SUPPLÉMENT SPÉCIAL LES CONCEPTS ET LES OFFRES DE LA SOA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUPPLÉMENT SPÉCIAL LES CONCEPTS ET LES OFFRES DE LA SOA"

Transcription

1 GUIDE DES SOLUTIONS SOA SUPPLÉMENT SPÉCIAL LES CONCEPTS ET LES OFFRES DE LA SOA EN DÉTAIL ANALYSE SOA, le mythe décrypté... page II SOA, les services... page VI SOA, les processus... page VII SOA et l existant... page VIII SOA et la sécurité... page IX PANORAMA SOA, les solutions... page X ANNUAIRE SOA, l outillage... page XII le site d informations high-tech des professionnels

2 p2/11_guidesoa 9/7/7 16:59 Page II Le guide Le guide II Marc Guillaumot > SOA, LE MYTHE DÉCRYPTÉ POUR UNE INFORMATIQUE PLUS AU SERVICE DES HOMMES Jamais trois lettres n ont fait coulé autant d ere et pas toujours à bon escient. Limitée à tort aux technologies, SOA préconise avant tout une nouvelle façon de penser son système d information pour réduire les coûts, réagir plus vite et mieux répondre aux besoins des utilisateurs. L es éditeurs, les prestataires de services et même la presse ne se lassent pas de vanter les mérites de l architecture orientée service ou SOA (Service Oriented Architecture). Véritable phénomène de mode, cet acronyme s inscrit en lettres d or sur toutes les offres, comme un Saint-Graal de l informatique. Mais qu en estil en réalité? SOA n est ni une révolution ni une solution exempte de problèmes. Convergee de tendaes qui ne datent pas d hier, SOA n est pas une technologie mais un coept qui devrait permettre d aboutir à des systèmes d information plus flexibles, plus ouverts et moins coûteux à coevoir ou entretenir. Avec la promesse, en tâche de fond, d une informatique moins technoïde, plus au service des hommes et de la stratégie de l entreprise Pour bien comprendre les implications de SOA sur le système d information, il convient de faire Sécurité et identité Administration Source : Forrester Research le distinguo entre les technologies et les priipes. En soi, SOA n est qu un priipe d architecture qui préconise la structuration d applications par assemblage de composants et non plus, comme par le passé, sur la base LES DIFFÉRENTES BRIQUES D UNE ARCHITECTURE SOA Interaction utilisateur Portail, serveur d'interaction Gestion des processus BPM (Business Process Management), BPA (Business Process Automation), orchestration Gestion des transactions EAI/ESB (Enterprise Service Bus), AS + SCA (Application Server + Service Component Architecture), FT (File Transfer) Service d'accès aux données EII (Enterprise Information Integration), LINQ (Language Integrated Query) en.net, SDO (Service Data Objects) en Java Métadonnées d écriture d un programme en bloc, approche connue sous le nom d application monolithique. Baptisés «services», les composants peuvent être de type technique (accès aux données, système de reprise sur erreur, etc.) AVIS D EXPERT PIERRE PIEZZIARDI, DIRECTEUR TECHNIQUE D OCTO TECHNOLOGY «Ne soyez pas victimes des modes» Le problème des entreprises est moins de savoir si elles sont compatibles SOA que de gagner en productivité sur leur système informatique, c est-à-dire dans leurs missions de développement et d exploitation. Or, ce problème relève avant tout de l état de leur patrimoine : la qualité des logiciels. Cette qualité n est pas aujourd hui un indicateur de pilotage de la DSI, cette dernière ne gérant le plus souvent que des coûts. Il est do légitime que les chefs de projet qui se succèdent sur les applications n en tiennent pas compte, laissant aux générations futures des dettes techniques qui seront les surcoûts de demain. Il existe plusieurs leviers de changement qui permettent de travailler à l amélioration de la qualité, par exemple le développement irémental et piloté par les tests. Mais sombrer dans l idéologie de «la» solution qui va résoudre des problèmes dont on n ose à peine parler sera toujours plus simple que de poser sur soi un vrai regard introspectif. En recréant un système de valeur fondé sur la qualité (mesure, communication, iitation), les entreprises ont beaucoup plus de chae de se construire un système d information flexible, évolutif et surtout pérenne qu en voulant faire de la SOA à n importe quel prix. Les deux approches, pour peu que SOA veuille dire quelque chose, ne sont d ailleurs pas iompatibles Composition d'applications Gestion des règles métier, CAF (Composite Application Framework) Gestion de la performae Une vue d'ensemble est nécessaire avant de se laer. Mais l'implémentation peut s'effectuer par le bas et par briques successives. ou métier (commande, facture, etc.). Autonome, chaque service peut être combiné à un autre au sein d un processus pour constituer une application «composite». Enfin, SOA préconise également une séparation des traitements en couche, la couche de présentation, par exemple, ne devant pas être mêlée à la logique métier. Cette approche présente deux avantages immédiats : des économies en développement et une plus grande réactivité. L entreprise s épargne en effet la réécriture systématique de fotions communes à plusieurs applications, tel l accès aux données, en coevant un service qui pourra être réutilisé par toutes les applications du système. En parallèle, évoluer ne signifie plus faire table rase de la totalité d une application mais seulement d un ou plusieurs composants, HENRY PEYRET, ANALYSTE SENIOR DE FORRESTER RESEARCH «VERS UN SI MIEUX ORGANISÉ» Les priipes de SOA sont-ils adaptés à toutes les entreprises? De manière générale, quels que soient le secteur ou la taille, toutes les entreprises peuvent tirer un profit de SOA. Aujourd hui, les grands comptes dans le secteur des télécoms ou des finaes, par exemple, sont tout particulièrement coernés car ils doivent intégrer des services tiers ou s interfacer avec les systèmes d information de partenaires. Leur stratégie multicanal est grandement facilitée par l utilisation de SOA. Pour les PME, SOA s appliquera plutôt par la mise en œuvre de progiciels ou en d autres termes, par le déploiement d offres du marché dont les fotions ont été conçues pour être accessibles grâce au priipe de service standardisé. Marc Guillaumot PAROLES D EXPERTS Outre les gains économiques et en réactivité, quels avantages peut-on attendre de SOA? SOA n est pas une fin en soi, il s agit seulement d une démarche qui permet de progresser pour aller vers un système d information mieux organisé, plus facile à faire évoluer. Dès lors, le système peut suivre le rythme de l entreprise. Il ne constitue plus un frein puisque le service ou l application demandés par les fotionnels peuvent rapidement être mis en place. Côté coûts, en revahe, le coept de réutilisation des services, et par voie de conséquee d économies en développement, est difficile à valoriser à moins d avoir déjà un recensement exhaustif des services. Même bien pensé, le service nécessite souvent une plus ou moins grande adaptation pour les utilisations ultérieures. En outre, les projets ne veulent pas prendre en charge ce surcoût ni les délais inhérents. PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-ANNE DELALANDE PASCAL GROJEAN, DIRECTEUR DU PÔLE CONSULTING DE SQLI «IL FAUT AMÉNAGER LES MÉTHODOLOGIES» Quelle est la meilleure approche pour mettre en place une SOA? Deux approches sont possibles : technique et métier. Dans le premier cas, on cherche à rénover son SI, dans le second on répond à un besoin d utilisateurs en couvrant un périmètre en général orienté e-business. Quelle que soit la démarche, le moteur doit rester le métier car une architecture SOA doit toujours partir des besoins des fotionnels, les seuls en mesure de décrire leurs processus. DR Les besoins métier avant tout Entre ceux qui ne voient en SOA qu une mode, et ceux qui ne la voient que par le prisme des technologies, comment se faire une idée? En se souvenant que la SOA est avant tout une démarche d entreprise. Existe-t-il une méthodologie spécifique? Les méthodologies classiques restent valables, même s il faut les aménager. La première étape relève avant tout de la communication : il faut réunir autour de la table les fotionnels et les équipes informatiques pour cerner les objectifs, voir comment SOA peut y répondre et comment procèder. Dans un second temps, les fotionnels formulent leurs procédures et les équipes informatiques prennent le relais pour les traduire en services et processus techniques. C est là aussi que le référentiel des services doit être mis en place ainsi que des outils d administration adaptés à la supervision des processus et des services aux niveaux technique et métier. Qui doit être le garant de la démarche SOA? Pour mener à bien un tel projet, il faut impérativement nommer un responsable des services, qui sera capable d avoir une vision globale du programme, qui saura très exactement quels services l entreprise a en stock, qui pourra alerter les équipes sur les impacts d une modification, etc. Toutefois, ce n est pas un poste réellement nouveau mais plutôt l évolution naturelle de la fotion de l urbaniste. PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-ANNE DELALANDE GLOSSAIRE Service Web Composant applicatif présentant une interface standardisée (au format WSDL), accessible au travers d Internet grâce au protocole SOAP. SOA Service Oriented Architecture, architecture orientée service, préconisant un système d information bâti à partir de processus aisément reconfigurables, reposant sur des services applicatifs autonomes. UDDI Universal Discovery, Description and Integration, standard pour un annuaire de services Web. WSOA Web Service Oriented Architecture, SOA mise en œuvre grâce à l utilisation de services Web et de leur annuaire de référeement UDDI. POUR EN SAVOIR PLUS Une politique pour le système d information, par Laurent Brisse, Julien Cabot, Gilles Laborderie, Pierre Piezziardi et Christophe Thibaud, Éditions Octo Technology, 39 euros SOA, le guide de l architecte, par Xavier Fournier-Morelf, Éditions Dunod, 27,55 euros Integration and SOA Coepts, technologies and best practices, par Belth Gold Bernstein et Gary So, Édition WebMethods (anglais) III

3 p2/11_guidesoa 9/7/7 16:59 Page IV Le guide IV ce qui permet bien entendu d aller plus vite. En poussant même le coept de SOA plus loin, l entreprise peut constituer une nouvelle application en orchestrant simplement une nouvelle combinaison de services. Cette approche n est pas foièrement nouvelle, les architectures distribuées telles que Corba (dans le monde Unix) et DCOM (dans le monde Windows), ainsi que le développement orienté objet, préconisaient déjà le découpage des applications en services réutilisables à volonté. En remontant même plus loin, les architectures mainframes utilisaient déjà la notion de services consommés par des terminaux. Jugés trop complexes, Corba et DCOM n ont pas connu le succès escompté tandis que l essor d Internet, notamment, jetait le discrédit sur les technologies propriétaires et coûteuses des acteurs du mainframe. En d autres termes, les idées étaient bonnes mais les technologies inadaptées. Un rêve enfin accessible grâce aux standards Ce qui change avec SOA, c est que les technologies ont fortement évolué, notamment en termes d interopérabilité. Qu elles s appellent EAI (Enterprise Application Integration) ou ESB (Enterprise Service Bus), les solutions de middleware pour interfacer les services et orchestrer leur dialogue sont aujourd hui plus matures. Leur rôle, en outre, est facilité par des standards dont ceux des services Web. Trop souvent assimilés, services Web et SOA ne sont pas mariés : on peut mettre en place une architecture orientée service sans jamais utiliser de services Web. Mais le fait est que ces composants applicatifs, parce qu ils reposent sur des standards ouverts, facilitent la démarche SOA. Surtout quand les applications ne sont pas cantonnées aux seuls usages internes à l entreprise, comme le souligne Didier Girard, directeur technologique de la SSII Improve : «Exposer des services Cobol en IMS n est pas contraire à la démarche SOA. Nombre d entreprises le font et capitalisent ainsi sur leur existant et Marc Guillaumot PAROLE D EXPERT DIDIER GIRARD, DIRECTEUR TECHNOLOGIQUE D IMPROVE «C EST LE CLIENT RICHE QUI VA ANCRER SOA DANS LES ENTREPRISES» Quels sont les facteurs de réussite d une démarche SOA? Toutes les entreprises sont de bonnes candidates pour une démarche SOA à condition de bien sensibiliser l ensemble des personnes impliquées, à savoir les développeurs, les fotionnels, les architectes, etc. C est toute l entreprise qui doit changer sa façon de penser le système d information en termes de services et non plus d applications. Comme pour les grands projets d urbanisation qui se sont pour la plupart soldés par des échecs, il faut éviter les approches big bang et procéder par périmètre tout en ne perdant pas de vue l objectif final à atteindre. Enfin, une démarche SOA ne peut réussir que si l administration a été pensée en conséquee. Au moindre dysfotionnement, on a tendae à accuser le middleware. Or dans une architecture SOA, de nombreuses composantes peuvent intervenir sur le fotionnement d un processus. Il faut être capable d auditer l ensemble pour localiser les sources du problème. Dans le même ordre d idée, il faut gérer les versions des services, faute leurs compétees humaines. Elles pourraient même partager ce service IMS avec un partenaire pour peu qu il soit également capable d interpréter IMS, et là eore, la démarche reste SOA. Le seul apport du service Web, certes considérable, est que tous les éditeurs et do toutes les applications sont désormais capables d interpréter cette technologie. L entreprise n est do plus freinée par des barrières technologiques dans l assemblage ou le partage de ses services.» Mais le rêve peut se transformer en cauchemar Il ne s agit pas non plus d une recette miracle. Une approche SOA comporte aussi ses risques. Découpé en services utilisés et réutilisés au sein de processus divers et variés, le système d information se transforme en un amalgame de «liens» qu il faut superviser à la fois aux niveaux technique et métier. Pire, la moindre modification d un service peut avoir des répercutions sur tous les processus qui l utilisent. En d autres termes, l informatique «spaghetti», si décriée par les acteurs du secteur, fait un retour en force avec SOA. Pour Jean- Christophe Cimetière, chef de produit plate-forme.net de Microsoft, «les spaghettis étaient nocifs tant qu ils étaient de toutes les couleurs. Avec les services Web, les problèmes de technologies hétérogènes et d interopérabilité disparaissent». Un raccourci facile, sur fond d amalgame entre services Web et SOA. De fait, cette gestion des services mais également de la bonne exécution des processus constitue aujourd hui un enjeu majeur. Des solutions existent mais elles manquent de de quoi la moindre modification peut s avérer catastrophique. Quels sont les premiers avantages que l entreprise peut retirer d une telle approche? SOA constitue une évolution naturelle vers le client riche. Longtemps négligée par SOA, cette partie cliente devrait vraiment arer le coept dans les entreprises. Aujourd hui, la plupart des applications sont en effet limitées par les technologies du Web en termes d interface. Avec le client riche, les entreprises vont gagner en convivialité et en ergonomie. On peut même envisager dans un proche avenir que la combinaison de SOA au client riche donne naissae à de nouvelles pratiques, l utilisateur final assemblant sur son poste les services dont il a réellement besoin pour travailler. Cette tendae, déjà corétisée par les offres de Microsoft ou eore de Google, constitue une avaée majeure pour la productivité des utilisateurs. Contrairement aux gains économiques inhérents à la réutilisation des services qui ne se corétiseront que sur le long terme, les bénéfices apportés par le client riche seront mesurables très rapidement. PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-ANNE DELALANDE maturité. Cette administration des spaghettis, mais aussi des services, n est d ailleurs pas la seule difficulté à laquelle les entreprises sont confrontées. Définir la granularité des composants, mettre en place une politique de sécurité adaptée sont également des chantiers complexes pour lesquels l entreprise devra avant tout faire preuve de rigueur, méthodologie et pragmatisme. Mais le jeu en vaut la chandelle car tendre vers SOA, c est tendre vers une informatique moins coûteuse (grâce à la mutualisation et à la réutilisation), capable d évoluer au rythme des besoins de l entreprise (en recomposant plus rapidement de nouvelles applications à partir des services existants) et surtout plus au service de ses utilisateurs, car focalisée sur les besoins et les processus métiers. MARIE-ANNE DELALANDE

4 p2/11_guidesoa 9/7/7 16:59 Page VI Le guide Le guide > SOA, LES SERVICES RÉUTILISATION, DE L UTOPIE À LA RÉALITÉ > SOA, LES PROCESSUS DÉPLOYER, ORCHESTRER ET SUPERVISER Pour optimiser la réutilisation des développements, l entreprise doit définir une «bonne» granularité de ses services et adopter un référeement rigoureux de ses développements. En l absee d outils, c est souvent le bon sens qui prime. ARCHITECTURE SIMPLIFIÉE D UNE WSOA Recherche du service Annuaire UDDI Publication L entreprise doit faire preuve d une organisation rigoureuse dans la mise en œuvre de ses processus en s appuyant sur des outils de modélisation, d orchestration et d administration capables de supervision technique et métier. WSDL VI SOA VERSUS WSOA Un service SOA peut être conçu dans n importe quel langage pour peu qu il respecte le priipe d interface qui décorrèle le fournisseur du consommateur. Un amalgame entre SOA et service Web est souvent fait parce que le service Web a considérablement simplifié la démarche. Standard implémenté par la plupart des éditeurs, il constitue en effet une garantie d interopérabilité (du moins en théorie). Il utilise également un protocole de communication, SOAP, qui, contrairement aux protocoles propriétaires, est capable de frahir les pare-feu de l entreprise. On parle alors de WSOA, coept qui associe également l annuaire de services au standard UDDI pour former un trio qui manque toutefois eore un peu de rodage. T rès friand de statistiques, le Gartner Group a estimé qu en 28, 8 % des projets informatiques se construiraient sur la base de SOA, et que les entreprises devraient augmenter leur taux de réutilisation du code de plus de 1 %. Une perspective alléchante, car synonyme de réduction significative des coûts en développement et en délais de livraison des applications, mais qui laisse dubitatif. En effet, pour la plupart des experts, la réutilisation des services, surtout au niveau métier, reste difficile. Un service est un composant dont la première caractéristique est de décorréler le fournisseur du service de son consommateur. Pour permettre au consommateur d utiliser le service, ce dernier expose ses traitements dans une interface. Elle peut être propriétaire ou standardisée (IDL Interface Definition Language, en Corba ou WSDL Web Service Definition Language, pour les services Web). Un service peut être utilisé par plusieurs consommateurs, pour un traitement batch massif, un traitement à la demande d un utilisateur ou même un autre service. Définir une bonne granularité n est pas aisé Il existe deux priipales catégories de services : métier et d infrastructure. Les premiers couvrent une fotion métier (conversion de monnaie, gestion d une commande), les seconds s intéressent aux fotions techniques transverses du système (création d une session, accès aux bases de données, etc.). La granularité d un Consommateur Client SOAP Source : Le Monde Informatique service varie de «très fine» (fotion unitaire élémentaire) à «grosse» (bloc applicatif constitué de plusieurs services qui masque la logique interne en exposant l ensemble sous la forme d un seul service). La réutilisation d un service dépend de sa granularité. Côté infrastructure, les services récurrents sont en général identifiés et souvent fournis par les éditeurs dans leur atelier de développement. Côté métier, pas de la recette miracle. Un service métier n est réutilisable par plusieurs consommateurs que si tous les départements de l entreprise partagent la même définition du client, du contrat, etc. C est rarement le cas et le consensus n est pas toujours facile à trouver. En outre, «sur le terrain, la plupart des entreprises élaborent leurs services au coup par coup, explique Jean-Christophe Cimetière, chef de produit plate-forme.net de Microsoft. Résultat, le service conçu pour un projet n est pas forcément adapté à un autre». De plus, la moindre modification d un service pour l adapter aux besoins d une nouvelle application peut provoquer des dégâts en chaîne. «Si vous apportez des modifications à un PGI, toute migration devient un cauchemar car il faut redévelopper toutes les fotions personnalisées, explique Gérald Karsenti, directeur général adjoint de Sogeti Frae. Pour éviter d en arriver là avec les services, il vaut SOAP Service Web Fournisseur Référeer les services dans un annuaire sert au développement, et s avère indispensable pour l administration. mieux éviter d empiler les modifications, quitte à coevoir un nouveau service ou faire l impasse sur des fotions pour réutiliser l existant tel quel.» Didier Girard, directeur technique d Improve, se veut rassurant : «Il n existe pas de méthode universelle pour découper et gérer ses services. Couvrir un périmètre restreint pour l étendre à d autres applications reste la meilleure approche, mais à condition de bien documenter ses services et surtout de gérer les versions.» UDDI, une grande idée pour des résultats eore médiocres Pour aider les entreprises, les éditeurs ont donné naissae à un standard, UDDI, ou l annuaire universel capable de référeer les services pour les exposer au reste du monde. Le projet était si ambitieux qu il oubliait de répondre aux besoins basiques. La version 3 d UDDI devrait se recentrer sur le référeement et la gestion des services des entreprises. En attendant, ces dernières ont mis en place des solutions pragmatiques en s appuyant sur de simples fichiers textes ou bases de données dont le contenu est publié dans un portail. Chaque fotionnel et informaticien dispose ainsi d une vue sur l ensemble des services disponibles dans l entreprise. Une solution somme toute efficace. MARIE-ANNE DELALANDE U ne fois conçus et déployés, les services sont prêts à être assemblés pour créer de nouvelles applications. Dans les faits, cet assemblage doit être pensé dès la première phase du projet. C est également à ce stade que l entreprise devra déterminer les niveaux de service, un processus pouvant appeler un emboîtement de services de granularité plus fine. Dans ce cadre, il existe des spécifications et des frameworks (cadres applicatifs structurants) pour aider l entreprise dans sa démarche tels que SCA (Service Component Architecture) ou eore Spring. Un standard pour la modélisation des processus Il existe deux façons d assembler des services : avec du code pour un processus statique, ou graphiquement selon un scénario d appel, opération réalisée avec les outils d orchestration. Le processus statique est surtout adapté à des projets internes iluant peu de services. Sa mise en œuvre est aussi classique que celle des composants BONNES PRATIQUES des différents langages, tels qu un EJB en Java, une classe PHP ou des «assemblies» de.net. Plus complexe, le processus selon un scénario d appel suppose des transactions longues pour lesquelles il faut notamment prévoir la gestion de l asyhronisme, la reprise sur erreur, le mapping des interfaces ou eore la gestion des contrats entre services, etc. Aujourd hui, des offres complètes connues sous le nom d ESB (Enterprise Service Bus) couvrent l ensemble de ces besoins : modélisation, orchestration, intégration (connecteurs, routage des messages, etc.) et même optimisation (BPM Business Process Management). Les outils de modélisation proposent généralement une interface graphique pour coevoir le processus sous forme de schéma, ce dernier étant ensuite traduit dans un langage exécuté par le moteur ESB. Aujourd hui, la plupart des éditeurs ont adopté le standard BPEL (Business Process Execution Language), un processus pouvant ainsi en théorie être exécuté par différents moteurs (dans la pratique, l interopérabilité est plus aléatoire). De la modélisation à l exécution La modélisation de processus métier est un élément fondamental des architectures SOA. Avec les outils ESB (bus applicatifs) de dernière génération qui intègrent le BPM, il est possible de modéliser, simuler et superviser l intégralité d un processus d un point de vue métier. Cela n économise cependant pas une analyse en amont, avec des outils capables de décrire l organisation d une entreprise. C est à partir de cette analyse que seront choisis les processus métiers à traduire en informatique. Toutefois, comme le rappelle Henry Peyret, analyste senior de Forrester Research, «SOA n implique pas forcément un processus, le service pouvant, par exemple, être directement consommé par un portail». Didier Girard, d Improve, va même plus loin en rappelant que le coept de client riche pourrait changer la façon dont les entreprises vont consommer leurs services : «Les utilisateurs pourront assembler les services directement sur leur poste de travail pour se constituer des interfaces sur mesure, répondant réellement à leurs besoins.» L administration reste le maillon faible Dans tous les cas de figure, l administration du processus devra être prévue dès le départ. Elle suppose deux niveaux de supervision : technique et métier. En effet, comme dans toute architecture fortement distribuée, le processus fait intervenir différentes briques du système d information : base de données, applications, moteur d exécution, etc. Il est do indispensable de connaître l état de ces briques, mais également de superviser le déroulement de la globalité du processus du point de vue du service métier rendu. Les outils de BPM couvrent à la La plupart des éditeurs ont adopté le langage BPEL pour écrire les processus. Mais le standard est eore jeune, et beaucoup le complètent avec leurs propres extensions. fois la modélisation des processus, les simulations et la supervision. Le BAM (Business Activity Monitoring), pour sa part, mesure les performaes d un processus. Mais pas plus l un que l autre ne couvre la supervision technique. En d autres termes, ces outils sont conçus pour surveiller le processus d un point de vue métier, pas les briques techniques sous-jacentes. Dès lors, si on sait où un processus bloque, on aura plus de mal à déterminer la cause technique. Des éditeurs tels qu Amberpoint, Tibco ou eore WebMethods se sont rapidement rendu compte du besoin de corrélation entre supervision technique et métier en mettant en place des interfaces pour récupérer les informations en provenae d outils d administration classiques tels que HP OpenView, Unicenter de Computer Associates, Patrol de BMC ou eore l offre Tivoli d IBM. Toutefois, pour Pascal Grojean, directeur du pôle consulting de SQLI, «cette offre manque eore de maturité, beaucoup de fotions telles que le filtrage, l historisation ou eore la gestion de statistiques étant absentes des consoles BAM et de BPM. Dans la plupart des projets, nous sommes obligés de compléter par des développements spécifiques». MARIE-ANNE DELALANDE VII

5 p2/11_guidesoa 9/7/7 16:59 Page VIII Le guide Le guide VIII > SOA ET L EXISTANT UNE COMBINAISON GAGNANTE Entreprendre une démarche SOA ne signifie pas forcément faire table rase de son existant. Ce dernier peut être réexploité pour aller enrichir les nouvelles applications composites. L opération de récupération est même relativement simple à condition que l existant ait été correctement conçu. S OA ne rime pas forcément avec big bang. Dans bien des cas d ailleurs, les entreprises ont tout intérêt à capitaliser sur leur existant pour mettre en place de nouvelles applications composites. En effet, systèmes centraux et applications client-serveur, très fortement décriés d un point de vue technologique, n en sont pas moins de véritables mines d or en termes de formalisation d un savoir-faire métier. Nombre de fotions rodées par le temps y existent et il serait dommage de redévelopper cet existant quand on sait que SOA s en accommode très bien. Rester pragmatique Pour entreprendre une telle démarche, il faut tout de suite oublier les approches des extrémistes de la SOA. On ne va clairement pas saucissonner l application sur système central en services et tout réorchestrer en processus. L opération aurait d ailleurs peu d intérêt vu que cette application fotionne en général très bien et continue à rendre le service pour lequel elle a été mise en place. La réutilisation de l existant s inscrit plutôt dans une démarche de création de nouvelle application ou d ouverture à des tiers. Le priipe est relativement simple : on isole une fotion de l application monolithique et on la passe à la moulinette d une interface (WSDL, IDL ou propriétaire) pour en faire un service réutilisable. Dans la pratique toutefois, l opération est un peu plus complexe. Il n est en effet pas rare que la logique métier soit mêlée à la gestion de la présentation dans les applications monolithiques, y compris sur mainframe, où métier et invocation d un écran 327 sont parfois mélangés. Epuration du code Traitement La plupart des offres de L4G peuvent identifier et isoler les traitements, puis les eapsuler en services. Dans un environnement COM, il suffit de déplacer le composant vers un serveur WS 2 ou 23 pour qu il hérite automatiquement des fotions de COM+ (transactions distribuées, invocation à distae, etc.). Dans les deux cas, des développements peuvent être nécessaires pour adapter les méthodes du composant à SOA. Mainframe EXPLOITATION DE L EXISTANT EN CLIENT-SERVEUR La plupart des solutions s appuient sur le fichier texte de description d une transaction avec les paramètres d entrée et de sortie standardisé en environnement Cobol, le «Cobol Copy Book», pour récupérer les informations nécessaires à la publication d un service. Même Microsoft dispose d une solution avec Host Integration Server pour accéder aux transactions sur mainframe en service Web. Pour éviter une intrusion dans un code existant que l on ne maîtrise plus toujours afin de réécrire proprement la fotion, les acteurs du Web-to-Host, notamment, proposent une solution beaucoup plus simple : l eapsulation des écrans existants en composants COM, EJB ou eore en services Web. Eapsulation - Interface WSDL, composant EJB, COM+,.NET Serveur Logique métier Modification/ajout de méthodes pour accès parallèles, distants, etc. Traitement poste client UNE MULTITUDE DE SOLUTIONS POUR EXPLOITER L EXISTANT SUR MAINFRAME Transactions CICS IMS File d'attente SOAP, JMS Agent qui surveille les transactions Ecran 327, etc. Moteur SOAP, EJB dans CICS V3 Serveur d'applications Exposition des données, du résultat de la transaction sous forme de service Objet COM, EJB, service Web Moteur SOAP, EJB, framework.net Gestion de l'interface SOAP, HTTP Application, utilisateur, service Moins «propre» d un point de vue purement SOA, cette approche présente toutefois l avantage de l efficacité, le service ainsi créé étant dès lors invocable à distae. Cette démarche pourrait également s appliquer aux applications de type client-serveur si ce modèle de développement ne prévoyait pas souvent une répartition des traitements entre le serveur et le client. La réunification pour coevoir un service digne de ce nom est souvent plus laborieuse que la réécriture pure et simple de la fotion. En outre, un objet COM, par exemple, prévu pour le poste client ne dispose pas forcément des méthodes adaptées pour devenir un composant serveur, capable de gérer des accès distants, parallèles, etc. Là eore, une épuration du code existant est souvent indispensable, opération qui comporte des risques et ne constitue pas forcément la meilleure approche. «Le redéveloppement de la fotion est parfois plus simple et économique, l application existante continuant à vivre sa vie de son côté», estime-ton chez IBM et Microsoft. Cartographier et analyser avant d attaquer son existant Dans tous les cas de figure, toute intrusion dans un existant pour récupérer des fotions sous forme de services suppose un travail préalable d inventaire et de cartographie du parc applicatif afin d en comprendre le fotionnement, la sémantique, les transactions, etc. Une transaction CICS, IMS ou un composant COM pouvant être présents sous différentes formes dans le système, il faut également dans un premier temps déterminer lequel va être utilisé, eapsulé et invoqué à distae. Ces décisions doivent être prises en fotion de critères de développement (facilité à récupérer la fotion sous forme de service), mais également en tenant compte des ressources matérielles : impact de la nouvelle application utilisant le service sur la machine qui héberge l existant, bande passante disponible, etc. MARIE-ANNE DELALANDE > SOA ET LA SÉCURITÉ DES MÉTADONNÉES POUR GÉRER LES HABILITATIONS La notion de couplage lâche entre services autonomes préconisée par SOA complexifie la gestion de la sécurité dans un environnement fortement distribué. Pour faire simple, chaque service embarque sa propre politique de sécurité. ès lors qu on travaille avec des environnements distribués, il faut gérer des problèmes de sécurité particuliers, estime le directeur technologie & sécurité chez Microsoft Frae. Avec la SOA, cette sécurisation des architectures est d autant plus primordiale que chaque service est indépendant des autres. Il faut do prévoir la sécurité dès la phase de modélisation pour spécifier quel service a le droit de dialoguer avec un autre sans oublier les interactions avec les utilisateurs.» Ainsi, la multiplication des services imbriqués dans un processus accroît la complexité des procédures de sécurité à mettre en œuvre, mais sur le fond, les solutions reposent sur des recettes classiques : authentification, chiffrement et habilitations. «D WS-Secure Des standards ouverts pour WSOA Dès 24, sur proposition d IBM, Microsoft et Verisign, l Oasis, consortium en charge de la standardisation des services Web, sortait les spécifications d un nouveau langage pour sécuriser les architectures WSOA, WS-Security, qui regroupe plusieurs normes assurant le chiffrement des données et l authentification. Le priipe est assez simple : chaque message SOAP intègre une en-tête dans laquelle les règles de sécurité applicables au service Web sont spécifiées en XML sous forme de métadonnées. Cette politique de sécurité s appuie sur l échange préalable de jetons (certificats X-59, tickets Kerberos, etc.) entre services Web qui autorisent ou non le dialogue. Ce mécanisme prévoit aussi l utilisation de normes du W3C telles que XML Signature Conversation (échange du contexte de sécurité) WS-Secure Policy (définition des prérequis pour l'accès à un service) (pour authentifier un service ou un utilisateur) et XML Eryption (pour chiffrer les données). Par la suite, de nouvelles normes sont venues enrichir WS-Security, dont WS-Trust, qui décrit les conditions de transmission et d exploitation des paramètres de sécurité par les organismes certificateurs et les tiers de confiae. Plus global, WS-SecurityPolicy permet de décrire les politiques de sécurité entre deux éléments constitutifs d un processus. Ces échanges pris en charge par le protocole SOAP s appuient sur une infrastructure globale de sécurité, le mécanisme prévoyant, par exemple, l interrogation d un annuaire pour vérifier que l utilisateur mentionné dans l en-tête est bien habilité à utiliser un service. Une profusion de métadonnées pour fiabiliser les échanges Pour Didier Girard, directeur technique d Improve, cette approche de la gestion de la sécurité LES DIFFÉRENTES BRIQUES DE WS-SECURITY WS-Federation (gestion des relations de confiae) WS-Trust (normalisation des échanges de jetons) WS-Security SOAP par des messages sous forme de métadonnées glissées dans le service s applique à n importe quelle autre technologie de services propriétaires ou non : «Je ne vois pas comment on pourrait faire autrement, dès lors qu on travaille avec des services indépendants, susceptibles de dialoguer avec n importe quel autre service, que d intégrer le code de sécurité dans le service lui-même sous forme de métadonnées. A moins, bien entendu, d établir des couplages de services statiques, ce qui ne va pas dans le sens de SOA, qui préfère les couplages lâches. Dans tous les cas, il faudra prévoir, comme avec WS- Security et SOAP, un middleware pour gérer le contexte des échanges, lire les métadonnées, etc.» Cette profusion de métadonnées dans les architectures SOA n est d ailleurs pas limitée à la seule sécurité. En mettant en place des processus transverses, les entreprises sont en effet amenées à piocher dans des bases de données, applications existantes, etc. qui ont été structurées selon des be- WS-Authorization (définition des stratégies d'accès au service Web) WS-Privacy (modèle de confidentialité des échanges) Les standards doivent permettre aux services Web d échanger les droits et habilitations. Dans le cas d une SOA intégrant un outil de gestion des identités, un autre langage standard peut intervenir : SAML (Security Assertion Markup Language). soins spécifiques. La définition du client dans un PGI n a par exemple rien à voir avec celle d un progiciel de GRC ou même une application développée sur mesure. Toucher à la modélisation de la base existante est quasi impossible car cela reviendrait à redévelopper tout ou partie de l application qui l utilise. Dès lors, pour créer un processus de type SOA entre ces deux applications, il faudra passer par des métadonnées descriptives du contexte sémantique utilisé par chacune. En d autres termes, les architectures distribuées, et SOA en particulier, provoquent un véritable retour sur la sémantique. Si l homme peut associer un mot à un contexte pour lui donner un sens, ce malheureux ordinateur dénué d intelligee reste en effet eore un supercalculateur cantonné à une compilation de et de 1, capable d associer des carottes et des choux sans pour autant faire une bonne soupe MARIE-ANNE DELALANDE Avec la SOA, la sécurisation des architectures est d autant plus primordiale que chaque service est indépendant des autres. Il faut do prévoir la sécurité dès la phase de modélisation pour spécifier les interactions entres services et avec les utilisateurs. IX

6 p2/11_guidesoa 9/7/7 16:59 Page X Le guide Le guide > SOA, LES SOLUTIONS L OFFRE PRODUIT CARTOGRAPHIÉE Un poster des solutions SOA nécessiterait une affiche de 4 x 3 mètres. Voici do une approche volontairement réduite, à compléter par la lecture dans ce guide et en ligne de notre annuaire des éditeurs. MÉTHODOLOGIE UNE TENTATIVE DE CARTOGRAPHIE DE L OFFRE PRODUITS EN MATIÈRE DE SOA EST FORCÉMENT RÉDUCTRICE. D une part parce qu il faut s entendre sur la définition d une architecture orientée service, chose que les meilleurs esprits ont du mal à faire. Ainsi, notre schéma pourrait laisser apparaître une ellipse contenant les noms d éditeurs d outils de gestion des contrats et des portefeuilles logiciels ou de refacturation des services, par exemple. Ou bien les noms d éditeurs de workflows documentaires. Car cela amène à la deuxième difficulté : tant de fournisseurs de produits informatiques se réclament aujourd hui des SOA qu à les écouter, il faudrait non pas réaliser un guide d une centaine de noms (comme vous le verrez sur notre site), mais un annuaire contenant la grande majorité des acteurs du marché. Même faire figurer tous les éditeurs retenus dans l édition papier de l annuaire (voir pages suivantes) était illusoire, cela n aurait fait que rendre notre cartographie illisible. Or il s agissait d aider à trier parmi les priipaux acteurs selon une approche fotionnelle. Que les éditeurs écartés de cette cartographie veuillent bien nous excuser : leur nom figure dans l annuaire. A noter d ailleurs que la version en ligne, qui sera disponible fin novembre sur permettra cette classification fotionnelle sur une échelle bien plus large, puisque plus de vingt critères seront pris en compte. Et cet annuaire sera bien entendu régulièrement enrichi. OLIVIER RAFAL POSITIONNEMENT CHOIX X SOA : ILOG BRMS pour des services de décision transparents Une réutilisation accrue de vos services de décision métier Une plus grande agilité L assurae d une plus grande conformité Une intégration garantie avec les plateformes SOA et BPM leaders du marché Pour plus d informations : ou LA POSITION DANS LE GRAPHIQUE N IMPLIQUE PAS DE JUGEMENT DE VALEUR. Il s agit simplement d un positionnement au regard des critères fotionnels retenus pour les cinq ellipses (et comme dit ci-dessus, le choix des ellipses apparaîtra forcément comme arbitraire aux yeux de tel ou tel éditeur écarté). Gartner, Forrester, Orchestra Networks, Zapthink ou le BIT Group, par exemple, réalisent des études détaillant l offre de chaque acteur. A contrario, notre volonté n est absolument pas de juger de la valeur des acteurs, mais de les positionner par rapport à un besoin rappelons au passage que l évaluation fotionnelle a été réalisée par la rédaction de à partir des déclarations des éditeurs. Même le fait d être au centre n implique pas de jugement de valeur : des acteurs comme IBM et Wraptor y cohabitent, par exemple, alors qu ils s adressent à des publics très différents. De même, le choix entre IBM, Microsoft et SAP, par exemple, s effectuera la plupart du temps non pas sur les qualités intrinsèques du produit mais sur l existant informatique et les compétees en interne. On peut eore citer le cas d Oracle : s il n offre pas de solution d eapsulation des applications mainframes, cela n est pas forcément un handicap pour nombre d entreprises ou de projets, pour lesquels ce critère n aura aucune importae. Enfin, la plupart des entreprises ont déjà en place des solutions bien maîtrisées, et l essentiel est alors de compléter leur outillage. OLIVIER RAFAL Doit-on s appuyer sur un éditeur de bout en bout? Ou bien assembler les briques les plus performantes (approche best of breed)? Le choix est cornélien, et ne date pas de l avènement des SOA. Un cabinet de conseil et intégrateur spécialisé comme Dreamsoft, par exemple, préconise plutôt de s appuyer sur un gros acteur, et de combler ses manques fotionnels avec des produits d éditeurs plus petits, spécialisés (pureplayers). On peut en effet attendre d un gros acteur un support mondial important, des moyens conséquents pour compléter l offre, et une pérennité appréciable dans la mesure où la promesse des SOA est justement d offrir une architecture capable de vivre plusieurs années. Un pure-player offrira de son côté plus d innovation, de performaes, de réactivité. Mais on ne sait pas par qui il sera racheté, alors que les plus gros font preuve d un insatiable appétit : BEA qui rachète Fuego et Flashline, IBM qui s empare de FileNet, Webify ou DataPower, HP qui croque Mercury qui venait d avaler Systinet Même Progress (maison mère de Sonic Software), qui a gobé Apama et Actional, ou WebMethods, qui a racheté Infravio et Cerebra, ne sont pas eux-mêmes à l abri d une cession dans un marché en perpétuelle consolidation. La bonne nouvelle, c est que les SOA se bâtissent sur des standards, et privilégient des approches techniques indépendantes des fournisseurs de technologies. Dans la pratique, ce ne peut évidemment être aussi simple, mais cela facilite tout de même le passage d un éditeur à l autre. OLIVIER RAFAL XI

7 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XII L annuaire L annuaire XII > SOA, L OUTILLAGE L OFFRE DES FOURNISSEURS Nous inaugurons ici un annuaire des éditeurs de logiciels pouvant entrer dans la mise en œuvre des architectures orientées services. Evidemment, une telle liste ne peut être figée. Vous trouverez do sur la nouvelle version du site qui sera laée début novembre l intégralité de notre tableau, précisant notamment la couverture fotionnelle. Les renseignements proviennent des éditeurs ayant rempli leur fiche à l adresse et coernent le marché français. OLIVIER RAFAL 4Tier Software 1 M 8 Messagerie interapplicative asyhrone 81 % et plus à architecture distribuée. 3 Safran/Snecma, OpenMOM Message Broker, Commerciale, Java 2, VB7, Delphi 6, MQSeries, Oracle Java Crédit Lyonnais, OpenMOM Database Messaging, Open Source OpenRoad 4 Service Armée de l Air OpenMOM Gateways, OpenMOM APIs AmberPoint 11 Fondé par des aiens de Forté, 81 % et plus en pointe sur le sujet de la gouvernae. 2 Citigroup, Motorola, SFR SMS (SOA Management System), Commerciale WS Securiy 1.1, UDDI 3, MS MOM, BMC Patrol, British Telecom, Orange SVS (SOA Validation System) SAML 1.1, SOAP 1.2 HP OpenView, Tivoli Attachmate A développé une offre d intégration de grands systèmes mais a été ralenti par son acquisition et sa fusion avec WRQ. Axway Cette filiale de Sopra hérite d un middleware de messagerie robuste, mais souffre de son manque de présee aux Etats-Unis. BEA Systems 13 BEA a pris le tournant SOA relativement tard 21 à 5 % Plumtree, Fuego, Flashline et se constitue actuellement une offre distite de son serveur d applications Java. 2 Aqualogic ESB, Aqualogic Data Services Commerciale SOAP 1.1, SAAJ, SSL, Oracle, SAP, PeopleSoft, Plate-forme, Aqualogic Registry, Xquery, UDDI 3., TLS, Iway Adapters 5.5, Aqualogic BPM, Weblogic Integration WSDL 1.1, BPEL, WSRP Siebel, etc. CA CA est plus particulièrement présent dans les domaines de la supervision des services et de la surveillae en production. Cape Clear Offre une solution simple pour mettre en place un bus d entreprise. Casewise Peut intervenir en amont dans la réflexion sur les processus métier. C-Log Solution de BPM documentaire, gestion de processus orientée documents. Composite Software Spécialiste de l intégration par les données, partenaire de Cognos et Informatica. Cordys Fondé par le créateur du progiciel Baan, avec l ambition de fournir une couche middleware complète. De Gamma Cette société française a réussi à émerger en proposant une solution d intégration pour les environnements Windows.NET. Ecensity Le volet présentation d une architecture orientée services, par des aiens des filiales françaises de Sybase, Oracle, Silverstream Fiorano Plate-forme basée sur un bus de messages Java, cœur historique de l offre. Forum Systems Spécialiste de la sécurité des services Web. GXS Spécialiste de la syhronisation des données, partenaire de JDA et Microsoft. Handysoft BPM orienté interactions humaines, avec un volet intégration technique. REMARQUES HP HP se spécialise dans la supervision des 2 % ou moins Talking Blocks, Mercury services et la gouvernae de systèmes SOA. (en cours) OpenView SOA Manager, Commerciale WDSM 1, WSRF 1.2, OpenAdaptor : JMS, OpenView SelectFederation, WS-Management 1, MQSeries, LDAP, OpenView Business Process Insight SAML 2, ID-WSF 1.1 mail, SGBD REMARQUES Hyperion Sait gérer les métadonnées, syhroniser et nettoyer les données. REMARQUES IBM 3,71 Md Toutes les gammes logicielles sont coernées Filenet, Webify, CIMS Lab, par la SOA, à commeer par WebSphere DataPower, Gluecode, (intégration) et Tivoli (supervision). Rational Software, Aptrix 35 WebSphere ESB, WebSphere Service Commerciale, BPMN, BPEL, J2EE, WebSphere Adapters Registry & Repository, WebSphere Open Source SOAP, UML 2., WSRP, Family, WBI Adapters BPM Suite, WebSphere Portal v6, SR 168, WSIL, UDDI, Family IBM Information Server SCA, SDO XIII

8 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XIV L annuaire Icom Informatique IDS Scheer 16 M Cet éditeur français propose de créer des composants Java ou ActiveX pour exposer les écrans mainframes Ilog 6 clients dont Air Frae, Total, Safran, BNP Paribas, Dalkia Commerciale BPEL, UML Informatica Information Builders (iway) 3 Infravio Inria ObjectWeb Consortium na 8 Iona Technologies 7 XIV Ipedo Plus de 3 connecteurs Consortium fondé par Frae Télécom, Bull et l Inria. Manque de visibilité en dehors de l Europe et de la Chine. 21 à 5 % na Bonita, Enhydra Shark, Orchestra, Celtix Open Source BPEL, J2EE, JBI, ESB, Joram, Lewys, Petals Services WS-*, XForms, XPDL Platform, XQuare, XService Suite, exo Platform, Fractal, GOtM, Jonas, Oscar OSGi, ProActive, Spago, Speedo, Spago BI, StarWebService, Lomboz, PresentationServer, Xcalia Navilis Un des pionniers du BPM, converti à l Open Source en à 8 % FiveSight BPMN 1.1, BPEL 2, WS-I Basic Profile, BPEL4People SAP, JDBC, Java, EJB Intalio Designer Community Commerciale, Edition, Intalio Server Community Open Source Edition, Intalio Workflow Community Edition, Intalio Server Entreprise Edition, Intalio Workflow Entreprise Edition La SOA pérennise le système d information et apporte une réponse aux enjeux d agilité, par la mise à disposition croissante de services métiers réutilisables dans l entreprise, vers les clients, les partenaires et les fournisseurs. Notre proposition de valeur SOA n est pas uniquement un changement technologique, mais avant tout, un défi sur la gouvernae. Il s agit d évoluer d une informatique structurellement cloisonnée vers le partage maitrisé des services et des ressources de l entreprise dans le respect des enjeux métiers et de ROI. Les offres de services Atos Origin Mds Effectif Frae : 15 Effectif Monde : 47 CA Monde : 5,5 TYPE D ENTREPRISE MISSION Traduire la vision stratégique de ses clients en résultats par une meilleure utilisation de solutions de conseil, intégration de systèmes et infogérae. ENVIRONNEMENTS Fort d une technologie objet originale (la base Caché), l éditeur a bâti une offre d intégration tout-en-un. 21 à 5 % InterSystems Ensemble Commerciale HL7, Swift 2 connecteurs fournis + kit de dév. + partenariat iway Cet aien spécialiste de Corba reste réputé pour la robustesse de son offre d intégration. L éditeur irlandais participe au projet d ESB Open Source Celtix. 21 à 5 % Artix, Celtix Commerciale, Open Source WS-* ESB Offre d intégration orientée données souvent choisie en OEM par les grands acteurs. Stratégie métier Exploration de l existant Urbanisation et architecture de référee Méthodes et outils PROFIL CLIENTS Plan de Organisation communication et gouvernae et acquisition Grands comptes PARTENAIRES BEA, IBM, Microsoft, Oracle, WebMethods, Sun, Tibco, SAP, Software AG Partenaire Informatique Mondial des Jeux Olympiques Conseil Identifier comment une approche SOA peut vous aider à atteindre vos objectifs Business Case Démonstrateurs Architecture cible Trajectoire de mise en œuvre Choix et accompagnement des projets pionniers Projet Créer et déployer une architecture SOA et les services métiers associés Identification et coeption des services Assemblage des services pour supporter les processus métier Mise en place de l infrastructure Tour Les Miroirs 18, avenue d Alsace Paris - La Défense Cedex Tél Fax SSII internationale Notre approche SOA repose sur une méthodologie pragmatique et des compétees reconnues, issues des nombreux retours d expériee de nos clients. Axes SOA C est non seulement le point de vue des analystes et de nos partenaires mais c est déjà une réalité pour nos clients. Windows, Unix, Linux La SOA est en marche na En Frae : Reuters SOAP 1.1, WSDL, BPEL 1.1, JCA Santé, banque, Telco Commerciale 2 iway Service Manager, iway Adapters Référentiel pour la gestion des services, en cours d acquisition par Webmethods. GD, TeliaSonera, Broadlane, Avaya, LexisNexis Est parti d une offre de connecteurs 2 % ou moins abondamment reprise par des partenaires pour se constituer une plate-forme d intégration. Intersystems IBM, Oracle, Software AG, SAP Outils pour gérer les métadonnées, syhroniser et nettoyer les données. SCA, JMX, WSDL, JSCA Alcan, Banque africaine de développement, Coty, KLM, ProRail, SNCF Commerciale na Intalio Ilog JRules na 5 Le moteur de règles métiers d Ilog est 2 % ou moins régulièrement embarqué dans des solutions de BPM pour automatiser les processus. SMABTP, OCP, JB Hunt Logistics, RL Polk, Cnam 7 M$ Aris Platform, Aris SOA Designer L offre de modélisation intervient en amont 2 % ou moins pour la représentation des processus métiers. Liens particuliers avec SAP. 35 Atos Origin TMA Rationaliser et augmenter les capacités et la durée de vie des logiciels maintenus IMPLANTATION 47 collaborateurs dans 4 pays 15 collaborateurs en Frae répartis sur 15 sites priipaux FINANCE Atos Origin est côté sur le marché sous les noms d Atos Origin, Atos Euronext Market Solutions, Atos Worldline et Atos Consulting Contact : Pierre Vaidie Directeur du développement et du Conseil Business Intégration, Atos Origin

9 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XVI L annuaire F5 NETWORKS Layton Developments Solution d exposition des fotions mainframes en tant que services réutilisables. LogicBlaze Offre d intégration proposée par Simula Labs, basée sur des produits Open Source Apache. Lombardi Software Un des spécialistes du BPM orienté interactions humaines, distingué comme un leader par Gartner et Forrester. Magic Software Suite d intégration orientée PME-PMI, avec une offre spécialement destinée aux environnements iseries. Mega International Offre intervenant en amont pour la modélisation et l analyse des processus métiers. Mercury Offre de gouvernae basée sur des outils de supervision/optimisation et de référeement de services (grâce au rachat de Systinet). En cours d acquisition par HP. Metastorm Offre de BPM orientée interactions humaines, complétée par des outils d intégration issus du rachat de CommerceQuest. Mia Software Solution de développement basée sur les modèles, particulièrement utilisée pour la rénovation de systèmes. Micro Focus Diverses solutions de modernisation des applications mainframes. Leader mondial de la gestion de trafic applicatif Leader mondial de l Application Delivery Networking, F5 offre des solutions de sécurisation, d optimisation et de disponibilité des applications, pour maximiser les investissements IT des entreprises. F5 apporte au réseau davantage d intelligee et de facilité d administration, les applications sont ainsi optimisées et gagnent en rapidité tout en consommant moins de ressources. Pourquoi plus de 1 entreprises et prestataires de services font confiae à F5 pour gérer leurs applications? Leader du marché sur la gestion de trafic applicatif (#1 Gartner). Partenariats technologiques avec Oracle, Microsoft, BEA, Siebel Architecture évolutive (API ouverte) sur une même plateforme. TMOS, unique OS pour une solution complète de disponibilité, d optimisation et de sécurité des applications. Le succès des architectures SOA dépend aussi d une architecture Réseau Orienté Services (SON ou Service-Oriented Network) La condition nécessaire d une architecture SOA optimale est un équipement réseau SON ou Service- Oriented Network, extrêmement intelligent, capable de comprendre les flux de services SOA et de parler le même langage que les applications. Par la compréhension en natif de la nature du trafic, l équipement réseau intelligent doit pouvoir moduler le flux et optimiser l acheminement des requêtes et des réponses en fotion des priorités métiers. L évolution constante des besoins de configuration (développements plus rapides et réutilisation des services existants) implique qu il doit aussi offrir les API propices aux services Web et permettre de manière transparente des changements dynamiques et automatisés de configuration. Bénéfices d une solution Réseau Orienté Services F5 Networks dans une architecture SOA Continuité et qualité du service Module le flux et optimise l acheminement des requêtes et des réponses en fotion des priorités métiers. Haute disponibilité (locale ou pour plusieurs datacenters) et persistae des sessions utilisateurs. Renforcement de la sécurité applicative Filtrage applicatif des attaques visant les failles de coeption. Priipe de sécurité positive flexible (apprend la structure du site et spécifie les comportements autorisés). Réduction du coût d acquisition (nombre et durée de vie des serveurs, bande passante) Déleste les applications de fotions évoluées telles que la persistae applicative, l accélération SSL, la compression et la mise en cache. Réduction du coût d exploitation Automatisation des configurations critiques et exécution des changements dynamiques de configuration. Une communauté de plus de 11 développeurs membres : DevCentral (www.devcentral.f5.com) Mise en ligne de code (irules) et documentations (guides de déploiement ) permettant d adapter rapidement l équipement réseau à l environnement applicatif; Forum de discussion et d échange autour des solutions F5 (blogs et vidéo en ligne). Le Sésame 8, rue Germain Soufflot 7818 Montigny-le-Bretonneux Tél. +33 () Fax +33 () Lizzie Cohen-Laloum Responsable des ventes Europe du Sud CA Monde 25 : 281 M$ Effectif Frae : 15 Effectif Monde : >1 TYPE D ENTREPRISE Editeur / Constructeur MÉTIERS Vente de solutions de haute-disponibilité, d optimisation et de sécurité (hardware et software) ENVIRONNEMENTS Windows Linux Mac PROFIL CLIENTS Grands comptes IMPLANTATIONS Siège (Etats-Unis) : Seattle (WA) Bureaux dans le monde entier Agee française (depuis octobre 2) : Montigny-le-Bretonneux XVI Pour plus d informations :

10 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XVIII L annuaire ITN Microsoft 1 3 Dispose de toutes les briques nécessaires 2 % ou moins en environnement Microsoft, plus des connecteurs pour des systèmes spécifiques. Métier : édition de progiciels et de composants pour l Assurae XVIII Ricard, LVMH, L Oréal, Framework.NET 2. et 3. (Windows Commerciale BPEL 1.1, WSI Basic SAP, PeopleSoft, ADP, SEB, Valeo, La Poste Communication Foundation, Windows Profile 1., WS-* JDE, Siebel, Mainframe, (projets Grand Large-SOA) Workflow ), Visual Studio 25, avec WSE 2. ODBC, WebSphere MQ, Biztalk Server MSMQ/MSMQT, Windows SharePoint Omondo 1 K 3 Solution de modélisation UML 2 % ou moins en environnement Java. UPS, Fidelity Investment, EclipseUML Studio for SOA Commerciale OMG UML 2.1, Siemens EclipseUML 3.2 Oracle Le middleware intégré Fusion est en cours 2 % ou moins Collaxa d élaboration, mais de nombreux outils existent déjà pour mettre en place toutes les briques d une SOA. >1 Deutsche Post, EDS, SOA Suite, Business Process Commerciale SCA.9, SDO 2.1, JCA, JMS, ebxml, EDI, Nasa, ESA, Inra, AMF, Analysis Suite, Web Services BPEL 2, SOAP 1.2, RosettaNet, TP-Monitor, Thyssenkrupp, Marsans, Manager, Service Level WSIF 2, SAML 2 Oracle Applications, Belgacom, Qualcomm Management Pack, Event PeopleSoft, JD Edwards, Driven Architecture Suite Siebel, SAP Orchestra Networks Cet éditeur français propose un produit pour gérer les données de référee. Parasoft Cet éditeur d outils de test a créé un produit 21 à 5 % pour tester les services Web de bout en bout. AOL, Yahoo, IBM, Sabre SOAtest Commerciale WSDL, WS-I Basic na Holdings, HP, Cisco Profile 1.1, UDDI American Express, Fidelity Investments Pegasystems Offre double, un outil de gestion de processus orienté interactions humaines et un moteur de gestion de règles métiers. Polarlake Offre d ESB indépendante. Existe une version spécifique pour le monde finaier. Quest Software 6 Supervision des performaes applicatives. 2 % ou moins 2 Perfomasure, Foglight Commerciale Reactivity Accélération et filtrage des contenus XML. Red Hat Le rachat de JBoss a propulsé Red Hat, 21 à 5% JBoss partenaire d ObjectWeb, à la tête d une offre middleware complète mais eore jeune. Direction générale JBoss Application Server, Hibernate, Open Source J2EE, JBI, SCA J2EE des impôts JBoss Portal, JBoss jbpm, JBoss Cache SAP 269,5 M 55 SAP bâtit désormais son offre progicielle 2 % ou moins sur le socle Netweaver, qui peut servir de base à une SOA en dehors du progiciel. 15 Pirelli, Mahette SAP NetWeaver Commerciale SOAP, BPEL, Connecteurs techniques, Publicité, Telecom Italia, WS-Security métiers (Rosettanet ), Diageo, etc. et connecteurs applicatifs (Oracle, PeopleSoft) SAS Institute Ce spécialiste du décisionnel propose une offre d intégration, de nettoyage et de syhronisation des données. ITN, Industriel des progiciels et composants pour l Assurae, conçoit et développe des solutions de gestion à forte valeur ajoutée permettant de gérer et d industrialiser l intégralité des processus métiers assurae et les différentes gammes de produits (IARD, Prévoyae, Santé, Vie, Epargne et Retraite). Offre ITN accompagne les assureurs dans leur stratégie d industrialisation de leur système d information. Pour imaginer, coevoir et déployer une réponse aux spécificités de chaque acteur de l Assurae, ITN propose deux offres reposant sur le même socle industriel et répondant à l ensemble des segments de ce marché : LISOA : (Leading Insurae Service-Oriented Architecture) offre SOA de type composants dédiée aux Grands Comptes de l assurae ; V9 Assuraes : offre packagée intégrant en standard tous les processus métier de l assurae pour les acteurs du Middle Market qui souhaitent une solution progicielle prête à l emploi. Cette gamme d offres est complétée par : V9 Courtage, qui est une offre éprouvée de type progiciel pour les courtiers de niche et les courtiers spécialistes. Expertise SOA ITN développe depuis plus de 2 ans, des solutions innovantes et architecturées autour de composants éprouvés et ouverts. Fort d une politique de Recherche et Développement soutenue, l éditeur ITN accompagne maintenant les assureurs dans leur migration vers les architectures SOA. Afin d accompagner les professionnels du secteur dans leur passage vers ce type d architectures, ITN propose une nouvelle plate-forme de gestion industrielle baptisée LISOA (Leading Insurae Service- Oriented Architecture) leur permettant de moderniser activement leurs infrastructures informatiques. Cette nouvelle offre s inscrit dans le prolongement des précédents développements réalisés par ITN et garantie une continuité avec les investissements préalablement entrepris, tout en permettant une meilleur optimisation des budgets au profit d investissements en innovation et prospective. L offre SOA d ITN permet aussi aux assureurs d améliorer sensiblement leur productivité, leur réactivité et leur qualité de services notamment au travers du laement de nouveaux produits. Cette plate-forme s inscrit dans leur démarche de modernisation active de leurs infrastructures informatiques et de réalisation de leurs objectifs stratégiques grâce à l alignement de leur système d information sur les processus métier de leur entreprise. Réseau Acteur de référee en Frae dans l édition de progiciels et composants, la stratégie d ITN est de devenir n 1 européen dans les trois ans sur l édition de progiciels et composants pour l assurae. Tout en se coentrant sur son métier éditorial et d expertise métiers assurae, ITN s appuie sur les meilleurs intégrateurs, ce qui lui permet de renforcer sa capacité d accompagnement et d innovation métier. La maîtrise technique et fotionnelle est garantie par l éditeur par un programme d appui, gage de qualité et de réussite d un projet d intégration. Référees Depuis plus de 2 ans, de nombreuses sociétés d assurae (Grandes compagnies d assurae, middle market et sociétés de courtage de niche et spécialistes) font confiae à ITN : Caisses d Epargne, Muracef, MAE, Solly Azar (Groupe Verspieren), Zéphir, GNEPF, CMCM, Médicis, SMACL, ASH (Groupe Rotschild), April, etc. 82, rue Saint-Lazare 759 Paris Tél. +33 () Fax +33 () François Petit Président- Directeur général CA 25 : 8 M Effectif 25 : 77 Effectif 26 : 9 TYPE D ENTREPRISE Editeur de logiciel MÉTIERS Edition de progiciels et composants métiers pour le marché de l assurae ENVIRONNEMENTS Windows Unix Linux PROFILS CLIENTS Grands comptes Moyennes entreprises PME TPE AGENCES Paris Lyon Contact : Stéphane Monteiro +33 ()

11 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XX L annuaire SOGETI APPLICATIONS SERVICES XX Scort 5 M 32 Cet éditeur français dispose d une solution 21 à 5 % pour intégrer les applications mainframes aux nouvelles technologies. 5 AGF, AP-HM, Axa, EDF Mainframe Integrator, ES Data Commerciale JCA 1. et 1.5, CICS, IMS GDF, Enel, Finaref, Mapper, ES Screen Editor, ES Call-Out J2EE 1.4, SOAP 1.2, Groupama, Macif SDO Seagull Software 5 Propose un ensemble d outils pour 21 à 5 % Oak Grove exposer les applications mainframes en services Web et les orchestrer. 2 AMF, P&T Luxembourg, LegaSuite Commerciale XML, J2EE,.Net La Suisse Assuraes Seeburger Plate-forme complète pour l'intégration B2B (gestion de processus, syhronisation de données ). Serena Software Propose une offre de gestion 2 % ou moins des processus opérationnels. TeamTrack Commerciale Sodius 35 K 16 Cet éditeur nantais propose des solutions 51 à 8 % de modélisation de processus et de développement basées sur les modèles. 3 Telelogic, PSA, DGA MDWorkbeh Pro, MDWorkbeh OEM Commerciale MDA, MOF 2.x, UML 2.x na Software AG 21 M 115 L éditeur allemand a bâti une offre complète 21 à 5 % à partir de ses outils historiques. Partenaire de Fujitsu pour le BPM et le référentiel. 12 Club Med, Trapil, Crossvision Suite Commerciale WS-I Basic Profile 1.1, Connecteurs Software ministère de la Défense, BPEL 1, BPMN 1, AG et iway Software Nissan, Daimler Chrysler SOAP 1.2, UDDI 3 Sonic Software Filiale de Progress, pionnier de l ESB. Vient de racheter Apama, éditeur d un outil de gestion au fil de l eau des événements complexes. Sterling Commerce Suite d intégration et de gestion de processus pour le B2B, par un pionnier du domaine. Sun Microsystems 1 Outils essentiellement issus du rachat de 2 % ou moins Seebeyond Seebeyond. Très forte adhéree au monde Java. Offre de tarification originale, par employé et par an. 3 OCP groupe Celesio, Sun Java Composite Application Commerciale BPEL 1.1, J2EE 1.4, SAP, Siebel, Oracle Kiabi, CHU de Fort- Platform Suite (JCAPS) UDDI 2, WS-* Applications, Lotus de-frae Domino, CICS, VSAM Cobol Copy Book, IMS Sunopsis Plate-forme d intégration orientée données pour cet acteur français qui proposait à l origine un produit de chargement et de transformation de données (ETL). Sybase Solution d intégration orientée données, avec une offre spécifique pour les plates-formes mobiles. SymphonySoft Les créateurs du bus applicatif (ESB) en Open Source Mule. SysperTec Communication Exposition d applications mainframes sous forme de services Web par un éditeur français original (détenu par ses salariés). Sogeti Application Services a pour mission de coevoir, développer, tester et maintenir votre patrimoine applicatif, quels que soient vos environnements applicatifs et technologiques. Son objectif est d optimiser les performaes opérationnelles et économiques de votre système d information tout au long de sa durée de vie. Vous conseiller dans l optimisation de votre parc applicatif Le système d information est à la croisée d enjeux stratégiques dont le périmètre s étend de la maîtrise d ouvrage à la maîtrise d œuvre, en passant par toutes les phases de test. Cette approche globale nous permet de : renforcer la cohéree de votre système d information ; assurer la fluidité des liens entre vos structures techniques et vos process métier ; accroître la productivité de votre parc applicatif ; recentrer l entreprise sur son cœur d activité. Vous garantir le bénéfice des bonnes pratiques de votre secteur Nos expertises sectorielles renforcent la valeur ajoutée et la réactivité de nos solutions. Acquises et entretenues grâce à la mutualisation des expériees de notre réseau d agees, elles sont à votre service pour : affiner les diagnostics sur vos systèmes en place ; accompagner, voire devaer, vos besoins métier ; anticiper les évolutions des standards applicatifs. Vous délivrer des solutions applicatives souples et efficaces Pour vous inscrire dans une démarche d amélioration continue de votre système d information, nous vous proposons trois offres majeures : Testing ; Assistae à la maîtrise d ouvrage (MOA) ; Conseil en Architecture Orientée Services (SOA). Le Testing : Leader européen, Sogeti propose une offre fondée sur l analyse des risques, la professionnalisation et l industrialisation des processus de tests à travers des services à la carte : conseil et organisation, mise en œuvre et centre de service L Assistae à la Maîtrise d Ouvrage (AMOA) : La simplicité d un projet informatique et l efficacité de son déploiement dépendent du Maître d ouvrage. Une organisation complexe, des différees d interprétation dans l adaptation du système d information aux stratégies métier peuvent fragiliser l amélioration de vos performaes. Etablir un dialogue constructif entre vos directions fotionnelles et techniques est un enjeu fondamental de la Maîtrise d ouvrage. Le conseil en Architecture Orientée Services (SOA) : L évolution des métiers est de plus en plus rapide et sophistiquée, les systèmes d information de plus en plus complexes. Leur organisation traditionnelle en silos constitue désormais un frein à la performae et à la productivité de votre entreprise. La démarche SOA d urbanisation et d architecture repose sur 4 étapes : 1. Audit de maturité Centré sur votre stratégie business, cet audit interroge trois axes : vos méthodes et processus sont-ils adaptés au SOA? Votre système d information est-il orienté SOA et répond-il à vos enjeux business? Votre mode de gouvernae est-il optimisé pour SOA? La réponse à ces questions permet de définir les actions d amélioration qui élèveront le niveau de maturité de votre architecture. 2. Définition de l architecture Elle est réalisée en conformité avec votre stratégie d entreprise, et dans le respect des exigees fotionnelles, de sécurité et de qualité de service de votre SI. 3. Mise en œuvre de l architecture Selon les objectifs, deux modalités d actions sont possibles : top/down pour refondre ou intégrer une application, ou eore laer un nouveau projet métier ; bottom/up pour intégrer des applications existantes dans l architecture SOA ou identifier de nouveaux services métiers. 4. Accompagnement global Démarche d urbanisation transverse, cet accompagnement garantit l évolution de votre architecture sur les 3 axes clés du modèle SOA : process métier, système d information et gouvernae. Nos compétees sur le conseil en Architecture Orientée Services (SOA) Derrière notre leader SOA, Philippe Ravix, une équipe de 3 consultants experts du sujet est là pour répondre aux attentes de nos clients. La taille de cette équipe augmente chaque jour pour répondre à la demande du marché. Notre centre de formation Sogeti offre un cursus complet pour les consultants débutant sur le sujet et des modules spécifiques pour les consultants confirmés. Parallèlement, une communauté SOA regroupe chez Sogeti plus de 1 collaborateurs intéressés. 6/8, rue Duret Paris Tél. +33 () Fax +33 () Philippe Tavernier Directeur général CA Frae 25 : 615 M CA Monde 25 : 1,2 Mds Effectif Frae : 9 Effectif Monde : 15 TYPE D ENTREPRISE SSII MÉTIERS High Tech : R&D - Systèmes embarqués - Calculs scientifiques Infrastructures Services : Gestion des infrastructures - Infogérae - Conseil & Expertise Application Services : Conseil AMOA / AMOE - SOA - Testing - Projets PRESTATIONS Conseil métier - Conseil SI - Expertise technologique - AMOA Projets - Intégration de systèmes Support - Help Desk - Infrastructure et Application Management PROFIL CLIENTS L ensemble des grands comptes répartis en trois secteurs d activités : Finae / Assurae Telecom Industrie / Energie / Retail / Utilities IMPLANTATION MONDIALE Frae : 9 collaborateurs - 3 implantations en Frae Pays-Bas : 2 5 collaborateurs Espagne : 1 1 collaborateurs USA : 1 collaborateurs Belux : 8 collaborateurs Suède : 65 collaborateurs Allemagne / Suisse : 1 collaborateurs Contact : Philippe Ravix

12 p12/22_guidesoa 9/7/7 16:38 Page XXII L annuaire XCALIA XXII Systar Editeur français pionnier de la supervision des performaes applicatives et des processus métiers (BAM). Telelogic Offre de modélisation des processus d entreprise, à utiliser en amont. Tibco Software 3 Pionnier des bus interapplicatifs asyhrones, 51 à 8 % Talarian, Extensibility propose aujourd hui une offre d intégration complète dont un outil de gestion au fil de l eau des événements complexes. 15 BP, Delta Airlines, Tibco BusinessWorks, Tibco Commerciale SOAP 1.2, JMS, Cobol, s, EJB, Fedex, KPN, BusinessEvents, Tibco BusinessFactor, WS Security, WSDM, fichiers, FTP, Java, Procter & Gamble, Tibco General Interface, BPEL JDBC, JMS, RMI, TCP, Société générale, Tibco XML Canon JDEdwards, Oracle, Telecom Italia SAP, Siebel, AS4, COM, Corba, RFID Twinsoft,8 M 12 Editeur français d outils d accès aux 51 à 8 % applications mainframes, propose une offre spécifique pour l intégration dans les SOA. 3 BNP Paribas, Canon Convertigo Connector Edition Commerciale WSDL 1.1, SOAP 1.1 CICS, 327, 525, Bull Frae, M6 Boutique, DKU, Unix/DEC VTxxx, Dresdner Bank Minitel Luxembourg Valdys Offre de modélisation des processus d entreprise. Outil créé par un cabinet de conseil français pour ses propres besoins. WebMethods 25 Un des derniers pure-players des progiciels 51 à 8 % Active Software en 2, d intégration (EAI). Mise désormais sur une The Mind Electric en 24, offre conforme aux standards des services Web. Cerebra et Infravio en Amec Spie, Alcatel, WebMethods Fabric, WebMethods SOA Commerciale SOAP, UDDI, WebLogic, Swift, Arcelor, Bouygues BPEL, WS-* Informix, Informatica, Telecom, EDF-GDF, Oracle, JMS, EDI, SAP, Frae Télécom, PeopleSoft, JD Edwards, Société générale, Total Lotus, Siebel, Vantive Wraptor 6 K 15 Editeur français d un outil d intégration 21 à 5 % d applications (EAI). Existe des déclinaisons spécifiques pour les entreprises du transport et de la santé. 4 Chambre d agriculture Jeebop, Jeebop Santé, Jeebop Commerciale SOAP, JMS, Corba Fichier, BDD, 59-62, IAE, Clinique Transport mainframe, ERP, La Casamae Edifact Xcalia Editeur français (ex-libelis) d un outil d intégration orienté données, dérivé de l offre de correspondae relationnel-objet Lido. A propos de Sun Microsystems et la SOA La seule acquisition de poids menée par Sun Microsystems I (NASDAQ : SUNW) dans le domaine des Architectures Orientées Services (SOA) est SeeBeyond en 25. La solution Sun Java Composite Application Platform Suite (CAPS), complètement intégrée à l offre Sun Java Enterprise System, s articule autour d une plateforme complète, homogène et intégrée, couvrant tous le spectre des besoins en SOA comme l intégration technique, le BPM, l ETL, les échanges B2B, l ESB (Bus d entreprise), l intégration des données (MDM), la qualité des données (consolidation, dédoublonnage ), le BAM (Business Activity Monitoring), portail. Toutes les composantes de la suite sont développées en interne par la R&D dans le respect des standards, ce qui réduit le temps de mise en œuvre de la solution. Sun Microsystems compte plus de 2 clients (intégration) à travers le monde, notamment BHP Billiton, Blue Cross Blue Shield of Massachusetts, Clearstream, NHS (Système de Santé Britannique), The Dial Corporation, DuPont, Florida Power & Light, Fluor Daniel, Fujitsu, General Motors, Harrod s, Halliburton, Hertz Corporation, Lockheed Martin, Pfizer, Samsung, Sprint et Sutter Health. En Frae, les clients sont notamment OCP Celesio, Air Liquide, Carrefour, Fnac, Groupe Cora, Supermarchés Match, Kiabi, Leroy Merlin, Axa, Société Générale AM, BAREP AM, BNP Paribas, Crédit Foier de Frae, SNCF, Schlumberger, CHU de Fort de Frae. Pour plus d informations sur Sun Microsystems ou sur son offre SOA, consultez notre site Web ou envoyez un à : Xcalia est un fournisseur de logiciel d intégration dynamique pour les entreprises agiles pour créer facilement des applications composites transactionnelles. Son approche unique d Intermédiation permet l accès unifié et en temps réel aux données et aux services hétérogènes. L Intermédiation est adaptive et configurable. Les modifications des applications peuvent être faites rapidement et efficacement sans impact sur les systèmes ou les infrastructures environnants. Xcalia Intermediation Core (XIC) de Xcalia permet de combiner le legacy, les mainframes, les applicatifs, les sources de données (CICS, IMS, MQ-Series, RDBMS) et les Web-services pour créer des applications composites, transactionnelles et dynamiques. Xcalia assure le mapping des services avec les sources de données de l entreprise sans besoin de se préoccuper du contenu, de l emplacement, de la plate-forme ou du langage de programmation associés. XIC sollicite les sources de données au travers des APIs natifs, sans traduction XML, conservant ainsi le contexte d exécution et de transaction. XIC facilite l interaction avec les Web-services et autres technologies d infrastructure de service, iluant les moniteurs transactionnels, le middleware orienté message, les ESBs, les outils de BPM et les progiciels applicatifs. XIC se place entre les couches métier et de données pour fournir un accès cohérent aux données et aux services en utilisant un référentiel basé sur des métadonnées. Une fois définis dans le modèle métier, les données et les services appropriés sont composés dynamiquement et les transactions métier exécutées en temps réel. La plate-forme d Xcalia peut accéder à l information où qu elle se trouve, sans interruption et de manière transactionnelle. XIC est idéal dans les environnements métier à haute performae où les capacités transactionnelles doivent être préservées tout en utilisant les sources d information au travers de services. Xcalia Intermediation permet aux sociétés de remplacer de manière irémentale l accès direct aux données par des services, autorisant une migration facile et à faible risque vers SOA. De grandes référees Xcalia compte parmi ses clients plus de 2 grandes entreprises générant des millions de transactions par jour qui apprécient en Xcalia l innovation technologique, la qualité de produit, et l engagement de service dont BNP Assurae, BNP Securities, Conforama, Unedic, Thales, Logement Français, Frae Secours en Frae et Generali, BPER (Rothschild), Conselleria de Valeia, ING Diba, Fiducia, Warwick University à l étranger. Un leader Elu Cool Vendor 26 par le Gartner Group dans le domaine de l intégration et de l accès aux données. Membre fondateur du standard SDO. Membre des comités de standardisation JDO, EJB, POJO. Gazelle de l Etat 25. Pierre Violo Président- Directeur Général 71, rue Desnouettes 7515 Paris Tél. +33 () Effectif : 32 TYPE D ENTREPRISE Editeur de logiciels MÉTIERS Développement et vente de logiciels Conseil, formation et support technique ENVIRONNEMENTS Java Windows Unix Linux Mainframe RDBMS PROFILS CLIENTS Grands comptes Moyennes entreprises Editeurs de logiciels BUREAUX Siège : Paris Allemagne : Munich Etats-Unis : Palo-Alto

13 p12/22_guidesoa 9/7/7 17:8 Page XXIV Oracle Fusion Middleware Les entreprises performantes Font confiae à Oracle Fusion Middleware Oracle Fusion Middleware Hot-Pluggable. Comprehensive.* J2EE Portails d entreprise Gestion des Identités Intégration Référentiels de données Business Intelligee oracle.com/fr ou téléphonez au * S intègre tout naturellement dans votre Système d Information existant hétérogène Copyright 25, Oracle. Tous droits réservés. Oracle, JD Edwards et PeopleSoft sont des marques déposées de Oracle Corporation et/ou de ses filiales. Les autres noms peuvent être des marques de leurs détenteurs respectifs.

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

NOVA BPM. «Première solution BPM intégr. Pierre Vignéras Bull R&D

NOVA BPM. «Première solution BPM intégr. Pierre Vignéras Bull R&D NOVA BPM «Première solution BPM intégr grée» Pierre Vignéras Bull R&D Définitions Business Process Pratiques existantes qui permettent aux personnes et systèmes de travailler ensemble Business Process

Plus en détail

l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA

l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA l'esb JBI au coeur de l'initiative SOA Initiative SOA Gaël Blondelle CTO EBM WebSourcing Chairman Technology Council OW2 13 Juin 2007 Agenda Ptf de référence OW2 Initiative SOA PEtALS, l'esb d'ow2 2 Opportunité

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

La démarche SOA et l interopérabilité applicative

La démarche SOA et l interopérabilité applicative La démarche SOA et l interopérabilité applicative Retour d'expérience des projets RITA / PRESTO de la Direction Générale de la Modernisation de l'état Abdelaziz Skalli Consultant Tél : +33.630.78.54.75

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

La reconquête de vos marges de manœuvre

La reconquête de vos marges de manœuvre La reconquête de vos marges de manœuvre Libérez vos applications critiques Bull ouvre de nouvelles portes à votre patrimoine applicatif. Bull LiberTP fait passer simplement vos applications transactionnelles

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Les serveurs d applications :une introduction

Les serveurs d applications :une introduction Les serveurs d applications : une introduction Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Octobre 2006 Plan de la présentation

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

L Orchestration de Services Web avec Orchestra. Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager

L Orchestration de Services Web avec Orchestra. Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager L Orchestration de Services Web avec Orchestra Goulven Le Jeune Orchestra Project Manager D1 Bull, Architecte d un Monde Ouvert : contributeur et acteur majeur de l'open Source Applications métiers Infrastructures

Plus en détail

Fusion : l interopérabilité chez Oracle

Fusion : l interopérabilité chez Oracle Standardisation et interopérabilité Fusion : l interopérabilité chez Oracle Lionel Dubreuil,, Applications Technology Product Manager, Oracle France, lionel.dubreuil@oracle.com 29/03/2006 Page : 1 Oracle

Plus en détail

Composition de Services Web

Composition de Services Web Composition de Services Web Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A, Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri 127

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006

Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 Modéliser et déployer des processus d entreprise avec Biztalk 2006 L Entreprise : Un Écosystème Complexe Client Contoso Client Internet Logistique HR System XML Banque ERP CRM Fournisseur ecomm Considérer

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances Gérer ses processus métier et bénéficier d une visibilité totale avec une plateforme de BPM unique IBM Software 2 IBM Business Process

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform

Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform IBM Software Group Développement logiciel pour l Architecture Orientée Services avec IBM Rational Software Development Platform Thierry Bourrier, Techical Consultant thierry.bourrier@fr.ibm.com L Architecture

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

BizTalk 2006. Business Process Integration

BizTalk 2006. Business Process Integration BizTalk 2006 Business Process Integration Préoccupations Métier vs IT Accroître la Qualité de Service (Faire plus avec Moins) Meilleure Visibilité et Contrôle Sur le Métier Motivé par des enjeux métiers

Plus en détail

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1

Urbanisation des SI. Des composants technologiques disponibles. Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Urbanisation des SI Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information Henry Boccon Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus de données, ETL et EAI

Plus en détail

Business Process Modeling (BPM)

Business Process Modeling (BPM) Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA Cécile Hardebolle cecile.hardebolle@supelec.fr Programme 8 nov. 15 nov. Introduction. Enjeux, rôle de l'architecte SI Partie n 1 du cas d'étude Architecture

Plus en détail

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires

Agenda. Le problème -> La réponse : NADAP Les limites. NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus MAJ 17/10/2014 Rafael Gutierrez Agenda Le problème -> La réponse : NADAP Les limites NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Guides et

Plus en détail

Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015. Rafael Gutierrez

Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015. Rafael Gutierrez Présentation NADAP Nouvelle Approche Dédiée aux Processus-V1 MAJ 20/01/2015 Rafael Gutierrez Agenda Le problème -> La réponse : NADAP Les limites NADAP pour les MOA, les MOE et les bénéficiaires Guides

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication BPM: état de l art Qui sommes-nous? PAC en bref Stockholm Une société européenne indépendante De notoriété internationale Reconnue par tous les acteurs du marché Offrant une grande variété de prestations

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM)

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA Business Process Modeling (BPM) Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr Idir AIT SADOUNE - Plan 1 Notion de processus? 2 Modélisation des processus? 3 Langages

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB

Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB 10, avenue de l Europe Parc Technologique du Canal 31520 Ramonville st Agne 05.61.28.56.20 05.61.28.56.00 www.ebmwebsourcing.com Nouvelles technologies pour l intégration : les ESB EBM Websourcing Sommaire

Plus en détail

LES ARCHITECTURES ORIENTÉES SERVICES

LES ARCHITECTURES ORIENTÉES SERVICES Pourquoi WebSphere La complexité des affaires exerce une forte pression sur l IT : Challenges Globalisation Pressions de la compétition Erosion de la fidélité des clients Complexité de la chaine logistique

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

Programmation d applications distribuées

Programmation d applications distribuées Programmation d applications distribuées François Charoy Université Henri Poincaré 8 octobre 2007 Première partie I Développement d applications distribuées Objectifs du cours Comprendre ce qu est une

Plus en détail

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Automatisation des décisions métier et réduction du délai de lancement de nouvelles initiatives IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Gestion

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

IBM Business Process Manager

IBM Business Process Manager IBM Software WebSphere Livre blanc sur le leadership en matière d innovation IBM Business Process Manager Une plateforme de BPM complète, unifiée et facilement adaptable aux projets et aux programmes d

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

Le 09 et 10 Décembre 09

Le 09 et 10 Décembre 09 Séminaire de 2 jours Le 09 et 10 Décembre 09 Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier 2 OXIA a pour mission de concevoir et mettre en œuvre les meilleures solutions technologiques

Plus en détail

Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect

Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect Jean-Philippe VIOLET Solutions Architect IBM Cognos: L' Expertise de la Gestion de la Performance Acquis par IBM en Janvier 08 Rattaché au Brand Information Management Couverture Globale 23,000 clients

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de sécurité

Vers un nouveau modèle de sécurité 1er décembre 2009 GS Days Vers un nouveau modèle de sécurité Gérôme BILLOIS - Manager sécurité gerome.billois@solucom.fr Qui sommes-nous? Solucom est un cabinet indépendant de conseil en management et

Plus en détail

OpenESB Libre, standard, outillé, documenté et supporté

OpenESB Libre, standard, outillé, documenté et supporté OpenESB Libre, standard, outillé, documenté et supporté Alexis Moussine-Pouchkine Sun Microsystems, Inc. Constat Les projets d'intégration sont mono-éditeur Est-ce viable à long terme? Quel(s) Standard(s)

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION 13 OCTOBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2. Bpifrance PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2 1

DOCUMENT DE CONSULTATION 13 OCTOBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2. Bpifrance PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2 1 DOCUMENT DE CONSULTATION 13 OCTOBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2 DSI 2015 313 PAP EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2 Bpifrance PRESTATION EXPERT TECHNIQUE ESB WSO2 1 TYPE DE PROCEDURE

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring

IBM Tivoli Monitoring Surveiller et gérer les ressources vitales et les mesures sur diverses plates-formes à partir d une seule console IBM Tivoli Monitoring Points forts Surveille de manière proactive Aide à réduire les coûts

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere

VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere VisualAge Pacbase 3.0 et WebSphere Conférence VisualAge Pacbase 13 décembre 2001 Fernand Bonaguidi Jean-François Lévi 1 La plateforme logicielle WebSphere Applications de s et de Partenaires Accélérateurs

Plus en détail

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft

Le Cloud Computing et le SI : Offre et différentiateurs Microsoft Le Cloud Computing désigne ces giga-ressources matérielles et logicielles situées «dans les nuages» dans le sens où elles sont accessibles via Internet. Alors pourquoi recourir à ces centres serveurs en

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information

DataStudio. Solution d intégration des données et de diffusion de l information DataStudio Solution d intégration des données et de diffusion de l information L ETL, cœur de la performance des entreprises La forte intégration des applications est désormais une condition indispensable

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d'information

Urbanisation des Systèmes d'information Urbanisation des Systèmes d'information Des composants technologiques disponibles Urbanisation des Systèmes d'information - Henry Boccon-Gibod 1 Plan de l'exposé Technologies à la mode disponibles. Bus

Plus en détail

La S O A O pen S ource avec. Démos / Outils PEtALS

La S O A O pen S ource avec. Démos / Outils PEtALS La S O A O pen S ource avec Démos / Outils PEtALS Sept. 2007 La route vers la SOA Un ESB (Enterprise Service Bus) basé sur les standards Java, JBI et Web Services est une bonne technologie pour instancier

Plus en détail

Architecture SOA Un Système d'information agile au service des entreprises et administrations

Architecture SOA Un Système d'information agile au service des entreprises et administrations Architecture SOA Un Système d'information agile au service des entreprises et administrations www.objis.com Présentation Architecture SOA - JCertif 1 Qui sommes-nous? Spécialiste JAVA depuis 2005 (Lyon,

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

Repoussez vos frontières

Repoussez vos frontières Repoussez vos frontières Avec la plateforme d applications la plus rapide et agile au monde Vos applications métier disponibles tout le temps, partout. La Liberté de Choisir Client/Serveur - Applications

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

Offre Supervision OF. mercredi 17 septembre 2014. Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL

Offre Supervision OF. mercredi 17 septembre 2014. Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL Offre Supervision OF mercredi 17 septembre 2014 Groupe CGI inc. CONFIDENTIEL Agenda 1 2 3 4 5 6 7 Pourquoi cette solution? Principes et enjeux de la solution Les modules & fonctionnalités Architecture

Plus en détail

BPEL Orchestration de Web Services

BPEL Orchestration de Web Services Orchestration de Web Services Grégory Le Bonniec gregory.lebonniec@zenika.com 26 novembre 2009 1 Zenika Conseil / Développement / Formation Localisation : Paris et Rennes Nos partenaires Mon expérience

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 38 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 11 - Les Enterprise Java Beans (Introduction aux Enterprise Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences

Plus en détail

Gestion des Identités : 5 règles d'or. Patrice Kiotsekian Directeur Evidian France

Gestion des Identités : 5 règles d'or. Patrice Kiotsekian Directeur Evidian France Gestion des Identités : 5 règles d'or Patrice Kiotsekian Directeur Evidian France Page 1 - Mai 2005 Défi N 1 : la gestion de la cohérence Alors que les référentiels et bases d identité et de sécurité sont

Plus en détail

Piloter vos activités métier avec le BAM. Jean-Marc Langé

Piloter vos activités métier avec le BAM. Jean-Marc Langé Piloter vos activités métier avec le BAM Jean-Marc Langé Qu est-ce que le BAM? Le BAM (Business Activity Monitoring) consiste à agréger, analyser et présenter en temps réel des informations sur les activités,

Plus en détail

Mettre en œuvre les processus

Mettre en œuvre les processus Plan du chapitre 1 Introduction Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 03 Définition et modélisation de l entreprise 2 Les motivations et la stratégie

Plus en détail

Architecture des systèmes d information

Architecture des systèmes d information Architecture des systèmes d information Table des matières 1 La décennie 70 1 2 Le modèle relationnel (les années 80) 1 3 Enrichissement du relationnel (les années 80/90) 2 4 Système d informations (les

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier

Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier Mettez les évolutions technologiques au service de vos objectifs métier 2 OXIA a pour mission de concevoir et mettre en oeuvre les meilleures solutions technologiques visant à améliorer la productivité,

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1

IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Superviser et administrer à partir d une unique console l ensemble de vos ressources, plates-formes et applications. IBM Tivoli Monitoring, version 6.1 Points forts! Surveillez de façon proactive les éléments

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

Consultant AMOA. Réf.: QSDA1607 COMPETENCES FONCTIONNELLES ET REALISATIONS COMPETENCES TECHNIQUES. Communication :

Consultant AMOA. Réf.: QSDA1607 COMPETENCES FONCTIONNELLES ET REALISATIONS COMPETENCES TECHNIQUES. Communication : Réf.: QSDA1607 Consultant AMOA COMPETENCES FONCTIONNELLES ET REALISATIONS Communication : Formalisation des besoins utilisateurs Animation de réunions et d'ateliers Organisation de la méthode de travail

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

Services Web. Fabrice Rossi. http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine. Services Web p.1/26

Services Web. Fabrice Rossi. http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine. Services Web p.1/26 Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Services Web p.1/26 Plan du cours 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/

Plus en détail

Services Web. Plan du cours

Services Web. Plan du cours Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Services Web p.1/26 Plan du cours 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/

Plus en détail

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM

BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM PRODUITS BUSINESSOBJECTS EDGE PREMIUM Avantages de la Business Intelligence Assurer une visibilité intégrale des activités Identifier de nouvelles opportunités Détecter et résoudre les problèmes Remplacer

Plus en détail

Plan du cours. Services Web. Un service web? Plan de l introduction. 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI

Plan du cours. Services Web. Un service web? Plan de l introduction. 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Plan du cours Services Web Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine 1. Introduction 2. SOAP 3. WSDL 4. UDDI Site du cours : http://apiacoa.org/teaching/webservices/ Services

Plus en détail

Création d un WebService. Tp WinDev Numéro 13

Création d un WebService. Tp WinDev Numéro 13 Tp WinDev Numéro 13 Objectifs : Création d un WebService Paramétrage d un serveur Web, Création du Service Web, Création du client consommateur, Approche XML, SOAP Outils : Un serveur d application Ce

Plus en détail

Sécurisez et assurez la qualité de service des architectures SOA. Julien Bouyssou IBM Software Group Eric Trojman IBM Global Services

Sécurisez et assurez la qualité de service des architectures SOA. Julien Bouyssou IBM Software Group Eric Trojman IBM Global Services Sécurisez et assurez la qualité de service des architectures SOA Julien Bouyssou IBM Software Group Eric Trojman IBM Global Services 13 La sécurité dans un projet SOA, ce qui ne change pas et ce qui change

Plus en détail

Parole d utilisateur. Témoignage Infrastructure Windows Server. Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure

Parole d utilisateur. Témoignage Infrastructure Windows Server. Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure Parole d utilisateur Témoignage Infrastructure Windows Server Italcementi Calcia réduit ses coûts par la consolidation de son infrastructure Témoignage Infrastructure Windows Server Italcementi Calcia

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 4 : Web Service Sommaire Introduction... 1 Web Service... 1 Les technologies des

Plus en détail

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI IAE Lyon 3 - DSCG / DUSCG 1 - Formation initiale 2015 - Semestre 1&2 Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI S1 - M4 - Urbanisation des SI Yves MEISTERMANN DSCG UE 5 - Bulletin

Plus en détail

Gestion de la sécurité SOA. Mokdad SALHI Architecte certifié IBM - SOA Leader msalhi@fr.ibm.com

Gestion de la sécurité SOA. Mokdad SALHI Architecte certifié IBM - SOA Leader msalhi@fr.ibm.com Gestion de la sécurité SOA Mokdad SALHI Architecte certifié IBM - SOA Leader msalhi@fr.ibm.com Agenda 1 SOA en deux mots! 2 La sécurité dans un contexte SOA 3 4 5 Le modèle WS-Security Les problématiques

Plus en détail

Cloud Computing et SaaS

Cloud Computing et SaaS Cloud Computing et SaaS On a vu fleurir ces derniers temps un grands nombre de sigles. L un des premiers est SaaS, Software as a Service, sur lequel nous aurons l occasion de revenir. Mais il y en a beaucoup

Plus en détail

Business Activity Monitoring (BAM)

Business Activity Monitoring (BAM) session TA22 Business Activity Monitoring (BAM) Jean-Marc Langé IBM Software, Architecte WebSphere/SOA jmlange@fr.ibm.com 2 Qu est-ce que le BAM? Le BAM (Business Activity Monitoring) consiste à agréger,

Plus en détail

Windows (2000/NT), Solaris, AIX, HP-UX, Linux Haute disponibilité : SunCluster 3, Veritas Cluster Server 4. J2EE (JSP, Servlet, EJB, JTA), Open Source

Windows (2000/NT), Solaris, AIX, HP-UX, Linux Haute disponibilité : SunCluster 3, Veritas Cluster Server 4. J2EE (JSP, Servlet, EJB, JTA), Open Source David MAFFRAND Architecte SI E-mail : dmafblog@gmail.com Web : http://dmaf.free.fr Certifié Weblogic Server 6 Certifié webmethods Integration 4.6 Certifié webmethods Enterprise 5.0 Certifié webmethods

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Système d échange inter-administration avec Petals ESB

Système d échange inter-administration avec Petals ESB Système d échange inter-administration avec Petals ESB La plateforme RITA à la DGME Abdelaziz Skalli Consultant Tél : +33.630.78.54.75 abdelaziz.skalli@logica.com Logica 2008. All rights reserved Sommaire

Plus en détail

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 Table des matières CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 CLIENT/SERVEUR :... 2 Les principes de base...2 MIDDLEWARE... 3 VUE EN NIVEAUX... 3 1 Tier...3 2 Tier...3 3 Tier...3 n Tier...4 L'ÉVOLUTION

Plus en détail

Retour d expérience. Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management

Retour d expérience. Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management Retour d expérience Julien BERNARD Crédit Agricole Asset Management Sommaire 1. Crédit Agricole Asset Management 2. Etat des lieux applicatifs 3. Plate-forme de développement 4. Retour d expérience sur

Plus en détail

AOP et industrialisation de la production d applications

AOP et industrialisation de la production d applications IrisaTech AOP et industrialisation de la production d applications Didier GIRARD Directeur Technique d IMPROVE Réf ITF0010 Page 1 IMPROVE Santé : Éditeur Résurgences depuis 1996, 15 Hôpitaux Interconnexion

Plus en détail

Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management

Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management Evidian IAM Suite 8.0 Identity Management Un livre blanc Evidian Summary Evidian ID synchronization. Evidian User Provisioning. 2013 Evidian Les informations contenues dans ce document reflètent l'opinion

Plus en détail