PREMIERE PARTIE. Chapitre 1 : La suprématie et la centralité de la personne, une valeur fondamentale... 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREMIERE PARTIE. Chapitre 1 : La suprématie et la centralité de la personne, une valeur fondamentale... 13"

Transcription

1 «Vous ne pouvez améliorer les individus, se non en transformant la société, les moyens, l élément dans lequel ils vivent; Vous ne pouvez pas rehausser les individus se non en rehaussant l Homme, en anoblissant la conception de la vie» Giuseppe Mazzini 1

2 S0MMAIRE Introduction...7 PREMIERE PARTIE Des droits affirmés par le cadre légal international et national dans un système de santé qui repose sur les fondements du service public Titre 1 : Les fondements des droits des patients Chapitre 1 : La suprématie et la centralité de la personne, une valeur fondamentale Section 1 : La suprématie de la personne, principe fondamental consacré par les instruments internationaux Section 2 : La suprématie de la personne, principe fondamental consacré par les instruments nationaux Conclusion Chapitre 2 : La dignité de la personne humaine comme fondement des droits des patients

3 Section 1 : La protection de la dignité de la personne humaine Section 2 : La dignité et le droit à la vie Section 3 : La dignité et le droit à l intégrité de la personne...50 Conclusion...54 Titre 2 : Le droit à la santé garantie par le principe de solidarité Chapitre 1 : Le droit à la santé...56 Section 1 : Le droit à la santé, un droit humain fondamental Section 2 L autorité du droit à la santé en droit albanais Section 3 : L effectivité du principe Conclusion...75 Chapitre 2 : La valeur de la solidarité, condition pour la réalisation du droit à la santé...77 Section 1: Le cadre légal de l assurance maladie Section 2 : Le schéma de l Assurance Maladie...88 Section 3 : Quelle est la problématique du fonctionnement du schéma de l Assurance Maladie?...97 Conclusion Titre 3 : Le droit à la protection de la santé oblige la mise en œuvre des actions de santé publique en vue de garantir la sécurité et la qualité des soins

4 Chapitre 1 : Le droit à la protection de la santé garanti par les actions de santé publique Section 1 : Evolution et bouleversements de la protection de la santé publique en Albanie Section 2 : La nouvelle dimension de l organisation du système sanitaire et de la protection de la santé publique Section 3 : L organisation des services de soins Conclusion Chapitre 2 : La qualité des soins et la sécurité sanitaire, éléments du droit à la protection de la santé Section 1 : Quelle organisation pour garantir la sécurité sanitaire? Section 2 : L émergence de la mise en œuvre de la démarche de qualité et de sécurité sanitaire Conclusion DEUXIEME PARTIE Approches juridiques sur les droits des patients fondés sur l autonomie et la protection de la personne et la mise en œuvre d un système de responsabilité médicale Titre 1 : Les droits des patients et l autonomie de la personne visà vis des soins médicaux Chapitre 1 : Le droit à l information

5 Section 1: Les fondements du droit à l information Section 2 : Le contenu du droit à l information Conclusion Chapitre 2 : Le droit au consentement Section 1: Les fondements du droit au consentement Section 2 : Le contenu et l application du droit au consentement Conclusion Titre 2 : Des droits relatives à la protection de la personne Chapitre 1: Le droit à l intimité et à la confidentialité Section 1 : Le fondement du droit à l intimité et à la confidentialité Section 2 : Le contenu et l application du droit à l intimité et à la confidentialité Conclusion Chapitre 2: Le droit de ne pas supporter la souffrance ou la douleur inutile Section 1 : Le droit de ne pas souffrir Section 2 : L obligation de donner des réponses concrètes Conclusion

6 Titre 3: Le système de responsabilité et les droits de citoyenneté active Chapitre 1: Le système de responsabilité médicale Section 1 : Le droit albanais en matière de responsabilité médicale Section 2 : Emergence de renforcer le concept de la responsabilité médicale Conclusion Chapitre 2 : Les droits de citoyenneté active Section 1 : Des droits permettant le mouvement des patients Section 2 : Le renforcement du rôle du patient, acteur dans le système sanitaire albanais Conclusion Epilogue : L émergence de la mise en œuvre effective des droits des patients Bibliographie Annexes

7 Introduction Comment on peut construire une société démocratique si on ne met pas l homme au centre et si on ne protège pas la vie humaine? Depuis plus de 10 ans, l Albanie, désormais libre des obstacles hérités du passé, exprime sa volonté politique d intégrer l Union Européenne, et ménage ses efforts pour construire une démocratie fondée sur les droits de l homme. La construction de la démocratie et fortement lié avec les droits de l homme. En effet, la reconnaissance et la protection des droits de l homme sont à la base des constitutions démocratique modernes. [...] Sans reconnaissance et protection des droits de l homme, il n y a pas de démocratie 1. La construction de la démocratie s accompagne avec la volonté politique de l Albanie de rejoindre l Union européenne. Dans ce contexte, L Albanie doit se conformer aux paramètres de démocratie, requises par les critères de Copenhague et satisfaire les obligations définies par l Accord de Stabilisation et d Association 2 pour pouvoir rejoindre l Union européenne. Entrer dans l UE ne signifie pas seulement bénéficier des avantages et de la prospérité de l espace commun, mais aussi, et surtout, partager des valeurs communes qui se consolident autour des principes de dignité, liberté, égalité, solidarité, citoyenneté, justice. Ces principes constituent des vecteurs transformés en normes juridiques par la Charte européenne des droits fondamentaux. Les droits des patients s inspirent du corpus des droits de l homme. Ces droits protègent l homme dans les situations vulnérables engendrées par sa maladie, mais aussi l homme en contact avec les systèmes de soins. Nombreuses sont les textes internationaux qui traitent de manière directe ou 1 Bobbio N., L età dei diritti, Enaudi, L Accord de Stabilisation et d Association a été signé le 12 juin 2006 entre l Albanie et l Union européenne. 7

8 indirecte des droits des patients. En effet, les patients ne constituent pas une population à part, mais dans le souci de rendre plus visibles ces normes, dans différents pays on a adopté une législation spécifiques au droits des patients. Le système sanitaire albanais est confronté avec des problèmes majeurs : la corruption et l insuffisance du système pour répondre aux besoins de la population (absence d instruments financiers et mauvaise organisation et gestion). Par ailleurs, le système sanitaire est en processus de réforme. Les conséquences de cette situation pèsent sur les patients. En entrant dans l univers sanitaire albanais, on peut comprendre combien la réalité est décevante et douloureuse. Les patients constituent un groupe marginalisé de la société. La dignité de la personne, valeur fondamentale de l Union européenne, semble être oubliées dans l espace sanitaire albanaise. Depuis plus de dix ans la priorité de l Albanie était la consolidation des droits de l homme d un point de vue politique, en laissant à part les droits économiques et sociaux. L Albanie a adhéré aux différentes conventions internationales et européennes sur les droits de l homme et a transposé ces principes dans le droit interne. Si le cadre légal en matière de promotion et renforcement des droits de l homme est «exhaustif» 1, on ne peut pas dire autant de l effectivité de ces normes, spécifiquement en ce qui concerne les droits sociaux. «Le champ des droits de l homme, plus précisément des normes qui déclarent, reconnaissent, définissent, attribuent des droits de l homme, est certainement celui où l écart entre l existence de la norme et l effectivité de son application et le plus grand, surtout dans le champ des droits sociaux». Les droits des patients en Albanie attirent l attention pour différentes raisons : - En étudiant les textes internationaux et le cadre légal albanais, on se rend compte que les formules essentielles pour garantir une tutelle juridique des patients existent. Elles sont consacrées par les documents 1 Albania 2008 progress report, Communication from the Commission to the Européen Parliament and the Council, {COM (2008) 674}, Commission of the European Communities, SEC (2008) 2692, Brussels, 5 November

9 internationaux, mais aussi par le droit interne. En revanche, la problématique se situe dans le fossé constitué par l affirmation de ces normes et leur concrétisation. - La compréhension et l appropriation des normes par le public. En effet, on constate l absence d interprétation juridique de ces normes, l absence de sensibilisation publique sur les droits des patients, et par conséquence le non respect des droits des patients. - Les patients constituent aujourd hui un groupe marginalisé de la société. L effectivité des droits des patients est fortement liée avec la capacité du système de santé à être performant. Or, le système sanitaire albanais est un système très fragilisé pour différentes raisons. Les conséquences sont : la corruption dans l espace sanitaire, l absence de la qualité des soins, de l accès difficile aux soins et de ce fait le non respect des droits des patients. - Les politiques de santé précisent dans les documents stratégiques le besoin d affirmation des droits des patients, mais l implémentation de ces stratégies et des dispositifs relatifs aux droits des patients est dépourvu de toute mesure ou outil permettant une mise en œuvre effective. Par le défaut d effectivité des droits des patients en Albanie, on constate que l espace de santé est un lieu isolé où l affirmation des droits de l homme n a pas trouvé sa place. Mais ne sont pas les droits de l homme universels, indivisible et inviolables, applicable à tout personne, sans prendre en considération les espaces physiques et temporelles? Les droits des patients s inspirent du principe de la protection de la personne humaine et font partie de l édifice des droits de l homme. C est parce que la personne est vulnérable en face du système sanitaire que les droits de l homme se traduisent en droits des patients et devient plus explicites pour offrir une meilleure tutelle juridique. Les droits des patients, comme les autres droits attachés à la personne, trouvent le fondement sur les valeurs de la dignité et de la liberté de la personne humaine. Le droit à la santé et plus particulièrement le droit d accès 9

10 aux soins, peut être effective seulement si on active les mécanismes sur la base de la valeur de la solidarité permettant l accès aux soins et si on organise le système sanitaire efficace afin de garantir «la protection de la santé» (1 ére Partie). Les droits des patients conçus pour équilibrer la relation médecin/patient consacrent le droit à l information et au consentement, mais aussi le besoin de mettre en place un système de responsabilité médicale, afin de protéger le patient face aux problèmes des mauvaises pratiques médicales ou le dysfonctionnement du système de soins. Enfin, les droits des patients nécessitent l activation des droits collectifs des patients dans l objectif de promouvoir et de défendre les droits des patients, mais aussi de permettre leur participation dans l élaboration des politiques sanitaires pour devenir des véritables acteurs dans la relation médecin/patient (2eme Partie). Le respect des droits des patients en Albanie est sensiblement compromis de différents obstacles et des actions concrets doivent être mis en place afin d assurer l effectivité des droits des patients et la protection de la personne face au système de soins. 10

11 PREMIERE PARTIE Des droits affirmés par le cadre légal international et national dans un système de santé qui repose sur les fondements du service public Les droits des patients sont affirmés dans de nombreux textes internationaux et nationaux. Après avoir analysé le cadre légal albanais en matière de droits des patients, nous allons examiner l habitat dans lequel ces droits s exercent, le système de santé albanais. L effectivité des droits des patients et en particulier, du droit à la protection de la santé, dépend fortement de la capacité du système de santé à satisfaire les exigences qui demandent ces normes. 11

12 Titre 1 : Les fondements des droits des patients L introduction des droits des patients dans la législation albanaise se fait progressivement. L Albanie a signé un grand nombre de documents internationaux qui affirment les droits des patients et a transposé ces normes en droit interne. La Constitution albanaise consacre le principe de la protection de la santé. Ces normes constituent les premiers fondements en matière de droits des patients, mais aussi le fil conducteur qui a permis l introduction de la Charte européenne des droits des patients en droit interne. 12

13 Chapitre 1 : La suprématie et la centralité de la personne, une valeur fondamentale Les droits des patients sont affirmés dans le cadre des textes internationaux ou européens relatifs aux droits de l homme signés par l Albanie, dans les textes nationaux et dans le cadre de documents de nature spécifiques n ayant pas une valeur contraignante mais l objectif c est de promouvoir les droits des patients. L ordre juridique albanais est caractérisé par la hiérarchie des normes et ces normes ne sont pas au même niveau. La suprématie de la norme internationale sur la loi nationale est une disposition constitutionnelle 1. Il est précisé que «Les normes établies par une organisation internationale sont supérieures sur le droit national, en cas de conflit de loi, dans la mesure que dans l accord de l adhésion dans cette organisation, ratifié par la République albanaise, soit stipulé expressément l application direct des normes établies par cette organisation» 2. Mais la norme qui garanti l unification de l ordre juridique et permet l activation de tout les autres normes est la norme fondamentale 3. Les principes fondateurs qui permettent la formulation des droits des patients en Albanie sont consacrés par la Constitution albanaise 4. L Ordre des médecins 5 a permis l élaboration du Code d éthique et de déontologie, qui a été approuvé par le Conseil national de l Ordre des médecins a approuvé, par la décision du 29 mars L élaboration de la Charte des droits des patients hospitalisés constitue une étape importante dans la construction des droits des patients en Albanie, 1 Article 122, al.2 de la Constitution albanaise. 2 Article 122, al.3 de la Constitution albanaise. 3 Bobbio N., Teoria generale del diritto, G.Giappichelli Editore, La Constitution albanaise de L Ordre des médecins a été crée par la loi nr. 8615, du 1 er juin

14 malgré sa faiblesse en tant que document qui n ayant aucune valeur contraignante. Enfin, tous ces documents ont permis l avancement législatif en matière de droit des patients pour aboutir à l introduction dans le droit albanais de la Charte européenne des droits des patients par le biais de la loi hospitalière de Section 1 : La suprématie de la personne, principe fondamental consacré par les instruments internationaux Tardivement le pays a commencé de construire l édifice des droits de l homme pour pouvoir atteindre les objectifs requis pour les processus d intégration dans les structures européennes, sous la pression du partenariat international et pouvoir couper le pont avec le passé totalitaire. A ce jour, un grand nombre de documents relatifs aux droits de l homme ont été signé par l Albanie dans un contexte international et européen. Ces documents se référent aux droits des patients de manière directe ou indirecte. Les droits des patients sont affirmés dans le cadre des instruments internationaux relatifs aux droits de l homme qui proclament des droits et des libertés. On retrouve des dispositions qui consacrent les droits de la personne dans le contexte d un système de soin. Ces sources juridiques internationales constituent le fondement de la tutelle juridique pour la protection des droits des patients. Le processus d intégration dans l Union européen et l appartenance de l Albanie au Conseil de l Europe renforcent de façon beaucoup plus déterminante l harmonisation du cadre légal national avec l acquis européen. Il peut s agir de normes juridiques provenant du Conseil de l Europe, organisation intergouvernementale réunissant depuis le début des années cinquante les Etats de l Europe occidentale et, depuis dix ans, les Etats de l ensemble de l Europe. Cette organisation constitue le vecteur fondateur de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme, document susceptible 14

15 d intervenir en matière de protection de droits des patients. Le Conseil de l Europe comporte des structures spécialisées en matière de santé publique et de bioéthique Des textes adoptés dans le cadre des Nations Unies Suite aux événements terrifiants découverts à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l Organisation des Nations Unis a affirmés des principes universels de sauvegarde des droits de l homme et du citoyen. La préoccupation principal de ces documents est de consacré la suprématie et la centralité de l être humain. Dans le cadre de l Organisation des Nations Unis 2, l Albanie a signé et ratifié des documents importants qui consacrent des dispositions relatifs aux droits des patients. A. La Déclaration universelle des droits de l homme La Déclaration universelle des droits de l homme, du 10 novembre 1948, proclame dans son 1 er article la liberté et l égalité des hommes en dignité et en droits. L article 3 de la même Déclaration proclame le droit de chaque individu «à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. Ce texte, en dépit de son intérêt politique et symbolique, n a qu une valeur déclaratoire et son inobservation par les Etats n est pas sanctionnée, si non par la sanction morale (la presse et l opinion publique), mais ces principes constituent des principes informatifs repris dans toutes les constitutions fondatrices des Etats démocratiques. Dans ce contexte, la valeur de la Déclaration universelle des droits de l homme, constitue la première pierre dans la construction de l édifice des droits de l homme, et donc des droits des patients. Cette déclaration, 1 Le Comité directeur pour la bioéthique. 2 L Albanie est membre de l Organisation des Nations Unies depuis 14 décembre

16 malgré son importance, ne constitue qu une recommandation et ne crée pas d obligations à la charge des Etats. B. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques Le Pacte international relatif aux droits civiles et politiques 1, du 19 décembre 1966 est de nature obligatoire, parce qu il s agit d une convention. Ce document constitue un instrument normatif dans l ordre juridique interne. Le texte consacre dans son préambule la «reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables». Le pacte reconnaît que «le droit à la vie est inhérent à la personne humaine», et que ce droit bénéficie d une protection juridique 2. Dans ce texte, les valeurs de la dignité et de la protection de la vie jadis proclamés par la Déclaration universelle des droits de l homme se sont transformées en biens juridiques protégés. Une référence plus explicite en matière de droits des patients est consacrée dans l article 7 où on traite la protection de la personne dans le champ scientifique et médicale. «Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. En particulier, il est interdit de soumettre une personne sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique» 3. Il est clairement exprimé dans cet article le principe du libre consentement du patient pour les expériences médicales et scientifiques. L article 16 du Pacte, se réfère d une manière indirecte aux droits des patients. Ainsi, l article 16 affirme «Chacun a droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique». Ce dispositif du Pacte, nous rappelle que l hôpital n est pas un lieu isolé de la société. Le patient à l hôpital est un 1 L Albanie a adhère le 4 septembre Article 6, alinéa 1du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. 3 Article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. 16

17 «citoyen aux pyjamas» 1, mais il conserve tout les droits de citoyen. Sa personnalité juridique est reconnue en tout lieu. Cette fois il s agit bien de droit des patients et la source est créatrice d obligation. C. L Organisation Mondiale de la Santé, Le préambule de la Constitution de l Organisation Mondiale de la Santé, adopté à New York le 22 juillet 1946, affirme : «Le droit à la santé est un des droits fondamentaux de tout être humain sans distinction de race, de religion, d opinion publique, de situation économique et sociale». L Albanie est signataire du préambule de la constitution de l OMS, depuis 22 juillet 1946, et elle a été ratifiée le 26 mai L OMS est présente en Albanie depuis 1992 et elle accorde une assistance technique au gouvernement albanais dans la définition des politiques et des stratégies de la réforme du système sanitaire. La mission de l OMS est de promouvoir et de guider le développement du secteur sanitaire. L OMS n a jamais pu adopter des conventions obligatoires pour les Etats membres, en matière de santé publique et droits des patients. Elle exerce son influence par l intermédiaire des déclarations où elle définit les objectifs que les Etats doivent poursuivre. Concernant les droits des patients, l Organisation Mondiale de la Santé, n a pas adopté des documents spécifiques portant sur la protection de la personne face à la médecine, à l exception du bureau régional de l OMS pour l Europe qui a adopté, le 30 mars 1994 à Amsterdam, une Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe 2. L intention de cette déclaration n est pas de créer de nouveaux droits, «mais de promouvoir leur mise en œuvre, au moyen d un énoncé 1 Prodomo R., Bioetica chirurgica e medica, Il rapporto medico paziente, Ed.Essebiemme, Déclaration pour la promotion des droits des patients en Europe, Bureau régional de l OMS pour l Europe, 30 mars

18 cohérent et complet, dans le domaine des soins de santé» 1. La déclaration établit dans son préambule une distinction entre les droits sociaux et les droits individuels. Les droits sociaux concernent «l égalité d accès aux soins de santé pour l ensemble de la population d un pays ou autre entité territoriale, et l élimination d obstacles discriminatoires injustifiés, qu ils aient un caractère financier, géographique, culturel, social ou psychologique» 2. Les droits individuels portent sur des domaines tels que l intégrité de la personne, le respect de la vie privée et les convictions religieuses. Ce document n a pas de valeur contraignante et dans la Préambule est précisé que «le texte n aborde pas les droits, obligations et responsabilité à caractère général, qui font l objet de la législation et la jurisprudence de chaque pays». La déclaration vise l affirmation des droits des patients dans l objectif de les rendre plus visibles. D. Des textes dans le cadre de l UNESCO Dans le domaine de la bioéthique, l UNESCO a su confirmer au fil des ans son rôle en matière normative dans le domaine de la bioéthique. L UNESCO a déjà contribué à la formulation de principes fondamentaux de bioéthique avec la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l homme, adoptée à l unanimité par la Conférence générale en 1997 et que l Assemblée générale des Nations Unies a fait sienne en 1998, la Déclaration internationale sur les données génétiques humaines, adoptée à l unanimité par la Conférence générale le 16 octobre 2003, et la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme adopté en octobre Les principes de ces déclarations sont ancrés dans les règles régissant la dignité humaine, les droits de l homme et des libertés fondamentales. 1 Préambule de la Déclaration pour la promotion des droits des patients en Europe, Bureau régional de l OMS pour l Europe, 30 mars Préambule de la Déclaration pour la promotion des droits des patients en Europe, Bureau régional de l OMS pour l Europe, 30 mars

19 L Albanie est membre de l UNESCO depuis 16 octobre Cependant, elle n a signé aucune de ces importantes déclarations. E. Le Convention internationale sur les droits de l enfant 1 Inspiré de la Déclaration universelle des droits de l homme et des Pactes internationaux relatifs aux droits de l homme, dans le souci d accorder aux enfants une protection spécialisé et de rappeler encore une foi les droits de l hommes fondamentaux et les valeurs tels que la dignité, la suprématie de la personne humaine, les Nations Unis ont adopté cette convention. Le bien être de l enfant est le souci principal de la convention. Considérant que «la santé de l enfant est un composant fondamental de son bien être physique et mentale», des dispositions relatives à la protection de la santé ont été consacré par la convention. L article 6 consacre que «tout enfant a un droit inhérent à la vie» et que il faudrait assurer «dans toute mesure possible la survie et le développement de l enfant». L article 24, alinéa 1, reconnaît à l enfant le droit «de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier de services médicaux et de rééducation» et oblige les Etats de s efforcer de garantir «qu aucun enfant ne soit privé du droit d avoir accès» aux services des soins. La Convention définit les mesures appropriées pour assurer la réalisation intégrale du droit à la santé 2. La protection de la santé des enfants s articule autour de six mesures utiles à cette fin : - Réduire la mortalité parmi les nourrissons et les enfants ; - Assurer à tous les enfants l'assistance médicale et les soins de santé nécessaires, en mettant sur le développement des soins de santé primaires ; 1 La Convention internationale sur les droits de l enfant, du 20 novembre 1989, a été signée par l Albanie le 26 janvier 1990 et elle est entrée en vigueur le 27 février Article 24, alinéa 2 de la Convention internationale sur les droits de l enfant. 19

20 - Lutter contre la maladie et la malnutrition, y compris dans le cadre des soins de santé primaires, notamment grâce à l'utilisation de techniques aisément disponibles et à la fourniture d'aliments nutritifs et d'eau potable, compte tenu des dangers et des risques de pollution du milieu naturel ; - Assurer aux mères des soins prénatals et postnatals appropriés ; - Faire en sorte que tous les groupes de la société, en particulier les parents et les enfants, reçoivent une information sur la santé et la nutrition de l'enfant, les avantages de l'allaitement au sein, l'hygiène et la salubrité de l'environnement et la prévention des accidents, et bénéficient d'une aide leur permettant de mettre à profit cette information ; - Développer les soins de santé préventifs, les conseils aux parents et l'éducation et les services en matière de planification familiale. Les Etats doivent prendre des mesures efficaces en vue d abolir les pratiques préjudiciables à la santé de l enfant et s engagent à favoriser la coopération internationale en vue d assurer la pleine réalisation du droit à la santé pour les enfants consacré par cette convention, surtout en tenant compte de la situation économique et sociale des pays en développement. L article 25 de la convention consacre le droit à la continuité des soins pour les enfants placés par les autorités compétentes pour recevoir des soins. L article 26 de la convention consacre le droit à la sécurité sociale pour les enfants et stipule que les prestations médicales doivent avoir être accordées compte tenu des ressources et la situation familiale de l enfant. Aucun obstacle financier ou sociale ne peut mettre en discutions l attribution des soins pour les enfants. 2. Des textes adoptés dans le cadre du Conseil de l Europe Les principes relatifs à la protection de la personne humaine face à la médecine, ont fait l objet d une attention particulière au niveau de la 20

21 construction européenne. Deux instances sont susceptibles d intervenir sur ces questions : Le Conseil de l Europe et L Union européenne. A. Le Conseil de l Europe a) La tradition du Conseil de l Europe en matière de droit de l homme Le Conseil de l Europe est la plus ancienne organisation politique européenne qui regroupe 46 nations. Sa composition particulière (le Conseil regroupe 25 pays de l Union européenne, plus 21 Etats de l Europe Centrale et Orientale) a permis à l Organisation d acquérir une dimension paneuropéenne et de devenir l organisation de la Grande Europe. Fondée en 1949, sa vocation traditionnelle a été la défense des droits de l homme, mais aussi favoriser la prise de conscience de l identité européenne fondée sur des valeurs partagées. Depuis 1989, le Conseil de l Europe, a pour mission particulière d être un point d ancrage politique et le gardien des droits de l homme pour les démocraties postcommunistes. En effet, jamais aucun pays n a adhéré à l Union européenne sans adhérer d abord au Conseil de l Europe. L Albanie est membre du Conseil de l Europe depuis 13 juillet 1995, ce qui a attribué à une image favorable au pays en ce qui concerne le respect des droits de l homme. Sa tradition en matière des droits de l homme, lui a permis de jouer un rôle important et de s exprimer sur de nombreux sujets relatifs aux droits de la personne face aux systèmes de santé. Le Conseil de l Europe a traité progressivement des questions d éthique posées par la médecine, les sciences de vie et les technologies qui leur sont associées, appliquées aux êtres humains. Les documents adoptés par le Conseil de l Europe dans la matière ancrent les principes énoncés dans les règles régissant le respect de la dignité humaine, des droits de l homme et des libertés fondamentales. Ainsi la bioéthique s inscrit dans le droit européen et international (le droit européen y fait partie) relatifs aux droits de l homme en assurant le respect de la vie des êtres humains. Les documents adoptés au sein du Conseil de l Europe 21

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

Draft Proposal of CICMA

Draft Proposal of CICMA COMMENTAIRE AU PROJET DU DEUXIEME PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT AU PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS SUR LE DROIT A L EAU ET A L ASSAINISSEMENT Introduction

Plus en détail

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Recommandations / Feuille de route Les participants au séminaire sur la mise en œuvre

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013

Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013 Droit à la santé des groupes vulnérables Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013 INTRODUCTION Droit à la santé : élément fondamental des droits de l homme et de la conception d une vie dans

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP)

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP) 1031e réunion 2 juillet 2008 Annexe 29 (Point 10.3c) Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PCISP) Fiche synoptique Nom

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Mes droits et devoirs Droits fondamentaux. HES-SO Valais-Wallis Page 31

Mes droits et devoirs Droits fondamentaux. HES-SO Valais-Wallis Page 31 Droits fondamentaux Page 31 Autonomie Etre capable de décider Savoir choisir Pouvoir faire soi-même ou avec de l aide Indépendance Pouvoir faire seul Savoir faire seul Autodétermination Etre autorisé à

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Événement 1 www.mcinet.gov.ma 1 Plan 1. Contexte général 2. Instauration de la Confiance

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL FORCE FINANCIÈRE EXCEL SYNONYME D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE Depuis son avènement sur le marché de l assurance des personnes,

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive (adoptée par le Comité des Ministres le 13 décembre 2006, lors de

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE PRISE DE POSITION CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE Le 2 juillet 2014, le Conseil fédéral a approuvé un rapport sur la Charte sociale européenne révisée (CSE). Le rapport conclut que, d un point de vue juridique,

Plus en détail