DÉVELOPPER. Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉVELOPPER. Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les"

Transcription

1 DÉVELOPPER Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les un volet de la Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes Canadiens

2 Ce document est publié par le Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT). Citation proposée : Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies. Développer nos habiletés : Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales, Ottawa (Ontario), Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, Il s agit d un document évolutif que le CCLAT pourra réviser et mettre à jour selon les nouvelles données et recherches. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, CCLAT, 75 rue Albert, bureau 500 Ottawa (Ontario) K1P 5E7 Tél. : Courriel : Ce document peut aussi être téléchargé en format PDF à This document is also available in English under the title: Strengthening our skills: Canadian guidelines for youth substance abuse prevention family skills programs. ISBN

3 Développer Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales Un complément aux normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu scolaire et aux normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu communautaire Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies

4

5 Résumé Développer nos habiletés : Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales vient compléter les normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu scolaire et les normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu communautaire. Ensemble, ces documents font partie d un portefeuille de normes et de lignes directrices nationales préparées sous la direction du Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT). Le portefeuille de normes fait partie intégrante de la Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes Canadiens, initiative quinquennale lancée par le CCLAT en 2007 pour diminuer l usage de drogues chez les jeunes Canadiens de 10 à 24 ans. La Stratégie répond à un appel à l action visant à réduire l abus de substances chez les enfants et jeunes Canadiens - une priorité nationale retenue dans le Cadre national d action pour réduire les méfaits liés à l alcool et aux autres drogues et substances au Canada (2005). L élaboration de la Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes Canadiens a été guidée par des travaux de recherche prometteurs indiquant notamment que l efficacité des efforts de prévention est accrue quand ils sont polyvalents (c.-à-d. quand on associe messages médiatiques et programmes préventifs mobilisant les écoles, les collectivités et les familles) et de longue durée. C est pourquoi la Stratégie fait appel à trois approches complémentaires qui viennent appuyer et multiplier les répercussions de chaque approche, tout en permettant l atteinte de résultats précis. Ces trois approches sont : établir et maintenir des partenariats durables (p. ex. Groupe consultatif national sur la prévention de la toxicomanie chez les jeunes); créer un portefeuille de normes canadiennes de prévention; créer et soutenir un Consortium des médias / des jeunes (p. ex. Les normes en milieu scolaire et communautaire guident les équipes de prévention dans l analyse de la situation dans une école ou une communauté et la décision de fournir ou non du soutien aux familles. En fonction des résultats de cette analyse, les équipes de prévention peuvent choisir d organiser ou de superviser des programmes d habiletés familiales selon une approche complète. Les programmes d habiletés familiales se définissent comme des programmes en plusieurs séances axés sur les habiletés à l intention de groupes de parents ou de familles comptant des enfants de 0 à 18 ans dont les objectifs incluent la prévention de la toxicomanie chez les enfants de ces familles. Le présent document (lignes directrices familiales) fournit une orientation aux équipes qui souhaitent concevoir leur propre programme d habiletés familiales, renforcer un programme existant ou adopter un programme publié. Il s agit d une ressource importante, car elle offre un modèle de programme d habiletés familiales ainsi qu un cadre pour la planification, la mise en œuvre et l évaluation des programmes. Les lignes directrices présentées dans ce supplément sont fondées sur des données probantes et constituent des pratiques exemplaires. Elles sont le résultat d une méthodologie rigoureuse, soit une recherche et une analyse approfondies de la documentation scientifique, d une orientation continue du Groupe de travail sur les normes canadiennes et d une consultation électronique bilingue auprès de personnes participant aux programmes de formation et d éducation des parents ou des familles partout au pays. Ces programmes sont au cœur des lignes directrices familiales parce qu ils se sont montrés efficaces dans divers contextes culturels et peuvent éventuellement servir à un large éventail de la population. La plupart des facteurs familiaux associés à l abus de substances sont également liés à d autres questions sanitaires et sociales, comme les problèmes de santé mentale, la violence, la criminalité et les comportements sexuels à risque. Ces programmes pourront donc avoir une grande influence. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

6 Les programmes d habiletés familiales conviennent mieux aux populations «universelles» et «sélectives» (c.-à-d. prévention primaire) et sont pilotés par des animateurs certifiés en prévention qui utilisent des techniques axées sur les points forts pour encourager l exploration personnelle de problématiques parentales communes (p. ex. communication, discipline), plutôt que de se concentrer sur les problèmes individuels. Ce document présente les programmes d habiletés familiales comme relevant à la fois de la prévention de la toxicomanie et des systèmes de soutien familial en place dans la collectivité. Si les organisations ou animateurs pourront mettre la main sur les lignes directrices familiales de plusieurs façons, elles sont avant tout conçues pour les personnes-ressources en prévention (c.-à-d. des personnes qui ont le mandat et l expertise pour effectuer des activités de prévention en milieu communautaire et scolaire) et qui font partie d une équipe s intéressant à la prévention et à la promotion de la santé dans les familles. Les lignes directrices familiales comptent quatre parties. La première partie : le contexte des lignes directrices aborde les facteurs influant sur le bien-être familial et l abus de substances chez les jeunes, présente une définition, une description et les fondements théoriques des programmes d habiletés familiales et résume les avantages et les enjeux liés à la mise en œuvre de ces programmes. La deuxième partie : les lignes directrices énumère et explique les neuf lignes directrices pour les programmes d habiletés familiales. La troisième partie : suggestion de contenu pour des programmes d habiletés familiales présente le cadre que propose l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime dans son Guide d application des programmes d acquisition de compétences familiales pour la prévention de l usage de drogue (2009). Enfin, la quatrième partie : les annexes comprend la méthodologie, les références et la bibliographie. Voici les neuf lignes directrices pour les programmes d habiletés familiales : 1. Intégrer le savoir-faire culturel au programme 2. Préciser les besoins, les ressources, les cibles et les objectifs 3. Définir des fondements théoriques pour guider la conception, la mise en œuvre et l évaluation 4. Mettre en place un contexte organisationnel et communautaire solide pour le programme 5. Prêter attention à la sélection, à la formation et au soutien de l animateur 6. Veiller au recrutement actif de participants 7. Mettre en œuvre fidèlement des programmes factuels 8. Prendre des mesures pour éviter le départ des participants 9. Surveiller, évaluer et réviser le programme en conséquence En leur présentant un modèle de programme d habiletés familiales, le CCLAT encourage les équipes à constamment améliorer la planification, la mise en œuvre et l évaluation de ce type de programmes. En ce qui concerne les autres éléments du portefeuille de normes canadiennes de prévention de l abus de substances chez les jeunes du CCLAT, une multitude de ressources pratiques seront préparées et rassemblées pour appuyer les équipes dans ce travail. 4 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

7 Préambule : les lignes directrices familiales Développer nos habiletés : Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales (aussi appelées lignes directrices familiales) fait partie d un portefeuille de normes et de lignes directrices nationales préparées sous la direction du Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT). Bénéficiant d un soutien financier de Santé Canada, le CCLAT a pour mandat législatif d assurer un leadership à l échelle nationale et de fournir des analyses et des conseils factuels afin de mobiliser les efforts de collaboration visant à réduire les méfaits liés à l alcool et aux autres drogues. Les lignes directrices familiales ont été conçues par le Groupe de travail sur les normes canadiennes, qui se compose de représentants du CCLAT, de partenaires et d autres experts canadiens de pointe en prévention de la toxicomanie, en développement de l enfant et en éducation familiale de divers secteurs : Luc Beaucage, Gendarmerie royale du Canada Doug Beirness (coprésident), Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies Shiela Bradley, Alberta Health and Wellness Diane Buhler, Parent Action on Drugs Gloria Chaim, Centre de toxicomanie et de santé mentale Heather Clark, Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies Asma Fakhri, Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies Penny Froh, ministère de la Santé de la Saskatchewan Sylvia Kairouz, Université Concordia Marvin Krank (coprésident), Université de la Colombie-Britannique Jodi Lane, Alberta Health and Wellness Betsy Mann, Association canadienne des programmes de ressources pour la famille Ray Peters, Université Queen s Gary Roberts, Gary Roberts and Associates Corry Rusnak, Santé et affaires sociales du Yukon Le CCLAT tient à souligner la contribution de Gary Roberts aux analyses documentaires et à la rédaction de ce document. La présente initiative s inscrit dans la Stratégie de prévention en toxicomanie chez les jeunes Canadiens, qui a été lancée en Financée par le Fonds des initiatives communautaires de la Stratégie antidrogue de Santé Canada, la Stratégie est la réponse du CCLAT à un appel visant à combler les besoins des enfants et des jeunes adressé dans le Cadre national d action pour réduire les méfaits liés à l alcool et aux autres drogues et substances au Canada (2005). Les lignes directrices familiales ont été produites grâce à une contribution financière du Fonds des initiatives communautaires de la Stratégie antidrogue de Santé Canada. Les points de vue exprimés ne reflètent pas nécessairement ceux de Santé Canada. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

8 Portefeuille de normes du CCLAT Les lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales font partie du portefeuille de normes canadiennes de prévention de l abus de substances chez les jeunes du CCLAT. Le présent document vient compléter les normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu scolaire et les normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu communautaire. Il est possible de se procurer ces normes sur le site Web du Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies (www.cclat.ca). Le portefeuille de normes du CCLAT comprend des ressources spécifiques à plusieurs milieux et vise à renforcer la qualité des initiatives canadiennes de prévention de la toxicomanie destinées aux jeunes. Pour soutenir ces efforts et encourager sa mise en application, le portefeuille est accompagné de deux répertoires, soit un répertoire de ressources en prévention* pouvant favoriser la compréhension et la mise en œuvre des normes et un répertoire d initiatives canadiennes de prévention** s adressant aux intervenants à la recherche d initiatives qui ont été évaluées par rapport aux normes. établissements d enseignement postsecondaire, les milieux de travail et les bars) et assurer la coordination avec les projets scolaires, s il y a lieu. Les normes en milieu scolaire et communautaire guident les équipes dans l analyse de la situation dans une école ou une communauté et la décision de fournir ou non du soutien aux familles. D après les résultats de l évaluation, les équipes de prévention peuvent organiser ou superviser les programmes d habiletés familiales dans le cadre d une approche complète. Les lignes directrices familiales fournissent une orientation aux équipes qui visent cet objectif. Les normes en milieu scolaire et communautaire visent le renforcement du travail des groupes et des équipes en les amenant à mettre en œuvre dans leur domaine respectif des initiatives complètes et à long terme. En ce sens, les normes scolaires et communautaires se complètent et incitent les équipes des milieux concernés à s efforcer de coordonner et d intensifier les activités qui sont interconnectées. Dans le contexte scolaire, une «approche complète» signifie prendre en considération l environnement d une école, son programme d études et ses politiques, et établir des partenariats et coordonner des initiatives au sein de la collectivité, comme des programmes d habiletés familiales par exemple. Dans le contexte communautaire, une «approche complète» signifie combler les lacunes, offrir des programmes de qualité et coordonner des initiatives dans d autres cadres (comme les programmes familiaux, les loisirs, les médias, les * ** 6 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

9 Table des matières Résumé 3 Préambule : les lignes directrices familiales 5 Portefeuille de normes du CCLAT 6 Première partie : le contexte des lignes directrices Introduction Facteurs familiaux influant sur le bien-être des jeunes et l abus de substances Définition et description des programmes d habiletés familiales Contextes théoriques et conceptuels des programmes d habiletés familiales Avantages et enjeux des programmes d habiletés familiales Conclusion 20 Deuxième partie : les lignes directrices Intégrer le savoir-faire culturel au programme Préciser les besoins, les ressources, les cibles et les objectifs Définir des fondements théoriques pour guider la conception, la mise en œuvre et l évaluation Mettre en place un contexte organisationnel et communautaire solide pour le programme Prêter attention à la sélection, à la formation et au soutien de l animateur Veiller au recrutement actif de participants Mettre en œuvre fidèlement des programmes factuels Prendre des mesures pour éviter le départ des participants Surveiller, évaluer et réviser le programme en conséquence 43 Troisième partie : suggestion de contenu pour des programmes d habiletés familiales Contenu et compétences pour les parents Contenu et compétences pour les enfants Contenu et compétences pour les familles 52 Quatrième partie : les annexes Méthodologie Bibliographie Références 62

10

11 Développer Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales Première partie : le contexte des lignes directrices Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies

12

13 1 Première Partie : le contexte des lignes directrices Développer nos habiletés : Lignes directrices canadiennes pour les programmes de prévention de l abus de substances axés sur les habiletés familiales 1. Introduction Au Canada, les enfants et les familles vivent dans des situations extrêmement diverses présentant des atouts et des défis uniques (p. ex. les familles vivant dans des collectivités rurales et éloignées, les familles monoparentales, les familles dont les parents sont du même sexe, les familles d accueil) i. En ce qui a trait aux origines ethnoraciales, le Canada est l une des nations les plus diversifiées de la planète 1. Depuis 2006, les Canadiens ont déclaré 200 origines ethniques, et un Canadien sur cinq est né à l extérieur du pays 2. Cette même année, le nombre de Canadiens qui se définissaient comme Autochtones a dépassé la barre du million 3. Étant donné cette diversité, le terme «famille» revêt plusieurs significations, et la vie familiale prend de multiples formes. Dans leurs formes diverses et leurs gratifications, le rôle parental et la vie de famille sont des défis quotidiens. Au fil des années, un ensemble de ressources et de services de soutien ont été créés pour aider les parents à jouer leur rôle, dont des groupes récréatifs parents-enfants, des fiches d information, des devoirs pour les parents sur les problèmes des jeunes, des séances d information, des messages dans les médias, des cours sur les habiletés parentales, des thérapies familiales, des consultations au téléphone et des visites de soutien à domicile. Les lignes directrices familiales fournissent une orientation aux groupes qui souhaitent mettre en œuvre une forme précise de soutien en matière de prévention, à savoir les programmes d habiletés familiales pour la prévention de la toxicomanie chez les jeunes. Les programmes d habiletés familiales se définissent comme des programmes en plusieurs séances axés sur les habiletés à l intention de groupes de parents ou de familles comptant des enfants de 0 à 18 ans dont les objectifs incluent la prévention de l abus de substances chez les enfants de ces familles. Les programmes d habiletés familiales sont au cœur des lignes directrices familiales, car : ils s intéressent à certains des principaux facteurs du développement des jeunes et de prévention de l abus de substances 4 ; L efficacité potentielle d initiatives scolaires et communautaires exhaustives sera largement accrue par l inclusion de programmes d habiletés familiales i Voir le document d accompagnement L union fait la force : Normes canadiennes de prévention de l abus de substances en milieu communautaire pour une analyse de divers groupes de jeunes (p. ex. jeunes autochtones; jeunes désengagés des activités scolaires et communautaires; jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres; jeunes nouveaux au Canada; jeunes qui ont moins accès aux déterminants sociaux de la santé; jeunes ayant des problèmes de santé mentale) et une analyse des différences sexospécifiques. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

14 ils reposent sur des données probantes solides, y compris des résultats de recherches canadiennes 5,6,7 ; ils sont rentables 8 ; ils peuvent s adapter à une gamme de contextes culturels 9 ; ils peuvent desservir un large éventail de familles dans une collectivité 10. Cette section explique le contexte des présentes lignes directrices. Elle expose les facteurs familiaux influant sur le bien-être des jeunes et l abus de substances, présente une définition, une description et les fondements théoriques des programmes d habiletés familiales et elle résume les avantages et les défis liés à la mise en œuvre de ces programmes. Par conséquent, l efficacité potentielle d initiatives scolaires et communautaires exhaustives sera largement accrue par l inclusion de programmes d habiletés familiales. Ces programmes devraient être perçus, d une part, comme faisant partie d une approche globale de la prévention de l abus de substances et, d autre part, comme une composante du soutien familial et parental général offert au sein d une collectivité. Bien que des organisations et des animateurs puissent disposer de cette ressource dans le cadre d autres services, elle est avant tout conçue pour les intervenants en prévention (c.-à-d. des personnes qui ont le mandat et l expertise pour effectuer des activités de prévention communautaire ou scolaire, ce qui peut s inscrire dans le cadre d une description de travail plus large). On encourage les intervenants en prévention à travailler avec une équipe ou un groupe regroupant divers acteurs ii, qui pourraient comprendre le personnel responsable du programme, des participants au programme (anciens ou actuels), des partenaires financiers, des collègues d organismes partenaires et d autres intervenants. On incite les équipes à consulter cette ressource lorsqu elles se préparent à concevoir leur propre programme, à renforcer leurs programmes actuels ou à adopter un programme publié 11. Elles peuvent aborder le travail en toute confiance, puisque les lignes directrices présentées dans ce document sont fondées sur des données probantes et constituent des pratiques exemplaires. Elles sont le résultat d une méthodologie rigoureuse, soit une recherche et une analyse approfondies de la documentation scientifique, d une orientation continue du Groupe de travail sur les normes canadiennes et d une consultation électronique bilingue auprès de personnes participant aux programmes de formation et d éducation des parents ou des familles partout au pays (pour une méthodologie détaillée, voir la quatrième partie : les annexes). ii Dans les normes et lignes directrices du CCLAT, le terme «équipe» renvoie aux groupes qui réunissent divers membres et représentants de la collectivité pour prendre des mesures préventives visant à lutter contre la toxicomanie chez les jeunes. 12 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

15 Facteurs familiaux influant 2. sur le bien-être des jeunes et l abus de substances Les facteurs qui peuvent influer sur le développement des jeunes et la consommation problématique de substances sont nombreux. Les différents facteurs allant de la génétique à la personnalité en passant par diverses influences sociales et environnementales interagissent pour former une matrice complexe de protection et de risque tout au long de la vie d une personne. Parmi ces différents facteurs, la qualité du soutien parental et de la vie familiale influe fortement sur le risque de toxicomanie chez les jeunes et sur d autres questions sanitaires et sociales qui en découlent 12. La vie parentale et la vie familiale subissent, à leur tour, les effets de facteurs sociétaux élargis (p. ex. des politiques socioéconomiques gouvernementales, un écart salarial important, des problèmes d équilibre travail-vie familiale, des changements apportés par les nouvelles technologies) 13,14,15. De tels facteurs influent sur la capacité de la famille à accéder aux divers déterminants sociaux de la santé (p. ex. revenu et statut social, réseau de soutien social, instruction et alphabétisation, emploi, conditions de travail, possibilités de loisirs, culture) 16. L accès à ces déterminants varie selon l endroit où une personne habite au pays (p. ex. dans une ville, une réserve, un endroit éloigné ou nordique) 17. La plupart des localités présentent à la fois des atouts et des défis, p. ex. une collectivité rurale dispose peut-être d un moins grand nombre de personnes-ressources, mais celles-ci travaillent en étroite collaboration les unes avec les autres, ce qui leur permet d en faire plus. La «culture» est un déterminant de la santé qui a une grande incidence sur les valeurs et les pratiques associées à la vie de famille et à la consommation de substances. On peut définir la culture comme un système de croyances, de pratiques et de valeurs collectives qui guident les décisions et les actions d une façon prédéterminée 18. Au-delà de la grande diversité des groupes ethnoculturels du Canada, les Canadiens possèdent de multiples identités culturelles, soit p. ex. les femmes, les jeunes, les personnes âgées, les gais, les lesbiennes, les bisexuels, les transgenres, les personnes ayant différentes capacités, les membres de groupes religieux et les membres d affiliation (p. ex. les militaires). La culture se traduit par des facteurs socioéconomiques et d autres facteurs environnementaux qui augmentent ou diminuent l accès aux déterminants de la santé et qui ont un effet sur les habitudes de consommation de substances et la structure de la vie familiale : Les habitudes de consommation de substances sont largement influencées par la culture les différentes cultures ayant différentes histoires, divers rituels sociaux et religieux ainsi que différentes normes et attitudes face à des substances particulières (de même que des degrés d ouverture assez distincts pour ce qui est de discuter de la consommation de substances ou de demander de l aide); elles peuvent constituer des facteurs de protection ou de risque. De nombreux aspects critiques de la vie familiale, comme le rôle assigné à chacun des sexes (y compris celui au sein de relations entre partenaires de même sexe), les pratiques en matière d éducation des enfants et le rôle de la famille élargie, sont également fortement influencés par la culture; ils peuvent également constituer des facteurs de protection ou de risque. Dès le début, les facteurs élargis tissent la vie familiale quotidienne et tracent le parcours unique de chaque enfant. Du point de vue du développement, les premières expériences de risque et de protection peuvent faire boule de neige et modifier le cours du développement. Les interactions entre parents et enfants en bas âge jettent les bases du développement émotionnel et social de l enfant 19. À titre d exemple, les pratiques parentales peuvent contribuer à un comportement agressif en bas âge. Si aucune mesure n est prise, un tel comportement peut mener à des problèmes scolaires, comportementaux et sociaux, ce qui inclut l abus de substances 20. Les premiers facteurs de risque sont généralement déterminants, mais on peut dire la même chose des premières expériences de protection. Le simple fait d inscrire un enfant à un programme pour les garçons ou les filles peut avoir des bienfaits à long terme. L enfant demeure vulnérable aux risques et aux influences protectrices tout au long de son développement, mais les transitions peuvent être des moments de vulnérabilité. Par exemple, un enfant qui n a pas connu d ennuis peut devenir vulnérable en se posant des questions sur sa sexualité à l adolescence. Par conséquent, les interventions précoces et au début des périodes de transition sont importantes. Bien que d autres facteurs puissent influer sur le bien-être d un jeune et un éventuel problème de toxicomanie, les facteurs familiaux revêtent une importance cruciale puisqu ils peuvent augmenter ou diminuer l effet de ces influences extérieures 21. Par exemple, à l adolescence, les camarades et les médias (y Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

16 compris les médias sociaux) sont des facteurs qui peuvent contribuer à la toxicomanie. Un milieu familial positif peut toutefois compenser ces influences 22. Un milieu familial positif peut avoir des effets préventifs sur les comportements de consommation et d autres questions sanitaires et sociales, comme les problèmes de santé mentale, la violence, la criminalité et les comportements sexuels à risque 23. Les facteurs familiaux qui fournissent une protection contre ces problèmes et qui promeuvent la résilience iii,24 incluent 25,26,27,28 : lien parent/enfant sécurisant et sain (p. ex. chaleur, confiance); supervision et suivi assurés par les parents; discipline efficace et constante; transmission de valeurs et d attentes familiales saines; implication des parents dans la vie des enfants (p. ex. temps passé en famille); soutien parental (p. ex. sur le plan émotionnel, cognitif, social et financier); aptitudes familiales à la résolution de problèmes et à l adaptation; soutien aux enfants pour les aider à avoir des rêves, des buts et un objectif dans la vie. L absence, dans une famille, des facteurs ci-dessus expose les enfants et les jeunes au risque de développer des problèmes sociaux et sanitaires, dont la consommation problématique de substances. Il existe d autres importants facteurs de risque, notamment 29 : des exemples de communication négatifs (p. ex. critiques, blâmes, absence de compliments); le laisser-faire des parents par rapport à la consommation de substances; un environnement familial chaotique ou des conflits parentaux; La plupart des facteurs familiaux associés à la toxicomanie sont également liés à d autres questions sanitaires et sociales, comme les problèmes de santé mentale, la violence, la criminalité et les comportements sexuels à risque. des parents ou frères et sœurs ayant une dépendance à une substance, souffrant de maladie mentale ou se livrant à des comportements criminels ou de gang. La présence continue de facteurs de risque au sein de la famille peut entraîner des comportements nuisibles pour la santé ou des problèmes de santé mentale chez les enfants. Les problèmes peuvent prendre différentes formes, telles que la consommation précoce d alcool ou d autres substances (soit habituellement avant l âge de 13 ou 14 ans), qui, à son tour, est perçue comme un facteur de risque important de divers problèmes à l âge adulte 30. Selon leur mode de fonctionnement, les familles peuvent, d une part, contribuer à la dépendance à une substance d un membre de la famille ou, d autre part, constituer un facteur crucial de la guérison. Les familles dont un parent est toxicomane vivent des perturbations importantes et durables. Les enfants de ces familles peuvent être exposés de manière répétitive à des conflits et à de la violence (ce qui inclut la violence verbale et physique) et à des comportements toxicomanes nuisibles à la santé. Les familles aux prises avec des problèmes de dépendance ont tendance à souffrir d isolement social, et leurs enfants peuvent développer moins de relations positives 31. Les enfants des familles dont un parent est toxicomane présentent un risque élevé de développer euxmêmes des problèmes de santé mentale ou de consommation de substances. Un fort soutien familial permet aux membres toxicomanes d une famille de s en sortir, et cette réussite peut avoir un effet préventif important chez les enfants de cette famille. Au Canada, les pères de famille participent davantage à l éducation des enfants et s en occupent davantage 32. Il s agit là d une tendance très positive, mais, jusqu à présent, peu de recherches ont été menées sur les différents rôles, les facteurs qui influencent ces rôles et les répercussions de ces rôles sur la vie familiale. Il est plus utile de considérer la nature et l envergure de la place qu occupent les pères auprès des enfants comme le résultat d une combinaison d atouts et d obstacles chez les personnes, au sein des familles et dans les différents milieux iii La résilience est l aptitude des enfants et des familles à s adapter avec succès aux événements ou circonstances difficiles (Masten et Obradovic, 2006). 14 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

17 (p. ex. politiques, normes, disponibilité de services de soutien destinés aux pères). Les données actuelles laissent entendre que la participation du père a un effet positif sur la réussite scolaire des enfants, leur comportement social et la protection contre la délinquance et la dépression, particulièrement chez les garçons 33,34,35. Parmi les nombreux facteurs qui influent sur le bien-être et les comportements de consommation des jeunes, les facteurs liés à la vie familiale et au rôle parental sont déterminants. Ces facteurs peuvent également avoir un effet sur d autres comportements à risque pour la santé ainsi que sur la santé mentale des enfants et des jeunes. Les programmes d habiletés familiales se sont montrés efficaces pour traiter bon nombre de ces facteurs de risque pour une variété de familles et ont contribué, de différentes façons, à la santé des jeunes ainsi qu au bien-être des familles. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

18 Définition et description 3. des programmes d habiletés familiales Les programmes d habiletés familiales se définissent comme des programmes en plusieurs séances axés sur les habiletés à l intention de groupes de parents iv ou de familles v comptant des enfants de 0 à 18 ans dont les objectifs incluent la prévention de l abus de substances chez les enfants de ces familles. Bien que la différence ne soit pas toujours évidente, les programmes d habiletés familiales conviennent mieux aux populations «universelles» et «sélectives» (qui représentent ensemble la «prévention primaire»). La prévention universelle vise des groupes (des familles dans ce cas-ci) indépendamment du niveau de risque, alors que les programmes de prévention sélective visent les groupes que l on sait à risque (p. ex. les familles dont un parent est en traitement pour une toxicomanie, celles qui éprouvent du stress et qui traversent une période de transition) vi. Les familles qui présentent des problèmes plus graves ou plus profondément ancrés (p. ex. problèmes émotionnels ou comportementaux chez l enfant, interruption des interactions entre les parents et les enfants, problèmes de violence) pourraient tirer profit des programmes d habiletés familiales en raison de la forte motivation qui pousse à résoudre les pressions familiales et parentales. Par contre, elles profiteront probablement davantage de services de prévention ciblée vii ou de traitement comme la thérapie familiale personnalisée donnée par des professionnels avec de l expérience clinique, services sur lesquels le présent document ne porte pas 36,37,38. Les programmes dont traitent les lignes directrices familiales sont ceux qui sont offerts par des animateurs certifiés en prévention qui encouragent l exploration personnelle de problématiques parentales communes (p. ex. communication, discipline), plutôt que de se concentrer sur les problèmes individuels 39. Comme on ne s attend pas à ce que les animateurs effectuent le dépistage des participants à risque élevé ou qu ils fournissent du counseling individuel, ils n ont pas à posséder des compétences en consultation clinique viii. Les animateurs emploient différentes méthodes pour atteindre leurs objectifs, dont de courtes séances pédagogiques, la démonstration et la pratique de compétences, le jeu de rôles, la formation à l aide de vidéos et la résolution de problèmes en groupe. Certains programmes ne visent que l éducation ou la formation des parents, alors que d autres comportent aussi des séances de formation pour enfants et des séances parent-enfant, lesquelles offrent des avantages additionnels 40. La littérature sur la prévention de la toxicomanie fait souvent état de l efficacité des interventions axées sur les compétences dans le changement des comportements de consommation de substances, et de l inefficacité généralement observée des approches fondées sur les connaissances ou l information 41. Ces données sont tirées de la recherche sur la prévention de la toxicomanie pour les familles. Des programmes efficaces visent à améliorer les rapports entre les parents et les enfants et le fonctionnement de la famille en renforçant les compétences et aptitudes en protection des membres de la famille 42. Les parents acquièrent en général des compétences de base en gestion familiale comme la discipline efficace des enfants, la supervision, la création de liens et la résolution de problèmes avec leurs enfants. Le volet enfant met habituellement l accent sur l amélioration du comportement grâce au développement des aptitudes sociales (p. ex. communication, résolution de problèmes) et au renforcement de l engagement scolaire. La composante qui vise le fonctionnement familial général inclut l attention consacrée à la cohésion familiale, les relations et la résolution des conflits 43. Les programmes pour les parents d enfants de moins de dix ans peuvent exclure le contenu propre à la consommation de substances (les recherches n ont pas encore permis de iv Le terme «parents» est défini de manière large pour inclure les personnes qui s occupent d enfants dans un contexte familial et peut, par exemple, s appliquer à des parents de même sexe, des beaux-parents, des parents de famille d accueil et des grands-parents. Il désigne les hommes comme les femmes, bien que les hommes soient moins susceptibles de participer aux programmes et qu on en sache moins sur l efficacité des programmes pour les hommes (Moran et coll., 2004). v La notion de «famille» ne concerne pas uniquement les parents biologiques et leurs enfants, mais aussi quiconque est considéré comme membre de la famille (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, 2009). vi La prévention sélective n exige pas de la part des praticiens qu ils effectuent le dépistage des facteurs de risque ou des problèmes de consommation de substances des participants. Les praticiens se fondent plutôt sur la recherche épidémiologique sur le risque (p. ex. enquêtes sur la prévalence de la consommation de substances) afin de cibler une population pour la prévention sélective; par conséquent, la prévalence ou le niveau de risque réel de problèmes de consommation de substances chez une population donnée est inconnu au début du programme (ces données seraient recueillies au cours d un programme aux fins d évaluation). vii On définit la prévention ciblée (ou secondaire) comme des programmes destinés aux personnes qui ont des comportements problématiques (p. ex. agressivité, abus de substances), mais qui ne souffrent pas de trouble grave ou diagnostiqué (p. ex. troubles des conduites, dépendance à une substance). viii Les animateurs doivent être conscients de leurs limites professionnelles. Si on soupçonne qu un participant pourrait bénéficier de services plus intensifs, un animateur averti peut recommander des ressources ou préparer un aiguillage au cours d un «moment propice au changement» qui pourrait s avérer crucial. 16 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

19 déterminer si les programmes d habiletés familiales doivent se concentrer de façon particulière sur la consommation de substances pendant cette période) 44, alors que les programmes à l intention des parents d adolescents, eux, s intéressent à ce contenu. Il y a de grandes chances pour que ces derniers programmes fonctionnent en raison du fait qu ils ont un effet précis sur la consommation de substances, ainsi qu un effet protecteur global (les deux sont habituellement liés) 45. Ces programmes adoptent une approche fondée sur les forces plutôt que sur les lacunes. La littérature sur la prévention de la toxicomanie et le soutien familial contient des données probantes qui appuient cette approche 46,47,48,49. Les animateurs doivent avant tout établir et maintenir un milieu habilitant pour les participants. Le message primordial à transmettre est le suivant : bien qu il soit extrêmement gratifiant, le rôle de parent peut être très difficile, et tous les parents gagnent à renforcer leurs compétences. Dans leurs faits et gestes, les animateurs doivent préciser que les parents qui participent aux programmes sont capables de gérer avec succès leur famille. Les programmes d habiletés familiales sont une ressource importante dans la trousse d outils d une collectivité (du point de vue de la prévention de la toxicomanie et du renforcement global de la famille), et les lignes directrices familiales reflètent l état actuel des connaissances relatives à l efficacité. Il nous reste beaucoup de choses à apprendre sur ce qui est le plus efficace pour les différents types de participants, sur les meilleures approches et sur les formats possibles pour les différentes populations (p. ex. format abrégé, séances en ligne, programmes à domicile et autonomes). doivent être conscients de la possibilité que d autres formes de prévention familiale ou de soutien intensif soient mieux adaptées à certaines familles ou qu elles soient plus pertinentes qu un programme d habiletés familiales 51. Les organismes, les équipes et les animateurs doivent montrer un savoir-faire culturel au travail. Cela signifie qu ils doivent comprendre la mosaïque et les tendances culturelles de la collectivité (c.-à-d. la race, l ethnicité et les autres sources de culture) et s engager dans un processus de réflexion et de renforcement dans leur relation avec les divers groupes culturels de la collectivité. En règle générale, les pères participent moins à ces types de programmes (ou demandent habituellement moins d aide) que les mères. Il existe de nombreux facteurs potentiels qui influencent la participation des pères à ces programmes, comme des facteurs individuels et environnementaux, mais il se peut également que bon nombre des programmes ne soient pas particulièrement intéressants pour les pères. C est pourquoi les équipes doivent évaluer la situation propre aux pères et trouver des façons créatives de les intéresser aux programmes et de les fidéliser. Il est très important que les organisations et les animateurs appliquent leur jugement professionnel et leur compréhension des cultures et circonstances locales à ce travail. Ils doivent être prêts à concevoir ou à adapter des programmes en fonction des besoins des parents locaux, tout en se fondant sur des théories solides, et à évaluer leurs efforts ix. Par exemple, il se peut que des programmes limités suffisent à certains groupes de parents. En écoutant les parents, et grâce à une innovation et à une évaluation soigneuses, les équipes et les animateurs peuvent viser des programmes qui conviennent parfaitement (c.-à-d. le bon type et la bonne «quantité»), ce qui garantit non seulement l efficacité, mais aussi une bonne utilisation des ressources limitées et du temps dont disposent les participants 50. En outre, les concepteurs de programmes ix Les programmes reposent tous sur une théorie; il s agit parfois de la théorie implicite du concepteur du programme sur la façon dont le changement se produira. Il est important d expliciter cette théorie. Si elle n est pas appuyée par des données scientifiques, il incombe d autant plus au concepteur du programme de s assurer que cette théorie est logique et de l évaluer. Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

20 Contextes théoriques et 4. conceptuels des programmes d habiletés familiales Ces programmes doivent être considérés comme relevant (a) de la prévention de la toxicomanie et (b) des systèmes de soutien familial en place dans la collectivité. (a) Système de prévention de l abus de substances : Le portefeuille de normes du CCLAT explique pourquoi certains jeunes prennent des substances et d autres non à l aide d un cadre théorique «social écologique». Selon ce cadre, l enfant ou l adolescent est exposé à des facteurs de risque et de protection situés dans des sphères d influence concentriques (p. ex. facteurs individuels, interpersonnels [c.-à-d. familiaux, sociaux, scolaires], communautaires et sociétaux) 52,53. Considérer les facteurs entrant en ligne de compte dans la vie des jeunes d un point de vue social écologique nécessite que soit adoptée une approche «systémique» par l ensemble de la communauté 54. Des résultats positifs sont plus susceptibles d être obtenus lorsque les programmes d habiletés familiales sont accompagnés d initiatives de prévention qui visent les jeunes dans d autres parties d un système communautaire (comme les écoles, les milieux récréatifs, les médias jeunesse, les milieux de travail, les établissements d enseignement postsecondaire et les bars). Figure 1. Cadre social écologique (b) Système de soutien familial : Un cadre théorique social écologique peut également aider à comprendre la santé de la famille et le rôle parental au sein d une collectivité 55. La qualité et la quantité de temps consacré par les mères et les pères à leurs enfants peuvent découler d un certain nombre de facteurs (ressources et obstacles) que l on peut classer dans les sphères personnelles, interpersonnelles, communautaires ou sociétales. Dans la sphère communautaire, les parents peuvent avoir l appui d un éventail de ressources, telles que des messages médiatiques, des programmes de visites à domicile, de brèves consultations, des dépistages des problèmes de développement, des cours de langue française et de la thérapie familiale 56. Les programmes d habiletés familiales font partie de cet ensemble de ressources familiales fournies dans la collectivité. Les programmes d habiletés familiales qui créent des liens à la fois avec les systèmes de soutien familial et de prévention de la toxicomanie s intègrent bien dans une approche de type systémique ou «population globale». En effet, une approche de type «population globale» fournit un contexte solide pour les programmes axés sur les compétences, car elle vise à «normaliser» le soutien parental et familial ainsi que la recherche d aide et, idéalement, mène à une gamme de services continus plus ou moins intensifs offerts aux familles dans des situations différentes et à des niveaux de risque différents 57,58. Cette approche de soutien familial et de prévention de la toxicomanie requiert une collaboration entre des personnes, des programmes et des organismes qui pourraient ne pas avoir eu beaucoup de rapports par le passé. L objectif d une telle collaboration peut être d accroître l efficacité des programmes pour les personnes et les organismes participants, d améliorer l intégration de services ou de militer en faveur de normes et de politiques communautaires visant la promotion de la santé. Voici les résultats qui peuvent découler d une plus grande collaboration dans ces domaines 59 : plus de projets conjoints; augmentation du nombre d aiguillages; responsabilisation accrue entre les organismes; leadership communautaire plus inclusif; meilleure coordination et réduction de la fragmentation des services; interventions plus complètes; modification des politiques et renforcement des normes (p. ex. lien entre les jeunes et les adultes ainsi que les institutions communautaires). 18 Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies, 2011

21 Avantages et enjeux des 5. programmes d habiletés familiales Les évaluations du processus ont révélé que lorsque les programmes d habiletés familiales sont bien présentés (p. ex. qu ils ne font pas que donner de l information), les parents signalent que la participation augmente leur bien-être et le plaisir qu ils ont à assumer leurs responsabilités parentales et à interagir avec leurs enfants. Ils apprécient la nature concrète de ces programmes, les compétences acquises, les conseils pratiques pour la maison et le soutien que leur apportent d autres parents 60. Les évaluations des résultats ont montré que les programmes universels et sélectifs d habiletés parentales et familiales peuvent avoir des effets positifs sur l enfant, le parent et le fonctionnement de la famille : Les résultats positifs pour les enfants incluent une augmentation des comportements favorables à la santé et une diminution des comportements problématiques comme l agressivité et la délinquance. On a également remarqué des effets positifs concernant le début et la prévalence de la consommation d alcool 61,x. Les enfants ont aussi montré un engagement scolaire accru au début du secondaire et de meilleurs résultats scolaires à la fin du secondaire, une augmentation de l acceptation par les pairs et une interaction positive accrue avec leurs parents 62. Les résultats positifs pour les parents incluent des comportements parentaux améliorés sous la forme d un renforcement de la gestion des enfants (p. ex. discipline plus positive et adéquate, imposition de limites, punitions moins sévères), une amélioration des habiletés en résolution de problèmes et une amélioration des attitudes (p. ex. meilleure acceptation de leur enfant) 63. Les parents apprécient la nature concrète de ces programmes, les compétences acquises, les conseils pratiques pour la maison et le soutien que leur apportent d autres parents. Les aspects du fonctionnement familial touchés, selon les évaluations, incluent une amélioration des relations parent-enfant, une diminution des conflits familiaux, une augmentation de la cohésion familiale et une diminution des problèmes sanitaires et sociaux des familles (ce qui comprend l abus de substances) 64. Étant donné que la plupart des facteurs familiaux visés par les programmes d habiletés familiales axés sur l abus de substances sont aussi liés à la prévention d autres problèmes sanitaires et sociaux (p. ex. problèmes de santé mentale, violence, comportement criminel, pratiques sexuelles à risque), ces programmes ont des effets préventifs potentiellement considérables 65. Comme les facteurs familiaux peuvent offrir de la protection contre une gamme de facteurs de risque environnementaux difficilement modifiables (p. ex. grande disponibilité des substances, diverses influences sociales), les programmes d habiletés familiales sont une option importante pour la prévention 66. Comme dans le cas des programmes d éducation des parents, la prestation de programmes d habiletés familiales présente des défis importants. Un défi courant consiste à recruter des participants (en particulier des pères) et à maintenir leur niveau d engagement tout au long des programmes. De nombreuses raisons peuvent expliquer cette situation, mais les équipes doivent être conscientes qu il y a toujours un coût ou un risque pour les participants à ce type de programmes. Le coût peut être la perte de revenus pendant la participation au programme, la perte de temps libre ou encore des frais de gardiennage et de transport. On peut considérer une telle expérience d apprentissage comme une occasion de croissance personnelle, mais on peut aussi la voir comme un risque en raison de son caractère inconnu. La possibilité d acquérir de nouvelles connaissances et compétences peut causer de l anxiété parce qu elle sous-entend le fait d abandonner certaines habitudes. Il existe aussi un risque que les programmes d habiletés stigmatisent les participants (ou leur causent des souffrances ou que les parents ne puissent y assister), si les programmes en question ne sont pas présentés, organisés et donnés de la bonne manière 67. x Une caractéristique importante et presque unique de ces programmes est que les avantages relatifs à la consommation de substances pour les jeunes ont été maintenus pendant plus longtemps que dans le cas de la plupart des autres approches (p. ex. dans le cas de l éducation antidrogue à l école, les avantages ont tendance à disparaître en un an ou deux) (Foxcroft et coll., 2003). Centre canadien de lutte contre l alcoolisme et les toxicomanies,

Table des matières. Formation à l ISPC

Table des matières. Formation à l ISPC Table des matières Ateliers... 2 Planification et prise de décisions axées sur la santé de la population... 2 Autoapprentissage à l ISPC... 3 Introduction à la santé de la population... 3 Explorer la santé

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Consortium sur la santé mentale et la toxicomanie en milieu scolaire Groupe d étude et d application des connaissances

Consortium sur la santé mentale et la toxicomanie en milieu scolaire Groupe d étude et d application des connaissances Consortium sur la santé mentale et la toxicomanie en milieu scolaire Groupe d étude et d application des connaissances Sondage sur les services scolaires d aide en matière de santé mentale et de toxicomanie

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants

Éducation Manitoba. Services aux élèves. aveugles ou malvoyants Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Services aux élèves aveugles ou malvoyants [ressource électronique] ISBN: 978-0-7711-4982-5

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Le financement : un défi

Le financement : un défi Mars 2015 Bulletin sur le rapport nal Conclusions générales Ce bulletin souligne les rétroactions recueillies lors des consultations ainsi que les conclusions et recommandations du rapport final. Recherche

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS)

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS) Programmes d activités physiques s parascolaires pour les filles et les jeunes femmes POLITIQUE ET RECOMMANDATIONS DROIT D AUTEUR 2011 ACAFS Octobre 2011 Les fournisseurs de programmes d activités physiques

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS ANNONCE Le 15 janvier 2014 À l intention des chercheurs relevant d organismes de santé ou d universités

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie www.cclt.ca www.ccsa.ca Foire aux questions Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie Le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) a élaboré ce document pour

Plus en détail

Stratégie de participation Jeunesse

Stratégie de participation Jeunesse Stratégie de participation Jeunesse Contexte La Stratégie de participation Jeunesse repose sur le Colloque jeunesse de la Croix-Rouge canadienne, qui a eu lieu à St. John s, à Terre-Neuve, du 14 au 17

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Rapport de la délégation du Canada

Rapport de la délégation du Canada Forum mondial de l éducation «Planifier pour 2015 Un catalyseur pour l élaboration des politiques de la décennie à venir : mesure, portée et entrepreneuriat» Londres, Royaume-Uni Du 19 au 22 janvier 2014

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne. Sommaire

Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne. Sommaire Consultations sur la planification stratégique de CATIE : interviews d informateurs clés et sondage en ligne Sommaire Préparé par Derek Hodel 25 octobre 2015 Sommaire À la fin de 2014, CATIE a commencé

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2016-2018 UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 À ses débuts, le Centre d excellence de l Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le Centre) était une petite

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le moment est venu d aborder les problèmes de santé mentale et de toxicomanie

Le moment est venu d aborder les problèmes de santé mentale et de toxicomanie Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Le moment est venu d aborder les problèmes de santé mentale et de toxicomanie Lynne McVey Directrice générale, Institut universitaire en santé mentale

Plus en détail