Rééducation de l attention et des fonctions exécutives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rééducation de l attention et des fonctions exécutives"

Transcription

1 Rééducation de l attention et des fonctions exécutives Philippe Azouvi Médecine Physique et de Réadaptation AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches EA HANDIReSP, Université de Versailles-Saint Quentin

2 Rééducation de l attention

3 Préalable: tenir compte des facteurs aggravants Sommeil? Fatigue? Traitement médicamenteux? Eléments psychologiques ou psychiatriques?

4 Premières études Approche globale au moyen de protocoles travaillant de façon systématique les différents processus attentionnels

5 Ponsford & Kinsella (1988) Cas uniques, groupe contrôle Méthodologie rigoureuse Condition de non entraînement, réentraînement avec outil informatique, réentraînement plus feedback, condition de non entraînement Mesures de TRC, transcodage de symboles, barrage de lettres, échelle de comportement attentionnel, Amélioration individuelle mais sans relation avec le traitement

6 Sohlberg et Mateer (1987): Attention Process Training (APT) APT: traitement informatisé hiérarchique multiniveaux: Attention soutenue, sélective, alternée et divisée Réentraînement : tâches de TRS, TRC, épreuves d attention «alternée» avec exercices d arithmétique et d attention divisée, Etudes de quatre cas uniques Mesures : PASAT, test de relation spatiale Amélioration spécifique

7 Reducing Attention Deficits After Stroke Using Attention Process Training: A Randomized Controlled Trial Barker-Collo et al., Stroke. 2009;40: patients randomisés en deux groupes Soins «standard» seul ou plus APT (n=38) APT: 1h/j, 4 semaines (moy=13.5h, SD=9.44) Évaluation aveugle à 5 semaines et 6 mois Amélioration significativement plus importante aux deux évaluations du groupe expérimental sur le critère principal («Integrated Visual Auditory Continuous Performance Test Full-Scale Attention Quotient» IVA-CPT FSAQ) (p< 0.01) Réponse au nombre 1 (visuel ou auditif) mais pas au nombre 2 Tendance à un effet sur le Cognitive Failure Questionnaire (p=0.07) Pas d amélioration des autres mesures d attention ou de QDV

8 Etudes «non spécifiques»: conclusions Certaines études montrent des effets favorables mais limités à certaines mesures psychométriques Aucunes ne démontrent une généralisation aux situations de vie quotidienne Amélioration : conséquence de l apprentissage d une stratégie permettant la régulation de l attention et du niveau d éveil cortical

9 Rééducation spécifique Sturm et al. (1997) Des déficits spécifiques nécessitent un traitement spécifique Programme de réentraînement sur ordinateur Alerte : conduite de voiture Vigilance : surveillance d un écran radar, Attention sélective : ball trap ou safari photo Attention divisée : simulateur de vol avec surveillance multiple Patients vasculaires avec au moins 2 atteintes des modalités attentionnelles

10 Sturm et al., 97 : méthodologie Thérapie pendant 14 semaines d un domaine, évaluation, rééducation du second domaine, évaluation post-thérapie

11 Sturm et al., 97 : résultats Amélioration spécifique au niveau de l intensité Sélectivité : diminution du nombre d erreur par la rééducation spécifique

12 Sturm et al., Neuropsychological Rehabilitation, 1997, 7:81-103

13 Rééducation expérimentale de l attention divisée 12 patients TC sévères en phase subaiguë Deux phases successives de 6 semaines A: rééducation non spécifique (ligne de base) B: rééducation spécifique 18 séances d une heure Deux groupes randomisés: AB BA (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

14 Tâches utilisées en rééducation Exercices réalisés d abord en tâche unique puis en tâche double Utilisant des modalités différentes Augmentation progressive du niveau de difficulté selon les progrès du patient (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

15 Subtest attention divisée (TAP, Zimmermann & Fimm, 1995) (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

16 Echelle d évaluation du comportement attentionnel (Ponsford & Kinsella, 1991) question «attention divisée» (Couillet et al., Neuropsychological Rehabilitation, 2010, 20: )

17 Rééducation de l attention Un réentraînement spécifique semble efficace sur le domaine attentionnel travaillé Avec une possible généralisation dans la vie quotidienne Nécessité d études supplémentaires

18 Rééducation des fonctions exécutives

19 Approches restauratives: premiers travaux Luria, 1963; Luria & Tsvetkova, 1967; Derouesné, Seron & Lhermitte, 1975 Guidance externe pour remplacer l absence de schémas auto-générés Pré-organisation et segmentation de l activité Estompage progressif de la régulation externe Médiation verbale: rôle du «langage interne» pour la formulation d un plan de solution à un problème la régulation du comportement pendant l exécution Généralisation?

20 Problem Solving Training (PST) (von Cramon, Matthes-von Cramon & Mai, 1991; von Cramon & Matthes-von Cramon, 1992; 1995) Décomposer un problème complexe en sous-étapes simples Entraînement spécifique des différentes étapes Identification et analyse du problème Distinguer les informations pertinentes et non pertinentes Reconnaître et combiner les relations entre les informations Génération d hypothèses Utiliser différentes stratégies pour proposer des solutions Monitoring et évaluation des solutions Aide du thérapeute: Indiçage saturé Indices visuels (dessins, schémas...) ou auditifs (questions, informations, suggestions ) D abord généraux puis de plus en plus spécifiques si nécessaire

21 Von Cramon et al. (1991) Comparaison de deux groupes PST (n=20) Memory training (MT, n=17) Amélioration supérieure du groupe PST Tâches de résolution de problème (Tour de Hanoi) Tests de raisonnement et de catégorisation Questionnaire de comportement en vie quotidienne

22 Études de cas ayant utilisé ce type de stratégie Von Cramon & Matthes-von Cramon (1995) «retour au travail avec un syndrome dysexécutif chronique?» Jeune médecin, TC sévère Rééducation intégrée sur l activité professionnelle Travail de la médiation verbale Après 30 semaines de rééducation Taux de diagnostic correct proche de 100% Nouveaux schémas de base acquis, appliqués systématiquement Limites: pas de transfert sur des problèmes différents

23 Goal Management Training (GMT) Robertson, 1996; Levine et al., 2000 Modèle du «goal neglect» (Duncan, 1986) Absence de prise en compte de certains objectifs et sous-objectifs pendant la réalisation de tâches complexes «oubli» du but recherché, menant à des comportements non adaptés par rapport à l objectif initial Surtout en cas de compétition entre buts

24 Etape 1 Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation STOP! Que suis-je en train de faire? Etape 2 DEFINIR l objectif principal Etape 3 Etape 4 LISTER A B. C. Apprendre Je le fais! les étapes (sous-objectifs) les étapes (Est-ce que je connais les étapes?) Non Oui Etape 5 Oui Vérifier Non Suis-je en train de faire ce qui était prévu? Levine et al. (2000), JINS, 6,

25 Goal Management Training (GMT) Levine et al., JINS (2000), 6, Étude 1: deux groupes randomisés de 15 patients TC GMT vs. motor skill training (MST) Une session unique (environ 1h) Tâches papier-crayon «écologiques» Lectures d épreuves en détectant diverses cibles Classement de personnes selon différents critères d age et de sexe Organisation d une salle de réunion comprenant des personnes appartenant à 5 entreprises différentes

26 Goal Management Training (GMT) Levine et al., JINS (2000), 6, Étude 2: étude de cas 5 mois après une méningo-encéphalite Application à une situation de cuisine Deux sessions d entraînement tâchespécifique Mettre le four à température Rassembler les ingrédients Préparer les ingrédients Réaliser les étapes une par une Instructions de cuisson nombre de problèmes par session pré Post 1 m 3 m 6 m

27

28 Goal Management Training: rôle de facteurs exogènes (Manly et al., Neuropsychologia, 2002) Effet de signaux d alerte survenant de façon périodique et aléatoire durant la réalisation d une tâche Les signaux doivent rappeler au sujet l objectif principal de la tâche 10 patients TC (surtout sévères) en phase chronique vs. 10 contrôles

29 Correction de prospectus Tri de badges de conférenciers Recherche de numéros de téléphone Ouverture et fermeture de portes de garage à certains moments spécifiques Tri d une collecte de charité Classement de factures de clients Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation Tâche de l hotel (Manly, Robertson et al adaptation du test des 6 éléments

30 Effet d alertes auditives périodiques sur la réalisation d une tâche complexe proche du test des 6 éléments Manly et al. (2002) Neuropsychologia 40,

31 period. The effect size of this difference, f 2 =.163, is smallmedium. This also held true of the composite score analysis, the AVOVA with the composite score, the significant advantage Enseignement National for cued DES days de remained, Médecine F(1, Physique 95) = , et de Réadaptation p<.001, with a score of (S.D. et DIU 7.3) de on Rééducation uncued days, and (S.D. 5.61) on Module : Rééducation cued days, Neuropsychologique, where the maximum19 attainable novembre was (see Table 1). The effect size analysis, where f 2 =.208, also denoted a mediumlarge effect (see Fig. 1) Comparison of PM pre- and post-training Repeated measures ANOVA showed that PM performance was significantly better in week 1 than in post-training uncued days, F(1, 95) = , p =.001, with 85% (S.D. 21.8) of calls made in week 1 and 71.2% (S.D. 31.4) over the uncued Fig. 2. Phone call performance as a function of cue status and day of experimental phase composite measure. Fig. 1. Phone call performance as a function of cue status and day of experimental phase proportion measure.

32 Spikman et al. (JINS 2010;16: ): Entraînement «multifacettes» Rééducation de différents aspects des fonctions exécutives: Information et conscience de soi Formulation du but et planification Initiation, exécution et régulation 75 patients randomisés en deux groupes Traitement de 3 mois (20 à 24 séances) Suivi à 6 mois Amélioration significative Épreuves écologiques Comportement Fonctionnement social Pas d amélioration Tâches papier-crayon traditionnelles Qualité de vie

33 Rééducation de la mémoire de travail

34 Rééducation de l administrateur central de la mémoire de travail Cicerone, Brain Injury, 2002,16, patients traumatisés crâniens légers Groupe rééduqué vs groupe contrôle Rééducation Tâches de n-back, 3 niveau de complexité 1h/semaine, 11 à 27 semaines Résultats Pas d effet sur la vitesse de traitement (TMT) Amélioration des tests d attention et de mémoire de travail Plus marquée que dans le groupe contrôle Diminution des plaintes en vie quotidienne

35 Rééducation cognitive hiérarchisée des composantes de la mémoire de travail (Vallat et al., 2005; 2007; Vallat-Azouvi et al., 2009) Deux patients TC sévères Difficultés de retour au travail 30 et 36 mois après l AVP Réentraînement spécifique de l administrateur central et des systèmes esclaves Deux séances par semaine Pendant 8 (P1) or 6 (P2) mois P1 P sec 10 sec 20 sec 0 5 sec 10 sec 20 sec

36 Rééducation cognitive hiérarchisée des composantes de la mémoire de travail (Vallat et al., 2005; 2007; Vallat-Azouvi et al., 2009) Généralisation dans la vie quotidienne Questionnaire des plaines de MdT (Vallat et al., 2005) baseline 1 baseline 2 post-therapy follow-up P1 P2 Echelle d évaluation du comportement attentionnel (Ponsford & Kinsella, 1991)

37 Stratégies de compensation

38 Time pressure management (Fasotti et al., 2000) Compenser le ralentissement cognitif Basé sur l analyse des tâches de Michon décrivant le niveau de prise de décision dans des tâches cognitives complexes Dans des tâches comportant une contrainte temporelle, la prise de décision peut être déplacée à des niveaux ou ces contraintes sont moins présentes Prise de décision avant l exécution ou pendant des moments offrant plus de marge de manœuvre

39 Time pressure management (Fasotti et al., 2000) Application sur des tâches concrètes (cuisine, ) Identifier la contrainte de temps Anticiper / prévenir la contrainte Préparer des programmes permettant de gérer la contrainte le cas échéant Surveiller le déroulement du programme 22 patients TC sévères, randomisés en deux groupes: TPM ou entraînement de la concentration Amélioration plus grande dans le groupe TPM sur une tâche de prise d information Généralisation à certains aspects de la vie quotidienne

40 Time-pressure management (Fasotti et al., 2000; Winckens et al., 2009) La mise en place de la thérapie nécessite: Une bonne conscience du trouble Une bonne capacité d identification et d anticipation des situations comportant une forte pression temporelle une compréhension de l utilité de la méthode dans des circonstances nouvelles ou difficiles Une bonne motivation Une adaptation de la méthode aux capacités individuelles du patient

41 Une étude randomisée du TPM: Winkens et al., 2009, Arch Phys Med Rehabi 90: Étude randomisée contrôlée multicentrique, n=37 (20 dans le groupe traité) AVC>3 mois, ralentissement cognitif 10h de traitement sur le TPM vs soins habituels Évaluation en aveugle à la fin puis 3 mois après le traitement Les deux groupes ont montré une diminution des plaintes liées à la lenteur Seul le groupe TPM a montré une amélioration de la vitesse sur des tâches de vie quotidienne

42 Régulation comportementale, anosognosie Alderman et al. (1995): étude de cas Principe: auto-régulation pour remplacer un schéma comportemental par un autre plus adapté Travail de la prise de conscience Renforcement positif ou surtout négatif (time-out, response cost) Medd & Tate (2000) étude de groupe (n=16) Gestion de la colère Feed-back et auto-instruction Amélioration significative Sans amélioration de l anosognosie Onsworth et al. (2000) étude de groupe (n=21) Travail spécifique de la prise de conscience Résultats bénéfiques

43 L approche holistique Ben Yishay, Prigatano: «milieu thérapeutique» Développement de la conscience de soi et de l acceptation de soi Groupe de discussion entre patients et thérapeutes: renforcement social (valorisation par le groupe de la conscience de soi) Modelage (observation des progrès des autres)

44 Cicerone et al. (2000;2005; 2011): rééducation cognitive fondée sur la preuve Attention Fonctions exécutives < /3 14/ /1 9/ /2 19/3 Nombre d études publiées (et de niveau I) selon la période considérée

45 Rohling et al. (2008) ré-analyse quantitative (métaanalyse) de la revue qualitative de Cicerone et al. Domaine: attention-fonctions exécutives: 14 études Importance de comparer le groupe traité à un groupe contrôle car ce dernier s améliore également (Effect-size: 0.39) Moyenne de la différence entre groupe traité et groupe contrôle: ES=0.27 (IC 95%: )

46 Kennedy et al. (2008): méta-analyse de la rééducation des stratégies de résolution de problèmes 15 études publiées < études de niveau I Pas d effet significatif sur les déficiences par comparaison aux contrôles Effet significatif sur activité / participation Effect-size (ES) groupe expérimental: / ES groupe contrôle: / Différence significative

47 Traitements pharmacologiques Aucune AMM dans cette indication Absence de evidence-based guidelines (Warden et al., J Neurotrauma, 2006, 10, )

48 Étude randomisée en double aveugle contre placebo en cross-over Dose unique (2.5 mg) de Bromocriptine, 24 TC sévères

49 Effet de la bromocriptine sur la motivation Powell et al., JNNP 1996,60, cognition Humeur N=11 (TC ou HAS), délai: 2 mois-5 ans

50 Effet du Methylphenidate (Ritaline) Kim & Kim (Clin Rehabil 2006;20, 24-30) Étude randomisée en double aveugle vs. placebo d une dose unique (n=18 TC chroniques) Amélioration significative Mémoire de travail Attention visuo-spatiale

51 Effet du Methylphenidate (Ritaline) Whyte et al.: 2 études (Am J Phys Med Rehabil, 1997;2004) Randomisation, double aveugle vs. placebo, cross-over n=19 et 34 Amélioration significative Vitesse de traitement 2 échelles de vie quotidienne Comportement attentionnel dans une tâche écologique Effect-size: petit à moyen Pas d effet sur Distractibilité Attention soutenue Attention divisée Vitesse motrice

52 Willmott & Ponsford, J. Neurol. Neurosurg. Psychiatry 2009;80; Étude randomisée contrôlée en cross-over et double aveugle vs placebo à la phase précoce 40 patients TC modérés à sévères Délai moyen depuis le TC: 68j 0,3mg/kg x 2 /j Methylphenidate vs placebo durant 2 semaines Amélioration significative de la vitesse de traitement de l information sans modification de la précision Plus nette chez les patients les plus sévères

53 Conclusion La question aujourd hui n est plus de savoir si la rééducation cognitive est efficace Les questions qui se posent Quelle durée, quelle intensité? Quand arrêter? Potentialisation pharmacologique? Quels professionnels, quelle formation? Quelle filière de soins? Effet de la prise en charge médico-sociale?

54 Merci pour votre attention

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation

Importance de la rééducation des fonctions exécutives. Rééducation du syndrome dysexécutif. Différentes stratégies de rééducation Rééducation du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR Hopital R Poincaré, Garches Importance de la rééducation des fonctions exécutives Conséquences graves des déficits exécutifs dans la vie

Plus en détail

08/12/2014. Introduction. Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation. Modèles de traitement de l information (1)

08/12/2014. Introduction. Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation. Modèles de traitement de l information (1) Introduction Neuropsychologie de l attention: évaluation et rééducation Philippe Azouvi AP-HP, Hôpital Raymond Poincaré, Garches, EA 4047, Université de Versailles Saint Quentin L attention est un pré-requis

Plus en détail

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas

La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas La réhabilitation neuropsychologique: principes généraux et études de cas Alexia FEUILLET Psychologue spécialisée en neuropsychologie Service de neuropsychologie CRRF Sainte Barbe 4 rue d Artois 62740

Plus en détail

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS

LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS LES TROUBLES DE MÉMOIRE ET D ATTENTION DES TRAUMATISÉS CRÂNIENS TROUBLES D ATTENTION L attention, un concept hétérogène Attention spatiale Attention générale (non spatiale) Soutenue Réaction d alerte Attention

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j

MIYAKE (2000 ( ) inhibition flexibilité iibilité mise à j mise à our j Évaluation et rééducation du syndrome dysexécutif en ergothérapie Taillefer C Picq C, Chevignard M, Pradat-Diehl P Service de MPR ; secteur d ergothérapie Hôpital de la Salpêtrière Paris. Fonctions exécutives

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «L adulte après traumatisme crânien grave» GROUPE SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46

Table des matières. Relation entre le syndrome d'apnées du sommeil et les maladies. But de l'étude, hypothèses de recherche et objectifs 46 Table des matières SOMMAIRE LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS REMERCIEMENTS ii vii ix xi INTRODUCTION 1 CONTEXTE THÉORIQUE 5 Le système vasculaire cérébral 6 L'ischémie cérébrale transitoire 9

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie

Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Software technologies for integration of process and data in medical imaging Ontologie des instruments pour le partage du résultat d'explorations cognitives et comportementales en neuroimagerie Bénédicte

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue?

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? fournissent une approche systématique, factuelle et globale pour évaluer le fonctionnement cognitif et émotionnel d une personne, en plus

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique

Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique Supplément du BDK 24 : Aide à la recherche bibliographique 1- Introduction 2- Les différentes études 3- Les bases de données 4- Comment chercher un article 5- Lecture critique d article Rédaction : Antoine

Plus en détail

Développement d un protocole d entraînement à la conduite automobile

Développement d un protocole d entraînement à la conduite automobile Développement d un protocole d entraînement à la conduite automobile Mélanie Couture, erg 1, 2 Claude Vincent, PhD. erg 2 Isabelle Gélinas, PhD. erg 3 1 Institut de réadaptation en déficience physique

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON

FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON DYSPRAXIES / TAC FORMATION 03/04/2014 CONSEIL GENERAL DIJON Diaporama réalisé par Julie LAPREVOTTE, ergothérapeute - D.U. en Neuropsychologie - Certificat Post Grade en Intégration Sensorielle - D.U. PATA

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen

iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen iceps 2015 Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Joel Swendsen, Ph.D. CNRS 5287 CNRS / Université de Bordeaux / EPHE Sorbonne Objectifs de la Présentation Tapez

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE 1 EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE Etude prospective effectuée sur 200 patientes et patients consécutivement traités pour des troubles divers de la fonction périnéo-sphinctérienne.

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Emilie LEBLONG, Anne-Cécile BARRE, Aleth PERDRIGER, Isabelle BONAN

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille

Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer. Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille Les dys à haut potentiel : reconnaître, comprendre, expliquer Michel Habib, Neurologue CHU Timone, Marseille We may usefully think of the language faculty, the number faculty, and others, as "mental organs,"

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Pour une mobilité sure et durable des

Pour une mobilité sure et durable des Safe Move For older drivers Pour une mobilité sure et durable des conducteurs âgés Claude Marin-Lamellet IFSTTAR-TS2-LESCOT 2 Partenaires Projet miroir en Suède Financeurs 3 Personnes impliquées IFSTTAR

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Vertiges et étourdissements :

Vertiges et étourdissements : : comment être à la hauteur? Anthony Zeitouni, MD, FRCSC Présenté à la 71 e édition du Programme scientifique de l Association des médecins de langue française du Canada. Est-ce bien des vertiges? Il n

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008

Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traitement médical de l incontinence SIFUD PP FMC 11 01 2008 Traiter un symptôme Position du problème Ampleur de la plainte Histoire naturelle Mode de prise en charge actuelle Règles hygiéniques Rééducation

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

Appréciation des prérequis pour la conduite automobile

Appréciation des prérequis pour la conduite automobile Outils SAGE Appréciation des prérequis pour la conduite automobile 1. Vision Acuité visuelle diminuée Acuité doit être de 20/50 avec vision corrigée, les 2 yeux ouverts examinés ensemble Champ visuel diminué

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Prise en charge symptomatique de la SEP : principes Focus sur les troubles cognitifs

Prise en charge symptomatique de la SEP : principes Focus sur les troubles cognitifs Prise en charge symptomatique de la SEP : principes Focus sur les troubles cognitifs j.philippe.camdessanche@chu-st-etienne.fr Service de Neurologie Hôpital Nord CHU Saint-Etienne Réseau Rhône-Alpes SEP

Plus en détail

Besoins éducatifs des personnes ayant de l'autisme Apports du programme TEACCH et autres stratégies d'intervention

Besoins éducatifs des personnes ayant de l'autisme Apports du programme TEACCH et autres stratégies d'intervention Besoins éducatifs des personnes ayant de l'autisme Apports du programme TEACCH et autres stratégies d'intervention Eric Willaye Fondation SUSA Université de Mons Conseil Supérieur de la Santé Bruxelles,

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring

Résultats. COMPArative Follow-up Schedule with Home Monitoring Suivi à distance des stimulateurs cardiaques par télécardiologie Première étude prospective randomisée Investigateur principal: COMPAS Pr. Philippe MABO CHU Rennes, Université Rennes I, Unité Inserm 642,

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs

L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs L HYPNOSE MÉDICALE sa pratique, ses objectifs Dr Jean Marc BENHAIEM Responsable du Diplôme Universitaire d Hypnose Médicale Paris Pitié Salpêtrière Centre d'evaluation et de Traitement de la Douleur Hôpital

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses réflexion Gérontechnologies et société Cécile Cridelich Alain Franco z Les gérontechnologies, concept datant des années 1990 allient, gérontologie et technologie z Elles ont un rôle bien défini dans notre

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

Information sur le sujet. Tests-assignés

Information sur le sujet. Tests-assignés BRIEF - Sommaire Adulte Inventaire de comportements reliés aux fonctions exécutives Robert M. Roth, Ph.D., Peter K. Isquith, Ph.D., and Gerard A. Gioia, Ph.D. Adaptation et traduction française, Institut

Plus en détail

La Conduite chez les personnes âgées. D. MARCHAL, Gériatre & G. LEFEBVRE, Psychologue Hôpital LA MUSSE Réunion du 25/01/07 - CMRR Haut- Normandie

La Conduite chez les personnes âgées. D. MARCHAL, Gériatre & G. LEFEBVRE, Psychologue Hôpital LA MUSSE Réunion du 25/01/07 - CMRR Haut- Normandie La Conduite chez les personnes âgées D. MARCHAL, Gériatre & G. LEFEBVRE, Psychologue Hôpital LA MUSSE Réunion du 25/01/07 - CMRR Haut- Normandie La personne âgée et la conduite automobile sont un phénomène

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique

Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique Dr Denis Boiteux ; Yves Prudent ; Guillaume Lefèbvre ; Florence Duprey - Hôpital La Musse La tâche de conduite

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail