Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi. Michel Prudhomme m.d. Ph.D. Neurochirurgien, CHA Enfant-Jésus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi. Michel Prudhomme m.d. Ph.D. Neurochirurgien, CHA Enfant-Jésus"

Transcription

1 Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi Michel Prudhomme m.d. Ph.D. Neurochirurgien, CHA Enfant-Jésus Claude Dubé Ph.D. Professeur en neuropsychologie clinique, UQAC

2 Omnipraticien Médecin conseil en neurotraumatologie au CSSS de Chicoutimi Directeur adjoint des services professionnels au CSSS de Chicoutimi Professeur d enseignement clinique, tuteur à la phase de neurologie, 1 ière année de médecine, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, Pavillon Saguenay.

3 Neurochirurgien Ph.D. en sciences neurologiques Directeur de la recherche en neurochirurgie au CHA Enfant-Jésus Professeur adjoint de médecine à l Université Laval

4 Professeur agrégé en neuropsychologie clinique Superviseur de stage en neuropsychologie clinique Directeur Clinique Universitaire de Psychologie Département des Sciences de la santé Université du Québec à Chicoutimi

5 1) Exposer l approche clinique développée auprès des victimes de TCC modéré ou grave au CSSS de Chicoutimi dans la phase suivant celle de l'hypertension intracrânienne (c est-à-dire celle débutant vers la fin des soins intensifs) et se poursuivant sur l'étage en réadaptation précoce. 2) Présenter le projet de recherche en développement au CHA Enfant-Jésus comparant l utilisation de l amantadine (AMA), du méthylphénidate (MPH) et d un placebo en phase d éveil chez les victimes de TCC modéré ou grave.

6

7 GUALTIERI, C. Thomas, m.d. Brain Injury and Mental Retardation : Psychopharmacology and Neuropsychiatry Éditions Lippincott, Williams & Wilkins, 2002

8 L amantadine (AMA) devrait être le médicament de choix afin de diminuer l agitation dans la phase dite de recouvrement post coma «Post Coma Recovery» (vs APT); L AMA est un agoniste dopaminergique qui compense les dommages aux neurones monoaminergiques situés dans le striatum, le système limbique et le lobe frontal; Il est aussi un bloqueur (antagoniste) des récepteurs NMDA.

9 Différents médicaments pourraient être dommageables, notamment : les benzodiazépines, les antipsychotiques typiques, le métoclopramide et possiblement le phénytoin.

10 La méthode d intervention appliquée consiste : 1) Gestion des mécanismes physiopathologiques secondaires et de l hypertension intracrânienne par le neurochirurgien et l intensiviste; 2) Puis lorsque le neurochirurgien donne son accord

11 3) Amantadine, dose croissante : 100 mg pos le matin X 4 jours; 200 mg pos le matin X 4 jours; 200 mg le matin et 100 mg le midi; 4) Quétiapine 12.5 mg - 50 mg pos au coucher + 25 pos TID PRN (ou Olanzapine ou Rispéridone) But : Diminuer l impulsivité et l agressivité tout en s assurant d une gestion appropriée des stimuli); 5) Zopiclone 3.75 mg pos HS PRN + PRN pendant la nuit pour le sommeil (Zolpidem pas disponible au Canada); 6) Éviter les neuroleptiques typiques et les benzo, sauf dans les cas de sevrage alcoolique, alors utilisation oxazépam 15 mg Pos TID PRN (dose minimale) avec Quétiapine 25 mg BID + 50mg HS + 25 mg TID PRN et la Thiamine;

12 7) Métoclopramide remplacé par Dompéridone; 8) Phénytoin est cessé dès que possible (souvent après 7 jours); 9) Amitriptyline 25 mg (10-75 mg) au souper (céphalées, douleurs et sommeil); 10) Syndrome de Kluver-Bucy (rare) : Carbamazépine et Quétiapine mais pas d amantadine dans un premier temps; 11) Venlafaxine (stimulation), Mirtazapine (diminue l anxiété et favorise le sommeil); 12) Gabapentin, Prégabaline, Topiramate (douleur); 13) Timbre de nicotine (sevrage du tabagisme).

13

14 Neuropsychiatric aspects of traumatic brain injury, Arciniegas D.B., Topkoff J. et Silver J.M., Current treatment options in neurology 2000 Twenty Years of Pharmacology, Glenn M.B. et Wroblewski B., Journal Head Trauma Rehabilitation, 2005 vol. 20 No 1 Review of Awakening Agents, DeMarchi R. et al. The Canadian Journal of Neurological Sciences, 2005 Neurobehavioral sequelae of traumatic brain injury, Kile S.J. et al. (2007), site http ://www.psychiatrictimes.com/display/article/10168/55356 Pharmacotherapy of posttraumatic cognitive impairments, Arciniegas D.B. et Silver J.M., Behavioural Neurology Neuropsychiatric sequelae of traumatic brain injury, Nicholl J. et LaFrance W.C., Seminar in neurology 2009 Pharmacological interventions for traumatic brain injury, Aaron Talsky, MD, Laura R. Pacione, MSc, Tammy Shaw, MD, Lori Wasserman, MD, Adam Lenny, BSc, BA, Amol Verma, BSc, Gillian Hurwitz, Robyn Waxman, MD, Andrew Morgan, MD, Shree Bhalerao, MD, FRCPC, BC Medical Journal, Vol. 53, No. 1, January, February 2010

15 ZASLER, Nathan D. m.d.; KATZ, Douglas I. m.d.; ZAFONTE, Ross D. m.d.; BRAIN INJURY MEDICINE, Principles and Practice Édition DEMOS, 2007

16 Nous ne disposons que d observations cliniques et de certaines études expérimentales cliniques dans l application des traitements de stimulation pharmacologique. Peu de données, obtenues de manière systématique, pour un groupe important de patients sont disponibles concernant : Les traitements médicamenteux d éveils comateux; La gestion des comportements d agitation; Le recouvrement cognitif.

17 1. Predictors of Outcome in Prolonged Posttraumatic Disorders of Consciousness and Assesment of Medication Effects : A Multicenter Study, Whyte J. et al., Arch. Phys. Med. Rehabil., 2005, (Étude rétrospective multicentrique, Université de Philadelphie) 2. Placebo-Controlled Trial of Amantadine for Severe Traumatic Brain Injury, Joseph T. Giacino, Ph.D., John Whyte, M.D., Ph.D., Emilia Bagiella, Ph.D., Kathleen Kalmar, Ph.D., Nancy Childs, M.D., Allen Khademi, M.D., Bernd Eifert, M.D., David Long, M.D., Douglas I. Katz, M.D., Sooja Cho, M.D., Stuart A. Yablon, M.D., Marianne Luther, M.D., Flora M. Hammond, M.D., Annette Nordenbo, M.D., Paul Novak, O.T.R., Walt Mercer, Ph.D., Petra Maurer-Karattup, Dr.Rer.Nat., and Mark Sherer, Ph.D. N ENGL J MED 2012; 366 : ( ) Cette dernière étude est d une importance majeure. Les principaux éléments et résultats sont les suivants :

18 Étude multicentrique (11 cliniques, 3 pays). Personnes avec TCC grave, âgées de 16 à 65 ans, état végétatif ou de conscience minimale. En centre de réadaptation (entre 1 et 4 mois post-tcc). 184 participants cliniques : 87 patients sous amantadine; 97 patients sous placebo. Résultat principal : scores au DRS (Disability Rating Scale). Durant le protocole expérimental, d autres psychotropes pouvaient être utilisés malgré les efforts pour en réduire l usage.

19 Méthodologie pharmacologique : Après randomisation le groupe expérimental reçoit : 1 ère et 2 e semaine : 100mg d amantadine 2X/jour 3 e semaine : dose accrue à 150mg 2X/jour 4 e semaine, si le score DRS ne s est pas accru de 2 points ou plus du niveau de base, alors la dose passe à 200mg 2X/jour. 5 e et 6e semaine, l amantadine est cessée sur 2 ou 3 jours et les mesures de DRS sont poursuivies.

20 DRS Score Résultats Placebo Amantadine Weeks Mean Disability Rating Scale (DRS) Scores during the 6-Week Assessment Period, According to Study Group. DRS scores range from 0 to 29; lower scores indicate less severe functional disability. DRS scores improved significantly faster in the amantadine group than in the placebo group during the 4-week treatment interval. During the wash-out interval (weeks 5 and 6), the rate of recovery was significantly slower in the amantadine group, and mean DRS scores were similar for the two groups at the 6-week mark. I bars denote the standard error. The New England Journal of Medicine, March 1, 2012

21 Résultats Consistent Command-Following Object Recognition Functional Object Use Intelligible Verbalization Reliable Yes-or-No communication Sustained Attention Frequency of Recovery of Key Behavioral Benchmarks on the Coma Recovery Scale-Revised (CRS-R). At baseline (week 0), very few patients in either study group had behaviors associated with normal consciousness. By the end of week 4, recovery of key behavioral milestones was common in both groups (range, 26 to 44% of all cases). However, patients who received amantadine had a higher rate of recovery across all six behaviors. After washout at week 6, behavioral recovery remanied more favorable in the amantadine group across five of the six behaviors monitored. The New England Journal of Medicine, March 1, 2012

22 Un traitement à l amantadine de 4 semaines, débuté entre la 4e et la 16e semaine après le traumatisme, accroit significativement le rythme de recouvrement fonctionnel comparativement à un placebo. Les bénéfices de l amantadine semblent être stables, sans égard à l état du patient au départ (état végétatif ou de conscience minimale). Durant la période d observation de 6 semaines, l amantadine n augmente pas le risque d événements médicaux, neurologiques ou comportementaux indésirables (incluant l épilepsie).

23 Selon Giacino et coll. (2012) : l amantadine est efficace dans l accélération du rythme de recouvrement en période de réadaptation intensive chez les patients avec altération post-traumatique prolongée de la conscience. Il y a émergence plus rapide des comportements qui dépendent du système cognitif. Il n y a pas d indications que le traitement ait un effet sur le niveau de fonctionnement atteint chez le patient.

24 1. La durée du traitement devrait-elle être plus longue? 2. Devrait-on débuter le traitement plus tôt? 3. Une médication concomitante a-t-elle une influence? 4. Est-ce qu il y a introduction d un biais dans la sélection des victimes ayant accès à un centre de réadaptation? 5. Existe-t-il une répercussion d une amélioration fonctionnelle plus rapide vs les coûts? Vs l atteinte d un plateau fonctionnel d autonomie? Vs le pronostic de qualité de vie? 6. Qu en est-il du méthylphénidate (qui semble souvent utilisé au Canada )? 7. Quelle est la part de l impact due à l équipe (nursing, PAB, physio, ergo, neuropsy, psy, T.S., etc.) sur la gestion des stimuli? 8. Y-a-t-il une interrelation de plusieurs facteurs? Et une clientèle hétérogène?

25 Dans ce contexte, notre réflexion a conduit à l élaboration d un protocole visant à vérifier l effet différentiel de l amantadine ou du méthylphénidate comparativement à un placebo sur la récupération des victimes de TCC modérés ou graves.

26 Dr. Michel Prudhomme MD, Ph.D. neurochirurgien (Hôpital Enfant-Jésus) Chercheur principal Dr. Serge Bergeron MD, (CSSS de Chicoutimi) Jackie Mercier Cand. Ph.D. Dr. Michel Pépin et Dr. Sophie Blanchet (Directeurs Université Laval) Dr. Claude Dubé Ph.D. neuropsychologue (UQAC) Co-chercheurs

27

28 Les séquelles consécutives aux TCC peuvent conduire à des problèmes d adaptations sévères pour le patient et sa famille. (Knight, Devereux, & Godfrey, 1998; Lux, 2007). La réduction de ces séquelles favorise la réinsertion sociale. (Richard, Perrouin-Verbe, Rome, Bernat & Mathé, 2003). Plusieurs traitements et médicaments sont utilisés pour diminuer ces séquelles. (Wheaton, Mathia, & Vink (2001); Meythaler, Zafonte, Lombard & Reddy, 2007). Les psychostimulants ainsi que plusieurs autres substances ont fait l objet d études. (Vuadens, 2000; Royo, Shimizu, Schouten, Stover & McIntosh, 2003; DeMarchi et coll., 2005; Glenn & Wroblewski, 2005; Napolitano, Elovic & Qureshi, 2005; Meythaler et coll., 2007; Frenette et coll., 2012 ).

29 Selon deux études*, favoriser la récupération cognitive et comportementale avec les psychostimulants devrait permettre : D entreprendre un programme de réadaptation plus rapidement; De favoriser l implication soutenue dans le programme ce qui améliorerait l efficacité; De réduire la durée d hospitalisation. *Saneda & Corrigan, (1992); Mysiw, Fugate & Clinchot (2007) Parmi les psychostimulants, l'amantadine (AMA) et le méthylphénidate (MPH) se distinguent.

30 Les études concernant leur efficacité comportent toutefois certaines lacunes méthodologiques, dont : Faible taille des échantillons; Outils d'évaluations quelques fois inadéquats; Très grande variabilité temporelle entre le moment du traitement, la prise des données et le TCC. Notre étude tentera de palier à certaines de ces lacunes par le recrutement visé de 75 personnes ayant été victimes d'un TCC modéré à sévère. Les moyens d'évaluation retenus tiennent compte des particularités inhérentes à l'évaluation des patients TCC en phase comateuse ou d amnésie post-traumatique.

31 L étude concerne principalement 3 points : 1) Le rythme global de récupération : À partir de la phase aiguë, durant la période d APT et audelà. 2) L évolution des troubles comportementaux, qui sont d importants obstacles à la réadaptation. (Richard et coll. 2003; Ponsford, 2004). 3) Le rythme spécifique de récupération des fonctions cognitives suivantes : La mémoire de travail, la mémoire sémantique, l attention et certains aspects du fonctionnement cognitif exécutif

32

33 Les lésions traumatiques ont comme conséquence la manifestation, transitoire ou permanente, de troubles cognitifs et comportementaux. Les aspects touchés sont : l attention, la mémoire de travail, la mémoire sémantique, le fonctionnement exécutif et l agressivité comportementale. Face à ces problèmes, en 20 ans d observations cliniques, les médicaments utilisés chez les TCC ont beaucoup évolué et ont eu un impact positif indéniable. Glenn & Wroblewski 2005; Arciniegas & Silver, 2007; Meythaler, Zafonte, Lombard & Camiolo-Reddy, 2007

34 Le MPH et l AMA ont fait l objet d études chez les TCC. DeMarchi et coll. (2005) proposent que le méthylphénidate (MPH) et l amantadine (AMA) devraient être utilisés dans le traitement de certains déficits cognitifs. Les résultats semblent prometteurs sur certains aspects du fonctionnement cognitif. Nickels, Schneider et coll. 1994; Whyte, Hart et coll. 1997; Worzniak, Fetters et coll. 1997; Grade, Redford et coll. 1998; Zafonte, Watanabe et coll. 1998; Schneider, Drew-Cates et coll. 1999; Meythaler, Brunner, Johnson, & Novack, 2002, Willmott & Ponsford, 2009; Wheaton, Mathias & Vink, 2011; Frenette et coll., 2012.

35 Le MPH : Est l un des seuls médicaments avec un effet positif sur la concentration et la vitesse de traitement de l information en phase aiguë. Il aurait des effets positifs sur l'attention et les fonctions mnésiques. Selon DeMarchi & coll., (2005) le MPH est efficace dans le traitements des troubles cognitifs et comportementaux tels que le traitement global de l information, la parole, la mémoire, l attention, la capacité d organisation, le contrôle de l impulsivité et l agitation.

36 Il est généralement reconnu que le MPH améliore la vigilance, le temps de réaction, la mémoire à court terme et l apprentissage de matériel verbal et non verbal. Le MPH réduit les comportements impulsifs Kimko, Cross et coll., Le MPH est bénéfique auprès des patients comateux en phase aiguë et ceux dont l état de conscience est altéré.

37 L AMA : Est utile, à la fois en phase aiguë et chronique, sur l attention, la concentration, l éveil et la mobilité; A démontré des effets sur l anxiété et l agitation; DeMarchi & coll., 2005; Est utile lors de problèmes cognitifs et comportementaux, en traitement aiguë ou chronique, plus précisément sur l apathie, la motivation, la vigilance, la concentration, l attention, l agitation et l anxiété; Aurait un effet positif sur divers facteurs de croissance neuronaux; N a révélé aucun effet sur la mémoire.

38 L AMA : Pourrait jouer un rôle très important chez les TCC en phase aigüe. Devrait être utilisée afin de traiter une capacité d éveil sousoptimale «hypoarousal» et la fatigabilité accrue qui fait suite à un TCC. Arciniegas & Silver, Son utilisation s appuie sur un double rationnel avec un effet bénéfique à court et à long : Protège les voies neuronales de l excitotoxicité lors de la phase aiguë; A aussi une action stimulante sur les voies dopaminergiques durant la période de réadaptation.

39

40 Résultats attendus auprès des patients des groupes AMA et MPH comparativement au groupe placebo : Une résurgence comateuse et une récupération des fonctions cognitives plus rapide; Une réduction des troubles du comportement; Une période comateuse (en jour) significativement inférieure; Une période d amnésie post-traumatique (en jour) significativement inférieure.

41 Résultats attendus auprès des patients des groupes AMA et MPH comparativement au groupe placebo (suite) : Une diminution significative de l agitation et de l agressivité (score total cumulé de l ABS pour toute la durée de l étude); De manière générale, un rythme de récupération (comateuse, mnésique et cognitive) qui devrait être plus rapide.

42

43 Description des participants avec TCC Objectif de 72 participants. Répartition en trois groupes selon le traitement : 1) Avec AMA (24) 2) Avec MPH (24) 3) Avec placebo (24) En double insu Sans cross-over Randomisation par le service de pharmacie

44 La valeur idéale afin de maximiser la puissance statistique est de 72 participants, selon une puissance de 0,85 pour une taille d effet de 0,40. Critères d inclusion des participants: 1. Âgés entre 18 et 65 ans; 2. Avec diagnostic de traumatisme cérébral modéré à sévère (selon échelle de Glascow et expertise médicale); 3. Sont en phase comateuse ou d APT; 4. Ont une condition médicale stable; 5. Absence d hypertension intracrânienne.

45 Critères d exclusion : 1. État fonctionnel de base inconnu 2. Déficits fonctionnels et cognitifs significatifs connus 3. Déficits neurologiques connus : ACV, épilepsie, sclérose en plaques, Alzheimer, La Tourette, démence 4. Toxicomanie, alcoolisme (chronique) 5. Pathologies psychiatriques avec médication : schizophrénie, dépression majeure, PMD, démence; 6. Traumatisme spinal avec déficits majeurs 7. Maladies sévères; cancer 8. Toutes pathologies cardiaques : arythmie, infarctus, tachycardie ou HTA non contrôlé 9. Traitements stéroïdiens chroniques; 10. Insuffisance rénale 11. Glaucome 12. Grossesse 13. Allergie à l amantadine ou au méthylphénidate.

46 Recrutement Les personnes sollicitées, par le biais de leur famille ou directement, auront été admises en situation aiguë de TCC au CHA de l Enfant-Jésus. Le recrutement au protocole est effectuée par l équipe médicale qui transmet au responsable de la recherche le nom d un participant potentiel. Le responsable de la recherche procède à la vérification des critères d exclusions et d inclusions selon les informations disponibles au dossier médical. La personne victime de TCC, ou un membre de la famille proche, devra préalablement signer un formulaire de consentement. L autorisation du neurochirurgien ou du neurologue traitant est obligatoire pour le recrutement.

47 Déroulement L administration des médicaments et du placebo débutera immédiatement lorsque les participants TCC seront dans un état médical stable. Le dosage des pharmacothérapies demeure entièrement et en tout temps sous la responsabilité du médecin traitant, sauf pour les médicaments sous investigation, AMA et MPH. Parallèlement à l introduction des traitements, les évaluations cognitives et comportementales débuteront sur une base régulière. Les participants seront évalués durant une période déterminée par la durée de l APT sans dépasser 12 semaines.

48 Instruments d évaluation Le questionnaire sociodémographique Âge, scolarité, statut civil et autres informations pertinentes. L échelle d agitation comportementale (ABS scale) Inventaire de comportements afin d établir le niveau d agitation. L échelle de coma de Glasgow (ECG) Outil évaluant le niveau d éveil. Le test d orientation et d amnésie de Galveston (GOAT) Échelle d orientation et d amnésie de Galveston. L échelle de recouvrement comateux révisée. (CRS-R) Permet de suivre le recouvrement de la conscience et, si possible, le niveau de conscience atteint.

49 Instruments d évaluation (suite) Test de mesure de l attention et de la mémoire de travail : séquence de chiffres (Wechsler Adult Intelligence Scale third Edition) Consiste à mémoriser une série de chiffres présentée en mode verbal. Le rappel de la séquence en ordre direct est une mesure de l attention auditivo-verbale. Le rappel de la séquence en ordre indirect est considéré comme une mesure la mémoire de travail.

50 Instruments d évaluation (suite) Test de mesure de la fluidité verbale (Delis-Kaplan Executive Function System D-KEFS) Il mesure la compréhension et l expression verbale pour la fluidité, l accès à la mémoire sémantique pour la fluidité catégorielle et la flexibilité mentale, relevant du système exécutif, pour la condition d alternance. L outil dans son ensemble servira à mesurer la qualité du fonctionnement exécutif chez les participants de l étude.

51 Instruments d évaluation (suite) Test de mesure de l attention (Continuous Performance Test-II, CPT-II) Test informatisé qui évalue l attention soutenue et permet d observer le type de problème d attention sous-jacent (altérations de type inattention, impulsivité, éveil ou de maintien de la vigilance). Test des fonctions exécutives (Stroop de la D-KEFS) Épreuve mesurant les fonctions exécutives, plus précisément la flexibilité mentale.

52 Instruments d évaluation (suite) Test de mesure de la mémoire épisodique verbale (Hopkins Verbal Learning Test - Revised, HVLT-R) Permet d évaluer la mémoire du patient en mode verbal dans l immédiat et en différé. Échelle sur les habitudes de vie de MHAVIE (Noreau et coll., 2002) Utilisée afin d évaluer de manière quantitative le degré de réalisation des activités de la vie quotidienne chez les personnes atteintes d incapacités.

53 Instruments d évaluation (suite) Questionnaire d auto-évaluation des déficits cognitifs (Broadbent, Cooper, Fitzerald et Park, 1982) Composé de 25 courtes questions qui permettent d évaluer la perception des patients quant à leurs capacités cognitives en lien avec des activités du quotidien.

54 Tous les instruments cités et utilisés dans cette étude sont reconnus valides et fiables pour la mesure du fonctionnement cognitif ou des observations médicales.

55

56 En premier lieu, une analyse des données sera réalisée afin d obtenir un profil descriptif global de l échantillon pour chacun des trois sous-groupes. La recherche de liens corrélationnels entre les variables sera faite principalement en fonction des données obtenues par le questionnaire sociodémographique. Dans la mesure du possible, les variables potentiellement confondantes pouvant altérer les résultats seront exclues.

57 Des ANOVA à mesures répétées seront utiles afin de relever des différences statistiquement significatives entre les groupes AMA et MPH et le groupe placebo par rapport aux variables d intérêt : nb de jour de coma, nb de jours en APT, score à l échelle CRS, score à l échelle ABS, scores des diverses fonctions cognitives. En dernier lieu, des analyses statistiques appropriées, en fonction de la nature des variables obtenues, pourront être effectuées afin de comparer l effet des deux médications (MPH et l AMA) vs placebo et les divers temps de mesures sur les variables d intérêts et en fonction des variables à contrôler statistiquement le cas échéant.

58 Période de questions

Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi

Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi Serge Bergeron m.d. Médecin conseil en neurotraumatologie, CSSS de Chicoutimi Michel Prudhomme m.d. Ph.D. Neurochirurgien, CHA Enfant Jésus Claude Dubé Ph.D. Professeur en neuropsychologie clinique, UQAC

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave Julie Dionne, D. Psy, neuropsychologue Manon Voyer, ergothérapeute et leader de pratiques cliniques Une offre de service 10 e congrès AERDPQ Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé

Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Continuité des soins aux traumatisés majeurs dans un système intégré et régionalisé Octobre 2002 André Lavoie, Ph.D. Natalie LeSage, M.D., M.Sc. John S. Sampalis, Ph.D. Partenaire décideur : Dr. Pierre

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Par Carla El Khouri Infirmière, unité de trauma Amina Bousaidan Infirmière, soins critiques Agenda Problématique Méthodes

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION?

AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? AU-DELÀ DES INTERVENTIONS PRÉVENTIVES, QUELS SONT LES SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION? Stéphane VALLÉE, M.A., M.Sc. Chef de programme DM traumatologie Laurentides Anie COUTURE, B.sc. Erg., M. Sc.

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne FORMULAIRE D INSCRIPTION AU GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE CLIENTÈLE VULNÉRABLE ET ORPHELINE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne Nom

Plus en détail

faisons le point Une approche Dépistage et traitement du TDAH adulte : De plus en plus de cliniciens sont confrontés à cette question.

faisons le point Une approche Dépistage et traitement du TDAH adulte : De plus en plus de cliniciens sont confrontés à cette question. Dépistage et traitement du TDAH adulte : les omnis comme pivot essentiel faisons le point Annick Vincent, MD, FRCPC, Marie Delâge, MD, FRCPC et Martin F. Lafleur, PhD Adapté de la conférence : La psychiatrie,

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc

Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine. Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Schizophrénie Troubles anxieux Quétiapine Diana Pasat, BSc Marie-France Demers, B Pharm, MSc Mise en contexte 50% des personnes atteintes de schizophrénie souffrent d un trouble anxieux comorbide: Invalidant

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie

Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Des critères d admissibilité en réadaptation bien définis pour une clientèle mieux desservie Myriam Lanctôt, Neuropsychologue, CRDP Le Bouclier Programme de traumatologie, LN 9 e Congrès québécois de réadaptation

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT Définition : Lésion cérébrale diffuse induite par forces biomécaniques entraînant une perturbation transitoire de la fonction neurologique. Caractérisée par: - Trouble

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Mise en contexte «Connais-tu ça le Revia?» Pourquoi prescrit-on aussi peu de

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

Neuropsychologie de l attention

Neuropsychologie de l attention L attention: définitions Neuropsychologie de l attention Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles Saint Quentin Et ER6, UPMC Définition difficile, phénomènes

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée Les traitements médicamenteux Réseau Morphée Le suivi de l insomnie Repérage Evaluation Mesure des effets -sur le patient -sur l entourage Recherche causes Traitement Traitement des insomnies Insomnies

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ

SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ 19 au 23 octobre 2015 SEMAINE DE L INNOVATION EN SANTÉ L ENGAGEMENT DES PATIENTS RESSOURCES AU CENTRE D EXPERTISE EN RÉIMPLANTATION DU CHUM Olivier Fortin, patient ressource, mentor François Laplante,

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Nadia L Espérance, Ph. D. Jean-Marc Ménard, M.A. CRD Domrémy MCQ Conseiller scientifique: Thomas-Gordon Brown, Ph. D. Colloque AITQ-RISQ Toxicomanie

Nadia L Espérance, Ph. D. Jean-Marc Ménard, M.A. CRD Domrémy MCQ Conseiller scientifique: Thomas-Gordon Brown, Ph. D. Colloque AITQ-RISQ Toxicomanie Nadia L Espérance, Ph. D. Jean-Marc Ménard, M.A. CRD Domrémy MCQ Conseiller scientifique: Thomas-Gordon Brown, Ph. D. Colloque AITQ-RISQ Toxicomanie et problématiques associées: Agir ensemble Trois-Rivières,

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

GROSSESSE ET TABAC Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue

GROSSESSE ET TABAC Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue GROSSESSE ET TABAC 1 Virginie VAROMME - Sage Femme Laura GUTIERREZ - Psychologue INTRODUCTION (1/2) Définition de la dépendance tabagique. «La dépendance est un état psychique et parfois physique, résultant

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES

CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES CONDUITE AUTOMOBILE ET SCLEROSE EN PLAQUES Monsieur GARCIA Auto école CER Blanquefort Moniteur spécialisé dans le handicap Mademoiselle TITE Centre Tour de Gassies (Bruges) Ergothérapeute Docteur FAUCHER

Plus en détail

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS

Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Enjeux (qualitatifs, sécuritaires, économiques, ) de l implication du pharmacien en EMS Cindy Widmer pharmacienne pharmasuisse 2 Qu attendre du pharmacien dans un EMS? «On n en sait rien! Il s agit en

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

$143 Vol. 34, n o 2-3, juillet 2014 Maladies chroniques et blessures au Canada

$143 Vol. 34, n o 2-3, juillet 2014 Maladies chroniques et blessures au Canada Profil complet des caractéristiques sociodémographiques, psychosociales et sanitaires des clients des soins à domicile atteints de démence en Ontario M. Vu, M. Sc. (1, 2); D. B. Hogan, M.D. (3, 4); S.

Plus en détail

FORMULAIRE DU GUICHET D'ACCÈS POUR CLIENTÈLE SANS MÉDECIN DE FAMILLE

FORMULAIRE DU GUICHET D'ACCÈS POUR CLIENTÈLE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Vous trouverez ci-joint le formulaire à remplir pour être inscrit au Guichet d accès pour clientèle sans médecin de famille du CSSS de Beauce. Les informations demandées sont importantes. Elles permettent

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

L enseignement et la recherche en pharmacoépidémiologie. faculté de pharmacie. Jocelyne Moisan, Ph.D. Jean-Pierre Grégoire, Ph.D.

L enseignement et la recherche en pharmacoépidémiologie. faculté de pharmacie. Jocelyne Moisan, Ph.D. Jean-Pierre Grégoire, Ph.D. L enseignement et la recherche en pharmacoépidémiologie dans une faculté de pharmacie Jocelyne Moisan, Ph.D. Jean-Pierre Grégoire, Ph.D. Chaire sur l adhésion aux traitements, Faculté de pharmacie de l

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF RÉDIGÉ PAR Fadi Massoud MD, FRCPC, Gériatre Centre Hospitalier de l Université de Montréal Institut Universitaire de Gériatrie

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR

TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR TROUBLES COGNITIFS CHEZ LES AINÉS : LES COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR STÉPHANE LEMIRE, MD, FRCPC MSC INTERNATIONAL HEALTH MANAGEMENT INTERNISTE-GÉRIATRE HTTP://WWW.LINKEDIN.COM/IN/STEPHANELEMIRE Objectifs

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD

Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec. Marie-José Durand, PhD Approche de reconstruction des capacités de travail Expérience au Québec Marie-José Durand, PhD Quebec task force (Spitzer & al., 1987) Modèle de Sherbrooke 1991-1995 Appliquer les recommendations du Quebec

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris

Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Toux psychogène? Dr Bertrand DELAISI Unité de Pneumologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré - Paris Conflits d intérêt Pour la communication présentée: Bénéfice d un des auteurs par une firme : - Soit directement

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

Pharmacie hospitalière canadienne 2015 (SCPH 2015) *

Pharmacie hospitalière canadienne 2015 (SCPH 2015) * Pharmacie hospitalière canadienne 2015 () * Buts et objectifs visés par la SCPH, d ici 2015, pour la pratique pharmaceutique dans les établissements de santé 1 But 1 : Accroître le degré d intervention

Plus en détail

NEUROSTIMULATION Stimulation cérébrale profonde. Document en cours d élaboration

NEUROSTIMULATION Stimulation cérébrale profonde. Document en cours d élaboration REFERENTIEL POUR CONTRAT DE BON USAGE (DMI HORS GHS) Réalisé et validé par la Commission Technique EURO PHARMAT NEUROSTIMULATION Stimulation cérébrale profonde Codes LPP Document en cours d élaboration

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Affections psychiatriques de longue durée Troubles anxieux graves Juin 2007 33 33 Sommaire 1. Avertissement _ II 2. Critères médicaux actuels d

Plus en détail

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011

Plan: Benzodiazépines: Mme BB. Benzodiazépines: les indications. Dr Anne Pelet 24.08.2011 Plan: Benzodiazépines: Usage et mésusage Dr Anne Pelet 24.08.2011 Benzodiazépines: les indications Historique Croyances du médecin Croyance du patient Effets à long terme Par quoi remplacer? - Troubles

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

LA COMMOTION CÉRÉBRALE

LA COMMOTION CÉRÉBRALE LA COMMOTION CÉRÉBRALE Philippe Fait, PhD, ATC, CAT(C) Thérapeute du Sport Agréé, Professeur-Chercheur à l UQTR Fondateur de la clinique Cortex Médecine & Réadaptation Séminaire St-Joseph, le 14 avril

Plus en détail

ARTICLE SCIENTIFIQUE. Dong-Vu Nguyen E2

ARTICLE SCIENTIFIQUE. Dong-Vu Nguyen E2 ARTICLE SCIENTIFIQUE Dong-Vu Nguyen E2 EXAMINING INJURY RISK AND PAIN PERCEPTION IN RUNNERS USING MINIMALIST FOOTWEAR Michael Ryan, Maha Elashi, Richard Newsham- West, Jack Taunton British Journal of Sports

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Yoga : Le yoga est un type de médecine douce complémentaire qui, croit-on, stimule l interaction entre le corps et l esprit. Il s agit habituellement

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin 1 Hébergement des malades jeunes Evaluer les besoins en hébergement quantitatifs et qualitatifs - si des

Plus en détail