CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA)"

Transcription

1 CC 382 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA) Bruxelles, 3 mai 2007

2 RESUME Le Conseil s'est penché sur les implications de la réforme engagée par le projet «Single euro payments area» ou «SEPA». Après l'introduction de l'euro en 2002, le Conseil note que la volonté de la Commission européenne est de créer un espace unique de paiements «afin qu'il soit possible d'effectuer dans le marché unique européen, des paiements transfrontaliers en euros de manière simple, confortable, sûre et à un coût avantageux». Selon les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes, ces trois objectifs louables ne sont pas pleinement réalisés ou réalisables. D'une part et selon les représentants des consommateurs, on assistera très certainement, et en tous cas dans un premier temps, à une perte sensible de temps dans le chef des consommateurs peu familiarisés avec ces nouveaux formulaires. D'autre part, ces représentants déplorent le fait que la directive du 24/04/2007 concernant les services de paiement dans le marché intérieur portera quelques brèches au système de protection offert aux consommateurs belges via la loi du 17/07/2002 relative aux opérations effectuées au moyen de transfert électronique de fonds. Enfin, les représentants des organisations de consommateurs s opposent vivement à ce que l'augmentation de coût des transactions de paiement - qui est sérieusement à craindre - soit répercutée, par le biais d une augmentation des prix, sur le consommateur final qui ne bénéficiera pas en contrepartie d un service plus performant. Ces représentants s'interrogent également sur un certain nombre de points dont les réponses, apportées par le secteur bancaire, restent très vagues. Les représentants de la distribution et des classes moyennes sont, malgré leur attitude positive vis-à-vis d un marché européen unifié des paiements scripturaux, surtout inquiets d une perte d efficacité et de convivialité des instruments de paiement concernés, certainement à court terme. Ensuite, ils s opposent à toute augmentation de coût que le SEPA entraînerait sans avantages tangibles et utiles en échange. Pour y remédier, ils plaident pour une concertation structurelle et effective entre d une part, le secteur bancaire et d autre part, les utilisateurs, dont la distribution, et les autorités (dont la Banque Nationale) avant de faire des choix fondamentaux. Selon le secteur bancaire, SEPA est une opportunité pour toutes parties impliquées de faire jouer la concurrence, promouvoir les paiements efficients au détriment des autres paiements démodés et/ou peu sûrs (comme le cheque circulaire et la lettre de change), promouvoir les avancées technologiques grâce au facteur d échelle. Il faut signaler que le SEPA définit le noyau des produits. Les banques belges exécutent une série de développements de leur propre initiative pour enrober ce noyau d une couche supplémentaire afin d offrir aux utilisateurs finaux belges le même service et la même performance auxquels ils sont habitués. En ce qui concerne le coût, chaque banque a sa propre stratégie commerciale pour la tarification de services bancaires. Pour les paiements par carte de débit, il a été décidé le 30 mars 2007 de ne plus conserver jusqu'à nouvel ordre, la date de migration de Bancontact/Mister Cash vers Maestro au 1er janvier L'intention est toujours d'être compatible avec SEPA à cette date. Les plans de migration doivent donc être revus. Febelfin et la BNB ont pris en charge l'information du consommateur (voir notamment la séance d'information du 1er mars 2007 et l'ouverture d'un site ad hoc). Le site internet contient un volet distinct spécifique pour les consommateurs et entend être LA référence pour toutes les informations relatives au SEPA. 2

3 Le Conseil de la Consommation, saisi d une demande d avis de la Ministre de la Protection de la Consommation sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA), s est réuni en assemblée plénière le 3 mai 2007, sous la Présidence de monsieur Robert Geurts, et a approuvé le présent avis. Le Conseil de la Consommation a prié le Président de transmettre le présent avis à la Ministre de la Protection de la Consommation ainsi qu'au Ministre de l'economie. AVIS Le Conseil de la Consommation, Vu la demande d avis du 24 novembre 2006 de la Ministre de la Protection de la Consommation sur l'organisation du nouveau marché européen des moyens de paiement (Single euro payments area - SEPA); Vu le programme de Lisbonne; Vu la directive du 24/04/2007 concernant les services de paiement dans le marché intérieur et modifiant les directives 97/7/CE, 2000/12/CE et 2002/65/CE; Vu les activités de la Commission "Services financiers " lors de ses réunions des 15 janvier, 1 er et 20 février 2007 et 22 mars 2007; Vu la participation aux activités des experts suivants : Mmes Broekaert (SPF Economie - DG Régulation et Organisation du Marché), Evrard (Test-Achats), De Moerlooze (Febelfin), Ramakers (UCM) et Van den Broeck (CRIOC); MM. Buysschaert (European Payment Solutions), Geenen (BNB), Haegeman (Fedis) et Kooken (Unizo) Vu l élaboration du projet d avis par Mmes De Moerlooze (Febelfin) et Van den Broeck (CRIOC), M. Haegeman (Fedis); EMET L'AVIS SUIVANT : 3

4 I. Introduction Par courrier du 24 novembre 2006, la Ministre de la Protection de la Consommation a sollicité le point de vue du Conseil à propos de la réforme engagée par le projet «Single euro payements area» ou «SEPA» et, plus particulièrement, des inquiétudes qui se manifestent concernant le coût de cette réforme. II. Contexte Le projet SEPA est issu du programme ambitieux de Lisbonne. Il s agit d un vaste projet politique européen décidé par la Commission européenne, approuvé par la banque centrale européenne (ECB) et mené par le Conseil européen des paiements (EPC) en collaboration avec les différentes banques centrales nationales. Ce projet vise à créer dès 2008 un marché intérieur unique pour les services de paiement par cartes, virements et domiciliations. La carte de paiement Proton n est pas reprise dans le SEPA. Après 2010, un remplacement éventuel sera recherché. La Commission européenne estime que la création du SEPA va contribuer de manière significative à l agenda de Lisbonne et faire de l UE the most competitive and dynamic knowledge-driven economy by Avant d'entamer la discussion, il a paru utile au Conseil de fournir au lecteur quelques définitions des termes ou abréviations utilisés dans le cadre de ce projet européen. Directive PSD = la directive du 24/04/2007 concernant les services de paiement dans le marché intérieur et modifiant les directives 97/7/CE, 2000/12/CE et 2002/65/CE. Cette directive constitue l'approche réglementaire retenue par la Commission européenne en vue de créer un cadre juridique uniforme pour la mise en œuvre concrète de ce projet SEPA. Code IBAN ou International Bank Account Number = code identifiant le compte. En Belgique, ce code est composé de 16 caractères alphanumériques Code BIC ou Bank Identifier Code = code identifiant la banque du titulaire du compte. En Belgique, ce code est composé de 8 caractères alphanumériques Acquirer = vendeur d un abonnement Maestro/V-pay. à un commerçant (exemple Banksys, Bank Card Company,...). Issuer = émetteur de cartes de paiement. 4

5 III. Discussion A. Les représentants de la distribution et des classes moyennes sont en principe partisans de l unification du marché européen pour les relations monétaires scripturales visées par le projet SEPA-. Il est vrai que le commerce est extrêmement inquiet des conséquences que le SEPA aura pour les trois instruments de paiement concernés, à savoir les virements, les domiciliations et les cartes de débit. 1) En général, les représentants de la distribution et des classes moyennes craignent qu une harmonisation européenne ne fasse baisser le haut degré de performance de ces instruments au niveau belge. En guise d illustration de cette performance, on peut faire référence aux acquis belges comme i. une communication structurée sur les formulaires de virements simplifiant une intégration entre l administration/la comptabilité et les paiements entrants et sortants ; ii. la structure spécifique du numéro de compte permettant l identification de la banque; iii. la fiabilité et la fraude très limitée lors des paiements par carte de débit. Concrètement, cela signifie donc que la Belgique doit en quelque sorte renoncer à une position de leader au niveau de ces instruments pour en arriver à une «moyenne» européenne. En revanche, le commerce veut que le SEPA vise à atteindre une harmonisation des best practices au sein de l eurozone. 2) Les représentants du secteur bancaire font savoir que les mesures suivantes ont été prises : i. La communication structurée telle qu elle existe actuellement sera maintenue pour les paiements belgo-belges, et ce, de bout en bout de la chaîne de paiement : transmission électronique ou papier des ordres par les clients, traitement bancaire et extraits de compte transmis aux clients. La communication structurée peut être introduite sur les nouveaux formulaires papier avec la même syntaxe qu actuellement (+++123/1234/ ). Le standard pour l échange électronique des ordres de virement est également adapté pour reprendre la communication structurée. Les systèmes de PC-banking et de selfbanking contrôlent la communication actuelle (un check-digit est incorporé). ii. L IBAN belge est composé des 2 lettres BE suivi de 2 chiffres (chiffre de contrôle ou check-digit) et du numéro de compte actuel. Enfin, BE est le même pour tout le monde, donc facile à retenir, auquel s ajoutent uniquement 2 chiffres. (Le numéro de 16 caractères doit se présenter comme suit: 4 blocs de 4 caractères séparés par un 5

6 espace: par exemple, BE (2 caractères pour le pays + un chiffre de contrôle de 2 caractères sont donc désormais ajoutés au numéro de compte existant). Le n de compte actuel étant repris dans l IBAN, l identification de la banque est donc bien reprise dans l IBAN. L IBAN contient donc un check-digit, le numéro BIC pas (le BIC se compose de 8 caractères: un code bancaire de 4 caractères + un code pays de 2 caractères + un code de lieu de 2 caractères). Les deux numéros sont d ailleurs mentionnés sur les extraits de compte depuis iii. la fiabilité de la carte de débit restera la même qu auparavant. La position belge de leader sera donc préservée. B. Après l'introduction de l'euro en 2002, le Conseil note que la volonté de la Commission européenne est de créer un espace unique de paiements «afin qu'il soit possible d'effectuer dans le marché unique européen, des paiements transfrontaliers en euros de manière simple, confortable, sûre et à un coût avantageux 1». Selon les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes, ces trois objectifs louables visés ci-après ne sont pas pleinement réalisés ou réalisables au vu des schémas décisionnels pris par le secteur bancaire belge. 1) Que ce soit simple et confortable? Le Conseil constate que désormais et pour tout virement, qu il soit transfrontalier ou belgobelge, le consommateur devra fournir à sa banque le n international du compte bancaire (IBAN) (2 lettres et 14 chiffres => 16 caractères en Belgique) du bénéficiaire. Le consommateur devra également fournir le code d'identification (BIC) de la banque du bénéficiaire, code qui compte quant à lui 8 caractères alphanumériques. On passe donc de la communication d'un numéro de compte de 12 chiffres à la communication de deux codes (IBAN et BIC) d'un total de 24 caractères pour la Belgique. De plus, les formulaires de virement seront largement modifiés. Ils ne se présenteront non plus sous forme de deux mais d un seul volet. Enfin, un certain nombre de consommateurs devront changer de carte de banque vu que seule la carte munie de la fonction Maestro et d une puce de lecture seront encore utilisables. a) Selon les représentants des organisations de consommateurs, le caractère simple et confortable de ces nouvelles modalités pratiques de paiement est pour le moins discutable. On assistera très certainement, et en tous cas dans un premier temps, à une perte sensible de temps dans le chef des consommateurs peu familiarisés avec ces nouveaux formulaires qui seront utilisés tant dans leur version papier que par Phone et PC banking. En outre, le formulaire papier actuel en deux parties sert comme reçu dans des cas exceptionnels. Ils regrettent également la disparition du système de paiement PROTON. 1 Avis du Comité économique et social européen, sur le thème «Mettre en œuvre le programme communautaire de Lisbonne : Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil concernant les services de paiement dans le marché intérieur et modifiant les directives 97/7/CE, 2000/12/CE et 2002/65/CE», COM(2005) 603 final 2005/0245 (COD), 13 septembre 2006, p. 2, point

7 b) Les représentants du secteur bancaire font observer que : L Europe impose l IBAN et le BIC. Pour la Belgique, cela signifie pour l IBAN seulement 2 chiffres en plus, à savoir le check-digit (voir (1)). Conformément au Règlement CE 2560/2001 concernant les paiements transfrontaliers en euros, l IBAN du client et le BIC de la banque figurent sur tous les extraits de compte des clients depuis le 1er juillet Les consommateurs sont donc familiarisés avec les concepts d IBAN et de BIC. Par ailleurs, étant donné que la majorité des virements sont effectués par le client même au moyen du PC-banking ou du self-banking, il n est pas exclu que certaines banques offrent à leurs clients des facilités pour retrouver de manière automatique le BIC du compte bénéficiaire. Comme un nouveau formulaire de virement n a pas été prévu au niveau européen, la Belgique en a conçu un elle-même. Dans toute la mesure du possible, le concept actuel du formulaire a été repris. D ailleurs, l ancienne première partie ne servait à rien (n avait aucune valeur comme preuve de paiement). Quant au délai d exécution des virements, les banques belges conservent actuellement D (jour) ou D+1 (jour +1) pour les virements belges, pour la zone SEPA, max. D+3 (jour +3). Les codes spécifiques (A, B ou C), tels que fixés aux articles 1409, 1409bis et 1410 du Code judiciaire, seront placés de manière transparente par les agents payeurs (entreprises, autorités,...) dans la zone de communication. Les banque reprendront cette communication sur l extrait de compte, conformément à la loi. 2) Que ce soit sûr? Le Conseil note que la directive du 24/04/2007 concernant les services de paiement dans le marché intérieur et modifiant les directives 97/7/CE, 2000/12/CE et 2002/65/CE constitue l'approche réglementaire retenue par la Commission européenne en vue de créer un cadre juridique uniforme pour la mise en oeuvre concrète de ce projet SEPA. Cette directive cherche à harmoniser les dispositions juridiques en la matière qui varient dans Etat membre à l'autre. Mais, cette directive est sous-tendue par le principe d'harmonisation maximale, ce qui, selon les représentants des organisations de consommateurs, portera quelques brèches au système de protection offert aux consommateurs belges via la loi du 17/07/2002 relative aux opérations effectuées au moyen de transfert électronique de fonds. a) Ainsi, dans la loi belge du 17/07/2002, "l émetteur est toujours responsable de l inexécution ou de l exécution incorrecte des opérations effectuées à l aide d un instrument de transfert électronique de fonds à partir d équipements agréés par lui" (art. 7, 1er, 1 ). "De la même manière, il répondra de toute opération effectuée sans 7

8 l autorisation du titulaire et de toute erreur ou irrégularité commise dans la gestion du compte du titulaire et qui lui est imputable" (art. 7, 1er, 2 ). Tandis que selon le texte de la directive et dans l'hypothèse où le consommateur maintiendrait sa contestation quant à la délivrance de son autorisation pour une opération de paiement exécutée et ce, même après que l'opérateur lui ait prouvé que l'opération en question a été authentifiée, enregistrée, comptabilisée et qu'elle n'a pas été affectée par une quelconque déficience technique; la charge de la preuve bascule vers le consommateur. En effet, l'article de la directive dispose que le consommateur doit "soumettre des informations ou des éléments factuels permettant de présumer qu'il ne peut avoir autorisé l'opération de paiement et qu'il n'a pas agit frauduleusement ni commis de négligence grave". Les représentants des organisations de consommateurs sont d'avis que cette preuve négative sera impossible à rapporter par l'utilisateur. De surcroît, ils estiment que les risques impliqués dans l'utilisation de la technologie ne devraient jamais être supportés par le consommateur, mais bien par le prestataire, soit le professionnel davantage équipé pour faire face à ces risques. b) Par ailleurs, le texte de la directive ne donne aucune définition de la notion de "négligence grave" alors que l'article 8 2 al. 2 de la loi belge du 17/07/2002 précise clairement ce qu'il faut entendre par négligence grave 2. c) Enfin, la directive ne prévoit rien lorsque la carte est utilisée sans présentation physique ni identification électronique. Là encore, la loi belge du 17/07/2002 prévoit en son article 8 4 que "la responsabilité du titulaire n est pas engagée si l instrument de transfert électronique de fonds a été utilisé sans présentation physique et sans identification électronique. La seule utilisation d un code confidentiel ou de tout élément d identification similaire n est pas suffisante pour engager la responsabilité du titulaire". Force est de constater que dans ces trois hypothèses, la protection adéquate du consommateur prévue par la loi du 17 juillet 2002 sera considérablement diminuée. Dès lors, le consommateur belge pourra avoir à connaître d'offres étrangères qui respecteront une législation moins protectrice que celle de la Belgique. Ces offres pourraient donc supposer un service de moindre qualité et/ou sécurité. Les représentants des organisations de consommateurs ne peuvent que déplorer une fois de plus cette approche maximaliste européenne qui, sous le couvert d'une volonté d'harmonisation, a très souvent pour effet concret de diminuer le niveau de protection des consommateurs en Belgique. 2 A savoir : "le fait, pour le titulaire, de noter son numéro d identification personnel ou tout autre code, sous une forme aisément reconnaissable, et notamment sur l instrument de transfert électronique de fonds ou sur un objet ou un document conservé ou emporté par le titulaire avec l instrument, ainsi que le fait de ne pas avoir notifié à l émetteur la perte ou le vol, dès qu il a en eu connaissance". 8

9 3) Que ce soit à un coût avantageux? Au début du mois de décembre 2006, le Conseil a pris note des projets de nouveaux tarifs dont MasterCard a fait part, via le SEPA-fall back interchange rates. Leur système tarifaire ne sera plus forfaitaire comme c'est le cas aujourd'hui mais il combinerait un forfait sur la transaction (5 centimes au lieu des 6 centimes actuels) et une part du montant encaissé (0,2 % du montant de la transaction). Cela porterait à 15 eurocent le coût de la transaction liée à un paiement de 50 euros. Cela correspond donc à une nette augmentation du coût - évaluée à +150%. a) Les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes n ont pas peur de qualifier cette augmentation de coût de «faramineuse et disproportionnée». Même si les banques ont décidé de ne pas remplacer le schéma BC/MC par Maestro au 1 ier janvier 2008 et donc de reporter la décision sur le sort final du schéma de paiement de débit belge, dans l état actuel des choses, le coût du seul schéma SEPA disponible reste inacceptable. b) En effet, les représentants de la distribution et des classes moyennes estiment qu une telle augmentation serait inacceptable pour les commerçants belges. Cela signifie non seulement une augmentation de coût de 150 % sans aucune amélioration de la qualité en échange mais, en plus, le processeur de paiement devra encore facturer son prix de revient et sa marge bénéficiaire au commerçant. Selon ces représentants, le SEPA risque, sous sa forme actuelle, de déboucher à long terme sur une situation où les banques vont encourager les consommateurs, grâce à différents avantages, à payer avec cette carte de paiement qui rapporte à la banque la commission interbancaire la plus élevée. Il n est pas improbable que la concurrence va jouer par rapport à ces gains pour les consommateurs mais pas, ou beaucoup moins, par rapport au commerce. Le commerce, confronté à des frais supplémentaires, se verra obligé de facturer ces frais supplémentaires aux consommateurs. c) Les représentants des organisations de consommateurs s opposent vivement à ce que cette augmentation de coût soit répercutée, par le biais d une augmentation des prix, sur le consommateur final. Cette mise à charge du coût sur le dos du consommateur - qui ne bénéficiera pas en contrepartie d un service plus performant - est à leurs yeux, tout-àfait inacceptable. Ces représentants ajoutent qu outre le fait que bon nombre de consommateurs devront assumer le coût d une nouvelle carte bancaire équipée de la fonction Maestro et de la puce de lecture; un certain nombre d entre eux devront sans doute débourser pour obtenir ou accéder à la version actualisée de leur système de PC voire de phone - Banking. d) Selon les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes, d un point de vue social, des cartes de débit plus coûteuses et moins performantes auront pour conséquence qu il sera moins intéressant pour les commerçants de proposer des paiements électroniques. Il est à craindre qu en particulier les petites et moyennes entreprises du secteur des magasins ne basculeront pas aux paiements électroniques ou ne les proposeront tout simplement plus, ce qui entraînera une stagnation voire une régression dans la modernisation des paiements et finalement moins de sécurité en raison de l augmentation de l utilisation d argent liquide, alors que l argent liquide est le mode de paiement 9

10 comportant le coût social le plus élevé. Le SEPA entraînerait alors des conséquences inverses aux raisons pour lesquelles il a été lancé. e) Les représentants du secteur bancaire font remarquer que (3) : chaque banque a sa propre stratégie commerciale pour la tarification de services bancaires. Il a été décidé, le 30 mars 2007, par le Conseil d administration de Febelfin de ne plus conserver jusqu à nouvel ordre la date de migration de Bancontact/Mister Cash vers Maestro au 1 janvier L intention est toujours d être compatible au SEPA à cette date. A cet effet, les plans de migration doivent être revus. Sur ce point, on ne peut donc pas encore fournir de réponse claire à ce jour. C. Libre concurrence ou monopole de concurrence? 1) Bien que le choix par le secteur bancaire de l opérateur MasterCard a été revu, les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes sont d avis qu'il s'agirait là d'un phénomène de monopole de concurrence contraire aux recommandations européennes en matière de libre concurrence. Ils rappellent un des objectifs initiaux du SEPA, à savoir accroître le bien-être grâce à des économies d échelle potentielles et à la concurrence. Cela devrait se traduire par un marché concurrentiel et transparent pour les cartes. Les nouveaux venus, tant belges que membres de l espace SEPA, doivent avoir facilement accès au marché, ce qui signifie également les mêmes règles du jeu pour tous les opérateurs. Au niveau de la banque aussi, la concurrence doit pouvoir jouer pleinement. Cela implique que les banques offrent les différents schémas. Le report de la migration initialement prévue doit permettre de disposer de davantage de schémas concurrentiels, ce qui offrira un véritable choix au commerçant et au consommateur en fonction du coût et de l efficacité de chaque moyen de paiement. Selon les représentants des organisations de consommateurs, si le secteur bancaire a fait de sérieux efforts pour limiter les informations asymétriques, cela reste une matière très complexe pour le consommateur individuel. L enchevêtrement de tarifs, réductions, exceptions, porte préjudice à la transparence. De cette manière, les frais de recherche restent trop élevés pour faire une comparaison rationnelle ou procéder à un choix rationnel. Une information comparée objective (par exemple, site) relative aux différents schémas peut favoriser cette transparence. 2) Les représentants du secteur bancaire font remarquer que: l on a opté en premier lieu pour Maestro pour des raisons techniques et opérationnelles (95 % des cartes sont équipées avec la fonction Maestro ; 50 % des commerçants équipés avec un terminal bancaire reçoivent déjà aujourd hui Maestro). En ce qui concerne les cartes de carburant, c est l acquirer qui paie les services qu il offre. Le commerçant doit choisir un acquirer en fonction notamment des services qu il souhaite et que cet acquirer peut offrir. 10

11 Le Phonebanking et le PC-banking sont adaptés graduellement au SEPA. Les retraits d argent avec une carte bancaire dans le cadre du service bancaire de base restent également possibles en Belgique. Dès la première annonce, il a été signalé qu en plus de Maestro, tout émetteur de carte offrira également d autres schémas, ce qui permettra une concurrence. Lors de la session d information organisée par Febelfin le 1 er mars dernier, à laquelle le Conseil de la Concurrence était aussi invité, Visa était présent (le schéma de VISA est V-pay). Ils ont finalement déclaré vouloir jouer un rôle au sein du SEPA. 3) Les représentants des organisations de consommateurs renvoient également aux commentaires peu élogieux qui ont été émis tout récemment par la Commission européenne concernant le secteur bancaire belge, à l occasion de son rapport final sur l enquête qu elle a menée sur la banque de détail. La commission pointe la Belgique du doigt à plusieurs reprises : tant en ce qui concerne les accords en matière d accès et de gouvernance qui portent atteinte à la concurrence entre réseaux, que pour le prix moyen unique appliqué sur des produits concurrents et les droits d adhésion particulièrement élevés et donc dissuasifs et finalement concernant les accords préférentiels sur les commissions interbancaires qui peuvent entraver l arrivée de nouveaux concurrents 3. Les représentants de la distribution et des classes moyennes soulignent surtout les questions soulevées par le rapport Kroes en ce qui concerne le mécanisme de tarification de la carte Maestro, à savoir une commission interbancaire avec un composant fixe et un composant variable. 4) Les représentants du secteur bancaire font remarquer: que le secteur a défini une position en réponse au rapport Kroes. Vous pouvez retrouvez ce point de vue avec le lien: En résumé, la réaction du secteur est la suivante: Ici encore, la situation belge est atypique et le secteur anticipe la logique européenne. Le 18 mai 2006 les banques belges ont décidé de vendre leur participation dans Banksys et, pour des raisons techniques et opérationnelles, de passer à Maestro (le schéma MasterCard) dès 2008 afin d installer une concurrence complète de schémas de carte SEPA-compliants. Le choix de Maestro s explique par le fait que 95% des consommateurs disposent déjà de Maestro sur leur carte et que 50% des commerçants sont aujourd'hui équipés d un terminal acceptant déjà Maestro.». En outre, il faut signaler que le SEPA définit le noyau des produits. Les banques belges exécutent une série de développements de leur propre initiative pour enrober ce noyau d une couche supplémentaire afin d offrir aux utilisateurs finaux belges le même service et la même performance auxquels ils sont habitués. 3 Communication de la Commission, 31 janvier 2007, COM 2007 (33) final, Enquête par secteur menée en vertu de l article 17 du règlement n 1/2003 sur la banque de détail (rapport final), pages 5 à 7. 11

12 D. Fixation de la date de switch Les représentants des organisations de consommateurs, de la distribution et des classes moyennes accueillent favorablement cette décision de ne pas migrer Bancontact/Mister Cash à la date initialement prévue du 1er janvier Ils notent néanmoins qu'aucune précision n'est fournie quant à la date qui sera finalement choisie pour procéder ce switch et si ce switch sera le cas échéant opéré à une date ultérieure mais à des conditions différentes. Ils étaient effectivement d'avis que le choix par les banques belges de la date du 1/1/ soit dans moins de 8 mois pour procéder au switch complet du système actuel belge vers le système Maestro, réduisait quasi à néant les chances qu un autre opérateur se présente sur le marché belge et par conséquent qu une réelle concurrence, bénéfique aux consommateurs, puisse jouer. Ils soulignent à cet égard que cet argument n'était pas dénué de fondement dans la mesure où, le 13 avril dernier et suite à la décision du secteur bancaire de reporter la date de migration, la presse a fait état de l'arrivée sur le marché d'une société américaine First Data - spécialisée en traitement des transactions de paiements - et qui concurrencera vraisemblablement Banksys. Enfin, ils s étonnaient face à un tel empressement qui ne se manifeste pas dans la majorité des autres états membres. Selon les représentants de la distribution et des classes moyennes, une décision collective éventuelle des banques belge d abandonner à une date déterminée le schéma Bancontact/MisterCash existant et de basculer au schéma Maestro signifie, dans l état actuel des choses, la fin d un schéma efficace et financièrement avantageux, selon les normes européennes. Un tel switch commun signifierait qu un seul schéma s s appliquerait de manière standard à toutes les cartes de paiement de débit émises par les banques belges, ce qui risquerait d entraver sérieusement l arrivée de nouveaux schémas éventuels et donc une certaine concurrence. Pour les représentants de la distribution et des classes moyennes, c est un souci important, d autant plus que le projet SEPA vise justement davantage de concurrence et donc des prix inférieurs. Ces représentants estiment dès lors qu il est préférable de conserver le schéma existant Bancontact/MisterCash, parallèlement à de nouveaux schémas éventuels, créant ainsi un minimum de concurrence. Cela est parfaitement réalisable, vu que la toute grande majorité des détenteurs de cartes ont sur leur carte, tant la fonction Bancontact/MisterCash que la fonction Maestro. 12

13 F. Conclusions 1) Dans l état actuel des choses, les représentants des organisations de consommateurs éprouvent donc beaucoup de mal à percevoir les avantages pour le consommateur qui découleraient à moyen terme de ce projet SEPA. Ils se posent encore beaucoup de questions, dont les réponses demeurent pour la plupart vagues et insatisfaisantes, et qui peuvent être résumées comme suit : i. Les codes IBAN et BIC devront être indiqués, même pour les virements belgobelges. Qu'en est-il des coordonnées du destinataire (nom, adresse)? Les banques vont-elles vérifier le nom et l'adresse du bénéficiaire? Réponse du secteur bancaire : voir III. B. 1) b) ii. Pourquoi avoir choisi le système Maestro qui s'avère être l'un des plus chers? Réponse du secteur bancaire : voir III. C. 2) iii. Selon l'article 60 de la directive, le délai d'exécution des virements peut être fixé jusqu'au 1er janvier 2010 à un maximum de trois jours ouvrés suivant le moment d'acceptation de l'ordre de paiement. Les banques belges affirment pour leur part qu'elles continueront à appliquer un délai d'exécution d'un jour maximum. Quelles sont les garanties pour que ce délai de J + 1 continue effectivement à être respecté par le secteur bancaire belge? Réponse du secteur bancaire : voir III. B. 1) b) iv. A-t-on une quelconque garantie que le consommateur qui procèdera à un encodage erroné de communication structurée et/ou de numéro de code IBAN et/ou BIC, en sera directement avisé? Réponse du secteur bancaire : voir III. A. 2) v. Est-on certain que la mise en oeuvre de ce nouveau système de paiement ne mettra pas à mal le principe d'indication de codes particuliers (A, B ou C) en regard de certains montants (visés aux articles 1409, 1409bis et 1410 C.jud.)au moment de l'inscription de ces montants au crédit d'un compte à vue? Ce principe est institué par la loi programme du 27/12/2005 qui a inséré les articles 1411bis à 1411quater dans le code judiciaire pour apporter une solution à la problématique de l'insaisissabilité et de l'incessibilité des montants crédités sur un compte à vue. Ces nouveaux articles du code judiciaire sont entrés en vigueur le 1er janvier 2007 (cf. : Arrêté royal du 4/07/2006 portant exécution de l'article 1411bis, 2 et 3, du Code judiciaire et fixant la date d'entrée en vigueur des articles 4 à 8 de la loi du 27 décembre 2005 portant des dispositions diverses). Réponse du secteur bancaire : voir III. B. 1) b) 13

14 vi. Qu'adviendra-t-il de la possibilité qui est laissée aux établissements de crédit, d'offrir aux clients bénéficiant du service bancaire de base conformément aux termes de la loi du 24 mars 2003, d une carte bancaire permettant d'effectuer des retraits par voie électronique en Belgique 4? Réponse du secteur bancaire : voir III. C. 2) vii. Que se passe-t-il avec les services complémentaires comme le tankservice, le phone banking, le PC banking? Réponse du secteur bancaire : voir III. C. 2) viii. De nombreux services bancaires visés sont actuellement gratuit, grâce à un statut particulier du consommateur ou un package avec un tarif particulier. Qu en sera-t-il à l avenir? Réponse du secteur bancaire : voir IV. B. 3) e) 2) Enfin et pour conclure, les représentants des organisations de consommateurs rappellent avec insistance la nécessité qu il y a à ce que le secteur bancaire belge fournisse aux consommateurs une information claire, compréhensible et unique à propos des changements concrets que le SEPA entraînera. Ils sont d avis que la diffusion de communications commerciales différentes en fonction des banques actives sur le marché belge, diminuera sensiblement la clarté de l information et par conséquent la compréhension par les consommateurs de ce nouveau système SEPA et de ses enjeux pratiques. Selon le secteur bancaire, SEPA est une opportunité pour toutes parties impliquées de faire jouer la concurrence, promouvoir les paiements efficients au détriment des autres paiements démodés et/ou peu sûrs (comme le chèque circulaire et la lettre de change), promouvoir les avancées technologiques grâce au facteur d échelle. Les représentants du secteur bancaire font remarquer que l intention du secteur est de faire partir les informations destinées au consommateur de Febelfin et de la BNB. L organisation de l infosession du 1 er mars en est ici un bon exemple, tout comme l ouverture du site internet SEPA dont l adresse est qui est une initiative du secteur et de la BNB et qui sera graduellement mis à jour. Ce site internet contient même un volet distinct spécifique pour les consommateurs et entend être la référence pour toutes les informations relatives au SEPA. Les représentants des classes moyennes et de la distribution rappellent, en guise de conclusion, qu ils sont en principe partisans du projet SEPA et de ses objectifs, mais que, dans l état actuel des choses, ils formulent de sérieuses réserves quant à son application concrète, surtout au niveau des cartes de débit. En particulier, le surcoût important que les paiements par cartes de débit Maestro jusqu à présent le seul schéma de paiement par carte de débit compatible avec le SEPA disponible en Belgique - entraîneraient pour les commerçants est inacceptable, puisque ce mode de paiement ne permet aucune amélioration substantielle au niveau de la qualité, de la rapidité,... En outre, ce schéma Maestro, si un switch collectif par le monde 4 Loi du 24 mars 2003 instaurant un service bancaire de base, Moniteur belge, 15 mai 2003, article 3, 2. 5 : "possibilité d'effectuer des retraits en Belgique au guichet et également par voie électronique en fonction de l'établissement de crédit". 14

15 bancaire se produisait malgré tout, bénéficierait d une si forte position que l arrivée d autres schémas concurrents serait pratiquement exclue. Les représentants des classes moyennes, de la distribution et des organisations de consommateurs font remarquer que la décision du Conseil d Administration de Febelfin, du 30 mars 2007, a été dictée par manque d un cadre de référence européen clair pour les paiements par cartes et par manque de soutien à la réussite du basculement par les parties concernées. Avec l adoption de la Directive relative aux services de paiement, le 24 avril, ce cadre de référence est complété. Les représentants des classes moyennes, de la distribution et des organisations de consommateurs insistent pour que, avant que de nouvelles décisions soient prises, le monde bancaire s assure d abord, en concertation et en collaboration avec leurs secteurs, que ces décisions bénéficient effectivement d un soutien. 15

16 MEMBRES ET EXPERTS AYANT ASSISTE A L ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL DE LA CONSOMMATION DU 3 MAI 2007 PRESIDEE PAR MONSIEUR R. GEURTS 1. Membres représentant les organisations de consommateurs : Effectifs: Madame DE ROECK-ISEBAERT (GEZINSBOND) Madame JONCKHEERE (CGSLB) Monsieur DUCART (TEST-ACHATS) Monsieur HOEDT (CSC) Monsieur MECHELS (TEST-ACHATS) Monsieur NINANE (MUT. SOC.) Suppléants: Monsieur QUINTARD (FGTB) Monsieur DE BIE (TEST-ACHATS) 2. Membres représentant les organisations de la production : Effectifs: Madame SWEERTS (ABB) Monsieur van OLDENEEL (ASSURALIA) Monsieur VANDEPLAS (FEDICHEM) Suppléant: Monsieur GHEUR (FEB) 3. Membres représentant les organisations de la distribution : Effectif: Monsieur de LAMINNE de BEX (FEDIS) 4.Membres représentant les organisations des classes moyennes: Effectif: Monsieur VERHAMME (UNIZO) 5.Observateurs : Madame MAUS (UCM) Madame van den BROECK (CRIOC) Monsieur MEIRSMAN (CRIOC) Monsieur VANDERCAMMEN (CRIOC) 16

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 381 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 en vue de permettre l utilisation de titres-repas électroniques Bruxelles, 11 juin 2007

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 404 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 7 juillet 2002 réglementant la Centrale des Crédits aux Particuliers. Bruxelles, le 6 novembre 2008 1 RESUME

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires. C.C. 181 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'article 6 de la loi du 10 juillet 1997 relative aux dates de valeur des opérations bancaires. Bruxelles, le 2 juillet 1998 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base C.C.199 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l'évaluation de la charte élaborée par l'association belge des banques relative a un service bancaire de base Bruxelles, le 3 juin 1999 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 441 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une proposition de loi modifiant la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (Doc 53-0831/001 à 004) Bruxelles,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-455 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal portant modification de l arrêté royal du 4 août 1992 relatif aux coûts, aux taux, à la durée et aux modalités de remboursement du crédit

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro C.C. 191 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les règles générales de conduite applicables pendant la période transitoire du passage a l'euro Bruxelles, le 15 janvier 1999 Le Conseil de la Consommation

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 474 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur une requête de la protection du titre professionnel d expert immobilier'. Bruxelles, le 2 avril 2014 RESUME Par lettre du 3 mars 2014, Madame Sabine Laruelle,

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 338 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet d'arrêté royal relatif à l'indication des tarifs de certains services des intermédiaires de voyages. Bruxelles, le 22 juillet 2005 Le Conseil de la

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 260 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet d'arrêté royal relatif à l'interdiction de la publicité pour le chauffage électrique. Bruxelles, 20 décembre 2001 Le Conseil de la Consommation, saisi

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements. C.C. 312 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le traitement des plaintes et des litiges pour les services Banques-Crédit-Placements. Bruxelles, le 19 juin 2003 Le Conseil de la Consommation, qui a décidé

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la problématique des labels

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la problématique des labels CC 334 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la problématique des labels Bruxelles, 26 janvier 2005 RESUME Le précédent Ministre de l Economie a saisi le Conseil de la Consommation d une demande d avis relative

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area

SEPA Single Euro Payments Area SEPA Single Euro Payments Area BUSINESS BANKING 2 Sommaire SEPA : vers un espace unique de paiements en Europe 1 SEPA en quelques mots 2 Historique 2 Les dates clés du projet SEPA 3 Les nouveaux instruments

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 458 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur trois projets d arrêtés royaux relatifs aux dénominations et aux caractéristiques des gasoils destinés au chauffage et à l usage dans des engins mobiles non routiers,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 433 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur l évaluation du code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire élaboré par Febelfin. Bruxelles, le 5 novembre 2010 RESUME Cet avis concerne l évaluation

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité C.C.201 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet de loi relatif à l'organisation du marché de l'électricité Bruxelles, 5 mars 1999 Le Conseil de la Consommation qui, usant de son droit d'initiative,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 302 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d'arrêté royal portant certaines mesures d'exécution de la loi instaurant un service bancaire de base. Bruxelles, 7 avril 2003 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking

Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Conditions Particulières relatives ā l usage du Service PCbanking Article 1. Stipulation générale Les Conditions Générales Bancaires de bpost banque régissent le Service PCbanking. Les présentes Conditions

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 Préambule S.E.P.A. : Single Euro Payments Area Il s agit d un ensemble d outils opérationnels permettant à tous les utilisateurs de disposer de moyens de paiement

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 206 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les meilleurs moyens à mettre en œuvre pour limiter les entraves à la libre circulation des communications commerciales relatives aux rabais Bruxelles, 26 oktober

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 Rue d Arlon 82 1040 Bruxelles Rapport annuel 2012 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE 5 EVOLUTION

Plus en détail

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration

Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Les points sur les i Paiements domestiques et européens : prenez de l avance pour l inévitable migration Violette MATTHIJS et Sarah BASTIEN ING Belgique - Payement & Cash Management Dpt Avec le soutien

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique.

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique. C.C. 231 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le Web trader Code de Test-Achats, code de conduite relatif au commerce électronique. Bruxelles, 18 décembre 2000 Le Conseil de la Consommation, saisi le 3

Plus en détail

ING Business Account Règlement

ING Business Account Règlement I. Objet et cadre du présent règlement ING Business Account Règlement Version 01/08/2015 Le présent règlement relatif à l'ing Business Account (ci-après dénommé le "Règlement") régit les relations entre

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 317 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur la publicité et le marketing bancaire à l'égard des jeunes Bruxelles, 28 avril 2004 RESUME AVIS 317 Avis sur la problématique de la publicité et du marketing

Plus en détail

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte COMMISSIE VOOR DE EDINGING COMMISSION DE LA CONCURRENCE CCE 2015-2000 DEF Avis relatif aux commissions

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Les autorités fédérales lancent le SEPA

Les autorités fédérales lancent le SEPA Communiqué de presse du Conseil des ministres du 27 juin 2008 Les autorités fédérales lancent le SEPA Le 1er janvier 2009 les services publics fédéraux utiliseront les nouveaux formulaires de virement

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 267 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur le service bancaire de base (évaluation de la charte concernant un service bancaire de base et initiatives législatives en la matière). Bruxelles, 28 mars 2002

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer»

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» C F O N B Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» Le texte intégral des Communications Adhérents émises depuis 1963 est disponible pour les

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 221 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur les matières, relatives aux communications commerciales, nécessitant une harmonisation européenne et sur celles pour lesquelles le principe de reconnaissance

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 393 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la problématique des mineurs d'âge et de leurs nouvelles possibilités de paiement. Bruxelles, le 15 janvier 2008 1 RESUME Le Conseil a mené une réflexion au sujet

Plus en détail

Single Euro Payments Area*

Single Euro Payments Area* SEPA info Single Euro Payments Area* * Espace Unique de Paiements en Euro Qu est-ce que SEPA? Les objectifs du SEPA Les 3 nouveaux instruments du SEPA Le SEPA en 3 phases > planning prévisionnel de migration

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009

Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009 Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009 Position du BEUC

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC- 415 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d AR modifiant l arrêté royal du 4 août 1992 relatif aux coûts, aux taux, à la durée et aux modalités de remboursement du crédit à la consommation,

Plus en détail

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA»

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 SEPA 2014 L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 Après le passage à

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Lancement de la campagne afin de promouvoir les paiements électroniques

Lancement de la campagne afin de promouvoir les paiements électroniques Communiqué de presse 24/08/2012 Lancement de la campagne afin de promouvoir les paiements électroniques Bruxelles, le 17 septembre 2012 Vous l avez peut-être déjà remarqué : dans les supermarchés, les

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur CC 383 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur Bruxelles, 2 juillet 2007 1 Le Conseil de la consommation,

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 289 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet d A.R. portant des mesures de prévention et autres en vue de limiter la pollution de l environnement par les véhicules et de promouvoir un mode de

Plus en détail

Règlement Spécial des Opérations de Paiement

Règlement Spécial des Opérations de Paiement Règlement Spécial des Opérations de Paiement 01/08/2015 I. Généralités Article 1 er Objet 1.1. Le présent Règlement Spécial des Opérations de Paiement (ci-après dénommé «le Règlement Spécial») définit

Plus en détail

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Document Interchanges et commission Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Table des matières Introduction Coûts de la facilité de paiement 3 Parties impliquées Quelles sont les parties impliquées?

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP)

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Applicable à partir de mars 2012 (rapports mensuels relatifs à février 2012) Banque centrale du Luxembourg

Plus en détail

Manuel utilisation B-Web PAIEMENTS

Manuel utilisation B-Web PAIEMENTS PAIEMENTS Sommaire Encodage d un paiement... 2 Paiement domestique... 2 Paiement international... 4 Nivellement... 10 Signature d un paiement... 12 Statuts des paiements... 12 Procédure de signature d

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Les clients de mois de 25 ans ont à titre standard le compte Blue qui est entièrement. Sont notamment compris dans ce compte

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

A V I S A-2486/12-39. sur

A V I S A-2486/12-39. sur A-2486/12-39 A V I S sur le projet de loi portant transposition de la directive 2011/16/UE du Conseil du 15 février 2011 relative à la coopération administrative dans le domaine fiscal et abrogeant la

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 1/7 Avis n 09/2013 du 28 mars 2013 Objet: demande d avis sur le projet d arrêté royal réglant certains contrats d assurance visant à garantir le remboursement du capital d un crédit hypothécaire (CO-A-2013-006)

Plus en détail

---------------------------------------------------------------------------------------------------- SOUSCRIPTION

---------------------------------------------------------------------------------------------------- SOUSCRIPTION CONTRAT PORTEUR NAFA EXPRESS Nom et Prénoms :. Adresse :... Date de naissance : Contacts : Type de pièce :... N de la pièce : Date d expiration : Justificatif de résidence :. Nom de la mère : Nom et prénoms

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC 357 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur le projet d arrêté royal fixant les règles particulières concernant l'indication de la quantité lors de la mise sur le marché de certains carburants et de combustibles

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Liste des tarifs Applicable aux personnes physiques pour usage privé (pour les consommateurs)

Liste des tarifs Applicable aux personnes physiques pour usage privé (pour les consommateurs) Liste des tarifs bpost banque en vigueur au 01.01.2016 Liste des tarifs Applicable aux personnes physiques pour usage privé (pour les consommateurs) Liste des tarifs bpost banque 2 1. Compte à vue Paquet

Plus en détail

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique

Schéma de reporting périodique des établissements de monnaie électronique Politique prudentielle et stabilité financière boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tél. +32 2 221 38 12 Fax + 32 2 221 31 04 numéro d entreprise: 0203.201.340 RPM Bruxelles www.bnb.be Bruxelles,

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation asbl Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles Rapport annuel 2009 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE

Plus en détail

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge.

Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Exit DOM 80. Enter SEPA DIRECT DEBIT : migration de la domiciliation belge. Outre le virement européen et le paiement par carte, le SEPA Direct Debit (ou domiciliation européenne) a également été développé

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine

Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine Compte général de l État : Compte de la Trésorerie et compte des variations du patrimoine 167 e Cahier de la Cour des comptes Complément 2 Adopté le 10 juillet 2013 par l assemblée générale de la Cour

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 224 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la proposition de loi complétant la loi du 22 janvier 1945 sur la réglementation économique et les prix par un article 2bis relatif à la tarification de certains

Plus en détail

Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement

Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement I OBJET Article 1 er Le présent règlement relatif au Livret ING Lion Premium ou ING Lion Deposit (ci-après dénommé le «Règlement») régit les relations

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C.180 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la proposition de loi réglementant le découvert bancaire quant au montant et aux taux d'intérêts réclamés (doc.sénat n 872/1 du 06.02.1998). Bruxelles, le 2

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

Aux gestionnaires des hôpitaux

Aux gestionnaires des hôpitaux SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Service Télématique, Informatique et Communication dans le secteur des soins de santé Votre lettre du: Votre référence: Eurostation

Plus en détail

tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales

tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales TARIF EN VIGUEUR AU 1ER JANVIER 2012 Corporate & Public Bank Des experts au service de vos ambitions 1.

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

topaccount : La domiciliation européenne (SEPA Direct Debit) Page : 1

topaccount : La domiciliation européenne (SEPA Direct Debit) Page : 1 topaccount : La domiciliation européenne (SEPA Direct Debit) Page : 1 1. Introduction...2 1.1 Définition...2 1.2 Les principales différences par rapport à la domiciliation actuelle belge...3 1.3 Core en

Plus en détail