PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité"

Transcription

1 MERCIER D. et LEGER L., Département d'éducation physique, Université de Montréal, CP 6128, Succ. A, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7 PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité INTRODUCTION Parmi les déterminants de la performance en course à pied, le VO 2 max est sans doute le plus étudié. Déjà en 1937, Robinson et al. notent la grande différence entre le VO 2 max du recordman du monde du 2 miles et celui de personnes sédentaires. Costill, Thomason et Roberts (1973) obtiennent une corrélation de 0,91 entre le VO 2 max et le temps au 10 miles. Ces résultats sont par la suite confirmés par plusieurs chercheurs. Cependant Conley et Krahenbuhl (1980) n'obtiennent qu'une corrélation de 0,12 entre le VO 2 max et la performance au 10,000 m avec un groupe de coureurs très homogène. Par contre, lorsqu'ils utilisèrent l'efficacité de la foulée comme variable indépendante le pouvoir de prédiction variait de 0,79 à 0,83 dépendant de la vitesse utilisée. Tous les bons coureurs ont un VO 2 max élevé mais celui-ci n'est pas suffisant pour prédire exactement la performance en course à pied. Suite à ces constatations, il est apparu important de vérifier si le test de piste de l'université de Montréal (TPUM, Léger et Boucher, 1980 et Léger et Mercier, 1983), un test simple et accessible aux entraîneurs et où la vitesse augmente progressivement de 1 km/h à toutes les deux minutes et dont le résultat dépend tant du VO 2 max que de l'efficacité de la foulée, pouvait mieux prédire la performance que chacun des deux facteurs pris isolément. Comme l'homogénéité des sujets étudiés et la distance de course semblaient, de par les études citées antérieurement, affecter la prédiction de la performance, des équations de régression permettant de prédire la performance à partir du TPUM furent établies en tenant compte de la distance de course (0,2 à 42,2 km), du sexe et de la spécialité de l'athlète. Est considéré comme spécialiste celui dont la performance est réalisée sur une distance pour laquelle il s'entraîne spécifiquement. Les sujets recrutés étant de niveau régional, provincial ou national, les résultats de cette étude, surtout sous ses aspects quantitatifs, se limiteront donc à cette population. D'autre part cette étude est unique en raison du nombre imposant d'observations (n = 521) et de la gamme des distances de courses couvertes.

2 MÉTHODOLOGIE Sujet et schéma expérimental : Les données de cette étude proviennent de 311 coureurs (60 femmes et 251 hommes) ayant réalisé 521 performances sur des distances variant de 200 m à 42, 195 km dans les trois semaines précédant ou suivant un test indirect mesurant leur puissance aérobie maximale (PAM ou VO 2 max). Ces données ont été utilisées pour établir des équations de régression entre la PAM et la performance en course à pied et ce en fonction du sexe, du statut de spécialité et la distance de course. Le même coureur est tantôt classé spécialiste et tantôt non-spécialiste si. la performance enregistrée est obtenue sur une distance pour laquelle il s'entraîne ou non respectivement. Les caractéristiques des sujets (effectifs, âge, poids, taille, PAM, niveau de performance sont présentées au tableau 1. Tableau 1 : Caractéristiques physiques et performances des sujets (*) Détermination de la PAM : Le test utilisé pour déterminer la PAM, le test de piste de l'université de Montréal (TPUM), est un test de piste progressif et maximal : la PAM est prédite à partir de la vitesse maximale atteinte en course (r = 0,96, Syx = 5 %, Léger et Boucher, 1980). La vitesse de départ est de 7 km/h et est augmentée de 1 km/h (ou 1 met) à chaque 2 minutes : les sujets ajustent leur vitesse en passant aux bornes disposées à tous les 50 m sur la piste en même temps qu'ils entendent les signaux sonores enregistrés sur une cassette. Le résultat au TPUM correspond au dernier palier

3 annoncé sur la bande avant l'épuisement (i.e. quand le coureur ne peut plus suivre le rythme imposé). De plus, puisque le coût énergétique de la course à pied sur le plat par temps calme est directement proportionnel à la vitesse de course et lorsque les variables sont exprimées dans les bonnes unités (Léger et Mercier, 1983), il s'en suit que : PAM, met = VITESSE, km/h. (1) Ainsi, le résultat du test peut être une vitesse aérobie maximale en course à pied (VAM) en km/h ou une puissance aérobie maximale (PAM ou VO2max en met, 1 met = 3,5 ml O 2 / kg.min). Unité de performance Pour comparer les performances réalisées sur des distances variant de 200 m à 42,195 km, les temps de performance ont été convertis en points au moyen de la table de cotation de Gardner et Purdy (1970). Cette table accorde un même nombre de points aux performances de même valeur. Par exemple, un 200 m en 23,6 s, un m en 9'25,3 et un marathon (42,195 km) en 2h 41' 02 valent tous trois 700 points. Sur cette table, plus la performance est de niveau élevé, plus elle vaut de points. C'est ainsi que les records du monde masculins valent entre et points. La table de cotation de Gardner et Purdy est décrite au moyen des équations suivantes où Y, le nombre de points mérités, varie en fonction de X, la performance de course en km/h (vitesse moyenne) : Distance, km Régression : POINTS = f (vitesse moyenne, km/h) 0.2 y = x (2) 0.4 y = x (3) 0.6 y = -939, x (4) 0.8 y = x (5) 1.0 y = x (6) 1.5 y = x (7) 1.61 (Mile) y = x (8) 2 y = x (9) 3 y = x (10) 5 y = x (11) 10 y = x (12) 15 y = x (13) 20 y = x (14) 30 y = x (15) 42.2 (Marathon) y = x (16)

4 Techniques de régression La prédiction de performance à partir de la PAM fut déterminée au moyen des techniques de régression simples. Cependant, ces techniques supposent que l'une des deux variables (x) mises en cause est indépendante (i.e. sans erreur) et l'autre dépendante (y). La régression obtenue minimise donc les moindres carrés dans l'axe des y. En traitant x comme variable dépendante, la régression obtenue est alors différente, particulièrement lorsque la corrélation s'éloigne de 1,00. Comme aucune des variables étudiées, la performance et la PAM, ne peut être considérée comme variable dépendante ou indépendante et comme il est utile d'obtenir des régressions valides dans les deux sens, les régressions de cette étude furent obtenues en prenant la bissectrice des régressions obtenues en considérant successivement x et y comme variable dépendante. Groupe de distances On peut émettre l'hypothèse que la PAM, comme prédicteur de la performance, n'a pas la même importance pour toutes les distances de course. Pour vérifier cette hypothèse, six groupes de distances furent constitués : m à 400 m m à 5000 m m à 1000 m km à 20 km m à 2000 m km à 42,195 km RÉSULTATS Prédiction de la performance pour toutes les distances Le pouvoir de prédiction (r) de la performance, exprimée en points selon la table de Gardner et Purdy, à partir de la PAM telle que mesurée par le TPUM, pour toutes les distances et pour tous les sujets est de 0,897 (tableau 2). Si l'étude des performances est limitée aux distances situées entre 0,6 et 20 km, le pouvoir de prédiction du TPUM augmente à 0,926 (tableau 2).

5 Tableau 2 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre groupes et distances. Prédiction de la performance selon le groupe de distances En séparant les performances en six groupes de distances le coefficient de corrélation augmente avec la distance jusqu'au groupe à m (r = 0,980) et diminue par la suite (figure 1 et tableau 2). Le niveau de performance, exprimé en points, pour une même PAM est semblable peu importe la distance (tableau 3). Un tableau semblable où la performance est exprimée en temps peut être construit à partir des équations 2 à 16, ce qui constitue un outil très utile pour prédire la performance à partir de la PAM et vice-versa, et ce, pour diverses distances de course (tableau 4). Exprimer l'erreur type de l'estimé en % des valeurs moyennes sur les points et sur les mets donne des profils semblables mais inverse à celui de la corrélation en fonction de la distance de course (figure 1). Prédiction de la performance selon le sexe L'analyse plus approfondie des résultats incite à présenter séparément, selon le sexe, les équations de prédiction de performance. En séparant les hommes et les femmes, le pouvoir de prédiction du TPUM varie de façon légèrement différente du groupe entier en fonction de la distance (figure 2). Les performances des hommes et des femmes pour une même PAM, sur les distances de 0,2 à 42,2 km et de 0,6 à 20,0 km, sont semblables (figures 3a et 3b, tableau 5). Par contre les hommes performent mieux que les femmes, pour une même PAM, pour les épreuves variant de 200 à m (figures 3c, 3d, 3e). Les performances des hommes et des femmes sont semblables pour les distances allant de à m figure 3f). Pour les épreuves plus longues, de 10 à 42,2 km, les femmes performent mieux que les hommes pour une même PAM (figures 3g, 3h, 3j).

6 Tableau 3 : PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PAM AU TPUM - Comparaison entre groupes de distances (performance en points).

7 Tableau 4 : PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PAM AU TPUM - Comparaison entre groupes de distances (performance en temps).

8

9 Tableau 5 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre hommes et femmes.

10 Tableau 6 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre spécialistes et non-spécialistes. Tableau 7 : RECORD DU MONDE EN COURSE A PIED, PAM REQUISE ET POUVOIR DE PREDICTION DU TPUM

11

12 Figure 4 : Corrélation entre le PAM au TPUM et la performance en course à pied en fonction des groupes de distances, comparaison entre spécialistes et nonspécialistes. Prédiction de la performances selon la spécialité Lorsque l'on sépare les spécialistes et les non-spécialistes, le pouvoir de prédiction du TPUM se comporte de façon semblable au groupe entier lorsque l'on varie la distance (figure 4 et tableau 6). Seule différence notable, le coefficient de corrélation pour les non-spécialistes est beaucoup plus élevé pour le groupe de distances 200 à 400 m (figure 4). On note également qu'à PAM égale les spécialistes font de meilleures performances que les non-spécialistes (figures 5a et 5b). Ceci est encore plus significatif pour les distances courtes (200 à 400 m, 600 à m) et les distances longues (10 à 20 km) (figures 5c, 5d, 5g). Par contre pour les distances intermédiaires (de à m) la différence de performance, pour une même PAM, entre spécialistes et non-spécialistes est mineure (figures 5c, 5f). Nous n'avions aucune information concernant la spécialité des coureurs ayant couru les épreuves de 30 à 42,2 km. DISCUSSION Prédiction de la performance sur toutes les distances La prédiction des performances de course sur joutes les distances à partir du TPUM est caractérisée par des corrélations plus élevées (r = 0,897 de m à 42,2 km et r = 0,926 de Mo m à 20 km) que celles obtenues en moyenne pour le VO 2 max

13 (r=0,603) ou tous les autres prédicteurs pris isolément (r = 0,710) tels VO 2 max, la fréquence cardiaque de repos ou sous-maximale, le test Astrand-Ryhming, le temps limite, l'efficacité de la foulée, le seuil anaérobie, la capacité anaérobie, d'autres performances de course, le volume d'entraînement et le pourcentage de graisse (Mercier et Léger, 1985). Seuls quelques chercheurs utilisant le VO 2 max comme prédicteurs (Costill, Thomp. son et Roberts, 1973 ; Farell et al., 1979 et Foster, 1983) rapportèrent des corrélations aussi élevées. Cependant aucune de ces études ne portait sur un nombre de sujets aussi grand et une gamme de distance de course aussi étendue. D'autre part, seul le seuil anaérobie, mesure plus complexe et controversée (Brooks, 1985, Gladden et al., 1985), donne systématiquement des corrélations aussi élevées ou supérieures (r = 0,90 à 0,99) au TPUM (Mercier et Léger, 1985). Comme le TPUM mesure globalement le VO 2 max et l'efficacité de la foulée, son pouvoir de prédiction relativement élevé est attendu et même comparable à celui observé pour la moyenne des études utilisant la régression multiple pour prédire la performance de course (r = 0,851, Mercier et Léger, 1985). Si la corrélation et l'erreur de l'estimé paraissent satisfaisants lorsque toute la gamme des distances est considérée globalement, il n'en demeure pas moins que l'exactitude des prédictions faites au moyen d'une seule régression pour toutes les distances comprises entre 200 m et 42,2 km, ou même entre 600 m et 20 km, baisse considérablement à mesure que l'on s éloigne des distances moyennes (section suivante).

14 Figure 5 : Performance en course à pied (Points, Gardner et Purdy) en fonction de la PAM au TPUM (Mets), comparaison entre spécialistes et non-spécialistes pour les distances de : a)0,2 à 42,2 km ; b) 0,6 à 20,0 km ; c) 0,2 à 0,4 km d) 0,6 à 1,0 km e) 1,5 à 2,0 km f) 3,0 à 5,0 km g) 10,0 à 20,0 km h) 0,2 à 2,0 km i) 3,0 à 42,2 km Prédiction de la performance selon le groupe de distances Le pouvoir de prédiction du TPUM augmente en fonction de la distance jusqu'au groupe de distances à m (0,980) et diminue par la suite. Ceci va à l'encontre des études de Katch et Henry (1972), Lawson et Golding (1979) qui obtiennent des coefficients de corrélation de plus en plus élevés en fonction de la distance. Par contre nos données sont appuyées par les résultats de Kumagai et al. (1982) et de Berg et Keul (1984). Pollock (1977), Svendenhag et Sjôdin (1984) obtiennent des VO 2 max plus élevé chez les spécialistes de m que chez les spécialistes de distances plus courtes et plus longues. Les épreuves de 1500 à m se courent autour de 100 % du VO 2 max (Costill 1979), ce qui expliquerait les PAM plus élevées de ces coureurs et le plus grand pouvoir de prédiction du TPUM pour ces épreuves. Pour les distances plus longues, principalement le marathon, le % du VO 2 max pouvant être soutenu (i.e. endurance

15 ou seuil anaérobie) prend plus d'importance et diminue ainsi la contribution relative de la PAM à la performance (Costill, 1979). Pour les distances plus courtes, l'importance relative de la PAM diminue également car un autre facteur important entre en ligne de compte : la capacité anaérobie (Lawson et Golding.1979, Svendenhag et Sjödin 1984). Il paraît donc essentiel de faire des prédictions de performances en tenant compte de la distance de l'épreuve. Prédiction de la performance selon le sexe Les études antérieures sur la prédiction de performance portaient uniquement sur des hommes. Les résultats de la présente étude indiquent toutefois des différences marquées entre hommes et femmes. Pour un même résultat au TPUM, les femmes performent moins bien que les hommes dans les épreuves de 200 à m, de façon semblable aux hommes pour le m et le m, et mieux que les hommes pour les distances de 10,0 à 42,2 km (figure 3 et tableau 5). Pour les épreuves de et m, la performance est prédite presque parfaitement par la PAM (r = 0,980), il est alors peu probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle très important dans la performance. Il est donc normal que pour un même résultat au TPUM femmes et hommes aient des performances semblables pour ces épreuves. Il n'en est pas ainsi pour les épreuves de 200 à 2000 m et plus particulièrement pour le groupe 200 à 400 m (figure 3C) pour lequel le pouvoir de prédiction du TPUM est très bas (tableaux 2 et 5). Pour ces épreuves, il est très plausible que d'autres qualités, sans doute la vitesse et la capacité anaérobie «lactacide», entrent en ligne de compte (Lawson et Golding, Svendenhag et Sjôdin, 1984). Contrairement à ce qui se passe pour les distances de 200 à m, les femmes, à PAM égale, font de meilleures performances que les hommes dans les épreuves de 10,0 km et plus (figures 3g, 3h, 3j ). De là à dire que les spécialistes féminines de courses de fond sont plus endurantes que les spécialistes masculins, il n'y a qu'un pas. Pourtant Thibault et al. (1984) et Mercier, Léger et Desjardins (1984) rapportent des indices d'endurance semblables pour les spécialistes femmes et hommes de niveau international (PAM = environ 20,5 mets femmes et 23,0 mets hommes). Si, dans notre étude, les femmes démontrent une endurance supérieure à celles des hommes, c'est sans doute qu'à PAM égale, les femmes sont généralement plus entraînées et généralement plus endurantes que les hommes. Suite à l'analyse de nos résultats nous concluons que les prédictions de performances devraient être faites séparément selon le sexe. Prédiction de la performance selon la spécificité Nos résultats indiquent qu'il faut considérer la spécialité de l'athlète lorsque l'on fait des prédictions de performance. En effet, sous différents aspects, des différences marquées existent entre spécialistes et non-spécialistes.

16 Le pouvoir de prédiction du TPUM pour les épreuves de 200 à 400 m est beaucoup plus grand pour les non-spécialistes (pour la majorité des coureurs de m et plus) que pour les spécialistes (figure 4 et tableau 6). Ceci s'explique : en général, les spécialistes ont une capacité anaérobie assez élevée qui explique en grande partie la performance sur ces épreuves, ce qui n'est pas le cas pour les nonspécialistes. D'ailleurs McKenzie, Parkhouse et Hearst (1982) et Svendenhag et Sjödin (1984) démontrent que les spécialistes des distances courtes (200 à 1000 m) on de meilleures capacités anaérobies que ceux des distances plus longues (1 500 m et plus). Les spécialistes font de meilleures performances que les non-spécialistes pour une même PAM. Cette différence est plus marquée pour les épreuves courtes (200 m à 1000 m) et pour les distances longues (10 à 20 km que pour les distances médianes (1 500 m à 5 km). Pour les épreuves de à m, la performance est prédite presque parfaitement par la PAM (tableaux 2 et 6). Il est alors peu probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle très important dans la performance. Il est donc normal que pour un même résultat au TPUM spécialistes et non-spécialistes fassent des performances semblables pour ces distances de course. Figure 6 : Corrélation entre la PAM au TPUM et la performance en course à pied (spécialistes) et PAM requise pour faire un record du monde, en fonction de la distance. Il n'en est pas ainsi pour les épreuves de 200 à 1000 m et plus particulièrement pour les groupes 200 à 400 m (figure 5c) pour lequel le pouvoir de prédiction du TPUM est plus bas (tableaux 2 et 6). Pour ces épreuves, il est très plausible que d'autres qualités, sans doute la vitesse et la capacité anaérobie lactacide, entre en ligne de compte (Lawson & Golding, 1979, Svendenhag & Sjödin, 1984).

17 Pour les épreuves de 10 à 20 km, la performance n'est pas prédite parfaitement par la PAM (tableaux 2 et 6), il est alors très probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle dans la performance supérieure aux autres coureurs. Cette affirmation est confirmée par Costill (1973) et Svendenhag et Sjödin (1984). Suite à l'analyse des résultats, nous concluons que les prédictions de performances devraient être faites séparément selon la spécialité de l'athlète. PAM requise pour faire un record du monde Même si les records du monde se situent hors de l'étendue des données expérimentales de cette étude, la PAM requise pour réaliser ces records fut estimée (tableau 7). On remarque que la PAM requise pour faire un record du monde augmente jusqu'à 3000 m et diminue par la suite. Cela est conforme à la variation du pouvoir de prédiction du TPUM en fonction de la distance (figures 1 et 6). D'ailleurs la corrélation entre la PAM requise pour faire un record du monde et le pouvoir de prédiction du TPUM pour les différentes épreuves est de 0,91.

18 CONCLUSION A la suite de l'analyse des résultats, nous pouvons conclure que : 1. Le TPUM est un très bon prédicteur de la performance en course à pied, pour toutes les distances utilisées dans cette étude, parce qu'il évalue le VO 2 max et l'efficacité de la foulée de façon simultanée. Le TPUM s'avère un meilleur prédicteur que le VO 2 max ou que les autres tests évaluant la puissance aérobie maximale. 2. Le TPUM prédit mieux la performance pour les épreuves qui se courent autour de 100 % du VO 2 max, c'est-à-dire pour des distances variant de à m, que pour les distances plus courtes ou plus longues, où d'autres qualités importantes influencent la performance : la vitesse et la capacité anaérobie pour les distances plus courtes et l'endurance pour les distances plus longues. 3. Le pouvoir de prédiction du TPUM est semblable chez les hommes et les femmes. Pour une même PAM et TPUM par contre, les femmes performent moins bien que les hommes dans les épreuves courtes (200 à m), aussi bien que les hommes pour le et le m, et mieux que les hommes dans les épreuves longues (10 km et plus). Pour une même PAM en effet, les hommes seraient généralement plus rapides et posséderaient une plus grande capacité anaérobie que les femmes ; d'autre part, les femmes seraient généralement plus endurantes que les hommes. 4. Le pouvoir de prédiction du TPUM est similaire chez les spécialistes et nonspécialistes. Par contre les spécialistes font systématiquement de meilleures performances que les non-spécialistes pour une même PAM. Particulièrement pour les épreuves où le pouvoir de prédiction du TPUM est le plus bas. Cela s'explique par le fait que les spécialistes sont généralement mieux pourvus des autres qualités nécessaires à leur discipline (vitesse, capacité anaérobie ou endurance) que les non-spécialistes. 5. La PAM requise pour faire un record du monde diffère selon la distance de l'épreuve et est directement proportionnelle au pouvoir de prédiction du TPUM pour chacune de celles-ci, c'est-à-dire maximale sur ou m.

19 RÉFÉRENCES 1. BERG, A., KEUL, J., Validity of predictable effect in metabolic changes, Medecine Sport Science, vol. 17 : , BROOKS, G.A., Anaerobic threshold : review of the concept and directions for future research, Med. Sel. Sport Exercice 17 : 223l, CONLEY, D.L. et KRAHENBUHL, G.S., Running performance of highly trained athletes, Med. Sel. Sports Eserc., vol. 12, no 5, , COSTILL, D.L., THOMASON, H., ROBERTS, E., Fractional utilization of the aerobic capacity during distance running, Med. Sci. Sport, vol. 5, no 4 : , COSTILL, D.L., A Scientific Approach to Distance Running, Tafnews Press, Los Altos, California, FARREL, D., WILMORE, J.H., COYLE, E.F., BILLING, J.E., COSTILL, D.L., Plasma lactate accumulation and distance running performance, Med. Sci. Sports, vol. 11, no 4 : , FOSTER, C., VO 2 max and training indices as determinants of competitive running performance, J. Sport Sci.1 : 13-22, GARDNER, J., PURDY, G., Compotenzed Running Training Programs, Tafnews Press, Los Alots, CaLifornia, GLADDEN, L.B., YATES, J.W., STREMEL, R.W., STAMFORD, B.A., Gas exchange and lactate anaerobic threshold : inter - and intra - evaluator agreemént, JU. Appl.Physiol. 58 : , KATCH, V., HENRY, F.M., Prediction of running performance from maximal oxygen debt and intake, Med. Soi. Sports, vol. 4, no 4 : , KUMAGAI., S., TANAKA, K., MATSUURA, Y., MATSUZAKA, A., HIRAKOBA, K., ASANO, K., Relationships of the anaerobic threshold with the 5 km, 10 km and 10 miles races, Eur. J. Appl. Physiol., vol. 49 : 13-23, LAWSON, D.L., GOLDING, L.A., Physiological parameters limiting performance in middle-distance and sprint running, Aust. J. Sports Med., vol. 11, n 1 : 18-24, LÉGER, L., BOUCHER, R., An indirect continuous running multistage field test : the Université de Montréal Track Test, Can. J. Appl. Sport Sci., vol. 5, no 2 : 77-84, LÉGER, L., MERCIER, D., Coût énergétique de la course sur tapis roulant et sur piste, Motricité humaine (INSEP, Paris), no 2 : 66-69, Mc KENZIE, D.C., PARKHOUSE, W.S., HERAST, W.E., Anaerobic performance characteristics of elite canadian 8UU m runners, Can. J. Appl. Sports Sci., vol. 7, no 3: , MERCIER, D., LÉGER, L., Les prédicteurs de la performance en course à pied, Une recension des écrits, 1985 (en préparation). 17. MERCIER, D., LÉGER, L., 1. L'évaluation de la PMA du coureur, 2. Détermination et contrôle de l'intensité d'entraînement du coureur, Track Field J. vol. 13 : 15-23, MERCIER, D., LÉGER, L., DESJARDINS, M., Prédiction de la performance, du

20 VO 2 max et de l'endurance relative du coureur de fond, Trach Fleld J., vol. 27 : 27-31, POLLOCK, M.L., Submaximal working capacity of elite distance runners - Part 1 : Cardiorespiratory aspect, Ann. N-Y. Acad. Sa., no 301 : , ROBINSON, S., EDWARDS, H.T., DILL, D.B., New records in human power, Science, vol. 85, no 2208 : , SVEDENHAG, J., SJODIN, B., Maximal and submaximal 02 uptake and blood lactate levels in elite male middle and long distance runners, mi. J. Sports Med., vol. 5: , THIBAULT, G., PERONNET, F., LÉGER, L., MERCIER, D., Hermann, the computer program designed to help the runner. A paper presented at the Satellite Symposium for Coaches and Physical Educators to the 1984 CASS Annual Meeting, in Moncton, nov, 1-3, 1984.

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Le 30-15 Intermittent Fitness Test :

Le 30-15 Intermittent Fitness Test : Par Martin Buchheit Le 30-15 Intermittent Fitness Test : Un nouveau test de terrain spécifiquement dédié aux joueurs de sport collectif pour la détermination d une Vitesse Maximale Aérobie Intermittente

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs.

Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. Utilisation des tests de terrain dans l orientation du contenu d entraînement dans les sports individuels et collectifs. (*) Université Victor Segalen Bordeaux 2 (**) Université de Montréal Georges CAZORLA

Plus en détail

Coût énergétique de la course en montée et en descente chez les coureurs entraînés pour la course de montagne

Coût énergétique de la course en montée et en descente chez les coureurs entraînés pour la course de montagne 40 Article original Caroline Praz 1,2, Steve Jagdeep 1, Manu Praz 1, Olivier Dériaz 1 1 Institut de recherche en réadaptation-réinsertion, Clinique romande de réadaptation SUVAcare 2 Institut des sciences

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

Préparer un 10km en 50 minutes environ

Préparer un 10km en 50 minutes environ Préparer un 10km en 50 minutes environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Votre objectif est de finir un 10 km en 50 minutes. DESCRIPTION Vous courez généralement à un rythme continu, mais vous aimeriez vous

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T.

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T. J.C. CHATARD, J.R. LACOUR, Laboratoire de Physiologie, G.I.P. Exercice Université de St Etienne, UER de Médecine, 30 rue F. Gambon, 42022 St Etienne Cedex M. PAULIN, 7, av. Division Leclerc, 69120 VENNISSIEUX

Plus en détail

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme TP U 42 ntraînement valuation de la consommation maximale d oxygène (VO 2 max) par une épreuve sous-maximale indirecte en laboratoire : le test d strand-yhming (1954) sur ergocycle. Le test d strand-yhming

Plus en détail

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement olympiques et paralympiques Développé par Rowing Canada

Plus en détail

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée Colloque Entraînement - Samedi 03 Mars 2012 Définition : Epreuve de vérité Cycliste seul face au chronomètre Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps

Plus en détail

Préparer un semi-marathon en 2h00 environ

Préparer un semi-marathon en 2h00 environ Préparer un semi-marathon en 2h00 environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Cet entraînement vous permettra de terminer un semi-marathon en 2 heures. DESCRIPTION Vous aimez courir longtemps pour extérioriser

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA )

TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA ) TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA ) PRÉAMBULE Toute personne désireuse de faire carrière en techniques ambulancières au Québec doit réussir le test d'aptitudes physiques,

Plus en détail

La résistance à la vitesse : Clé de la préparation physique en sports collectifs?

La résistance à la vitesse : Clé de la préparation physique en sports collectifs? La résistance à la vitesse : Clé de la préparation physique en sports collectifs? Gilles Cometti Maître de conférences Faculté des Sciences du sport - UFR STAPS Dijon BP 27877, 21078 Dijon Cedex, France

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX TEST NUMERO 1 (1/3) Nom : Test Luc LEGER Navette (20m) Objectifs : Mesure de la VMA (Vitesse maximal aérobie)

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SAISON 2011-2012

LIVRET D ACCUEIL SAISON 2011-2012 Complexe Sportif Andromède Chemin du Ferradou 31700 Blagnac Tel : 05 61 71 60 03 E-mail :secretariat.bsca@gmail.com Site : www.bsc-athle.com LIVRET D ACCUEIL SAISON 2011-2012 Bienvenue au Blagnac Sporting

Plus en détail

RFIS. VALENCIENNES le 23 Juin

RFIS. VALENCIENNES le 23 Juin APPLICATION D UNE METHODE ORIGINALE DE TRAITEMENT VIDEO A LA DETERMINATION DES DEPENSES ENERGETIQUES AEROBIE ET ANAEROBIE DU TENNIS Florent BOTTON & Jean-Paul ECLACHE Laboratoire de la Performance, ASTB,

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55

www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Centre de tests www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 www.ctsbiel-bienne.ch 032 329 19 55 Un centre de tests compétent En étroite collaboration, le centre de fitness CTS et la Physio Balance vous propose

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

FORCE, PUISSANCE OU VITESSE

FORCE, PUISSANCE OU VITESSE Marcel NADEAU, Laboratoire de motricité humaine, Département de Kinanthropie, FEPS, Université de Sherbrooke (Quebec), Canada, J1K 2R1. FORCE, PUISSANCE OU VITESSE On peut dire d'un athlète qu'il est fort,

Plus en détail

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+)

PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) PLAN ENTRAINEMENT TRAIL LONG (>60 KM) FORTE DÉNIVÉLATION (>2 KM D+) 6 semaines de préparation générale + 5 semaines de préparation spécifique 4 séances par semaine Préambule: Toutes les données que vous

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure:

Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure: Le rôle des émotions et de la motivation dans la stratégie de régulation de l allure: Les auteurs emploient parfois le terme de sensation, parfois d émotion. Les nuances entre ces notions sont subtiles

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Ordonnance du DDPS sur les émoluments de l Office fédéral du sport

Ordonnance du DDPS sur les émoluments de l Office fédéral du sport Ordonnance du DDPS sur les émoluments de l Office fédéral du sport (OEmol-OFSPO) 415.013 du 14 septembre 2012 (Etat le 1 er octobre 2012) Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Athlétest est un outil ludique, simple, facilement interprétable et qui ne nécessite pas de matériel spécifique.

Athlétest est un outil ludique, simple, facilement interprétable et qui ne nécessite pas de matériel spécifique. Venez tester votre forme à deux, en famille... ou testez la forme d'un groupe : club, classe, Athlétest est un outil ludique, simple, facilement interprétable et qui ne nécessite pas de matériel spécifique.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

ESTIMATION DES EXIGENCES BIOENERGETIQUES DES TACHES MOTRICES. INFLUENCE DE L'AGE ET DU SEXE

ESTIMATION DES EXIGENCES BIOENERGETIQUES DES TACHES MOTRICES. INFLUENCE DE L'AGE ET DU SEXE D. DELIGNIÈRES - Professeur agrégé EPS associé au laboratoire de Psychologie du Sport de l INSEP. J.-P. FAMOSE - Jean-Pierre Famose est Professeur à l INSEP, laboratoire de Psychologie du Sport INSEP,

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente

Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente Le test 45-15 FIT Évaluation de la VMA int 45-15, vitesse de référence pour l'entraînement de la PMA sous forme intermittente Georges GACON Hervé ASSADI 1994-2004 1. Le test et son protocole C'est un test

Plus en détail

Polar. Nouveautés Polar

Polar. Nouveautés Polar Polar Nouveautés Polar POLAR ELECTRO Fondé en 1977 Premier moniteur de fréquence cardiaque sans fil au monde Travail en collaboration avec les plus grands instituts sportifs & universités Reconnu comme

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

x et y sont proportionnels si, et seulement si, les poins de coordonnées (x ; y) sont alignés avec l origine du repère. y 4 n

x et y sont proportionnels si, et seulement si, les poins de coordonnées (x ; y) sont alignés avec l origine du repère. y 4 n CHAPITRE 11 PROPORTIONNALITE I. GENERALITES A. NOTION DE GRANDEURS PROPORTIONNELLES Deux grandeurs x et y sont proportionnelles si, lorsque l une varie, l autre varie dans les mêmes proportions : si x

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004 EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH - 2005 Introduction : L effort physique comme stresseur LE CONCEPT DE STRESS DÉFINITION DE SEYLE : «Etat de l organisme en train de réagir à

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Règlement général des épreuves d élevage 2015

Règlement général des épreuves d élevage 2015 Règlement général des épreuves d élevage 2015 Endurance 83/85 boulevard Vincent Auriol 75013 PARIS www.shf.eu. Secrétariat administratif: 01.53.59.31.31 Fax: 01.53.59.31.30 Secrétariat technique: 01.53.59.31.35

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

INF6304 Interfaces Intelligentes

INF6304 Interfaces Intelligentes INF6304 Interfaces Intelligentes filtres collaboratifs 1/42 INF6304 Interfaces Intelligentes Systèmes de recommandations, Approches filtres collaboratifs Michel C. Desmarais Génie informatique et génie

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

Les arbres de décision

Les arbres de décision Les arbres de décision 25 Septembre 2007 Datamining 1 2007-2008 Plan 1 Le partitionnement récursif 2 C4.5 3 CART 4 Evaluation de performances 5 Bilan Datamining 2 2007-2008 Les données du Titanic Le partitionnement

Plus en détail

TESTS D'EVALUATION DE LA PUISSANCE MAXIMALE AEROBIE ET ANAEROBIE. {LICENCE 98-99. H. VANDEWALLE et F. FRIEMEL. Sport et Vie, 1989} INTRODUCTION...

TESTS D'EVALUATION DE LA PUISSANCE MAXIMALE AEROBIE ET ANAEROBIE. {LICENCE 98-99. H. VANDEWALLE et F. FRIEMEL. Sport et Vie, 1989} INTRODUCTION... TESTS D'EVALUATION DE LA PUISSANCE MAXIMALE AEROBIE ET ANAEROBIE Le 08 Février 1999 {LICENCE 98-99. H. VANDEWALLE et F. FRIEMEL. Sport et Vie, 1989} RESUME...3 INTRODUCTION...3 1. MESURE DE LA PUISSANCE

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

V o ir la v ie e n Ble ue. Plan Hypothécaire. Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit...

V o ir la v ie e n Ble ue. Plan Hypothécaire. Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit... V o ir la v ie e n Ble ue Plan Hypothécaire Un plan d assurance hypothécaire sécurisant pour votre prêt et votre marge de crédit... PlanHypothécaire Croix Bleue est heureuse de vous présenter un plan d

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 15 août 2006 SOLLICITATION

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Le premier appareil de mesure compact pour l Epreuve d Effort Cardio Pulmonaire en cabinet. VO2max et V02 sub-max

Le premier appareil de mesure compact pour l Epreuve d Effort Cardio Pulmonaire en cabinet. VO2max et V02 sub-max Epreuve d Effort Cardio Pulmonaire Le premier appareil de mesure compact pour l Epreuve d Effort Cardio Pulmonaire en cabinet VO2max et V02 sub-max Détection du Seuil Respiratoire et des zones d entrainement

Plus en détail

Eco marathon. Quizz. Entourer les bonnes réponses Plusieurs réponses sont possibles par question

Eco marathon. Quizz. Entourer les bonnes réponses Plusieurs réponses sont possibles par question Eco marathon Conception et réalisation d'un véhicule basse consommation Collège de Rhuys 22 rue Adrien Régent 56 370 SARZEAU Contact : nicolas.levasseur@ac-rennes.fr Quizz Entourer les bonnes réponses

Plus en détail

TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE

TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE TESTS STATISTIQUES: COMPARAISON, INDÉPENDANCE ET RÉGRESSION LINÉAIRE Les résultats donnés par R et SAS donnent les valeurs des tests, la valeur-p ainsi que les intervalles de confiance. TEST DE COMPARAISON

Plus en détail

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard

Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Le quatrième resserrement hypothécaire, un an plus tard Nous examinons ici l effet du dernier resserrement des règles de l assurance prêt hypothécaire sur la performance du marché immobilier québécois

Plus en détail

Belgian Paralympic Committee Founded in 1960. Members : Parantee vzw and Ligue Handisport Francophone (LHF asbl)

Belgian Paralympic Committee Founded in 1960. Members : Parantee vzw and Ligue Handisport Francophone (LHF asbl) Belgian Paralympic Committee Founded in 1960. Members : Parantee vzw and Ligue Handisport Francophone (LHF asbl) BPC Avenue de Boechoutlaan 9 1020 BRUSSEL/BRUXELLES - +32 2 474 51 50 - +32 2 479 46 56

Plus en détail

Contrôle de la charge et prévention du surentraînement

Contrôle de la charge et prévention du surentraînement Contrôle de la charge et prévention du surentraînement Par François Gazzano, BSc Préparateur Physique Advanced Fitness Designs, Inc http://www.af-d.com Contact: fgazzano@af-d.com 1 Contenu Relation entraînement-surentraînement

Plus en détail

Courir plus vite en améliorant sa VMA

Courir plus vite en améliorant sa VMA Courir plus vite en améliorant sa VMA OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Pour courir plus vite, l'objectif sera d'améliorer votre VMA, ceci afin de gagner en confort dans les autres allures. En effet, en augmentant

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Étude de l OCRCVM sur l incidence des modifications apportées aux

Étude de l OCRCVM sur l incidence des modifications apportées aux Avis administratif Généralités RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : Victoria Pinnington Vice-présidente

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

QUELLE EST LA VALEUR DE VOTRE RÉPUTATION SUR LES MÉDIAS SOCIAUX?

QUELLE EST LA VALEUR DE VOTRE RÉPUTATION SUR LES MÉDIAS SOCIAUX? QUELLE EST LA VALEUR DE VOTRE RÉPUTATION SUR LES MÉDIAS SOCIAUX? QUI EST MESURE MÉDIA? - Des spécialistes en relations publiques qui mettent leur expertise au service de l évaluation des médias. -- Mesure

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE

FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE 1 Introduction Il existe deux types de méthodes pour évaluer l'information scientifique : une méthode qualitative par les pairs (le peer reviewing) qui se fait a priori

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

FAQ: revo Monitoring System: rms

FAQ: revo Monitoring System: rms FAQ: revo Monitoring System: rms V161011fr 1.De quoi est composé le système rms?...1 2.Comment le rms prédit-il la durée de chaux restante?...3 3.Puis-je mettre à jour mon Shearwater actuel avec le rms?...3

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design»

CONFERENCE PALISADE. Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» CONFERENCE PALISADE Optimisation robuste d un plan d expériences par simulation Monte-Carlo Concepts de «Design Space» et de «Quality by Design» 1 SIGMA PLUS Logiciels, Formations et Etudes Statistiques

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Entraînement intermittent

Entraînement intermittent Entraînement intermittent 1 PLAN INTRODUCTION : DÉFINITION ET HISTORIQUE 1) CLASSIFICATION, PERFORMANCE, MODÉLISATION 2) RÉPONSES À L ENTRAÎNEMENT 3) RÉPONSES RESPIRATOIRES 4) RÉPONSES ÉNERGÉTIQUES 2 INTRODUCTION

Plus en détail