ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE OUTIL NO 1 : LE CONTRAT D ÉQUIPE. Cours : Travail :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE OUTIL NO 1 : LE CONTRAT D ÉQUIPE. Cours : Travail :"

Transcription

1 1 ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE Pour faire suite à la présentation «Le travail en équipe, rêve ou cauchemar?» voici une version électronique des outils présentés. À ceux qui seront tentés de les essayer, en les modifiant ou non, j aimerais avoir un compte rendu de votre expérience. Merci de me contacter : OUTIL NO 1 : LE CONTRAT D ÉQUIPE Le contrat d équipe peut être distribué dans les équipes au début d un travail. Il permet aux membres de chaque équipe de s entendre sur un but commun et de rendre explicites les règles qu elles et ils désirent voir respecter dans leur équipe. Cours : Travail : Membres de l équipe : Objectif commun : (Afin de s entendre sur un objectif commun, les co-équipiers peuvent échanger sur leur objectif individuel) Règles relationnelles (régissent les rapports humains) Exemples : Règles fonctionnelles (régissent les façons de travailler ensemble) Exemples : o o o Respecter le droit de parole Utiliser un langage poli Être ouverts aux idées des autres o Utiliser le tour de table pour que tous puissent s exprimer avant de prendre une décision importante o Faire un suivi régulier du travail en cours; o Ajuster les tâches régulièrement; o Échanger sur le travail réalisé.

2 2 OUTIL NO 2 : LE COMPTE RENDU ÉCRIT Pour assurer un suivi du travail dans chacune des équipes, un compte rendu peut être écrit par les équipes à chacune des réunions. Selon les objectifs et la nature du travail ainsi que la composition des équipes, un compte rendu plus au moins élaboré peut être demandé aux étudiantes et aux étudiants. Voici un exemple d un canevas de compte rendu qui peut être modifié selon les besoins. Compte rendu écrit No. de la réunion : Nom du projet : Moment de la rencontre : Lieu de la rencontre : Présences : Les sujets traités : 1. Nomination d un animateur (au besoin) 2. Nomination d un secrétaire 3. Survol des sujets qui seront traités pendant la réunion 4. Lecture du dernier compte rendu 5. Retour sur des dossiers ou des sujets qui sont présentement en progression 6. Nouveaux dossier ou sujets qui nécessiteront un suivi 7. Points d information 8. Fin de la réunion Lorsque vous rédigez le compte rendu, à chaque point vous faites un résumé des discussions et des décisions qui sont prises. Si certaines décisions importantes sont prises, tout le monde doit s impliquer dans la prise de décision et les principales idées sont résumées dans le compte rendu. Lorsque le comité prend sa décision, vous inscrivez dans le compte rendu si la décision a été prise à l unanimité ou si un vote a été nécessaire.

3 3 OUTIL NO 3 : CALENDRIER DES TÂCHES Ce calendrier peut être utilisé par chacune des équipes pour définir les tâches à faire pour atteindre l objectif commun, planifier l échéancier et répartir le travail entre les co-équipières et les co-équipiers. Il peut être réutilisé à chaque rencontre pour faire un suivi du travail réalisé. Une signature des co-équipières et des co-équipiers approuvent le travail réalisé. Tâches Échéance Responsable Date de réalisation Compte rendu Signature des coéquipiers

4 4 OUTIL NO 4 : GRILLE D OBSERVATION DE LA PARTICIPATION Cette grille peut être utilisée par les enseignantes et les enseignants pour clarifier leurs attentes auprès des étudiantes et des étudiants à propos de la participation individuelle. Elle a été créée à partir des cinq positions relatives à la participation présentées par St-Arnaud (2002). Notons que selon St-Arnaud (2002), le seuil minimum de participation est «récepteur». Centre S apparente au rôle d animateur Oriente le groupe dans la recherche, la définition et la poursuite de la cible commune. Apporte une solution globale, résume, synthétise, fait le point, énonce une norme, évalue le fonctionnement. Émetteur Apporte une contribution personnelle directement reliée à la cible commune. Donne son opinion, apporte ses commentaires, exprime son accord ou désaccord, répond à une question, pose une question. Récepteur Personne en état d attention ou de réceptivité à ce qui se passe dans le groupe dans le groupe en lien avec la cible commune. Exprime verbalement ou non verbalement une attention à l égard d un émetteur ou d un centre, pose une question de clarification, reformule ou résume. Satellite Personne distraite de la cible commune. (+) Attention portée sur d autres aspects de la vie du groupe, elle peut devenir un «baromètre» du fonctionnement de l équipe et aider à son évaluation, elle peut être dans une «bulle créative» pour amener de nouvelles idées au groupe. (-) Elle s écarte de la cible commune en fonction d une préoccupation personnelle, fait une intervention sans lien avec la cible commune, remet en question la cible commune de façon implicite. Absent Physiquement absent. Arrive en retard, quitte le groupe, quitte momentanément. (Peut être positif si elle s absente pour faire avancer d autres tâches liées à l atteinte de l objectif commun) 1 er observation 2 ième observation 3 ième observation

5 5 OUTIL NO 5 : THÈMES À EXPLORER DANS UN JOURNAL DE BORD Un journal de bord personnel peut être un outil intéressant pour retracer la participation individuelle et aussi pour faire avancer les étudiantes et les étudiants dans leurs apprentissages des savoirs-être nécessaires au travail en équipe. Le journal de bord est une occasion pour les étudiantes et les étudiants de faire une autoévaluation de leur travail et de leurs attitudes. Elles et ils peuvent également être invités à en faire autant pour le travail et les attitudes de leurs co-équipières et de leurs co-équipiers. Cependant, nous rappelons que cette pratique devrait être utilisée dans un cadre d évaluation formative et qu une préparation des étudiantes et des étudiants est nécessaire à la bonne utilisation du journal de bord. Une autoévaluation individuelle pourrait toucher les points suivants : Qualité de la participation Engagement Respect des règles Connaissance de l autre, acceptation de la différence Créativité L enseignante ou l enseignant peut aussi demander à chaque étudiante et chaque étudiant d évaluer le travail de ses co-équipières et de ses co-équipiers sur les mêmes points. L enseignante ou l enseignant pourrait aussi demander une auto-évaluation du travail de l équipe qui toucherait les points suivants : Efficacité du travail Climat de travail Atteinte du but commun Créativité dans l élaboration d idées et de solutions Co-responsabilité

6 6 OUTIL NO 6 : TABLEAU D OBSERVATION DES ATTITUDES SOUHAITÉES LORS DU TRAVAIL EN ÉQUIPE Afin de décrire ses attentes liées aux savoirs-être que l enseignante ou l enseignant veut développer chez les étudiantes et les étudiants qui travaillent en équipe, un tableau semblable peut être développé. L enseignante ou l enseignant pourra s en servir pour expliquer ses attentes aux étudiantes et aux étudiants ainsi que pour faire une observation plus objective des attitudes présentes lors des travaux en équipe et ainsi faire des interventions en conséquence. Idéalement, on en choisi pas plus de trois. L enseignement des attitudes est un long processus. Tout avancement est considéré comme une réussite. Pour enseigner les attitudes, l évaluation formative est recommandée, des rétroactions fréquentes et positives sont recommandées. L exemple reste le meilleur moyen d enseigner les attitudes qu on veut voir apparaître dans nos classes. Attitudes désirées Engagement Affirmation Indices observables de l attitude désirée Prendre la position de l animateur. Prendre des initiatives. Réaliser ses tâches consciencieusement. Indices observables d attitude non désirée Démontrer un manque d intérêt. Ne jamais se proposer pour accomplir une responsabilité. Partager ses idées et ses opinions, amener des arguments pour les soutenir. Accepter sans discussion les points des autres participants. Participation Présence physique Prendre la position de l émetteur ou du récepteur. Réaliser ses tâches consciencieusement. Ne pas respecter ses responsabilités. Faire un travail de piètre qualité. Être souvent absent ou satellite. Motivation Attitude positive, encourager le groupe Être négatif devant les tâches à effectuer. Ouverture sur les idées des autres Respect des autres Prendre le temps d écouter tout le monde, évaluer le potentiel de chaque idée. Ne pas écouter toutes les idées. Écarter des idées avant de les avoir évaluées réellement. Poser un jugement négatif avant d avoir évaluer toutes les idées. Donner la parole, écouter leurs idées, ne pas monopoliser le droit de parole, ne pas juger sans argument. Ne pas écouter les autres, couper la parole, ne pas se présenter aux réunions, ni aviser de son retard ou absence.

7 7 OUTIL NO 7 : CALENDRIER SESSION DE PLANIFICATION DU TRAVAIL EN ÉQUIPE Afin d accorder tout le temps nécessaire aux étudiantes et aux étudiants qui travaillent en équipe, ce calendrier peut être utilisé par l enseignante ou l enseignant qui utilise cette formule dans ses cours. Les étapes importantes sont identifiées en bas du tableau. L enseignante ou l enseignant peut les placer dans son calendrier session. Semaines Périodes Étapes du travail en équipe à prévoir durant la session: Présentation du travail par l enseignante ou l enseignant Travail préparatoire individuel Formation des équipes Activité pour connaître ses co-équipières et sous co-équipiers (si nécessaire) Échanges sur les objectifs personnels que chacun aimerait atteindre à travers le travail en équipe Identification d un objectif commun pour l équipe Établir les règles et procédures, signer le contrat Préparation du calendrier des tâches Fréquence des rencontres des équipes permettant un échange des opinions, des idées, des connaissances et des savoir-faire Mise en commun des réalisations individuelles Commentaires sur les parties réalisées Ajustements sur les parties réalisées Mise en commun des réalisations commentées et ajustées Remise du travail final Évaluation par l équipe du travail en équipe Auto-évaluation, évaluation par les pairs

8 8 Bibliographie Les outils ont été développés en s inspirant principalement de ces ouvrages : Proulx, J. (1999). Le travail en équipe. Sainte-Foy : Presses de l Université du Québec. Proulx, J. (2009). Enseigner Réalité, réflexions et pratiques. Trois-Rivières : Cégep de Trois-Rivières. Scallon, G. (2004). L évaluation des apprentissages dans une approche par compétences. Saint-Laurent : Édition du renouveau pédagogique inc. St-Arnaud, Y. (2002). Les petits groupes, participation et communication. (2 ième édition). Montréal : Gaëtan Morin.

Activité 3: Présentation de la classe jumelle pour le projet LE SON D ENFANTS.

Activité 3: Présentation de la classe jumelle pour le projet LE SON D ENFANTS. Activité 3: Présentation de la classe jumelle pour le projet LE SON D ENFANTS. Par qui : L enseignant seul. Pour qui : La classe participante au projet LE SON D ENFANTS Objectifs : Annoncer aux enfants

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

Coaching & Formations Optimiser sa prise de parole

Coaching & Formations Optimiser sa prise de parole Optimiser sa prise de parole Pouvoir de conviction, aisance, adaptabilité Améliorer ses présentations en clientèle, c est améliorer son image et sa communication. Nous établissons un climat de confiance

Plus en détail

Français langue seconde : français de base

Français langue seconde : français de base Français langue seconde : français de base 1 Programme d études et guide d enseignement 2 3 4 Ministère de l Éducation Educational Programs & Services C.P. 6000 2005 Ministère de l Éducation Educational

Plus en détail

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures MANAGEMENT 360 Nous proposons une approche dynamique initiant une logique de compétence fondée sur l identification de ses propres ressources internes et ses points de résistance : Apport sur l intelligence

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail)

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) 1. Définition L'accompagnement personnalisé, qui s'adresse à tous les élèves, est un espace de liberté pédagogique permettant

Plus en détail

Étude de la controverse sociotechnique entourant la construction d un barrage hydroélectrique

Étude de la controverse sociotechnique entourant la construction d un barrage hydroélectrique 4 Étude de la controverse sociotechnique entourant la construction d un barrage hydroélectrique Activité réalisée à l Université Laval par PATRICE BABEUX, ONIL BERGERON, Activité primée au concours Sortir

Plus en détail

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE efmap Ecole Française des Méthodes d Action et de Psychodrame humanistes Soizick Roulinat Responsable du programme de formation L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS

Plus en détail

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges Classe de situation (3) Clas.1.1. Conduite d'un projet de F1 Mise en œuvre et suivi de projets de (3 classes de situations / 10 situations / 12 compétences) Situations (4+2+4) Compétences (6+2+4) Compétences

Plus en détail

Première mise en route des GPS

Première mise en route des GPS 1. Première mise en route page 2 2. Utilisation du GPS page 3 3. Récupérer un tracé page 5 4. Création d une route sur le GPS page 7 5. Création d une route sur PC et transfert sur GPS page 9 6. Naviguer

Plus en détail

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB Durée : 2J / 14H Groupe de : 6 max Formateur : Consultant expert en relation client et management commercial. Formateur confirmé. Formation à la vente Objectifs

Plus en détail

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION ORGANISATION DE LA COMMUNICATION Pour toute communication, il est important de bien cibler l objectif à atteindre. Sans une démarche de planification et d organisation de celle-ci, les probabilités de

Plus en détail

Le schéma de l entretien de vente comporte quatre étapes :

Le schéma de l entretien de vente comporte quatre étapes : I- Le schéma de l entretien de vente Le schéma de l entretien de vente comporte quatre étapes : Première étape : réussir le premier CONTACT. Deuxième étape : écouter le client, découvrir ce qui l intéresse.

Plus en détail

FORMATION EN LIGNE PLAN DE FORMATION TITRE DU COURS SAGE 50 COMPTABILITÉ (ANCIENNEMENT SIMPLE COMPTABLE)

FORMATION EN LIGNE PLAN DE FORMATION TITRE DU COURS SAGE 50 COMPTABILITÉ (ANCIENNEMENT SIMPLE COMPTABLE) PLAN DE FORMATION FORMATION EN LIGNE Durée UEC * Tuteur Courriel Skype oovoo TITRE DU COURS SAGE 50 COMPTABILITÉ (ANCIENNEMENT SIMPLE COMPTABLE) 20 heures 2 unités Marc-André Labelle, B.A.A. marc-andre.labelle@collanaud.qc.ca

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

La prospection par téléphone. La Négociation Commerciale

La prospection par téléphone. La Négociation Commerciale La prospection par téléphone...2 La Négociation Commerciale...2 Structurer et performer le management de son réseau...3 Les techniques de vente...3 Le traitement des objections...4 L écoute active...4

Plus en détail

FORMATION IFIPP : «COACHING D IMAGE»

FORMATION IFIPP : «COACHING D IMAGE» FORMATION IFIPP : «COACHING D IMAGE» Cette formation professionnelle, prépare à l exercice du métier de coach en Image et s'adresse aux consultants en image, déjà formés au conseil en image. L'accompagnement

Plus en détail

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA MRK-20712 - MARKETING DIRECT Syllabus Automne 2008 Local 3307 PAP CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

quelle stratégie mettre en place (quand, comment, où)?

quelle stratégie mettre en place (quand, comment, où)? stratégie commerciale : démarcher sa clientèle Cette fiche vous propose des conseils pratiques sur la prospection d une clientèle ainsi que sur la prospection commerciale, et vous guide pour la concrétisation

Plus en détail

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE

CONNAISSANCE DU MARCHE STRATEGIE COMMERCIALE ET COMMUNICATION ETUDIER SON MARCHE GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE ET ETUDIER SON GRACE A L'EXPLORATION DOCUMENTAIRE L'objectif de ce module de formation en e-learning est de vous amener à établir un plan prévisionnel de ventes à trois ou cinq ans, en allant chercher

Plus en détail

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 FORMATION GÉNÉRALE À L ART DU COACH Coaching individuel www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2012 Formations professionnelles à destination des étudiants Ecoles Supérieures 1 SOMMAIRE La mission et la mission d'image Attitude Page 3 Les valeurs qui nous animent Page 4 Image

Plus en détail

Accompagnement des nouveaux enseignants

Accompagnement des nouveaux enseignants Accompagnement des nouveaux enseignants Professionnalités, postures de l accompagnateur et dispositifs de soutien à l intégration professionnelle des enseignants débutants E. CHARLIER-K.DEJEAN Université

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction POINT DE L ORDRE DU JOUR : 15j Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Du 9 mai 2013 au 8 mai 2014 Période de référence précédente : 7 juin

Plus en détail

La vente ophtalmique

La vente ophtalmique Marketing : la vente ophtalmique 1 La vente ophtalmique La vente représente la finalité pour commerçant. Pour la réussir il faut la préparer. I. LES CONAISSANCE PRÉALABLES A. Connaitre les produits La

Plus en détail

Structure et lignes de conduite

Structure et lignes de conduite Structure et lignes de conduite Comité provincial du site Web des AA du Québec Adopté le 29 mai 2004, à Trois-Rivières Modifié le : 26 février 2005, 18 juin 2005, 25 février 2006, 24 février 2007, 26 janvier

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Planification Analyse des risques Facteurs de succès Réalisation et conduite Outil MS Project. Gestion de Projet

Planification Analyse des risques Facteurs de succès Réalisation et conduite Outil MS Project. Gestion de Projet Planification Analyse des risques Facteurs de succès Réalisation et conduite Outil MS Project Gestion de Projet PLANIFICATION Processus Projet "Exemple" Avant-Projet Concept détaillé Planification Déroulement

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

GROUPE DE SUPERVISION LYON

GROUPE DE SUPERVISION LYON GROUPE DE SUPERVISION LYON ENJEUX ET FINALITES POURQUOI UN LIEU DE SUPERVISION? Les mutations que vivent les organisations nous obligent à clarifier notre façon d'accompagner les changements. La complexité

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Cette école est ton école et tu es le premier responsable du climat de vie qui y règne. Tu as le droit d y

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

NOS FORMATIONS MULTIVALENTE

NOS FORMATIONS MULTIVALENTE NOS FORMATIONS MULTIVALENTE www.multivalente.com 2 Vente et Négociation Vente et négociation Méthode en 3 temps et 5 mouvements : Revisiter les fondamentaux de la vente comme point d ancrage de toute négociation.

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 PROJET DE MODIFICATION DU COMPTE RENDU DE COMITE DIRECTEUR La rédaction des comptes rendus et des synthèses destinées aux guides génère un travail important

Plus en détail

Commission Pédagogie Numérique

Commission Pédagogie Numérique Commission Pédagogie Numérique Synthèse des travaux sur les compétences attendues par les entreprises en termes de SHS et de «Savoir être» des jeunes Ingénieurs Association Pasc@line 16 janvier 2015 Commission

Plus en détail

La vidéoconférence : Un outil pédagogique et didactique

La vidéoconférence : Un outil pédagogique et didactique La vidéoconférence : Un outil pédagogique et didactique Guide d enseignement en vidéoconférence Version originale par Michel Gendron Mise à jour par Martin Arsenault, ing. 30 avril 2010 Table des matières

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Une étude de cas «Management des connaissances»

Une étude de cas «Management des connaissances» Une étude de cas, la mise en place d'un projet capitalisation de connaissances et de compétences, page 1/9 Une étude de cas «Management des connaissances» John Gaynard Systèmes et Ressources sarl (Syre

Plus en détail

Tous commissaires formant quorum, sous la présidence de M. Daniel Camden

Tous commissaires formant quorum, sous la présidence de M. Daniel Camden 49 À une réunion ordinaire du conseil des commissaires de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda, tenue le 16 mars 2015, à dix-neuf heures trente, à son centre administratif situé au 70, rue des Oblats

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

6 et. Voir la semaine 4. Cette grille est disponible sur le site internet du. cours: Travaux. http://frobert.koumbit.

6 et. Voir la semaine 4. Cette grille est disponible sur le site internet du. cours: Travaux. http://frobert.koumbit. et 7 9 octobre 2008 1 1 Travaux A. Rapport d observation B. Planification de l animation C.Analyse de votre animation Voir la semaine 4 4 9 octobre 2008 2 2 Rapport d observation (suite) Voir au recueil

Plus en détail

Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS

Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS Le programme est adapté lors du positionnement précédant l action de formation. Il est alors soumis à l AGEFOS PME pour accord. Intitulé

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche. Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015

Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche. Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015 Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015 Identification d experts & Mapping des Réseaux de Recherche [ expernova, qui sommes nous?]

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD! Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!) 1. Réaliser la note sur l auteur (bien lire le document, utiliser Internet)

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

28 FÉVRIER 2014. Voici les dates importantes se rapportant à l examen du classement du métier de mécanicien-monteur de construction :

28 FÉVRIER 2014. Voici les dates importantes se rapportant à l examen du classement du métier de mécanicien-monteur de construction : 28 FÉVRIER 2014 INVITATION À PRÉSENTER DES DOSSIERS-COMMENTAIRES EXAMEN DU CLASSEMENT DU MÉTIER: MÉCANICIEN-MONTEUR OU MÉCANICIENNE-MONTEUSE DE CONSTRUCTION Conformément l al. 1, par. (6), art. 2 du Règlement

Plus en détail

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º

uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Qu est-ce qu une rétroaction à 360º uvox 360 : pour avoir voix au chapitre! La rétroaction à 360 Dans un contexte de travail qui reconnaît la valeur stratégique des employés de l entreprise, les services des ressources humaines ont de plus

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé Le groupe de codéveloppement professionnel : une stratégie d amélioration de l aptitude à gérer des situations complexes pour les infirmières qui pratiquent en prévention et contrôle des infections au

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

gestion du stress coaching d équipe coaching d entreprise

gestion du stress coaching d équipe coaching d entreprise évolitude, est un cabinet de coaching et de en management et développement personnel, situé sur Paris et exerçant sur toute la France. Constitué de coachs certifiés et consultants partenaires, évolitude

Plus en détail

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale

Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Pratiques des entreprises en matière de communication managériale Etude Afci - Andrh Inergie Mardi 14 décembre 2010 Contact Inergie - pôle opinion : Luc Vidal Directeur associé lvidal@inergie.com 01 41

Plus en détail

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012

VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL. Septembre 2012 VOYAGES, ÉCHANGES, STAGES ORIENTATIONS ET DIRECTIVES DE L ÉCOLE POLYVALENTE JONQUIÈRE DOCUMENT OFFICIEL Septembre 2012 Basé sur le modèle de l École secondaire Kénogami et de l École Polyvalente Arvida

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Comité consultatif des services aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage

Comité consultatif des services aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage Commission scolaire du Lac-Abitibi Services éducatifs Comité consultatif des services aux élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage Compte rendu de la rencontre tenue le lundi

Plus en détail

Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes

Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes Nouveau Barème W.B.F. de points de victoire 4 à 48 donnes Pages 4 à 48 barèmes 4 à 48 donnes Condensé en une page: Page 2 barèmes 4 à 32 ( nombre pair de donnes ) Page 3 Tous les autres barèmes ( PV de

Plus en détail

SUPERVISION COLLECTIVE

SUPERVISION COLLECTIVE SUPERVISION COLLECTIVE POURQUOI UN LIEU DE SUPERVISION? Les mutations que vivent les organisations nous obligent à clarifier notre façon d'accompagner les changements. La complexité des situations nécessite

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise PROGRAMME DE FORMATION Etre Coach professionnel en entreprise Buts : Former des coachs professionnels capables d intervenir dans le monde de l entreprise pour accompagner et développer l autonomie de salariés

Plus en détail

CÉGEP du Vieux Montréal Département des Soins infirmiers. L apprentissage par problèmes

CÉGEP du Vieux Montréal Département des Soins infirmiers. L apprentissage par problèmes CÉGEP du Vieux Montréal Département des Soins infirmiers L apprentissage par problèmes Cégep du Vieux Montréal Département des Soins infirmiers Juin 2001 2 TABLE DES MATIÈRES page 1. Historique. 2. Définition.

Plus en détail

CODE DE VIE 2013-2014

CODE DE VIE 2013-2014 CODE DE VIE 2013-2014 1. ASSIDUITÉ J assiste obligatoirement à tous mes cours. Je fais tous les travaux demandés et je les remets à temps. Après une absence ou à la demande des enseignants, je me présente

Plus en détail

Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales

Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales MOBILISATEUR DE RESSOURCES & DE COMPETENCES Communication Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales COMMUNICATION PERFORMANCES COMMERCIALES FORMATION COACHING LA DEMARCHE:

Plus en détail

CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION. Alain Bouveret 15.05.2014

CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION. Alain Bouveret 15.05.2014 CCI DE GRENOBLE ECOBIZ E-REPUTATION Alain Bouveret 15.05.2014 LE MENU Intro 3 Le multicanal 5 Les vertus de l insatisfaction & le bad buzz 8 Points de réflexion 14 Exemple : Mon avis 20 Compléments et

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION Maternelle Les images sont porteuses de sens et facilitent la compréhension d un texte. Chaque lettre a son propre aspect graphique et son propre son. L acquisition d une nouvelle langue se fait en écoutant

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS Février 2015 Cabinet Stéphane Lefebvre, Conseil & Formation, contact@stephane-lefebvre.fr, www.stephane-lefebvre.fr, www.mieux-et-plus.com LE MARKETING AU QUOTIDIEN POUR VOTRE

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

VB.NET: Section 2 : Environnement de développement Visual Basic.NET

VB.NET: Section 2 : Environnement de développement Visual Basic.NET VB.NET: Section 2 : Environnement de développement Visual Basic.NET Un environnement graphique de développement permettant de développer visuellement une grande partie de votre application. Un langage

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION Durée : 70H00 Public : - Consultant ou conseiller en orientation professionnelle et/ou en insertion professionnelle en activité

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE

Profil. Solutions d investissements guidés par le passif. Gestion de Placements TD INVESTISSEMENTS GUIDÉS PAR LE PASSIF SOLUTION SUR MESURE SOLUTION SUR MESURE Solutions d investissements guidés par le passif Les investissements guidés par le passif : de quoi s agit-il? Les investissements guidés par le passif (IGP) constituent un cadre de

Plus en détail

Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009

Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009 Quelques conseils pour la rédaction d un article pour publication dans une revue avec comité de lecture René Laprise Janvier 2009 Considérations générales Le premier conseil est de choisir la revue où

Plus en détail

«Libération» d une équipe commerciale au sein d une grande banque

«Libération» d une équipe commerciale au sein d une grande banque «Libération» d une équipe commerciale au sein d une grande banque Objectifs et principes poursuivis, actions mise en œuvre et à approfondir Laurent Ledoux 17/11/11 L expérience de notre équipe commerciale

Plus en détail