PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST 2012 T3"

Transcription

1 PROPERTY REPORT PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST

2 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE CONTACTS INTERNATIONAL INVESTMENT GROUP Peter Rösler Tél. : FRANCE Etienne Prongue 167 Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Cedex Tél. : ALLEMAGNE Mathieu Brummer Goetheplatz Frankfurt am Main Tél. : ROYAUME-UNI Andrew Cruickshank 5 Aldermanbury Square London EC2V 7BP Tél. : SYNTHÈSE L investissement en bureaux peut encore croître En l absence de redressement de l activité économique, le volume des transactions de bureaux s est établi à un niveau nettement inférieur à celui de l année passée en glissement annuel. La rareté de l offre neuve a contribué à la stabilisation des taux de vacance qui ont même fléchi dans les villes allemandes. Les loyers ont par conséquent résisté aux pressions à la baisse. La hausse régulière de l investissement en bureaux a été portée par plusieurs grandes opérations intervenues sur les marchés "core". Les perspectives économiques restent moroses en Europe de l Ouest. Si le Royaume-Uni est sorti de la récession, la zone euro devrait encore voir son PIB reculer au 3 ème trimestre 212. Dans l Europe des quinze, le taux de chômage s est stabilisé à un niveau record (1,7 %). RESEARCH 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Cedex France Tél. : +33 () Christophe Pineau Directeur International Research Tél. : +33 () Zsolt NENKOV Chargé d Études L atonie du marché du travail pèse fortement sur la demande de bureaux. En Europe de l Ouest, la baisse du volume des transactions de bureaux s est encore accélérée au 3 ème trimestre 212. Grâce à une absorption nette largement positive, le marché allemand se maintient bien. Dans la majorité des, les loyers résistent aux pressions à la baisse, car l offre neuve demeure limitée. L investissement en bureaux reste orienté positivement. Londres, Paris et certaines villes allemandes ont enregistré les plus fortes hausses en termes d investissement grâce à de grandes transactions. L accroissement du risque a fortement limité l investissement à Madrid et. Les évolutions des taux de rendement "prime" reflètent des marchés de bureaux. Octobre 212

3 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE CONTEXTE MACROÉCONOMIQUE Les récentes décisions de la BCE en matière de politique monétaire ont nettement apaisé les incertitudes quant à l économie européenne et ouvert la voie à un renouveau de la confiance. Ces initiatives ne sont toutefois pas un remède miracle aux difficultés rencontrées par de nombreuses économies européennes. L instauration d une politique budgétaire stricte constitue un élément important de l éventail de mesures requises pour faire face aux défis actuels. L austérité risque toutefois de peser sur les dépenses des ménages et, par conséquent, sur l activité économique. De fait, les grands indicateurs récemment publiés font apparaître un nouveau recul du PIB dans la zone euro au 3 ème trimestre (-,2 %). Ayant enregistré un rebond de la croissance au 3 ème trimestre (+1, %), le Royaume-Uni vient de sortir de la récession. Dans l Europe des quinze, nous continuons à penser qu à court terme les perspectives économiques demeurent peu encourageantes. Le PIB devrait ainsi fléchir à nouveau aux 3 ème et 4 ème trimestres, le recul sur l année s établissant à,4 % en devrait être l année de la reprise, bien que la croissance s annonce fort modeste (+,4 %). De même, la situation reste très délicate sur le marché du travail, le taux de chômage s étant stabilisé à un niveau historiquement élevé dans l Europe des quinze (1,7 %). Les chiffres varient toutefois nettement d un pays à l autre. Ainsi, en Espagne (25,1 %) et en France (1,8 %), le taux de chômage a progressé au cours des derniers mois, alors qu il est resté stable en Italie (1,7 %), en Belgique (7,4 %) et en Allemagne (5,5 %) où l on relève un point bas historique. Grâce aux Jeux Olympiques, le Royaume-Uni a vu son taux de chômage diminuer au cours de l été (7,9 %). Si les disparités sont appelées à s accroître, nous ne prévoyons pas d amélioration significative avant mi-213. Cette situation a des répercussions négatives sur la demande de bureaux. En glissement annuel au 3 ème trimestre 212, les transactions ont encore fléchi dans les neuf villes d Europe de l Ouest étudiées, en baisse de 1 %. "Central London" et "Central Paris" sont les marchés qui ont le plus ralenti, les villes allemandes tirant relativement bien leur épingle du jeu. Bien qu ayant enregistré leur meilleur volume trimestriel de transactions au 3 ème trimestre 212, et Madrid restent les villes les plus fragiles sur le plan des fondamentaux économiques. Un léger repli du taux de vacance moyen a été constaté au 3 ème trimestre 212. L offre disponible est actuellement stable ou en recul dans la totalité des villes, à l exception de "Central London", où la livraison du plus haut gratte-ciel (The Shard), a donné lieu à la mise sur le marché d une offre neuve importante ce trimestre. Grâce à la bonne résistance de la demande en Allemagne, l offre immédiate est restée orientée à la baisse dans les villes allemandes, en dépit de livraisons plus nombreuses qu au trimestre précédent. Dans l ensemble, les loyers "prime" des bureaux ont peu varié au 3 ème trimestre. Ils sont parvenus à se stabiliser à Madrid, mais ont diminué à. L investissement en bureaux a continué de progresser en glissement annuel (+19 %), atteignant son plus haut niveau depuis le 2 ème trimestre 28. Les tendances sont toutefois très contrastées selon les marchés. Au 3 ème trimestre, l activité a été tirée par "Central London" et les villes allemandes, la forte demande des investisseurs se traduisant même par de légères compressions des taux de rendement (Munich, Hambourg). L investissement résiste bien à Paris, avec une diminution de 2 pb du taux de rendement "prime" contrairement à ce que l on observe à Madrid, et Bruxelles. Dans un contexte marqué par une aversion au risque accrue, l absence d activité a eu pour conséquence une hausse des taux de rendement "prime" des bureaux à Madrid et. Croissance du PIB et de l emploi Transactions et offre immédiate Bureaux en Europe de l'ouest (9 villes) % Croissance PIB Croissance emploi milliers m 2 Transactions Offre immédiate * 13* BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre * BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 * prévisions Source : Eurostat, BNP Paribas Real Estate * Glissement annuel

4 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE ACCÉLÉRATION DU RECUL DE LA DEMANDE DE BUREAUX Les chiffres du 3 ème trimestre sont venus confirmer le ralentissement de l activité économique et le taux de chômage historiquement élevé en Europe de l Ouest. Dans un contexte aussi dégradé, la demande de bureaux des entreprises s est fortement restreinte. En glissement annuel, la diminution du volume des transactions de bureaux dans les neuf grandes villes d Europe de l Ouest étudiées a atteint 1 % au 3 ème trimestre 212 par rapport au 3 ème trimestre 211, renforçant encore la tendance amorcée au début de l année passée. À "Central London", les transactions ont chuté de 19 % au 3 ème trimestre 212 (en glissement annuel). La demande croissante du secteur des TMT 1 a permis au West-End d afficher de meilleures performances que les autres grands segments de marché (+7 %). À l inverse, la City (-15 %) et les Docklands (-61 %) ne suivent pas le rythme. À "Central Paris", la baisse du volume des transactions de bureaux s est confirmée au 3 ème trimestre 212 (-17 % en glissement annuel). Ce recul de la demande de bureaux touche l ensemble des segments de marché et les transactions de toute taille. Secteur ayant fortement contribué aux très bonnes performances de l année passée, le a souffert de l absence de grandes opérations, tout comme la Défense (-3 %). Enregistrant les plus importantes transactions du trimestre, le Croissant Ouest a mieux résisté. Alors même que la croissance économique ralentit, les grands marchés de bureaux en Allemagne se maintiennent très bien, Transactions en 212 affichant à nouveau des niveaux de transactions généralement supérieurs à la moyenne à long terme. Munich a ainsi confirmé sa position de marché de bureaux le plus dynamique, progressant même de 7 % en glissement annuel au 3 ème trimestre 212. L activité a également été un peu plus soutenue à Francfort par rapport aux quatre trimestres écoulés (+3 %). Par ailleurs, le ralentissement s est poursuivi à Hambourg du fait de l absence de grandes transactions en 212. À, la récession économique et les réductions d effectifs ont conduit les entreprises à regrouper leurs activités et à réduire la surface des bureaux qu elles occupent. L absorption nette a par conséquent été négative tout au long de l année 212 et les transactions ont chuté de 15 % en glissement annuel au 3 ème trimestre 212. À Madrid, la morosité de l activité économique pèse sur la demande des utilisateurs. La demande de bureaux ne s est pas redressée par rapport aux trimestres précédents, bien qu une légère reprise des transactions ait été observée dans le. Sur l année, les transactions devraient tomber à leur plus bas niveau depuis la crise financière. Après un bon 1 er semestre dynamisé par la demande du secteur public, les transactions ont légèrement fléchi au 3 ème trimestre à Bruxelles. Il n en reste pas moins que, grâce à une petite amélioration de la situation sur le marché, Bruxelles fait partie des très rares marchés d Europe de l Ouest susceptibles d enregistrer en 212 un volume de transactions supérieur à celui de 211. Variation des transactions en glissement annuel vs. milliers m 2 % milliers m T1 "Central "Central Munich Francfort Berlin Hambourg Bruxelles Paris" London" 212 T2 Madrid Transactions - Principaux sous-marchés Croissant La Défense West End City Docklands Ouest Paris Londres BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre Munich Bruxelles Francfort Madrid Transactions - Bureaux milliers m Munich Francfort Hambourg Berlin Hambourg Berlin Madrid "Central "Central Paris" London" Bruxelles BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

5 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE NETTE DIMINUTION DE L OFFRE IMMÉDIATE DANS LES VILLES ALLEMANDES Sur les principaux marchés de bureaux d Europe de l Ouest, le taux de vacance moyen a recommencé à diminuer au 3 ème trimestre 212. Il s établit désormais à 9,1 % contre 9,3 % au 2 ème trimestre 212 et 9,4 % il y a un an. Il convient de signaler que cette tendance positive est entièrement liée aux importantes baisses de l offre neuve disponible enregistrées dans les villes allemandes. A contrario, le taux d écoulement de l offre dans les neuf villes étudiées a augmenté pour atteindre 2,4 ans, contre 2,2 ans l année dernière, une évolution qui illustre bien le ralentissement actuel de la demande de bureaux. À "Central London", le taux de vacance (6,8 %) a légèrement augmenté par rapport au trimestre précédent. Cette hausse s explique toutefois essentiellement par la livraison de la tour Shard (Southbank) qui affiche un très faible niveau d occupation. À l inverse, dans la City et le West-End, l offre neuve a été très limitée au 3 ème trimestre 212 et les taux de vacance sont restés stables. La pénurie de produits persiste dans le West End, mais la situation devrait s améliorer en avec la livraison de plusieurs programmes. S établissant à 7,6 %, le taux de vacance est resté globalement stable à "Central Paris" par rapport aux quatre derniers trimestres. L offre reste la plus rare dans le (5,1 %) et la plus forte dans le Croissant Ouest (13,2 %). Les chantiers démarrés se sont également stabilisés au 3 ème trimestre, mais à un niveau nettement plus élevé que l année passée. Actuellement, grâce à un certain nombre de grands projets, la Défense concentre près d un tiers du total des constructions sur le marché parisien. Taux de vacance Dans les villes allemandes, les taux de vacance ont fortement reculé. Parmi les grands marchés européens, Berlin et Hambourg affichent les taux de vacance les plus faibles avec, respectivement, 5,8 % et 6,6 %. Autre point positif, en dépit de la hausse générale du nombre de chantiers démarrés, seuls 4 % des surfaces en projet pour dans les quatre villes principales sont encore disponibles à la location. À, où aucune livraison n a été recensée ce trimestre, le taux de vacance global s est stabilisé à 11 %. Il continue toutefois à progresser légèrement dans le. Au vu de l importance de l offre, les constructions diminuent et certains projets sont ajournés. Dans ce contexte, la rénovation d immeubles de bureaux anciens prend une importance croissante. À Madrid, le taux de vacance global est resté supérieur à 14 % pour le deuxième trimestre consécutif. L absence de livraisons semble lui avoir permis de se stabiliser pour le moment. La situation est un peu plus positive dans le, où le taux de vacance a diminué au cours des trois trimestres écoulés, la demande s étant mieux maintenue sur ce segment. À Bruxelles, le peu de livraisons couplée à un léger accroissement de la demande de bureaux par rapport à l année passée ont contribué à faire baisser le taux de vacance global et le taux de vacance dans le, qui sont retombés à leur plus faible niveau depuis la fin de l année 28. Taux d'écoulement de l'offre % milliers m 2 5 Berlin Hambourg "Central Munich "Central Bruxelles Francfort Madrid London" Paris" Offre immédiate - Principaux sous-marchés Croissant La Défense West End City Docklands Ouest Paris Londres BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 années Offre immédiate - Bureaux milliers m "Central Paris" * Glissement annuel Munich "Central Munich Hambourg Berlin London" Francfort Hambourg Berlin Bruxelles Francfort Madrid * Bruxelles * Madrid BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

6 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE BAISSE DES LOYERS "PRIME" À MILAN ET STABILISATION À MADRID Dans les neuf grandes villes d Europe de l Ouest étudiées, les loyers "prime" ont été stables ce trimestre, exception faite de où ils ont légèrement diminué. Dans la plupart des, les loyers moyens s établissent à un niveau un peu plus élevé qu au trimestre précédent grâce à la diminution du nombre de bureaux vacants. À "Central London", le loyer "prime" est demeuré stable au 3 ème trimestre. Il ne serait toutefois pas surprenant qu il augmente prochainement, car les loyers continuent à subir des pressions à la hausse dans le West-End du fait de la rareté de l offre. Le loyer moyen a déjà fortement progressé depuis l année dernière. À "Central Paris", le loyer moyen résiste bien dans le, augmentant de 1 % par rapport au 3 ème trimestre 211. A contrario, à la Défense et dans le Croissant Ouest, bien qu ils soient repartis à la hausse au 3 ème trimestre, les loyers moyens restent nettement en deçà des chiffres relevés l année passée. En Allemagne, les loyers "prime" sont restés inchangés ce trimestre. Le loyer moyen a continué à augmenter rapidement dans le berlinois et s est maintenu à un niveau élevé partout ailleurs. Grâce à une baisse continuelle des taux de vacance, les villes allemandes enregistreront probablement une hausse des loyers au cours des trimestres à venir. Après presque deux ans de stabilité, le loyer "prime" a enregistré son premier recul à et demeure soumis à des pressions à la baisse à cause des difficultés persistantes du marché utilisateur. Dans le, les loyers moyens fléchissent depuis plus d un an. Au 3 ème trimestre 212, la pénurie d offre neuve et la légère hausse de la demande dans le ont permis une stabilisation des loyers "prime" et des loyers moyens à Madrid. Une pression à la baisse devrait toutefois continuer à s exercer sur les loyers du fait de la faiblesse de la demande des utilisateurs et du très fort taux de vacance. À Bruxelles, grâce au redressement régulier du marché utilisateur et à la diminution constante de l offre de bureaux vacants, le loyer "prime" pourrait bientôt subir des pressions à la hausse. Dans le, les loyers moyens progressent déjà légèrement depuis l année dernière. Loyers "prime" bureaux Loyers "prime" bureaux /m²/an Max /m²/an Max Loyer moyen /m²/an "Central London" "Central Paris" Londres West End Londres City Londres Docklands Paris Paris La Défense Croissant Ouest Madrid BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre Loyer moyen /m²/an Francfort Munich Madrid HambourgBruxelles Francfort Munich Hambourg Bruxelles Berlin Berlin BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

7 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE CROISSANCE RÉGULIÈRE DU VOLUME DE L INVESTISSEMENT EN BUREAUX La recherche de biens de qualité persiste entraînant une hausse de l investissement en bureaux de 19 % au 3 ème trimestre 212 en glissement annuel par rapport à la même période de l année passée. Les disparités entre les différents marchés se sont encore accrues, les investisseurs privilégiant les marchés "core" et délaissant nettement les marchés plus risqués. Représentant près de la moitié du total de l investissement en bureaux en Europe de l Ouest, "Central London" a de nouveau enregistré de très bonnes performances au 3 ème trimestre. Londres conserve son attractivité grâce à une aversion au risque moins marquée et à de meilleures perspectives économiques que la zone euro. Si la City, où plusieurs opérations d ampleur ont été recensées, continue à tirer l activité vers le haut, l augmentation des loyers rend également le West-End plus attractif. En dépit d un ralentissement par rapport au trimestre précédent, "Central Paris" affiche de bonnes performances, avec une hausse de 24 % alimentée par un certain nombre de grandes transactions. Le fort intérêt des investisseurs pour le a contribué à la diminution de 2 pb du taux de rendement "prime" des bureaux qui s établit désormais à 4,5 %. En parallèle, la pénurie de bureaux "prime" disponibles à la vente continue à peser sur le volume d investissement à la Défense. Dans la zone euro, le marché des bureaux en Allemagne est celui qui offre les opportunités d investissement les plus sûres pour les acheteurs, grâce à un marché locatif dynamique. Dans l ensemble, l activité a été dopée par de grandes transactions intervenues par exemple à Munich et Berlin, où le volume d investissement total en glissement annuel affiche de bien meilleurs chiffres que l année passée. La pénurie d actifs "prime" a quelque peu limité l investissement à Hambourg et Francfort, mais la demande reste forte. Les taux de rendement "prime" ont par conséquent enregistré une légère baisse de 5 pb à Hambourg et Munich pour s établir, respectivement à 4,75 % et 4,7 %. À, le fléchissement du marché utilisateur décourage les investisseurs et les conditions de financement restent dissuasives. Par ailleurs, au regard de la forte aversion au risque existante, les taux de rendement actuels de bureaux sont faibles pour les investisseurs comparés aux taux de rendement des obligations d État. Sur ce marché bloqué, on estime que les taux de rendement "prime" ont augmenté pour atteindre 5,6 % à la fin du 3 ème trimestre. À Madrid, l absence d amélioration de la situation pour les utilisateurs a conduit les investisseurs, en particulier internationaux, à se détourner du marché. La grande morosité de l activité en 212 a finalement entraîné une hausse du taux de rendement "prime" après plusieurs trimestres de stabilité. Le taux de rendement "prime" s établit actuellement à 5,6 %, bien au-dessus de la moyenne des taux de rendement "prime" des bureaux en Europe de l Ouest. À Bruxelles, l investissement en bureaux est resté atone, essentiellement en raison de la pénurie d actifs adaptés disponibles à la vente. Répartition de l'investissement bureaux Europe de l'ouest (9 principaux marchés) Répartition de l'investissement bureaux Europe de l'ouest (9 principaux marchés) milliards % Autres Europe de l'ouest Principaux marchés (9 villes) T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T Variation de l'investissement* Europe de l'ouest (9 principaux marchés) / Munich Madrid Berlin "Central "Central Francfort Hambourg Bruxelles Paris" London" BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 Taux de rendement bureaux "prime" 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, % 3,5 "Central London" "Central Paris" 7 % 4 % 5 % 3 % Munich Hambourg Point haut Francfort Berlin 47 % "Central London" "Central Paris" Munich Berlin Francfort Hambourg Madrid Bruxelles Madrid Bruxelles BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

8 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE PRINCIPAUX SOUS-MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST MARCHÉS UTILISATEURS Transactions (m²) (glissement annuel) Offre immédiate (m²) Loyer moyen ( /m²/an) Variation sur un an 212 T2 212 T2 Paris - Croissant Ouest % Paris % Paris - La Défense % Londres - City % Londres - West End % Londres - Docklands % Francfort % Hambourg % Munich % Berlin % Bruxelles % Madrid % % Taux de change constant / = 1,2633 Loyers à City en Livres : Loyers à West End en Livres : Loyers à Docklands en Livres : MARCHÉS DE L INVESTISSEMENT Investissement bureaux (millions ) (glissement annuel) Taux de rendement "prime" bureaux (%) Variation sur un an 212 T2 Paris % 469 4,5 4,7 4,7 Paris - Croissant Ouest % 395 5,75 5,8 6, Paris - La Défense % 111 5,9 5,9 5,9 Londres - City % , 5, 5, Londres - West End % , 4, 4, Londres - Docklands % n.c. n.c. n.c. Francfort % 149 4,9 4,9 4,9 Hambourg % 16 4,75 4,8 4,8 Munich % 195 4,7 4,75 4,75 Berlin % 138 4,95 4,95 4,95 Bruxelles % 34 6,5 6,5 6,25 Madrid % 5,6 5,5 5, % 9 5,6 5,4 5,1 Taux de change constant / = 1,2633 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

9 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE MARCHÉS UTILISATEURS EUROPE DE L OUEST, CENTRALE ET DE L EST Transactions (m 2 ) (glissement annuel) Taux de vacance (%) Loyers bureaux ( /m 2 /an) "Prime" Moyen 212 T2 212 T2 "Central Paris" ,6 7,7 7, Moscou ,4 12,5 1, n.c. n.c. "Central London" ,8 6,6 6, Munich ,9 7,1 8, Berlin ,8 6,4 6, Francfort , 13, 13, Hambourg ,6 7, 8, Bruxelles ,5 1,7 11, Düsseldorf ,5 11,7 12, Madrid ,1 14,3 13, , 11, 1, Cologne ,7 7,9 8, Bucarest ,1 14,2 15, n.c. n.c. Lyon ,3 5,6 6, Amsterdam ,2 17,8 18, St Pétersbourg ,3 7, 11, Barcelone ,1 16,2 14, Luxembourg ,2 5,7 6, Lille n.c. n.c. n.c Toulouse ,7 6,7 6, n.c. n.c. Marseille n.c. n.c. n.c Lisbonne n.c. 12, 12, La Haye ,5 13,5 13, Manchester ,6 9,9 9, Rome ,8 6,4 6, Glasgow ,6 1,6 1, Edimbourg ,4 14,1 14, Birmingham ,5 15,4 16, Kiev n.c. n.c. n.c. 11,5 11, 1, n.c. n.c. Taux de change constant / = 1,2633 Loyers en Livres: "Central London" Manchester Glasgow Birmingham Edimbourg BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212

10 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE MARCHÉS DE L INVESTISSEMENT EUROPE DE L OUEST, CENTRALE ET DE L EST Investissement en bureaux (millions ) (glissement annuel) Taux de rendement "prime" bureaux (%) 212 T2 "Central London" , 4, 4, "Central Paris" ,5 4,7 4,7 Munich ,7 4,75 4,75 Berlin ,95 4,95 4,95 Francfort ,9 4,9 4,9 Hambourg ,75 4,8 4,8 Madrid ,6 5,5 5,5 Amsterdam , 6,1 5,75 Lyon ,1 6,1 6,15 Düsseldorf , 5, 5, Vienne ,2 5,25 5,25 Cologne ,3 5,3 5,3 Luxembourg ,25 5,25 5,15 Bruxelles ,5 6,5 6,25 Manchester ,5 6,25 6, ,6 5,4 5,1 La Haye ,3 6,3 6,1 Birmingham ,5 6,25 6, Marseille ,1 6,1 6,15 Glasgow ,5 6,25 6, Barcelone ,75 5,5 5,5 Lisbonne ,75 7,5 7, Rome ,1 6, 5,9 Lille ,1 6,1 6,15 Toulouse ,55 6,2 n.c. Bucarest ,25 8,25 8,25 Edimbourg ,5 6,25 6, BNP Paribas Real Estate - Research - Octobre 212 Taux de change constant / = 1,2633

11 PROPERTY REPORT - PRINCIPAUX MARCHÉS DE BUREAUX EN EUROPE DE L OUEST - OCTOBRE GLOSSAIRE BNP Paribas Real Estate travaille à la mise en place d indicateurs aussi comparables que possible. C est une question complexe, en raison des différences culturelles existant d un marché à l autre. Néanmoins, comme nous visons à contribuer activement à la transparence des marchés, les définitions et les indicateurs qui sont strictement comparables apparaissent en vert. En outre, nous avons décidé d adopter les définitions PEPCIG 1, sur lesquelles reposent la plupart des indicateurs publiés par BNP Paribas Real Estate. Les autres indicateurs sont ceux de INREV 2 et de BNP Paribas Real Estate International Research. Central London : le périmètre comprend les secteurs de marché suivant : West End, Midtown, City, Docklands, Southbank, Western Fringe et Northern Fringe Central Paris : le périmètre comprend les secteurs de marché suivant : Quartier Central des Affaires, Paris hors, La Défense, Croissant Ouest et Première Couronne Chantiers en cours : superficie totale des immeubles en cours de construction ou de restructuration (voir la définition correspondante) à la date de l étude. Cela inclut les biens destinés à une occupation par le propriétaire (compte propre), qui sont comptés à part. Un immeuble en construction précommercialisé ou destiné à être occupé par le propriétaire est le cas échéant compté à part. Fonds added-value : cible des rendements de 11,5 % à 17 % avec des niveaux de levier compris entre 3 % et 7 % de la valeur brute de l actif. Fonds fermé : véhicule à durée limitée, destiné à des investisseurs institutionnels. Fonds core : cible des rendements à 11,5 % ou moins, avec un niveau de levier allant jusqu à 6 % de la valeur brute de l actif. Fonds opportunistes : cible des rendements supérieurs à 17 %, avec des niveaux de levier dépassant 6 % de la valeur brute de l actif. Fonds ouvert allemand : véhicule d investissement destiné au public, sans durée limitée, qui accepte de nouveaux capitaux en continu et investit ou revend en permanence. La liste des fonds ouverts allemands est publiée par le BVI (Bundesverband Investment und Asset Management e.v.). Livraisons : représentent la surface totale des locaux terminés et qui sont occupés, prêts à être occupés ou pour lesquels un permis d occupation, si nécessaire, a été accordé pendant la période analysée. Loyer moyen dans le Quartier Central des Affaires : moyenne des loyers faciaux, calculée à partir des loyers faciaux moyens de chacun des quatre derniers trimestres dans le. Le loyer facial moyen de chaque trimestre est pondéré par la surface prise en location transaction par transaction durant cette période. Le périmètre du résulte d une convention entre les acteurs de chaque marché. Loyer "Prime" : loyer maximum du marché pour un bureau : - de taille standard par rapport à la demande dans le secteur de marché - d excellente qualité et offrant les meilleures prestations - dans la meilleure localisation pour un marché donné. En France, en Allemagne et en Belgique les valeurs citées sont celles de transactions du marché. Cependant les transactions non représentatives sont exclues. Au Royaume-Uni et en Espagne, s il n existe pas de transaction avec un loyer "prime" durant la période analysée, un loyer de référence est indiqué, à dire d experts. Offre future : superficie totale des immeubles en construction et/ou des programmes futurs, neufs ou restructurés, y compris ceux qui ont un permis de construire, mais dont la construction n a pas débuté. Elle inclut tous les immeubles neufs, ceux qui sont reconstruits derrière des façades conservées et les immeubles (ou parties d immeubles) transformés en bureaux. Rendement initial brut "prime" : exprime le revenu brut (incluant les coûts d exploitation) divisé par le prix d achat hors coûts d acquisition. Rendement initial net "prime" : exprime le revenu net (hors coûts d exploitation) divisé par le prix d achat et tous les coûts d acquisition. Restructuration : implique des travaux de modification de la structure de l immeuble et/ou la modification substantielle de l immeuble, des équipements et finitions. La qualité de l immeuble doit avoir été substantiellement améliorée pour offrir des prestations aux nouvelles normes mêmes si elles sont différentes de celles d un immeuble totalement neuf. Surface prise en compte : diffère en Espagne, où les indicateurs en m² (transactions, vacance, offre future, livraisons), ainsi que les valeurs locatives, prennent en compte la surface locative brute (GLA), contrairement aux principaux autres marchés européens, qui utilisent la surface locative nette (NLA). Pour rendre les chiffres espagnols comparables, il faut les multiplier par,82 (NLA =,82 GLA). Ce rapport est appliqué par BNP Paribas Real Estate pour produire des indices et des comparaisons internationaux. Taux de change pour les loyers : valeur moyenne trimestrielle du cours livre Sterling/euro à la fin de la période. Taux de change pour l investissement : valeur moyenne trimestrielle du cours livre Sterling /euro. Le volume d investissement de l année est obtenu en additionnant les volumes des quatre trimestres dans les deux monnaies. Taux de vacance : représente le total de la vacance, sous-locations comprises, divisé par le parc total de bureaux. Transactions : superficies pour lesquelles un bail (location ou précommercialisation) ou contrat de vente a été signé avec le futur occupant, pendant la période de l étude. Sont prises en compte toutes les transactions dans la mesure où elles sont connues. -- Les transactions ne sont prises en compte qu après la signature d un contrat ou d un accord liant les parties. -- La précommercialisation renvoie à une transaction sur un immeuble en construction ou en projet. -- Toutes les transactions (y compris les précommercialisations) sont enregistrées sur la période pendant laquelle elles sont signées. -- Les renouvellements de baux ne sont pas inclus. -- Les opérations de vente associées à une relocation (sales and lease back) ne sont pas prises en compte, puisqu il n y a pas de changement d occupant. Les volumes de transactions cités ne sont pas définitifs et sont susceptibles de modifications. La ventilation des transactions par secteur d activités est compatible avec le code européen NACE. Vacance : superficie totale des locaux physiquement vacants, disponibles pour une occupation dans les trois mois (cette période couvre la période de travaux d aménagement) et en cours de commercialisation pendant la période de l étude. La vacance inclut les locaux proposés en sous-location (sauf en Allemagne), qui peuvent être comptabilisés à part. En France, la vacance exclut les locaux que le propriétaire veut louer rénovés mais dont les travaux ne démarreront qu après signature d un bail. En Espagne, seules les surfaces vacantes immédiatement disponibles sont prises en compte. Valeur brute de l actif : valeur de capital brute des biens, augmentée des liquidités et des titres de placement et autres actifs (hors actifs d exploitation). Volume d investissement : prend en compte toutes les transactions de la période analysée, dont BNP Paribas Real Estate a connaissance, quel que soit le prix d achat. Cela inclut les bureaux, les commerces et centres commerciaux, les immeubles industriels et entrepôts logistiques, ainsi que les autres investissements (hôtels, cinémas, loisirs, parkings, maisons de santé, parties des portefeuilles qui ne peuvent être réparties par produit, ainsi que les terrains à construire en Allemagne). Les volumes d investissement cités ne sont pas définitifs et sont susceptibles de modifications. Volume d investissement par type d investisseur ou de vendeur : réparti selon les catégories suivantes : assurances, investisseurs privés, secteur public, entreprises, foncières non cotées et foncières cotées, fonds, consortiums et autres investisseurs. Volume d investissement par nationalité d investisseur ou de vendeur : réparti selon les catégories suivantes : Zone Euro, Europe hors zone Euro, Amérique du Nord, Reste Amérique, Asie, Moyen-Orient, Australie, Multinational et Autres. 1 Pan-European Property Common Interest Group. Ce groupe rassemble un vaste éventail de consultants, d investisseurs et d agents européens majeurs. 2 Association européenne des fonds d investissements immobiliers non cotés. Avertissement : La responsabilité de BNP Paribas Real Estate ne saurait être engagée si, malgré toute sa vigilance, des informations fournies dans le présent document s avéraient erronées ou non exhaustives. Ce document est édité par BNP Paribas Real Estate et les informations y figurant sont à l usage exclusif de ses clients. Le document et les informations y figurant ne sauraient être reproduits ou diffusés sans l accord préalable exprès de BNP Paribas Real Estate. Si vous ne souhaitez plus recevoir ce document ou voir modifier les modalités d envoi de ce présent document, merci d adresser un à :

12 PRINCIPALES IMPLANTATIONS ABOU DABI Al Bateen Area Plot N. 144, W-11 New Al Bateen Municipality Street n 32 P.O. Box n 2742 Abou Dabi Tél. : Fax : Barbara Koreniouguine Tél. : +33 () International Investment Group Peter Roesler Tél. : Conseil Sylvain Hasse Tél. : +33 () Expertise Jean-Claude Dubois Tél.: +33 () Property Management Lauric Leclerc Tél. : +33 () Investment Management David Aubin Tél. : +33() CLIENT SOLUTIONS Guillaume Delattre Tél. : +33 () RESEARCH Christophe Pineau Tél. : +33 () ALLEMAGNE Goetheplatz Francfort Tél. : Fax : BELGIQUE Boulevard Louis Schmidtlaan 2 B3 14 Bruxelles Tél. : Fax : DUBAÏ Emaar Square Building No. 1, 7th Floor P.O. Box 7233 Tél. : Fax : ESPAGNE María de Molina, Madrid Tél. : Fax : FRANCE 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy-les-Moulineaux Tél. : Fax : AUTRES IMPLANTATIONS HONGRIE Alkotás u. 53. H-1123 Budapest, Tél. : Fax : PAYS-BAS JJ Viottastraat JP Amsterdam Tel: ALBANIE INDE 21, 2nd Floor, 1 North Avenue, Maker Maxity, Bandra (E), Mumbai-451 Tél.: Fax.: POLOGNE Al. Jana Pawła II Varsovie Tél.: Fax: ESTONIE IRLANDE 2 Merrion Road, Ballsbridge, Dublin 4 Tél. : Fax : ITALIE Corso Italia, 15/A 2122 Tél. : Fax : JERSEY 3rd Floor, Dialogue House 2-6 Anley Street - St Helier Jersey JE4 8RD Tél. : +44 () Fax. : +44 () LUXEMBOURG Axento Building Avenue J.F. Kennedy Luxembourg Tél. : Fax : RÉPUBLIQUE TCHÈQUE Pobřežní Prague 8 Tél. : Fax : ROUMANIE Union International Center 11 Ion Campineanu Street, 6th floor, 1st district Bucarest 131 Tél. : Fax : ROYAUME-UNI 5 Aldermanbury Square Londres - EC2V 7BP Tél : Fax : AUTRICHE BULGARIE CHYPRE ÉTATS-UNIS FINLANDE GRÈCE IRLANDE DU NORD JAPON LETTONIE LITUANIE NORVÈGE RUSSIE SERBIE SLOVAQUIE SUÈDE SUISSE TURQUIE UKRAINE Vos contacts Bernard Blanco Tél. : +33 () Greg Cooke Tél. : +44 () Document non contractuel - Departement Research - Octobre 212 BNP Paribas Real Estate - SAS au capital de RCS NANTERRE - Code NAF 411B - N TVA Intracommunautaire FR Siège social : 167, Quai de la Bataille de Stalingrad Issy Les Moulineaux Cedex - BNP Paribas Real Estate est une filiale du groupe bancaire BNP Paribas MÉTIERS Promotion

PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 2011

PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 2011 PROPERTY REPORT LE MARCHÉ DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST SEPTEMBRE 211 PROPERTY REPORT - LE MARCHE DES BUREAUX SECONDAIRES EN EUROPE DE L OUEST - SEPTEMBRE 211 2 CONTACTS INTERNATIONAL INVESTMENT

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1

PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE 2012 S1 PROPERTY REPORT L HÔTELLERIE EN FRANCE S PROPERTY REPORT - L HÔTELLERIE EN FRANCE - SEPTEMBRE CONTACTS RESEARCH Richard Malle Directeur richard.malle@bnpparibas.com Céline Cotasson Analyste investissement

Plus en détail

FORTE HAUSSE DE L INVESTISSEMENT EN BUREAUX EN 2012

FORTE HAUSSE DE L INVESTISSEMENT EN BUREAUX EN 2012 GLNC INCIUX MCHÉ D BUUX N UO D L OUT FO HU D L INVTIMNT N BUUX N Les incertitudes économiques en zone euro ont persisté au dernier trimestre de l année. ucune amélioration n est attendue au ème trimestre,

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Flotte Automobile (-3,5t)

Flotte Automobile (-3,5t) Flotte Automobile (-3,5t) ASSISTANCE AUX ENTREPRISES Votre parc toujours en mouvement Panne, accident, vol, gestion... AXA Assistance vous simplifie la vie à tous les niveaux. Un simple véhicule immobilisé

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Me passer de ma voiture? Impossible!

Me passer de ma voiture? Impossible! Me passer de ma voiture? Impossible! Avec le Pack Ma Mobilité, partez l esprit tranquille en France comme à l étranger et allez au bout de vos projets quoi qu il arrive. Aller au bout de mes projets en

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 Conférence de Presse Immobilier d Entreprise AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 2011, cap sur la reprise? AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 LOCAUX D ACTIVITÉ MARCHÉDES LOCAUX D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8 COUTS DES ENTREPRISES 8.1 Coût du capital 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8.4 Tarifs hôteliers COMPARAISONS INTERNATIONALES 13 ème EDITION 8.1 COUT

Plus en détail

Bilan e-commercee. 24 janvier 2011 - Pershing Hall. En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l

Bilan e-commercee. 24 janvier 2011 - Pershing Hall. En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l Bilan e-commercee En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l et de l Economie l numérique 24 janvier 2011 - Pershing Hall Bilan e-commerce e Bilan du marché e-commerce

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007 Le Marché du Crédit à la consommation en Europe à fin 7 Une étude de SOFINCO Evry, le juin 8 Nicolas Pécourt Le crédit à la consommation en Europe Synthèse (/) Cette étude porte sur le marché du crédit

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE L indice des caisses de pension suisses affiche un rendement en baisse de 8,79

Plus en détail

La domiciliation européenne SEPA

La domiciliation européenne SEPA _ FR La domiciliation européenne SEPA Une solution de prélèvement optimisée La zone SEPA compte 32 pays : les 27 États membres de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le contacter.

Votre conseiller est là pour vous accompagner à chaque étape de votre vie. N'hésitez pas à le contacter. l autre CARTE Avant que votre carte l autre carte n arrive à expiration, vous serez informé qu une nouvelle carte est mise à votre disposition. Vous pouvez résilier votre contrat à tout moment par écrit,

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail