PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité"

Transcription

1 MERCIER D. et LEGER L., Département d'éducation physique, Université de Montréal, CP 6128, Succ. A, Montréal, Québec, Canada, H3C 3J7 PRÉDICTION DE LA PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PUISSANCE AÉROBIE MAXIMALE Effet de la distance, du sexe et de la spécialité INTRODUCTION Parmi les déterminants de la performance en course à pied, le VO 2 max est sans doute le plus étudié. Déjà en 1937, Robinson et al. notent la grande différence entre le VO 2 max du recordman du monde du 2 miles et celui de personnes sédentaires. Costill, Thomason et Roberts (1973) obtiennent une corrélation de 0,91 entre le VO 2 max et le temps au 10 miles. Ces résultats sont par la suite confirmés par plusieurs chercheurs. Cependant Conley et Krahenbuhl (1980) n'obtiennent qu'une corrélation de 0,12 entre le VO 2 max et la performance au 10,000 m avec un groupe de coureurs très homogène. Par contre, lorsqu'ils utilisèrent l'efficacité de la foulée comme variable indépendante le pouvoir de prédiction variait de 0,79 à 0,83 dépendant de la vitesse utilisée. Tous les bons coureurs ont un VO 2 max élevé mais celui-ci n'est pas suffisant pour prédire exactement la performance en course à pied. Suite à ces constatations, il est apparu important de vérifier si le test de piste de l'université de Montréal (TPUM, Léger et Boucher, 1980 et Léger et Mercier, 1983), un test simple et accessible aux entraîneurs et où la vitesse augmente progressivement de 1 km/h à toutes les deux minutes et dont le résultat dépend tant du VO 2 max que de l'efficacité de la foulée, pouvait mieux prédire la performance que chacun des deux facteurs pris isolément. Comme l'homogénéité des sujets étudiés et la distance de course semblaient, de par les études citées antérieurement, affecter la prédiction de la performance, des équations de régression permettant de prédire la performance à partir du TPUM furent établies en tenant compte de la distance de course (0,2 à 42,2 km), du sexe et de la spécialité de l'athlète. Est considéré comme spécialiste celui dont la performance est réalisée sur une distance pour laquelle il s'entraîne spécifiquement. Les sujets recrutés étant de niveau régional, provincial ou national, les résultats de cette étude, surtout sous ses aspects quantitatifs, se limiteront donc à cette population. D'autre part cette étude est unique en raison du nombre imposant d'observations (n = 521) et de la gamme des distances de courses couvertes.

2 MÉTHODOLOGIE Sujet et schéma expérimental : Les données de cette étude proviennent de 311 coureurs (60 femmes et 251 hommes) ayant réalisé 521 performances sur des distances variant de 200 m à 42, 195 km dans les trois semaines précédant ou suivant un test indirect mesurant leur puissance aérobie maximale (PAM ou VO 2 max). Ces données ont été utilisées pour établir des équations de régression entre la PAM et la performance en course à pied et ce en fonction du sexe, du statut de spécialité et la distance de course. Le même coureur est tantôt classé spécialiste et tantôt non-spécialiste si. la performance enregistrée est obtenue sur une distance pour laquelle il s'entraîne ou non respectivement. Les caractéristiques des sujets (effectifs, âge, poids, taille, PAM, niveau de performance sont présentées au tableau 1. Tableau 1 : Caractéristiques physiques et performances des sujets (*) Détermination de la PAM : Le test utilisé pour déterminer la PAM, le test de piste de l'université de Montréal (TPUM), est un test de piste progressif et maximal : la PAM est prédite à partir de la vitesse maximale atteinte en course (r = 0,96, Syx = 5 %, Léger et Boucher, 1980). La vitesse de départ est de 7 km/h et est augmentée de 1 km/h (ou 1 met) à chaque 2 minutes : les sujets ajustent leur vitesse en passant aux bornes disposées à tous les 50 m sur la piste en même temps qu'ils entendent les signaux sonores enregistrés sur une cassette. Le résultat au TPUM correspond au dernier palier

3 annoncé sur la bande avant l'épuisement (i.e. quand le coureur ne peut plus suivre le rythme imposé). De plus, puisque le coût énergétique de la course à pied sur le plat par temps calme est directement proportionnel à la vitesse de course et lorsque les variables sont exprimées dans les bonnes unités (Léger et Mercier, 1983), il s'en suit que : PAM, met = VITESSE, km/h. (1) Ainsi, le résultat du test peut être une vitesse aérobie maximale en course à pied (VAM) en km/h ou une puissance aérobie maximale (PAM ou VO2max en met, 1 met = 3,5 ml O 2 / kg.min). Unité de performance Pour comparer les performances réalisées sur des distances variant de 200 m à 42,195 km, les temps de performance ont été convertis en points au moyen de la table de cotation de Gardner et Purdy (1970). Cette table accorde un même nombre de points aux performances de même valeur. Par exemple, un 200 m en 23,6 s, un m en 9'25,3 et un marathon (42,195 km) en 2h 41' 02 valent tous trois 700 points. Sur cette table, plus la performance est de niveau élevé, plus elle vaut de points. C'est ainsi que les records du monde masculins valent entre et points. La table de cotation de Gardner et Purdy est décrite au moyen des équations suivantes où Y, le nombre de points mérités, varie en fonction de X, la performance de course en km/h (vitesse moyenne) : Distance, km Régression : POINTS = f (vitesse moyenne, km/h) 0.2 y = x (2) 0.4 y = x (3) 0.6 y = -939, x (4) 0.8 y = x (5) 1.0 y = x (6) 1.5 y = x (7) 1.61 (Mile) y = x (8) 2 y = x (9) 3 y = x (10) 5 y = x (11) 10 y = x (12) 15 y = x (13) 20 y = x (14) 30 y = x (15) 42.2 (Marathon) y = x (16)

4 Techniques de régression La prédiction de performance à partir de la PAM fut déterminée au moyen des techniques de régression simples. Cependant, ces techniques supposent que l'une des deux variables (x) mises en cause est indépendante (i.e. sans erreur) et l'autre dépendante (y). La régression obtenue minimise donc les moindres carrés dans l'axe des y. En traitant x comme variable dépendante, la régression obtenue est alors différente, particulièrement lorsque la corrélation s'éloigne de 1,00. Comme aucune des variables étudiées, la performance et la PAM, ne peut être considérée comme variable dépendante ou indépendante et comme il est utile d'obtenir des régressions valides dans les deux sens, les régressions de cette étude furent obtenues en prenant la bissectrice des régressions obtenues en considérant successivement x et y comme variable dépendante. Groupe de distances On peut émettre l'hypothèse que la PAM, comme prédicteur de la performance, n'a pas la même importance pour toutes les distances de course. Pour vérifier cette hypothèse, six groupes de distances furent constitués : m à 400 m m à 5000 m m à 1000 m km à 20 km m à 2000 m km à 42,195 km RÉSULTATS Prédiction de la performance pour toutes les distances Le pouvoir de prédiction (r) de la performance, exprimée en points selon la table de Gardner et Purdy, à partir de la PAM telle que mesurée par le TPUM, pour toutes les distances et pour tous les sujets est de 0,897 (tableau 2). Si l'étude des performances est limitée aux distances situées entre 0,6 et 20 km, le pouvoir de prédiction du TPUM augmente à 0,926 (tableau 2).

5 Tableau 2 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre groupes et distances. Prédiction de la performance selon le groupe de distances En séparant les performances en six groupes de distances le coefficient de corrélation augmente avec la distance jusqu'au groupe à m (r = 0,980) et diminue par la suite (figure 1 et tableau 2). Le niveau de performance, exprimé en points, pour une même PAM est semblable peu importe la distance (tableau 3). Un tableau semblable où la performance est exprimée en temps peut être construit à partir des équations 2 à 16, ce qui constitue un outil très utile pour prédire la performance à partir de la PAM et vice-versa, et ce, pour diverses distances de course (tableau 4). Exprimer l'erreur type de l'estimé en % des valeurs moyennes sur les points et sur les mets donne des profils semblables mais inverse à celui de la corrélation en fonction de la distance de course (figure 1). Prédiction de la performance selon le sexe L'analyse plus approfondie des résultats incite à présenter séparément, selon le sexe, les équations de prédiction de performance. En séparant les hommes et les femmes, le pouvoir de prédiction du TPUM varie de façon légèrement différente du groupe entier en fonction de la distance (figure 2). Les performances des hommes et des femmes pour une même PAM, sur les distances de 0,2 à 42,2 km et de 0,6 à 20,0 km, sont semblables (figures 3a et 3b, tableau 5). Par contre les hommes performent mieux que les femmes, pour une même PAM, pour les épreuves variant de 200 à m (figures 3c, 3d, 3e). Les performances des hommes et des femmes sont semblables pour les distances allant de à m figure 3f). Pour les épreuves plus longues, de 10 à 42,2 km, les femmes performent mieux que les hommes pour une même PAM (figures 3g, 3h, 3j).

6 Tableau 3 : PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PAM AU TPUM - Comparaison entre groupes de distances (performance en points).

7 Tableau 4 : PERFORMANCE EN COURSE A PIED A PARTIR DE LA PAM AU TPUM - Comparaison entre groupes de distances (performance en temps).

8

9 Tableau 5 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre hommes et femmes.

10 Tableau 6 : STATISTIQUES REGRESSIVES : Comparaison entre spécialistes et non-spécialistes. Tableau 7 : RECORD DU MONDE EN COURSE A PIED, PAM REQUISE ET POUVOIR DE PREDICTION DU TPUM

11

12 Figure 4 : Corrélation entre le PAM au TPUM et la performance en course à pied en fonction des groupes de distances, comparaison entre spécialistes et nonspécialistes. Prédiction de la performances selon la spécialité Lorsque l'on sépare les spécialistes et les non-spécialistes, le pouvoir de prédiction du TPUM se comporte de façon semblable au groupe entier lorsque l'on varie la distance (figure 4 et tableau 6). Seule différence notable, le coefficient de corrélation pour les non-spécialistes est beaucoup plus élevé pour le groupe de distances 200 à 400 m (figure 4). On note également qu'à PAM égale les spécialistes font de meilleures performances que les non-spécialistes (figures 5a et 5b). Ceci est encore plus significatif pour les distances courtes (200 à 400 m, 600 à m) et les distances longues (10 à 20 km) (figures 5c, 5d, 5g). Par contre pour les distances intermédiaires (de à m) la différence de performance, pour une même PAM, entre spécialistes et non-spécialistes est mineure (figures 5c, 5f). Nous n'avions aucune information concernant la spécialité des coureurs ayant couru les épreuves de 30 à 42,2 km. DISCUSSION Prédiction de la performance sur toutes les distances La prédiction des performances de course sur joutes les distances à partir du TPUM est caractérisée par des corrélations plus élevées (r = 0,897 de m à 42,2 km et r = 0,926 de Mo m à 20 km) que celles obtenues en moyenne pour le VO 2 max

13 (r=0,603) ou tous les autres prédicteurs pris isolément (r = 0,710) tels VO 2 max, la fréquence cardiaque de repos ou sous-maximale, le test Astrand-Ryhming, le temps limite, l'efficacité de la foulée, le seuil anaérobie, la capacité anaérobie, d'autres performances de course, le volume d'entraînement et le pourcentage de graisse (Mercier et Léger, 1985). Seuls quelques chercheurs utilisant le VO 2 max comme prédicteurs (Costill, Thomp. son et Roberts, 1973 ; Farell et al., 1979 et Foster, 1983) rapportèrent des corrélations aussi élevées. Cependant aucune de ces études ne portait sur un nombre de sujets aussi grand et une gamme de distance de course aussi étendue. D'autre part, seul le seuil anaérobie, mesure plus complexe et controversée (Brooks, 1985, Gladden et al., 1985), donne systématiquement des corrélations aussi élevées ou supérieures (r = 0,90 à 0,99) au TPUM (Mercier et Léger, 1985). Comme le TPUM mesure globalement le VO 2 max et l'efficacité de la foulée, son pouvoir de prédiction relativement élevé est attendu et même comparable à celui observé pour la moyenne des études utilisant la régression multiple pour prédire la performance de course (r = 0,851, Mercier et Léger, 1985). Si la corrélation et l'erreur de l'estimé paraissent satisfaisants lorsque toute la gamme des distances est considérée globalement, il n'en demeure pas moins que l'exactitude des prédictions faites au moyen d'une seule régression pour toutes les distances comprises entre 200 m et 42,2 km, ou même entre 600 m et 20 km, baisse considérablement à mesure que l'on s éloigne des distances moyennes (section suivante).

14 Figure 5 : Performance en course à pied (Points, Gardner et Purdy) en fonction de la PAM au TPUM (Mets), comparaison entre spécialistes et non-spécialistes pour les distances de : a)0,2 à 42,2 km ; b) 0,6 à 20,0 km ; c) 0,2 à 0,4 km d) 0,6 à 1,0 km e) 1,5 à 2,0 km f) 3,0 à 5,0 km g) 10,0 à 20,0 km h) 0,2 à 2,0 km i) 3,0 à 42,2 km Prédiction de la performance selon le groupe de distances Le pouvoir de prédiction du TPUM augmente en fonction de la distance jusqu'au groupe de distances à m (0,980) et diminue par la suite. Ceci va à l'encontre des études de Katch et Henry (1972), Lawson et Golding (1979) qui obtiennent des coefficients de corrélation de plus en plus élevés en fonction de la distance. Par contre nos données sont appuyées par les résultats de Kumagai et al. (1982) et de Berg et Keul (1984). Pollock (1977), Svendenhag et Sjôdin (1984) obtiennent des VO 2 max plus élevé chez les spécialistes de m que chez les spécialistes de distances plus courtes et plus longues. Les épreuves de 1500 à m se courent autour de 100 % du VO 2 max (Costill 1979), ce qui expliquerait les PAM plus élevées de ces coureurs et le plus grand pouvoir de prédiction du TPUM pour ces épreuves. Pour les distances plus longues, principalement le marathon, le % du VO 2 max pouvant être soutenu (i.e. endurance

15 ou seuil anaérobie) prend plus d'importance et diminue ainsi la contribution relative de la PAM à la performance (Costill, 1979). Pour les distances plus courtes, l'importance relative de la PAM diminue également car un autre facteur important entre en ligne de compte : la capacité anaérobie (Lawson et Golding.1979, Svendenhag et Sjödin 1984). Il paraît donc essentiel de faire des prédictions de performances en tenant compte de la distance de l'épreuve. Prédiction de la performance selon le sexe Les études antérieures sur la prédiction de performance portaient uniquement sur des hommes. Les résultats de la présente étude indiquent toutefois des différences marquées entre hommes et femmes. Pour un même résultat au TPUM, les femmes performent moins bien que les hommes dans les épreuves de 200 à m, de façon semblable aux hommes pour le m et le m, et mieux que les hommes pour les distances de 10,0 à 42,2 km (figure 3 et tableau 5). Pour les épreuves de et m, la performance est prédite presque parfaitement par la PAM (r = 0,980), il est alors peu probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle très important dans la performance. Il est donc normal que pour un même résultat au TPUM femmes et hommes aient des performances semblables pour ces épreuves. Il n'en est pas ainsi pour les épreuves de 200 à 2000 m et plus particulièrement pour le groupe 200 à 400 m (figure 3C) pour lequel le pouvoir de prédiction du TPUM est très bas (tableaux 2 et 5). Pour ces épreuves, il est très plausible que d'autres qualités, sans doute la vitesse et la capacité anaérobie «lactacide», entrent en ligne de compte (Lawson et Golding, Svendenhag et Sjôdin, 1984). Contrairement à ce qui se passe pour les distances de 200 à m, les femmes, à PAM égale, font de meilleures performances que les hommes dans les épreuves de 10,0 km et plus (figures 3g, 3h, 3j ). De là à dire que les spécialistes féminines de courses de fond sont plus endurantes que les spécialistes masculins, il n'y a qu'un pas. Pourtant Thibault et al. (1984) et Mercier, Léger et Desjardins (1984) rapportent des indices d'endurance semblables pour les spécialistes femmes et hommes de niveau international (PAM = environ 20,5 mets femmes et 23,0 mets hommes). Si, dans notre étude, les femmes démontrent une endurance supérieure à celles des hommes, c'est sans doute qu'à PAM égale, les femmes sont généralement plus entraînées et généralement plus endurantes que les hommes. Suite à l'analyse de nos résultats nous concluons que les prédictions de performances devraient être faites séparément selon le sexe. Prédiction de la performance selon la spécificité Nos résultats indiquent qu'il faut considérer la spécialité de l'athlète lorsque l'on fait des prédictions de performance. En effet, sous différents aspects, des différences marquées existent entre spécialistes et non-spécialistes.

16 Le pouvoir de prédiction du TPUM pour les épreuves de 200 à 400 m est beaucoup plus grand pour les non-spécialistes (pour la majorité des coureurs de m et plus) que pour les spécialistes (figure 4 et tableau 6). Ceci s'explique : en général, les spécialistes ont une capacité anaérobie assez élevée qui explique en grande partie la performance sur ces épreuves, ce qui n'est pas le cas pour les nonspécialistes. D'ailleurs McKenzie, Parkhouse et Hearst (1982) et Svendenhag et Sjödin (1984) démontrent que les spécialistes des distances courtes (200 à 1000 m) on de meilleures capacités anaérobies que ceux des distances plus longues (1 500 m et plus). Les spécialistes font de meilleures performances que les non-spécialistes pour une même PAM. Cette différence est plus marquée pour les épreuves courtes (200 m à 1000 m) et pour les distances longues (10 à 20 km que pour les distances médianes (1 500 m à 5 km). Pour les épreuves de à m, la performance est prédite presque parfaitement par la PAM (tableaux 2 et 6). Il est alors peu probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle très important dans la performance. Il est donc normal que pour un même résultat au TPUM spécialistes et non-spécialistes fassent des performances semblables pour ces distances de course. Figure 6 : Corrélation entre la PAM au TPUM et la performance en course à pied (spécialistes) et PAM requise pour faire un record du monde, en fonction de la distance. Il n'en est pas ainsi pour les épreuves de 200 à 1000 m et plus particulièrement pour les groupes 200 à 400 m (figure 5c) pour lequel le pouvoir de prédiction du TPUM est plus bas (tableaux 2 et 6). Pour ces épreuves, il est très plausible que d'autres qualités, sans doute la vitesse et la capacité anaérobie lactacide, entre en ligne de compte (Lawson & Golding, 1979, Svendenhag & Sjödin, 1984).

17 Pour les épreuves de 10 à 20 km, la performance n'est pas prédite parfaitement par la PAM (tableaux 2 et 6), il est alors très probable qu'une autre qualité vienne jouer un rôle dans la performance supérieure aux autres coureurs. Cette affirmation est confirmée par Costill (1973) et Svendenhag et Sjödin (1984). Suite à l'analyse des résultats, nous concluons que les prédictions de performances devraient être faites séparément selon la spécialité de l'athlète. PAM requise pour faire un record du monde Même si les records du monde se situent hors de l'étendue des données expérimentales de cette étude, la PAM requise pour réaliser ces records fut estimée (tableau 7). On remarque que la PAM requise pour faire un record du monde augmente jusqu'à 3000 m et diminue par la suite. Cela est conforme à la variation du pouvoir de prédiction du TPUM en fonction de la distance (figures 1 et 6). D'ailleurs la corrélation entre la PAM requise pour faire un record du monde et le pouvoir de prédiction du TPUM pour les différentes épreuves est de 0,91.

18 CONCLUSION A la suite de l'analyse des résultats, nous pouvons conclure que : 1. Le TPUM est un très bon prédicteur de la performance en course à pied, pour toutes les distances utilisées dans cette étude, parce qu'il évalue le VO 2 max et l'efficacité de la foulée de façon simultanée. Le TPUM s'avère un meilleur prédicteur que le VO 2 max ou que les autres tests évaluant la puissance aérobie maximale. 2. Le TPUM prédit mieux la performance pour les épreuves qui se courent autour de 100 % du VO 2 max, c'est-à-dire pour des distances variant de à m, que pour les distances plus courtes ou plus longues, où d'autres qualités importantes influencent la performance : la vitesse et la capacité anaérobie pour les distances plus courtes et l'endurance pour les distances plus longues. 3. Le pouvoir de prédiction du TPUM est semblable chez les hommes et les femmes. Pour une même PAM et TPUM par contre, les femmes performent moins bien que les hommes dans les épreuves courtes (200 à m), aussi bien que les hommes pour le et le m, et mieux que les hommes dans les épreuves longues (10 km et plus). Pour une même PAM en effet, les hommes seraient généralement plus rapides et posséderaient une plus grande capacité anaérobie que les femmes ; d'autre part, les femmes seraient généralement plus endurantes que les hommes. 4. Le pouvoir de prédiction du TPUM est similaire chez les spécialistes et nonspécialistes. Par contre les spécialistes font systématiquement de meilleures performances que les non-spécialistes pour une même PAM. Particulièrement pour les épreuves où le pouvoir de prédiction du TPUM est le plus bas. Cela s'explique par le fait que les spécialistes sont généralement mieux pourvus des autres qualités nécessaires à leur discipline (vitesse, capacité anaérobie ou endurance) que les non-spécialistes. 5. La PAM requise pour faire un record du monde diffère selon la distance de l'épreuve et est directement proportionnelle au pouvoir de prédiction du TPUM pour chacune de celles-ci, c'est-à-dire maximale sur ou m.

19 RÉFÉRENCES 1. BERG, A., KEUL, J., Validity of predictable effect in metabolic changes, Medecine Sport Science, vol. 17 : , BROOKS, G.A., Anaerobic threshold : review of the concept and directions for future research, Med. Sel. Sport Exercice 17 : 223l, CONLEY, D.L. et KRAHENBUHL, G.S., Running performance of highly trained athletes, Med. Sel. Sports Eserc., vol. 12, no 5, , COSTILL, D.L., THOMASON, H., ROBERTS, E., Fractional utilization of the aerobic capacity during distance running, Med. Sci. Sport, vol. 5, no 4 : , COSTILL, D.L., A Scientific Approach to Distance Running, Tafnews Press, Los Altos, California, FARREL, D., WILMORE, J.H., COYLE, E.F., BILLING, J.E., COSTILL, D.L., Plasma lactate accumulation and distance running performance, Med. Sci. Sports, vol. 11, no 4 : , FOSTER, C., VO 2 max and training indices as determinants of competitive running performance, J. Sport Sci.1 : 13-22, GARDNER, J., PURDY, G., Compotenzed Running Training Programs, Tafnews Press, Los Alots, CaLifornia, GLADDEN, L.B., YATES, J.W., STREMEL, R.W., STAMFORD, B.A., Gas exchange and lactate anaerobic threshold : inter - and intra - evaluator agreemént, JU. Appl.Physiol. 58 : , KATCH, V., HENRY, F.M., Prediction of running performance from maximal oxygen debt and intake, Med. Soi. Sports, vol. 4, no 4 : , KUMAGAI., S., TANAKA, K., MATSUURA, Y., MATSUZAKA, A., HIRAKOBA, K., ASANO, K., Relationships of the anaerobic threshold with the 5 km, 10 km and 10 miles races, Eur. J. Appl. Physiol., vol. 49 : 13-23, LAWSON, D.L., GOLDING, L.A., Physiological parameters limiting performance in middle-distance and sprint running, Aust. J. Sports Med., vol. 11, n 1 : 18-24, LÉGER, L., BOUCHER, R., An indirect continuous running multistage field test : the Université de Montréal Track Test, Can. J. Appl. Sport Sci., vol. 5, no 2 : 77-84, LÉGER, L., MERCIER, D., Coût énergétique de la course sur tapis roulant et sur piste, Motricité humaine (INSEP, Paris), no 2 : 66-69, Mc KENZIE, D.C., PARKHOUSE, W.S., HERAST, W.E., Anaerobic performance characteristics of elite canadian 8UU m runners, Can. J. Appl. Sports Sci., vol. 7, no 3: , MERCIER, D., LÉGER, L., Les prédicteurs de la performance en course à pied, Une recension des écrits, 1985 (en préparation). 17. MERCIER, D., LÉGER, L., 1. L'évaluation de la PMA du coureur, 2. Détermination et contrôle de l'intensité d'entraînement du coureur, Track Field J. vol. 13 : 15-23, MERCIER, D., LÉGER, L., DESJARDINS, M., Prédiction de la performance, du

20 VO 2 max et de l'endurance relative du coureur de fond, Trach Fleld J., vol. 27 : 27-31, POLLOCK, M.L., Submaximal working capacity of elite distance runners - Part 1 : Cardiorespiratory aspect, Ann. N-Y. Acad. Sa., no 301 : , ROBINSON, S., EDWARDS, H.T., DILL, D.B., New records in human power, Science, vol. 85, no 2208 : , SVEDENHAG, J., SJODIN, B., Maximal and submaximal 02 uptake and blood lactate levels in elite male middle and long distance runners, mi. J. Sports Med., vol. 5: , THIBAULT, G., PERONNET, F., LÉGER, L., MERCIER, D., Hermann, the computer program designed to help the runner. A paper presented at the Satellite Symposium for Coaches and Physical Educators to the 1984 CASS Annual Meeting, in Moncton, nov, 1-3, 1984.

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND

LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND LE COUREUR DE FOND (CARDIOLOGUE ET LE CONSEIL D'ENTRAINEMENT) Par R. Brion Mise à jour 23-06-08 1/ LE COUREUR DE FOND Les sportifs pratiquant les sports d'endurance attendent des conseils de préparation

Plus en détail

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain

Méthodes d éd. évaluation. Evaluation de la capacité aérobie. Les tests de terrain Méthodes d éd évaluation de l aptitude l physique Evaluation de la capacité aérobie Les tests de terrain 1 Introduction Aptitude physique d un sujet dépend de nombreux facteurs Exploration fonctionnelle

Plus en détail

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues

La course en durée au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues au Lycée Classe de seconde- Compétences de niveau 3 attendues 1. Introduction- Présentation. 2. une nouvelle démarche BO n 4 du 29 avril 2010 : programme d EPS pour les LEGT. BO spécial n 2 du 19 février

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr

Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Philippe Burtin Kinésithérapeute Chargé d enseignement Master 2 STAPS Département STAPS Tarbes philippe.burtin@univ-pau.fr Filières et activité sportive KNUTTGEN Journal of Strength and Conditioning Research,

Plus en détail

Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en. BAC PRO Métiers de la Sécurité. RENTREE 2016 5 épreuves de sélection

Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en. BAC PRO Métiers de la Sécurité. RENTREE 2016 5 épreuves de sélection Epreuves sportives de sélection Pour l affectation en BAC PRO Métiers de la Sécurité RENTREE 2016 5 épreuves de sélection 1. Natation : 50m nage libre. Moins d 1 minute pour les garçons et une minute quinze

Plus en détail

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme

I. Le test d Astrand-Ryhming (1954) avec nomogramme TP U 42 ntraînement valuation de la consommation maximale d oxygène (VO 2 max) par une épreuve sous-maximale indirecte en laboratoire : le test d strand-yhming (1954) sur ergocycle. Le test d strand-yhming

Plus en détail

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie

Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie Master 1ère année EOPS UES EOPS 1. Évaluation de la performance ECUF EOPS 1.3. Fonctions cardio-respiratoires et musculaires P. Mucci Épreuves d exercice musculaire et aptitude aérobie I Définition Epreuve

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence

Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Conférence Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Conférence Aspects physiologiques et biomécaniques de la course à pied Jean-Luc Ziltener Médecin

Plus en détail

L école seule peut-elle développer les capacités

L école seule peut-elle développer les capacités L école seule peut-elle développer les capacités Claire Thomas-Junius, Maitre de Conférences-HDR, Université Evry Val d Essonne, UFR SFA, Département STAPS, Evry. INSEP, Mission Recherche, Laboratoire

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Réponses physiologiques en cyclo-cross Étude préliminaire. Théo Ouvrard, Alain Groslambert et Fred Grappe

Réponses physiologiques en cyclo-cross Étude préliminaire. Théo Ouvrard, Alain Groslambert et Fred Grappe Réponses physiologiques en cyclo-cross Étude préliminaire Théo Ouvrard, Alain Groslambert et Fred Grappe Laboratoire C3S Université 1 de Franche-Comté Introduction Demandes physiologiques des courses cyclistes

Plus en détail

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME

INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Séminaire des entraineurs et cadres techniques du cyclisme, Bourges, 09 Novembre 2013 INFLUENCE DU TERRAIN LORS D UN EFFORT RÉALISÉ À PUISSANCE MAXIMALE AÉROBIE EN CYCLISME Anthony BOUILLOD1,2, Julien

Plus en détail

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux Intérêt du Cardiofréquencemètre pour l optimisation de l entrainement Thierry Laporte Bordeaux 250 KMS / SEMAINE 180 kms / semaine.. L évolution des connaissances et des techniques 1927:notion de vo2max

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Courses Juniors Conseils d entraînement

Courses Juniors Conseils d entraînement Courses Juniors Conseils d entraînement Nouveautés proposées par le Genève Marathon for Unicef en 2010, 4 courses de 1km à 3 km seront à nouveau proposées pour les juniors âgés de 6 à 13 ans. Pour des

Plus en détail

Course de durée au CII

Course de durée au CII 1 Course de durée au CII Repères pour construire une unité d'apprentissage 1 1 Cette contribution fait suite aux stages académiques de formation des CPC EPS en course longue de mars 2005 et mars 2006 et

Plus en détail

Le 30-15 Intermittent Fitness Test :

Le 30-15 Intermittent Fitness Test : Par Martin Buchheit Le 30-15 Intermittent Fitness Test : Un nouveau test de terrain spécifiquement dédié aux joueurs de sport collectif pour la détermination d une Vitesse Maximale Aérobie Intermittente

Plus en détail

Entraînement en cyclisme

Entraînement en cyclisme INTENSITE 1 DEFINITION : Zone d intensité très faible, utilisée pour récupérer ou préparer des efforts de haute intensité. EFFETS PHYSIOLOGIQUES: L oxygénation cellulaire devient maximale, la production

Plus en détail

( V = débit ; O 2 = oxygène ; max = maximal) ou consommation maximale d'oxygène.

( V = débit ; O 2 = oxygène ; max = maximal) ou consommation maximale d'oxygène. TESTS DE TERRAIN POUR ÉVALUER LA CAPACITE AÉROBIE ET UTILISATION DE LEURS RÉSULTATS Par Georges CAZORLA Mise à jour décembre 2006 AVANT PROPOS Notre exposé portera d'une part sur l'étude critique des tests

Plus en détail

Préparer un semi-marathon en 1h30 environ

Préparer un semi-marathon en 1h30 environ Préparer un semi-marathon en 1h30 environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Avec cet entraînement vous pourrez courir un semi-marathon en 1h30. DESCRIPTION Suite aux différentes compétitions que vous avez effectuées,

Plus en détail

Préparer un 10km en 50 minutes environ

Préparer un 10km en 50 minutes environ Préparer un 10km en 50 minutes environ OBJECTIF DE CET ENTRANEMENT Votre objectif est de finir un 10 km en 50 minutes. DESCRIPTION Vous courez généralement à un rythme continu, mais vous aimeriez vous

Plus en détail

Dyspnée «cardiaque» chez le sportif

Dyspnée «cardiaque» chez le sportif Dyspnée «cardiaque» chez le sportif François Carré INSERM U 642- CIC-IT 804-LTSI CHU Pontchaillou - Université Rennes 1 Annecy 18 10 2008 Causes de dyspnée d effort Anémie Modifié d après Mc Ardle WD,

Plus en détail

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015

Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route. Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 Les indicateurs de l effort en cyclisme sur route Raphaël LECA www.culturestaps.com Mai 2015 La fréquence cardiaque exprimée en battements par minute (BPM) permet de faire circuler le sang (qui transporte

Plus en détail

Mots clés - Handball, composition, actions, match.

Mots clés - Handball, composition, actions, match. L analyse des efforts en handball X. Mangematin, N. Babault Centre d Expertise de la Performance G. Cometti, Faculté des sciences du sport, Université de Dijon, France. e-mail : xavier.mangematin@gmail.com

Plus en détail

Le cardio-training. Définitions:

Le cardio-training. Définitions: Le cardio-training L'entraînement cardio est très vaste! Je vais ici faire une synthèse des connaissances et répondre aux différentes questions que je peux lire sur divers forums. Vous y trouverez des

Plus en détail

Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30

Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30 Comparaison entre un groupe expérimental et un groupe témoin (Corrigé) /30 I1 Connaissances préalables : Buts spécifiques : Outils nécessaires: Consignes générales : Test t de comparaison de moyennes pour

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT. Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT. Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource L1 Principes de sécurité échauffement /étirements Repères

Plus en détail

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique

3000m 1500m. 2 Les caractéristiques de l endurance générale et spécifique L endurance et le demi- fond 1 Généralités : 3000m 1500m! L endurance générale c est l endurance aérobie, ce qui signifie que le système cardiorespiratoire peut fournir tout l oxygène requis par l exercice.

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T.

INTÉRÊT DE LA MESURE DE LA LACTATEMIE APRÈS LES COMPÉTITIONS APPLICATION AU SUIVI DU RECORDMAN OLYMPIQUE DU 400 m. NAGE LIBRE 1984 T. J.C. CHATARD, J.R. LACOUR, Laboratoire de Physiologie, G.I.P. Exercice Université de St Etienne, UER de Médecine, 30 rue F. Gambon, 42022 St Etienne Cedex M. PAULIN, 7, av. Division Leclerc, 69120 VENNISSIEUX

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA )

TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA ) TEST D'APTITUDES PHYSIQUES POUR LES TECHNIQUES AMBULANCIÈRES ( TAPTA ) PRÉAMBULE Toute personne désireuse de faire carrière en techniques ambulancières au Québec doit réussir le test d'aptitudes physiques,

Plus en détail

Frédéric Bantquin Entraineur BF3 Neuves Maisons Cyclisme

Frédéric Bantquin Entraineur BF3 Neuves Maisons Cyclisme Frédéric Bantquin Entraineur BF3 Neuves Maisons Cyclisme Les capteurs de puissance Contenu de la présentation Quantification de l intensité en cyclisme La puissance en cyclisme Les différents capteurs

Plus en détail

ENERGIE ET PERFORMANCE

ENERGIE ET PERFORMANCE ENERGIE ET PERFORMANCE A. Introduction Les paramètres influençant la performance sont la Génétique, l entraînement, le mental, puis une série de paramètres tels la nutrition, le sommeil, l environnement,

Plus en détail

EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS ANNEXE 7

EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS ANNEXE 7 EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS Edition: MARS 2014 Révision: RAPPORT FINAL ANNEXE 7 Note technique relative aux critères à considérer (P50, P90, facteur de capacité et productions électriques nettes)

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Tests de terrain pour évaluer l aptitude aérobie et utilisation de leurs résultats dans l entraînement (Le 1 er juin 2001) Sommaire général

Tests de terrain pour évaluer l aptitude aérobie et utilisation de leurs résultats dans l entraînement (Le 1 er juin 2001) Sommaire général Tests de terrain pour évaluer l aptitude aérobie et utilisation de leurs résultats dans l entraînement (Le 1 er juin 2001) Par Georges Cazorla, Faculté des Sciences du Sport et de l Éducation Physique,

Plus en détail

FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE

FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE FACTEUR D'IMPACT ET BIBLIOMÉTRIE 1 Introduction Il existe deux types de méthodes pour évaluer l'information scientifique : une méthode qualitative par les pairs (le peer reviewing) qui se fait a priori

Plus en détail

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Denis Schelling Semestre d automne 2012 Résumé A partir de données concernant le rôle des femmes dans la société, nous avons effectué une analyse

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Entrainements derrière engins motorisés

Entrainements derrière engins motorisés Entrainements derrière engins motorisés L entrainement derrière Derny, scooter ou autre engin motorisé permet au coureur de développer son physique par des entraînements plus engagés. Le coureur est stimulé

Plus en détail

Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment?

Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment? Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment? Professeur Yvan Allaire, Ph.D. (MIT), FRSC Président exécutif du conseil d administration Institut sur la gouvernance (IGOPP) 2013

Plus en détail

Qu est-ce que l approche physiologique

Qu est-ce que l approche physiologique André Plamondon, IRSST L approche physiologique vise à établir une tâche de travail qui demeure à l intérieur d une réponse physiologique acceptable. Pour ce faire, elle évalue le niveau de fatigue physique

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES STATISTIQUES I. Séries statistiques simples... 1 A. Définitions... 1 1. Population... 1 2. Caractère statistique... 1 B. Séries classées / représentations graphiques.... 2 1. Séries classées... 2 2. Représentations

Plus en détail

La consommation maximale d oxygène

La consommation maximale d oxygène La consommation maximale d oxygène Sources : Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport. Jürgen Weineck. Vigot, Paris, 1992. Physiologie du sport. Bases physiologiques

Plus en détail

Programme d entraînement

Programme d entraînement Programme d entraînement 1000 km Édition 2012 1. Introduction Vous trouverez ci-dessous, l information nécessaire afin de comprendre et de suivre le programme d entraînement ( voir Annexe 1) préparatoire

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Les filières énergétiques Cours de Sophie

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela)

MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela) MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela) 1 - RÉSISTANCE AÉROBIQUE 1.1 - Test de Course-Navette (Yo-Yo test) Précédemment et y compris actuellement on utilise le Test

Plus en détail

Modalités de déroulement des épreuves sportives pour les exigences préalables à l entrée en formation

Modalités de déroulement des épreuves sportives pour les exigences préalables à l entrée en formation Modalités de déroulement des épreuves sportives pour les exigences préalables à l entrée en formation Référence à l Annexe III de l arrêté du 24 février 2003 modifié, portant création de la spécialité

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire : corrélation et régression linéaire Activité d'introduction Ce chapitre de statistique est présenté avec l'objectif de promouvoir la réflexion des étudiants et leur faire remarquer que ces notions statistiques

Plus en détail

Le revenu de placements des Canadiens

Le revenu de placements des Canadiens Été 1993 (Vol. 5, N o 2) numéro d'article 6 Le revenu de placements des Canadiens Jason Siroonian En 1990, plus de 9,5 millions de Canadiens, c'est-à-dire un peu plus de la moitié des déclarants fiscaux,

Plus en détail

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert

STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales. Transparents Philippe Lambert STAT0162-1 Analyse statistique de données qualitatives et quantitatives en sciences sociales Transparents Philippe Lambert http : //www.statsoc.ulg.ac.be/quali.html Institut des Sciences Humaines et Sociales

Plus en détail

Mariage, revenu et retraite

Mariage, revenu et retraite Hiver 1991 (Vol. 3, N o 4) numéro d'article 4 Mariage, revenu et retraite Hubert Frenken Un revenu familial ou personnel élevé incite-t-il un individu à prendre une retraite anticipée? Selon diverses études

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Jean-François BERNARD

Jean-François BERNARD LeS 7 secrets DE LA COURSE A PIED Jean-François BERNARD Sommaire 3 Débuter la course à pied (de 0 à 30 mn) 5 Réussir à courir une heure sans s arrêter 7 L hydrataion en course à pied 9 La récupération

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro

Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro Cartographie des vitesses et niveau de service sur le réseau routier couvert par le système Allegro période d'observation novembre 2006 avril 2007 Date: novembre 2007 1 Introduction Cette note a pour objectif

Plus en détail

Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans. différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la. descente.

Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans. différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la. descente. Réponses psychophysiologiques lors de sprints répétés dans différentes conditions expérimentales: le plat, la montée et la descente. Voici les résultats d une étude dont l objectif était de comparer les

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE

Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE Mastère «RECHERCHE STAPS» EVALUATION DE L APTITUDE AEROBIE ET ANAEROBIE EVALUATION OBJECTIFS: Informations sur la valeur physique des athlètes (Points forts et points faibles); Comparaison des athlètes

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition?

Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Le cœur de l athlète master est il armé pour la compétition? Réunion du CCSMB Chamonix 25 novembre 2013 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 - INSERM U 1099 Définitions Compétition : Participation

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

NOM : Prénom : Note : 10

NOM : Prénom : Note : 10 4 ème C IE6 applications de la proportionnalité sujet 1 2011-2012 NOM : Prénom : Note : 10 Exercice 1 : Records (5 points) a) Le record du monde du 100 m féminin est détenu au 16/07/1988 par Florence Griffith-Joyner

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12 Evolution de la préparation physique chez les jeunes sportifs Fabien Bertrand Evolution Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. Garçons 18-25 Post-pubertaire Filles

Plus en détail

Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) E.Fontaine

Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) E.Fontaine Les tests de mesure de la VMA (Vitesse Maximale Aérobie) Liste des tests : - Le 45-15 de Gacon (1994) - Le test navette de Léger (1985) - Le VAMEVAL de Cazorla - Le TUBII - Le Cooper - Le Demi-Cooper -

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Évaluation de la condition physique: aptitude aérobie.

Évaluation de la condition physique: aptitude aérobie. Évaluation de la condition physique: aptitude aérobie. CESA Tests d évaluations indirectes de VO2max Repose sur : Linéarité de l augmentation de VO2 par rapport à l intensité d exercice (jusqu au max)

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition)

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) PUBLICATION MANUAL OF THE AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, SIXTH EDITION. (2009). Lorsque vous tapez un texte, utilisez

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Croisement de deux variables quantitatives

Croisement de deux variables quantitatives Fiche TD avec le logiciel : tdr206 Croisement de deux variables quantitatives A.B. Dufour & M. Royer L objectif de cette séance est d étudier la relation entre deux variables quantitatives. Les notions

Plus en détail

Yannick Bastien Alain Bélanger

Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait comparatif de la situation de l emploi chez les immigrants et les minorités visibles dans les RMR de Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto et Vancouver Yannick Bastien Alain Bélanger Un portrait

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

Début de la 4 ème partie / 6. N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011

Début de la 4 ème partie / 6. N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011 Début de la 4 ème partie / 6 N. Krantz Conseiller de la Fédération Tunisienne d Athlétisme 29.1.2011 Ils représentent les principes intangibles qu il parait nécessaire de respecter 29 Un document de N.

Plus en détail

VALIDITÉ DE L'ÉPREUVE DE COURSE NAVETTE DE 20 M AVEC PALIERS DE 1 MINUTE ET DU PHYSISTEST CANADIEN POUR PREDIRE LE V02 MAX DES ADULTES *

VALIDITÉ DE L'ÉPREUVE DE COURSE NAVETTE DE 20 M AVEC PALIERS DE 1 MINUTE ET DU PHYSISTEST CANADIEN POUR PREDIRE LE V02 MAX DES ADULTES * GADOURY C. et LÉGER L., Département d'éducation physique - Université de Montréal, C.P. 6128, succursale A, Montréal, Québec, Canada H3C 3J7 - août 1985. VALIDITÉ DE L'ÉPREUVE DE COURSE NAVETTE DE 20 M

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail