LISTE DES DOCUMENTS JOINTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LISTE DES DOCUMENTS JOINTS"

Transcription

1 NOTE DE SYNTHÈSE Rédacteur informaticien 2012 Un livre électronique (ou livre numérique) est un fichier électronique contenant un texte sous forme numérique. Avec des offres et des usages qui se diversifient, les livres électroniques deviennent de plus en plus populaires. Pourtant, les éditeurs traditionnels, les bibliothèques classiques semblent toujours opposés au développement des livres électroniques. À l aide des documents suivants, vous exposerez, de façon structurée, l historique, les usages et l avenir des livres électroniques. LISTE DES DOCUMENTS JOINTS 1. E-Book en.wikipedia.org 5 pages 2. Dossiers et Enjeux Numérique 2 pages 3. Comparatif : les livres électroniques Florence Legrand 20/01/ pages 4. Le livre électronique enrichit le livre mais appauvrit le lecteur et l auteur! Yann Bergeaud 12/09/ pages 5. À chaque support son lecteur 16/03/ pages 6. Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs Frédérique Roussel Libération 19/01/ page 7. Quels usages du livre électronique dans les apprentissages? Sonia Mandin 05/11/ pages 8. Livre numérique : pourquoi la France résiste Jacques Drillon 14/10/ pages 9. Débat sur le prix du livre numérique Delphine Denuit 11/11/ pages 10. Livre papier, livre numérique : le match des bilans carbone Jonathan Reymond 04/03/ page 11. L industrie du livre se prépare au piratage numérique Morgane Remy 20/01/ pages 12. E-paper display market reaches $1.17 billion in /22/09 2 pages

2 E-book 1 An electronic book (variously, e-book, ebook, digital book) is a book-length publication in digital form, consisting of text, images, or both, and produced on, published through, and readable on computers or other electronic devices. Sometimes the equivalent of a conventional printed book, e books can also be born digital. The Oxford Dictionary of English defines the e-book as "an electronic version of a printed book," but e-books can and do exist without any printed equivalent. E books are usually read on dedicated e-book readers. Personal computers and some mobile phones can also be used to read e-books. History The best candidate for "the first e-book" is surely the Index Thomisticus, a heavily-annotated electronic index to the works of Thomas Aquinas, prepared by Roberto Busa beginning in the late 1940s. However, this is sometimes omitted, perhaps because the digitized text was (at least initially) a means to developing an index and concordance, rather than as a published edition in its own rights. Other than the Index Thomisticus, electronic books are generally considered to have started in the mid-1960s, with the NLS project headed by Doug Engelbart at SRI, and the HES and FRESS projects headed by Andries van Dam at Brown University. The former ran on specialized hardware, while the latter ran on IBM mainframes. FRESS documents were structure-oriented rather than line-oriented, and were formatted dynamically for different users, display hardware, window sizes, and so on, as well as having automated tables of contents, indexes, and so on. All these systems also provided extensive hyperlinking, graphics, and other capabilities. van Dam coined the term "electronic book". FRESS was used for primary text reading, annotation, and online discussions in several courses, including English Poetry and Biochemistry. Brown faculty made extensive use of FRESS; for example the philosopher Roderick Chisholm used it to produce several of his books. Brown's leadership in electronic book systems continued for many years, including navy-funded projects for electronic repair manuals; a large-scale distributed hypermedia system known as InterMedia ; a spinoff company Electronic Book Technologies that built DynaText, the first SGML based book-reader system; and the Scholarly Technology Group's extensive work on the stillprevalent Open ebook standard. In 1971, Michael S. Hart was given extensive computer time by the operators of the Xerox Sigma V mainframe at the University of Illinois. Seeking a worthy use of this resource, he created his first ebook by typing the United States Declaration of Independence into a computer. Project Gutenberg was launched afterwards to create electronic copies of more books. One early e-book implementation was the desktop prototype for a proposed notebook computer, the Dynabook, in the 1970s at PARC: a general-purpose portable personal computer capable of displaying books for reading. In 1992, Sony launched the Data Discman, an electronic book reader that could read e-books that were stored on CDs. One of the electronic publications that could be played on the Data Discman was called The Library of the Future. Early e-books were generally written for specialty areas and a limited audience, meant to be read only by small and devoted interest groups. The scope of the subject matter of these e-books included technical manuals for hardware, manufacturing techniques and other subjects. In the 1990s, the general availability of the Internet made transferring electronic files much easier, including e-books. RI /5

3 1 E-book formats Numerous e-book formats, view comparison of e-book formats, emerged and proliferated, some supported by major software companies such as Adobe with its PDF format, and others supported by independent and open-source programmers. Multiple readers followed multiple formats, most of them specializing in only one format, and thereby fragmenting the e-book market even more. Due to exclusiveness and limited readerships of e-books, the fractured market of independents and specialty authors lacked consensus regarding a standard for packaging and selling e-books. However, in the late 1990s a consortium was formed to develop the Open ebook format as a way for authors and publishers to provide a single source document that could be handled by many bookreading software and hardware platforms. Open ebook defined required subsets of XHTML and CSS; a set of multimedia formats (others could be used, but there must also be a fallback in one of the required formats); and an XML schema for a "manifest", to list the components of a given ebook, identify a table of contents, cover art, and so on. Google Books has converted many public-domain works to this open format. In 2010 e-books continued to gain in their own underground markets. Many e-book publishers began distributing books that were in the public domain. At the same time, authors with books that were not accepted by publishers offered their works online so they could be seen by others. Unofficial (and occasionally unauthorized) catalogs of books became available over the web, and sites devoted to e books began disseminating information about e-books to the public. Libraries U.S. Libraries began providing free e-books to the public in 1998 through their web sites and associated services, although the e-books were primarily scholarly, technical or professional in nature, and could not be downloaded. In 2003, libraries began offering free downloadable popular fiction and non-fiction e-books to the public, launching an e-book lending model that worked much more successfully for public libraries. The number of library e-book distributors and lending models continued to increase over the next few years. In 2010, a Public Library Funding and Technology Access Study found that 66% of public libraries in the U.S. were offering e-books, and a large movement in the library industry began seriously examining the issues related to lending e-books, acknowledging a tipping point of broad e-book usage. However, some publishers and authors have not endorsed the concept of electronic publishing, citing issues with demand, piracy and proprietary devices. Demand-driven acquisition (DDA) has been around for a few years in public libraries, which allows vendors to streamline the acquisition process by offering to match a library s selection profile to the vendor s e-book titles. The library s catalog is then populated with records for all the e-books that match the profile. The decision to purchase the title is left to the patrons, although the library can set purchasing conditions such as a maximum price and purchasing caps so that the dedicated funds are spent according to the library s budget. Dedicated hardware readers As of 2009, new marketing models for e-books were being developed and dedicated reading hardware was produced. Ebooks (as opposed to ebook readers) have yet to achieve global distribution. In the United States, as of September 2009, the Amazon Kindle model and Sony's PRS-500 were the dominant e-reading devices. By March 2010, some reported that the Barnes & Noble Nook may be selling more units than the Kindle. On January 27, 2010 Apple Inc. launched a multi-function device called the ipad and announced agreements with five of the six largest publishers that would allow Apple to distribute e-books. The ipad includes a built-in app for e-books called ibooks and the ibooks Store. RI /5

4 In July 2010, online bookseller Amazon.com reported sales of ebooks for its proprietary Kindle outnumbered sales of hardcover books for the first time ever during the second quarter of 2010, saying it sold 140 e-books for every 100 hardcover books, including hardcovers for which there was no digital edition. By January 2011, ebook sales at Amazon had surpassed its paperback sales. In the overall U.S. market, paperback book sales are still much larger than either hardcover or e-book; the American Publishing Association estimated e-books represented 8.5% of sales as of mid-2010, up from 3% a year before. In Canada, the option of ebook publishing took a higher profile when the novel, The Sentimentalists, won the prestigious national Giller Prize. Owing to the small scale of the novel's independent publisher, the book was initially not widely available in printed form, but the ebook edition had no such problems with it becoming the top-selling title for Kobo devices. [ ] Comparison to printed books Advantages Over 2 million free books are available for download as of August Mobile availability of e books may be provided for users with a mobile data connection, so that these e-books need not be stored on the device. An e-book can be offered indefinitely, without ever going "out of print". In the space that a comparably sized print book takes up, an e-reader can potentially contain thousands of e books, limited only by its memory capacity. If space is at a premium, such as in a backpack or at home, it can be an advantage that an e-book collection takes up little room and weight. E-book websites can include the ability to translate books into many different languages, making the works available to speakers of languages not covered by printed translations. Depending on the device, an e-book may be readable in low light or even total darkness. Many newer readers have the ability to display motion, enlarge or change fonts, use Text-tospeech software to read the text aloud for visually impaired, partially sighted, elderly, dyslectic or just lazy people, search for key terms, find definitions, or allow highlighting bookmarking and annotation. Devices that utilize E Ink can imitate the look and ease of readability of a printed work while consuming very little power, allowing continuous reading for weeks at time. While an e-book reader costs much more than one book, the electronic texts are at times cheaper. Moreover, a great share of e-books are available online for free, minus the minimal costs of the electronics required. For example, all fiction from before the year 1900 is in the public domain. Also, libraries lend more current e-book titles for limited times, free samples are available of many publications, and there are other lending models being piloted as well. E-books can be printed for less than the price of traditional new books using new on-demand book printers. An e-book can be purchased/borrowed, downloaded, and used immediately, whereas when one buys or borrows a book, one must go to a bookshop, a home library, or public library during limited hours, or wait for a delivery. The production of ebooks does not consume paper and ink. The necessary computer or e-reader uses less materials. Printed books use 3 times more raw materials and 78 times more water to produce. Depending on possible digital rights management, ebooks can be backed up to recover them in the case of loss or damage and it may be possible to recover a new copy without cost from the distributor. Compared to printed publishing, it is cheaper and easier for authors to selfpublish e-books. Also, the dispersal of a free e-book copy can stimulate the sales of the printed version. Drawbacks Ebook formats and file types continue to develop and change through time through advances and developments in technology or the introduction of new proprietary formats. While printed books remain readable for many years, e-books may need to be copied or converted to a new carrier or file 1 RI /5

5 type over time. Because of proprietary formats or lack of file support, formatted e-books may be unusable on certain readers. PDF and epub are growing standards, but are not universal. Paper books can be bought and wrapped for a present and a library of books can provide visual appeal, while the digital nature of e-books makes them non-visible and intangible. E-books cannot provide the physical feel of the cover, paper, and binding of the original printed work. An author who publishes a book often puts more into the work than simply the words on the pages. E-books may cause people "to do the grazing and quick reading that screens enable, rather than be by themselves with the author's ideas". They may use the e-books simply for reference purposes rather than reading for pleasure and leisure. Books with large pictures (such as children's books) or diagrams are more inconvenient for viewing and reading. A book will never turn off and would be unusable only if damaged or after many decades. The shelf life of a printed book exceeds that of an e-book reader, as over time the reader's battery will drain and require recharging. Additionally, "As in the case of microfilm, there is no guarantee that [electronic] copies will last. Bits become degraded over time. Documents may get lost in cyberspace... Hardware and software become extinct at a distressing rate." E-book readers are more susceptible to damage from being dropped or hit than a print book. Due to faults in hardware or software, e-book readers may malfunction and data loss can occur. As with any piece of technology, the reader must be protected from the elements (such as extreme cold, heat, water, etc.), while print books are not susceptible to damage from electromagnetic pulses, surges, impacts, or temperatures typically found in automobiles on a hot day. The cost of an e-book reader far exceeds that of a single book, and e-books often cost the same as their print versions. Due to the high cost of the initial investment in some form of e-reader, e-books are cost prohibitive to much of the world's population. Furthermore, there is no used e-book market, so consumers will neither be able to recoup some of their costs by selling an unwanted title they have finished, nor will they be able to buy used copies at significant discounts, as they can now easily do with printed books. Because of the high-tech appeal of the e-reader, they are a greater target for theft than an individual print book. Along with the theft of the physical device, any e-books it contains also become stolen. E-books purchased from vendors like Amazon or Barnes & Noble.com are stored "in the cloud" on servers and "digital lockers" and have the benefit of being easily retrieved if an e reading device is lost. Not all e-booksellers are cloud based; if an e-book is stolen, accidentally lost, or deleted, in the absence of a backup it may have to be repurchased. The display resolutions of reading devices are currently lower than those of printed materials and may cause discomfort due to glare on the screen or difficulty holding the device. Due to digital rights management, customers typically cannot resell or loan their e-books to other readers. However, some Barnes & Noble e-books are lendable for two weeks via their 'LendMe' technology. Additionally, the potential for piracy of e-books may make publishers and authors reluctant to distribute digitally. E book readers require various toxic substances to produce, are non-biodegradable, and the disposal of their batteries in particular raises environmental concerns. As technologies rapidly change and old devices become obsolete, there will be larger amounts of toxic wastes that are not easily biodegradable like paper. Reading devices for e-books in a reflowable format such as EPUB may display page numbers, but these numbers change from device to device depending on factors such as the size of the display and the selected font size. This makes them unsuitable for citation purposes. To remedy this problem, Amazon Kindle e-books contain what are called "location numbers", that is, numbers in the margin of the electronic text that indicate where the corresponding page begins in the printed version of the book. However, if there is no standard hard copy in print, which may increasingly be the case as the popularity of digital publishing grows, these "location numbers" will not exist. APA, MLA and the Chicago Manual of Style have all tried to address the problem of accurate academic citation by recommending that versions be identified; e.g., Kindle edition, Kindle DX version, or any other 1 RI /5

6 source of e-book". The wide variety of versions, text and font sizes make this solution impractical. The only real solution would be a standard format for all devices. No Kobo Refunds: Paper books can usually be returned or exchanged (within a prescribed time period), however Kobo e- Books cannot be returned. Amazon Kindle ebooks do allow refunds within 7 days. The USA's Federal Aviation Administration requires the prohibition of e-book reader use on commercial airliners during take-off and landing. Digital rights management Anti-circumvention techniques may be used to restrict what the user may do with an e-book. For instance, it may not be possible to transfer ownership of an e-book to another person, though such a transaction is common with physical books. Some devices can phone home to track readers and reading habits, restrict printing, or arbitrarily modify reading material. This includes restricting the copying and distribution of works in the public domain through the use of "click-wrap" licensing, effectively limiting the rights of the public to distribute, sell or use texts in the public domain freely. Most e-book publishers do not warn their customers about the possible implications of the digital rights management tied to their products. Generally they claim that digital rights management is meant to prevent copying of the e-book. However in many cases it is also possible that digital rights management will result in the complete denial of access by the purchaser to the e-book. With some formats of DRM, the e-book is tied to a specific computer or device. In these cases the DRM will usually let the purchaser move the book a limited number of times after which they cannot use it on any additional devices. If the purchaser upgrades or replaces their devices eventually they may lose access to their purchase. Some forms of digital rights management depend on the existence of online services to authenticate the purchasers. When the company that provides the service goes out of business or decides to stop providing the service, the purchaser will no longer be able to access the e book. As with digital rights management in other media, e-books are more like rental or leasing than purchase. The restricted book comes with a number of restrictions, and eventually access to the purchase can be removed by a number of different parties involved. These include the publisher of the book, the provider of the DRM scheme, and the publisher of the reader software. These are all things that are significantly different from the realm of experiences anyone has had with a physical copy of the book. [ ] 1 RI /5

7 2 Dossiers et Enjeux NUMÉRIQUE L année 2010 a marqué un tournant pour l édition française face au numérique. Arrivée de l ipad, décollage des ventes d ebooks aux États-Unis et Royaume-Uni, lancement continu de nouvelles liseuses à encre électronique, développement de la lecture sur smartphones Nul ne peut ignorer la révolution numérique qui s annonce dans le secteur du livre en France. En 2011, ces phénomènes semblent se confirmer tout en s accompagnant d un début de structuration à plusieurs niveaux. État des lieux Les usages de la lecture numérique se développent Le livre numérique commence à être connu du grand public : d'après une enquête Ipsos réalisée pour Livres Hebdo et présentée au Salon du livre 2011, 61 % des Français en ont entendu parler en janvier 2011 contre 47 % en septembre Le taux de lecture de livres numériques progresse également : 8 % des Français ont déjà lu un livre numérique (contre 5 % en septembre 2009). Les liseuses et tablettes sont de plus en plus nombreuses Avec l arrivée de l encre électronique, les liseuses se sont développées, surfant sur ce support qui offre un confort de lecture comparable à celui du papier, avec des fonctionnalités induites par le numérique : zoom, recherche plein texte, annotations, signets, etc. Par rapport à cet usage dédié au texte, les tablettes tactiles changent quelque peu la donne. La technologie LCD utilisée en fait des supports de choix pour des ouvrages en couleur : jeunesse, livres d art, livres illustrés, BD, qui peuvent bénéficier en outre d animations, d ajouts audio/vidéo, etc. Le parc de smartphones connaît une forte croissance En 2010, le nombre d utilisateurs de smartphones est passé de 7 millions à 12 millions, la France affichant une des plus fortes croissances en Europe du nombre d abonnés équipés d un smartphone. Si l on en croit les prévisions de GfK, la moitié des téléphones vendus en 2011 devraient être des smartphones. Même si la taille réduite de l écran peut sembler un frein pour une lecture longue, la facilité d utilisation de ces appareils et le nombre d applications de lecture disponibles sur les différents «stores» constituent un argument indéniable dans le développement de la lecture sur mobile. La numérisation rétrospective des éditeurs est bien entamée Grâce à l expérimentation menée dans le cadre de Gallica, la bibliothèque numérique mise en place par la BnF, et avec le soutien apporté par le Centre national du livre, les éditeurs ont pu envisager la numérisation de leurs fonds afin de les rendre disponibles au plus grand nombre. En effet, le CNL apporte depuis 2008 une aide aux éditeurs pour la numérisation rétrospective et la diffusion numérique de documents sous droits, à certaines conditions. On dénombre aujourd hui plus de ouvrages sous droits disponibles dans la bibliothèque Gallica, dont certains ont bénéficié des aides du CNL. Par ailleurs, celles-ci se poursuivent en 2011 (se reporter au site web du CNL pour de plus amples informations). L adaptation des flux de production est en cours Outre la numérisation de leur fonds, les éditeurs se sont également attachés à la mise en place de flux de production intégrant le XmL pour la publication de leurs nouveautés. Cela consiste, à partir du format XmL, à produire des fichiers PDF imprimeurs pour la publication des livres au format papier et des fichiers epub pour les versions numériques, ce qui permet le cas échéant de publier simultanément les nouveautés en format papier et numérique. RI /2

8 2 Les applications ont le vent en poupe Avec l arrivée de l ipad puis de la tablette Galaxy et le succès des smartphones, les applications sont désormais incontournables. Disponibles sur les «stores», elles nécessitent de la part des éditeurs des développements pour être compatibles avec les différents systèmes d exploitation actuellement utilisés, notamment ios et Android. Malgré le coût que cela représente, et la difficulté de se rendre visible face aux autres contenus (jeux, services, outils), les éditeurs investissent cependant pour offrir au lecteur des objets dérivés du livre papier, dotés d une certaine interactivité (par exemple : livres illustrés, livres pratiques). L epub s impose comme le standard de référence pour le texte Le format epub est un format de fichier, ouvert et interopérable qui s impose de plus en plus dans le monde de l édition. Développé par l IDPF (International Digital Publishing Forum), ce format de fichier non-propriétaire dérivé d XmL, est composé de plusieurs fichiers (instance, structure, métadonnées ), réunis dans un conteneur. L epub fait actuellement l objet d un travail de mise à jour par l IDPF en vue de lancer sa version 3 qui devrait autoriser des publications plus complexes, en incorporant la couleur, la vidéo, etc. Par définition, la chose numérique est mouvante et évolutive, surtout en phase d émergence du marché. Pour y faire face et mieux appréhender les usages, il est nécessaire de s informer et se former, d échanger avec ses pairs mais aussi avec les autres acteurs du monde du livre. C est le but des manifestations organisées par la commission Numérique : assises, ateliers, plénières. Par ailleurs, celle-ci s efforce d apporter aux éditeurs des recommandations en termes d usages numériques. Actions concrètes Veiller à la qualité des métadonnées Quels que soient les revendeurs, ceux-ci doivent disposer de métadonnées de qualité pour mettre en avant les catalogues des éditeurs, présenter les livres, en autoriser la découverte. Le dernier atelier organisé par le groupe «Normes et standards» a porté exclusivement sur cette question cruciale puisqu un livre ayant des métadonnées incomplètes ou erronées risque de ne pas être visible sur les sites des revendeurs. Il est donc indispensable que l éditeur identifie les métadonnées du livre nécessaires à la diffusion de l ouvrage. Attribuer un ISBN distinct aux livres numériques L ISBN identifie séparément, dans tous les secteurs de la chaîne du livre, chaque manifestation commerciale d une publication physique. Pour chaque publication numérique et pour chaque format, l agence internationale ISBN demande aux éditeurs la même rigueur. C est-à-dire un ISBN pour chaque manifestation numérique et un par format. À l occasion d un communiqué commun établi en 2010, le SNE, ELECTRE et DILICOM ont préconisé à l ensemble des éditeurs de se conformer à cette recommandation dont le respect leur apparaît comme une des conditions du développement du marché du livre numérique. Utiliser la norme ONIX La norme «ONIX for books» est un format d échange de métadonnées. Une nouvelle version, ONIX 3.0, a été traduite en français à l initiative du Cercle de la librairie, auprès duquel elle est disponible pour l ensemble des professionnels. À l occasion de ce même communiqué, le SNE, ELECTRE et DILICOM ont recommandé aux éditeurs l usage de la norme ONIX comme un facteur important de l interopérabilité des fichiers de métadonnées dans le monde du livre, tant physique que numérique. RI /2

9 3 Comparatif : les livres électroniques Voyager léger sans pour autant laisser chez soi ses bouquins favoris est désormais envisageable. Compact, ultraléger, doté d'un confort de lecture indéniable, le livre électronique pourrait bien devenir un compagnon de route fort aimable. Encore dépendant de l'ordinateur Les derniers livres électroniques reposent sur l'utilisation d'une encre électronique appelée E-link. En gros, ça ressemble un peu au procédé de nos ardoises magiques d'antan. Ici, pas de rétro-éclairage, non seulement les yeux sont moins fatigués, mais surtout, le livre ne demande de l'énergie que lors de l'actualisation d'une page. D'où l'autonomie incroyable de ce type d'appareil. Pour ce qui est du chargement de livres, les ebooks présents sur le marché français ne peuvent se passer de câble USB pour être alimentés en énergie et en contenu. Le Kindle, un livre à écran tactile distribué par Amazon aux États-Unis, propose, lui, une connexion sans fil. Plus besoin de passer par l'ordinateur pour télécharger ses bouquins. La moindre des choses pour un produit nomade, non? On espère voir arriver très vite le chargement via la 3G ou le Wi-Fi. Une fois raccordé, il suffit de se rendre sur les sites dédiés, différents selon le livre que l'on possède, et de faire ses emplettes. Le chargement se fait rapidement, et le livre est reconnu en quelque sorte comme un disque dur externe. Si vous êtes sur PC, vous pourrez en plus bénéficier d'un gestionnaire de contenu pour organiser au mieux votre bibliothèque. Les livres électroniques lisent aussi certains documents comme les PDF et les RTF et les TXT. Enfin, les deux modèles présentés ici ne se rechargent que par le biais du câble USB fourni. Pour bénéficier de l'adaptateur-secteur, il faudra passer à nouveau à la caisse. Incompréhensible. Des années qu'on parle de lui! Après de multiples tentatives de séduction soldées en échecs cuisants, le livre électronique semble enfin réunir quelques arguments pour convaincre. Aidé par des technologies plus abouties, il est désormais capable de s'adresser au grand public, aussi large soit-il. Véritable mini-bibliothèque ambulante, l'ebook offre un confort de lecture indéniable, une faible consommation d'énergie et la possibilité d'embarquer des centaines de bouquins dans à peine 200 grammes en moyenne. Ce produit résolument nomade est apte à séduire les étudiants, les professionnels, les lecteurs assidus (si, si), mais aussi occasionnels. Toutefois, sa consécration n'est pas encore pour aujourd'hui, trop de freins ralentissent sa percée. Les maisons d'édition ne jouent pas encore le jeu. Trop peu de versions numérisées de leurs ouvrages (Hachette y vient, Gallimard aussi) sont disponibles - surtout quand on voit le nombre de titres qui sortent chaque mois, on est vraiment loin du compte. Or, bien plus qu'un objet, le livre électronique est à considérer comme un service. L'eBook est sur la bonne voie, mais il peut faire mieux, en s'affranchissant par exemple de sa nécessaire liaison avec l'ordinateur pour télécharger du contenu. Vous l'avez compris, si les liseuses actuelles ont de quoi interpeller, il faudra encore pas mal d'améliorations pour en faire des objets aussi divertissants qu'utiles. Rentrera-t-il dans les usages? Une belle histoire - écrite à plusieurs mains - à suivre... Un confort de lecture sur écran indiscutable Techniquement, le livre électronique est au point. Capable d'ingurgiter des milliers de pages (jusqu'à 200 titres) et de tenir sans recharge des semaines durant (deux, voire trois mois), l'ebook est un appareil malin. La question récurrente à la vue de ce produit électronique est souvent la suivante : "n'est-ce pas fatiguant pour les yeux?". La réponse est : non, absolument pas. Non seulement les textes apparaissent aussi clairement que sur un livre papier, en prime, les angles de vision sont larges et l'on peut poursuivre sa lecture même en plein soleil. RI /2 20 janvier 2012

10 3 Toucher au modèle économique de l'édition, pas si facile À croire que toute mutation d'un bien culturel vers le monde numérique ne peut se faire sans difficulté, sans douleur. Le petit monde de l'édition a longtemps émis une résistance au fait que le livre papier puisse avoir son pendant numérique. Aujourd'hui, si l'offre sur Internet est encore maigrelette, c'est qu'il y a une explication. Le livre numérisé est, en général, vendu moins cher (pas de beaucoup d'ailleurs) que la version papier, sans compter la perte de la commission sur la distribution en librairie que touchent les éditeurs. Un manque à gagner donc. Or, le livre numérique ne décollera que le jour où l'offre de contenu disponible sera suffisante et, surtout, attrayante en terme de prix. Payer entre 15 et 20 % de moins qu'un livre classique, ce n'est pas assez. Or, cette attraction par le juste prix est une condition nécessaire si l'édition ne souhaite pas essuyer les mêmes plâtres que l'industrie musicale. En outre, les fichiers téléchargeables sont, bien évidemment, soumis à des verrous électroniques, les fameux DRM - sauf pour les contenus gratuits (œuvres tombées dans le domaine public) que l'on peut trouver. Cet autre frein empêche, par exemple, qu'un ouvrage numérique ne soit prêté à l'un de ses amis. En outre, chaque livre disposant de son format propriétaire, il n'est pas possible d'acheter son livre n'importe où, ce qui limite d'autant plus l'accès au contenu! Là encore, l'exemple peu probant de l'industrie du disque ne doit pas être assez parlant... Qu'attendent les éditeurs? Que les prix des livres numériques, en tant que support, baissent? Et si, pour une fois, c'était l'offre de contenu qui tirait le marché vers le haut et non le contenant? Des capacités, mais peut mieux faire Le livre électronique est un formidable outil. Disons plutôt qu'il est bourré de potentiel, mais que pour offrir le meilleur de lui-même, il lui faut encore évoluer. La technique offrant des résultats probants à ce jour, il manque un coup de main de la part des gros éditeurs et des sociétés de presse. Le jour où un kiosque virtuel (les opérateurs Orange et SFR testent le livre électronique comme support presse) bien achalandé sera proposé et que des offres d'abonnements intéressantes l'accompagneront, alors là, oui, l'ebook aura toutes ses chances de séduire. Il devra également supporter une multitude de formats pour se rendre encore plus attrayant, surtout si son prix demeure aussi élevé : 300 euros en moyenne pour un produit comportant de si nombreux freins, ça reste encore cher. Enfin, à quand la version tactile qui autorise la prise de note? Incroyable que cette techno se soit pas introduite dans un objet qui fait avant tout appel au toucher. Les ebook testés proposent certes de "petits plus", comme la lecture de photos (en dégradés de gris du coup) ou de MP3, mais ces fonctionnalités relèvent plus du gadget sympathique que d'un véritable service. Terminons par la question - rengaine - qui fâche encore parfois dans les dîners : le livre électronique va-t-il tuer le livre papier? Aucune raison de craindre cela. La cohabitation pourrait bien se faire. En revanche, au risque de nous répéter, on souhaite à l'édition de ne pas suivre les traces de l'industrie du disque. En clair, de réagir maintenant plutôt que de se plaindre plus tard - trop tard Florence Legrand RI /2 20 janvier 2012

11 Le livre électronique enrichit le livre mais appauvrit le lecteur et l auteur! 4 Le livre numérique est une œuvre de l esprit créée par un ou plusieurs auteurs et qu il est à la fois commercialisé sous sa forme numérique et publié sous forme imprimée ou qu il est, par son contenu et sa composition, susceptible d être imprimé, à l exception des éléments accessoires propres à l édition numérique. (Article 1er de la loi du 26 mai 2011 relative au prix unique). Cette définition est sans intérêt pour tenter de cerner juridiquement ce qu est un livre numérique ou e-book. Elle n est pas technologique neutre et son adoption répond à des intérêts circonstanciés. En effet cette loi s attache à appliquer le prix unique du livre sous format papier au secteur du numérique afin de protéger les acteurs économiques que sont les éditeurs. Autant dire que cette définition du livre numérique ou électronique sera vite dépassée, nul besoin de prendre un habit de prophète pour affirmer que le livre électronique ne se limitera pas à du print to screen. Le législateur aurait pu profiter de l occasion pour cerner ce qu est un livre et surtout le détacher de son support papier à l instar de ce qu il a opéré en adoptant le statut de la signature électronique ou de la base de données (qui n est pas forcément électronique comme le livre n est plus forcément du papier). Le livre numérique n est un pas un livre numérisé. Au contraire le livre numérique va s enrichir de fonctionnalités autorisant l interactivité avec le lecteur ou l usager : des ressources externes peuvent lui être associées, parallèlement il peut donner accès à des ressources par la technologie du lien hypertextes, il autorise l usager à l enrichir de commentaires, Le livre électronique sera vraisemblablement irrigué par les technologies issus du Web et entrera ainsi de plein pied dans le giron du droit de la communication électronique. Nous ne devrons pas attendre des décennies avant que les tribunaux aient à juger de contentieux dans ce domaine. Le fait que le livre se dématérialise et ainsi offre d importantes possibilités en terme d usage ne signifie pas pour autant que l usager jouira des mêmes libertés qui lui était reconnues auparavant. En effet, l utilisation du terme «utilisateur» en lieu et place de celui de «lecteur» n est pas indifférente. L utilisateur se retrouve limiter par les conditions d utilisation qui lui ont été cédées. Il est donc soumis à une licence à l instar de l acquéreur d un logiciel. Cette licence prévoit des conditions strictes qui limitent directement les possibilités d usage du bénéficiaire du livre numérique. Autrement dit l utilisateur du livre électronique est moins libre que le lecteur! Ces limitations des conditions d utilisation sont pilotées par les DRMs (Digital Right Management Systems) qui ont acquis «leurs lettres de noblesse» avec les œuvres musicales. Ces outils logiciels ont pour finalité principale (mais non exclusive) de limiter le nombre de copies possibles d une œuvre numérique. Alors qu auparavant il était possible de «prêter» autant de fois qu on le désirait un livre (au risque bien souvent de le perdre!), aujourd hui les DRMs sur les livres numériques limitent le nombre de copies possibles de l œuvre numérique. Pire encore, un livre numérique n est pas la propriété de son possesseur, au sens juridique du terme, de l utilisateur. En effet, Amazon nous a montré, avec les œuvres d Orwell, qu il est possible de supprimer à distance un livre électronique sur une liseuse. Dans le même ordre idée, il s avère difficile voire impossible de vendre à nouveau un livre électronique pourtant acquis légalement, à notre connaissance aucune plate-forme en ligne ne le permet. Lorsque le livre électronique est offert RI /2 12 septembre 2011

12 4 lors de l achat d une liseuse il n est pas certain que les termes du contrat autorisent une possible revente de l ouvrage. En d autres termes, le métier de bouquiniste en ligne n est pas pour demain! Et je ne parlerai pas des autres dispositifs de commercialisation sous forme de location à l instar de ce qui existe pour la VOD (Vidéos à la demande). Du côté de l auteur la situation n est guère enviable! Les éditeurs ont concocté des contrats d édition qui différencie le taux de rémunération en raison de la nature de l œuvre commercialisée. L auteur bénéficie bien souvent d un pourcentage du prix de vente inférieur pour la version électronique de l œuvre. L argument avancé par les éditeurs étant que l œuvre numérique coûte plus chère que l œuvre «papier»! Le livre numérique est certes un progrès mais à quel prix? Yann Bergeaud RI /2 12 septembre 2011

13 À chaque support son lecteur 5 Les supports induisent-ils des modes de lectures particuliers? Comment se caractérisent les différents types de lecteurs électroniques? On pourrait légitimement penser que leurs comportements sont à peu près similaires. On savait pourtant déjà que les possesseurs de liseuses avaient plus tendance que les possesseurs de tablettes à lire des livres et à en consommer. L'étude de Michael Tamblyn est donc intéressante à bien des égards. Car pour construire des offres, il va falloir comprendre les différences entre les lecteurs et leurs habitudes de consommation. Michael Tamblyn est le responsable des ventes de Kobo Reader, une société canadienne (filiale du groupe Borders, la chaine américaine de librairies qui s'est déclarée en banqueroute depuis février) qui fabrique et vend des liseuses sous sa marque - ainsi que sa librairie numérique associée. À TOC 2011, qui se tenait il y a quelques semaines à New York, il animait une table ronde pour aider à comprendre ce que voulaient vraiment les lecteurs numériques, à l'occasion de laquelle il a fait une présentation qui mérite l'attention. Kobo est aujourd'hui un petit acteur du livre électronique. Néanmoins, sa librairie électronique vend des livres à quelque 2 millions d'utilisateurs enregistrés. Son application de lecture gratuite et sociale (voir le billet que lui a consacré ebouquin) est la troisième de l'app Store (derrière l'application de l'ibookstore et celle du Kindle), mais est la première sur Blackberry et Androïd (et ce alors que le marché des applications disponibles pour Androïd est en train de rattraper celui d'apple). Depuis mai 2010, ils se sont dotés d'une liseuse à 149 $ (mais il en existe des versions moins chères, rappelle ebouquin)... Voilà pour le contexte. Visiblement, chez Kobo, on est un peu obsédé par les chiffres et l'équipe de Kobo tient une conférence quotidienne sur les données en provenance des clients, car pour l'instant, les profils d'achats et de lecteurs ne sont pas si simples à décrypter. De ces données qu'ils analysent quotidiennement, Michael Tamblyn et son équipe proposent de dresser 4 profils de lecteurs. 1. Les lecteurs sur liseuse C'est le segment de clientèle le plus apprécié. Et pour cause. Ce type de lecteur dépense 35 $ en moyenne (des dollars canadiens, attention) à sa première visite, puis 20 à 25 $ chaque fois qu'il revient sur la boutique, en moyenne 7 fois par mois! Ce sont des lecteurs continuels. Ils lisent de la fiction. Ils vont être des clients de longue durée. Ils payent 100 % de ce qu'ils lisent. Leur mode de lecture passe par le web, mais surtout via la liseuse Kobo. Chez ces clients là, la consommation de livre électronique s'accélère, dans le temps ainsi qu'à mesure que de nouveaux clients rejoignent la plateforme (un primoclient de février 2011 consomme plus qu'un primoclient de mai 2010). Pourquoi est-ce que ça marche aussi bien? Michael Tamblyn pense que c'est lié au fait qu'ils séduisent là un public de lecteur assidu, qui est motivé par l'amélioration des applications, des systèmes de recommandation et de commercialisation. Mais surtout, ce sont de meilleurs consommateurs de livres que les autres. 2. Les lecteurs sur petit écran (smartphone) En nombre, c'est le plus grand segment d'utilisateurs de Kobo. Ils achètent moins fréquemment et sont des clients qui dépensent moins que ceux qui consultent des livres sur un écran plus grand. A leur première visite, ils dépensent en moyenne 15 dollars. Ils font en moyenne une visite par mois et dépensent 7 dollars à chaque fois. Ils consomment surtout les contenus via leurs iphone. Leur conversion est assez faible : c'est visiblement pour Michael Tamblyn, le moins bon canal de vente (peut-être aussi parce que Kobo a d'autres concurrents sur ce secteur). Ce sont des clients volatils (taux de désabonnement élevé) qui ont plutôt tendance à acheter de la romance qu'autre chose. Ce sont des consommateurs qui consomment à la fois des titres gratuits et des titres payants. RI /2 16 mars 2011

14 5 3. Les mondains de l'ipad Ce segment n'est pas aussi intéressant que le premier. Ils dépensent en moyenne 22 $ à la première visite. Ils achètent presque fréquemment : ils dépensent en moyenne 16 $ par commande et font en moyenne 4,5 commandes par mois! Depuis décembre 2010, ils bénéficient de l'application Reading Life (vidéo), dotée de fonctionnalités sociales (et de gratifications via des badges). Et cette application a des effets importants : les gens qui l'utilisent et la connectent à leur compte Facebook passent 33 % de temps en plus dans l'application. Cette application permet d'obtenir des statistiques de lectures plus précises montrant ainsi que les lecteurs du soir lisent plus que ceux qui lisent tard dans la soirée, depuis leur lit. Les lecteurs qui ont lu au cours de la journée (déplacement, repas...) passent plus de temps à lire ensemble. Les utilisateurs montrent également qu'il y a plus de lecteurs en soirée que de lecteurs en journée, par contre, les gens achètent principalement des livres électroniques entre 20 h et minuit! 4. Le freegan Le freegan (je ne sais pas comment traduire cela) ne dépense pas d'argent pour ses livres électroniques. Il les veut gratuitement. Le web est sa source première. Il dispose de plusieurs objets électroniques et cherche du contenu gratuit à charger sur chaque. Tous les utilisateurs qui lisent des livres électroniques gratuits ne sont pas des freegans, certains sont des paygans. Ces clients ont en moyenne quelques livres gratuits : 1 à 2. Les vrais freegans ont en moyenne 9 livres gratuits dans leur bibliothèque électronique et ils passent du temps à chercher activement des livres gratuits. Ils sont "scandaleusement" résistants à la commercialisation. La conclusion de Michael Tamblyn est simple. Les données collectées servent à améliorer l'expérience de lecture de l'utilisateur. "Et c'est en connaissant mieux ses lecteurs qu'on va pouvoir améliorer les ventes". CQFD. En tout cas, il a montré qu'il existait bien différentes catégories de lecteurs de livres électroniques, avec des comportements d'achats et de lectures différents et que ce comportement semble corrélé aux supports que les consommateurs utilisent. On avait déjà eu des esquisses de cela, mais en se focalisant sur la lecture de livres, la démonstration est plus éclatante, vous ne trouvez pas? RI /2 16 mars 2011

15 6 Livres : la «zone grise» retrouve des couleurs. C e n est pas une petite loi qui passe à l Assemblée nationale aujourd hui. Concernant l avenir du livre numérique en tout cas. Une fois votée et promulguée, elle promet de faire revivre à terme ce qu on a joliment appelé la «zone grise», tous ces livres épuisés à la vente et non réédités. Le lecteur du XXIe siècle aura ainsi accès à des œuvres qui ne sont pas tombées dans le domaine public (soixante-dix ans après la mort de l auteur), donc encore couvertes par le droit d auteur, et qu on ne trouve plus à acheter en librairie. Des titres indisponibles et qui ne se dénichaient même pas, ou alors fortuitement, ou encore au terme de quêtes de longue haleine, aux étals des bouquinistes, virtuels ou pas. Reste en dernier recours à aller consulter in situ les fonds des bibliothèques, la Bibliothèque nationale de France (BNF) en tête. «Première». Ce texte, donc, relatif à l exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle, a transité par le Sénat avant d arriver un peu modifié dans l Hémicycle, porté par le député (UMP) Hervé Gaymard, auteur d un rapport sur l économie du livre et son avenir («Pour le livre», Gallimard, 2009). «Cette mise en place d un mécanisme moderne et efficace pour régler la question des œuvres indisponibles est une première mondiale. Elle va permettre de donner un accès à la production éditoriale du XXe siècle», souligne l élu de Savoie, ajoutant : «C est une première réponse constructive à la tentative de Google de numériser sauvagement des titres sans tenir compte du droit d auteur.» Car, avec le développement du numérique et l épanouissement annoncé d un marché en ligne des textes (favorisé par la vente de tablettes et liseuses), un cadre légal devait s imposer. Le moteur de recherche américain n avait effectivement pas attendu un cadre légal pour scanner sans autorisation des milliers de titres français contenus dans les bibliothèques et encore sous copyright. Cela lui avait valu d être poursuivi par une partie de l édition française. Depuis, des éditeurs ont négocié directement avec Google et signé des accords sur la numérisation des œuvres épuisées, Hachette en premier, puis La Martinière au mois d août La proposition de loi modifie le code de la propriété intellectuelle. Elle précise le périmètre des œuvres «indisponibles», celles publiées en France avant le 31 décembre 2000, et qui doivent avoir fait l objet d une publication sous forme de livre. Elle prévoit la création d une base de données publique qui les recense. Surtout, elle instaure une société de perception et de répartition des droits (SRPD) sur le modèle de la SACEM, assurant aux éditeurs et aux auteurs, représentés à parité, une rémunération. Passée en commission des affaires culturelles hier et votée alors à l unanimité après examen des amendements, elle a été jugée par certains députés comme «faite par les éditeurs et pour les éditeurs pour pouvoir piocher dans les œuvres indisponibles». «Brèche». Un mini-débat a notamment eu lieu sur l article L ajouté par le Sénat, qui prévoit que si aucun titulaire du droit de reproduction d un livre sous une forme imprimée n a été trouvé en dix ans, son exploitation numérique est gratuite. Il a été trappé. Hervé Gaymard a invoqué «l exception au droit d auteur, car pour qu il y ait de la création, il faut qu il y ait une rémunération. Il y a un risque pour que les diffuseurs privés s engouffrent dans la brèche». Le corpus des œuvres indisponibles a été évalué à titres, qui seront numérisés et accessibles à l horizon de cinq ans, selon l accord signé en février au ministère de la Culture. La numérisation des livres, prévue dans le cadre des collections de la BNF, est toujours prévue dans les «investissements d avenir» du gouvernement. Frédérique Roussel RI /1 Libération 19 janvier 2012

16 7 Quels usages du livre électronique dans les apprentissages? Différents termes sont associés au concept de livre électronique, tels que livre numérique, e-book, ou e-paper. Ils désignent parfois un document numérique (un contenu), parfois un outil de lecture de ces documents (un contenant). Dans cet article, c est la définition donnée par l institut IPSOS MediaCT, dans l enquête «Le livre sera-t-il numérique?», que nous retiendrons, à savoir qu un «livre électronique est un livre dématérialisé, par opposition au livre sur support papier. Il s agit d un fichier informatique que l on peut lire sur un écran (ou éventuellement écouter), par exemple sur un ordinateur, un téléphone, ou un terminal dédié». Ces livres sont encore très peu répandus en France même si aujourd hui, comme le fait remarquer François Nawrocki, dans la revue Documentaliste, 10 % des ouvrages grand public sont édités sous les deux formats, papier et numérique. L enquête d IPSOS MediaCT révèle que si la moitié des Français connaissent le concept, à peine 5 % utilisent le livre électronique! L apparition récente sur le marché de liseuses, outils portables conçus spécifiquement pour la lecture des livres électroniques, et l accroissement de l offre éditoriale numérique, devraient rendre caducs une partie des constats actuels sur la satisfaction des utilisateurs. L organisation en cours d un cadre législatif et l avancée de réflexions entre professionnels devraient aussi permettre à la France, selon le site Educnet, d être moteur de la révolution numérique. Le contexte change, faisant ainsi évoluer les comportements et les perceptions envers le livre électronique. Il est toutefois pertinent de s intéresser aux fonctionnalités plus spécifiques du livre électronique qui remplacent, et parfois dépassent, celles du livre papier. Ces fonctionnalités peuvent avoir une utilité non négligeable dans l éducation (poids des cartables, interactivité, etc.). Il convient donc de se demander si l usage du livre électronique est aisé et permet de bien réaliser certaines tâches. Le livre électronique face à ses alternatives Selon l'enquête d IPSOS MediaCT, le confort visuel est la principale attente du grand public face au choix d un support de lecture. Dans une étude de 2007, Hsin-Chieh Wu et ses collaborateurs (université de Chaoyang, à Taïwan) ont comparé le confort visuel de trois outils : une liseuse, un assistant électronique de poche (PDA), un ordinateur portable. Ils ont mis en évidence une plus grande fatigue visuelle engendrée par le PDA, lors de la lecture de livres électroniques, par rapport aux autres supports. L ordinateur portable était le support préféré des participants (des étudiants sans problèmes d acuité visuelle) pour les lectures sur table, tandis que la liseuse, en raison de son faible poids et de sa faible consommation d énergie, remportait la préférence des utilisateurs dans les autres situations. D'après une étude de l ergonome Jakob Nielsen, publiée en juillet 2010 sur son site, l ordinateur (fixe) est le support le moins satisfaisant pour la lecture de livres électroniques, par rapport à trois autres supports de lecture : une liseuse, une tablette électronique et le livre papier. En revanche, le livre papier reste le support qui favorise une lecture plus rapide, selon la même étude. En somme, ces études montrent que le confort visuel des outils de lecture de livres électroniques a beaucoup évolué, mais qu'il est loin d être optimal. La préférence des utilisateurs pour le livre électronique dépend de plusieurs facteurs, notamment du confort visuel lié à la taille et la qualité de l écran, du contexte d usage (sur place ou mobile) et des fonctionnalités disponibles pour la manipulation des fichiers. RI /3 5 novembre 2010

17 7 Usages du livre électronique par les universitaires Le livre électronique a su trouver une place dans le secteur universitaire, tant pour les étudiants que pour les enseignants. Une étude qualitative conduite par Peter Hernon et ses collègues (collège Simmons à Boston) auprès de 15 étudiants de différentes disciplines montre que les raisons d utiliser le livre électronique sont diverses : il apparaît comme un moyen alternatif de conserver une copie des documents papier, il offre d autres fonctionnalités, telles qu un copier-coller de citations moins fastidieux par rapport à une saisie manuelle, et la fonction de recherche de mots évitant des relectures systématiques, il réduit le coût d acquisition des ouvrages, il fait gagner de la place (possibilité de condenser des extraits de lectures sur des impressions plutôt que de photocopier, alternative à la conservation sur support papier). D autres auteurs notent des différences de comportement associées à la lecture de livres électroniques par rapport à la lecture d ouvrages papier. Les lectures électroniques sont plus parcellaires et ciblent davantage des articles que des ouvrages complets. Les résultats récents d une étude de William D. Woody et ses collaborateurs (université du Colorado, États-Unis) auprès de 91 étudiants, montrent qu il n y a que pour des textes courts (résumés, successions de questions/réponses) que les étudiants favorisent autant les lectures électroniques que les lectures papier. Le livre électronique à l'école primaire Le livre électronique est aussi une «version moderne» des livres audio enregistrés et des livres numérisés lus par une synthèse vocale pour les personnes atteintes d une déficience visuelle. Les récentes recherches de Clare Wood et de son équipe (université de Coventry, Royaume-Uni) ont montré une amélioration des performances des élèves sur la reconnaissance des mots et la conscience phonologique quand les livres sont lus aux enfants comme si l auteur de l histoire leur parlait. Dans ce cas, les lecteurs seraient également enclins ultérieurement à émettre des commentaires dialogiques. Ces conclusions sont issues d une étude auprès de 40 enfants de 5-6 ans écoutant trois histoires et regroupés en deux groupes (livre électronique ou livre papier). Le groupe avec le livre électronique a montré des performances plus élevées que le groupe contrôle. Ofra Korat et Adina Shamir, chercheuses à l université d Israël et auteures de plusieurs articles sur la question, attribuent elles aussi une utilité au livre électronique audio pour les enfants ne sachant pas encore lire ou en tout début d apprentissage de la lecture. Elles soulignent que le livre électronique permet d intégrer des zones activables au texte (par exemple, en permettant de cliquer sur un mot pour en afficher sa définition), rendant ainsi les jeunes lecteurs plus actifs face à la construction d une représentation du récit. Ces chercheuses synthétisent les critères de choix des livres électroniques en conseillant les enseignants de s interroger : sur les différentes fonctionnalités proposées en vérifiant la présence d outils utiles aux apprentissages (jeux, dictionnaire interactif, possibilité d imprimer,...), sur la clarté des instructions à destination des lecteurs, sur la cohérence d ensemble (par exemple, les jeux sont-ils liés à l histoire?), afin de s assurer qu il n y ait pas de dispersion ou de désorientation chez le lecteur, sur les caractéristiques techniques qu ils présentent (la facilité d installation,...), souvent cause d un découragement lors de leur utilisation. RI /3 5 novembre 2010

18 7 Conclusions Le livre électronique apparaît être à l heure actuelle un mode de lecture en plein essor et pour lequel des utilisations pédagogiques sont encore à inventer. Si le choix du support de lecture de ces livres est très important car il détermine les conditions de lecture, le choix du contenu l est tout autant chez les jeunes enfants pour lesquels la qualité de présentation de l histoire et de ce qui l entoure a un impact sur leur apprentissage de la lecture. Recommandations Pour tout public : avant de choisir un modèle de livre électronique, obtenir des données sur le confort visuel de lecture des différents supports envisagés, prendre en compte le contexte d usage, notamment le besoin de portabilité du livre électronique. Pour les enseignants du primaire : vérifier que le livre électronique intègre un dictionnaire ou des jeux interactifs liés à l histoire, car ces fonctionnalités permettent de maintenir le jeune lecteur dans l activité, placer l enfant dans une situation où il a l impression de se faire raconter l histoire par l auteur du livre, car cela favorise l'émergence de commentaires dialogiques. Sonia Mandin Titulaire d une thèse et ingénieure de recherche en sciences de l éducation (Grenoble-2, LSE) RI /3 5 novembre 2010

19 Livre numérique : pourquoi la France résiste 8 Tablettes et téléchargements trop chers? Réticence devant la dématérialisation? Alors que les ventes d'e-books décollent aux États-Unis, elles restent insignifiantes en France. Mais jusqu'à quand? Le livre n a pas attendu d être numérique pour exister. C était un objet parfait. L industrie et le marketing mondialisé en ont décidé autrement. Déjà, dès 1995, avec le cédérom, les ventes d encyclopédies sur papier s étaient écroulées. Les revues scientifiques, pourtant chères, ont suivi avec Internet. Et voilà qu Amazon a annoncé qu en mai dernier la vente de livres numériques avait dépassé aux USA celle de livres papier (dont la vente a progressé aussi). L affirmation est invérifiable, mais suffit à raviver les charbons ardents sous les pieds des éditeurs et des libraires. Les premiers tentent de rattraper ce qu en langage commercial on appelle le «temps perdu», et les seconds de s adapter, pour éviter de mettre la clef sous la porte. Lors d un débat à la Documentation française, François Maillot, le confiant patron de la librairie La Procure, a martelé: «Nous ne vendons pas du papier, nous vendons des livres!» Christine de Mazières (Syndicat national de l édition) a déclaré, elle: «Le marché du livre professionnel est dominant. Le marché grand public, lui, est peu de chose : 18 millions d euros de CA sur 2,8 milliards au total.» Soit 0,64 %... «Mais on ne parle que de ça...» C est que la France traîne les pieds, témoin la rentrée littéraire, qui s est faite en l absence presque complète du numérique. Xavier Garambois, DG d Amazon France confesse à le.buzz.media.fr : «Pour l instant, je ne suis même pas sûr que cela se compte en pourcentage.» Aux États-Unis, l'agonie des libraires Le Guardian de Londres a compté qu entre 2001 et 2010, les ventes de livres en Grande-Bretagne étaient passées de 162 à 229 millions. 42 % d augmentation au cours d une décennie qui a vu l explosion d Internet et du livre électronique, ce n est pas si mal. Il est vrai que, tandis que Barnes & Noble, la première chaîne américaine de librairies (celle-là même qui a créé sa tablette Nook), affirme que ses ventes en ligne de livres ont progressé de 20 %, et que la proportion du livre numérique par rapport au papier est de trois à un, Borders, la deuxième, fait faillite et ferme ses 399 magasins. On prévoit que l e-book prendra 2 % du marché mondial d ici à 2015 (évaluation de Bain et Co). Quatre des meilleures ventes japonaises de fiction sont des livres postés sur des sites de partage, lus sur téléphone portable avant d être imprimés. Parfois écrits directement sur un téléphone. Cela s appelle des keitai shosetsu. Un trajet en bus, une pose thé? Un «chapitre». On peut écrire à l auteur pour lui suggérer des modifications, des orientations Lui-même sait si son lectorat augmente ou diminue, et réagit en conséquence. Aimez le ciel a été lu par vingt millions de Japonais. Mais l amusant est que Deep Love, qui a connu un succès plus important encore (converti en film, en émissions de télévision, en manga), s est vendu sur papier à 2,5 millions d exemplaires. À la suite des éditeurs américains qui ont permis que titres soient disponibles sur la liseuse Kindle d Amazon, les Français s y mettent, mais lentement ; et dans un TGV ou un avion, personne ne lit sur tablette. La grande librairie Kléber de Strasbourg explique qu il ne représente qu une part à peine quantifiable de leurs ventes (0,01 %). Une borne de téléchargement a été installée dans leur magasin: en un an, un seul client! Sur son site, les ventes de livres papier progressent de 17 % en un an (3 700 achats en 2010), mais les commandes de livres numériques ne dépassent pas deux ou trois par jour. RI /5 14 octobre 2011

20 8 Au Furet du Nord, on incrimine plusieurs facteurs, dont la loi Lang : «Elle a sauvé beaucoup de choses, cette loi, mais elle pourrait bien freiner l essor du livre numérique. Nous en avons vendu dix fois plus que l an dernier, mais même si on en avait vendu cent fois plus, la différence ne serait pas grande Payer si cher un fichier impalpable est dissuasif. Mais attendons le nouveau Kindle d Amazon, qui pourrait débloquer la situation par le biais de la technologie» (Lequel nouveau Kindle, outre d être triste comme un jour sans pain, n est pas tactile. Pour annoter un texte, il faut sélectionner une lettre après l autre, en déplaçant un curseur autant dire qu on n annotera jamais.) Et chez Mollat, à Bordeaux, on ironise un peu : «Le livre numérique est ce qu on appelle pudiquement un "marché en devenir"» Les deux supports cohabiteront, mais les ventes de numériques exploseront, affirme Laurent Laffont (JC Lattès) : «Pour l instant je ne vends que exemplaires des grands romans populaires (Dan Brown, Patterson) que je publie. L explosion sera due moins à l objet tablette, auquel de toute façon les enfants ont et auront recours par réflexe, qu à la fantastique puissance marketing des grands groupes, capables de vous suggérer des achats qui correspondent à vos goûts. Figurez-vous qu il m arrive de me faire proposer personnellement par Amazon des ouvrages anglais que j avais justement en lecture comme éditeur. Savez-vous qu ils emploient deux cents mathématiciens pour améliorer les algorithmes qui permettent de vous cibler le plus précisément possible?» Déjà, le navigateur de la nouvelle tablette Kindle Fire, Amazon Silk, est accusé de pister l internaute. Les e-books: encore trop chers Olivier Orban (Plon) annonce : «Un auteur qui ne sera pas dans l Apple store sera un auteur mort. Dans cinq ans, le numérique fera 20 ou 30 % du chiffre d affaires. Pour l instant, les supports sont trop chers, et les accords de distribution ne sont pas signés.» L offre est faible. Jusqu à une date récente, la France avait trois plates-formes de distribution: Numilog (Hachette), Eden-Livres (Gallimard, Seuil, Flammarion ) et e-plate-forme (Editis: Laffont, Plon ). Mais Flammarion vient de signer un accord avec Amazon et Apple. Les autres suivront. CHIFFRES En France, l'e-book n'atteint pas 1 % du chiffre d'affaires de l'édition. Aux États-Unis, la proportion d'e-books a progressé de 2 % en quelques mois, passant de 6 % à 8 % des ouvrages grand public vendus. Le best-seller de Jonathan Franzen, «Freedom», a été téléchargé fois (légalement), pour 1 million d'exemplaires sur papier. Par ailleurs les livres électroniques sont chers. Garambois (Amazon) affirme : «Si le prix de l e-book ne décroche pas, le marché ne décollera pas.» En France la TVA sur le livre électronique est de 19,6 %, mais elle passera dès 2012 à 5,5 %, comme sur les livres papier ; mais Jacques Toubon, qui œuvre pour que l Europe s aligne sur la France, n a pas encore gagné la partie. Pendant ce temps, Amazon a raflé le marché en vendant à perte. En mai dernier, le Parlement a voté une loi qui étend la loi Lang au livre numérique, même vendu de l étranger, et qui s appliquera en novembre. Cela signifie non que le prix est le même pour le papier et la liseuse, mais qu il est fixé par l éditeur. Un livre numérique coûtera, selon les estimations, entre 15 et 25 % moins cher. Orban ajoute : «De toute façon le prix unique sautera un jour ou l autre.» Les tablettes sont hors de prix, bien qu il en existe d exclusivement liseuses (Colorebook de Mpman à moins de 100 euros). Mais la petite liseuse Nook est passée de 249 à 139 dollars (de 180 à 100 euros) en moins de deux ans (la tablette Nook en couleur : 249 dollars, 180 euros). Et la nouvelle Kindle Fire est annoncée à 148 euros (en fait 199 dollars : c est un prix quasi cassé, puisque le coût des seuls composants, d après IHS Isupply, se monte à 191,65 dollars avec le montage: 209,63!). D après les analystes, il faudrait qu elle descende à 50 euros pour devenir vraiment populaire. Alors tout le modèle économique changera. «Et l on ne sait pas de quoi il sera fait», poursuit Orban. Les victimes : les distributeurs papier, les imprimeurs, les libraires, le livre de poche. «Pourquoi continuerions-nous d imprimer sans savoir à combien il faut tirer, de stocker 6 ou 7 millions de volumes dans des hangars, de payer des représentants, et de recevoir les invendus des libraires?». Il RI /5 14 octobre 2011

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

PC industriels et disques associés

PC industriels et disques associés Technical Service Bulletin PRODUIT DATE CREATION DATE MODIFICATION FICHIER PC INDUSTRIEL 23/03/2010 201005 REV A PC industriels et disques associés English version follows. SF01 (du 4 au 8 janvier 2010)

Plus en détail

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 DOCUMENTATION MODULE CATEGORIESTOPMENU MODULE CREE PAR PRESTACREA INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 INSTALLATION... 2 CONFIGURATION... 2 LICENCE ET COPYRIGHT... 3 SUPPORT TECHNIQUE ET MISES A JOUR...

Plus en détail

Lions Club de Beaune 2013-2014. Des outils de communication pour les

Lions Club de Beaune 2013-2014. Des outils de communication pour les Des outils de communication pour les jeunes Autistes Une année orientée Jeunesse Rencontre de l association des Papillons Blancs de Beaune qui nous a présenté le projet développé en interne et consistant

Plus en détail

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 DOCUMENTATION MODULE SHOPDECORATION MODULE PRESTASHOP CREE PAR PRESTACREA INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 INSTALLATION... 2 Installation automatique... 2 Installation manuelle... 2 Résolution des

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

DOCUMENTATION MODULE FOOTERCUSTOM Module crée par Prestacrea

DOCUMENTATION MODULE FOOTERCUSTOM Module crée par Prestacrea DOCUMENTATION MODULE FOOTERCUSTOM Module crée par Prestacrea INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 1. INSTALLATION... 2 2. CONFIGURATION... 2 3. LICENCE ET COPYRIGHT... 4 4. MISES A JOUR ET SUPPORT...

Plus en détail

Monétiser son site, son blog ou son application mobile : Business models et indicateurs

Monétiser son site, son blog ou son application mobile : Business models et indicateurs Monétiser son site, son blog ou son application mobile : Business models et indicateurs OnBusinessPlan.fr Copyright 2015 OnBusinessPlan.fr On Business Plan Edition, License Notes This ebook is licensed

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Créer un blog ou un site e-commerce avec WordPress

Créer un blog ou un site e-commerce avec WordPress Créer un blog ou un site e-commerce avec WordPress OnBusinessPlan.fr Copyright 2015 OnBusinessPlan.fr On Business Plan Edition, License Notes This ebook is licensed for your personal enjoyment only. This

Plus en détail

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz 1. Je ne peux publier une photo sur le site de l UNESCO sans y indiquer le nom du photographe. VRAI La mention de la source et du nom de l auteur fait partie des droits moraux de l auteur. C est le droit

Plus en détail

XSORIES WEYE FEYE FAQ

XSORIES WEYE FEYE FAQ XSORIES WEYE FEYE FAQ ENGLISH FRANCAIS WEYE FEYE FAQ ENGLISH 1. COMPATIBILITY Weye Feye is compatible with the following cameras: CANON EOS 5DmII EOS 5DmIII EOS 6D EOS 7D EOS 40D EOS 50D EOS 60D EOS 70D

Plus en détail

QUICK START GUIDE. for the LiftMaster Internet Gateway

QUICK START GUIDE. for the LiftMaster Internet Gateway QUICK START GUIDE for the LiftMaster Internet Gateway Before Starting Before starting STOP you MUST have: a router active internet connection internet gateway serial number Look at the label on the bottom

Plus en détail

Mode dʼemploi User guide

Mode dʼemploi User guide Mode dʼemploi User guide Urban Connexion Kit for Microsoft Surface Référence Urban Factory ICR32UF Introduction: Vous venez d acheter un kit de connexion Urban Factory pour Microsoft Surface, et nous vous

Plus en détail

A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v2 Date : 23 July 2013 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax:

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name...

RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION. (Decree 99-778 of September 10, 1999) QUESTIONNAIRE. Family Name... COMMISSION FOR THE COMPENSATION OF VICTIMS OF SPOLIATION RESULTING FROM THE ANTI-SEMITIC LEGISLATION IN FORCE DURING THE OCCUPATION (Decree 99-778 of September 10, 1999) Case Number : (to remind in all

Plus en détail

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite.

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Rational ClearCase or ClearCase MultiSite Version 7.0.1 Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Product Overview IBM Rational

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Usage guidelines. About Google Book Search

Usage guidelines. About Google Book Search This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project to make the world s books discoverable online. It has

Plus en détail

A propos de ce livre. Consignes d utilisation

A propos de ce livre. Consignes d utilisation A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces

Utiliser une WebCam. Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Micro-ordinateurs, informations, idées, trucs et astuces Utiliser une WebCam Auteur : François CHAUSSON Date : 8 février 2008 Référence : utiliser une WebCam.doc Préambule Voici quelques informations utiles

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB Paxton ins-20605 Net2 desktop reader USB 1 3 2 4 1 2 Desktop Reader The desktop reader is designed to sit next to the PC. It is used for adding tokens to a Net2 system and also for identifying lost cards.

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

GUIDE BOOK MARRAKECH RIAD VENTE MARRAKECH. Because of this guide book marrakech riad vente marrakech guides are far superior than the pdf guides.

GUIDE BOOK MARRAKECH RIAD VENTE MARRAKECH. Because of this guide book marrakech riad vente marrakech guides are far superior than the pdf guides. GUIDE BOOK MARRAKECH RIAD VENTE MARRAKECH Because of this guide book marrakech riad vente marrakech guides are far superior than the pdf guides. 2 guide book marrakech riad vente marrakech GUIDE BOOK MARRAKECH

Plus en détail

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors MLS - Local and Global Marketing Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors Teresa King Kinney CEO Miami Association of Realtors Miami Association of Realtors 40,000 Members

Plus en détail

DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS?

DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS? DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS? Le DynDNS (Dynamic Domain Name Server) sert à attribuer un nom de domaine à une adresse ip dynamique. Chaque ordinateur utilise une adresse ip pour communiquer sur le réseau.

Plus en détail

Package Contents. System Requirements. Before You Begin

Package Contents. System Requirements. Before You Begin Package Contents DWA-125 Wireless 150 USB Adapter CD-ROM (contains software, drivers, and manual) Cradle If any of the above items are missing, please contact your reseller. System Requirements A computer

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents)

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents) PODUM-INFO-ACTION (PIA) La «carte routière» pour les parents, sur l éducation en langue française en Ontario A «road map» for parents, on French-language education in Ontario (Programme de formation pour

Plus en détail

Tâches et Buts. Date D échéance. Tâche Buts Remarques. www.financiallywiseonheels.com

Tâches et Buts. Date D échéance. Tâche Buts Remarques. www.financiallywiseonheels.com Tâches et Buts Date D échéance Tâche Buts Remarques Objectifs Annuels Trafic Web Inscriptions Email Produits à vendre Services à vendre Suiveurs Pinterest Suiveurs Facebook Suiveurs Twitter Suiveurs YouTube

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Daniel Poulin, DRT 3808 Novembre 2009

Daniel Poulin, DRT 3808 Novembre 2009 Daniel Poulin, DRT 3808 Novembre 2009 Les œuvres sont proposées en format numérique Il est courant de graver des cédéroms et DVD Les outils de compression sont répandus Internet est assez rapide pour acheminer

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

Introduction : une situation actuelle de discrimination fiscale des livres numériques en ligne injustifiable

Introduction : une situation actuelle de discrimination fiscale des livres numériques en ligne injustifiable 1 4 janvier 2013 Contribution du Syndicat national de l édition à la consultation de la Commission Européenne relative au réexamen de la législation existante sur les taux réduits de TVA Le Syndicat national

Plus en détail

Le livre numérique. Découverte des nouveaux supports de lecture. Image Elliot Lepers - CC-BY-SA-NC

Le livre numérique. Découverte des nouveaux supports de lecture. Image Elliot Lepers - CC-BY-SA-NC Le livre numérique Découverte des nouveaux supports de lecture Image Elliot Lepers - CC-BY-SA-NC Livre numérique : petite histoire des usages L'édition d'avril 1935 du magazine anglais 'Everyday science

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES.

A COURT CASE HAS BEEN STARTED AGAINST YOU IN THIS COURT. THE DETAILS ARE SET OUT ON THE ATTACHED PAGES. ONTARIO Court File Number SEAL at (Name of court) Court office address Form 34N: Application to Change or Terminate Openness Order Applicant(s) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial

Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 819 4709 Copyright 2005 Sun Microsystems, Inc. 4150

Plus en détail

Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration

Solution d hébergement de SWIFTAlliance ENTRY R7 Politique de Sauvegarde et de Restauration Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration Avril 2012 I- Introduction Le présent document présente la politique de sauvegarde et de restauration à adopter

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v3 Date : 7 May 2014 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax: +49

Plus en détail

QUICK START GUIDE. for the LiftMaster Internet Gateway

QUICK START GUIDE. for the LiftMaster Internet Gateway QUICK START GUIDE for the LiftMaster Internet Gateway Before Starting Before starting STOP you MUST have: a router active internet connection internet gateway serial number Look at the label on the bottom

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

BILL 9 PROJET DE LOI 9

BILL 9 PROJET DE LOI 9 Bill 9 Government Bill Projet de loi 9 Projet de loi du gouvernement 1 st Session, 40 th Legislature, Manitoba, 61 Elizabeth II, 2012 1 re session, 40 e législature, Manitoba, 61 Elizabeth II, 2012 BILL

Plus en détail

Comment télécharger et

Comment télécharger et Dispositifs de lecture numérique Comment télécharger et lire un livre numérique sur tablette et liseuse? Par souci de synthèse nous retiendrons ici les modèles de tablettes et liseuses les plus utilisés

Plus en détail

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC asgaard.ca p. 1 OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY

Plus en détail

Smile Mobile Dashboard

Smile Mobile Dashboard Smile Mobile Dashboard 1. Magento Extension The iphone and Android applications require access to data from your Magento store. This data is provided through an extension, available on Magento Connect

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

ONLINE TIAMA CATALOGS USER GUIDE

ONLINE TIAMA CATALOGS USER GUIDE ONLINE TIAMA CATALOGS USER GUIDE Home page / Accueil 3 4 5 Ref. Description Description Home page Accueil Catalog access Accès catalogue Advanced search Recherche avancée Shopping basket Panier Log off

Plus en détail

INTERNET GATEWAY QUICK START

INTERNET GATEWAY QUICK START INTERNET GATEWAY QUICK START Model CIGBU Thank you for purchasing a Chamberlain Internet Gateway enabled with MyQ technology. Once you have created your account and add your MyQ devices, you will be able

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

DU LIVRE PAPIER AU LIVRE NUMERIQUE

DU LIVRE PAPIER AU LIVRE NUMERIQUE SOMMAIRE - Du livre papier au livre numérique - Quelques définitions - Les formats - Les DRM - Comment lire un livre numérique? - Liseuses : présentation, choix et sélection - Tablettes : présentation,

Plus en détail

European Aviation Safety Agency

European Aviation Safety Agency Page 1 of 6 European Aviation Safety Agency EASA SPECIFIC AIRWORTHINESS SPECIFICATION for as specified in Section I This Specific Airworthiness Specification is issued in accordance with Regulation (EC)

Plus en détail

Annonce de voyage Concerne les voyages en Suisse par les transports publics Utilisation d un véhicule privé La demande d utilisation d un véhicule

Annonce de voyage Concerne les voyages en Suisse par les transports publics Utilisation d un véhicule privé La demande d utilisation d un véhicule Annonce de voyage Concerne les voyages en Suisse par les transports publics Utilisation d un véhicule privé La demande d utilisation d un véhicule privée ne doit plus être utilisée. Elle est remplacée

Plus en détail

Le format P.D.F. (Portable Document Format) Mode d emploi et quelques exemples

Le format P.D.F. (Portable Document Format) Mode d emploi et quelques exemples Le format P.D.F. (Portable Document Format) Mode d emploi et quelques exemples 1 Le P.D.F., un format de visualisation Un format de lecture gratuit et universel Lire un document PDF A l aide de différents

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international

National Health Survey. Le Luxembourg dans le contexte international National Health Survey Le Luxembourg dans le contexte international Ministère de la Santé conférence de presse du 25 février 9 Présentation de l étude 2 Fiche technique Un échantillon de 484 personnes

Plus en détail

Software Design Description

Software Design Description Software Design Description ABSTRACT: KEYWORDS: APPROVED: AUTHOR PROJECT MANAGER PRODUCT OWNER General information/recommendations A SDD provides a representation of a software system created to facilitate

Plus en détail

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris.

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris. Leçon 7 - La Vie est belle La vie de Nafi, une jeune Française d origine sénégalaise parle de sa vie. Elle est étudiante en sociologie à l Université de Toulouse. Aujourd hui, elle parle de sa vie. -Est-ce

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

SERVEUR DÉDIÉ DOCUMENTATION

SERVEUR DÉDIÉ DOCUMENTATION SERVEUR DÉDIÉ DOCUMENTATION Release 5.0.6.0 19 Juillet 2013 Copyright 2013 GIANTS Software GmbH, All Rights Reserved. 1/9 CHANGE LOG Correction de bug divers (5.0.6.0) Ajout d une option de relance automatique

Plus en détail

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS

RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS RFP 1000162739 and 1000163364 QUESTIONS AND ANSWERS Question 10: The following mandatory and point rated criteria require evidence of work experience within the Canadian Public Sector: M3.1.1.C / M3.1.2.C

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder

APPENDIX 2. Provisions to be included in the contract between the Provider and the. Holder Page 1 APPENDIX 2 Provisions to be included in the contract between the Provider and the Obligations and rights of the Applicant / Holder Holder 1. The Applicant or Licensee acknowledges that it has read

Plus en détail

IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE

IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE IEEE Learning Technology Standards Committee Comité des Normes en Technologies d Apprentissage de l IEEE Robby Robson Chair, LTSC Président, LTSC rrobson@eduworks.com 19 March, 2003 What is the LTSC? Le

Plus en détail

English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918. Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission?

English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918. Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission? English Q&A #1 Braille Services Requirement PPTC 144918 Q1. Would you like our proposal to be shipped or do you prefer an electronic submission? A1. Passport Canada requests that bidders provide their

Plus en détail

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires)

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) SOR/2001-477 DORS/2001-477

Plus en détail

Bigdata et Web sémantique. les données + l intelligence= la solution

Bigdata et Web sémantique. les données + l intelligence= la solution Bigdata et Web sémantique les données + l intelligence= la solution 131214 1 big data et Web sémantique deux notions bien différentes et pourtant... (sable et silicium). «bigdata» ce n est pas que des

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 Technical Service Bulletin FILE CONTROL CREATED DATE MODIFIED DATE FOLDER INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007 662-02-27011B Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 English version follows. Objet du

Plus en détail

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF - Are you searching for Cest Maintenant Books? Now, you will be happy that at this time Cest Maintenant PDF is available at our

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Banks) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (banques) SOR/2001-402 DORS/2001-402 À jour au 25 janvier 2016 Published by the Minister

Plus en détail

openoffice 40 manual

openoffice 40 manual openoffice 40 manual Print and Online Should you be particular with knowing everything concerning this openoffice 40 manual, you have to look for these details. OPENOFFICE 40 MANUAL Here are one of the

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General As the father of five children and the grandfather of ten grandchildren, family is especially important to me. I am therefore very pleased to mark National Foster Family Week. Families, whatever their

Plus en détail

Les supports de lecture et les formats des livres numériques JDD - 2013

Les supports de lecture et les formats des livres numériques JDD - 2013 Les supports de lecture et les formats des livres numériques JDD - 2013 Les supports de lecture Tablette numérique Liseuse Ordinateur Tablette numérique Définition «Ordinateur portable extra-plat, tactile

Plus en détail

PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE

PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE ATTORNEY GENERAL PUBLIC PROSECUTION SERVICES PROCUREUR GÉNÉRAL SERVICE DES POURSUITES PUBLIQUES PART I / PARTIE I REQUEST FOR DISCLOSURE / DEMANDE DE DIVULGATION DE LA PREUVE NAME OF ACCUSED: / NOM DE

Plus en détail

Phrases au Subjonctif Answers for teachers

Phrases au Subjonctif Answers for teachers Phrases au Subjonctif Answers for teachers These instructions should accompany the OCR resource Phrases au subjonctif activity which supports OCR A Level Modern Foreign Languages: French The Activity:

Plus en détail

Sun ONE Application Server Platform Summary

Sun ONE Application Server Platform Summary Sun ONE Application Server Platform Summary Version 7, Update 3 Part Number 817-5602-10 February 2004 This document provides the specifics on supported platform components for the Sun Open Net Environment

Plus en détail