Benoît Dassy. Janvier 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Benoît Dassy. Janvier 2006"

Transcription

1 Question de Question de Janvier 2006 Benoît Dassy Quelques lignes d'intro Depuis le mois de juillet 2004, le gouvernement fédéral a mis en place le plan d'activation des chômeurs. Ce plan est officiellement destiné à soutenir les chômeurs dans leur recherche d'un emploi. En même temps, il sert à contrôler l'activité des chômeurs. Certains, dans le milieu associatif, se sont insurgés contre ce qui est perçu comme une chasse aux chômeurs. Voyons en quoi consiste ce processus, quels sont ses résultats et quels changements il opère à la fois sur le plan pratique et idéologique. L'auteur Benoît Dassy est secrétaire régionale de s Equipes Populaires de Bruxelles-capitale Edité par les Equipes Populaires Rue de Gembloux, 48 à 5002 St Servais 081/ Texte disponible sur le site

2 - 2 -

3 Ce plan est une procédure imposée aux chômeurs les plus jeunes d'abord, mais elle s'étend progressivement à toutes les tranches d'âge. Les chômeurs de moins de 30 ans sont concernés depuis le début, et les chômeurs entre 30 et 40 ans sont également inclus dans ce processus depuis le mois de juillet Les personnes sans emploi entre 40 et 50 ans ont encore quelques mois de répit. Une (sinistre) valse à trois temps La procédure se déroule en trois temps. La procédure d'accompagnement débute par une convocation à un premier entretien. Durant celui-ci, le demandeur d'emploi doit prouver à son accompagnateur, sa démarche de recherche active de travail. En fonction de ce que le demandeur d'emploi décrit comme comportement de recherche et des preuves qu'il fournit, l'accompagnateur évalue si ce comportement est positif ou non. S il est convaincu d'un comportement actif du demandeur d'emploi, celui-ci ne recevra une nouvelle convocation que 16 mois plus tard pour recommencer cette étape. Dans le cas contraire, il est tenu de signer un contrat d'activation et devra se représenter +/-4 mois plus tard. Bien entendu, si le chômeur ne se présente pas à cet entretien, il subit une première sanction (suspension des allocations). La deuxième étape consiste en une évaluation du contrat signé à la première étape. En cas d'évaluation négative, les isolés et chefs de ménage verront leurs allocations de chômage diminuer pour une durée de 4 mois, tandis que les bénéficiaires d'allocations d'attente ou les cohabitants bénéficiant d'allocations de chômage voient leurs allocations complètement coupées. Ils sont en outre tenus de signer un nouveau contrat et de passer un nouvel entretien 4 mois plus tard. Lors de la dernière étape, si la personne sans emploi peut monter qu'elle a respecté son contrat, elle ne sera convoquée que 12 mois plus tard. Par contre, si l'accompagnateur estime que les efforts de recherche d'emploi ne sont pas suffisants, la personne est sanctionnée. Cette fois les sanctions sont définitives : les personnes isolées et chefs de ménage voient leurs allocations réduites pendant 6 mois avant d'être complètement coupées. Elles sont supprimées immédiatement pour les autres personnes. La formulation disponible sur le site du gouvernement vaut son pesant d'or : les allocations de chômage pour les isolés, pour les personnes ayant charge de famille ou pour les cohabitants ayant un revenu familial peu élevé sont d'abord pendant 6 mois réduites au niveau du minimum vital et ensuite supprimées. Et, sans rire, quelques lignes plus loin, nous découvrons une tirade sur le caractère humain de ce plan : La proposition activation des demandeurs d emploi se fonde sur une perspective très humaine : tout demandeur d emploi a sans aucun doute été découragé un jour dans sa quête d un emploi, et c est précisément à ce moment-là qu il a besoin d un petit coup de main pour ne pas perdre espoir. Actuellement, la réglementation sur le chômage ne prévoit pas une telle aide. Nous allons changer cela. (1) - 3 -

4 Vices (de forme) Il devient visible que la fin du processus n'est atteinte que lorsque le demandeur d'emploi voit ses allocations coupées. Autrement, il sera convoqué régulièrement pour attester de son comportement actif de recherche d'emploi. Le but est bien de garantir ce comportement actif. Pourquoi? Parce que dans l'idéologie dominante, les allocations de chômage sont vues comme un revenu à verser aux personnes qui, contre leur gré, se retrouvent au chômage. Bien que d'autres lectures du système de chômage soient possibles - telles qu'un moyen de faire pression à la hausse sur les salaires - les allocations de chômage ne sont pas destinées à subventionner les choix de vie des personnes qui ne veulent pas travailler. Mais nous pouvons remarquer que, précédemment, le chômeur était simplement tenu d'être disponible sur le marché de l'emploi. C'est une notion bien différente du comportement de recherche active. Elle impliquait simplement qu'un chômeur ne pouvait pas refuser un emploi si celui qui lui était proposé était considéré comme convenable. En d'autres termes, nous assistons à une inversion de la charge de la preuve. Ce n'est plus à l'organisme de contrôle de prouver que le chômeur est indisponible pour le travail - en s'appuyant sur le refus du chômeur d'accepter un emploi qu'on lui a proposé - mais c'est au chômeur d'apporter la preuve que cet emploi est indisponible. On peut y lire les traces d'une accusation implicite à l'égard de tous les chômeurs : Vous êtes des profiteurs du système social, vous percevez des allocations alors que vous ne voulez pas vraiment travailler. Sans quoi, la demande de preuves de recherche active n'a pas de sens. A ce stade, il semble que le système de contrôle et de sanctions soit moins démocratique que le fonctionnement de la justice. Un tel constat pouvait déjà être porté avec les méthodes de contrôle concernant l'article 80 : l'inspection du domicile par l'onem pour détecter des traces de cohabitation se faisait de manière plus souple que les perquisitions menées dans le cadre d'enquêtes judiciaires. L'inviolabilité du domicile semble moins importante si le suspect est chômeur... Ce qui pose question, c'est la banalisation d'une telle inversion des logiques : tout se déroule comme si les sans-emploi étaient une catégorie de sous-citoyens dont les droits sont moins importants à respecter. C'est tout d'abord sur ces glissements insidieux qu'il est important d'attirer l'attention. Un autre glissement a lieu avec la notion de contrat. Cette notion suppose deux parties qui conviennent librement d'un arrangement entre elles. Quelle est la marge de liberté du demandeur d'emploi qui sait que s il refuse le contrat, il se verra couper tout revenu? Effets collatéraux Quels sont les résultats des entretiens? La présentation des chiffres par le gouvernement et les médias est trompeuse. La Libre Belgique reprend ainsi quelques chiffres présentés par le ministre, le 18 novembre, portant sur la situation arrêtée au 30 septembre. Elle tire une conclusion douteuse : - 4 -

5 Il n'y a pas de chasse aux chômeurs et tirait cette conclusion de chiffres cités mais utilisés différemment : très peu de chômeurs sanctionnés par rapport aux total des personnes concernées. Elle tire là une conclusion alors que le processus est à peine enclenché et n'a pas pu produire tous ses effets. Mais l'effet idéologique est malheureusement passé dans la tête du lecteur moyen : pas de quoi s'inquiéter, ces alertes à la chasse aux chômeurs, c'est un truc de gauchos. Une autre idée bien ancrée devra peut-être, elle, être revue : les chômeurs wallons font en moyenne preuve d'un comportement plus actif que les flamands! A moins que les contrôleurs wallons et bruxellois soient moins enclins à la sanction. Selon les extrapolations réalisées par la Plate-forme contre la chasse aux chômeurs, (2) à ce rythme là c'est près de 12% des personnes qui présentent leur premier entretien qui devraient être sanctionnées. Si l'on reprend le chiffre des personnes convoquées, on atteindrait environ 6000 personnes suspendues de leurs allocations à cause de cette procédure! Quelles sont les conséquences sur l'emploi? Ce qui apparaît également, c'est l'impact insignifiant de cette mesure sur l'emploi. Le taux de chômage n'a pas diminué, malgré le comportement actif des chômeurs. Pourquoi? Nous n'allons pas faire l'analyse de la structure du chômage. Mais disons rapidement que pour trouver quelque chose, il faut certes chercher mais il faut également quelque chose à trouver. Or, pour diverses raisons selon les régions (démographiques, adaptation de l'offre à la demande, investissements privés et publics insuffisants...), les emplois convenables pour tous sont indisponibles. Les seuls emplois créés à coup sûr par ce dispositif sont ceux des accompagnateurs engagés par l'onem. Mais les dégâts humains chez ceux-ci se font également sentir. Présenté comme de l'aide aux chômeurs, leur job se transforme petit à petit en une course pour faire du chiffre dans les sanctions et ils se sentent piégés. L'un d'entre eux en est même venu à se confier à la presse (voir Le soir du 14/06/05). Même de son point de vue, la chasse aux chômeurs est ouverte. Quelles sont les conséquences sur les personnes au chômage? Si certains sans-emploi peuvent avoir été stimulés par les entretiens, les chômeurs de longue durée n'en ont pas pour autant tous été remis en selle avec ce processus. Loin de là. Ce processus de contrôle provoque un stress considérable chez les chômeurs fragilisés, les lents, les timides. Il accentue la spirale négative chez certains, les forçant à faire des démarches humiliantes, telles que demander un cachet d'attestation chez des employeurs ou dans des crèches, dont le seul résultat escompté est la sauvegarde de leurs allocations. Le processus de recherche active implique aussi des frais qui peuvent être estimés à 200e par trimestre (lettres, timbres, déplacements, accès Internet...) par chômeur. Ce qui contribue à accentuer leur précarité financière, sans aucune garantie de pouvoir sortir du chômage. Si un nombre important de chômeurs venaient à être exclus et devaient se retourner vers les CPAS, il y a un risque pour leur droit aux allocations. Auparavant, il fallait 12 preuves par semaine, mais c était un examen au cas par cas. Certains CPAS pourraient donc décider de refuser d aider ceux qui auraient été exclus du chômage en argumentant que cette exclusion prouve leur indisponibilité sur le marché de l'emploi. Nos chômeurs exclus risquent donc de se voir couper de tout revenu! - 5 -

6 Vices (de fond) Nous venons de voir qu'il y a un choix politique des CPAS. Pour le courant idéologique dominant, l'important, est de ne pas être devant sa télé à ne rien faire. A nouveau, le glissement est subtil : du chômeur involontaire à qui fournir un revenu, nous passons au revenu mérité par le comportement actif, même au sein des CPAS. Nous avons vu que ce plan sous-tend une responsabilisation individuelle des chômeurs dans leur situation alors que les problèmes de sous-emploi sont structurels. Cette concentration de l'attention vers les chômeurs et leur responsabilisation de leur situation va de pair avec la perte de contrôle du monde économique par le politique. La machine économique est hors contrôle, alors contrôlons les chômeurs! C'est aussi une réponse à la demande de la population qui se trouve désemparée devant une situation économique et sociale qui se détériore. Les premiers boucs émissaires à trouver pour les travailleurs fragilisés sont les chômeurs : ils coûtent aux travailleurs et aux patrons. Il est plus facile de les renvoyer à leur propre responsabilité plutôt que de l'assumer collectivement. Et cette pensée se répand parmi les chômeurs aussi : dénonciations de chômeurs et autres allocataires sociaux profiteurs se rencontrent aussi au sein des classes fragilisées. Face à cette dérive, il est temps de réaffirmer que c'est le système qui exclut massivement du monde du travail, et de dénoncer l'aspect idéologique pervers qui se cache derrière ce plan. Quelles sont les résistances possibles? Des réactions se sont fait entendre de la part du monde associatif et syndical mais elles n'ont pas réussi à empêcher la mise en oeuvre de ce plan. Il faut aussi constater que cette logique se retrouve dans d'autres plans gouvernementaux. Les bénéficiaires du revenu d'insertion doivent montrer leur recherche de travail, les travailleurs n'auront droit à la pré-pension qu'en dernier recours... Les attaques contre les filets sociaux se multiplient mais en ordre dispersé, ce qui rend une mobilisation globale difficile. Par contre, ces mesures rendent l'accès à ces allocations moins facile et constituent dès lors un moyen de pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Ces allocations sont destinées à venir en aide aux personnes victimes d'un système qui recherche d'abord le profit et qui ne comprend aucune garantie de subvenir aux besoins de tous. Il est temps de le rappeler haut et fort : responsabiliser les victimes ne changera nullement ce système et ne fera qu'accroître les inégalités au profit des plus riches. Globalement, nous n'avons jamais été aussi riches qu'aujourd'hui. Il est inacceptable que nous ne pouvions subvenir aux besoins de tous. Ce qui nous manque, ce ne sont pas les moyens pour subvenir aux besoins des exclus, c'est la solidarité qui nous permettrait de les partager! Réponse du gouvernement à la position des syndicats concernant ce plan d'activation : http///meta.fgov.be/pi/pib/frib26.htm 2. Plate-forme contre le plan de chasse aux chômeurs et pour la création de vrais emplois pour tous. C/O Yves Martens. Collectif solidarité contre l'exclusion - rue Philomène, 43 à 1030 Bruxelles - Tel: 02/

7 Profits en hausse, emplois en baisse : Ce sont les chômeurs qui prennent les claques! Le Bureau fédéral du Plan signale la création de emplois sur la période mais il dénombre pour la même période chômeurs supplémentaires!!! En 2004, l'équation entre l'offre d'emplois et la demande était de 1 pour 32 en Belgique : Les entreprises n'ont proposé que offres pour demandeurs d'emploi. Pendant ce temps, le plan d'activation de recherche d'emploi rend les chômeurs responsables de cette situation. Le seul objectif est de diminuer le coût du chômage à travers les exclusions et de faire accepter des emplois au rabais : des emplois à temps partiel, à durée déterminée, de contrats intérimaires, de petits boulots sans avenir et mal payés. Le plan d'activation de recherche d'emploi a rendu le chômeur responsable du taux élevé du non emploi. Confronté à la réalité du marché, ils accumulent les refus, voire l'agressivité de la part des employeurs (si toutefois ils reçoivent une réponse). Certains font une dépression, d'autres activent des mécanismes de défense. Mateo Alaluf, sociologue à l'ulb, décrit ces mécanismes comme : une des stratégies pour protéger l'image que l'on a de soi est de dire que le travail n'est pas la priorité. Il se protège et se débrouille : travail au noir, services dans le voisinage, etc. On pourrait croire qu'il se complait au chômage, mais ce n'est pas vrai! car qui est chômeur est banni socialement. Parfois, ceux que l'on croit inemployables sont parfois les premiers à trouver un emploi. Matéo Alaluf dit que les personnes qui se retrouvent avec le couteau sous la gorge peuvent devenir les plus employables car elles accepteront des emplois que les autres n'acceptent pas. Le plan d'activation des chômeurs risque d'aggraver l'impact des échecs. Que doivent montrer les chômeurs? Qu'ils se sont pris 40 fois une claque dans la figure? Est-ce agréable? Cela ne correspond pas à la déclaration universelle des droits de l'homme (art 23 1) Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, a des conditions équitables et satisfaisantes de travail De l'autre côté, les patrons et actionnaires belges se sont généreusement octroyés une augmentation salariale moyenne de 10,5%. Exemple : les 9 membres du CA d'interbrew se sont partagés 18,4 millions d'euros. Pour l'année , l'augmentation moyenne des bénéfices des entreprises en Belgique aura été de l'ordre de 15%. Rarement dans l'histoire du capitalisme belge, les taux de profits ont été si importants. Les profits ont été réinvestis dans une faible proportion. Conséquence : un baisse des activités, faible création d'emplois et chômage en augmentation. Conclusion : profits en hausse, emplois en baisse Cherchez l'erreur! Jean-Pierre Loof - 7 -

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole 1 Introduction L'évaluation espagnole a porté sur la convention de 1997 conclue entre les partenaires

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

«Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté!» MÉMORANDUM COMMUN

«Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté!» MÉMORANDUM COMMUN RÉSEAU BELGE SUR LE REVENU MINIMUM () «Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté» MÉMORANDUM COMMUN APERÇU DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 ----------------------------------------------------------------------------- CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CCE 2004-743 DEF AVIS N 1.488 Séance commune des Conseils du mercredi 7 juillet 2004 -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie Question de point de vue Rue de Gembloux, 48-5002 Saint-Servais Tél : 081/73.40.86 - Fax : 081/74.28.33 secretariat@equipespopulaires.be Vers la création d un service d appui aux consommateurs en Wallonie

Plus en détail

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité

EN PRATIQUE. Le médecinconseil. votre mutualité EN PRATIQUE Le médecinconseil de votre mutualité Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Isopix, Reporters www.mloz.be

Plus en détail

Vivre seul : quelques détails pratiques!

Vivre seul : quelques détails pratiques! Réf : février 2012 Vivre seul : quelques détails A partir de quand peux tu vivre seul? Tu dois savoir que si tu es mineur, tu ne peux pas quitter le domicile de tes parents sans leur autorisation. Si effectivement

Plus en détail

Transferts chô mage CPAS : Mônitôring du 1 er semestre 2015

Transferts chô mage CPAS : Mônitôring du 1 er semestre 2015 Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW C O N F E R E N C E D

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/346 DÉLIBÉRATION N 12/117 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES CODÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être!

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Cela fait bien longtemps que les pensions et les allocations

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

La lutte contre la fracture numérique en Belgique

La lutte contre la fracture numérique en Belgique CEP G Le 7 mai 2008. La lutte contre la fracture numérique en Belgique Thierry De Coster Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens.

Plus en détail

TRAVAILLER COMME ARTISTE

TRAVAILLER COMME ARTISTE ARTISTE Qui est artiste?... 1 Travailler comme artiste... 2 Travailler par l'intermédiaire de Tentoo... 2 Le régime des petites indemnités... 2 Prestation artistique versus statut d'artiste... 3 Le statut

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Contexte et entrée en vigueur A la suite de la crise économique mondiale, un certain nombre d'actions de crise temporaires ont été entreprises.

Plus en détail

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un Madame, Monsieur, Ce formulaire vous permet, si vous habitez avec votre famille en Belgique, de demander un PROVISOIRE aux allocations familiales en tant que : - Chômeur de longue durée (minimum 6 mois)

Plus en détail

Les titres-services : aussi un enjeu de société?

Les titres-services : aussi un enjeu de société? Les titres-services : aussi un enjeu de société? Depuis 2004, l'état fédéral s'est lancé dans une transformation majeure dans le secteur des services en créant le système de titres-services. Le principe

Plus en détail

Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia.

Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia. Renvoyer à : BP 10020 1070 ANDERLECHT Notre référence : Gestionnaire de clients: Téléphone: 02 643 18 11 E-mail: infokbaf@attentia.be Demander un supplément PROVISOIRE aux allocations familiales Ce formulaire

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie)

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) MODELE S Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) Les renseignements que vous fournissez dans

Plus en détail

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant?

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant? EN PRATIQUE En incapacité de travail et maintenant? Une brochure de la Mutualité Libre Securex en collaboration avec l Union Nationale des Mutualités Libres T 078 15 93 00 www.securex-mutualite.be - mutualite@securex.be

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : idd@iddweb.be La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/200 DÉLIBÉRATION N 12/053 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant?

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant? EN PRATIQUE En incapacité de travail et maintenant? Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Isopix www.mloz.be ( )

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB)

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) Version n : 1 Dernière actualisation : 03-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce qu une aide en nature?

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 1 1. AFFAIRES SOCIALES ET SANTÉ PUBLIQUE... 3 2. ECONOMIE... 4 3. EMPLOI... 4 4. ENERGIE... 6 5. FINANCES...

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 1 1. AFFAIRES SOCIALES ET SANTÉ PUBLIQUE... 3 2. ECONOMIE... 4 3. EMPLOI... 4 4. ENERGIE... 6 5. FINANCES... TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 1 1. AFFAIRES SOCIALES ET SANTÉ PUBLIQUE... 3 2. ECONOMIE... 4 3. EMPLOI... 4 4. ENERGIE... 6 5. FINANCES... 6 6. INTÉGRATION SOCIALE... 7 7. JUSTICE... 8 8. PENSIONS...

Plus en détail

En incapacité de travail et maintenant!

En incapacité de travail et maintenant! en pratique En incapacité de travail et maintenant! 1 en incapacité de travail... EN INCAPACITé DE TRAVAIL... ET MAINTENANT? Vous êtes en incapacité de travail lorsque vous n êtes pas en état d exercer

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/017 DÉLIBÉRATION N 14/012 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AUX AUDITORATS

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l Dossier de presse 25 septembre 2013 Partenaire de l Communiqué de presse Une fédération pour défendre les entreprises de titres-services Les titres-services connaissent un succès croissant. Près d un habitant

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES ARLON Espace Didier, Rue de Diekirch, 38-6700 ARLON Tel. 063/67 03 56 - Fax 063/67 02 99 «Airbag en détails» CHARLEROI Rue de l'ecluse, 16-6000 CHARLEROI

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

date naissance et sexe Registres BCSS

date naissance et sexe Registres BCSS 000M date naissance et sexe Registres BCSS 000N date naissance et sexe Registres BCSS 000R date naissance et sexe Registre National 001H lieu résidence historiques Registre National 001R lieu de résidence

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949 Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles Service juridique date 23.02.2005 votre réf. Annexe 47 à la C.O. 949 contact Marthe Didier attaché téléphone 02-237 20 97 02-237 21 12 Annule et remplace l'annexe 47 du

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/010 DÉLIBÉRATION N 14/006 DU 14 JANVIER 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ADMINISTRATION

Plus en détail

ACCRE LISTE DES BENEFICIAIRES. Personnes visées à l'article L.351-24 du code du travail à savoir :

ACCRE LISTE DES BENEFICIAIRES. Personnes visées à l'article L.351-24 du code du travail à savoir : LISTE DES BENEFICIAIRES Personnes visées à l'article L.351-24 du code du travail à savoir : o Demandeur d'emploi indemnisé o Demandeur d'emploi non indemnisé inscrit à l'anpe 6 mois au cours des 18 derniers

Plus en détail

REMUNERATION. Passage au nouveau système 2015

REMUNERATION. Passage au nouveau système 2015 REMUNERATION Passage au nouveau système 2015 Document d'information au personnel Etat au 12 décembre 2014 En bref Le 18 décembre 2013, le Parlement jurassien a adopté en seconde lecture le décret sur les

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Newsletter. Actualité sociale du mois d Août. Solutions for Human Resources. Actualité sociale du mois d Août

Newsletter. Actualité sociale du mois d Août. Solutions for Human Resources. Actualité sociale du mois d Août 2011 Newsletter PERSOLIS Résidence de la Lyre, 19 1300 Wavre Tel : +32 (0)10 43 98 83 www.persolis.be «La Newsletter Persolis est diffusée avec la collaboration du Groupe S Secrétariat Social» 1 Vous connaissez

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail»

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» Juillet 2015 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage

Plus en détail

Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document de synthèse

Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document de synthèse Alliance mondiale des travailleurs de la finance UNI Finance Global Union, CWA & Committee for Better Banks Version : finale Date : 04.02.2014 Rapport sur les employés de banque aux Etats-Unis - Document

Plus en détail

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements.

Prenons ces mesures une à une pour mieux saisir la portée de ces changements. La réforme Harper de l assurance-emploi : une réforme brutale qui vise, en premier lieu, les travailleurs et les travailleuses de l industrie saisonnière Dans le cadre de la loi d exécution du budget du

Plus en détail

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises UCvD 2010/06 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises: état des lieux 16/03/2010 1 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises Plan 1. Principe de l interdiction de la mise à disposition

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Jules Gazon LE CHÔMAGE, UNE FATALITÉ? Pourquoi et comment l'éradiquer

Jules Gazon LE CHÔMAGE, UNE FATALITÉ? Pourquoi et comment l'éradiquer Jules Gazon LE CHÔMAGE, UNE FATALITÉ? Pourquoi et comment l'éradiquer L'HARMATTAN Table des matières Introduction 13 Partiel Le chômage: une fatalité acceptée 23 Chapitre 1 Le chômagexonséquence économique

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli

Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Archives numériques de Presse et Droit à l oubli Les Etats généraux des médias d information Atelier 3 "Liberté d'expression" Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Philippe NOTHOMB Conseiller juridique

Plus en détail

La loi NRE. Article 116

La loi NRE. Article 116 La loi NRE La loi sur les nouvelles régulations économiques fixe (art.116) l'obligation pour les sociétés française cotées sur un marché réglementé l'obligation de rendre compte dans leur rapport annuel

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

ES NOUVEAUX CONTRATS DE TRAVAIL DU SECTEUR NON MARCHAND

ES NOUVEAUX CONTRATS DE TRAVAIL DU SECTEUR NON MARCHAND L ES NOUVEAUX CONTRATS DE TRAVAIL DU SECTEUR NON MARCHAND LE CONTRAT D AVENIR Créé par la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale, le contrat d avenir (CA) vise à faciliter

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant Présentée par Jean-Pierre DECOOL et Bernard GERARD, députés. Exposé Préalable Mesdames,

Plus en détail