Benoît Dassy. Janvier 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Benoît Dassy. Janvier 2006"

Transcription

1 Question de Question de Janvier 2006 Benoît Dassy Quelques lignes d'intro Depuis le mois de juillet 2004, le gouvernement fédéral a mis en place le plan d'activation des chômeurs. Ce plan est officiellement destiné à soutenir les chômeurs dans leur recherche d'un emploi. En même temps, il sert à contrôler l'activité des chômeurs. Certains, dans le milieu associatif, se sont insurgés contre ce qui est perçu comme une chasse aux chômeurs. Voyons en quoi consiste ce processus, quels sont ses résultats et quels changements il opère à la fois sur le plan pratique et idéologique. L'auteur Benoît Dassy est secrétaire régionale de s Equipes Populaires de Bruxelles-capitale Edité par les Equipes Populaires Rue de Gembloux, 48 à 5002 St Servais 081/ Texte disponible sur le site

2 - 2 -

3 Ce plan est une procédure imposée aux chômeurs les plus jeunes d'abord, mais elle s'étend progressivement à toutes les tranches d'âge. Les chômeurs de moins de 30 ans sont concernés depuis le début, et les chômeurs entre 30 et 40 ans sont également inclus dans ce processus depuis le mois de juillet Les personnes sans emploi entre 40 et 50 ans ont encore quelques mois de répit. Une (sinistre) valse à trois temps La procédure se déroule en trois temps. La procédure d'accompagnement débute par une convocation à un premier entretien. Durant celui-ci, le demandeur d'emploi doit prouver à son accompagnateur, sa démarche de recherche active de travail. En fonction de ce que le demandeur d'emploi décrit comme comportement de recherche et des preuves qu'il fournit, l'accompagnateur évalue si ce comportement est positif ou non. S il est convaincu d'un comportement actif du demandeur d'emploi, celui-ci ne recevra une nouvelle convocation que 16 mois plus tard pour recommencer cette étape. Dans le cas contraire, il est tenu de signer un contrat d'activation et devra se représenter +/-4 mois plus tard. Bien entendu, si le chômeur ne se présente pas à cet entretien, il subit une première sanction (suspension des allocations). La deuxième étape consiste en une évaluation du contrat signé à la première étape. En cas d'évaluation négative, les isolés et chefs de ménage verront leurs allocations de chômage diminuer pour une durée de 4 mois, tandis que les bénéficiaires d'allocations d'attente ou les cohabitants bénéficiant d'allocations de chômage voient leurs allocations complètement coupées. Ils sont en outre tenus de signer un nouveau contrat et de passer un nouvel entretien 4 mois plus tard. Lors de la dernière étape, si la personne sans emploi peut monter qu'elle a respecté son contrat, elle ne sera convoquée que 12 mois plus tard. Par contre, si l'accompagnateur estime que les efforts de recherche d'emploi ne sont pas suffisants, la personne est sanctionnée. Cette fois les sanctions sont définitives : les personnes isolées et chefs de ménage voient leurs allocations réduites pendant 6 mois avant d'être complètement coupées. Elles sont supprimées immédiatement pour les autres personnes. La formulation disponible sur le site du gouvernement vaut son pesant d'or : les allocations de chômage pour les isolés, pour les personnes ayant charge de famille ou pour les cohabitants ayant un revenu familial peu élevé sont d'abord pendant 6 mois réduites au niveau du minimum vital et ensuite supprimées. Et, sans rire, quelques lignes plus loin, nous découvrons une tirade sur le caractère humain de ce plan : La proposition activation des demandeurs d emploi se fonde sur une perspective très humaine : tout demandeur d emploi a sans aucun doute été découragé un jour dans sa quête d un emploi, et c est précisément à ce moment-là qu il a besoin d un petit coup de main pour ne pas perdre espoir. Actuellement, la réglementation sur le chômage ne prévoit pas une telle aide. Nous allons changer cela. (1) - 3 -

4 Vices (de forme) Il devient visible que la fin du processus n'est atteinte que lorsque le demandeur d'emploi voit ses allocations coupées. Autrement, il sera convoqué régulièrement pour attester de son comportement actif de recherche d'emploi. Le but est bien de garantir ce comportement actif. Pourquoi? Parce que dans l'idéologie dominante, les allocations de chômage sont vues comme un revenu à verser aux personnes qui, contre leur gré, se retrouvent au chômage. Bien que d'autres lectures du système de chômage soient possibles - telles qu'un moyen de faire pression à la hausse sur les salaires - les allocations de chômage ne sont pas destinées à subventionner les choix de vie des personnes qui ne veulent pas travailler. Mais nous pouvons remarquer que, précédemment, le chômeur était simplement tenu d'être disponible sur le marché de l'emploi. C'est une notion bien différente du comportement de recherche active. Elle impliquait simplement qu'un chômeur ne pouvait pas refuser un emploi si celui qui lui était proposé était considéré comme convenable. En d'autres termes, nous assistons à une inversion de la charge de la preuve. Ce n'est plus à l'organisme de contrôle de prouver que le chômeur est indisponible pour le travail - en s'appuyant sur le refus du chômeur d'accepter un emploi qu'on lui a proposé - mais c'est au chômeur d'apporter la preuve que cet emploi est indisponible. On peut y lire les traces d'une accusation implicite à l'égard de tous les chômeurs : Vous êtes des profiteurs du système social, vous percevez des allocations alors que vous ne voulez pas vraiment travailler. Sans quoi, la demande de preuves de recherche active n'a pas de sens. A ce stade, il semble que le système de contrôle et de sanctions soit moins démocratique que le fonctionnement de la justice. Un tel constat pouvait déjà être porté avec les méthodes de contrôle concernant l'article 80 : l'inspection du domicile par l'onem pour détecter des traces de cohabitation se faisait de manière plus souple que les perquisitions menées dans le cadre d'enquêtes judiciaires. L'inviolabilité du domicile semble moins importante si le suspect est chômeur... Ce qui pose question, c'est la banalisation d'une telle inversion des logiques : tout se déroule comme si les sans-emploi étaient une catégorie de sous-citoyens dont les droits sont moins importants à respecter. C'est tout d'abord sur ces glissements insidieux qu'il est important d'attirer l'attention. Un autre glissement a lieu avec la notion de contrat. Cette notion suppose deux parties qui conviennent librement d'un arrangement entre elles. Quelle est la marge de liberté du demandeur d'emploi qui sait que s il refuse le contrat, il se verra couper tout revenu? Effets collatéraux Quels sont les résultats des entretiens? La présentation des chiffres par le gouvernement et les médias est trompeuse. La Libre Belgique reprend ainsi quelques chiffres présentés par le ministre, le 18 novembre, portant sur la situation arrêtée au 30 septembre. Elle tire une conclusion douteuse : - 4 -

5 Il n'y a pas de chasse aux chômeurs et tirait cette conclusion de chiffres cités mais utilisés différemment : très peu de chômeurs sanctionnés par rapport aux total des personnes concernées. Elle tire là une conclusion alors que le processus est à peine enclenché et n'a pas pu produire tous ses effets. Mais l'effet idéologique est malheureusement passé dans la tête du lecteur moyen : pas de quoi s'inquiéter, ces alertes à la chasse aux chômeurs, c'est un truc de gauchos. Une autre idée bien ancrée devra peut-être, elle, être revue : les chômeurs wallons font en moyenne preuve d'un comportement plus actif que les flamands! A moins que les contrôleurs wallons et bruxellois soient moins enclins à la sanction. Selon les extrapolations réalisées par la Plate-forme contre la chasse aux chômeurs, (2) à ce rythme là c'est près de 12% des personnes qui présentent leur premier entretien qui devraient être sanctionnées. Si l'on reprend le chiffre des personnes convoquées, on atteindrait environ 6000 personnes suspendues de leurs allocations à cause de cette procédure! Quelles sont les conséquences sur l'emploi? Ce qui apparaît également, c'est l'impact insignifiant de cette mesure sur l'emploi. Le taux de chômage n'a pas diminué, malgré le comportement actif des chômeurs. Pourquoi? Nous n'allons pas faire l'analyse de la structure du chômage. Mais disons rapidement que pour trouver quelque chose, il faut certes chercher mais il faut également quelque chose à trouver. Or, pour diverses raisons selon les régions (démographiques, adaptation de l'offre à la demande, investissements privés et publics insuffisants...), les emplois convenables pour tous sont indisponibles. Les seuls emplois créés à coup sûr par ce dispositif sont ceux des accompagnateurs engagés par l'onem. Mais les dégâts humains chez ceux-ci se font également sentir. Présenté comme de l'aide aux chômeurs, leur job se transforme petit à petit en une course pour faire du chiffre dans les sanctions et ils se sentent piégés. L'un d'entre eux en est même venu à se confier à la presse (voir Le soir du 14/06/05). Même de son point de vue, la chasse aux chômeurs est ouverte. Quelles sont les conséquences sur les personnes au chômage? Si certains sans-emploi peuvent avoir été stimulés par les entretiens, les chômeurs de longue durée n'en ont pas pour autant tous été remis en selle avec ce processus. Loin de là. Ce processus de contrôle provoque un stress considérable chez les chômeurs fragilisés, les lents, les timides. Il accentue la spirale négative chez certains, les forçant à faire des démarches humiliantes, telles que demander un cachet d'attestation chez des employeurs ou dans des crèches, dont le seul résultat escompté est la sauvegarde de leurs allocations. Le processus de recherche active implique aussi des frais qui peuvent être estimés à 200e par trimestre (lettres, timbres, déplacements, accès Internet...) par chômeur. Ce qui contribue à accentuer leur précarité financière, sans aucune garantie de pouvoir sortir du chômage. Si un nombre important de chômeurs venaient à être exclus et devaient se retourner vers les CPAS, il y a un risque pour leur droit aux allocations. Auparavant, il fallait 12 preuves par semaine, mais c était un examen au cas par cas. Certains CPAS pourraient donc décider de refuser d aider ceux qui auraient été exclus du chômage en argumentant que cette exclusion prouve leur indisponibilité sur le marché de l'emploi. Nos chômeurs exclus risquent donc de se voir couper de tout revenu! - 5 -

6 Vices (de fond) Nous venons de voir qu'il y a un choix politique des CPAS. Pour le courant idéologique dominant, l'important, est de ne pas être devant sa télé à ne rien faire. A nouveau, le glissement est subtil : du chômeur involontaire à qui fournir un revenu, nous passons au revenu mérité par le comportement actif, même au sein des CPAS. Nous avons vu que ce plan sous-tend une responsabilisation individuelle des chômeurs dans leur situation alors que les problèmes de sous-emploi sont structurels. Cette concentration de l'attention vers les chômeurs et leur responsabilisation de leur situation va de pair avec la perte de contrôle du monde économique par le politique. La machine économique est hors contrôle, alors contrôlons les chômeurs! C'est aussi une réponse à la demande de la population qui se trouve désemparée devant une situation économique et sociale qui se détériore. Les premiers boucs émissaires à trouver pour les travailleurs fragilisés sont les chômeurs : ils coûtent aux travailleurs et aux patrons. Il est plus facile de les renvoyer à leur propre responsabilité plutôt que de l'assumer collectivement. Et cette pensée se répand parmi les chômeurs aussi : dénonciations de chômeurs et autres allocataires sociaux profiteurs se rencontrent aussi au sein des classes fragilisées. Face à cette dérive, il est temps de réaffirmer que c'est le système qui exclut massivement du monde du travail, et de dénoncer l'aspect idéologique pervers qui se cache derrière ce plan. Quelles sont les résistances possibles? Des réactions se sont fait entendre de la part du monde associatif et syndical mais elles n'ont pas réussi à empêcher la mise en oeuvre de ce plan. Il faut aussi constater que cette logique se retrouve dans d'autres plans gouvernementaux. Les bénéficiaires du revenu d'insertion doivent montrer leur recherche de travail, les travailleurs n'auront droit à la pré-pension qu'en dernier recours... Les attaques contre les filets sociaux se multiplient mais en ordre dispersé, ce qui rend une mobilisation globale difficile. Par contre, ces mesures rendent l'accès à ces allocations moins facile et constituent dès lors un moyen de pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Ces allocations sont destinées à venir en aide aux personnes victimes d'un système qui recherche d'abord le profit et qui ne comprend aucune garantie de subvenir aux besoins de tous. Il est temps de le rappeler haut et fort : responsabiliser les victimes ne changera nullement ce système et ne fera qu'accroître les inégalités au profit des plus riches. Globalement, nous n'avons jamais été aussi riches qu'aujourd'hui. Il est inacceptable que nous ne pouvions subvenir aux besoins de tous. Ce qui nous manque, ce ne sont pas les moyens pour subvenir aux besoins des exclus, c'est la solidarité qui nous permettrait de les partager! Réponse du gouvernement à la position des syndicats concernant ce plan d'activation : http///meta.fgov.be/pi/pib/frib26.htm 2. Plate-forme contre le plan de chasse aux chômeurs et pour la création de vrais emplois pour tous. C/O Yves Martens. Collectif solidarité contre l'exclusion - rue Philomène, 43 à 1030 Bruxelles - Tel: 02/

7 Profits en hausse, emplois en baisse : Ce sont les chômeurs qui prennent les claques! Le Bureau fédéral du Plan signale la création de emplois sur la période mais il dénombre pour la même période chômeurs supplémentaires!!! En 2004, l'équation entre l'offre d'emplois et la demande était de 1 pour 32 en Belgique : Les entreprises n'ont proposé que offres pour demandeurs d'emploi. Pendant ce temps, le plan d'activation de recherche d'emploi rend les chômeurs responsables de cette situation. Le seul objectif est de diminuer le coût du chômage à travers les exclusions et de faire accepter des emplois au rabais : des emplois à temps partiel, à durée déterminée, de contrats intérimaires, de petits boulots sans avenir et mal payés. Le plan d'activation de recherche d'emploi a rendu le chômeur responsable du taux élevé du non emploi. Confronté à la réalité du marché, ils accumulent les refus, voire l'agressivité de la part des employeurs (si toutefois ils reçoivent une réponse). Certains font une dépression, d'autres activent des mécanismes de défense. Mateo Alaluf, sociologue à l'ulb, décrit ces mécanismes comme : une des stratégies pour protéger l'image que l'on a de soi est de dire que le travail n'est pas la priorité. Il se protège et se débrouille : travail au noir, services dans le voisinage, etc. On pourrait croire qu'il se complait au chômage, mais ce n'est pas vrai! car qui est chômeur est banni socialement. Parfois, ceux que l'on croit inemployables sont parfois les premiers à trouver un emploi. Matéo Alaluf dit que les personnes qui se retrouvent avec le couteau sous la gorge peuvent devenir les plus employables car elles accepteront des emplois que les autres n'acceptent pas. Le plan d'activation des chômeurs risque d'aggraver l'impact des échecs. Que doivent montrer les chômeurs? Qu'ils se sont pris 40 fois une claque dans la figure? Est-ce agréable? Cela ne correspond pas à la déclaration universelle des droits de l'homme (art 23 1) Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, a des conditions équitables et satisfaisantes de travail De l'autre côté, les patrons et actionnaires belges se sont généreusement octroyés une augmentation salariale moyenne de 10,5%. Exemple : les 9 membres du CA d'interbrew se sont partagés 18,4 millions d'euros. Pour l'année , l'augmentation moyenne des bénéfices des entreprises en Belgique aura été de l'ordre de 15%. Rarement dans l'histoire du capitalisme belge, les taux de profits ont été si importants. Les profits ont été réinvestis dans une faible proportion. Conséquence : un baisse des activités, faible création d'emplois et chômage en augmentation. Conclusion : profits en hausse, emplois en baisse Cherchez l'erreur! Jean-Pierre Loof - 7 -

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

Benoît Dassy. Février 2005. Benoît Dassy est secrétaire fédéral des Equipes Populaires de la région de Bruxelles- capitale.

Benoît Dassy. Février 2005. Benoît Dassy est secrétaire fédéral des Equipes Populaires de la région de Bruxelles- capitale. Question de Question de Février 2005 Benoît Dassy Quelques lignes d'intro Les difficultés d'accès au logement deviennent de plus en plus criantes, en particulier dans les grandes villes. Au départ d'une

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois

Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois Fin des allocations d insertion pour les chercheurs d emploi bruxellois: Bilan après trois mois 1. Introduction L accord du gouvernement fédéral a prévu, en son art 63 2 et suivant, la limitation du droit

Plus en détail

Transferts chô mage CPAS : Mônitôring du 1 er semestre 2015

Transferts chô mage CPAS : Mônitôring du 1 er semestre 2015 Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW C O N F E R E N C E D

Plus en détail

Les titres-services Obligation (règle des 60%)

Les titres-services Obligation (règle des 60%) Les titres-services Obligation (règle des 60%) Principe Par trimestre, 60 % des travailleurs titres-services nouvellement engagés au siège d'exploitation d'une entreprise titres-services agréée doivent

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti!

Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti! Nouveau plan de suivi des chômeurs : c est parti! Le Gouvernement a décidé un nouveau plan d accompagnement et de contrôle de la disponibilité des chômeurs qui entre en vigueur début juillet 2004. Ce plan

Plus en détail

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Table des matières : 1. Synthèse... 2 2. Evolution globale... 5 2.1 Augmentation du nombre de chômeurs complets et de prépensionnés de 50 ans et +... 5 2.2

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

La lutte contre la fracture numérique en Belgique

La lutte contre la fracture numérique en Belgique CEP G Le 7 mai 2008. La lutte contre la fracture numérique en Belgique Thierry De Coster Depuis le début des années 90, nous assistons à une véritable invasion des TIC dans la sphère privée de nos concitoyens.

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Recrutement et organisation Etat des lieux et stratégie de la CES

Recrutement et organisation Etat des lieux et stratégie de la CES COMITE EXECUTIF Bruxelles, les 14 et 15 mars 2006 170.CE Recrutement et organisation Etat des lieux et stratégie de la CES ETUC/EC169/JN/CP/WK/CMJ/KH/ab-29/11/2005 EUROPEAN TRADE UNION CONFEDERATION CONFEDERATION

Plus en détail

Montant de l aide APE pour les employeurs du secteur non-marchand et les pouvoirs locaux

Montant de l aide APE pour les employeurs du secteur non-marchand et les pouvoirs locaux Les Aides à la Promotion de l'emploi (APE) consistent à octroyer sous la forme de points, une aide annuelle visant à subsidier partiellement la rémunération de travailleurs, une réduction importante des

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI

PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI PLAN DE SAUVEGARDE DE L EMPLOI L article L 1233-61 du Code du travail dispose qu un plan de sauvegarde de l emploi doit être élaboré dans les entreprises d au moins 50 salariés qui envisagent de supprimer

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

La coalition gouvernementale nous a concocté un plat de misère : elle va avoir affaire à nous!

La coalition gouvernementale nous a concocté un plat de misère : elle va avoir affaire à nous! La coalition gouvernementale nous a concocté un plat de misère : elle va avoir affaire à nous! Petit manuel d explications et de revendications à l usage de tous les travailleurs, avec ou sans emploi P.

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2008 Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans Résultats d une enquête unique sur le passage de la vie active

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Par le Docteur Nicolas SANDRET D.R.T.E.EP. 66, rue de Mouzaia - 75931 PARIS Tél : Ol 44 84 25 17 - Fax : O1 42 41 22 77 Le législateur, par la loi sur la non-discrimination,

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

Bruxelles, le 8 février 2008

Bruxelles, le 8 février 2008 Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling Maatschappelijk Welzijn Vos

Plus en détail

Référendum sur l assurance chômage

Référendum sur l assurance chômage Référendum sur l assurance chômage Loi sur l assurance-chômage (LACI) en vigueur depuis 1982 doit garantir à chaque individu une assurance perte de gain convenable. La 4 ème révision de l assurancechômage

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

Dossier PME. Positionnement salarial

Dossier PME. Positionnement salarial Dossier PME Positionnement salarial Imaginons la situation suivante: l'entreprise X, active dans le secteur des services, compte 40 collaborateurs et est située en région bruxelloise. La société se développe

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE

LE COLLEGE SAINT-ANATOILE 21 QUESTIONS POUR EXPLIQUER LE COLLEGE SAINT-ANATOILE TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 CE QU ON APPREND AU COLLEGE 1. Qu est-ce-que le collège? 2. Qu est-ce que l enseignement privé? 3. A quoi servent les

Plus en détail

Numéros du rôle : 1862 et 1868. Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T

Numéros du rôle : 1862 et 1868. Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T Numéros du rôle : 1862 et 1868 Arrêt n 91/2001 du 3 juillet 2001 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 7 de la loi du 27 février 1987 relative aux allocations aux handicapés,

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire

Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire Un bon préavis, tout le monde y a droit! Argumentaire Aujourd hui, le préavis des ouvriers est beaucoup plus court que celui des employés. Tellement court qu il ne protège pas contre le licenciement! La

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

REFONTE DE L'ASSURANCE-CHOMAGE : UN MODELE. Jean-Christian Lambelet 1

REFONTE DE L'ASSURANCE-CHOMAGE : UN MODELE. Jean-Christian Lambelet 1 1 REFONTE DE L'ASSURANCE-CHOMAGE : UN MODELE Jean-Christian Lambelet 1 La moitié environ du chômage qui sévit à l'heure actuelle 2 est de nature conjoncturelle. Cette partie se résorbera spontanément avec

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat)

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) Section 2 : Emploi des enfants dans les spectacles et les professions ambulantes - Emploi des enfants comme mannequins et dans la publicité

Plus en détail

Lettre pour les députés fédéraux du Nouveau-Brunswick. Le vendredi 8 mars 2013. Journée internationale de la femme. M. le député,

Lettre pour les députés fédéraux du Nouveau-Brunswick. Le vendredi 8 mars 2013. Journée internationale de la femme. M. le député, Lettre pour les députés fédéraux du Nouveau-Brunswick Le vendredi 8 mars 2013 Journée internationale de la femme M. le député, Le 8 mars est habituellement une journée pour célébrer la réussite des femmes

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

1) S inscrire comme demandeur d emploi

1) S inscrire comme demandeur d emploi 1) S inscrire comme demandeur d emploi Lorsque vous avez terminé vos études, vous devenez un demandeur d emploi. Si vous êtes domicilié en région bruxelloise, la première chose que vous devez effectuer

Plus en détail

La gestion de la rémunération

La gestion de la rémunération DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre9 Lagestiondelarémunération 1. Les éléments suivants se classent dans la rémunération pécuniaire directe :

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM

OBJET : Document de consultation 62-104 du personnel des ACVM PAR COURRIEL : Consultation-en-cours@lautorite.qc.ca Montréal, le 12 juillet 2013 M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, Square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale.

Article 1er. - La présente loi a pour objet de déterminer les obligations à la charge² des assujettis, en matière de sécurité sociale. Loi n 83-14 du 2 juillet 1983 relative obligations des assujettis en matière de sécurité sociale, p. 1217. N J.O.R.A. N 28 DU 05/07/1983 TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1er. - La présente loi

Plus en détail

Travail intérimaire. Vos droits et vos conditions de travail. Pour plus d info : FGTB Coordination Intérim Rue Haute 26-28 1000 Bruxelles

Travail intérimaire. Vos droits et vos conditions de travail. Pour plus d info : FGTB Coordination Intérim Rue Haute 26-28 1000 Bruxelles Pour plus d info : FGTB Coordination Intérim Rue Haute 26-28 1000 Bruxelles Toute reprise ou reproduction totale ou partielle du texte ou illustration de cette brochure n est autorisée que moyennant mention

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques

Centrale des crédits aux particuliers. Statistiques Centrale des crédits aux particuliers Statistiques 2013 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION Sylvie Chanh Chargée d études juridiques risque automobile, Fédération Française des Sociétés d Assurances Une prestation sociale consiste est le versement par un

Plus en détail

Les jeunes en difficultés sociales face à l école et l emploi selon l observation des travailleurs sociaux octobre 2011

Les jeunes en difficultés sociales face à l école et l emploi selon l observation des travailleurs sociaux octobre 2011 ENQUETE FNARS Les jeunes en difficultés sociales face à l école et l emploi selon l observation des travailleurs sociaux octobre 2011 Contexte général 150.000 jeunes sortent chaque année de l école sans

Plus en détail

SCOLARISATION DES ÉLÈVES EN SITUATION DE HANDICAP

SCOLARISATION DES ÉLÈVES EN SITUATION DE HANDICAP SCOLARISATION DES ÉLÈVES EN SITUATION DE HANDICAP Dès l'âge de 3 ans, si leur famille en fait la demande, les enfants handicapés peuvent être scolarisés à l'école maternelle. Chaque école a vocation à

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES LETTRE D INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE CE EN MAI? Au mois de mai le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - sur le rapport annuel d'ensemble sur l'activité de l'entreprise (rapport

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Revenu de Solidarité Active

Revenu de Solidarité Active Guide à destination des bénéficiaires du rsa Les droits et les devoirs des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active Vous êtes bénéficiaire du rsa. Ce livret a pour objet de vous informer sur vos droits

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

l'exposition des papiers N & B

l'exposition des papiers N & B l'exposition des papiers N & B le Temps d'exposition Il s'agit de trouver le temps d exposition nécessaire pour obtenir la photo souhaitée. les Bandes d essais : Pour faire des bandes d essais il suffit

Plus en détail

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre,

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre, Martine Coulombe Ministre de l Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail Complexe Chestnut C.P. 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 3P7 Le 13 juin 2012 Madame la Ministre, Au nom de

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Les paradoxes du dirigeant

Les paradoxes du dirigeant Les paradoxes du dirigeant En bref On appelle coaching l'accompagnement d'un responsable ou une équipe dans leur vie professionnelle. Il s'agit d'avoir le regard d'un entraîneur sur un champion ou sur

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Département de la santé, des affaires sociales et des ressources humaine du canton du Jura Communiqué de presse Embargo: 04.04.2007

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Annexe. NOTE Schémas Nouveau Statut du Travail Salarié Janvier 2011 Comité régional CGT Pays de Loire

Annexe. NOTE Schémas Nouveau Statut du Travail Salarié Janvier 2011 Comité régional CGT Pays de Loire Annexe NOTE SUR LE NOUVEAU STATUT DU TRAVAIL SALARIE PREAMBULE La proposition du Nouveau Statut du Travail Salarié est une idée de plus en plus neuve et novatrice au regard : du démantèlement du Code du

Plus en détail

«Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention, chaque situation est particulière, il y a un calcul à faire qui est différent pour chacun

«Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention, chaque situation est particulière, il y a un calcul à faire qui est différent pour chacun A toutes personnes au chômage, exclues ou pas du chômage, dois-je aller, puis-je aller au CPAS? OUI Ne vous laissez par gagner par des rumeurs du genre : «Je suis cohabitant, je n ai droit à rien» Attention,

Plus en détail

Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015

Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015 Indemnisation chômage : Les 9 règles en vigueur au 1er août 2015 1,6 M de personnes sont concernées par les droits Assédic rechargeables, fin des droits des demandeurs d'emploi, cotisations des actifs,

Plus en détail

Objet : Champ d application

Objet : Champ d application Le PARE-anticipé : mise en œuvre et sanctions Objet : Anticiper la mise en œuvre du PARE dès le préavis en cas de licenciement pour motif économique. Permettre au salarié de bénéficier : - d un entretien

Plus en détail

Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants»

Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants» Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants» Le 3 février 2010, nous vous avons livré les résultats d une grande enquête

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Le logement locatif dans le budget fédéral de 2015

Le logement locatif dans le budget fédéral de 2015 Le logement locatif dans le budget fédéral de 2015 Août 2014 John Dickie Président Fédération canadienne des associations de propriétaires immobiliers 640 1600, avenue Carling Ottawa, Ontario K1Z 1G3 Tél.

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/167 DÉLIBÉRATION N 07/063 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile.

La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. La rue n est pas un lieu d asile Dix recommandations sur l hébergement des demandeurs d asile. Sur le Dispositif National d Accueil 1- Inverser la tendance vers l hébergement d urgence et ré-orienter les

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS TABLE DE MATIERES Introduction La mise au travail par

Plus en détail