Comme dans toute activité économique, le travail recouvre en production porcine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comme dans toute activité économique, le travail recouvre en production porcine"

Transcription

1 Le travail en production porcine* Comme dans toute activité économique, le travail recouvre en production porcine plusieurs dimensions : facteur de production d importance croissante dans le coût de revient, activité quotidienne, attentes et conditions de vie de l éleveur, expression d un métier Au cours des trente dernières années, l évolution des structures de production porcine a été considérable. Elle a été marquée par une concentration structurelle et l émergence de formes d élevages organisées appelées ateliers (en parallèle avec le contexte industriel), marquées par la recherche d une productivité maximale des facteurs de production. Ces évolutions structurelles se sont accompagnées de bouleversements dans la ressource de travail mobilisée par les activités de production : modes d organisation technique, nature des tâches et du métier, recherche de nouvelles formes d entreprises permettant d assurer les besoins (dont ceux en travail) liés à l accroissement de dimension (associations entre éleveurs et plus récemment, recours croissant au salariat). L analyse du facteur travail revêt de nouvelles dimensions. Les conditions de travail prennent une importance grandissante répondant à des exigences des éleveurs (recherche d une parité de statut et qualité de vie avec d autres secteurs de l économie) et de leurs salariés. Employeur, l éleveur est confronté à la nécessité de maîtriser le nouveau métier de gestionnaire de ressources humaines. Sur le long terme, il doit maîtriser des choix stratégiques d investissement pour le développement de ses activités, choix dans lesquels la place des ressources humaines est importante. L éleveur est confronté à la nécessité de défendre ses projets d investissement et de développement dans le cadre d enquêtes publiques. Ces remises en question peuvent déstabiliser ses propres représentations, jusque là indiscutées, de son métier, voire son identité d éleveur. Dans ce contexte, le conseil technique et, en amont, la recherche de connaissances concernant le travail ont été dominés par une approche quantitative avec pour objectif l amélioration de la productivité de ce facteur, c est-à-dire la réduction du besoin en heures de travail par unité de produit, nécessaire par la compétition et l instabilité des marchés. Il s agissait de rechercher des marges de progrès par l identification des postes de travail les plus lourds et l analyse de leur variabilité en relation avec des choix techniques. Les leviers d action se sont appuyés sur l optimisation de l organisation, la recherche d économies d échelles et l automatisation. Ces approches ont pris en compte la dimension technique et organisationnelle. D autres aspects ont été traités ponctuellement comme les conditions de travail sous l angle de la pénibilité des tâches et de l ergonomie des équipements. Des dimensions à caractère sociologique ont été peu abordées et seulement récemment sous la forme de contributions de l INRA dans le cadre du programme de recherches «Porcherie verte». Ces dimensions concernent ce qu est ou ce que veut l éleveur (ses représentations, ses attentes, ses stratégies ) plutôt que ce que font l éle- * bibliographique de travaux conduits par l IFIP ou ses partenaires Résumé Cette synthèse rapporte les résultats de différents travaux réalisés par l IFIP et ses partenaires sur plusieurs aspects de l utilisation de la maind œuvre en production porcine. Les travaux conduits dans les organisations techniques ont privilégié les enjeux technicoéconomiques et le travail y est Résumé L arti analysé en terme quantitatif. La conduite en bandes influence beaucoup ces approches par les choix d organisation et les rythmes de travail. Une base de données nationale produit des références et analyse les tendances de long terme. La demande de références de la part des éleveurs et groupements s exprime aujourd hui fortement compte tenu des changements structurels que connaît la production. D autres dimensions à caractère sociologique, la question des conditions de travail et des risques professionnels ont aussi été étudiées à différentes époques et par différents partenaires. Yvon SALAÜN Cette étude a bénéficié d un financement CASDAR. 3

2 Certaines dimensions concernent ce qu est ou ce que veut l éleveur plutôt que ce que font l éleveur ou les autres travailleurs. Les configurations mixtes induisent un partage de la ressource de travail entre productions, avec des synergies ou au contraire des antagonismes, selon les contraintes d organisation des tâches et postes de travail. Il subsiste des différences d efficacité du travail selon la région, le type d atelier porcin et sa dimension. veur ou les autres travailleurs (les tâches, les heures de travail ). Se pose la question de l échelle de l analyse : les approches décrites précédemment sont centrées sur l élevage porcin considéré comme un atelier spécialisé. Celui-ci est souvent inséré dans une exploitation agricole comportant d autres activités de production, parfois importantes. Ces configurations sont déterminantes : les relations entre activités de production influencent directement les stratégies, les choix d investissement lourds et la gestion des ressources humaines. Un exemple est celui de la gestion des effluents notamment dans les régions les plus concentrées, qui met en balance des choix d évolutions structurelles déterminants comme l acquisition de foncier, le développement d une unité de traitement, la délocalisation d activités, voire leur réduction ou la sous-traitance par l intégration A l échelle de l exploitation, une enquête réalisée en 1999 par le SCEES avec la participation de l IFIP (SALAÜN et FRAYSSE, 1999) a mesuré sur le long terme les évolutions des structures de production et de la main d œuvre qu elles mobilisent. D autres travaux conduits par l IFIP dans le cadre du programme Porcherie verte ont caractérisé par typologie, les combinaisons d activités de production existant dans les régions (ILARI et al, 2004). Ces travaux ont montré qu à côté d exploitations spécialisées, le porc était souvent associé à d autres activités comme les grandes cultures ou la production laitière. Le degré de spécialisation de la main d œuvre affectée au porc a été analysé. Ces configurations mixtes induisent toujours un partage de la ressource de travail entre productions avec de possibles synergies ou au contraire des antagonismes selon les contraintes liées à l organisation des tâches et des postes de travail. Le travail, facteur de production La ressource de travail dans les exploitations porcines Le travail d enquête réalisé par le SCEES précité (SALAÜN et FRAYSSE, 1999) a fait le point sur les évolutions intervenues au cours des dernières décennies. Différents enseignements en ressortent : - la concentration des structures porcines spectaculaire au cours des 25 dernières années a été possible par les évolutions techniques associées à l amélioration de la productivité de la main d œuvre. - Les exploitations porcines apparaissent tant au plan du foncier que de l élevage comme des unités à dimension familiale (2,3 personnes pour 2 UTA ; 55 à 60 ha selon l orientation de l atelier porcin, 44 à 52 ha en Bretagne), diversement spécialisées. La production porcine mobilise en moyenne 45 % de la main d œuvre des exploitations mais ce chiffre atteint 60 % chez les naisseurs-engraisseurs contre seulement 35 % chez les naisseurs et 25 % chez les engraisseurs. Les exploitations bretonnes ayant des truies sont plus spécialisées (70 % de la main d œuvre chez les naisseurs-engraisseurs ; 40 % chez les naisseurs). Cette spécialisation est liée à la dimension de l atelier quelle que soit la région d origine. - L organisation du travail, les conditions d emploi et la nature de la main d œuvre ont subi des modifications importantes : spécialisation croissante des personnes (3 actifs sur 4 sont à temps complet ; 80 % des actifs des exploitations avec porcs sont impliqués dans l atelier porcin ; les 50 % d entre eux y consacrant au moins un mi-temps, apportent 80 % de la force de travail), emploi plus fréquent de salariés, (cette main d œuvre salariée ne représentait en 1999 que 25 % de la main d œuvre totale chez les naisseurs-engraisseurs et atteignait 51 % chez les naisseurs-engraisseurs de + de 200 truies, cette catégorie d élevages ayant fortement progressé depuis la réalisation de ce travail), intégration entre élevages (en 1999, un engraisseur sur 3 élève des porcs appartenant à des tiers ; 2 sur 3 en Bretagne) affectant l autonomie de gestion de certains éleveurs - Il subsiste des différences d efficacité du travail selon la région, le type d atelier porcin (naisseur, naisseur-engraisseur, ou engraisseur) et sa dimension. Les économies d échelle ont été mises en évidence sur le besoin en travail. Chez les naisseurs-engraisseurs, celui-ci (exprimé en UTA pour 100 truies présentes) décroît lorsque la taille progresse : 6,4 chez les - de 50 truies, 2,5 chez les , 1,6 chez les , 1,1 chez les + de 200 truies. Cette analyse, réalisée en 1999 laissait présager la poursuite de la concentration structurelle, des économies d échelles étant possibles et la variabilité demeurant importante dans toutes les catégories (taille x région x orientation). Les observations réalisées depuis ont confirmé ces tendances. 4

3 Quantifier le travail En raison du contexte historique de l évolution des sociétés rurales, le travail mobilisé par les activités agricoles était considéré comme l expression d un état (la condition de paysan) et a échappé à l analyse économique. En dépit de la professionnalisation des activités agricoles dans la seconde moitié du 20 ème siècle, le contexte presqu exclusivement familial des activités d élevage a pérennisé une analyse microéconomique (tout autant qu une pratique comptable) considérant le travail comme un facteur rémunéré sur l excédent généré par l activité. Ce n est que tardivement, avec l essor des productions horssol intensives qu une approche produit/coût/bénéfice (appuyée sur des éléments de comptabilité analytique) a été appliquée à des ateliers spécialisés et a conduit à considérer le travail comme un facteur de production : mobile (existence d alternatives), gérable, ayant une valeur, La question de sa valorisation unitaire est restée à l origine d une difficulté méthodologique (valeur basée sur une référence externe? sur le revenu du travail du secteur? sur un coût d opportunité, notion intéressante mais d emploi délicat?) jusqu à ce que le travail soit valorisé progressivement sous une forme marchande : recours au salariat, rémunération de fonctions au sein de formes sociétaires d entreprises, Cette approche a rendu nécessaire l évaluation et l analyse fine des besoins quantitatifs en main-d œuvre des différentes activités. En plus d analyses du secteur telles que précédemment rapportées, conduites à l échelle des exploitations et y caractérisant la nature et les disponibilités en main-d œuvre, des approches centrées sur l atelier de production porcine ont été conduites par l IFIP et d autres partenaires (dont les Chambres d agriculture de Bretagne), avec l objectif d observer et de quantifier les temps de travaux consacrés à la réalisation de tâches identifiées afin de constituer un référentiel, c est-à-dire de positionner des niveaux moyens et une variabilité à mettre en relation si possible avec des descripteurs de l élevage, ses structures et équipements, son organisation, Les méthodes tiennent compte de spécificités de l élevage porcin et en premier lieu ses modalités d organisation technique. En production porcine, les élevages sont organisés et conduits en bandes de truies rassemblant des animaux synchrones au plan physiologique. Cette organisation dont le nombre de bandes et la périodicité entre bandes peuvent varier, assure une régulation des flux de production, permet le plein emploi de bâtiments d élevage segmentés en salles spécialisées pour recevoir chacune un type d animal (truie, porcelet, porc charcutier) à un état physiologique donné (truies vides, en gestation, allaitantes) et permet des désinfections et vides sanitaires entre bandes successives. Cette organisation influence beaucoup les tâches, leur répartition dans le temps et les rythmes de travail. C est pourquoi, les approches se sont rapidement construites sur une segmentation précise des tâches selon leur périodicité. On distingue : des tâches quotidiennes (alimentation, soins aux animaux, paillage et curage lorsque ces travaux existent ce qui est rare, la majorité des élevages étant conduits sur caillebotis intégral), des tâches périodiques liées à la succession des bandes (nettoyage/désinfection, transferts d animaux, ) et des tâches à l échelle de l élevage et pouvant être ponctuelles ou régulières (enlèvement des lisiers et épandage, gestion, ). Des grilles descriptives ont été élaborées par l IFIP il y a plus de 25 ans. Intégrées dans une application de gestion dite Gestion Technicoéconomique - Tableau de bord, elles constituent un observatoire du temps de travail en élevage. Des références sont produites annuellement depuis cette date pour différentes catégories d élevages (naisseurs et naisseurs-engraisseurs) permettant d analyser l évolution du temps de travail moyen sur le long terme (Graphique 1) et sa variabilité en fonction de différents paramètres techniques ou caractéristiques structurelles (la dimension par exemple). Heures/truie/an Source : Tableau de bord - IFIP Année Graphique 1 : Evolution du temps de travail chez les naisseurs-engraisseurs En plus de ces quantités de travail publiées annuellement, une analyse détaillée est conduite périodiquement afin de connaître précisément les besoins par poste de travail, leurs évolutions dans le temps et leur variabilité (SALAÜN, 1987 ; SALAÜN, 1992 ; BARTOLOMEU, 2005). Ces dispositifs de collecte d information souffrent d un problème de représentativité géographique (la Bretagne insuffisamment repré- L organisation en bandes influence beaucoup les tâches, leur répartition dans le temps et les rythmes de travail. 5

4 Les activités quotidiennes, avec 5 h 10 par truie présente et par an, représentent presque la moitié du temps consacré au naissage. La main-d œuvre représente un poste majeur dans le coût de production du porc charcutier (15 %), second poste après l alimentation. Le travail en tant que facteur de production est donc une ressource à gérer en priorité. sentée compte tenu de son importance dans la production nationale) et structurel (les élevages de grande taille sous-représentés). De plus, il s agit d informations déclaratives obtenues auprès de l éleveur par son technicien, non mesurées et pouvant être biaisées d erreur d observation. Les références issues de la base de données ont été complétées par des travaux d enquêtes en élevage. Un travail conduit par l IFIP (BARTOLOMEU, 2005) a permis une approche détaillée des temps grâce à une grille descriptive des tâches telle que précédemment décrite et, pour des postes ciblés, des chronométrages ou relevés directs par un observateur dans différents contextes d élevage. Les résultats de ces travaux situent la moyenne des élevages naisseurs-engraisseurs à 22 h 44 par truie et par an. Les activités quotidiennes, avec 5 h 10 par truie présente et par an, représentent presque la moitié du temps consacré au naissage. Les activités quotidiennes en post sevrage et engraissement s élèvent à 4 h 08 par truie présente et par an. La gestion administrative et l entretien des bâtiments représentent 80 % des temps consacrés aux autres travaux, soit 3 h 45 /truie présente/an. Les écarts importants entre élevages s expliquent par le niveau d automatisation, l organisation des bâtiments et la présence ou non de litière. Le départ des porcs charcutiers correspond à l opération de transfert qui demande le plus de temps. Des travaux similaires ont été menés dans différentes régions par des Chambres d agriculture : - une étude conduite en 1994 (LE BORGNE et al, 1994) dans 89 élevages naisseurs-engraisseurs bretons et reposant sur des enquêtes sur site, fournit un bilan quantitatif des temps par tâche : le temps moyen s établit à 27,4 h, en cohérence avec les autres sources. L auteur met en évidence la variabilité importante de ce résultat. Celle-ci s exprime de la même façon pour les différents postes indiquant des marges de progrès possibles à tous les niveaux ce qui conduit à porter en priorité les efforts sur les postes les plus consommateurs tels que l alimentation des animaux (près de 30 % du temps total). La relation entre temps passé et productivité est faible. C est pourquoi la variabilité des temps est à analyser comme un problème d efficacité, sans intérêt technique. - un travail de même nature a été mené dans le département du Pasde-Calais (MICHEL, 1998), conduisant à des résultats proches. - le même type d investigation est reconduit en Bretagne (LE BORGNE et LE MOAN, 2007) dans le cadre du programme de recherches Porcherie verte. Les auteurs analysent les temps de travaux dans 67 élevages naisseurs-engraisseurs bretons. Dix ans après l étude précédente, les temps observés sont proches. Des évolutions apparaissent en accord avec les tendances déjà décrites : le temps total est en moyenne de 21 h 46 par truie et par an (seulement 19 h 37 dans les élevages sur caillebotis intégral). L analyse met en évidence un surcroît de travail (de 8 à 9 h/truie/ an) pour la gestion de la litière des élevages ayant fait ce choix. En 10 ans, la répartition du budget-temps entre les différentes tâches a évolué. La part du temps consacré au post-sevrage-engraissement s est accrue (30 %) en raison de la pratique croissante de l engraissement à façon et des transferts d animaux qui en résultent. Fait significatif, le temps consacré à des fonctions d administration/ gestion et de management s accroît. La part du naissage diminue mais représente encore 50 % du total. Ces évolutions traduisent une transformation des structures de production et des métiers. Ces travaux permettent d évaluer les progrès réalisés au cours du temps, de situer les élevages individuellement au sein d une population et de fixer des priorités d amélioration. Ils apportent des éléments sur la question des économies d échelles pour ce poste qui y est sensible et qui prend une importance croissante dans le coût de production. Dans la base de données nationale de «Tableau de bord», l approche des quantités de travail dans différents types d élevages porcins donne lieu annuellement à une évaluation économique de la charge de main-d œuvre et de son importance relative dans le coût de revient du porc. La pérennité de l application permet d apprécier sur le long terme l évolution des constituants du coût. La main-d œuvre représente maintenant un poste majeur dans le coût de production du porc charcutier, environ 15 %, constituant le second poste après l alimentation. Le travail en tant que facteur de production est donc une ressource à gérer en priorité. Optimiser le temps de travail Certaines évolutions du secteur porcin ont été directement choisies afin d optimiser les temps de travail nécessaires. La conduite en bandes ou la conception des bâtiments d élevage avec l option dominante depuis plusieurs décennies du caillebotis intégral au détriment de la litière y ont beaucoup contribué ainsi que l automatisation de 6

5 nombreuses tâches : distribution des aliments, tant en sec qu en soupe, automatisation totale de la climatisation, installation de dispositifs facilitant certaines opérations tels que le prétrempage automatisé des salles avant leur nettoyage, voire le «robot de lavage» Les travaux précédemment rapportés (LE BORGNE et LE MOAN) soulignent la variabilité qui subsiste et rend compte de défauts d efficacité. Ces résultats permettent de dégager plusieurs pistes de travail afin d améliorer cette efficacité (réduire les temps) et les conditions de travail ; parmi celles-ci en priorité : - privilégier, parmi les investissement possibles, l automatisation de la distribution des aliments. Compte tenu de l importance de ce poste, le gain réalisé permet un report du temps libéré vers des tâches plus «gratifiantes» et rémunératrices comme la gestion de la reproduction ou l accompagnement des mises bas. - améliorer l organisation de tâches comme le nettoyage et la désinfection, les transferts d animaux et adapter les équipements. - définir les priorités de travail dans l élevage en externalisant si besoin certaines tâches : entretien et gestion des effluents par exemple. A l inverse des évolutions observées jusqu à aujourd hui, certaines adaptations des systèmes d élevage sont dictées par des impératifs de nature réglementaire et sociétale et non seulement économique. La mise en groupes des truies gestantes nécessite une restructuration du parc de bâtiments et, en plus de cette contrainte technique, modifie les besoins en travail et les pratiques et comportements de l éleveur en relation avec une surveillance et un accès aux animaux moins faciles et un comportement des animaux différent avec de possibles dysfonctionnements. Cette situation requiert des analyses spécifiques : paramètres d efficacité des différents systèmes et pratiques à promouvoir ou à proscrire. Tous les indicateurs économiques et les comparaisons internationales indiquent que la concentration des structures de production se poursuivra malgré les difficultés qui y font obstacle dans le contexte français : densité élevée dans les zones de production et gestion contraignante des effluents Ces évolutions s accompagneront de modifications de l organisation des sites d élevage dont certaines existent déjà : spécialisation des sites en naissage et engraissement séparés ; création de sites de naissage collectifs détenus en co-propriété par plusieurs éleveurs engraisseurs Ces choix modifieront les pratiques de travail et les métiers : définition des postes, qualification et spécialisation, responsabilisation, De nouveaux enjeux devront être traités : par exemple, la prise en compte d aspects environnementaux (émissions d ammoniac et de gaz à effet de serre, odeurs, réduction des consommations d énergie fossile, production d énergie ) pourra se traduire par le développement de nouveaux procédés et la mise en œuvre d équipements spécifiques engendrant de nouvelles tâches et nécessitant une adaptation des compétences. Le développement des stations de traitement biologique des lisiers en fournit déjà un exemple. A l avenir, d autres équipements pourraient s y ajouter (échangeurs thermiques, laveurs d air, pompes à chaleur, installations de méthanisation, ) dont certains à l origine de nouveaux métiers. En plus des recherches de références tels que rapportées, l étude du paramètre travail en relation avec des pratiques diverses et complexes s appuiera à l avenir sur des approches de modélisation. Une expérience a été menée par l INRA (MARTEL, 2008) avec la collaboration de l IFIP. Dans le cadre d une thèse de doctorat, une modélisation d un élevage naisseur a été réalisée prenant en compte en plus des paramètres d organisation, la conduite et le fonctionnement d un troupeau de truies, une description des tâches liées aux événements. Le besoin en travail et sa répartition temporelle sont prédits. Le modèle permet l évaluation de différentes stratégies. La prise en compte de la probabilité de réponses permet d appréhender le résultat moyen d un scénario et sa variabilité. Ce type d outil est intéressant pour l étude de systèmes complexes au sein desquels de nombreux éléments interagissent. Une approche par modélisation a été menée par RIEGEL et SCHICK dans le contexte de l élevage porcin suisse. Un modèle de simulation spécifique à l élevage porcin (PROOF) a été paramétré à partir de relevés de temps de travaux pour calculer la charge de travail et a été utilisé pour comparer différentes modalités techniques ou structurelles : dimension, degré d automatisation,... Ce modèle permet de planifier l organisation du travail pour la construction ou la transformation de bâtiments. Les temps de travail cités dans l étude (de 23,6 à 39,2 heures par truie et par an) sont élevés rendant compte de conditions de production différentes. Certaines adaptations des systèmes d élevage sont dictées par des impératifs de nature réglementaire et sociétale et non seulement économique. La mise en groupes des truies gestantes nécessite une restructuration des bâtiments et modifie les besoins en travail, pratiques et comportements de l éleveur. 7

6 Les tâches estimées les moins pénibles par les éleveurs sont les activités quotidiennes, la gestion de la reproduction, l accompagnement des mises bas et les soins aux porcelets nouveaux-nés. L exécution répétée de tâches s accompagnant d efforts physiques importants et de postures pénibles peut poser un problème de santé au travail. L éleveur au travail Conditions de travail et risques pour la santé Pénibilité et pathologies associées Les conditions de travail ont souvent été abordées, en cohérence avec les approches quantitatives précédentes, par la caractérisation de la pénibilité des tâches. Plusieurs travaux ont permis sur la base de déclarations d éleveurs lors d enquêtes, de cibler les opérations considérées par eux-mêmes comme pénibles, cette notion recouvrant plusieurs notions : la difficulté physique de réalisation de la tâche, son caractère désagréable ou son image peu valorisante. Les travaux conduits par l IFIP, rapportés précédemment, conduisent à des constats assez répétables : les tâches estimées les moins pénibles par les éleveurs sont les activités quotidiennes, la gestion de la reproduction, l accompagnement des mises bas et les soins aux porcelets nouveauxnés. La castration, le nettoyagedésinfection et la gestion des litières sont considérées comme déplaisantes et peu valorisantes (BARTOLOMEU). Au-delà de la notion de pénibilité, l exécution répétée de tâches s accompagnant d efforts physiques importants et de postures inadéquates peut poser un problème de santé au travail en accroissant la fréquence de pathologies d hypersollicitation, qui s expriment au plan clinique par divers Troubles Musculo-Squelettiques (TMS). Une étude conduite en 2007 par les Chambres d agriculture de Bretagne, en partenariat avec l ARACT (Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail), identifie et caractérise parmi les opérations d élevage, les plus à risque, et définit des moyens d amélioration. La méthode importée du secteur industriel met en évidence et évalue les risques d accident et d usure professionnelle. Elle a été appliquée dans trois élevages en focalisant l analyse sur certaines activités : opérations jugées pénibles, tâches à impact économique, situations dans lesquelles des travaux sont envisagés en neuf ou en rénovation (de façon à inclure les conditions de travail dans l élaboration du projet), Plusieurs types de risques sont apparus : risques de chute lors de l enjambement des cloisons entre cases, de l escalade de portillons difficiles à ouvrir, de déplacements d animaux dans des couloirs peu aménagés, risques de blessure par l utilisation d outils coupants ou piquants,, risques d usure liés à des postures récurrentes pénibles... D autres risques existent en relation avec les pratiques d élevage : auto-injection de vaccins, de produits hormonaux, Divers types de réponses peuvent être apportés selon le cas : la suppression du risque par la réalisation d aménagements voire la suppression de l opération générant le risque si elle n est pas indispensable à l obtention de bons résultats ; l évaluation des pratiques afin de dégager des possibilités d atténuer le risque (bonnes pratiques, ergonomie des équipements, ). La restitution des observations aux personnes concernées les conduit à élaborer elles-mêmes des propositions d amélioration adaptées à leur élevage, à leurs souhaits, mais pas systématiquement généralisables. Cette démarche apporte les éléments nécessaires à l élaboration et à l actualisation du «document unique d évaluation des risques professionnels». Ce document peut être utilisé comme un outil de gestion au lieu d être perçu comme une contrainte. Si les solutions mises en œuvre sont spécifiques à chaque situation, la méthode s avère généralisable. Pathologies respiratoires A côté des risques précédemment évoqués, d autres éléments en relation avec les conditions de travail peuvent toucher la santé de l éleveur : la production porcine est réalisée le plus souvent en bâtiments fermé contenant des quantités importantes d animaux, de nourriture et de déjections, à l origine de niveaux élevés d émission de polluants potentiellement toxiques pour l appareil respiratoire des porchers (DONHAM, 1989). Les activités rythmées par la conduite en bandes des troupeaux nécessitent une présence permanente et prolongée dans ces bâtiments. De nombreuses études réalisées depuis trente ans dans différents pays rapportent que plus de 50 % des éleveurs de porcs souffriraient de troubles respiratoires (REYNOLDS et al, 1996). Trois familles de polluants peuvent être distingués : les poussières, l ammoniac et les germes bactériens ou viraux mis en suspension. Les poussières représentant l ensemble des particules solides en suspension dans l air sont émises dans les porcheries par l aliment (80 à 90 %), la dessiccation des excréments, la litière et la désquamation de l épiderme des animaux. Les mesures effectuées par l IFIP 8

7 montrent que la concentration en particules de poussières dans les porcheries s élève en moyenne à 1, particules par m 3 d air (GUINGAND et al, 1994). Le risque est lié à la concentration en poussières fines (< 2,5 microns) pouvant atteindre les alvéoles pulmonaires. Celles-ci représenteraient 80 % des poussières émises en porcheries, pour seulement 10 % de la masse totale (NILSSON, 1982). Le Code du Travail limite les niveaux d inhalation sur 8 heures à 10 mg/m 3 pour les poussières totales et 5 mg pour les poussières alvéolaires. L ammoniac provenant de la dégradation de l urée contenue dans l urine par l uréase fécale est très présent dans les bâtiments porcins. Les concentrations dans l air, selon les études réalisées en élevages (GUINGAND, 1997), dépassent rarement 30 ppm. L émission annuelle est estimée à 3 kg par place d engraissement dans un bâtiment sur caillebotis intégral avec préfosses sous le bâtiment. La valeur limite d exposition instantanée et la valeur moyenne d exposition sur 8 h définies par l INRS* sont respectivement de 50 ppm (36 mg/m 3 ) et 25 ppm (18 mg/m 3 ). Les études sur la contamination bactérienne des atmosphères de porcheries sont peu nombreuses. Selon DONHAM et al (1986), la concentration en bactéries dans l air des porcheries peut atteindre 10 6 /m 3, supérieure de 2 à 3 log aux concentrations dans l air extérieur. De nombreux germes peuvent être rencontrés : streptocoques, staphylocoques mais peu de germes Gram négatif. Les troubles respiratoires chez les éleveurs ont été soulignés par plusieurs enquêtes épidémiologiques depuis le signalement de ce problème par DONHAM en Les synthèses réalisées font ressortir l influence de la durée d exposition sur le risque d atteinte respiratoire. S agissant des troubles chroniques, la part spécifique liée au métier d éleveur de porcs est difficile à dissocier d autres facteurs de risque (tabagisme, ), rendant la caractérisation de cette affection comme maladie professionnelle difficile, mais la réalité du risque semble avérée (PELLERIN, 1996 ; RYLANDER et al, 1989). Si les affections graves restent rares et imputables pour partie à d autres causes, diverses mesures de prévention peuvent être conseillées aux éleveurs : incorporation de matière grasse dans l aliment, précipitation électrostatique des poussières, brumisation, flushage ou autre mode d évacuation du lisier, réglage adéquat de la ventilation, port de masque lors de certaines opérations. Des tests d efficacité de ces équipements individuels ont été réalisés par l IFIP. Celle-ci pour les poussières fines et surtout les gaz est variable selon le type d équipement. Ces solutions sont souvent coûteuses et d un usage peu commode. Risques aigus Parmi les tâches générant des risques importants, il faut mentionner les opérations de vidange des préfosses ou toute action mettant en mouvement des volumes importants d effluents qui peuvent conduire à libérer dans l air ambiant l hydrogène sulfuré contenu dans l effluent. Ce dégagement gazeux peut être à l origine d accidents mortels. Toute intervention dans une fosse en présence de lisier doit être réalisée sous la protection d un équipement respiratoire individuel adapté non disponible dans la plupart des élevages. L éleveur et son travail : représentations et identité Le travail par sa nature, les savoir-faire et la formation qu il requiert, par le tissu relationnel et partenarial qu il génère (organisations collectives, connaissance et reconnaissance entre pairs, ), par l image qu il renvoie auprès de tiers, contribue à structurer l identité de l éleveur. Les organisations techniques et de conseil se sont surtout intéressées à ce que fait l éleveur (quoi? comment?) plutôt qu à ce qu est l éleveur ou à ce que sont ses attentes profondes en dehors de l analyse des choix et préférences techniques qu il est amené à faire dans la conduite de ses activités. Entre 2001 et 2007, la mise en œuvre par l INRA du programme Porcherie verte a conduit des sociologues à se pencher sur la condition et les pratiques des éleveurs de porcs afin de connaître différentes dimensions de l identité d éleveur révélées par les modalités de mise en œuvre de la production. NICOURT (2007) analyse à partir d entretiens avec des éleveurs des Côtes d Armor, comment les outils d analyse technique et économique proposés, en influençant le conseil technique, l animation collective et la mutualisation de données, de références, de pratiques, contribuent à construire un modèle centré sur l excellence professionnelle («l idéalisation» d un bon travail) et conditionnant la reconnaissance par les pairs c està-dire des distinctions sociales au sein du métier. Le prix des «cochons d or» récompensant annuellement la performance technique d éleveurs est analysé comme une expression symbolique de cette réalité. Parmi les tâches générant des risques : les opérations de vidange des préfosses. * INRS : Institut National de Recherche et de Sécurité Les outils d analyse technique et économique contribuent à construire un modèle centré sur l excellence professionnelle. 9

8 La main-d œuvre salariée assure plus de 50 % du besoin chez les naisseurs et naisseurs-engraisseurs de plus de 200 truies. 57 % des élevages ont recours à de la maind œuvre salariée. Le même auteur dans un autre travail conduit au sein du programme Porcherie Verte auprès d éleveurs du Finistère et de Dordogne, s interroge en analysant le travail comme un ressort de la construction de l identité de l éleveur, sur la manière dont la critique matérialisée par la confrontation avec des tiers lors d enquêtes publiques conflictuelles ayant accompagné le développement de nouveaux projets, fragilise cette identité. Le conflit et la déstabilisation identitaire naissent d une divergence de représentations, entre celle de l éleveur dominé par le bien faire son métier et celles de tiers ne partageant pas ce référentiel et lui opposant divers aspects négatifs de l élevage (nuisances ). L éleveur doit choisir entre une position d acteur dans un territoire et celle de chef d une entreprise à risque environnemental. La perception qu ont les éleveurs de leur métier, la manière dont ils entendent l exercer et celle selon laquelle ils construisent leurs objectifs de long terme sont diverses ainsi que les trajectoires de développement des exploitations porcines. Un travail de recherche réalisé auprès de deux groupes d éleveurs, néerlandais et français (COMMANDEUR, 2005) analyse les stratégies techniques ou économiques en s appuyant sur des modèles appelés styles, en rapport avec les conditions de production techniques et structurelles des élevages. Cinq styles sont identifiés, distinguant les éleveurs selon leurs attitudes et priorités au regard de paramètres tels que la productivité du travail, les choix de dimension ou la productivité technique des animaux. Ces styles sont désignés par une image : se distinguent l entrepreneur, l artisan, le patrimonial, l animalier ou le versatile. Cette typologie vise à montrer la diversité des logiques existant dans les élevages porcins et celle des éleveurs eux-mêmes. L éleveur employeur : la question du salariat Evolution du salariat en production porcine L enquête réalisée en 1999 par le SCEES (SALAÜN et FRAYSSE) met en évidence l accroissement de la part du salariat dans la couverture du besoin total de main-d œuvre au sein des exploitations porcines. Celle-ci atteint 24 % dans les élevages naisseurs-engraisseurs contre seulement 7 et 8 % chez les naisseurs et les engraisseurs, respectivement. La situation dépend beaucoup de la taille des ateliers. La main-d œuvre salariée assure plus de 50 % du besoin chez les naisseurs et naisseurs-engraisseurs de plus de 200 truies. La main d œuvre d origine familiale change enmême temps de nature : alors que différents membres de la famille contribuaient traditionnellement à l activité, la main-d œuvre familiale tend à se réduire à l éleveur lui-même, les autres membres exerçant souvent des professions sans rapport avec les activités de l exploitation, d autant plus que la taille de l atelier est importante. Par exemple, dans les élevages naisseurs-engraisseurs de plus de 200 truies, l éleveur, sa famille et les salariés apportent respectivement 40 %, 9 % et 51 % du besoin en travail. Ces tendances se sont poursuivies, voire accrues depuis Dans le cadre d une collaboration au sein d un projet conduit par l IFIP et visant à dresser l état des lieux du parc de bâtiments (ROGUET et al, 2007), les Centres d Economie Rurale montrent que dans des exploitations porcines spécialisées naisseurs-engraisseurs employant en moyenne 2,4 UTA : - 57 % des élevages mais respectivement 18 % des moins de 100 truies et 97 % des plus de 300 truies, ont recours à de la main-d œuvre salariée - la main-d œuvre salariée représente 38 % de la ressource de travail ; cette proportion variant de 7 % chez les moins de 100 truies à 67 % dans les plus de 300 truies. Organisation/spécialisation/qualification, statut En relation avec la progression de la part du salariat dans les élevages porcins, l organisation du travail se trouve affectée. Un double mouvement s opère : de spécialisation (chaque travailleur peut être responsable d un secteur de l élevage, d autant plus focalisé que l élevage est important) et de stratification des qualifications et compétences. Sur le long terme, cette émergence d une diversité des métiers pose la question des carrières et de la promotion interne, Au quotidien, se pose pour l éleveur devenu manager, l enjeu d organiser, répartir, contrôler, stimuler c est-à-dire de gérer les ressources humaines. Cette situation induit une mobilité ou instabilité des ressources de travail disponibles pour le secteur. Localement, des difficultés d ajustement offre/demande peuvent apparaître. Différents travaux ont viser à catégoriser les emplois en production porcine en différenciant les postes selon différentes dimensions parfois difficiles à croiser entre elles : les champs techniques d intervention et savoir-faire associé ou le degré de responsabilité représenté par un statut comme responsable d élevage, technicien, porcher, (DE LANGHE, 1997). 10

9 Peu de travaux avaient été consacrés jusqu à récemment à l analyse de la problématique des régulations du travail devenues nécessaires par la complexification et la différenciation des métiers en production porcine. Une étude réalisée en 2005 dans le cadre d une collaboration entre l ESA et l IFIP (BINET et al, 2005) a analysé les fonctions de gestion des ressources humaines dans différents types d élevages. Une typologie a été construite selon le type de management (délégué, partagé, collaboratif, partiellement délégué) et le type de structure (grands élevages, maternités collectives, exploitations familiales). Les fonctions de gestion des ressources humaines sont prises en compte dans les outils de grande dimension, le management y est délégué à un chef d élevage.dans les maternités collectives, ce management est partagé entre un responsable d élevage et un gérant représentant les actionnaires. Dans les structures familiales, le management est délégué selon la répartition des tâches choisie. Le niveau de connaissance des employeurs en matière de gestion des ressources humaines a été appréhendé. Il varie avec la dimension. En 2007, HOSTIOU et al développent l application de la méthode «Atelage» (Activités de Travail en exploitation d ELevAGE) dans 10 élevages du Massif Central pour identifier des profils caractérisant l attribution de tâches aux différents salariés : nature des tâches, rythmes de travail, Ce travail rend possible une représentation plus généralisable de modes de régulation de l organisation du travail adaptés à une diversité de situations, intégrant des choix de priorité systématiques ou adaptatifs et prenant en compte les interactions fréquentes avec d autres besoins de travail au sein de l exploitation. Le rôle des salariés eux-mêmes dans les processus de régulation différent selon leur statut (responsable d élevage/technicien spécialisé /ouvrier) est à considérer. Des travaux se sont intéressés à des phases critiques matérialisant un changement de statut. L embauche du premier salarié qui consacre le passage pour l éleveur de seul maître à bord à celui d employeur, gestionnaire, donneur d ordres, censeur a été abordée dans l étude citée conduite par la Chambre d agriculture de Bretagne en collaboration avec l ARACT (JEGOU et al, 2007) et dans un travail d enquête spécifique auprès de 53 éleveurs ayant recours aux services d un salarié (LE MOAN et al, 2007). Ces travaux mettent en évidence l importance d une période de tutorat structuré qui nécessite de définir l activité confiée à la personne recrutée, d évaluer ses compétences et de déceler les points où elle doit progresser, de désigner un tuteur et d organiser le travail de ce dernier pendant la période de tutorat pour qu il puisse transmettre ses compétences sans devoir arbitrer entre faire son travail et former le nouveau salarié. Les éleveurs employeurs affirment rencontrer des difficultés dans leur management et avoir besoin de formation en la matière. D autres travaux non dédiés spécifiquement à la production porcine ne s intéressent pas à la notion de travail mais aux relations humaines entre personnes présentes sur un même site d exploitation (Chambre d agriculture de Bretagne, FEOGA, 2006). A partir d entretiens auprès d agriculteurs, cette étude définit 4 domaines de compétence à maîtriser pour assurer un fonctionnement harmonieux du relationnel : la connaissance du fonctionnement psychologique de l individu, la communication (écoute, expression), la coopération (définition des objectifs et négociation), l établissement de modalités et règles d organisation et de fonctionnement. Le point de vue des salariés Les travaux précités (HOSTIOU et al, 2007) prennent en compte les opinions des salariés dans l analyse. La vision qu ont les salariés de leur métier, leurs aspirations, insatisfactions, sont à prendre en considération compte tenu des difficultés de recrutement du secteur et du déficit récurrent en personnel qualifié. En témoignent plusieurs enquêtes réalisées à différentes époques par différents acteurs : - en 1992, la revue professionnelle Porc magazine, en collaboration avec l UNREP, interrogeait 133 salariés d élevages porcins sur leurs cursus, motivations, conditions d emploi et de formation, aspirations et insatisfactions. Il en ressortait un bon niveau de satisfaction avec des conditions jugées bonnes dans trois-quarts des cas, un sentiment d exercer des responsabilités et d organiser son propre travail, les doléances portant sur le temps de travail excessif et secondairement les astreintes. - MOUREAUD et BITAUD (1993), rendant compte d un travail réalisé par l Ecole Supérieure d Agriculture d Angers pour les ASAVPA et la Chambre d agriculture de Bretagne, font état d une opinion moins favorable des salariés d élevage sur leur métier. Ceux-ci souhaitent une revalorisation de son image et ne se reconnaissent pas dans le terme peu valorisant, d ouvrier agricole. Ils souffrent d une gestion des ressources humaines peu dynamique et souhaitent bénéficier d une for- Les éleveurs employeurs affirment rencontrer des difficultés dans leur management et avoir besoin de formation en la matière. La vision qu ont les salariés de leur métier, leurs aspirations, insatisfactions, sont à prendre en considération compte tenu des difficultés de recrutement du secteur et du déficit récurrent en personnel qualifié. 11

10 Des travaux seraient à conduire auprès des étudiants de l enseignement agricole pour comprendre l origine des déséquilibres observés dans l offre et la demande de candidats aux différentes productions. Un apport de méthode est à rechercher par la mutualisation des besoins, approches, outils, entre Instituts techniques de différentes filières de production. La participation de ces instituts à un Réseau Mixte Thématique sur cette thématique du travail œuvre en ce sens. mation initiale plus orientée vers la fonction de salarié. - Une enquête menée en 2000 par l ASAVPA 22 (Association de salariés agricoles pour la vulgarisation et le progrès en agriculture dans les Côtes d armor) renvoie une image positive de l opinion de 376 salariés (dont 123 en production porcine) sur leur profession : intérêt du métier, soif d apprendre, mobilité ressortent de cette consultation. Les manques concernent aussi l accès à la formation et à l information. Les rémunérations s étagent de à F (991 à ) avec une moyenne à F (1 209 ) et distinguent favorablement la production porcine par rapport aux autres activités (lait, aviculture, machinisme, maraîchage, polyculture-élevage). - un dossier de 16 pages, paru en 2006 dans la revue Porc Magazine destinée aux employeurs, fait le point sur la nécessité de former des jeunes en prévision de besoins croissants et présente différents témoignages ou initiatives exemplaires. - Le travail cité relatif à l embauche du premier salarié (LE MOAN et al ) comporte une enquête auprès de 19 salariés uniques d élevages porcins. Leur préférence s exprime en faveur d exploitations spécialisées dans lesquelles la relation de travail peut s exercer avec un interlocuteur privilégié. Ils estiment être autonomes et responsables de leur activité au sein de l élevage. Malgré les points de vue positifs émis sur leur métier par ceux qui l exercent, les candidats sont rares au regard des besoins. La permanence de cette situation de pénurie renvoie à des causes multiples : désaffection de l enseignement agricole vis à vis de la production porcine, image défavorable, Des travaux seraient à conduire auprès des étudiants de l enseignement agricole pour comprendre l origine des déséquilibres observés dans l offre et la demande de candidats aux différentes productions. Conclusion Cette synthèse rapporte les résultats de différents travaux réalisés sur plusieurs aspects de l utilisation de la main-d œuvre en production porcin par l IFIP et ses partenaires. Les résultats de la bibliographie sont mobilisés. Le travail apparaît comme une problématique complexe et multiple selon que l éclairage privilégie la dimension économique (le travail comme facteur de production) ou d autres aspects : objet de l activité quotidienne pour l éleveur, élément d expression du métier, vecteur de représentations tant de la part de l éleveur que de tiers, voire support de l identité même de l éleveur. Ces dimensions ont été inégalement abordées. Les travaux conduits dans les organisations techniques (IFIP, Chambres d agriculture) ont privilégié les enjeux technico-économiques et le travail y est analysé en termes quantitatifs et dans ses relations avec les caractéristiques structurelles et techniques des élevages. La conduite en bandes influence beaucoup ces approches par les choix d organisation et les rythmes de travail. Une base de données nationale (GTE-tableau de bord)complétée périodiquement par des études analytiques, produit des références pour ces éléments quantitatifs et analyse les tendances de long terme. La représentativité de ces dispositifs doit être améliorée. Des enquêtes ponctuelles par le SCEES apportent des éléments moins analytiques, s appuyant sur des échantillons représentatifs. La demande de travaux de la part des professionnels éleveurs, groupements de producteurs s exprime aujourd hui fortement autour des dimensions mobilisées par les changements structurels de la production : accroissement de la dimension et modes d organisation du travail, management d une maind œuvre salariée (recrutement, gestion des compétences et des relations de travail, intéressement et motivation, ), modalités d association entre éleveurs dans le cadre de formes sociétaires, entrée et sortie de l activité, transmission des outils, D autres dimensions à caractère sociologique, ont été explorées dans plusieurs travaux de la Recherche publique avec des apports intéressants. La question des conditions de travail et celle liée des risques professionnels ont été étudiées à différentes époques et par différents partenaires (IFIP, Chambres d agriculture de Bretagne, INRA). Les approches restent parcellaires. Des tentatives ont été conduites qui méritent d être prolongées (étude Chambre d agriculture de Bretagne/ARACT ; HOSTIOU et al). Un apport de méthode est à rechercher auprès de la Recherche publique, par la mutualisation des besoins, approches, outils, entre Instituts techniques de différentes filières de production. Un éclairage pertinent sur les interactions entre ateliers au sein des exploitations est attendu. La participation de ces instituts à un Réseau Mixte Thématique sur cette thématique du travail œuvre en ce sens. Des apports méthodologiques seraient à rechercher auprès du secteur industriel malgré les différences de contexte. 12

11 Références bibliographiques Binet V., Guillaume D., Le Fur Y., Lépine R., La gestion des ressources humaines en élevage porcin Rapport d étude ESA-ITP ; décembre. Bartolomeu D., Les temps de travaux en élevage porcin, points-clés et facteurs de variation. Techniporc, 28(1), Chambre d agriculture de Bretagne, Temps de travaux en naissage plein air. Novembre. Chambre d agriculture de Bretagne, AREFA Bretagne, oct L image des métiers de la production agricole et les besoins en moyens d information sur les métiers. Rapport d étude. Chambre d agriculture de Bretagne, FEOGA, mai Les relations humaines au sein des exploitations agricoles, synthèse du travail régional d ingénierie de formation. Commandeur M., Caractériser les «styles d élevage» dans l espace d information de l éleveur porcin. Journées Recherche Porcine, 37, De Langhe P., Le métier de salarié en élevage de porc - huit postes identifiés - Atout Porc, juillet, Donham K.J., Scallon L.J., Popendorf W., Treuhaft M.W., Roberts R.C., Characterization for dust collected from swine confinement buildings - Am. Ind. Hyg. Associ. J. 47 : Donham K.J., Hagling F., Peterson Y., Rylander R., Belin L., Environmental and health studies of farm workers in Swedish swine confinement buildings British J. of Ind. Medicine 46:31-37 Guingand N., Maîtrise de la qualité de l air en élevages porcins, avicoles et bovins pour un meilleur confort des animaux, du personnel et une meilleure protection de l environnement Rapport ACTA, 30 pages. Guingand N., Qualité de l air dans les porcheries. TechniPorc, 21,3,98. Hostiou N., Dedieu B., Pailleux J.Y., Le salariat en élevage porcin et les régulations du travail. Journées Recherche Porcine, 39, Ilari E., Daridan D., Desbois D., Fraysse J.L., Fraysse J., Les systèmes de production du porc en France : typologie des exploitations agricoles ayant des porcs. Journées Recherche Porcine, 36, 1-8. INRS, Valeurs limites pour les concentrations des substances dangereuses dans l air des lieux de travail Cahier de notes documentaires N 125 4ème trimestre : Jegou J-Y., Le Moan L., Quillien J-P., Amélioration des conditions de travail dans les élevages porcins, rapport d étude Chambre d agriculture de Bretagne. Le Beux G., Le travail en élevage de porcs : pratiques, améliorations et aspirations. Mémoire de fin d étude, 140p. Le Borgne M., Le Bris B, Quillien J.P., Temps de travaux : enquête dans 89 ateliers porcins de Bretagne. EDE-Chambres d agriculture de Bretagne. Le Moan L., Pichodo X., Roy H., Quinio P.Y., Kerguillec-Renault E., Le Borgne M., Le Cozler Y., Pellois H., Bartolomeu D., Donet P., Sallard R., Temps de travail en élevage porcin. Bretagne-Pays de la Loire. Rapport d étude, décembre. Action Porcherie Verte Ac-11g. 42 p. Le Moan L., S.Pierre, J.P.Quillien, H.Roy, L.Cottais, Intérêt et pérennité du travail à façon. Chambre Régionale d Agriculture de Bretagne, octobre. Le Moan L., C.Pineau, P.Grimaud, Conséquences techniques, économiques et sociales de l embauche d un premier salarié en élevage porcin. Chambre Régionale d agriculture de Bretagne, mars. Moureaud M., M.Bitaud, L avenir du salariat agricole en Bretagne. Bulletin mensuel de l APCA - N 48 - avril. Michel G., Les temps de travaux en ateliers truies. Chambre d agriculture du Pas-de-Calais ; septembre. Nicourt C., Distinguer les «bons éleveurs». Journées Recherche Porcine, 39, Nicourt C., S. de Gasparo, Critique du travail et fragilisation de l identité de l éleveur. Journées Recherche Porcine, 37, Pellerin O., La pathologie respiratoire des éleveurs de porcs Thèse de Docteur en médecine. Porc Magazine, Enquête exclusive Porc magazine Porchers : les nouveaux techniciens d élevage. N 248 Septembre. Porc Magazine, Dossier : former et embaucher des jeunes. N 133 Décembre. Rattin S., Actifs familiaux professionnels : les deux tiers sont des exploitants. Agreste Cahiers N 4, p Réussir Porcs, Enquête Asavpa en production porcine; les salariés sont fiers de leur métier. Mai 2001 N 72. Reynolds S.J., Donham K.J., Whitten P., Merchant J.A., Burmeisteir L., Popendorf W.J., Longitudinal evaluation of Dose-response relationships for environmental exposures and pulmonary function in swine production workers American Journal of Industrial Medicine (29): Riegel M., Schick M., Temps et charge de travail dans la production porcine : comparaison des systèmes d élevage et d engraissement répandus. Rapports FAT, n 650. Roguet C., Massabie P., Gourmelen C., Douguet G., Le parc des élevages de porcs en France Etat des lieux, évaluation du besoin d investissement Rapport d étude IFIP, pour l Office de l Elevage - septembre. Rylander R., Donham K.J., Hjort C., Brouwer R., Heederik D., Effects of exposure to dust in swine confinement buildings: a working group report Scan. J. Work. Environ. Health 15: Salaün Y., Une approche du temps de travail en production porcine à partir des résultats du réseau dit Tableau de bord ITP, TechniPorc, 10, 2, 87. Salaün Y., Analyse du temps de travail dans les élevages suivis par le Tableau de bord ITP en 1991, TechniPorc, 15, 4, 92. Salaün Y., Fraysse J-L., La main-d œuvre des élevages porcins : des différences d efficacité sensibles. AGRESTE - Les Cahiers n 40, p Autres publications (revues spécialisées porcines) non citées dans le texte : Atout Porc Bretagne, Hors série «Travail : du temps, des moyens et des idées». Porc Magazine, Dossier spécial «Travailler mieux et moins». N 360, p Porc Magazine, Profitez des opportunités, améliorez la gestion de vos salariés. N 366, p Contact : 13

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE

PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE PLAN DES ACTIONS PREVUES POUR REMEDIER AUX PRINCIPALES DIFFICULTES RELEVEES DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE DE CONTROLE Constats réalisés dans le cadre de la campagne de contrôle Les résultats de la campagne

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Alexia AUBRY IFIP-Institut du porc «L accès aux données pour la recherche & l innovation» Workshop ACTA 8 octobre

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus

Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus 351 Les cotisants solidaires : des agriculteurs non reconnus par Madame Magali Aubert Ingénieur d études à l Institut national de recherche agronomique

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale entreprises générales de france BTP Les engagements de l entreprise générale en matière sociale et sociétale 1 Sommaire Introduction............. page 3 Les engagements sociaux...................... pages

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) Le contexte Dans le BTP, la valeur ajoutée est principalement générée par la main d œuvre. Dans le cadre d un projet de Gestion Prévisionnelle

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

La prise en compte de la pénibilité au travail dans les collectivités territoriales. Septembre 2014

La prise en compte de la pénibilité au travail dans les collectivités territoriales. Septembre 2014 Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation La prise en compte de la pénibilité au travail

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

Les fondamentaux des Ressources Humaines

Les fondamentaux des Ressources Humaines Les fondamentaux des Ressources Humaines Référence GRH-01 JOUR 1 Les grands principes de la fonction RH Acquérir une vision globale de la gestion des ressources humaines dans l'entreprise. Maîtriser les

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière

Etats des lieux des Méthodologies de. Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Etats des lieux des Méthodologies de Création de Références Technicoéconomiques sur les Circuits courts de Commercialisation: Travaux menés sur la filière Porcine et la Charcuterie Fermière Pierre FROTIN

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS

Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011. Atelier n 4. Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS Session d accompagnement de la rénovation du BTSA GEMEAU Bordeaux, mai 2011 Atelier n 4 Formation en milieu professionnel EPREUVE E7- SPV/SPS L épreuve 7 permet d évaluer la capacité intégrative 10 du

Plus en détail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail L. Madeline (1), R. Palazon (2), M. Fourot

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

AGIR AVEC (PRÉVENTION

AGIR AVEC (PRÉVENTION AGIR AVEC (PRÉVENTION (LA PRÉVENTION En quoi c est important? Préserver la santé et la sécurité de ses employés Garantir leur intégrité physique et mentale Veiller à leur bien-être au travail Penser prévention,

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage Ressources humaines Joëlle Imbert Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage 6 Les indicateurs de performance des processus Généralisés à la fin des années 1980

Plus en détail

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services Ministère de l Equipement, des Transports et du Logement CEDIP Centre d Evaluation, de Documentation et d Innovation Pédagogiques Alternance et formation post-concours Intérêt et principaux points de vigilance

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur?

Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. Comment nous retourner votre cahier d acteur? Participez à la démarche en rédigeant ce cahier d acteurs. C est simple, il suffit de remplacer les textes grisés à compléter par votre texte. Votre cahier d acteurs sera mis en forme avant publication

Plus en détail