LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT"

Transcription

1 LA THEORIE CLASSIQUE DE L INVESTISSEMENT ET DU FINANCEMENT Cette leçon et la suivante ont trait aux relations de l entreprise avec ses apporteurs de capitaux. L économie financière classique a pour fondement un modèle de l entreprise basé sur les produits et les charges, les recettes et les dépenses. Les dirigeants décident de faire ou ne pas faire des investissements en fonction des cash flows que génèrent ces derniers, comment financer ces investissements, avec de la dette ou en émettant des actions par augmentation de capital, et quelle proportion des bénéfices devrait être versée sous forme de dividendes et à contrario quelle proportion devrait être gardée dans l entreprise pour y être réinvestie. Les investisseurs eux doivent décider dans quelles entreprises acheter des actions. La combinaison de leurs décisions détermine la demande pour les différents titres, leur prix et par conséquent la relation qui existe entre les taux de rentabilité des différents titres. Nous allons examiner dans cette leçon les principaux résultats de l économie financière classique. Le théorème de séparation de Fisher ( ), Fisher est l économiste qui déclarait au début de l année 1929 que le marché des actions avait atteint un plateau permanent duquel il ne devait plus descendre! Malgré cela c était un grand économiste. Dans une situation idéalisée où les entreprises peuvent prêter et emprunter au même taux d intérêt, les projets d investissement des entreprises peuvent être évalués indépendamment des décisions de consommation et des préférences de leurs propriétaires. La valeur actuelle. Tout projet d investissement devrait être accepté, à condition que sa valeur actuelle définie comme le montant du prêt qui devait être remboursé en utilisant des cash flows, soit supérieure au montant de l investissement. En d autres termes que la valeur actuelle nette (VNA) soit positive. 1

2 Pour les décisions d investissement stratégiques, il faut faire attention à ne pas utiliser uniquement les cash flows directement liés au projet, mais aussi ceux d autres parties de l organisation qui en bénéficieront directement ou indirectement. Les théorèmes de Modigliani et Miller selon lesquels «la structure financière et la politique des dividendes n affectent pas la valeur de l entreprise». Quand le théorème de Fisher s applique, la formation brute de capital fixe dans l économie est efficiente, puisque seuls les investissements dont la rentabilité est supérieure au coût du capital sont entrepris. Enfin le CAPM (MEDAF) donne une formule d évaluation des prix des actifs financiers. Cette leçon traite de ces sujets en trois parties : l économie classique des décisions d investissement, l économie classique des décisions financières, le risque de l investissement et le coût du capital. I. L économie classique des décisions d investissement L économie classique de la finance repose sur l hypothèse que les dirigeants d entreprises et les investisseurs n ont pas de conflits d intérêt, ou tout au moins que les décisions financières des firmes n ont aucune incidence sur de tels conflits d intérêt, même s ils existent bien. Dans l économie classique, la firme est conceptualisée comme un ensemble de plans de production, desquels les plus rentables sont sélectionnés. La finance classique est enracinée dans cette approche. 2

3 Le théorème de séparation de Fisher Supposez qu un commerçant ayant un magasin d habillement envisage d ouvrir une seconde boutique dans un autre quartier. Pour ce faire, il doit louer un local commercial, payer un droit au bail, recruter du personnel, commander et payer les stocks de marchandises, faire des dépenses publicitaires et promotionnelles pour faire connaître son existence dans ce quartier, etc. Selon ses calculs, le commerçant sera rentré dans ses fonds au bout de 6 ans, en engrangeant chaque année des profits P 1, P 2, P 6. Supposons que ces chiffres soient certains, ou, ce qui revient au même, que le commerçant soit neutre au risque, doit-il entreprendre cet investissement? Si le commerçant doit financer cet investissement sur sa propre épargne parce qu il n y a pas d institution financière pour lui prêter des fonds, la réponse à cette question dépend de savoir à quels autres usages il pourrait affecter cette épargne. S il comptait aussi acheter un bateau, et qu il ne peut financer les deux, il lui faut choisir. Donc, quand un individu finance un investissement entièrement sur ses fonds personnels, sa décision d investir ou de ne pas investir dépend de ses préférences personnelles sur le profil dans le temps de sa consommation. Si l investissement peut être financé par emprunt, le commerçant le remboursera avec les cash flows annuels successifs. Dans ce cas, le projet sera rentable si le commerçant peut rembourser tout le prêt avec les cash flows, et qu il lui reste encore quelque chose. Et il pourra simultanément acheter son bateau. Vous voyez la différence : quand il y a un marché du capital ou des fonds prêtables, la décision d investissement ne dépend plus des préférences personnelles de consommation du décideur mais des cash flows et du taux d intérêt. D où le théorème de «séparation» de Fisher. C est très important parce que lorsqu il y a plusieurs décideurs, leurs préférences personnelles n entre pas en ligne de compte et c est donc plus facile pour qu ils se mettent d accord. 3

4 Valeurs Actuelles Nettes Année Cash Flows Facteur d accumulation Valeur Actuelle t C t A t = (1+r) t C t /A t Total des cash flows passifs Investissement initial VNA La valeur actuelle des cash flows indique la taille du prêt qui peut être remboursée avec ces cash flows. Dans la mesure où elle est supérieure à l investissement initial, l investissement est rentable. Remarquez la puissance de l accumulation, et l incidence du niveau des taux. Le cash flow requis au bout de 10 ans pour rembourser un emprunt contracté aujourd hui de 100 est de à 6 %, mais de à 10 % Si la période d investissement est de 20 ans, les chiffres correspondants sont respectivement de (6 %) et (10 %). Pourquoi 10 %? C est en réalité le problème du calcul du coût du capital, qui est beaucoup plus complexe que la prise en compte d un simple taux d intérêt. Analyse financière et décisions d investissement Les dirigeants trop formés à l analyse financière mais pas suffisamment à la technologie peuvent sous estimer les bénéfices de la diffusion des technologies dans une organisation et sous estimer la rentabilité d un investissement par myopie. Les décisions d investissement vont au delà des calculs qui viennent d être évoqués. 4

5 Il y a des investissements stratégiques qui peuvent rapporter au delà des calculs et des cash flows que nous venons de faire. Un exemple important d une décision d investissement stratégique est de savoir s il faut faire construire une nouvelle unité de production qui utilisera une nouvelle technologie pour fabriquer un produit existant. Le dirigeant «borné» prendra les chiffres prévisionnels de chiffre d affaires et les coûts de la nouvelle et de l ancienne usine avec la nouvelle et l ancienne technologie. Mais il aura oublié que la nouvelle technologie peut apporter d autres avantages : - accroître la flexibilité de l unité de production et permettre d accroître la gamme de produits fabriqués de manière rentable (cf. le «juste à temps» de Toyota) ; - valider de nouvelles technologies de production efficientes qui peuvent être dupliquées dans d autres unités de production ; - développer l expertise et les qualifications des employés et dirigeants qui pourront les appliquer dans le futur à de nouveaux produits ; - accroître la spécialisation des autres usines ce qui entraîne des économies d échelle ; - décourager la concurrence agressive des compétiteurs. Il y a enfin les aspects organisationnels et les conflits d intérêt au sein d une même entreprise : les ouvriers si leur système de rémunération est indexé sur les coûts d usine ; le directeur de la technologie qui trouvera tous les avantages à la nouvelle technologie ; les directeurs de division, dont la rémunération est liée à la taille de leurs décisions, vont plus se concentrer sur la taille des investissements que sur les risques qui leur sont associés. D où les coûts d influence, dont il a été fait état dans la première partie du cours. II. L économie classique des décisions financières Nous venons de traiter de la manière dont les dirigeants prennent les décisions d investissement. Nous envisageons maintenant comment les dirigeants peuvent acquérir les fonds dont ils ont besoin pour financer les investissements, et à quel coût. La problématique est la suivante. Supposons une entreprise qui envisage de faire un investissement de 100 dont les cash flows sont incertains, avec des fonds que les dirigeants 5

6 doivent lever auprès d investisseurs extérieurs. Ils peuvent se demander : si nous empruntons 50, combien les actionnaires accepteront-ils de payer pour les bénéfices réalisés qui restent après avoir rémunéré les prêteurs? Peuvent-ils réduire le coût des fonds en empruntant davantage que 50, le solde étant obtenu par augmentation de capital? Dans l intérêt des actionnaires actuels, le critère de décision c est de maximiser le volume de fonds obtenus pour les droits sur les cash flows auxquels les investisseurs auront droit. L analyse de Modigliani Miller La décision de financement Il n est pas inutile de définir toutes les formes de financement à la disposition des entreprises. Il y a deux grandes catégories générales qui sont les dettes et les fonds propres qui eux-mêmes comprennent bon nombre de sous-catégories. Dans la dette, il faut comprendre le crédit fournisseurs (effets à payer), les prêts d équipement ou immobiliers qui sont gagés sur des actifs que les créanciers peuvent saisir si les emprunts ne sont pas remboursés. Il y a les prêts bancaires, qui sont plus ou moins garantis, il y a les emprunts obligataires avec des positions junior et senior. Toutes ces formes de dettes ont un caractère commun. Elles donnent lieu à obligation de payer ou rembourser sinon les actifs de l entreprise peuvent être saisis, voire même l entreprise mise en liquidation judiciaire. Il y a les capitaux propres qui comprennent les actions ordinaires, les ADP (actions préférentielles) qui donnent droit à un dividende prioritaire mais pas au vote, les actions préférentielles convertibles en actions ordinaires. Il y a enfin les obligations convertibles en actions, et les warrants, qui sont des droits émis par l entreprise et qui peuvent être convertis en actions ordinaires de l entreprise sous certaines conditions. 6

7 Procédons à l analyse de Modigliani Miller et pour simplifier les choses, supposons qu il y ait deux seules sources de financement : un prêt bancaire et/ou une augmentation de capital. Eliminons le risque de faillite, en supposant par ailleurs que les bénéfices futurs, bien qu incertains, seront toujours suffisants pour rembourser les dettes. Soit X les bénéfices totaux de l entreprise, B le montant du prêt, X B (1 + r) est ce qui reste aux actionnaires après avoir payé le remboursement du principal et les intérêts aux créanciers. P(X B(1 + r)) est le prix que les actionnaires sont prêts à payer pour acquérir les actions de l entreprise et avoir droit à leur part des bénéfices. Attention, cette formulation ne se lit pas comme le produit de P par l expression entre parenthèses, mais comme le prix P de l expression entre parenthèses. La valeur d entreprise est la somme de la valeur de ses dettes et de la valeur de ses capitaux propres, soit B + P(X B(1 + r)). Ce que l on cherche à savoir, c est si le choix du montant B affecte la valeur de l entreprise, c est-à-dire la valeur de l ensemble. Le raisonnement d arbitrage de Modigliani Miller consiste à se placer du point de vue des investisseurs qui ont le choix d investir dans un grand nombre d entreprises. Supposons qu il existe deux entreprises cotées équivalentes. L une se finance intégralement par fonds propres, alors que l autre utilise les deux sources de financement et emprunte B. Considérons un investisseur qui veut recevoir la rentabilité de 0.05X. Il peut le faire en achetant 5 % des actions de la première firme. Il peut aussi le faire en achetant 5 % des actions de la seconde firme, soit 0.05P(X B(1 + r)) et simultanément 5 % de sa dette soit 0.05B. Cette stratégie lui procure un revenu de 0.05B(1 + r) de la dette et un revenu de (0.05 (X B(1 + r)) des actions pour un total de 0.05X. Comme les revenus des deux stratégies sont équivalents, quiconque achètera des actions de la première entreprise à condition que leur prix ne soit plus élevé que le prix de la seconde stratégie, consistant à acheter à la fois de la dette et des fonds propres de la seconde entreprise, soit : ( X ) B + P( X B( 1 r ) P + 7

8 Regardons maintenant un autre investisseur qui souhaite recevoir 5 % des revenus X B(1+r). Il peut le faire en achetant 5 % des actions de la première et en empruntant 5 % d un montant B au taux r, ce qui conduit à un revenu de 5 % de X-B(1+r), qui est équivalent à la première stratégie. Pour que quelqu un achète des actions de la seconde société, il faut que la stratégie alternative ne soit pas moins chère : P ( X B( 1+ r ) P( X ) B les deux inégalités impliquent que : ( X ) = B + P( X B( 1 r) ) P + la valeur des deux entreprises est la même quelque soit leur mode de financement. D où le théorème de Modigliani Miller 1 : Dans la mesure où les bénéfices ou les cash flows d une entreprise ne sont pas affectés par les décisions financières et où les investisseurs peuvent emprunter dans les mêmes conditions que les entreprises en déposant leurs actions en garantie, les décisions financières n affectent pas la valeur de l entreprise. Bien entendu, il y a la fiscalité des bénéfices qui donne un traitement privilégié aux obligations, les intérêts de la dette sont déductibles du bénéfice ; alors que pour les actions, les dividendes sont payés sur les bénéfices après l impôt sur les sociétés payé ; ceci devrait pousser les entreprises à emprunter. Mais il y a le risque de faillite. Le décision de dividende Les idées développés par Modigliani et Miller peuvent être appliquées à un grand nombre de décisions autres que la décision de structure financière entre fonds propres et endettement. Un argument d arbitrage similaire peut s appliquer à un grand nombre d instruments financiers complexes tels que les options, les warrants, les obligations convertibles, les obligations remboursables au gré de l émetteur. L idée centrale de l argument d arbitrage est qu un instrument financier, aussi complexe soit-il, peut être repliqué ou dupliqué avec plusieurs instruments financiers plus simples dont la somme donne des cash flows exactement 8

9 équivalents à ceux du premier instruments financier complexe. De tels arguments d arbitrage selon lesquels «There is no such thing as a free lunch» sont le fondement logique de toute l économie financière, et de l économie tout court. Le même raisonnement d arbitrage s applique aux dividendes, en supposant toujours déterminées et fixées les décisions d investissement des entreprises. Dans ce cas, les fonds alloués aux dividendes viennent soit de l émission de titres. S il s agit de nouvelles actions, les actionnaires qui préfèrent ne pas consommer leurs dividendes peuvent les investir dans ces nouvelles actions. Soit les fonds alloués aux dividendes viennent de l émission d obligations, et si les actionnaires ne veulent toujours pas consommer leurs dividendes, ils peuvent les réinvestir en souscrivant à ces obligations. Comme dans le cas de la décision de financement, on voit ici que l investisseur peut neutraliser la décision de l entreprise, et garder ainsi les revenus qu il souhaitait sous la forme qu il souhaitait. Comme les opportunités des investisseurs ne dépendent pas de la politique financière de la firme, le montant qu ils sont prêts à payer pour leurs investissements ne dépendent eux non plus de la politique financière de la firme. D où le théorème #2 de Modigliani Miller : Dans le cadre d hypothèses où les cash flows X d une entreprise susceptibles d être distribués sous forme de dividendes ne sont pas affectés par les décisions financières et que les investisseurs peuvent acheter et vendre des titres dans les mêmes conditions qu une entreprise, la valeur de l entreprise n est pas affectée par sa politique de dividendes. Le message essentiel de Modigliani et Miller est que l entreprise ne peut pas plus augmenter sa valeur en affectant la répartition de ses bénéfices que l on peut accroître le poids d un gâteau en le découpant en tranches de taille différente. 9

10 III. Le risque de l investissement et le coût du capital Une entreprise obtiendra des financements, quelle que soit leur forme, dans la mesure où les conditions de rémunération qu elle propose sont acceptables par le «marché». Déterminer ce que le marché exigera requiert une meilleure compréhension de la manière dont les investisseurs sophistiqués évaluent des investissements risqués. Risque, rentabilité et CAPM La rentabilité est liée aux risques via le CAPM et la droite de marché (SML) R = β ( R, Rm) Cov r = ( ) ( Rm r) Var Rm ( Rm r) - Signification du β, et du risque systématique - Signification du CAPM pour les investisseurs - Signification du CAPM pour les entreprises et les investissements 10

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber Urs Prochinig La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber et Urs Prochinig ont achevé leurs études à l Université

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Plan. Chapitre 16 La structure de financement

Plan. Chapitre 16 La structure de financement Chapitre 16 La structure de financement Plan Les financements internes et externes Le financement par capitaux propres Le financement par dette Marché parfait et neutralité de structure de financement

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

Théorie Financière 2014-2015

Théorie Financière 2014-2015 Théorie Financière 2014-2015 1. Introduction Professeur Kim Oosterlinck E-mail: koosterl@ulb.ac.be Organisation du cours (1/4) Cours = Théorie (24h) + TPs (12h) + ouvrages de référence Cours en français

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Finance d entreprise avancée [FN2] 2011-2012 Les examens Finance d entreprise avancée [FN2] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen, que l on nomme

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

La maîtrise de la Dette. Pour un développement harmonieux du patrimoine

La maîtrise de la Dette. Pour un développement harmonieux du patrimoine La maîtrise de la Dette Pour un développement harmonieux du patrimoine Les Constats L environnement économique est le même pour tous L environnement professionnel : le Bilan Actif Passif L environnement

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de financement

FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de financement FINANCE D ENTREPRISE Décision d investissement et choix de Nahtalie Gardès maître de conférence en gestion Chapitre 3 le choix de I- Les différentes sources de II- Le choix des sources de III Le du cycle

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

SOMMAIRE FLASH EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE...3

SOMMAIRE FLASH EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE...3 SOMMAIRE FLASH EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE...3 CHAPITRE 1 - RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION... 8 1.1 RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION... 8 1.2 ATTESTATION DU RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION...

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE COMPANIES ACTS, 1963 A 2012 SOCIETE PAR ACTIONS A RESPONSABILITE LIMITEE SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE ET COMPARTIMENTS MULTIPLES AYANT CHACUN DES RESPONSABILITES DISTINCTES NATIXIS INTERNATIONAL

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Multihabitation 2 porte ouverte aux économies d impôt immédiates

Multihabitation 2 porte ouverte aux économies d impôt immédiates S C P I d e d é f i s c a l i s a t i o n l o i R o b i e n Multihabitation 2 porte ouverte aux économies d impôt immédiates La Société Civile de Placement Immobilier, au cœur de notre métier Qu est ce

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l OEC de l annexe A (à rendre avec la copie), en présentant

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE 1 Au cours des étapes de construction de votre projet, vous avez retenu un certain nombre d options économiques et financières. Il convient de matérialiser

Plus en détail

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL

Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Matière : Comptabilité des sociétés Pr. EJBARI Abdelbar LES AUGMENTATIONS DE CAPITAL Introduction Au cours de son existence, une société peut être amenée à effectuer différentes opérations sur son capital

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES 4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES Principe de création de valeur (règle de la VAN) évaluer les cash-flows futurs évaluation d'une action : cash-flow = dividende modèle d'actualisation des dividendes

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Introduction aux documents financiers

Introduction aux documents financiers Introduction aux documents financiers 3 questions ==> 3 documents Une photo instantanée : quelle est la situation actuelle de l entreprise? Bilan Deux films : L entreprise a-t-elle vendu à profit? Compte

Plus en détail

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels 1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels L objectif principal de ce premier chapitre est de vous initier à

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Petit guide pratique du taux d endettement

Petit guide pratique du taux d endettement Petit guide pratique du taux d endettement Sommaire 1. Le taux d endettement, c est quoi? 2. Comment calculer votre taux d endettement? 3. Pourquoi évaluer votre taux d endettement? 4. L intérêt du calcul

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Assurer la réussite de votre entreprise

Assurer la réussite de votre entreprise Assurer la réussite de votre entreprise Groupe labrecque assurance inc. Cabinet de services financiers Assurer la réussite de votre entreprise Comme pour la plupart des gens, les propriétaires d entreprise

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE ISCAE Rabat CSG année : 2001-2002 Fiche de lecture: GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE Editions d organisation, 1999 AUTEURS : Stéphane GRIFFITHS Jean Guy DEGOS Présentée par: Mohammed IZOUGARHANE

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital

AUTOMAT SA. 1.1. Coût du capital AUTOMAT SA La société AUTOMAT SA fabrique et vend des automatismes et des systèmes d'automatisation destinés principalement aux secteurs de l'aéronautique, de l'aérospatiale, de la communication, de l'informatique

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail