Drépanocytose: Sequelles neurologiques et cognitives. Fenella Kirkham

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Drépanocytose: Sequelles neurologiques et cognitives. Fenella Kirkham"

Transcription

1 Drépanocytose: Sequelles neurologiques et cognitives Fenella Kirkham Neurosciences Unit, Institute Of Child Health, London, UK Southampton General Hospital, Southampton, UK

2 Service de Santé National NHS Sally Davies Jo Howard Kofi Anie Annette Gilmore Sameer Patankar John Warner Cathy Hill Avijit Datta Mary Morgan Gary Connett Tolu Ajala-Agbo Tayo Kehn-Alafun Irene Roberts Sarah Ball Olu Wilkey Anne Yardumian Marilyn Harewood-Roberts Andrew Robins John Porter Jane Evans Louise Tillyer Elizabeth Sleight Simon Whitmarsh Paul Telfer Kim Newell Baba Inusa Cynthia Ugochukwu Nomazulu Dlamini Lara Walford Swee-Lay Thein David Rees Sue Height Sybil Bannister

3 Troubles respiratoires du sommeil? Davies, Robertson

4 Troubles respiratoires du sommeil Fréquents chez les Africains (22%) Bien connus dans la drépanocytose Ronflement Respiration par la bouche Obstructive sleep apnea Oxyhemoglobin desaturation chronique

5 Ėtude de Cohorte (Est de Londres) 147 enfants Pulse oximetry pendant la nuit (n=95) (SpO 2 ) Examen clinique Résultats scolaires Doppler transcrânien Evaluation psychométrique MRI / MRA

6 Résultats AVC (6 infarctus, 1 hém) AIT Ėpilepsie Décès Fréquence des crises douloureuses (jours/années) Adenotonsillectomy 7 } 8 } (20%) 4 } 2 (2%) Mean 2.94 (0 to 19.10) 9/95 no pain episodes 28 (30%) Hargrave 2003

7 Facteurs prédictifs dans cohorte de l Est de Londres Facteurs prédictifs p Homozygous SS v HbSC 0.05 Hémoglobine A de base (g/dl) Vélocité élevée d ICA/MCA (cm/s) 0.01 SpO 2 moyenne nocturne 0.003

8 Survie libre d évènements de CNS chez les patients drépanocytaires avec SpO 2 > or < 96% Proportion CNS free Mean Sa02 < 96%.1 Yes No Years after sleep study

9 Mechanisme de l association entre désaturation en oxyhemoglobine et l évènement neurologique?réduction du seuil de survenue de l infarctus Nécrose ischemique aggravée par l hypoxie Circulation cérébrale vasodilatation de réserve anémie et hypercapnie convulsions/fièvre

10 Mechanisme de l association entre désaturation en oxyhémoglobine et l évènement neurologique?génése de la vasculopathie? Hypoxie déclenche HbS polymerisation upregulation VCAM-1, L-selectin and P-selectin Setty, Stuart platelet/monocyte activation & endothelial adhesion Inwald increases erythropoeitin reticulocytes (more adherent) Reduces nitric oxide synthesis Hypertension associée avec l OSA

11 CBFV accru chez les enfants sans drépanocytose de 3-7 ans avec le ronglement primaire et la respiration du sommeil desordonnée douce sur PSG CBFV cm/sec Controls Primary Snorers (p<.01) Hill & Hogan 2006

12 MRA turbulence

13 SpO 2 moyenne la nuit et MRA turbulence Mean SaO 2 % n *p<0.05 for comparison with group 0 14 * * Grade turbulence

14 Complications neurologiques de la drépanocytose (CSSCD) Cohorte de Londres - Résultats Neurologiques - Résultats Cognitifs Ėtudes prospectives randomisées

15 Deficit Cognitif dans la Drépanocytose Fonction intellectuelle d une préoccupation des parents Fonction executif d une préocupation particulière mémoire, inhibition, attention?effet de la maladie systemique et/ou vasculopathie (moyamoya) comme psychosocial Facteurs de risque modifiable?de l enfance Anie Wang

16 (ERN) FCz ERN attenuation in Children with SCD+ Infarct (p<.05) Hogan et al 2006; Brain in press, CSSCD (Armstrong); DeBaun

17 Déficit intellectuel corrélé avec la sévérité de la maladie retrouvé par 8 études MRI Hogan et al 2006 Dev Sci, Schatz meta-analysis???

18 Voxel-Based Morphometry: Perte de tissu des territoires jonctionnels sans infarctus + relation IQ No Lesion Verbal IQ (PIQ same) Lesion Control No Lesion Lesion SCD Baldeweg & Hogan 2006

19 Déficit intellectuel chez les enfants avec Moyamoya 110 Verbal IQ CONTROL VIQ MMD SCD CONTROL SCD + MMD Hogan Age at Assessment

20 Étude préliminaire pédiatrique de Londres OBJECTIFS: (i) La faisabilité (ii) Les mesures (iii) Les statistiques pour la puissance pour une grande étude multicentrique 14 jeunes enfants avec la Drépanocytose et 14 controles Royal London Hospital 3, 9, + 12 mois

21 Le nombre de jeunes enfants drépanocytaires avec un risque élevé de retard neurodevelopmental augmente pendant la première année de leur vie Hogan 2005 % * CONTROLS (ns) SCA (p =.044) 0 3 mo 9 mo 12 mo

22 Bayley s Scales Mental Development Index à 18 mois Caucasian Controls Subcortical Caucasian SCA SCA Caucasian Cortical Controls Basal Ganglia?No Infarct? Cortical n=6 Infarct n=7 n=8 Infarct n=8

23 Vitesse médiane MCA (TCD) chez les jeunes enfants drépanocytaires et contrôle pendant la premiere année de vie n=10 CBFV cm/sec n=6 n=9 n=6 n=13 Controls SCA (TCDs obtained from only two controls at 12 mo) months 9 months 12 months Hogan 2005

24 Object Retrieval: Inhibition infantile de recherche d objet + Traitant la vitesse Ineffective Retrieval (Line of Sight) Effective Retrieval (Inhibit desire to reach by line of sight + detour)

25 Correlation entre la journée SpO 2 le moment d obtenir le jouet % 100 % SpO % 88% Rho -.606, p = % 6 100% 18 le moment d obtenir le jouet (seconds)

26 Complications neurologique de drépanocytose (CSSCD) Cohort de Londres - Résultats Neurologiques - Résultats Cognitifs Ėpreuves prospectives randomisées

27 Hypothèse Sickle cell disease Hypoxia Hypoxic tissue Cerebrovascular disease Cognitive Dysfunction Attention Executive Memory Silent infarcts CNS events Stroke, TIA Seizures Pain?Other Chest Renal Bad sickle cell disease Miller, CSSCD

28 Prevention of morbidity in sickle cell disease (POMS): Objectif Etude préliminaire de faisabilité et efficacité de correction de la désaturation nocturne en oxyhémoglobine en vue d une étude prospective randomisée en collaboration avec les US (le Neuro-Heme consortium)

29 Intervention AutoCPAP (obstruction) +/-O 2 SpO 2 >94% mais <100% 0.25 ou 0.5 L/min Au moins 5 heures Inclusion/exclusion Inclusion SS ou Sβ 0 >4 ans Exclusion Transfusion actuelle Autres désordres neurologiques Grossesse

30 Etude Pilote (Kings College hospital) Premier end -point Le nombre d omissions sur le Conners continuous performance test après 6 semaines d autocpap +/- oxygene Psychologist aveuglé mais pas participants Randomisé Traitment autocpap pendant 2 semaines Étude de sommeil Stardust sleep study après 2 semaines ajouter O 2 si SpO 2 moyenne <94% Non-traitment rien

31 Patient with HbSS aged >4 NHS Letter to mum or dad or guardian Minimum 1 week Information sheet to child & mum or dad Minimum 1 week Consent from mum or dad & assent from child No treatment Conners continuous performance test MRI, VBM, MRA, MRV, TCD CPAP 2 weeks 2 weeks Texting pain Y/N Sleep study Sleep study Mean SpO2<94% Sleep study 6 weeks Overnight O2 titrated to maintain SpO2>94<99% (concentrator) as well as auto CPAP 6 weeks Repeat CCPT after 6 weeks of CPAP +/- O2 or no treatment Continue CPAP alone

32 Ėpreuve principale 1 an AutoCPAP +/- O 2 ou feinte Point final de douleur À Long terme: CNS!?MRC / NIH

33 HIF-1 STABILIZATION Erythropoietin Placental Growth factor Acute severe hypoxia Vascular endothelial Growth factor Increased vascular permeability Monocyte activation AMP Protein kinase Vasodilatation ATP Glycolysis Oedema Pulmonary Coagulation Venous Thrombosis Headache Protection/preconditioning? Nitrite Catecholamines Cerebral SNO-Hb AMP ATP HbS polymerisation Ion Channels open Seizures P 50 Hysteresis Cellular necrosis Infarction Reduces Ischaemic threshold Cerebral/ pulmonary arterial disease Chronic sustained hypoxia HIF-1 STABILIZATION Von Hippel Lindau Erythropoietin +/- Erythroid hyperplasia Placental growth factor VCAM-1 Monocyte Activation/ Endothelial adhesion Rho/ Rho kinase Lung dysplasia Vascular Endothelial Growth factor Endothelin Angiogenesis Xanthine oxidase Heat-shock protein 90 + enos NITRIC OXIDE Vasoconstriction HO-1 Biliverdin reductase O 2.- Vasospasm Stenosis Collaterals Pulmonary hypertension P 50 Haemoglobin CO 2,3DPG Carotid body VENTILATORY RESPONSE Vasodilatation HbS sol Increase blood and tissue O 2 Cerebrovascular disease Repetitive intermittent hypoxia Preconditioning REACTIVE OXYGEN SPECIES e.g. O 2. - Respiratory Centre HVR Long-term facilititation Sympathetic activation Carotid body Systemic hypertension Tyrosine hydroxylase Catecholamines Cfos protein Complex I downregulation Cognitive problems inos Peroxynitrate Activation & adhesion leukocytes SLEEP DISRUPTION Protein oxidation Lipid peroxidation Nucleic acid oxidation Caspase upregulation Apoptosis Cerebral atrophy Amyloid Β peptide L-type Ca 2+ chan

Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF

Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF Introduction! Test de la marche de 6 minutes! Validé chez l adulte, l enfant sain et malade! Capacité

Plus en détail

F Pico, E Meseguer, C Rosso, J Yeung, ML Chadenat, A Cattenoy, P Aegerter, D Smadja, H Hosseini, Y Samson, P Amarenco

F Pico, E Meseguer, C Rosso, J Yeung, ML Chadenat, A Cattenoy, P Aegerter, D Smadja, H Hosseini, Y Samson, P Amarenco The RESCUE BRAIN study : Multicenter randomized trial on neuroprotection with lower limb ischaemic per-conditioning in the acute phase of cerebral infarction (

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Rapport d évaluation

Rapport d évaluation SAISINE DISPOSITIFS MEDICAUX ÉVALUATION DES ENDOPROTHÈSES UTILISÉES DANS L ANGIOPLASTIE DES STÉNOSES ATHÉROMATEUSES INTRACRÂNIENNES Rapport d évaluation Janvier 2013 L argumentaire scientifique de cette

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant

Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant Ronflement et SAOS Y penser également chez l enfant J.L. Rittié Hôpital des enfants - Toulouse 2 Octobre 2008 Définitions: SAOS et ronflement SAOS: trouble fonctionnel du sommeil Episodes anormalement

Plus en détail

La prise en charge de la drépanocytose en Afrique:

La prise en charge de la drépanocytose en Afrique: La prise en charge de la drépanocytose en Afrique: Transfusion sanguine ou Hydroxyurée? Pr Saliou Diop Hématologie Transfusion sanguine Dakar Sénégal Drépanocytose en Afrique 99 % des drépanocytaires dans

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005

TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 TOut DES or Not to des... Moi Congrès de Cardiologie Franco-Libanais 2005 Tout DES or not tout Des Historique & Illustration Arguments (1), (2) et (3) Statistiques et illustrations Un peu d Histoire...

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Syndrome des Jambes Sans Repos chez l enfant

Syndrome des Jambes Sans Repos chez l enfant Syndrome des Jambes Sans Repos chez l enfant Eric Konofal (PH) UF pathologies du sommeil, Groupe Pitié-Salpêtrière, Paris Centre Pédiatrique des Pathologies du Sommeil, Psychopathologie de l enfant et

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

Plan de Présentation

Plan de Présentation Prévention du délirium chez des personnes âgées à domicile: Une étude pilote en Valais Henk VERLOO, Inf. Ph.D(c) Professeur HES HEdS-SO La Source, Lausanne Plan de Présentation Pertinence Délirium un problème

Plus en détail

Rôle de l épidémiologie respiratoire

Rôle de l épidémiologie respiratoire Rôle de l épidémiologie respiratoire 1 er JAEP Jeudi 6 février 2014 Epidémiologie Asthme Allergie : maladies chroniques non transmissible Dr I. Annesi-Maesano (Paris) Directeur de Recherche INSERM Directeur

Plus en détail

Trouble du sommeil dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Trouble du sommeil dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) 113 Chapitre 15 Trouble du sommeil dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Sy DUONG-QUY, Thong HUA-HUY Service de Physiologie Explorations Fonctionnelles, AP-HP Groupe Hospitalier Cochin

Plus en détail

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12 Diabète et démences Plan: diabète et démences - données anatomo-pathologiques: 3 - diabète et troubles cognitifs: 4 - risque de démences et maladie d'alzheimer: 5-7 - prédiabète, HTA du diabétique et démences:

Plus en détail

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007

TABAC et GROSSESSE. GEN 10 mai 2007 TABAC et GROSSESSE GEN 10 mai 2007 17% à 25%des femmes fument pendant leur grossesse 125 000 à 200000 foetus /an exposés aux effets nocifs du tabac. Principaux constituants du tabac + 4 000 substances

Plus en détail

Pratique du biofeedback de variabilité cardiaque. Yvon Mouster ymouster@symbiofi.com 06 60 91 17 90

Pratique du biofeedback de variabilité cardiaque. Yvon Mouster ymouster@symbiofi.com 06 60 91 17 90 Pratique du biofeedback de variabilité cardiaque Yvon Mouster ymouster@symbiofi.com 06 60 91 17 90 1 Quelques mots sur 2 Le domaine Thérapie des émotions, psycho-éducation du stress, santé comportementale

Plus en détail

30/05/2016. Neurosonologie et HSA anévrysmale. Vasospasme après une hémorragie sous-arachnoïdienne. L artériographie: gold standard mais

30/05/2016. Neurosonologie et HSA anévrysmale. Vasospasme après une hémorragie sous-arachnoïdienne. L artériographie: gold standard mais Neurosonologie et HSA anévrysmale Dr Nathalie NASR, MCU-PH de Neurologie Responsable Explorations Neuro-Vasculaires/ Clinique des AIT et AVC mineurs CHU de Toulouse Vasospasme après une hémorragie sous-arachnoïdienne

Plus en détail

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires

Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions) 2,5. Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires Arrêt des traitements antiagrégants plaquettaires 16 février 2011 Guillaume CAYLA Service de cardiologie Pr Messner CHU Nîmes Traitement AAP en France : Évolution des prescriptions Traitement années (millions)

Plus en détail

Prise en charge de la Vasculopathie cérébrale chez l enfant drépanocytaire

Prise en charge de la Vasculopathie cérébrale chez l enfant drépanocytaire Prise en charge de la Vasculopathie cérébrale chez l enfant drépanocytaire Gisèle ELANA- Donald CELICOURT Centre de drépanocytose enfants MFME - Fort de France Février 2013 AVC patents Incidence cumulée

Plus en détail

ÉTUDE ANALYTIQUE DES FACTEURS D AGGRAVATION DE LA MALADIE DREPANOCYTAIRE AU CONGO

ÉTUDE ANALYTIQUE DES FACTEURS D AGGRAVATION DE LA MALADIE DREPANOCYTAIRE AU CONGO ÉTUDE ANALYTIQUE DES FACTEURS D AGGRAVATION DE LA MALADIE DREPANOCYTAIRE AU CONGO RÉSUMÉ Au terme d une étude prospective réalisée sur une période de 8 mois, l auteur analyse les facteurs favorisant les

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46 Table des matières SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS REMERCIEMENTS ii vii ix xi INTRODUCTION 1 CONTEXTE THÉORIQUE 5 Le système vasculaire cérébral 6 L'ischémie cérébrale transitoire 9

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

22/01/10. Classification of patellofemoral arthritis. X-ray technique. R.Seil. X-ray classification. OA classification.

22/01/10. Classification of patellofemoral arthritis. X-ray technique. R.Seil. X-ray classification. OA classification. 3d advanced course on knee surgery Val d Isère 200 Classification of patellofemoral arthritis. Skyline view 30 knee flexion From: Bernageau J, Goutallier D, Cahiers d enseignement de la SOFCOT 7, 999 R.Seil

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

La femme enceinte drépanocytaire

La femme enceinte drépanocytaire La femme enceinte drépanocytaire Guide Pratique La drépanocytose : qu est que c est? La drépanocytose est une maladie génétique de l hémoglobine, caractérisée par la présence d une hémoglobine anormale,

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi

Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi Les hypoglycémies nocturnes (chez le diabétique) Leïla Ben Salem Hachmi Hypoglycémie Fréquente Dangereuse+++ /impact diurne Facteur limitant pour l atteinte des objectifs glycémiques Insuline, insulinosécrétaguogues

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés

Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Synagis pourrait réduire la fréquence des épisodes récurrents de respiration sifflante chez les prématurés La prophylaxie par Synagis (palivizumab) réduit de près de moitié la

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

A propos de 40 cas (20 patients)

A propos de 40 cas (20 patients) Anévrismes intracrâniens chez le patient drépanocytaire: description et classification des anévrismes, indication du traitement endovasculaire et ses complications. A propos de 40 cas (20 patients) Sophie

Plus en détail

Données scientifiques et hypothèses

Données scientifiques et hypothèses Académie nationale de pharmacie séance thématique du 27 janvier 2010 Effets des flavonoïdes alimentaires sur la santé Conclusions : Données scientifiques et hypothèses Mécanismes potentiels des effets

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN

A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN A qui proposer un BVS en 2014? Le registre FRANCE ABSORB R KONING- ROUEN Bioresorbable Vascular Scaffold (BVS): Ideal of Leaving Nothing Behind Short Term Long Term PWS: The Third RevoluKon! Data and images

Plus en détail

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches

MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE. de l adulte Histoire. naturelle. N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches MYOPATHIE Par déficit en MALTASE ACIDE de l adulte Histoire naturelle N. Pellegrini, D. Orlikowski Hôpital R. Poincaré - Garches Étude publiée en 25* : patients AMD suivis à La Salpêtrière et / ou à Garches

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011

antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011 Université Paris Diderot Paris 7 Faculté de Médecine Faut-il prescrire les antiinflammatoires non stéroïdiens à visée antipyrétique chez l'enfant? Revue de la littérature en 2010/2011 DES Médecine Générale

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes)

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Sténose initiale Modifications hémodynamiques Resténose après angioplastie Destruction cellulaire Augmentation du débit

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral N. Bricout, P. Aguettaz, L. Estrade, F. Boustia, E. Kalsoum, X. Leclerc CHRU de Lille Service de Neuroradiologie

Plus en détail

OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE

OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE OESTROGENES ATHEROSCLEROSE ET MENOPAUSE Pr. M.Krim EHS DOUERA 8 ème Congrès National SAERM 28-29 Mai 2010 Alger Leading Causes of Death in American Women (2000) One in three women dies from heart disease.

Plus en détail

Somnolence résiduelle dans le syndrome d apnées du sommeil traité. Prévalence et diagnostic différentiel

Somnolence résiduelle dans le syndrome d apnées du sommeil traité. Prévalence et diagnostic différentiel Somnolence résiduelle dans le syndrome d apnées du sommeil traité Prévalence et diagnostic différentiel Dr Raphael Heinzer Service de pneumologie du CHUV Centre d investigation et de recherche sur le sommeil

Plus en détail

Antihypertenseurs et Rétinopathie Diabétique

Antihypertenseurs et Rétinopathie Diabétique 11 e Rencontres des Amicales des Médecins de Paris Paris, le 25 novembre 2008 Antihypertenseurs et Rétinopathie Diabétique Ramin TADAYON Hôpital Lariboisière λ Université Paris 7 Epidémiologie et FDR de

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

Santé et porcheries. Yvon Cormier Novembre 2002

Santé et porcheries. Yvon Cormier Novembre 2002 Santé et porcheries Yvon Cormier Novembre 2002 Porcherie: aérobiologie Bactéries Poussières (squames, moulée, etc.) Ammoniac H2S D ÉCHANTILLONNAGE (HIVER 1987) Temperature ( C) 40 30 20 Outdoor temperature

Plus en détail

Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète

Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète 1 1 ère partie : Etiopathogénie & traitement du diabète 2 ème partie: Exercice aigu & diabète Précautions & intérêts 3 ème

Plus en détail

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation

Syndrome d apnées du sommeil. Explorer : de la prescription à l interprétation 8 ème CFP 2 A 16 novembre 2012 Syndrome d apnées du sommeil Explorer : de la prescription à l interprétation Nicole Beydon, Guillaume Aubertin Hôpital Armand Trousseau, Paris Conflits d intérêt Obligation

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Indication et limites de la Polygraphie

Indication et limites de la Polygraphie Indication et limites de la Polygraphie M. Piot,A. Juchet, B Sablayrolles Pneumopédiatrie B Gardini, S Lagleyre, F Martin ORL. Clinique Sarrus Teinturiers Toulouse Troubles de la respiration pendant le

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib»

Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» Session orale Nouvelles cibles kinases : résultats préliminaires de l essai «AcSé Crizotinib» D après la communication orale de Denis Moro-Sibilot, abstract 1200, WCLC 2015 Clément Korenbaum, interne,centre

Plus en détail

Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC

Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC Nouvelles approches radiologiques du traitement percutané du CHC O. Seror 1,2,3 1 Radiologie, Hospital Jean Verdier, APHP, Bondy, France 2 Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, UFRSMBH, Bobigny, France

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique

Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique Cellule tumorale Cellule T Feu vert à l immunothérapie un événement historique Dr. I. Wellemans, Pneumologue, CHIREC Dr. Th. Velu, Oncologue Médical, CHIREC A la Une des Journaux, des Sociétés et des Meetings

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Dr Ariane Sultan Dépt Endocrinologie, Diabète, Nutrition Équipe Nutrition-Diabète CHU Lapeyronie, Montpellier Les données épidémiologiques 1/Relation + HbA1c

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 OXYGENE MEDICAL - AIR LIQUIDE Santé FRANCE Gaz pour inhalation, en Gaz pour inhalation, en évaporateur mobile Gaz pour

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Statines et angioplastie coronaire

Statines et angioplastie coronaire Statines et angioplastie coronaire RÉSUMÉ : Trois études, ARMYDA-ACS, NAPLES II et ARMYDA-RECAPTURE, démontrent l efficacité de l administration d atorvastatine 8 mg avant une angioplastie coronaire, avec

Plus en détail

Alarmes aux performances avancées

Alarmes aux performances avancées Solutions d'alarme Masimo Alarmes aux performances avancées Réduisez les fausses alarmes et les alarmes parasites sans ignorer les alarmes utiles Alarmes : Critiques pour la sécurité des patients, problématiques

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Surveillance de la Maladie de Gaucher

Surveillance de la Maladie de Gaucher Surveillance de la Maladie de Gaucher CETG 24 mars 2006 Christian LAVIGNE CHU Angers 1 Maladie de Gaucher Maladie rare traitement efficace, coûteux, astreignant prototype de thésaurismose curable incertitude

Plus en détail

Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire

Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire Compléments de physiopathologie cardiorespiratoire Pr Franck Verschuren Service des Urgences Cliniques Saint-Luc 02/ 764 1636 ou 1613 Cours Kiné 1035 Franck.verschuren@clin.ucl.ac.be Gaz du sang Saturomètre

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux?

Dossier patient informatisé et. comment concilier les deux? Dossier patient informatisé et sémantique médicale: comment concilier les deux? Dr Frédéric DEBELLE, Dr Sc. Méd. Clinique Louis Caty Baudour Liège Cercle de Wallonie 20 octobre 2011 Introduction Dossier

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail