PLACE ACTUELLE DES HYDROXYETHYLAMIDONS DANS LA PÉRIODE ANESTHÉSIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLACE ACTUELLE DES HYDROXYETHYLAMIDONS DANS LA PÉRIODE ANESTHÉSIQUE"

Transcription

1 Place actuelle des hydroxyéthylamidons dans la période anesthésique - D. PERRET, S. MOLLIEX, C. AUBOYER PLACE ACTUELLE DES HYDROXYETHYLAMIDONS DANS LA PÉRIODE ANESTHÉSIQUE D.PERRET, S.MOLLIEX, C.AUBOYER. D.A.R. Hopital nord St.-Etienne cedex Depuis la mise sur le marchž en France (1991) des hydroxyéthylamidons de bas poids moléculaire (HEA de BPM), ces solutions collo dales occupent une place croissante dans la stratžgie de traitement des hypovolžmies au bloc opžratoire comme en ržanimation. Ces collo des synthžtiques ont initialement ŽtŽ commercialisžs au USA en 1966 sous forme dõhydroxyžthylamidons de haut poids molžculaire (HEA de HPM) : PMp = Da, mais leur utilisation intensive a džvoilž de nombreux effets secondaires : altžration de la coagulation, accumulation dans le syst me ržticulo-endothžlial, accidents allergiques. A partir de 1985, la prise en compte des risques associžs ˆ la transfusion sanguine a fait rechercher un substitut de remplissage efficace, sans risque viral, pour la compensation des pertes sanguines pžriopžratoires. LÕAlbumine Humaine a occupž cette place transitoirement de par ses proprižtžs dõexpansion volžmique, sa tr s grande innocuitž, mais un cožt ŽlevŽ Les solutions dõhea de BPM se sont rapidement imposžes face aux autres substituts collo daux, puis ˆ lõalbumine et concurrencent m me les cristallo des. Nous essaierons de ržpondre ˆ trois questions pour justifier ce choix actuel : - Quels sont les ÇplusÈ pharmacologiques des HEA de BPM? - Ont-ils fait la preuve de leur efficacitž ou supžrioritž clinique? - Ont-ils fait la preuve de leur innocuitž? 1/ QUELS SONT LES «PLUS» PHARMACOLOGIQUES DES HEA de BPM : Les HEA BPM sont obtenus apr s modification dõun polym re de glucose naturel extrait du ma s : l amylopectine. Cette molžcule est rapidement hydrolysže in vivo par les alpha-amylases plasmatiques, lõhydroxyžthylation du glucose ralentit cette hydrolyse. Comme tous les substituts collo daux, les solutions dõhea sont des solutions polydispersžes constitužes de molžcules de poids tr s variable alors que lõalbumine Humaine est une solution de protžines de poids molžculaire constant : Da. Deux param tres permettent de džterminer les proprižtžs dõexpansion volžmique des HEA BPM : - Leur taux de substitution molaire : rapport molaire des molžcules de glucose et des radicaux hydroxyžthyl. Il varie entre 0,45 ˆ 0,62 pour les HEA BPM et džtermine lõexcržtion urinaire durant les 24 premi res heures, donc la demi-vie plasmatique ; les solutions ˆ faible ratio (0,45) auront lõžlimination la plus rapide. (1) - Leur poids moyen molžculaire en nombre (PMn) : ce param tre refl te le nombre de molžcules ÇmoyennesÈ dans la solution qui gžn rent la pression collo do-osmotique. Ces moyennes molžcules ont une Žlimination urinaire lente, de 6 ˆ 48H selon le taux de substitution molaire et leur nombre est maintenu par lõhydrolyse 71

2 Textes des Communications partielle des grosses molžcules ce qui rendrait compte de lõeffet pharmacodynamique prolongž des HEA de BPM. Ces solutions sont iso ou hyperoncotiques. La pression oncotique plasmatique moyenne est de 25 ˆ 30 mmhg, gžnžrže essentiellement (75%) par lõalbumine. Une Žtude Scandinave (26) mesure une pression oncotique de 80 mm Hg pour le LOMOL*, 34 mm Hg pour lõhesteril*, contre 13 et 190 mm Hg pour les solutions dõalbumine ˆ 4% et 20 %. On pourra donc attendre des HEA de BPM : - Un pouvoir dõexpansion volžmique Žgal ou supžrieur au volume perfusž - Un effet prolongž par maintien de la pression oncotique sur 8 ˆ 24 H HEA BPM disponibles en France : - LÕELOHES*: PMp : ; PMn : ; TX de Sub. Mol. : 0,62 ; concentration 6% 1/2 vie dõžlimination moyenne : 7 heures - Le LOMOL* : PMp : ; PMn : ; TX de Sub. Mol. : 0,45 ; concentration : 10% ; 1/2 vie dõžlimination moyenne : 3 heures - LÕHESTERIL* : PMp : ; PMn : ; TX de Sub. Mol. : 0,50 ; concentration 6% ; 1/2 vie dõžlimination moyenne : 4 heures 2/ ONT-ILS FAIT LA PREUVE DE LEUR EFFICACITÉ OU SUPÉRIORITÉ CLINIQUE? LÕexpansion volžmique ržalisže par une solution collo dale et sa durže sont appržcižes par les variations de volume sanguin total et lõžvolution de la pression oncotique pour un volume perfusž donnž. LÕhŽmodilution normovolžmque intentionnelle (HDN) pržopžratoire repržsente une situation intžressante pour comparer deux solutions dõexpanseur volžmique : en effet, les conditions de normovolžmie initiale des patients, lõalbuminžmie basse, la vitesse dõinjection des produits seront similaires dans chaque groupe. Baron mesure un m me volume sanguin total 30 minutes apr s hžmodilution avec ELOHES* et Albumine 4%. La pression oncotique est maintenue de la m me fa on par une solution dõhea de BPM ou dõalbumine durant les 24 premi res heures suivant la perfusion (9, 17, 21, 22) mais il existe une baisse marquže de la concentration protidique et de lõhžmatocrite ˆ la troisi me heure dans le groupe HEA de BPM tžmoignant dõun plus fort pouvoir dõexpansion volžmique et dõune hžmodilution supžrieure. Apr s perfusion de 500 ml dõelohes* dans des conditions de normovolžmie, lõexpansion volžmique ržalisže est de 700 ml ˆ la troisi me heure, lõeffet est stable pendant 6 heures, suivie dõune lente džcroissance sur 24H (1). Lorsque on Žvalue les param tres macrocirculatoires (PAM, PVC, PAPO, IC, TaO2 ), LOMOL* et lõalbumine 5% ržalisent la m me amžlioration hžmodynamique en chirurgie cardiaque, chez les bržlžs et lors de chocs septiques (17, 21, 28). la TaO2 nõappara t pas diminuže par lõhžmodilution qui abaisse lõhžmatocrite, mais augmente significativement lõic. Au delˆ dõune heure par contre, les PVC et PAPO sont supžrieures pour lõhea BPM, tžmoignant dõune expansion volžmique supžrieure ˆ celle de lõalbumine 5%. Lors dõune hžmodilution pržopžratoire en chirurgie aortique et orthopždique (2, 22) la m me stabilitž hžmodynamique est obtenue avec un moindre volume dõelohes* que dõalbumine 4%. Le pouvoir dõexpansion volžmique de cette classe de produit apparait donc equivalent ˆ celui de lõalbumine humaine isooncotique immediatement apržs la perfusion, mais lõexpansion est supžrieure avec un HEA de BPM vers la troisi me heure, la durže dõaction des deux solutions semble similaire. 72

3 Place actuelle des hydroxyéthylamidons dans la période anesthésique - D. PERRET, S. MOLLIEX, C. AUBOYER Lorsque les HEA de BPM sont comparžs ˆ une solution de cristallo des lors du choc hžmorragique ou en chirurgie cardiaque (5, 11, 23) lõefficacitž de lõexpansion volžmique sõav re naturellement supžrieure et plus prolongže avec les HEA de BPM. Cependant lorsque on Žtudie lõeffet du maintien de la pression oncotique dans le but de limiter lõeau extravasculaire pulmonaire, le bžnžfice parait nžgligeable entre cristallo de et collo de (6, 7, 27). Le contr le strict de la pression hydrostatique ou PAPO semble le seul ŽlŽment džterminant. Les solutions dõhea de BPM ont ŽtŽ comparžes aux cristallo des avant anesthžsie rachidienne en chirurgie orthopždique, gžnžrale ou obstžtricale (14, 18, 13, 19) : la preuve dõune pržvention supžrieure des Žpisodes dõhypotension avec les HEA de BPM nõest pas encore apportže. 3/ QUELLES PREUVES A-T-ON DE LEUR INNOCUITÉ? - Effets sur l hémostase? Les effets secondaires les plus documentžs portent sur lõaltžration de lõhžmostase. Avec les HEA de HPM sont apparu des syndromes ÇVon Willebrand likeè avec diminution de tous les constituants du facteur VIII et activation partielle de la fibrinolyse. Ces altžrations ne sont pas expliqužes par lõhžmodilution et ont pu tre associžes ˆ des syndromes hžmorragiques accidentels voire ˆ une majoration des pertes sanguines postopžratoires (4, 24, 25). Cet effet propre des HEA de HPM semble similaire ˆ celui des DEXTRANS. Chez des volontaires sains, lors de plasmaphžr ses ou lors dõhžmodilution pržopžratoire (12, 22, 25) les HEA de BPM nõentrainent pas plus dõeffet sur les protžines de la coagulation et le saignement pžriopžratoire quõune hžmodilution Žquivalente ˆ lõalbumine. En chirurgie cardiaque, lõutilisation des HEA de BPM dans les solutions de ÇprimingÈ ou dans le remplissage postopžratoire parait aussi fiable que lõalbumine, sans majorer le saignement ni altžrer spžcifiquement lõhžmostase (4, 5, 17). La posologie limite autorisže actuellement est de 33 ml/kg. - Effets sur la fonction rénale? A notre connaissance il nõa jamais ŽtŽ rapportž dõinsuffisance ržnale aigÿe apr s utilisation des HEA, seul les DEXTRANS ont une toxicitž bien džmontrže. Des cas de nžphrose osmotique sur biopsie ržnale ont ŽtŽ rapportžs avec les HEA de HPM et de BPM (16), en fait ces lžsions se rencontrent avec toutes les solutions collo dales et ne semblent pas sõaccompagner dõaltžration de la fonction ržnale. LÕusage des HEA dans la ržanimation des donneurs dõorganes ne doit donc pas tre prohibže, m me en vue dõun pržl vement de rein (8). -Risque allergique? Peu de cas de ržactions allergiques sžv res ont ŽtŽ rapportžs avec les HEA de HPM (3, 20). Le recul est encore plus faible avec les HEA de BPM, mais lõenqu te prospective conduite en France par Laxenaire (15) confirme une incidence minimum pour les HEA de BPM : 0,058%, suivi dans lõordre dõun risque croissant par les solutions dõalbumine : 0,099%, les DEXTRANS : 0,273% et les gžlatines fluides modifižes (GFM) : 0,345%. 73

4 Textes des Communications CONCLUSION : - Les HEA de BPM sont donc des solutions collo dales synthžtiques les plus proches de lõalbumine humaine et les plus sžres actuellement. - Leurs proprižtžs en font les collo des de ržfžrence pour la ržalisation de lõhdn pržopžratoire. - En tant que solutions dõexpansion volžmique leur usage se justifie au bloc opžratoire dans toutes les situations dõhypovolžmie sžv res nžcessitant le ržtablissement rapide de la volžmie ; dans le choc hžmorragique, ils seront associžs aux cristallo des avant de recourir aux produits sanguins labiles. - Dans toutes les situations ou la gravitž est moindre les cristallo des gardent leur place en premi re intention, mais la compensation des pertes sanguines pžriopžratoires bžnžficie de produits ˆ longue durže dõaction comme les HEA de BPM jusquõau posologies limites de 33 ml/kg, permettant de maintenir aux mieux la normovolžmie pendant les 24 premi res heures. - Leur usage dans la prophylaxie des hypovolžmies relatives induites par les anesthžsies rachidiennes reste ˆ Žvaluer puisque leur supžrioritž sur les cristallo des nõest pas clairement džmontrže. - Leur usage en obstžtrique reste proscrit, la nžcessitž de recourir ˆ un collo de fera choisir lõalbumine Humaine. - LÕutilisation chez lõenfant est en cours dõžvaluation en chirurgie cardiaque. La place des nouvelles solutions dõhea de BPM de plus courte durže dõaction (HESTERIL*) reste ˆ Žvaluer alors quõun des intžr ts thžrapeutiques majeur des premiers HEA (ELOHES*, LOMOL*) ržside dans la durže de leur pouvoir dõexpansion volžmique. 74

5 Place actuelle des hydroxyéthylamidons dans la période anesthésique - D. PERRET, S. MOLLIEX, C. AUBOYER REFERENCES 1 BARON J.F. PHARMACOLOGIE DES HYDROXYETHYLAMIDONS DE BAS POIDS MOLECULAIRE Ann Fr Anesth RŽanim , 11 : BARON J.F., DE KEGEL D., PROST A.C., MUNDLER O., ARTHAUD M., BASSET G., MAISTRE G., MASSON F., CARAYON A., LANDAULT C., BARRE E., VIARS P. LOW MOLECULAR WEIGHT HYDROXYETHYL STARCH 6 % COMPARED TO ALBUMIN 4 % DURING INTENTIONAL HEMODILUTION Intensive Care Med , 17 : BOILEAU S., CHARPENTIER C., LAXENAIRE M.C. EFFET SECONDAIRES DES COLLOIDES : REACTIONS IMMUNOALLERGIQUES Expansion VolŽmique Plasmatique , BOLDT J., KNOTHE C., ZICKMANN B., ANDRES P., DAPPER F., HEMPELMANN G. INFLUENCE OF DIFFERENT INTRAVASCULAR VOLUME THERAPIES ON PLATELET FUNCTION IN PATIENTS UNDERGOING CARDIOPULMONARY BYPASS Anesth Analg , 76 : BOLDT J., ZICKMANN B., BALLESTEROS B.M., STERTMANN F., HEMPELMANN G. INFLUENCE OF FIVE DIFFERENT PRIMING SOLUTIONS ON PLATELET FUNCTION IN PATIENTS UNDERGOING CARDIAC SURGERY Anesth Analg , 74 : BOLDT J., BORMANN B.V., KLING D., SCHELD H., HEMPELMANN G. INFLUENCE OF ACUTE NOMOVOLEMIC HEMODILUATION ON EXTRAVASCULAR LUNG WATER IN CARDIAC SURGERY Critical Care Medecine , 16 : CHOIX DES PRODUITS DE REMPLISSAGE VASCULAIRE POUR LE TRAITEMENT DES HYPOVOLEMIES DE L ADULTE. IVe CONFERENCE DE CONSENSUS. Soins Int. Med. Urg , 5 : CORONEL B., LAURENT V., MERCATELLO A., BRET M., COLON S;, COLPART J.J., MOSKOVTCHENKO J.F. LÕHYDROXYETHYLAMIDON PEUT-IL ETRE UTILISE LORS DE LA REANIMATION DES SUJETS EN ETAT DE MORT CEREBRALE POUR DON DÕORGANE? Ann Fr Anesth RŽanim ,13 : DEWACHTER P., LAXENAIRE M.C., DONNER M., KURTZ M., STOLTZ J.F. EFFETS RHEOLOGIQUES IN VIVO DES SUBSTITUTS PLASMATIQUES Ann Fr. Anesth. RŽanim , 11 : GUIDET B., MAURY E., OFFENSTADT G. ELEMENTS DU CHOIX DÕUN PRODUIT DE REMPLISSAGE VASCULAIRE EN REANIMATION RŽan.Urg , 4, 3 : HANKELN K., RADEL C., BEEZ M., LANIEWSKI P., BOHMERT F. COMPARISON OF HYDROXYLETHYL STARCH AND LACTATED RINGERÕS SOLUTION ON EMODYNAMICS AND OXYGEN TRANSPORT OF CRITICALLY ILL PATIENTS IN ROSPECTIVE CROSSOVER STUDIES Critical Care Medicine , 17, 2 : KAPIOTIS S., QUEHENBERGER P., EICHLER H.G., SCHWARZINGER I., PARTAN C., CHNEIDER B., LECHNER K., SPEISER W. EFFECT OF HYDROXYETHYL STARCH ON THE ACTIVITY OF BLOOD COAGULATION AND FIBRINOLYSE IN HELTHY VOLUNTEERS : COMPARISON WITH ALBUMIN Critical Care Medicine , 22, 4 : KARINEN J., RÄSÄNEN J., PAAVILAINEN T., ALAHUHTA S., JOUPPILA R., JOUPPILA P. UTEROPLACENTAL AND FETAL HAEMODINAMICS AND CARDIAC FUNCTION OF THE FETUS AND NEWBORN AFTER CRYSTALLOID AND COLLOID PRELOADING FOR EXTRADURAL CAESAREAN SECTION ANESTHESIA British Journal of Anesthesia , 73 : KOSKI E., TUPPURAINEN T., MATTILA M., GORDIN A., SALO H. HYDROXYETHYL STARCHES, DEXTRAN AND BALANCED SALT SOLUTION IN CORRECTION OF HYPOTENSION DURING EPIDURAL ANAESTHESIA Acta Anaesthesiol Scand , 28 : LAXENAIRE M.C., CHAPENTIER C., FELDMAN L. REACTIONS ANAPHYLACTOìDES AUX SUBSTITUTS COLLOìDAUX DU PLASMA : INCIDENCE, FACTEURS DE RISQUE, MECANISMES. Ann. Fr. Anesth. RŽanim , 13 : LEGENDRE C.H., THERVET E., PAGE B., PERCHERON A., NOEL L.H., KREIS H. HYDROXYETHYL STARCH AND OSMOTIC-NEPHROSIS-LIKE LESIONS IN KIDNEY TRANSPLANTATION. Lancet , 342 : LONDON M.J., FRANKS M., VERRIER E.D., MERRICK S.H., LEVIN J., MANGANO D.T. THE SAFETY AND EFFICAY OF TEN PERCENT PENTASTARCH AS A CARDIOPULMONARY BYPASS PRIMING SOLUTION J. of Thoracic and Cardiovasc. Surgery , 104, 2 :

6 Textes des Communications 18 MOTSCH J., GEIGER K. THE EFFECT OF 6 % (40/0,5) HYDROXYETHYL STARCH AND RINGERÕS LACTATE ON BLOOD COAGULATION, LABORATORY PARAMETERS AND CIRCULATION DURING PERIDURAL, ANAESTHESIE Reg Anaesth , 34, 1 : MURRAY A.M., MORGAN M., WHITWAM J.G. CRYSTALLOID VERSUS COLLOID FOR CIRCULARORY PRELOAD FOR EPIDURAL CAESAREAN SECTION. Anaesthesia, , 44, 6 : PORTER S.S., GOLDBERG R.J. INTRAOPERATIVE ALLERGIC REACTIONS TO HYDROXYETHYL STARCH : A REPORT OF TWO CASES. Can Anaesth. Soc. J , 33, 3 : RACKOW E.C., MECHER C., ASTIZ M.E., GRIFFEL M., FALK J.L., WEILM H. EFFECTS OF PENTA STARCH AND ALBUMIN INFUSION ON CARDIORESPIRATORY FUNCTION AND COAGULATION IN PATIENTS WITH SEVERE SEPSIS AND SYSTEMIC HYPOPERFUSION. Critical Care Medicine , 17,5 : ROSENCHER N., VASSILIEF N., GUIGONIS V., TOULON P., CONSEILLER C. COMPARAISON DES EFFETS DE LÕELOHES* ET DE LÕALBUMINE SUR LÕHEMOSTASE EN CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE. Ann. Fr. Anesth. RŽanim , 11 : SADE R.M., STROUD M.R., CRAWFORD F.A., KRATZ J.M., DEARING J.P., BARTLES D.M. A PROSPECTIVE RANDOMIZED STUDY OF HYDROXYETHYL STARCH, ALBUMIN, AND LACTATED RINGERÕS SOLUTION AS PRIMING FLUID FOR CARDIOPULMONARY BYPASS. J Thorac Cardiovasc Surg , 89 : SANFELIPPO M.J., SUBERVIOLA P.D., GEIMER N.F. DEVELOPMENT OF A VON WILLEBRAND-LIKE SYNDROME AFTER PROLONGED USE OF HYDROXYETHYL STARCH A.J.C.P , 88, 5 : STRAUSS R.G., STANFIELD C., HENRIKSEN R.A., VILLHAUER P.J. PENTASTARCH MAY CAUSE FEWER EFFECTS ON COAGULATION THAN HETASTARCH Transfusion , 28 : TONNESSEN T., TOLLOSFRUD S., KONGSGAARD U.E., NODDELAND H. COLLOID OSMOTIC PRESSURE OF PLASMA REPLACEMENT FLUIDS. Acta Anaesthesiol Scand , 37 : VELANOVITCH V. CRYSTALLOID VERSUS COLLOID FLUID RESUSCITATION : A META-ANALYS OF MORTALITY. Surgery , 105, 1 : WAXMAN K., HOLNESS R., TOMINAGA G., CHELA P., GRIMES J. HEMODYNAMIC AND OXYGEN TRANSPORT EFFECTS OF PENTASTARCH IN BURN RESUSCITATION Anne Surg , 209, 3 :

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail

Référentiel de compétences du perfusionniste. Document de travail Référentiel de compétences du perfusionniste 1 Document de travail Élaboré par : La Société Française de Perfusion La Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardiovasculaire La Société Française

Plus en détail

Solutés de remplissage : questions / réponses

Solutés de remplissage : questions / réponses Solutés de remplissage : questions / réponses Benoit Tavernier Pôle d'anesthésie réanimation Hôpital Roger Salengro CHU de Lille Conflits d'intérêt : Fresenius-Kabi, B-Braun, LFB, Masimo Colloids vs. crystalloids:

Plus en détail

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang

Choc Hémorragique. - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang Choc Hémorragique - Quels objectifs tensionnels? - Indications des produits sanguins et dérivés du sang DESC Réanimation Médicale 13/03/08 J.Rousset et D.Salvan Toulouse Situation fréquente et grave 1

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois

Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois Physiopathologie du choc hémorragique Anatole Harrois Département d anesthésie-réanimation Hôpital de Bicêtre Le Kremlin Bicêtre Introduction Spoliation sanguine Baisse l apport tissulaire en oxygène Inadéquation

Plus en détail

Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort.

Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort. Procès du HES 130/0.4 pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort. Jean- Sébas;en Lebon, M.D., F.R.C.P.C., B Pharm Assistant professeur Département d anesthésiologie Directeur du programme

Plus en détail

Mélissa Ouellette R4 Anesthésiologie UDEM Vendredi 4 avril 2014

Mélissa Ouellette R4 Anesthésiologie UDEM Vendredi 4 avril 2014 Mélissa Ouellette R4 Anesthésiologie UDEM Vendredi 4 avril 2014 PLAN Introduction Objectifs de l étude Méthode Résultats Conclusion Introduction Introduction Phényléphrine Activité α adrénergique prédominante

Plus en détail

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 http://www.infectiologie.org.tn Access to Subspecialty Care for Patients With Mobility Impairment: A Survey T. Lagu et al. Ann Intern

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique

Infiltration cicatricielle continue. Chirurgie gynécologique Strasbourg 13-15 Octobre 2009 Infiltration cicatricielle continue Chirurgie gynécologique 9CD502-Oct 2009 1/39 Agenda Historique Principes Bénéfices Cas particulier de la chirurgie gynécologique Césarienne

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA 1 CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CONTEXTE Le Comité consultatif

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique

Prise en charge thérapeutique 7èmes Journées des Jeunes Hématologues Francophones 9-11 Septembre 2005, Avignon Microangiopathies thrombotiques Prise en charge thérapeutique Alexandre HERTIG Urgences néphrologiques & Transplantation

Plus en détail

Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur

Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur Docteur Eric DEFLANDRE Anesthésiste-Réanimateur Contacts eric.deflandre@gmail.com Diplômes : Docteur en médecine, chirurgie et accouchements ULg - 2002 Diplômes complémentaires spécialisation Diplôme de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 3 septembre 2008 OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant pour solution injectable, 500 UI par flacon de 5 ml Boîte de 1 (CIP : 563 414-6) OCTAFIX 100 UI/ml, poudre et solvant

Plus en détail

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE CARNET de FORMATION EN CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE Recommandations de la Société Française de Perfusion NOM : Prénom : 1 Comité rédactionnel 3 Comité de Lecture et de validation 3 Préambule 4 Préambule

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

PHYSIONEAL PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE PHYSIONEAL AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 juin 2004 PHYSIONEAL 35 GLUCOSE 1,36%, solution pour

Plus en détail

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct.

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. 2012 L hôpital de PAU Environ 700 lits Diverses spécialités : médecine différentes

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

Modalités d'utilisation des

Modalités d'utilisation des Modalités d'utilisation des inotropes et des drogues vasoactives. Dr Daniel Pic. Urgences Médicochirurgicales Adultes. Pr J. Schmidt. CHRU Clermont-Fd. Le traitement du choc : Principaux axes thérapeutiques

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010 Objectifs thérapeutiques de l évaluation hémodynamique h dans le sepsis Surviving Sepsis Campaign 2008 Initial resuscitation (First 6 hours) Recommandations

Plus en détail

Sommaire. Fiches techniques Heredis Mac. Cliquez sur le pour accžder directement ˆ la fiche qui vous intžresse. Importer un fichier Gedcom

Sommaire. Fiches techniques Heredis Mac. Cliquez sur le pour accžder directement ˆ la fiche qui vous intžresse. Importer un fichier Gedcom Sommaire Fiches techniques Heredis Mac Importer un fichier Gedcom Exporter au format Heredis Exporter au format Gedcom Exporter au format HTLM (Internet) Exporter sous dõautres formats GŽrer les liens

Plus en détail

EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO

EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO Hémodynamique et monitorage en réanimation 347 EVALUATION HEMODYNAMIQUE PAR LE MONITEUR PICCO F. Michard, C. Richard, J-L. Teboul. Réanimation Médicale, CHU de Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, 94275

Plus en détail

SpHb. Hémoglobine totale. Non invasif > Continu

SpHb. Hémoglobine totale. Non invasif > Continu Solutions Hémoglobine totale Non invasif > Continu L'hémoglobine totale ( ) est une mesure révolutionnaire qui permet aux cliniciens de surveiller de manière non invasive et continue le taux d'hémoglobine

Plus en détail

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE Gette S., Audibert G., Charpentier C., Schneider T., Tinard X., Viry-Babel F., Mertes PM. Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Central, Nancy ; DRASS de

Plus en détail

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

Remerciements. Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Remerciements Dr Philippe Mahiou Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Conflit d intérêt NORDIC- Pharma : prise en charge de la présentation et de l organisation de la réunion. Introduction 40 % des ALR

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation

Plus en détail

et ˆ la Technologie du QuŽbec

et ˆ la Technologie du QuŽbec Rapport pržsentž au Ministre džlžguž ˆ la Recherche, ˆ la Science et ˆ la Technologie du QuŽbec RAPPORT Ð Juin 2001 THƒRAPIE DU SIGNAL PULSƒ ET TRAITEMENT PrŽparŽ parê: (AƒTMIS 01-2 RF) DE LÕOSTƒOARTHRITE

Plus en détail

2011: Quelles contre-indications à la laparoscopie chez le sujet âgé? Point de vue de l anesthésiste. 13 octobre 2011

2011: Quelles contre-indications à la laparoscopie chez le sujet âgé? Point de vue de l anesthésiste. 13 octobre 2011 Prise en charge médico-chirurgicale des patients âgés 2 ème journée scientifique 2011: Quelles contre-indications à la laparoscopie chez le sujet âgé? Point de vue de l anesthésiste 13 octobre 2011 E.

Plus en détail

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Dominique VAN DEYNSE Coordinateur Principal Centre de Transplantation UCL Préambule Chaque hôpital est un hôpital donneur 7 Centres de

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

Mesure non invasive du débit cardiaque

Mesure non invasive du débit cardiaque Mesure non invasive du débit cardiaque Pr. Jean-Luc Fellahi fellahi-jl@chu-caen.fr Pôle Réanimations Anesthésie SAMU/SMUR, CHU de Caen, France UFR de Médecine, EA 4650, UCBN, France Déclara'on de conflits

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012

Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Choc hémorragique Tous dans le même panier? Denis Bouchard, Inf Septembre, 2012 Stats 1/3 des traumas majeurs sont coagulopathes dès leur arrivée à l urgence Trauma 1 e cause de décès chez moins de 40

Plus en détail

La formation aux ržseaux de tžlžcommunication dans une Žcole de bibliothžcaires

La formation aux ržseaux de tžlžcommunication dans une Žcole de bibliothžcaires La formation aux réseaux de télécommunication dans une école de bibliothécaires Richard BouchŽ Professeur ˆ l'enssib ENSSIB - Villeurbanne 1. Introduction - Présentation de l ENSSIB LÕEcole Nationale SupŽrieure

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Service d Anesthésie-Réanimation-Smur Hôpital Beaujon, Clichy 1 2 Recommandations françaises Recommandations formalisées d experts sur la prise en charge

Plus en détail

:: Syndrome de Clarkson

:: Syndrome de Clarkson :: Syndrome de Clarkson Synonymes : maladie de Clarkson syndrome de fuite capillaire idiopathique syndrome d hyperperméabilité capillaire (SHC) Définition : Le syndrome de Clarkson ou syndrome de fuite

Plus en détail

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE

NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE Nouveaux anesthésiques locaux en France - D. Bedague, Y. Pichot NOUVEAUX ANESTHÉSIQUES LOCAUX EN FRANCE D. BEDAGUE, Y. PICHOT DAR 1, CHU Michallon, GRENOBLE En 1997 la famille des amino-amides s agrandit,

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

post traumatique Guillaume marcotte Praticien Hospitalier Service Anesthésie Réanimation Déchocage Hôpital Edouard Herriot

post traumatique Guillaume marcotte Praticien Hospitalier Service Anesthésie Réanimation Déchocage Hôpital Edouard Herriot Coagulopathie post traumatique Guillaume marcotte Praticien Hospitalier Service Anesthésie Réanimation Déchocage Hôpital Edouard Herriot Introduction Prévalence de 30 à 40% Délais d apparition : 25 min

Plus en détail

Pharmacologie générale: 8. Applications pharmacocinétiques

Pharmacologie générale: 8. Applications pharmacocinétiques Décembre 2012 Pharmacologie générale: 8. Applications pharmacocinétiques 1 Pharmacologie générale: 8. Applications pharmacocinétiques Paul M. Tulkens, Dr Med. Lic. Sc. Biomed. Faculté de pharmacie et sciences

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Le travail de groupe sur l Internet : une application dans le domaine de la veille technologique

Le travail de groupe sur l Internet : une application dans le domaine de la veille technologique Le travail de groupe sur l Internet : une application dans le domaine de la veille technologique AndrŽ Le Meur Laboratoire CRAIE UniversitŽ de Rennes 2 5, avenue Gaston Berger, 35043 Rennes Cedex andre.lemeur@uhb.fr

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave

Prise en charge hospitalière du traumatiségrave Prise en charge hospitalière du traumatiségrave B.Douay, SAMU 80,service de médecine d urgence CHU Amiens S.Petiot, service d anesthésie-réanimation CHU Amiens 1 50% de décès sur les lieux de l accident

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Réanimation 14 (2005) III VIII. Index des mots clés. Approche systémique des risques Politique nationale de gestion des risques en établissements

Réanimation 14 (2005) III VIII. Index des mots clés. Approche systémique des risques Politique nationale de gestion des risques en établissements Réanimation 14 (2005) III VIII Index des mots clés http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ A Accident médical Comment informer le patient et sa famille? Le point de vue juridique, 454 Accidents La pathologie

Plus en détail

Comment évaluer. la fonction contractile?

Comment évaluer. la fonction contractile? Comment évaluer la fonction contractile? Pr Xavier MONNET Service de réanimation médicale Hôpital de Bicêtre Assistance publique Hôpitaux de Paris Conflit d intérêt Pulsion Medical Systems CAP PiCCO Echocardiographie

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Sommaire. Fiches techniques Heredis Mac. Cliquez sur le pour accžder directement ˆ la fiche qui vous intžresse

Sommaire. Fiches techniques Heredis Mac. Cliquez sur le pour accžder directement ˆ la fiche qui vous intžresse Sommaire Fiches techniques Heredis Mac Importer un fichier Heredis (fusion de fichiers) Importer un fichier Gedcom Importer un fichier Texte (format ASCII) Exporter au format Heredis Exporter au format

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Choc hypovolémique et hémorragique

Choc hypovolémique et hémorragique Choc hypovolémique et hémorragique item 328 État de choc. Principales étiologies : hypovolémique, septique (voir item 154), cardiogénique, anaphylactique Diagnostiquer un état de choc chez l'adulte et

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

LE COMPROMIS DURƒE/RESSOURCE EN GESTION DE PROJET DANS UN CONTEXTE DE MULTIPLICITƒ DE RESSOURCES: ANALYSE ET IMPACTS SUR LA PERFORMANCE DE PROJET

LE COMPROMIS DURƒE/RESSOURCE EN GESTION DE PROJET DANS UN CONTEXTE DE MULTIPLICITƒ DE RESSOURCES: ANALYSE ET IMPACTS SUR LA PERFORMANCE DE PROJET LE COMPROMIS DURƒE/RESSOURCE EN GESTION DE PROJET DANS UN CONTEXTE DE MULTIPLICITƒ DE RESSOURCES: ANALYSE ET IMPACTS SUR LA PERFORMANCE DE PROJET RƒSUMƒ Les probl mes dõaccžlžration de projet sont aujourdõhui

Plus en détail

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant:

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. NOTICE ANSM - Mis à jour le : 24/01/2011 Dénomination du médicament PLASMION, solution pour perfusion Gélatine anhydre Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle

Plus en détail

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Structure tricotée Köper exclusive offrant: - une dilatation

Plus en détail

Impacts redistributifs de lõinstauration dõune allocation universelle au QuŽbec : examen de quatre scžnarios

Impacts redistributifs de lõinstauration dõune allocation universelle au QuŽbec : examen de quatre scžnarios PATRICK DE LAMIRANDE Impacts redistributifs de lõinstauration dõune allocation universelle au QuŽbec : examen de quatre scžnarios MŽmoire pržsentž ˆ la FacultŽ des Žtudes supžrieures de lõuniversitž Laval

Plus en détail

COMPENSATION DES PERTES SANGUINES EN PEDIATRIE

COMPENSATION DES PERTES SANGUINES EN PEDIATRIE ANESTHESIE PEDIATRIQUE PAR UN ANESTHESISTE NON PEDIATRE 5 COMPENSATION DES PERTES SANGUINES EN PEDIATRIE E. Wodey*, T. Signouret*, H. Gouezec**, C. Ecoffey*. *Service d Anesthésie Réanimation Chirurgicale

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients R. Doureradjam - Chargé de formation 1 Formation spécialisée en soins d anesthésie EPD ES Définitions Conditions indispensables

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR ACCIDENTS LIES AUX PRODUITS DE CONTRASTE

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR ACCIDENTS LIES AUX PRODUITS DE CONTRASTE Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 07/M0/001/09/V01 07/M0/001/09/V02 07/M0/001/09/V03 07/M0/001/09/V04 07/M0/001/09/V05 07/M0/001/09/V06 06/M0/003/17/V01 06/M0/003/17/V02

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Ne perdez pas l avenir de vue

Ne perdez pas l avenir de vue Ne perdez pas l avenir de vue B. Braun Space GlucoseControl Innovation Les défis actuels Besoin d insulinothérapie intensive en soins intensifs Les patients très malades développent une hyperglycémie induite

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Doutes et certitudes. J.-D. Tissot. Septembre 2006 SRTS VD

Doutes et certitudes. J.-D. Tissot. Septembre 2006 SRTS VD Doutes et certitudes J.-D. Tissot Septembre 2006 1941 1922 Le pré-analytique fait-il partie de l hémovigilance? Echantillon acceptable pour effectuer les examens prétransfusionnels? Hyperkaliémie Patient

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Apixaban. Rivaroxaban. Dabigatran (Pradaxa ) (Xarelto ) (Eliquis ) 6X (ClCr 10-30ml/min)

Apixaban. Rivaroxaban. Dabigatran (Pradaxa ) (Xarelto ) (Eliquis ) 6X (ClCr 10-30ml/min) dapté et modifié de: J.Eikelboom et l. Circulation. 2010;121:1523-1532 Apixaban (Eliquis ) Rivaroxaban (Xarelto ) Dabigatran (Pradaxa ) Mécanisme d action Inhibiteurs directs du FXa Inhibiteur direct du

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique

Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Réhabilitation et chirurgie abdominothoracique Concept Intervention Multimodale, multidisciplinaire Préopératoire Information Préparation Réduction Stress Analgésie Alimentation Mobilisation entérale équipement

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail