REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION"

Transcription

1 Ministère de la Justice SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION Angleterre Étude à jour le 1 er juin 2009

2 2 SOMMAIRE Introduction... 3 I. L accès au bail... 5 A. Les qualités attendues du locataire... 5 B. Les qualités requises du bailleur : la non-discrimination... 7 C. Les qualités attendues du logement donné à bail Dans la common law Dans les divers textes de loi... 9 a) Le Housing Act b) Le Housing Act c) L Environmental Protection Act d) Autres règlementations II. L économie du bail A. Le Loyer Montant du Loyer a) Baux antérieurs au 15 janvier b) Baux conclus après le 15 Janvier Périodicité de paiement du Loyer B. La durée du bail Fixation de la durée initiale Fin anticipée du bail a) Résiliation du bail à l initiative du locataire b) Résiliation du bail à l initiative du bailleur III. Le traitement des difficultés du bail (contentieux locatif) A. Le règlement des litiges B. L Expulsion Locative... 18

3 3 Introduction La réglementation en matière de baux d habitation en Angleterre varie suivant le type de logement envisagé, la nature du bail et sa date de conclusion. En l absence de codification en droit anglais, cette réglementation découle de trois textes de loi principaux : 1. Le Rent Act 1977, qui régit les baux conclus avant le 15 Janvier 1989 dans le secteur privé. 2. Le Housing Act 1985, relatif aux baux du secteur public conclus avant le 15 Janvier Le Housing Act 1988 (révisé en 1996) qui concerne à la fois les baux du secteur privé et du secteur public conclus après le 15 Janvier A ces lois il faut ajouter des textes, certes importants, mais de portée plus limitée: le Protection from Eviction Act 1977 (expulsion), le Landlord and Tenant Act 1985 (obligation de réparation à la charge du bailleur) et le Housing Act 2004 (dispositions diverses). Dans le présent rapport, il sera fait référence à l un ou l autre de ces textes selon les cas. Alors que le droit français envisage la question de l accès au logement en termes de «droit», au Royaume-Uni cette question relève plutôt des responsabilités et devoirs incombant aux collectivités territoriales (local authorities ou councils) dans divers domaines dont celui du logement. Cette approche est confortée par les juridictions qui, lorsqu elles sont saisies de contestations en matière d expulsion sur le fondement du Human Rights Act de 1998 (la charte des droits de l homme au Royaume-Uni), énoncent au soutien de leurs décisions de rejet l absence de «droit général à être logé». Cependant, et sans doute paradoxalement, les règles relatives à l accès au logement constituent au Royaume-Uni une véritable branche du droit, le Housing Law, qui est l objet de nombreux ouvrages à l usage des praticiens, des universitaires et des étudiants. Une seconde observation qu il convient de formuler ici est l absence d approche égalitaire entre toutes le catégories sociales face à l accès au logement. En effet, la mission des local authorities en matière de logement est de pourvoir en priorité aux besoins des personnes

4 4 considérées comme étant les plus démunies (homeless ou in priority need). L accès au logement est donc envisagé sous l angle d un «accès préférentiel» aux logements sociaux au profit de certaines catégories de personnes. D après le Housing Act , le terme «sans domicile» (homeless) s entend de manière assez large puisqu il inclut aussi bien les personnes privées de logement mais également celles menacées de perdre leur logement dans les 28 jours (article 175) ou même celles dont il ne parait pas raisonnable qu elles puissent continuer d occuper leur présent logement. Ce dernier cas vise notamment les victimes de violences domestiques (article 177). Par ailleurs, l article 189 du Housing Act énumère les catégories de personnes «prioritaires» (in priority need) pour l obtention d un logement à savoir, notamment, les femmes enceintes, les personnes ayant des enfants à charge ainsi que les individus vulnérables en raison de leur âge, de leur santé mentale ou de leur handicap. 1 Modifié par le Homelessness Act 2002

5 5 I. L accès au bail Depuis les années 1980 les gouvernements successifs ont tenté de revigorer le marché locatif devant la pénurie de logements, provoquée par une politique trop protecteur des locataires du Labour Party durant les années précédant l arrivée au pouvoir du gouvernement de Margaret Thatcher. C est donc à partir de là que le marché locatif a commencé à prospérer grâce à l introduction de catégories de baux rendant plus simples la reprise de son logement par le bailleur et la possibilité offerte aux parties de fixer le montant des loyers de manière plus flexible (voir, infra). Dans le secteur des logements sociaux, depuis les années 1980 le gouvernement a également encouragé les municipalités à transférer la gestion des habitations à loyers modérés à des organismes privés (housing associations). Ce développement s est avéré très positif puisque ces associations ont pu, en raison de leur situation financière, améliorer la qualité des services offerts aux occupants de logements sociaux sans que cela affecte leurs droits, y compris le montant du loyer pratiqué, bien plus bas que celui du secteur privé. A. Les qualités attendues du locataire Lors de la conclusion du bail le bailleur demande le versement de deux catégories de «dépôts de garantie»: le holding deposit et le damage deposit. Le «holding deposit» Le holding deposit est une somme d argent versée avant la signature du bail destinée à la fois à couvrir les frais occasionnés par la vérification de la situation financière du candidatlocataire et les «frais de réservation» de la propriété. En effet, une fois que le candidatlocataire a exprimé son désir de louer la propriété, celle-ci ne peut plus être offerte sur le marché et donc le bailleur court le risque d un manque à gagner (la perte de locataires potentiels) si le candidat-locataire intéressé se désiste au dernier moment. Cette somme sera retenue en partie ou en totalité selon les cas à la suite d un désistement volontaire ou de

6 6 mauvaise foi du candidat-locataire. Par contre elle devra lui êtres restituée si c est le bailleur qui renonce au bail et décide de louer à une autre personne. Les abus relatifs au montant, jugé souvent excessif, du holding deposit ont donné lieu à de nombreuses recommandations de l Office of Fair Trading (une sorte de Commission des clauses abusives dans les contrats). Ainsi, il a été suggéré à propos de la restitution du holding deposit, que la somme retenue par le bailleur ou son agent devait correspondre aux frais «nécessairement et raisonnablement» déboursés par eux. En cas de désaccord, le candidat-locataire peut, soit se plaindre auprès du bureau Trading Standards Office de sa localité, soit engager une action devant la Small Claims Court (équivalent du juge de proximité). Le «damage deposit» Le damage deposit est versé une fois le contrat de bail signé et constitue un véritable dépôt de garantie pour les dommages éventuels occasionnés par le locataire pendant la durée du bail et portant atteinte aux lieux loués et à leur contenu (en pratique il sert aussi à couvrir les impayés). Son montant équivaut à un ou deux mois de loyers et doit être remboursé en fin de bail. Ici encore des mesures ont été prises pour freiner les abus de bailleurs peu scrupuleux dont la tendance est de retenir cette somme sans raison. La pratique a montré que les locataires intimidés préféraient abandonner cette somme plutôt que de poursuivre le bailleur en justice devant la County Court, la juridiction compétente ici (équivalent du tribunal d instance). Ces circonstances ont poussé le législateur à intervenir en introduisant des dispositifs aptes à faciliter le remboursement des sommes versées à titre de dépôts de garantie (Housing Act 2004, notamment les articles 212 à 214, complétés par le Schedule 10). Deux types de mesures sont prévus : le Custodial Scheme et l Insurance Scheme. Dans le premier cas le bailleur remet la somme versée en dépôt à un organisme public qui, en fin de bail, sur instruction du bailleur, remettra la somme au locataire. L organisme se paye au moyen des intérêts produits par la somme déposé. Dans le second cas, le bailleur doit payer une sorte de prime de participation auprès d organismes agréés mais retient le dépôt qui sera remboursé par lui en fin de bail ; à défaut, l organisme qui supporte le poids du risque versera lui-même la somme correspondante. En cas de litiges liés à l un ou l autre de ces dispositifs, l affaire sera renvoyée devant un arbitre. Si l arbitre rend une décision en faveur du locataire le remboursement doit se faire dans les 10 jours de la notification à l organisme concerné. Dans le cas de l Insurance Scheme l organisme paiera et se retournera contre le bailleur. Ces

7 7 dispositions s appliquent à tous les baux d une durée d au moins 6 mois (appelés assured shorthold tenancies), c'est-à-dire aux plus courants, conclus ou reconduits après le 6 Avril En conclusion, il convient de signaler que l engagement d une tierce personne de payer les loyers en cas de défaillance du locataire (le guarantor) est également généralement requis comme cela est le cas en France. Mais les bailleurs anglais, s ils entreprennent des recherches très approfondies sur la situation financière du candidat-locataire dans la période précontractuelle, semblent moins exigeants que leur équivalents français quant à la «capacité financière» de la caution-guarantor. B. Les qualités requises du bailleur : la non-discrimination En Angleterre, la protection contre les discriminations diverses en matière de baux d habitation est assurée par des mesures législatives, la mise en place d instances nationales chargées de veiller à l élimination des pratiques discriminatoires ainsi que par l existence, dans certains cas, de codes de pratique (Code of Practice) pour les usagers. Les textes de lois applicables en la matière sont variés et s adressent à chaque catégorie de personnes concernées. Il s agit, pour les plus importants, du Race Relations Act 1976, articles 20 et s. (discrimination en raison de l appartenance à une race), du Sex Discrimination Act 1976, articles 29 et s. (en raison du sexe), du Disability Discrimination Act 1995, articles 22 et s. (en raison d un handicap physique ou mental). Ce dernier texte a été étendu en 2005 aux personnes atteintes d un cancer, du sida ou de la sclérose en plaques (article 18 Disability Discrimination Act 2005). En ce qui concerne les discriminations en raison de l appartenance à une religion ou en raison de l orientation sexuelle, si elles ne tombent pas, comme les précédentes, sous le coup d un texte spécial, elles sont cependant envisagées dans l Equality Act 2006 qui couvre les hypothèses de pratiques discriminatoires à ce sujet (articles 47 et s.). Pour ce qui est des discriminations à l encontre des couples homosexuels il convient de préciser que c est le pouvoir judiciaire qui a eu un rôle de précurseur dans ce domaine dans les décisions de principe de la Chambre des Lords, Fitzpatrick v. Sterling Housing Association, 1999 et Ghaidan v Godin-Mendoza, Dans l affaire Ghaidan il avait été

8 8 notamment décidé que les termes «mari» et «femme» utilisés dans le Rent Act 1977, l un des textes de base en matière de contrat de bail, couvraient également la situation des partenaires homosexuels. Depuis, le Civil Partnership Act 2004 sur le partenariat civil des couples homosexuels est venu consolider cette jurisprudence. De manière générale, les comportements visés dans ces différents textes sont similaires quant à leur objet et vont du refus de louer (discrimination directe) à l insertion de clauses plus désavantageuses dans le contrat de bail conclu avec l une des catégories de personnes susvisées (discrimination indirecte). Les textes de lois susvisés créent également des Commissions spéciales ayant pour mission de mettre fin aux discriminations pouvant exister à l encontre des individus ou groupes concernés. Ainsi, l Equality Act de 2006 crée une Commisssion for Equality and Human Rights qui, afin d accomplir sa mission, se doit d établir un «plan stratégique» renouvelable à intervalle régulier (article 4 et 5 de la loi) en vue - (i) de promouvoir l épanouissement des individus dans le refus de toute discrimination, (ii) d assurer la mise en œuvre du principe de l égalité des chances, (iii) d éliminer les préjugés et (iv) d encourager entre les individus et l ensemble des groupes sociaux le respect mutuel et la diversité (articles 3 et 8 de la loi). La Commission a des pouvoirs d instruction étendus dans la constatation des discriminations pouvant donner lieu à une action en justice (articles 20 et s. de la loi). Il existe aussi depuis 2006 un guide pratique d origine gouvernementale à l usage des bailleurs, le Code of Practice on racial equality in housing, qui rappelle la législation anti-discrimination en vigueur en matière de baux et formule des recommandations en vue d une amélioration et d une harmonisation des pratiques et usages dans le domaine de la location. Bien qu un tel Code n ait pas force de loi, ses recommandations peuvent s avérer très utiles dans le cadre d un procès et même être prises en compte par le juge pour corroborer la thèse de l une ou l autre des parties. C. Les qualités attendues du logement donné à bail Ici encore, il convient ici de formuler quelques observations préliminaires : - Les sources juridiques qui définissent la qualité du logement donné à bail sont multiples. La loi régissant la matière est ainsi très fragmentée et complexe. - Les recours et sanctions prévus pour les logements jugés insalubres relèvent selon les cas, soit du droit civil, soit du droit pénal.

9 9 - En principe, les dispositions les plus protectrices s appliquent aux logements meublés qui, en pratique, constituent la majorité des biens donnés en location en Angleterre. -Le droit à un logement décent est d ordre public et ne peut être exclu de manière expresse ou implicite dans le contrat de bail. Ainsi, à titre d illustration, sera réputée non écrite une clause du contrat de bail stipulant, au moment de la signature du contrat et avant même l entrée en jouissance, que le locataire après vérification est satisfait de l état du bien loué. 1. Dans la common law En common law, tout bail d une habitation meublée comporte une clause implicite (implied term) selon laquelle le bailleur est obligé de délivrer au preneur un logement décent dès l entrée en jouissance. Cette règle découle d une jurisprudence très ancienne (Smith c. Marrable [1843] et Collins c. Hopkins [1923]). A cet égard, le droit anglais se rapproche de l article 1719 du Code Civil. De manière générale, la chose louée sera considérée comme impropre à l habitation : Si elle est infestée d insectes nuisibles ; lorsque le système d évacuation des eaux (tout-à-l égout) est défectueux ; En cas de manquement aux normes de sécurité ; En cas d insuffisance dans l approvisionnement en eau. 2. Dans les divers textes de loi Diverses dispositions législatives énumérées ci-dessous complètent la common law, soit en définissant les qualités que doit revêtir la chose louée, soit en énumérant les vices qui ont pour effet de rendre un logement impropre à l habitation. a) Le Housing Act 1985 Pour les biens loués avant le 6 Avril 2006, l article 604 du Housing Act énumère un certain nombre de qualités dont l absence rend le logement impropre à l usage. Ces qualités sont : la solidité de la structure, le bon état général des lieux et l absence de grosses réparations,

10 10 l absence d humidité et la salubrité, la présence d installations électriques, de chauffage et de ventilation adéquate, un système adéquat de fourniture des eaux, un équipement ménager de première utilité (notamment la présence d un évier), une installation sanitaire de base et un réseau suffisant d évacuation des eaux usées et fosses d aisance. b) Le Housing Act 2004 Pour tous les biens loués après le 6 Avril 2006, le Housing Act de 2004 (Partie 1) vient remplacer l article 604 du Housing Act de 1985 et met en place un nouveau dispositif, le Housing Health and Safety Rating System (HHSRS). En vertu de ce nouveau système, la décence des lieux loués n est plus déterminée en fonction de qualités «standards» énoncées par la loi comme cela est le cas du Housing Act 1985, mais repose sur l évaluation du logement par un expert en vue d identifier et, le cas échéant, de constater la présence de dangers et les risques qu ils sont susceptibles d engendrer pour la santé et la sécurité du preneur ou des visiteurs des lieux loués (par exemple, un niveau d humidité nuisible à la santé, la présence d amiante, ). Tout locataire concerné peut saisir l Environmental Health Officer de sa commune en vue d une inspection des lieux. En cas d insuffisance grave, le bailleur se verra ordonner la remise en état des lieux à défaut de quoi il pourra être poursuivi devant les juridictions criminelles (Magistrates courts). c) L Environmental Protection Act 1990 Ce texte traite d aspects plus spécifiques liés à la pollution. La partie 3 du texte est consacrée aux baux d habitation et envisage un certain nombre de nuisances liées à la pollution comme, par exemple, les fumées et odeurs émises à partir des lieux loués, ainsi que les mesures permettant d y remédier. A cet égard il appartient aux municipalités de recevoir les plaintes des preneurs, d inspecter les lieux litigieux et de signifier aux bailleurs l existence d un trouble afin d y remédier. A défaut, le bailleur peut-être poursuivi devant les juridictions criminelles où des peines d amendes peut être prononcées à son encontre.

11 11 d) Autres règlementations Mises à part les règles évoquées plus haut, il existe un bon nombre de règlementations spécifiques notamment en matière de gaz (Gas Safety (Installation and Use) Regulations 1994), d électricité (Electrical Equipment Safety Regulations 1994), et de meubles qui garnissent les lieux loués (Furniture and Furnishings Fire Safety Regulations 1987). Ces textes sont mis à jour régulièrement. A noter également des «projets» en cours en vue de l amélioration du niveau des lieux loués dans le secteur public. Ainsi, depuis quelques années, le gouvernement s est engagé dans un vaste programme d amélioration de la qualité des logements sociaux avec pour objet l établissement de «standards» minimums par les collectivités locales et les moyens d y parvenir (le Decent Homes project).

12 12 II. L économie du bail A. Le Loyer 1. Montant du Loyer Le montant des loyers et son mode de fixation dépend de la nature du bail. Cependant il existe deux règles de principe, quelque soit le type de bail envisagé. La première est que les parties sont libres de fixer elles-mêmes le loyer sauf disposition contraire de la loi. La seconde est que le montant du loyer ne peut être révisé durant le bail par le bailleur si ce n est avec l accord du locataire et sauf clause d indexation du contrat de bail (rent review clause). Ces règles mises à part, le droit anglais distingue deux types de situations quant aux règles de fixation des loyers. a) Baux antérieurs au 15 janvier 1989 Les baux antérieurs au 15 janvier 1989 sont soumis au système protecteur du fair rent prévu par le Rent Act de Le principe du fair rent est que le montant du loyer doit être «raisonnable» et, à cet effet, doit pouvoir être fixé par un «rent officer» (avec appel possible devant le Rent Assessment Committee) quand il est saisi par les parties ou l une d entre elles. L officier se détermine par rapport à des critères inscrits à l article 70 (1) du Rent Act, notamment l âge du (des) locataire (s) et l emplacement et état des lieux loués. Une fois fixé, le loyer est enregistré et ne peut être sujet à révision avant deux années sauf circonstances particulières. Un tel système a entraîné dans les années 1980/90 une pénurie de logements offerts à la location en raison du faible montant des loyers pratiqués selon ce mode de fixation. Une telle situation a conduit les juges anglais - notamment après l entrée en vigueur du Housing Act à rendre des décisions en faveur d un mode de fixation du fair rent tenant compte du cours effectif du marché (open market rent), entraînant par là même une augmentation du montant des loyers et une augmentation corrélative des logements offerts en location (Curtis c London Rent Assessment Committee and Others, 1998). Mais

13 13 l augmentation croissante des loyers que cette jurisprudence a entraînée et ses conséquences fâcheuses sur la situation financière des locataires les plus vulnérables (comme les personnes âgées), a amené le gouvernement à prendre une ordonnance, le Rent Act (Maximum Fair Rent) Order en vertu de laquelle les loyers fixés et enregistrés sous l empire du Rent Act de 1977 ne peuvent plus dépasser un certain plafond. b) Baux conclus après le 15 Janvier 1989 En ce qui concerne le montant des loyers pour les baux conclus après le 15 Janvier 1989, le Housing Act 1988 met l accent sur la liberté des parties. Sous l empire de cette loi, la plupart des baux conclus sont à durée limitée-les assured shorthold tenancies (six mois, en général)- et le bailleur obtient le droit de fixer le montant du loyer en fonction du cours du marché (market rent). En fin de bail, avant renouvellement, il est fréquent que le bailleur notifie une révision du loyer auquel cas un nouveau bail est alors conclu. Si l augmentation dépasse le cours du marché, le locataire peut saisir dans le mois de la notification de la révision le Rent Assessment Committee qui peut décider d un réajustement du montant en fonction du market rent en cours. 2. Périodicité de paiement du Loyer En droit anglais les parties sont, comme en France, libres de fixer les modalités de paiement du loyer. En pratique, le montant du loyer est généralement fixé à la semaine et payable soit à la semaine, soit mensuellement. B. La durée du bail 1. Fixation de la durée initiale En droit anglais, les baux sont, soit à une durée déterminée ou fixed-term (six mois ou un an), soit à durée indéterminée ou periodic. Les premiers sont, depuis 1989, les plus courants lorsque le bailleur est une personne privée; les seconds concernent la majorité des logements sociaux et les baux soumis au Rent Act de Les baux à durée déterminée sont connus,

14 14 depuis leur création par le Housing Act de 1988, sous le vocable assured shorthold tenancies. Par ailleurs, depuis l entrée en vigueur du Housing Act 1996 (article 96), le principe est que tous les baux conclus après le 28 Février 1997 sont en principe fixed-term sauf stipulation contraire du contrat de bail. Toutefois, un bail fixed-term deviendra automatiquement periodic si en fin de période déterminée le bail n est pas renouvelé pour une autre période déterminée et que le locataire reste dans les lieux sans que le bailleur ne manifeste son intention de reprendre possession du logement. Dans de telles circonstances le bail est reconduit et devient un bail à durée indéterminée. 2. Fin anticipée du bail a) Résiliation du bail à l initiative du locataire Si le bail est à durée indéterminée (periodic tenancy), le locataire peut quitter les lieux à tout moment à condition de donner un préavis d un mois. Pour les baux à durée limitée (fixed-term tenancy), le locataire reste lié jusqu à la fin de la période fixée dans le contrat (généralement 6 mois ou un an). Il y a cependant des limites à cette règle. Le bail peut contenir une clause résolutoire (break clause) qui permet de mettre fin au bail plus tôt sous réserve d un préavis fixé par la clause elle-même. Cependant ces clauses sont assez rares ou, si elles existent, ne permettent pas une résiliation avant 6 mois. Le meilleur moyen pour un locataire de se libérer de son obligation consistera à trouver un remplaçant qui complètera la période restant à courir. Le bailleur ne peut s y opposer et est de ce fait encouragé à trouver lui-même un remplaçant en raison du devoir de mitigation connu en droit anglais des obligations : les parties ont l obligation de limiter leur préjudice. Cependant le locataire doit supporter les frais engagés par la signature d un nouveau bail. Si un remplaçant ne peut être trouvé, et en l absence de break clause, dans le cas d un départ anticipé, le locataire devra payer le montant des loyers restant à courir. En revanche, si le locataire désire quitter en fin de bail, c'est-à-dire à l expiration de la période fixée dans le cadre d un bail à durée déterminée, aucun préavis n est requis. Cependant, si le locataire reste sur les lieux à la fin de la période spécifiée dans le bail, celui-ci est automatiquement reconduit et devient un bail à durée indéterminée dont la résiliation suppose le respect d un préavis.

15 15 b) Résiliation du bail à l initiative du bailleur En principe le bailleur ne peut reprendre possession des lieux loués sans passer par une procédure stricte de mise en demeure suivie de l obtention d un order for possession délivré par le juge. Il existe là encore plusieurs cas de figures dont l essentiel est résumé comme suit. Pour les baux soumis au Housing Act de 1988 (secteur privé), l article 21 (Section 21 notice) prévoit qu à l expiration du bail le bailleur peut reprendre possession des lieux sans motifs spécifiques à condition de le notifier au locataire au moins deux mois à l avance (ce qui permet en pratique au locataire de trouver à se reloger). Le juge ordonnera la reprise après avoir vérifié que la notification était régulière. L article 8 (Section 8 notice) prévoit, quant à lui, la résiliation du bail avant son expiration pour des motifs spécifiques (énumérés en annexe dans le Schedule 2 de la loi). La loi opère ici une distinction entre les mandatory grounds (motifs impératifs) qui, soutenus avec succès par le bailleur, lie le juge qui doit prononcer la résiliation du bail et les discretionary grounds (motifs discrétionnaires) pour lesquels le juge a un pouvoir d appréciation et peut refuser de résilier le bail. Parmi les mandatory grounds on trouve les impayés de plus de deux mois et la reprise du logement par le bailleur pour lui servir de résidence principale. Les discretionary grounds concernent principalement les cas d impayés de moins de deux mois, les retards systématiques dans le payement des loyers et les bad tenant grounds qui tiennent au comportement anti-social du locataire (existence d une sous-location non autorisée, détérioration des lieux loués, troubles de voisinage, utilisation illicite des lieux loués, etc.). Pour les autres baux, c est à dire ceux régis par la common law ou le Rent Act 1977, des règles similaires à celles envisagées plus haut existent. Plus précisément, avant de prononcer la résiliation, le juge doit être en mesure de constater, soit que le locataire a trouvé une solution de rechange pour se reloger, soit que les circonstances spécifiées dans la loi (Schedule 15 du Rent Act 1977) sont réunies en l espèce (la loi distingue entre les discetionary cases et les mandatory cases). Enfin, dans le cas des logements sociaux il faut signaler, en cas de non-payement des loyers par le locataire, l existence d une procédure obligatoire préalable à toute action en justice, le pre-action protocol qui, comme son nom l indique, est un «protocole» de payements

16 16 échelonnés qui permet au locataire d obtenir dans le temps alloué des aides au logement (housing benefits) afin qu il puisse faire face à ses dettes et éviter l expulsion.

17 17 III. Le traitement des difficultés du bail (contentieux locatif) A. Le règlement des litiges Les procédures en matière de conflits locatifs relèvent de la County Court (au nombre de 216 pour l ensemble de l Angleterre et du Pays de Galles). Les affaires sont jugées à juge unique par un district judge. Cette juridiction est donc semblable au tribunal d instance statuant en matière civile. Le ministère d avocat n est pas obligatoire devant la County Court mais il est cependant vivement recommandé de faire appel à un conseil juridique eu égard à la complexité de la législation sur les baux. Cependant, en pratique, pour éviter les frais de procédure souvent élevés en Angleterre, la majorité des affaires se règlent à l amiable entre les parties qui peuvent utiliser à cet effet les services d un médiateur dans le cadre d une procédure de règlement à l amiable de droit commun, connue sous le nom de «alternative dispute resolution» ou ADR. Les plus utilisées sont l arbitrage (dont le recours est parfois prévu par la loi comme dans les cas de litiges relatifs aux dépôt de garantie) ou la médiation. Alors que l arbitre se comporte comme un juge dont la décision lie les parties, le médiateur propose des solutions en fonction des circonstances de l affaire. Le Civil Procedure Rules (équivalent d un Code de Procédure Civile) dispose qu il est du devoir des juges «d encourager les parties à coopérer dans le règlement des procédures» (Rule 1.4). Le gouvernement s est engagé à promouvoir le recours aux ADR comme l atteste l établissement d un compte rendu annuel des recours à la médiation qui fait état chaque année d une augmentation sensible de ce type de règlement. Une commission spéciale qui dépend du Ministère de la Justice, le Civil Mediation Council, veille à la bonne administration des procédures de médiation, notamment en ce qui concerne le recrutement des médiateurs dont certains sont accrédités par lui. Il existe par ailleurs à l usage des parties une ligne spéciale, la National Mediation Helpline, pour aider à trouver un médiateur.

18 18 B. L Expulsion Locative En Angleterre, l expulsion obéit à des conditions de procédure et de délai très strictes dont la violation peut entraîner des sanctions pénales. A noter cependant que la loi anglaise ne prévoit pas la suspension des expulsions durant la période hivernale. Cependant, lorsqu il statue sur des demandes d expulsion, le juge pourra tenir compte de circonstances de temps pour retarder la mesure. De manière générale toute procédure d expulsion répond aux exigences du «due process» c'est-à-dire à la nécessité d une décision de justice autorisant l expulsion et ce, même dans le cas où le bail est expiré et que le locataire refuse de quitter les lieux (Article 3 du Protection from Eviction Act 1977). Ainsi, toute voie de fait à l encontre d un locataire, comme l usage de la force sans autorisation du juge, ou toute pression exercée sur sa personne pour le contraindre à quitter les lieux, sera considérée comme illicite. Plus particulièrement, d après l article 1 (3A) de la loi de 1977, sont constitutifs d une infraction pénale emportant des peines d amende et/ou, dans les cas les plus graves, une peine d emprisonnement pouvant atteindre 2 années : le trouble à la jouissance des lieux loués ; le fait de priver le locataire des services découlant de l occupation des lieux. Dans les deux cas, l infraction est constituée même si le bailleur n a pas agi dans le but spécifique de faire partir le locataire. Il suffit que le bailleur ait agi d une telle façon qu il aurait dû raisonnablement entrevoir que son action avait pour effet de conduire le locataire à quitter les lieux. La juridiction pénale de première instance, la Magistrates Court, est compétente pour connaître de ces infractions. En cas de jugement d expulsion prononcé par le juge, le locataire devra alors quitter les lieux dans un délai allant de 14 à 28 jours à compter de l audience de jugement. Le bailiff (officier attaché à la Court ayant jugé l affaire - dont le rôle s apparente à celui d un huissier) est seul qualifié pour procéder à l expulsion. Il peut recourir à la force publique dès lors que, la décision d expulsion étant devenue exécutoire, le locataire refuse de libérer les lieux.

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

Conditions générales Logement conventionné

Conditions générales Logement conventionné Conditions générales Logement conventionné 1. La Durée La location est consentie pour une durée de trois ans renouvelable automatiquement par tacite reconduction. 2. Conditions financières de la location

Plus en détail

Loi sur la location à usage d habitation

Loi sur la location à usage d habitation Loi sur la location à usage d habitation mars 2007 2 Table des matières La Loi sur la location à usage d habitation... 4 Contrat de location... 5 Règles relatives au loyer... 10 Dépôts de garantie... 17

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant CONVENTION DE LOCATION AUX FINS D UN HEBERGEMENT TEMPORAIRE (convention tripartite entre un bailleur privé 1 fournissant le logement, le logeur 2 tenu de l obligation d hébergement, et l occupant hébergé)

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Information à l'intention des locataires résidentiels de l'î.-p.-é. L information offerte dans la présente brochure offre des réponses

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD SAVOIR LOUER Cinquième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence Sommaire Le cadre juridique : les obligations du bailleur et la décence Les critères de la

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes en poste dans une Direction départementale de la cohésion sociale

Plus en détail

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités.

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités. Dans la pratique il est fréquent que le commerçant ne soit pas propriétaire de l immeuble dans lequel le fond est exploité. Il en obtient alors la jouissance par un bail à usage commercial. Pareille situation

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

Le droit d occupation est «strictement personnel et incessible. Il est précaire et révocable».

Le droit d occupation est «strictement personnel et incessible. Il est précaire et révocable». REGLEMENT INTERIEUR DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DU CROUS DE NANTES PAYS DE LA LOIRE I LES GRANDS PRINCIPES Article 1 Le présent règlement s applique à l ensemble des résidences universitaires du CROUS

Plus en détail

Prévention de l exclusion locative

Prévention de l exclusion locative Prévention de l exclusion locative Expulsion pour impayés locatifs Conférence du 10 avril 2014 Les textes fondateurs Loi n 98-657 du 29 juillet 1998 d'orientation relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION Articles 1714 à 1751 du Code Civil. Entre les soussignés :... Dénommé ci-après, le BAILLEUR Et :...

CONTRAT DE LOCATION Articles 1714 à 1751 du Code Civil. Entre les soussignés :... Dénommé ci-après, le BAILLEUR Et :... CONTRAT DE LOCATION Articles 1714 à 1751 du Code Civil BOX AUTOMOBILE N.. / NIVEAU.. Entre les soussignés : Dénommé ci-après, le BAILLEUR Et : IL A ETE CONVENU ET ARRETE CE QUI SUIT : Dénommé ci-après,

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

BAIL DE LOCATION Locaux meublés Hors du champ d application de la loi du 18 janvier 2005. Conditions particulières

BAIL DE LOCATION Locaux meublés Hors du champ d application de la loi du 18 janvier 2005. Conditions particulières ENTRE LES SOUSSIGNEES : BAIL DE LOCATION Locaux meublés Hors du champ d application de la loi du 18 janvier 2005 Conditions particulières Association pour l accueil et l hébergement Des élèves de TELECOM-Lille

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE ENTRE L Association de Gestion de l Espace La Grappe, l AGELAG, représentée par son Président Philippe CREACH Ci- après dénommée le «Prestataire» ET La société au capital

Plus en détail

GESTION. - Dans le cadre d un mandat de recherche, les honoraires ne sont dus qu à la signature du bail.

GESTION. - Dans le cadre d un mandat de recherche, les honoraires ne sont dus qu à la signature du bail. GESTION 1- Avant le bail 2- Le contrat de bail 3- Entrée dans les lieux 4- Travaux 5- Loyers et charges 6- Fin du bail 7- Litiges 8- Dispositions spécifiques 1- Avant le bail - Un décret fixera la liste

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial

La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial La demande de renouvellement dans un contrat de bail commercial «Le renouvellement d un contrat de bail commercial n est pas automatique» 1. La demande de renouvellement Il n existe pas de renouvellement

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 -

Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF DU LOUAGE (C.c.Q.) Réalisé par : SIMON ROBIN ; Étudiant en droit à l Université de Montréal Et l équipe du Comité logement Ville-Marie - 2013 - LEXIQUE LÉGISLATIF C.c.Q Articles 1851

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION

RÉGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION Ministère de la Justice SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS RÉGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION (Allemagne) Étude à jour le 1 er juin 2009 1 CNRS-JURISCOPE 2 SOMMAIRE Introduction...

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

A - Le fonds de commerce

A - Le fonds de commerce Chapitre 5 QUOI? Un fonds, des parts, une franchise, un commerce indépendant: les conséquences en sont différentes. Vous pouvez acheter un fonds de commerce, certes, mais aussi des parts de société et

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques est définie comme une utilisation à d autres

Plus en détail

DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DU CROUS DE NANTES PAYS DE LA LOIRE

DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DU CROUS DE NANTES PAYS DE LA LOIRE DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DU CROUS DE NANTES PAYS DE LA LOIRE I LES GRANDS PRINCIPES Article 1 Le présent règlement s applique à l ensemble des résidences universitaires du CROUS Par le seul fait de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

DROITS DES LOCATAIRES

DROITS DES LOCATAIRES 6-1 LA LOI DE LA RUE No.6 DROITS DES LOCATAIRES La plupart des logements locatifs sont régis par la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la «LLUH»), et la Commission de la location immobilière

Plus en détail

LE CONTRAT DE BAIL. Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer.

LE CONTRAT DE BAIL. Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer. LE CONTRAT DE BAIL 1. Définition Le contrat de bail à loyer est un accord entre un bailleur qui cède l usage d une chose et un locataire qui en paie le loyer. 2. Distinction avec d autres contrats Le bail

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 décembre 2013 N de pourvoi: 12-18537 ECLI:FR:CCASS:2013:C101492 Publié au bulletin Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL. Ce logement a été attribué en tenant compte, notamment, de la situation sociale, familiale et financière du locataire.

CONTRAT DE BAIL. Ce logement a été attribué en tenant compte, notamment, de la situation sociale, familiale et financière du locataire. CONTRAT DE BAIL 1. La société HABITATIONS SUD Luxembourg SCRL Dont l adresse est la suivante : 18, rue des Métallurgistes 6791 ATHUS (Siège social) 9, rue de la Sambre 6700 ARLON (Siège administratif)

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr www.avdl.fr

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉE Résidence principale du locataire ENTRE LES SOUSSIGNÉS né(e) le à éventuellement représenté(e) par. Ci-après dénommé(e) «Le bailleur» d une part, & né(e) le. à. né(e) le. Ci-après

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION. Espagne

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION. Espagne MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS REGIME JURIDIQUE DES BAUX D HABITATION Espagne Étude à jour le 09 avril 2009 2 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 I. L accès au

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. des. Appartements de Coordination Thérapeutique

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. des. Appartements de Coordination Thérapeutique REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT des Appartements de Coordination Thérapeutique de l Apparté - 1 - Fonctionnement de L Apparté 1.1 - Admission L étude du dossier de candidature est effectuée par l équipe pluridisciplinaire,

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT 1. Conditions générales 1.1 Conditions générales : les contions ci-dessous concernent la location de grues, le grutage et le transport

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328328 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Jacques Arrighi de Casanova, président Mme Christine Allais, rapporteur M. Edouard Geffray, rapporteur

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Les contrats immobiliers

Les contrats immobiliers Chroniques notariales vol. 50 Table des matières Les contrats immobiliers Chapitre 1. Le bail......................................... 136 Section 1. Législation...................................... 136

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER Avocat au barreau de Paris Après le plan d action présenté par Madame PINEL le 19 juin 2013, le projet de loi du 21 août 2013 rassemblait un certain

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION. Le locataire déclare avoir pris connaissance des conditions de location et d en accepter l ensemble des clauses. Signé à, le.

CONTRAT DE LOCATION. Le locataire déclare avoir pris connaissance des conditions de location et d en accepter l ensemble des clauses. Signé à, le. CONTRAT DE LOCATION Entre Monsieur ou Madame BRUET, La Fraissinède, 11220 Montlaur, France Tél. portable: +33 6 32 58 05 45 Ci-dessous dénommé le propriétaire Et Nom :.. Prénom :. Adresse :.. Code Postal

Plus en détail

Assurance de protection juridique collective

Assurance de protection juridique collective Assurance de protection juridique collective Nr. 12.488.800 Entre la Winterthur-ARAG Société d Assurances de Protection juridique Gartenhofstrasse 17, 8070 Zurich, dénommée ci-après Winterthur-ARAG d une

Plus en détail

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard ATELIER SUR LE LOGEMENT Présenté par René Guitard Logement droit des locataires Locataires Avant d y emménager : dépôt ou lettre de garantie Pendant: Loyer, Réparations Expulsion Avis de déménagement Logement

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire?

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Le 25 août 2014 Par M e François Bérubé francois.berube@clcw.ca 2 I. Introduction et mise en contexte II. Les moyens légaux pour les

Plus en détail

Les devoirs du demandeur

Les devoirs du demandeur Les devoirs du demandeur Quelles conditions dois-je remplir pour que ma demande soit correctement instruite? Je dois : Être de nationalité française ou étrangère avec un titre de séjour en cours de validité.

Plus en détail

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes [L assurance Lyers Impayés] L assurance loyers impayés Submitted By Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes Depuis plus de trente ans, le contrat de bail d habitation fait l objet

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le 24 octobre 1999 Traduction

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS D après la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 (JO 08/07 /89) modifiée par la loi du 21 juillet 1994 (JO 24/07/94) Le présent contrat de location est composé: d'une première

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

Contrat de bail de parking et garage

Contrat de bail de parking et garage Contrat de bail de parking et garage CONTRAT DE BAIL DE PARKING ET GARAGE 2/7 Bail de parking et garage entre (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social) : 1... Soussigné(e)(s) de première

Plus en détail