Remaniement partiel du gouvernement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remaniement partiel du gouvernement"

Transcription

1 Pluviométrie: Des quantités de pluie dans les deux Hodhs Lire en page 3 HORIZONS Biographie des nouveaux ministres Lire en page 3 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6591 DU JEUDI 3 SEPTEMBRE 2015 PRIX : 100 UM Remaniement partiel du gouvernement Nomination du président du Conseil National de Régulation La Présidence de la République communique : Par décision en date de ce jour (NDLR: mercredi 02/09/ 2015), est nommé: - président du Conseil National de Régulation : Isselkou Ould Ahmed Izidbih. Nomination d'un commissaire et d'une commissaire adjointe à la Sécurité alimentaire La Présidence de la République communique: Par décret en date de ce jour (NDLR: mercredi 02/09/ 2015), et sur proposition du Premier ministre, sont nommés: - Commissaire à la Sécurité alimentaire: M. Mohamed Ould Ahmed Salem Ould Mohamed Rare; - Commissaire adjointe à la Sécurité alimentaire: Mme Nejwa Kettab. La Présidence de la République communique: Par décret en date de ce jour ( NDLR: mercredi 02/09/2015) et sur proposition du Premier ministre, sont nommés: Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération: Hamadi Ould Meïmou, Ministre de l'intérieur et de la Décentralisation: Ahmedou Ould Abdella, Ministre de l'agriculture: Lemina Mint El Kotob Ould Moma; Ministre de l'elevage: Vatma Vall Mint Soueïnae, Ministre de l'equipement et des Transports: Mohamed Ould Khouna, Ministre de l'hydraulique et de l'assainissement: Brahim Ould M'Bareck Ould Mohamed El Moctar; Ministre des Relations avec le Parlement et de la Société civile, porte-parole du Gouvernement: Mohamed Lemine Ould Cheikh, Ministre des Affaires sociales, de l'enfance et de la Famille: Dr. Fatma Habib. Evaluation du CSLP pour la période Démarrage de la 5ème édition du Festival d'aïn Farba pour la culture Le coup d'envoi de la 5ème édition du Festival d'aïn Farba pour la culture a été donné mardi soir à partir du chef-lieu de cette commune par la ministre de la Culture et de l'artisanat, Mme Hindou Mint Aïnina, en présence de son homologue de l'habitat, de l'urbanisme et de l Aménagement du Territoire, M. Sidi Ould Zeïne et du wali du Hodh El Gharbi, M. Moulaye Brahim Ould Moulaye Brahim. Dans son allocution d ouverture, la ministre a salué la parfaite organisation du festival et mis en exergue le rôle de la zone dans la constitution et la diversification des cultures et la promotion du rayonnement culturel dans les zones environnantes dans un esprit de solidarité et de double appartenance arabe et africaine. Lire page 3 Le ministre de l'habitat donne le coup d'envoi à Tintane du dernier lot de la composante Hydraulique Le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement du Territoire, M. Sidi Ould Zeïne, a supervisé mardi à Tintane, le coup d'envoi du dernier lot de la composante hydraulique visant l'approvisionnement de cette ville en eau potable. Le ministre a, à cette occasion, précisé que la ville de Tintane ne pourra se développer de manière durable si ce projet vital n'est pas mis en œuvre par la Société Nationale de l'eau (SNDE) qui a été choisie par son département pour l'exécuter pour un coût global de l'ordre de 250 millions d'ouguiya sur le budget de l'etat. M. Sidi Ould Zeïne a encore dit que les travaux, qui doivent s'achever dans six mois, comprennent l'extension du réseau actuel et l'équipement du château d'eau et son extension pour augmenter sa capacité de pompage ainsi que la réalisation d'un réseau de distribution de 90 km de long à l'intérieur de la cité. Lire page 3 Les travaux de l'atelier de validation du rapport d'évaluation du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) pour la période ont démarré mardi à Nouak- chott. Les participants à la rencontre ont éte répartis en 5 ateliers qui examineront le rapport élaboré par un bureau d'études indépendant choisi de concert avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Dans son allocution d ouverture de l atelier, le ministre des Affaires économiques et du Développement, M. Sid'Ahmed Ould Raïss, a indiqué que l'exécution des trois plans d'action du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté a été sanctionnée par un recul appréciable de l'indicateur de pauvreté qui est passé de 51% en 2001 à 31% en 2013, soit une moyenne de régression annuelle de 1,7%. Il a souligné que le recul de l'incidence de pauvreté était accompagné d'un développement notoire de la moyenne de croissance économique qui a atteint des niveaux élevés au cours des dernières années ( ), permettant d'enregistrer un taux annuel de croissance de 4,3% au cours de la période Lire page 3 Hivernage 2015: Des pluies bien réparties dans le temps et dans l espace Le dernier bulletin décadaire agro-météorologique pour la deuxième décade du mois d Aout 2015 vient de paraitre. Elaboré par la direction de l Office National de la Météorologie en collaboration avec la direction de l Agriculture, celle de l Elevage et le Centre National de Lutte anti acridienne, il en ressort notamment qu au cours de cette décade, des pluies d intensités diverses bien réparties dans le temps et dans l espace ont été enregistrées dans toutes les wilayas de la zone agropastorale. Comparée à l année passée à la même date, la situation pluviométrique reste pourtant déficitaire pour environ 38 % des postes pluviométriques suivis. Lire page 4

2 Page 2 ADRESSES UTILES Police Secours 17 Sapeurs Pompiers 118 Brigade Maritime Brigade Mixte SOMELEC (Dépannage) SNDE Météo Avis aux Employeurs CoMMISSARIATS DE PoLICE Commissariat TZ Commissariat TZ Commissariat Ksar Commissariat Ksar Commissariat El Mina Commissariat El Mina Commissariat Sebkha Commissariat Sebkha Commissariat Riadh Commissariat Riadh Commissariat Arafat Commissariat Toujounine Commissariat Dar Naïm Commissariat Dar Naïm Commissariat Teyarett Commissariat Teyarett Commissariat Spécial Aéroport Commissariat Voie publique Direction Régionale de la Sûreté Police Judiciaire HôPITAUX Centre Hospitalier National Hôpital Cheikh Zayed Polyclinique PMI Pilote PMI Ksar PMI Teyarett CLINIqUES Clinique Moulaty Clinique Najar Clinique Kissi Clinique Dr. Moumine Clinique Makam Ibrahim Clinique Ben Sina Clinique Tisram Clinique Clinique El Qods Clinique Adama Diani Clinique Bien-être Clinique Chiva BANqUES BAMIS BADH BMCI BNM BCI BACIM BANK CHINGUETTI BANK GBM SOCIETE GENERALE MAURITANIE ATTIJARIBANK MAURITANIE Le Directeur Général de la CNSS informe l'ensemble des employeurs affiliés à la Sécurité Sociale qu'au terme de l'arrêté n 561/MFPTMA du 7 avril 2015, les déclarations sont désormais trimestrielles et doivent être déposées à la Caisse avec le règlement correspondant, dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil, pour les cotisations du trimestre civil précédent. Les employeurs occupant plus de 19 travailleurs ne sont plus tenus de déposer des déclarations mensuelles. QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION Le Directeur Général Mohamed Aly DEDEW HORIZONS ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION: Yarba Ould Sghaïr DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Mohamed Saleh Ould Chighaly AMI FAX: B P: 371/ 467 Département Promotion et Distribution: Siège: / RÉDACTEUR EN CHEF : SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Diagana Babouna Baba Dianfa Traoré RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Elhadrami Ould Ahmedou TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 ACTUALITE Page 3 Evaluation du CSLP pour la période Les travaux de l'atelier de validation du rapport d'évaluation du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) pour la période ont démarré mardi à Nouak chott. Les participants à la rencontre ont éte répartis en 5 ateliers qui examineront le rapport élaboré par un bureau d'études indépendant choisi de concert avec le PNUD. Dans son allocution d ouverture de l atelier, le ministre des Affaires économiques et du Développement, M. Sid'Ahmed Ould Raïss, a indiqué que l'exécution des trois plans d'action du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté a été sanctionnée par un recul appréciable de l'indicateur de pauvreté qui est passé de 51% en 2001 à 31% en 2013, soit une moyenne de régression annuelle de 1,7%. Il a souligné que le recul de l'incidence de pauvreté était accompagné d'un développement notoire de la moyenne de croissance économique qui a atteint des niveaux élevés au cours des dernières années ( ), permettant d'enregistrer un taux annuel de croissance de 4,3% au cours de la période Le ministre a indiqué que ces résultats économiques ont été salués par les partenaires au développement de la Mauritanie, surtout que ces efforts ont conduit au doublement des investissements orientés vers les pauvres et la mise en œuvre de plans efficients de développement aboutissant à une croissance significative. Le ministre a affirmé que le gouvernement a élaboré, avec l'appui de l'union Européenne, une feuille de route pour l'après 2015, prenant en compte les principaux enseignements tirés de l'exécution du CSLP et traçant les canevas fondamentaux des stratégies futures. Le Coordinateur Résident par intérim du système des Nations Unies, M. Jean Pierre Baptiste, a indiqué dans son intervention que grâce "aux efforts importants consentis par le gouvernement, avec l'appui de ses partenaires au développement, le rapport d'évaluation global et exhaustif du CSLP pour la période , a fait ressortir des résultats positifs engrangés par le pays" dont, entre autres, le taux de croissance moyenne de 5% sur toute la période, le doublement du PIB par tête d'habitant entre 2000 et 2014 et l'amélioration remarquable de la participation des femmes à la vie politique, lequel de 2% en 2005 a atteint 18% et 19,7% respectivement en 2010 et "Le système des Nations Unies, a-til dit, à l'instar des autres partenaires au développement du pays a accompagné le gouvernement dans la mise en œuvre du CSLP et de ses plans d'actions". Biographie du ministre de l Intérieur et de la Décentralisation Nom et Prénom: Ahmedou Ould Abdalla Date de naissance: 1963 Situation familiale: Marié, père de 5 enfants Enseignement primaire: Ecoles Hassi Abdalla et Tintane dans la wilaya du Hodh El Gharbi Enseignement secondaire: Collège d Aioun et Lycée national de Nouakchott, 1985 : Baccalauréat en lettres modernes 1989 : Maîtrise en droit privé à l Université de Nouakchott Entré dans le cycle du ministère de l Intérieur en 1991 Fonctions: : wali mouçaid du Tagant : hakem de la moughataa de Kiffa : : hakem de Kankossa : hakem de Boutilimit 2001 à 2003 : hakem de Kankossa : hakem de Boghé : wali de Nouakchott : Responsable au Programme européen d appui des capacités locales des wilayas du Nord : wali du Gorgol : wali du Brakna Formations: A reçu plusieurs formations dans le domaine de la décentralisation et de la gestion des élections Langues : Arabe et Français. Biographie du ministre des Relations avec le Parlement et de la Société civile, porte-parole du gouvernement NoM ET PRENoM : Mohamed Lemine Ould Cheïkh Date de naissance: 1968 dans la moughataa de R Kiz Situation matrimoniale: Marié, père de 4 enfants REFERENCES ACADEMIqUES 1988 : Baccalauréat 1993 : Maitrise en Magistrature et en politique religieuse de l Université islamique de Médine (Arabie Saoudite) 1996 : Master dans la même spécialité 2001 : Doctorat d Etat en droit comparé en science religieuse de la Faculté des études supérieures et de recherches scientifiques de l Université d Oum Dourmane (Soudan) FoNCTIoNS ET EXPERIENCE PRoFESSIoNNELLE : Chercheur à l institution émiratie pour la recherche scientifique et la renaissance du patrimoine de Dubaï : Consultant agréé auprès de l OCI - Lauréat du Prix Chinguit : Elu député à l Assemblée nationale puis nommé président de la Commission des ressources humaines, des Affaires religieuses, culturelles et sociales de l Assemblée nationale : Réélu député et président de la même commission jusqu en 2015 Le ministre des Pêches en visite à Nouadhibou Le ministre des Pêches et de l'economie maritime, M. Nany Ould Chrougha, a visité, mardi, les services relevant de son département à Nouadhibou. C'est ainsi qu'il a visité l'office National d'inspection Sanitaire des Produits de Pêche et de l'aquaculture, la Société Nationale de Commercialisation de Poisson, l'institut Mauritanien de Recherche Océanographique et des Pêches (IMROP) et la Direction maritime. Au cours de ces différentes étapes, Le coup d'envoi de la 5ème édition du Festival d'aïn Farba pour la culture a été donné mardi soir à partir du chef-lieu de cette commune par la ministre de la Culture et de l'artisanat, Mme Hindou Mint Aïnina, en présence de son homologue de l'habitat, de l'urbanisme et de l Aménagement du Territoire, M. Sidi Ould Zeïne et du wali du Hodh El Gharbi, M. Moulaye Brahim Ould Moulaye Brahim. Dans son allocution d ouverture, la ministre a salué la parfaite organisation du festival et mis en exergue le Les quantités de pluie suivantes ont été enregistrées, au cours des dernières 24 heures, sur certaines villes et localités des deux Hodhs, selon les sources du Réseau Administratif de Commandement (RAC): HoDH CHARGHI Adel Bagrou mm Amourj mm Bassiknou mm Bousteila mm Djigueni mm Fassala Nere mm le ministre s'est informé sur les missions dévolues à ces établissements,. Démarrage de la 5ème édition du Festival d'aïn Farba pour la culture rôle de la zone dans la constitution et la diversification des cultures et la promotion du rayonnement culturel dans les zones environnantes dans un esprit de solidarité et de double appartenance arabe et africaine. La ministre a aussi appelé à la promotion de la lecture, eu égard à son rôle dans l'impulsion de l'innovation et de la créativité, suivant notre approche traditionnelle fondée sur l'enseignement du Saint Coran. Plusieurs poètes, penseurs et troupes artistiques nationales et maliennes participent à cette compétition. Le ministre de l'habitat donne le coup d'envoi à Tintane du dernier lot de la composante Hydraulique Le ministre de l'habitat, de l'urbanisme et de l'aménagement du Territoire, M. Sidi Ould Zeïne, a supervisé mardi à Tintane, le coup d'envoi du dernier lot de la composante hydraulique visant l'approvisionnement de cette ville en eau potable. Le ministre a, à cette occasion, précisé que la ville de Tintane ne pourra se développer de manière durable si ce projet vital n'est pas mis en œuvre par la Société Nationale de l'eau (SNDE) qui a été choisie par son département pour l'exécuter pour un coût global de l'ordre de 250 millions d'ouguiya sur le budget de l'etat. M. Sidi Ould Zeïne a encore dit que les travaux, qui doivent s'achever dans six mois, comprennent l'extension du réseau actuel et l'équipement du château d'eau et son extension pour augmenter sa capacité de pompage ainsi que la réalisation d'un réseau de distribution de 90 km de long à l'intérieur de la cité. M. Ould Zeïne a indiqué que ce projet dénote de l'attention qu accorde le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, à la réhabilitation de la ville de Tintane en la dotant d'infrastructures routières et d'équipements socio collectifs et autres services publics et en permettant à ses populations d'accéder à la propriété foncière de manière sécurisée. Le maire de la commune, M. Mohamed Lemine Ould Khattry a, pour sa part, loué ce projet qui va permettre l'approvisionnement de la cité en eau potable. Notons que le projet de reconstruction de la ville de Tintane englobe la réalisation de 32 installations publiques dont 10 écoles primaires, un lycée et 4 mosquées, dont 17 ont été achevées et le reste en phase avancée, le tout pour un coût global de 7 milliards d'ouguiya dont 4 sur financement saoudien et le reste supporté par le budget de l'etat. Pluviométrie: Des quantités de pluie dans les deux Hodhs Ghlig Ehel Boye mm HoDH EL GHARBI Ain Farba mm Gogui mm Kobéni ,5 mm Laaweinatt mm Tali Lakhdhar mm Touil...21 mm Voulaniya mm Medina...12 mm Lehreijatt mm Ghoureiya mm Toueimratt...20 mm Acrabile mm

4 NATION Page 4 Hivernage 2015: Des pluies bien réparties dans le temps et dans l espace Le dernier bulletin décadaire agro-météorologique pour la deuxième décade du mois d Aout 2015 vient de paraitre. Elaboré par la Direction de l Office National de la Météorologie en collaboration avec la Direction de l Agriculture, celle de l Elevage et le Centre National de Lutte anti acridienne, il en ressort notamment qu au cours de cette décade, des pluies d intensités diverses bien réparties dans le temps et dans l espace ont été enregistrées dans toutes les wilayas de la zone agropastorale. Comparée à l année passée à la même date, la situation pluviométrique reste pourtant déficitaire pour environ 38 % des postes pluviométriques suivis. La deuxième décade du mois d Août a été marquée par une baisse des activités pluvio-orageuses par rapport à la décade passée sur l ensemble du territoire national. Des pluies d intensités diverses bien réparties dans le temps et dans l espace ont été enregistrées dans toutes les wilayas de la zone agropastorale. Elles sont à majorité faibles à modérées. Les cumuls varient entre1 mm à Chinguetti à 116 mm à Dionaba (Brakna). Les plus importants cumuls décadaires sont enregistrés dans les localités suivantes: Hodh Charghi: - Bousteilla 49 mm en 3 jours de - Aouinat Z Be l 48 mm en 2 jours de - Néma 48 mm en 2 jours de Hodh El Gharbi: - Touil 98 mm en 1 jour de - Aioun 54 mm en 2 jours de - Medbougou 51 mm en 2 jours de - El Voulaniya 45 mm en 1 jour de Assaba: - Tenaha 83 mm en 3 jours de - Kamour 74 mm en 3 jours de Guidimakha: - Ghabou 108 mm en 3 jours de - Gouraye 65 mm en 3 jours de - Arr 65 mm en 1 jour de Tagant: - Achram 54 mm en 3 jours de - Moudjéria 45 mm en 2 jours de Brakna: - Dionaba 116 mm en 3 jours de - Niabina 105 mm en 4 jours de - Bagodine 83 mm en 4 jours de - Magtaa Lahjar 63 mm en 2 jours de - Bababé 58 mm en 3 jours de - Male 57 mm en 4 jours de - Boghé 57 mm en 3 jours de Gorgol: - Djadjibine 88 mm en 2 jours de - Maghama 80 mm en 2 jours de - Foum Gleita 75 mm en 3 jours de - Lexeiba (1) 55 mm en 3 jours de Trarza: - R Kiz 53 mm en 3 jours de Inchiri: - Akjoujt 34 mm en 1 jour de pluie). Au Brakna la situation pluviométrique s est nettement améliorée par rapport à celle du mois de juillet mais reste préoccupante, malgré les précipitations enregistrées au courant du mois d août. Comparée à l année passée à la même date, la situation pluviométrique reste déficitaire pour environ 38 % des postes pluviométriques suivis. D autre part, par rapport à la normale (moyenne) , environ 30 % des postes pluviométriques affichent un déficit pluviométrique. Les déficits les plus importants sont enregistrés dans les postes suivants: Hodh El Charghi: (Djigueni - 47 mm, Adel Bagrou - 31 mm, Bousteilla - 26 mm), Hodh El Gharbi: (Tintane - 56 mm, Ain Farba -18 mm), Assaba: (Kiffa - 47 mm), Guidimakha: (Wompou mm, Sélibaby - 95 mm, Ghabou - 31 mm), Tagant: (Tidjikja - 31mm, Moudjéria - 19 mm, N Beika - 19 mm), Brakna: (M Bagne - 71 mm, Aleg - 45 mm), Gorgol: (Kaédi - 52 mm, Toufoundé Civé - 45 mm, Monguel -34 mm), Trarza: (Keur Macène - 38 mm). Dans l ensemble, les déficits commencent à se résorber. Il est à signaler qu au vu des résultats de la dernière mise à jour des prévisions saisonnières (juin 2015), la situation pourrait s améliorer et tendre vers une pluviométrie moyenne à excédentaire sur toute la bande sahélienne et soudanaise pour le reste de la saison. Toutefois, les zones ayant souffert de déficit pluviométrique et de retard de mise en place de cultures en zone sahélienne doivent faire l'objet d'un suivi rapproché, car d'ici à la récolte tout déficit hydrique pourrait causer une baisse significative de rendements Amélioration des pâturages La deuxième du mois d août 2015 a été marquée par l amélioration de la végétation dans les régions de l Assaba, du Gorgol, du Guidimakha et des deux Hodh. Les poches de forte végétation sont présentes au niveau des deux Hodh et un peu dans les régions du Guidimakha et de l Assaba. En effet, les cumuls pluviométriques enregistrés au cours de cette décade ont permis la consolidation de l émergence de la végétation observée sur la quasi-totalité de la zone agrosylvo-pastorale du pays depuis la fin de la décade passée. Il est à signaler que malgré le retard de l installation de l hivernage enregistré dans la majeure partie du pays, le potentiel végétatif à la 2ème décade du mois d août 2015 est beaucoup plus important que celui de l année précédente à la même période et ceci grâce à la bonne répartition spatio-temporelle de la pluviométrie depuis l installation de l hivernage dans l ensemble du territoire national Situation phytosanitaire calme La situation phytosanitaire est toujours globalement calme dans toute la zone agro-sylvo-pastorale du pays. Au vu de l évolution de la situation pluviométrique, il est recommandé d envisager des prospections régulières dans toutes les aires de reproduction estivale du pays afin de détecter les éventuelles augmentations d effectifs consécutives à l amélioration des conditions pour la reproduction dans ces aires. L indice de satisfaction des besoins en eau des cultures est satisfaisant Pour la campagne de contre-saison chaude, les opérations de moisson ont pris fin à la fin du mois de juillet. Néanmoins, certaines récoltes ont subi des dommages par rapport aux pluies enregistrées ces jours-ci. En ce qui concerne la campagne de saison hivernale, les travaux de préparation du sol et la mise en eau de même que les semis se poursuivent dans le Trarza. Les intrants sont disponibles au niveau des magasins de la SONIMEX. Au Brakna, il est prévu d emblaver environ 1700 ha dont 1100 ha sont déjà labourés. Au Guidimakha, l ensemble des périmètres ont été dotés de bacs flottants. Cultures pluviales: Les préparatifs (travaux de sol, nettoyage et défrichement) de même que les semis se poursuivent et se sont généralisés dans la totalité de la zone agropastorale. Les cultures sont à des stades variant de levée, tallage à montaison pour les premiers semis. L indice de satisfaction des besoins en eau des cultures reste globalement satisfaisant Le taux de remplissage des barrages en hausse Le taux de remplissage des barrages s est nettement amélioré avec l enregistrement des pluies au cours de cette décade. Il varie de 50 à 100% suivant les régions: (Assaba 50-80%, Hodh el Gharbi 50-60%, Brakna %, Hodh el Charghi 80% ). Certains ont même cédé sur la poussée des eaux, notamment au Brakna et au Hodh Charghi Au vu des tendances qui se dégagent à cette période de la saison, il est fortement recommandé aux agriculteurs de : - Songer à l utilisation des variétés à cycle court pour les zones n ayant pas encore effectué les semis; - Songer à mettre plus en valeur les parties basses de la topo séquence, si choix doit y avoir; - D éviter certaines opérations culturales en cette période, telles que le démariage, l épandage d engrais et le labour profond. Aux éleveurs, il est recommandé de procéder vite à la reconstitution de leur stock. Aux autorités ; il est demande d accorder toute la célérité au suivi des zones vulnérables et aux inondations conclut le bulletin. B. Diagana

5 ENVIRONNEMENT Page 5 Changement climatique Quel impact sur les migrations des oiseaux? Les changements climatiques semblent avoir, eux aussi, des conséquences sur la migration des oiseaux. Certaines espèces ont tendance à revenir plus tôt au printemps sur les lieux de reproduction (touchant particulièrement les migrateurs partiels, plus sensibles aux variations de températures «régionales» que les espèces qui hivernent au cœur de l Afrique). Depuis trente ans, cette précocité atteint 5 à 12 jours selon les espèces. Si les dates d arrivée des migrateurs sur les sites de reproduction ne coïncident pas avec le pic d émergence des insectes, la mortalité dans les nichées peut être drastique. A terme, cela pourrait nuire fortement à leur avenir et conduire peut-être à des extinctions, au moins locales. De même, certaines espèces jusqu alors migratrices trans-sahariennes, ont tendance à hiverner en petit nombre en Europe du Sud, ainsi qu en France (par exemple, crabier chevelu, cigognes blanche et noire, milan noir, aigle botté, balbuzard pêcheur, petit gravelot, échasse blanche, guifette moustac, etc.). On ne sait pas encore si les changements climatiques peuvent influer sur le dépassement d aire printanier (des espèces méridionales sont en progression vers le nord) ou sur les arrivées d oiseaux originaires du Moyen-Orient ou de Sibérie. Force est de reconnaitre que les changements climatiques peuvent induire des périodes de sécheresses importantes. L extension de la ceinture désertique en Afrique augmente les trajets à parcourir pour les migrateurs. Or les oiseaux sont «programmés» pour une certaine distance, au-delà de laquelle, faute de «carburant», ils doivent se poser. Des chercheurs allemands ont montré pour certaines espèces comme la fauvette des jardins, que sa diminution était partiellement liée à cette distance à franchir pour rejoindre des zones d hivernage favorables, aujourd hui supérieure à celle d autrefois. Par ailleurs, les oiseaux migrateurs hivernant en Afrique sub-saharienne sont directement touchés par le déficit pluvial qui sévit depuis plus de trois décennies dans les zones sahéliennes et soudaniennes notamment : le Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d'oiseaux (CRBPO) a ainsi mis en évidence que cela pouvait conduire au déclenchement précoce de la migration (canard pilet et sarcelle d'été, barge à queue noire et combattant). Au sein d une même espèce, le calendrier migratoire est également susceptible de varier plus ou moins au cours du temps, en réponse aux modifications climatiques. Cette flexibilité peut s observer à très court terme : d une année sur l autre, on a montré que les hirondelles rustiques avançaient leur date d arrivée d 1,6-1,8 jours pour 1 C d augmentation de température. A plus long terme, on constate que ce glissement du timing migratoire peut se faire simplement sur les individus précurseurs, sur la médiane du passage ou sur les individus retardataires. Par exemple, lors de la migration postnuptiale du pouillot fitis en Allemagne, entre 1972 et 2000, on n observe aucune différence de timing migratoire à la station de baguage de Mettnau pour les 50% d individus passant en premier, mais le cap de 80 % et 95 % d individus capturés survient de plus en plus tard dans la saison entre ces deux dates. Au début de l'automne, beaucoup d'oiseaux migrent sur de longues distances, principalement depuis les zones tempérées, vers le sud, puis reviennent vers le nord au cours du printemps. Les zones tempérées nordiques offrent l'avantage d'avoir des jours plus longs que les zones méridionales et elles offrent de plus longues plages de temps aux oiseaux pour nourrir leurs jeunes. Les zones méridionales, plus chaudes, offrent en revanche un approvisionnement alimentaire changeant peu avec la saison mais où la compétition alimentaire est plus élevée. L'avantage de la migration compense les coûts énergétiques et les dangers liés à la migration. Différents couloirs de migration La prédation peut en effet être augmentée pendant la migration. Certains rapaces, comme l'épervier d'europe, suivent les groupes de passereaux migrateurs. D'autres, tel le faucon d'éléonore, calquent leurs périodes de reproduction avec le passage automnal des passereaux. Des faits du même ordre ont été également observés chez une chauve-souris, la grande noctule. Le voyage des oiseaux migrateurs est souvent dur et bon nombre d'individus n'atteignent pas leur destination. Certaines espèces sont totalement migratrices ; d'autres le sont partiellement, c'est-à-dire que certains individus migrent et que d'autres sont sédentaires ou résidents, à savoir qu'ils restent sur place. La migration partielle est très commune pour les espèces des continents méridionaux. En Australie, 32 % des passereaux et 44 % des autres espèces d'oiseaux sont partiellement migrateurs. Certaines populations migrent sur des petites distances, quelquefois en plusieurs étapes, d'autres sur des distances plus longues. Pour certaines espèces, la période de migration et les distances peuvent varier en fonction des âges ou/et des sexes. Dans le cas des pinsons des arbres, une très forte majorité de femelles et de juvéniles migrent vers le sud en hiver tandis que les mâles sont beaucoup plus sédentaires. Bien que vivant sur de vastes zones, les oiseaux migrateurs se concentrent le long d'itinéraires bien établis connus sous le nom de corridors ou couloirs de migration. Au Canada, le parc national de la Pointe-Pelée se trouve sur un de ces corridors où passent plus de 360 espèces d'oiseaux. En Europe, Gibraltar et le détroit du Bosphore figurent parmi les sites migratoires les plus renommés. En France, le col de Baracuchet, la jetée du Clipon et le cap Gris-Nez sont également des sites reconnus. Ces itinéraires suivent typiquement les littoraux ou les massifs montagneux en tirant profit des courants aériens ascendants et en évitant les barrières géographiques telles que de trop grandes étendues d'eau. L'altitude à laquelle les oiseaux volent peut changer durant la migration. Ces considérations sur les barrières géographiques s'appliquent d'une façon inverse sur les oiseaux terrestres ou côtiers et sur les oiseaux de mer : pour ces derniers, un grand secteur de terre sans eaux superficielles pour les ressources alimentaires est une barrière infranchissable. Ainsi la bernache cravant, qui migre de la péninsule de Taïmyr vers la mer des Wadden, se détourne par la mer Blanche plutôt que de traverser l'océan Arctique et le nord de la Scandinavie. La Méditerranée : la plus longue traversée On a pu montrer que ces itinéraires ne sont pas forcément optimaux énergiquement parlant, c'est-à-dire que les itinéraires qui relient les haltes ne sont pas les plus courts. Ce ne sont pas non plus les itinéraires qui passent par les meilleures zones d'approvisionnement. Ces itinéraires peuvent résulter de modifications des aires de destination ou de départ, comme dans le cas de l'augmentation de l'aire de répartition de la Grive à dos olive d'il y a ans. Les oiseaux ne volent en général que quelques heures dans la journée puis font halte sur des surfaces propices où ils peuvent se reposer et se nourrir. Certaines traversées, comme celle de la Méditerranée, peuvent s'avérer plus longues. La position de ces haltes migratoires semble influer les trajectoires et les durées de vol. Ces haltes sont, au vu des expériences menées, apprises par certaines espèces qui vont ensuite y retourner, année après année, comme le montre le baguage. Par conséquent la protection de ces zones est un enjeu important dans la lutte pour la protection des oiseaux. En Amérique du Nord, le fleuve Delaware et la baie de Fundy sont des haltes importantes pour les échassiers. La barge rousse serait l'oiseau migrateur à parcourir la plus longue distance sans halte. Elle voyage depuis l'alaska jusqu'à la Nouvelle-Zélande c est-à-dire km. La migration dans l'hémisphère méridional est beaucoup plus difficile à cerner que celle de l'hémisphère Nord. Ces espèces migrent globalement du sud au nord, à cause de la géographie, les couloirs sont plus étroits et moins accessibles à la surveillance humaine et les espèces concernées font des vols plus longs et s'alimentent durant leur vol. Enfin, certaines espèces migratrices ont aussi des individus résidents dans les zones d'observation et il est très difficile de distinguer les migrants des résidents. Modes de migration des oiseaux Les oiseaux à migration diurne sont plus nombreux que ceux à migration nocturne. Certaines espèces sont spécifiquement diurnes comme les Fringilla, les hirondelles et les plus grandes espèces utilisant le vol à voile. D'autres préfèrent le vol de nuit comme les limicoles ou les cailles des blés. Certaines espèces diurnes peuvent aussi migrer la nuit comme les pipits ou les alouettes. La migration nocturne offre plusieurs avantages : les prédateurs sont moins nombreux, la chaleur se fait moins sentir et la déshydratation est plus faible, les effets thermiques liés au relief, perturbant le vol, sont également plus faibles. Pour les espèces volant le plus haut en vol battu, les turbulences verticales sont plus faibles. Tout ceci concourt à rendre le vol de nuit plus économique énergétiquement. Cependant les espèces utilisant les courants ascendants ne peuvent le faire que de jour, et ces oiseaux doivent bénéficier d'un mécanisme qui leur permet de compenser le temps de sommeil perdu. La plupart des oiseaux migrent en groupe, par espèce, indépendamment du fait qu'ils soient sociaux ou solitaires. Ils forment des formations en chevron. Dans cette approche, l'oiseau en tête doit fournir les efforts les plus importants, les autres oiseaux du groupe ayant à fournir un effort moindre car ils bénéficient de son sillage. Dans cette configuration, les oiseaux se relaient en tête du groupe. On a pu prouver que ce type d'organisation permet une économie d'énergie globale de 23 %. Ces groupes peuvent varier au hasard des haltes. Les Carouges à épaulettes ont la caractéristique de ne voyager qu'en nuée unisexe. Les migrations peuvent être dites partielles, c est-à-dire qu'elles ne touchent qu'une partie des populations, suivant l âge, le genre, ou la détermination de chaque oiseau. Elles sont dites totales lorsque toutes les populations partent. Cependant, ce comportement varie au sein d'une espèce en fonction de l'habitat d'origine. En Finlande, le rouge-gorge est presque entièrement migrateur alors qu'en France quelques individus seulement migrent et qu'en Espagne tous sont sédentaires. Le taux de migration ainsi que la distance parcourue dépendent également de la rigueur des hivers, et donc des années. Baba D. Traoré

6 ECONOMIE Le sorgho en Afrique : Opportunités et priorités de recherche Originaire d Afrique, le sorgho (Sorghum bicolor) demeure l une des principales cultures vivrières pour des millions d Africains, principalement des petits exploitants agricoles et leurs familles. Les blocs économiques régionaux et les grandes organisations continentales l ont également identifié comme l un des produits de base prioritaires pour le développement de la chaîne de valeur dans le cadre du processus de transformation agricole qui a lieu en Afrique et en vertu du Programme détaillé de développement de l agriculture africaine (PDDAA). Le sorgho est cultivé dans diverses zones agroécologiques : que ce soit en haute altitude ou dans les basses terres sèches, dans la savane soudanienne ou dans les régimes d humidité résiduelle aux confins du désert du Sahara, sur les sols acides dégradés présentant des niveaux toxiques d aluminium ou dans les systèmes d irrigation très intensifs. Il produit généralement des grains très durs (de type cristallin) qui facilitent le stockage et est utilisé sous diverses formes. Il est employé à des fins multiples, notamment pour l alimentation animale, les matériaux de construction et la production d énergie. Le sorgho est une culture résistant à la sécheresse : il est adapté aux températures élevées, aux sols peu fertiles (notamment à faible teneur en phosphore), aux sols à faible ph ou aux niveaux toxiques d aluminium, aux sols sableux profonds ou aux sols noirs argileux profonds (vertisols). De plus, il peut être cultivé tant sur des sols gorgés d eau que sur sol exploitant uniquement l humidité résiduelle stockée dans les profondeurs. Certaines variétés de sorgho arrivent à maturité 75 jours après semis, tandis que pour d autres, cela peut prendre six mois ou plus. De même, les caractéristiques des grains de sorgho sont très diverses : certains peuvent être facilement stockés pendant plusieurs années avant d être consommés. Ainsi, dans un avenir façonné par le changement climatique, le sorgho présente un fort potentiel pour le développement de l Afrique, car ce dernier impose une utilisation plus efficace des ressources disponibles. En raison du peu d intrants qu il nécessite et de sa stabilité de rendement dans des conditions défavorables, le sorgho pourrait devenir une culture de choix dans certaines régions. Le sorgho commence également à être perçu comme une céréale d avenir importante en dehors de l Afrique. Les types de sorgho cultivés sont classés en cinq grandes races, principalement en fonction de la forme des grains et des caractéristiques des fleurons. En Afrique, ces races sont réparties de façon relativement distincte. Les analyses de la diversité génétique (Morris et al., 2013) utilisant des marqueurs génétiques confirment nettement l importance des différences génétiques entre ces races. Bien que les cinq races et leurs formes intermédiaires continuent à être cultivées en Afrique, dans le monde, la culture du sorgho se centre principalement sur deux races, le caudatum et le kafir, qui servent de base pour exploiter la vigueur hybride aux États-Unis, en Inde et en Australie. opportunités d amélioration de la productivité du sorgho en Afrique Dans plusieurs pays, les producteurs de sorgho ont récemment réussi, par différents moyens, à améliorer et à stabiliser la productivité du sorgho dans certains contextes de production spécifiques à l Afrique.. Hybrides de sorgho de race guinea dans la savane soudanaise d Afrique occidentale Les premiers hybrides de sorgho obtenus à partir de plantes mères de race guinea d Afrique occidentale ont été créés en vue d accroître la sécurité alimentaire et les revenus des agriculteurs grâce à l amélioration des rendements. Huit hybrides, six variétés expérimentales à pollinisation libre et une race primitive de contrôle particulièrement adaptée ont été évalués dans le cadre de 27 expériences menées par des agriculteurs et de 2 essais de rendement sur le terrain au Mali, en Afrique occidentale (AO) (2009 à 2011). Les hybrides présentent la même sensibilité à la photopériode que la race primitive de contrôle guinea, particulièrement adaptée. Les différences de rendement en grains entre les races étaient très significatives et plus importantes que l élément de variance interaction génotype-environnement. La supériorité de rendement des hybrides individuels, comparés à la race primitive de contrôle, variait entre 14 et 38 % en moyenne dans tous les environnements. Les trois hybrides présentant le plus fort rendement affichaient un rendement de 30 % supérieur pour les niveaux de productivité, avec des gains de productivité absolus équivalents, en moyenne, à 450 kg ha-1 dans des conditions de faible productivité (1,0 à 1,5 t ha-1) et à 700 kg ha-1 dans des conditions de forte productivité (2,0 à 3,5 t ha-1). Étant donné que ces hybrides impliquaient une sélection de faible intensité avec un nombre limité de plantes mères, une meilleure sélection des hybrides pourrait permettre d obtenir des rendements encore supérieurs (Rattunde et al., 2013). Dernièrement, des scientifiques soudanais ont réussi à rendre certaines variétés locales de sorgho (Tabat et Wad Ahmed) et la souche généalogique AG8 résistantes au Striga, par introgression de 5 petites régions génomiques associées à une meilleure résistance au Striga et dérivées de la souche N13 issue de la race de sorgho durra. Il s agit des premiers produits de sélection assistée par marqueurs à être créés en Afrique et destinés aux agriculteurs africains (Abdallah H. Mohamed, Rasha Ali et al., non publié). Stratégie de sélection pour l adaptation aux sols à faible teneur en phosphore En Afrique occidentale, le sorgho est généralement cultivé sans engrais, ou avec une quantité limitée, sur des sols à faible teneur en phosphore. L évaluation du rendement en grains de 70 génotypes de sorgho différents dans des conditions -P (sans apport de phosphore P) et +P à deux endroits au Mali sur une période de 5 ans a fourni des indications détaillées. La variation génétique du rendement en grains dans des conditions -P, la faisabilité et la nécessité des analyses variétales de sorgho en termes de rendement en grains dans des conditions -P ont été évaluées. Dans des conditions de faible teneur en phosphore, les dates d épiaison ont été retardées de 0 à 9,8 jours et des baisses de rendement en grains (de 2 à 59 %) et de hauteur de plantes (de 13 à 107 cm) ont été observées dans les essais -P comparés aux essais +P. De fortes estimations de variance génétique et d héritabilité au sens large ont été trouvées pour le rendement en grains dans les deux environnements -P (h2 = 0,93) et +P (h2 = 0,92). La corrélation génétique des performances de rendement en grains entre les conditions -P et +P était élevée (rg = 0,89), ce qui suggère que les variétés de sorgho d Afrique occidentale présentent généralement une bonne adaptation aux faibles teneurs en phosphore. Cependant, une interaction croisée génotype-phosphore a été observée entre certains des génotypes affichant les plus forts rendements issus des ensembles sélectionnés -P et +P, la variété IS présentant une adaptation toute particulière à -P. Le gain d efficacité prévisionnel était de 12 % en cas de sélection directe pour le rendement en grains dans des conditions -P par rapport à la sélection indirecte dans des conditions +P. Ainsi, la sélection dans des conditions -P devrait s avérer utile pour l amélioration du sorgho en Afrique occidentale et devrait permettre de recommander aux agriculteurs des variétés de sorgho spécialement adaptées. En Afrique occidentale, les agricultrices ont tendance à cultiver les sols les moins fertiles (Leiser et al., 2012).. Sélection récurrente pour l amélioration du peuplement Dans le cadre d une tentative visant à conserver les différentes variétés de sorgho cultivées tout en créant une base pour le développement de nouvelles variétés améliorées, des équipes de scientifiques du Mali et du Burkina Faso ont créé plusieurs peuplements dits «à pollinisation au hasard», essentiellement constitués de variétés locales de sorgho originaires d Afrique occidentale. Dans ces peuplements, le croisement extérieur est plus fréquent que la normale, car les plantes ont un gène unique qui rend les plantes homozygotes mâles stériles, entraînant la création de nouvelles combinaisons de caractéristiques à chaque cycle de croissance. Les agriculteurs ont aidé à choisir les lignées parentales et les variétés locales. Quatre peuplements ont été développés au Burkina Faso et deux au Mali, chacun issu de huit à quinze variétés locales et trois à quatre lignées améliorées de sorgho. Chaque peuplement a été semé pendant deux à trois générations successives dans la région cible. Les agriculteurs ont géré les peuplements dans leurs champs, identifié les plantes mâles stériles pendant la floraison et la récolte et réalisé une évaluation et une classification préférentielles des panicules mâles stériles (vom Brocke et al., 2010). Réintroduction de variétés locales dans des zones où elles avaient été abandonnées Le sorgho est l une des principales cultures vivrières au Burkina Faso, où les agriculteurs continuent à cultiver des variétés locales de guinea sensibles à la photopériode dans le cadre de la stratégie visant à atténuer les risques et à assurer la stabilité des rendements. Toutefois, dans la région de la Boucle du Mouhoun, les cultivateurs de sorgho semblent avoir un choix variétal insuffisant, car les systèmes de culture ont évolué vers une culture plus intensive du coton et du maïs et les précipitations ont diminué au cours de la dernière décennie. En quête de nouvelles options variétales pour ce contexte en pleine évolution, les chercheurs ont décidé d offrir aux agriculteurs un accès aux collections nationales ex-situ ainsi que la possibilité d évaluer les variétés récemment améliorées. De 2002 à 2007, les chercheurs et les agriculteurs ont travaillé en étroite collaboration en vue de mettre en place des essais sur le terrain, notamment des tests de sélection variétale, des essais de gestion des cultures et des essais réalisés sur plusieurs sites. Les choix des agriculteurs variaient selon les groupes, les villages et les années, à l exception de quatre variétés locales particulières : deux collectées dans la région du Mouhoun plus de 30 ans auparavant et deux provenant de zones agroécologiques différentes du Burkina Faso. Les critères de sélection des agriculteurs étaient axés sur l adaptation aux conditions agroclimatiques, ainsi que sur des qualités spécifiques des grains destinés à la transformation et à la consommation. L utilité potentielle de chaque variété a été contrôlée par des essais à différents endroits. La large diffusion des semences expérimentales à l échelle nationale a en grande partie été rendue possible grâce à la collaboration avec une organisation paysanne puissante et à des programmes de formation des agriculteurs axés sur la production sur le terrain et la commercialisation des semences (vom Brocke et al., 2013). Essai variétal participatif en faveur de l adaptation locale et de la productivité Le développement variétal du sorgho nécessite de réaliser des essais à différents endroits afin de connaître Page 6 la capacité d adaptation et de rendement. En Afrique occidentale, l adaptation à des zones spécifiques de répartition des précipitations est cruciale, mais la plupart des pays ne disposent pas des capacités suffisantes pour effectuer de tels essais, notamment en termes de stations de recherche. Nous avons élaboré un essai et l avons mis en œuvre en expérimentant le partage des rôles et des responsabilités entre les agriculteurs, les ONG et les chercheurs, ce qui a permis de réaliser une différenciation variétale efficace dans l environnement cible et dans tout un éventail de conditions de production au sein d une zone. La participation des agriculteurs à un stade précoce a permis d évaluer de nombreuses autres caractéristiques qui sont essentielles au succès d une variété. Grâce à cette approche, plusieurs variétés et cinq hybrides ont été diffusés au Mali (Weltzien et al., 2008).. Exploiter la sensibilité à la photopériode pour accroître la stabilité des rendements En Afrique occidentale, les variétés locales de sorgho fleurissent entre 60 et 180 jours après semis. La durée de pousse varie en fonction de la longueur de la saison des pluies. La sensibilité à la photopériode détermine le déclenchement de la période de floraison et modifie les taux de développement. Sous la lumière naturelle, la photopériode influence à la fois le taux apical d apparition de la feuille et le début du processus de floraison. Le taux apical stable d apparition de la feuille lors de l émergence de la plante ou au début de la montaison en réponse aux conditions environnementales (notamment la lumière) détermine également le taux de croissance de la panicule (Clerget et al., 2007). Agriculteurs et diffusion de semences de variétés créées conjointement La tendance veut que la diffusion des semences des variétés améliorées soit réalisée par le secteur semencier formel. Autrement dit, ce sont généralement les producteurs de semences privés qui vendent aux agriculteurs, ou dans les cas où le secteur privé des semences n est pas bien établi, ce sont les entreprises semi-publiques qui assurent cette fonction. Cependant, dans la plupart des pays africains, l industrie semencière privée est peu développée et concentre ses activités sur les cultures commerciales adaptées à la sélection des hybrides. Dans le monde, entre 80 à 90 % des semences sont soit produites par les agriculteurs eux-mêmes, soit acquises par le biais du secteur semencier informel (Almekinders & Louwaars, 2002). L absence de semences de nouvelles variétés contribue aux faibles taux d adoption de nouvelles variétés de sorgho dans de nombreux pays. La participation des agriculteurs à la sélection peut également susciter des innovations en matière de stratégies de distribution et de diffusion des semences. Les expériences réalisées dans le cadre des programmes de sélection variétale participative suggèrent que la simple participation des agriculteurs à des essais de variétés n est pas suffisante pour créer les conditions propices à une diffusion rapide des graines de ces variétés.

7 MAGAZINE Page 7 Hygiène de vie Faut-il craindre les nitrates (et les nitrites)? Nitrates le mot évoque les plus horrifiants excès de l'agriculture intensive. Cette agriculture qui scie la branche sur laquelle elle est assise, en détruisant la nature même qui lui permet d'exister! Mais savons-nous réellement ce que sont les nitrates et les nitrites, qui ont si mauvaise réputation, et dont nos viandes et charcuteries sont imbibées? «Euh, j'sauré pas trop dire j'sais que c'est pas bon pour la nature Mais chsé pas vraiment ce kcé» Normal. Car les médias qui affolent les populations sur les nitrates se gardent bien de donner des informations utiles. Des fois que ça fasse réfléchir ça pourrait être dangereux. N comme Azote Si vous vous rappelez vos cours de chimie au lycée, vous savez que l'élément azote est désigné par la lettre N dans le tableau de classification des éléments. Cela ne paraît pas logique, sauf que les Anglais et les Allemands parlent de «nitrogen» pour désigner l'azote. Le mot nitrate vient de nitrogène, parce que la molécule de nitrate contient un atome d'azote. Loin d'être l'ennemi de la nature, l'azote est partout là où il y a de la vie : dans les plantes et la viande que vous mangez, et dans votre corps même, où il représente 3 % de votre masse. L'essentiel de l'air qui nous entoure (78 %) est fait d'azote. Et pour que nous soyons tous parfaitement au point sur le sujet, allons encore plus loin. Je vous donne la formule chimique du nitrate, puis celle du nitrite : Le nitrate est formé de 1 atome d'azote, lié à 3 atomes d'oxygène. Formule chimique : NO3. Le nitrite est formé de 1 atome d'azote avec 2 atomes d oxygène. Formule chimique : NO2. Autrement dit, le nitrite est comme le nitrate, mais avec 1 atome d oxygène en moins. Donc les Nitr-a-tes ont 3 atomes d'oxygène, tandis que les Nitr-i-tes ont 2 atomes d'oxygène. Alors, les nitrates et les nitrites sont-ils vraiment dangereux pour la santé? La vérité sur les nitrates Scoop : si les fermiers mettent du fumier dans leurs champs, c'est parce que le fumier est riche en nitrates, et que cela fait pousser les plantes. Et si ça fait pousser les plantes, c'est parce que les nitrates sont bons et même nécessaires pour les plantes! Cela veut dire que les nitrates ne sont pas forcément uniquement mauvais pour la nature, puisqu'ils aident les plantes à pousser. «oui, mais les nitrates tuent les poissons!!» Les nitrates ont mauvaise réputation car ils «tuent les poissons» lorsqu'ils sont en trop forte concentration dans l'eau.mais il faut bien comprendre pourquoi. Lorsque les agriculteurs mettent du fumier dans leurs champs (pour faire pousser les plantes) et que les eaux de pluie emportent les nitrates vers les rivières, par ruissellement, cela fait pousser les algues beaucoup plus vite dans les estuaires, là où les nitrates se concentrent. Or les algues ont besoin d'oxygène pour vivre. Lorsqu'elles se développent trop, elles provoquent une situation d'anoxie (absence d'oxygène) dans l'eau : les poissons meurent parce qu'ils ne peuvent plus respirer. Les algues ont tout pris! Mais ce ne sont pas les nitrates eux-mêmes qui tuent les poissons. Les nitrates ne sont pas un poison. Selon un avis rendu en 1990 par le «Comité scientifique de l'alimentation humaine sur les nitrates et les nitrites» de la Commission des Communautés européennes «Le nitrate en soi a une toxicité aiguë très faible» Les bienfaits des nitrates pour la santé humaine : les adultes, et les enfants de plus d'un an, n'auraient rien à craindre des nitrates. L'étude qui, à l'origine, avait fait un lien entre nitrates et cancer et créé une psychose à ce sujet a été discréditée. Les revues majeures de littérature scientifique n'ont trouvé aucun lien entre les nitrates, les nitrites et le cancer chez les êtres humains, ni aucun signe qu'ils pourraient être cancérigènes. De plus, la recherche récente indique que les nitrates et les nitrites seraient non seulement inoffensifs, mais pourraient même être bénéfiques, en particulier pour le système immunitaire et le cœur. En revanche, ils pourraient améliorer les performances physiques, surtout dans les sports d'endurance. Les betteraves rouges et le jus de betterave rouge sont souvent utilisés par les sportifs dans ce but. Ils ont en effet une très haute teneur en nitrates. L'explication serait que les nitrates augmentent l'efficacité des mitochondries, les éléments cellulaires qui produisent de l'énergie. Certaines études ont montré que les betteraves réduisent les besoins d'oxygène de 5,4 %, augmentent la capacité de sprint de 4 %, et augmentent la durée d'effort intense de 15 %. Mais venons-en au suspect principal : les nitrites. L'origine des nitrites Le nitrate de potassium, aussi appelé salpêtre (qui vient de sal et petra, les mots latins qui veulent dire «sel» et «pierre»), est traditionnellement utilisé pour conserver les viandes, comme le sel. Mais en 1900, des scientifiques se sont aperçus que les vertus du salpêtre pour la conservation venaient de certains micro-organismes qui transforment les nitrates en nitrites. Cela permit de remplacer le salpêtre comme agent de conservation par de toutes petites doses de nitrites. C'est la raison pour laquelle vous pouvez aujourd'hui acheter votre viande fraîche au supermarché, alors que vos arrière-grand-parents ne la trouvaient que salée (quand la bête ne venait pas d'être abattue). Avez-vous déjà découpé une bête au couteau? Les bouchers ajoutent des nitrites sur leurs viandes, ainsi que dans leurs charcuteries qui, sans cela, seraient brunes ou grises, et non pas du beau rouge brillant qui attire l'œil et le client. Si vous avez déjà découpé vous-même une bête au couteau, vous savez qu'il ne faut que quelques minutes pour que la viande fraîche perde sa belle couleur. Exactement comme une blessure que vous vous faites : la chair réagit, s'oxyde, le sang coagule, la viande se rétracte. Ces magnifiques entrecôtes ou rumsteak rouge vif que vous trouvez sous emballage ont dû subir un traitement pour conserver une telle couleur, c'est forcé. Mais si vous pensez pouvoir éviter les nitrates et les nitrites en achetant des aliments garantis sans nitrates ni nitrites, ne vous laissez pas embobiner. Les produits «sans nitrites» qui utilisent des conservateurs «naturels» utilisent en fait exactement les mêmes sources, à savoir du sel au céleri ou à la betterave, riches en nitrites, naturellement. D'ailleurs, ce n'est vraiment pas un problème car les nitrites ont l'avantage d'être : d'excellents antioxydants, ce qui permet de préserver la saveur de la viande et empêcher qu'elle prenne un «goût de vieux» désagréable. Les nitrites détruisent également de nombreux pathogènes, dont le Clostridium botulinum, la bactérie qui donne le botulisme, une maladie rare mais mortelle. Botulus vient du latin «saucisse», parce que c'est en observant un lien entre la consommation de saucisses (sans nitrites) et la maladie que des médecins allemands l'ont découverte à la fin du XVIIIe siècle. En Allemand, le botulisme s'appelle d'ailleurs Wurstvergiftung, autrement dit «empoisonnement à la saucisse». Les nitrites sont-ils dangereux? Les nitrites ont encore plus mauvaise réputation que les nitrates. Pourtant, 70 % à 90 % de notre exposition aux nitrites provient des nitrites fabriqués par notre corps lui-même, dans notre salive. Concernant les sources alimentaires de nitrites, ce sont les légumes qui sont naturellement de loin les premiers contributeurs, représentant en moyenne 93 %. Aussi étonnant que cela puisse paraître, une portion d'épinards, deux portions de laitue et quatre portions de céleri ou de betterave contiennent plus de nitrites que 467 saucisses. Et votre propre salive contient plus de nitrites que l'ensemble de ces aliments combinés! Pas d'accumulation des nitrates et nitrites dans le corps humain. Il est important de comprendre que ni les nitrates, ni les nitrites ne s'accumulent dans le corps. Tout nitrate qui n'est pas utilisé pour produire des enzymes salivaires ou excrété dans les urines disparaît du flux sanguin en moins de cinq minutes. Mieux encore, lorsqu'une molécule de nitrite perd un atome d'oxygène, elle se transforme en oxyde nitrique, une molécule importante. L'oxyde nitrique (NO) est un gaz à multiples fonctions dans l'organisme. Il circule le long des parois des artères et provoque la détente des cellules musculaires, ce qui réduit l'hypertension. En effet, lorsque ces cellules se relâchent, le canal sanguin s'élargit et la pression sanguine diminue. On parle d'effet vasodilatateur (dilate les veines). L'oxyde nitrique prévient l'angine de poitrine, cette douleur qui se produit dans le cœur lorsque le muscle manque d'oxygène du fait d'un trop faible flux sanguin. C'est de cette façon que fonctionne le célèbre médicament «trinitrine». Il apporte à l'organisme une source de nitrate, lequel est rapidement transformé en oxyde nitrique et dilate les vaisseaux sanguins. Il semble que les nitrates soient relativement inertes, jusqu'à ce qu'ils soient transformés en nitrites par les bactéries de la bouche ou les enzymes dans le corps. Cuisson haute température : attention aux nitrosamines Le problème des nitrites apparaît lorsque, au lieu de se transformer en oxyde nitrique, ceux-ci forment des nitrosamines. Ce dangereux phénomène se produit lors des cuissons à haute température, en présence d'acides aminés. Il existe de nombreuses formes différentes de nitrosamines, et la plupart sont de puissants cancérigènes. Ils sont parmi les principaux cancérigènes de la fumée de tabac, par exemple. Dans la mesure où les viandes grillées, saucisses, bacon et autres tendent à contenir beaucoup de nitrite de sodium et qu'elles sont riches en protéines (la source des acides animés), les exposer à de hautes températures provoque les conditions idéales pour la formation de nitrosamine. Des nitrosamines peuvent aussi se former dans le milieu acide de l'estomac. C'est un problème bien connu dans l'industrie agro-alimentaire, qui doit respecter des limites dans l'usage des nitrites. Elle doit aussi ajouter de la vitamine C (acide ascorbique), qui inhibe la formation de nitrosamines. Il n'y a pas de recette miracle pour éviter les nitrosamines dans votre alimentation : évitez de cuire vos viandes à haute température, et plus encore de les faire frire. À savoir sur les nitrites : la maladie du bébé bleu Si nitrates et nitrites sont bien tolérés par l'enfant et l'adulte, il n'en va pas de même pour les petits bébés. En dessous d'un an, une forte exposition aux nitrites peut leur provoquer une maladie appelée méthémoglobinémie (maladie du bébé bleu). C'est la raison pour laquelle la teneur en nitrates de l'eau courante est étroitement surveillée. Toutefois, la méthémoglobinémie se soigne facilement grâce à une injection de bleu de méthylène, qui transforme la méthémoglobine en hémoglobine. Sidi Moustapha ould BELALI source : Jean-Marc Dupuis

8 ANNONCES Page 8 Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) Annonce La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) organise un concours de recrutement de trois cadres spécialistes en informatique le jeudi 17 Septembre 2015 dans les locaux de l IUP (Ex-Faculté des Sciences et Techniques) à Nouakchott. Les places à pourvoir sont reparties ainsi qu il suit : Le concours est ouvert aux personnes de nationalités mauritaniennes, âgées de 18 ans au moins et 35 ans au plus à la date du concours. Le registre d inscription des candidats sera ouvert tous les jours ouvrables de 09 heures à 17 heures pendant la période du Lundi 31 Août au Vendredi 11 Septembre 2015 dans les locaux de la CNSS à Nouakchott. La liste des candidats dont les dossiers sont recevables sera publiée le Mardi 15 Septembre Le dossier de candidature doit comprendre : - Une demande manuscrite timbrée à 200 UM adressée au Directeur Général de la CNSS, précisant la spécialité sollicitée - Un CV détaillé ; - Une copie de la carte nationale d identité - Une copie légalisée du Baccalauréat - Une copie légalisée du diplôme demandé - Un casier judiciaire en cours de validité - Un certificat médical de moins de trois mois attestant l aptitude physique du candidat à l emploi demandé - 4 photos d identité récentes Le concours comportera les épreuves suivantes : Les candidats déclarés admissibles doivent se présenter munis des originaux des diplômes demandés pour passer l épreuve d entretien devant le jury. Pour tout renseignement complémentaire, s adresser à la Direction Administrative de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale à Nouakchott. Le Directeur Général Mohamed Aly ould Dedew

9 ANNONCES Page 9 Ministère de l Enseignement Supérieur Communiqué Le Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique exprime son intention de recruter un expert national dans le domaine des ressources humaines, en vue de réaliser certaines missions visant la promotion des ressources humaines et le renforcement des capacités du département au niveau du pilotage. Ainsi, le MESRS appelle toutes les personnes intéressées de procéder au retrait des documents de candidature auprès de la direction des Ressources humaines au siège du MESRS. Ces documents sont aussi disponibles sur le site électronique du ministère (http://www.mesrs.gov.mr). Le dépôt des dossiers de candidature se fera à la direction des Ressources humaines au siège du MESRS, au plus tard le mardi 08/09/2015. La Secrétaire Générale Dr Aissata Daouda Diallo Ministère de l'education Nationale COMMUNIQUE Le Ministère de l'education Nationale rappelle: Les candidats au concours d entrée en 1ère Année Secondaire des Lycées d'excellence 2015 ayant obtenu une moyenne comprise entre. 10 et 11 sur 20 sont informés de l ouverture de filières en Anglais et Espagnol de 30 èlèves dans chacune des willayas de Dakhlet- Nouakchott-Nord, Nouakchott-Sud et Nouakchott-Ouest. Les postulants remplissant les conditions peuvent s inscrire auprès des quatre Directions Régionales de l'education Nationale citées ci-dessus. La liste des candidats potentiels peut être consultée sur les deux sites du Ministère de l Education Nationale : -www.men.mr -www.education.gov.mr Ministère de l Education Nationale Communiqué Le Ministère de l Education Nationale porte à la connaissance des promoteurs de l enseignement privé que tous les établissements opérant sur l ensemble du territoire national ne répondant pas aux critères d ouverture compris dans les textes et décrets d application ( Ordonnance et ses deux décrets d application n bis et ) ainsi qu aux cahiers de charges, seront immédiatement fermés. Par ailleurs, les établissements d enseignement privé ayant bénéficié d une autorisation en bonne et due forme mais n appliquant pas les cahiers de charges seront tenus de se conformer aux normes en vigueur avant la rentrée scolaire prochaine, au plus tard le 20/09/2015, après la diffusion de ce communiqué, faute de quoi, ils seront également fermés. Le Secrétaire Général du Ministère de l'education Nationale Imam Cheikh ould Ely DEPISTAGE DU VIH/SIDA où dois-je me rendre? - Au Centre National d Hygiène (CNH)/Centre de Dépistage Volontaire et Anonyme (CDVA) - Au CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine) - Au Centre de Kiffa - A l Hôpital militaire de Nouakchott. - Au Centre médical Alpha de Sebkha sis cinéma Saada. D autres centres seront ouverts dans les capitales régionales. Les analyses du dépistage du VIH sont gratuites et confidentielles, vos résultats ne seront connus que par vous.

10 ANNONCES Page 10 Agence de Promotion de l Accès Universel aux Services Adresse: B.P 5566, 64, rue , Ksar Nouakchott, Tel : Fax : AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE (31/08/2015) Numéro du marché : AO N٥1 T/2015 Dénomination du marché : LOT 4 du Projet de réalisation de 162 Forages de reconnaissance dont 59 transformables forages d'exploitation dans 59 localités. Date d ouverture des offres : 16/02/2015 Nombre d offres reçues : Huit (8) Nom et adresse de l attributaire provisoire: Montant de l offre retenue provisoirement: Cent sept millions vingt quatre mille ouguiyas hors toutes taxes ( MRO HTT) Délai d exécution : 180 jours La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l Article 53 dudit Code. Le Président de la Commission des Marchés de l APAUS Sidi Mohamed ould Maadh Agence de Promotion de l Accès Universel aux Services Adresse: B.P 5566, 64, rue , Ksar Nouakchott, Tel : Fax : AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE (31/08/2015) Numéro du marché : Ao N٥1 T/2015 Dénomination du marché : LOT 3 du Projet de réalisation de 162 Forages de reconnaissance dont 59 transformables forages d exploitation dans 59 localités. Date d ouverture des offres : 16/02/2015 Nombre d offres reçues : Huit (8) Nom et adresse de l attributaire provisoire. GIE ACTIF BP : 2116 Nouakchott- Mauritanie Tél :+(222) Fax :+(222) Montant de l offre retenue provisoirement : Cent deux millions sept cent soixante huit mille ouguiyas hors toutes taxes ( MRO HTT) Délai d exécution : 180 jours La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de Article ' 53 dudit Code. Le Président de la Commission des Marchés de l APAUS Sidi Mohamed ould Maadh Agence de Promotion de l Accès Universel aux Services Adresse: B.P 5566, 64, rue , Ksar Nouakchott, Tel : Fax : AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE (31/08/2015) Numéro du marché : AO N 1 T/2015 Dénomination du marché : LOT 2 du Projet de réalisation de 162 Forages de reconnaissance dont 59 transformables forages d exploitation dans 59 localités. Date d ouverture des offres : 16/02/2015 Nombre d offres reçues : Huit (8) Nom et adresse de l attributaire provisoire : ELMA FoRAGES BP : 977 Nouakchott - Mauritanie Tél :+(222) Fax :+(222) Montant de l offre retenue provisoirement : Cent treize millions cent trente Sept mille ouguiyas hors toutes taxes ( MRo HTT) Délai d exécution : 180 jours La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l Article 53 dudit Code. LePrésident de la Commission des Marchés de l APAUS Sidi Mohamed ould Maadh Agence de Promotion de l Accès Universel aux Services Adresse: B.P 5566, 64, rue , Ksar Nouakchott, Tel : Fax : AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE (31/08/2015) Numéro du marché : AO N 1 T/2015 Dénomination du marché : LoT 1 du Projet de réalisation de 162 Forages de reconnaissance dont 59 transformables forages d exploitation dans 59 localités. Date d ouverture des offres : 16/02/2015 Nombre d offres reçues : Huit (8) Nom et adresse de l attributaire provisoire : SNFP (Société Nationale des Forages et Puits) BP : 4943 Nouakchott - Mauritanie Tél :+(222) Fax :+(222) Montant de l offre retenue provisoirement : Quatre vingt dix huit millions trois cent soixante quatorze mille huit cent ouguiyas hors toutes taxes ( MRO HTT) Délai d exécution : 180 jours La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l'article 53 dudit Code. Le Président de la Commission des Marchés de l APAUS Sidi Mohamed ould Maadh

11 ANNONCES Page 11 AVIS DE VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES La commission d évaluation et de réforme des véhicules administratifs informe le public qu une opération de vente aux enchères publiques pour un grand nombre de véhicules aura lieu le jeudi 03 septembre 2015 de 9H 00 mn à l5h00 mn au siège du Centre National de Lutte Antiacridienne à Tensoueilim (moughataa de Dar Naim, suivant les conditions ci-après: 1- Chaque postulant peut soumissionner pour 05 véhicules au plus 2- Le lot postulé par plusieurs personnes est attribué au plus offrant 3- Le postulant gagnant du lot doit se rendre auprès du Receveur des Domaines pour payer le prix du véhicule majoré des taxes dues. 4 - Au cas où les offres des postulants les plus disant sont égales, la soumission est reprise entre les deux postulants plus offrants seulement. 5 - Au cas où le gagnant d un lot ne le paye pas, la vente dudit lot est annulée; 6 - Ces lots non payés feront objet ultérieurement d une nouvelle soumission; 7 - Les postulants gagnants, qui n auront pas honoré leur engagement, ne pourront pas postuler pour le même lot; la - L acquéreur s engage à prendre le véhicule à l état le jour de 8 vente; délai - L acquéreur s engage à retirer le véhicule du parc dans un 9 de 72 heures après règlement; 10 - Les personnes intéressées par cette opération peuvent visiter les véhicules proposés le mercredi 02/09/2015 de 9H à l5h. La Présidente Me Selma Mint Teguedi PUBLICATION DE L'ATTRIBUTION DE CONTRATS DE CONSULTANTS DANS LE CADRE DES PROJETS FINANCES PAR LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Date de publication : Le 3/9/2015 Pays : Mauritanie Agence d'exécution :Direction Générale des Programmes et Projets d investissement (DGPPI) au Ministère des Affaires Economiques et du Développement (MAED) Nom du Projet/Etude : Projet d Appui à la Gestion d investissement Public - PAGIP Numéro du Prêt/Don: N Nom de la Demande de Propositions (DDP) : N 1 Elaboration des outils/instruments de l investissement public Méthode de sélection : SBQC Date de publication de l'ami: 26/02/2014 Date de publication de la DDP : 10/02/2015 Date d'ouverture des propositions techniques : 11/03/2015 Date d'ouverture des propositions financières : 22/7/2015 NOTE D'INFORMATION Date d'approbation par la Banque du projet de Contrat négocié : 19/8/2015 Nom de l'attributaire du Contrat : Groupement AGILIS/SAGES Nationalité : France /Mauritanie Adresse : 72, Cours Charlemagne Lyon FRANCE Montant du contrat: Euros et UM HTT Date de démarrage du contrat : 01/10/2015 Durée d'exécution du contrat : 309 jours Synthèse de l'objet du Contrat: L amélioration du cadre général de planification et de programmation des investissements publics incluant le développement d une politique d investissement compatible avec la stratégie de réduction de la pauvreté Nombre total de soumissionnaires: 4 N.B. : Tout consultant, qui souhaite connaître les raisons pour lesquelles sa proposition n 'a pas été retenue, doit en faire la demande à l Agence d exécution. En tout état de cause, la Banque se réserve le droit de faire examiner toute réclamation d un soumissionnaire à tout moment à la suite de l attribution du marché. WILAYA DE NoUAKCHoTT SUD Communiqué LE WALI DE NOUAKCHOTT SUD PRIE LE PERSONNEL DONT LES NOMS SUI- VENT A REJOINDRE LEUR POSTE DE TRAVAIL DANS LES SOIXANTE DOUZE HEURES QUI SUIVENT LA DIFFUSION DU PRESENT COMMUNIQUE.IL S'AGIT DE : -SIDI MOHALMED OULD AHMED RAG -AMAR OULD MOHAMED ELY RAG -FATIMETOU MINT MOHAMEDEN RAG - NAGI OULD SIDI ABDELLAH CHAUF- FEUR. LE PRESENT COMMUNQUE TIENT LIEU DE CONVOCATION. Le wali Mrabih Rabou Bounena Abidine Nom de l Autorité contractante: Ministère de l Agriculture/SONADER Adresse : MA : Tél : AVIS D ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE Numéro de la DP : 01-CPMP-SR-SONADER-MA-2015 Date de publication de la Ml et DP : 27/01/ /04/2015 Dénomination du marché : recrutement d un consultant pour l Assistance technique pour suivi de mise en œuvre, étude et contrôle des travaux d aménagement de la cuvette orientale du lac R kiz. Nombre d offres reçues : 05 Date d ouverture des offres financières : 13/08/2015 Nom et adresse de l attributaire provisoire : MCG, NIF : , Tél : , Fax : , BP : 1494, NKTT, MAU- RITANIE Montant de l'offre retenue provisoirement : Euros HT et UM HT avec un crédit d impôt de Euros et UM supporté par l Etat Mauritanien qui sera corrigé par la commission fiscale du Ministère des Finances. Délai d exécution de : 55 mois La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l Article 53 dudit Code. L'Autorité contractante doit procéder à la publication de cet avis, immédiatement après l approbation de l'attribution. Nktt, le 02/09/2015 La PRMP/CPMP/SR Yacoub ould HAIBELTY

12 HORIZONS N 6591 DU JEUDI 3 SEPTEMBRE 2015 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Jeux africains 2015 Les principaux temps forts à Brazzaville Les Jeux africains du cinquantenaire s ouvriront officiellement demain vendredi à Kintélé, au nord de Brazzaville. Mais les épreuves ont débuté depuis hier avec plusieurs disciplines. Sur la vingtaine de sports prévus au programme, voici les épreuves à suivre en priorité. ATHLETISME On pouvait craindre le pire pour le plateau des Jeux africains, deux semaines seulement après la fin des Championnats du monde à Pékin. Mais certaines têtes d affiche africaines devraient être présentes à Kintélé (13-17 septembre), à l image du sprinteur ivoirien Wilfried Koffi Hua, champion d Afrique du 100 et du 200 mètres, ou de sa compatriote Marie-Josée Ta Lou. Si les rois et reines des courses de demi-fond et de fond ne feront pas tous/toutes le déplacement au Congo, certain(e)s comme l Algérien Taoufik Makhloufi sont censés être de la partie. BASKET-BALL FEMININ Le tournoi des Jeux africains, prévu du 10 au 18 septembre, se déroule juste avant le Championnat d Afrique féminin au Cameroun (24 septembre au 3 octobre à Yaoundé). Plusieurs équipes, qui sont qualifiées pour ces deux événements, vont se servir de Brazzaville pour préparer l Afrobasket dames 2015 : cette dernière compétition étant qualificative pour les Jeux olympiques Les Lionnes camerounaises, notamment, devraient utiliser ces Jeux africains pour décrocher l or à domicile. FooTBALL Le tournoi de football (4 au 18 septembre), disputé par des moins de 23 ans chez les hommes, est toujours un moment phare des Jeux africains. Chez les femmes, la compétition promet d être particulièrement intéressante. La Côte d Ivoire, le Cameroun et le Nigeria, qui représentaient l Afrique lors de la Coupe du monde dames cet été, devraient venir au Congo avec des joueuses présentes lors du Mondial Les Camerounaises, tenantes du titre aux Jeux africains, prépareront au passage le dernier tour des éliminatoires pour les JO 2016 (2, 3 ou 4 octobre pour les matches aller et 16, 17 ou 18 octobre pour les matches retour). NATATATIoN Une piscine rutilante a été construite à l occasion de ces 11es Jeux. De grands champions pourraient l honorer de leur présence. La Zimbabwéenne Kirsty Coventry, multi-médaillée olympique, a ainsi confirmé sa présence. Les autorités sud-africaines, elles, ont annoncé la venue de deux ténors de la natation, Chad Le Clos et Cameron van der Burgh. VoLLEY-BALL Les spectateurs auront le choix entre le volley-ball et sa déclinaison de plage, le beach volley. L Algérie, vice-championne d Afrique chez les femmes, n a pas négligé l événement. La plupart de ses meilleures joueuses seront à Brazzaville, alors qu une équipe très rajeunie dispute actuellement la Coupe du monde au Japon! Le Jeudi Littéraire 14 ème anniversaire du décès du Professeur et poète Ousmane Moussa Diagana «Les oiseaux ne laissent qu un chant éphémère ; l homme passe, mais sa renommée survit» Proverbe malgache «C est cela ma folie C est cela ma passion Mon unique passion Pour te mériter Ô pays!» (Notules, p. 93). Mais comment mériter ce pays, comment sonder ses mystères, accéder à son Histoire si l on ne peut même pas chanter et aimer ses femmes? Pour ce faire, Diagana fera prévaloir avec un rare talent sa volonté d exprimer son patriotisme par la seule fulgurance de l amour. Mais en même temps un amour total, tendant vers le mysticisme ne favorisant pas une femme au détriment d une autre, ne lésant pas une partie de la Mauritanie au profit d une autre, mais faire de ses poèmes un carrefour où les sentiments dialoguent, sans préjugés. Si le deuxième recueil du poète s intitule Cherguiya, c est que le poète croit en la pluralité de la Mauritanie. Littéralement, ce mot signifie «Femme de l Est», «L Orientale, qui est pour moi une synthèse de toutes les femmes aimées, dans leur diversité. L Est est cette partie de la Mauritanie où se croisent toutes les ethnies, mais c est aussi cet Orient religieux vers lequel on se tourne pour la prière. Cherguiya est le symbole d une Mauritanie profondément plurielle. Elle est, à la fois, prise et insaisissable, elle est une quête illimitée car elle échappe à toute étreinte au moment même où elle s offre». Il ressort de cela que la seule chose qui hante l esprit de Diagana, c est cette terre natale, sacrée à ses yeux, recelant toutes les richesses, débordant de toutes les qualités et, par-dessus tout, terre de rencontre, de métissage et donc de tolérance et de culture. C est cet univers que le poète voudrait recréer en Mauritanie, laquelle serait «une belle synthèse de l histoire à la fois négro-africaine, berbère, arabe et occidentale». Sierra-Léone Le CV de Kei Kamara ne tient pas en quelques lignes. Aujourd'hui âgé de 30 ans, le Sierra-léonais a déjà vécu un certain nombre d'expériences qui vous forgent un homme. Après avoir grandi dans un pays en proie à la guerre civile, il trouve refuge aux États-Unis à l'adolescence. Il entame alors des études universitaires puis, à l'âge de 20 ans, une carrière de footballeur professionnel. Brillant en MLS, il décide de tenter l'aventure en Angleterre. Il devient ainsi le premier footballeur de la Sierra Leone à faire trembler les filets de la Premier League. Cette expérience européenne est suivie d'un retour en MLS, où il occupe aujourd'hui la tête du classement des buteurs. Dans le même temps, un documentaire a été réalisé sur sa vie, pour mettre en lumière un autre aspect de son travail : l'aide aux organisations caritatives qui sont à pied d'œuvre en Sierra Leone. Papa pour la deuxième fois cette année, il est également très présent dans les médias américains, auprès desquels sa personnalité ouverte et affable passe particulièrement bien. Les chaînes de télévision sont friandes de ses célébrations de but. Bref, Kamara est un homme comblé, à la fois bon, humble et heureux. "Je ne changerais pas une virgule à l'histoire de ma vie", raconte l'avantcentre du Columbus Crew au micro de FIFA.com. "Je suis la somme de tout ce que j'ai vécu. Mon passé m'a appris le respect pour mon pays et le sens du sacrifice. Cela dit, je ne souhaite à personne de grandir dans l'environnement qui était le mien lorsque j'étais petit. J'ai eu la chance de trouver refuge aux États-Unis. Je serai éternellement reconnaissant à ce pays La baraka de Kamara pour tout ce qu'il m'a donné. Aujourd'hui, j'essaie d'utiliser ma situation et mon exemple pour aider mon pays natal." En termes footballistiques, "aider son pays" n'a pas toujours été une sinécure pour Kamara, en raison de difficultés non seulement économiques, mais également sanitaires avec l'épidémie d'ebola, qui a longtemps empêché la sélection sierra-léonaise d'évoluer à domicile. La maladie semble avoir été enfin éradiquée dans le pays natal de Kamara, ce qui permet aux Leone Stars de pouvoir se concentrer sur les qualifications pour la Coupe d'afrique des Nations de la CAF 2017 et la Coupe du Monde de la FIFA, Russie Leur premier rendez-vous sera au mois d'octobre prochain, avec une confrontation en deux manches face au Tchad. Le Ghanéen Sellas Tetteh est actuellement sélectionneur par intérim de l'équipe de Sierra Leone. Kamara n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer le coach qui avait conduit son pays au sacre dans la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2009, mais cela ne l'empêche pas de souligner le potentiel de la sélection nationale. "Il y a toujours eu des joueurs talentueux dans notre pays, des joueurs qui sont aussi prêts à tout donner sur le terrain pour défendre les couleurs nationales. Mais tout n'a peut-être pas été fait pour exploiter au mieux ces ressources. Nous avons progressé, mais avec un peu plus de préparation, nous pourrions obtenir des résultats bien meilleurs..." Kamara évolue depuis sept ans en équipe nationale. Il a parfois même porté le brassard. "Je suis toujours prêt à aider mon pays et j'essaie d'avoir un rôle de leader avec les Leone Stars. J'adore jouer dans cette équipe, car il y a une ambiance merveilleuse. Quand on met la musique dans le vestiaire, le courant commence à circuler entre nous tous." Gagner le respect La période dorée de la sélection sierra-léonaise date des années 1990, où elle avait décroché les deux seules qualifications de son histoire pour la CAN. Plus récemment, les Leone Stars avaient impressionné en faisant un bond de 80 places au Classement mondial FIFA, après avoir notamment battu l'afrique du Sud et l'égypte. Pour rééditer de telles performances, il faudra d'abord obtenir un respect qui se fait parfois attendre. Kamara en sait quelque chose. En 26 matches de MLS cette saison, il inscrit 18 buts et donné sept ballons décisifs. Pourtant, il n'a pas fait partie de l'équipe type de la mi-saison en MLS. Les fans lui ont préféré des joueurs comme Steven Gerrard et Frank Lampard, qui n'ont encore jamais foulé les pelouses de la MLS... De quoi décourager les footballeurs les plus endurants. Les passages de Kamara à Norwich et Middlesbrough, en Angleterre, ont eux aussi été quelque peu décourageants. Mais l'intéressé préfère retenir le côté positif. "C'est l'une des plus belles réussites de ma carrière. J'ai beaucoup appris dans ces deux clubs. J'aurais aimé jouer un peu plus à Norwich, mais le football est fait de beaucoup d'inconnues. Actuellement, je me sens au sommet de mon art. Je suis meilleur buteur de première division américaine. Que demander de plus? Je suis un homme heureux." D ailleurs, quand Ousmane Moussa Diagana abonde dans cette quête d une Mauritanie hybride ( au sens biologique et culturel du mot), il l affirme avec une simplicité on ne peut plus claire. Ici, point d hermétisme, nulle image ambiguë : «Terre d humus noir lointaine et mythique, fruit de l errance et du souvenir. Terre aride et riche dont le secret gît dans la mémoire d un vautour chauve et sans âge et d une hyène étique. Terre de sang, du python et de la vierge. Terre de feu, du cheval et de la poudre. Terre de l orgueil et de la mort. J avais pour monture une chamelle. J avais pour langue la langue des hommes libres. J avais pour guide un vieillard humant à chaque halte la terre pour en sentir l odeur, pour en aspirer le parfum de femme féconde. A notre rencontre, nous versâmes ensemble des larmes rouges. De notre commerce, germa l azer, s assouplirent nos langues respectives, se répandirent l islam et le savoir, se tinrent en respect des langages, des cultures, des esprits.» (Notules p.106) En quelques lignes, le poète a fait le tour d horizon de l Histoire de cette terre dans ses différentes manifestations. Force est de constater que les différents éléments qui ont été cités relèvent soit de la culture négro-africaine en particulier de la culture soninké, soit de la culture berbère, et de cette rencontre naquit une langue qui est l azer, une sorte de créole soninké-berbère, aujourd hui presque disparue. En évoquant ces instants de l histoire mauritanienne, le poète est plus que nostalgique, il regrette cette période où les hommes et les femmes de ce pays se brassaient. Les résonances du couchant sont ce soir couleur de cendre et de latérite; couleur de beauté et de mélancolie, couleur d une poésie saturnienne J y plonge l horizon endeuillé d amours blessés, l horizon saignant de cœurs meurtris de ma terre métisse et je rêve. Rêves agités de poésies et de mélodies lointaines. Je songe au poète Sid Abdallah et à la belle Azer, à la tristesse de leurs tours d orgueil dans Ouadane miroitant d eau et de sagesse. Je songe au poète Adebba, à ses amours nomades, à sa passion ambiguë pour Debbou la Leukweriya, la jeune femme noire, la jeune femme peule. Je songe aux chanteurs du lêlé, de Leïla et de la nuit, à leurs langages pluriels poreux de nostalgie et de tolérance. (Cherguiya pp ) Les poèmes de Dembo fonctionnent globalement comme un cri d alarme. Ils appellent au secours d une Mauritanie étrange, et étrangère à elle-même. Le pays doit se redécouvrir pour pouvoir aller de l avant sinon, il court à une perdition certaine.. ( A suivre) Dr. M bouh Séta Diagana, Facultés des Lettres, Université de Nouakchott

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Au conseil des ministres Approbation du projet de loi de Finances initiale Budget de l'etat pour l'année 2016

Au conseil des ministres Approbation du projet de loi de Finances initiale Budget de l'etat pour l'année 2016 Formation de 30 vétérinaires sur l'épidémio-surveillance des maladies animales Lire en page 4 HORIZONS Distribution d'une aide à 500 familles sinistrées à Bir Moghrein Lire page 4 QUOTIDIEN NATIONAL D

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail OFFICE NATIONAL DE LA POPULATION

RÉPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail OFFICE NATIONAL DE LA POPULATION RÉPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail OFFICE NATIONAL DE LA POPULATION DIRECTION GÉNÉRALE -------------- DÉPARTEMENT ÉTUDES, RECHERCHES ET FORMATION -------------- PROCESSSUS D ELABORATION

Plus en détail

CONDITIONS METEOROLOGIQUES

CONDITIONS METEOROLOGIQUES 10 BULLETIN MENSUEL DU MOIS D OCTOBRE 2014 SITUATION DU CRIQUET PELERIN AU MALI ----------------------------------------------------------------------------------------------- Résumé les conditions écologiques

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta L ensemble des documents, sauf mention contraire, est issu de l IRD (Institut pour la Recherche et le Développement) Doc. 1

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Adresse : BP : 2377 Nouakchott, tel. 002226412973, mail : niangbra@yahoo.fr

Adresse : BP : 2377 Nouakchott, tel. 002226412973, mail : niangbra@yahoo.fr 1. Identité NOM : NIANG Prénom : Ibrahima Date et lieu de naissance : 31/12/1964 Nationalité : nne Etat civil : marie Adresse : BP : 2377 Nouakchott, tel. 002226412973, mail : niangbra@yahoo.fr 2. Formation

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Programme d alphabétisation fonctionnelle

Programme d alphabétisation fonctionnelle www.yaniwulli.org Programme d alphabétisation fonctionnelle de la fédération Yakaar Niani Wulli 2007 2010 Juillet 2007 A. Objectifs La fédération espère, avec ce programme d alphabétisation fonctionnelle,

Plus en détail

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés

Index d encadrés. Bilan : l année méditerranéenne. 453 Med.2010 Index d encadrés Index d encadrés Bilan : l année méditerranéenne Politiques méditerranéennes Moyen-Orient Vers une communauté de l eau et de l énergie au Moyen-Orient........................ 208 La Turquie-Les Balkans

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Bulletin de veille environnementale:

Bulletin de veille environnementale: Centre Régional AGRHYMET Bulletin de veille environnementale: N Spécial. Septembre 2014 Bilan à mi-parcours à la date du 30 septembre 2014 Synthèse La carte des zones favorables et défavorables résulte

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso Cahier Institut d'application et de vulgarisation en sciences de l'eau et 1444444444444 2444444444444 3 Email: iavsmail@gmail.com; Edition,N 1,Octobre2013 Site web: l'energie http://www.iavs-bf.org Eléments

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel EXPERIENCE AU MALI ET BURKINA FASO 29 JANVIER 2014

Assurance Récolte Sahel EXPERIENCE AU MALI ET BURKINA FASO 29 JANVIER 2014 Assurance Récolte Sahel EXPERIENCE AU MALI ET BURKINA FASO 29 JANVIER 2014 Contents I. Présentation d ARS II. Approche I. Produits II. Distribution III. Marketing III. Performances IV. Principaux challenges

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014

BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014 BILAN HÔTELLERIE ANNÉE 2014 Cette publication a été réalisée par le Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine à partir de l analyse des résultats de l Enquête de fréquentation hôtelière

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail