Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014"

Transcription

1 Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014 Séance 1 Réseaux, un nouveau fonctionnement de l économie. Une orientation vers le service. Présidence : Alain Rallet Présentation : Alexandre Mallard Nouvelles orientations : Thierry Penard Ouverture de la conférence : Alain Rallet Première présentation : Alexandre Mallard Je vais vous proposer un parcours de lecture, et cette démarche me semble adaptée car elle amène à s interroger sur les interprétations des chercheurs sur les objets. Pour ce travail, je me suis appuyé sur un corpus précis, qui a nécessité en amont un travail de paramétrage pas évident du tout. Du coup, j ai été obligé d éliminer de mon périmètre certaines thématiques (notamment les télécom). Une fois ce travail réalisé, 187 articles ont été isolés. Quand on regarde les 18 ou 19 des auteurs les plus productifs, on remarque qu ils ont produit à eux seuls plus de 50% des contenus. L analyse commence en 1983 et s étend jusqu en Le plan que nous allons suivre va être le suivant : Une lecture historique de l articulation entre les technologies et leur interprétation, Un point sur la publication et le travail collectif de recherche Quelques jalons dans une controverse. 1

2 Grâce à un découpage pas quartile, on remarque qu il y a 4 périodes de publications majeures : La plupart du temps, une thématique est abordée sur un temps très court, mais on remarque qu elle peut revenir régulièrement. Certaines thématiques vont en effet réapparaître à nombreuses reprises durant les différentes périodes. Pour la période allant de 1983 à 1993, c est la montée des réseaux informatiques et la communication dans l entreprise qui concentre la grande partie des publications de Réseaux. (Thématiques clé : entreprise, communication, travail,...). La 2 e période est caractérisée par l émergence de la thématique des réseaux électroniques. Le terme «d information» monte, et finalement il y a peu de choses sur la communication à proprement parlé. La notion «d usage» monte elle aussi. Et bien sûr, toutes ces fonctions ne fonctionnent pas nécessairement ensemble, mais elles émergent. C est la libération des usages des réseaux électronique. (Thématiques clé : internet, coopération, relation, éléctronique, information,...). Pour la 3 e période, c est l explosion d internet et des applications marchandes des TIC qui intéressent les publications. Ces technologies reconfigurent le marché. Transformations complètes des thématiques abordées par la suite, et ce qui interroge complètement l interaction entre l information et le marché. (Thématiques clé : marché, éléctronique, commerce, téléphonie, économie). La dernière période, je l ai appelé «Varia». Pour cette période, on a beaucoup moins de thématiques fortes, mais des thèmes de discussions assez dispersés. On peut se demander pourquoi? Peut-être car l on est dans une problématique tellement vaste qu une seule revue ne suffirait pas. (Thématiques clé : Travail, organisation, données, changement, enquête,...). J ai cédé à l une de mes petites manies et ai mis en réseaux les co-publications. J ai appelé copublication le fait d écrire un article à 2 personnes, ou le fait de partager l écriture d un même numéro. Sur la première période, on voit que l ensemble des co-publications forme une longue chaine. Dans cette chaîne il y avait notamment Patrice Flichy, qui a été un passeur sur ce thème. On a un réseau connexe, avec des chercheurs très connectés. Cela s explique notamment par le fait que 2

3 l on a eu 4 numéros de publiés durant cette période. C est une période de coopération entre auteurs, de collaboration sur divers sujets. Pour la 2 e période, les réseaux paraissent plus denses et interconnectés. Ben Gozy, Patrice Flichy et Christine Jaeger forment, entre autres, un cluster de coopérations très dense. La coopération entre auteurs est plus dense. 3 e période. Le réseau a complètement évolué : on a un cluster au centre, et deux plus petits clusters en périphérie. Les chercheurs du centre font appel à d autres chercheurs. La revue elle-même contribue à créer des réseaux de coopération. Pour la dernière période, je vous jure que je ne l ai pas truquée, mais on trouve 5 clusters complètement déconnectés les uns des autres. La revue crée moins de coopération. Ce qui ne signifie pas que la production soit de mauvaise qualité. Il nous reste 5 minutes pour faire un dernier point sur la controverse entre la technologie et l organisation du travail. Çela a commencé en 1984, moment pendant lequel on retrouve déjà dans l éditorial de Paul Beaud les prémisses de la controverse mettant en opposition deux tendances : la thèse de reproduction évolutive et la thèse de l auto-production. Quelques années plus tard, Beaud coordonne un autre numéro et pose la thèse selon laquelle la reproduction évolutive est en perte de vitesse et que les effets de la taylorisation ne sont pas uniformes. Les «usages» apparaissent. Cette notion monte progressivement au cours des années 80 à 2000, mais ne provient pas de là où on pourrait penser. On imagine souvent qu elle vient de la sociologie, mais ce n est pas le cas car elle vient de Flichy et de Rallet, c'est-à-dire de l économie et de la gestion. Ça vient de là parce que les économistes et gestionnaires s intéressent peut-être plus aux objets. Au début des années 2000, internet est passé par là et on commence à mettre en lien la notion d usage avec celle de l organisation. Dans les années 2004 à 2010, il y a moins d éléments portant sur cette controverse-là. Je citerai par exemple Caby, Gesmi et Mallard, ainsi que Greenan, Guillemot et Kocoglu. La notion de réseau social a également approfondi cette controverse. Alain Rallet Merci Alexandre pour cette impressionnante rétrospective, on va maintenant se tourner vers le futur avec l intervention de TP. 3

4 Deuxième présentation : Thierry Penard «De l économie des réseaux aux services en réseaux : nouvelles orientations» Ce qui est saillant aujourd'hui c est le passage à l économie des services en réseaux. Ce sont des services qui ont eux-mêmes produit des réseaux et des effets de réseaux. Facebook, par exemple, se base sur le réseau internet et va amener d autres réseaux à se reconfigurer. Internet a changé les réseaux. Internet, c est une nouvelle architecture, de nouveaux services, de nouveaux usages, c est ce que l on appelle en anglais «over the top». On voit de nouveaux systèmes s organiser autours de Facebook par exemple. Apparait aussi la théorie de «multi-sided platform». Ma présentation aura 3 temps : Le nouveau paradigme pour analyser les réseaux, Un accent sur les enjeux à appréhender, Pistes et idées (loin d être exhaustif). Avant, on avait tendance à penser les réseaux (chez les économistes et les gestionnaires par exemples) avec l idée de silo, de filière. Industrie de la presse, de l informatique, etc... L accent était beaucoup mis sur les infrastructures, sur le hardware. On parlait alors beaucoup de trajectoires, de cycles de vie, de biens réseaux et biens systèmes, et bien évidemment on s intéressait aux opérateurs. Aujourd'hui on a un nouveau paradigme que j ai appelé «paradigme des services en réseaux». On y entre par le biais des écosystèmes, qui bousculent un peu les frontières sectorielles. Elles s organisent autour de plates-formes multi-faces. Ces plates-formes vont offrir un certain nombre de services de d applications. Ce sont des réseaux plus complexes. Il faut comprendre les feedbacks entre les acteurs. Il me semble que ce qui est important aujourd'hui, c est de comprendre les modèles économiques, les usages, mais aussi de comprendre les impacts sociologiques et économique ayant fleuris autour de ces services en réseaux. Les réseaux sont à la fois des inputs et des outputs. Il faut aussi bien comprendre que ces réseaux sont dynamiques. Pendant longtemps, les chercheurs se plaignaient de ne pas avoir assez de données. Aujourd'hui, ce problème n est plus du tout à l ordre du jour. On a aujourd'hui une production massive de collecte de données : Production massive de données, 4

5 Capteurs multiples dans les réseaux et objets, Capacités accrues de collecte et de stockage, Les entreprises sont ouvertes à l exploitation de leurs données et à l expérimentation. J aime beaucoup cette citation de Levine qui explicite bien cette idée selon laquelle on est passés d'un manque de données à un stock de données immense. Les problèmes qui se posent sont notamment évoqués par Danah Boyd : Les inégalités dans l accès des big data selon la richesse des chercheurs (en termes d accès et d exploitations des matériaux). Problème de l exploitation du Big Data. Il y a aussi un biais : effets sur la hiérarchie des chercheurs et les thèmes de recherche. Quelques orientations de recherche : La valeur et les modèles d affaires des services en réseaux (inter relation des acteurs dans les plateformes d utilisation) La géographie économique des services en réseaux, L impact sociologique et économique des services et usages en réseaux. Valeur et modèles d affaires : Economies des plates-formes : concurrence inter et intra-plateformes, études empiriques Hybridation des modèles d affaires ; articulation gratuit/payant et marchant/non marchand (open source, open data, open innovation...), Big data : valeur, monétisation, impact sur l innovation, les organisations, les performances, Nouvelles institutions et designs de marchés (places de marché, enchères, système de recommandation...) : impact sur les prix, la qualité, l innovation et comportements d achat Publicité : économie de l attention, mesure de performance, privacy. La dernière question intéressante à aborder autour du thème de la géographie économique des services en réseaux est les clusters et les écosystèmes numérique : émergence/formation et dynamique, résilience... On peut aussi s interroger sur les impacts : Satisfaction et bien être : usages personnels et professionnels, sociabilité et réseau social, usage en mobilité, etc. Je laisse maintenant la parole à Alain Rallet. 5

6 Alain Rallet : Je vais faire cinq remarques pour initier la discussion avec la salle : Concernant la spécialisation et l étanchéisation des secteurs de recherche, la question que je me pose ce serait : quel est le rôle de Réseaux dans la fragmentation de ces sujets de recherche? Comment assurer ce rôle? Il me semble que la transversalité était assurée par le laboratoire du CENT, qui n existe plus, mais si Réseaux veut jouer ce rôle là, quels sont les appuis? La deuxième remarque renvoie à ce que disait Alexandre sur la relation entre technologie, organisation et usage professionnel. J ai été très frappé par la prégnance de ce thème depuis le début. On voit ce thème se développer au fil du temps. C est presque une spécificité de cette revue que d avoir suivi ce thème depuis ses débuts. Je crois que Réseaux n a quasiment raté aucune technologie, ce qui est assez extraordinaire. Et quand on prend toutes les publications dont parlait Alexandre tout à l heure, on se rend compte que ces publications permettent presque un travail d historien. C est une piste, une deuxième piste sur la capacité ou non des technologies actuelles (le web participatif ou 2.0) à modifier l organisation actuelle des entreprises, leur nature hiérarchique. D autre part, je suis tout à fait d accord avec ce que dit Thierry sur l économie des services en réseaux, sur le changement de paradigme avancé par Thierry, sans que la question d infrastructure soit oubliée, et je me demande si cela n invite pas à reconsidérer la place de l économie dans la revue Réseaux? 4 e remarque sur les objets : la question des quantified-self me parait extrêmement importante. De même que la question de la mobilité, de notre nouvelle relation au temps et à l espace. J ajouterai aussi la question de la destruction créatrice. Cette question a été abordée de manière assez sectorielle. Il y a un travail de recherches à faire. Je terminerai avec la thématique des données. J ai été très sensible à ce que disait Thierry sur l inégalité d accès aux données pour les différents chercheurs. Il y a une prolifération de données et des difficultés d accès. Peut être faudrait il créer un open data pour les chercheurs? Cela pose aussi la nécessité de dépasser le stade artisanal qui est le nôtre, pour maîtriser de façon intéressante cette prolifération de données. On est obligés de passer à une autre échelle, probablement une échelle interdisciplinaire. Je pense que c est la voie de l avenir si on veut traiter tous les problèmes dont nous parlions juste avant. Cela permettrait de donner du sens à toutes ces données. 6

7 Partie débat : OrangeLab Une petite réflexion d informaticien en termes de formation initiale, par rapport à la continuité historique de la technologie, il me semble que l event internet est un peu réécrit a posteriori pour l intégrer dans une suite logique. Alors que pour moi il y a deux choses : avant et après. Pour moi cette apparition d internet, c est un raz-de-marée. Avant c était une innovation de laboratoire, contrôlée par de grands laboratoires, abouti, etc. et ensuite l arrivée d internet, en Europe, pas encore solide, contrairement à ce qui était préconisé avant. Donc c est pas une suite logique. Ensuite pour moi il y a 3 points dans l évolution. D abord par rapport à IBM, puis Microsoft et enfin l évolution à la NetScape, l évolution des start-up. Thierry Penard Un snapchat peut prétendre à détruire un Facebook. Internet introduit un nouveau paradigme, internet est bel et bien une révolution, l importance de la période le montre. Est-ce qu elle est réécrite? Je ne sais pas, mais en tout cas elle s écrit. Alexandre Mallard Quand vous dites, il y avait d autres usages avant, je dis attention, parce que le fait de penser des usages en entreprise, c est déjà des effets d internet. Il faut être très attentif à ça, pour éviter de projeter des choses. Avant 90 (vers 80 s), personne, sauf Alain Rallet, ne parle d usages dans les entreprises. Jean-Samuel Beuscart Deux points assez différents entre les deux présentations qui rejoignent la dernière remarque d Alain rallet : Est-ce que ça serait possible que les entreprises facilitent l accès aux données? Thierry Penard : Tu soulignes un des points que j ai mentionné, les entreprises peuvent orienter les thèmes de recherches, finalement les questions que les entreprises souhaitent voir traiter, c est là que se pose la question des pouvoirs publics, de l open data Si on veut pouvoir traiter des questions qui n intéressent pas forcément les entreprises. Il faut effectivement qu il y ait une réflexion. Prenons l exemple d Orange, un étudiant a eu énormément de problème pour accéder aux données qui l intéressait alors même en interne. Donc ça paraît difficile d avoir un accès plus facile à ces données : se pose la question de comment avoir une politique d ouverture des données pour pouvoir traiter de thématiques et de sujets larges. 7

8 X. LATTS Je voudrais revenir sur la controverse abordée par Mallard et qui fait penser à ce qui a eu lieu dans le domaine de la gestion concernant les outils de gestion. Ce ne sont pas les mêmes personnes ni les mêmes lieux, mais peut-être les mêmes questions. Quels types de relation il y a eu entre les 2 niveaux de débats : c est un peu les mêmes questions, les mêmes personnes mais pas tout à fait. Je pense qu il faudrait regarder ailleurs que dans Réseaux, je ne pense pas qu il y ait beaucoup de réponses à ce sujet, comme si ce n était pas une perspective... Frédéric Moitet J ai été frappé par le fait que l on trouve tout le temps le même thème. Pour moi il y a deux analyses : au début on pensait les données comme exogènes, alors qu aujourd'hui elles seraient plutôt endogènes. Du coup, il y a des marges de liberté beaucoup plus grandes. Du coup, peutêtre que cela se rejoint. J attends de voir la révolution des nouvelles technologies dans la structure de l emploi. Alexandre Mallard Il y a une continuité réelle du thème dans Réseaux, mais il y a des particularités qui font qu il se transforme petit à petit. On voit des déplacements analytiques. Godefroy N Guyen Je suis frappé quand même de voir dans les 30 ans de publications de Réseaux la faible place qui a été faite à la politique, probablement parce qu il n y a pas de spécialiste de sciences politiques dans le comité de rédaction. Le problème de l infrastructure se pose toujours, donc rien que sur l infrastructure, il y a beaucoup de questions politiques, socio-politiques à se poser. Je pense que c est un champ qui a toujours été important et qui continue de l être. Pendant la période internet, il y a eu la problématique de l autoroute des informations, mais la question de la neutralité d internet se pose toujours... Ne serait-ce que sur la thématique de l information, il y a beaucoup de choses à dire sur la politique. La gouvernance d internet devient un problème géopolitique, même si elle a longtemps été portée par les vétérans. Il y a un rôle du politique, du juridique. Estce que Réseaux pense que c est plutôt à Stratégies de traiter cette question politique, géopolitique? Je ne sais pas, mais je trouve ça surprenant que cette question n ait pas la place importante qu elle semble pourtant occuper. Thierry Penard Il y a effectivement des vraies réflexions à mener. 8

9 Patrice Flichy Effectivement, il y a toute une série de trous dans les problématiques que nous avons évoquées, et il est important de les pointer. Il y a toujours, dans ce que nous publions, un intérêt pour les nouvelles technologies. Quand une question se ferme, c est très souvent lié à l agenda de recherche des chercheurs. Quand un chercheur s en va, il arrive que l on «abandonne» quelque peu son sujet d étude. Porter un projet interdisciplinaire a toujours été difficile et l est de plus en plus, avoir un sociologue et un économiste sur cette tribune n est pas évident mais me paraît très important. Réseaux ne jouera plus le rôle un petit peut institutionnel qu il a joué au démarrage. 9

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES

MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DES DONNEES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES LA THÉMATIQUE LES TERMES EN COHABITATION LES TROIS APPROCHES EN RELATION LA MÉTHODE

Plus en détail

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes

Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme. Hervé Jeanjean Cnes Les données massives de Copernicus : vers un nouveau paradigme Hervé Jeanjean Cnes 1 Règlement Copernicus du 03/04/2014 : cadre politique, organisationnel et financier Règlement délégué du 12/07/2013 sur

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

LES ÉVOLUTIONS DU MÉTIER DE COMMUNICANT PUBLIC. (vues depuis la France!) - Namur - 12 juin 2015 - Marc Thébault

LES ÉVOLUTIONS DU MÉTIER DE COMMUNICANT PUBLIC. (vues depuis la France!) - Namur - 12 juin 2015 - Marc Thébault - Namur - 12 juin 2015 - Marc Thébault LES ÉVOLUTIONS DU MÉTIER DE COMMUNICANT PUBLIC (vues depuis la France!) 1 Evolu&on et tendances à Ingénierie du consentement : propagande Années 20 (Edward Bernays,

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception Annexes Tests perceptifs Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception [Dans les interventions longues, les séquences enregistrées et audibles pour les auditeurs, sont

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

RETRANSCRIPTION CONFÉRENCE

RETRANSCRIPTION CONFÉRENCE RETRANSCRIPTION CONFÉRENCE Décembre 2012 «Sécurité des personnes et des biens (incendie, sûreté) : comprendre les nouvelles réglementations» Conférence en avant-première des Congrès/Salons Préventica Mercredi

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Sommaire. Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel

Sommaire. Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel Anne-Sophie Collard Sommaire Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel Modalités du projet Partenaire:

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Journées pédagogiques SIF. 23 juin 2015 au CNAM

Journées pédagogiques SIF. 23 juin 2015 au CNAM Journées pédagogiques SIF 23 juin 2015 au CNAM Apports de l informatique aux SHS et réciproquement Nathalie Denos - Univ. Grenoble Alpes Informatique et SHS : le cas du traitement de données massives données

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

À PROPOS DE TALEND...

À PROPOS DE TALEND... WHITE PAPER Table des matières Résultats de l enquête... 4 Stratégie d entreprise Big Data... 5 Intégration des Big Data... 8 Les défis liés à la mise en œuvre des Big Data... 10 Les technologies pour

Plus en détail

Plénière de clôture / Les marques face aux révolutions clients les enjeux du big data et de l ère du conversationnel

Plénière de clôture / Les marques face aux révolutions clients les enjeux du big data et de l ère du conversationnel Plénière de clôture / Les marques face aux révolutions clients les enjeux du big data et de l ère du conversationnel Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Les

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

Compte rendu de la journée CNIL : Vie privée 2020

Compte rendu de la journée CNIL : Vie privée 2020 Compte rendu de la journée CNIL : Vie privée 2020 Le vendredi 30 novembre, à l auditorium du Monde, avait lieu la journée organisée par la CNIL sur le thème suivant : «Vie privée 2020 (Libertés, vie privée,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA

SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA Les nouveaux acteurs, les nouveaux enjeux Un manifeste

Plus en détail

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage

Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie de 10 grands patrons d approches et d activités d apprentissage Par Emmanuelle Villiot-Leclercq (IUFM de Grenoble-UJF), Document placé sous licence Creative Commons BY-NC-ND Octobre 2011 Intégrer les TICE à ses stratégies d enseignement et d apprentissage : Typologie

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Open Data. Enjeux et perspectives dans les télécommunications

Open Data. Enjeux et perspectives dans les télécommunications Open Data Enjeux et perspectives dans les télécommunications Orange Labs 28/09/2012 Patrick launay, Recherche & Développement, Orange Labs - Recherche & Développement Printemps de la Recherche EDF Open

Plus en détail

DÉFINITIVEMENT. RÉVOLUTION? ÉVOLUTION? Big Data

DÉFINITIVEMENT. RÉVOLUTION? ÉVOLUTION? Big Data Big Data ÉVOLUTION? RÉVOLUTION? DÉFINITIVEMENT. Le Big Data : une évolution, une révolution, ou les deux? Bill Schmarzo d EMC et le consultant Ben Woo s expriment sur la question. Par Terry Brown EMC+

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique

COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique Clermont-Ferrand, le 13 mai 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE : L Eco-Center, nouvel investissement majeur pour faire de l Auvergne le nouveau monde du numérique Une centaine d acteurs du numérique auvergnat étaient

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne LECTURE CRITIQUE Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne Christian Ernst E-learning. Conception et mise en œuvre d un enseignement en ligne Guide pratique

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Protection des données personnelles : Vers un Web personnel sécurisé

Protection des données personnelles : Vers un Web personnel sécurisé Rencontre Inria Industrie Les télécoms du futur Table ronde Sécurité des contenus Protection des données personnelles : Vers un Web personnel sécurisé Luc Bouganim - INRIA Paris-Rocquencourt EPI SMIS,

Plus en détail

Product Life-Cycle Management

Product Life-Cycle Management Offre de prestations en Product Life-Cycle Management Contact : Pascal MORENTON CentraleSupélec 1, campus de Chatenay-Malabry 06 13 71 18 51 pascal.morenton@centralesupelec.fr http://plm.ecp.fr Nos formations

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

Assemblée générale Aristote

Assemblée générale Aristote Assemblée générale Aristote Panorama 2011-2012 Philippe d Anfray Philippe.d-Anfray@cea.fr CEA DSM-Saclay CNES 5 juillet 2012 Assemblée générale Aristote CNES 5 juillet 2012 1 / 21 Comité de programme (1)

Plus en détail

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif STRABIC.FR / SAISONS / COLLECTIFS / + BAZAR URBAIN le singulier et le collectif Écrit et illustré par BazarUrbain. publié le 24 avril 2014 BazarUrbain est un collectif pluridisciplinaire qui intervient

Plus en détail

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC)

Evaluateur du projet : Lab Urba (EA 3482) Institut d Urbanisme de Paris - Université Paris-Est-Créteil (UPEC) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

L'Ion Rallye 2012 : Camions et Bus Electriques - Le transport branche

L'Ion Rallye 2012 : Camions et Bus Electriques - Le transport branche L'Ion Rallye 2012 : Camions et Bus Electriques - Le transport branche Contenu Date et lieu... 1 Le programme (provisoire)... 1 Historique - Fondation Berliet- Monsieur Brossette, Président... 3 Batteries

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

Introduction. 1.1. Les deux premières révolutions

Introduction. 1.1. Les deux premières révolutions 1 Introduction Les réseaux en sont à leur troisième révolution. La première a été le passage du mode circuit au mode paquet et la deuxième du mode terrestre au mode hertzien. La troisième révolution que

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data LE BIG DATA Solution EMC Big Data TRANSITION VERS LE BIG DATA En tirant profit du Big Data pour améliorer leur stratégie et son exécution, les entreprises se démarquent de la concurrence. La solution EMC

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO

Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Recommandation Plan d actions Communication interne et externe SODRACO Avant-propos Le cabinet d expertise-comptable SODRACO existe depuis 1974 et fêtera donc en 2014 ses 40 ans. Il a été fondé par Alain

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique Cybersécurité et Transformation Numérique 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais 7ème Forum International de la Cybersécurité Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République

Plus en détail

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT LES THEMATIQUES, LES PISTES DE COOPERATION AVEC LES STARTUPS ILS ONT PITCHES POUR VOUS Alain Jourdan, Directeur général adjoint de CREDIT AGRICOLE Technologies, Pascal Rioual, Délégué Innovation Groupe,

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Offre de services Revolution-rh.com

Offre de services Revolution-rh.com Offre de services Revolution-rh.com POURQUOI TRAVAILLER AVEC NOUS? Révolution RH s adresse aux professionnels des ressources humaines : dirigeant, responsable ou directeur RH en TPE, PME ou ETI, conscients

Plus en détail

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Dans ce guide, vous trouverez 4 étapes qui vous permettront de réaliser, pas à pas, votre enquête de satisfaction. Ce guide : Contient

Plus en détail

Marketing des services & Relation Clients

Marketing des services & Relation Clients L E x e c u t i v e E d u c a t i o n d e M A S T È R E S P É C I A L I S É À T E M P S P A R T I E L Marketing des services & Relation Clients Le management du parcours client cross canal ÉDITO Anne-Sophie

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Big- Data: Les défis éthiques et juridiques. Copyright 2015 Digital&Ethics

Big- Data: Les défis éthiques et juridiques. Copyright 2015 Digital&Ethics Big- Data: Les défis éthiques et juridiques. 1 Big- Data: Les défis éthiques et juridiques. Digital & Ethics Ce que change le Big Data Les questions éthiques et juridiques Les réponses possibles 2 Digital

Plus en détail

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP R.I.P 3.O La Convergence Energie/Télécoms Smart City, Smart Grid Jean Christophe NGUYEN VAN SANG Délégué Général de la Fédération des Réseaux d initiative Publique

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

L offre Oracle Complete Hardware + Software

L offre Oracle Complete Hardware + Software L offre Oracle Complete Hardware + Software Interview de Jean-Yves Migeon du 13 mars 2012 Postée sur http://itplace.tv Jean-Yves Migeon, Business Development Manager, BU Hardware Stephan Schreiber, Journaliste

Plus en détail

POINTS SAILLANTS DE LA REUNION

POINTS SAILLANTS DE LA REUNION C E F I L Centre de Formation de l Insee à Libourne Première Réunion du Groupe de projet «Plateforme éditoriale commune des instituts nationaux de statistique des pays membres d AFRISTAT» Bamako : 03 au

Plus en détail

BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS!

BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS! BIG DATA VOUS N Y ÉCHAPPEREZ PAS!! PHILIPPE NIEUWBOURG @NIEUWBOURG! COLLOQUE ITIS BIG DATA / OPEN DATA QUÉBEC, 29 AVRIL 2014 1 Bonjour, Bienvenue dans le monde des données volumineuses ou massives.! Qui

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

EXPLOR: Un Ensemble de Calcul Scientifique Pour la LORraine

EXPLOR: Un Ensemble de Calcul Scientifique Pour la LORraine EXPLOR: Un Ensemble de Calcul Scientifique Pour la LORraine Réunion Groupe de Travail 05 Février 2013 GROUPE DE TRAVAIL, RÉUNION DU 05-02-2013 Ordre du jour état des lieux du projet (historique) EXPLOR

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

Big Data. Concept et perspectives : la réalité derrière le "buzz"

Big Data. Concept et perspectives : la réalité derrière le buzz Big Data Concept et perspectives : la réalité derrière le "buzz" 2012 Agenda Concept & Perspectives Technologies & Acteurs 2 Pierre Audoin Consultants (PAC) Pierre Audoin Consultants (PAC) est une société

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Ce n est qu un début Science au 21 ème siècle : plus «Numérique» «Collaborative» «Interdisciplinaire» «Réactive» «Citoyenne» «Partagée Vers:

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Stocker en ligne 3 Go Gratuit! Avec La Poste Stockez vos documents en ligne. Cloner un disque dur et ses partitions avec Windows et Redo Backup

Stocker en ligne 3 Go Gratuit! Avec La Poste Stockez vos documents en ligne. Cloner un disque dur et ses partitions avec Windows et Redo Backup Le Crabe Info lecrabeinfo.net un sacré coup de pince! Stocker en ligne 3 Go Gratuit! Avec La Poste Stockez vos documents en ligne. Le Crabe Info Tutoriels Cloner un disque dur et ses partitions avec Windows

Plus en détail

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques

La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques IBM Software Livre blanc sur le leadership éclairé Avril 2013 La sécurité intelligente intégrée pour protéger vos données critiques Exploitez des informations décisionnelles afin de réduire les risques

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Focus méthodologique sur la mise en place d'une veille partenariale L expérience du CD P. Bartoli

Focus méthodologique sur la mise en place d'une veille partenariale L expérience du CD P. Bartoli Focus méthodologique sur la mise en place d'une veille partenariale L expérience du CD P. Bartoli Intervention lors des Rencontres IST 2014 - Montpellier Alexandra Coppolino 16/12/2014 Sommaire Présentation

Plus en détail

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse OPEN ACCESS Création d une d archive ouverte INP Toulouse Rappel historique «Révolution» Internet 1990 s Déclarations Open access Budapest 2001 : auto-archivage et revues alternatives Bethesda 2003 : ouverture

Plus en détail