N 53 MAI 2015 CHAVOUOTH 5775

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 53 MAI 2015 CHAVOUOTH 5775"

Transcription

1 N 53 MAI 2015 CHAVOUOTH 5775

2

3 NEUILLY PARIS OUEST SOMMAIRE MESSAGE DU PRÉSIDENT... 4 MOT DE LA RÉDACTION... 6 MESSAGE DU RABBIN... 8 PENSÉE JUIVE Chavouot, un apprentissage de la vie, par Gilles Bernheim, Grand Rabbin du Consistoire Central Les deux types de contenus de la révélation au Sinaï : loi écrite et loi orale, par le Grand Rabbin Alexis Blum DATES ET HORAIRES À RETENIR PRESCRIPTIONS DE CHAVOUOTH ACTUALITÉS Chabbat de Joël Mergui à Neuilly À la mémoire de Stéphane Atlani z"l Femmes de nos communautés, rejoignez la WIZO Opération des paniers de Pessa h réussie CENTRE COMMUNAUTAIRE Présentation et bulletin d adhésion Programme des ateliers et cours Le club de bridge part en Israël PARTENARIAT Voyage aux États-Unis TRIBUNE LIBRE Fier d appartenir à la nation française et au peuple juif, par Gil Taieb NUL N EST CENSÉ IGNORER LA LOI... JUIVE Les parachiot réunies («mé houtbarot») : Pourquoi? JEUNESSE Entrez dans la danse! Le collège Alliance ENIO Inscriptions au Talmud Torah de Neuilly sur Seine La vie du Talmud Torah HISTOIRE Shoah : la Maison Marguerite CARNET Gilles Bernheim, Grand Rabbin du Consistoire Central Paniers de Pessa h, opération réussie Gil Taieb, Vice-Président du CRIF et du FSJU Paris isouest Le magazine de la Communauté juive de Neuilly/Seine 12, rue Ancelle Neuilly/Seine Tèl : Directeur de la Publication : Philippe Besnainou Rédacteur en Chef : Philippe Meyer Secrétaire de rédaction : Emmanuelle Allouche Edition Régie publicitaire : SAB Print / Pascal Karsenti Tél. : Conception Graphique / Impression : SAB Print N 53 Mai

4 NEUILLY PARIS OUEST MESSAGE DU PRÉSIDENT Philippe Besnainou Président de la communauté ACIP Neuilly-Ancelle Notre communauté a connu de très belles fêtes de Pessa h. Les offices à la synagogue ainsi que les deux sédarim communautaires, animés par le rabbin Michaël Azoulay et par Moché Taïeb que je veux ici tous deux remercier, ont été célébrés avec chaleur et ferveur, en présence de très nombreux fidèles. Et à peine les fêtes de Pessa h achevées, nous nous dirigeons très vite vers Chavouot et la commémoration du don de la Torah. Notre communauté peut être fière de la richesse, du dynamisme et de l intensité de la vie juive qu elle abrite et qu elle fait sans cesse prospérer. Comme l a récemment souligné le Président du Consistoire Joël Mergui qui a passé un Chabbat avec nous, la communauté de Neuilly est à bien des égards une communauté pilote. CONTACTS Pour contacter la synagogue : Secrétariat : poste 4 ouvert de 9h à 16h lundi, mardi, jeudi, de 9h à 12h le mercredi et de 9h à 12h30 le vendredi. Bureau du Rabbin : poste 5 Locations de salle et activités communautaires : poste 6 Talmud Torah et coordination générale : poste 7 Le Rabbin Michaël AZOULAY reçoit sur rendezvous. Par mail : Site de la synagogue : com Adresse : 12, rue Ancelle Neuilly sur Seine Pour contacter le Centre Communautaire : Adresse : 44 rue Jacques Dulud Neuilly sur Seine Par tél. : / Par mail : Si vous souhaitez recevoir notre newsletter, n hésitez pas à nous envoyer votre adresse mail. Pour contacter le Gan de Neuilly Adresse : 44 rue Jacques Dulud Neuilly sur Seine Par tél. : Myriam Pizzo, directrice Par mail : Consistoire 17, rue Saint-Georges PARIS - Tél. : Site : Site des Éclaireurs Israélites de France : Mail groupe local : Il y a bien sûr les fêtes et les Chabbatot qui émaillent notre calendrier juif et qui sont toujours pour nous l occasion de nous réjouir et de nous réunir nombreux pour prier et étudier ensemble dans les différents offices que nous organisons au service de tous les fidèles. Mais il y a également l agenda des activités, des célébrations, et des cours dispensés tant à la synagogue qu au Centre communautaire qui ne désemplit pas semaine après semaine. C est l occasion pour moi de remercier à nouveau sincèrement et chaleureusement au nom de tous, le travail du rabbin, des permanents et des administrateurs de la communauté sans qui tout cela ne serait pas possible. Mais au-delà de ces efforts fournis jour après jour par nos responsables, cette vie juive exceptionnelle, qui alimente au quotidien notre identité juive, a besoin de chacune et de chacun d entre vous pour en garantir la pérennité. C est par la solidarité et l aide de chacun que l avenir juif de nos enfants continuera d être construit ici, avec nos familles et nos proches, et de continuer à leur transmettre ce que nous-mêmes avons reçu. Cette solidarité communautaire peut prendre différentes formes, en fonction de la sensibilité et de la volonté de chacun de participer à la vie et à l essor de notre communauté. Que ce soit en donnant de son temps à travers une aide bénévole, en proposant de nouvelles idées d activité et d organisation, ou en soutenant financièrement les actions et les projets mis en œuvre, chaque fidèle peut et doit apporter sa propre pierre à l édifice communautaire. Dans le contexte difficile qui est celui des juifs de France actuellement, et auquel n échappe bien sûr pas notre communauté de Neuilly, cette solidarité nous est plus que jamais nécessaire. Le climat de doutes et de questionnements que nous connaissons influence en effet à la fois les ressources de notre communauté, à travers notamment le départ de certains fidèles et la prudence accrue de certains autres, ainsi que les dépenses nécessaires que nous devons assurer, à travers notamment les besoins vitaux en matière de sécurité. Ce double effet auquel notre communauté, comme bien d autres, doit aujourd hui faire face, nous pose un défi majeur que nous ne pourrons relever qu avec votre aide et votre soutien. Je sais pouvoir compter sur votre solidarité et votre générosité qui n a jamais fait défaut et qui a permis depuis toujours de porter la communauté de Neuilly à la place qui est la sienne aujourd hui. Faisons tout, ensemble, pour qu il en soit de même demain. Plus que jamais, nous sommes responsables et redevables les uns des autres. Je vous souhaite à toutes et à tous de très bonnes fêtes de Chavouot, Hag Saméa h 4 N 53 Mai 2015

5 FONDATION DU PATRIMOINE JUIF DE FRANCE בס"ד ISF 2015 CONSTRUISONS ENSEMBLE LA VIE JUIVE DE DEMAIN en déduisant 75% du montant de votre don* et choisissez le programme ou la communauté que vous désirez soutenir Conception graphique - Cédric Benslous *dans la limite de CONSISTOIRE CENTRAL UNION DES COMMUNAUTÉS JUIVES DE FRANCE Renseignements : Chèques à libeller à l ordre de «FJF - Fondation du Patrimoine Juif de France» à adresser au Consistoire Central - 19, rue St-Georges, Paris Dons en ligne : patrimoine.fondationjudaisme.org La Fondation du Patrimoine Juif de France est placée sous l égide de la Fondation du Judaïsme Français

6 NEUILLY PARIS OUEST MOT DE LA RÉDACTION Philippe Meyer La fête de Pessa h, qui s est achevée il y a peu de temps, rappelait la naissance de la nation juive, libérée par Moïse de l esclavage et guidée vers la Terre promise. Dans son prolongement, et par la célébration du don de la Torah, la fête de Chavouot marque le passage de la nation au Peuple juif et l aboutissement de notre identité juive. Une identité basée depuis lors sur le triptyque «Un Peuple, un Livre, une Terre». C est cette identité forte, et dont nous sommes si fiers, que nos ennemis ont toujours cherché à effacer toutes ses formes, jusqu à aujourd hui. On peut d ailleurs se poser la question de savoir pourquoi une telle identité, fondée sur les valeurs de liberté, de transmission, de solidarité et de foi dans l avenir, pose tant de problèmes à certains au point de l attaquer sans relâche. Il faut croire que la lumière et l espérance qu elle porte en elle n est pas compatible avec l obscurantisme et la peur que nos ennemis veulent imposer - hier comme aujourd hui - à tous ceux qui ne leur ressemblent pas. Dans le contexte difficile de doutes et de questionnements que nous connaissons actuellement, la fête de Chavouot peut ainsi être appelée cette année - plus que jamais - la fête de l identité juive. Plus encore que d habitude, nous célèbrerons dans la joie et dans l espoir ce don de la Torah, et plus largement cette vie juive que nous menons jour après jour dans nos communautés avec ferveur, enthousiasme et détermination. Cette belle fête de Chavouot, symbole de notre identité juive, est au centre de ce numéro. Outre la contribution traditionnelle, toujours très attendue et appréciée, de notre Rabbin Michaël Azoulay, nous avons l honneur et le privilège de vous proposer les enseignements de deux illustres Grands Rabbins sur les significations de Chavouot, à savoir le Grand Rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin du Consistoire Central, et le Grand Rabbin Alexis Blum que nous connaissons tous si bien. Qu ils en soient ici vivement remerciés. Au-delà du don de la Torah et de ses conséquences infinies pour le Peuple juif, notre identité réside aussi dans la vie juive qui, dans notre communauté de Neuilly, est toujours aussi riche et intense. C est aussi cela que nous célébrons avec Chavouot, et c est pourquoi nous revenons comme toujours sur les évènements récents qui ont marqué notre communauté et sur les annonces des rendez-vous à venir et à retenir. Enfin, Gil Taieb, vice-président du CRIF et du FSJU, nous exprime sa fierté, dans le climat actuel, d appartenir à la nation française et au Peuple juif, défendant lui aussi avec la passion qu on lui connait cette identité juive qui nous tient tous tant à cœur. Loin de tout repli, de toute crainte et de tout renoncement, la communauté juive doit continuer de porter haut l étendard de cette identité qui nous a façonnés depuis le don de la Torah et qui a fait l histoire et la grandeur du Peuple juif. C est la meilleure des réponses à apporter à ceux qui tiennent tant à la détruire. Et c est la meilleure des énergies pour continuer à faire vivre la flamme du Peuple juif, la lumière de son Livre et la chaleur de sa Terre. Hag Samea h à tous. La rédaction remercie tous les annonceurs qui permettent à notre bulletin de s autofinancer. Nous demandons à nos lecteurs de les privilégier dans leurs achats. Pour figurer comme annonceur, il suffit de prendre contact avec notre régie publicitaire : S.A.B Print Régie Publicitaire : 23, rue d Anjou Paris Pascal KARSENTI : Tél. : Fax : N 53 Mai 2015

7

8 NEUILLY PARIS OUEST MESSAGE DU RABBIN Rabbin Michaël Azoulay Chavou ot («semaines»), ainsi que son nom l indique, étant reliée à la fête de Pessa h par la supputation du Omer (sept semaines de compte), il m a semblé utile d évoquer la figure d un grand sage du judaïsme, dont disciples périrent durant les 33 premiers jours de la dite supputation, selon le Talmud. Le même Talmud relie par ailleurs Chavou ot au don de la Torah. Or, ce maître en est l un des plus éminents représentants. Rabbi Akiba et les dix martyrs de la foi. Contexte historique : Les dix martyrs de la foi correspondent, dans la tradition juive, perpétuant leur souvenir dans la liturgie synagogale, à dix sages juifs éminents du deuxième siècle, dont Rabbi Akiba (env ), qui furent suppliciés par Rome, sous le règne de l empereur Hadrien ( ). Ce récit provient de la littérature midrachique 1, et en particulier du midrach médiéval Elleh Ezkerah. Selon celui-ci, l empereur romain demanda à ces sages la peine prescrite par la législation juive, pour l auteur du rapt et de la vente d un autre juif. Les rabbins lui répondirent que la Bible le sanctionnait par la peine capitale 2. L empereur évoqua alors le cas de Joseph qui fut enlevé et vendu comme esclave par ses frères, sans que ces derniers ne fussent exécutés. Les dix sages d Israël furent condamnés à mourir à leur place. La kabbale va jusqu à affirmer que les âmes des dix frères de Joseph qui prirent part à cette vente, se réincarnèrent dans les corps des dix rabbins au moment de leur torture, afin de réparer leur faute par la souffrance subie. La liturgie a repris ce récit de l argutie de l empereur et du martyr subi par dix rabbins cités nommément, à travers une des élégies les plus poignantes de Tich ah beav 3 sur les assarah harougé mal hout (dix martyrs de la foi, en hébreu). Sont cités, notamment, les rabbins Akiba, Hanania ben Teradyon 4, le grand prêtre Ichmaël et le président de l Assemblée, rabbi Chim on ben Gamliel. Un certain nombre d inexactitudes dans le récit que fait le midrach des dix martyrs a conduit les spécialistes à ne pas y voir un récit fondé historiquement, mais plutôt le reflet de la situation tragique des juifs de Palestine sous l oppression romaine, radicalisée après la révolte avortée de Bar Kokhba ( après J.C). Ainsi, les dix sages énumérés ne vivaient pas tous à la même époque, et des midrachim se contredisent quant à l identité des martyrs 5. Toutefois, la vérité historique ne saurait entraver la réflexion. Dans Difficile liberté, Emmanuel Levinas écrit : «Ce n est pas le passé d Israël qui forme l enseignement de la Bible, mais le jugement porté sur cette histoire. Faux ou vrai? Cela ne dépend pas des documents profanes qui confirment ou infirment la matérialité des faits relatés, mais de la vérité humaine de cet enseignement.» Quelle «vérité humaine» émerge du thème des dix martyrs de la foi, à partir du supplice du plus charismatique de ces sages, à savoir, Akiba ben Yossef? Nous tenterons de répondre à cette question, après avoir présenté le texte talmudique qui évoque les derniers moments de rabbi Akiba. Précisons que ce texte commence par l interprétation donnée par rabbi Akiba à l injonction biblique «tu aimeras l Eternel ton D.ieu de toute ton âme» (Deutéronome 6, 5) : «Rabbi Akiba dit : «de toute ton âme» (signifie que tu aimeras ton D.ieu) même s Il te prend ton âme (c est-à-dire, ta vie). Le judaïsme ne jugeant crédibles que les discours qui passent l épreuve des actes, le martyr de rabbi Akiba va témoigner de la sincérité de ce dernier. Talmud de Babylonie, Traité Bérakhot, page 62b : «Une baraïta 6 enseigne : il arriva que le royaume (il s agit de Rome qui régnait sur la Palestine) promulgua un décret interdisant aux Judéens (Israël, dans le texte) d étudier la Torah 7. Que fit rabbi Akiba? Il alla réunir des assemblées de manière publique, s installa et prêcha (enseigna la Torah). Papus fils de Yehuda le trouva. Il lui dit : «Akiba! Ne crains-tu pas cette nation (Rome)?»Il ( Akiba) lui répondit : «Laisse moi te donner une parabole. A quoi la chose ressemble? (C est-à-dire, voila à quoi l on peut comparer ce que tu me demandes de faire, à savoir, de cesser d enseigner la Torah) A un renard qui marchait sur le bord d une rivière et qui vit des poissons fuyant dans toutes les directions. Il s adressa à eux : «pourquoi vous enfuyez-vous?» Ils lui répondirent : «à cause des filets et de leurs rets qui s abattent sur nous.» Il leur dit alors : «voudriez-vous me rejoindre sur la terre ferme, afin que nous vivions ensemble comme l ont fait mes ancêtres et les vôtres». Ils lui dirent : «C est de toi que l on dit que tu es le plus intelligent des animaux? Tu n es pas intelligent mais stupide. Si nous avons peur là où nous vivons (dans le fleuve), à fortiori craindrons-nous pour nos vies au lieu de notre mort (la terre ferme)!» Il en est de même pour nous (le peuple juif). Si déjà, alors que nous étudions la Torah, dans laquelle il est écrit «car elle est ta vie et ta longévité» (Deutéronome 30, 20) nous avons peur (des persécutions romaines), à fortiori si nous nous coupons des paroles de Torah.» u u u 8 N 53 Mai 2015

9

10 NEUILLY PARIS OUEST MESSAGE DU RABBIN (suite de la page 8) Rabbin Michaël Azoulay u u u Peu de temps passa (après cet épisode) avant qu ils (les Romains) n arrêtent rabbi Akiba et l emprisonnent, ainsi que Papus fils de Yehuda, qu ils enfermèrent dans la même cellule. Papus lui dit : «Qu est ce qui t a amené ici? Tu peux être heureux rabbi Akiba, d avoir été appréhendé pour l enseignement de la Torah! Malheur à moi qui me suis fait arrêter pour des choses futiles! Lorsqu ils firent sortir rabbi Akiba pour l exécution, c était le moment de réciter le Chema 8. Tandis qu on lacérait sa chair avec des peignes en fer, il s appliquait à accepter le joug du royaume céleste avec amour. Ses disciples l interpellèrent : «jusque là?» (Tu parviens encore à te concentrer malgré les souffrances endurées ou il faut accepter la sentence divine avec amour, malgré sa dureté). Il leur répondit : «toute ma vie je souffrais à cause de ce verset : «(tu aimeras l Eternel ton D.ieu ) de toute ton âme» - même s Il te prend ton âme. Je disais : «quand cette possibilité se présentera-t-elle à moi afin que je l accomplisse? A présent qu elle est à ma portée, ne vais-je pas l accomplir?» Il prolongeait (le mot) e had (Un) lorsque son âme le quitta. Une voix divine se fit entendre, disant : «heureux sois-tu rabbi Akiba, car ton âme est sortie au moment où tu proclamais l Unité divine». Les anges s écrièrent devant le Saint Béni Soit-Il : «voici la Torah et voilà sa récompense?». Ils dirent : «Des hommes (sauve-moi) par Ta main Eternel, des hommes de la terre» (Psaume 17 du Livre des psaumes). Il leur répondit (avec la suite du verset des psaumes invoqué) : «qui jouissent de leur part dans cette vie». Une voix divine dit alors : «heureux sois-tu rabbi Akiba, car tu es destiné à la vie du monde à venir». Dans une autre Aggadah talmudique 9 (Traité Ménah ot, page 29b), où Dieu, dans une vision prophétique, montre à Moïse, l enseignement de rabbi Akiba, la fin tragique de ce dernier 10 lui est également montrée, mais la réponse de D.ieu à interpellation de Moïse est bien plus violente, Dieu lui intimant le silence, sans lui donner aucune explication. Enfin, dans l horreur qui va croissante, le point paroxystique est atteint par l élégie déjà citée, qui décrit la sauvagerie avec laquelle les dix rabbins sont mis à mort, et la révolte des anges qui gronde, au point que D.ieu menace de ramener le monde au chaos originel s ils ne font pas silence. Et à chaque fois, sur un ton péremptoire, Dieu dit : «ceci est un décret qui ne souffre aucune contestation!». Nous pourrions nous contenter de voir dans ce martyrologe une certaine conception de la vie, valeur suprême mais pas absolue. Le renoncement à certains idéaux ôterait tout sens à l existence. Le Talmud enseigne ainsi qu il faut choisir la mort si l on veut nous contraindre à commettre l une des trois fautes gravissimes que sont : l idolâtrie, le meurtre ou un rapport sexuel prohibé par la Bible. Rabbi Akiba et les neuf autres sages auraient donc estimé que ne plus étudier et enseigner la Torah revient à abandonner le Dieu unique. Il serait également tentant de voir dans ce récit, l illustration tragique de ce que le Talmud appelle les «épreuves d amour» (yissouré ahava) que Dieu fait subir aux justes 11, au sens de l amour de l homme qui se révèle à l occasion de ses souffrances. Il s agirait ici du degré ultime de l amour de Dieu, atteint dans le martyre assumé par celui qui le subit. Mais les réactions indignées des anges et de Moïse, renvoient à nos propres attitudes devant le spectacle de la souffrance des innocents. A cette question redoutable, à laquelle nous sommes tous confrontés, le récit des dix martyrs de la foi, qu il soit authentique ou légendaire, répond par ce sentiment confus d amour et de révolte qui anime celui qui ne veut pas rompre le dialogue avec la transcendance. Celui, aussi, qui accepte le constat des limites de son entendement humain. Limites signifiées dans ces textes par le refus de D.ieu de poursuivre le dialogue avec ses créatures. L on relèvera, toutefois, que dans le dialogue qui s instaure entre les anges et D.ieu, devant le sort de rabbi Akiba, D.ieu leur apporte une réponse. Plus largement, la tradition juive, comme d autres traditions religieuses, s est largement intéressée au problème du mal dans le monde, et tente d y apporter des réponses. C est là le paradoxe créatif d une pensée qui juge, d une part, légitime de s interroger sur un phénomène aucun nul n échappe et, d autre part, met en garde contre la prétention de saisir les intentions divines, ou, pour le dire autrement, de «se prendre pour D.ieu» 12. Au silence de D.ieu, dans la tourmente, il vaut parfois mieux que succède le silence des hommes, plutôt que de dérisoires prétentions à comprendre le mystère du mal. Michaël Azoulay 1 De manière succincte, l on peut dire que le midrach est un corpus foisonnant d exégèses rabbiniques de la Bible, rédigées à différentes époques. 2 Conformément à Exode 20, 13 (huitième commandement du Décalogue) et 21, 16 ; Deutéronome 24, 7. 3 Jour de jeûne, dans le calendrier hébraïque, qui commémore la destruction du Premier Temple par les Babyloniens en 586 av J.C, et la destruction du Second Temple par les légions romaines en 70 après J.C. 4 Le martyr subi par ces deux rabbins est également narré par le Talmud de Babylonie, dans les traités Bérakhot (page 62b, pour rabbi Akiba) et Avoda zara (page 18a, pour rabbi Hanania ben Teradyon). 5 Notre professeur d histoire juive au Séminaire Israélite de France, Monsieur André Nahon, élève de Georges Vajda, nous avait indiqué que l on ignorait l identité exacte des dix sages. 6 Terme araméen, qui désigne tout «enseignement extérieur», c est-à-dire, texte tannaïtique non compilé dans la Mishna (loi orale). 7 La révolte de Bar Kokhba entraîna des persécutions très dures de la part des Romains, et, notamment, la prohibition de l étude de la Torah et de la pratique du judaïsme. 8 Texte biblique qui exprime la foi et l obéissance du juif à l égard de Dieu, et qui est lu tous les jours, matin et soir. La première phrase est : «Ecoute Israël, l Eternel est notre Dieu, l Eternel est Un» (Deutéronome 6, 4). 9 Aggadah signifie «récit». Elle constitue la partie non juridique du Talmud. 10 Moïse voit les Romains vendre la chair de rabbi Akiba au marché. 11 La souffrance des justes échappe en effet au schéma classique de la souffrance-punition. 12 Pour reprendre une formule du grand rabbin Gilles Bernheim. 10 N 53 Mai 2015

11

12 NEUILLY PARIS OUEST PENSÉE JUIVE CHAVOUOT, un apprentissage de la vie Par Gilles Bernheim, Grand Rabbin du Consistoire Central La Tora désigne Chavouot comme la «fête de la moisson, fête des prémices de tes biens, que tu auras semés dans la terre» (Ex. 23, 16). Tout homme en Israël est tenu d apporter au Temple les premiers fruits ou grains de sa récolte arrivés à maturation sur sa terre. Cette prescription puise ses racines dans la conception selon laquelle l ensemble de la terre provient de D-ieu. Dès lors aucun être ne peut en jouir sans que le Créateur ne lui en ait accordé le droit. Le rav Shimon Shkop ( ) enseigne à cet égard que le propre de l enfance est de vouloir tout, tout de suite. Et qu un peuple encore «enfant», celui qui vient de sortir d Egypte, est tenté de s approprier la terre qui lui est promise, et ce dans une perpétuelle précipitation. Mais qui n est pas «enfant» à une époque notre époque où les moyens de maîtrise immédiate des choses de la nature réductibles à des objets, et des personnes réductibles à des moyens, abondent, tandis que les modèles «adultes» manquent? Ces moyens nous donnent du moins le croyons-nous la possibilité de réaliser dans un laps de temps toujours court ce que nous voulons, et ils peuvent du moins le croyons-nous encore se substituer à nos insuffisances. En même temps que nous avons bien conscience que toute une vie n est pas assez longue pour se connaître et s accomplir, pour apprendre la patience, et avec elle la confiance, nous savons aussi, à l inverse, que l impatience qui nous caractérise tous, plus ou moins, est le produit de la peur de la mort et d une volonté de maîtrise. Prélever pour donner et non pas s approprier pour dominer, tel est bien le geste qui donne à la fête de Chavouot toute sa plénitude. Car on sait que seul l instant où l on ne saurait pas donner mais où l on voudrait accaparer la nature et autrui totalement, s approprier le bonheur à jamais et tout posséder, laisse en fin de compte un sentiment de manque destructeur. La vie est une succession de renoncements, de séparations et de pertes qui nous amputent et nous font souffrir, mais qui, en même temps, nous permettent de mûrir. Apprendre à affronter ces pertes, à les accepter peu à peu, non pour se réfugier dans la résignation, mais pour découvrir aussi bien la consolation de la durée que la réalité de se découvrir plus fort d avoir pu traverser l épreuve. Celui qui n apprend pas à perdre ne pourra jamais vivre vraiment, ni apprivoiser un tout petit peu la mort. Il apparaît ainsi que les rites qui nous obligeraient à nous dessaisir d une part de nos biens avant de nous instaurer comme maître de la nature sont une modalité de l apprentissage de la vie, et que donner est une valeur universelle sans laquelle nulle vie ne serait longtemps possible. Avant d achever notre réflexion, embrassons du regard le chemin qui conduit de Pessa h à Chavouot. A Pessa h, plongés dans la douleur de l esclavage, les Hébreux en étaient réduits à prendre bien plus qu à donner. La sortie d Egypte marque la fin de cette fermeture. Puis les quarante-neuf jours qui séparent Pessa h de Chavouot symbolisent un temps d apprentissage. L acte de donner, loin d être évident dans nos vies, suppose un murissement intérieur. A Chavouot, les Hébreux savent pleinement donner. C est pourquoi, Chavouot est aussi la fête du don. 12 N 53 Mai 2015

13

14 NEUILLY PARIS OUEST PENSÉE JUIVE Les deux types de contenus de la révélation au Sinaï : loi écrite et loi orale Par le Grand Rabbin Alexis Blum Chavouoth, fête des «Semaines», les sept semaines comptées chaque jour depuis Pessa h a perdu après la destruction du Temple son caractère de fête de pèlerinage et son aspect agricole de fête de la moisson et d offrande des prémices. Aujourd hui, chavouoth est réduit à l anniversaire du don de la Tora au Sinaï comme le soulignent les textes liturgiques : «zeman matan toraténou». L alliance conclue entre D.ieu et le peuple d Israël (Lév.26, 46) lui impose l observance des commandements révélés à Moïse et consignés dans le Pentateuque et désignés comme Tora écrite. Mais les rabbins affirment aussi l existence d une tradition orale transmise depuis la révélation du Sinaï, et lui confèrent une autorité équivalente à celle de la Loi écrite. Cette loi orale fournit la seule interprétation authentique de la loi écrite. Elle peut avoir été dévoilée par la mise en œuvre de règles herméneutiques précises, elles-mêmes révélées, ou par des dispositions connues par tradition sans bénéficier d un appui scripturaire (halakha le moche mi-sinaï). Cette loi orale s est enrichie à chaque époque de décisions d origine rabbinique, sous la forme d interdictions nouvelles (guezéroth) ou d obligations (takanoth) dessinées à répondre aux exigences du temps et adaptées aux progrès de la technologie. L absence de référence claire à la tradition orale dans le texte biblique a facilité son déni dès l Antiquité. Les Pharisiens à la fin de l existence du Temple de Jérusalem détruit en 70 de notre ère eurent à lutter contre la secte des Sadducéens pour défendre la réalité, l authenticité et la légitimité de cette transmission orale. Au Moyen-Age, le judaïsme rabbinique dut affronter le karaïsme, mouvement juif hérétique apparu en Babylonie au 8 e siècle et rejetant la tradition orale. Le karaïsme, perçu comme une grave menace suscita d impitoyables polémiques avec les plus éminents sages fidèles à la tradition rabbinique, tels Saadia Gaon (Egypte 882-Babylonie 942). Pour justifier l existence et la nécessité de la loi orale (Tora chébeal pé) s est développée toute une littérature dont voici quelques arguments : 1. Rabbi Joseph Albo (Espagne 15 e siècle) postule que par définition, un texte parfait ne peut comporter la moindre ambiguïté. Or, par exemple, le verset du «chema» (Deutéronome 6,4) : «Ecoute Israël, l Eternel est notre D.ieu, l Eternel est unique» les Juifs comprennent comme l énoncé du monothéisme absolu est interprété par les chrétiens comme une preuve de la trinité divine. Sans la tradition orale, le texte biblique serait resté ambigu et par conséquent imparfait. 2. Pour Juda Hallévi (Tudèle Alexandrie 1141), dans son «Kouzari, Apologie de la religion méprisée», (livre 3 35), il est impossible de lire sans faute et de comprendre les mots de la Bible en l absence d une tradition relative à la vocalisation et à la ponctuation du texte. Si l on acceptait la tradition orale de manière partielle seulement - par exemple, pour les problèmes de lecture - et non pour les enseignements de la «halakha» c est-à-dire la norme d application des commandements, ce serait agir de manière incohérente. A ces arguments d ordre philosophique, J. Hallévi ajoute des preuves scripturaires. Quand Moïse dit aux enfants d Israël : Ce mois-ci est pour vous le premier des mois (Exode 12,2) parle-t-il des mois égyptiens ou chaldéens, des mois lunaires ou solaires? Sans tradition orale, la réponse n est pas certaine. Quand la Tora traite de «zevi ha», immolation des animaux, obligation préalable à leur consommation licite, le mode d abattage est impossible à découvrir sans l apport de la tradition. De même, la définition de certaines graisses animales citées en Lévitique 3, 17 suppose une tradition orale, ainsi que la distinction entre oiseaux purs et impurs (Lév. 11, 13-19). «Que l homme ne sorte pas de son endroit (le chabbat)» ordonne la Tora (Ex. 16, 29). S agit-il, demande Juda Hallévi, de sa maison, de sa cour, de sa rue, de son quartier, de sa ville, etc.? Le recours à une tradition s impose. Sans tradition, on ne saurait non plus la définition exacte des activités prohibées, le chabbat (Ex. 20, 10). u u u 14 N 53 Mai 2015

15 C était en 1945 J avais survécu à l enfer et j avais perdu toute ma famille. Jacqueline C était en 1987 mes parents avaient des difficultés. Michael C était en J avais quitté mon pays, j avais tout perdu. Robert L OSE était là hier, elle est toujours là pour tous aujourd hui. FAITES UN DON ISF À LA FONDATION OSE-MES : POUR PROTEGER NOS ENFANTS, NOS FAMILLES, NOS AÎNÉS, NOTRE MÉMOIRE. Depuis sa création en 1912 pour secourir les enfants juifs victimes des persécutions et de la pauvreté, l OSÉ n a cessé d innover pour venir en aide aux plus fragiles : enfants et familles malmenés par la vie, aînés délaissés, personnes malades ou handicapées, survivants de la Shoah En faisant un don à la Fondation OSÉ-MES, déductible à 75% de votre ISF, vous soutiendrez une œuvre unique par l étendue et la richesse de ses actions dans les domaines de la protection de l enfance, de la santé ou de la transmission de la mémoire. Pour tout savoir et faire votre don : >> don au titre de l ISF Sous égide de la Fondation du Judaïsme Français Gettyimages - Stephen Simpson - Huntstock - Rengim Mutevellioglu ISF1504NPO

16 NEUILLY PARIS OUEST PENSÉE JUIVE (suite de la page 14) u u u «Les textes les plus clairs de la Tora sont ardus, à plus forte raison les plus difficiles ; pour interpréter la Tora, on ne peut que s appuyer sur la loi orale», dit le Kouzari, donnant encore l exemple de la législation des délits monétaires et du droit successoral (Nombres 27,8-11). La méthode précise de la circoncision (Genèse 17, 10-14), la confection des franges rituelles (Tsitsith, Nombres 15, 38-39) ne sont suffisamment explicitées que par la loi orale. Le fameux rabbin d Alger, Rabbi Chim on ben Tséma h Duran, dit le RaCHBaTS ( ) remarque que Yitro enjoint son gendre Moïse d appointer des juges en précisant (Ex. 18, 20) : «Notifie-leur également les lois et les doctrines, instruis-les de la voie qu ils ont à suivre et de la conduite qu ils doivent tenir». Cela n implique-t-il pas que Moïse doive enseigner des éléments connus uniquement par la tradition orale? La Tora recommande de porter les affaires complexes à l autorité judiciaire supérieure (Deutéronome 17, 8-11). Celleci conclut le RaCHBats, possède donc de plus larges connaissances de la tradition orale. Daniel a risqué sa vie en Babylonie pour prier le seul D.ieu (Daniel, 6, 11). Or, observe avec finesse Juda Hallévi, la Tora écrite ne formule pas clairement un devoir de prier quotidiennement. Sans un tel impératif, le choix du martyre éventuel n aurait pas été légitime. Ceci vient prouver que Daniel avait connaissance par la loi orale de la mitsva le commandement de prier. D autres maîtres de toutes les époques et continents ont donné encore maints exemples de préceptes énoncés de manière elliptique dans le Pentateuque. Le Grand Rabbin Ernest Weill dans l Introduction à son Choul hâne Aroukh Abrégé (rééd Paris page XV), rappelle que le Pentateuque lui- même par les mots «ainsi que je te l ai ordonné» (Deutéronome 12,21) se réfère à la loi orale qu il présuppose. A propos de l Etrog, rappelons l expression hermétique de l ordre biblique (Lévitique 23, 40) «Vous prendrez le premier jour (de la fête des cabanes) le fruit d un bel arbre». La tradition orale seule précise qu il s agit du cédrat. Enfin toute la pratique des tefiline du bras et de la tête aux si nombreuses règles d application ne peut se déduire du texte écrit de la Tora : «tu les attacheras (les paroles divines) comme signe sur ton bras» (Deutéronome 6,8). A vrai dire aucune loi de la Tora ne peut se pratiquer sans le recours à la tradition orale du judaïsme. Certains auteurs se sont demandé pourquoi l existence et la nécessité de la loi orale ayant été démontrées, il n y a pas eu de mise par écrit de tout ce corpus juridique. Nos Sages ont tenu à maintenir l étude des sources de la tradition, des principes et l histoire des débats et discussions entre les écoles de Hillel et de Chammaï, de Rabbi Ismaël et Rabbi Akiva, de Rachi et des Tossafistes et entre les maîtres de toutes les époques pour maintenir vivante la tradition juridique juive et pour lui permettre de s adapter et de répondre aux défis de contextes historiques en permanente évolution. Le Rabbin Loew, dit le Maharal de Prague (1512?-1609) considère comme pratiquement impossible la rédaction d un ouvrage exhaustif renfermant la totalité des détails de la loi et de leur explication. Le Talmud qui n est qu un aide-mémoire de la tradition orale comporte déjà des milliers de pages de grand format. Mettre toute la Tora orale par écrit serait donc une tâche irréalisable, contre laquelle Kohéleth a déjà mis en garde : on fait des livres en quantité, à ne pas finir. (Ecclésiaste 12,12) Notes : Albo, Sefer Ha-ikarim 3, 23 ; Juda Hallévi le Kusari, traduit du texte original arabe par le Grand rabbin Charles Touati éd. Verdier Lagrasse 1994 ; Maharal, Gour Aryeh sur Exode 34, N 53 Mai 2015

17 prêt à poser coussins sur mesure rideaux sur-mesure voilages -20% sur toute la sélection blanc estival 15 MAI AU 20 JUIN 2015 collection de peinture canapés convertibles accessoires 112 avenue Achille Peretti Neuilly-sur-Seine T

18 NEUILLY PARIS OUEST DATES ET HORAIRES À RETENIR : (SAUF JOURS DE FÊTE) Horaires des offices de la semaine (sauf jours de fête) Dimanche et jours fériés שחרית Cha harit 8h00 מנהח מעריב Min ha et Maariv 19h30 Du Lundi au Jeudi שחרית Cha harit 7h00 מנהח מעריב Min ha et Maariv 19h30 Vendredi soir שחרית Cha harit 7h00 מנהח Min ha 19h Chir hachirim-arvit 19h15 Chabbat Samedi Matin Synagogue à 9h00 2 e office au CCJC à 9h00 Cours de Rav Azimov à 12h30 à la synagogue (1 er étage) Samedi après-midi 1h30 avant la fin de chabbat Maariv à la fin de Chabbat Dates à retenir Fêtes de TICHRI 5776 Début des sélih ot séfarades : lundi 17 août 2015 Début des sélih ot achkénazes (et grandes sélih ot pour tous) : dimanche 6 septembre 2015 Roch Hachana 5776 : lundi 14 et mardi 15 septembre 2015 Jeûne de Guédaliah : mercredi 16 septembre 2015 Chabbat Chouva : samedi 19 septembre 2015 Yom Kippour : mercredi 23 septembre 2015 Soukot : du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre 2015 Chémini Atséret et Simh at Torah : lundi 5 et mardi 6 octobre 2015 La vente des places pour les fêtes de Tichri débutera à partir du lundi 1 er juin, aux horaires du secrétariat au poste 4. Programme des cours du rabbin M. Azoulay, samedis d avril à juin 2015 : Le choix des thèmes et la matière à réflexion proviennent, à quelques exceptions près, d un ouvrage publié l année dernière par Haïm Navon, rabbin de Modi in, enseignant en Torah dans des Yéchivot, centres d étude et Mikhlalot. Auteur de neuf livres (publiés en hébreu), dont un best-seller, «Eve n a pas mangé une pomme-101 erreurs répandues au sujet du judaïsme». Sa dernière œuvre est Teqou-101 grandes controverses du judaïsme. Les sujets sont généralement en rapport avec la Paracha de la semaine. CHABBAT 18 AVRIL, 19H : Le non respect des lois de la Cacherout («lois alimentaires») : conséquences concrètes ou abstraites? CHABBAT 25 AVRIL, 19H15 : Pourquoi l élection du pays d Israël? CHABBAT 2 MAI, 19H15 : Les démons existent-ils? CHABBAT 9 MAI, 19H30 : Les Cohanim, une bonne ou une mauvaise chose? CHABBAT 16 MAI, de 18H à 20H45 : CHABBAT LIMOUD SUR CHAVOUOT. CHABBAT 23 MAI, veille de Chavouot, 18H30 : Qui de l étude ou de l action prime, en matière de religion? LUNDI 24 MAI, 2 e JOUR DE CHAVOUOT, (entre Min ha et Ma ariv) : Réflexions sur la conversion au judaïsme (inspirées par André Aaron Fraenckel zal) SAMEDI 30 MAI, 21H : Faire vœu de nazirat est-il méritoire ou fautif? 18 N 53 Mai 2015

19 Dates et horaires à retenir 17 Tamouz : Dimanche 5 juillet Début du jeûne : 3h15 Fin du jeûne : 22h48. Le jeûne du 17 Tamouz est l un des 5 jeûnes publics institués par les prophètes et les rabbins. Il correspond au jeûne du 4 e mois évoqué dans le livre de Zacharie et commémore une série de calamités ayant frappé le peuple juif durant son histoire (Michna Taanit 4,6 et Talmud Taanit 28b). 1 - La faute du veau d or et le bris des premières tables de la Loi 2 - L introduction d une idole dans le Temple de Salomon 3 - L interruption de l offrande perpétuelle (le korban Tamid) lors du siège de Jérusalem par les babyloniens, pour la première fois dans l histoire 4 - Un rouleau de la Torah fut brulé par le chef militaire romain Apostomos 5 - Une première brèche est apparue dans la muraille d enceinte de Jérusalem au cours des sièges babyloniens et romains de Jérusalem. Le jeûne du 17 Tamouz inaugure la période de deuil des Trois semaines «Ben Hamétsarim». Les trois semaines ou Ben Hamétsarim, littéralement «entre les détroits» sont une période de deuil public d institution rabbinique s étendant entre les jeûnes du 17 Tamouz (début des affres de la destruction du Temple) et du 9 Av (jour de la destruction du Temple), c est-à-dire du dimanche 5 juillet au dimanche 26 juillet 2015 inclus. (Semaine maigre du vendredi 17 au dimanche 26 juillet 2015 inclus, sauf le Chabbat). Elles sont marquées par des manifestations croissantes d affliction et l abstention d activités joyeuses comme la célébration de mariages ou de fêtes accompagnées de musique. Selon les traditions, les manifestations de deuil se renforcent à partir du 1 er Av, par l interdiction de la consommation de vin ou de viande (sauf le chabbat), ainsi que la lessive ou le port d habits neufs ou se couper les cheveux ou se raser. 9 Av : Dimanche 26 juillet Début du jeûne : samedi 25 juillet à 21h39 Fin du jeûne : dimanche 26 juillet à 22h25. Institué également par les prophètes et les rabbins, le jeûne du 9 Av correspond au jeûne du 5ème mois, lui aussi évoqué par le prophète Zacharie. C est le jour le plus triste du calendrier hébraïque et commémore toute une série de malheurs pour le peuple juif. - l interdiction pour la génération sortie d Egypte d entrer en Israël suite à la faute des explorateurs. - En -586, la destruction du premier Temple de Jérusalem, par Nabuchodonosor et les babyloniens. - En 70, la destruction du second Temple de Jérusalem, par Titus et les romains. - Jérusalem fut détruite et labourée par Turnu Rufus et devint une ville romaine Aelia Capitolina. - En 135, la destruction de la forteresse de Bétar. - les persécutions des juifs lors des croisades. - l expulsion des juifs d Angleterre, d Espagne et de France au Moyen- Âge. - la mise en place de la solution finale lors de la seconde guerre mondiale par les nazis (déportation du ghetto de Varsovie, rafle du Vel d hiv.). N 53 Mai

20 NEUILLY PARIS OUEST PRESCRIPTIONS DE CHAVOUOTH HORAIRES DE CHAVOUOTH 5775/2015 à la synagogue de Neuilly Samedi 23 mai (veille de fête) matin 9h00 soir minh a 19h30 arvit 20h15 (pas de séouda Chélichite à la synagogue) Fin de chabbat à 22h37 Veillée d étude au Centre Communautaire à partir de minuit La veillée sera suivie d un premier office de chah arit à l aube Dimanche 24 mai (1 er jour de fête) matin 9h00 soir 20h00 lecture des 10 commandements 19h15 : Lecture du Rouleau de Ruth (1 ère partie) Chavouoth pour les enfants Lecture des 10 commandements au Centre Communautaire - 1 er étage pour les enfants de 3 à 10 ans à 11h00 Distribution de glaces Pour tous à partir de 13h00 : Grand repas «halavi» au Centre Communautaire-rdc P.a.f : 25 euros inscriptions et règlements au poste 4 Lundi 25 mai (2 e jour de fête) matin soir 9h00 minh a 21h00 yizkor maariv 22h40 20h15 : Lecture du Rouleau de Ruth : (2 e partie) Cours du Rabbin M. Azoulay Samedi 23 mai à 18h30 : Qui de l étude ou de l action prime, en matière de religion? Lundi 25 Mai de 21h30 à 22h40 : Réflexions sur la conversion au judaïsme. (ז ל (inspirées par André Aaron Fraenckel 20 N 53 Mai 2015

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en!

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en! Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon Parlons-en! 2 Les dons dons classiques dons «ISF» L unique ressource financière de l Église, c est le don. Dans un monde qui a tendance

Plus en détail

Qu y-a-t-il dans la Bible?

Qu y-a-t-il dans la Bible? Qu y-a-t-il dans la Bible? Par Yeshaya Dalsace Texte du cours Alef-bet visible sur www.akadem.org Octobre 2011 La Bible: une collection de 39 livres Tout le monde sait ou croit savoir ce qu'est la Bible.

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

LE SENS DES MITSVOTH CHEZ MAÏMONIDE

LE SENS DES MITSVOTH CHEZ MAÏMONIDE 1 LE SENS DES MITSVOTH CHEZ MAÏMONIDE (Cordoue 1135 Fostat (Egypte) 1204) Par Philippe Haddad I - Introduction à la période du Moyen-Âge 3 courants : - Courant talmudique - Courant philosophique (rationaliste)

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE REMISE DE DIPLÔMES Dakar,

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Caisse d économie des employés en Télécommunication

Caisse d économie des employés en Télécommunication Caisse d économie des employés en Télécommunication 1 HOMMAGES Hommage à M. Michel Laberge, ex-président du Conseil d administration de la Caisse d économie Desjardins des employés en Télécommunication

Plus en détail

programme connect Mai 2015 ICF-Léman

programme connect Mai 2015 ICF-Léman programme connect Mai 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 Les congés usuels et particuliers Diverses rumeurs ont parfois cours s agissant de prétendus droits des travailleurs. C est ainsi que d aucuns prétendent à tort que

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Qui sont aujourd hui Juda et les fils d Israël et qui sont aujourd hui Joseph, Ephraïm et toute la maison d Israël?

Qui sont aujourd hui Juda et les fils d Israël et qui sont aujourd hui Joseph, Ephraïm et toute la maison d Israël? Qui sont aujourd hui Juda et les fils d Israël et qui sont aujourd hui Joseph, Ephraïm et toute la maison d Israël? Israël est le nom d un pays, d une promesse de Dieu, et d une tribu sortie de l esclavage

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé

Enfants, familles et célibataires bienvenus! La Maison des familles a déménagé La Maison mars-juin 2014 des familles Enfants, familles et célibataires bienvenus! L inscription pour participer aux activités est gratuite mais nécessaire. La Maison des familles a déménagé au 18/18bis,

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur?

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Droit civil LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Peux-tu effectuer des achats dans un magasin ou ailleurs? Peux-tu ouvrir un compte bancaire et en retirer de l argent? Pourras-tu

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Pour investir dans l éducation et bâtir l avenir, versez votre ISF à l Alliance israélite universelle

Pour investir dans l éducation et bâtir l avenir, versez votre ISF à l Alliance israélite universelle Ce dessin a été offert en 2010 à l Alliance israélite universelle par Michel Kichka à l occasion de son 150 ème anniversaire Pour investir dans l éducation et bâtir l avenir, versez votre ISF à l Alliance

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

TRAIT D UNION. Temps de Pâques, temps de Renouveau ÉDITORIAL. Paroisse Ste Marie de Batbielle. Sommaire

TRAIT D UNION. Temps de Pâques, temps de Renouveau ÉDITORIAL. Paroisse Ste Marie de Batbielle. Sommaire N 41 GRATUIT Pâques 2007 TRAIT D UNION Édito : Sommaire Temps de Pâques, temps de Renouveau Dessin : J. Véron-Durand Le Mot du Conseil Pastoral Horaires et Communications Paroisse Ste Marie de Batbielle

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Être juif ne peut être restreint à une appartenance religieuse

Être juif ne peut être restreint à une appartenance religieuse Être juif ne peut être restreint à une appartenance religieuse Un entretien avec Daniel Farhi Daniel Farhi est rabbin depuis 1966 ; il est l un des fondateurs du Mouvement Juif Libéral de France. Diasporiques

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans

Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans Ecole du dimanche Partager? En parler avec les enfants de 6-11 ans Jeunes Ateliers-débat Réflexions bibliques Culte Témoignages Actions pour tous L objectif de cette séance est de montrer aux enfants que

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Notes de travail - Agenda Octobre 2014

Notes de travail - Agenda Octobre 2014 Notes de travail - Agenda Octobre 2014 Voici l'agenda des activités intéressantes, organisées par l'aci ou par d'autres associations. Cet agenda paraît tous les deux mois, en alternance avec des Notes

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Règlement intérieur de l association

Règlement intérieur de l association Règlement intérieur de l association Naissance et fonctionnement de l association, informations diverses. Reims Parkour School est une association ayant vu le jour le 4 novembre 2011, sous l impulsion

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail