Finances et Patrimoine : Archives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Finances et Patrimoine : Archives 2008-2010"

Transcription

1 Finances et Patrimoine : Archives e trimestre 2010 Taxation du plan d épargne en actions (PEA) en cas de décès - En application de la RM Trillard ( JO Sénat), en cas de décès du titulaire d un plan d épargne en actions (PEA), le gain net acquis depuis l ouverture est soumis aux prélèvements sociaux de 12,1 % mais en restant exonéré d impôt sur le revenu. Les placements court terme - Les taux à court terme ont beaucoup baissé, ce qui a affecté le rendement des produits d épargne liquide. Les Sicav monétaires affichent des taux bruts de rémunérations inférieurs à 1 %, tout comme les comptes à terme. Pour les spécialistes, les livrets bancaires restent les produits sans risque les plus rentables. Maintien des dividendes - Le chiffre d affaires des entreprises du CAC 40 a baissé en moyenne de plus de 8 % en Toutefois, les dividendes n affichent qu une baisse de 2,3 % alors que les dividendes versés au titre de l exercice 2008 avaient chuté de 18 % éco-prêts à taux zéro - Le e éco-prêt à taux zéro a été signé en avril Selon le ministère du développement durable, il en est accordé 500 par jour. La rente viagère? - La rente viagère tient plus de la prévoyance que du placement financier. C est une solution qui garantit des revenus constants. Elle repose sur le pari que malgré la conjoncture, le capital servira à couvrir les besoins. Savoir utiliser le livret d épargne populaire - Le livret d épargne populaire est un livret d épargne pour les personnes à revenus modestes. Il est réservé à ceux qui ont acquitté moins de 754 d impôt sur les revenus en Toute personne qui ne satisfait plus les conditions l année suivante est tenue de demander la clôture de son LEP. Le taux du LEP est supérieur de 0,5 % au taux du livret A, les versements sont plafonnés à et les intérêts sont exonérés d impôts et de prélèvements sociaux. Les spécialistes conseillent souvent aux étudiants de moins de 25 ans détachés du foyer fiscal de leurs parents et recevant une pension alimentaire modeste d ouvrir un LEP dont le plafond est très supérieur au livret jeune (1 600 ). L assurance rente éducation - Cette assurance est un des moyens de se prémunir contre les conséquences du décès des parents. Elle garantit un revenu aux enfants pour financer leurs études. Le montant et la durée de la rente sont déterminés par les parents et la prime va dépendre de l âge des parents. Les rentes éducation ne sont pas imposables mais les primes ne sont pas fiscalement déductibles. Si le risque ne se réalise pas, les primes restent acquises à l assureur. Les qualités de l assurance-décès - Pour ceux qui sont jeunes et qui n ont pas de patrimoine, la prévoyance passent bien souvent par l assurance-décès. Ces contrats couvrent le risque de décès pour une durée définie. Le montant des primes est fonction de l âge de l assuré et du capital couvert. En cas de décès, un capital ou une rente sera versée au bénéficiaire. Il s agit d un contrat à fonds perdus mais bien adapté pour protéger un enfant, un conjoint car le montant des primes est faible par rapport aux capitaux assurés si le souscripteur est jeune. Le Perco pour l assurance-retraite - Les encours du plan d épargne retraite collectif (PERCO) ont dépassé 3 milliards d euros en Ce système est de plus en plus apprécié des entreprises et des salariés car «la rentabilité de ce placement est incomparable lorsque l employeur ajoute un abondement aux versements du salarié». 1

2 Les préconisations du Plan d épargne retraite populaire (PERP) - Les Plans d épargne retraite populaire (PERP) sont moins populaires qu ils ne le furent : seuls ont été ouverts en Les Perp «valent le coup si l on a plus de 50 ans et que l on soit fortement imposé car les versements sont déductibles. Pour les autres, mieux vaut privilégier une assurance-vie» (La Tribune Préparer sa retraite 15 mars 2010). Bien choisir son contrat d assurance-vie - Le choix du contrat d assurance-vie le mieux adapté dépend de l objectif patrimonial, de l horizon et des risques. L examen des résultats des années passées net de frais est également à prendre en considération. Les obligations, intérêt et risques - Les obligations suscitent un intérêt des investisseurs, comptetenu de la faiblesse des rémunérations offertes par des produits concurrents. Toutefois, si le rendement est actuellement intéressant, la hausse des taux d intérêt aurait pour conséquence de diminuer significativement la valeur des titres obligataires. Bon rendement des SCPI - Les SCPI de rendement, très critiquées ont rapporté en moyenne plus de 6 % depuis 1997, sauf en 2008 où le revenu moyen s est élevé à 5,74 %. Toutefois, le prix des parts avait baissé en L assurance-vie se porte bien - Les placements en assurance-vie ont enregistré une collecte nette de 60 milliards d euros en En outre, les placements financiers ont enregistré une croissance de leur produit de 48 % et ont atteint 52 milliards d euros. Diversifier son PEA - Les experts de La Tribune soulignent que les plans d épargne en actions (PEA) ont une possibilité de diversification. C est ainsi que le marché anglais peut permettre d ouvrir à l international et de diversifier. Liquidité et risque - La recherche de valeurs financières «de père de famille» amène à miser sur des grandes valeurs qui offrent plus de sécurité et de liquidité. En effet, les titres peu liquides ont des cours trop volatils et par là trop risqués e trimestre 2010 Les boursiers pour les actions - Les conclusions d un panel de seize sociétés de gestion réunies par Les Echos le 28 janvier 2010 sont en faveur de l investissement en actions. «Les trois quarts des investisseurs professionnels ont placé les actions en tête de leurs actifs préférés. Certes il n exclut pas des parcours chaotiques». Le livret A à 1,25 % - Le livret A reste à 1,25 % en ce début d année et pour plusieurs mois. Si ce taux peut paraître faible, il est supérieur à l inflation (0,9 % sur un an en 2009). Ce livret reste beaucoup plus rémunérateur que des comptes à terme qui n offrent bien souvent que 0,25 à 0,50 % pour un placement de quelques mois. L assurance-vie encore plébiscitée - Bien que les taux de rémunération des fonds en euros baissent régulièrement, la collecte continue de progresser car ce placement bénéficie toujours d avantages fiscaux et d une rémunération sans rapport avec ce qu offre le court terme (de 0,25 à 1,25 %). Une assurance emprunteur assouplie - Dans le cadre de la réforme du crédit à la consommation, les modalités de l assurance emprunteur vont être examinées par le Parlement. Le coût de cette assurance pèse de 5 à 15 % du coût total d un crédit immobilier. A la fin de 2010, il sera possible de déléguer une assurance à sa banque. De nouvelles règles européennes - Depuis le 1er novembre 2009, les banques appliquent les nouvelles règles européennes. La pratique des dates de valeur est supprimée. Toutefois, les débits et 2

3 les crédits doivent apparaître le jour même uniquement s il s agit d un jour ouvrable. Le client dispose désormais de 13 mois pour contester un débit erroné ou non autorisé. Profiter des taux du crédit immobilier - Selon Challenges (4 février 2010), «c est le moment d emprunter dans l immobilier mais il faut faire vite les taux sont revenus à leur niveau du second semestre 2006». Le risque de dépendance - Les pouvoirs publics souhaitent que soit couvert le risque de dépendance. Il est envisagé un partenariat public-privé encadré afin de garantir l efficience et la lisibilité du dispositif trouvé. Toutefois, le ministre du travail a indiqué en décembre dernier que «la solidarité nationale doit rester la première source du financement du risque de dépendance». Les nouveaux atouts du PEA - La fiscalité des comptes-titres est durcie depuis le 1er janvier puisque les prélèvements sociaux sont appliqués dès le premier euro de plus-value, quel que soit le niveau des cessions dans l année. Utiliser le cadre d un plan d épargne en actions (PEA) permet donc des économies légales. Le rebond de l assurance-vie - L assurance-vie reste à juste titre le placement préféré des Français. Sur les onze premiers mois de l année 2009, les cotisations se sont établies en hausse de 12 % par rapport à la même période de Il est vrai que l assurance vie offre un fort différentiel de rendement par rapport aux produits de placements liquides comme les comptes à terme ou les fonds monétaires. Où placer en 2010? - A cette question difficile, Franck Pauly répond dans La Tribune «qu en 2010, les actions sont à privilégier pour leur potentiel et l immobilier pour son rendement et sa sécurité. Toutefois, les actions sont un placement à moyen terme et risqué». Le patrimoine des Français augmente - Selon le Bipe, société d études économiques et de conseils, le patrimoine des Français aurait augmenté de 0,6 % en 2009, compte-tenu du rebond des marchés boursiers. Ces prévisions pour 2010 tablent sur une croissance de 1 %. Le taux d épargne très élevé - Le taux d épargne des ménages français atteint son niveau le plus élevé depuis 2002 à 17 % des revenus (taux d épargne globale). Le taux d épargne financière s établit à 7,9 %. Les liquidités mal rémunérées - A la mi-décembre 2009, le taux du marché monétaire (Eonia) était de 0,33 %. Les fonds monétaires ne sont plus dans ces conditions des placements attractifs. Le livret A et les livrets réglementés apparaissent comme un Eldorado avec 1,25 % e trimestre 2009 Les fonds en euros très rentables - Certes, le taux de rendement des assurances-vie et des fonds en euros a beaucoup baissé ces dernières années. En nominal, le rendement a fléchi ; en réalité, ce qui intéresse l investisseur c est le rendement hors inflation. Or, celle-ci est excessivement basse. D après certains spécialistes, «les fonds en euros n ont jamais rapporté autant depuis 30 ans» (La Tribune ). La défiscalisation Girardin - La loi Girardin concernant l outre-mer comprend plusieurs volets. Dans le cadre du Girardin immobilier, la réduction d impôt est étalée sur cinq ans ou plus. Dans le cas du Girardin industriel, la réduction d impôt de 50 % du montant des matériels financés est versée à l investisseur l année suivant l investissent. Toutefois, l investisseur doit devenir associé d une société en nom collectif. L investissement peut être très rentable mais il présente un risque élevé. 3

4 Obligations : le long terme s impose - Ceux qui investissement dans les obligations ne doivent pas oublier que lorsque les taux d intérêt montent les obligations baissent. Les taux sont actuellement bas et l on peut difficilement jouer sur le cours terme. Les pertes à l assurance-vie non déductibles - L administration fiscale n admet pas la déduction fiscale d une perte sur un contrat d assurance-vie ou de capitalisation. Les limites du taux d usure - Le taux d usure qui représente le niveau qu un établissement financier ne peut en aucun cas dépasser est établi en fonction de la moyenne des taux effectifs constatés auquel on ajoute un tiers. Pour les crédits revolvings depuis le 1er octobre 2009, les taux d usure s établissent à 20,2 % pour les sommes supérieures à En ce qui concerne le découvert, les taux sont inférieurs. L or - L once d or valait 35 dollars en Elle avait atteint 850 dollars en janvier Son dernier sommet est de dollars l once le 16 novembre Les achats d or sous forme de pièces, de médailles ou de lingots ne représentaient que 17 % de la demande en 2008 mais celle-ci augmente considérablement. Les banques centrales ont également augmenté leurs réserves. La France a des réserves de plus de tonnes (les cinquièmes les plus importantes du monde). Etre propriétaire immobilier - Il faut essayer d arriver à la retraite en étant propriétaire de sa résidence principale. Ce sage conseil patrimonial est bien suivi puisque 63 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale. En outre, on estime que 15 % des retraités possèdent une résidence secondaire et 7,7 % possède un ou plusieurs logements donnés en location, selon les statistiques présentées par le Cercle des épargnants. Les warrants ont 20 ans - Les warrants sont des valeurs mobilières qui donnent droit d acheter ou de vendre une quantité donnée d un actif à un prix fixé et à une date d échéance donnée. En fait, le marché des warrants intéresse ceux qui recherchent un effet de levier et qui n hésitent pas à prendre des risques avec une mise connue Rémunération du livret A à 1,25 % selon la Banque de France - Le gouverneur de la Banque de France a annoncé le 13 octobre 2009 que le taux de rémunération du livret A restera à 1,25 % au moins jusqu en janvier Il n y aurait pas de modifications en octobre bien que l inflation soit négative (- 0,4 % en septembre 2010). La directive sur les services de paiement - La directive européenne sur les services de paiement, transposée en droit français par ordonnance en août 2009 est entrée en vigueur le premier novembre. Les consommateurs seront mieux protégés avec un rallongement des possibilités de recours mais des délais d exécution raccourcis. Cette directive permet également à des acteurs non bancaires (grande distribution, diverses compagnies, Telecom, collectivités locales «les établissements de paiement») d offrir des services de paiement. Les règles de base de l investisseur en bourse - Selon les experts de «Mieux Vivre Votre Argent», (septembre 2009), les investisseurs doivent conserver présentes quatre règles de conduite : investir progressivement (et régulièrement), «limiter le nombre de lignes afin de se concentrer sur un petit nombre de valeurs» (let imiter les droits de garde), «diversifier afin de panacher valeurs cycliques et valeurs défensives et surveiller l équilibre du portefeuille, regarder l avenir plutôt que le passé et ne pas se focaliser sur le prix de revient. «Mieux vaut se séparer de titres aux perspectives décevantes». Les fonds en euros meilleurs abri - Les fonds en euros restent le meilleur abri selon La Tribune (8 octobre 2008). Mais les rendements devraient encore baisser Les produits retraite et leurs préconisations - Les produits «spécial retraite» bénéficient d un avantage fiscal à l entrée puisqu une partie des cotisations est déductible des revenus. Toutefois, leur intérêt est plus grand pour les personnes fortement imposées. En revanche, l épargne est bloquée et 4

5 ne peut être retirée pendant la phase d épargne. En outre, la sortie se fait obligatoirement en rente viagère qui est fiscalisée comme une pension. Il faut donc analyser avec soin son placement. Le bilan des fonds communs de placement dans l innovation (FCPI) - La Tribune du 8 octobre 2009 analyse les résultats des fonds communs de placement dans l innovation (FCPI) qui affichent suffisamment d anciennetés pour permettre d analyser leurs performances. Il apparaît que celles-ci «peuvent aller de l acceptable au catastrophique» : les fonds communs de placement dans l innovation (FCPI) lancés avant le crac boursier de ont vraiment souffert, seule une poignée, dont Banque Populaire Innovation affiche des performances honorables Les fonds communs de placement dans l innovation (FCPI) lancés dans les années qui ont suivi affichent des performances plus acceptables, extrêmement variables. Tirer partie de ses moins-values - Si l on a cédé en 2009 (hors Pea) des titres pour un montant qui dépasse , on doit s acquitter d un impôt et de cotisations sociales de 30,1 % sur les plusvalues réalisées. Pour diminuer celles-ci, on peut céder des titres en portefeuilles sur lequel on a enregistré des moins-values. Même si l on estime que le titre que l on vend offre un potentiel de croissance, on pourra le racheter plus tard. Vive la e-carte Bleue - La e-carte Bleue est un service conçu pour les titulaires d une carte bancaire qu ils utilisent sur Internet. Avec la e-carte Bleue, le numéro de code ne sert qu une fois. Il faut s inscrire auprès de sa banque et télécharger un logiciel qui reste sur son ordinateur. Pour chaque achat, on obtient un nouvel e-numéro de carte, une date de validité et un numéro de cryptogramme qui ne servent qu une fois. Les achats sont débités sur la carte bancaire classique et ils sont couverts par les assurances et les garanties contractuelles. Les Banques Populaires ont été les premières à offrir ce service qui est maintenant proposé également par d autres banques. Taxation majorée sur l épargne - Les contrats d assurance-vie en unités de compte devraient être soumis aux prélèvements sociaux lors du décès de l assuré alors qu ils n étaient taxés, jusqu alors qu au moment du dénouement et non en cas de décès. Les plus-values soumises à la CSG? - Les plus-values mobilières devraient être soumises à la CSG pour celles réalisées en Le rapporteur général du budget souhaite également que les plusvalues immobilières soient soumises à la CSG au premier euro lorsqu il ne s agit pas de la résidence principale. Ces plus-values sont partiellement exonérées après six ans de détention et ne sont plus imposables après une détention de quinze ans. Le taux d épargne à un très haut niveau - Selon l Insee, le revenu des ménages français a augmenté de 1,1 % au deuxième trimestre 2009 par rapport au trimestre précédent. Les Français ont épargné et le taux d épargne a atteint 16,7 %. Choisir un fonds en euros - Selon les experts de La Tribune ( ), l âge d un fonds d assurance en euros est important dans le choix du souscripteur. «Un vieux fonds en euros procurera une performance plus régulière (en raison des lignes obligataires anciennement acquises) mais profitera moins des opportunités du marché qu un fonds jeune». Augmentation de la collecte de l assurance-vie - Les cotisations d assurance-vie ont progressé de 9 % sur les huit premiers mois de l année par rapport à la même période de L encours des contrats représente milliards d euros à fin août Une diminution du patrimoine - Selon le BIPE, organisme de prévisions économiques, le patrimoine des Français a baissé de 3 % en 2008, devrait enregistrer une diminution de 2 % en 2009 avant de se stabiliser en e et 3 e trimestres

6 Les Sicav actions en vedette - Les actions se sont bien comportées au premier semestre Les Sicav actions en portent témoignage. Selon les indices Europerformance à fin juin 2009, les Sicav actions ont progressé de 5,83 % depuis le début de l année (dont 0,99 % pour les actions françaises). Les fonds obligataires en euros ont progressé de 3,75 % sur un semestre alors que les fonds de trésorerie euros n ont connu qu une hausse de 0,68 %. Les taux immobiliers baissent - Les taux d intérêt des crédits immobiliers ont baissé en juillet pour le 8ème mois consécutif. Selon l observatoire de crédits CSA, le taux moyen des prêts immobiliers, hors assurances et garanties, s est établi en juillet 2009 à 4,04 % pour les logements neufs et à 3,93 % pour l accession dans l ancien. Faut-il racheter des trimestres? - La décision de racheter des trimestres pour compléter sa retraite est une décision difficile à apprécier. Une étude du Particulier (n 1039 juillet/août 2009), souligne que le poids financier du rachat n est pas le même pour un employé ou un cadre. Dans l exemple pris, le nombre d années pour rentabiliser l investissement s établit à 7 ans pour le cadre et 15 ans pour l employé. En termes d économie d impôt, le rachat tardif est moins intéressant mais selon Le Particulier, «il n est jamais conseillé de se lancer trop jeune dans un rachat, faute de connaître tous les paramètres». Investir dans l électricité solaire - De plus en plus de particuliers envisagent d investir dans de l électricité solaire sur le toit de leur maison. Cette décision est complexe et son rendement intéressant repose sur des tarifs de rachat très avantageux. Transformation de contrats d assurance-vie - Il est possible de transformer des contrats en euros en multisupport. L opération inverse est possible mais la majorité des conseils indique qu il ne faut pas transférer l intégralité de son épargne vers un fonds en euros pour éviter tout risque de qualification. 1,25 % : nouveau taux du livret A - A compter du 1er août 2009, le taux de rémunération du livret A se situe à 1,25 %. Le taux restera inchangé jusqu au 1er février Rappelons que le taux s établissait à 4 % au 1er août 2008, à 2,50 % au 1er février 2009, et à 1,75 % du 1er mai 2009 au 31 juillet ,35 % de taux de rémunération à court terme - Le taux de l argent au jour le jour entre banques (Eonia) s établissait en moyenne à 4,30 % en août En juin 2009, la rémunération n était plus que de 0,31 %. Sur la première quinzaine de juillet 2009, le taux de l Eonia a varié de 0,33 % à 0,48 %... Un seul livret A par personne - Il est interdit de posséder plus d un livret A par personne. Selon l administration fiscale, au 1er juillet 2009, plus de 1,3 million de personnes avaient deux livrets. L administration fiscale commence à procéder à des contrôles pour mettre fin à cette pratique illégale. Bien financer ses travaux - Pour financer des travaux immobiliers, il est sage d utiliser des prêts bonifiés (Eco prêt à taux zéro (PTZ) Eco-prêts). Au-delà le crédit basé sur un compte d épargne logement de plus de 18 mois permet de bénéficier d un taux variable mais particulièrement attractif. Souscrire une e-carte bleue - C est un moyen de protection important pour les achats sur Internet. Ce logiciel distribué notamment par les Banques Populaires génère automatiquement un numéro unique de carte bancaire pour chaque transaction et qui n est utilisable qu une fois. La e-carte bleue est liée à la carte de paiement habituelle et permet de bénéficier de toutes les prestations contractuelles. L intérêt du plan d épargne logement (PEL) - Depuis août 2003, la rémunération du plan d épargne logement (PEL) s élève à 2,50 % bruts portés à 3,50 % en cas d emprunt. Les plans d épargne logement (PEL) ouverts depuis cette date permettent de bénéficier d un prêt immobilier au taux de 4,20 % ce qui est un taux très compétitif. Il est possible d aider un membre de sa famille en cédant les droits à un plan d épargne logement (PEL). 6

7 Investir dans les bois et forêts - Pourquoi pas acheter une forêt? La forêt est un moyen de diversification du patrimoine qui bénéficie d une fiscalité attractive. Le marché est étroit et les opérations d achat et de vente sont relativement peu nombreuses. Il existe toutefois des sociétés qui proposent d acheter des parts de groupements forestiers ou de sociétés d épargne forestière tout en déchargeant l investisseur de tous les soucis de gestion. Une réduction d impôt est accordée aux investisseurs jusqu en Elle est égale à 25 % du prix d acquisition ou des travaux forestiers. En outre, il existe des exonérations partielles des droits de succession ou de donation. Les avantages des parts sociales - Pour de nombreux spécialistes, les parts sociales que proposent un certain nombre de banques mutualistes constituent un investissement financier séduisant. Le rendement se situe généralement entre 3 et 4,44 % bruts, et il peut être majoré par un crédit d impôt (égal à 50 % des dividendes avec un plafond de 115 pour une personne seule). La liquidité est moyenne mais il est généralement possible de vendre les parts sociales chaque année ou avec un préavis de remboursement. La sécurité est bonne puisque l on imagine mal qu une banque mutualiste disparaisse). A la différence d une action cotée en Bourse, la part sociale conserve toujours sa valeur nominale d achat. Toutefois, il n y a pas de plus-value. Un bon placement : la retraite mutualiste du combattant - Les anciens combattants peuvent bénéficier de la retraite mutualiste du combattant, une rente volontaire. Les versements sont déductibles du revenu imposable à concurrence d un montant maximal de Lorsque la rente ne dépasse pas ce même montant, elle est exonérée d impôt et de prélèvements sociaux. En outre, l Etat abonde ce placement. Le Plan d épargne retraite populaire (PERP) pour les actifs très imposés - Telle est la préconisation du dossier Retraite de Mieux Vivre Votre Argent (juin 2009). La déductibilité des cotisations du revenu imposable privilégie ceux qui atteignent les tranches de 30 ou 40 %. En revanche, les rentes sont imposées. La sortie en rente est obligatoire. L indisponibilité du capital reste un point noir. Gérer ses liquidités - Les rendements des placements liquides ont été divisés par quatre en une année. Toutefois, les livrets réglementés restent à privilégier car ils sont défiscalisés et ils offrent la sécurité. Le livret A et le livret de développement durable (LDD) peuvent être ouverts par tous. Le LEP sera privilégié par ceux qui sont non imposables ou qui ont payé moins de 754 d impôt sur le revenu. Le livret jeune est le plus rémunérateur des livrets réglementés mais il est plafonné à L Euribor à des niveaux historiquement bas - Le taux de l Euribor à un mois s établissait à 4,09 % en juin 2007, à 4,39 % en mai 2008 et en mai 2009, à 0,89 % Se protéger des escroqueries - L Autorité des marchés financiers (AMF) dispose d une médiatrice que peuvent saisir les épargnants. Pour éviter les escroqueries de type Madoff bien souvent liées à Internet, elle donne le conseil «de toujours vérifier, notamment sur le site de l AMF, si l établissement est agréé ou si les produits proposés sont autorisés en France Il faut également être très prudent face à des promesses de rendements exceptionnels sans risque» (Investir Magazine mai/juin 2009). La ruée vers les terres agricoles - Au niveau mondial, on constate des investissements étrangers importants vers les terres arables. Dynamisme du marché de la forêt - Le prix des forêts a augmenté de 7,1 % en 2008 dans un volume d échanges important selon une filiale de la Caisse des dépôts. Le prix moyen est de l hectare et les superficies échangées ont atteint hectares en Les personnes physiques représentent les 2/3 des acquéreurs. L assurance-vie se porte bien - La collecte de l assurance-vie est repartie à la hausse en mars et en avril Selon la Banque de France, les sommes collectées depuis le début de l année ont une croissance de 5 % par rapport à la même période de

8 Le taux d endettement des ménages est en hausse - Le niveau d endettement des ménages français s est élevé à 74,4 % de leur revenu disponible fin 2008 selon la Banque de France (ce chiffre représente le total des dettes par rapport au revenu disponible). Il comprend les emprunts immobiliers. Si la France se situe globalement bien, le taux d endettement est passé de 64 % en 2005 à 74 %, soit une progression de 10 % en trois ans Le taux du livret A ramené à 1,75 % - Au 1er mai 2009, le taux du livret A est ramené à 1,75 % contre 2,50 % auparavant. Toutefois, l application stricte de la méthode officielle de calcul aurait conduit à fixer à 1 % le taux du livret A. En contrepartie, l épargnant se consolera puisque l inflation est la plus faible enregistrée depuis 1999 avec une hausse des prix de 0,3 % en taux annuel en février Investir dans les obligations? - Des rendements de 5 à 8 % font rêver alors que le livret A plafonne à 1,75 %. Toutefois, ces rendements sont liés aux obligations d entreprises qui se sont refinancées sur la bourse compte tenu de la crise du crédit. Néanmoins, pour les investisseurs individuels, il faut prendre en compte la solidité de l entreprise pour être assuré du remboursement. L évolution des taux d intérêt et la liquidité du titre sont d autres facteurs de risques. L or est-il un placement? - Compte tenu de la situation, beaucoup se demandent s il ne faut pas investir dans l achat de pièces ou de lingots d or. Beaucoup d experts estiment que la hausse actuelle est excessive et artificielle. D autre part, le marché de l or n est pas aussi liquide que celui des titres. Les pièces doivent être en parfait état pour être acquises au cours publié qui n est pas un cours boursier mais qui est fixé par des intermédiaires. En outre, les transactions sur l or donnent lieu à des prélèvements fiscaux non négligeables. L harmonisation des paiements en Europe - Depuis 2008, les cartes de paiement permettent à leurs utilisateurs d effectuer des paiements en euro dans tout l espace européen aussi facilement que dans leur pays. L espace Sepa couvre également la Norvège, l Islande et la Suisse. Il est également possible d effectuer des virements dans toute l Europe aux mêmes conditions tarifaires que pour les opérations domestiques. Patrimoine : doublement en dix ans - Le Conseil des prélèvements obligatoires, organisme officiel estime que la valeur moyenne du patrimoine des Français a doublé de 1997 à 2007, passant de à euros par ménage en raison de l évolution de l immobilier. Certes, la crise est passée par là Les charmes et les pièges des cartes de crédit - Les cartes de crédit et de paiement se multiplient. Comme le souligne Le Revenu (avril 2009), «elles offrent toutes sortes de services préférentiels, mais aussi un accès facile au crédit avec ses «charmes et ses pièges» et un taux maximal de 21,32 %... La reprise boursière précède-t-elle la croissance? - Les chercheurs de l Université de Yale ont analysé les performances annuelles de l indice Standard & Poors 500. Il apparaît que de 1825 à 2008 les années où la Bourse américaine a été positive sont deux fois plus nombreuses que les années négatives. L année 2008 se situe toutefois au plus bas niveau jamais enregistré en un an avec l année Toutefois, l un des rebonds les plus forts jamais enregistrés l a été en 1933, deux ans après Faut-il parier sur 2010? Bien s assurer - L assurance ne doit pas être mésestimée. Si on choisit de ne pas s assurer ou d être mal assuré, on risque d en assumer de lourdes conséquences. Le locataire qui n a pas souscrit d assurance doit répondre sur son patrimoine personnel des dommages causés éventuellement à un bien loué ou à des voisins. Seule la force majeure peut éviter la condamnation. Les obligations à nouveau à la mode - Les obligations redeviennent à la mode car elles sont plus sécurisantes que les actions. Leur rendement est supérieur à celui du livret A. Toutefois, il faut sélectionner des obligations émises par des entreprises qui ont un risque de faillite faible. Les 8

9 spécialistes de Challenges privilégient les obligations de courte durée émises par des grandes sociétés industrielles. Paiement des dividendes : préférer les espèces - Les sociétés peuvent proposer de payer les dividendes à leurs fidèles actionnaires, soit en espèces (numéraires), soit en titres. Cette option de paiement en actions n apporte aucun avantage fiscal mais selon les experts du Revenu, prive de liquidité et accroît les risques du porteur. 1er trimestre 2009 Cinq millions de livrets A ouverts depuis le 1er janvier Le placement préféré des Français avec l assurance-vie a tenu ses promesses puisqu en 45 jours sept millions de livrets A ont été ouverts pour une collecte dépassant 14 milliards d euros. Il est rappelé que chaque personne ne peut être titulaire que d un seul livret A ou bleu. Faire mieux que le livret A - Le plafond de versement du livret A reste limité à Le livret A n entraîne toutefois ni impôt sur le revenu, ni prélèvement social. Il est en pratique très difficile de trouver des placements sûrs et rémunérateurs qui rapportent un rendement net après impôt et prélèvement social supérieur à 2,5 % par an. Il existe certes des offres promotionnelles mais elles ne durent rarement plus que quelques mois et leur montant est généralement plafonné. Les SICAV sont elles sûres - L affaire Madoff amène les investisseurs à s interroger sur la solidité des Sicav et en particulier des Sicav constitués d OPCVM, c est-à-dire des fonds de fonds. Pour le président de l association française de gestion financière, en France, les OPCVM «sont les produits d épargne les plus sécurisés». Les accidents sont rarissimes.» (Le Monde ). En revanche, Serge Maitre, secrétaire général de l association française des usagers des banques estime qu il y a des raisons de s inquiéter, notamment pour les fonds de fonds, c est-à-dire des fonds constitués d autres fonds et en particulier de fonds spéculatifs (hedge fund). Il peut arriver que le souscripteur ne sache pas ce qu il achète et ne mesure pas le niveau de risque qu il a couru. La complexité des produits financiers dilue les risques mais aussi en rend la maîtrise plus difficile. Quel est le placement sûr à long terme? - Différentes études montrent que sur longues périodes, les rendements réels nets annuels des actions sont supérieurs à ceux des obligations. Le risque décroit avec la durée de détention. Toutefois, des chercheurs britanniques (Elroy Dinson, Paul Marsh, Mike Staunton de la London Business School) ainsi que des économistes français (David Le Bris et PC Hautcoeur) estiment qu il faut remettre en cause l acceptation commune que sur 20 ans, les actions seraient sûres de délivrer un rendement réel positif.» Baisse du taux du livret A - Le livret A rapporte 2,5 % au lieu de 4 % depuis le 1er février Ce taux provisoire (compte tenu d une inflation de l ordre de 1 %) s applique jusqu'au mois de mai. Le taux de 2,50 % s applique au livret de développement durable. Le livret d épargne populaire est rémunéré à 3 %. Le montant maximal de l impôt sur le revenu 2007 pour pouvoir bénéficier d un LEP s établit à 750 avant déduction des crédits d impôt. Un site d informations financières - La direction des journaux officiels et l autorité des marchés financiers ont mis en ligne un service qui centralise les informations réglementées des 640 entreprises inscrites à Euronext Paris (www.info-financiere.fr). Le livret A et ses contreparties - Toutes les banques peuvent distribuer le livret A avec un plafond de En contrepartie, elles s engagent à assurer l accès des plus modestes aux services bancaires. Investir dans les obligations? - Compte-tenu de la baisse des taux, les émissions d obligations d entreprises peuvent intéresser certains particuliers. L achat en direct est impossible mais certains réseaux en proposent à leurs clients. Le Revenu souligne que «l obligation d entreprise est un actif risqué car l émetteur peut faire faillite, car la hausse des taux d intérêt va entraîner la baisse du cours des obligations et que la fiscalité est peu attrayante avec un prélèvement forfaitaire de 30,1 %». 9

10 Des actions pour la retraite? - La chute boursière s est répercutée sur la valorisation des fonds de pension américains et européens. Les performances sont mauvaises et les reculs à la fin 2008 seront très sensibles. L Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) suggère que les fonds de pension diversifient leur offre pour éviter que la crise coûte particulièrement cher à ceux qui sont proches de la retraite et confrontés à l effondrement de leur patrimoine. Néanmoins, les spécialistes des Echos soulignent que «les actions restent un bon placement pour financer les retraites à condition qu elles soient bien choisies». Les actions sont un placement de long terme. Recul du marché de l assurance - Le chiffre d affaire du marché de l assurance a reculé de 6 % en 2008 à 184 milliards d euros après un record en 2006 à 197 milliards d euros. L assurance-vie reste un des placements préférés des Français avec 65 milliards de flux net dépassés toutefois par les liquidités (79 milliards). Les résultats des OPCVM - La crise financière et la crise économique ont fait chuter de 42,70 % en 2008 la Bourse de Paris. Selon Europerformance, l ensemble des OPCVM actions françaises ont perdu en moyenne 38,5 %. Les secteurs défensifs (Télécoms, pharmacie, services aux collectivités ) ont limité les pertes. Oser les trackers? - Les trackers sont des fonds indiciels agréés par l AMF qui visent à reproduire la performance d un indice reconnu. Ils couvrent également de nombreux thèmes : immobilier, matières premières, zones géographiques et même l inverse de l évolution du Cac 40. S ils permettent d investir rapidement et économiquement, ils autorisent l accès aux actions internationales mais ils ne limitent pas le risque, si ce n est par leur diversification. A manier avec intérêt et précaution. Hausse du volume de crédit - Les encours de crédit continuent de croître mais de plus en plus lentement. En décembre 2008, sur douze mois, d après la Banque de France, la hausse globale atteint 5,6 % après correction des variations saisonnières Le livret A banalisé - Les décrets et arrêtés concernant le livret A ont été publiés au Journal officiel 1) Décret n du 4 décembre 2008 portant mesures de coordination liées à la généralisation de la distribution du livret A 2) Décret n du 4 décembre 2008 relatif à la rémunération des réseaux collecteurs du livret A et du livret de développement durable ainsi qu'à la centralisation partielle des dépôts collectés 3) Décret n du 4 décembre 2008 relatif au livret A 4) Arrêté du 4 décembre 2008 relatif aux règles d'emploi des fonds collectés au titre du livret A et du livret de développement durable et non centralisés par la Caisse des dépôts et consignations, ainsi qu'aux informations permettant le suivi de ces emplois 5) Arrêté du 4 décembre 2008 fixant le cadre des transferts de livrets A en application du 4 du I de l'article 146 de la loi n du 4 août 2008 de modernisation de l'économie. Les sommes collectées sur le livret A et le livret de développement durable (LDD) seront cédées à la Caisse des dépôts et les banques recevront en contrepartie une rémunération de 0,6 %. Une partie des sommes non centralisées auprès de la caisse des dépôts seront affectées au financement des PME et des travaux d économie d énergie dans les bâtiments anciens. Les règles de fonctionnement du livret A - L'ouverture d'un livret A fait l'objet d'un contrat écrit conclu entre le souscripteur et l'établissement distribuant le livret. Le plafond est fixé à euros pour les personnes physiques et euros pour les associations. La capitalisation des intérêts peut porter le solde du livret A au-delà de ce plafond «Aucune opération ne peut avoir pour effet de rendre le compte débiteur. «Le montant minimal des opérations individuelles de retrait ou de dépôt en espèces sur un livret A est fixé à 10 euros. L'intérêt servi aux déposants sur un livret A est fixé par arrêté du ministre chargé de l'économie. «L'intérêt servi aux déposants part du 1er ou du 16 de chaque mois après le jour du versement. Il cesse de courir à la fin de la quinzaine qui précède le jour du remboursement. Au 31 décembre de chaque année, l'intérêt acquis s'ajoute au capital et devient lui-même productif d'intérêts. Chaque établissement de crédit distributeur du livret A précise, dans ses conditions générales de commercialisation du livret A, celles des opérations figurant sur la liste qu'il autorise aux titulaires d'un 10

11 livret A ouvert dans ses comptes. En cas de clôture du livret A en cours d'année, les intérêts sur la période courue depuis le début de l'année sont crédités au jour de clôture du compte.» Les nouveaux repères de l épargne - Les experts de «Mieux Vivre Votre Argent» vont à l essentiel (Tous les placements 2009). Les questions clés : le capital est-il garanti? L investissement est-il disponible? Quelle est la rentabilité? Quel est le statut fiscal du placement? Comment le placement fonctionne-t-il? Bien choisir la fiscalité des dividendes - Les dividendes (revenus des actions et assimilés) sont soumis à l impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux (12,1 % à compter du 1er janvier 2009) ou sur option du contribuable, à un prélèvement libératoire de 30,1 % à compter du 1er janvier En pratique, seuls les contribuables les plus importants sont réellement concernés par l option. En effet, le régime de droit commun (option pour l impôt sur le revenu) permet de bénéficier d un abattement de 40 % sur la totalité des dividendes ainsi que d un abattement supplémentaire de pour un couple. Un crédit d impôt de 230 (couple) pourra être imputé sur l impôt acquitté. En outre, le contribuable soumis à l impôt sur le revenu peut déduire 5,8 % de la CSG. Les spécialistes d Investir ont calculé que «seuls les contribuables imposés au taux marginal de 40 % et percevant plus de de dividendes pour un couple» ont intérêt à opter pour le prélèvement libératoire de 30,1 %. Acheter des valeurs de rendement - La baisse des cours des actions et leur très grande volatilité permettent à certains investisseurs d acheter à bon compte des titres qui procurent des rendements très élevés. C est ainsi que début décembre, une revue boursière réputée citait parmi les titres rapportant plus de 6 % les valeurs suivantes cotées au CAC 40 : Lafarge, Vallourec, Schneider Electric, France Télécom, Veolia Environnement, GDF Suez, Saint-Gobain et Vivendi. La durée et le risque, facteurs essentiels - Pour ceux qui investissent, la première question concerne l horizon dont on dispose et le risque que l on est prêt à accepter. «L espoir de gains est inversement proportionnel au risque En général, le risque est plus acceptable pour celui qui a du temps devant lui» (F. Giquel). Les baisses programmées du taux des livrets - La rémunération du livret A et du livret de développement durable (LDD) va baisser significativement au 1er février compte tenu de l application de la formule officielle de calcul qui sert à réviser le taux tous les 6 mois. L optimisme des boursiers - Les actions seront très attractives en 2009 soulignent Olivier Davanne et Thierry Pujol dans Enjeux de décembre Car, si les marchés sont menacés cet hiver, les indices boursiers «finiront probablement l année 2009 sensiblement plus haut qu ils ne l ont commencé» car en Europe comme aux Etats-Unis, les actions sont peu chères. Il est vrai que seulement 10 % du patrimoine des Français est placé en actions. 11

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE.

édition 2009 / 2010 Les essentiels 50 conseils Guide pratique hors-série pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. édition 2009 / 2010 Les essentiels Guide pratique hors-série 50 conseils pour payer moins d impôts UNE RELATION DURABLE, ICI, ça CHANGE LA VIE. Avant-Propos Déductions, réductions et crédits d impôt de

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements sans risque Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne. Ils offrent une disponibilité immédiate des fonds et

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne.

une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. rendez-vous épargne clarté guide clarté épargne AVEC VOTRE CONSEILLER, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions

L essentiel sur. Le Plan d Epargne en Actions L essentiel sur Le Plan d Epargne en Actions Qu est ce que c est? Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est ce qu on appelle une enveloppe fiscale. Il permet d investir en actions en bénéficiant d une fiscalité

Plus en détail

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions AOF mini-guide bourse «Le Plan Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions Mai 2011 Le Plan d Epargne en Actions (PEA) Le bureau d'études et d'analyses d'option Finance SOMMAIRE Introduction p.4 Qu

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE

CONSEILS -EN- PATRIMOINE CONSEILS -EN- PATRIMOINE DIAGNOSTIC PLACEMENT 15 Préambule Ermont, le XXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité et assurer la transmission de vos biens dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr guide clarté épargne UNE BANQUE QUI N A PAS D ACTIONNAIRE, ÇA CHANGE L ÉPARGNE. www.creditmutuel.fr AVEC VOTRE CONSEILLER CRÉDIT MUTUEL, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Les principaux produits d épargne retraite.

Les principaux produits d épargne retraite. 1 Les principaux produits d épargne retraite. 2 Contrats individuels Nom Type de contrat Public Fonctionnement Sortie Fiscalité Versement Nb de bénéficiaires / encours Loi Madelin PREFON CRH (CGOS), à

Plus en détail

CONSEILS - EN- PATRIMOINE

CONSEILS - EN- PATRIMOINE COSEILS - E- PATRIMOIE DIAGOSTIC PLACEMET à l attention de Monsieur XXXX réalisé le XXXXXXXXX Remarque: la présente étude a été réalisée en 2002, selon la législation en vigueur à cette date. Elle contient

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Sommaire. 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI. 2. Le marché des SCPI

Sommaire. 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI. 2. Le marché des SCPI Sommaire 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI 2. Le marché des SCPI 3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? 3.1 Avantages et risques liés à

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!!

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!! M a r s 2 0 0 8 N e w s l e t t e r J. de DEMANDOLX & ASSOCIES J. de DEMANDOLX Conseil en Gestion de Patrimoine GESTION S.A. Conseil & Gestion de Portefeuille Et de 8!! C est en effet la 8ème correction

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

EN BREF. Libressur Sélection Vie

EN BREF. Libressur Sélection Vie Libressur Sélection Vie Cherchez à faire fructifier votre capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal(1) avantageux de l assurance vie. EN BREF Libressur-Sélection Vie est

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets Mon épargne mon patrimoine Une épargne, des projets Une épargne, des projets, toutes les solutions sont au Crédit Mutuel Que vous souhaitiez vous constituer une épargne disponible, un capital pour préparer

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Les principales caractéristiques des livrets d'épargne sont synthétisées dans le tableau suivant : Dépôt maxi. Taux de rémunération

Les principales caractéristiques des livrets d'épargne sont synthétisées dans le tableau suivant : Dépôt maxi. Taux de rémunération Epargne bancaire : Les livrets d'épargne Définition : Les livrets d'épargne permettent la gestion sans contrainte et en toute sécurité d'une épargne disponible à tout moment en contrepartie d'une rentabilité

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Sommaire. Thema. Coralis Capitalisation. Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine

Sommaire. Thema. Coralis Capitalisation. Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine Thema Coralis Capitalisation Développer mon épargne Préparer ma retraite Assurer l avenir de mes proches Transmettre mon patrimoine Sommaire Un large choix de supports... 3 Des services personnalisés pour

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire,

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire, Le très attendu plan d épargneretraite populaire est désormais disponible. Faut-il pour autant se jeter dessus? Réponse dans ce premier vrai banc d essai, avec des simulations exclusives selon votre âge

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux.

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux. Plan d'epargne Retraite Banque Populaire Préparez votre retraite dans un cadre fiscal(1) avantageux grâce au Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP). EN BREF Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire

Plus en détail

Au crédit mutuel, J épargne en toute clarté... et ça, ça change tout!

Au crédit mutuel, J épargne en toute clarté... et ça, ça change tout! Prenez rendez-vous, avec votre conseiller. Par Téléphone au : Du lundi au vendredi de 8h à 19h, jusqu à 17h le samedi Sur Internet 7 jours/7 Coût de connexion selon votre fournisseur d accès. L attention

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

GLOSSAIRE épargne et placements financiers

GLOSSAIRE épargne et placements financiers GLOSSAIRE Secrétariat général du CCSF Juin 2010 145 1003 «Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l article L122-5 2 et 3 a du Code de la propriété intellectuelle

Plus en détail

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle offre non fiscale viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle de viager mutualisé viager SICAV contractuelle de viager mutualisé Un investissement SOCIALEMENT RESPONSABLE Permettre aux retraités

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP

Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Contrat d assurance-vie Skandia Archipel PEP Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant? Le Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant est l interlocuteur idéal pour gérer

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Plan Épargne en Actions (PEA)

Plan Épargne en Actions (PEA) Plan Épargne en Actions (PEA) Réveillez le potentiel de votre épargne dans un cadre fiscal avantageux. EN BREF Le Plan d Épargne en Actions est une enveloppe fiscale, composée d un compte titre associé

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 63 Nov 2014 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

CA Oblig Immo (Janv. 2014)

CA Oblig Immo (Janv. 2014) CA Oblig Immo (Janv. 2014) Titre obligataire émis par Amundi Finance Emissions, véhicule d émission ad hoc de droit français Souscription du 14 janvier au 17 février 2014 Bénéficier d un rendement fixe

Plus en détail

Multisupport 3 Aréas. Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets

Multisupport 3 Aréas. Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets Multisupport 3 Aréas Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets Multisupport 3, un placement souple et performant, quelles que soient vos attentes Le contrat d assurance vie Multisupport 3 doit

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Fructi-Sélection Vie EN BREF

Fructi-Sélection Vie EN BREF Fructi-Sélection Vie Constituez ou cherchez à valoriser un capital en investissant à votre rythme tout en bénéficiant du cadre fiscal spécifique(1) de l assurance vie. EN BREF Fructi-Sélection Vie est

Plus en détail

L essentiel sur. L assurance vie

L essentiel sur. L assurance vie L essentiel sur L assurance vie Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital, pour soi-même ou ses proches. A la fin du

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

Le guide de. l épargne. éditions

Le guide de. l épargne. éditions Le guide de l épargne éditions Le guide de l épargne Mieux comprendre pour bien choisir! éditions Plus de 370 guides pratiques Sites web Livres PDF Maison / Travaux Argent / Droit Conso / Pratique Carrière

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

FAQ Web conférence 2 avril

FAQ Web conférence 2 avril FAQ Web conférence 2 avril Les questions sur l assurance vie «Investir en assurance vie : quel intérêt?» L'assurance vie permet de réaliser une opération d'épargne. Dans cette perspective, un contrat d

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail