Concerne : Recommandations aux entreprises pour l application de l art règles d or suite à l AR modifié (1 er juillet 2014)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concerne : Recommandations aux entreprises pour l application de l art. 81. 10 règles d or suite à l AR modifié (1 er juillet 2014)"

Transcription

1 Nota Déclaration de politique Date : Bruxelles, le 20 juin 2014 Concerne : Recommandations aux entreprises pour l application de l art règles d or suite à l AR modifié (1 er juillet 2014) 1. Refuser de négocier un art. 81, c est accroître le risque de voir le remboursement refusé par les Ministres. 2. La CRM doit valider la réponse de l entreprise à l incertitude clinique. Fournissez à la CRM une réponse aux incertitudes cliniques lors de votre réponse au rapport d évaluation provisoire. 3. Le coût d un médicament au cours de la période du contrat ne détermine pas pour autant son coût après l expiration de ce dernier. Ce coût sera évalué par la CRM. 4. Le coût de la collecte des données doit être proportionné à l évidence qu elles peuvent apporter. 5. Une baisse de prix systématique est difficilement acceptable en cas d extension de l indication ; il faudrait tenir compte de 5 critères : la plus-value, les alternatives disponibles, le nombre d années de remboursement, l ampleur du développement et l impact budgétaire, qui peut comporter une marge d incertitude. 6. Lors de l extension des indications, le mécanisme compensatoire devrait être calculé sur le chiffre d affaires réellement réalisé dans la nouvelle indication et non d une estimation budgétaire préalable. 7. Le mécanisme compensatoire mis en place dans le cadre d un contrat tient compte des coûts portés par la firme dans le cadre d un programme CU/MNP. 8. Si le contrat prévoit un plafond absolu, celui-ci est adapté aux modalités de remboursement retenues. 9. Les modalités et le mécanisme de compensation sont également négociés pour l année de transition (c est l année pour laquelle le GT contrat accorde une prolongation des modalités du contrat afin de permettre à la CRM d évaluer la demande d inscription définitive.) 10. Le mécanisme de compensation est déterminé par la nature de l incertitude : un cumul de mesures compensatoires n est pas toujours justifié. pharma.be vzw asbl Terhulpsesteenweg 166 Chaussée de La Hulpe Brussel 1170 Bruxelles fax BTW - TVA BE Ondernemingsnummer - Numéro d entreprise

2 Cadre légal Art. 35 bis de la loi INAMI : Les critères repris au 2 sont : la valeur (ajoutée) thérapeutique, le besoin médical, le prix, l impact budgétaire et le rapport coût/efficacité. Si la base de remboursement n est pas proportionnée à la valeur/plus-value thérapeutique et au besoin médical, cela signifie que : - soit le prix demandé est trop élevé, - soit la valeur/plus-value thérapeutique n est pas encore suffisamment démontrée. Pour la plupart des nouveaux médicaments, on ne dispose pas encore de données en conditions réelles au moment de l enregistrement : il existe des données sur l effet thérapeutique du produit, mais pas encore sur son efficience. Dans le monde anglo-saxon, on parle d «efficacy» pour les études cliniques et d «effectiveness» pour la pratique médicale. Il est facile pour la CRM de formuler une incertitude clinique et de motiver la nécessité d un contrat. D un autre côté, lorsqu il existe un haut degré de preuve, le prix sera toujours jugé trop élevé. Pour ces médicaments, il peut arriver que l opinion du monde académique et des organismes assureurs (OA) diffère. Ceci explique pourquoi la CRM ne formule souvent aucun avis. Conclusion : À l heure actuelle, il n est pas difficile pour la CRM de pousser une demande de remboursement vers un contrat. Les modifications de l art. 81 de l AR, qui entreront en vigueur au 1 er juillet 2014, faciliteront encore davantage la réorientation des demandes de remboursement vers un contrat parce que la CRM pourra demander elle-même cette possibilité. Il ne sera toutefois plus possible de refuser le remboursement afin de pouvoir conclure un contrat. Ceci implique que la position et le comportement de vote des académiques, des médecins et des OA vont évoluer. La CRM devra invoquer d autres arguments pour motiver un avis négatif. Il est donc utile d analyser la manière dont la CRM abordera les nouvelles dispositions dans le futur, et la manière dont l industrie doit y réagir. 2 8

3 Constats et recommandations 1. À l heure actuelle, les firmes ne sollicitent pas toutes un contrat : certaines préfèrent encore éviter une confrontation avec le groupe de travail (GT) et espèrent parvenir à un accord au travers d une discussion aux cabinets des Affaires Sociales et du Budget. Ces derniers mois, il est néanmoins apparu très clairement qu il est extrêmement difficile, en cas d avis négatif ou en l absence d avis, de négocier uniquement avec les représentants des deux cabinets : dans la mesure où la procédure de contrat existe, ceux-ci souhaitent que la discussion se fasse avec le GT institué à cette fin par la Ministre en février Si la firme rejette une proposition de contrat dans le futur, elle courra le risque de recevoir un refus de remboursement non seulement de la part de la CRM, mais aussi du ministre compétent au Jour 180. Afin d éviter que les médicaments innovants ne fassent systématiquement l objet d un contrat, il est indiqué que la CRM continue à peser les arguments en faveur d une révision individuelle en évaluant la nature et le degré de l incertitude. La procédure CRM insistera dorénavant davantage sur un certain nombre de données manquantes et/ou de risques budgétaires. En présence d incertitudes majeures, il est compréhensible que les autorités optent pour un remboursement provisoire plutôt que pour une inscription définitive avec révision, mais cette préférence devra dans tous les cas être clairement motivée. À partir du 1 er juillet 2014, la CRM aura la possibilité de proposer elle-même un contrat, mais elle devra alors motiver ce choix. Les contrats font partie de la procédure de remboursement depuis 2010 ; la firme a intérêt à dialoguer et négocier, qu elle le veuille ou non. Déjà à l heure actuelle, refuser la négociation, c est s exposer au risque que le médicament ne soit pas remboursé ; ce danger ne sera que plus grand dans le futur. L entreprise a donc tout intérêt à dialoguer avec le GT. 2. Dans son rapport d évaluation, la CRM se prononce sur les données probantes ; conformément aux modifications de l AR, elle devra à partir du 1 er juillet 2014 mentionner explicitement les incertitudes et motiver sa volonté d avoir recours à un contrat. De ce fait, il existe un risque que la CRM ne consacre guère de temps aux données cliniques supplémentaires et s attache plutôt à discuter de la nécessité d un contrat. Il n en reste pas moins qu elle devra spécifier quelles sont les questions auxquelles elle souhaite obtenir une réponse. Il peut s agir des questions suivantes : - Quel est le nombre de patients traités en Belgique? - Quel(s) médicament(s) recevaient-ils précédemment? - Quelle est la fréquence des effets secondaires, quels sont-ils et quels coûts supplémentaires ont-ils engendrés? - Quelle est la durée moyenne du traitement? - Chez combien de patients la dose a-t-elle été accrue/réduite? - Combien y a-t-il de répondeurs? 3 8

4 - Quelle est la co-médication? etc. Si la firme ne précise pas, au cours de la procédure auprès de la CRM, ce qu elle entend entreprendre pour apporter une réponse à ces questions, le GT formulera à son tour la même demande, ce qui provoquera des retards dans la discussion. Informez la CRM de ce que votre entreprise prévoit de faire pour apporter une réponse à ses questions. Il reste ensuite du ressort de la CRM d évaluer cette information. Dans la mesure où les procédures de la CRM seront également encadrées, dans le futur, par des experts externes possédant une connaissance de la pratique médicale, l entreprise a tout intérêt à fournir cette information afin que l expert externe puisse également se prononcer à ce sujet. Idéalement, ces arguments devraient être validés par la CRM lors de la clôture du rapport d évaluation définitif. Attention : plus aucun nouvel argument scientifique ne sera accepté après clôture du rapport d évaluation définitif. Le risque est grand que le GT n accepte plus les arguments et initiatives des entreprises s ils n ont pas été évalués par la CRM. Si le vote de la proposition provisoire se solde par un «non-avis», le rapport d évaluation définitif tel qu approuvé par la CRM servira de point de départ aux discussions du GT. Pour le rapport d évaluation provisoire, la CRM doit se prononcer sur les incertitudes cliniques majeures justifiant un remboursement temporaire. La firme peut y réagir et manifester ses intentions au plus tard dans sa réponse ou dans une audition faisant suite au rapport d évaluation provisoire, si cette information devait ne pas figurer dans la demande. Si la CRM devait ne pas se prononcer sur les modalités de remboursement et sur les réponses qui seront apportées par la firme pour étayer les données probantes cliniques, cette dernière devrait être accompagnée par un expert externe lors de la première réunion du groupe de travail. 3. Les trois quarts des contrats signés prévoient que la firme fournisse des données cliniques supplémentaires à la fin de la convention. Il s agit dans certains cas de données sollicitées par l EMA, dans d autres d un registre ou d une étude observationnelle à l échelon local. Le montant que la firme doit rembourser à l INAMI au cours du contrat n est toutefois pas déterminé uniquement par le degré d incertitude clinique et la valeur clinique de la spécialité, mais aussi par le risque budgétaire associé au remboursement. Dans certains cas, la compensation demandée est extrêmement élevée. Le GT estime que le coût du médicament au cours du contrat doit être le même qu après la fin de celui-ci, mais ce principe ne peut pas devenir la règle. La base de remboursement définitive doit être déterminée par les performances aussi bien budgétaires que cliniques du médicament au cours du contrat. 4 8

5 La fonction du contrat est d inscrire les médicaments qui répondent à un besoin médical et/ou thérapeutique à titre provisoire parce qu il existe à leur sujet des incertitudes cliniques et/ou budgétaires. Si ces incertitudes ont été levées à l issue de la période de validité du contrat, il n y a en principe plus aucune raison de refuser une inscription définitive. Le mécanisme de compensation du contrat et le montant des sommes remboursées ne sont pas les seuls indicateurs permettant de déterminer le coût du médicament lors de son inscription définitive. Les données cliniques doivent également être prises en considération. Seule une nouvelle évaluation réalisée par la CRM pour réexaminer les nouveaux éléments cliniques et budgétaires peut justifier une nouvelle recommandation. Lors de la conclusion d un contrat, il est impossible pour la firme de souscrire un engagement concernant l inscription définitive. Le partage des risques n est valable que dans le contexte d une inscription provisoire, et ne l est plus pour la période qui suit. 4. Le coût de l enregistrement de certaines données doit être pesé en fonction de la pertinence (attendue) des preuves supplémentaires qui en découleraient. Des études non interventionnelles ou registres sont demandés pour apporter une réponse à une question de recherche. Il arrive que la CRM formule une question de recherche et que la firme lance immédiatement une étude observationnelle prospective, parce qu elle interprète la question comme un besoin de recherche prospective répondant aux dispositions de la loi sur les expérimentations. Ces études sont chronophages, coûteuses et incluent souvent un nombre trop faible de patients. Il est fréquent que l étude ne soit pas encore terminée à la fin du contrat parce que sa mise sur pied et le recrutement des patients a pris du temps, et que les données issues de la pratique restent limitées ou inexistantes lors de l inscription définitive. Mieux vaut donc éviter les projets prospectifs locaux : l expérience nous enseigne en effet que, faute d un nombre de patients suffisant, ces programmes n apportent qu une contribution limitée à des conclusions pertinentes. Les études post-autorisation (PASS et/ou PAES) validées par le Comité pour l évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC) dans le cadre du plan de gestion des risques (RMP) représentent une alternative plus intéressante. Elles seront donc fournies au cours de la procédure de remboursement à la CRM, qui devrait les analyser et les valider. Plutôt qu une étude locale, favorisez un programme à l échelon européen pour collecter les informations relatives à l utilisation d un médicament. N optez pas trop rapidement pour une étude observationnelle pour répondre à une incertitude : préférez une simple collecte de données en enregistrant les informations nécessaires. La base de données ainsi constituée peut apporter des réponses aux incertitudes. Il s agira alors plutôt de recherches rétrospectives que prospectives. (Une recommandation est actuellement en préparation en collaboration avec l AFMPS pour faciliter la création de registres et rendre possible l inclusion d un nombre plus important de patients). 5 8

6 Assurez-vous que le GT prendra en compte les données et paramètres récoltés pour la réévaluation de la valeur/plus-value thérapeutique de votre médicament ; ce point devrait être repris de façon explicite dans le contrat. Le groupe de travail exige des garanties budgétaires, mais la firme aussi devrait en recevoir. 5. Lors d une demande de nouvelle indication, la CRM applique la pratique dite du 1/3-2/3. La baisse de prix exigée par la CRM repose sur deux hypothèses : - le chiffre d affaires qu aurait réalisé le médicament au cours des années suivantes sans la nouvelle indication ; - l évaluation budgétaire de la nouvelle indication. Ces deux éléments relèvent de suppositions souvent purement arbitraires. Il arrive régulièrement que la firme ne puisse pas accepter la baisse de prix proposée à la CRM, parce qu une telle diminution en Belgique aurait également un impact sur les prix pratiqués dans les pays voisins et provoquerait des problèmes à l échelon européen. S ajoute à cela que ces dernières années, le calcul ne se base plus sur le coût incrémentiel du remboursement, mais sur le chiffre d affaires supplémentaire total de la nouvelle indication, ce qui génère des baisses de prix plus importantes. Pour conserver son prix facial, la firme sollicite un contrat art. 81. En vue d obtenir une compensation encore plus importante, elle s entend alors déclarer par le GT que la pratique du 1/3-2/3 s applique au prix facial à l échelon de la CRM et n est «soudain» plus valable au niveau du GT. Nous recommandons une révision des critères utilisés pour une éventuelle adaptation du prix en cas de nouvelle indication. La CRM continue en effet, lorsqu elle formule sa proposition provisoire (PP), à appliquer la «pratique du 1/3-2/3» des Mutualités Chrétiennes. Nous ne sommes pas d accord avec cette pratique. Le secteur n est pas opposé à une adaptation de la base de remboursement en cas d élargissement à une nouvelle indication, mais bien à ce que cette pratique soit adaptée de façon systématique sans tenir compte : - de la plus-value clinique de la nouvelle indication et de son évidence ; - de l ampleur du développement clinique ; - de la nécessité médicale pour le patient ; - de la date du premier remboursement ; - de l impact budgétaire de la nouvelle indication. Face à une PP où la CRM applique cette règle, nous suggérons donc de formuler une contre-proposition et de tenir compte des paramètres mentionnés ci-dessus. La firme peut également décider de ne rien concéder en réponse à la PP et de communiquer proactivement le mécanisme de compensation d un contrat à la CRM. Ceci permettra à tous les membres de la CRM d être au fait des modalités du futur contrat. 6 8

7 6. Dans le cadre d un contrat pour le remboursement d une nouvelle indication, le chiffre d affaires de cette dernière vient s ajouter à celui de la ou des indication(s) déjà remboursée(s). Il n est pas évident pour une entreprise de suivre le chiffre d affaires par indication, mais c est néanmoins nécessaire pour pouvoir appliquer un mécanisme de compensation s appliquant uniquement au chiffre d affaires de la nouvelle indication. Dans la mesure où le remboursement de chaque indication fait l objet d un paragraphe distinct, les mutualités peuvent suivre le nombre de patients pour chacune par le biais du formulaire utilisé pour le contrôle a priori. Dans un avenir proche, ce suivi devrait être facilité encore davantage par l informatisation des demandes de remboursement via «my carenet». Les organismes assureurs commencent petit à petit à apporter leur collaboration au suivi des ventes par indication. Le mécanisme de compensation est calculé non pas sur la base d un chiffre d affaires hypothétique établi au préalable, mais sur le chiffre d affaires effectivement réalisé. Le contrat doit donc spécifier clairement de quelle manière est évalué le chiffre d affaires remboursé réalisé. Demandez pour cela la collaboration des mutuelles. 7. Il arrive qu une firme ait déjà lancé un programme d usage compassionnel (Compassionate Use, CU) ou un programme médical d urgence (Medical Need Programme, MNP) avant la demande de remboursement. Dans le cadre de ces programmes aux critères d inclusion bien spécifiques, la firme a mis gratuitement son médicament à la disposition des patients, et ce bien souvent jusqu au moment où le remboursement est obtenu. Ceci représente un coût pour l entreprise mais ne constitue pas une économie pour l INAMI, puisqu aucun remboursement n était encore prévu. La firme a pris un risque en lançant un tel programme, puisqu elle n a aucune assurance que son produit accèdera un jour au remboursement. En outre, si le remboursement devait ne pas inclure l ensemble des patients du programme CU/MNP, elle devrait continuer à offrir le traitement aux autres. On tient trop peu compte à l heure actuelle du coût de tels programmes. Les organismes assureurs et l INAMI n acceptent pas qu il soit calculé sur la base du prix ex-usine, puisque l entreprise n achète pas le médicament à ce prix. Le mécanisme compensatoire du contrat doit prendre en compte le coût d un éventuel programme CU/MNP supporté par la firme avant et pendant la procédure de remboursement. Le coût du médicament peut être valorisé en fonction de celui de l alternative thérapeutique si celle-ci existe, ou dans le cas contraire sur la base de 60 % du prix ex-usine, ce qui correspond à l intervention du Fonds Spécial de Solidarité. 8. Un contrat art. 81 responsabilise la firme en fonction de l impact budgétaire qu elle a elle-même avancé. Elle aura donc tout intérêt, dans sa demande de remboursement, à surestimer le budget plutôt qu à le sous-estimer. Si le nombre de patients reste incertain au moment de l inscription, le GT voudra introduire un 7 8

8 plafond absolu. Ce principe peut se comprendre pour autant que les modalités accordées soient aussi celles de la firme. Si la CRM applique d autres modalités, elle doit adapter le budget en conséquence ; dans ce cas de figure, le budget initialement avancé ne pourra pas être pris comme plafond absolu. 9. L art. 85 de l AR stipule que, au cours de l année qui suit la convention et au cours de laquelle la CRM évalue l inscription définitive, les modalités qui s appliquent sont celles de la dernière année du contrat. Ceci peut être dangereux si le médicament est encore en phase de croissance : si la firme doit rembourser un pourcentage en cas de dépassement d un certain plafond, il n est désormais plus possible de définir un nouveau plafond pour cette année supplémentaire. Le contrat porte sur 3 ans maximum, mais dans la mesure où les modalités financières au cours de l année de transition sont celles de la dernière année du contrat, la firme s engage pour 4 ans. Examinez attentivement l impact financier de la 3 e année du contrat et discutez des modalités de l année de transition. 10. Les mécanismes compensatoires prévus dans les contrats sont : - soit un remboursement à partir du premier conditionnement vendu ; - soit un remboursement à partir d un certain chiffre d affaires (système par tranches) ; - soit un plafond absolu avec remboursement des éventuels dépassements ; - soit une combinaison de ces différentes possibilités. Lorsqu il existe un fort degré d incertitude d un point de vue clinique (taux de réponse, % de rémissions, dose utilisée, fréquence des arrêts de traitement, fréquence des effets secondaires, etc.), la base de remboursement sera fréquemment revue à la baisse. On remboursera alors la différence entre le prix facial et le prix effectif, déterminée par le degré d incertitude clinique. Lorsque l incertitude n est pas clinique mais uniquement budgétaire (part de marché, nombre de patients, absence de données d incidence ou de prévalence, etc.), on introduira un plafond absolu avec remboursement intégral de l éventuel dépassement. La firme formule un mécanisme de compensation adapté en fonction de la nature de l incertitude, qui doit être stipulée et motivée par la CRM. La firme n accepte un cumul des deux compensations que lorsqu il existe des incertitudes aussi bien cliniques que budgétaires. Un remboursement intégral du chiffre d affaires au-delà d un plafond absolu n est pas acceptable, car tous les patients retirent un bénéfice du traitement remboursé ; 80 % devrait donc être un maximum. 8 8

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande La Sécurité sociale veut être certaine que vous bénéficiez bien des

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres

Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres Explication du Fonctionnement du Crédit de Titres 2 BinckBank S.A. Succursale belge Quellinstraat 22 à 2018 Anvers TVA BE 0842.123.910 RPM Anvers Siège social BinckBank S.A. Barbara Strozzilaan 310-1083

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres

Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres Informations Européennes normalisées en matière de Crédit de Titres 2 1. Identité et coordonnées du prêteur Prêteur Adresse Numéro de téléphone Adresse électronique Adresse internet BinckBank S.A. Siège

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMISSION DE REGULATION DE L'ENERGIE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE AVIS (BRUGEL-AVIS-2011-109) relatif aux clients protégés ne répondant plus aux conditions d'application initiales. Etabli en application

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS Charte Régionale PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE.

C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE. Bénéficiaire / Auditeur. Convention Bénéficiaire / Auditeur» AUDIT ENERGETIQUE. C O N V E N T I O N D AUDIT ENERGETIQUE Bénéficiaire / Auditeur Convention Bénéficiaire / Auditeur» S O M M A I R E Page Article 1. OBJET DE LA CONVENTION...3 Article 2. DOCUMENTS CONTRACTUELS.3 Article

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité Lettre-circulaire aux maisons médicales qui ont adhéré au système du paiement forfaitaire de certaines prestations SERVICE DES SOINS DE SANTE

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Transfert des compétences : Note explicative

Transfert des compétences : Note explicative Transfert des compétences : Note explicative I. Contexte : Dans le cadre de la 6 ème réforme de l Etat, et plus particulièrement dans le cadre du transfert des compétences en matière de santé, le secteur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2015-70

Décision de télécom CRTC 2015-70 Décision de télécom CRTC 2015-70 Version PDF Ottawa, le 27 février 2015 Numéros de dossiers : 8661-B54-201408930 Avis de modification tarifaire 495 et 496 de Bell Aliant Avis de modification tarifaire

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

Assurance maladies graves. Second souffle simplifié 6 maladies et chirurgies couvertes

Assurance maladies graves. Second souffle simplifié 6 maladies et chirurgies couvertes Assurance maladies graves Second souffle simplifié 6 maladies et chirurgies couvertes Second souffle simplifié Donnez-vous les moyens de payer les dépenses supplémentaires liées à une maladie grave Un

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) Le président DECISION N ADM-04-10 REV DU PRESIDENT DE L OFFICE du 29 mars 2012 relative au télétravail LE PRESIDENT DE L

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ;

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES ; DECISION N 003/13/ARMP/CRD DU 09 JANVIER 2013 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA DEMANDE SPECIALE D AUGMENTATION DU TAUX DE BAISSE DU MONTANT D UN MARCHE DANS LE

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux

CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux CHARTE DE LA MEDIATION VLS France JCDecaux 1. Définition de la médiation institutionnelle La médiation institutionnelle est un processus structuré par lequel des consommateurs tentent, en dehors de leur

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail