Altérations neuropsychologiques chez les patients phénylcétonuriques traités précocement: Revue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Altérations neuropsychologiques chez les patients phénylcétonuriques traités précocement: Revue"

Transcription

1 Anns Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 DOI: / Altérations neuropsychologiques chez les patients phénylcétonuriques traités précocement: Revue Louise H. Crossley Peter J. Anderson Institut de recherche de l enfant Murdoch, et Université de Melbourne, Melbourne, Vic., Australie Mots-clés Phénylcétonurie Cognition Déficits comportementaux Attention Traitement de l information Apprentissage Mémoire Fonctions exécutives Résumé La phénylcétonurie (PCU) est une erreur innée du métabolisme causée par un déficit de l activité de la phénylalanine hydroxylase, induisant une phénylalaninémie élevée et une tyrosinémie faible. Si cette maladie n est pas traitée, elle engendre une neuropathologie sévère associée à des troubles neurocomportementaux. Le dépistage néonatal et la mise en place précoce d un régime alimentaire réduisent significativement ces morbidités. Malgré un fonctionnement intellectuel général relativement bien préservé, un déficit cognitif léger et de faibles troubles comportementaux persistent chez les patients traités. Cet article présente les données sur les altérations du traitement de l information, des fonctions exécutives, de la mémoire et l apprentissage, de la réussite scolaire et du comportement. Il présente également les deux premières théories, le dysfonctionnement préfrontal et les anomalies de la substance blanche, proposées pour expliquer les mécanismes sous-jacents de ces déficits cognitifs et comportementaux observés chez les patients traités. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, la littérature actuelle suggère que les patients phénylcétonuriques traités précocement pourraient présenter des risques de troubles neurocomportementaux légers dans différents do- maines neuropsychologiques. Ces patients doivent donc être examinés régulièrement de façon à pouvoir détecter ces troubles le plus tôt possible et ainsi pouvoir mettre en place des interventions adaptées permettant à ces patients d atteindre leur potentiel optimal. Copyright 2011 Nestec Ltd., Vevey/S. Karger AG, Basel La phénylcétonurie (PCU; OMIM ) est une erreur innée autosomale du métabolisme qui, si elle n est pas traitée, conduit généralement à une neuropathologie sévère [1] et des troubles neurocomportementaux importants [2]. Les patients phénylcétonuriques présentent un déficit de l activité de la phénylalanine hydroxylase induisant des concentrations élevées en phénylalanine (Phe) dans le sang et les tissus [3]. Or, un excès de Phe est neurotoxique, spécialement dans les premières étapes du développement cérébral, expliquant la forte incidence d altérations intellectuelles chez les patients non traités [2]. Le dépistage néonatal et la mise en place précoce d un régime pauvre en Phe réduisent massivement le risque d altération sévère; cependant, les données de la littérature suggèrent que même les patients suivis de façon optimale présentent un déficit cognitif léger et de faibles troubles comportementaux [4 34]. La nature exacte et l étiologie de ces altérations neuropsychologiques restent inexpliquées. L objectif de cet article est de présenter les troubles cognitifs et comportementaux observés pendant l enfance et à l âge adulte chez les patients phényl- Fax Nestec Ltd., Vevey/S. Karger AG, Basel /11/ $38.00/0 Accessible on ligne à: Peter Anderson Victorian Infant Brain Studies (VIBeS) Royal Children s Hospital Flemington Road, Parkville, Vic (Australia) Tel , Fax , mcri.edu.au

2 cétonuriques traités précocement (PCU-TP), et d examiner les mécanismes probables causant ces déficits. La compréhension de ces troubles est importante car ils ont un impact potentiel sur le quotidien et la qualité de vie des individus [35, 36]. I n t e l l i g e n c e G l o b a l e (Q I) La mesure du QI permet habituellement d évaluer de manière assez fiable le fonctionnement cognitif général; cependant, elle n est pas assez sensible pour identifier les déficits cognitifs modérés et les anomalies cérébrales légères [37]. Malgré ces limites, les tests de QI sont toujours utilisés pour l évaluation neuropsychologique. Avant le dépistage néonatal et la mise en place précoce du régime pauvre en Phe, la PCU était associée à une altération intellectuelle grave [38]. De nos jours, les patients traités précocement présentent généralement un fonctionnement intellectuel normal [7, 31, 39 41] mais les scores qu ils obtiennent lors de l évaluation de leur QI sont souvent plus faibles que ceux obtenus par les membres non phénylcétonuriques de leur famille [42, 43] ou par d autres sujets sains [44]. Chez les patients traités, le QI est fortement corrélé avec l âge auquel a débuté le traitement [45], c est pourquoi il est important de commencer ce traitement le premier mois de vie. Le QI est également corrélé à la compliance et à l âge d interruption du traitement. Dans une revue systématique récente et une méta-analyse des essais publiés sur la PCU, Waisbren et al. [46] ont rapporté que chez les patients traités précocement, chaque augmentation, durant la vie de l individu, de 100 M de la phénylalaninémie s accompagne d une diminution du QI de 1,9 4,1. Une relation similaire entre le contrôle métabolique et le QI a été décrite dans une précédente revue systématique [11] : chaque augmentation de 300 M de la phénylalaninémie chez les enfants en âge préscolaire s accompagne d une diminution du QI d environ une demi déviation standard (SD; 7 8 points de QI). De plus, les enfants ayant les meilleurs résultats en termes de QI sont ceux qui ont réussi à maintenir une phénylalaninémie inférieure à 400 M pendant la petite et la moyenne enfance. En ce qui concerne les interruptions de traitement, une étude a montré que les enfants traités précocement et ayant interrompu leur traitement à l âge de 6 ans présentent un plus faible QI à l âge adulte que les adultes qui, lorsqu ils étaient enfants, ont continué à suivre leur régime pauvre en Phe. Capacités cognitives spécifiques De nombreuses recherches en neuropsychologie ont été réalisées chez les patients phénylcétonuriques, et, bien que les études publiées rapportent de nombreuses incapacités cognitives, un plus grand intérêt est porté sur les fonctions exécutives (FE). En effet, les données sur l altération de ces fonctions sont de plus en plus nombreuses, avec notamment des études biochimiques et d imagerie mettant en évidence des anomalies au niveau des régions neuroanatomiques contrôlant les FE. Cependant, des FE altérées ne sont pas retrouvées chez tous les patients PCU-TP et il y a encore débat sur la nature exacte des conséquences neuropsychologiques du traitement précoce de la PCU. Ce qui suit est une revue des études neuropsychologiques qui indiquent que la PCU n est pas associée à une altération sélective des FE, mais qu elle conduit plutôt à un déficit global qui pourrait être lié à des difficultés de traitement de l information. Il est primordial de déterminer la nature exacte des déficiences cognitives dans cette population pour pouvoir être en mesure de proposer des actions adaptées en termes de surveillance, prévention et interventions thérapeutiques. Fo n c t i o n m o t r i c e Bien que la PCU ne soit pas caractérisée par des déficiences motrices graves, une altération de la fonction motrice a été observée chez des patients dès l âge de 12 mois. Arnold et al. [8] ont évalué le développement moteur grâce à l échelle du vocabulaire en images de Peabody chez un groupe de jeunes enfants ayant débuté le régime pauvre en Phe dans les 3 premières semaines de leur vie. Les résultats montrent un retard du développement moteur, avec un quotient moteur de 83, correspondant à une valeur inférieure de plus d une déviation standard à la moyenne. Il existe également des données sur des altérations de la motricité fine, persistant pendant l enfance et même plus tard. Par exemple, Weglage et al. [47] ont montré que des enfants PCU-TP présentaient de moins bons résultats que des enfants sains du même âge dans l exécution de deux exercices (parmi lesquels le tapping) permettant d évaluer la vitesse et la précision des mouvements bras-main-doigts. Trois ans plus tard, ces mêmes enfants phénylcétonuriques présentaient toujours des difficultés dans l exercice du tapping. En utilisant les tests de Purdue Pegboard et de tapping, Gassió et al. [19] ont mis en évidence des altérations de la motricité fine chez des adolescents phénylcétonuriques traités précocement PCU-TP et de manière ininterrompue (PCU-TPI). Au total, 50% des patients phénylcéto n- uriques présentaient des scores inférieurs d une déviation standard à la moyenne normale pour au moins un des deux exercices alors que seuls 4,7% des sujets contrôles présentaient des difficultés. Griffiths et al. [48] ont aussi montré que des adolescents ayant arrêté le régime réalisaient des scores inférieurs au test de Purdue Pegboard par rapport à des adolescents sains du même âge. Cette altération de la motricité fine serait liée aux fortes concentrations en Phe [8, 19]. Cependant, ces déficiences de motricité fine n ont pas été rapportées dans toutes les études. Ainsi, Luciana et al. [49] n ont pas montré de différence significative dans l exécution d un exercice psychomoteur informatisé chez des adolescents phénylcétonuriques comparés à des patients présentant des maladies chroniques ou à des sujets sains. Les 80 Ann Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 Crossley/Anderson

3 patients phénylcétonuriques avaient cependant tendance à répondre plus lentement. De même, Brumm et al. [10] ont observé que la coordination motrice fine et la vitesse psychomotrice étaient intactes chez des adultes PCU-TP. En résumé, l ensemble des données suggèrent que les patients phénylcétonuriques présentent un risque de déficit moteur léger, en particulier de motricité fine. Tr a i t e m e n t d e l i n f o r m a t i o n Une méta-analyse ayant évalué les déficiences de différentes capacités cognitives chez des patients phénylcétonuriques a montré que la vitesse de traitement de l information est la plus touchée [50]. De même, dans une autre méta-analyse, Albrecht et al. [4] ont montré que les patients phénylcétonuriques présentaient une vitesse de réaction plus lente que les sujets contrôles. Ils ont également rapporté d une part que le temps de réaction était corrélé aux concentrations en Phe, cette corrélation étant moins prononcée à l âge adulte, et d autre part que la phénylalaninémie a un impact plus important sur un temps de réaction lié à un choix que sur un temps de réaction simple. En d autres termes, les patients PCU-TP ont besoin de plus de temps que les sujets sains pour traiter une information et réaliser une tâche. Par conséquent, ils sont plus lents pour répondre à des stimuli, pour faire un choix entre plusieurs propositions, ou pour réaliser une action complexe. Malgré de nombreuses données suggérant une moindre efficacité de traitement de l information chez les patients phénylcétonuriques [5, 14, 41, 51], il existe aussi des études contradictoires [7, 26, 52]. Ce ralentissement du traitement de l information peut avoir des conséquences significatives sur le traitement et le stockage de nouvelles informations et sur les FE. L e l a n g a g e Il n existe pas d études de bonne qualité ayant spécifiquement évalué les capacités de langage et d élocution chez les patients phénylcétonuriques, car il semblerait que ces capacités ne soient pas atteintes lors de la PCU. Les études ayant inclus de telles mesures indiquent que le langage se développe de façon normale chez les enfants traités précocement [53, 54], mais des recherches supplémentaires utilisant une évaluation linguistique globale sont nécessaires. Mémoire et apprentissage Les tests les plus souvent utilisés pour évaluer la mémoire et l apprentissage chez les patients PCU-TP sont des listes de mots à apprendre tels que le California Verbal Learning Test (test d apprentissage verbal de Californie) et le Rey Auditory Verbal Learning Test (test d apprentissage verbal auditif de Rey) [55]. Des résultats contradictoires sont présentés dans la littérature. Smith el al. [56] ont demandé à 12 enfants de retenir 12 mots (3 essais) et n ont montré aucune différence significative entre les enfants PCU-TP et les contrôles. De façon similaire, des études dans lesquelles le Rey Auditory Verbal Learning Test a été utilisé (15 mots, 5 essais) montrent des performances équivalentes entre les patients PCU-TP et les contrôles, tant chez l enfant [19] que chez l adulte [13]. En revanche, Anderson et al. [44], Antshel et Waisbren [57] et Brumm et al. [10] ont mis en évidence des difficultés d apprentissage verbal respectivement chez des enfants et des adultes PCU-TP. En utilisant le California Verbal Learning Test, White et al. [58] ont proposé un profil d altération spécifique chez les enfants PCU- TP, avec des différences significatives en grande partie limitées au cinquième essai du test. Des analyses supplémentaires ont révélé que les enfants PCU-TP sont moins capables d utiliser une stratégie de mémorisation efficace, tel que le regroupement sémantique. Peu d études ont sérieusement évalué les capacités d apprentissage visuel; Anderson et al. [44] ont récemment montré que les enfants PCU-TP avaient de moins bons résultats que les contrôles à un test dont l objectif était de restituer quinze dessins différents en cinq tentatives. Dans l ensemble, les données actuelles suggèrent que la PCU traitée précocement semble être associée à des difficultés modérées de mémorisation d informations verbales et visuelles. L a t t e n t i o n Des problèmes d attention ont souvent été observés chez des enfants et des adultes atteints de PCU [19, 24, 59]. L attention n est pas un processus unitaire. Elle implique un certain nombre de composantes distinctes fonctionnant de concert: (1) l attention soutenue ou la vigilance, la capacité à maintenir l attention sur une longue période; (2) l attention sélective, la capacité à ne retenir que les stimuli pertinents; (3) le changement d attention, la capacité à changer de cible d attention de manière flexible et adaptative; (4) l attention divisée, la capacité à prendre en compte deux stimuli distincts simultanément [60, 61]. L attention soutenue est le plus souvent altérée chez les individus PCU-TP. Ainsi, en utilisant des tests d évaluation classique de la performance visuelle continue, les chercheurs ont montré une moindre performance [62, 63] et un nombre d erreurs plus important [19, 64] chez les enfants, les adolescents et les adultes PCU-TP [65], avec toutefois une amélioration de la performance dans une étude de suivi sur 3 ans [47]. Deux études [19, 44] cependant, utilisant des tests de capacité auditive continue, n ont pas montré d altération de cette capacité chez l enfant. Ces résultats hétérogènes peuvent s expliquer par (1) une sensibilité moins importante des tests auditifs, (2) une déficience spécifique touchant l attention soutenue visuelle mais pas l attention soutenue auditive, ou (3) une hétérogénéité dans les populations étudiées. Les Altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP Ann Nestlé [Fr] 2010;68:

4 difficultés d attention ne se limitent pas à l attention soutenue, mais incluent également l attention sélective [13, 22, 44], le changement d attention [62, 22, 59] et l attention divisée [44]. De plus, il a été suggéré qu une altération de la capacité à prendre rapidement des décisions pourrait en partie expliquer ces performances réduites dans les processus d attention [22]. Les fonctions exécutives Les FE font référence à un ensemble de fonctions interdépendantes, ou de processus responsables d un comportement dirigé vers un objectif ou vers l avenir: (a) l initiation d une action, (b) le contrôle des impulsions et la maîtrise de soi, (c) la mémoire de travail, (d) la flexibilité mentale et l utilisation des informations, et (e) les capacités de planification et d organisation [66]. Les enfants et les adultes PCU-TP présentent souvent des altérations de ces fonctions [7, 8, 15, 17, 29, 31, 33, 58, 67], mais des résultats contradictoires ont aussi été publiés [41, 50, 56, 68]. Ces contradictions pourraient en partie être dues à (a) une conceptualisation différente des FE en fonction des chercheurs, (b) à l utilisation d outils différents pour évaluer les FE, et (c) à l hétérogénéité des populations étudiées [69]. Les chercheurs s intéressant aux aspects comportementaux des FE et utilisant des échelles d évaluation similaires ont montré que les enfants phénylcétonuriques, par rapport à des contrôles, présentent de moins bonnes capacités de mémoire de travail [67], de planification et d organisation [57]. Ces altérations ont également été mises en évidence en utilisant des tests cognitifs [26, 44] mais des résultats contradictoires ont aussi été publiés [31, 58, 68]. Par exemple, avec le test de la Tour de Londres, un test classique d évaluation des capacités de planification et d organisation, les enfants phénylcétonuriques mettent plus de temps pour planifier et exécuter des actions [64]. D autres tests plus complexes ont également mis en évidence des troubles de planification et d organisation, comme la Figure Complexe de Rey, pour laquelle un minimum d instructions est fourni [10, 26, 70]. Par ailleurs, la persévérance des erreurs dans diverses tâches indiquent que les enfants et les adultes atteints de PCU font aussi preuve d une flexibilité mentale et d une utilisation des informations plus faibles [29, 31, 44]. Ces altérations des FE s étendent aussi à des problèmes d inhibition [23, 24, 52] et de maîtrise de soi. Par exemple, Araujo et al. [7] ont montré que des enfants phénylcétonuriques faisaient plus d erreurs de commission dans un test de go/no go que des enfants sains, indiquant un mauvais contrôle des impulsions. De plus, leur ralentissement dans le délai de réponse après les erreurs était moindre, suggérant la non prise en compte des réponses précédentes. De même, bien que leurs résultats ne soient pas statistiquement significatifs, Wieersema et al. [71] ont montré que des enfants PCU-TPI font plus d erreurs de commission lors d un test de go/no go que des enfants atteints de trouble de déficit de l attention/hyperactivité (TDAH), indiquant bien un mauvais contrôle des impulsions. Dans une étude réalisée par Anderson et al. [44], les enfants phénylcétonuriques avaient tendance (différence non statistiquement significative) à être plus impulsifs lors d exercices de résolution de problèmes et prenaient moins en compte leurs erreurs que les enfants contrôles. Cette altération de l inhibition a également été mise en évidence chez des adultes phénylcétonuriques [10]. La mémoire de travail, une des FE, peut être conceptualisée comme un ensemble de deux composantes: le maintien temporaire et la manipulation des informations. Le maintien temporaire fait référence à la capacité de stocker temporairement une information nouvelle en vue de son utilisation, alors que la manipulation correspond à la capacité à traiter cette information dans cet espace de stockage pour l utiliser dans un but précis. Par exemple, le maintien temporaire peut être évalué en demandant à un individu de restituer immédiatement une information qui vient de lui être présentée, comme une suite de nombres ou des stimuli visuels. Pour évaluer la capacité de manipulation de la mémoire de travail, il pourrait être demandé à ce même individu de restituer la suite des nombres dans l ordre inverse dans lequel elle lui a été présentée. Les patients PCU-TP ne semblent pas présenter de problèmes de mémoire immédiate, mais auraient une capacité réduite de manipulation de l information de la mémoire de travail [72], spécialement pendant l adolescence [34] et à l âge adulte [13]. Les résultats des études évaluant la relation entre les FE et les taux de Phe sont ambigus. Lorsque des individus présentant de fortes concentrations en Phe sont comparés à des individus présentant des concentrations faibles en Phe, les plus fortes concentrations en Phe sont associées à des déficiences de FE plus importantes [23, 26, 56]. Certaines études rapportent que les scores obtenus lors de l évaluation des FE sont corrélés aux concentrations en Phe dosée au moment de l évaluation [31, 33, 57, 59], alors que d autres n ont pas réussi à démontrer cette relation [5, 14, 22, 73, 74]. De plus, la force de cette relation varie selon les études [31, 52, 59]. Si les FE sont corrélées à la concentration en Phe, une amélioration du contrôle métabolique devrait entraîner une amélioration des FE après une période de stabilisation de la phénylalaninémie, comme démontré par Huijbregts et al. [75], mais ces résultats ne sont pas suffisants [76] et des études supplémentaires doivent être réalisées pour confirmer ces résultats. En résumé, il semble que la PCU traitée précocement soit associée à des altérations des FE, de nature restant encore à mieux définir, et que cette association dépende de l âge et du contrôle métabolique. Ces altérations des FE, à un niveau élevé dans la hiérarchie cognitive, pourraient également être la conséquence de troubles à des niveaux plus bas de cette hiérarchie cognitive, telle que la vitesse du traitement des informations. 82 Ann Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 Crossley/Anderson

5 La réussite scolaire Les rapports mentionnant une forte incidence d enfants atteints de PCU fréquentant des centres d éducation spécialisés [42, 77, 78] font tous référence à des études impliquant des patients nés avant les années quatre-vingts, lorsque le régime alimentaire était plus laxiste. Les données actuelles montrent toutefois que les enfants PCU-TP suivant un système éducatif normal présentent de moins bons résultats que les enfants sains. Ainsi, Gassio et al. [79] ont observé que 50% des enfants PCU- TP rencontrent, d après leurs parents, des difficultés scolaires comparés à seulement 23,8% du groupe contrôle. En utilisant une version adaptée de l Achenbach Teacher Report Form, Stemerdink et al. [80] ont noté que 58% des patients phénylcétonuriques sont, d après leurs enseignants, en dessous du niveau moyen, comparé à seulement 17% du groupe contrôle. Les enseignants indiquent également que les enfants atteints de PCU font moins d efforts et réalisent moins de progrès que leur camarades de classe. Les données concernant le pourcentage de redoublement et la nécessité de cours de soutien sont ambigües, avec une étude rapportant que les enfants phénylcétonuriques redoublent plus ou ont besoin de plus de cours de soutien comparés à des enfants non malades [79] et des travaux n indiquant pas de différence entre les enfants atteints de PCU et des enfants sains [42, 80] ou des enfants atteints de maladies chroniques [49]. Par des mesures bien validées de la réussite scolaire, il a été mis en évidence que les enfants phénylcétonuriques réussissent moins bien que leurs camarades. Fisher et al. [49, 53, 81] ont suivi deux groupes d enfants atteints de PCU avec ou sans régime pendant 4 ans. Ils ont évalué les compétences scolaires fondamentales des enfants par un test de rendement général (Wide Range Achievement Test). À l âge de 6 ans, les deux groupes d enfants ont obtenu des résultats compris dans la fourchette des valeurs normales pour la lecture, l orthographe et l arithmétique. En revanche, dans les années suivantes, des différences ont été observées entre les deux groupes. En lecture, les enfants suivant le régime avaient tendance à progresser alors que ceux ayant arrêté leur traitement avaient tendance à régresser. En orthographe, les enfants sans traitement maintenaient leur niveau alors que ceux compliants au régime continuaient à progresser pendant 4 ans. En arithmétique, les deux groupes ont régressé. Dans une étude plus récente, Anderson et al. [44] ont montré que les enfants PCU-TP entre 7 et 18 ans présentaient un retard dans l acquisition des compétences en lecture et en arithmétique par rapport aux enfants sains. En revanche, aucune différence n a été démontrée par le test de rendement général concernant l orthographe. Chez des enfants PCU-TP d un groupe d âge similaire, Chang et al. [40], en utilisant le test de rendement révisé de Woodcock- Johnson, ont observé des scores totaux dans la moyenne; cependant 26% d entre eux étaient en dessous de la moyenne pour l orthographe et 19% pour les mathématiques. Dans une grande étude de suivi, des adultes PCU-TP ont obtenus des résultats dans la moyenne en lecture, en orthographe et en arithmétique, avec cependant une performance plus faible en arithmétique [10]. Les études s intéressant aux situations professionnelles des patients sont peu nombreuses. Une étude rétrospective sur des adolescents PCU-TP (15 19 ans) nés en Tchécoslovaquie entre 1975 et 1979 [78] a montré que 28% d entre eux ont poursuivis des études secondaires ou universitaires, alors que 72% ont été engagés en apprentissage. Dans une grande étude collaborative américaine réalisée chez des patients adultes traités précocement et jusqu à l âge de 6 ans [82], 29% d entre eux avaient terminé leurs études secondaires et 28% étaient diplômés de l Université. Il n y avait pas de différence entre la proportion d adultes phénylcétonuriques qui avaient des diplômes universitaires ou qui avaient suivi une filière professionnelle comparés aux frères et sœurs non affectés. En résumé, les données actuelles suggèrent que les enfants phénylcétonuriques sont plus exposés aux difficultés scolaires que leurs camarades, surtout en arithmétique. Cependant, l influence de ces difficultés scolaires sur les situations professionnelles à l âge adulte reste floue. Co m p o r t e m e n t e t p s yc h o p a t h o l o g i e Les enfants et les adolescents PCU-TP ont non seulement un risque accru d avoir des altérations cognitives et des difficultés scolaires, mais ils sont également plus exposés à des problèmes comportementaux et émotionnels [83, 84]. Ainsi, selon Stemerdink et al. [80], les parents de patients PCU-TP scolarisés en primaire ou en secondaire déclarent que ces enfants sont plus impulsifs et ont des rendements variables, et leurs enseignants les trouvent plus distraits. Antshel et Waisbren [57], en utilisant l échelle d évaluation TDAH-IV, rapportent que les parents et les enseignants des enfants en âge d aller à l école les décrivent comme présentant significativement plus de symptômes d inattention que les valeurs attendues. En effet, les patients phénylcétonuriques utilisent plus de stimulants pour les troubles de l attention que la population générale [85] ; cependant la proportion de TDAH diagnostiqué au sein de la population phénylcétonurique reste inconnue. Antshel [86] suggère donc la nécessité de recherches supplémentaires sur la prévalence du TDAH dans cette population, car ces deux pathologies ont un point commun: de faibles taux de dopamine dans le cortex préfrontal. Peu de rapports ont fait état de patients phénylcétonuriques présentant un comportement d autiste, ces études ayant généralement impliquées des patients avec des incapacités intellectuelles. Récemment, Baieli et al. [87], en utilisant l Autism Diagnostic Interview et la Childhood Autism Rating Scale, ont dépisté l autisme et évalué son degré chez des enfants et des jeunes adultes chez qui la PCU a été diagnostiquée de façon précoce ou tardive. Aucun des enfants diagnostiqués précocement ne présentait des caractéristiques de l autisme, mais 6% Altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP Ann Nestlé [Fr] 2010;68:

6 de ceux diagnostiqués tardivement avait un autisme, et tous les patients étaient déficients intellectuellement (QI!70). Certaines études rapportent également une fréquence élevée de symptômes correspondant à d autres troubles psychiatriques chez des patients adultes. Ainsi, l agoraphobie est décrite par Waisbren et Levy [88] comme une potentielle complication chez les jeunes adultes ayant arrêté leur régime. Ils ont montré que 20% des femmes phénylcétonuriques présentaient une agoraphobie contre seulement 9% des femmes saines et 6% des femmes diabétiques. En revanche, Whilst, Pietz et al. [89] n ont pas diagnostiqué d agoraphobie chez des adultes PCU-TP mais, lors d une entrevue semi-structurée, ils ont mis en évidence des proportions élevées d humeur dépressive, de phobies et de trouble de l anxiété générale. Des études ont examiné de manière plus détaillée ces symptômes grâce à des questionnaires tels que l inventaire de dépression de Beck et l inventaire d anxiété de Beck. Les résultats n ont pas mis en évidence de différence entre les adultes PCU-TPI, ceux qui ont interrompu leur régime après l âge de 10 ans, et des sujets sains [14, 91]. En revanche, les adultes phénylcétonuriques traités tardivement (190 jours) ou ayant arrêté leur régime [91], contrairement aux patients PCU-TPI [92], présentent des scores élevés à différents tests d évaluation inclus dans l inventaire multiphasique de la personnalité du Minnesota (Minnesota Multiphasic Personnality Inventory, MMPI): paranoïa, schizophrénie, hypomanie, TOC et déviations psychopathiques. Bien que certains chercheurs rapportent que les patients phénylcétonuriques ont plus recours à des professionnels de la santé pour des problèmes émotionnels et/ou comportementaux que la population normale, ces recours ne sont pas plus nombreux que pour les patients atteints d autres maladies chroniques [49]. En effet, certains chercheurs suggèrent que les problèmes émotionnels et comportementaux observés chez les patients phénylcétonuriques répondraient plus à un modèle psychologique qu à un modèle biologique pour une pathologie donnée [32, 89, 93]. Ainsi, Weglage et al. [94] ont comparé les évaluations parentales du comportement de leurs adolescents phénylcétonuriques, diabétiques ou sains et ont montré qu il n y avait pas de différence significative entre les 2 groupes d adolescents malades (phénylcétonuriques et diabétiques) et que ces deux groupes étaient significativement différents du groupe «adolescents sains» pour les symptômes internalisés. De plus, il n y avait aucune relation entre les mesures biochimiques, le QI et le statut socioéconomique d une part et une symptomatologie anormale d autre part, suggérant que les patients phénylcétonuriques ont un profil général correspondant à celui des malades chroniques et non un profil spécifique de la PCU. Il faut cependant prendre en compte le modèle biologique des troubles et symptômes psychiatriques lors de la PCU. En effet, des concentrations élevées en Phe interfèrent avec les précurseurs de neurotransmetteurs importants comme la dopamine et la sérotonine, connus pour réguler l humeur et les émotions [83]. Des perturbations au niveau de ces neurotransmetteurs peuvent avoir des conséquences aberrantes sur l humeur et les émotions. Cette théorie est d ailleurs étayée par une étude montrant que des enfants phénylcétonuriques ayant un mauvais contrôle métabolique ont 2,5 fois plus de risques que les enfants sains de présenter des troubles du comportement, alors que ce facteur de risque est abaissé à 1,5 pour les enfants phénylcétonuriques ayant un bon contrôle métabolique [95]. Les mécanismes de ces déficits Actuellement, deux théories ont été proposées pour expliquer les déficits neuropsychologiques observés chez les patients phénylcétonuriques, le Modèle de dysfonctionnement préfrontal et le Modèle d anomalie de la substance blanche. Modèle de dysfonctionnement préfrontal (hypothèse de la déplétion en dopamine) La phénylalanine hydroxylase, déficiente lors de la PCU, est une enzyme qui métabolise la Phe en tyrosine. Les patients phénylcétonuriques non traités présentent donc une phénylalaninémie élevée et une tyrosinémie basse. La tyrosine étant un précurseur de la dopamine et d autres neurotransmetteurs, une tyrosinémie basse induit une déplétion en dopamine qui aurait des conséquences sur le cortex préfrontal, et spécialement sur les FE [17]. Le cortex préfrontal semble être particulièrement sensible à de faibles diminutions de tyrosine car les neurones dopaminergiques présents dans cette région du cerveau réagissent plus vite et sont confrontés à un turnover en dopamine plus important que dans les autres régions cérébrales [17, 96]. En effet, une étude récente a mis en évidence par tomographie par émission de positons une absorption cérébrale de dopamine moins importante chez les patients phénylcétonuriques comparés à des sujets sains [97, 98]. De plus, tant les études humaines qu animales ont montré que la dopamine module les fonctions cognitives, particulièrement celles médiées par le cortex préfrontal, dont la mémoire de travail [99, 100]. Il est important de noter que les concentrations cérébrales en tyrosine sont aussi influencées par un déséquilibre biochimique entre la Phe et la tyrosine dans la circulation sanguine, la Phe et la tyrosine utilisant le même transporteur pour traverser la barrière hémato-encéphalique (BHE) et ce transporteur ayant une affinité plus grande pour la Phe [17]. La théorie selon laquelle une déplétion en dopamine lors de la PCU résulte en un dysfonctionnement préfrontal est soutenue par des études montrant des altérations de la mémoire de travail [34, 67], de la flexibilité mentale [19, 31], des capacités de planification et d organisation [19, 26], et du contrôle de l inhibition [7, 22] chez des patients phénylcétonuriques comparés à des sujets sains ou à des patients souffrant de pathologies chroniques. De plus, un certain nombre d études ont montré que les patients avec une phénylalaninémie élevée présen- 84 Ann Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 Crossley/Anderson

7 taient des FE altérées comparés à des sujets sains [56] ou à des patients avec une phénylalaninémie basse [26, 62]. Des études ont également évalué si la disponibilité en dopamine était liée au rapport Phe/tyrosine dans le sang. Luciana et al. [49] ont ainsi montré une relation entre une mémoire de travail spatiale déficiente et des difficultés dans la résolution de problèmes d une part, et un rapport Phe/tyrosine élevé sur les 6 derniers mois précédents l étude d autre part, chez des enfants de 0 2 ans et des adolescents de ans. Ils ont également rapporté qu entre 3 et 15 ans, un rapport Phe/tyrosine élevé est associé à une flexibilité mentale altérée, et affecte des fonctions non liées au cortex préfrontal (comme la réponse motrice et la mémoire visuelle). Sharman et al. [101] ont mis en évidence que des adolescents avec un rapport Phe/tyrosine inférieur à 6 pendant toute leur vie présentaient des FE normales, d après leurs parents, alors que ceux dont le rapport était en moyenne supérieur à 6 s exposaient à des altérations cliniques. La théorie du dysfonctionnement préfrontal est aussi étayée par une autre étude en double aveugle montrant qu une complémentation en acides aminés neutres de grande taille, incluant la tyrosine, tend à abaisser le rapport Phe/tyrosine et à améliorer les performances d élocution et de flexibilité [102]. Cependant, cette hypothèse selon laquelle une déplétion en dopamine lors de la PCU résulte en un dysfonctionnement préfrontal, n est pas soutenue par tous les travaux de recherche. Ainsi, dans une étude pharmacologique où l activité de la dopamine était modulée par de l haloperidol, les patients phénylcétonuriques ont vu leurs performances dans la mémoire de travail et les FE empirer; ces déficiences n étaient toutefois pas observées pour toutes les fonctions préfrontales testées et d autres déficiences ont été détectées dans des domaines cognitifs commandés par d autres régions du cerveau [103]. De plus, comme mentionné précédemment, un certain nombre d études n ont pas montré de différence entre patients phénylcétonuriques et sujets sains concernant les FE [13, 43], ou n ont montré absolument aucune déficience des FE [50]. Enfin, une association entre la performance des FE et le rapport Phe/tyrosine n a pas été retrouvée par toutes les études ayant examiné les FE lors de la PCU [14, 64]. En résumé, il existe des données permettant de suggérer que les difficultés cognitives observées chez les patients phénylcétonuriques sont liées à un dysfonctionnement préfrontal causé par une déplétion en dopamine. Cependant, il existe aussi de nombreux travaux contredisant cette théorie, et ce mécanisme n explique pas non plus les autres déficiences cognitives généralement observées chez ces patients. Les anomalies de la substance blanche Les études de neuroimagerie utilisant l imagerie par résonance magnétique structurelle chez des patients PCU-TP ont montré une prévalence élevées des anomalies de la substance blanche [104, 105], avec la plupart des patients présentant au moins un signal d intensité modérée à forte dans la substance blanche périventriculaire [5, 104, 106]. Les anomalies de la substance blanche seraient liées à l âge et au contrôle métabolique, de sorte que leur prévalence est plus forte et plus sévère chez les enfants les plus âgés [5, 104], chez ceux qui ont arrêté leur régime [5, 104, 105] ou chez ceux ayant une phénylalaninémie élevée [5, ]. Dans les cas les plus sévères, les anomalies de la substance blanche peuvent s étendre dans les régions sous-corticales [5, 105, 107, 110], dans le bras postérieur de la capsule interne du pédoncule cérébral [107], dans le tronc cérébral [108], et dans le cervelet [108]. Les fonctions cognitives et motrices sont dépendantes de la «machinerie» cérébrale. La fluidité des impulsions nerveuses est nécessaire pour que le cerveau fonctionne efficacement et que l information soit transmise à travers le cerveau et traitée dans plusieurs régions cérébrales [111]. La vitesse de conduction nerveuse est fortement dépendante des propriétés structurelles des fibres nerveuses, tels que le diamètre des axones et l intégrité de la gaine de myéline [111]. Les études d imagerie cérébrale et d histopathologie montrent que les patients phénylcétonuriques traités ont une forte prévalence de pathologies de la substance blanche dues à la démyélinisation; il n est donc pas surprenant que ces patients présentent des altérations cognitives et des déficiences motrices [112]. La pathologie de la substance blanche observée lors de la PCU est généralement diffuse, et, par conséquent, de multiples voies métaboliques sont atteintes et des déficiences légères à modérées peuvent être observées dans de nombreuses fonctions, telles que les capacités motrices et la coordination, la fonction visuelle, la vitesse de traitement de l information, le langage, la mémoire et l apprentissage, ou encore l attention et les FE. Conformément à ce postulat, de nombreux troubles neuropsychologiques ont été observés dans la population phénylcétonurique [4 34, 44, 52, 113]. Bien qu il soit raisonnable de supposer que les difficultés rencontrées par les patients phénylcétonuriques sont liées à une anomalie de la substance blanche, les données soutenant cette hypothèse sont limitées. Ainsi, des études indiquent que les anomalies de la substance blanche ne seraient pas significativement corrélées avec l intelligence globale (QI) [104, 105, 107, 108, ]. Cependant, il semblerait que la pathologie doit être à un stade suffisamment avancé pour que les anomalies de la substance blanche altèrent les fonctions [5, 44]. Ainsi, Anderson et al. [44] ont comparé les profils neuropsychologiques d enfants PCU-TP ne présentant pas d anomalie de la substance blanche (n = 6), avec des enfants pour lesquels la pathologie était restreinte à la région périventriculaire postérieure (pathologie légère, n = 12), et avec d autres enfants chez qui la pathologie s étendait dans les régions sous-corticales et préfrontales (pathologie modérée, n = 14). Les auteurs n ont pas observé d effet linéaire, les groupes d enfants sans pathologie ou ayant une pathologie légère ne différant que très légèrement l un de l autre ou d un groupe contrôle. En revanche, les enfants avec une pathologie modérée présentaient des altérations Altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP Ann Nestlé [Fr] 2010;68:

8 significatives de la vitesse de traitement de l information, de la flexibilité mentale et des difficultés à réaliser plusieurs tâches simultanément, à retenir une information, et en arithmétique. Ces résultats suggèrent que les enfants phénylcétonuriques sans pathologie de la substance blanche ou dont la pathologie se restreint à la substance blanche périventriculaire postérieure ne présentent que de légers déficits cognitifs, alors que les enfants dont la pathologie est plus étendue ont des déficiences plus importantes et plus sévères. Conclusions Bien que les enfants phénylcétonuriques traités précocement et de façon continue échappent au déficit intellectuel grave, ils présentent un risque accru de différentes altérations neuropsychologiques. De nombreuses études neuropsychologiques ont été réalisées, mais les données sont insuffisantes et ne permettent pas de conclure. Les FE ont suscité le plus grand intérêt, mais, même si la majorité des travaux a rapporté des déficiences dans ce domaine, les résultats sont contradictoires. Un ralentissement de la vitesse de traitement de l information semble être une préoccupation majeure pour les patients phénylcétonuriques, et ceci pourrait avoir des conséquences sur la mémoire, l apprentissage et les FE. Des altérations dans d autres domaines ont également été observées, tels qu un manque de contrôle de la motricité fine et de l attention. Il n est donc pas surprenant que les patients atteints de PCU soient plus exposés à des difficultés scolaires et comportementaux. En résumé, les données de la recherche actuelle suggèrent que la PCU n est pas associée à un profil spécifique de déficiences, la vitesse du traitement de l information et le dysfonctionnement exécutif demeurant cependant les deux principaux domaines de préoccupation. Il semble que le mécanisme des altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP soit multifactoriel. Un dysfonctionnement du cortex préfrontal (siège des FE) dû à une déplétion de la dopamine pourrait en partie expliquer ces altérations, mais ce dysfonctionnement ne peut pas être le seul mécanisme impliqué puisque d autres troubles cognitifs ont été observés. Des données indiquent notamment qu une pathologie de la substance blanche pourrait être impliquée dans le développement de ces troubles cognitifs observés chez les patients phénylcétonuriques. Janzen et Nguyen [55] ont décrit une variabilité considérable au sein de la population phénylcétonurique avec certains individus affichant des capacités cognitives exceptionnelles. De plus, la plupart des patients phénylcétonuriques ont une bonne qualité de vie, et, s ils présentent des déficits neuropsychologiques, ces derniers sont généralement mineurs. Il est toutefois évident qu une étroite surveillance des fonctions cognitives, des performances scolaires et du comportement doit être mise en place chez ces patients, particulièrement pendant l enfance. Bibliographie 1 Huttenlocher PR: The neuropathology of phenylketonuria: human and animal studies. Eur J Pediatr 2000; 159(suppl 2):S102 S Pietz J, Dunckelmann R, Rupp A, et al: Neurological outcome in adult patients with early-treated phenylketonuria. Eur J Pediatr 1998; 157: Scriver C, Kaufman S: Hyperphenylalaninemia: phenylalanine hydroxylase deficiency; in Scriver C, Beaudet W, Sly W, Valle D (eds): The Metabolic and Molecular Basis of Inherited Disease. New York, McGraw Hill, 2001, pp Albrecht J, Garbade SF, Burgard P: Neuropsychological speed tests and blood phenylalanine levels in patients with phenylketonuria: a meta-analysis. Neurosci Biobehav Rev 2009; 33: Anderson PJ, Wood SJ, Francis DE, et al: Neuropsychological functioning in children with early-treated phenylketonuria: impact of white matter abnormalities. Dev Med Child Neurol 2004; 46: Aoki K, Ohwada M, Kitagawa T: Long-term follow-up study of patients with phenylketonuria detected by the newborn screening programme in Japan. J Inherit Metab Dis 2007; 30: Araujo GC, Christ SE, Steiner RD, et al: Response monitoring in children with phenylketonuria. Neuropsychology 2009; 23: Arnold GL, Kramer BM, Kirby RS, et al: Factors affecting cognitive, motor, behavioral and executive functioning in children with phenylketonuria. Acta Paediatr 1998; 87: Banich MT, Passarotti AM, White DA, et al: Interhemispheric interaction during childhood. II. Children with early-treated phenylketonuria. Dev Neuropsychol 2000; 18: Brumm VL, Azen C, Moats RA, et al: Neuropsychological outcome of subjects participating in the PKU adult collaborative study: a preliminary review. J Inherit Metab Dis 2004; 27: Burgard P: Development of intelligence in early treated phenylketonuria. Eur J Pediatr 2000; 159:S74 S Burgard P, Rey F, Rupp A, et al: Neuropsychologic functions of early treated patients with phenylketonuria, on and off diet: results of a cross-national and cross-sectional study. Pediatr Res 1997; 41: Channon S, German E, Cassina C, Lee P: Executive functioning, memory, and learning in phenylketonuria. Neuropsychology 2004; 18: Channon S, Mockler C, Lee P: Executive functioning and speed of processing in phenylketonuria. Neuropsychology 2005; 19: DeRoche K, Welsh M: Twenty-five years of research on neurocognitive outcomes in early-treated phenylketonuria: intelligence and executive function. Dev Neuropsychol 2008; 33: Diamond A: Phenylalanine levels of 6 10 mg/dl may not be as benign as once thought. Acta Paediatr 1994; 84(suppl 407): Diamond A, Prevor MB, Callender G, Druin DP: Prefrontal cortex cognitive deficits in children treated early and continuously for PKU. Monogr Soc Res Child Dev 1997; 62(4): i v, Ann Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 Crossley/Anderson

9 18 Faust D, Libon D, Pueschel S: Neuropsychological functioning in treated phenylketonuria. Int J Psychiatry Med 1986; 16: Gassio R, Artuch R, Vilaseca MA, et al: Cognitive functions in classic phenylketonuria and mild hyperphenylalaninaemia: experience in a paediatric population. Dev Med Child Neurol 2005; 47: Gassió R, Vilaseca MA, Lambruschini N, et al: Cognitive functions in patients with phenylketonuria in long-term treatment with tetrahydrobiopterin. Mol Genet Metab 2010; 99:S75 S Gourovitch ML, Craft S, Dowton SB, Ambrose P, Sparta S: Interhemispheric transfer in children with early-treated phenylketonuria. J Clin Exp Neuropsychol 1994; 16: Griffiths P, Robinson P, Davies R, et al: Speed of decision-making and set-switching: subtle executive deficits in children with treated phenylketonuria. Educ Child Psychol 2005; 22: Huijbregts S, de Sonneville L, Licht R, et al: Inhibition of prepotent responding and attentional flexibility in treated phenylketonuria. Dev Neuropsychol 2002; 22: Huijbregts S, de Sonneville L, Licht R, et al: Sustained attention and inhibition of cognitive interference in treated phenylketonuria: associations with concurrent and lifetime phenylalanine concentrations. Neuropsychologia 2002; 40: Huijbregts S, De Sonneville L, Van Spronsen F, et al: Motor function under lower and higher controlled processing demands in early and continuously treated phenylketonuria. Neuropsychology 2003; 17: Leuzzi V, Pansini M, Sechi E, et al: Executive function impairment in early-treated PKU subjects with normal mental development. J Inherit Metab Dis 2004; 27: Smith I, Knowles J: Behavior in early treated phenylketonuria: a systematic review. Eur J Pediatr 2000; 159(suppl 2):S89 S Stemerdink BA, van der Molen MW, Kalverboer AF, et al: Information processing deficits in children with early and continuously treated phenylketonuria. Acta Paediatr 1994; 83(suppl 407): Stemerdink NBA, van der Molen MW, Kalverboer AF, et al: Prefrontal dysfunction in early and continuously treated phenylketonuria. Dev Neuropsychol 1999; 16: Stevenson JE, Hawcroft J, Lobascher M, et al: Behavioural deviance in children with early treated phenylketonuria. Arch Dis Child 1979; 54: VanZutphen KH, Packman W, Sporri L, et al: Executive functioning in children and adolescents with phenylketonuria. Clin Genet 2007; 72: Weglage J, Grenzebach M, Pietsch M, et al: Behavioural and emotional problems in early-treated adolescents with phenylketonuria in comparison with diabetic patients and healthy controls. J Inherit Metab Dis 2000; 23: Welsh MC, Pennington BF, Ozonoff S, et al: Neuropsychology of early-treated phenylketonuria: specific executive deficits. Child Dev 1990; 61: White DA, Nortz MJ, Mandernach T, et al: Age-related working memory impairments in children with prefrontal dysfunction associated with phenylketonuria. J Int Neuropsychol Soc 2002; 8: Bosch AM, Grootenhuis MA, Bakker HD, et al: Living with classical galactosaemia: health related quality of life consequences. Pediatrics 2004; 113: Gilotty L, Kenworthy L, Siran L, et al: Adaptive skills and executive function in autism spectrum disorders. Child Neuropsychol 2002; 8: Lezak M: Neuropsychological Assessment, Third Edition. New York, Oxford University Press, Burgard P, Luo X, Hoffmann GF: Phenylketonuria; in Sarafoglou S, Hoffman GF, Roth KS (eds): Pediatric Endocrinology and Inborn Errors of Metabolism. New York, Mc- Graw Hill, Anastasoaie V, Kurzius L, Forbes P, Waisbren S: Stability of blood phenylalanine levels and IQ in children with phenylketonuria. Mol Genet Metab 2008; 95: Chang PN, Gray RM, O Brien LL: Patterns of academic achievement among patients treated early with phenylketonuria. Eur J Pediatr 2000; 159:S96 S Feldmann R, Denecke J, Pietsch M, et al: Phenylketonuria: no specific frontal lobedependent neuropsychological deficits of early-treated patients in comparison with diabetics. Pediatr Res 2002; 51: Rey F, Abadie V, Plainguet F, Rey J: Longterm follow up of patients with classical phenylketonuria after diet relaxation at 5 years of age. The Paris Study. Eur J Pediatr 1996; 155:S39 S Ris MD, Williams SE, Hunt MM, et al: Earlytreated phenylketonuria: adult neuropsychologic outcome. J Pediatr 1994; 124: Anderson PJ, Wood SJ, et al: Are neuropsychological impairments in children with early-treated phenylketonuria (PKU) related to white matter abnormalities or elevated phenylalanine levels? Dev Neuropsychol 2007; 32: Brumm VL, Grant ML: The role of intelligence in phenylketonuria: a review of research and management. Mol Genet Metab 2010; 99(suppl 1):S18 S Waisbren SE, Noel K, Fahrbarch D, et al: Phenylananine blood levels and clinical outcomes in phenylketonuria: a systematic literature review and meta-analysis. Mol Genet Metab 2007; 92: Weglage J, Pietsch M, Denecke J, et al: Regression of neuropsychological deficits in early-treated phenylketonurics during adolescence. J Inherit Metab Dis 1999; 22: Griffiths P, Paterson L, Harvie A: Neuropsychological effects of subsequent exposure to phenylalanine in adolescent and young adults with early-treated phenylketonuria. J Intellect Disabil Res 1995; 39: Luciana M, Sullivan J, Nelson CA: Associations between phenylalanine-to-tyrosine ratios and performance on tests of neuropsychological function in adolescents treated early and continuously for phenylketonuria. Child Dev 2001; 72: Moyle J, Fox A, Arthur M, et al: Meta-analysis of neuropsychological symptoms of adolescents and adults with PKU. Neuropsychol Rev 2007; 17: Feldmann R, Denecke J, Grenzebach M, Weglage J: Frontal lobe-dependent functions in treated phenylketonuria: blood phenylalanine concentrations and long-term deficits in adolescents and young adults. J Inherit Metab Dis 2005; 28: Christ SE, Steiner RD, Grange DK, et al: Inhibitory control in children with phenylketonuria. Dev Neuropsychol 2006; 30: Fishler K, Azen CG, Henderson R, et al: Psychoeducational findings among children treated for phenylketonuria. Am J Ment Defic 1987; 92: Azen C, Koch R, Friedman E, et al: Summary of findings from the United States Collaborative Study of children treated for phenylketonuria. Eur J Pediatr 1996; 155(suppl 1): S29 S Janzen D, Ngyuen M: Beyond executive function: non-executive cognitive abilities in individuals with PKU. Mol Genet Metab 2010; 99(suppl 1):S47 S Smith ML, Klim P, Hanley WB: Executive function in school-aged children with phenylketonuria. J Dev Phys Disabil 2000; 12: Antshel KM, Waisbren SE: Timing is everything: executive functions in children exposed to elevated levels of phenylalanine. Neuropsychology 2003; 17: White DA, Nortz MJ, Mandernach T, et al: Deficits in memory strategy use related to prefrontal dysfunction during early development: evidence from children with phenylketonuria. Neuropsychology 2001; 15: Weglage J, Pietsch M, Funders B, et al: Deficits in selective and sustained attention processes in early treated children with phenylketonuria result of impaired frontal lobe functions? Eur J Pediatr 1996; 155: Altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP Ann Nestlé [Fr] 2010;68:

10 60 Anderson V, Fenwick T, Manly T, Robertson I: Attentional skills following traumatic brain injury in childhood: a componential analysis. Brain Inj 1998; 12: Catroppa C, Anderson V: Children s attentional skills 2 years post-traumatic brain injury. Dev Neuropsychol 2003; 23: Huijbregts SCJ, de Sonneville LMJ, van Spronsen FJ, et al: The neuropsychological profile of early and continuously treated phenylketonuria: orienting, vigilance, and maintenance versus manipulation-functions of working memory. Neurosci Biobehav Rev 2002; 26: Weglage J, Schmidt E, Fünders B, et al: Sustained attention in untreated non-pku hyperphenylalaninemia. J Clin Exp Neuropsychol 1996; 18: Azadi B, Seddigh A, Tehrani-Doost M, et al: Executive dysfunction in treated phenylketonuric patients. Eur Child Adolesc Psychiatry 2009; 18: Schmidt E, Rupp A, Burgard P, et al: Sustained attention in adult phenylketonuria: the influence of the concurrent phenylalanine-blood-level. J Clin Exp Neuropsychol 1994; 16: Anderson P: Assessment and development of executive function (EF) during childhood. Child Neuropsychol 2002; 8: Sharman R, Sullivan K, Young R, McGill J: Biochemical markers associated with executive function in adolescents with early and continuously treated phenylketonuria. Clin Genet 2009; 75: Mazzocco MM, Nord AM, van Doorninck W, Greene CL: Cognitive development among children with early-treated phenylketonuria. Dev Neuropsychol 1994; 10: Stemerdink NB: Comments on neuropsychological approaches to treatment policy issues in phenylketonuria. Eur J Pediatr 2000; 159:S87 S Antshel KM, Waisbren SE: Developmental timing of exposure to elevated levels of phenylalanine is associated with ADHD symptom expression. J Abnorm Child Psychol 2003; 31: Wiersema JR, van der Meere JJ, Roeyers H: State regulation and response inhibition in children with ADHD and children with early- and continuously treated phenylketonuria: an event-related potential comparison. J Inherit Metab Dis 2005; 28: Christ SE, Huijbregts SCJ, de Sonneville LMJ, White DA: Executive function in earlytreated phenylketonuria: profile and underlying mechanisms. Mol Genet Metab 2010; 99:S22 S Brunner RL, Berch DB, Berry H: Phenylketonuria and complex spatial visualization: an analysis of information processing. Dev Med Child Neurol 1987; 29: Griffiths P, Campbell R, Robinson P: Executive function in treated phenylketonuria as measured by the one-back and two-back versions of the continuous performance test. J Inherit Metab Dis 1998; 21: Huijbregts SCJ, de Sonneville LMJ, Licht R, et al: Short-term dietary interventions in children and adolescents with treated phenylketonuria: effects on neuropsychological outcome of a well-controlled population. J Inherit Metab Dis 2002; 25: Griffiths P, Ward N, Harvie A, Cockburn F: Neuropsychological outcome of experimental manipulation of phenylalanine intake in treated phenylketonuria. J Inherit Metab Dis 1998; 21: Tiefenthaler M: Comments on patterns of academic achievement among early treated patients with phenylketonuria. Eur J Pediatr 2000; 159:S100 S Zeman J, Pijackova A, Behulova J, et al: Intellectual and school performance in adolescents with phenylketonuria according to their dietary compliance. Eur J Pediatr 1996; 155:S56 S Gassio R, Fuste E, Lopez-Sala A, et al: School performance in early and continuously treated phenylketonuria. Pediatr Neurol 2005; 33: Stemerdink BA, Kalverboer AF, Van der Meere JJ, et al: Behaviour and school achievement in patients with early and continuously treated phenylketonuria. J Inherit Metab Dis 2000; 23: Fishler K, Azen CG, Friedman EG, Koch R: School achievement in treated PKU children. J Ment Defic Res 1989; 33: Koch R, Burton B, Hoganson G, et al: Phenylketonuria in adulthood: a collaborative study. J Inherit Metab Dis 2002; 25: Brumm VL, Bilder D, Waisbren SE: Psychiatric symptoms and disorders in phenylketonuria. Mol Genet Metab 2010; 99 (suppl 1):S59 S Gentile JK, Ten Hoedt AE, Bosch AM: Psychosocial aspects of PKU: hidden disabilities a review. Mol Genet Metab 2010; 99 (suppl 1):S64 S Arnold GL, Vladutiu CJ, Orlowski CC, et al: Prevalence of stimulant use for attentional dysfunction in children with phenylketonuria. J Inherit Metab Dis 2004; 27: Antshel KM: ADHD, learning, and academic performance in phenylketonuria. Mol Genet Metab 2010; 99(suppl 1):S52 S Baieli S, Pavone L, Meli C, et al: Autism and phenylketonuria. J Autism Dev Disord 2003; 33: Waisbren SE, Levy HL: Agoraphobia in phenylketonuria. J Inherit Metab Dis 1991; 14: Pietz J, Fätkenheuer B, Burgard P, et al: Psychiatric disorders in adult patients with early-treated phenylketonuria. Pediatrics 1997; 99: Channon S, Goodman G, Zlotowitz S, et al: Effects of dietary management of phenylketonuria on long-term cognitive outcome. Arch Dis Child 2007; 92: Waisbren SE, Zaff J: Personality disorder in young women with treated phenylketonuria. J Inherit Metab Dis 1994; 17: Sullivan JE, Chang P: Review: emotional and behavioral functioning in phenylketonuria. J Pediatr Psychol 1999; 24: Burgard P, Armbruster M, Schmidt E, Rupp A: Psychopathology of patients treated early for phenylketonuria: results of the German collaborative study of phenylketonuria. Acta Paediatr Suppl 1994; 407: Weglage J, Fünders B, Wilken B, et al: Psychological and social findings in adolescents with phenylketonuria. Eur J Pediatr 1992; 151: Smith I, Beasley MG, Wolff OH, Ades AE: Behavior disturbance in 8-year-old children with early treated phenylketonuria. Report from the MRC/DHSS Phenylketonuria Register. J Pediatr 1988; 112: Diamond A: Consequences of variations in genes that affect dopamine in prefrontal cortex. Cereb Cortex 2007; 17: Landvogt C, Mengel E, Bartenstein P, et al: Reduced cerebral fluoro-l-dopamine uptake in adult patients suffering from phenylketonuria. J Cereb Blood Flow Metab 2008; 28: Paans AMJ, Pruim J, Willemsen ATM, et al: Neurotransmitter positron emission tomographic-studies in adults with phenylketonuria, a pilot study. Eur J Pediatr 1996; 155:S78 S Diamond A, Ciaramitaro V, Donner E, et al: An animal model of early-treated PKU. J Neurosci 1994; 14: Sawaguchi T, Goldman-Rakic PS: D1 dopamine receptors in prefrontal cortex: involvement in working memory. Science 1991; 251: Sharman R, Sullivan K, Young R, McGill J: A preliminary investigation of the role of the phenylalanine: tyrosine ratio in children with early and continuously treated phenylketonuria: toward identification of safe levels. Dev Neuropsychol 2010; 35: Schindeler S, Ghosh-Jerath S, Thompson S, et al: The effects of large neutral amino acid supplements in PKU: an MRS and neuropsychological study. Mol Genet Metab 2007; 91: Luciana M, Hanson KL, Whitley CB: A preliminary report on dopamine system reactivity in PKU: acute effects of haloperidol on neuropsychological, physiological, and neuroendocrine functions. Psychopharmacology 2004; 175: Cleary MA, Walter JH, Wraith JE, et al: Magnetic resonance imaging of the brain in phenylketonuria. Lancet 1994; 344: Ann Nestlé [Fr] 2010;68:79 89 Crossley/Anderson

11 105 Thompson AJ, Tillotson S, Smith I, et al: Brain MRI changes in phenylketonuria. Associations with dietary status. Brain 1993; 116: Shaw DW, Maravilla KR, Weinberger E, et al: MR imaging of phenylketonuria. Am J Neuroradiol 1991; 12: Bick U, Ullrich K, Stober U, et al: White matter abnormalities in patients with treated hyperphenylalaninaemia: magnetic resonance relaxometry and proton spectroscopy findings. Eur J Pediatr 1993; 152: Pietz J, Kreis R, Schmidt H, et al: Phenylketonuria: findings at MR imaging and localized in vivo H-1 MR spectroscopy of the brain in patients with early treatment. Radiology 1996; 201: Weglage J, Bick U, Schuierer G, et al: Progression of cerebral white matter abnormalities in early treated patients with phenylketonuria during adolescence. Neuropediatrics 1997; 28: Bick U, Farendorf AC, Ludolph AC, et al: Disturbed mylenation in patients with treated hyperphenylalaninaemia: evaluation with magnetic resonance imaging. Eur J Pediatr 1991; 150: Paus T, Zijdenbos A, Worsley K, et al: Structural maturation of neural pathways in children and adolescents: in vivo study. Science 1999; 283: Filley C: The Behavioral Neurology of Cerebral White Matter. New York, Oxford University Press, Christ SE: Inhibitory control in children with prefrontal dysfunction related to phenylketonuria; thesis, Washington, Pearsen KD, Gean-Marton AD, Levy HL, Davis KR: Phenylketonuria: MR imaging of the brain with clinical correlation. Radiology 1990; 177: Weglage J, Pietsch M, Funders B, et al: Neurological findings in early treated phenylketonuria. Acta Paediatr 1995; 84: Pietz J, Meyding-Lamadé UK, Schmidt H: Magnetic resonance imaging of the brain in adolescents with phenylketonuria and in one case of 6-pyruvoyl tetrahydropteridine synthase deficiency. Eur J Pediatr 1996; 155(suppl 1):S69 S73. Altérations neuropsychologiques chez les patients PCU-TP Ann Nestlé [Fr] 2010;68:

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

TDAH: du comportement au fonctionnement cognitif

TDAH: du comportement au fonctionnement cognitif TDAH: du comportement au fonctionnement cognitif Journée de formation continue en logopédie 27 avril 2007 Pascal Zesiger Plan Quelques problèmes Critères diagnostiques Quelques données Evolution et conséquences

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité?

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? FAUT-IL SORTIR LES BÉBÉS DES GARDERIES? La qualité des garderies est-elle importante?

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT LA PRÉMATURITÉ I.DEFINITION Durée de gestation normale : 40 semaines Bébés légèrement prématurés : nés entre 33 et 37 semaines complètes d âge gestationnel ou ont un poids entre 1500 et 2500 grammes ou

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE

FONCTIONNEMENT À L ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE Outil de planification du soutien pédagogique Nom de l élève : Année d études : École : Date de naissance : Date : DOMAINE FORCES BESOINS A B C Cocher une catégorie* FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE)

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 1. Pathologie DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 2. Diagnostic A. Antécédents médicaux Le déficit en hormone de croissance (GH) est attribuable à un dysfonctionnement de l axe hypothalamo-hypophysaire

Plus en détail

Les parents, de grands observateurs

Les parents, de grands observateurs La dernière semaine du mois d août marque la rentrée des classes de près d un million d élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire au Québec. De ce nombre, environ 160 000 enfants ont des besoins

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement?

Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement? Vulnérabilité, résilience à la dépression : gènes et/ou environnement? Professeur Alain Malafosse CHU et Université de Genève alain.malafosse@hcuge.ch Hyman, Nature, 2008 Caspi et al., Nature Reviews Neuroscience,

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Vieillissement avec et sans déficience intellectuelle : comparaison qualitative et quantitative

Vieillissement avec et sans déficience intellectuelle : comparaison qualitative et quantitative Vieillissement avec et sans déficience intellectuelle : comparaison qualitative et quantitative France Fleury Courtier de connaissances Secteur gestion des connaissances Février 2009 Citation suggérée

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

AUTISME Troubles Envahissants du Développement

AUTISME Troubles Envahissants du Développement AUTISME Troubles Envahissants du Développement Sémiologie chez le nourrisson Dr Stéphanie Marignier, neuropédiatre Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes Troubles envahissants du développement altérations

Plus en détail

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Le document suivant a été construit dans le but de faciliter le classement des mémoires

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

L évaluation ça compte!

L évaluation ça compte! L évaluation ça compte! 7 Les devoirs : dans quelle mesure? Avec la rentrée scolaire vient également le moment, pour beaucoup de parents, d enseignantes et d enseignants et d élèves, d aborder la question

Plus en détail

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations :

Nom et coordonnées des personnes qui fourniront des lettres de recommandations : FORMULAIRE D INSCRIPTION À L INTERNAT EN PSYCHOLOGIE POUR LES MILIEUX DE LA RÉGION DE QUÉBEC Prénom Nom de famille Adresse Téléphone (1 seul numéro)* Courriel (1 seule adresse)* *Coordonnées pour vous

Plus en détail

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc.

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

test de l horloge Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS)

test de l horloge Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) Information pratique Durée Administré au Administré par Interprété par Langues Domaines ciblés Normes et validation environ 2-3 minutes

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave Julie Dionne, D. Psy, neuropsychologue Manon Voyer, ergothérapeute et leader de pratiques cliniques Une offre de service 10 e congrès AERDPQ Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION POUR LES MEMBRES ~ AUTOMNE 2011

LETTRE D INFORMATION POUR LES MEMBRES ~ AUTOMNE 2011 LETTRE D INFORMATION POUR LES MEMBRES ~ AUTOMNE 2011 1. Avis AGA / Conférence CADDRA 2011 2. 2e concours annuel d affiches CADDRA 3. Un membre CADDRA gagne un prix à Berlin 4. Mise en garde: médicament

Plus en détail

La carence en fer durant l enfance: causes et conséquences pour le développement de l enfant

La carence en fer durant l enfance: causes et conséquences pour le développement de l enfant Ann Nestlé [Fr] 2010;68:108 123 DOI: 10.1159/000328758 La carence en fer durant l enfance: causes et conséquences pour le développement de Sally Grantham-McGregor Helen Baker-Henningham Epidemiology Research

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution (TBS)

Traitements basés sur la substitution (TBS) Traitements basés sur la substitution (TBS) Atelier 1 : Comorbidité troubles affectifs et addictions Les traitements médicamenteux Alexandre Dupont-Willemin Médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle de la phénylcétonurie

Prise en charge nutritionnelle de la phénylcétonurie Ann Nestlé [Fr] 2010;68:60 71 DOI: 10.1159/000323156 Erin L. MacLeod Denise M. Ney Département des sciences nutritionnelles, Université du Wisconsin, Madison, Wisc., États-Unis Mots-clés Phénylcétonurie

Plus en détail

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc

Le bilan multidisciplinaire : contenu. M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Le bilan multidisciplinaire : contenu M.C. Nassogne Service de Neurologie Pédiatrique Cliniques universitaires Saint-Luc Bilan multidisciplinaire Evaluation par différents intervenants du développement

Plus en détail

TDAH et troubles concomitants chez l adulte

TDAH et troubles concomitants chez l adulte TDAH et troubles concomitants chez l adulte Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) chez l adulte est une affection médicale reconnue qui requiert souvent une intervention médicale

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ##

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Unité#Fonc8onnelle#d'Addictologie,# INSERM#U1042,#UJF#EA3745,#CHU#de#Grenoble# TIS$%$Grenoble$%$2012%2013$

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Nous sommes là pour vous.

Nous sommes là pour vous. UN PROGRAMME DE BIEN-ÊTRE SUR LE LIEU DE TRAVAIL QUI AGIT SUR LE DIABÈTE Par Janice Bartos, B.S.N, R.N., consultante clinicienne Que peut faire un employeur pour lutter contre le diabète? L'espoir est

Plus en détail

Enfance en difficulté : Glossaire

Enfance en difficulté : Glossaire Enfance en difficulté : Glossaire Objectifs Vous fournir les définitions des termes relatifs à l enfance en difficulté qui sont utilisés dans le système de l Éducation en Ontario. Anomalie Une anomalie

Plus en détail

Les pertes de. surdité chez l enfant : j ournée. pas une minute à perdre! Le diagnostic et le traitement de la

Les pertes de. surdité chez l enfant : j ournée. pas une minute à perdre! Le diagnostic et le traitement de la Le diagnostic et le traitement de la surdité chez l enfant : pas une minute à perdre! Dr Ted Tewfik, MD, FRCSC Les types de surdités Les pertes de l audition touchent dix enfants sur mille en Amérique

Plus en détail

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques?

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques? SerEN Qu est ce que SerEN? SerEN est un produit qui a été spécialement créé pour offrir un moyen sûr et efficace afin de profiter d un bien-être intellectuel pour les personnes qui vivent des situations

Plus en détail

Resources to Support Students with Diverse Learning Needs For Francophone and French Immersion Schools

Resources to Support Students with Diverse Learning Needs For Francophone and French Immersion Schools Resources to Support Students with Diverse Learning Needs For Francophone and French Immersion Schools Ressources pour appuyer les élèves ayant divers besoins spéciaux pour les écoles francophones et d

Plus en détail

Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents

Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents Effet de l'exposition au tabagisme intra-utérin sur l engagement scolaire des adolescents Vachon, P., Veillette, S., Auclair, J., Perron, M., Arbour, N., Laberge, L., Mathieu, J., Leonard, G., Pike, B.G.,

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT Présentation Céline psychologue clinicienne installée en libéral aux Pennes-Mirabeau Diplômée de l Université de

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment?

Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment? Evaluer la mémoire en cancérologie: Pourquoi? Quand? Comment? ANOCEF 19 NOVEMBRE 2014 Isabelle Léger, Neuropsychologue Gustave Roussy, Unité INSERM GREC-onco Pourquoi? Plaintes = Sensations de changement

Plus en détail

Information sur le sujet. Tests-assignés

Information sur le sujet. Tests-assignés BRIEF - Sommaire Adulte Inventaire de comportements reliés aux fonctions exécutives Robert M. Roth, Ph.D., Peter K. Isquith, Ph.D., and Gerard A. Gioia, Ph.D. Adaptation et traduction française, Institut

Plus en détail

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard

Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Votre enfant et les tests standardisés Comprendre le score standard Au cours de ses études en école primaire, votre enfant sera soumis à des tests standardisés en lecture de l anglais et en mathématiques.

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

L utilisation de la mélatonine dans le traitement des troubles du sommeil chez la clientèle pédiatrique TDAH. Vincent Dumouchel et Chesda Bun

L utilisation de la mélatonine dans le traitement des troubles du sommeil chez la clientèle pédiatrique TDAH. Vincent Dumouchel et Chesda Bun L utilisation de la mélatonine dans le traitement des troubles du sommeil chez la clientèle pédiatrique TDAH. Vincent Dumouchel et Chesda Bun Journée annuelle d érudition 2015 UMF Mont-Laurier 15 Mai 2015

Plus en détail

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité

TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité TDAH Trouble Déficitaire de l Attention avec ou sans Hyperactivité PLURADYS/intervention Lycée Castel Mathilde MIGNON Neuropsychologue Symptomatologie/Aspects cliniques Symptomatologie selon l âge et le

Plus en détail

MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES

MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES MODÈLE D ANNOTATION DES INTERVENTIONS ASSOCIÉES À DES PRATIQUES EXEMPLAIRES, À DES PRATIQUES PROMETTEUSES ET À DES MÉTHODES ÉPROUVÉES SECTION 1 : RENSEIGNEMENTS DE BASE Titre de l intervention : Fast Track

Plus en détail

Troubles précoces du développement : repérer, diagnostiquer, intervenir tôt

Troubles précoces du développement : repérer, diagnostiquer, intervenir tôt Troubles précoces du développement : repérer, diagnostiquer, intervenir tôt Pr Amaria Baghdadli Centre de Ressources Autisme Département universitaire de psychiatrie de l enfant, CHRU Montpellier Salle

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE Classement CCAM : 15.01.05 code : NKQP002 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France

Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Etude Etude des prescriptions d isotrétinoïne orale en France Période 2007-2013 Liste des abréviations Afssaps ATB AMM ANSM EGB RCP Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Antibiotique(s)

Plus en détail

utilisée pour délivrer les exercices en classe.

utilisée pour délivrer les exercices en classe. Rendre accessible l activité physique aux personnes âgées souffrant de troubles de Fiche No 52 mémoire : une étude de faisabilité Logsdon RG, McCurry SM, Pike KC, Teri L. Making Physical Activity Accessible

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE"

CERVEAU: PROTÉINES TAU NORMALE ET PATHOLOGIQUE CERVEAU: PROTÉINES TAU "NORMALE" ET "PATHOLOGIQUE" Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 19 mars 2009 LE NEURONE SAIN LA PROTÉINE TAU EN QUELQUES DATES 1975 Découverte

Plus en détail

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet

Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet seaux é r, t e n r, Inte e n o h p ité en é c l a c Té i f f e quelle : x u a i té? c n a so s a l r n pou o i t n e v é pr Triple P: un programme de soutien à la parentalité efficace sur internet Ulrich

Plus en détail

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant TDAH Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant LE TDAH ET LES ENFANTS Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection médicale reconnue qui demande souvent l

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS GUIDE À DESTINATION DES MÉDECINS PRESCRIPTEURS Ce guide est remis dans le cadre des mesures de minimisation du risque mises en place pour le valproate, dans

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013

Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H. Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Trouble Déficitaire de l Attention avec (ou sans) Hyperactivité T.D.A.H Francine Delenne CPC ASH 07 Animation Aubenas 2 15 mai 2013 Plan Des exemples Des terminologies variées Les étapes du diagnostic

Plus en détail

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie?

6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? 6 Sommes-nous (les malades) tous égaux face à cette pathologie? Sans doute NON car la chronicisation des symptômes n est pas vécue de façon identique selon que le malade a en lui les ressources nécessaires

Plus en détail

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens

Les Angoisses du normal au pathologique. Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Les Angoisses du normal au pathologique Dr Cyrille Guillaumont Chef de Pôle de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Philippe Pinel Amiens Quelques éléments de définition Stress : Anxiété : Angoisse :

Plus en détail

Les préparations lactées enrichies de fer : un apport

Les préparations lactées enrichies de fer : un apport Les préparations lactées enrichies de fer : un apport nutritionnel fiable Par Dominique Ladouceur, Dt.p. M me Ladouceur est nutritionniste chez Nutricom inc. et membre de l Ordre professionnel des diététistes

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale)

L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) L ETCAF (L ensemble des troubles causés par l alcoolisation fœtale) 1. Présentation des animatrices Statistiques du groupe Déroulement Identification de l ETCAF Diagnostic Effets et interventions possibles

Plus en détail

Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé

Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé 001 GUITARD 21/07/06 11:05 Page 1 Psychomotricité et retard intellectuel : le travail du psychomotricien dans un foyer d accueil spécialisé S. GUITARD 1 Les indications en psychomotricité sont nombreuses.

Plus en détail