Dossier!de!presse! !!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier!de!presse! !!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

Transcription

1 Dossierdepresse Conférence de presse: Mise en œuvre de l initiative sur les denrées alimentaires,

2 Communiqué de Presse de la JSS du Conférence de Presse : Comment appliquer l interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires sans bureaucratie inutile. La Jeunesse Socialiste Suisse a aujourd hui présenté son concept pour l application de l initiative «Pas de Spéculation avec les denrées alimentaires», avec l appui d expert(e)s renommé(e)s. Contrairement à ce que le Conseil Fédéral déclare dans son message, l application d une telle initiative ne présente pas la moindre difficulté. Bien au contraire, de nombreuses plaques tournantes du commerce et de la finance font la distinction, aujourd hui déjà, entre Spéculation et Couverture des risques. Le Conseil Fédéral a publié, le 18 février dernier, son message concluant au rejet de l initiative de la Jeunesse Socialiste Suisse intitulée : «Stop à la Spéculation alimentaire». Cette dernière exige une interdiction de la Spéculation sur les denrées alimentaires. La couverture du prix des matières premières agricoles, communément appelé «Hedging», doit pouvoir rester possible. Le Conseil Fédéral justifie son refus de l initiative entre autres par l assertion que «[celle-ci] se révèlerait, dans la pratique, inapplicable.» Cette allégation est fausse et occulte le fait que de très nombreux pays ont d ores-et-déjà édicté des lois, analogues à ce que serait une correcte application du texte de l initiative. «En 2008, la production australienne de riz fut la victime d'une sécheresse de plusieurs années. L'offre mondiale chuta d'à peu-près 10%. Les prix sur les marchés mondiaux doublèrent dès lors, ce qui conduisit à de véritables paniques acheteuses et à des manifestations, jusqu'en Italie. Des auteurs de la Banque Mondiale voient dans le comportement des investisseurs financiers la cause centrale de ces débordements.» a par exemple déclaré Gunter Stephan, économiste à l université de Berne, lors de la conférence de Presse, à propos de la volatilité des prix que cause la spéculation. En effet, l interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires permettra d empêcher la formation de bulles spéculatives sur les produits dérivés agricoles, et ainsi directement combattre la faim subie par des millions d être humains à travers le monde. «Toute hausse des prix des denrées alimentaires de base condamne aussitôt des familles entières à la faim et à la malnutrition.» a rapporté Catherine Morand, de Swissaid. L interdiction d une telle spéculation est en mesure d arrêter la spirale de la pauvreté. Dans ce but, il s agira seulement de faire la distinction entre Spéculation nocive et légitime Couverture des risques. Les exemples des Etats-Unis et de l Union Européenne démontrent que faire cette distinction ne présente pas le moindre problème. Alexandra Baur, juriste travaillant pour le compte de l Université de Zurich, expose l application normative de l initiative ainsi : «Dans le cadre de l application de l initiative Stop à la spéculation sur les denrées alimentaires, la condition serait une exemption bona fide (de bonne Foi) de la couvertures des risques liée à l achat de denrées périssables. Ainsi, aussi bien la spéculation opérée par des multinationales financières que du domaine des matières premières se verrait interdite.» «Pour appliquer l initiative Stop à la spéculation alimentaire, il suffit de faire la distinction entre Couvertures légitime des risques et pure Spéculation, ce qui ne pose absolument aucun problème dans la pratique. La spéculation nuisible sera ainsi par voie légale purement 2

3 et simplement interdite, dans bureaucratie inutile.» C est par ces mots que Fabian Molina, le Président de la Jeunesse Socialiste Suisse, a résumé le concept d application de l initiative. «Nous espérons seulement désormais que ces arguments influeront sur les discussions entre parlementaires.» Vous trouverez le concept d application ici. Si vous avez besoin de plus amples informations : Fabian Molina, Président de la JS Suisse : Gunter Stephan, économiste, Uni Bern : Catherine Morand, Swissaid : Alexandra Baur, juriste, (Uni Zurich) :

4 Le Conseil fédéral fait erreur en protégeant les intérêts des spéculateurs Discours de Fabian Molina, Président de la JS Suisse Il y a la parole prononcée. Le 24 mars 2014, la JS Suisse a déposé son initiative «Stop à la spéculation sur les biens alimentaires» avec 115'942 signatures validées par la Chancellerie fédérale. Cette initiative souhaite stopper la spéculation sur les denrées alimentaires et grâce à cela atténuer en grande partie la volatilité des prix de ces biens. Ces fluctuations de prix sont principalement responsables de la faim dans le monde et des famines. Le 18 février de cette année, le Conseil fédéral a pris position sur l initiative et a décidé de la rejeter sans contre-projet, une décision qu a déploré la JSS, car elle ne fait qu encourager les spéculateurs à continuer de s enrichir sur le dos des plus pauvres et des affamés. Le Conseil fédéral déclare dans son message que notre projet n est dans la pratique pas applicable. Il est apparemment impossible de déterminer à qui s appliquerait l interdiction, car on ne pourrait pas déterminer qui spécule avec la nourriture. Le texte d initiative est pourtant très clair et propose une mise en place peu bureaucratique et réalisable. Nous avons décidé de présenter notre propre proposition d application avant même que la commission de l économie et des redevances du Conseil aux Etats (CER-E) ne se penche sur l initiative. Nous réalisons cette démarche peu commune afin d apporter de la clarté sur les conséquences de cette initiative et afin de rendre possible une discussion intéressante basée sur des faits concrets. Nous espérons que nos arguments trouveront résonnance lors de la consultation du parlement. Mais avant de traiter de l application concrète du texte, je souhaite vous parler des faits entourant le thème de notre initiative. 4

5 Volksinitiative: Keine Spekulation mit Nahrungsmitteln Referat von Prof. Dr. Gunter Stephan, Ökonom, Universität Bern Es gilt das gesprochene Wort. 1. Allokationsaspekte Märkte sind effiziente Allokationsmechanismen. Dies gilt auch für Terminmärkte, die unter bestimmten Bedingungen das Risiko von Preisschwankungen absichern, Liquidität für Investitionen schaffen, Informationen über künftige Marktbedingungen / Preise bereitstellen. Können aber Markteilnehmende das Marktergebnis strategisch beeinflussen oder herrscht gar Herdenverhalten, werden diese Funktionen gestört. 2. Verteilungsaspekte Preisänderungen führen neben Allokations- stets auch zu Verteilungseffekten. Letztere behindern die Kooperationsbereitschaft; vor allem wenn sie als ungerechtfertigt angesehen werden. Volkswirtschaften mit hoher Kaufkraft, wo der Agrarsektor einen kleinen Anteil am BSP ausmacht, verkraften dies. Entwicklungsländer, deren Volkseinkommen von der Landwirtschaft abhängt, geraten in Schwierigkeiten. 3. Ein Beispiel 2008 fiel die australische Reisproduktion einer mehrjährigen Trockenheit zum Opfer. Das Angebot fiel weltweit um etwa 10%. Die Weltmarktpreise verdoppelten jedoch, was zu Panikkäufen und Protesten, auch in Italien führte. Autoren der Weltbank sehen im Verhalten der Finanzinvestoren die zentrale Ursache. Extreme Wetterereignisse nehmen in Zukunft zu, was eine Umstrukturierung der Landwirtschaft erforderlich macht. Dazu wären in den Entwicklungsländern Investitionen von jähr-lich 70 bis 100 Mrd. $US notwendig. Preisschwankungen schaffen ein Klima der Verunsicherung und behindern eine solide Investitionsplanung, so dass Private kaum die notwendigen Finanzmittel aufbringen. Bliebe nur noch die Unterstützung durch die Weltgemeinschaft, was angesichts der sozialen, ökonomischen und politischen Bedingungen in den betroffenen Ländern kaum zu erwarten ist. 5

6 Swissaid Discours de Catherine Morand, membre de la direction de SWISSAID Il y a la parole prononcée. SWISSAID fait partie des premiers signataires de l initiative «Stop à la spéculation sur les denrées alimentaires». Présente dans neuf pays d Afrique, d Asie et d Amérique latine, l organisation de coopération au développement constate sur le terrain, au quotidien, les effets dévastateurs engendrés par la volatilité des prix des denrées alimentaires, qui prive les plus pauvres d un accès à une alimentation à des prix abordables et aggrave la faim. Dans les pays en développement, les familles les plus déshéritées dépensent jusqu à 80% de leurs revenus pour se nourrir, avec une marge de manœuvre très étroite. Toute hausse des prix des denrées alimentaires de base condamne aussitôt des familles entières à la faim et à la malnutrition. La flambée des prix des denrées alimentaires a conduit à plusieurs reprises à des émeutes de la faim dans plusieurs pays du Sud. Plusieurs études démontrent qu une partie importante des fluctuations des cours des matières premières n est pas liée à des informations pouvant affecter l offre ou la demande des produits agricoles, mais davantage aux activités de certains investisseurs présents sur ces marchés. Le secteur financier, à travers ses activités spéculatives sur les produits agricoles, porte donc une large part de responsabilité quant à la fluctuation et l augmentation des prix des denrées alimentaires. Aux yeux de SWISSAID, il est donc primordial de tout mettre en œuvre pour réduire autant que possible les risques de fluctuations extrêmes des prix des denrées alimentaires, engendrés par une spéculation excessive. Il revient donc au Parlement d introduire des règles qui aident à empêcher la spéculation sur les denrées alimentaires. Le fait que le Conseil fédéral recommande le rejet de l initiative populaire «Stop à la spéculation sur les denrées alimentaires», est pour le moins décevant et ne nous semble pas aller dans la bonne direction ; alors que les Etats-Unis et l Union européenne ont déjà réintroduit des règles de régulation du négoce. Des mesures visant à endiguer la spéculation financière sur les denrées alimentaires contribueraient non seulement à améliorer la situation alimentaire des plus déshérités dans les pays du Sud, mais également à améliorer l image de la Suisse sur la scène internationale. 6

7 Application de l initiative stopp à la spéculation sur les denrées alimentaire Discours de Alexandra Baur, juriste Il y a la parole prononcée. La spéculation excessive sur les denrées alimentaires mène à une grande instabilité des prix du marché agraire. Elle va donc à l'encontre droit à l octroi d aliments. Selon l article 11 paragraphe 2 du pacte international des droits sociaux, économiques et culturel du 19 décembre 1966, que la suisse a ratifié, un état est dans le devoir de prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir le droit fondamental à une nutrition adéquate. Comme le respect des droits de l homme dans la politique étrangère est l un des buts de la Suisse (article 54 de la constitution), il est aussi dans ses intérêts de réguler la spéculation sur les denrées alimentaires des entreprises qui agissent sous sa juridiction. Le commerce des denrées alimentaires n est de nos jours pas règlementé par une loi dans les marchés à terme. Suite à la crise des voix en faveur d une réglementation du marché financier se sont fait entendre. Par l introduction de nouvelles lois, comme par exemple la loi fédérale sur l infrastructure du marché des finances (FinfraG), les investissements boursiers tout comme des investissements dans d autres plateformes de commerce doivent devenir plus transparent. Le marché des dérivés est également touché par ses réglementations. Les problèmes de la spéculation sur les matières premières alimentaire n a toutefois pas été directement traité par cette lois. L initiative exige une interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires, tout en continuant de permettre la sécurisation sur le marché selon le principe de Hedging. Le commerce des matières premières ou marché à terme aide les producteurs et commerçants, et les assure contre les variations des prix. C est pourquoi ce marché doit continuer à être permis. Avec l interdiction sur la spéculation des dérivées de matières premières qui pose un bien agraire en tant que valeur de base, une limitation nécessaire de la spéculation sur le marché financier est faite. Pour l application de cette séparation, la différence doit être faite entre la spéculation et les Hedgings boursiers tout comme ceux extra boursiers. Une telle séparation est déjà prévue dans les endroits les plus importants à la négociation et c est pourquoi elle ne pose pas problème à l application de l initiative. Ainsi la Commodity Futures Trading Commission aux États-Unis pose des limites de positions (limite supérieur du nombre de contrat, qu un commerçant peut faire). Les Hedgings sont toutefois exclus de cette limitation. Les commerçants sont souscris à cette limitation de position, sauf si ils candident pour l ainsi nomé Hedge Exemption et qu ils obtiennent ce contrat. Pour recevoir un Hedge Exemption, les entreprises doivent garantir que les transactions de la position de leur Futures «bona fide hedging». Seul les transactions et les positions qui sont économiquement satisfaisantes, et qui correspondent à la minimisation des risques sur le marché de l article correspondant, sont retenus et tant que «bona fide». 7

8 En Europe, une limitation semblable à celle des États-Unis est introduite avec une nouvelle ligne directrice du marché (MiFID II; englisch: Market in Financial Instruments Directive). Dans cette nouvelle limitation européenne, une close excluant les Hedgers est également prévue. Ainsi l article 57 (1) MiFID II stipule que les positions de limitation ne sont pas valables pour les positions qui sont prévus pour des emplois non financiers et qui sont objectivement mesurables directement liés aux opérations de cet emploi non financier et directement lié à des risques. Ces limitations de positions valent aussi selon l article 57 (4) MiFID II pour des contrats OTC économiquement de même valeur. Dans le cadre de l application de l initiative sur les denrées alimentaires, une telle close de «bona fide» Hedge Exemption est également prévue dans la négociation des contrats concernant les denrées alimentaires. Avec l application de notre initiative, pas seulement la spéculation à travers les sociétés financières serait interdite mais aussi celle des entreprises de matière première. Une autorisation d exception peut être exigée, si le commerce de dérivé de matière première alimentaire est déterminé au niveau du prix de la quantité livrée et de l échéance. L attribution d une «bona fide» Hedge Exemption doit être réglementé par cette application d initiative. Une obligation d inscription ou une pré-enregistration pourrait être faite par les entreprises touchées par ce marché. Il est important que le comité soit composé d experts qui connaissent bien le marché de la spéculation sur les denrées alimentaires et qui peuvent donc juger au cas par cas. L initiative est donc directement liée aux agissements des entreprises et non pas à la bourse, alors que l interdiction sur la spéculation des denrées alimentaires touche le commerce dans les bourses et dans les ainsi nommées over-the-counter-handel (OTC-Handel). Cette Initiative couvre donc les bourses tout comme les interactions qui ont lieu hors de celle-ci. La régulation des OTC-Handel est d autant plus importante, car le commerce des dérivés à l extérieur des bourses et donc la répercussion de celui-ci sur le prix des matières premières alimentaires est très difficile à contrôler. En ayant les régulations faites par l union européenne et les États-Unis, sur le marché de la spéculation des denrées alimentaires devant les yeux ; deux des plus importants marchés des entreprises suisses ; celle-ci doit également intervenir à cet égard. Une passivité politique par rapport à la spéculation sur les denrées alimentaires pourrait augmenter les intérêts des entreprises à faire celui-ci en suisse. Un marché grandissant sur les denrées alimentaires en suisse focaliserait l attention internationale, qui prend conscience des répercutions négative de cette spéculation sur notre pays. Le risque d une mauvaise réputation est donc très grand pour le marché financier suisse. 8

9 Konzept der JUSO Schweiz zur Umsetzung der Volksinitiative Keine Spekulation mit Nahrungsmitteln (Spekulationsstopp) Die Initiative fordert ein Verbot der Spekulation mit Nahrungsmitteln, während die Absicherung über die Finanzmärkte, das sogenannte Hedging, weiterhin erlaubt sein soll. Für eine wirksame Umsetzung der Initiative braucht es eine Dokumentation über alle gehandelten Finanzinstrumente. Damit kann sichergestellt werden, dass die Finanzkonzerne nicht mehr mit Produkten handeln, die sich auf Nahrungsmittel beziehen. Eine entsprechende Dokumentationspflicht kann gesetzlich festgeschrieben werden. Zudem braucht es eine zuständige Aufsichtsbehörde, welche die Dienstleistungen der Banken überprüft. Dies könnte beispielsweise die FINMA übernehmen. Um die Initiative sinngemäss umzusetzen, muss unterschieden werden, welche Verträge an den Börsen und OTC unter Spekulation und welche unter Hedging fallen. Eine solche Unterscheidung wird bereits an den wichtigsten Handelsplätzen praktiziert und stellt daher für die Umsetzung kein Problem dar. Unterscheidung zwischen Spekulation und Hedging Regulierung in den USA: CFTC Eine Unterscheidung zwischen Spekulation und Hedging wird in den USA bereits praktiziert. Dort setzt die Commodity Futures Trading Commission (CFTC) Positionslimits, wobei es eine Ausnahme für Hedger gibt. Händler sind einem Positionslimit unterworfen, ausser sie bewerben sich für eine Hedge Exemption und bekommen diese erteilt. Dafür müssen sie zeigen können, dass ihre Futures-Positionen bona fide hedging Transaktionen sind. Bona fide hedging transactions which are defined in CFTC 1.3(z) as transactions that normally represent a substitute for transactions to be made, or positions to be taken, at a

10 later time in a physical marketing channel and that are economically appropriate to the reduction of risks in the conduct of a commercial enterprise. Under CFTC Regulation 1.3 (z), no transactions or position will be classified as bona fide hedging unless their purpose is to offset price risks incidental to commercial cash or spot operations and such positions are established and liquidated in an orderly manner in accordance with sound commercial practices (Seamon, S.3).1 Regulierung in der EU: MiFID II In der EU wird eine ähnliche Regulierung eingeführt, wie sie in den USA besteht. Auch hier besteht eine Ausnahmeregelung für Hedger die wie folgt aussieht: Positionslimits gelten nicht für Positionen, die von oder für eine nichtfinanzielle Stelle gehalten werden und objektiv messbar die direkt mit der Geschäftstätigkeit dieser nichtfinanziellen Stelle verbundenen Risiken verringern. (EU-MiFID II, S. L173/440) Zusätzlich sind ausserbörslich gehandelte Derivate in die Regulierung eingeschlossen. Diese Positionslimits gelten auch für wirtschaftlich gleichwertige OTC-Kontrakte. (EU- MiFID II, S. L174/441) 2 Umsetzung der Spekulationsstopp-Initiative Im Rahmen der Umsetzung der Spekulationsstopp-Initiative wäre eine solche Bona fide Hedge Exemption, welche hier für die Ausnahme von Positionslimits gedacht ist, die Voraussetzung für jeglichen Handel. (Bzw. das speculative position limit beträgt in diesem Fall Null.) Damit wäre nicht nur die Spekulation der Finanzkonzerne nicht erlaubt, sondern auch Rohstoffkonzerne, welche im Prinzip eine solche Ausnahmebewilligung beantragen können, erhalten diese nur für den Handel mit Derivaten, die tatsächlich der Absicherung von zugrundeliegenden Risiken dienen. 1 Nähere Informationen bei Sihlts ab Seite 2. 2 Siehe Kapitel IV der EU-MiFID II: Positionslimits und Positionsmanagementkontrollen bei Warenderivaten und Positionsmeldungen.

11 Damit wäre sichergestellt, dass auch die Finanzabteilungen von Rohstoffkonzernen keine Spekulation mit Nahrungsmitteln mehr betreiben. Zusätzlich werden von der CFTC sogenannte non traditional hedge exemptions ausgegeben. Diese sind beispielsweise für Pensionskassen gedacht, welche ihr Portfolio diversifizierten etc. Dabei muss ebenfalls gezeigt werden, dass die Position in Futures ein bestehendes Risiko absichert, nicht gehebelt ist etc. (Seamon, S. 4) Eine solche Ausnahmeregelung lehnen wir allerdings ab und wäre auch mit dem Initiativtext kaum vereinbar. Der Nachweis den die betroffenen Finanzakteure dadurch erbringen müssen, stellt keinen hohen Aufwand dar und trägt zudem zur Transparenz bei, was international und in der Schweiz als erklärtes Ziel gilt. Ohne eine Regulierung der Nahrungsmittelspekulation könnte die Schweiz nicht mit internationalen Regulierungen mithalten, und stünde somit zu einen vor dem Problem, dass in der Zukunft ein wesentlich grösserer Teil der Spekulation über die Schweiz laufen würde, was zum anderen einen beträchtlichen Imageschaden für den Schweizer Finanzplatz mit sich bringen würde. Regulierungsbestrebungen sind daher überfällig. Quellen: Seamon, Fred. CME Group Research & Product Development. Speculative Position Limits and Hedge Exemptions e_fund_exemptions_ pdf Shilts, Richard A. Division of Market Oversight Advisory visory1_3_1_48_ pdf EU-MiFID II, Europäische Union, RICHTLINIE 2014/65/EU DES EUROPÄISCHEN PARLAMENTS UND DES RATES vom 15. Mai 2014 über

12 Märkte für Finanzinstrumente sowie zur Änderung der Richtlinien 2002/92/EG und 2011/61/EU https://www.bmf.gv.at/finanzmarkt/finanz-kapitalmaerkte-eu/ eu- DE_MiFID-RL.pdf?4g1nju

Manuel KOLIBRI Résumé

Manuel KOLIBRI Résumé Projet KOLIBRI Modèle de comptabilité analytique harmonisé Manuel KOLIBRI Résumé Projet KOLIBRI Modèle de comptabilité analytique harmonisé pour les cantons de la Confédération 1 Plan et sommaire du manuel

Plus en détail

Dossier de presse. Initiative bourses d études CP 30 avril 2015. OUIà l initiative. sur les bourses d études

Dossier de presse. Initiative bourses d études CP 30 avril 2015. OUIà l initiative. sur les bourses d études Dossier de presse Initiative bourses d études CP 30 avril 2015 OUIà l initiative sur les bourses d études 3 raisons de voter OUI! Pour un accès équitable à la formation L initiative a été formulée il y

Plus en détail

Handelszeit am letzten Handelstag von Discount Zertifikate der Deutschen Bank AG auf Aktien der Total SA

Handelszeit am letzten Handelstag von Discount Zertifikate der Deutschen Bank AG auf Aktien der Total SA Inserat Handelszeit am letzten Handelstag von Discount Zertifikate der Deutschen Bank AG auf Aktien der Total SA Mit Wirkung vom 29.09.2008 wird die Handelszeit am letzten Handelstag im Internet Based

Plus en détail

Assemblée des délégués du PEV. Delegiertenversammlung der EVP. Neuchâtel - 5 avril 2008. Nello Castelli Membre de la direction de santésuisse

Assemblée des délégués du PEV. Delegiertenversammlung der EVP. Neuchâtel - 5 avril 2008. Nello Castelli Membre de la direction de santésuisse Assemblée des délégués du PEV Delegiertenversammlung der EVP Neuchâtel - 5 avril 2008 Nello Castelli Membre de la direction de santésuisse Projekt: Article constitutionnel sur la santé Datum: 05.04.2008

Plus en détail

S c h w e i z e r N u t z f a h r z e u g s a l o n

S c h w e i z e r N u t z f a h r z e u g s a l o n S c h w e i z e r N u t z f a h r z e u g s a l o n Salon suisse du véhicule utilitaire Charte graphique / Corporate Identity 1. Introduction / Einleitung La présente charte graphique sert de guide d

Plus en détail

Risques liés au rejet de la «Lex USA»

Risques liés au rejet de la «Lex USA» Risques liés au rejet de la «Lex USA» Une étude de PPCmetrics PPCmetrics SA Pascal Frei, Partner Dr. iur. Eliane Menghetti, Legal Consultant Nyon, 3 juillet 2013 Contexte Suite au rejet de la «Lex USA»,

Plus en détail

Transparence dans la qualité des soins Le patient n est pas un facteur de coûts

Transparence dans la qualité des soins Le patient n est pas un facteur de coûts DVSP Dachverband Schweizerischer Patientenstellen Transparence dans la qualité des soins Le patient n est pas un facteur de coûts Journée de travail de la Politique nationale de la santé, 17 novembre 2011,

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO

COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO Nombreuses sont les questions qui nous viennent à l esprit quand nous pensons à l avenir de nos enfants, petits-enfants,

Plus en détail

GAS Goal Attainment Scaling

GAS Goal Attainment Scaling GAS Goal Attainment Scaling ------------------------------------- Présentation d un outil Vorstellung eines tools FC - 17 janvier 2009 - GAS GAS comme outil GAS comme instrument utilisé dans la démarche

Plus en détail

SIX Pay, filiale de SIX Group, décroche une licence dans l'ue (dév.) 2. SIX-Group-Tochter SIX Pay erhält Lizenz für Dienstleistungen in der EU 3

SIX Pay, filiale de SIX Group, décroche une licence dans l'ue (dév.) 2. SIX-Group-Tochter SIX Pay erhält Lizenz für Dienstleistungen in der EU 3 SIX Pay, filiale de SIX Group, décroche une licence dans l'ue (dév.) 2 SIX-Group-Tochter SIX Pay erhält Lizenz für Dienstleistungen in der EU 3 Six Pay erhält Lizenz in Luxemburg - Expansion nach Osteuropa

Plus en détail

Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden?

Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden? Wie können meine Abschlüsse in Frankreich anerkannt werden? Trotz der mittlerweile in Kraft getretenen europäischen Regelungen der beruflichen Anerkennung von Ausbildungen und Hochschuldiplomen, liegt

Plus en détail

Hauswartungen Service de conciergerie. Liegenschaftsunterhalt Entretien de propriétés. Reinigung Nettoyage. Shop Boutique

Hauswartungen Service de conciergerie. Liegenschaftsunterhalt Entretien de propriétés. Reinigung Nettoyage. Shop Boutique Hauswartungen Service de conciergerie Liegenschaftsunterhalt Entretien de propriétés Reinigung Nettoyage Shop Boutique Reinigung ist nicht gleich Reinigung! Jeder Kunde hat individuelle Wünsche & Ansprüche.

Plus en détail

Deutsche Industrie- und Handelskammer in Marokko - DIHK Chambre Allemande de Commerce et d Industrie au Maroc

Deutsche Industrie- und Handelskammer in Marokko - DIHK Chambre Allemande de Commerce et d Industrie au Maroc TEMPORÄRE EINFUHR VON WAREN UND BETRIEBSANLANGEN IN MAROKKO (Code des Douanes et Impôts Indirects approuvé par le dahir portant loi n 1-77-339 du 9 octobre 1977) I-Waren und Gegenstände Die temporäre Einfuhr

Plus en détail

Le PSN et la TIDN à l ASDD NCP und IDNT im SVDE

Le PSN et la TIDN à l ASDD NCP und IDNT im SVDE Nutridays 2014 Le PSN et la TIDN à l ASDD NCP und IDNT im SVDE Florine Riesen Membre du comité de l ASDD et membre du groupe de pilotage PSN/TIDN de l ASDD Vorstandsmitglied SVDE und Mitglied der Steuergruppe

Plus en détail

Zusätzliche Krankenversicherung. Mutuelle d entreprise : les obligations de l employeur. Neue Verpflichtungen für den Arbeitgeber

Zusätzliche Krankenversicherung. Mutuelle d entreprise : les obligations de l employeur. Neue Verpflichtungen für den Arbeitgeber Zusätzliche Krankenversicherung Neue Verpflichtungen für den Arbeitgeber (Veröffentlichung der Abteilung für rechtliche und administrative Informationen der französischen Regierung vom 15.09.2015) Ab 1.

Plus en détail

4. Collaborations intercantonales

4. Collaborations intercantonales 4. Collaborations intercantonales 1/16 Nombre de conférences régionales des directeurs cantonaux C4.30a 2008, Nombre de conférences régionales des directeurs cantonaux ( A finalité politique, composées

Plus en détail

Nouveau centre de recyclage au Cactus Howald!

Nouveau centre de recyclage au Cactus Howald! Nouveau centre de recyclage au Cactus Howald! Simple, pratique et écologique, le centre de recyclage «Drive-in» du Cactus Howald est un nouveau service pour nos clients. Il a été mis en place par le Ministère

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Schnittstelle A V2.4 für SOMED V2.4.1 Anhang für kantonale Daten. Interface A V2.4 pour SOMED V2.4.1 Annexe pour données cantonales

Schnittstelle A V2.4 für SOMED V2.4.1 Anhang für kantonale Daten. Interface A V2.4 pour SOMED V2.4.1 Annexe pour données cantonales Schnittstelle A V2.4 für SOMED V2.4.1 Anhang für kantonale Daten Interface A V2.4 pour SOMED V2.4.1 Annexe pour données cantonales V2.4 / 28.09.2015 A 1 / 7 Inhaltsverzeichnis / Table des matières Grundlegender

Plus en détail

Un garage pour parc à voitures à New Haven

Un garage pour parc à voitures à New Haven Un garage pour parc à voitures à New Haven Autor(en): Objekttyp: [s.n.] Article Zeitschrift: Bulletin du ciment Band (Jahr): 32-33 (1964-1965) Heft 22 PDF erstellt am: 21.06.2016 Persistenter Link: http://dx.doi.org/10.5169/seals-145677

Plus en détail

Übergangsreglement. Règlement sur le régime transitoire. du 17 décembre 2012 vom 17. Dezember 2012

Übergangsreglement. Règlement sur le régime transitoire. du 17 décembre 2012 vom 17. Dezember 2012 Recueil systématique 4..0..9 Règlement sur le régime transitoire Übergangsreglement du 7 décembre 0 vom 7. Dezember 0 relatif à la modification du Règlement du 8 juin 006 (Etat le 7 décembre 0) des études

Plus en détail

Fachgruppe BiG Positionspapier Nr 5

Fachgruppe BiG Positionspapier Nr 5 Fachgruppe BiG Positionspapier Nr 5 Stammdaten Übergangslösung für Produkte die kein GS1 GTIN zugeordnet haben Hintergrund Die Fachgruppe Beschaffung im Gesundheitswesen (BiG) setzt sich aus namhaften

Plus en détail

Instructions pour la mise à jour du pilote USB pour Smartinterface

Instructions pour la mise à jour du pilote USB pour Smartinterface Instructions pour la mise à jour du pilote USB pour Smartinterface Instructions pour la mise à jour sous Windows 7 Une fois que Smartinterface est connecté, Windows installe les pilotes qui conviennent.

Plus en détail

Swiss Map Mobile. Landeskarten neu im preiswerten Abo Cartes Nationales nouveau en abonnement avantageux. wissen wohin savoir où.

Swiss Map Mobile. Landeskarten neu im preiswerten Abo Cartes Nationales nouveau en abonnement avantageux. wissen wohin savoir où. Swiss Map Mobile Landeskarten neu im preiswerten Abo Cartes Nationales nouveau en abonnement avantageux wissen wohin savoir où swisstopo Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione

Plus en détail

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf crédit épargne Réserve Personnelle Emprunter et épargner en fonction de vos besoins Persönliche Reserve Leihen und sparen je nach Bedarf Réserve Personnelle Vous voulez disposer à tout moment des moyens

Plus en détail

TISSOT GRAND PRIX DE BERNE WELTCUPTURNIER DER DEGENFECHTER 23. / 24. / 25. OKTOBER 2015 IN DER SPORTHALLE WANKDORF WWW.GP-BERN.CH

TISSOT GRAND PRIX DE BERNE WELTCUPTURNIER DER DEGENFECHTER 23. / 24. / 25. OKTOBER 2015 IN DER SPORTHALLE WANKDORF WWW.GP-BERN.CH 52 TISSOT GRAND PRIX DE BERNE WELTCUPTURNIER DER DEGENFECHTER 23. / 24. / 25. OKTOBER 2015 IN DER SPORTHALLE WANKDORF WWW.GP-BERN.CH TISSOT PRC 200 FENCING TISSOT.CH 2 Programme Jeudi, 22 octobre 2015

Plus en détail

Votre artisan boulanger-pâtissier de qualité Spitzenqualität vom Bäcker-Konditormeister. w w w. l e p a i n. c h

Votre artisan boulanger-pâtissier de qualité Spitzenqualität vom Bäcker-Konditormeister. w w w. l e p a i n. c h Votre artisan boulanger-pâtissier de qualité Spitzenqualität vom Bäcker-Konditormeister w w w. l e p a i n. c h Les boulangeries-pâtisseries titulaires du Label Qualité sont fières de garantir un très

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite COMPTE RENDU D EXPERIMENTATION Domaine de travail : Entraînement à l expression écrite à la maison à partir de notes recueillies en classe. Révision et remédiation individualisée de chaque production écrite

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

TRAITEMENT COMPTABLE DES PRODUITS STRUCTURÉS L exemple d une banque universelle

TRAITEMENT COMPTABLE DES PRODUITS STRUCTURÉS L exemple d une banque universelle YVES KURSNER La Banque Cantonale Vaudoise (BCV) est active dans l émission de produits structurés depuis 1999, période à laquelle elle commercialisa ses premiers «Leman» appartenant à la famille des structurés

Plus en détail

Rapport d'activité 1959-1960

Rapport d'activité 1959-1960 Rapport d'activité 1959-1960 Objekttyp: AssociationNews Zeitschrift: Annuaire de l`association Suisse de Science Politique = Jahrbuch der Schweizerischen Vereinigung für politische Wissenschaft Band (Jahr):

Plus en détail

Revêtements en béton sur les ponts

Revêtements en béton sur les ponts Revêtements en béton sur les ponts Autor(en): Objekttyp: [s.n.] Article Zeitschrift: Bulletin du ciment Band (Jahr): 28-29 (1960-1961) Heft 16 PDF erstellt am: 29.06.2016 Persistenter Link: http://dx.doi.org/10.5169/seals-145573

Plus en détail

Le paiement du salaire durant les jours de carence prévus par l'assurance-accidents obligatoire

Le paiement du salaire durant les jours de carence prévus par l'assurance-accidents obligatoire Le paiement du salaire durant les jours de carence prévus par l'assurance-accidents Autor(en): Objekttyp: Fischer, Hans Peter Article Zeitschrift: Revue syndicale suisse : organe de l'union syndicale suisse

Plus en détail

Administration des abonnements...2. Outil de configuration...5. Installation Outlook 2003...7. Configuration Outlook 2003...10

Administration des abonnements...2. Outil de configuration...5. Installation Outlook 2003...7. Configuration Outlook 2003...10 Outlook 2003 INDEX Administration des abonnements...2 Outil de configuration...5 Installation Outlook 2003...7 Configuration Outlook 2003...10 Date de création 22.02.09 Version 1.0 Administration des abonnements

Plus en détail

2. Quel est votre degré de satisfaction concernant le lieu et les horaires? Waren Sie mit dem Austragungsort und dem Zeitplan zufrieden?

2. Quel est votre degré de satisfaction concernant le lieu et les horaires? Waren Sie mit dem Austragungsort und dem Zeitplan zufrieden? Analyse des données du feedback général du Symposium 1. Qu'avez vous pensé de l'organisation en générale du symposium? Was haben Sie generell von der Organisation des Symposiums gehalten? Diversité Affichage

Plus en détail

Réponses aux questions

Réponses aux questions Concours de projets d aménagement urbain Place des Augustins à Genève Prix Evariste Mertens 2014 Réponses aux questions Les questions sont retranscrites ici telles qu elles ont été posées, c est à dire

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

KÄNGURUH-SYSTEM SYSTÈME KANGOUROU

KÄNGURUH-SYSTEM SYSTÈME KANGOUROU 34 KÄNGURUH-SYSTEM PRODUKTÜBERSICHT SOMMAIRE DES PRODUITS Seite Page 36-39 Ein absolutes Highlight ist das Känguruh-System. Es erlaubt die absolute Trennung der Arbeitsprozesse im reinen und unreinen Bereich

Plus en détail

Faire une révision rapide des moyens de transport utilisables pour se rendre dans un pays étranger. a) Documents Fahrkarten

Faire une révision rapide des moyens de transport utilisables pour se rendre dans un pays étranger. a) Documents Fahrkarten L évaluation culturelle ne fait pas l objet de la mise en place d unités spécifiques. Elle s inscrit dans l acquisition linguistique et ne peut pas être dissociée de l évaluation linguistique (que ce soit

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Recherche de personnel

Recherche de personnel Recherche de personnel Fertigkeit Testformat Relevante(r) GERS-Deskriptor(en) Task-relevante Voraussetzungen Schwierigkeitsgrad Themenbereich(e) Länge des Textes Zeitbedarf Besondere Bemerkungen und Hinweise

Plus en détail

NEWSletter 2014 WinBIZ - Buchhaltung

NEWSletter 2014 WinBIZ - Buchhaltung NEWSletter 2014 WinBIZ - Buchhaltung WinBIZ Buchhaltung Panipro wird das Programm WinBiz Buchhaltung in sein Softwarepaket aufnehmen. Ein professionelles und einfach zu benutzendes Werkzeug, das Ihnen

Plus en détail

rsa, Alg II, aide sociale : quels instruments pour la garantie du minimum vital en France en Allemagne et en Suisse

rsa, Alg II, aide sociale : quels instruments pour la garantie du minimum vital en France en Allemagne et en Suisse rsa, Alg II, aide sociale : quels instruments pour la garantie du minimum vital en France en Allemagne et en Suisse rsa, Alg II, Sozialhilfe: Mittel zur Sicherung des Existenzminimums in Frankreich, Deutschland

Plus en détail

http://www.e-periodica.ch

http://www.e-periodica.ch Objekttyp: Advertising Zeitschrift: Revue de linguistique romane Band (Jahr): 27 (1963) Heft 105-106 PDF erstellt am: 25.06.2016 Nutzungsbedingungen Die ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten

Plus en détail

ICI C EST BIENNE. Willkommen in der Tissot Arena Bienvenue à la Tissot Arena GET YOUR TICKET NOW!

ICI C EST BIENNE. Willkommen in der Tissot Arena Bienvenue à la Tissot Arena GET YOUR TICKET NOW! ICI C EST BIENNE Willkommen in der Tissot Arena Bienvenue à la Tissot Arena GET YOUR TICKET NOW! ABONNEMENT SAISON 2015 2016 Liebe Fans Herzlich willkommen in der Tissot Arena! Wir freuen uns, Sie zur

Plus en détail

Principes et outils de communication II

Principes et outils de communication II Page 1 / 5 Titre Principes et outils de communication II Filière Domaine Année de validité Information documentaire Service et communication 2015-2016 N o Obligatoire Semestre de référence 733-1n S3 Prérequis

Plus en détail

Configuration d ActiveSync

Configuration d ActiveSync Configuration d ActiveSync Pour les appareils Smartphone Windows Mobile 2003 1/12 Introduction Le présent document décrit les étapes qui sont nécessaires au minimum pour configurer la synchronisation sur

Plus en détail

Critères de qualité de la KGAST

Critères de qualité de la KGAST Critères de qualité de la KGAST I. Introduction Les fondations de placement ne sont autorisées à utiliser le label de qualité «Fondation KGAST» que si elles reconnaissent intégralement et sans réserve

Plus en détail

Fotos von Gerhard Standop

Fotos von Gerhard Standop Fotos von Gerhard Standop Nutzungsbedingungen Die Bilder sind für den privaten Gebrauch oder die Verwendung auf einer Website, die nicht kommerziell betrieben wird bzw. die keine kommerziellen Inhalte

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

NewCity. Box Storage Container & Caddy

NewCity. Box Storage Container & Caddy NewCity NewCity NewCity überzeugt auf der ganzen Linie. Eine klare Organisation, ein optimales Preis-Leistungs- Verhältnis und viel Spielraum für Individualität zeichnen dieses Konzept aus. Bringen Sie

Plus en détail

SB2T. Allgemeines. Généralités. Gestaltung. Configuration SB2T

SB2T. Allgemeines. Généralités. Gestaltung. Configuration SB2T Allgemeines SB2T Mit dem Gimatic Multi Sensor Prüfgerät können Analoge und Digitale Sensoren auf deren Funktion geprüft werden. Zudem bietet der integrierte Cronometer die Möglichkeiten, Verfahrzeiten

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.05.0428.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.05.0428.F V. M., demandeur en cassation, admis au bénéfice de l assistance judiciaire par décision du bureau d assistance judiciaire

Plus en détail

FOD JD PROMO AFBJ/FV BJ Übungen und Spielen / exercices et jeux 2013

FOD JD PROMO AFBJ/FV BJ Übungen und Spielen / exercices et jeux 2013 FOD JD PROMO AFBJ/FV BJ Übungen und Spielen / exercices et jeux 2013 Echauffement TE et déplacements (TA) courses et rythmes Aufwärmung (TE) Läufe und Tempo (TA) 1 Analytisch - 20 Minuten 2 Mannschaften

Plus en détail

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment :

Considérant les faits et les arguments soumis par ICE US au soutien de la demande, notamment : DÉCISION N 2014-PDG-0149 Dispense de reconnaissance d ICE Futures U.S., Inc., à titre de bourse et de marché organisé en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, RLRQ, c. I-14.01 Dispense

Plus en détail

Procès-verbal de l assemblée générale de la Société suisse d évaluation du 10 septembre 2014 à Zurich

Procès-verbal de l assemblée générale de la Société suisse d évaluation du 10 septembre 2014 à Zurich Procès-verbal de l assemblée générale de la Société suisse d évaluation du 10 septembre 2014 à Zurich Membres du comité présents Simone Ledermann, Roland Pfyl, Emmanuel Sangra, Martin Wicki Réviseurs Patrick

Plus en détail

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E

Communication. Mardi 4 novembre 2014 16 h 30. Commission des affaires européennes. X I V e L É G I S L A T U R E X I V e L É G I S L A T U R E Communication Commission des affaires européennes Mardi 4 novembre 2014 16 h 30 Communication de M. Philippe Armand Martin sur l attribution des noms de domaine «.wine» et

Plus en détail

LA DÉCLINAISON. *LE NOMINATIF : On nomme. C est le cas du dictionnaire, du sujet grammatical et donc de l attribut du sujet.

LA DÉCLINAISON. *LE NOMINATIF : On nomme. C est le cas du dictionnaire, du sujet grammatical et donc de l attribut du sujet. LA DÉCLINAISON Il s agit de la distribution des marques de cas dans le groupe nominal (GN : nom(s), adjectif(s), déterminant(s), pronom(s) ) selon les fonctions de celui-ci dans une proposition ( ou si

Plus en détail

Dosage des mortiers à la brouette

Dosage des mortiers à la brouette Dosage des mortiers à la brouette Autor(en): Objekttyp: [s.n.] Article Zeitschrift: Bulletin du ciment Band (Jahr): 44-45 (976-977) Heft 4 PDF erstellt am: 5.0.207 Persistenter Link: http://doi.org/0.569/seals-4597

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Regelwerksstrategie des ENSI Stratégie réglementaire de l IFSN ENSI s Regulatory Framework Strategy

Regelwerksstrategie des ENSI Stratégie réglementaire de l IFSN ENSI s Regulatory Framework Strategy ENSI-AN-9171 ENSI, Industriestrasse 19, 5200 Brugg, Switzerland, Phone +41 56 460 84 00, E-Mail Info@ensi.ch, www.ensi.ch Regelwerksstrategie des ENSI März Mars March 2015 Regelwerksstrategie des ENSI

Plus en détail

Newsletter SVPW/ASSP - Juli 2008

Newsletter SVPW/ASSP - Juli 2008 Newsletter SVPW/ASSP - Juli 2008 Liebe Mitglieder Willkommen zur aktuellen Ausgabe des Newsletters der Schweizerischen Vereinigung für Politische Wissenschaft - SVPW/ASSP. Der Jahreskongress 2009 der SVPW/ASSP

Plus en détail

Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne AHV/IV/EO/ALV. Conversion des salaires nets en salaires bruts AVS/AI/APG/AC

Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne AHV/IV/EO/ALV. Conversion des salaires nets en salaires bruts AVS/AI/APG/AC Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne AHV/IV/EO/ALV Conversion des salaires s en salaires s AVS/AI/APG/AC Gültig ab 1. Januar 2011 Valable dès le 1 er janvier 2011 318.115 df 12.10 1 2 Erläuterungen:

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

Projet du Fond National de la recherche Organisations judiciaires suisses

Projet du Fond National de la recherche Organisations judiciaires suisses Présentation de la banque de données Martin Knüsel, collaborateur scientifique et assistant à l Université de Lucerne Contenu de la banque de données Législation (Confédération et cantons) Travaux préparatoires

Plus en détail

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Initiative populaire fédérale * ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Déclaration de M. Cornelio Sommaruga Vi saluto nella

Plus en détail

Lecteur de codes barres CS3000 Installation et utilisation. Table des matières. Raccorder le lecteur... 2. Lire le lecteur... 3. Lecteur CS3000...

Lecteur de codes barres CS3000 Installation et utilisation. Table des matières. Raccorder le lecteur... 2. Lire le lecteur... 3. Lecteur CS3000... 1 Lecteur de codes barres CS3000 Installation et utilisation Table des matières Raccorder le lecteur............... 2 Raccordement USB 2 Raccordement USB avec Dockingstation....... 2 Lire le lecteur...................

Plus en détail

SUR QUELQUES POLYÈDRES EN GÉOMÉTRIE DES NOMBRES

SUR QUELQUES POLYÈDRES EN GÉOMÉTRIE DES NOMBRES SUR QUELQUES POLYÈDRES EN GÉOMÉTRIE DES NOMBRES Autor(en): Ehrhart, E. Objekttyp: Article Zeitschrift: L'Enseignement Mathématique Band (Jahr): 11 (1965) Heft 2-3: L'ENSEIGNEMENT MATHÉMATIQUE PDF erstellt

Plus en détail

Aufnahmeprüfung 2015 für die Berufsmaturitätsschulen des Kantons Zürich

Aufnahmeprüfung 2015 für die Berufsmaturitätsschulen des Kantons Zürich Französisch Serie: Nullserie Dauer: 30 Minuten Hilfsmittel: Keine LÖSUNGEN Name: Vorname: Prüfungsnummer: Maximal erreichbare Punktzahl: 50 Punkte Textverständnis 15 Punkte... Punkte Sprachbetrachtung

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE PASSEURS D HISTOIRES STUTTGART SÉMINAIRE DE TRADUCTEUR TRICE S FRANCO-ALLEMANDS AUTOUR DE LA LITTÉRATURE JEUNESSE

APPEL A CANDIDATURE PASSEURS D HISTOIRES STUTTGART SÉMINAIRE DE TRADUCTEUR TRICE S FRANCO-ALLEMANDS AUTOUR DE LA LITTÉRATURE JEUNESSE APPEL A CANDIDATURE STUTTGART PASSEURS D HISTOIRES SÉMINAIRE DE TRADUCTEUR TRICE S FRANCO-ALLEMANDS AUTOUR DE LA LITTÉRATURE JEUNESSE Du 9 au 14 novembre 2014 Financé par la DVA-Stiftung L organise du

Plus en détail

Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne. Conversion des salaires nets en salaires bruts AHV/IV/EO/ALV AVS/AI/APG/AC AHV/IV/EO AVS/AI/APG AVS/AI/IPG

Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne. Conversion des salaires nets en salaires bruts AHV/IV/EO/ALV AVS/AI/APG/AC AHV/IV/EO AVS/AI/APG AVS/AI/IPG Bundesamt für Sozialversicherung Office fédéral des assurances sociales Ufficio federale delle assicurazioni sociali Uffizi federal da las assicuranzas socialas Umrechnung von Nettolöhnen in Bruttolöhne

Plus en détail

Belinda Richle, Zürich

Belinda Richle, Zürich Chère Madame Märkli, J ai vraiment aimé apprendre à calculer grâce à vous. C était tellement bien que j aurais aimé rester un peu plus longtemps avec vous. Hannah Belinda Richle, Zürich Laura Richle, 3.

Plus en détail

Wir sind ein Team mit langjähriger internationaler Erfahrung. im Flughafenbereich sowie auf dem Gebiet der Kommunaltechnik und im Strassenbau.

Wir sind ein Team mit langjähriger internationaler Erfahrung. im Flughafenbereich sowie auf dem Gebiet der Kommunaltechnik und im Strassenbau. Unternehmen L entreprise Wir sind ein Team mit langjähriger internationaler Erfahrung in der Entwicklung und Herstellung von Reinigungsfahrzeugen im Flughafenbereich sowie auf dem Gebiet der Kommunaltechnik

Plus en détail

Test d expression écrite

Test d expression écrite Name Klasse Schreiben F HT 2012/13 Schriftliche Reifeprüfung Haupttermin aus Französisch Haupttermin 08. Mai 2013 08. Mai 2013 Name Gesamtpunkte EXERCICE 1: Klasse von 40 Gesamtpunkte EXERCICE 2: von 40

Plus en détail

Les infrastructures routières suisses vont-elles résister au changement climatique?

Les infrastructures routières suisses vont-elles résister au changement climatique? FR strasse und verkehr NR. 11, november 2013 Les infrastructures routières suisses vont-elles résister au changement climatique? Le climat est en constante évolution et ce changement a un impact direct

Plus en détail

Situation: C est l anniversaire de Jan mercredi prochain et il voudrait inviter ses amis. Il appelle Markus.

Situation: C est l anniversaire de Jan mercredi prochain et il voudrait inviter ses amis. Il appelle Markus. Thème VI> : FETES, Séquence n 6.2. Geburtstag Objectifs : - savoir dire son âge, celui d un camarade - savoir inviter quelqu un (par téléphone ou carte d invitation) - savoir demander et dire l heure,

Plus en détail

Histoires de vie-généalogie Parcours 11. Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale.

Histoires de vie-généalogie Parcours 11. Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale. Histoires de vie-généalogie Parcours 11 Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale Moi,, - _ Document 1a. ADBR 100 J 270 Document 1b. ADBR 100 J 270 Transcription

Plus en détail

Les règles de la circulation les plus importantes en Allemagne pour les vélos

Les règles de la circulation les plus importantes en Allemagne pour les vélos Les règles de la circulation les plus importantes en Allemagne pour les vélos - Cette liste des règles nécessaires à la circulation n est pas exhaustive. - Les explications sont en langage simple car elles

Plus en détail

Ferienkurse mit Meister Chu 5. 9. August 2015 in Spiez am Thunersee

Ferienkurse mit Meister Chu 5. 9. August 2015 in Spiez am Thunersee TAI CHI CHUAN Ferienkurse mit Meister Chu 5. 9. August 2015 in Spiez am Thunersee Stage d automne avec Maître Chu Du 5 au 9 août 2015 À Spiez au bord du Lac de Thoune Der alte authentische Yang Stil Style

Plus en détail

Verändern Discovery Tools die Vermittlung von Informationskompetenz?

Verändern Discovery Tools die Vermittlung von Informationskompetenz? Verändern Discovery Tools die Vermittlung von Informationskompetenz? Est-ce que les outils de découverte changent l enseignement de la culture informationnelle? PROGRAMME 10h00-10h30 : Salutations, introduction

Plus en détail

VSS Online Shop. Kurze Gebrauchsanweisung

VSS Online Shop. Kurze Gebrauchsanweisung VSS Online Shop Kurze Gebrauchsanweisung Inhaltsverzeichnis 1. Die VSS Startseite... 3 1.1 Die Kundenanmeldung... 4 2. Das Benutzerkonto... 5 2.1 Allgemeine Einstellungen... 5 2.2 Adressbuch... 6 2.3 Einstellungen...

Plus en détail

Staplerfahrerkurse 2015 Cours de cariste 2015. Weiterbildung Formation continue

Staplerfahrerkurse 2015 Cours de cariste 2015. Weiterbildung Formation continue Staplerfahrerkurse 2015 Cours de cariste 2015 Berner Fachhochschule, Solothurnstrasse 102 in Biel Haute école spécialisée bernoise, Route de Soleure 102 à Bienne Weiterbildung Formation continue Grundkurs:

Plus en détail

Assurance vie offshore

Assurance vie offshore Yves Bonnard Assurance vie offshore Nouvel outil de planification fiscale et successorale Les assurances vie offshore constituent un outil d avenir en matière de planification fiscale et successorale qui

Plus en détail

Verordnung über Sitzungsgelder und Honorare. Ordonnance concernant les indemnités et les honoraires. Ausgabe/Edition 04/07

Verordnung über Sitzungsgelder und Honorare. Ordonnance concernant les indemnités et les honoraires. Ausgabe/Edition 04/07 Verordnung über Sitzungsgelder und Honorare Ordonnance concernant les indemnités et les honoraires 2007 Ausgabe/Edition 04/07 I. Allgemeine Bestimmungen Art. 1 Geltungsbereich Diese Verordnung gilt für

Plus en détail

Etendue de l assujettissement aux droits. de lois ou par des ordonnances du Conseil fédéral édictées en vertu de la présente loi.

Etendue de l assujettissement aux droits. de lois ou par des ordonnances du Conseil fédéral édictées en vertu de la présente loi. Loi sur le tarif des douanes (LTaD) 632.10 du 9 octobre 1986 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 28 et 29 de la constitution 1, vu le message du Conseil

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

SEJOUR LINGUISTIQUE SECTION ABIBAC

SEJOUR LINGUISTIQUE SECTION ABIBAC I AUTORISATION DE LA FAMILLE FRANCAISE (pour un séjour en Allemagne sans accueil de correspondant(e) hors vacances / für einen privat organisierten Aufenthalt ohne deutschen Gegenbesuch außerhalb der Ferien)

Plus en détail

A propos de la liquidation de la Banque d'escompte suisse à Genève

A propos de la liquidation de la Banque d'escompte suisse à Genève A propos de la liquidation de la Banque d'escompte suisse à Genève Autor(en): Objekttyp: Gonvers, Jacques-E. Article Zeitschrift: Revue économique et sociale : bulletin de la Société d'etudes Economiques

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

CLI Caractéristiques techniques

CLI Caractéristiques techniques Caractéristiques techniques Caractéristiques générales des panneau cli 4000 Facteur de conversion n 0 0,79 SYSTEMDATEN Coefficient de transmission thermique effectif k 1 3,756 W/ K k 2 0,0073 W/ K 2 Rendement

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Désorienté.

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Démonstration élémentaire du Théorème de Feuerbach.

Démonstration élémentaire du Théorème de Feuerbach. Démonstration élémentaire du Théorème de Feuerbach. Autor(en): Sawayama, V. Objekttyp: Chapter Zeitschrift: L'Enseignement Mathématique Band (Jahr): 7 (1905) Heft 1: L'ENSEIGNEMENT MATHÉMATIQUE PDF erstellt

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

Statistiques d usage des applicateurs enregistrés auprès de PME-vital de juillet 2004 à juillet 2007

Statistiques d usage des applicateurs enregistrés auprès de PME-vital de juillet 2004 à juillet 2007 Statistiques d usage des applicateurs enregistrés auprès de PME-vital de juillet 2004 à juillet 2007 Enregistrement Totale 2273 100.0% Entreprise 878 38.6% Prestataire de services 431 19.0% Personne à

Plus en détail

La résistance du béton à la traction

La résistance du béton à la traction La résistance du béton à la traction Autor(en): Objekttyp: [s.n.] Article Zeitschrift: Bulletin du ciment Band (Jahr): 38-39 (1970-1971) Heft 5 PDF erstellt am: 29.06.2017 Persistenter Link: http://doi.org/10.5169/seals-145784

Plus en détail

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification

14.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Session d'automne 04 e-parl 8.09.04 4:4 - - 4.040 n Loi sur l'assurance suisse contre les risques à l'exportation (LASRE). Modification Projet du Décision du du mai 04 du 8 septembre 04 Adhésion au projet

Plus en détail

Parcage. Bases légales. Office des ponts et chaussées du canton de Berne. Tiefbauamt des Kantons Bern. Bau-, Verkehrsund Energiedirektion

Parcage. Bases légales. Office des ponts et chaussées du canton de Berne. Tiefbauamt des Kantons Bern. Bau-, Verkehrsund Energiedirektion Tiefbauamt des Kantons Bern Bau-, Verkehrsund Energiedirektion Office des ponts et chaussées du canton de Berne Direction des travaux publics, des transports et de l'énergie Tâches spéciales Technique

Plus en détail