Travail pendant les études, performance scolaire et abandon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travail pendant les études, performance scolaire et abandon"

Transcription

1 99s-4 Traal penant les étes performance scolare et abanon Marcel Dagenas Clae Montmarqette Danel Parent Nathale Vennot-Brot Sére Scentfqe Scentfc Seres Montréal Noembre 999

2 CIRANO Le CIRANO est n organsme sans bt lcratf constté en ert e la Lo es compagnes Qébec. Le fnancement e son nfrastrctre et e ses acttés e recherche proent es cotsatons e ses organsatonsmembres ne sbenton nfrastrctre mnstère e la Recherche e la Scence et e la Technologe e même qe es sbentons et manats obtens par ses éqpes e recherche. CIRANO s a prate non-proft organaton ncorporate ner the Qébec Companes Act. Its nfrastrctre an research acttes are fne throgh fees pa by member organatons an nfrastrctre grant from the Mnstère e la Recherche e la Scence et e la Technologe an grants an research manates obtane by ts research teams. Les organsatons-partenares / The Partner Organatons École es Hates Étes Commercales École Polytechnqe Unersté Concora Unersté e Montréal Unersté Qébec à Montréal Unersté Laal Unersté McGll MEQ MRST Alcan Almnm Ltée Banqe Natonale Canaa Banqe Royale Canaa Bell Qébec Déeloppement es ressorces hmanes Canaa (DRHC) Egs Féératon es casses poplares Desjarns e Montréal et e l Oest--Qébec Hyro-Qébec Imasco Instre Canaa Mcrocell Labs nc. Raymon Chabot Grant Thornton Téléglobe Canaa Vlle e Montréal 999 Marcel Dagenas Clae Montmarqette Danel Parent et Nathale Vennot-Brot. Tos rots réserés. All rghts resere. Reprocton partelle permse aec ctaton ocment sorce nclant la notce. Short sectons may be qote thot eplct permsson proe that fll cret nclng notce s gen to the sorce. Ce ocment est pblé ans l ntenton e renre accessbles les résltats prélmnares e la recherche effectée a CIRANO afn e sscter es échanges et es sggestons. Les ées et les opnons émses sont sos l nqe responsablté es aters et ne représentent pas nécessarement les postons CIRANO o e ses partenares. Ths paper presents prelmnary research carre ot at CIRANO an ams at encoragng scsson an comment. The obseratons an eponts epresse are the sole responsblty of the athors. They o not necessarly represent postons of CIRANO or ts partners. ISSN

3 Traal penant les étes performance scolare et abanon * Marcel Dagenas Clae Montmarqette Danel Parent Nathale Vennot-Brot Résmé / Abstract La étéroraton es contons salarales es traallers non qalfés sr le marché traal a fat l'objet 'ne attenton consérable a cors es ernères années. Malheresement cette staton n'est pas la sele sorce e préoccpatons por les écers pblcs. En effet en pls être somse à es contons salarales pe enables cette catégore e traallers est également confrontée à n rato emplo/poplaton snglèrement bas et n ta e chômage q se mantent à es nea soent éleés. La premère sorce e la non qalfcaton es jenes traallers étant l'abanon es étes seconares (à l'échelle canaenne le ta 'abanon a seconare est estmé à 8 % por les jenes e 20 ans en 99) tote poltqe ssceptble e rére les ta 'abanon représentera n moyen effcace 'amélorer la staton es jenes sr le marché traal. Dfférentes formes 'nterenton peent être ensagées afn e renerser cette tenance. Qe les mesres estnées à enger le phénomène écrochage scolare retennent tot partclèrement l'attenton es goernements est tot à fat compréhensf qan on sat l'mportance accorée e nos jors a emplos ts «saor». Certanes e ces mesres sent à lmter le traal eercé par les jenes penant lers étes car l'opnon commne et q'l este n len e case à effet entre traal et abanon scolare. Cette noelle éte repren cette problématqe analysée ans n tete précéent Dagenas et al (998) «Traal penant les étes et abanon scolare : cases conséqences et poltqes 'nterenton» mas ntrot la possblté qe le traal penant les étes psse affecter la performance scolare. Dans * Aresse e l ater : Clae Montmarqette CIRANO 2020 re Unersty 25 ème étage Montréal Qc Canaa H3A 2A5 Tél. : (54) Fa : (54) correl : Cette recherche a été fnancée par la Drecton générale e la recherche applqée Déeloppement es Ressorces Hmanes Canaa. Nos aons bénéfcé es commentares sr ce tete o sr es ersons antéreres e plsers personnes DRHC et es partcpants a sémnares présentés à l'unersté Laal à l'unersté e Pars (Panthéon-Sorbonne) a GATE (Unersté e Lyon 2) et a GREQAM (EHESS et Unersté 'A-Marselle). Nos sommes granement reeables à Benot Drocher et à Franços Raymon por ler contrbton à ne erson antérere à ce tete. Les aters emerent sels responsables es errers et omssons. Unersté e Montréal et CIRANO Unersté e Montréal et CIRANO Unersté McGll et CIRANO CIRANO

4 l'éte précéente la performance scolare état tratée comme ne arable eogène. In ths paper e conser the effect of orkng hle n school on the probablty of roppng ot at the seconary leel. The fference beteen ths erson an an earler erson of ths qeston scsse n Dagenas et al (998) "Traal penant les étes et abanon scolare : cases conséqences et poltqes 'nterenton" s to treat graes obtane n school at the seconary leel as an enogenos arable. Ths more general econometrc specfcaton confrms or preos reslts n entyfng seeral etermnants of roppng ot an fferent polces hch can be pt nto acton by the goernments n orer to rece ropot. Mots Clés : Keyors: Abanon scolare traal penant les étes performance scolare salare mnmm et contons macroéconomqes sr le marché traal School ropot hors of ork rng sty graes mmmn ages an labor market contons

5 Table es matères Sommare Introcton Ree e la lttératre Impact traal penant les étes sr la performance ftre sr le marché traal Impact traal penant les étes sr la performance scolare et le nea e scolarté Moélsaton théorqe Moèles e cho traal-abanon Le cho nea e scolarté L'analyse emprqe e l'abanon et traal penant les étes Les onnées et qelqes statstqes escrptes Spécfcatons économétrqes es comportements Le traal et l'échec scolare facter abanon es étes Le moèle e l'abanon e la performance et traal Résltats économétrqes Conclson : Les possbltés 'nterenton sr l'abanon scolare Annee A : Les onnées éfnton et constrcton Annee B : Les spécfcatons économétrqes traal penant les étes e la performance scolare et e l abanon... 6 Références... 65

6 Sommare La étéroraton es contons salarales es traallers non qalfés sr le marché traal a fat l'objet 'ne attenton consérable a cors es ernères années. Malheresement cette staton n'est pas la sele sorce e préoccpatons por les écers pblcs. En effet en pls être somse à es contons salarales pe enables cette catégore e traallers est également confrontée à n rato emplo/poplaton snglèrement bas et n ta e chômage q se mantent à es nea soent éleés. La premère sorce e la non qalfcaton es jenes traallers étant l'abanon es étes seconares (à l'échelle canaenne le ta 'abanon a seconare est estmé à 8 % por les jenes e 20 ans en 99) tote poltqe ssceptble e rére les ta 'abanon représentera n moyen effcace 'amélorer la staton es jenes sr le marché traal. Dfférentes formes 'nterenton peent être ensagées afn e renerser cette tenance. Qe les mesres estnées à enger le phénomène écrochage scolare retennent tot partclèrement l'attenton es goernements est tot à fat compréhensf qan on sat l'mportance accorée e nos jors a emplos ts «saor». Certanes e ces mesres sent à lmter le traal eercé par les jenes penant lers étes car l'opnon commne et q'l este n len e case à effet entre traal et abanon scolare. La caractérstqe partclère e cette recherche a été e profter e l'enqête rétrospecte menée à l'échelle pays par Statstqe Canaa en collaboraton aec le Déeloppement es ressorces hmanes Canaa sr les sortants e l'école seconare. La menson natonale e l'enqête nos a perms e sposer 'ne epérence natrelle por comprenre le rôle es arables macro-économqes et es nstttons sr les étermnants e l'abanon es étes seconares et sr le traal penant les étes. À la arablté entre pronces s'est ajotée ne arablté temporelle psqe l'enqête portat sr es jenes âgés e 8-20 ans en 99 et réponant entre 984 et 99 à l'n o l'atre es tros statts sants : plômé perséérant o sortant. Enfn sr la base es onnées e l'enqête nos aons éfn n moèle économétrqe sant à eplqer à la fos les étermnants e la performance scolare e l'abanon scolare a seconare et ce traal penant la ernère année 'éte a seconare. Les étermnants retens portent sr les caractérstqes personnelles (see traal penant les étes etc.) et 3

7 socoéconomqes (staton famlale écaton es parents école prée o pblqe etc.) es réponants et sr es caractérstqes nstttonnelles o macroéconomqes comme arables 'enronnement (âge légal 'abanon ta e chômage salare mnmm etc.). Qelles sont les poltqes entfées ans notre recherche qe les goernements porront mettre e l'aant por rére l'abanon scolare? La premère et sans ote la pls natrelle consste à accroître l'âge légal 'abanon scolare. Les résltats économétrqes ont montré qe l'abanon scolare mne lorsqe l'âge légal 'abanon est pls éleé. Deps la réalsaton e l'enqête sr les sortants totes les pronces canaennes ont hassé l'âge légal 'abanon à 6 ans et l n'est pas ecl qe cet âge sot repossé à 7 et même 8 ans comme c'est le cas ans certans pays eropéens et états amércans. En fat on porrat établr l'âge légal 'abanon en foncton e l'âge normal e la fn es étes seconares sot 7 ans a Qébec et 8 ans allers a Canaa. Le traal penant les étes ot l ass fare l'objet 'ne attenton partclère. Dot-on comme l ft proposé par certanes nstances lmter le nombre 'heres traallées penant les étes? La présente recherche montre qe les réponses à cette qeston oent être nancées. Por plsers étants traaller mons e heres par semane est lon 'ncter a écrochage et l'epérence e traal acqse parallèlement a étes faorse même parfos l'nserton sr le marché e l'emplo e ce q obtenront ler plôme. On porra néanmons arger qe les étants q elent «mebler» ne parte e ler temps lbre ont aantage à consacrer pls 'heres a étes q'à la recherche 'n emplo rémnéré. Des statstqes e l'ocde (995) montrent q'a Canaa en 99 les élèes e 4 ans cmlaent en moyenne 000 heres e cors par année ce q reste nférer a moyennes obserées a États-Uns en France en Belgqe en Ssse et a Pays-Bas; ans ce erner pays le nombre annel moyen 'heres e cors attent 200. Le Canaa occpe parm 24 pays consérés le 8 e rang parm les pays q affchent les mons bonnes performances qant a nombre 'heres consacrées à l'éte en ehors es heres e classe par es élèes e 8 e année en mathématqes. Il serat ass ntéressant e regarer e pls près le fonctonnement es écoles prées où l'abanon reste mons fréqent. 4

8 Ce q totefos ressort prncpalement e notre éte c'est le rôle salare mnmm ans le phénomène écrochage. Il est clar qe le salare mnmm s'l est éleé contrbe e façon sgnfcate à accroître l'abanon a seconare. Chaqe fos q'ls procèent à es hasses salare mnmm les goernements pronca créent onc es contons propces à ne recrescence e l'abanon scolare : les premers à sbr les effets e ces hasses sont 'allers les ns «à la marge e la écson» sortr/termner che lesqels on obsere soent n goût mons marqé por l'éte o encore ne pls grane ncertte qant a chances e mener es étes spéreres à terme. Por éter cet écel on porrat mter certanes pronces q ont recors à e ta e salare mnmm fférents : l'n por les 8 ans (o 7 ans) et pls et l'atre por les pls jenes. S l'on se fe a résltats e notre recherche ne telle mesre est hatement sohatable por pe qe nos goernements manfestent ne olonté réelle e rére l'abanon scolare a seconare es jenes canaens. S ne es objectons prncpales à es ta e salare mnmm fférencés par âge serat q'l en réslte ne pls grane négalté ans les reens nos résltats émontrent qe le coût 'opportnté e ne pas tlser es ta fférencés et ans 'ncter plsers jenes à ne pas termner lers étes seconares engenre es conséqences à moyen et long terme sr lers reens q sont nettement pls mportantes et prolongées qe le fat e ler offrr n salare mnmm pls fable û à ler âge. Parallèlement la basse ta e chômage pet également ncter les étants à abanonner lers étes très tôt or même aant la fn seconare. Cette constataton ot ncter les atortés goernementales à ben cbler lers objectfs lorsq elles mettent en place es poltqes sant à rére le chômage che les jenes. En effet l fat éter qe les poltqes proposées n nctent certans élèes à écrocher aant la fn seconare. Dans la réalsaton e cette recherche nos aons û releer plsers éfs méthoologqes mportants. Mentonnons le problème n len non lnéare entre traal note et abanon scolare la prse en compte sréchantllonnage es écrochers l ncence e l hétérogénété non obserée sr les estmatons. D atres problèmes eront également retenr éentellement notre attenton. En rason e contrantes technqes nos aons û tlser n moèle à éqatons smltanées ont la matrce es coeffcents es arables enogènes est e forme récrse. En effet selon notre moèle la premère arable enogène le nombre heres Entre 987 et 99 c'état notamment le cas e la Colombe-Brtannqe e l'ile--prnce-éoar e la 5

9 traallées ne épen acne atre arable enogène alors qe la secone la performance scolare épen es heres traallées. Enfn la trosème l abanon épen à la fos es heres traallées et es notes. On arat p strctrer le moèle atrement et spposer par eemple qe la performance scolare ne épen acne atre arable enogène alors qe les heres traallées épenent es notes et q enfn l abanon épen es e premères. Il n est pas ecl qe le comportement e certans étants correspone aantage à cette strctre alternate q à celle qe nos aons retene. Por tenr compte e cette éentalté l y arat pet-être le établr n moèle pls général à e régmes q porrat ncorporer à la fos ces e strctres. Noelle-Écosse et e l'alberta. Présentement sels l'ontaro et les Terrtores Nor-Oest tlsent cette mesre. 6

10 . Introcton La étéroraton es contons es traallers non qalfés sr le marché traal (chômage éleé basse es reens) a fat l'objet 'ne attenton consérable a cors es ernères années. Les cherchers q se sont attaqés à la qeston es négaltés e reen (DNaro Fortn et Leme [996] o Mrphy et Welch [992]) ont noté q a États-Uns les reens es traallers mons qalfés (par eemple ce q n'ont pas termné lers étes seconares) ont consérablement mné a cors es années 80. Par contre les ns q se troaent éjà ans la tranche spérere e la strbton es reens ont ler staton s'amélorer. A Canaa les négaltés e reen ne se sont pas accres e façon ass marqée ce q s'eplqe sans ote par la générosté es programmes soca canaens. De pls le ta e syncalsaton est pls éleé c : selon DNaro et Leme (997) la chte e ce ta a États-Uns où l ne cesse e mner eps 25 ans eplqerat por les e ters la fférence obserée entre les e pays e 98 à 988 ans la crossance es négaltés. La étéroraton es contons salarales es traallers non qalfés sr le marché traal a fat l'objet 'ne attenton consérable a cors es ernères années. Malheresement cette staton n'est pas la sele sorce e préoccpatons por les écers pblcs. En effet en pls être somse à es contons salarales pe enables cette catégore e traallers est également confrontée à n rato emplo/poplaton snglèrement bas et n ta e chômage q se mantent à es nea soent éleés. La premère sorce e la non qalfcaton es jenes traallers étant l'abanon es étes seconares (à l'échelle canaenne le ta 'abanon a seconare est estmé à 8 % por les jenes e 20 ans en 99) tote poltqe ssceptble e rére les ta 'abanon représentera n moyen effcace 'amélorer la staton es jenes sr le marché traal. Dfférentes formes 'nterenton peent être ensagées afn e renerser cette tenance. Qe les mesres estnées à enger le phénomène écrochage scolare retennent tot partclèrement l'attenton es goernements est tot à fat compréhensf qan on sat l'mportance accorée e nos jors a emplos ts «saor». Certanes e ces mesres sent à lmter le traal eercé par les jenes penant lers étes car l'opnon commne et q'l este n len e case à effet entre traal et abanon scolare. Une opnon 'allers partagée par les fférents acters marché traal comme en témogne l'accor 7

11 nteren a Qébec en octobre 996 entre patronat et syncats por ramener à qne le nombre mamal 'heres e traal hebomaares che les aolescents. Cette aéqaton eceptonnelle es préférences syncales aec les sées patronales llstre ben le consenss général ( mons a Qébec) q se égage qant à l'effet néfaste traal sr la perséérance scolare. Sr tote cette qeston le ocment prot par Statstqe Canaa et Déeloppement es ressorces hmanes Canaa (SC-DRHC 993) nttlé «Après l'école - Résltats 'ne enqête natonale comparant les sortants e l'école a plômés 'étes seconares âgés e 8 à 20 ans» apporte n éclarage statstqe e premer plan. Néanmons selon nos certanes conclsons emanent à être nancées. Les aters e ce ocment aancent q'abanon et perséérance scolares sont l'n et l'atre foncton nombre 'heres e traal. Selon e l'étant q traalle ngt heres o pls par semane rsqe aantage e qtter l'école tans qe l'étant q traalle pe a e melleres chances e porsre ses étes jsq'à l'obtenton 'n plôme qe cel q ne traalle pas tot 2. L'enqête lasse cepenant ans l'ombre n certan nombre e caractérstqes non obserées q seraent e natre à naler le rapport e casalté ans formlé. Elle ne permet pas notamment 'établr hors e tot ote s ce sont ben les étants q traallent pls e ngt heres par semane q abanonnent aantage lers étes o s ce sont pltôt les étants q sont préestnés a écrochage q traallent pls e ngt heres par semane. En 'atres termes traal et abanon scolare sont tos e es arables enogènes et c'est porqo l est erroné 'nterpréter la corrélaton emprqe réelle q este entre les e comme n len e case à effet. Même ans n care 'analyse t mltaré q tent compte e nombreses atres arables écrant les caractérstqes nelles/géographqes/famlales le problème fonamental 'enogénété emere : la écson e traaller et celle e qtter l'école peent très ben être prses smltanément sans qe la premère sot nécessarement la case e la secone. De même l'hypothèse 'ne relaton non lnéare entre traal et abanon scolare ne sarat être écartée. Les étants q traallent n nombre rasonnable 'heres sont pet-être ce q sont les pls motés o ont la résste scolare ne pose pas e éf partcler. Le traal penant les étes affecte-t-l la performance scolare et ltmement l'abanon? Le ocment solgne le sel e ngt heres sr la base e 2 Secton 6 page 46. 8

12 smples statstqes escrptes. Et comme nos l aons mentonné pls hat es statstqes escrptes pls étallées montrent qe le ta 'abanon che les étants q ne traallent pas est spérer à cel es étants q traallent mons e ngt heres par semane même s en chffre absol ces erners abanonnent en pls gran nombre. La relaton traal-abanon est onc pls complee qe ce qe l'on pet crore a pror. C'est la natre e cette relaton qe la présente éte enten précser en eplorant tote la gamme es cases écrochage et en étant les motfs q possent n jene à traaller à temps partel o à élasser les bancs 'école. Nos portons ne attenton partclère a arables q porraent être consérées comme es arables e poltqes 'nterenton comme par eemple le salare mnmm et l'âge légal à partr qel n étant pet abanonner l'école. Deps qelqes années tos les mle poltqes économqes et soca s'nqètent problème chômage et e l'ntégraton es jenes a marché traal et mltplent les mesres estnées à résore le premer et à encorager la secone. C'est ans qe DRHC mettat sr pe récemment et fnançat n programme sant à faorser l'nserton sr le marché traal e jenes gens e Toronto âgés e 6 à 29 ans q ont qtté l'école sans obtenr ler plôme 'étes seconares. Ce programme e sbentons garantt a frmes por ne péroe 'enron s mos le ersement e la moté es salares es jenes q'elles embachent 3. Une telle ntate nqe clarement comben la staton actelle es jenes est préoccpante. Portant ce n'est pas 'her qe les jenes se hertent a problèmes e chômage. Alors porqo ler sort préoccpe-t-l tant ajor'h? O ben le phénomène n'est pas noea c'est-à-re qe la presson por nsérer les jenes sr le marché traal a tojors été mas on a tenance à l'obler aec les reprses économqes o ben on perçot la staton présente comme partclèrement nqétante ans n contete e globalsaton es échanges et e crse mportante es fnances pblqes. Aec la monalsaton e l'économe les emplos sponbles se raréfent et le traaller nepérmenté et pe qalfé où q'l e se retroe ans ne conton e compéttté féroce. De pls la ette pblqe q se ste tojors à n nea nqétant lasse asse pe e marge e manœre a goernements por nterenr. Une chose est assrée : l fat attenre es ta e crossance éleés por sotenr n ta 'emplo stable et sortr le pls gran nombre e personnes possbles 'ne sos-qalfcaton 9

13 relate face a noelles egences marché traal. En s'attaqant a problème e l'abanon es étes nos espérons aer à la réalsaton e ces e objectfs : qalfer les jenes et accroître le stock e captal hman ans l'économe. Est-l nécessare e rappeler qe selon totes les étes actelles sr la crossance enogène l'accrossement stock e captal hman ans ne économe est garant 'ne crossance économqe sotene. À cort terme l est également très mportant 'éter la qeston e l'abanon scolare. Selon l'éte préctée (SC-DRHC 993) 8 % es jenes abanonnent lers étes seconares 4. De pls les goernements q sbssent e fortes pressons por ntégrer les jenes a marché traal o por amélorer lers contons salarales porraent être amenés à préconser es soltons q ncteront pet-être à l'abanon scolare! Dans la présente éte nos allons porter ne attenton partclère à cette ernère qeston en proftant caractère longtnal e l'enqête natonale mse à notre sposton. En tenant compte es aratons selon le temps et les pronces nos sommes en mesre 'ntrore l'effet sr l'abanon scolare o sr le traal penant les étes es ta e chômage régona es ta e salare mnmm fférencés et es aratons ans l'âge légal 'abanon scolare. Le plan e cette éte est le sant : ans la secton 2 nos effectons ne ree e la lttératre pertnente se ans la secton 3 'ne scsson e la problématqe théorqe. Dans la secton 4 nos offrons et sctons qelqes statstqes escrptes et onnons n care opératonnel à la problématqe théorqe en spécfant erses formlatons économétrqes es comportements. Nos présentons les onnées e l'éte économétrqe écrons la constrcton es arables et sctons les résltats économétrqes. La secton 5 conclt le tete. 3 Toronto Star 23 janer Le lecter attentf notera qe ans la présente éte nos établssons à 2 % et non à 8 % le ta e épart seconare. La fférence s'eplqe fat qe nos estmatons économétrqes s'appent sr 'atres arables qe la arable «abanon» et qe por plsers e ces arables les onnées manqantes concernent prncpalement les écrochers. En pratqe l este bel et ben 8 % e écrochers à l'échelle canaenne mas nos ne sommes en mesre 'eplqer les étermnants e l'abanon scolare qe por n sos-ensemble e l'échantllon e nos onnées 'enqête. Nos résltats sont-ls alables por les atres? Cette qeston n'est pas trale et solèe le problème e bas e sélecton sr leqel nos reenrons ans ce tete. 0

14 2. Ree e la lttératre 2. Impact traal penant les étes sr la performance ftre sr le marché traal Cet aspect n'est pas à néglger : le traal penant les étes constte-t-l ne forme 'nestssement? O n'est-l qe le smple reflet 'n ésr e consommaton à cort terme? On pet consérer q'l s'agt 'ne forme 'nestssement alable q mérte être encoragée ans la mesre où le processs e transton «permanente» ers le marché traal s'en troe faclté. La tesse aec laqelle les jenes ntègrent le marché traal en se troant n emplo t stable fornt n ncater e la rapté processs e transton 5. Même s cette qeston est à l'éte ans n atre olet projet en cors l nos a par pertnent e l'aborer ans ces pages notamment 'n pont e e emprqe. Notons tot 'abor la ffclté 'éaler les bénéfces o les nconénents potentels traal penant les étes lorsqe les onnées ont sposent les cherchers ne corent pas ne péroe sffsamment longe et qe les effets à long terme n'entrent pas ans le care e l'analyse. Malgré cette ffclté n consenss se égage parm les cherchers selon leqel le traal penant les étes est fortement corrélé aec ne hasse es ta 'emplo et es reens e traal après la fn es étes. Sr la base es onnées proenant e l'enqête amércane Natonal Longtnal Srey of Yoth (NLSY) corant la péroe allant e 979 à 982 por les étants q fréqentaent l'école seconare en 979 D'Amco (984) ans qe D'Amco et Baker (984) montrent qe che les jenes q ont acqs e l'epérence e traal penant lers étes le ta e chômage n an après la fn es étes est pls fable et les salares pls éleés 6. En tlsant n échantllon NLSY très semblable à cel es aters précéents Stern et Nakata (989) émontrent e ler côté qe le traal penant les étes srtot s'l présente n certan egré e completé 7 est assocé aec n salare horare pls éleé et n chômage pls fable pe e temps après l'obtenton 'n plôme. Il n'est pas mpossble cepenant qe les 5 Par eemple le premer emplo e référence tel qe éfn par le S e l'enqête après es sortants e Statstqe Canaa (995). 6 À noter qe ces estmatons ont été obtenes por ce q chosssent e ne pas s'nscrre a collège après ler seconare. 7 Le egré e completé e l'emplo a été établ sant le «Dctonary of Occpatonal Ttle» (DOT) q répertore les emplos et les caractérse en foncton 'egences éfnes (habletés tâches à accomplr et egré e completé e ces tâches tel q'éalé par les analystes DOT).

15 effets obserés par les aters aent été étermnés en parte par la sélecton e l'échantllon : sr ce pont l fat précser qe Stern et Nakata lmtent ler analyse a «senors» seconare q ont obten ler plôme mas q ne sont pas nscrts à n programme 'étes spéreres. Chose certane les résltats e cette éte n'apportent pas la pree q'n élèe en classe termnale seconare chos e façon aléatore (c'est-à-re aec o sans plôme) trera es bénéfces fat e traaller penant ses étes. Fonant ler analyse sr les onnées Natonal Longtnal Srey of the Hgh School Class of 972 Meyer et Wse (982) arrent essentellement a mêmes conclsons qe les étes précéentes : ce et celles q traallent rant lers étes seconares tochent en ébt e carrère es salares pls éleés. Stephenson (98) q traalle à partr 'nteres réalsées par le Natonal Longtnal Srey of Yong Men e 966 à 97 en arre à la même conclson. Il obsere n effet postf partclèrement fort en ce q concerne les jenes q traallent à temps plen rant lers étes. Il fat totefos être très prent ans l'nterprétaton 'n tel résltat. D'abor l n'est pas clarement émontré qe ce q traallent à temps plen rant lers étes ne garent pas le même emplo à la sorte e l'école 8. Enste Stephenson attrbe à ce q ne traallent pas (on parle c traal après la fn es étes) n salare nl a le salare potentel q correspon en gros à ce q'n traaller sans emplo pet espérer gagner en moyenne étant onné ses caractérstqes personnelles. Or en procéant ans Stephenson «force» les onnées : statstqement l'attrbton 'n salare nl a ns grope contrôle (les jenes q traallent pe o pas tot) crée n bas à la hasse e l'effet postf traal sr le salare à enr. S le traal penant les étes faorse bel et ben l occpaton n emplo par la ste ce q'à pe près totes les étes confrment son ncence sr le salare premer emplo est lon 'être ass poste qe le préten l'ater. 8 Une analyse prélmnare S e l'enqête es sortants nos permet e constater qe bon nombre e transtons ers le marché traal à la fn es étes s'effectent jstement en occpant le même emplo qe cel occpé penant les étes. 2

16 L'éte e Mortmer et Fnch (986) conte à partr es onnées 'ne enqête longtnale Yoth n Transton Sty portant sr es jenes gens q étaent en ème année en 966 (nteres réalsées jsq'en 974) confrme elle ass les effets bénéfqes traal sr les salares ftrs. Les résltats obtens par les aters montrent q en 973 (onc qelqes années après la fn es étes) les salares es plômés comme es sortants étaent pls éleés srtot por ce q aaent traallé n nombre relatement éleé 'heres a cors e lers étes. L'éte e Rhm (997) bénéfce également e la perspecte q'offre le long terme. À partr es ages pls récentes NLSY Rhm eamne l'mpact es heres traallées penant les étes sr le salare et la probablté 'occper n emplo s à nef ans pls tar. Son analyse ne réèle acn effet négatf 'ne partcpaton fable à moérée es élèes a marché e l'emplo. Selon l a contrare les élèes seconare q en sont à ler ernère année 'éte et q occpent en même temps n emplo sortent gagnants qe ce sot en termes e salares 'aantages soca o e statt 'occpaton. Par eemple les jenes q traallent ngt heres par semane rant ler ernère année 'éte ont e 6 à 9 ans pls tar n salare horare pls éleé en moyenne e 9 % o ne compensaton horare moyenne pls éleée e % s l'on tent compte es aantages soca. Comme ls ont également e melleres chances e troer n emplo à la sorte e l'école lers gans moyens annels srpassent ce es atres e 22 %. Les effets postfs traal penant les étes s'obserent srtot che les femmes. Steenson (978) tlse en parte les mêmes onnées qe Stephenson (98) et l arre essentellement a mêmes conclsons. Qant à Marsh (99) l montre onnées Hgh School an Beyon Srey (nteres ) à l'app qe la probablté chômage e ans après la ate normale e l'obtenton plôme écroît por ce q ont occpé n emplo penant ler ernère année 'éte. La conclson globale q se égage e ces étes semble clare : l n'y a acne pree emprqe qe le traal rant les étes 'ne part accrosse la consommaton che les jenes et 'atre part eclt tote forme 'accmlaton e captal hman q psse s'aérer tle a moment e la transton e l'école a marché traal. A contrare s l'on fasat abstracton es effets potentellement perers sr la performance scolare et la perséérance l farat sans 3

17 éqoqe recommaner a écers pblcs 'encorager le traal che ce et celles q porsent es étes. Une mse en gare mportante s'mpose totefos à la lmère e ces fférents résltats : tot emprqes et postfs q'ls soent les lens entre le traal rant les étes et la performance ltérere sr le marché traal ne saraent por atant être écrts en termes e casalté. Comme le solgne Wess (988) à propos es ta e renements estmés e l'écaton les caractérstqes nelles non obserées mas corrélées aec es arables q elles sont obserées peent être en parte à l'orgne es résltats troés 9. Derrère le traal penant les étes pet par eemple se cacher le sens e l'ntate es ns : cette arable latente n'apparaîtra pas nécessarement à l'analyse s ben qe ce qe l'on prenra por ne relaton e casalté entre traal penant les étes et performance sr le marché traal ne sera en fat q'ne relaton pégée par les arables obserées. En 'atre termes s on prenat n n a hasar ans la poplaton et q'on l fasat sbr le «tratement» consstant à traaller 0 o 5 heres penant ses étes l n'est pas tot certan qe l'on obsererat n effet bénéfqe. Rhm (997) est tot à fat conscent e ce problème potentel et y porte ne attenton partclère à l'ae e fférentes méthoes. Qe ses résltats soent robstes sr cette qeston lasse crore à n értable effet bénéfqe traal penant les étes sr la performance postscolare sr le marché traal. 2.2 Impact traal penant les étes sr la performance scolare et le nea e scolarté Règle générale on s'enten sr l'ncence poste traal penant les étes sr l'ntégraton es jenes a marché e l'emplo. Néanmons son mpact sr la performance scolare et sr le nea e scolarté emere n sjet e es scssons. De l'as général cet mpact est postf ans le cas es jenes q traallent n nombre 'heres fable o moéré. Mas ne partcpaton ntense a marché traal apparaît le pls soent rsqée en termes e scolarsaton. D'Amco (984) ans qe D'Amco et Baker (984) montrent qe le temps consacré a étes 'ne part et le temps consacré a acttés parascolares (sports etc.) 'atre part mnent 4

18 aec le nombre 'heres e traal. Paraoalement ls relèent également qe le classement à l'école est affecté postement por les étants masclns blancs alors q'l n'y a acn effet notable por les atres gropes. Qant à l'effet sr le nea e scolarté ler conclson est q'l est néfaste o bénéfqe selon qe les étants consacrent pls o mons e ngt heres par semane à ler traal. En 'atres termes les étants q traallent mons e ngt heres par semane ont n nea moyen espéré e scolarté pls gran qe ce q ne traallent pas tot o qe ce q traallent pls e ngt heres par semane. Des résltats smlares sont obtens par Steel (99) à partr es onnées NLSY (entrees e et 98 es 7-8 ans en 979). Schll McCartn et Meyer (985) obtennent e ass sensblement les mêmes résltats por es jenes e l'état e Washngton : les étants q traallent ne à ngt heres par semane ont ne moyenne cmlate («GPA») pls éleée. Notons totefos q'l ne s'agt ans cette éte qe e corrélatons emprqes; acn moèle statstqe eplcatf n'est tlsé. L'effet confonant es caractérstqes nelles et famlales joe rasemblablement n rôle mportant. Barone (993) en arre à pe près a mêmes conclsons por n échantllon e étants e l'état e Ne York : la moyenne cmlate e ces étants (encore c l ne s'agt qe e corrélatons emprqes) soffre 'ne partcpaton mportante a marché traal. Les étes e Greenberger et Stenberg (980) et e Greenberger Stenberg et Rggero (982) conclent a effets négatfs certans traal penant les étes. En se basant sr n échantllon e 53 étants e 0 e et e années q proennent e qatre écoles s e la Calforne et q occpent n emplo por la premère fos o q n'ont jamas traallé les aters ocmentent l'mpact négatf traal sr ne gamme e arables : la moyenne cmlate l'absentésme le temps 'éte la élnqance et les aspratons en termes e scolarsaton. Étant n échantllon fférent proenant e s écoles stées ans le nor e la Calforne et e tros ans le Wsconsn (nteres effectées à l'atomne 987 et a prntemps 988) Stenberg et Dornbsch (99) obserent qe traaller heres o mons par semane n'a acn effet postf o négatf sr la performance scolare. Néanmons ne agmentaton nombre 'heres entraîne es conséqences négates e même natre qe celles ocmentées 9 Wess ésgne l'ensemble es trats non obserés faorsant l'obtenton plôme et le sccès ltérer sr le marché traal par le ocable ffclement trasble e «stck-to-teness». 5

19 ans les e étes précéentes. Les échantllons respectfs es tros étes q ennent 'être résmées présentent cepenant es problèmes e représentatté et e bas e sélecton. À ttre 'eemple l'échantllon tlsé par Greenberger et Stenberg (980) et Greenberger Stenberg et Rggero (982) regrope es collégens e qatre écoles proenant même comté (Orange Conty). Or ren n'nqe qe le comportement es jenes 'Orange Conty sot représentatf e cel es jenes même âge es atres comtés o e l'ensemble pays. De pls les aters ont élmné e ler échantllon tos les jenes q n'occpaent pas n emplo a moment e l'enqête mas q en occpaent n ans les semanes précéentes écartant e la sorte aec les bas (non présbles) qe cela pet entraîner tos ce ont le chemnement en mle e traal est nstable. Marsh (99) e même qe Trner (994) s'nsprent tos e e l'enqête Hgh School an Beyon Marsh tlsant les entrees e et 984 et Trner se lmtant à celles e 980 et 982. Alors qe selon Marsh le traal a es effets négatfs sr n ensemble 'ncaters e performance scolare l arat por Trner es effets postfs o négatfs (selon qe le nombre 'heres traallées est moéré o éleé) sr tros paramètres précs : les résltats e tests 'hableté les notes obtenes en classe et le nea 'écaton 0. Un es résltats les pls ntéressants e Trner concerne l'emplo temps es jenes q traallent. Les onnées nqent q en 980 l'élèe seconare en classe termnale passat en moyenne 8 heres par semane à regarer la téléson et mons e 4 heres à fare ses eors. Selon Trner le fat e traaller ngt heres par semane rét le temps passé à fare ses eors e 32 % selement o 72 mntes par semane et cel passé à regarer la téléson e 99 % o 36 heres par semane. En bref c'est sr les acttés e losrs qe le traal empète ce q eplqe sans ote porqo son ncence négate reste fable selon la plpart es étes. L'artcle récent e Rhm (997) estme l'effet es heres traallées penant les étes sr plsers mesres e résste scolare sot la probablté e termner es étes seconares le nea e scolarté ans qe la probablté e cmler 4 années o pls 'écaton spérere. L'ater éale également la performance sr le marché traal es jenes q ont traallé penant lers étes. Selon l cette performance est ans l'ensemble poste mas plsers 0 À noter qe la fférence majere entre l'éte e Marsh et celle e Trner est qe cette ernère accore n son partcler à essayer 'élmner les bas 'enogénété. 6

20 es résltats q'l obtent ne portent qe sr es étants e ernère année seconare et ne tennent pas compte e ce q ont qtté l'école aant même 'accéer à la classe termnale. Une srestmaton es effets postfs traal penant les étes n'est onc pas à eclre. Essentellement Rhm montre qe le nombre 'heres consacrées a traal penant l'année «senor» est assocé e façon poste et statstqement sgnfcate aec la probablté 'obtenr son plôme et ce même s Rhm mantent la non-lnéarté es effets traal sr la probablté 'obtenr le plôme. De pls l n'y a acne pree emprqe qe le traal rant les e années précéentes at n qelconqe mpact sgnfcatf sr la probablté e termner ltérerement ses étes seconares. Qant a effets traal sr les atres mesres e performance scolare (années e scolarté et probablté e cmler 4 années o pls 'étes spéreres) notons q'ls sont négatfs ben qe gère sgnfcatfs por atant qe le nombre 'heres e traal reste fable : ls s'aggraent ès qe le nombre hebomaare 'heres e traal épasse ngt. Par eemple la récton préte nombre 'années e scolarté par rapport à ce q ne traallent pas passe e 007 année por ce q traallent heres par semane à 02 année por ce q traallent ngt heres et à 068 année por qarante heres par semane 2. Por compléter cette recenson et établr n len pls étrot aec le moèle théorqe éeloppé ans la prochane secton mentonnons l'artcle e Cameron et Heckman (994) q cherche à éfnr les fférents étermnants es cho scolares sr la base es onnées NLSY. Tot comme l est eplqé ans notre moèle théorqe Cameron et Heckman consèrent q'aller à l'école comporte n coût 'opportnté éqalant a reen q'n n porrat gagner en traallant à temps plen. Selon e pls ce coût 'opportnté est éleé pls l'abanon scolare portera à conséqence. En effet les ns «à la marge e la écson» sortr/termner par eemple en rason 'n goût mons marqé por l'écaton o en rason 'ne pls grane ncertte perçe qant à la probablté q'ls entreprennent et termnent es étes spéreres (pls payantes) ont être sensbles à tot changement ans ce coût. Il moélse l'effet es heres à l'ae 'ne spécfcaton qaratqe. 2 Le nombre 'heres e traal par semane fat référence a heres traallées rant la semane où l'entree a été réalsée. 7

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Estimation des incertitudes sur les erreurs de mesure.

Estimation des incertitudes sur les erreurs de mesure. Estmto des certtdes sr les errers de mesre. I. Itrodcto : E sceces epérmetles, l este ps de mesres ectes. Celle-c e pevet être q etchées d errers pls o mos mporttes selo le protocole chos, l qlté des strmets

Plus en détail

Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction

Comparative performance for isolated points detection operators: application on surface defects extraction Comparatve performance for solate ponts etecton operators: applcaton on surface efects extracton R. Seuln, G. Delcrox, F. Merenne Laboratore Le2-12, Rue e la Fonere - 71200 Le Creusot - FRANCE e-mal: ralph.seuln@utlecreusot.u-bourgogne.fr

Plus en détail

E1 - LOIS GÉNÉRALES DE L ÉLECTROCINÉTIQUE

E1 - LOIS GÉNÉRALES DE L ÉLECTROCINÉTIQUE E1 - LOIS GÉNÉRLES E L ÉLECTROCINÉTIQUE OBJECTIFS L Électrocnétqe est la branche de l Électromagnétsme q étde le transport des charges électrqes dans les crcts condcters. Ses applcatons, de l électrotechnqe

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

EVALUATION PARTIELLEMENT SEQUENTIELLE DES OPTIONS A BARRIERE

EVALUATION PARTIELLEMENT SEQUENTIELLE DES OPTIONS A BARRIERE EVALUATION PARTIELLEMENT SEQUENTIELLE DES OPTIONS A BARRIERE Jean-Clae AUGROS Professer à l'isfa Université Clae Bernar Lyon I Bât 0 ISFA 43, B novembre 98 69622 Villerbanne CEDEX Michaël MORENO Allocataire

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009

Journée d études, Les contributions de Maurice Allais à la Science économique, Maison des Sciences Economiques, PHARE GRESE Paris I, le 24 juin 2009 Journée étues, Les contrbutons e Maurce Allas à la Scence économque, Mason es Scences Economques, PHARE GRESE Pars I, le 24 jun 2009 QU EST-CE QUE LA MONNAIE? LES COURANTS CONTEMPORAINS ET MAURICE ALLAIS

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Travail indépendant et immigrants au Canada

Travail indépendant et immigrants au Canada 2014s-13 Traval ndépendant et mmgrants au Canada Nong Zhu, Cecle Batsse Sére Scentfque Scentfc Seres Montréal Janver/January 2014 2014 Nong Zhu, Cecle Batsse. Tous drots réservés. All rghts reserved. Reproducton

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

La Mbox troisième génération Guide technique

La Mbox troisième génération Guide technique La Mbox troisième génération Gie techniqe Table es matières Le concept e la famille Mbox novelle génération...3 Les éléments constittifs ne interface aio exception...3 Convertissers...3 Préamplis...3 Horloge...3

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine. desville@club-internet.fr

Gilles Desvilles, Cereg Paris Dauphine. desville@club-internet.fr UN CADRE UNIFIE POUR LE CONRA A ERME Glles Desvlles, Cereg Pars Dauphne esvlle@clu-nternet.fr Il est courant e lre que les contrats à terme fnancers, future ou forwar, se valorsent e manères en stnctes

Plus en détail

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O. ycé Clnca PCS - Physq ycé Clnca PCS (O.Granr) ég snsoïdal forcé pédancs os fondantals - Pssanc ycé Clnca PCS - Physq ntérêt ds corants snsoïdax : Expl d tnsons snsoïdals : tnson d sctr (50 H 0 V) s lgns

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel

Sur la détermination des sorties plates par calcul formel Sur la étermnaton es sortes plates par calcul formel Felx Antrtter, Jean Lévne 2 Automatserungs- un Regelungstechnk, Unverstät er Buneswehr München Werner-Hesenberg-Weg 37, D-85579 Neubberg, Germany 2

Plus en détail

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau Ncolas Lalau Le musée de Pergame à Berln «Bergarten» à Munch Le parc natonal de Jasmund à Rügen Football fémnn en Allemagne Plage au bord de l Elbe à Hambourg Carnaval alémanque à Baden-Baden Dans les

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Impulsion. L aquaculture : Aquimer. anticiper et optimiser notre consommation de demain. Le magazine. d information du Pôle de Compétitivité

Impulsion. L aquaculture : Aquimer. anticiper et optimiser notre consommation de demain. Le magazine. d information du Pôle de Compétitivité Iplson d nforaton d Pôle de Copéttvté Aqer Le agazne L aqacltre : antcper et optser notre consoaton de dean N 5 / Décebre 2010 édto Jean-Baptste Delperre Présdent d Pôle Aqer Aqer, Pôle axé sr la valorsaton

Plus en détail

Analyse, représentation et optimisation de la circulation des avions sur une plate-forme aéroportuaire

Analyse, représentation et optimisation de la circulation des avions sur une plate-forme aéroportuaire N orre : THESE Préprée Lbortore Anlyse et Archtectre es Systèmes CNRS présentée por obtenr LE TITRE DE DOCTEUR DE L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE École octorle : Systèmes Spéclté : Systèmes

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Le vrai prix cle revient

Le vrai prix cle revient GENERATON 25 AVENUE DES MARGUERTES 94389 BONNEUL SUR MARNE - 0 43 77 42 84 Bmestrel Surface appro. (cm²) : 3844 Page /7 Le vra pr cle revent Vous êtes nombreu à nous demander des nformatons précses sur

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Evaluation du cisaillement et de l élongation pour l étude du mélange en écoulement de Dean laminaire pulsé

Evaluation du cisaillement et de l élongation pour l étude du mélange en écoulement de Dean laminaire pulsé 0 ème Congrès Français de Mécaniqe Besançon, 9 août a septembre 011 Ealation d cisaillement et de l élongation por l étde d mélange en écolement de ean laminaire plsé M. JARRAHI *, C. CASTELAIN, H. PEERHOSSAINI

Plus en détail

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits

Réalisez des simulations virtuelles avec des outils de test complets pour améliorer vos produits SOLIDWORKS Simlation Réalisez des simlations virtelles avec des otils de test complets por améliorer vos prodits SOLUTIONS DE SIMULATION SOLIDWORKS Les soltions de simlation SOLIDWORKS permettent à tot

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

TRANSLATION ET VECTEURS

TRANSLATION ET VECTEURS TRNSLTION ET VETEURS 1 sr 17 ctivité conseillée ctivités de grope La Translation (Partie1) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr1.pdf La Translation (Partie2) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr2.pdf

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE :

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE : LS DTRMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION N COLOMBI : UN ANALYS MPIRIQU Gullaume DSTRÉ TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Valentne HNRARD TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Résumé À partr d'un échantllon

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

& ENTREPRISE groupe monassier france

& ENTREPRISE groupe monassier france grope monassier france Après sept ans de déprime, les signes de reprise dans l immobilier ne manqent pas : les délais de vente raccorcissent; les promesses et les compromis agmentent; les investissers

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail