Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014"

Transcription

1 Colloque pour les 30 ans de la revue : Paris INHA 8 au 10 janvier 2014 Séance 1 Réseaux, un nouveau fonctionnement de l économie. Une orientation vers le service. Présidence : Alain Rallet Présentation : Alexandre Mallard Nouvelles orientations : Thierry Penard Ouverture de la conférence : Alain Rallet Première présentation : Alexandre Mallard Je vais vous proposer un parcours de lecture, et cette démarche me semble adaptée car elle amène à s interroger sur les interprétations des chercheurs sur les objets. Pour ce travail, je me suis appuyé sur un corpus précis, qui a nécessité en amont un travail de paramétrage pas évident du tout. Du coup, j ai été obligé d éliminer de mon périmètre certaines thématiques (notamment les télécom). Une fois ce travail réalisé, 187 articles ont été isolés. Quand on regarde les 18 ou 19 des auteurs les plus productifs, on remarque qu ils ont produit à eux seuls plus de 50% des contenus. L analyse commence en 1983 et s étend jusqu en Le plan que nous allons suivre va être le suivant : Une lecture historique de l articulation entre les technologies et leur interprétation, Un point sur la publication et le travail collectif de recherche Quelques jalons dans une controverse. 1

2 Grâce à un découpage pas quartile, on remarque qu il y a 4 périodes de publications majeures : La plupart du temps, une thématique est abordée sur un temps très court, mais on remarque qu elle peut revenir régulièrement. Certaines thématiques vont en effet réapparaître à nombreuses reprises durant les différentes périodes. Pour la période allant de 1983 à 1993, c est la montée des réseaux informatiques et la communication dans l entreprise qui concentre la grande partie des publications de Réseaux. (Thématiques clé : entreprise, communication, travail,...). La 2 e période est caractérisée par l émergence de la thématique des réseaux électroniques. Le terme «d information» monte, et finalement il y a peu de choses sur la communication à proprement parlé. La notion «d usage» monte elle aussi. Et bien sûr, toutes ces fonctions ne fonctionnent pas nécessairement ensemble, mais elles émergent. C est la libération des usages des réseaux électronique. (Thématiques clé : internet, coopération, relation, éléctronique, information,...). Pour la 3 e période, c est l explosion d internet et des applications marchandes des TIC qui intéressent les publications. Ces technologies reconfigurent le marché. Transformations complètes des thématiques abordées par la suite, et ce qui interroge complètement l interaction entre l information et le marché. (Thématiques clé : marché, éléctronique, commerce, téléphonie, économie). La dernière période, je l ai appelé «Varia». Pour cette période, on a beaucoup moins de thématiques fortes, mais des thèmes de discussions assez dispersés. On peut se demander pourquoi? Peut-être car l on est dans une problématique tellement vaste qu une seule revue ne suffirait pas. (Thématiques clé : Travail, organisation, données, changement, enquête,...). J ai cédé à l une de mes petites manies et ai mis en réseaux les co-publications. J ai appelé copublication le fait d écrire un article à 2 personnes, ou le fait de partager l écriture d un même numéro. Sur la première période, on voit que l ensemble des co-publications forme une longue chaine. Dans cette chaîne il y avait notamment Patrice Flichy, qui a été un passeur sur ce thème. On a un réseau connexe, avec des chercheurs très connectés. Cela s explique notamment par le fait que 2

3 l on a eu 4 numéros de publiés durant cette période. C est une période de coopération entre auteurs, de collaboration sur divers sujets. Pour la 2 e période, les réseaux paraissent plus denses et interconnectés. Ben Gozy, Patrice Flichy et Christine Jaeger forment, entre autres, un cluster de coopérations très dense. La coopération entre auteurs est plus dense. 3 e période. Le réseau a complètement évolué : on a un cluster au centre, et deux plus petits clusters en périphérie. Les chercheurs du centre font appel à d autres chercheurs. La revue elle-même contribue à créer des réseaux de coopération. Pour la dernière période, je vous jure que je ne l ai pas truquée, mais on trouve 5 clusters complètement déconnectés les uns des autres. La revue crée moins de coopération. Ce qui ne signifie pas que la production soit de mauvaise qualité. Il nous reste 5 minutes pour faire un dernier point sur la controverse entre la technologie et l organisation du travail. Çela a commencé en 1984, moment pendant lequel on retrouve déjà dans l éditorial de Paul Beaud les prémisses de la controverse mettant en opposition deux tendances : la thèse de reproduction évolutive et la thèse de l auto-production. Quelques années plus tard, Beaud coordonne un autre numéro et pose la thèse selon laquelle la reproduction évolutive est en perte de vitesse et que les effets de la taylorisation ne sont pas uniformes. Les «usages» apparaissent. Cette notion monte progressivement au cours des années 80 à 2000, mais ne provient pas de là où on pourrait penser. On imagine souvent qu elle vient de la sociologie, mais ce n est pas le cas car elle vient de Flichy et de Rallet, c'est-à-dire de l économie et de la gestion. Ça vient de là parce que les économistes et gestionnaires s intéressent peut-être plus aux objets. Au début des années 2000, internet est passé par là et on commence à mettre en lien la notion d usage avec celle de l organisation. Dans les années 2004 à 2010, il y a moins d éléments portant sur cette controverse-là. Je citerai par exemple Caby, Gesmi et Mallard, ainsi que Greenan, Guillemot et Kocoglu. La notion de réseau social a également approfondi cette controverse. Alain Rallet Merci Alexandre pour cette impressionnante rétrospective, on va maintenant se tourner vers le futur avec l intervention de TP. 3

4 Deuxième présentation : Thierry Penard «De l économie des réseaux aux services en réseaux : nouvelles orientations» Ce qui est saillant aujourd'hui c est le passage à l économie des services en réseaux. Ce sont des services qui ont eux-mêmes produit des réseaux et des effets de réseaux. Facebook, par exemple, se base sur le réseau internet et va amener d autres réseaux à se reconfigurer. Internet a changé les réseaux. Internet, c est une nouvelle architecture, de nouveaux services, de nouveaux usages, c est ce que l on appelle en anglais «over the top». On voit de nouveaux systèmes s organiser autours de Facebook par exemple. Apparait aussi la théorie de «multi-sided platform». Ma présentation aura 3 temps : Le nouveau paradigme pour analyser les réseaux, Un accent sur les enjeux à appréhender, Pistes et idées (loin d être exhaustif). Avant, on avait tendance à penser les réseaux (chez les économistes et les gestionnaires par exemples) avec l idée de silo, de filière. Industrie de la presse, de l informatique, etc... L accent était beaucoup mis sur les infrastructures, sur le hardware. On parlait alors beaucoup de trajectoires, de cycles de vie, de biens réseaux et biens systèmes, et bien évidemment on s intéressait aux opérateurs. Aujourd'hui on a un nouveau paradigme que j ai appelé «paradigme des services en réseaux». On y entre par le biais des écosystèmes, qui bousculent un peu les frontières sectorielles. Elles s organisent autour de plates-formes multi-faces. Ces plates-formes vont offrir un certain nombre de services de d applications. Ce sont des réseaux plus complexes. Il faut comprendre les feedbacks entre les acteurs. Il me semble que ce qui est important aujourd'hui, c est de comprendre les modèles économiques, les usages, mais aussi de comprendre les impacts sociologiques et économique ayant fleuris autour de ces services en réseaux. Les réseaux sont à la fois des inputs et des outputs. Il faut aussi bien comprendre que ces réseaux sont dynamiques. Pendant longtemps, les chercheurs se plaignaient de ne pas avoir assez de données. Aujourd'hui, ce problème n est plus du tout à l ordre du jour. On a aujourd'hui une production massive de collecte de données : Production massive de données, 4

5 Capteurs multiples dans les réseaux et objets, Capacités accrues de collecte et de stockage, Les entreprises sont ouvertes à l exploitation de leurs données et à l expérimentation. J aime beaucoup cette citation de Levine qui explicite bien cette idée selon laquelle on est passés d'un manque de données à un stock de données immense. Les problèmes qui se posent sont notamment évoqués par Danah Boyd : Les inégalités dans l accès des big data selon la richesse des chercheurs (en termes d accès et d exploitations des matériaux). Problème de l exploitation du Big Data. Il y a aussi un biais : effets sur la hiérarchie des chercheurs et les thèmes de recherche. Quelques orientations de recherche : La valeur et les modèles d affaires des services en réseaux (inter relation des acteurs dans les plateformes d utilisation) La géographie économique des services en réseaux, L impact sociologique et économique des services et usages en réseaux. Valeur et modèles d affaires : Economies des plates-formes : concurrence inter et intra-plateformes, études empiriques Hybridation des modèles d affaires ; articulation gratuit/payant et marchant/non marchand (open source, open data, open innovation...), Big data : valeur, monétisation, impact sur l innovation, les organisations, les performances, Nouvelles institutions et designs de marchés (places de marché, enchères, système de recommandation...) : impact sur les prix, la qualité, l innovation et comportements d achat Publicité : économie de l attention, mesure de performance, privacy. La dernière question intéressante à aborder autour du thème de la géographie économique des services en réseaux est les clusters et les écosystèmes numérique : émergence/formation et dynamique, résilience... On peut aussi s interroger sur les impacts : Satisfaction et bien être : usages personnels et professionnels, sociabilité et réseau social, usage en mobilité, etc. Je laisse maintenant la parole à Alain Rallet. 5

6 Alain Rallet : Je vais faire cinq remarques pour initier la discussion avec la salle : Concernant la spécialisation et l étanchéisation des secteurs de recherche, la question que je me pose ce serait : quel est le rôle de Réseaux dans la fragmentation de ces sujets de recherche? Comment assurer ce rôle? Il me semble que la transversalité était assurée par le laboratoire du CENT, qui n existe plus, mais si Réseaux veut jouer ce rôle là, quels sont les appuis? La deuxième remarque renvoie à ce que disait Alexandre sur la relation entre technologie, organisation et usage professionnel. J ai été très frappé par la prégnance de ce thème depuis le début. On voit ce thème se développer au fil du temps. C est presque une spécificité de cette revue que d avoir suivi ce thème depuis ses débuts. Je crois que Réseaux n a quasiment raté aucune technologie, ce qui est assez extraordinaire. Et quand on prend toutes les publications dont parlait Alexandre tout à l heure, on se rend compte que ces publications permettent presque un travail d historien. C est une piste, une deuxième piste sur la capacité ou non des technologies actuelles (le web participatif ou 2.0) à modifier l organisation actuelle des entreprises, leur nature hiérarchique. D autre part, je suis tout à fait d accord avec ce que dit Thierry sur l économie des services en réseaux, sur le changement de paradigme avancé par Thierry, sans que la question d infrastructure soit oubliée, et je me demande si cela n invite pas à reconsidérer la place de l économie dans la revue Réseaux? 4 e remarque sur les objets : la question des quantified-self me parait extrêmement importante. De même que la question de la mobilité, de notre nouvelle relation au temps et à l espace. J ajouterai aussi la question de la destruction créatrice. Cette question a été abordée de manière assez sectorielle. Il y a un travail de recherches à faire. Je terminerai avec la thématique des données. J ai été très sensible à ce que disait Thierry sur l inégalité d accès aux données pour les différents chercheurs. Il y a une prolifération de données et des difficultés d accès. Peut être faudrait il créer un open data pour les chercheurs? Cela pose aussi la nécessité de dépasser le stade artisanal qui est le nôtre, pour maîtriser de façon intéressante cette prolifération de données. On est obligés de passer à une autre échelle, probablement une échelle interdisciplinaire. Je pense que c est la voie de l avenir si on veut traiter tous les problèmes dont nous parlions juste avant. Cela permettrait de donner du sens à toutes ces données. 6

7 Partie débat : OrangeLab Une petite réflexion d informaticien en termes de formation initiale, par rapport à la continuité historique de la technologie, il me semble que l event internet est un peu réécrit a posteriori pour l intégrer dans une suite logique. Alors que pour moi il y a deux choses : avant et après. Pour moi cette apparition d internet, c est un raz-de-marée. Avant c était une innovation de laboratoire, contrôlée par de grands laboratoires, abouti, etc. et ensuite l arrivée d internet, en Europe, pas encore solide, contrairement à ce qui était préconisé avant. Donc c est pas une suite logique. Ensuite pour moi il y a 3 points dans l évolution. D abord par rapport à IBM, puis Microsoft et enfin l évolution à la NetScape, l évolution des start-up. Thierry Penard Un snapchat peut prétendre à détruire un Facebook. Internet introduit un nouveau paradigme, internet est bel et bien une révolution, l importance de la période le montre. Est-ce qu elle est réécrite? Je ne sais pas, mais en tout cas elle s écrit. Alexandre Mallard Quand vous dites, il y avait d autres usages avant, je dis attention, parce que le fait de penser des usages en entreprise, c est déjà des effets d internet. Il faut être très attentif à ça, pour éviter de projeter des choses. Avant 90 (vers 80 s), personne, sauf Alain Rallet, ne parle d usages dans les entreprises. Jean-Samuel Beuscart Deux points assez différents entre les deux présentations qui rejoignent la dernière remarque d Alain rallet : Est-ce que ça serait possible que les entreprises facilitent l accès aux données? Thierry Penard : Tu soulignes un des points que j ai mentionné, les entreprises peuvent orienter les thèmes de recherches, finalement les questions que les entreprises souhaitent voir traiter, c est là que se pose la question des pouvoirs publics, de l open data Si on veut pouvoir traiter des questions qui n intéressent pas forcément les entreprises. Il faut effectivement qu il y ait une réflexion. Prenons l exemple d Orange, un étudiant a eu énormément de problème pour accéder aux données qui l intéressait alors même en interne. Donc ça paraît difficile d avoir un accès plus facile à ces données : se pose la question de comment avoir une politique d ouverture des données pour pouvoir traiter de thématiques et de sujets larges. 7

8 X. LATTS Je voudrais revenir sur la controverse abordée par Mallard et qui fait penser à ce qui a eu lieu dans le domaine de la gestion concernant les outils de gestion. Ce ne sont pas les mêmes personnes ni les mêmes lieux, mais peut-être les mêmes questions. Quels types de relation il y a eu entre les 2 niveaux de débats : c est un peu les mêmes questions, les mêmes personnes mais pas tout à fait. Je pense qu il faudrait regarder ailleurs que dans Réseaux, je ne pense pas qu il y ait beaucoup de réponses à ce sujet, comme si ce n était pas une perspective... Frédéric Moitet J ai été frappé par le fait que l on trouve tout le temps le même thème. Pour moi il y a deux analyses : au début on pensait les données comme exogènes, alors qu aujourd'hui elles seraient plutôt endogènes. Du coup, il y a des marges de liberté beaucoup plus grandes. Du coup, peutêtre que cela se rejoint. J attends de voir la révolution des nouvelles technologies dans la structure de l emploi. Alexandre Mallard Il y a une continuité réelle du thème dans Réseaux, mais il y a des particularités qui font qu il se transforme petit à petit. On voit des déplacements analytiques. Godefroy N Guyen Je suis frappé quand même de voir dans les 30 ans de publications de Réseaux la faible place qui a été faite à la politique, probablement parce qu il n y a pas de spécialiste de sciences politiques dans le comité de rédaction. Le problème de l infrastructure se pose toujours, donc rien que sur l infrastructure, il y a beaucoup de questions politiques, socio-politiques à se poser. Je pense que c est un champ qui a toujours été important et qui continue de l être. Pendant la période internet, il y a eu la problématique de l autoroute des informations, mais la question de la neutralité d internet se pose toujours... Ne serait-ce que sur la thématique de l information, il y a beaucoup de choses à dire sur la politique. La gouvernance d internet devient un problème géopolitique, même si elle a longtemps été portée par les vétérans. Il y a un rôle du politique, du juridique. Estce que Réseaux pense que c est plutôt à Stratégies de traiter cette question politique, géopolitique? Je ne sais pas, mais je trouve ça surprenant que cette question n ait pas la place importante qu elle semble pourtant occuper. Thierry Penard Il y a effectivement des vraies réflexions à mener. 8

9 Patrice Flichy Effectivement, il y a toute une série de trous dans les problématiques que nous avons évoquées, et il est important de les pointer. Il y a toujours, dans ce que nous publions, un intérêt pour les nouvelles technologies. Quand une question se ferme, c est très souvent lié à l agenda de recherche des chercheurs. Quand un chercheur s en va, il arrive que l on «abandonne» quelque peu son sujet d étude. Porter un projet interdisciplinaire a toujours été difficile et l est de plus en plus, avoir un sociologue et un économiste sur cette tribune n est pas évident mais me paraît très important. Réseaux ne jouera plus le rôle un petit peut institutionnel qu il a joué au démarrage. 9

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

POUR LES 30 ANS DE LA REVUE

POUR LES 30 ANS DE LA REVUE COLLOQUE POUR LES 30 ANS DE LA REVUE Communication Technologie Société 8, 9 & 10 janvier 2014 Institut National d Histoire de l Art (INHA) 2 rue Vivienne - 75002 PARIS Trente ans déjà! Une très riche expérience

Plus en détail

! ATELIERS. Atelier 3 - Communiquer et se rendre visible auprès de nouveaux partenaires

! ATELIERS. Atelier 3 - Communiquer et se rendre visible auprès de nouveaux partenaires ! ATELIERS «INNOVATION EN RESEAU» Compte rendu synthétique Atelier 3 - Communiquer et se rendre visible auprès de nouveaux partenaires Comment arbitrer entre l entreprise 2.0 et les méthodes plus traditionnelles

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES

MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DES DONNEES MODULE 2 : VEILLE & ANALYSE DE DONNÉES LA THÉMATIQUE LES TERMES EN COHABITATION LES TROIS APPROCHES EN RELATION LA MÉTHODE

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement... 1 OBJECTIFS :... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

Open Data. Enjeux et perspectives dans les télécommunications

Open Data. Enjeux et perspectives dans les télécommunications Open Data Enjeux et perspectives dans les télécommunications Orange Labs 28/09/2012 Patrick launay, Recherche & Développement, Orange Labs - Recherche & Développement Printemps de la Recherche EDF Open

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Caractérisation dans le temps de l interclustering et mise en évidence des déterminants

Caractérisation dans le temps de l interclustering et mise en évidence des déterminants Caractérisation dans le temps de l interclustering et mise en évidence des déterminants Julien CUSIN, Maître de conférences Elodie LOUBARESSE, Maître de conférences CONTEXTE L interclustering (IC) redynamise

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Mesdames Messieurs, ***********

Mesdames Messieurs, *********** Mesdames Messieurs, J'ai le plaisir, une nouvelle fois de faire le bilan de l'activité de l'observatoire Jurassien des Enfants Victimes de maltraitance, dans le cadre de notre Assemblée Générale annuelle.

Plus en détail

Hey Doctor, le premier réseau social médical et paramédical

Hey Doctor, le premier réseau social médical et paramédical Hey Doctor, le premier réseau social médical et paramédical Discipline millénaire aux institutions centenaires, la médecine occupe une place majeure dans nos sociétés. Et à l'ère numérique et des réseaux

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011 Expert workshop 9h-16h 14 septembre 2011 Effets de la convergence d industries sur le choix stratégique associé à l organisation du processus d innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d animation

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations.

Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Rapport de visite du CHSCTA du 7-01-2014 au Lycée Laplace et préconisations. Remarque : Les constats de cette visite sont indiqués en italique dans le rapport, les préconisations sont indiquées en gras.

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Newsletter Septembre 2015

Newsletter Septembre 2015 Newsletter Septembre 2015 Objets Connectés La monétique, secteur en devenir de cette révolution? 2015 sera incontestablement «l année 1» des objets connectés. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

L intérêt du Byod 1 et des Réseaux Sociaux en classe

L intérêt du Byod 1 et des Réseaux Sociaux en classe L intérêt du Byod 1 et des Réseaux Sociaux en classe Utilisation de smartphones & Conversation Facebook avec une journaliste sud-africaine au sujet de l apartheid Le projet d ensemble : Exposition sur

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Acte du premier colloque interdisciplinaire sur le doctorat (CID) -15 décembre 2014,

Acte du premier colloque interdisciplinaire sur le doctorat (CID) -15 décembre 2014, 1 Danielle MANZO manzodanielle@gmail.com Acte du premier colloque interdisciplinaire sur le doctorat (CID) -15 décembre 2014, Titre : La création d un doctorat à distance en sciences de l éducation, innovant

Plus en détail

Espace Numérique de Travail (ENT)

Espace Numérique de Travail (ENT) Espace Numérique de Travail (ENT) (http://ent.univcasa.ma) Qu est ce que c est l ENT? Définition et objectifs Services offerts et futurs Comment j utilise mon ENT? Accéder à mon espace ENT Obtenir mon

Plus en détail

Bilan Stage Fondamentales

Bilan Stage Fondamentales Bilan Stage Fondamentales Château de Ladoucette, 2223 décembre 2014 A l'occasion de la manifestation «Ladoucette 3.0» qui s'est déroulée au Château de Ladoucette à Drancy du 6 décembre 2014 au 4 janvier

Plus en détail

SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA

SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA SBA Smart Buildings Alliance for Smart Cities Les enjeux du numérique pour les Bâtiments connectés Emmanuel FRANCOIS Président de l association SBA Les nouveaux acteurs, les nouveaux enjeux Un manifeste

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale 2 TÉLÉSIMULATION ÉCHO A2 - LEÇON 2 «TU AS DU BOULOT?» Objectifs : Présenter ses projets, demander des conseils, demander un prêt Points de langue : Le futur simple, le conditionnel présent Thèmes culturels

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur 1 Avant-propos Les données sont partout. Leur utilisation est au cœur des stratégies des grandes entreprises du numérique qui se déploient aujourd hui dans nombre de secteurs traditionnels. Elles sont

Plus en détail

Tests de l évaluation par compétences en Seconde

Tests de l évaluation par compétences en Seconde Tests de l évaluation par compétences en Seconde 1 Présentation 1.1 La grille de compétences / aptitudes La grille de compétences a été distribuée et explicitée aux élèves le jour de la rentrée à la suite

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE

BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE BILAN : 1 ER JOURNEE REGIONALE DE L INFIRMIERE LIBERALE L infirmière libérale au cœur de l exercice pluriprofessionnel L Union régionale des Professionnelles de Santé (URPS) des Infirmière libérale a organisé

Plus en détail

Sommaire. Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel

Sommaire. Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel Anne-Sophie Collard Sommaire Modalités du projet Objectifs et méthode Animation Jour 1 et résultats Animation Jour 2 et résultats Evaluation générale et bilan personnel Modalités du projet Partenaire:

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data LE BIG DATA Solution EMC Big Data TRANSITION VERS LE BIG DATA En tirant profit du Big Data pour améliorer leur stratégie et son exécution, les entreprises se démarquent de la concurrence. La solution EMC

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Programme de la formation

Programme de la formation Programme de la formation Ce document vous est fourni à titre informatif afin d'avoir un maximum d'informations sur le master médiation et communication scientifique. Vous pouvez retrouver ces informations

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Table ronde du Vendredi 21 Janvier 2011 de 10h30 à 11h30 En Annexe, retrouver un diaporama sur la poursuite d étude des élèves de STI

Table ronde du Vendredi 21 Janvier 2011 de 10h30 à 11h30 En Annexe, retrouver un diaporama sur la poursuite d étude des élèves de STI Table ronde du Vendredi 21 Janvier 2011 de 10h30 à 11h30 En Annexe, retrouver un diaporama sur la poursuite d étude des élèves de STI SALON AZIMUT Les 20, 21 et 22 Janvier 2011 PARC DES EXPOSITIONS DE

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007 Expérimentation du logiciel de la ligne du temps (Version bêta) Cahier de l élève Je suis un élève du : 1 er cycle du primaire 2 e cycle du primaire 3 e cycle du primaire 1 er cycle du secondaire 2 e cycle

Plus en détail

ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR)

ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR) ROCARE-TIC SENEGAL ECOLE FRONT DE TERRE (Ville de DAKAR) TRANSCRIPTION DE L ENTRETIEN AVEC L ENSEIGNANT NON TIC N 1 Ce 26/01/05 Légende : En 1 : représente l enseignant non TIC N 1 C 1 : représente le

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail