Opérateur de centrale électrique Normes professionnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Opérateur de centrale électrique Normes professionnelles"

Transcription

1 Normes professionnelles Copyright 2009 Conseil sectoriel de l électricité Mise en circulation. Utilisation commerciale interdites.

2 Ce projet a été financé par le Programme des conseils sectoriels du gouvernement du Canada. Les opinions et interprétations contenues dans la présente publication sont celles de ses auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada. Copyright 2009 Conseil sectoriel de l électricité Tous droits réservés. L utilisation, sans l autorisation écrite préalable du Conseil sectoriel de l électricité, de quelque partie que ce soit de cette publication, qu il s agisse de la reproduire, de la stocker dans un système de recherche documentaire ou de la transmettre sous toute forme ou par tout moyen que ce soit (y compris par des procédés électroniques, mécaniques ou photographiques ou par photocopie ou consignation), représente une atteinte au droit d auteur. Le conseil sectoriel de l électricité Quelque Canadiens veillent à assurer les fonctions de production, de transport et de distribution liées à l un des services publics les plus essentiels au pays : l électricité. Ils sont au service des résidences et entreprises de tout le pays, qu il s agisse de faire fonctionner des ampoules, des téléphones cellulaires ou des réfrigérateurs ou encore d alimenter en courant des stations de traitement d eau ou des chaînes d assemblage de véhicules. Le Conseil sectoriel de l électricité (CSE) fournit un soutien essentiel à cette équipe dévouée en s associant aux employeurs de l industrie et à d autres intervenants en vue de la recherche et de la résolution des enjeux liés aux ressources humaines et au perfectionnement en cours d emploi. Renseignements complémentaires : , rue Slater Ottawa (Ontario) K1P 6E2 Tél. : (613) Téléc. : (613)

3 Domaines généraux de compétence Avertissement : Veuillez noter que, selon la province d emploi, certaines tâches décrites dans le présent document exigent les services de personnes de métier agréées. Les règlements provinciaux sont modifiés périodiquement et les employeurs et employés devraient consulter les organismes d agrément de la province pour obtenir des éclaircissements sur les tâches qui peuvent être affectées. Il incombe à l employé/employeur de s assurer de se conformer à la règlementation de leur juridiction. A.1 A.2 A.3 A.4 A.5 A.6 A Fonctionnement sécuritaire S engager à avoir une culture de sûreté Reconnaître les dangers au travail Maintenir les certificats de sécurité Intervenir en cas d incidents liés à la sûreté Appuyer les activités sur le terrain Garder la sécurité aux niveaux public et environnemental A.7 A.8 A.9 A.10 A.11 Gérer les procédures de protection au travail Intervenir en cas d urgences électriques Intervenir lors d urgences non électriques Pratiquer les procédures d urgence Participer à l analyse de la cause des événements 3

4 B.1 B.2 B.3 B.4 B.5 B.6 B Exploiter des systèmes de protection de l environnement Surveiller et exploiter le système d évacuation de la centrale Surveiller et exploiter les lagunes Surveiller et exploiter les systèmes de séparation Déterminer et intervenir en cas de déversements chimiques et de fuites Surveiller et exploiter le système des eaux usées Surveiller et exploiter les systèmes de puisard et de déshydratation des boues B.7 Surveiller l impact sur les poissons C.1 C.2 C.3 C.4 C.5 C.6 C Effectuer des tâches d exploitation courantes Effectuer des vérifications courantes Effectuer des essais courants et des changements de centrale Chercher la cause des pannes Appuyer le processus d entretien Superviser la mise en service du nouvel équipement ou de l équipement modifié Participer à la planification de l entretien prévu Planifier et coordonner les pannes d équipement C.7 C.8 Coordonner les activités quotidiennes D.1 D.2 D.3 D.4 D.5 D.6 D Contrôler et exploiter les éléments importants de la centrale Surveiller et contrôler les processus à partir de la salle de commande principale Exploiter les turbines et les moteurs à combustion interne ainsi que l équipement auxiliaire Exploiter les générateurs et l équipement auxiliaire Exploiter les chaudières à combustion et l équipement auxiliaire Exploiter les réacteurs nucléaires et l équipement auxiliaire Exploiter les systèmes hydrographiques et l équipement auxiliaire 4

5 E.1 E.2 E.3 E.4 E.5 E.6 E Exploiter les systèmes auxiliaires et l équipement Exploiter le système électrique de service de la centrale Surveiller et exploiter les systèmes de sécurité Surveiller et exploiter les systèmes sous pression Surveiller et exploiter les systèmes de distribution d eau Surveiller et exploiter les systèmes chimiques Surveiller et exploiter les systèmes de chauffage, ventilation et d air climatisé (CVCA) F.1 F.2 F.3 F.4 F.5 F.6 F Communiquer Parler clairement et avec concision Appliquer la terminologie de l industrie Utiliser les outils de communication Examiner les directives d exploitation Écrire de manière claire et concise Savoir écouter F.7 F.8 F.9 F.10 F.11 F.12 Utiliser la communication additive Utiliser les logiciels et le matériel en milieu de travail Garder les entrées Communiquer les conditions de changement et l état de l équipement pour les changements et le renouvellement Formation du personnel Élaborer et utiliser des documents techniques F.13 Communiquer avec les intervenants 5

6 G.1 G.2 G.3 G.4 G.5 G.6 G Gérer le perfectionnement personnel Suivre les politiques et les procédures Donner et prendre des directives Démontrer du leadership Résolution de problèmes Gérer les tâches et le temps Réaction sous stress G.7 G.8 G.9 G.10 G.11 G.12 Démonstration du professionnalisme Garder un bien-être physique et mental Participer à l apprentissage continu Agir à titre de mentor auprès des autres Travailler de manière autonome Travailler en tant que membre d une équipe G.13 Adaptation à un environnement de quart de travail 6

7 Normes professionnelles Domaine de compétence A : Fonctionnement sécuritaire Tâche A.1 : S engager à avoir une culture de sûreté a) Incorporer la sécurité dans toutes les activités de travail b) Utiliser des pratiques et des procédures d exploitation sécuritaires c) Contribuer/participer à des réunions de sécurité régulièrement d) Se conformer à des procédures et à des règlements de santé et de sécurité au travail Participer à de la formation en matière de sécurité Tenir compte de la sécurité avant et après les instructions relatives aux fonctions Incorporer la sécurité dans les procédures enregistrées et écrites Participer à la planification de la sécurité au travail Utiliser toujours des procédures de sécurité Appliquer des programmes de sécurité pertinents; p. ex., les notions arrêter, réfléchir, agir, revoir (STAR) et le programme SafeStart S en tenir aux normes de conformité des procédures Suivre les références et les procédures étape par étape. Suivre les politiques de rapport sur la sécurité (c.-à-d. toujours rapporter les observations relatives aux conditions dangereuses) P. ex., les lois provinciales/territoriales et nationales sur la santé et la sécurité au travail, les manuels de sécurité d entreprise 7

8 Tâche A.2 : Reconnaître les dangers au travail a) Connaître les dangers et les conditions éventuelles de danger b) Choisir et utiliser un équipement de protection personnelle adéquat Les types de danger peuvent comprendre les endroits mécaniques, électriques, thermiques, chimiques, radioactifs, déclencheurs, confinés, le travail en hauteur et autres Surveiller les conditions météorologiques (p. ex., les blizzards, les inondations, etc.) Prendre des mesures correctives immédiates, au besoin; p. ex., dresser des barrières et installer des panneaux d avertissement L équipement de protection personnelle peut comprendre des casques protecteurs, des gants, des vêtements ignifuges, pour le travail électrique, des chaussures de sécurité, des lunettes, des appareils respiratoires, des systèmes antichute, écran facial (pour se protéger contre la surbrillance et les produits chimiques) et autres c) Choisir et utiliser les procédures pertinentes P. ex., utiliser les procédures applicables aux espaces restreints, procédures de commutation physique sécuritaires et autres d) Choisir et utiliser l équipement et les outils Lire et respecter la signalisation, les directives et les instructions, les manuels de sécurité de l entreprise, les procédures et les règlements Mettre en application l utilisation pertinente, les fonctions et les limites des outils et de l équipement Mettre en application la Loi sur la santé et la sécurité au travail,ainsi que les règlements e) Reconnaître et éliminer les distractions P. ex. le personnel non essentiel, le bruit excessif, les alarmes injustifiées f) Rapporter les dangers et les conditions dangereuses éventuelles Consigner et rapporter les conditions dangereuses et toute mesure corrective Suivre les plans d intervention d urgence 8

9 Tâche A.3 : Maintenir les certificats de sécurité a) Participer à la formation continue sur la sécurité La formation continue sur la sécurité peut comprendre une formation sur la sensibilisation électrique, les appareils respiratoires et respirateurs autonomes, l attestation de la protection au travail, les procédures de verrouillage, la formation sur les dangers radioactifs, la formation d lutte contre l incendie, le Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), la réanimation cardio-pulmonaire et les premiers soins, la formation sur les défibrillateurs externes automatisés (DEA), la formation sur les chariots élévateurs à fourche, la formation sur la sécurité relative aux barrages, la formation sur la protection contre les chutes, la formation d intervention en cas d incidents anormaux, la formation du Comité mixte de la santé et de la sécurité, la formation sur les espaces clos et autres Respecter les exigences de formation obligatoires sur la santé b) Établir des niveaux de responsabilité et d autorité Effectuer le travail selon le niveau permis et selon votre niveau de qualification Obtenir et garder les attestations, au besoin 9

10 Tâche A.4 : Intervenir en cas d incidents liés à la sûreté a) Reconnaître qu un incident se produit b) Déclencher une intervention en cas d incident c) Rapporter, au besoin Préparer et coordonner des rapports, au besoin (p. ex., rapport sur un déversement) d) Participer aux activités de suivi P. ex. enquêtes, nettoyage, etc. Tâche A.5 : Appuyer les activités sur le terrain a) Surveiller les activités et garder les protocoles sur les communications b) Garder la communication avec le personnel sur le terrain, au besoin c) Intervenir en cas de situations de sûreté du personnel d) Appuyer et/ou coordonner une intervention et des protocoles de sécurité P. ex., localiser les équipes de l exploitation et de la maintenance, les personnes qui travaillent seules Consulter les exigences qui sont dans les documents de protection au travail (p. ex., les politiques sur le travail en équipe de deux («système du copain»), travail seul, etc.) 10

11 Tâche A.6 : Garder la sécurité aux niveaux public et environnemental a) Se conformer aux exigences règlementaires et d entreprise P. ex., appliquer les règlements en matière de gestion de l eau et de l air Appliquer les règlements pertinents, p. ex., la Loi sur la santé et la sécurité au travail et les règlements, la loi municipale, provinciale et fédérale sur l environnement b) Se conformer aux normes P. ex., les normes Organisation internationale de normalisation (OIN), l ISO 14000, etc. c) Contrôler et surveiller les émissions Contrôler les rejets dans l air, de l eau et les émissions Suivre les politiques et les procédures pertinentes Se conformer avec les permis des centrales pour les émissions d) Participer à des exercices coordonnés avec les agences publiques Inondation, incendie, perturbations de grille, urgences en matière de radiation hors site, plans de rétablissement e) Participer à des initiatives de relations publiques Séminaires, présentations dans les établissements scolaires Associations de groupes d intérêt spécial (p. ex., comités sur les régularisations des cours d eau, groupes autochtones) Ministères et groupes gouvernementaux (p. ex., Environnement Canada, ministère des Pêches et des Océans (MPO), ministère des Ressources naturelles) Communiquer l information par le biais d un processus d avis 11

12 Tâche A.7 : Gérer les procédures de protection au travail a) Respecter les procédures de verrouillage et d identification b) Diriger ou appliquer les protocoles de protection au travail S assurer que l équipement est isolé et qu il est mis hors tension pour la sécurité du travailleur Compléter la formation sur le verrouillage et l étiquetage Compléter la formation électrique et spécifique à la centrale Fournir une vérification de l isolation Compléter les interruptions de verrouillage et d étiquetage pour faciliter l essai de l équipement P. ex., permis de travail, les garanties relatives à la condition, appliquer les blocages, étiquettes d information Suivre les protocoles de documentation précisés Reconnaître le rôle de l autorité de contrôle Approuver les procédures de travail et de construction c) Évaluer la portée du travail Identifier les dangers et évaluer ce qui doit être isolé d) Créer la protection au travail Utiliser des organigrammes, des documents de protection au travail, des listes d alimentation, des listes d alimentation en air, des épreuves de la centrale Déterminer les points d isolement et les exigences de mise hors tension e) Vérifier la protection au travail Demander à un autre opérateur de vérifier la protection f) Appliquer la protection au travail P. ex., ouvrir et fermer les disjoncteurs, accrocher les étiquettes g) Vérifier la protection au travail P. ex., vérifier que des mesures appropriées ont été prises pour les pièces d équipement pertinentes h) Émettre la protection au travail i) Suivre les procédures pour les activités pertinentes P. ex., espaces confinés, restreints en matière d approche 12

13 Tâche A.8 : Intervenir en cas d urgences électriques a) Appliquer les procédures de capacité de l exploitation Appliquer les procédures de réduction de tension Appliquer le délestage des charges et les procédures de rétablissement Réagir aux situations de surfréquence et de sous-fréquence b) Appliquer les procédures de rétablissement du système/urgence Appliquer les procédures de redémarrage à froid Évaluer la portée de l interruption ou de la perturbation Mettre en œuvre des plans d urgence Allouer de la main-d œuvre et de l équipement pour le rétablissement Rétablir le système à un état stable Exploiter l équipement de manière sécuritaire et économique Intervenir pour minimiser les dommages et étendre la durée de vie de l équipement et des biens c) Intervenir en cas d imprévus Interpréter et appliquer les comptes-rendus de relais des objectifs Accéder et interpréter l enregistreur de l incident du système, les alarmes et les renseignements sur l enregistrement des perturbations Appliquer les procédures de rétablissement des lignes (tous les niveaux de tension) d) Rapporter l interruption du système électrique et les défaillances Suivre les politiques et les procédures 13

14 Tâche A.9 : Intervenir lors d urgences non électriques a) Appliquer les procédures d évacuation Exploiter le centre de contrôle de secours, si disponible Évacuer la salle de contrôle et la centrale, au besoin Coordonner les activités du personnel pour permettre l exploitation des installations de secours b) Déterminer la nature de l urgence et intervenir P. ex., unité, centrale, site, externe, exploitation d urgence sur le terrain c) Intervenir lors d urgences environnementales P. ex., déversement d huile, urgences hydroélectriques, incendies Pandémies Appliquer les procédures d organisation de gestion des urgences (OGU), au besoin d) Appliquer les procédures d intervention en cas de menaces à la bombe et de sabotage e) Intervenir lors d appels d urgence P ex. appareil radio émetteur-récepteur, téléphones cellulaires, mayday, etc. 14

15 Tâche A.10 : Pratiquer les procédures d urgence a) Participer à des exercices de rétablissement internes et externes Pour votre propre utilité ou autres fins, au besoin b) Participer à des exercices de menaces de sabotage/terrorisme/bombe Effectuer la liaison avec la police et les organisations de sécurité, c.-àd. les organisations de gestion des urgences Suivre les procédures du milieu de travail aux fins d avis public c) Participer à des exercices d urgence Suivre les procédures du milieu de travail aux fins d avis public Les exemples comprennent les suivants : l évacuation, les incendies, soins médicaux majeurs, environnementaux P. ex., aller au centre de contrôle de secours Effectuer la liaison avec la police et les organisations de sécurité, c.-àd. les organisations de gestion des urgences d) Documenter et fournir un compte-rendu des résultats des exercices Tâche A.11 : Participer à l analyse de la cause des événements Terminer les registres et les autres rapports a) Rencontrer les groupes des intervenants Comprends les groupes internes et externes b) Comparer la rétroaction c) Déterminer les causes d) Mettre en œuvre des plans de rétablissement et des modifications aux procédures Fournir des commentaires aux recommandations Se référer aux documents (p. ex. frais d exploitation) 15

16 Domaine de compétence B : Exploiter des systèmes de protection de l environnement Tâche B.1 : Surveiller et exploiter le système d évacuation de la centrale a) Vérifier et ajuster pour garder les paramètres du système Les types de système d évacuation des centrales comprennent les suivants : gaz de combustion (cheminée, cheminées à diesel), ventilation de centrale (évacuation contaminée, système de décharge filtrée suite à un accident (nucléaire) Les éléments comprennent les suivants : dépoussiéreur électrique, séparation des filtres à sac Effectuer des échantillons (p. ex., échantillonnage d eau) Les paramètres comprennent les suivants : l opacité, le dioxyde de soufre, les oxydes d azote (NOX), l excès d oxygène (O2), Surveiller les contaminants (les gaz rares, l iode radioactif, le tritium et les particules radioactives) Consigner les résultats b) Suivre les procédures approuvées P. ex., lire le manuel d exploitation c) Rapporter toute lacune d) Rechercher la cause des lacunes e) Entreprendre l entretien, au besoin 16

17 Tâche B.2 : Surveiller et exploiter les lagunes a) Vérifier et ajuster pour garder les paramètres du système Les types de lagunes comprennent les suivants : les cendres, les égouts, les collecteurs d eau pluviale, les eaux usées, les eaux de refroidissement Surveiller les niveaux de ph, les effluents, etc. b) Suivre les procédures approuvées P. ex., lire le manuel d exploitation c) Rapporter toute lacune Consigner les résultats d) Rechercher la cause des lacunes e) Entreprendre l entretien, au besoin Tâche B.3 : Surveiller et exploiter les systèmes de séparation a) Vérifier et ajuster pour garder les paramètres du système Les types de systèmes de séparation comprennent les suivants : épurateurs de mazout et d huile, épurateurs d huile d étanchéité, réservoirs de séparateurs, coalesceurs, récupérateurs Les paramètres comprennent : les températures, les pressions, les niveaux d écoulement et de pureté b) Suivre les procédures approuvées P. ex., lire le manuel d exploitation c) Rapporter toute lacune P. ex., consigner les résultats Contenir et rapporter les petits déversements d huile d) Rechercher la cause des lacunes e) Entreprendre ou initier l entretien, au besoin Suivre les procédures de verrouillage et d étiquetage 17

18 Tâche B.4 : Déterminer et intervenir en cas de déversements chimiques et de fuites a) Contenir les déversements et les fuites P. ex., les produits chimiques, l huile, l eau dure, l eau déminéralisée, le chlore Mettre en œuvre un plan d urgence en cas de déversement (p. ex., envoyer l équipe des substances dangereuses) b) Initier un plan d intervention en cas d urgence, au besoin Avertir les autorités pertinentes internes et externes (p. ex., le ministère de l Environnement) Coordonner les activités Suivre les politiques et les procédures (p. ex., transport des marchandises dangereuses (TMD), SIMDUT) c) Effectuer ou initier un nettoyage Porter l équipement de protection individuelle (EPI) pertinent d) Rapporter les déversements et les fuites Se rapporter aux autorités pertinentes (p. ex., ministère de l Environnement) Consigner les déversements et les fuites 18

19 Tâche B.5 : Surveiller et exploiter le système des eaux usées a) Effectuer une vérification et un ajustement pour garder les paramètres du système Les types de systèmes des eaux usées comprennent les suivants : le traitement des égouts, le traitement des effluents, les systèmes de déchets liquides actifs (nucléaire) Les paramètres comprennent les suivants : les températures, les pressions, le débit, la pureté, les niveaux et les compositions chimiques b) Traiter les eaux usées Suivre les procédures approuvées et les exigences en matière de permis P. ex., lire les manuels d exploitation c) Rapporter, au besoin P. ex., les autorités internes et externes d) Rechercher la cause des lacunes e) Entreprendre ou initier l entretien, au besoin Suivre les procédures de verrouillage et d étiquetage 19

20 Tâche B.6 : Surveiller et exploiter les systèmes de puisard et de déshydratation des boues a) Vérifier et ajuster pour garder les paramètres du système Les types de systèmes de puisard et de déshydratation des boues comprennent les suivants : les turbines de déshydratation des boues, confinement d huile Les paramètres comprennent les suivants : les niveaux, les alarmes relatives à l huile et à l eau, le débit et la pureté b) Suivre les procédures approuvées P. ex., lire les manuels d exploitation c) Rapporter toute lacune P. ex., consigner les résultats d) Rechercher la cause des lacunes e) Entreprendre ou initier l entretien, au besoin Suivre les procédures de verrouillage et d étiquetage Suivre les politiques relatives aux espaces de travail confinés (p. ex., mettre en œuvre un plan de secours et s assurer d élaborer un plan de surveillance de la pollution atmosphérique) 20

21 Tâche B.7 : Surveiller l impact sur les poissons a) Vérifier et ajuster pour garder les paramètres du système Les types d équipement et d éléments comprennent ce qui suit : les échelles à poissons, les bourriches à poissons, les auges d alevinages, les déversoirs Ajuster le débit b) Suivre les procédures approuvées P. ex., lire le manuel d exploitation Compter les poissons c) c) Rapporter le nombre de poissons d) d) Entreprendre ou initier l entretien, au besoin Exploitation saisonnière Installer des tamis, au besoin 21

22 Domaine de compétence C : Effectuer des tâches d exploitation courantes Tâche C.1 : Effectuer des vérifications courantes a) Effectuer des inspections sensorielles sur tous les systèmes d exploitation et de secours b) Faire l inspection de la salle de contrôle, terminer les observations sur le terrain et prendre en note les lacunes qui ont été observées au cours de l essai c) Effectuer une inspection des paramètres de tous les équipements d exploitation et de secours d) Effectuer des vérifications de l état de la centrale et de la configuration Les types d équipement comprennent les suivants : les tuyaux de ventilation et les drains, les moteurs électriques, les pompes, les compresseurs et les contenants, les séchoirs, les ventilateurs, les batteries, les réservoirs, les structures, les transporteurs, les concasseurs, les valves, les filtres, les systèmes des eaux de refroidissement, les systèmes de pression d huile, les moteurs de secours (p. ex., les pompes à incendie de secours, les générateurs à gaz de secours) P. ex., regarder, écouter et avoir conscience des conditions normales d exploitation tels que le niveau des fluides, les températures, les bruits, les vibrations, les cavitations, les pressions, les fuites et les connections, la tension, les courants, les fréquences et le débit Les paramètres d exploitation comprennent les suivants : le niveau des fluides, les températures, les bruits, les vibrations, les pressions, les fuites et les connexions, la tension, les courants, les fréquences et le débit P. ex., s assurer que l équipement est dans la bonne position (interrupteurs à main, valves) e) effectuer des tâches de nettoyage et d entretien s assurer du bon ordre de la pièce et que les outils et l équipement sont placés au bon endroit, s assurer que les sorties de secours sont dégagées 22

23 f) S assurer que l équipement de secours est disponible et stable Vérifier que les interrupteurs à main sont à la bonne position et vérifier les lampes témoins g) Déterminer et rapporter les défauts et les lacunes Suivre les politiques et procédures de l employeur h) Effectuer un entretien et un service courants Y compris les niveaux d huile, le remplacement des filtres, le remplacement des bouteilles de gaz, le transfert de l eau, le remplacement de la résine écangueuse d ions, le remplacement du déshydratant et autres i) Initier l entretien, au besoin Finaliser les rapports de fiabilité et de défectuosité Finaliser les consignations et les commandes de travail pour initier l entretien Rechercher la cause des pannes, au besoin Tâche C.2 : Effectuer des essais courants et des changements de centrale a) Obtenir des documents P. ex., les procédures d essai de l exploitant, les organigrammes b) Finaliser le compte-rendu et la coordination avant le travail, au besoin P. ex., communiquer avec les exploitants de la salle de contrôle, les personnes de métier, les agences externes; mettre en œuvre des plans relatifs aux imprévus et aux urgences c) Finaliser les inspections visuelles P. ex., s assurer que l équipement est disponible d) Effectuer des essais et des changements P. ex., commutation et réseaux électriques, essai des systèmes de sûreté, essai des systèmes de secours, changements des pompes, des compresseurs, du CVCA e) Consigner, vérifier et rapporter le résultat des essais, au besoin f) S assurer que le système est remis à l état initial P. ex., consigner et classer les résultats 23

24 Tâche C.3 : Chercher la cause des pannes a) Obtenir les documents et effectuer de la recherche P. ex., les diagrammes des systèmes, les manuels d exploitation, les manuels du vendeur, les recommandations du fabricant, les documents de formation, les documents (c.-à-d. les organigrammes et les manuels) b) Élaborer des plans relatifs aux causes des pannes, au besoin c) Finaliser les essais et les enquêtes pertinents pour diagnostiquer les anomalies P. ex.,pour les questions plus difficiles qui ont trait aux causes des pannes P. ex. collaborer avec d autres ressources, p. ex., techniques, documents (c.-à-d. les organigrammes et les manuels) Effectuer une subdivision d) Initier l entretien, au besoin Finaliser les rapports sur la fiabilité et les défectuosités Finaliser la consignation et les commandes de travail pour initier l entretien Décrire les lacunes de manière claire et précise 24

25 Tâche C.4 : Appuyer le processus d entretien a) Évaluer les besoins en matière d entretien b) Obtenir et fournir les approbations pertinentes, au besoin c) Isoler les éléments pour effectuer un travail sécuritaire et appliquer la protection au travail d) Éliminer l isolement et effectuer des essais, au besoin Utiliser les procédures d isolement et de substitution comme les procédures de verrouillage et d étiquetage pour la vapeur, l eau et l électricité et les gaz comprimés S assurer d avoir une ventilation et une mise à la terre pour la mise hors tension Préparer, vérifier, commander, approuver, appliquer et émettre des permis de protection au travail Suivre les politiques et les procédures e) Placer dans le service Faire l essai des éléments, au besoin 25

26 Tâche C.5 : Superviser la mise en service du nouvel équipement ou de l équipement modifié a) Examiner et finaliser les documents à l appui P. ex., le manuel du propriétaire et d exploitation, les organigrammes et les vérifications des charges P. ex., transférer les documents de contrôle, les rapports en service et les rapports de fonctionnement, mettre à jour les épreuves, les directives, les cartes d alarme et les procédures d exploitation Comprend l entretien prévu et planifié Effectuer une surveillance courante Examiner les documents de formation b) Effectuer la liaison avec le soutien technique, au besoin P. ex., avec les divisions de l entretien et de l ingénierie c) Effectuer une vérification sur le terrain P. ex., examen de l étiquetage et de l organigramme d) Finaliser le processus de contrôle relatif aux changements P. ex., organigrammes, manuels d exploitation, essais continus, au besoin e) Placer dans le service Faire l essai de l équipement nouveau ou modifié, au besoin 26

27 Tâche C.6 : Participer à la planification de l entretien prévu a) Examiner le plan d entretien Évaluer le plan pour s assurer de sa pertinence, c.-à-d. délaisser l entretien pour les pannes, périodes de rappel de l entretien S assurer que le personnel qui effectue l électricité et l entretien est en mesure d effectuer le travail Finaliser le travail de préparation b) S assurer que les systèmes redondants sont disponibles avant d effectuer l entretien c) Communiquer le plan d entretien à tous les intervenants S assurer de la fiabilité du système pendant l entretien Mécaniciens, électriciens, techniciens en instrumentation, techniciens en électricité, protection de la tension et techniciens de contrôle Tâche C.7 : Planifier et coordonner les défaillances d équipement a) Recevoir les demandes relatives à l entretien et aux pannes b) Déterminer le travail qui a besoin d être reporté à cause d une panne ou d une défaillance Présenter les demandes relatives aux pannes aux autorités pertinentes Pannes prévues ou forcées Déterminer la portée du travail avec d autres groupes de travail (analyse des imprévus) Prioriser les activités Évaluer le travail et élaborer des plans de travail c) Garder les obligations d affaires pendant une panne Prendre des décisions en temps réel pour finaliser l entretien dans les meilleurs délais possibles d) Communiquer les pannes aux intervenants internes et externes Suivre les procédures de rapport 27

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision relativement à Demandeur Ontario Power Generation Inc. Objet Lignes directrices pour l évaluation environnementale (portée du projet et

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Plan d action du personnel de la CCSN concernant les recommandations du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0828

Plan d action du personnel de la CCSN concernant les recommandations du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0828 Plan d action du personnel de la CCSN concernant les recommandations du Groupe de travail de la CCSN sur Fukushima INFO-0828 Décembre 2011 Plan d action du personnel de la CCSN concernant les recommandations

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES Q UALIFICATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION PROFIL DE COMPÉTENCES 13.2 - Entrepreneur en systèmes d alarme incendie DES MODIFICATIONS AU CONTENU PEUVENT ÊTRE APPORTÉES EN TOUT TEMPS

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta

Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta Système d information sur les matières dangereuses utilisées au travail dans les programmes d études des sciences en Alberta Ce document identifie les références spécifiques au Système d information sur

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques

Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Fi che te chnique d en treti en pr é ven ti f Commandes et dispositifs de sécurité des chaudières automatiques Il est primordial, pour rendre le fonctionnement des chaudières automatiques (bouilloires)

Plus en détail

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION ORGANISATION DE LA COMMUNICATION Pour toute communication, il est important de bien cibler l objectif à atteindre. Sans une démarche de planification et d organisation de celle-ci, les probabilités de

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

Plateformes de travail élévatrices et portatives

Plateformes de travail élévatrices et portatives B354.1-04 Plateformes de travail élévatrices et portatives Plate-forme élévatrice de type 1 à déplacement manuel Plate-forme élévatrice de type 2 remorquable Édition française publiée en août 2004 par

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

des lignes de défenses fortes lors des arrêts de tranches nucléaires

des lignes de défenses fortes lors des arrêts de tranches nucléaires Thésame Le 6, 7 juin 2012 un petit Composant pour des lignes de défenses fortes lors des arrêts de tranches nucléaires piscine REX EDF Maurer / SPR / CNPE Tricastin 1 De l expression du besoin au Nanopral

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES

POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Cégep de Saint-Jérôme Politique M A 1 3 2002 POLITIQUE ADMINISTRATIVE ET PROCÉDURE GESTION DES MATIÈRES DANGEREUSES Responsable : Coordonnateur des ressources matérielles Approbation : Comité exécutif

Plus en détail

Conception, essais et rendement des appareils d exposition RD/GD-352

Conception, essais et rendement des appareils d exposition RD/GD-352 Conception, essais et rendement des appareils d exposition RD/GD-352 Janvier 2012 RD/GD-352, Conception, essais et rendement des appareils d exposition Conception, essais et rendement des appareils d exposition

Plus en détail

Manuel d utilisation du modèle

Manuel d utilisation du modèle Manuel d utilisation du modèle FLOWMAX-90 Chauffe-eau à condensation 85 000 BTU AVERTISSEMENT Si les consignes suivantes ne sont pas attentivement respectées, un feu ou une explosion peut se produire et

Plus en détail

Programme de services résidentiels de Canadian Tire MC

Programme de services résidentiels de Canadian Tire MC 292 INSUR_TOTAL_FR:CT_CFMH_BROCHURE_TOT_FR.V1 01/09/09 2:18 PM Page 1 Programme de services résidentiels de Canadian Tire MC Guide des avantages Couverture totale 292 INSUR_TOTAL_FR:CT_CFMH_BROCHURE_TOT_FR.V1

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

Eau (N CAS) 7732-18-5 67.5 Non classifié Urea (N CAS) 57-13-6 32.5 Non classifié. Version : 1.0

Eau (N CAS) 7732-18-5 67.5 Non classifié Urea (N CAS) 57-13-6 32.5 Non classifié. Version : 1.0 Date de révision : 15 mai 2015 Date de parution : 15 mai 2015 Remplace la version datée du : 06/09/2013 RUBRIQUE 1 : IDENTIFICATION 1.1. Identificateur du produit Forme du produit : Mélange Nom du produit

Plus en détail

Réception et expédition des marchandises dangereuses

Réception et expédition des marchandises dangereuses Réception et expédition des marchandises dangereuses La Loi et le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses (RMTD) visent à promouvoir la sécurité du public lors du transport et de la manutention

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI)

PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) PROGRAMME DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION DES LAMPES AU MERCURE APPEL DE DEMANDE D EXPRESSION D INTÉRÊT (ADEI) 1. Introduction. 1.1. L Association des Producteurs Responsables (l APR) développe un programme

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Cours de base sur simulateur de salle des machines

Cours de base sur simulateur de salle des machines (12-2011) Cours de base sur simulateur de salle des machines 2 e ÉDITION Décembre 2011 TC-1004696 Autorité responsable Le directeur, Normes du personnel maritime et pilotage, est responsable du présent

Plus en détail

Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370

Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370 Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration d uranium RD/GD-370 Juillet 2011 Gestion des stériles des mines d uranium et des résidus des usines de concentration

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique GARANTIE (Valide uniquement pour le propriétaire initial) Le chauffe-piscine/spa K-Star est garanti à l acheteur original pendant un an à partir de la date d achat contre tout défaut de fabrication. Exception

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

7 mai 2007 321a DONNÉES TECHNIQUES

7 mai 2007 321a DONNÉES TECHNIQUES 7 mai 2007 321a 1. (voir figures 1-7) Les systèmes à préaction Viking à double entre-barrage à déclenchement électrique/pneumatico-électrique utilisent un poste déluge Viking, une surveillance pneumatique

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION RECOMMANDATION R 447 Recommandation adoptée par le comité technique national du transport, de l eau, du gaz, de l électricité, du livre et de la communication lors de sa réunion du 25 juin 2009. CNAMTS

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire 2015 31 juillet 2014 Ingénieurs Canada 1100-180, rue Elgin Ottawa (Ontario) K2P 2K3 Au sujet d Ingénieurs

Plus en détail

Énergie - Matériel Thermique

Énergie - Matériel Thermique Énergie - Matériel Thermique Énergie...p. 119 à 121 Échangeurs de chaleur...p. 122 Exploitation des fours et des chaudières...p. 123 à 124 Eaux de réfrigération et froid industriel...p. 125 Énergie EMT

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail.

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. (incluant les nouvelles réformes) * Formations - 2015 * Formations et services spécialisés en gestion des ressources

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation GE Security KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle Manuel d utilisation g ination imag at work Kilsen is a brand name of GE Security. www.gesecurity.net COPYRIGHT

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Code : Politique 2.13 Date d entrée en vigueur : Le 30 avril 2007 Nombre de pages : 11 et annexe

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort

Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort Contrats d entretien Un service individuel adapté aux besoins Des installations durablement fiables grâce produisent les grands effets: des

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010)

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) Note : Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. Introduction La Commission

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS Chez les jeunes de 15 à 24 ans, 54 % des accidents du travail surviennent dans les six premiers mois de l emploi. Pour tous

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Opteon XP40. Manuel de conversion pour systèmes fixes. Conversion des systèmes chargés en R-404A/R-507 au fluide frigorigène. Opteon XP40 (R-449A)

Opteon XP40. Manuel de conversion pour systèmes fixes. Conversion des systèmes chargés en R-404A/R-507 au fluide frigorigène. Opteon XP40 (R-449A) Opteon XP40 Manuel de conversion pour systèmes fixes Conversion des systèmes chargés en R-404A/R-507 au fluide frigorigène Opteon XP40 (R-449A) Opteon XP40 2 Sommaire Introduction...4 Informations de sécurité

Plus en détail

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE 1.1 INSPECTION 1.1.1 Périodicité : Les extincteurs portatifs doivent être inspectés une

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Type 0400 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Operating Instructions Bedienungsanleitung Manuel d utilisation Sommaire 1 Le manuel d utilisation...22 2 Utilisation conforme...23

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 28 mai 2014, 146 e année, n o 22 1923 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 454-2014, 21 mai 2014 Loi sur le bâtiment (chapitre B-1.1) Code de

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.

RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL. Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47. VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT RCG 12-003 RÈGLEMENT SUR LE SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE MONTRÉAL Vu l article 62 de la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., chapitre C-47.1); Vu la Loi sur la sécurité

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX DEPARTEMENT DE SAONE ET LOIRE VILLE DE SANVIGNES-LES-MINES MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Réhabilitation sans tranchée

Réhabilitation sans tranchée Réhabilitation sans tranchée HYDROCURAGE DES CANALISATIONS Nettoyage préalable des canalisations L A S O L U T I O N P O U R R E P A R E R V O S C A N A L I S A T I O N S S A N S O U V R I R D E T R A

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos

Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos Avis important sur l étalonnage des détecteurs de gaz utilisés en milieu de travail et plus spécifiquement en espace clos Position de l APSAM en rapport avec les recommandations de l IRSST sur la norme

Plus en détail

Guide du bon contrôle de fuite

Guide du bon contrôle de fuite Projet ZERO émissions et fuite de fluide frigorigène Guide du bon contrôle de fuite Traduit et adapté à la France par l www.afce.asso.fr Page 0 Guide du bon contrôle de fuite L Institut de Réfrigération

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

NOM DU BÂTIMENT ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL

NOM DU BÂTIMENT ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL PLAN DE SÉCURITÉ INCENDIE NOM DU BÂTIMENT ADRESSE VILLE PROVINCE CODE POSTAL Table des matières Rappel - étapes à suivre Mise à jour et liste de distribution Mesures à prendre en cas d incendie À tous

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

CQPI0137 Technicien de maintenance

CQPI0137 Technicien de maintenance CQPI0137 Technicien de maintenance Public concerné Personnel du service maintenance avec expérience. Objectifs du stage Diagnostiquer un dysfonctionnement sur des équipements pluri technologiques Organiser

Plus en détail