Rééducation de l attention et des fonctions exécutives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rééducation de l attention et des fonctions exécutives"

Transcription

1 Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Philippe Azouvi Médecine Physique et de Réadaptation AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches EA HANDIReSP, Université de Versailles-Saint Quentin

2 Rééducation de l attention

3 Préalable: tenir compte des facteurs aggravants Sommeil? Fatigue? Traitement médicamenteux? Eléments psychologiques ou psychiatriques?

4 Premières études Approche globale au moyen de protocoles travaillant de façon systématique les différents processus attentionnels

5 Ponsford & Kinsella (1988) Cas uniques, groupe contrôle Méthodologie rigoureuse Condition de non entraînement, réentraînement avec outil informatique, réentraînement plus feedback, condition de non entraînement Mesures de TRC, transcodage de symboles, barrage de lettres, échelle de comportement attentionnel, Amélioration individuelle mais sans relation avec le traitement

6 Sohlberg et Mateer (1987): Attention Process Training (APT) APT: traitement informatisé hiérarchique multiniveaux: Attention soutenue, sélective, alternée et divisée Réentraînement : tâches de TRS, TRC, épreuves d attention «alternée» avec exercices d arithmétique et d attention divisée, Etudes de quatre cas uniques Mesures : PASAT, test de relation spatiale Amélioration spécifique

7 Reducing Attention Deficits After Stroke Using Attention Process Training: A Randomized Controlled Trial Barker-Collo et al., Stroke. 2009;40: patients randomisés en deux groupes Soins «standard» seul ou plus APT (n=38) APT: 1h/j, 4 semaines (moy=13.5h, SD=9.44) Évaluation aveugle à 5 semaines et 6 mois Amélioration significativement plus importante aux deux évaluations du groupe expérimental sur le critère principal («Integrated Visual Auditory Continuous Performance Test Full-Scale Attention Quotient» IVA-CPT FSAQ) (p< 0.01) Réponse au nombre 1 (visuel ou auditif) mais pas au nombre 2 Tendance à un effet sur le Cognitive Failure Questionnaire (p=0.07) Pas d amélioration des autres mesures d attention ou de QDV

8 Etudes «non spécifiques»: conclusions Certaines études montrent des effets favorables mais limités à certaines mesures psychométriques Aucunes ne démontrent une généralisation aux situations de vie quotidienne Amélioration : conséquence de l apprentissage d une stratégie permettant la régulation de l attention et du niveau d éveil cortical

9 Rééducation spécifique Sturm et al. (1997) Des déficits spécifiques nécessitent un traitement spécifique Programme de réentraînement sur ordinateur Alerte : conduite de voiture Vigilance : surveillance d un écran radar, Attention sélective : ball trap ou safari photo Attention divisée : simulateur de vol avec surveillance multiple Patients vasculaires avec au moins 2 atteintes des modalités attentionnelles

10 Sturm et al., 97 : méthodologie Thérapie pendant 14 semaines d un domaine, évaluation, rééducation du second domaine, évaluation post-thérapie

11 Sturm et al., 97 : résultats Amélioration spécifique au niveau de l intensité Sélectivité : diminution du nombre d erreur par la rééducation spécifique

12 Sturm et al., Neuropsychological Rehabilitation, 1997, 7:81-103

13 Rééducation expérimentale de l attention divisée 12 patients TC sévères en phase subaiguë Deux phases successives de 6 semaines A: rééducation non spécifique (ligne de base) B: rééducation spécifique 18 séances d une heure Deux groupes randomisés: AB BA (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

14 Tâches utilisées en rééducation Exercices réalisés d abord en tâche unique puis en tâche double Utilisant des modalités différentes Augmentation progressive du niveau de difficulté selon les progrès du patient (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

15 Subtest attention divisée (TAP, Zimmermann & Fimm, 1995) (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

16 Echelle d évaluation du comportement attentionnel (Ponsford & Kinsella, 1991) question «attention divisée» (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

17 Rééducation de l attention Un réentraînement spécifique semble efficace sur le domaine attentionnel travaillé Avec une possible généralisation dans la vie quotidienne Nécessité d études supplémentaires

18 Rééducation des fonctions exécutives

19 Approches restauratives: premiers travaux Luria, 1963; Luria & Tsvetkova, 1967; Derouesné, Seron & Lhermitte, 1975 Guidance externe pour remplacer l absence de schémas auto-générés Pré-organisation et segmentation de l activité Estompage progressif de la régulation externe Médiation verbale: rôle du «langage interne» pour la formulation d un plan de solution à un problème la régulation du comportement pendant l exécution Généralisation?

20 Problem Solving Training (PST) (von Cramon, Matthes-von Cramon & Mai, 1991; von Cramon & Matthes-von Cramon, 1992; 1995) Décomposer un problème complexe en sous-étapes simples Entraînement spécifique des différentes étapes Identification et analyse du problème Distinguer les informations pertinentes et non pertinentes Reconnaître et combiner les relations entre les informations Génération d hypothèses Utiliser différentes stratégies pour proposer des solutions Monitoring et évaluation des solutions Aide du thérapeute: Indiçage saturé Indices visuels (dessins, schémas...) ou auditifs (questions, informations, suggestions ) D abord généraux puis de plus en plus spécifiques si nécessaire

21 Von Cramon et al. (1991) Comparaison de deux groupes PST (n=20) Memory training (MT, n=17) Amélioration supérieure du groupe PST Tâches de résolution de problème (Tour de Hanoi) Tests de raisonnement et de catégorisation Questionnaire de comportement en vie quotidienne

22 Études de cas ayant utilisé ce type de stratégie Von Cramon & Matthes-von Cramon (1995) «retour au travail avec un syndrome dysexécutif chronique?» Jeune médecin, TC sévère Rééducation intégrée sur l activité professionnelle Travail de la médiation verbale Après 30 semaines de rééducation Taux de diagnostic correct proche de 100% Nouveaux schémas de base acquis, appliqués systématiquement Limites: pas de transfert sur des problèmes différents

23 Goal Management Training (GMT) Robertson, 1996; Levine et al., 2000 Modèle du «goal neglect» (Duncan, 1986) Absence de prise en compte de certains objectifs et sous-objectifs pendant la réalisation de tâches complexes «oubli» du but recherché, menant à des comportements non adaptés par rapport à l objectif initial Surtout en cas de compétition entre buts

24 Etape 1 Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation STOP! Que suis-je en train de faire? Etape 2 DEFINIR l objectif principal Etape 3 Etape 4 LISTER A B. C. Apprendre Je le fais! les étapes (sous-objectifs) les étapes (Est-ce que je connais les étapes?) Non Oui Etape 5 Oui Vérifier Non Suis-je en train de faire ce qui était prévu? Levine et al. (2000), JINS, 6,

25 Goal Management Training (GMT) Levine et al., JINS (2000), 6, Étude 1: deux groupes randomisés de 15 patients TC GMT vs. motor skill training (MST) Une session unique (environ 1h) Tâches papier-crayon «écologiques» Lectures d épreuves en détectant diverses cibles Classement de personnes selon différents critères d age et de sexe Organisation d une salle de réunion comprenant des personnes appartenant à 5 entreprises différentes

26 Goal Management Training (GMT) Levine et al., JINS (2000), 6, Étude 2: étude de cas 5 mois après une méningo-encéphalite Application à une situation de cuisine Deux sessions d entraînement tâchespécifique Mettre le four à température Rassembler les ingrédients Préparer les ingrédients Réaliser les étapes une par une Instructions de cuisson nombre de problèmes par session pré Post 1 m 3 m 6 m

27

28 Goal Management Training: rôle de facteurs exogènes (Manly et al., Neuropsychologia, 2002) Effet de signaux d alerte survenant de façon périodique et aléatoire durant la réalisation d une tâche Les signaux doivent rappeler au sujet l objectif principal de la tâche 10 patients TC (surtout sévères) en phase chronique vs. 10 contrôles

29 Correction de prospectus Tri de badges de conférenciers Recherche de numéros de téléphone Ouverture et fermeture de portes de garage à certains moments spécifiques Tri d une collecte de charité Classement de factures de clients Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation Tâche de l hotel (Manly, Robertson et al adaptation du test des 6 éléments

30 Effet d alertes auditives périodiques sur la réalisation d une tâche complexe proche du test des 6 éléments Manly et al. (2002) Neuropsychologia 40,

31 period. The effect size of this difference, f 2 =.163, is smallmedium. This also held true of the composite score analysis, the AVOVA with the composite score, the significant advantage Enseignement National for cued DES days de remained, Médecine F(1, Physique 95) = , et de Réadaptation p<.001, with a score of (S.D. et DIU 7.3) de on Rééducation uncued days, and (S.D. 5.61) on Module : Rééducation cued days, Neuropsychologique, where the maximum19 attainable novembre was (see Table 1). The effect size analysis, where f 2 =.208, also denoted a mediumlarge effect (see Fig. 1) Comparison of PM pre- and post-training Repeated measures ANOVA showed that PM performance was significantly better in week 1 than in post-training uncued days, F(1, 95) = , p =.001, with 85% (S.D. 21.8) of calls made in week 1 and 71.2% (S.D. 31.4) over the uncued Fig. 2. Phone call performance as a function of cue status and day of experimental phase composite measure. Fig. 1. Phone call performance as a function of cue status and day of experimental phase proportion measure.

32 Spikman et al. (JINS 2010;16: ): Entraînement «multifacettes» Rééducation de différents aspects des fonctions exécutives: Information et conscience de soi Formulation du but et planification Initiation, exécution et régulation 75 patients randomisés en deux groupes Traitement de 3 mois (20 à 24 séances) Suivi à 6 mois Amélioration significative Épreuves écologiques Comportement Fonctionnement social Pas d amélioration Tâches papier-crayon traditionnelles Qualité de vie

33 Rééducation de la mémoire de travail

34 Rééducation de l administrateur central de la mémoire de travail Cicerone, Brain Injury, 2002,16, patients traumatisés crâniens légers Groupe rééduqué vs groupe contrôle Rééducation Tâches de n-back, 3 niveau de complexité 1h/semaine, 11 à 27 semaines Résultats Pas d effet sur la vitesse de traitement (TMT) Amélioration des tests d attention et de mémoire de travail Plus marquée que dans le groupe contrôle Diminution des plaintes en vie quotidienne

35 Rééducation cognitive hiérarchisée des composantes de la mémoire de travail (Vallat et al., 2005; 2007; Vallat-Azouvi et al., 2009) Deux patients TC sévères Difficultés de retour au travail 30 et 36 mois après l AVP Réentraînement spécifique de l administrateur central et des systèmes esclaves Deux séances par semaine Pendant 8 (P1) or 6 (P2) mois P1 P sec 10 sec 20 sec 0 5 sec 10 sec 20 sec

36 Rééducation cognitive hiérarchisée des composantes de la mémoire de travail (Vallat et al., 2005; 2007; Vallat-Azouvi et al., 2009) Généralisation dans la vie quotidienne Questionnaire des plaines de MdT (Vallat et al., 2005) baseline 1 baseline 2 post-therapy follow-up P1 P2 Echelle d évaluation du comportement attentionnel (Ponsford & Kinsella, 1991)

37 Stratégies de compensation

38 Time pressure management (Fasotti et al., 2000) Compenser le ralentissement cognitif Basé sur l analyse des tâches de Michon décrivant le niveau de prise de décision dans des tâches cognitives complexes Dans des tâches comportant une contrainte temporelle, la prise de décision peut être déplacée à des niveaux ou ces contraintes sont moins présentes Prise de décision avant l exécution ou pendant des moments offrant plus de marge de manœuvre

39 Time pressure management (Fasotti et al., 2000) Application sur des tâches concrètes (cuisine, ) Identifier la contrainte de temps Anticiper / prévenir la contrainte Préparer des programmes permettant de gérer la contrainte le cas échéant Surveiller le déroulement du programme 22 patients TC sévères, randomisés en deux groupes: TPM ou entraînement de la concentration Amélioration plus grande dans le groupe TPM sur une tâche de prise d information Généralisation à certains aspects de la vie quotidienne

40 Time-pressure management (Fasotti et al., 2000; Winckens et al., 2009) La mise en place de la thérapie nécessite: Une bonne conscience du trouble Une bonne capacité d identification et d anticipation des situations comportant une forte pression temporelle une compréhension de l utilité de la méthode dans des circonstances nouvelles ou difficiles Une bonne motivation Une adaptation de la méthode aux capacités individuelles du patient

41 Une étude randomisée du TPM: Winkens et al., 2009, Arch Phys Med Rehabi 90: Étude randomisée contrôlée multicentrique, n=37 (20 dans le groupe traité) AVC>3 mois, ralentissement cognitif 10h de traitement sur le TPM vs soins habituels Évaluation en aveugle à la fin puis 3 mois après le traitement Les deux groupes ont montré une diminution des plaintes liées à la lenteur Seul le groupe TPM a montré une amélioration de la vitesse sur des tâches de vie quotidienne

42 Régulation comportementale, anosognosie Alderman et al. (1995): étude de cas Principe: auto-régulation pour remplacer un schéma comportemental par un autre plus adapté Travail de la prise de conscience Renforcement positif ou surtout négatif (time-out, response cost) Medd & Tate (2000) étude de groupe (n=16) Gestion de la colère Feed-back et auto-instruction Amélioration significative Sans amélioration de l anosognosie Onsworth et al. (2000) étude de groupe (n=21) Travail spécifique de la prise de conscience Résultats bénéfiques

43 L approche holistique Ben Yishay, Prigatano: «milieu thérapeutique» Développement de la conscience de soi et de l acceptation de soi Groupe de discussion entre patients et thérapeutes: renforcement social (valorisation par le groupe de la conscience de soi) Modelage (observation des progrès des autres)

44 Cicerone et al. (2000;2005; 2011): rééducation cognitive fondée sur la preuve Attention Fonctions exécutives < /3 14/ /1 9/ /2 19/3 Nombre d études publiées (et de niveau I) selon la période considérée

45 Rohling et al. (2008) ré-analyse quantitative (métaanalyse) de la revue qualitative de Cicerone et al. Domaine: attention-fonctions exécutives: 14 études Importance de comparer le groupe traité à un groupe contrôle car ce dernier s améliore également (Effect-size: 0.39) Moyenne de la différence entre groupe traité et groupe contrôle: ES=0.27 (IC 95%: )

46 Kennedy et al. (2008): méta-analyse de la rééducation des stratégies de résolution de problèmes 15 études publiées < études de niveau I Pas d effet significatif sur les déficiences par comparaison aux contrôles Effet significatif sur activité / participation Effect-size (ES) groupe expérimental: / ES groupe contrôle: / Différence significative

47 Traitements pharmacologiques Aucune AMM dans cette indication Absence de evidence-based guidelines (Warden et al., J Neurotrauma, 2006, 10, )

48 Étude randomisée en double aveugle contre placebo en cross-over Dose unique (2.5 mg) de Bromocriptine, 24 TC sévères

49 Effet de la bromocriptine sur la motivation Powell et al., JNNP 1996,60, cognition Humeur N=11 (TC ou HAS), délai: 2 mois-5 ans

50 Effet du Methylphenidate (Ritaline) Kim & Kim (Clin Rehabil 2006;20, 24-30) Étude randomisée en double aveugle vs. placebo d une dose unique (n=18 TC chroniques) Amélioration significative Mémoire de travail Attention visuo-spatiale

51 Effet du Methylphenidate (Ritaline) Whyte et al.: 2 études (Am J Phys Med Rehabil, 1997;2004) Randomisation, double aveugle vs. placebo, cross-over n=19 et 34 Amélioration significative Vitesse de traitement 2 échelles de vie quotidienne Comportement attentionnel dans une tâche écologique Effect-size: petit à moyen Pas d effet sur Distractibilité Attention soutenue Attention divisée Vitesse motrice

52 Willmott & Ponsford, J. Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2009;80; Étude randomisée contrôlée en cross-over et double aveugle vs placebo à la phase précoce 40 patients TC modérés à sévères Délai moyen depuis le TC: 68j 0,3mg/kg x 2 /j Methylphenidate vs placebo durant 2 semaines Amélioration significative de la vitesse de traitement de l information sans modification de la précision Plus nette chez les patients les plus sévères

53 Conclusion La question aujourd hui n est plus de savoir si la rééducation cognitive est efficace Les questions qui se posent Quelle durée, quelle intensité? Quand arrêter? Potentialisation pharmacologique? Quels professionnels, quelle formation? Quelle filière de soins? Effet de la prise en charge médico-sociale?

54 Merci pour votre attention

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Fonctions Exécutives

Fonctions Exécutives Remédiation Cognitive des Fonctions Exécutives Stéphanie de Bournonville, psychologue spécialisée en neuropsychologie, Fondation Vallée Stéphanie Iannuzzi, psychologue spécialisée en neuropsychologie,

Plus en détail

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine

Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Programme de Réadaptation en Hôpital de Jour pour patients cérébrolésés Projet d évaluation Résultats préliminaires sur l activité cuisine Pascale Pradat-Diehl Frederique Poncet APHP- GH Pitié-Salpêtrière-

Plus en détail

08/12/2014. Introduction. Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation. Modèles de traitement de l information (1)

08/12/2014. Introduction. Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation. Modèles de traitement de l information (1) Introduction Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation Philippe Azouvi AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches, EA 4047, Université de Versailles Saint Quentin L attention est un pré-requis

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas Alexia FEUILLET Psychologue spécialisée en neuropsychologie Service de neuropsychologie CRRF Sainte Barbe 4 rue d Artois 62740

Plus en détail

Evaluation clinique des fonctions exécutives

Evaluation clinique des fonctions exécutives Evaluation clinique des fonctions exécutives SIMION Audrey Psychologue-Neuropsychologue, Service de Médecine Physique et de Réadaptation UEROS CHU Pellegrin Evaluation des fonctions exécutives Pas un score

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire

PRO. www.editions-creasoft.com www.scientificbraintrainingpro.fr. Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives. Mémoire PRESCO 40 Programme de REéducation et de Stimulation COgnitives Un programme issu de Scientific Brain Training PRO TM LANGAGE et VOCABULAIRE Langage et raisonnement Nouvelle Edition Augmentée 40 exercices

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

Autisme et Qualité de vie. «Petit enfant deviendra grand»

Autisme et Qualité de vie. «Petit enfant deviendra grand» Autisme et Qualité de vie «Petit enfant deviendra grand» Atelier animé par Jessica Huin, maman d Aymeric et Marie-Hélène Bouchez, psychologue à la Fondation SUSA Qu allons-nous partager avec vous? Deux

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

Assistant administratif et comptable niveau 4

Assistant administratif et comptable niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Assistant administratif et comptable niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Assistant administratif et comptable niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS APPROCHE NEUROSPYCHOLOGIQUE

PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS APPROCHE NEUROSPYCHOLOGIQUE PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS APPROCHE NEUROSPYCHOLOGIQUE Claire Vallat-Azouvi Antenne UEROS - SAMSAH92-UGECAMIDF Hôpital R. Poincaré, Garches Avril 2013 Importance

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

SYNDROME DE KORSAKOFF

SYNDROME DE KORSAKOFF SYNDROME DE KORSAKOFF Carol AUBIER-GIRARD REMERCIEMENTS A Helene BEAUNIEUX Anne Lise PITEL Francis Eustache Et toute l équipe de l unité de recherche U923 de Caen ETUDE DE CAS MR D Homme de 58 ans droitier

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1

Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1 Martin Lavallière 1, 2, M. Tremblay 3, 4, M. Simoneau 1, and N.Teasdale 1 1 Département de kinésiologie, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Qc, Canada. 2 Massachusetts Institute of Technology

Plus en détail

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes sociaux Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie CHRU de Lille La psychothérapie réduit la récidive Seule ou associée à un antidépresseur est recommandée

Plus en détail

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle. A. Schnitzler [Garches-92]

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle. A. Schnitzler [Garches-92] Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle A. Schnitzler [Garches-92] Problématique Reprise du travail et lésion encéphalique AVC : 10 à 70% [1] TC

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Compensation informatique et troubles des apprentissages

Compensation informatique et troubles des apprentissages Compensation informatique et troubles des apprentissages Pourquoi? Libérer les ressources de l enfant afin de le rendre disponible pour acquérir de nouvelles connaissances, les restituer, raisonner, argumenter

Plus en détail

Le réentrainement attentionnel

Le réentrainement attentionnel Le réentrainement attentionnel Une nouvelle méthode pour réduire les troubles émotionnels Alexandre Heeren a, b a Groupe de recherche en Psychopathologie et Neurosciences, Université catholique de Louvain

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Evaluation des aptitudes à la conduite automobile de traumatisés crâniens : approche cognitive et neuropsychologique

Evaluation des aptitudes à la conduite automobile de traumatisés crâniens : approche cognitive et neuropsychologique Evaluation des aptitudes à la conduite automobile de traumatisés crâniens : approche cognitive et neuropsychologique Prévost C., Milleville, I., Hoc, J-M., Charron, C., Mathé, J-F., & Pothier, J. Le 6

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

Thierry BELLET INRETS-LESCOT

Thierry BELLET INRETS-LESCOT Modélisation et simulation cognitive du conducteur automobile : De l analyse des représentations mentales à la simulation dynamique de la prise de décision Thierry BELLET INRETS-LESCOT Le programme COSMODRIVE

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

THEME : la méthode des 5 S

THEME : la méthode des 5 S La compétitivité par l amélioration continue THEME : la méthode des 5 S Entreprise Marie, 2 février 2010 Au programme: - Le 5 S, qu est ce que c est? - Pourquoi le pratiquer? - Qui est concerné? - Où le

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Rééducation et Réadaptation après anoxie cérébrale

Rééducation et Réadaptation après anoxie cérébrale Rééducation et Réadaptation après anoxie cérébrale Pascale Pradat-Diehl Assistance Publique des Hôpitaux de Paris Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Université Pierre et Marie Curie ER 06 pascale.pradat@psl.aphp.fr

Plus en détail

Licence 3 UE 36. L apprentissage des habiletés motrices. Partie 2 Les effets de la pratique (suite)

Licence 3 UE 36. L apprentissage des habiletés motrices. Partie 2 Les effets de la pratique (suite) Licence 3 UE 36 L apprentissage des habiletés motrices Bernard Thon UFR.STAPS Université Paul Sabatier Toulouse Partie 2 Les effets de la pratique (suite) Evolution de la détection des erreurs Schmidt

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

Information sur le sujet. Tests-assignés

Information sur le sujet. Tests-assignés BRIEF - Sommaire Adulte Inventaire de comportements reliés aux fonctions exécutives Robert M. Roth, Ph.D., Peter K. Isquith, Ph.D., and Gerard A. Gioia, Ph.D. Adaptation et traduction française, Institut

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE IPAD AU SERVICE DE L ENTRAÎNEUR Par Sports Tech Coaching

LA TECHNOLOGIE IPAD AU SERVICE DE L ENTRAÎNEUR Par Sports Tech Coaching LA TECHNOLOGIE IPAD AU SERVICE DE L ENTRAÎNEUR Par Sports Tech Coaching Le texte qui suit est basé sur les résultats de 6 études scientifiques portant sur l apprentissage des habiletés motrices en contexte

Plus en détail

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels.

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels. \ Démarches dia2llostigues des syndromes Démentiels. Introduction: Les démences constituent un problème de santé publique préoccupant du fait du retentissement majeur des maladies sur la santé des individus

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Institut Universitaire de Psychothérapie L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Yves de Roten Marvel et al. (1999) JAMA 281(3) 283-287 Communication centrée sur le patient 315 patients

Plus en détail

CQPP Encadrement d équipe

CQPP Encadrement d équipe CQPP Encadrement d équipe OBJECTIFS ET PROGRAMME ASSOCIES (23 jours) COMPETENCE 1 (2 jours) Spécifique Organiser la production sur son périmètre d activité PROGRAMME : Contenu à finaliser (JCA) module

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005.

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005. Déficits d attention avec ou sans impulsivité et/ou hyperactivité. Syndromes dysexécutifs. Conseils aux enseignants et rééducateurs. Dr Alain POUHET. Médecin de Rééducation. Référence : Michèle MAZEAU

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Mme M. LASTECOUERES, coord. Réseau

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Analyse et Interprétation du WISC IV

Analyse et Interprétation du WISC IV Analyse et Interprétation du WISC IV Les Indices du WISC IV ICV Habilités verbales Intelligence Culture générale, Riche en contenu Dépendante de la culture Fondée sur l expérience IRP Intelligence Cristallisée

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS TROUBLES D ATTENTION L attention, un concept hétérogène Attention spatiale Attention générale (non spatiale) Soutenue Réaction d alerte Attention

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet 1. Résultats du training > Maîtrise de solutions s pour réduire le cycle de développement de nouveaux projets et en augmenter les performances. > Acquisition des compétences indispensables

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

CREODEV technical auditors of international projects training session 2013

CREODEV technical auditors of international projects training session 2013 CREODEV technical auditors of international projects training session 2013 Qu est ce qu un audit de projet CREODEV? AUDIT : Donner une opinion sur le résultat atteint suite à la mise en œuvre d un projet.

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

Evaluation neuropsychologique dans la Sclérose en plaques

Evaluation neuropsychologique dans la Sclérose en plaques Evaluation neuropsychologique dans la Sclérose en plaques Céline CHANIAL Neuropsychologue Service de Neurologie CHU Saint Etienne chanial.celine@gmail.com BCcogSEP Batterie Courte d évaluation des fonctions

Plus en détail