CADRE DE TRAVAIL. Mai Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1"

Transcription

1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour le risque opérationnel dans le calcul des fonds propres réglementaires Mai 2008 Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

2 Table des matières INTRODUCTION PRINCIPES DE GOUVERNANCE AU SEIN DES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI, L APPROCHE STANDARD OU UNE APPROCHE DE MESURE AVANCÉE (AMA) Gouvernance et surveillance dans les entités financières appliquant l approche NI Introduction Contexte Principes...8 A. Supervision du conseil d administration et de la haute direction... 9 B. Production de rapports C. Unité de contrôle du risque de crédit D. Vérification interne Gouvernance au sein des entités financières appliquant l approche standard ou une AMA Introduction Contexte Principes et pratiques A. Conseil d administration B. Haute direction C. Fonction de gestion du risque opérationnel D. Production de rapports E. Vérification interne TENUE DES DONNÉES PAR LES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI, L APPROCHE STANDARD OU UNE APPROCHE DE MESURE AVANCÉE (AMA) Introduction Principes de tenue des données Haute direction et supervision Collecte des données Traitement des données Accès aux données et extraction Stockage et conservation des données Catégories de données sur le risque opérationnel A. Données sur le produit brut B. Données sur les pertes opérationnelles C. Autres données sur le risque opérationnel Conclusion Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 2

3 3. VALIDATION DES SYSTÈMES DE NOTATION DU RISQUE POUR LES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI Introduction Contexte Principes Objectifs Responsabilité Intégrité Documentation Périodicité Portée Réaction Perspective Conclusion UTILISATION DE NOTATIONS ET D ESTIMATION DE DÉFAUTS ET PERTES PAR LES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI Introduction Contexte Principes Utilisation Interprétation large Identification Cohérence Conciliation des estimations Conservatisme Intégrité QUANTIFICATION DU RISQUE PAR LES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI Introduction Contexte Principes Portée de la quantification du risque Données de sources différentes Suffisance des données Segmentation Estimations sur une longue période Incertitude liée à la quantification du risque Réaction Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 3

4 5.4 Conclusion PRINCIPES DE GESTION DES SÛRETÉS DANS LES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI Introduction Contexte Principes Objectif Politiques de gestion des risques et documentation Définition uniforme des sûretés Certitude juridique et intervention en temps opportun Évaluation détaillée des risques Évaluations, inspections et vérifications Exigences opérationnelles Rapports et analyses internes Divulgation ANNEXE I: GESTION DU CYCLE DE VIE DES DONNÉES ANNEXE II: UTILISATION DE MODÈLES DE NOTATION POUR LESQUELS LES ENTITÉS FINANCIÈRES DISPOSENT DE RENSEIGNEMENTS INCOMPLETS ANNEXE III: HISTORIQUE DES CHANGEMENTS IMPORTANTS ANNEXE IV: ANNEXE V: ANNEXE VI: PROCÉDURE GÉNÉRALEMENT OBLIGATOIRE DANS LE CADRE D UNE VALIDATION VALIDATION DES DONNÉES EXTERNES ET DES EXPOSITIONS SUR LA CLIENTÈLE DE DÉTAIL EXEMPLES DE L APPLICATION DES PRINCIPES RELATIFS AU TEST D UTILISATION ANNEXE VII: LA PERTINENCE DES NOTATIONS À L OCTROI ET DES NOTATIONS COMPORTEMENTALES POUR LES EXPOSITIONS SUR LA CLIENTÈLE DE DÉTAIL ET SUR LES PME À L ÉGARD DES ESTIMATIONS ÉTABLIES SELON L APPROCHE NI ANNEXE VIII: CONCILIATION DES ESTIMATIONS ANNEXE IX: LISTE DES MODÈLES POUR LES EXPOSITIONS SUR LA CLIENTÈLE DE DÉTAIL Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 4

5 ANNEXE X: POLITIQUES ET PROCÉDURES DES SGS ANNEXE XI: ABRÉVIATIONS Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 5

6 INTRODUCTION L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») a mis à jour en décembre 2007 sa Ligne directrice sur les normes relatives à la suffisance du capital de base à l intention des coopératives de services financiers (la «ligne directrice»). Cette dernière repose principalement sur la nouvelle approche proposée par le Comité de Bâle 1 et permet de moduler les exigences minimales de fonds propres au profil de risque des entités financières, en leur offrant un éventail plus large de méthodes d évaluation des risques de crédit, de marché et opérationnel. Dans cette perspective, les coopératives de services financiers qui désirent appliquer l approche sur les notations internes (NI) relative au risque de crédit, l approche standard ou l approche de mesure avancée (AMA) relatives au risque opérationnel ainsi que l approche des modèles internes relative au risque de marché 2, devront démontrer qu elles satisfont aux exigences minimales applicables concernant le calcul de fonds propres réglementaires en vertu de la ligne directrice. Signalons que la ligne directrice permet de fournir aux coopératives de services financiers des normes d encadrement prudentielles, cohérentes et comparables aux standards internationaux à l égard du calcul des exigences de fonds propres. Par conséquent, ce cadre de travail 3 a été conçu dans l optique d une harmonisation optimale des exigences en tenant compte du fait que les entités financières visées par la ligne directrice doivent répondre à des normes et aux pratiques saines équivalant à celles des autres institutions financières qui opèrent sur les mêmes marchés. À cette fin, l Autorité a publié le présent cadre de travail qui décrit les principes qui régiront la mise en œuvre de la ligne directrice. Ces principes serviront à évaluer, initialement et de façon continue, dans quelle mesure une entité financière 4 satisfait aux exigences de la ligne directrice. Ils compteront parmi les facteurs clés sur lesquels s appuiera l Autorité pour décider si elle autorise une entité financière à appliquer les différentes approches pour calculer ses exigences de fonds propres en application de la ligne directrice. 1 La ligne directrice incorpore le dispositif publié par la Banque des règlements internationaux («BRI») en juin 2004, révisé en novembre 2005 et en juin 2006, intitulé «Convergence internationale de la mesure et des normes de fonds propres». 2 Même si ce cadre de travail ne traite pas de façon spécifique des principes concernant le risque de marché, l Autorité s attend à ce que les entités financières s approprient et mettent en place les principes liés à la gouvernance et à l égard de la tenue de données pour le risque de marché. L application de ces principes dans le présent cadre de travail doit être cohérente pour les trois principaux risques, crédit, marché et opérationnel. 3 Afin d assurer une certaine uniformité dans l application de la nouvelle approche proposée par le Comité de Bâle, le présent cadre de travail est inspiré des documents «Notes de mise en œuvre à l intention des institutions appliquant l approche NI» (janvier 2006) et les notes de mise en œuvre du risque opérationnel pour les institutions appliquant l approche standard ou une approche de mesure avancée (mai 2006) produits par le Bureau du surintendant des institutions financières. 4 Dans le présent cadre de travail, l expression entité financière est utilisée de manière à viser l une ou plusieurs des composantes (telles que fédération, caisses, etc.) de l «entité» (telle que définie dans le champ d application de la ligne directrice) selon le contexte d application des présentes sections. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 6

7 L Autorité a également publié des cadres d agrément dans le but d informer les coopératives de services financiers de la nature du processus d agrément, y compris les principes clés, les exigences et les principales phases en vue de l obtention de l agrément. Le cadre de travail est structuré de la façon suivante : La première partie (sections 1 et 2) traite des principes applicables aux risques de crédit et opérationnel, plus particulièrement en regard de la gouvernance et de la tenue de données. La deuxième partie (sections 3, 4, 5 et 6) expose les attentes au sujet des exigences minimales applicables pour l approche NI relative au risque de crédit, à savoir : i) la validation des systèmes de notation du risque; ii) iii) iv) l utilisation de notations et d estimations de défauts et de pertes; la quantification du risque; les principes de gestion des sûretés. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 7

8 1. PRINCIPES DE GOUVERNANCE AU SEIN DES ENTITÉS FINANCIÈRES APPLIQUANT L APPROCHE NI, L APPROCHE STANDARD OU UNE APPROCHE DE MESURE AVANCÉE (AMA) 1.1 Gouvernance et surveillance dans les entités financières appliquant l approche NI Introduction L objectif de la présente section est de préciser certaines exigences de l approche fondée sur les notations internes contenues dans le chapitre 5 de la ligne directrice. Elle présente les principes clés de la gouvernance, y compris les attributions du conseil d administration, de la haute direction, de la fonction de gestion du risque de crédit et de la vérification interne. Le respect de ces principes constituera un facteur important de l autorisation qu accorde initialement l Autorité aux entités financières relativement aux NI et à l utilisation continue de l approche NI Contexte Les entités financières qui prévoient appliquer l approche NI doivent démontrer à l Autorité que leur gouvernance, leurs mécanismes de contrôle interne et l utilisation des notations de risque sont suffisamment avancés et complexes pour correspondre à leur nature, à leur portée, à leur complexité et à leur profil de risque. En outre, en vertu des exigences minimales énoncées au chapitre 5 de la ligne directrice, les entités doivent s assurer que leurs pratiques globales de gestion du risque de crédit sont conformes à l évolution des lignes directrices sur les saines pratiques diffusées par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire et les autorités de contrôle nationales compétentes. L Autorité utilisera une démarche de surveillance s appuyant sur les fonctions de supervision de l entité financière pour évaluer le bien-fondé et l efficacité de la gestion des risques, de même que des pratiques de contrôle des entités financières appliquant les approches avancées, et pour évaluer le respect initial et continu des exigences minimales de la ligne directrice Principes Les activités de gouvernance comprennent l établissement d une stratégie et d objectifs d entreprise, la détermination de l appétit pour le risque, la mise en place d une stratégie et d objectifs de gestion des fonds propres, l établissement d une culture et de valeurs, l élaboration de politiques internes et la supervision de la performance. Ces activités doivent s inscrire dans un cadre de gouvernance efficace et respectueux des principes d une supervision rigoureuse de la part du conseil d administration et de la haute direction. Ces activités concernent également la supervision efficace de la gestion du risque de crédit, des modèles et des mécanismes de contrôle pertinents pour assurer le respect de toutes les exigences minimales applicables en matière de NI et des examens efficaces de la part de la vérification interne ou d une autre fonction tout aussi indépendante. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 8

9 A. Supervision du conseil d administration et de la haute direction Attributions conjointes du conseil d administration et de la haute direction Le conseil d administration d une entité financière, ou un comité désigné par celui-ci, et la haute direction devraient veiller à intégrer de la rigueur et de la discipline dans les politiques de gestion des risques, les mécanismes de contrôle opérationnel et les méthodes de rapport de l entité en ce qui touche le risque de crédit. Le conseil d administration et la haute direction devraient approuver tous les aspects importants des processus de notation et d estimation des risques de l entité financière. Le recours aux estimations de pertes internes d une entité financière appliquant l approche NI aux fins des fonds propres réglementaires signifie que le conseil d administration, la haute direction et la fonction de gestion du risque de crédit doivent s acquitter de leurs responsabilités respectives vis-à-vis des exigences minimales requises pour l approche NI d une manière à la fois active, approfondie et opportune. Le conseil d administration et la haute direction doivent faire en sorte que la fonction de gestion du risque de crédit soit bien positionnée pour procéder à la supervision de la ligne directrice, tant pour ce qui est de l approbation initiale que des autorisations subséquentes. Ce service devrait intégrer les exigences minimales de l approche NI aux mandats et attributions, aux méthodes de gestion des risques et à la révision des modèles, le cas échéant. Le conseil d administration devra attribuer à la haute direction, à la vérification interne et à d autres fonctions de contrôle, la charge d évaluer l efficacité des mécanismes de contrôle interne de l entité financière, y compris ceux qui se rapportent aux systèmes de notation, et de déterminer si les activités de l entité financière satisfont aux exigences minimales de l approche NI et si les résultats sont déclarés de façon fiable. La haute direction devra veiller à ce que la fonction de gestion du risque de crédit et la vérification interne disposent des ressources et des compétences suffisantes pour effectuer les travaux qui découlent de la ligne directrice. Pour être autorisée à appliquer l approche NI et conserver ce privilège, une entité financière devrait faire en sorte que : le conseil d administration et la haute direction comprennent bien la ligne directrice de l Autorité et tout particulièrement les notions liées à l approche NI, le système de notation des risques et les rapports de gestion qui leur sont associés. Les mécanismes permettant de bien comprendre les notions liées à l approche NI englobent des séances de sensibilisation, des réunions et des discussions entre le conseil d administration, la haute direction, la fonction de gestion des risques et la vérification interne. Ces mécanismes permettent au conseil d administration d examiner la portée des travaux que devront effectuer la fonction de gestion du risque de crédit et la vérification interne aux fins de l approche NI; Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 9

10 le conseil d administration et la haute direction soient au courant de l incidence de la ligne directrice sur les méthodes actuellement appliquées par l entité financière en matière de quantification, d évaluation, de surveillance et de contrôle/atténuation du risque de crédit; le conseil d administration et la haute direction comprennent parfaitement le rôle essentiel que jouent les systèmes de notation dans la conformité aux exigences minimales de l approche NI, notamment l obligation de recevoir de façon continue des rapports périodiques sur le bon fonctionnement des systèmes de notation interne; la haute direction donne avis au conseil d administration relativement aux changements importants ou aux exceptions par rapport aux politiques établies qui influeront sensiblement sur les activités liées au système de notation de l entité financière. La haute direction convient de mettre en place des mécanismes d application et d approbation des changements ou des exceptions; les politiques de gestion des risques de l entité financière renferment des attributions aux fins de l élaboration, de la mise en œuvre, de la tenue à jour continue et de l application de pratiques visant à satisfaire aux exigences de l approche NI; le conseil d administration et la haute direction reçoivent des commentaires pertinents pour s acquitter de leurs attributions relatives à l approbation de l approche NI. Attributions supplémentaires de la haute direction La haute direction devrait veiller à ce que : les divers éléments du cadre de l approche NI soient intégrés de façon transparente et soient correctement mis en application; des programmes incitatifs ayant pour but d accroître la rigueur du système soient appliqués aux groupes axiaux 5, à la fonction de gestion des risques et à d autres unités chargées de la supervision et du contrôle; les systèmes de notation fournissent des estimations exactes et uniformes des pertes internes pour toute une gamme de situations économiques. La haute direction devrait jouer un rôle actif et préciser ses attentes au chapitre des aspects techniques et opérationnels du système de notation et des mécanismes de contrôle qui régissent ce processus. En conséquence, elle devrait posséder ou acquérir une bonne compréhension de la conception et du fonctionnement du système de notation, et bien comprendre la façon dont les politiques, normes et procédures de crédit, 5 Représentent toutes les unités ou fonctions se rapportant à la direction du groupe financier coopératif, telles que définies dans la ligne directrice. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 10

11 le processus d octroi de crédit, de même que les procédures de collection et de recouvrement de l entité financière, influent sur les estimations de pertes internes. En plus de superviser les méthodes de contrôle, la haute direction devrait communiquer périodiquement avec les gestionnaires des risques et les intervenants chargés d évaluer le rendement du système de notation pour discuter de la performance du processus de notation, des éléments nécessitant des améliorations, et de l état d avancement des efforts visant à corriger les lacunes déjà décelées. La haute direction devrait être convaincue que l entité financière satisfait au test d utilisation, de sorte que les notations internes soient intégrées à la culture et aux pratiques de gestion des risques de l entité financière. Les notations internes et les estimations des défauts et pertes doivent faire partie intégrante de l autorisation du crédit, de la gestion des risques, de l affectation interne des fonds propres et de la gouvernance des entités financières appliquant l approche NI. Un système de notation bien conçu joue un rôle important dans le processus décisionnel et les activités de surveillance de bon nombre d activités importantes d une entité, notamment l application d un profil de risque tenant compte de l appétit pour le risque qui a été approuvé par le conseil d administration et la haute direction, l établissement de réserves, la gestion de portefeuille, la gestion du rendement, les modèles et la gestion économique des fonds propres, et la gestion des fonds propres réglementaires. L utilisation de notations internes et d estimations exclusivement à des fins de calcul des fonds propres réglementaires, et non pour la prise de décision et la supervision, n est pas acceptable pour l Autorité, tant à la date d approbation initiale que de façon continue. Concernant le test d utilisation, veuillez vous reporter à la section 4 : Utilisation de notations et d estimations de défauts et pertes par les entités appliquant l approche NI du présent document. B. Production de rapports Les rapports de gestion au conseil d administration et à la haute direction devraient être détaillés et transmis en temps opportun. L exhaustivité et la fréquence de l information fournie au conseil d administration et à la haute direction devraient être proportionnelles aux attributions de ces derniers en matière de supervision, à l importance et au type d information déclaré, et à la situation de l entité financière. L information transmise au conseil d administration devrait être suffisamment détaillée pour informer les administrateurs du bien-fondé de l approche de notation de l entité financière, de la suffisance des mécanismes de contrôle et du respect des exigences minimales de l approche NI. Comme le précisent les exigences minimales de l approche NI prévues au chapitre 5 de la ligne directrice, les unités de contrôle du risque de crédit d une entité, ou une autre fonction tout aussi indépendante de l origine, doivent faire rapport périodiquement (au moins une fois l an) au conseil d administration et à la haute direction au sujet de l efficacité du système de notation de l entité. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 11

12 Les rapports de la fonction de gestion des risques au conseil d administration et à la haute direction devraient renfermer des renseignements clés et des analyses découlant du système de notation d une entité financière pour les expositions sur la clientèle de détail et les expositions autres que sur la clientèle de détail, comme il est précisé dans les exigences minimales de l approche NI. Ces rapports doivent être effectués au niveau de détail sommaire qui convient au conseil d administration et à la haute direction. Les renseignements essentiels qui suivent devraient être présentés dans les rapports destinés au conseil d administration et à la haute direction, notamment : le profil de risque selon la catégorie; la migration des notations à travers les classes de risque, en insistant sur les résultats imprévus; l estimation des paramètres pertinents selon la catégorie du système de notation; la comparaison des taux de probabilité de défaut (PD), de perte en cas de défaut (PCD) et d exposition en cas de défaut (ECD) réels par rapport aux prévisions; les variations éventuelles des fonds propres réglementaires et économiques; les résultats d une simulation de crise appliquée aux fonds propres. Les rapports devraient également comprendre les résultats des tests de validation sur l efficacité des systèmes de notation, notamment : les résultats de la validation; la comparaison du rendement du système de notation par rapport aux données repères; les exceptions aux politiques de l entité financière. Les résultats des examens de la vérification interne appliqués aux systèmes et aux méthodes de notation devraient être remis sans tarder au conseil d administration et à la haute direction. Les constatations importantes devraient être transmises rapidement au niveau supérieur, selon les besoins. C. Unité de contrôle du risque de crédit L entité financière devrait disposer d un système de mécanismes rigoureux de contrôle du risque de crédit qui régit la mise en œuvre, l utilisation et la tenue de systèmes de notation des risques et des pratiques de gestion du risque de crédit. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 12

13 Les entités financières devraient exploiter des unités indépendantes de contrôle du risque de crédit, pour les expositions sur la clientèle de détail et les expositions autres que sur la clientèle de détail, qui sont chargées de la conception ou de la sélection, de la mise en œuvre et du rendement de leur système de notation interne. Ces unités devraient être indépendantes sur le plan du fonctionnement par rapport aux fonctions de gestion et de personnel qui sont chargées d émettre les expositions. Des normes de gestion du risque de crédit devraient être établies et correspondre à chaque portefeuille de risque de crédit. Ces normes devraient également être alignées à l échelle de l entité, être constantes et présenter un objectif global de stabilité de la gestion et de la mesure des risques. a) Portée des notations Toutes les expositions sur le risque de crédit devraient être notées à l intérieur des systèmes de notation de l entité financière. Le chapitre 5 de la ligne directrice précise que pour les expositions sur les entreprises, les emprunteurs souverains 6 et les banques, chaque emprunteur, y compris chaque entité juridique distincte et tous les créanciers reconnus, devraient se voir attribuer une notation d emprunteur, et que chaque exposition doit être associée à une notation, dans le cadre du processus d octroi de crédit. Dans le cadre du processus d approbation de l approche NI, et de façon continue, les entités financières doivent convaincre l Autorité que : des processus ont été appliqués pour saisir et suivre l information sur les notations dans l ensemble des processus d émission, d approbation et de gestion des prêts. Ce suivi doit être évident dans les demandes de prêts, dans les systèmes de gestion des garanties, dans les modèles de notation et dans les systèmes d information de gestion de l entité financière; pour les expositions autres que sur la clientèle de détail, les systèmes de notation peuvent regrouper des emprunteurs liés. La définition fournie par l entité financière au sujet de ce qui constitue une exposition liée devrait être clairement précisée et des exemples précis devraient expliquer dans quel cas des expositions doivent être regroupées en une relation ou non; la mise en œuvre et les pratiques qui ont cours au sein de l entité financière sont conformes aux politiques et pratiques relatives au système de notation de l entité financière et respectent les exigences minimales de l approche NI. 6 Aux termes du Code civil du Québec, la terminologie «emprunteurs souverains» n est pas employée mais signifie plutôt «États». Aux fins du présent cadre de travail, l expression «emprunteurs souverains» est toutefois conservée à des fins de comparabilité. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 13

14 b) Intégrité du processus d attribution des notations Les entités financières devraient être en mesure de démontrer l intégrité du processus d'attribution des notations incluant des responsabilités claires supportant l indépendance des parties. Les notations attribuées et l examen périodique des notations devraient être appliqués ou approuvés par une partie qui ne profitera pas directement de l octroi d un prêt. Les entités financières peuvent en arriver à des notations de risque objectives en appliquant un processus indépendant d approbation des notations, c est-à-dire un processus en vertu duquel les parties chargées de l approbation des notations et des opérations ne sont pas les mêmes que les auteurs des opérations. Les entités financières dotées d un processus de notation moins indépendant devraient compenser en raffermissant d autres mécanismes de contrôle et de supervision. Un facteur important de l évaluation qui permet de mesurer l intégrité des notations attribuées est l évaluation du niveau d indépendance et de la vigueur des mécanismes de contrôles compensateurs. La responsabilité au chapitre de la recommandation et de l approbation des notations peut varier selon l entité financière et, assez souvent, d après le portefeuille. Dans certains cas, des notations peuvent être attribuées et approuvées par les gestionnaires des relations avec les clients et/ou par des équipes de négociation. La plupart des entités financières comptent des agents de crédit indépendants qui attribuent et/ou approuvent les notations. Les entités financières qui délèguent le pouvoir de notation au gestionnaire des relations avec les clients ou à des équipes de négociation doivent s assurer de l existence de mécanismes de contrôle rigoureux pour empêcher que des erreurs n affectent le processus d attribution des notations. Les rôles et responsabilités des intervenants chargés de l attribution des notations devraient être clairement documentés, conformément aux objectifs des pratiques de l entité financière au chapitre de l attribution des notations. Les politiques de l entité financière devraient préciser les responsables de l exactitude des notations et du rendement du système de notation. Les personnes qui prennent part à l attribution des notations, à l estimation des paramètres et à la supervision des systèmes de notation devraient être tenues responsables du respect des politiques de notation, afin de faire en sorte que les aspects du système de notation qui relèvent de leur compétence ne soient pas faussés et qu ils soient les plus pertinents possible. Pour que l attribution soit efficace, elle devrait être observable et renforcée. Ces personnes devraient disposer des outils et des ressources nécessaires pour s acquitter de leurs tâches. Pour ce qui est de l intégrité des processus de notation, les politiques et procédures documentées devraient poser les questions suivantes : Qui (par exemple fonctions de supervision, rôles axiaux, notamment le gestionnaire des relations avec les clients ou le gestionnaire de portefeuille) proposera ou recommandera les notations de l emprunteur et de la facilité de crédit, à l octroi et aux révisions périodiques? Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 14

15 Qui est habilité à confirmer ou à approuver les notations des risques (habituellement une fonction indépendante telle que la fonction de la gestion des risques)? Qui est chargé de vérifier les éléments des notations? Qui est habilité à approuver les exceptions, et dans quelles circonstances? Qui est habilité à mettre à jour les changements apportés aux notations dans le système et de quelle façon ces changements peuvent-ils être apportés, et quand? Quels sont les processus utilisés pour que les notations initialement attribuées et les modifications qui leur sont ensuite apportées soient saisies dans les systèmes de collecte des données de l entité financière? Quels sont les mécanismes de contrôle utilisés pour assurer le suivi des processus? Quels sont les processus mis en place pour faire en sorte que les constatations et les recommandations découlant des examens périodiques de vérification interne du processus de notation soient prises en compte rapidement? c) Transparence Les tiers devraient être en mesure d observer et de comprendre les objectifs, les caractéristiques et les composantes des systèmes de notation. Par «transparence», on entend la capacité de tiers, notamment des vérificateurs ou des organismes de surveillance des entités financières, d observer et de comprendre les objectifs d un système de notation, et d établir une distinction entre les caractéristiques de chaque catégorie de notation. Les définitions des notations devraient être précises et suffisamment détaillées pour permettre à des tiers de comprendre l affectation des notations, de reproduire les affectations de notation, et d évaluer le bien-fondé de la répartition par catégorie/groupe. Les entités financières appliquant l approche NI devraient faire preuve de transparence dans l ensemble du système de notation et dans les notations particulières. À défaut d appliquer ce principe, les rôles, les responsabilités et les attributions des personnes et des groupes des services administratifs ou fonctions de supervision seraient vagues, et il serait alors difficile d évaluer le rendement du système. La transparence nécessite des documents qui contiennent les principaux éléments suivants : la conception, la période, le but et les normes de rendement du système de notation; Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 15

16 le processus d attribution des notations, y compris la procédure en cas d ajustement et de dérogation; les définitions et les critères de notation, les critères d évaluation et les caractéristiques des modèles; les estimations de paramètres (estimations internes) et le processus de leur évaluation; la définition des éléments de données à stocker pour appuyer les mécanismes de contrôle, la supervision, la validation, et l estimation des paramètres; les attributions particulières des personnes et des services prenant part au système de notation et à la supervision, de même que les normes de rendement. Lorsqu une entité financière utilise un modèle pour attribuer des notations de risque ou élaborer des estimations de risque, il se peut que le modèle ne soit pas transparent sans un effort soutenu pour en documenter le fonctionnement. Par conséquent, en prévision de la qualification de l approche NI, et de façon continue, les entités financières doivent convaincre l Autorité que : les politiques définissent avec précision ce qui constitue un «modèle»; l entité financière dispose d un mécanisme pour tenir à jour sa liste de modèles; les attributions des groupes chargés de l utilisation, de l élaboration, de la validation et de la confirmation 7 des modèles, qui peuvent comprendre des unités administratives axiales ou autres, le service de gestion du risque de crédit ou de vérification interne, sont clairement énoncées; il existe une nette distinction entre les personnes chargées de l élaboration des modèles et celles qui prennent en charge la validation et la confirmation du modèle. De façon générale, l Autorité estime que l élaboration du modèle doit relever d un groupe distinct de celui qui prend en charge la validation et la confirmation. L Autorité reconnaît toutefois que dans certaines situations limitées, le même groupe peut exécuter toutes ces activités. Dans ce cas, il incombe à la fonction de la gestion des risques de démontrer que cette façon de procéder présente un défi efficace pour l élaboration du modèle; 7 Les termes «validation» et «confirmation» sont souvent utilisés de façon interchangeable. Cependant, aux fins du présent document, nous établissons une distinction entre la validation et la confirmation. La confirmation constitue une activité ad hoc, qui n a lieu que dans des circonstances précises ou selon un calendrier qui ont été préétablis (par exemple l approbation initiale d un modèle). Par contre, la validation est une activité continue (par exemple des évaluations continues de rendement du modèle). Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 16

17 la vérification interne s est prononcée sur le processus de confirmation et de validation du modèle, notamment sur l exhaustivité des travaux et l expertise des personnes chargées de ces deux fonctions. Pour plus de précisions sur la validation des systèmes de notation, veuillez vous reporter à la section 3 du présent document Validation des systèmes de notation du risque dans les entités financières appliquant l approche NI. D. Vérification interne L Autorité s attend à ce que la vérification interne, ou une autre fonction semblable tout aussi indépendante, examine l efficacité des mécanismes de contrôle interne de l entité, qui ont pour but d assurer le respect de toutes les exigences minimales applicables de l approche NI, y compris les éléments de conception des mécanismes de contrôle interne. Le chapitre 5 de la ligne directrice de l Autorité précise que la vérification interne, ou une fonction tout aussi indépendante, devrait examiner au moins une fois l an le système de notation de l entité et ses activités. Les éléments à examiner comprennent la conformité à toutes les exigences minimales applicables de l approche NI. La vérification interne doit documenter ses constatations. La vérification interne devrait confirmer l efficacité du système de mécanismes de contrôle portant sur les systèmes de notation et des estimations internes de l entité. Dans le cadre de l examen des mécanismes de contrôle, la vérification interne évalue l exhaustivité, la portée et la qualité des travaux de contrôle du risque de crédit et effectue des tests suffisants pour s assurer du bien-fondé de ses conclusions. Le niveau des tests est différent si la vérification interne est l examinateur indépendant primaire ou secondaire de ces travaux et il dépend du niveau d indépendance de l autre examinateur. La vérification interne doit jouer un rôle essentiel dans le rapport qu elle adresse au conseil d administration et à la haute direction au sujet de l efficacité des mécanismes de contrôle interne d une entité financière, qui sont conçus pour garantir la conformité à toutes les exigences minimales de l approche NI. Ce rapport permettra au conseil d administration et à la haute direction de s acquitter de leurs fonctions au sujet des exigences de l approche NI. Les résultats des examens de la vérification interne portant sur les systèmes et les processus devraient être remis en temps opportun, au conseil d administration et à la haute direction. Les constatations importantes devraient être rapidement remises au niveau supérieur, le cas échéant. En prévision de l approbation de l approche NI, les activités de vérification interne devraient comprendre, entre autres : un examen des processus concernant l exercice initial de mise en correspondance des exigences minimales de l approche NI aux programmes de vérification; Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 17

18 un examen du plan de vérification biennal ou triennal détaillé qui indique les activités à examiner annuellement et celles qui sont visées par un cycle prédéterminé pour évaluer le respect des exigences minimales de l approche NI; un examen de la portée de la vérification et une évaluation de la conception et de l efficacité des mécanismes de contrôle interne visant à assurer le respect de toutes les exigences minimales de l approche NI; un examen des rapports touchant les unités de contrôle de risque de crédit ayant pour mandat de concevoir, de sélectionner, de mettre en oeuvre et de valider les systèmes de notation de l entité. Les travaux de vérification interne devraient comprendre un examen de l efficacité des mécanismes de contrôle interne pour assurer l indépendance des unités de contrôle du risque de crédit; une évaluation de la pertinence des ressources et des compétences requises pour la conduite des travaux de vérification; des détails des travaux de vérification interne qui seraient impartis à une autre fonction tout aussi indépendante ou à la vérification externe. L Autorité prévoit que la vérification interne amorcera l examen des éléments de conception et de l efficacité des mécanismes de contrôle interne pour se conformer à toutes les exigences minimales applicables de l approche NI lorsqu elles auront été mises en œuvre par l entité financière. Bon nombre de ces systèmes (par exemple les systèmes de classification des emprunts) peuvent être en place bien avant la date de mise en œuvre de la ligne directrice, et la vérification interne doit commencer à intégrer dès que possible l examen de ces systèmes dans le cadre de ses vérifications périodiques. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 18

19 1.2 Gouvernance au sein des entités financières appliquant l approche standard ou une AMA Introduction L objectif de cette section est de présenter les orientations et les pratiques qui doivent présider à la gouvernance au sein des entités financières qui appliquent l approche standard ou une approche de mesure avancée (AMA) au risque opérationnel. Ce cadre de travail étoffe les exigences minimales décrites au chapitre 7 de la ligne directrice. Les entités financières qui appliquent l approche indicateur de base (AIB) et qui, par conséquent, n ont pas à se conformer au processus d évaluation du risque opérationnel de l Autorité, sont encouragées à adopter les pratiques clés décrites ici, selon les besoins. La présente décrit les exigences et les attentes établies en fonction des principes, des considérations qui touchent le conseil d administration, la haute direction, la fonction de gestion du risque, la préparation de rapports et la vérification interne dans le cadre de la gouvernance au sein des entités financières qui appliquent l approche standard ou une AMA Contexte Dans le cadre du processus d évaluation du risque opérationnel, l Autorité s attend à ce que les entités financières satisfassent aux exigences de la ligne directrice liées à l approche qu elles cherchent à mettre en œuvre en ce qui a trait au risque opérationnel, soit l approche standard ou une AMA. De plus, les entités financières devront systématiquement démontrer à l Autorité que la gouvernance qu elles exercent ainsi que la gestion du risque et les pratiques en matière de contrôle du risque opérationnel qu elles appliquent reflètent leur nature, l étendue de leurs activités, leur complexité et leur profil de risque. L orientation présentée dans le présent document est compatible avec l évaluation faite par l Autorité de l efficacité dont font preuve les entités financières au chapitre de la gouvernance, de la gestion du risque et des pratiques de contrôle du risque opérationnel décrites dans la ligne directrice. L Autorité utilisera une démarche de surveillance s appuyant sur les fonctions de supervision de l entité financière pour évaluer le bien-fondé et l efficacité de la gestion des risques, de même que des pratiques de contrôle des entités financières appliquant l approche standard ou une AMA, et pour évaluer le respect initial et continu des exigences minimales de la ligne directrice. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 19

20 1.2.3 Principes et pratiques Le dispositif de gestion du risque opérationnel d une entité financière met à contribution les politiques et les pratiques qui président à l identification du risque opérationnel, à sa mesure et à son évaluation, au contrôle et au suivi dont il fait l objet, ainsi qu à la préparation des rapports afférents. Ces politiques et pratiques comprennent les responsabilités de surveillance imputées à la haute direction et au conseil d administration, et celles qui ont été attribuées à d autres au chapitre du risque opérationnel. L entité financière doit appliquer des mesures de contrôle adéquates qui garantissent le respect systématique des exigences liées à la ligne directrice visant l approche standard ou l AMA, le cas échéant. A. Conseil d administration Le conseil d administration doit, au besoin, participer activement à la surveillance du dispositif de gestion du risque opérationnel (paragraphe 660 de la ligne directrice). Ainsi, le conseil d administration devrait : avoir une compréhension approfondie du profil de risque opérationnel de l entité financière, dont les agents internes et externes qui pourraient constituer un risque opérationnel pour l entité; établir un seuil de tolérance ou d affinité convenable, ce qui peut inclure une gamme d énoncés quantitatifs ou subjectifs, le cas échéant, compte tenu des types et du degré de risque opérationnel qu une entité pourrait se permettre; bien saisir les conséquences de l application de telle ou telle approche de risque opérationnel (l approche standard ou une AMA) qu elle cherche à mettre en oeuvre; passer en revue les politiques de gestion des expositions d envergure au risque opérationnel et les pratiques de gestion 8 ; examiner au besoin les rapports sur le risque opérationnel; s assurer que les processus et les systèmes 9 de gestion et de mesures du risque opérationnel soient robustes et demeurent efficaces au fil du temps; 8 Le paragraphe h) de l annexe 7-I de la ligne directrice prévoit que la politique qu une entité financière utilise pour circonscrire ses lignes de métier devrait être soumise à l approbation du conseil d administration. L Autorité reconnaît toutefois que la délimitation d une ligne de métier est, en soi, une activité opérationnelle et qu elle n est pas, a priori, le type d information au sujet de laquelle le conseil d administration a l habitude de se prononcer. Dans cette optique, il serait peut-être indiqué de soumettre la politique utilisée pour circonscrire la ligne de métier à l approbation de la haute direction. 9 Comme le mentionne le paragraphe 663 a) de la ligne directrice, le terme «système» ne fait pas nécessairement référence à un dispositif technologique de gestion des risques opérationnels; il faut plutôt y voir une référence à l ensemble des politiques et des processus mis en place pour identifier, évaluer, surveiller et contrôler le risque opérationnel à l échelle de l entité financière. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 20

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : Tenue des données par les institutions appliquant l approche standard ou une approche de mesure avancée (AMA) Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES 1. Constitution Le comité de gestion des risques (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la planification du recrutement et des ressources. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la planification du recrutement et des ressources Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 3 mars 2011 Table des matières Sommaire... i 1.0

Plus en détail

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3 Assurance et cautionnement de contrats (CIB) Octroi de crédit, souscription de prêts, facturation, recouvrement et surveillance Rapport de vérification final Rapport n o 12/13 17 février 2014 Diffusion

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité de l information financière et non financière Mars 2012

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Élaborée par : Élaborée par : Traduite

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts COMMUNIQUÉ 14-COM-001 11 juillet 2014 Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe de travail composé de

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail