Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai VERDUN, mercredi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013. VERDUN, mercredi"

Transcription

1 Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013 VERDUN, mercredi 1

2 LE DOMAINE PUBLIC LE DOMAINE PRIVE 2

3 Font partie du domaine public les biens appartenant à une personne publique (Etat, collectivités, Etablissements publics) et qui sont : affectés à l'usage direct du public trottoir, jardins publics, aires de jeu, voies communales sauf chemins ruraux, affectés à un service public (aménagement indispensable) parking, mairie, école, cimetière, Dépendances du domaine public Fossés, talus, accotements d une voie communale, arbre, plantations, NB: Le régime de la domanialité publique est exclu pour les biens appartenant à une personne privée. Il ne peut non plus y avoir de copropriété entre personnes privées et personnes publiques. 3

4 imprescriptible (personne ne peut se prévaloir de la prescription acquisitive trentenaire) inaliénable ( on ne peut le vendre) insaisissable (personne ne peut en demander la saisie dans le cadre du paiement d une dette) Obligation d entretien pour les biens affectés à l usage direct du public ou à une mission de service public. 4

5 Principe: ( article L-1 du CG3P) - Nul ne peut occuper le domaine public sans titre, qui est par nature précaire, révocable et temporaire. Ce droit d occupation donne lieu au paiement d une redevance fixée par délibération du conseil municipal : OBLIGATOIRE Ex: camion de pizza sur la place publique, panneau publicitaire, - Une commune peut accorder une autorisation ou un titre d occupation ou d utilisation à titre gratuit à la condition que le bénéficiaire n y exerce pas d activités commerciales. 5

6 Les occupations privatives du domaine public constitutives de droit réels - Autorisation d occupation temporaire (AOT) constitutive de droits réels d une durée de 70 ans en vue de l accomplissement d une mission de service public ou de la réalisation d une opération d intérêt général (activités liées à l exploitation d un port ou d un aéroport par exemple). Le titulaire de l AOT possède un quasi droit de propriété sur les ouvrages, constructions et installations. - Le bail emphytéotique administratif (BEA): D une durée de 18 à 99 ans, il est conclu pour remplir une mission de service public, permettre la réalisation d une opération d intérêt général, ou bien en vue de l affectation d un édifice de culte, ouvert au public, à une association cultuelle. 6

7 Les occupations privatives du domaine public non constitutives de droits réels Revêtent un caractère temporaire, précaire, révocable Temporaire: un titre d occupation, délivré pour une durée déterminée, Non renouvelable tacitement généralement. L occupant ne peut se prévaloir d aucun droit au renouvellement. (CE-23/03/2005 Société SAN LUIS) Nb: l omission de la durée n entraîne pas nécessairement la nullité d une convention d occupation ( CE -05/02/2009-SCA) 7

8 Précaire et révocable: L autorisation d occupation peut être retirée à tout moment par la personne publique pour motif d intérêt général. Les demandes sont examinées au cas par cas, et les AOT sont délivrées à l initiative de l autorité gestionnaire du domaine public Ex : autorisation de vente sur l espace public ( marché, foires), terrasse de café, de restaurant, panneau de commerces, NB: La forme que doit revêtir un titre d occupation est celle de l acte unilatéral (arrêté) ou une convention d occupation. 8

9 - Le principe de non gratuité de l occupation du domaine public ( les redevances domaniales). L AOT est toujours subordonnée au versement d une redevance. (article L du CGT3P) Ce caractère onéreux se justifie par un soucis de bonne gestion mais également une atteinte «tolérée» aux droits d accès de tous les usagers du domaine public. Le caractère obligatoire a été réaffirmée par un arrêt du CE du 10/06/2010- ESCOTA. 9

10 Montant des redevances obligatoirement fixée par le conseil municipal qui en détermine les modalités de calcul. Ainsi il est admis en jurisprudence et en partie repris par le CG3P que le calcul du montant de la redevance doit tenir compte: - part fixe qui correspond à la valeur locative d une propriété privée, comparable à la dépendance du domaine public occupé - part variable qui renvoie aux avantages retirés par le titulaire de l autorisation. Les redevance dues sont payables annuellement et par avance selon les préconisations du CG3P 10

11 L occupation du domaine public est-elle obligatoirement soumise au paiement d une redevance? OUI, la gratuité à des fins commerciales ou non est soumise à redevance et seule la gratuité peut être envisagée pour les associations. Deux exceptions prévues par l article L du CG3P: Lorsque l occupation est la condition naturelle et forcée de l exécution de travaux ou la présence d un ouvrage intéressant un service public qui bénéficie à tous. (Travaux touchant la sécurité publique ou la salubrité d un bien appartenant à une autre personne publique ou privé) Lorsque l occupation ou l utilisation contribue directement à assurer la conservation du domaine public lui-même. ( canalisations, égouts, ) La gratuité à des fins commerciales ou non est soumise à redevance et seule la gratuité peut être envisagée pour les associations. 11

12 L occupation du domaine public routier subordonnée à des autorisations spécifiques: ensemble des biens du domaine public, appartenant à une personne publique et affecté aux besoins de la circulation routière : route et dépendances de la route ( trottoirs, talus, accotements, égouts, pistes cyclables, ) Deux formes d autorisation pour le domaine public routier - Permission de voirie : acte autorisant la réalisation de travaux en bordure de voies sur le domaine public, concernant des ouvrages ou objets avec scellement au sol donc avec emprise. - Permis de stationnement: occupation superficielle sans emprise Ces deux formes d AOT sont soumises au paiement de redevance selon les tarifs arrêtés par le conseil municipal. Tarif constitué d une part fixe correspondant à la valeur locative d'une propriété privée comparable à la dépendance du domaine public occupée, et d'une part variable, déterminée selon les avantages retirés par le titulaire du titre d'occupation du domaine public. 12

13 Gratuitement Faire l objet d une location Il convient de ne pas faire de discrimination entre les personnes qui sont en situation identique. un règlement intérieur prévoyant les conditions de la mise à disposition est souhaitable Faire un Etat des lieux Demander une attestation d assurance 13

14 CONSISTANCE DU DOMAINE PRIVE: Biens qui a contrario ne relèvent pas du domaine public, plus quatre catégories de biens: - Réserves foncières - Biens immobiliers à usage de bureau ne formant pas un tout indivisible avec ceux du domaine public - Bois et forêts - Chemins ruraux - Logements communaux 14

15 GESTION DU DOMAINE PRIVE COMMUNAL - Biens gérés selon les règles du droit privé mais qui sont insaisissables. - Sur décision du conseil municipal, ils peuvent être échangés, loués ou vendus. NB: les chemins ruraux, bien que faisant partie du domaine privé de la commune, sont soumis à un régime spécifique. 15

16 LES LOGEMENTS A USAGE D HABITATION - Dispositions applicables: - loi «Mermaz»du 6/07/ loi «Mehaignerie» du 23/12/ loi «Quillot» du 22/06/ loi du 01/09/ Application de la loi du 6 juillet

17 Application de la loi de 1989: - locations à usage d habitation - locations de locaux à usage mixte professionnel et d habitation principale, - locations de garages, places de stationnement, jardins et autres locaux loués accessoirement au local principal par le même bailleur La loi ne s applique pas aux locaux meublés, les logements-foyers, les logements de fonction, les locations à caractère saisonnier. 17

18 Dispositions importantes de la loi de 89: - Dispositions d ordre public: qu il s impose aux parties peu importe les clauses prévues dans le contrat. - Bail conclu pour une durée de 6 ans une personne morale et de 3 ans pour une personne physique. - Le contentieux relèvera de la compétence des tribunaux judiciaires territorialement compétent (Juge de proximité, TI, TGI) NB: Modèle de bail disponible sur demande à l AMA ou sur le site internet 18

19 CARACTERISTIQUE DU BAIL - La loi impose un écrit. - Nom et dénomination des parties, domicile respectif obligatoire. - Autres mentions facultatives mais peuvent être importantes. - Sous location interdite sauf autorisation du bailleur. - Le bail arrivé à terme va se poursuivre par tacite reconduction ou bien à la suite d'une offre de renouvellement acceptée. - Préavis de trois mois pour les locataires, réduit à un mois dans certains cas et de 6 mois, pour le vendre, ou pour motif légitime et sérieux (en cas de manquement grave du locataire en cours de contrat) 19

20 - TEXTES APPLICABLES: CODE CIVIL DECRET DU 30/09/1953 CODE DU COMMERCE - BIENS CONCERNES: locaux à usage commercial, industriel ou artisanal biens du domaine privé de la commune dans lequel un fonds est exploité. NB: Les biens du domaine public ne peuvent être soumis à ce statut 20

21 - CARACTERISTIQUE DU BAIL COMMERCIAL libre négociation possible à l exception : durée du bail: 9 ans minimum, possibilité de dérogation à 24 mois. droit au renouvellement du locataire ou paiement d une indemnité d éviction possibilité pour le locataire de céder son bail à l acheteur de son fonds possibilité de révision triennale du loyer droit à déspécialisation des activités du locataire. NB: Pour les locaux non soumis aux baux commerciaux, les parties sont toujours libre d adopter ce statut. 21

22 LE CONTRAT Suppose la capacité et le consentement des parties. - Contrat écrit recommandé: Rédaction par un praticien du droit si possible Acte notarié obligatoire si le bail est d une durée supérieure à 12 ans. - Destination des lieux L activité prévue au bail doit correspondre à celle envisagée. Un bail «tous commerces» ou autorisant l exercice d un grand nombre d activités permet de changer facilement d activité et de céder plus librement le bail. 22

23 Clauses relatives à la cession et à la location Toute clause qui interdirait au locataire de céder son bail pour vendre son fonds de commerce est nulle. sous-location interdite sauf stipulations contraires dans le bail ou accord du bailleur Le décret de 1953 ne règle pas: La fixation du montant du loyer à l origine La fixation des charges accessoires au loyer Les charge de réparation : (référence à l article 606 du code civil )Certaines obligations et droits du propriétaires et du locataires 23

24 Au sens de l article 606 du Code civil, les réparations d'entretien sont celles qui sont utiles au maintien permanent en bon état de l'immeuble tandis que les grosses réparations intéressent l immeuble dans sa structure générale, et souverainement retenu : Les travaux de mise en conformité des toitures La réfection de l'installation électrique La reprise de la fuite d'eau en cave Les réparations d une canalisation détruite par le gel La remise en état de la couverture de l'appentis La préservation de l'immeuble 24

25 24 mois maximum Aucun droit au renouvellement, soit le locataire part à la fin du contrat, soit un bail commercial classique doit être signé On ne peut pas signer ce type de bail avec le même locataire après un bail classique. Le loyer est généralement plus bas ( contrepartie de la précarité) La propriété commerciale n est pas garantie, en ce sens où si l affaire marche bien pour le commerçant, il devra se plier soit aux exigences du propriétaire, soit déplacer son commerce. Ni le locataire ni le loueur ne peuvent donner congés avant le terme du contrat. Les loyers sont dus jusqu aux termes du contrat quand bien même le locataire décide de partir avant. 25

26 - TEXTES APPLICABLES: Articles 1763 et suivants du code civil Articles L et suivants du code rural - BIENS CONCERNES: Toute mise à disposition à titre onéreux d un bien immeuble à usage agricole en vue de l exploiter est régie par les dispositions du statut du fermage et métayage 26

27 CARACTERISTIQUE DU BAIL RURAL conclu de gré à gré ou par adjudication publique durée du bail est de 9 ans, sauf si un accord entre les parties en cours d exécution du bail en décide autrement prix de chaque fermage n est pas libre Contrat de droit privé :la qualification du contrat est maintenue en bail rural même s il y a des clauses exorbitantes du droit commun Compétence de principe: tribunal paritaire des baux ruraux est compétent pour trancher les conflits. L du code rural et de la pêche maritime le preneur qui a, par son travail ou par ses investissements, apporté des améliorations au fonds loué a droit, à l expiration du bail, à une indemnité due par le bailleur, quelle que soit la cause qui a mis fin au bail. NB: il ne peut y avoir de conclusion d un tel bail sur le domaine public. 27

28 LE CONTRAT - Suppose la capacité et le consentement pour signer un tel contrat. - Contrat écrit souhaitable: L écrit est une preuve, mais non une condition de validité du bail - Durée ne pouvant être inférieure à 9 ans renouvelable ; - Aucune clause ne peut déroger au procédure et délai de résiliation du bail sauf d un commun accord entre les parties. 28

29 Contrats distincts et dérogatoires aux statuts des baux commerciaux, des baux d habitation et des baux ruraux. Relevant en principe de la compétence des juges judiciaires Généralement conclus pour une période courte La redevance payée est et doit être modique La commune peut se réserver le droit de reprendre le bien à tout moment si les besoins du service le justifient. Elles se caractérise quelque soit sa durée, par le fait que l occupation des lieux n est autorisée qu en raison de circonstances exceptionnelles et pour une durée qui dépend de circonstances autres que la seule volonté des parties. 29

30 LES ELEMENTS ESSENTIELS DE LA CONVENTIONS D OCCUPATIONS résident - Dans l aléa, c est-à-dire la survenance d un évènement dont la date de réalisation est incertaine et qui caractérise la précarité du droit de l occupant. - Dans la modicité de la redevance qui doit toujours être inférieure au prix du marché. - L exclusion des règles du louage des choses (art et suivants du code civil). 30

31 Le louage des choses des articles 1708 et 1709 du code civil: contrat par lequel l'une des parties s'oblige à faire jouir l'autre d'une chose pendant un certain temps, et moyennant un certain prix que celle-ci s'oblige de lui payer. Le prêt à usage anciennement dit «Commodat» régi par les articles 1874 et suivants du Code civil: contrat par lequel une chose est prêtée gratuitement à l'emprunteur, dit commodataire, à la charge de la restituer en nature. C est en quelque sorte un contrat de location sans loyer. Le commodataire est responsable du dommage qui arrive à la chose prêtée et doit respecter les conditions du contrat. Il convient dans tous les cas d établir un écrit Ex: ( location de garages, entrepôts, jardins familiaux, granges, terrains nus pour le pacage du bétail dans certains cas, ). 31

32 GESTION DIRECTE - Régie simple : activité gérée par la commune sous l autorité du maire avec les moyens humains et matériels de celle-ci, dans le cadre du budget communal - Régie autonome: gestion directe du service public par la commune et ses groupements peut tout aussi revêtir la forme d une régie dotée de l autonomie financière c est à dire que les recettes et les dépenses sont annexés à un budget distinct. 32

33 GESTION INDIRECTE ( Gestion déléguée) C est une gestion confiée à un tiers public ou privé. La commune conserve cependant la maîtrise du service au travers de ses pouvoirs d organisation et de contrôle. - Régie personnalisée: confiée à un établissement public distinct de la commune car doté de l autonomie financière, de la personnalité morale et qui possède ses propres organes de gestion. - La gérance: service confié à un tiers, le gérant, en contrepartie du versement par la commune d une rémunération proportionnelle au service rendu. Ce type de contrat fait peser sur la collectivité un certain risque financier dès lors qu elle conserve les bénéfices et assume les déficits en fonction du service rendu La commune assure l investissement et conserve la maîtrise générale du service, fixe les tarifs. L avantage pour le gérant est qu il ne réalise aucun investissement préalable et ne supporte aucun risque financier. 33

34 Les délégations de service public: 3 grands modes de délégations: La concession, l affermage, la régie intéressée. Principe: Contrat soumis à une procédure préalable de publicité et de mise en concurrence permettant la présentation de plusieurs offres dans les conditions prévues par le CGCT. La concession de service public: La commune confie à un tiers le soin de construire, de financer et d exploiter un équipement à ses risques et périls et en contrepartie d une rémunération versée par les usagers en vertu d un contrat d une durée suffisante pour permettre l amortissement des immobilisations financées par le concessionnaire. 34

35 L affermage: forme de concession par laquelle la commune confie à un tiers «fermiers», le soin d exploiter un service au moyen d un équipement déjà construit en se rémunérant directement auprès des usagers. Il a en charge : l exploitation du service sans avoir les dépenses de premier établissement. En sus de sa rémunération, il peut percevoir,sur les usagers une redevance dite «surtaxe» qu il reverse à la commune pour la mise à disposition des équipements dont il bénéficie. travaux financés par les résultats d exploitation et non par l autorité délégante au moyen du versement d un prix sous peine d être requalifié de marchés publics. durée relativement courte et résiliation par l autorité délégante n implique pas une clause expresse e t sans que le juge soit saisi. 35

36 La régie intéressée: Mode de gestion très proche de la gérance, défini comme un contrat par lequel un exploitant, appelé «régisseur intéressé» est chargé pour le compte de la collectivité délégante, d assurer l exploitation d un service public et d entretenir la relation avec les usagers en percevant le prix acquitté par ces derniers, moyennant un rémunération qui lui est versée par la collectivité, laquelle comporte un élément fixe et un élément variable. La gestion est assurée par l exploitant aux risques et périls de la collectivité délégante. Il est important que l intéressement aux résultats soit suffisamment important. La durée est courte puisque le régisseur n a pas à amortir des investissements lourds. 36

37 TYPE DE CONVENTION DEPENSE DE PREMIER ETABLISSEMENT REMUNERATION DU DELEGATAIRE CONCESSION Concessionnaire Rémunération versée par les usagers, en vertu d un contrat d une durée suffisante pour permettre l amortissement des immobilisation financées par le concessionnaire AFFERMAGE Commune délégante Rémunération versé par les usagers en vertu d un contrat d une durée plus courte que la concession; une surtaxe peut être perçue que le délégataire reverse à la commune délégante pour la mise à disposition des équipements dont il bénéficie REGIE INTERESSEE Commune délégante Rémunération versée par le délégant, comportant une part fixe et un élément variable correspondant à l intéressement du régisseur à l exploitation de l activité en relation avec les usagers. Il est impératif que l intéressement au résultats soit suffisamment important par rapport aux couts engagés( sinon risque de requalification en marché public) 37

38 Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013 VERDUN, mercredi 38

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE

TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE TITRES D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC DES PERSONNES PUBLIQUES TABLEAU DE SYNTHESE 77 BOULEVARD MALESHERBES BP179 75363 PARIS CEDEX 08 TEL. + 33 1 44 90 14 14 WWW.CHEUVREUX-NOTAIRES.FR 1 DUREE

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

De la domanialité publique à la propriété publique

De la domanialité publique à la propriété publique De la domanialité publique à la propriété publique I - La domanialité du bien II - Exemples de contrats : - Contrats portant sur le domaine public - Contrats portant sur le domaine privé III France-domaine

Plus en détail

Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie

Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie Les principales caractéristiques des baux commerciaux et emphytéotiques et des contrats de superficie Gauthier Ervyn ge@vdelegal.be 1. LES BAUX COMMERCIAUX Diversité des règles en matière de bail : Régime

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS

MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS MARCHÉS PUBLICS ET AUTRES CONTRATS Tous les contrats publics ne sont pas des marchés publics L administration peut conclure des conventions, qui n ont pas pour objet de satisfaire ses propres besoins,

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

A - Le fonds de commerce

A - Le fonds de commerce Chapitre 5 QUOI? Un fonds, des parts, une franchise, un commerce indépendant: les conséquences en sont différentes. Vous pouvez acheter un fonds de commerce, certes, mais aussi des parts de société et

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique.

Sur le domaine privé de la personne publique, les dispositions prévues par le PPRT peuvent s appliquer sans contrainte spécifique. PPRT Application de la doctrine PPRT dans les zones portuaires Janvier 2012 1 PREAMBULE Les Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) sont élaborés autour des sites industriels visés par la

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique

Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique Fiche n 1 - Présentation des principaux contrats de la commande publique La présente circulaire porte sur les contrats qui suivent : 1. Marchés publics Au sens de l article 1 er du code des marchés publics

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME Juin 2015 n 015 15 À jour au 1 er juin 2015 Contrats types de location de logement à usage de résidence principale Décret n 2015-587 du 29.5.15 : JO du 31.5.15 / Arrêté du 29.5.15 : JO du 31.5.15 L ADIL

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

Les contrats immobiliers

Les contrats immobiliers Chroniques notariales vol. 50 Table des matières Les contrats immobiliers Chapitre 1. Le bail......................................... 136 Section 1. Législation...................................... 136

Plus en détail

B. I. L. BÂTIMENT INDUSTRIEL LOCATIF

B. I. L. BÂTIMENT INDUSTRIEL LOCATIF B. I. L. BÂTIMENT INDUSTRIEL LOCATIF Zone industrielle 2 rue Gustave Eiffel 60800 Crépy-en-Valois B. I. L. BÂTIMENT INDUSTRIEL LOCATIF PRÉSENTATION GÉNÉRALE LOCALISATION Dans la Zone industrielle de Crépy-en-Valois,

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX DE REPARTITION DE CHARGES ET DE COMPETENCES

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX DE REPARTITION DE CHARGES ET DE COMPETENCES CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX DE REPARTITION DE CHARGES ET DE COMPETENCES Vu le Code Général de la Propriété des Personnes Publiques (CG3P), Vu l article L.2122-22 5 du Code Général des Collectivités

Plus en détail

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE

CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE CONVENTION D OCCUPATION PRIVATIVE DU DOMAINE PUBLIC COMMUNAL OCCUPATION D EMPLACEMENTS DE STATIONNEMENT - PARKING CHARAIRE Entre les soussignés : La commune de SCEAUX, sise 122 rue Houdan, 92331 SCEAUX

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités.

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités. Dans la pratique il est fréquent que le commerçant ne soit pas propriétaire de l immeuble dans lequel le fond est exploité. Il en obtient alors la jouissance par un bail à usage commercial. Pareille situation

Plus en détail

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central AMO / 2013 / 201 COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central 04 Septembre 2014 MISSION H 2 O, 13 Rue Victor Hugo, 92240

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

MANDAT DE GESTION N (Loi 70.09 du 02-01-70 art. 6 & 7 - Décret 72.678 du 20-07-72 art. 64, 66 et 67 Article 1984 et suivant du Code Civil)

MANDAT DE GESTION N (Loi 70.09 du 02-01-70 art. 6 & 7 - Décret 72.678 du 20-07-72 art. 64, 66 et 67 Article 1984 et suivant du Code Civil) MANDAT DE GESTION N (Loi 70.09 du 02-01-70 art. 6 & 7 - Décret 72.678 du 20-07-72 art. 64, 66 et 67 Article 1984 et suivant du Code Civil) ENTRE LES SOUSSIGNES Nom..... Prénom........ Date de naissance

Plus en détail

Bail de location d un emplacement de stationnement

Bail de location d un emplacement de stationnement Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil Entre les soussignés : Propriétaire bailleur : Nom et prénom : Demeurant : Téléphone / E-mail : Dénommé(s) ci-après «BAILLEUR», (au singulier)

Plus en détail

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Section 1 : Premières vues sur le droit commercial... 21 I-L objet du droit commercial... 21 II - Polysémie du mot commerce... 22 Section 2 : Approche

Plus en détail

Algérie. Crédit-bail

Algérie. Crédit-bail Crédit-bail Ordonnance n 96-09 du 10 janvier 1996 Titre 1 - Des dispositions générales relatives au crédit-bail Chapitre 1 - De la définition des opérations de crédit-bail Art.1.- Le crédit-bail ou leasing,

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» La location meublée François Longin 1 www.longin.fr Plan La location de biens Le marché de la location meublée Aspects juridiques

Plus en détail

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Inscrit au Registre des Mandats de location sous le numéro : PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Au Profit de : L'AGENCE IMMOBILIERE «OPEN IMMOBILIER» Carte professionnelle N 2010 140 G délivrée

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE Lettre d information N 5 DROIT IMMOBILIER Juillet / Août 2014 LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX La loi n 2014-626 du 18 juin 2014, relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises apporte

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL?

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? Il résulte des dispositions de l article L. 145-2, I- 4 du Code de commerce

Plus en détail

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire.

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D UN LOGEMENT DE FONCTION Aux termes de l article R. 216-15 du Code de l Education, relatif aux concessions de logements

Plus en détail

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 -

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 - LAVIGNE & ZAVANI Administration de biens Syndics de Copropriété - page 1 - CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Mandant : personne physique) Loi n 70-09 du 2 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 Juillet 1972)

Plus en détail

LE DOMAINE DE LA POLYNESIE FRANçAISE

LE DOMAINE DE LA POLYNESIE FRANçAISE LE DOMAINE DE LA POLYNESIE FRANçAISE GOUVERNEMENT DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE DOMAINE PRIVE ET PUBLIC DE LA POLYNESIE FRANCAISE LOCATION D EMPRISES DU DOMAINE PRIVE La réglementation en vigueur Les textes

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1 Présentation 3 PARTIE 1 Les professionnels de l immobilier Chapitre 1 Les métiers de l immobilier 21 1 Les principaux métiers de l immobilier 21 Le promoteur immobilier 21 L agent immobilier 21 Le négociateur

Plus en détail

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant CONVENTION DE LOCATION AUX FINS D UN HEBERGEMENT TEMPORAIRE (convention tripartite entre un bailleur privé 1 fournissant le logement, le logeur 2 tenu de l obligation d hébergement, et l occupant hébergé)

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du

Plus en détail

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 -

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF DU LOUAGE (C.c.Q.) Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF C.c.Q Articles 1851

Plus en détail

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Instruction n INS05R143DFI du 19 mai 2005 Secrétariat général Direction des finances MAI 2005 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...2 1.

Plus en détail

MANDAT DE GESTION LOCATION ET GERANCE

MANDAT DE GESTION LOCATION ET GERANCE MANDAT DE GESTION (Articles 1984 et suivants du Code Civil loi n 70-9 du 2 Janvier 1970 et décret d application n 72-678 du 20 Juillet 1972) LOCATION ET GERANCE N ENTRE LES SOUSSIGNES, M..... demeurant..........

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Décret n o 2015-587 du 29 mai 2015 relatif aux contrats types de location de logement

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL OU LEASING

LE CREDIT-BAIL OU LEASING LE CREDITBAIL OU LEASING SOMMAIRE : Introduction Définition et principes du créditbail : 1. Définition 2. Principe du crédit bail 3. Caractéristiques d un contrat de créditbail Le cadre réglementaire des

Plus en détail

Contrat de bail de parking et garage

Contrat de bail de parking et garage Contrat de bail de parking et garage CONTRAT DE BAIL DE PARKING ET GARAGE 2/7 Bail de parking et garage entre (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social) : 1... Soussigné(e)(s) de première

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX Le décret de 1953 fixant le statut des baux commerciaux ne définit pas les obligations réciproques des parties. Celles-ci répondent au droit commun

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Document rédigé par les experts BusinessFil Immo Contact : 01 47 87 49 49 Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier L édito Après

Plus en détail

BAIL RURAL TYPE PREAMBULE

BAIL RURAL TYPE PREAMBULE BAIL RURAL TYPE PREAMBULE ARTICLE L. 411-4 du Code Rural et de la Pêche Maritime (CRPM) «Les contrats de baux ruraux doivent être écrits. A défaut d écrit (...) les baux conclus verbalement (...) sont

Plus en détail

Contrat de location meublé (résidence principale du locataire)

Contrat de location meublé (résidence principale du locataire) Contrat de location meublé (résidence principale du locataire) Le présent contrat de location meublée, consenti à titre de résidence principale, est régi par les dispositions impératives de l'article L

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4 Table des matières Introduction 1 Note préliminaire : la réforme institutionnelle 2 1 Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux? 4 11 Existence d un bail 4 12 Le commerce de détail 5 121

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

LE CONTRAT DE BAIL. Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer.

LE CONTRAT DE BAIL. Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer. LE CONTRAT DE BAIL 1. Définition Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer. 2. Distinction avec d autres contrats Le bail

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

Propriétaire Locataire

Propriétaire Locataire Propriétaire Locataire L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION 2012 Dépôt de garantie Augmentation du loyer Locations meublées Caution Réparations Résiliation Renouvellement du bail État des lieux Troubles de

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire ENTRE LES SOUSSIGNÉS né(e) le à éventuellement représenté(e) par. Ci-après dénommé(e) «Le bailleur» d une part, & né(e) le. à. né(e) le. Ci-après

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Vu le Code de l éducation, et notamment ses articles L 213-7, et R 216-4 à R 216-17,

Vu le Code de l éducation, et notamment ses articles L 213-7, et R 216-4 à R 216-17, CONVENTION N 2015-C-DGAA-DE-15 Relative à la participation financière du Département pour la location d un logement de fonction concédé par nécessité absolue de service à la Principale du collège Dr Léon

Plus en détail

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne Le Bail commercial Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne peuvent être contredites par les conventions

Plus en détail

Contrat de bail à ferme

Contrat de bail à ferme Contrat de bail à ferme pour parcelles M., bailleur Tél : Remet à ferme à M., fermier Tél :. Début, durée, résiliation, reconduction Le bail débute le et dure initialement ans. Si une année avant l expiration

Plus en détail

Statut du fermage et Baux ruraux

Statut du fermage et Baux ruraux Dossiers numériques Statut du fermage et Baux ruraux présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives formulaires et jurisprudences par Francis VARENNES Juriste-Fiscaliste Autres

Plus en détail

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN)

BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) BAIL A LOYER (DROIT COMMUN) LE PRESENT CONTRAT DE BAIL A LOYER EST ETABLI ENTRE : SARL GREEN HILL Représenté par Jean-Philippe COURTEL 34, bd de Grand Case 97150 SAINT MARTIN Cell :0690.22.21.20 jpcourtel@hotmail.com

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 Entre les soussigné(e)s : Acquéreur : D une part, Ci-après dénommé(e)

Plus en détail

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit :

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit : www.grenecheimmo.fr Le Cabinet GRENECHE Immobilier est l une des plus anciennes agences de la ville d Evian et de la région, présente dans l ensemble des activités immobilières : - ventes : traditionnellement

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION

location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 19 Table alphabétique.................................................... 37 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44

LE BAIL COMMERCIAL. Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44 LE BAIL COMMERCIAL Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse - DSE Sous Réserves d Usage Septembre

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE-TYPE DE PATURAGE EN ALPAGE

CONVENTION PLURIANNUELLE-TYPE DE PATURAGE EN ALPAGE Annexe 3 CONVENTION PLURIANNUELLE-TYPE DE PATURAGE EN ALPAGE LES SOUSSIGNES : d une part agissant en qualité de propriétaire, et, d autre part agissant en qualité de locataire, A été arrêté d un commun

Plus en détail

Création d entreprise & locaux

Création d entreprise & locaux Création d entreprise & locaux 1. Achat ou location Achat d'un local Le droit de propriété offre un avantage évident pour l'entrepreneur : celui d'être chez lui! Sous réserve des réglementations telles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DES YVELINES

REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DES YVELINES REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DES YVELINES CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D'UN TERRAIN APPARTENANT AU DOMAINE PRIVE DEPARTEMENTAL DES YVELINES ENTRE : Le Département des YVELINES représenté par Monsieur

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

Actualité Juridique VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES

Actualité Juridique VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES ISSN 1254-4426 Actualité Juridique Numéro 39 Septembre 2005 VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES Les règles juridiques s appliquant au bail commercial sont

Plus en détail

LOCAL COMMERCIAL 16 RUE JEANNE D'ARC CONVENTION D'OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC DE LA VILLE

LOCAL COMMERCIAL 16 RUE JEANNE D'ARC CONVENTION D'OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC DE LA VILLE LOCAL COMMERCIAL 16 RUE JEANNE D'ARC CONVENTION D'OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC DE LA VILLE SERVICE DES AFFAIRES FONCIERES ET DOMANIALES ENTRE : La Ville de ROUEN représentée par Monsieur Edgar MENGUY,

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail