La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»"

Transcription

1 Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP MERDRIGNAC Tél : Fax : BIO3G Suisse : rue Alexandre Cailler, BROC N Fédéral : CH

2 EARL Société Dervin M. Alain Dervin Orainville 158 ha de SAU dont : 83 ha d orge de printemps 30 ha de blé 30 ha de betteraves 10 ha de pois de conserve 5 ha de jachère Utilisateur depuis 2009 M. Alain Dervin, céréalier dans l Aisne (02) à la frontière de la Marne et des Ardennes depuis 1982, exploite 158 ha de cultures en association avec son fils. M. Dervin, soucieux de pérenniser la continuité de l exploitation familiale, a également créé une entreprise de travaux publics depuis L objectif de M. Dervin est simple : obtenir le meilleur bilan technico-économique sur l exploitation et dégager un E.B.E optimal (Excédent Brut d Exploitation). Toujours dans le but d améliorer sa productivité, M. Dervin décide en 2009 de mettre en place l ACTIV TONIC sur 24 ha de blé. «J ai épandu 100 kg/ha d ACTIV TONIC au moment du premier passage azote. Le but : avoir la meilleure alimentation possible de la plante en favorisant les échanges, assurer une bonne fertilité des épis pour un rendement optimal et limiter le stress de la plante pour réduire mes intrants et mes phytos». Constat : Le blé est plus homogène du tallage à l épiaison avec l ACTIV TONIC. A la récolte, la hauteur d épis est régulière alors que du côté témoin, c est hétérogène. Il y a encore des épillets qui ne sont pas montés. Les épis sont plus grands et plus homogènes du côté ACTIV TONIC. Il y a une meilleure résistance à la verse, le diamètre des pailles est plus important tout comme les andains. L ACTIV TONIC fait travailler l enracinement et ça se voit : environ 30 % de racines en plus. La structure de terre et la vie biologique sont améliorées. «Pour ce qui est du rendement, j estime que l écart moyen est de 10 % de mieux avec l ACTIV TONIC soit 8 qx d écart, sur un rendement moyen de 80 qx». Aujourd hui, M. Dervin pense que l ACTIV TONIC est un produit très approprié pour optimiser les ratios économiques sur son exploitation. «L ACTIV TONIC a un avenir optimal chez moi, compte tenu des résultats obtenus.» conclue M. Dervin. EARL Pillot Thierry et Geneviève Pillot Faye Sur Ardin Utilisateurs depuis 2008 Installés en EARL depuis 1991, M. et Mme Pillot (photo ci-dessous) exploitent dans les DeuxSèvres une surface de 132 ha pour un quota laitier de litres en Prim holstein. La SAU est composée de 33 ha de maïs, 50 ha de blé, 10 ha d orge, 13 ha de colza et le reste en prairies. L objectif premier de l EARL est d être autonome sur l exploitation, en valorisant au mieux ce qui y est produit, notamment le fumier. Il met en place la première fois en 2008 le CALCI TONIC sur son maïs, en laissant un témoin. Il avoue avoir été agréablement surpris du système racinaire et de la tenue du maïs. M. Pillot est très content des résultats obtenus avec la gamme BIO3G : «Les produits agissent très bien, les résultats ont été très visuels et très concluants dès la première année. Et ils se sont confirmés sur les années suivantes. Les résultats sont flagrants, notamment au niveau du maïs, qui reste vert et de meilleure qualité (plus de sucre)». Maintenant, il utilise le CALCI TONIC et l ACTIV TONIC sur les ¾ de sa surface. Thierry et Geneviève Pillot sont satisfaits des autres produits proposés par BIO3G, notamment de l ISOTONIC et L HYGIENOR. SAU de 132 ha dont : 33 ha de maïs 50 ha de blé 10 ha d orge 13 ha de colza 26 ha de prairies 50 VL Prim Holstein

3 Production viticole Cultures céréalières GAEC Du Maine M. Cyril Barde Saint Méard de Gurçon Utilisateur depuis 2007 Installé à 25 km de Bergerac, le GAEC du Maine est une entreprise familiale. La famille BARDE (famille de viticulteurs) travaille aujourd hui sur deux productions : une partie viticole (60 ha) et une partie céréalière (185 ha cultivés en colza, maïs et blé). Le GAEC est géré par 3 associés : Cyril, le responsable des cultures céréalières et des vignes ; Patrick qui gère la commercialisation du vin (vente directe) ; et Nathalie qui s occupe de la gestion et de la comptabilité. En 2007, Cyril décide de faire confiance à l entreprise BIO3G. Il commence à mettre en place le CALCI TONIC à raison de 400 kg/ha en comparatif sur des parcelles de colza. Suite aux suivis effectués par le technico-commercial en Philippe Le Bars a commencé par utiliser le CALCI TONIC sur colza et maïs, dans le but d améliorer le rendement et valoriser la matière organique. Il pratique le sans labour. La qualité du maïs est importante car les vaches consomment toute l année du maïs ensilage, cumulé aux 8 ha de pâturages autour du bâtiment car M. Le Bars est équipé d un robot de traite depuis Il applique aussi l ISOTONIC sur ses céréales, ce qui lui a permis de passer en 3 fongicides et de diminuer d 1/3 les doses. Il a aussi décidé dernièrement de mettre en place l ACTIV TONIC à 150 kg/ha sur ses haricots. Il constate rapidement un meilleur enracinement et un meilleur rendement. Le ramassage a été facilité, ce qui a réduit les déchets. M. Le bars est satisfait et continue à utiliser les produits BIO3G sur ses cultures. SAU de 245 hectares dont : 60 ha de vignes 70 ha de Colza et tournesol 40 ha de maïs grain, 75 ha de blé 2008, il constate une grande différence d enracinement et une meilleure tenue des cultures par rapport à la partie témoin. Cyril décide donc de continuer ses mises en place en augmentant les surfaces mais en gardant des comparatifs. Il s aperçoit que les rendements sont au rendez-vous malgré les conditions sèches et constate surtout une économie de fertilisation. Aujourd hui, Cyril utilise le CALCI TONIC et l ACTIV TONIC (deux activateurs de sol) sur 3/4 de la surface céréalière. En 2011, Cyril teste l ISOTONIC à 4l/ha en pulvérisation sur les maïs. Au global, la famille Barde est satisfaite de l effet des produits BIO3G sur le bon travail du sol qui est l une de leurs priorités. EARL Philippe Le Bars Le Haut Corlay Utilisateur depuis 2001 SAU 110 ha : 60 ha de céréales (blé et orge) 27 ha de maïs 17 ha de pâtures 6 ha de haricots plein champ 50 vaches laitières

4 Utilisateur depuis 2008 EARL Baudouin M. Etienne Baudouin M. Baudouin est le responsable de l EARL Baudoin en Vendée. Il a une SAU de 78 ha dont 76 ha en cultures de ventes (maïs grain, blé tendre, blé dur, orge, colza, lin, tournesol) et un atelier porcin de 450 places en engraissement Saint Hilaire Des Loges En travaillant dès 2008 avec le CALCI TONIC de BIO3G, il cherche tout d abord à faire travailler son sol. En effet, il possède des terres de groies dites terres «bloquées». Il recherche à libérer les éléments fertilisants qui sont présents dans le sol. Il souhaite aussi valoriser la MO de ses lisiers, tout en apportant moins d engrais chimiques. Son dernier objectif est d obtenir du rendement. Dès la première année, il a laissé des parties témoins. Il a vu la différence au niveau des plantes, qui ont un aspect plus vert et un meilleur racinaire. Les résultats quantitatifs sont aussi très satisfaisants, et généralement supérieurs aux moyennes du secteur : Elevage porcin 450 places en engraissement SAU de 78 ha, dont 76 ha de cultures pour la vente : maïs grain, blé tendre, blé dur, orge, colza, lin, tournesol Concernant le blé, il récolte 92 qtx en 2009 et 79 en 2010, comparé aux 70 à 75 qtx habituellement obtenus dans le secteur. Pour le colza, il obtient 36 qtx en 2009 et 26 qtx en 2010, contre 30 qtx constatés en général. Il obtient aussi des chiffres concluants pour son orge, avec 85 qtx en 2009 et 68 qtx en 2010, alors que le secteur récolte 60 qtx en moyenne. Dans l ensemble, Etienne Baudoin est satisfait de ses résultats et continue en rotation ses apports en CALCI TONIC sur ses terres à colza et terres plus acides et en ACTIV TONIC sur le reste de sa surface. M. Gratadour est maraicher en Gironde. Il exploite une surface de 4 ha dont 1500 m2 de tunnel. Tout au long de l année, il produit toutes sortes de légumes qu il commercialise en direct. Il utilise l ensemble de la gamme BIO3G (les activateurs de sol CALCI TONIC, FERTI TONIC, MULTI+TONIC et le stimulant foliaire : ISOTONIC ) depuis M. Gratadour constate de bons résultats en terme d enracinement entrainant une meilleure tenue des légumes. Les plantes ont une meilleure vigueur, malgré les difficultés climatiques de ces dernières années. «Le fait d avoir une gamme de produits naturels me permet d obtenir des légumes plus résistants aux maladies. Pour la vente directe, c est un atout important» souligne M. Gratadour. Depuis 2010, M. Gratadour a mis en place l ALGO TONIC pour comparer à son apport de matière organique traditionnelle. «Comme je travaille avec du petit matériel, l ALGO TONIC me fait gagner du temps avec d aussi bons résultats. J applique 1t à 1t5 /ha d ALGO TONIC alors qu avant j étais à 6 tonnes de compost par hectare.» M. Gratadour Pierre Le Haillan Utilisateur depuis ha de légumes 1500 m² de cultures en tunnel Vente directe M. Gratadour est pleinement satisfait de l offre BIO3G et ses clients également! Crédit Photos : BIO3G - Fotolia Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel!

5 Christian Cadart Houchin Utilisateur depuis vaches allaitantes blondes d Aquitaine 44 hectares de SAU dont 15 ha de céréales 3 ha de maïs grain 14 ha de pâtures 6 ha de betteraves Python & Ardent 6 ha de pommes de terre Bintje M. Christian Cadart a mis en place l ACTIV TONIC au printemps 2010 avant le semi de ses betteraves sucrières suite au passage du technicien. Il a été convaincu de l intérêt de mettre ce produit pour faire travailler la matière organique de son sol. Ce qui a décidé son achat, c est la démonstration sur le lessivage des éléments fertilisants. Le résultat a été très convaincant lors du suivi réalisé le 15 juillet 2010, en comparatif avec le témoin. «Les racines étaient beaucoup plus développées et plus grosses, le feuillage plus important». A la récolte début octobre, la parcelle fertilisée par BIO3G réalise un tonnage de 103 tonnes à 17% de sucre. M. Cadart s estime très satisfait des résultats. Ses voisins lui ont même demandé ce qu il avait mis sur sa parcelle M. Cadart ajoute qu il a pu récupérer plus de pulpes sèches pour ses vaches, compte tenu de son rendement très élevé. D autre part, il a également mis en place l ACTIV TONIC sur pommes de terre Bintje et a été très satisfait du rendement et du calibre (+ de 65% de grosses). Au vu de ses résultats, M. Cadart décide de poursuivre en 2011 le programme BIO3G sur ses cultures de betteraves et pommes de terre. Sur les conseils du technicien, il décide de mettre en place 2 produits supplémentaires de la gamme BIO3G : Le CALCI TONIC sur prairies dans le but de ramener du calcium et faire travailler la MO ; L ISOTONIC sur blé pour protéger davantage la culture et optimiser le rendement sur une période propice en terme de prix. M. Bruno Rivoire Reventin-Vaugris Utilisateur depuis 2007 M. Bruno Rivoire gère une exploitation de polyculture élevage dans l Isère, au sud de Lyon. Il possède un troupeau de 35 vaches allaitantes de race charolaise, nourries principalement au maïs. Il cultive parallèlement sur 130 ha au total des céréales à paille, du tournesol et des prairies. M. Rivoire utilise l activateur de sol CALCI TONIC depuis 2007 principalement sur les maïs. Son objectif étant de faire travailler la matière organique apportée par les fumiers, rééquilibrer ses sols et les stimuler. Les résultats ont été probants dès le départ. Malgré des années aux conditions climatiques variables, les maïs sont très bien enracinés, et sont vigoureux dès le démarrage. De plus, les parcelles sont régulières et de belle couleur. Il a également observé une meilleure tenue à la sécheresse, ce qui est d autant plus important que ses maïs ne sont pas irrigués. Par la suite et compte tenu des résultats obtenus avec CALCI TONIC, M. Rivoire décide d essayer le stimulant foliaire ISOTONIC sur les céréales à paille. Cette année, malgré la météo difficile (conditions de sécheresse importante), les prélèvements réalisés sur ses parcelles (2 mètres linéaires de chaque côté) révèlent une différence positive de 48% sur le poids des grains et ce, malgré un apport tardif de l ISOTONIC (mis en place avec le fongicide à l épiaison). 35 vaches allaitantes charolaises SAU 130 ha maïs (ensilage et grain) blé, prairies tournesol, sorgho et colza

6 EARL Du Couderc M. Vincent Prévot Saint-Vincent EARL D ORIVAL Jean-Michel Colombel Sainte Colombe Utilisateur depuis vaches laitières Prim Holstein SAU de 54 ha dont : 12 ha de maïs ensilage 18 ha de céréales 8 ha de patûres 16 ha de tournesol, luzerne et ray-grass Utilisateur depuis 2005 Vincent Prévot élève 30 vaches laitières Prim Holstein sur les coteaux argilo-calcaires du Quercy. Il produit sur son exploitation du maïs destiné à l ensilage, de la luzerne et du ray-grass pour le foin, des céréales et du tournesol. Client BIO3G dès 2005, il utilise ACTIV TONIC depuis 2009 sur son maïs, à raison de 100kg/ha/an. Il l épand à l automne sur les chaumes de céréales, au même moment que le fumier. Son objectif est de gagner en volume et en qualité d ensilage pour optimiser la ration des vaches laitières. Avec ACTIV TONIC, M. Prévot constate une amélioration de l enracinement de l ordre de 20% par rapport au témoin, des feuilles plus vertes et des épis plus précoces et mieux remplis. Le maïs est plus résistant au stress hydrique. Sa croissance est également plus régulière. A la récolte, on constate une augmentation de 18% du nombre de grains/épis. De plus, une analyse comparative de l ensilage montre que le produit amène aussi un gain qualitatif : +10% d UFL, +14% d UFV et +18% d amidon par rapport au témoin. Après 3 ans d utilisation et de constats positifs, M. Prévot est convaincu de l efficacité de l ACTIV TONIC. Il continue à l utiliser sur maïs et l a également mis en place sur luzerne et tournesol. «C est un produit naturel qui me permet de gagner en rendement et en qualité, tout en faisant travailler mon fumier» précise M. Prévot. M. Jean-Michel Colombel a une exploitation de polyculture élevage, et utilise les produits BIO3G depuis Son objectif était initialement de substituer sa fumure PK sur colza et lin, le binaire sur le colza et l azote sur le lin à un coût maitrisé étant donné le prix des fertilisants de ces dernières années. Sur son lin, M. Colombel constate, année après année, une pousse homogène et régulière et ce, malgré les printemps secs (par exemple 2010). De plus, ISOTONIC est utilisé au moment de la floraison pour optimiser le rendement en graines. Sur le colza, l objectif est de valoriser au mieux la matière organique (résidus de culture et fumier) et ainsi valoriser le potentiel de son sol et limiter les intrants chimiques. Il est aussi intéressant de noter l apport significatif de soufre et de magnésie avec CALCI TONIC. Les objectifs de M. Colombel s inscrivent totalement dans le concept proposé par BIO3G à ses clients, à savoir : «Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel». En synthèse, M. Colombel utilise les produits de la gamme Activateurs de sols pour travailler sur ses têtes d assolement, valoriser sa matière organique et donc limiter ses intrants PK. Les produits BIO3G lui permettent ainsi d optimiser le potentiel de son sol et de faire pousser ses plantes même en conditions de stress. 125 Ha de SAU dont : 4 ha de maïs 35 ha céréales 43 ha de patûres 9 ha de légumes plein champ 34 ha autres 60 Vaches allaitantes

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015 Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 20 Liste des variétés Page 2 Herbicides d automne Page 4 Fumure Page 6 Rendements des essais blés Page 9 Recommandations de production Page 10 Page 1 Page

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols Canalisation CUVILLY (60) VOISINES (52) page 1 SOMMAIRE Pages 1 Indemnités pour

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE TERRES d'avenir Les intercultures peuvent permettre un apport de fourrage complémentaire pour les exploitations d élevage. Un groupe de travail Chambre d Agriculture,

Plus en détail

Tel. 031 722 10 70 Fax 031 722 10 71 E-Mail: info@bio-test-agro.ch Internet: www.bio-test-agro.ch. Calendrier bio 2015

Tel. 031 722 10 70 Fax 031 722 10 71 E-Mail: info@bio-test-agro.ch Internet: www.bio-test-agro.ch. Calendrier bio 2015 Schwand 2 3110 Münsingen Tel. 031 722 10 70 Fax 031 722 10 71 E-Mail: info@bio-test-agro.ch Internet: www.bio-test-agro.ch SIS 056 SCESp 086 P.P Münsingen «Anrede» «Vorname» «Nachname» «Strasse» «PLZ»

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Énergies renouvelables en milieu agricole Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Exemples bourguignons Entreprise BRUNET EURL du Bon Accueil L exemple de l EARL du Bon Accueil

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Le séchage du foin en grange : principes de base

Le séchage du foin en grange : principes de base Le séchage du foin en grange : principes de base Cet article vous est proposé suite à une formation de deux jours suivie par D. Knoden en février 09 au CFPPA de Segré (Maine et Loire). L article proposé

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

LANDOR Engrais foliaires

LANDOR Engrais foliaires LANDOR Engrais foliaires Sécuriser le rendement et la qualité Bulletin de commande et prix 2014 inclus «L assurance d être satisfait» P2O5: 440 g/l K2O: 75 g/l MgO: 67 g/l Zn: 5 g/l Mn: 10 g/l et 2 N:

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr

Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr Particuliers, enseignants et animateurs découvrez toute la collection des guides Milgraines sur le site semencemag.fr Rubrique : Ressources & jeux en ligne La série des guides Milgraines pour apprendre

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

L engraissement en Picardie a tout pour réussir

L engraissement en Picardie a tout pour réussir L engraissement en Picardie a tout pour réussir 5 éleveurs témoignent CHAMBRE D'AGRICULTURE 02-27-59-60-62-76-80 - - L engraissement en Picardie c est : Une viande de qualité aux portes de grands bassins

Plus en détail

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements...

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2 1. Utilisation... 2 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... 2 3. Répartition de la production sur le territoire... 5 B. BOTANIQUE

Plus en détail

Recommandations pour finir la campagne 2012

Recommandations pour finir la campagne 2012 La Lettre n 17 10 Juillet 2012 Voici quelques informations pour vous aider à clôturer la campagne 2012 et à bien débuter la campagne 2013 : vérifications sur le cahier d épandage, saisie de la récolte,

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

VALORISATION DES MENUES PAILLES

VALORISATION DES MENUES PAILLES VALORISATION DES MENUES PAILLES Intervenants : Michel Seznec UCPDL85 Christopher Brachet Fcuma 56 Olivier Le Mouel FCBIA Une nouvelle voie Autrefois : elle était valorisée! Les agriculteurs la récupéraient

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec

Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec Par Hubert McClelland, agronome Conseiller en gestion des pâturages Hubert.mcclelland@agr.gouv.qc.ca Au Québec, nous avons

Plus en détail

Résultats d essais récents sur la culture du canola

Résultats d essais récents sur la culture du canola Résultats d essais récents sur la culture du canola ETIENNE TARDIF agr 1, Dr. DONALD L. SMITH 2 1 Bunge ETGO, 555 Boul. Alphonse-Deshaies, Bécancour Québec G9H 2Y8; 2 McGill University, 21,111 Lakeshore,

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

En plus de Claude Corbeil, le personnel de la Ferme Copor compte un employé à temps complet

En plus de Claude Corbeil, le personnel de la Ferme Copor compte un employé à temps complet EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT Article publié dans Porc Québec Avril 2002 REPORTAGE LES PETITS GESTES D UNE GRANDE FERME Hubert Brochard Agronome journaliste à la pige Les éleveurs porcins s adaptent du mieux

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Etre agriculteur méthaniseur

Etre agriculteur méthaniseur Etre agriculteur méthaniseur Jean-Marc ONNO EARL du GUERNEQUAY 56500 Moustoir Rémungol Tél. : 0297398582 jean-marc.onno@wanadoo.fr Le parcours de Jean-Marc Onno, basé sur l innovation Jean-Marc Onon :

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

De Rochefort. La famille

De Rochefort. La famille La famille EARL de la Ferme céréalière diversifiée en légumes de plein champ. Situation de la ferme dans son environnement le site principal à Coinces fabrication de la farine Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir

Plus en détail

CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012

CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012 CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012 Cet essai a été mis en place chez M. François LESAGE à St OUEN DU TILLEUL (27). L objectif était de sélectionner dans des types non nantais (2 variétés sont

Plus en détail

L essentiel de l AgriManager

L essentiel de l AgriManager L essentiel de l AgriManager www.ca-agrimanager.com Bloc notes 2 8 8 Carte de l exploitation 4 10 ha 30 ha 20 ha 3 1 2 20 ha 6 20 ha 9 5 7 10 20 ha 15 ha 15 ha 1 frigo à pommes de terre : stock pommes

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères

Alimentation hivernale des bovins charolais. Recommandations et repères Alimentation hivernale des bovins charolais Recommandations et repères Hiver 0/0 Les conditions climatiques défavorables de cette année 0 n ont pas permis de constituer suffisamment de stocks hivernaux

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015 Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques Année 2015 Liens entre état du sol et développement de certains ravageurs et champignons pathogènes Les sols en Pays-Basque Battance des limons/argiles

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

Par Yves Chagnon, agr., MBA

Par Yves Chagnon, agr., MBA Par Yves Chagnon, agr., MBA Février 2014 1 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Prix des terres Rentabilité des terres Évolution des marges Impacts de la volatilité des prix Situations concrètes Alternatives pour

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Les avantages de la culture des champignons en agriculture

Les avantages de la culture des champignons en agriculture Les avantages de la culture des champignons en agriculture Par Vincent Leblanc, agronome, M.Sc. La méthode de production en laboratoire La multiplication se fait par spores ou par tissus Stérilisation

Plus en détail