Article 1er : Préambule. - atteintes aux bonnes mœurs pendant l exécution du contrat;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Article 1er : Préambule. - atteintes aux bonnes mœurs pendant l exécution du contrat;"

Transcription

1 Article 1er : Préambule Le présent règlement régit les conditions de travail de tous les membres du personnel administratif, technique, de gestion et spécialisé ci-dessous dénommés «agents» au service de l Université Libre de Bruxelles, ci-dessous dénommée «employeur», sans préjudice des dispositions légales en vigueur et sous réserve que ses clauses ne deviennent pas caduques en raison d une législation nouvelle. Le «Chef de service» de chaque agent, au sens de ce règlement, est défini à l article 21. Dans des cas individuels, il pourra être dérogé au règlement de manière temporaire ou définitive. Les conventions dérogatoires feront l objet d un écrit, rédigé en double exemplaire, dont l un sera remis à l agent et l autre à l employeur. Une information portant sur la nature de ces dérogations, mais non sur les personnes concernées, sera fournie aux organisations syndicales ayant obtenu au moins un siège au Conseil d Entreprise ou au Comité de Sécurité, d Hygiène et d Embellissement des lieux de travail, préalablement si possible. Article 1er bis Pour autant que les membres du corps professoral et du corps scientifique soient légalement soumis aux dispositions de la loi sur le règlement de travail, il est précisé que l étendue de leurs obligations et la sanction de leur inexécution sont fixées dans les statuts et règlement du corps professoral et du corps scientifique, notamment dans leurs dispositions relatives à la discipline. Les articles 11.8, , , 13, 14, 15, 16 et 22 ainsi que la section relative aux risques psychosociaux, au harcèlement moral, harcèlement sexuel et violence au travail et la section relative à une politique préventive en matière d alcool et de drogues dans l entreprise leur sont en tous cas applicables. Article 2 : Motifs graves 2.1 Sans préjudice des dispositions légales en vigueur et sans porter atteinte à la libre appréciation du juge, l employeur considère tout spécialement comme motifs graves, passibles de renvoi immédiat pour autant qu ils aient été dûment constatés et reconnus tels par l employeur, les faits suivants : - atteintes aux bonnes mœurs pendant l exécution du contrat; - état d ébriété, tant à l arrivée sur les lieux du travail que pendant celui-ci; - commerce ou ventes de tous ordres, pendant les heures de service; - voies de fait, ou injures graves, envers un supérieur, un collègue ou un subalterne; - acte d improbité tels que vols ou détournement d objets, de matériel ou de documents appartenant à l Université, à des membres de la communauté universitaire, à des tiers (ce dernier point, à la condition que les faits se soient produits dans l enceinte de bâtiments de l Université ou encore en mission pour l Université); - le fait, pour un agent, malgré un rappel, de s être volontairement et sans motif valable soustrait aux examens médicaux légaux; - l absence non motivée, dans les conditions prévues à l article 12.2 du présent règlement. 2.2 Constituent sous les mêmes réserves, des motifs graves, que l agent peut imputer à l employeur, tous les faits qui, dans l exercice de la fonction de l agent sont de nature à porter préjudice, de manière grave, à sa situation matérielle ou morale et notamment : - le défaut de faire en sorte que le travail s accomplisse dans des conditions d hygiène et de sécurité raisonnable; - le défaut d observer ou de faire observer les bonnes mœurs pendant l exécution du contrat; - le défaut de payer la rémunération convenue; - le refus de permettre à l agent de prendre le temps nécessaire pour remplir les devoirs de son culte ainsi que les obligations civiques de la loi; - le refus de permettre à l agent d exercer des activités syndicales prévues par les règlements en la matière. 2.3 Peuvent seuls être invoqués, de part et d autre, les motifs notifiés par lettre recommandée, expédiée dans les trois jours du renvoi, pour Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 1

2 autant que les faits ne soient pas connus depuis plus de trois jours francs à la date de celui-ci. À la demande de l intéressé, une copie de cette lettre est adressée aux organisations syndicales visées à l article 1er, dernier alinéa, désignée par celui-ci. Article 3 : Durée du travail 3.1 La durée de la semaine de travail est de trentehuit heures. La durée de la journée de travail est de 7 heures 36 minutes. La semaine de travail est de cinq jours. En principe le jour chômé est soit le lundi, soit le samedi. Pour autant que l organisation particulière du service le permette, l agent qui le souhaite peut être autorisé à répartir les trente-huit heures de travail hebdomadaire sur six jours. Les prestations de travail seront fixées uniformément pour tous les agents d un atelier, d un service, d un laboratoire; et pour cet atelier, ce service, ce laboratoire, soit : a) par une répartition d une durée égale de la journée de travail telle qu indiquée au 1er alinéa de cet article; b) à titre exceptionnel par une répartition d une durée inégale de la journée de travail s exécutant par une réduction d une heure de travail, une fois par semaine ou de 2 heures de travail par quinzaine; c) par l octroi d un demi jour de congé compensatoire toutes les 4 semaines. 3.2 L agent est présent à l endroit où son travail doit être exécuté, aux heures mentionnées dans les avis affichés dans chaque atelier, service ou laboratoire. Ces avis constituent des annexes au présent règlement de travail. Le présent règlement ne déroge en rien à l obligation de pointer dans les services où il est d application. Les modifications des horaires de travail sont soumises à l avis du Conseil d Entreprise. Les dispositions du présent article s appliquent également au personnel de l ULB prestant leurs services aux C.U.B. - Hôpital Erasme. Article 4 : Prestations supplémentaires 4.1 Les prestations supplémentaires sont celles effectuées par les agents en dehors de leur horaire de travail déterminé conformément à l article 3 ou aux stipulations particulières de leur contrat d engagement. 4.2 Toute prestation semblable doit faire l objet d une justification acceptée par les Autorités académiques ou par le Bureau. Le nombre des heures supplémentaires prestées au sein de chaque service est communiqué annuellement au Conseil d Entreprise. 4.3 Aucun agent n est tenu normalement d effectuer des prestations supplémentaires. Dans des circonstances imprévues, toutefois et lorsqu il s agit d éviter à l Université un préjudice sérieux, dans les limites légales, celle-ci peut rappeler des agents pour travailler en dehors de l horaire fixé. Ce travail sera porté à la connaissance des intéressés dans les plus brefs délais, si possible 24 heures à l avance, à l aide d un avis affiché dans un local de l Université désigné à cet effet et accessible à tous, et si possible par communication personnelle aux intéressés. Cet avis sera daté et signé. Il indiquera l entrée en vigueur de l horaire temporaire de travail. Sont à prendre notamment en considération : a) les travaux pour faire face à un accident imminent ou pour remédier aux conséquences d un accident survenu; b) les travaux urgents aux machines et au matériel; c) les travaux nécessaires à la poursuite d un travail scientifique ou d une expérience en cours et ne pouvant être différés. Les limites légales des prestations supplémentaires font l objet d une annexe au présent règlement de travail. Article 5 : Nature du travail Chaque agent doit exécuter le travail pour lequel il a été engagé. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 2

3 Toutefois, un agent ne peut refuser d exécuter occasionnellement tout travail convenant à ses possibilités physiques et à ses aptitudes mentales, au cas où l employeur fait appel à lui, dans un moment où sa présence serait nécessaire. Pour ce travail, il sera payé une rémunération au moins égale à celle proméritée habituellement pour cet agent. Article 6 : Lieu du travail Les agents sont engagés pour travailler au campus indiqué dans leur lettre d engagement. Les campus «Plaine» et «Solbosch» sont considérés comme un même lieu de travail. Dans le cas où un service de l Université devrait se déplacer hors de ces limites, les agents de ce service accepteront de travailler à la nouvelle adresse aux conditions du présent règlement de travail, sauf difficultés générales sérieuses qui seraient examinées par le Conseil d Entreprise. L agent acceptera encore de travailler exceptionnellement ou momentanément en tout autre lieu si son service l exige. Dans ce cas, l Université prendra à sa charge ses frais de déplacement. Article 7 : Modalités de paiement de la rémunération L agent est payé mensuellement, à terme échu, par versement à un compte bancaire, un compte de chèques postaux ou un carnet de dépôt qu il se fait ouvrir dès son engagement. À moins que le service de la rémunération puisse être assuré par une institution de crédit établie au lieu de travail, l agent pourra, s il ne peut faire autrement, obtenir de son Chef de service, l autorisation de s absenter pendant le temps nécessaire pour la percevoir, sans que ce temps puisse excéder une heure, une fois par mois, dans les trois jours ouvrables à dater de la réception de l avis de crédit de son compte, à un moment compatible avec les nécessités de son service. Article 8 : Compensation des prestations supplémentaires 8.2 Les agents qui ont été occupés au travail, le dimanche ou un autre jour férié ont droit en plus de la rémunération prévue ci-avant à un repos compensatoire. Ce repos doit être accordé au cours des six jours suivant le dimanche ou le jour férié. Il ne peut être inférieur à une demi-journée si le travail en question a duré quatre heures au plus. Dans ce cas, il doit être accordé soit avant, soit après 13 heures et, ce jour-là, la durée du travail ne peut excéder cinq heures. Le repos compensatoire est d une journée entière si le travail du dimanche ou du jour férié a duré plus de quatre heures. Article 9 : Préavis 9.1 Lorsque l engagement a été conclu pour une durée indéterminée, chacune des parties a le droit d y mettre fin par un congé donné à l autre. Ce droit ne peut être exercé que moyennant un préavis. Le délai du préavis, ci-après spécifié, prend cours à l expiration du mois civil pendant lequel il a été notifié. Sous peine de nullité, la notification du préavis se fait de l une des trois manières suivantes : - par la remise d un écrit à l autre partie, que celle-ci signe, cette signature ne valant que comme accusé de réception de la notification; - par un exploit d huissier; - par l envoi d une lettre recommandée, à la poste, celle-ci ne sortant toutefois ses effets, et ce préavis n étant, en conséquence, considéré comme notifié que le troisième jour ouvrable suivant la date de son expédition. Dans chacun de ces cas, sous peine de nullité encore, le début et la durée du préavis doivent être mentionnés dans la notification. 8.1 Les heures supplémentaires prestées par les agents avec l autorisation de l employeur sont, de l accord de l agent et de son chef de service, soit rémunérées, soit récupérées sous forme de congé. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 3

4 9.2 La durée du préavis, sous réserve de toutes modifications éventuelles résultant de lois nouvelles, est de : a) Pour l employeur : si la rémunération annuelle brute ne dépasse pas francs : moins de 5 ans de service : de 5 à 10 ans de service : 3 mois 6 mois si la rémunération est supérieure à francs, la durée qui est fixée par les parties elles-mêmes au moment du congé ou, à défaut, par le juge, étant entendu que le délai indiqué ci-dessus, majoré d un mois par tranche de francs dépassant francs représente le minimum auquel l employeur s expose. b) Pour l agent : si la rémunération annuelle brute ne dépasse pas francs : moins de 5 ans de service : 1 mois 1/2 plus de 5 ans de service : 3 mois si la rémunération est supérieure à francs sans dépasser francs : moins de 5 ans de service : 1 mois 1/2 de 5 à 10 ans de service : 3 mois plus de 10 ans de service : 4 mois 1/2 si la rémunération est supérieure à francs, la durée qui est fixée par les parties elles-mêmes au moment du congé ou, à défaut, par le juge, étant entendu qu elle ne peut excéder 6 mois. Le préavis prend cours à l expiration du mois civil pendant lequel il a été notifié. 9.3 Pendant le délai de préavis, l agent peut s absenter du travail, avec maintien de sa rémunération, en vue de chercher un nouvel emploi, dans les limites suivantes : - agents dont la rémunération annuelle ne dépasse pas francs : une ou deux fois par semaine, pourvu que la durée de la ou des absences ne dépasse pas au total celle d une journée de travail. - agents dont la rémunération annuelle dépasse francs : comme dans le cas précédent pendant les six dernier mois du préavis, mais durant la période antérieure, pas plus d un demi-jour par semaine. Article 10 : Retards et absences autres que pour accident ou maladie 10.1 L arrivée tardive d un agent ne sera admise que si elle est indépendante de sa volonté et qu il peut justifier avoir pris toutes les mesures pour l éviter. Dans ce cas, l intéressé est tenu d en aviser sans délai son Chef de service Si un agent ne peut, soit entamer le travail, soit continuer le travail auquel il est occupé pour une cause autre qu une maladie ou un accident visé à l article 11, il doit en avertir sans délai son Chef de service. Une telle absence des lieux de travail ne sera pas admise pour affaires qui peuvent se régler en dehors des heures de travail, sauf cas exceptionnels. En autorisant l agent à quitter son travail, l employeur ne reconnaît pas nécessairement que l interruption du travail serait due à une cause indépendante de la volonté de l agent, ni qu il soit tenu de payer la rémunération des heures non prestées. Article 11 : Absences et congés pour accident ou maladie 11.1 Sans préjudice des dispositions légales plus favorables et des obligations éventuelles résultant du Règlement général sur la protection du travail, l agent doit, pour pouvoir bénéficier des avantages accordés en matière d absences résultant d une maladie ou d un accident, se conformer aux dispositions suivantes. Indisposition d un agent survenant sur le lieu de travail : L agent atteint sur le lieu de travail d une indisposition le mettant dans l impossibilité de continuer son service, doit avertir sans délai son Chef de service, lequel informe aussitôt le Service Médical. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 4

5 L autorisation de quitter le lieu de travail est donnée par le Chef de service sauf si, compte tenu des symptômes décrits, le Service Médical estime qu il pourrait exister en l espèce un péril grave et demande à examiner l agent ou si ce dernier est examiné à sa demande par le médecin du Service Médical. Cette autorisation vaut dispense du service au maximum pour la journée entamée a) Si l agent est examiné par un médecin du travail du Service Médical, celui-ci l invitera, le cas échéant, à consulter son médecin traitant. Il lui remettra une autorisation de quitter le lieu de travail pendant le temps fixé par lui sans que celui-ci puisse excéder la journée entamée. Le double de cette autorisation sera transmis par le Service Médical au Service du Personnel. Cette autorisation qui dispense du service pour une période fixée par le médecin ne peut excéder la journée entamée. b) Si l agent est examiné par un médecin du Service Médical, celui-ci transmet un certificat médical selon les modalités fixées aux paragraphes et suivants L agent qui est incapable de reprendre le travail à l issue de la période pour laquelle il a été dispensé de service, est réputé empêché de travailler à partir de la journée au cours de laquelle il a été autorisé à quitter le lieu de travail; il est alors tenu de se conformer aux dispositions visées sub à Absence d un agent pour maladie ou accident n ayant pas une cause professionnelle L agent qui, en suite d une indisposition de maladie ou d accident, est empêché de se rendre à son lieu de travail doit en informer ou en faire informer son Chef de service immédiatement et par voie la plus rapide (téléphone, télégramme, etc.) et, sauf cas exceptionnel, au cours de la première heure de service. L agent indique la durée probable de son absence Le Chef de service de l agent avertit le Service du Personnel de cette absence et de sa durée probable; il le fait aussitôt par téléphone et confirme immédiatement sa communication en transmettant au Service du Personnel le formulaire prévu à cet effet, dûment rempli L agent dont l incapacité de travail dure plus d un jour, doit, dans un délai de deux jours ouvrables à dater du début de son absence, expédier au Chef de service, un certificat médical, établi par un médecin de son choix, consulté à ses frais. Ce certificat fixe la durée probable de l incapacité L agent doit reprendre le travail à l expiration du délai fixé par le certificat médical Si l agent est incapable de reprendre le travail à l expiration du délai fixé par le certificat médical, il doit en informer son Chef de service de la manière prévue au point L agent doit également, dès que possible et au plus tard dans les deux jours ouvrables à dater de l expiration de ce délai, expédier au Chef de service un nouveau certificat portant l indication «prolongation de l incapacité de travail» L agent soigné en dehors de sa résidence habituelle doit en avertir immédiatement le Chef de service (par lettre, par téléphone, etc.); il doit, pendant toute la période couverte par un certificat d incapacité de travail, prévenir de la même manière le Chef de service, de toute modification de l adresse où l on peut l atteindre, qu il s agisse d un hôpital, d une clinique ou tout autre endroit où il réside temporairement Lorsqu une nouvelle incapacité de travail survient dans les 14 jours qui suivent la fin d une période d incapacité due à la maladie, le certificat doit mentionner si l incapacité de travail est due à la même maladie Toute consultation ou traitement doit avoir lieu, pour autant que cela soit possible, sans empiéter sur les heures de service de l agent. L employeur doit toujours respecter le droit dont dispose chaque agent de choisir librement son médecin. Si la consultation ou le traitement ne peuvent avoir lieu en dehors des heures de service, la durée de l absence doit être réduite au minimum et le moment fixé, en tenant compte des nécessités du service, de commun accord entre l agent et son Chef de service. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 5

6 11.8 L agent à qui il est interdit de se rendre à son travail, pendant la période ci-après indiquée, parce qu il a été en contact avec une personne atteinte d une des maladies contagieuses suivantes, peut bénéficier des congés ci-après : - Diphtérie 7 jours prolongés si l intéressé est porteur des germes - Encéphalite épidémique 17 jours - Fièvre typhoïde et paratyphoïde 12 jours - Méningite cérébro-spinale 9 jours - Morve 12 jours - Poliomyélite 17 jours - Scarlatine 10 jours - Variole 18 jours Les dispositions en matière de congé de prophylaxie sont les mêmes que celles en vigueur pour les congés de maladie. Contrôle de l incapacité de travail L Université se réserve le droit de faire contrôler l incapacité de travail de tout agent. Ce contrôle organisé par le Service du Personnel, sous la responsabilité du Président du Conseil d Administration de l Université est exercé par un médecin étranger au Service Médical de l Université. Sauf le cas où un certificat mentionne l interdiction de sortir, l agent pourra être invité à se présenter au domicile du médecin désigné par l Université. Les frais d examen et de déplacement éventuel sont à charge de l Université. Le nombre de contrôles effectués pour chaque catégorie d agents est communiqué annuellement au Conseil d Entreprise En cas de désaccord sur une incapacité de travail ou sa durée, entre le médecin contrôleur et le médecin traitant de l agent, le médecin contrôleur se mettra en rapport avec le médecin traitant. En cas de désaccord persistant entre les deux médecins, les dispositions figurant à l annexe IV du présent règlement sont d application, étant entendu que le Service social du Personnel interviendra, le cas échéant, selon la situation matérielle de l agent, dans les frais de procédure d arbitrage qui incomberaient à celui-ci. Dispositions diverses Pendant les périodes de congé de maladie et les périodes d activité à prestations réduites pour raisons de santé couvertes par l ULB (c est-à-dire où l ULB complète ou prend en charge la rémunération), l agent ne peut exercer une fonction lucrative en dehors de l Université. L agent qui, tant pendant les périodes de congé de maladie et les périodes d activité à prestations réduites pour raisons de santé, couvertes par l ULB, que pendant les heures normales de service, exerce une activité lucrative, est passible de licenciement Si l agent qui doit donner l information en vertu des dispositions visées aux et n atteint pas le Chef de service ou son délégué, il informe sans délai la personne désignée par le Chef de service pour assurer la permanence de la réception des communications Les certificats et communications d un agent visés aux , , 11.4 et 11.5, sont adressés directement au Chef de service. Ce dernier est tenu de transmettre, le jour même où il les a reçus, au Service des Traitements, les certificats et au Service du Personnel, le contenu des communications L indication précise des personnes habilitées à recevoir les certificats et communications prévus par le présent article, est affichée visiblement dans les locaux du service; il en est de même de toute modification concernant l indication de ces personnes. Une copie de ce document est adressée aux agents du service par courrier ordinaire. Article 12 : Absences non motivées 12.1 Les dispositions des articles 10 et 11 sont de rigueur. La non-observance par l agent de l une quelconque de ces obligations fera considérer l absence comme non motivée. En aucun cas, l observance tardive des obligations ne pourra avoir d effet rétroactif, l absence ne cessant d être non motivée que pour l avenir L absence non motivée entraîne l imputation des jours d absence sur les jours de congé extra-légal. En cas d épuisement de ceux-ci, une retenue correspondante à la rémunération d une journée de travail est opérée par jour d absence non motivée. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 6

7 L agent qui, dans les six jours ouvrables, sauf cas de force majeure, n a pas répondu à une lettre recommandée émanant du Président du Conseil d Administration de l Université ou de son délégué et lui enjoignant de fournir les motifs de son absence, est passible de licenciement sans indemnité ni préavis. Article 13 : Règlement sur la protection du travail 13.1 Conformément à l article 102 du Règlement général sur la protection du travail, il est formellement interdit à tout agent : a) de déposer des paquets ou des objets de toilette ailleurs que dans les vestiaires; b) de déposer des paquets, des serviettes ou des récipients contenant nourriture ailleurs que dans les réfectoires ou les vestiaires; c) de prendre des repas dans les ateliers, les bureaux ou les locaux qui en dépendent, sauf lorsqu un local n est pas occupé par plus de trois agents; d) de pénétrer dans les réfectoires avant d avoir abandonné ses vêtements de travail lorsque ceux-ci sont imprégnés de matières toxiques, infectantes ou particulièrement salissantes Conformément à l article 103 du même Règlement, tout agent est tenu : a) d utiliser les lavoirs et de procéder aux soins de toilettes indispensables avant les repas et dès la journée de travail terminée; b) de prendre une douche ou un bain dès la fin de la journée de travail lorsque les installations de bains-douches ou de baignoires sont mises à disposition. Il lui est interdit de souiller ou de détériorer volontairement les installations sanitaires ou leurs accessoires ou d y commettre des gaspillages. Article 14 : Hygiène et santé 14.1 L Université a créé un service de Sécurité et d Hygiène. Les agents sont tenus d apporter leur collaboration à ce service. Outre les examens médicaux exigés avant l engagement, les agents sont tenus de passer les examens que l employeur organise par le canal de son Service Médical Les agents qui, en vertu du Règlement général sur la protection du travail, doivent se faire vacciner contre la variole, contre la tuberculose ou contre le tétanos, seront avertis de la date à laquelle les vaccinations ont lieu. Les agents qui refusent ces vaccinations organisées par l Université doivent se faire vacciner chez un médecin de leur choix, mais à leurs frais Les prescriptions spéciales en matière d hygiène seront communiquées aux travailleurs chaque fois que cela est nécessaire, sous forme d annexes au présent règlement. Article 15 : Prescriptions de sécurité 15.1 Il est interdit de fumer, d allumer un briquet ou une allumette, et plus généralement, de faire un feu ou de maintenir une flamme dans les endroits ou une interdiction est affichée Le personnel est tenu de porter les vêtements et d utiliser les dispositifs de sécurité mis à sa disposition par l employeur Il est interdit de circuler avec des vêtements flottants dans les ateliers ou laboratoires, près des machines en marche, près des installations électriques sous tension ou près d une source de chaleur incandescente Le Chef de service est tenu de veiller à ce que son personnel ait à sa disposition les équipements nécessaires à l exécution des travaux Le Chef de service est responsable de la propreté des locaux, de la surveillance périodique des appareils de protection contre l incendie, de la conservation des boîtes de secours. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 7

8 15.6 Il peut, pour ces tâches, désigner un(e) responsable. Celui (celle)-ci sera de préférence, un membre du corps de secours de l Université, porteur d un brevet de secouriste industriel Sans préjudice du respect de l article , tout témoin ou victime d un accident avec risques d urgence ou de gravité doit le signaler immédiatement par téléphone en suivant les indications affichées dans chaque service ou laboratoire. En cas d indisposition ou de maladie, tout membre du personnel peut de la même manière recevoir les premiers soins Outre les prescriptions générales de sécurité, tout agent est tenu de respecter, à l intérieur d une zone contrôlée, les prescriptions de sécurité particulières à cette zone. Article 16 : Mesures d ordre 16.1 Chaque agent doit toute son activité à l Université pendant les heures normales de service y compris les heures supplémentaires. Il lui est donc notamment interdit pendant ces heures normales de service, d exercer un autre emploi ou une autre profession, de se consacrer à un commerce, une industrie ou une autre occupation lucrative sauf autorisation prévue par les statuts, règlements ou autorisé par le Conseil d Administration Il est strictement interdit aux agents de recevoir dans les locaux de l Université des visites autres que professionnelles, sans autorisation préalable Il est interdit aux agents de faire usage des téléphones de l Université pour leurs communications autres que professionnelles, sauf autorisation particulière de leur Chef de service ou motif sérieux et urgent. Les frais de communications autres que professionnelles sont en tous les cas à charge de l agent Il est interdit aux agents d utiliser ou de mettre en marche une machine ou un appareil dont le maniement ne leur a pas été confié Les agents sont tenus de faire connaître sans délai, au Service des Traitement de l Université tous événements, tels que : - changement d adresse; - mariage; - naissance, adoption ou décès d enfant; - divorce; - tout autre changement dans la composition de ménage ou le nombre de personnes à charge de l agent; - début et fin du service militaire ou service civil assimilé. Les déclarations doivent être accompagnées de pièces justificatives. Article 17 : Droits et obligations du personnel de direction et de maîtrise Les membres du personnel chargés de la direction et de la surveillance du travail ou leurs remplaçants sont responsables, chacun selon la compétence qui lui a été attribuée, de la bonne marche du service et de l observation des conditions de travail en vigueur. En particulier, ils sont chargés : a) de contrôler les présences; b) de distribuer le travail; c) de contrôler le travail presté; d) de maintenir l ordre et la discipline; e) de faire observer les consignes de sécurité et d hygiène et de façon générale, toutes les prescriptions du règlement de travail; f) du fonctionnement normal des machines ou instruments; en cas de panne ou de bris, ils doivent en avertir leur supérieur direct. Ils sont tenus de faire preuve, dans leurs rapports avec leurs subordonnés, de courtoisie, de correction et de respect de leur compétence professionnelle. Article 18 : Outillage et matériel 18.1 Sauf convention particulière, l employeur fournit à chaque agent le matériel nécessaire pour l accomplissement de son travail. L agent qui reçoit l outillage de l Université est tenu d en vérifier le bon état apparent avant d en prendre réception. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 8

9 En cas d avarie de celui-ci, il est tenu d en aviser immédiatement son Chef de service qui prendra les mesures nécessaires pour pallier cet inconvénient. En cas d avarie provoquée par son dol, sa faute lourde ou fauté légère habituelle, il pourra être tenu responsable des frais encourus Les plombiers, menuisiers et maçons utilisant leur outillage personnel reçoivent l indemnité prévue par la loi. L employeur ne peut retenir ces outils en aucune manière. Article 19 : Effets personnels des agents 19.1 Les vestiaires mis à la disposition du personnel ne contiennent que les objets visés à l article 13.1 et à l article 13.2 et les autres effets ou objets personnels des agents. L agent qui dispose d un vestiaire le ferme au moyen de la clef qu il détient. Une autre clef est détenue par le Chef de service qui, en cas de nécessité, peut l ouvrir en présence de l agent ou d un autre membre du personnel. Lorsque l armoire doit être vidée en l absence de l agent, un inventaire des objets qu elle contient doit être dressé par le Chef de service et contresigné par un membre du personnel. Les vestiaires ne sont accessibles au personnel qu en dehors des heures de travail, sauf cas exceptionnels Sauf cas de faute lourde pouvant lui être reprochée, l employeur décline toute responsabilité en cas de vol, perte, détérioration d effets, de matériel ou d objets appartenant aux travailleurs. Article 20 : Sanctions L Université n applique aucun système d amende à ses agents. Les seules retenues éventuelles, outre celles prévues à l article 1.2, sont celles faites au titre des dispositions légales sur la Sécurité Sociale, des lois fiscales ou ensuite des cessions ou saisies de traitement. Dans la mesure du possible, eu égard notamment à la nature des faits reprochés, les sanctions seront mises en œuvre en suivant cette gradation. À partir du stade du blâme écrit, l intéressé sera mis à même, dans toute la mesure du possible, de présenter préalablement sa défense. Il pourra se faire assister par le conseiller de son choix. Dans tous les cas de licenciement, le Service du Personnel de l Université instruira directement le dossier de l agent et procédera à une enquête. Article 21 : Le Chef de service Pour l application du présent règlement, il y a lieu d entendre par Chef de service de l agent, selon le cas : - le plus immédiat de ses chefs hiérarchiques ayant qualité de Chef de service dans l organigramme des fonctions supérieures de l Administration centrale de l Université, si l agent relève de cette Administration. - le Président de la Faculté, École ou Institut, si l agent relève du secrétariat supplémentaire (Article 4 Règlement). - le responsable du service ou de l unité d enseignement ou de recherche, s il relève de pareil service ou unité; si l agent relève d une direction collégiale, celui des responsables désignés par le collège. - le promoteur, si l agent relève de fonds extérieurs. Pour l application de l une ou l autre disposition du présent Règlement, le chef de service peut désigner une autre personne en ses lieu et place, mais sous sa responsabilité. Article 22 : Le compte individuel des travailleurs Les agents peuvent obtenir tous renseignements au Service des Paiements de l Université - 44 avenue Jeanne Bruxelles (6e étage). Les sanctions sont : a) la réprimande orale; b) le blâme écrit, constituant une pièce versée au dossier individuel de l agent; c) l avertissement avant licenciement; d) le licenciement, avec ou sans préavis et indemnité. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/2015 9

10 En application de la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail et toutes ses modifications. Section relative aux risques psychosociaux, au harcèlement moral, au harcèlement sexuel et à la violence au travail Chapitre I : Le champ d application Article 23 1er - Conformément au champ d application défini par la loi du 4 août 1996, le présent chapitre du règlement de travail s applique à : 1 Tout travailleur de l ULB, c est-à-dire toute personne engagée à fournir un travail contre une rémunération, qu il soit membre du corps enseignant, scientifique, ATGS, étudiant-jobiste, étudiant-assistant ou main-d œuvre d appoint ; 2 Tout autre membre du corps enseignant et scientifique (qu il soit rémunéré ou non, bénéficiaire d une bourse de doctorat ou de post-doctorat ou engagé et rémunéré par le FNRS, par les Fonds associés au FNRS ou par d autres organismes extérieurs agréés par l ULB, mais affecté à l université) ; 3 Tout bénévole n appartenant pas à la catégorie 2 et soumis à une autorité de nature académique ou administrative ; 4 Toute personne «mise au travail» dans le cadre d un stage, d une formation professionnelle ou d un contrat d apprentissage. 2 - Dans le cadre de ce règlement, l ensemble des personnes désignées au 1er est dénommé «travailleur». Article 24 Les étudiants, dans le cadre des activités liées au statut d étudiant, sont considérés, pour l application de cette législation, comme tiers entrant en contact avec les travailleurs lors de l exécution du travail. Chapitre II : Les définitions Article 25 On entend par risques psychosociaux au travail : la probabilité qu'un ou plusieurs travailleur(s) subisse(nt) un dommage psychique qui peut également s'accompagner d'un dommage physique, suite à l'exposition à des composantes de l'organisation du travail, du contenu du travail, des conditions de travail, des conditions de vie au travail et des relations interpersonnelles au travail, sur lesquelles l'employeur a un impact et qui comportent objectivement un danger. Article 26 Est constitutive de violence au travail, chaque situation de fait où un travailleur ou une autre personne à laquelle la loi est applicable, est menacé ou agressé psychiquement ou physiquement lors de l exécution de son travail. Article 27 On appelle harcèlement moral au travail, un ensemble abusif de plusieurs conduites similaires ou différentes, externes ou internes à l institution, qui se produisent pendant un certain temps, qui ont pour objet ou pour effet de porter atteinte à la personnalité, la dignité ou l intégrité physique ou psychique d un travailleur ou d une autre personne à laquelle la loi est d application, lors de l exécution de son travail, de mettre en péril son emploi ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant et qui se manifestent notamment par des paroles, des intimidations, des actes, des gestes ou des écrits unilatéraux. Ces conduites peuvent notamment être liées à l'âge, à l'état civil, à la naissance, à la fortune, à la conviction religieuse ou philosophique, à la conviction politique, à la conviction syndicale, à la langue, à l'état de santé actuel ou futur, à un handicap, à une caractéristique physique ou génétique, à l'origine sociale, à la nationalité, à une prétendue race, à la couleur de peau, à l'ascendance, à l'origine nationale ou ethnique, au sexe, à l'orientation sexuelle, à l'identité et à l'expression de genre Article 28 On appelle harcèlement sexuel, tout comportement non désiré verbal, non verbal ou corporel à connotation sexuelle, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à la dignité d une personne ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

11 Chapitre III : Les principes Article 29 1er - L employeur, les travailleurs, au sens du présent règlement, ainsi que les tiers qui entrent en contact avec les travailleurs lors de l exécution du contrat de travail, sont légalement tenus de s abstenir de tout acte de violence, de harcèlement moral ou sexuel au travail à l égard de quiconque. 2 - De tels actes sont, de plus, incompatibles avec les valeurs que défend l ULB. Article 30 Les travailleurs exerçant des fonctions d encadrement seront attentifs aux conduites abusives des personnes travaillant sous leur responsabilité. Ils sont tenus de les interpeller s ils constatent de telles conduites et de prendre les mesures adéquates. Article 31 Les travailleurs sont légalement tenus de participer positivement à la politique de prévention. Article 32 Les travailleurs ont l obligation légale de s abstenir de tout usage abusif des procédures prévues par la loi. Chapitre IV : Les personnes de contact et leur rôle Article 33 L université a désigné les personnes de confiance. Leurs noms et coordonnées sont mentionnés dans l annexe 1 du présent règlement. Les personnes de confiance qui l ont accepté endossent également le rôle de personne ressource dans le cadre d une politique préventive en matière d alcool et de drogues au travail. Le rôle des personnes ressources est décrit aux articles 54 et 55. Article 34 Les personnes de confiance sont les intervenants de première ligne, lors de l introduction d une demande d intervention informelle. Elles entendent la personne qui estime subir un dommage au sens du chapitre II de ce présent règlement. Article 35 L institution a désigné un conseiller en prévention pour les aspects psychosociaux du travail et de la violence et du harcèlement moral et sexuel au travail. Son nom et ses coordonnées sont mentionnés dans l annexe 1 du présent règlement. Article 36 Le conseiller en prévention traite les demandes d intervention informelle et formelle et propose, le cas échéant, à l employeur des mesures pour mettre fin aux risques et dommages psychosociaux, à la violence et au harcèlement moral ou sexuel au travail. Article 37 Les personnes de confiance ou le conseiller en prévention orientent la personne estimant être victime des risques psychosociaux, de violence, de harcèlement moral ou sexuel au travail vers des services et institutions spécialisées dans la prise en charge des victimes. Article 38 Les personnes de confiance et le conseiller en prévention sont tenus d exercer leur mission en toute confidentialité, objectivité et indépendance. Chapitre V : Les procédures et moyens d action du travailleur Article 39 Le présent chapitre décrit les procédures interne et externe accessibles aux travailleurs mais ne portent pas préjudice à la possibilité pour les travailleurs de s adresser directement à l employeur, à un membre de la ligne hiérarchique, à un membre du comité pour la prévention et la protection au travail ou à la délégation syndicale en vue d obtenir une intervention de ces personnes. Par ailleurs, les procédures énumérées dans ce chapitre sont détaillées dans leur ensemble à l annexe 2. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

12 I. La procédure interne I.1. L intervention psychosociale informelle Article 40 Lorsqu un travailleur estime subir un dommage au sens du chapitre II de ce présent règlement, il peut demander une intervention psychosociale informelle à une des personnes de confiance ou au conseiller en prévention au choix. Cette procédure consiste à rechercher une solution de manière informelle par le biais d entretiens, d une intervention auprès d un tiers ou d une conciliation. I.2. L intervention psychosociale formelle Article 41 1 Lorsqu un travailleur estime subir un dommage au sens du chapitre II de ce présent règlement, il peut demander une intervention psychosociale formelle au conseiller en prévention, uniquement. Le rôle de celui-ci consiste, dans cette procédure, à demander à l employeur de prendre des mesures collectives et individuelles appropriées suite à l analyse de la situation de travail spécifique du demandeur et aux propositions de mesures formulées par le conseiller en prévention. 2 Lorsque la demande d intervention psychosociale formelle porte, selon le travailleur, sur des faits de violence ou harcèlement moral ou sexuel au travail, la demande porte la dénomination spécifique de «demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail, la procédure est particulière. Article 42 Dans le cadre de cette investigation, tant le plaignant que la personne incriminée ont le droit d être accompagnées par le conseiller de leur choix. Article 43 Pour des raisons de déontologie, le conseiller visé à l article 42 ne pourra pas être entendu en qualité de témoin. I.2. Les actes d origine externe externe seront systématiquement notées dans un registre qui sera accessible uniquement à l employeur, au conseiller en prévention, aux personnes de confiance et au fonctionnaire chargé de la surveillance II. La procédure externe Article 45 Pour tous les risques psychosociaux tels que définis à l article 25, des voies de recours externes existent et sont détaillées sur le site internet du Service Public Fédéral Emploi et Concertation sociale. Chapitre VI : La protection Article 46 Conformément à la loi du 4 août 1996, le travailleur qui a introduit une demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou harcèlement moral ou sexuel au travail au niveau de l entreprise bénéficie d une protection légale contre d éventuelles représailles intervenant sous la forme d un licenciement ou de modifications unilatérales des conditions de travail. Conformément à la loi du 4 août 1996, cette protection a une durée de 12 mois à partir du dépôt de la plainte. Article 47 Conformément à la loi du 4 août 1996, la protection visée à l article 46 est également applicable aux travailleurs qui interviennent comme témoins dans le cadre d une demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou harcèlement moral ou sexuel au travail au niveau de l entreprise, au sens de la loi précitée et de son AR d application, dans le cadre de cette procédure. Cette protection a une durée de 12 mois à partir de la déposition du témoignage. Chapitre VII : Les sanctions disciplinaires Article 48 L absence de respect des obligations énoncées par le présent règlement de travail et par la législation applicable en la matière est passible des sanctions disciplinaires énumérées par le règlement ou statut applicable au corps dont il fait partie. Article 44 Parallèlement à la procédure visée aux articles 40 à 43 du présent règlement, les déclarations des travailleurs qui estiment être victimes d actes de violence, de harcèlement moral ou sexuel d origine Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

13 Chapitre VIII : Dispositions générales Article 49 L employeur donnera aux travailleurs toutes les informations nécessaires relatives aux mesures de prévention. Article 50 Conformément à la législation en vigueur, le CPPT sera associé à l application de la réglementation en matière de prévention des risques psychosociaux dont le harcèlement moral, de harcèlement sexuel et de violence au travail. Article 51 Cette matière est réglée principalement par la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail et toutes ses modifications. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

14 En application de la convention collective de travail n 100 concernant la mise en œuvre d une politique préventive en matière d alcool et de drogues dans l entreprise et de la déclaration de politique en vue d une politique préventive en matière d alcool et de drogues au travail, les dispositions suivantes sont insérées dans le règlement de travail. Section relative à une politique préventive en matière d alcool et de drogues dans l entreprise Article 52 Il est strictement interdit à tout agent de consommer de l alcool ou des drogues durant les heures de travail. Cette interdiction ne concerne pas les substances qui ont été imposées par une prescription médicale. Article 53 Par dérogation à l article 52, la consommation d alcool est autorisée pendant les heures de travail lors d activités sociales organisées par l Université ou au sein d un service à condition de : - planifier le moment de ces évènements de convivialité en fonction de l activité (par exemple pas avant les travaux pratiques ou l utilisation de machines ou de véhicules), - limiter l offre de boissons alcoolisées en fonction du nombre de participants et développer l offre des boissons alternatives et conviviales. problématique dans l exécution de son travail ou encore par un Chef de service qui voudrait être conseillé sur la manière de réagir face à un travailleur dont le comportement pose problème. De manière plus générale, tout travailleur qui voudrait être conseillé, recevoir des informations, se confier sur ce qu il vit par rapport à cette problématique pourrait s adresser à la personne ressource en étant assuré du respect de la confidentialité. Article 56 Ce système de personnes ressources a pour finalité l aide aux personnes en souffrance et à son entourage professionnel mais n a en aucun cas un objectif coercitif ou de délation. Article 57 Si l intervention de la personne ressource s avère insuffisante pour résoudre le problème rencontré, les personnes ressources disposent d une liste des organismes extérieurs qui peuvent apporter une aide en matière de problèmes liés à la consommation d alcool ou de drogues. Sans préjudice du rôle du médecin du travail, du conseiller en prévention chargé des aspects psychosociaux, des médecins du service médical et des assistantes sociales. Article 54 L Université a désigné les personnes ressources en matière de politique préventive en matière d alcool et de drogues. Les personnes ressources sont les personnes de confiance (leur rôle est défini aux articles 33 et 34 du présent règlement) qui ont accepté d endosser également le rôle de personnes ressources. Leurs noms et coordonnées sont mentionnés dans l annexe 1 du présent règlement. Les personnes ressources bénéficient de formations axées spécifiquement sur la problématique des addictions et les différentes méthodes pour appréhender ce type de problème. Article 55 Les personnes ressources sont les intervenants de première ligne. À tout moment, les personnes ressources peuvent être consultées, tant par le travailleur qui souffre d une addiction et qui souhaite être aidé, que par un travailleur dont le collègue de travail présente des signes inquiétants d addiction ou témoigne d un comportement Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

15 Annexe 1 - Section relative aux risques psychosociaux, au harcèlement moral, au harcèlement sexuel et à la violence au travail Noms et coordonnées des personnes de contact Conseiller en Prévention : Monsieur Philippe DEJONGHE, CP182, 02/ , ou Personnes de confiance : Mme Isabelle DECOT Membre du personnel ATGS Faculté des Sciences Campus de Gosselies - CP300-02/ M. Yvon MOLINGHEN, Membre du personnel ATGS Département des relations extérieures Campus du Solbosch CP131/02-02/ M. Nicolas VAN DER LINDEN Membre du corps scientifique Faculté des Sciences psychologiques et de l Éducation Campus du Solbosch - CP122-02/ Mme Sylvie VAN RANST, Membre du personnel ATGS Département des ressources humaines Campus du Solbosch - CP115-02/ Mme Michèle WILMET-DRAMAIX, Membre du corps académique École de Santé publique Campus Erasme - CP598-02/ Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

16 Annexe 2 - Section relative aux risques psychosociaux, au harcèlement moral, au harcèlement sexuel et à la violence au travail Procédures d intervention détaillées 1. La procédure interne à l entreprise 1.1. Déroulement La personne de confiance ou le conseiller en prévention aspects psychosociaux accueillent, écoutent et informent les travailleurs sur les possibilités d intervention. Après avoir reçu les informations nécessaires, le travailleur choisit le type d intervention qu il souhaite utiliser. Les possibilités d intervention sont les suivantes : 1/ Demande d intervention psychosociale informelle L intervention psychosociale informelle consiste à ce que le travailleur qui a introduit la demande recherche une solution de manière informelle avec la personne de confiance ou le conseiller en prévention aspects psychosociaux. La personne de confiance ou le conseiller en prévention aspects psychosociaux peuvent, sur demande du travailleur : - mener des entretiens avec le travailleur (ce qui comprend l accueil du travailleur, l écoute active de sa problématique et éventuellement le conseiller) ; - intervenir auprès d une autre personne de l entreprise (par exemple un membre de la ligne hiérarchique) ; - organiser une conciliation avec la ou les personne(s) vis-à-vis desquelles le travailleur rencontre une difficulté (s il s agit d un problème relationnel). Le type d intervention informelle est acté dans un document daté et signé. 2/ Demande d intervention psychosociale formelle Si le travailleur ne désire pas une intervention psychosociale informelle ou si cette intervention n aboutit pas à un résultat, il peut introduire une demande d intervention psychosociale formelle auprès du conseiller en prévention aspects psychosociaux. Le travailleur doit obligatoirement avoir eu un entretien personnel avec le conseiller en prévention avant d introduire sa demande. L entretien obligatoire doit avoir lieu dans un délai maximum de 10 jours calendriers. Le travailleur reçoit une copie du document qui atteste de cet entretien. Pour être valable la demande formelle doit être actée dans un document daté et signé par le travailleur. Ce document doit contenir la description de la situation de travail problématique ainsi que la demande à l employeur de prendre des mesures appropriées. Le travailleur transmet son document de demande au conseiller en prévention aspects psychosociaux (ou au service externe pour la prévention et la protection au travail auquel le conseiller en prévention aspects psychosociaux appartient). Avant d examiner la situation du travailleur, le conseiller en prévention aspects psychosociaux décide s il va accepter ou refuser l introduction de la demande. Il refusera l introduction de la demande lorsque la situation décrite dans la demande ne contient manifestement pas de risques psychosociaux au travail. Il prendra cette décision dans un délai de 10 jours calendriers maximum. Lorsque le conseiller en prévention aspects psychosociaux a accepté la demande, il va réaliser une deuxième analyse : il va examiner si la situation décrite dans la demande a principalement trait à des risques qui présentent un caractère collectif ou à des risques qui présentent un caractère individuel. a) Lorsque la demande a un caractère principalement collectif Le conseiller en prévention informe l employeur par écrit du fait qu une telle demande a été introduite sans mentionner l identité du travailleur qui a introduit la demande. Il informe le travailleur du caractère collectif de sa demande. La demande à caractère principalement collectif est traitée par l employeur. Il analyse la situation à risques et prend les mesures nécessaires au niveau collectif pour résoudre cette situation. Pour ce faire, il peut réaliser une analyse des risques, éventuellement avec l assistance du conseiller en prévention aspects psychosociaux. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

17 S il existe un comité pour la prévention et la protection au travail ou une délégation syndicale dans l entreprise, l employeur devra se concerter avec ces organes. L employeur décide des suites qu il va donner à la demande dans un délai de 3 mois maximum après qu il ait été mis au courant de l introduction de la demande. Lorsqu il réalise une analyse des risques en respectant les exigences légales, ce délai peut être prolongé jusqu à 6 mois maximum. Le travailleur est informé de la décision de l employeur par le conseiller en prévention aspects psychosociaux. Si l employeur décide de ne pas prendre de mesures ou omet de prendre une décision dans les délais, ou si le travailleur considère que les mesures de l employeur ne sont pas appropriées à sa situation individuelle, le travailleur peut demander par écrit au conseiller en prévention de traiter sa demande comme une demande à caractère principalement individuel (voir ci-dessous) à la condition que le conseiller en prévention aspects psychosociaux ne soit pas intervenu lors de l analyse des risques de la situation. b) Lorsque la demande a un caractère principalement individuel Le conseiller en prévention aspects psychosociaux informe par écrit l employeur du fait qu une telle demande a été introduite. Il lui communique l identité du travailleur qui a introduit la demande. Le conseiller en prévention examine ensuite la demande en toute indépendance et impartialité. Il transmet un avis écrit à l employeur dans un délai de 3 mois maximum à partir de l acceptation de la demande. Ce délai peut être prolongé une fois de 3 mois maximum. Cet avis analyse les causes du problème et suggère des mesures à l employeur. Le conseiller en prévention avertit les parties de la date de remise de son avis à l employeur et leur communique les propositions de mesures qu il a faites à l employeur pour la situation spécifique. L employeur, en tant que responsable du bien-être des travailleurs, décide lui-même des mesures qu il prend (ou ne prend pas). S il décide de prendre des mesures individuelles vis-à-vis d un travailleur, il informe la personne visée par ces mesures dans le mois de la réception de l avis du conseiller en prévention aspects psychosociaux. Si ces mesures peuvent modifier les conditions de travail du travailleur, l'employeur transmet au travailleur une copie de l'avis du conseiller en prévention et entend ce travailleur qui peut se faire assister lors de cet entretien. Au plus tard deux mois après avoir reçu l avis du conseiller en prévention aspects psychosociaux, l employeur informe les parties de sa décision finale. Un travailleur qui estime être l objet de violence, harcèlement moral ou sexuel au travail peut introduire auprès du conseiller en prévention aspects psychosociaux une demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail. Cette demande est traitée de la même manière que la demande d intervention psychosociale formelle à caractère principalement individuel (voir ci-dessus) avec un certain nombre de particularités : - Les éléments suivants doivent être mentionnés dans la demande : une description précise des faits constitutifs, selon le travailleur, de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail, le moment et l endroit où chacun des faits se sont déroulés, l identité de la personne mise en cause et la demande à l employeur de prendre des mesures appropriées pour mettre fin aux faits. - La demande doit être remise en mains propres ou envoyée par recommandé au conseiller en prévention aspects psychosociaux. - Le travailleur qui introduit la demande et les témoins directs bénéficient de la protection contre les représailles. Cela signifie que l employeur ne peut pas mettre fin à la relation de travail, ni prendre des mesures préjudiciables vis-à-vis de ce travailleur, en représailles des démarches du travailleur. Si l employeur prend des mesures vis-à-vis de ce travailleur protégé pour régler la situation, ces mesures doivent avoir un caractère proportionnel et raisonnable. - Le conseiller en prévention aspects psychosociaux communique à la personne mise en cause les faits qui lui sont reprochés. - Si la gravité des faits le justifie, le conseiller en prévention doit proposer des mesures conservatoires à l employeur avant de lui rendre son avis. - Si le travailleur qui a introduit la demande ou la personne mise en cause envisagent d agir en justice, l employeur leur transmet à leur demande une copie de l avis du conseiller en prévention aspects psychosociaux. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

18 1.2. Heures de consultation de la personne de confiance et du conseiller en prévention aspects psychosociaux La personne de confiance et le conseiller en prévention aspects psychosociaux peuvent être consultés pendant les heures de travail. Le temps consacré à la consultation de la personne de confiance ou du conseiller en prévention aspects psychosociaux est dans ce cas considéré comme du temps de travail. Les frais de déplacement sont à charge de l'employeur quel que soit le moment de la consultation Confidentialité La personne de confiance et le conseiller en prévention aspects psychosociaux sont tenus au secret professionnel. Ils ne peuvent pas communiquer à des tiers les informations qu ils reçoivent dans le cadre de leur fonction sauf si la législation le leur permet. L employeur, les membres de la ligne hiérarchique et les personnes entendues par le conseiller en prévention s engagent à faire preuve d une discrétion absolue en ce qui concerne les personnes impliquées, les faits éventuels et les circonstances dans lesquelles les faits se sont déroulés Registre des faits de tiers Le travailleur qui estime être l objet de violence ou de harcèlement de la part d un tiers (non travailleur de l entreprise) peut faire une déclaration dans un registre qui est tenu par le conseiller en prévention. Le travailleur ne doit pas obligatoirement y indiquer son identité. Cette déclaration n équivaut pas au dépôt d une demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail. Elle sert uniquement à améliorer la prévention de ces faits dans l entreprise. 2. Les procédures externes Si la situation problématique persiste malgré les mesures prises par l employeur dans le cadre de la procédure interne ou si elle persiste parce que l employeur n a pas pris de mesures, le travailleur peut faire appel à l inspection du Contrôle du bien-être au travail. Pour les coordonnées de l inspection : consulter le site Dans le cadre d une demande d intervention psychosociale formelle pour faits de violence ou de harcèlement moral ou sexuel au travail, le conseiller en prévention aspects psychosociaux est obligé de saisir l inspection dans certaines hypothèses : - lorsqu il constate que l employeur n a pas pris des mesures conservatoires (appropriées) ; - lorsqu après avoir remis son avis à l employeur, il constate que l employeur n a pas pris de mesures (appropriées) et soit il existe un danger grave et immédiat pour le travailleur; soit la personne mise en cause est l employeur ou fait partie du personnel de direction. Cette obligation du conseiller en prévention aspects psychosociaux n empêche pas le travailleur de faire appel lui-même à l inspection. Le travailleur peut à tout moment introduire une action en justice auprès du tribunal du travail ou devant les instances judiciaires compétentes. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

19 LISTE DES ANNEXES DU RÈGLEMENT DE TRAVAIL I. Horaires de travail (article 3 Règlement). II. III. Limites légales des prestations supplémentaires (article 4 Règlement). Vacances et congés. IV. Règlement des litiges d ordre médical (article Règlement). - Accord national pour le règlement des litiges; - Accord complémentaire; - Modèle de compromis d arbitrage. V. Liste des secouristes. VI. Liste des boîtes de secours. VII. Composition du Conseil d Entreprise. VIII. Composition du Comité de Sécurité, d Hygiène et d Embellissement des lieux de travail. IX. Composition de la Délégation syndicale. X. Composition : - Service de Sécurité et d Hygiène; - Service du Personnel, y compris le Service Social du Personnel; - Service Médical. XI. Fonctionnaires et agents chargés de la surveillance des dispositions relatives à la protection des travailleurs. XII. Affiliation de l Université : - O.N.S.S. - Caisse d Allocations familiales - Caisse de vacances annuelles - Organisme d assurance contre les accidents du travail - Caisse des Pensions. Annexe I : Horaires de travail Conformément à l article 3 du Règlement de Travail, les horaires de travail sont affichés dans chaque service. Un recueil de ces horaires est conservé par le Service du Personnel. Annexe II : Limites légales des prestations supplémentaires voir Loi du 16 mars 1971 sur le travail (Chap. III Section 2) Annexe III : Vacances et congés Les dispositions administratives et statutaires en vigueur pour le Personnel administratif, technique, de gestion et spécialisé sont d application. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

20 Annexe IV : Règlement des litiges d ordre médical IV.1 Accord national pour le règlement des litiges d ordre médical, pouvant résulter de l application de l article 16 de la loi du 20 juillet 1960 instaurant le salaire hebdomadaire garanti. Les organisations interprofessionnelles de chefs d entreprise et de travailleurs suivantes : - La Fédération des Industries Belges; - La Fédération des Entreprises non industrielles de Belgique; - La Fédération Générale du Travail de Belgique; - La Centrale Générale des Syndicats Libéraux de Belgique ont constaté que l article 16 de la loi instaurant le salaire hebdomadaire garanti ne précise pas de quelle manière doivent être tranchés les litiges éventuels entre le médecin traitant de l ouvrier et le médecin délégué par l employeur, quant à la réalité de l incapacité de travail pour cause de maladie ou d accident, à l exception des accidents du travail ou survenus sur le chemin du travail. Ces organisations ont également constaté que la procédure en vigueur aux conseils de prud hommes ne permet pas de trancher ces litiges avec la célérité indispensable. Répondant à une suggestion du Ministère de l Emploi et du travail, elles ont cherché la solution à ces difficultés par la voie d un accord national, conclu sous l égide du Conseil National du Travail. Elles ont décidé le 8 juin 1961 de recommander à leurs affiliés l application des dispositions suivantes : 1. En cas de contestation persistante entre le médecin traitant et le médecin désigné par l employeur, née de l application de l Article 16 de la loi instaurant le salaire hebdomadaire garanti, les parties feront appel à un troisième médecin désigné de commun accord en qualité d arbitre. La procédure de désignation fera l objet d un accord complémentaire. 2. Ce médecin devra se prononcer dans les cinq jours de sa désignation; son avis liera les parties et les frais de procédure d arbitrage seront supportés par la partie perdante. 3. Le présent accord est conclu pour une durée d un an. Cependant, les organisations s engagent à réexaminer le problème des qu elles auront reçu du Ministre de la Prévoyance sociale la réponse à une question posée en leur nom par le Secrétariat du Conseil National du Travail, concernant la possibilité de confier aux médecinscontrôleurs de l Institut du contrôle médical, la mission d arbitre dans les litiges nés de l application de l article 16 de la loi instaurant le salaire hebdomadaire garanti. Règlement de travail Février 2005 Dernière mise à jour DRH suite à l approbation du CA du 01/06/

ANNEXE I: MESURES DE PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

ANNEXE I: MESURES DE PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL 1/13 ANNEXE I: MESURES DE PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL (Loi du 04.08.1996, modifiée par la Loi du 28.02.2014 ; la Loi du 28.03.2014 et l AR du 10.04.2014) Art. 1 Disposition d interdiction

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

CONVENTION. du 21 février 2006 relative au. régime juridique du télétravail

CONVENTION. du 21 février 2006 relative au. régime juridique du télétravail CONVENTION du 21 février 2006 relative au régime juridique du télétravail CONVENTION L UNION DES ENTREPRISES LUXEMBOURGEOISES, en abrégé UEL ayant son siège à L 1615 Luxembourg, 7, rue Alcide de Gasperi,

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Note législative

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Note législative VL/NB Bruxelles, le 12 mai 2014 RISQUES PSYCHOSOCIAUX Note législative La présente note résume les trois textes relatifs aux risques psychosociaux, parus en date du 28.04.14 et qui entreront en vigueur

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre :

Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre : Les présentes Conditions Générales de vente régissent les rapports entre : D une part, la société Atoopharm, société à responsabilité limitée, au capital de 112.750 Euros, dont le siège est situé à Seine

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines Politiques de gestion des conditions de travail des cadres Direction des ressources humaines Décembre 2006 Table des matières Dispositions générales... 3 Politiques de gestion des conditions de travail

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 2 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.A.P MARCHE DE SERVICE 2012 N 101-2012 PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

REGLEMENT DE TRAVAIL pour OUVRIERS

REGLEMENT DE TRAVAIL pour OUVRIERS REGLEMENT DE TRAVAIL pour OUVRIERS I. Renseignements de l entreprise Dénomination de l entreprise: Forme juridique: Numéro de Société : Numéro ONSS : Activité: Adresse du siège social: Lieu de travail

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile

Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile La loi n 2012-347

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS

CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 07/2015 CONDITIONS GENERALES 1. GÉNÉRALITÉS ET DEFINITIONS 1.1. Définitions 1.1.1. Le Centre de Formation à Distance, appartenant au groupe CFDF, société à responsabilité limitée de droit français dont

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE 1 Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale, représentée par son Directeur, Didier Malric, dûment mandaté par le Comité

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB)

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) Version n : 1 Dernière actualisation : 03-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce qu une aide en nature?

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA SECURITE DE LA NAVIGATION AERENNE ~EUROCONTROL~ MESURE n 131190

ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA SECURITE DE LA NAVIGATION AERENNE ~EUROCONTROL~ MESURE n 131190 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA SECURITE DE LA NAVIGATION AERENNE ~EUROCONTROL~ - Mesures de Ia Commission permanente - MESURE n 131190 portant approbation des modifications au ((Régime applicable aux

Plus en détail

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR 1. Approbation du procès-verbal du conseil d administration du 21 octobre 2014 2. Prorogation de la Fondation

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation <

FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation < FORMATION AUTOCAD > Niveau initiation < 15 16 JANVIER 2014 / 2 jours 14 heures de formation DATES & HORAIRES MERCREDI 15 JEUDI 16 JANVIER 2014 / de 9h00 à 18h00 Lieu: CFAA / 308 avenue Thiers / 33100 BORDEAUX

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE

UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE UCANSS PROTOCOLE D ACCORD SUR LE TRAVAIL A DISTANCE 1 Entre, d'une part : - l'union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale, représentée par son Directeur, Didier Malric, dûment mandaté par le Comité

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs

CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Étudiants des sections de techniciens supérieurs CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des sections de techniciens supérieurs Vu la délibération du conseil d administration du lycée en date du 29 mai 2007 approuvant la convention-type

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ---------------------------------------- Prévention de la charge psychosociale (dont le harcèlement moral ou sexuel au travail) Suivi

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014)

- 1 - REGLEMENT INTERIEUR. Des centres de loisirs municipaux. (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) - 1 - REGLEMENT INTERIEUR Des centres de loisirs municipaux (Approuvé par le conseil municipal en date du 7 octobre 2014) Préambule : Dispositions Générales Les centres de loisirs municipaux sont un service

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le..

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le.. Fiche d inscription Prévention et Secours Civiques de Niveau 1 (PSC1) DELEGATION LOCALE DE SURESNES Madame Mademoiselle Monsieur NOM d usage : NOM de naissance : Prénom : Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois.

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois. 1. REGLEMENT DU STAGE OFFICINAL 1.1. Du stage et des stagiaires 1.1.1. Le stage est accompli dans une officine ouverte au public ou dans une officine hospitalière, dirigée par un pharmacien comptant au

Plus en détail

Notice à la convention de stage type version 3

Notice à la convention de stage type version 3 Notice à la convention de stage type version 3 La présente notice a vocation à encadrer la mise en œuvre de la convention de stage type et à détailler l analyse de la présente convention. Elle n est pas

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF)

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF) REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D HEBERGEMENT DU TRIANON DE LA MUTUELLE DES FONCTIONNAIRES (MDF) I PREAMBULE : Article 1 Objet et champ d application 1.1 La MDF organise, sur le site du Centre d Hébergement

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre la République de Serbie et le Royaume de Belgique

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre la République de Serbie et le Royaume de Belgique Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre la République de Serbie et le Royaume de Belgique En application de l article 39 de la Convention sur la

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER La présente convention doit être retournée, une fois signée par l étudiant, le responsable pédagoqique (masters 2 et prépas) et l organisme d accueil, à : IEP Bureau des

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

TITRE V : RÉMUNÉRATION

TITRE V : RÉMUNÉRATION TITRE V : RÉMUNÉRATION 18 Article V.1. - Égalité professionnelle TITRE V : RÉMUNÉRATION Tout employeur est tenu d'assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l'égalité de rémunération

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

LC 21 151. En cas de lacune, les dispositions pertinentes du Code des obligations (CO) sont applicables à titre de droit public supplétif.

LC 21 151. En cas de lacune, les dispositions pertinentes du Code des obligations (CO) sont applicables à titre de droit public supplétif. Statut du personnel de la Ville de Genève LC Adopté par le Conseil municipal le 9 juin 00 Entrée en vigueur le décembre 00 Le Conseil municipal de la Ville de Genève, adopte le statut du personnel communal

Plus en détail

Conditions Générales "Contract Management" - Version 2015

Conditions Générales Contract Management - Version 2015 Conditions Générales "Contract Management" - Version 2015 1. Objet (a) Les présentes Conditions Générales s appliquent au service offert par exbo au Client dans le cadre du Contrat, qui consiste en la

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service.

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Informations relatives à Fortis AG Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Fortis AG est soumise

Plus en détail

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD (Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD Table des matières Introduction Normes générales de conduite Devoirs

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale

Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale administration générale et finances service du personnel Dispositions réglementaires municipales sur l horaire de travail et l aménagement du temps de travail du personnel de l administration communale

Plus en détail

Règlement du portage des repas à domicile

Règlement du portage des repas à domicile CCAS Tel : 04 42 74 93 94 Accueil du lundi au vendredi 8h30-12h30 et 13h30-17h00 Règlement du portage des repas à domicile Sommaire PREAMBULE...2 CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES...2 ARTICLE 1 OBJET DU

Plus en détail

Arrêté royal du 15 décembre 2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires (M.B. 28.12.2010)

Arrêté royal du 15 décembre 2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires (M.B. 28.12.2010) Arrêté royal du 15 décembre 2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires (M.B. 28.12.2010) Section 1 re. - Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 23480 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les modèles de convention de stage en entreprise, en application de l article 53, 3e alinéa du décret du 24 juillet 1997 définissant

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail