : Confidentialité des données Malgré les déclarations de Google et autres acteurs du Net sur les questions

Plus en détail

3. Gestion de la signature électronique dans le Hub Electronique de Documents. 4. Signature manuscrite scannée et signature numérique dans le Hub

3. Gestion de la signature électronique dans le Hub Electronique de Documents. 4. Signature manuscrite scannée et signature numérique dans le Hub Certificat et Signature électronique by LegalBox Certificat et Signature électronique Table des matières : 1. Qu'est-ce qu'une signature électronique? 2. Qu est-ce qu un certificat électronique? 3. Gestion

Plus en détail

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2

Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Commission Identité Numérique Groupe de travail Gestion des identités Les usages et les services ATELIER 2 Introduction et cadrage Jean Pierre Buthion, Pdt de la Commission Identités Analyse et synthèse

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

www.netexplorer.fr contact@netexplorer.fr

www.netexplorer.fr contact@netexplorer.fr www.netexplorer.fr 05 61 61 20 10 contact@netexplorer.fr Sommaire Sécurité applicative... 3 Authentification... 3 Chiffrement... 4 Traçabilité... 4 Audits... 5 Sécurité infrastructure... 6 Datacenters...

Plus en détail

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Sécurité du transport Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS Plan. Typologie des solutions Protocole SSL/TLS Introduction Architecture Ports et applications Services

Plus en détail

Sécuriser les achats en ligne par Carte d achat

Sécuriser les achats en ligne par Carte d achat Projet Sécurité Date : 09/02/09 Version : V 1.0 Etat : travail / vérifié / validé Rédacteur : JBO Réf. : CNRS/DSI/Expertise/ sécuriser la carte achat-v1.doc Annexes : Sécuriser les achats en ligne par

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

Découvrez Kaspersky. Small Office Security TPE PME GUIDE DE LA SÉCURITÉ INFORMATIQUE

Découvrez Kaspersky. Small Office Security TPE PME GUIDE DE LA SÉCURITÉ INFORMATIQUE Découvrez Kaspersky Small Office Security TPE PME GUIDE DE LA SÉCURITÉ INFORMATIQUE Sommaire Pourquoi est-il important pour une TPE/PME d acquérir une protection efficace? Pages 04-05 10 idées reçues à

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE

SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE PUBLICATION CPA-2011-102-R1 - Mai 2011 SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE Par : François Tremblay, chargé de projet au Centre de production automatisée Introduction À l

Plus en détail

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader Gestion des Clés Pr Belkhir Abdelkader Gestion des clés cryptographiques 1. La génération des clés: attention aux clés faibles,... et veiller à utiliser des générateurs fiables 2. Le transfert de la clé:

Plus en détail

SOMMAIRE IMAP. Chapitre 1 IMAP 2. Chapitre 2 IMAP/SSL 12

SOMMAIRE IMAP. Chapitre 1 IMAP 2. Chapitre 2 IMAP/SSL 12 Exchange 2003 / SSL Page 1 sur 30 SOMMAIRE Chapitre 1 2 1.1 Mise en place sur le serveur 2 1.2 Test pour un poste en interne 6 1.3 Test pour un poste nomade 8 Chapitre 2 /SSL 12 2.1 Mise en place sur le

Plus en détail

Présentation du projet EvalSSL

Présentation du projet EvalSSL 24 SSLTeam FévrierPrésentation 2011 du projet EvalSSL 1 / 36 Présentation du projet EvalSSL SSLTeam : Radoniaina ANDRIATSIMANDEFITRA, Charlie BOULO, Hakim BOURMEL, Mouloud BRAHIMI, Jean DELIME, Mour KEITA

Plus en détail

Informations Sécurité

Informations Sécurité Bonnes pratiques Informations Sécurité La sécurité informatique désigne un ensemble de techniques et de bonnes pratiques pour protéger vos ordinateurs et vos intérêts dans l usage des moyens informatiques,

Plus en détail

Applications de la cryptographie à clé publique

Applications de la cryptographie à clé publique pplications de la cryptographie à clé publique Crypter un message M revient à appliquer à celui-ci une fonction bijective f de sorte de former le message chiffré M = f ( M ). Déchiffrer ce dernier consiste

Plus en détail

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Date : 2010-09-08 Référence 20100906-CSPN-CibleSécurité-V1.1.doc VALIDITE DU DOCUMENT Identification Client Projet Fournisseur

Plus en détail

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006 Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS Plan Introduction (10 minutes) Les services de sécurité

Plus en détail

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI

Communiquer SÉCURITÉ. en toute. Dwayne Bragonier, CA, CA TI Communiquer en toute SÉCURITÉ Dwayne Bragonier, CA, CA TI Vraie demande, publiée sur le forum de soutien technique du service de messagerie Gmail de Google : «À l aide! Un courriel confidentiel qui m était

Plus en détail

Clé maitre = P RF(clé préliminaire, master secret, ClientHelloRandom.ServerHelloRandom)

Clé maitre = P RF(clé préliminaire, master secret, ClientHelloRandom.ServerHelloRandom) SSL et TLS 1) Introduction Le protocole SSL, Secure Socket Layer définit une connexion sécurisée au-dessus d une couche transport fiable, TCP, Transfer Control Protocol, par exemple. La version SSLv2 a

Plus en détail

Security Party. Marc SCHAEFER. 22 octobre 2009

Security Party. Marc SCHAEFER. 22 octobre 2009 Security Party Marc SCHAEFER 22 octobre 2009 Résumé L utilisation d outils cryptographiques est essentielle aujourd hui : que ce soit pour chiffrer ou identifier l émetteur d un message électronique ou

Plus en détail

Politique de Signature du Secrétariat Général de la Commission Bancaire

Politique de Signature du Secrétariat Général de la Commission Bancaire Secrétariat Général de la Commission Bancaire --------- Politique de Signature du Secrétariat Général de la Commission Bancaire Pour les remises de type COREP/FINREP et BAFI Date : 26 avril 2007 Version

Plus en détail

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage.

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage. Rappel des propriétés à assurer Cryptographie et utilisation Secret lgorithmes symétriques : efficace mais gestion des clés difficiles lgorithmes asymétriques : peu efficace mais possibilité de diffuser

Plus en détail

PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET

PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET PROJET III 2000/2001 ARCHITECTURE D'UN SITE INTERNET F.-Y. VILLEMIN CNAM-CEDRIC PLAN 1. Sécurité 2. Attaques 3. Architecture 4. Garde-barrière (Firewall) 5. Cryptographie 6. SSL 7. Signature électronique

Plus en détail

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien entreprises Comptes bancaires au quotidien certificat électronique Évoluez dans un environnement sécurisé et accédez aux téléprocédures de l Administration entreprises.societegenerale.fr On est là pour

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Authentification et échange de clé E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr L authentification symétrique I. AUTHENTIFICATION I.1. L AUTHENTIFICATION

Plus en détail

Le protocole sécurisé SSL

Le protocole sécurisé SSL Chapitre 4 Le protocole sécurisé SSL Les trois systèmes de sécurisation SSL, SSH et IPSec présentés dans un chapitre précédent reposent toutes sur le même principe théorique : cryptage des données et transmission

Plus en détail