Enquête auprès du réseau des Espaces Régionaux Internet Citoyen (ERIC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête auprès du réseau des Espaces Régionaux Internet Citoyen (ERIC)"

Transcription

1 Enquête auprès du réseau des Espaces Régionaux Internet Citoyen (ERIC) Les Espaces Régionaux Internet Citoyen tissent leur toile en région Provence-Alpes-Côte d Azur Enquête réalisée dans le cadre de l Observatoire des TIC en région Provence-Alpes-Côte d Azur. Février 2012

2 Les ERIC se positionnent de plus en plus comme des lieux de ressources numériques, ancrés territorialement et en lien direct avec les utilisateurs. ERIC Logis des Jeunes de Cannes (06) Crédit photo : Jézabel Roullée ERIC, un label régional Espace Régional Internet Citoyen : c est le label régional qui désigne, en Provence-Alpes-Côte d Azur, des Espaces Publics Numériques (EPN) ou plus largement des lieux d accès public à l Internet. Ils sont animés par des «médiateurs numériques» qui ont pour mission d accompagner tous les citoyens et les acteurs des territoires dans la société de l information et de la communication, pour la comprendre et pour y vivre, en les initiant ou en les perfectionnant aux outils du numérique. Cela se concrétise par des ateliers collectifs, de l accompagnement individuel ou simplement de l accès libre. Pour que chacun puisse y accéder, le coût d accès à ces services est modique. Au-delà des services proposés, les ERIC se positionnent de plus en plus comme des lieux de ressources numériques, ancrés territorialement et en lien direct avec les utilisateurs. Ils sont appelés à évoluer et à devenir tout à la fois des lieux d expérimentation, d élaboration de projets de développement territorial, de test d innovations sociales et économiques centrées sur les usages. Suivre et participer à la vie des ERIC emergences-numeriques.regionpaca.fr

3 Rapport d enquête sur les Espaces Régionaux Internet Citoyen (ERIC) en région Provence-Alpes-Côte d Azur en partenariat avec le Projet RAUDIN : Recherches Aquitaine sur les Usages pour le Développement des dispositifs Numériques. Édition : Hervé Rannou - Items International Conception cartographique : Service du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d Azur Conception graphique : Péricard Conseil Crédits photos : Axelle Benaïch / Gino Bontempelli / Nathalie Crubezy Jézabel Roullée / Anaïs Triolaire / Icom Provence / Région Provence- Alpes-Côte d Azur Tous droits réservés : Toute reproduction ou transmission, même partielle, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation écrite du détenteur des droits. L ObTIC est cofinancé par l Union Européenne. L Europe s engage en Provence-Alpes-Côte d Azur avec le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER). L ObTIC est un projet piloté par la Région Provence-Alpes-Côte d Azur avec le soutien de la Préfecture de région, cofinancé dans le cadre du volet Technologies de l Information et de la Communication (TIC) du Contrat de Projets Etat-Région ; il est réalisé, animé et administré avec l appui opérationnel d Items International. Sommaire L enquête Le maillage territorial des ERIC 04 L accès public à Internet : un paysage foisonnant 06 Plus que des espaces numériques : des lieux de vie 08 Une fréquentation régulière qui s intensifie 10 La médiation numérique, un savoir-faire 12 Des structures de proximité bien implantées 13 Un réseau à dimension régionale 14 Dynamique de projet et innovation 16 Perspectives pour l avenir L ERIC s adapte aux besoins et se colore de thématiques 18 L ERIC, centre de ressources numériques 20 Le rappel aux réalités 21 Méthodologie 22

4 157 lieux d accès à Internet labellisés ERIC maillent le territoire régional. Ils sont portés par 106 structures différentes. Crédit photo : Jézabel Roullée Le maillage territorial des ERIC Le delta de 51 lieux (différence entre 157 et 106) relève d une particularité du réseau, qui combine des lieux fixes (à hauteur de 80%) et des ERIC itinérants ou en «étoile» (20%). Ces derniers offrent, à partir d une implantation centrale, une moyenne de 4 autres lieux d accès et d animation sur leur territoire d intervention. L organisation en étoile des ERIC, impliquant la mutualisation des moyens de fonctionnement, est une spécificité du milieu rural et péri-urbain, surtout dans les départements des Hautes-Alpes et du Vaucluse. 64% des ERIC localisés sur un territoire de projet organisé comme un Etablissement Public de Coopération Intercommunal (EPCI) 1. «L évolution des activités de l ERIC dépendra de sa faculté à mettre en place des actions spécifiques en fonction des besoins des territoires et des demandes des acteurs locaux.» «Notre mission, c est d être identifiés comme les référents numériques du territoire.» Les ERIC sont pour moitié localisés en milieu urbain (50%). L autre moitié est répartie à 35% en zone rurale et à 15% en zone péri-urbaine. 64% des ERIC sont implantés sur un territoire de projet structuré autour d un EPCI (29%), d un Pays (26%), ou encore pour une minorité d entre eux d un Parc naturel (9%). L enquête révèle leur implication sur ce territoire, puisque la moitié des ERIC déclare avoir un projet qui s intègre dans le plan d action du territoire (25%), être consultés sur des actions de développement du territoire (19%), être membres d une commission (11%). L Argentière-la-Bessée (05) Crédit photo : Jézabel Roullée 4 (1) Les EPCI sont des regroupements de communes ayant pour objet l élaboration de «projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité». Ils sont soumis à des règles communes, homogènes et comparables à celles de collectivités locales. Les communautés urbaines, communautés d agglomération, communautés de communes, syndicats d agglomération nouvelle, syndicats de communes et les syndicats mixtes sont des EPCI. (source : INSEE)

5 5

6 50/50 Les ERIC sont portés autant par des collectivités territoriales que par des associations Loi % des ERIC sont multi-labels, 25 % portent seulement le label ERIC L accès public à Internet : un paysage foisonnant La diversité des structures porteuses ERIC ICOM PROVENCE à Marseille (13) - Crédit photo : Icom Provence Sauf exception, l ERIC est systématiquement adossé à une structure existante ayant son propre objet social. Pour les ERIC associatifs, le secteur socioéducatif est dominant (35%), les associations culturelles (9%) et de développement économique (5%) sont moins nombreuses. 11,5% des ERIC disposent d un numéro d agrément et sont reconnus comme organisme de formation. Ces derniers sont très souvent, voire toujours une association qui se déclare à caractère économique. Ceux-ci portent rarement d autres labels Multilabels Deux labels Label ERIC «Les modèles d association et de coopérative sont des modèles qui permettent d allier financements publics et privés.» «Notre structure étant une association portant un centre social, nos tarifs sont très bas afin que tous puissent avoir accès aux activités.» Pour la majorité d entre eux, les ERIC cumulent des labels nationaux tels que Netpublic 2, Relais de Service Public (RSP) 3, Cyberbase 4, Espace Ouvert d Education Permanente (EOEP) 5. Parmi les différents labels, NetPublic est le plus répandu. Viennent ensuite, par ordre d importance, les labels Cyber-base, Point-Cyb, Espace Ouvert d Education Permanente et Relais de Services Publics. Les ERIC portés par les collectivités cumulent souvent plusieurs labels. En termes de localisation, les RSP sont essentiellement localisés en zone rurale, les Cyber-bases et les OF en milieu urbain et péri-urbain. Labellisation des ERIC (en%) somme différente de 100 du fait des réponses multiples et des suppressions RSP EOEP Autres réseaux et labels Répartition des labels (en%) somme différente de 100 du fait des réponses multiples et des suppressions PointCyb Cyberbase OF Aucun Label NetPublic 6 (2) Netpublic : label de la Délégation aux Usages de l Internet (DUI) pour désigner les lieux d accès public au niveau national (en savoir plus : (3) Relais de Service Public: label accordé par l Etat pour désigner un service de proximité qui permet, en un même lieu, d effectuer des démarches administratives relevant de plusieurs administrations ou organismes publics. (4) Cyber-base : programme et label de la Caisse des Dépôts et Consignation pour désigner les lieux d accès public au niveau national (en savoir plus : ) (5) Espace Ouvert d Education Permanente : label régional qui désigne des lieux qui offrent des moyens d accès aux savoirs, pour que chacun puisse exploiter gratuitement et au mieux le temps dont il dispose pour développer son accès à la connaissance et accroître son capital de savoirs (en savoir plus: espaces-ouverts-deducation-permanente/espaces-ouverts-deducation-permanente.html ).

7 14 69 % des ERIC prévoient le maintien de leur budget d ici les 3 prochaines années > entre et entre et entre et entre et entre et entre et < Budget de la structure porteuse ERIC (en euros) Le budget des structures porteuses Sur le plan économique, 69% des ERIC prévoient le maintien de leur budget d ici les 3 prochaines années. Si 7% envisagent une hausse, 24% d entre eux envisagent plutôt en baisse. Ils prévoient, à 54%, de nouveaux investissements sans pour autant modifier la politique tarifaire des animations proposées par l ERIC (à 78%). «Nos tarifs sont associatifs donc très bas afin que tous puissent avoir accès aux activités. Du coup, nous n avons que très peu de rentrées d argent. Pour que notre ERIC continue de vivre nous avons besoin de plus de soutien financier par les institutions ou alors nous pourrions peut-être devenir un centre de formation.» «Le budget est celui de la communauté de communes. S il peut paraître élevé, il est grevé par de nombreuses dépenses obligatoires. Notre capacité d animation de l ERIC est limitée.» Printemps des Lycéens et des Apprentis 2010 Crédit photo : Région Provence-Alpes-Côte d Azur 7

8 C est le nombre d ordinateurs des ERIC sont ouverts 11 en moyenne qu un espace met 52 % entre 20 et 35 heures 67 % à disposition par semaine des ERIC ont une connexion wifi et 83 % d entre eux offrent cet accès à leurs usagers Plus que des espaces numériques : des lieux de vie L ERIC est caractérisé par sa faculté à créer des lieux de vie. Ces espaces qui sont «devenus un lieu d échanges, de conseil et de consultations sur le multimédia où toutes les générations se croisent» se distinguent d un cybercafé et d un club informatique par les services et l accompagnement proposés par les animateurs/médiateurs. «L ERIC est aujourd hui un vrai lieu social dans notre structure où se côtoient différentes catégories d âges provenant de différents milieux sociaux.» «Dans le cadre du projet éco-responsable 6 nous sommes à même de renouveler notre parc qui retrouvera une nouvelle vie.» «Nous avons opté pour un serveur client léger (il n y a plus d unités centrales) : réduction de notre consommation énergétique et des nuisances sonores. Cela a renforcé notre engagement dans un développement durable.» Des équipements plutôt satisfaisants pour les usages Les animateurs sont plutôt satisfaits du parc informatique mis à disposition, même si pour la majorité, il date de plus de 3 ans (58%). Si le souhait d avoir des équipements plus récents est plébiscité, les animateurs reconnaissent pour autant que cela ne freine pas les usages courants du public accueilli. Seule une dizaine d animateurs se sent contrainte par le matériel (mémoire insuffisante, ports et logiciels inadaptés) et se plaint de ne pas pouvoir proposer des ateliers plus créatifs faute de moyens (logiciel vidéo, tablette tactile). Si la société de consommation fait entrer plus facilement dans les foyers des équipements performants, les ERIC trouvent difficilement les ressources financières pour renouveler régulièrement leur parc qui est soutenu dans 59% des cas par des fonds propres et par des subventions dans 56% des cas. Pour autant des solutions alternatives tendent à se généraliser : si la configuration d une architecture réseau client-serveur léger émerge, le choix d un système d exploitation ouvert et de logiciels libres est une pratique courante, sans compter le recours à des ordinateurs type seconde vie, utilisés par 40% des ERIC. Atelier PrintMe #1 FutureLab Crédit photo : Design The Future Now 8 (6) L appel à projet ERIC «éco-reponsable» vise à réduire les flux économiques et énergétiques liés au fonctionnement des espaces (bâtiments, consommations énergétiques, matériels informatiques, déchets, recyclage) et à sensibiliser les usagers à la nécessité d adopter de nouvelles pratiques en matière d usages des TIC au quotidien afin de réduire leur impact environnemental.)

9 Des activités collectives et des services individualisés L accès libre à Internet, l initiation à la bureautique, à la navigation web, à l e-administration sont les services essentiels qu un espace offre à ses usagers. Le service à la carte ciblé pour certains professionnels se conjugue avec des ateliers collectifs. Les services essentiels de l ERIC sont principalement couplés avec un accompagnement à l emploi. L ERIC est également un lieu d apprentissage ouvert sur des pratiques plus ludiques comme la photo numérique (retouche et partage de photos). Cette activité est souvent très pratiquée en zone péri-urbaine. Si l accompagnement vers l emploi est quant à lui souvent secondaire en zone rurale, l initiation au web 2.0 est rarement une activité principale pour un ERIC implanté en zone urbaine. L enquête révèle quelques éléments de dépendance entre la localisation de l espace et les 3 types d activités pré-citées. Jeux en réseau Accès à la FOAD 7 Initiation images animées Accompagnement TPE/PME Initiation audio Manifestations Participation aux réseaux sociaux Initiation vidéo Accompagnement scolaire Initiation au Web Sensibilisation «informatique & liberté Initiation retouche d images Aide aux démarches en ligne Accompagnement vers l emploi Recherche d information/documentaire Initiation bureautique/navigation internet Accès libre à internet Activités numériques pratiquées au sein des ERIC 4 types de services se dessinent 1 «services essentiels» : navigation, initiation, recherche d information, qui campent l ERIC comme un service essentiel de lutte contre la fracture numérique ; 2 «services thématisés» : emploi, démarches en ligne, scolarité, qui positionnent l ERIC comme un facilitateur pour l accès aux services publics, face à la désertification des zones rurales et/ou encore l accélération de la dématérialisation de ces services publics ; 3 «services avancés» : photo, vidéo, web 2.0, qui touchent les loisirs et les pratiques créatives de tous les publics ou encore sensibilisation et prévention autour de l utilisation d internet et des outils, connaissance des lois ; 4 «des services de niches» pour des publics ciblés, comme les jeunes ou encore les artisans, indépendants, TPE-PME en recherche d initiations à divers outils numériques pour rapidement devenir autonomes. «Les usagers ne fréquentent plus seulement nos espaces dans le seul but de s initier à l informatique. Ils souhaitent explorer les différentes thématiques relatives au multimédia (la retouche photo, le montage vidéo, la navigation Internet et les démarches en ligne...). Leurs pratiques au sein de l ERIC relèvent davantage du cadre des loisirs, favorisant la créativité et la communication. C est ainsi que beaucoup viennent également chercher du lien social.» «Si la plupart des usagers viennent pour apprendre l outil informatique, d autres viennent pour une aide à la maintenance de leur propre matériel.» «Aujourd hui, l augmentation du nombre d usagers est liée à Pôle Emploi même si la fracture numérique existe encore. Les personnes sont sous la contrainte d utiliser Internet pour répondre à une offre d emploi.» «A l origine, les personnes venaient pour apprendre les usages de base : PC, mail, traitement de texte. Depuis quelques années l ERIC est devenu centre de ressources permettant à chacun de se former, d accéder à des nouvelles pratiques comme les réseaux sociaux, l achat en ligne, l accès aux nouvelles formes d expressions web 2.0.» (7) FOAD : Une formation ouverte et/ou à distance est «un dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Elle comporte des apprentissages individualisés et l accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Elle n est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d un formateur.» (source : encyclopédie wikipédia) (8) Le Web 2.0 est une évolution du Web vers plus de simplicité (ne nécessitant pas de grandes connaissances techniques ni informatiques pour les utilisateurs) et d interactivité (permettant à chacun de contribuer sous différentes formes) L internaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. (source : wikipédia) 9

10 c est le nombre moyen c est le nombre moyen 590 d adhérents d un espace 2590 de visites sur une 50 % en 2009 année dans un espace labellisé ERIC des ERIC sont ouverts au public entre 20 et 35 heures par semaine et 71 % sont ouverts pendant les vacances scolaires Une fréquentation régulière qui s intensifie «L ERIC est gratuit et il le restera!» «Nous ouvrons exceptionnellement sur demande dans le cas de structures rattachées à des Mairies ou des Offices de Tourisme, pour des fêtes de quartier, des projets et actions spécifiques, etc.» «Nous conduisons des actions personnalisées au coup par coup pour rendre les personnes autonomes dans l utilisation d Internet et de l ordinateur. L ERIC devient un espace d écoute et d échange où on ne se sent pas jugé» «Sur notre centre, il y a maintenant des publics en «autonomie relative». De plus, la gratuité de plusieurs «ateliers» a favorisé la fréquentation des animations mises en place.» 74% des ERIC dénombrent moins de 800 adhérents sur l année 2009 et 18% entre 800 et Depuis les 3 dernières années, la moitié des ERIC constate une augmentation de leurs adhérents (pour 50%) ou une fréquentation constante (pour 35%). Les femmes sont les plus nombreuses à fréquenter ces lieux (56% contre 44% d hommes). Si les retraités (36%) et les demandeurs d emplois (29%) sont les plus assidus, le public scolaire (19%) et les actifs (17%) fréquentent également les ERIC. Les services proposés sont souvent gratuits ou alors symboliquement payants afin de responsabiliser les utilisateurs. C est d ailleurs une des conditions de l obtention du label et rares sont les structures qui veulent y déroger. Les espaces adaptent les horaires d ouverture en fonction du rythme et des disponibilités des usagers. 1/3 des espaces ouvrent régulièrement en soirée après 18h (32%), 27% les fins de semaine et 20% entre midi et deux. La moitié des espaces assure des ouvertures exceptionnelles lors de la Fête de l Internet, des Linux Install Party ou encore des vernissages, mais aussi pour assurer des sessions de formation. Cette flexibilité permet de toucher d autres types de public, dont les jeunes après l école et les actifs. Le volume horaire d ouverture dans la semaine distingue un ERIC citadin d un ERIC rural. En zone urbaine, il ouvre rarement, voire jamais, moins de 20h par semaine ; en zone rurale, l ERIC est rarement ouvert entre 35 et 50h. A contrario, un ERIC en zone périurbaine est ouvert souvent plus de 50h/semaine. Les ERIC utilisent des outils d évaluation de leurs activités comme le comptage de la fréquentation (46%), des indicateurs de suivi (38%) ou encore un questionnaire de satisfaction (30%). Seulement la moitié des espaces a mis en place un système de conservation des données de connexion, même s ils sont 72% à connaître la loi 8. Plusieurs raisons sont évoquées: le manque d information pour mettre en place les dispositions de la loi, le souhait de respecter la vie privée des usagers, la difficulté à mettre en place ce type d outils au vue des publics accueillis et du matériel disponible. Retraités Demandeurs emploi Scolaires Actifs Autres Plus de 60 ans Entre 46 et 60 ans Entre 26 et 45 ans Entre 19 et 25 ans Entre 12 et 18 ans Etudiants 6 Moins de 12 ans Typologie du public accueilli au sein d un ERIC (moyenne exprimée en %) (8) Opérateurs télécoms, Fournisseur d Accès à Internet, Cybercafé doivent conserver un an les données de connexion, relatives au trafic des communications électroniques.

11 70 % des ERIC accueillent des personnes en situation de handicap «Nous avons construit un partenariat avec l association A perte de vue qui assure une permanence tous les 15 jours, et nous disposons de matériel dédié.» ZOOM SUR LES ERIC : des lieux accessibles à tous Si seulement 28% des ERIC disposent d équipement ou de logiciels informatiques adaptés aux personnes atteintes d un handicap moteur, ils sont 70% à les accueillir sans pour autant conduire des actions spécifiques. Il arrive que des ateliers personnalisés soient dédiés, mais la règle est que les personnes en situation de handicap puissent être accueillies avec d autres publics. L adaptabilité des animateurs et le croisement des publics sont des caractéristiques de l ERIC. Des actions régulières sont organisées lorsque des partenariats sont noués avec des hôpitaux, maisons de retraite, centres ESAT, associations de mal -voyants, etc. Crédit photo : icom Provence La moitié des animateurs souhaite se former pour l accueil de ce public, d autant que leurs lieux sont plutôt accessibles : 70% ont une porte d entrée conforme, 59% permettent la circulation d un fauteuil entre les postes et la moitié des lieux ont des toilettes adaptées. Sur l ensemble de ces chantiers, ICOM PROVENCE centre de ressources TIC et Handicap, est labellisé ERIC. Il sensibilise et forme sur ces questions d accessibilité et d accueil des personnes en situation de handicap... 11

12 des ERIC sont présents des ERIC ont moins de 5 31 % sur un réseau social 98 % ETP (Equivalents Temps 287 Plein) c est le nombre d animateurs en charge de l animation des ERIC. 42 % d entre eux ont un niveau bac+2 La médiation numérique : un savoir-faire «80% des formations sont réalisées sous logiciels libres.» «Nous incitons nos usagers à télécharger des logiciels libres plutôt que de télécharger illégalement.» «Avec l appui d une vraie stratégie de communication et de diffusion de la part de la Région, il faut faire savoir notre savoir-faire.» Les ERIC estiment que leur démarche de communication est insuffisante pour 52% d entre eux. Pour autant ils sont 20% à avoir des idées originales comme d être présents sur les réseaux sociaux, de diffuser leur programme d activités sur le panneau numérique de la ville, d être présents sur la place du marché mais surtout de participer à des événements culturels ou nationaux, comme la Fête des voisins, qui n ont pas forcément de lien avec les TIC. Les structures qui portent les ERIC comptent moins de 5 Equivalents Temps Plein (ETP). S il y a 287 animateurs recensés, en moyenne ce sont 1,55 ETP qui sont consacrés à l animation de l espace. Seuls 24% des animateurs ont pu accéder à des formations qualifiantes au cours des deux dernières années. Ce pourcentage souligne la difficulté de libérer du temps pour la formation continue, et ce d autant plus lorsque l animation est supportée par une seule personne. L envie est là : les animateurs souhaitent acquérir des compétences autant techniques (75%), que de développement local (70%), de gestion de projet (75%), de recherche de financement (74%) ou encore une formation juridique sur l accès public à internet (73%). Workshop - Rencontre régionale des ERIC (fév. 2011) Crédit photo : Région PACA 12

13 Plus de 40 % des ERIC ont régulièrement des échanges au sein du réseau des ERIC et un peu moins d un tiers (32 %) rarement, alors que seuls 27 % vivent isolés sans échange sur les pratiques d accueil. Des structures de proximité bien implantées Les missions menées par les ERIC sont très diverses. Pour accompagner les structures, le programme ERIC mobilise des moyens conséquents dont l impact est jugé moyen ou fort en matière de diversification des publics (78%), de développement de nouvelles activités (74%), comme de développement de nouveaux partenariats (65%). Pour réussir dans leurs missions, 81,5% des ERIC ont noué des partenariats avec des institutions et des organismes présents sur leurs territoires, et 63% ont pris l habitude de travailler avec les agents de développement des communes ou des intercommunalités, que ce soit régulièrement (33%) ou occasionnellement (30%). Les relations au sein du réseau sont constituées essentiellement par des échanges interpersonnels (53%), des réunions de travail autour d un projet commun (41%) et des échanges de services (31%). Les trois-quarts des ERIC souhaitent poursuivre dans cette voie, conscients des apports dont ils bénéficient. Réseau des ERIC / Cyberbase TPM (83) Crédit photo : Jézabel Roullée «A 5 ans, l évolution des missions des ERIC est de réussir à consolider un espace de culture et d expérimentation aux pratiques et aux outils numériques, à accompagner les publics dans la compréhension de la société de l information et l utilisation des outils multimédia, à devenir un véritable service public multimédia au centre de l espace public. Pour cela, il faut augmenter les liens entre les autres administrations publiques et les associations avec les ERIC et ainsi, devenir un espace ressources multimédia, à la fois pôle documentaire et pôle de compétences techniques.» 13

14 74 % des ERIC considèrent le niveau régional comme pertinent pour la mise en réseau des structures d accès public à Internet Un réséau à dimension régionale Crédit photo : Région Provence-Alpes-Côte d Azur «Les rencontres régionales doivent permettre de débattre des enjeux et des pistes de projets des ERIC dans l avenir ; surtout d élargir la participation par des apports extérieurs au réseau et par l invitation d autres partenaires hors réseau ERIC, mais de la région.» Si le niveau régional est plébiscité par les ERIC, les activités proposées le sont aussi. 54% des ERIC ont participé au cours des 24 derniers mois à des ateliers/formations organisés dans le cadre du dispositif régional d animation. Pour ceux qui ne se sont pas mobilisés, c est leur indisponibilité aux dates proposées (21%) ou la distance géographique (16%) qui les a freinés. Mais ils sont 78% à consulter régulièrement ou occasionnellement le site des ERIC pour publier un programme d activité, valoriser un projet, télécharger des appels à projet ou encore s informer sur les projets des autres ERIC. 75% des ERIC souhaitent que les rencontres régionales comme les ateliers soient ouvertes aux acteurs des autres dispositifs régionaux. Et si 48% pensent être suffisamment associés à l organisation et à la mise en oeuvre des différentes actions du dispositif régional d animation et d accompagnement, le reste (52%) se partage entre ceux qui pensent le contraire et ceux qui sont sans opinion. Et donc, si 54% ont le sentiment de participer à un programme régional, 30% ne font pas le lien avec la dimension régionale du dispositif. S impliquer de façon accrue dans le réseau nécessite plus de disponibilité (52%), des financements au bénéfice des structures (41%) et des contenus de rencontres plus intéressants (25%). Le recours à plus de services web 2.0, l utilisation d outils collaboratifs, le recours à la visioconférence pour pallier les distances d un territoire à l autre, la création de reportages vidéo sur la vie des ERIC, l utilisation des réseaux sociaux pour faire de la veille et communiquer, dans l animation du réseau est évoqué pour à la fois renforcer la participation de chacun et donner plus de visibilité aux actions. 14

15 75 % des ERIC souhaitent que les rencontres régionales comme les ateliers soient ouvertes aux acteurs des autres dispositifs régionaux. 54 % des ERIC ont participé aux cours des 24 derniers mois à des ateliers formations organisés dans le cadre du dispositif régional d animation Atelier ERIC Cyberbase de Berthe (83) - Crédits photo : Anaïs Triolaire Plateau tv participatif - Rencontre régionale des ERIC Crédit photo : Gino Bontempelli 15

16 Workshop autour de l arbre de compétences d un ERIC Cyberbase Dynamique de projets et innovation Crédit photo : Anaïs Triolaire 53 % des ERIC souhaitent développer une action en 45 % matière d appropriation sociale des TIC des ERIC souhaitent plus d actions communes entre eux Pour 72% la rencontre entre l accès public à Internet et les autres thématiques régionales est un élément positif, à l instar du dispositif ERIC éco-responsable né d un croisement entre le programme ERIC et le programme A.G.I.R 9. C est l emploi (44%) qui s avère la thématique la plus sujette à des actions communes, suivi de l économie sociale et solidaire (27%), de l éducation (26%) et de la culture (25%). C est cohérent avec le fait que les ERIC considèrent avoir un impact moyen ou fort en termes de développement du lien social (91%), de l accès gratuit aux TIC (90%) et à de nouveaux services (85%). La participation des espaces aux appels à projets lancés dans le cadre du programme ERIC met en lumière leur capacité à s inscrire dans une dynamique de projet et d innovation. Ils sont ainsi près de 40% à avoir candidaté dans le cadre du dispositif régional de soutien à l appropriation sociale des TIC et 53% souhaitent y participer ; 18% ont candidaté dans le cadre du dispositif des Chargés de Développement Numérique et 35% souhaitent s y inscrire ; et enfin, 14% dans le cadre du dispositif éco-responsable; 34% souhaitent aujourd hui y participer, preuve de l importance que représente le développement durable pour les ERIC. 14% ont candidaté dans le cadre d autres dispositifs (y compris hors région) et ils sont 30% à n avoir candidaté à aucun d entre eux, principalement par manque de temps (19%), ou manque de moyens financiers (8%). Par ailleurs, quelques ERIC sont également associés à des projets PACA Labs 10 du fait de la participation de leur structure porteuse (8%). Ils sont aujourd hui 27% à souhaiter s impliquer dans ce programme. Les ERIC souhaitent s impliquer plus avant dans le réseau régional par une meilleure connaissance des opportunités, un accompagnement sous forme d aide au montage de projets et la constitution d une intelligence collective. Ce qui les retient ce sont les contingences quotidiennes liées à des budgets serrés et de multiples contraintes de calendrier comme de personnels. Sur la dynamique de projets, ce sont 3 associations (Le Portail des Savoirs à Pertuis dans le Vaucluse, Mode à Draguignan dans le Var et Le Hublot à Nice) qui sont nommées par les ERIC pour être et/ou avoir été partenaires de projets. Ces 3 structures installées en zone périurbaines ont la particularité d avoir bénéficié du dispositif «Chargé de Développement Numérique» dont le rôle est justement de développer des projets et des partenariats de territoire. L existence des chargés de développement numérique emporte l adhésion. Pour l avenir, à partir de leur socle solide de connaissances et d usages, les ERIC souhaitent les voir développer la transversalité et favoriser les innovations techniques, sociales et territoriales. Ils sont déjà 29 à en avoir bénéficié. Atelier de travail sur l avenir des ERIC - Rencontre régionale des ERIC Crédit photo : Région Provence-Alpes-Côte d Azur 16 (9) Lancée en 2007 par la Région, la démarche A.G.I.R permet d expérimenter de nouvelles façons de gérer l énergie et de développer auprès des acteurs du territoire une approche favorisant la solidarité et des visions plus globales. (10) PACA Labs est un dispositif régional qui vise à promouvoir et soutenir l expérimentation en grandeur nature de technologies ou de services numériques innovants.

17 «Le rôle des chargés de développement numérique est de définir une cohérence d animation numérique au sein d un même territoire, d articuler les actions entre les ERIC, de définir un plan de communication, de planifier un programme commun d animation, d élaborer, d accompagner et d évaluer les actions.» Cartographie des dynamiques territoriales autour d un ERIC Cyberbase Crédit photo : Anaïs Triolaire Axes de politiques régionales à croiser avec l accès public à Internet (en %) Crédit photo : Région Provence-Alpes-Côte d Azur Education Economie Sociale et Solidaire Culture Jeunesse Développement économique Lutte contre les discriminations Vie associative Politique de la ville Aménagement du territoire Tourisme Transport Agriculture Habitat «Notre souci est de trouver des idées innovantes pour pouvoir mettre en place des actions qui répondent aux besoins de notre public, essentiellement les demandeurs d emploi. L emploi et l insertion sont deux facteurs importants sur notre territoire rural. Une aide régionale pour établir régulièrement un diagnostic local serait la bienvenue et permettrait d établir les réels besoins.» «Internet représente la révolution de cette fin de siècle. Avec ce nouveau moyen de communication, le monde s ouvre, communique, tout en faisant disparaître les barrières. Internet constitue un progrès social extraordinaire. Mais il engendre aussi des litiges, des insécurités. Les dangers sont donc bien réels. Le chargé de développement numérique doit aussi maîtriser cet aspect en matière de droit de l internet.» «L innovation, c est par l expérimentation permanente et la mise en commun des résultats, indicateurs, méthodes, outils et par l élaboration de challenges co-animés par les ERIC en leur permettant de tester des collaborations croisées.» «Ce qui nous motive pour aller plus loin, c est l ambition du projet que nous portons!» 17

18 L ERIC s adapte aux besoins et se colore de thématiques Perspectives pour l avenir Les perspectives sont exprimées par les animateurs et responsables des ERIC en réponse à une question ouverte : En vous projetant dans 5 ans, comment imaginez-vous l évolution des activités de votre ERIC? Un très grand nombre de réponses nous est parvenu, avec une forte densité de propositions. A l évidence chacun s accorde à reconnaître que l évolution des activités des ERIC dépendra de leur faculté à mettre en place des actions spécifiques en fonction des besoins des territoires et des demandes des acteurs locaux. Ce qui est rappporté ci-après est significatif de leur vision de l avenir, non pas du fait de la redondance des points de vue, mais de par leur caractère prospectif et novateur. Les fonctions initiales de l accès public à Internet perdureront Le devenir des ERIC passe par un effort sur des thématiques distinctes sans toutefois changer le modus operandi, à savoir des partenariats, notamment au plan local, essentiels au développement de la structure. Si quelques-uns pensent à des actions spécifiques (primauté à l insertion par l économique, accompagnement sur les e-services, etc.), tous considèrent qu il est nécessaire de poursuivre l initiation, la sensibilisation et l accompagnement aux TIC. Encore aujourd hui, une partie de la population n est pas sensibilisée aux technologies numériques et aux possibilités qu elles offrent. Certes, on peut s attendre à moins d initiation et à plus de projets d échanges sur diverses thématiques utilisant les nouvelles technologies comme levier, et non plus, comme simple moyen. Mais combler la fracture numérique restera toujours l une des priorités, même si les besoins des usagers vont encore évoluer et, en regard, les objectifs des ERIC nécessairement s adapter. Les ERIC s adapteront plus encore aux territoires Les activités développées tiennent compte du contexte socio-économique des territoires. L emploi, la formation, le développement durable, le patrimoine, la culture, l insertion socio professionnelle... sont au coeur des préoccupations parfois élargies en direction des TPE, des auto-entrepreneurs notamment. Mais en étant plus impliqués dans des projets, les espaces verront croître les demandes en lien avec le développement des territoires, utilisant des fonctions avancées de centres de ressources. L insertion sociale au cœur des préoccupations Compte tenu des circonstances, où la crise frappe plus précisément certains publics défavorisés, cette activité principale devrait se déplacer vers l emploi et l insertion (accueil, écoute) avec l ambition de rompre l isolement et de tisser des liens sociaux par des initiations collectives. Aussi, les partenariats avec Pôle Emploi, les missions locales, les plans locaux d insertion par l économie (PLIE) devraient-ils se renforcer. Pour réussir, les ateliers d insertion sociale et professionnelle devront voir leurs moyens renforcés. Si le public jeune est habitué à naviguer sur Internet, il n a pas pour autant la capacité à s en servir pour effectuer des recherches raisonnées, notamment en matière de formation et d emploi. Il devra donc faire l objet d une attention particulière. De nouvelles formes d actions Sur certaines des nouvelles thématiques pressenties, le développement de prestations sous forme de parcours d accompagnement aux usages sur plusieurs jours peut s envisager dans des domaines comme la mise en place d actions de e-santé ou de renforcement du lien social pour les personnes âgées. Certains des animateurs anticipent un développement de la création artistique multimédia (audio, vidéo, etc.) et de la mise en place d activités ludiques, avec l ambition d un meilleur maillage des partenaires socio-culturels du territoire. Mais même en cas de spécialisation, ils pensent intéressant de garder une large ouverture des activités afin de pouvoir répondre au plus grand nombre. 18

19 Encore aujourd hui, une partie de la population n est pas sensibilisée aux technologies numériques et aux possibilités qu elles offrent... Combler la fracture numérique restera toujours la priorité. Une capacité à prendre en compte transversalité et nouveaux besoins De même, nombreux sont ceux qui soulignent l importance des ateliers transversaux. Il existe énormément de projets passionnants à mettre en place entre le multimédia et les autres activités qui permettent de rendre les usagers acteurs et diffuseurs de leurs projets. En somme, avec les ERIC, il apparaît possible de sortir du «repli individuel de consommateur» pour aller vers des activités multimédia non tributaires des difficultés techniques. Ceci implique de moins en moins d ateliers pour béotiens et un nombre croissant d ateliers pour des publics aux pratiques numériques avancées qui conjuguent l ensemble des éléments numériques : images, vidéos, sons, etc. De surcroît, les ERIC devront savoir s adapter aux nouveaux moyens de communication tels que les smartphones, ou les tablettes tactiles, sans oublier l informatique dans les nuages, ainsi que la dématérialisation de nombreux services. Eco-balade : «Sortir les ERIC de leurs murs et les mettre au vert» Crédit photo : Anaïs Triolaire Si «initier», «former» et «accompagner» sont les 3 premiers mots les plus cités par les répondants pour définir l ERIC d aujourd hui. «former», «développer», «créer /créativité» sont ceux qui ont été le plus choisis pour qualifier l ERIC de demain, dans un nuage qui grossit du fait de la diversité croissante des fonctions. 19

20 Ce centre local de ressources TIC - de soutien aux initiatives locales - permettra un plus grand maillage entre espaces équipés, mise en réseaux, partage d actions pédagogiques, veille et conseils technologiques. L ERIC : centre de ressources numériques Des visions diverses aux activités multiples La vision de l ERIC de demain s apparente à celle d un centre de ressources numériques avec des activités multiples : veille, conseil et vulgarisation. Leur reconnaissance sera largement admise par les usagers, qu ils soient citoyens, collectivités et entreprises. Ce centre de ressources pourra prendre la forme, par exemple, d un MediaLab où l art, les cultures numériques, l innovation ouverte, auront toute leur place, en valorisant les liens entre les artistes/les publics/les entreprises au bénéfice du développement culturel des territoires. On peut ainsi imaginer un espace de création entre artistes résidents et usagers de proximité. L ERIC deviendra, pour d autres, un centre d accompagnement aux usages du numérique dans la vie quotidienne : e-services, e-learning, lieu d échanges de savoir et d informations, centre de ressources en matière d emploi, de contact avec les innovations technologiques. La fréquentation ne cessera d augmenter tant la situation économique de certains des publics le justifie. Ces activités ne sont pas un frein au développement d un programme orienté vers des personnes en situation de handicap ou au développement des ERIC nomades, proposant des outils de pointe pour familiariser un plus grand nombre d acteurs sur les territoires. Accompagnement de projets De façon active, l ERIC pourra être un centre de ressources numériques et de rencontres autour d un projet. Les usagers identifieront, par exemple qu un soir dans la semaine, un atelier sur la création d affiches permet d accompagner des projets graphiques personnels. Plutôt qu une personne réalise seule son affiche - avec des logiciels parfois piratés ou non adaptés, elle profiterait de l atelier pour la créer et aurait ainsi la possibilité, outre d être accompagnée, de rencontrer d autres personnes dans la même dynamique et bénéficierait par là-même des outils adaptés à ses besoins. Ce centre local de ressources TIC de soutien aux initiatives locales - permettra un plus grand maillage entre espaces équipés, la mise en réseaux, le partage d actions pédagogiques, la veille et les conseils technologiques. Sans oublier certains publics en difficulté ou en recherche d informations techniques, l ERIC sera tout à la fois lieu d accompagnement administratif et professionnel avec une ouverture vers les réseaux sociaux. Ainsi, il augmentera sa capacité à répondre aux attentes par des activités diverses en capacité de susciter des projets innovants. Le Portail des Savoirs - Pertuis (84) Crédit photo : Jézabel Roullée 20

L ObTIC. Enquête quantitative auprès du réseau des ERIC

L ObTIC. Enquête quantitative auprès du réseau des ERIC L ObTIC Enquête quantitative auprès du réseau des ERIC Les Espaces Régionaux Internet Citoyen tissent leur toile Document réalisé dans le cadre de la démarche d Observation de la société de l information

Plus en détail

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous)

CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) CHARTE «NETPUBLIC» (Internet pour tous) Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux usages de l Internet (Ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche) Et Il est convenu ce qui

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe de travail n 3 «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe Visio-Accueil 07/02/2014 Ordre du jour Présentation de l étude pour le déploiement d un réseau

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA

LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA LISTE DES MISSIONS DE BENEVOLAT ADALEA Vous trouverez dans ce document la liste des missions de bénévolat que nous proposons au sein de notre association. Cette liste est susceptible d évoluer selon nos

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL GENERAL DU LOT AUX TRAVAUX SUR LA E-INCLUSION DU CONSEIL NATIONAL DU NUMERIQUE

CONTRIBUTION DU CONSEIL GENERAL DU LOT AUX TRAVAUX SUR LA E-INCLUSION DU CONSEIL NATIONAL DU NUMERIQUE CONTRIBUTION DU CONSEIL GENERAL DU LOT AUX TRAVAUX SUR LA E-INCLUSION DU CONSEIL NATIONAL DU NUMERIQUE 1. Quels seraient les destinataires et quels seraient les objectifs absolument prioritaires (1 ou

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGE DE LA PROSPECTIVE ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGE DE LA PROSPECTIVE ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGE DE LA PROSPECTIVE ET DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Délégation aux usages de l Internet APPEL A PROJETS E-FORMATION

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Charte «NetPublic» Il est convenu ce qui suit : PRÉAMBULE. Réduire les inégalités numériques entre les citoyens

Charte «NetPublic» Il est convenu ce qui suit : PRÉAMBULE. Réduire les inégalités numériques entre les citoyens Charte «NetPublic» Entre l État, représenté par Bernard BENHAMOU, Délégué aux Usages de l Internet, Délégation aux usages de l Internet, Ministère chargé de l Innovation, des PME et de l Économie numérique

Plus en détail

Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù

Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù territoire économie formation éducation transport environnement culture & sport tourisme & patrimoine europe Un site Internet pour les Communautés de communes Ul lec hienn Internet evit ar C humuniezhioù-kumunioù

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel catalogue de formations Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Porteuses d une autre approche du développement, les associations ont depuis toujours inscrit leur action au plus

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste».

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste». CONTRIBUTION DE POLE EMPLOI Contrat de ville 2015-2020 Métropole Rouen Normandie Contribution écrite de Pôle emploi Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE

SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE Unité Développement Direction du Développement Economique et de l Innovation Sous-direction de l Innovation et des Partenariats DISPOSITIF REGIONAL SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE Règlement

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 26 juin 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 116 questionnaires collectés / 20 questions Résultats en % des exprimés 1. Le contexte de l étude À votre écoute pour

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines

2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines 2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines UNION EUROPÉENNE La politique urbaine intégrée soutenue par l Europe : un enjeu aujourd hui, un principe pour demain Depuis 2007, l Europe investit

Plus en détail

Les Fiches techniques

Les Fiches techniques Les Fiches techniques LES PORTES DU TEMPS en Languedoc Roussillon Sommaire Les Portes du Temps : Qu est ce que c est?... 2 Mode d emploi. 3 Comment y participer?..... 4 Fiche technique Gestionnaires d

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Enquête Nationale auprès des Maisons de services au public

Enquête Nationale auprès des Maisons de services au public Enquête Nationale auprès des Maisons de services au public SYNTHESE DES RESULTATS Septembre 2015 Enquête réalisée par Ecins Sommaire L enquête en bref... 3 Qui sont les agents?... 4 Quelles satisfactions?...

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007, mise à jour le 7 décembre 2011

Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007, mise à jour le 7 décembre 2011 Déclic formation UNE PLATE-FORME DE FORMATION EN LIGNE POUR LES PERSONNES ILLETTRÉES Initiative analysée (monographie) dans le cadre du projet IRIS; Rédigée par Sahraoui Marc publié le 21 décembre 2007,

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009. Projet présenté pour programmation. Pôle de Ressources Numériques 2009

Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009. Projet présenté pour programmation. Pôle de Ressources Numériques 2009 Fiche - projet Comité de programmation 17 septembre 2009 Date de rédaction de la fiche 17/06/2009 Projet présenté pour programmation Pôle de Ressources Numériques 2009 Maître d'ouvrage : Fiche-action :

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail