Bloc. notes. dossier l année des Tice et du numérique dans l académie. le magazine de l académie de Rennes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bloc. notes. dossier l année des Tice et du numérique dans l académie. le magazine de l académie de Rennes"

Transcription

1 Bloc notes 66 le magazine de l académie de Rennes septembre 2013 Apprendre derrière les barreaux L audace artistique de la cité idéale récompensée dossier l année des Tice et du numérique dans l académie

2 02 édito Bloc-notes n 66 septembre 2013 n ISSN : directeur de la publication > Michel Quéré rédactrice en chef > Claire Vuillermoz-Joubioux rédactrice en chef déléguée > Fanny Le Gallou maquette - infographie > Jmarc Guillotin crédit photos > rectorat com, académie de Rennes sauf mentions contraires version en ligne - pdf > rubrique > Dossiers - kiosque > Bloc notes contact > Bloc-Notes - Rectorat d académie 96 rue d Antrain - CS Rennes Cedex 7 - impression > ex - Calligraphy Print L académie de Rennes a choisi d intégrer la communication imprimée dans sa démarche globale de développement durable et éco-responsable. L impression du Bloc-Notes se fait sur du papier certifié PEFC (issu des forêts gérées durablement), chez un imprimeur Imprim vert labellisé pour son programme de protection de l environnement. La rentrée 2013 sera évidemment marquée par la récente promulgation de la loi pour la refondation de l École. Assurer une vraie formation initiale et continue des enseignants, faire rentrer l École dans l ère du numérique, rénover le service public de l orientation, redynamiser le dialogue avec l ensemble des partenaires de l école sont autant d éléments qui viennent se rajouter à la réforme des rythmes scolaires, engagée préalablement à la loi, pour mettre le contenu des enseignements et la progressivité des apprentissages de nos jeunes au coeur de la refondation de notre école. Cette ambition et ces orientations viennent de fait conforter le projet académique breton qui place la qualité du parcours scolaire de nos jeunes au coeur de l action éducative portée par notre territoire académique. Donner du sens aux parcours scolaires de nos jeunes, leur pemettre de faire des choix appropriés en fonction de leur attente, favoriser leur insertion dans notre société en les aidant à révéler leurs talents est une ambition qui se joue au quotidien dans les écoles, les collèges et les lycées. Dès la rentrée 2013, l impact de la loi sera sensible, non seulement au travers de la mise en place opérationnelle de l ESPE de Bretagne, mais aussi par l effet d un certain nombre de dispositifs d accompagnement et d appui à la réussite éducative (parmi lesquels le plus de maîtres que de classes, l implantation d emplois d avenir professeurs dans le premier comme dans le second degré, la disponibilité de contrats aidés pour l accueil des jeunes porteurs de handicaps en milieu scolaire ordinaire, l appui à l aide administrative des directeurs d école et l appui à la vie scolaire dans les collèges). De même, en relais à la stratégie numérique ministérielle, la place prépondérante dévolue aux Tice et au numérique dans l académie est à ce titre exemplaire et se trouve renforcée, comme l illustre le dossier thématique de ce magazine. Cette ambition numérique vaut par le volontarisme que nous partageons avec nos partenaires, les collectivités territoriales tout particulièrement. Elle est pertinente dans son fondement, au service des élèves pour la réussite de tous, donnant sa chance à chacun, avec l objectif de contribuer à dépasser le risque de fracture numérique au niveau académique. De même, nous devons aider nos élèves à mieux réussir dans l enseignement supérieur, en travaillant toujours davantage la liaison lycées enseignement supérieur. Nous avons également le devoir, dans cette académie, de ne laisser personne sur le bord du chemin de l'ambition scolaire. La courbe des suppressions de postes s est inversée à cette rentrée et nous devons, tant individuellement que collectivement, contribuer à faire face à l évolution rapide de notre société afin de mieux donner sa place à l élève, permettre son épanouissement et lui donner le goût d'apprendre. La tâche reste immense et j appelle de mes vœux une école en adéquation avec son temps, sachant intégrer, voire devancer, les nécessaires évolutions. Permettez-moi de vous souhaiter, à chacune et à chacun d entre vous, une excellente rentrée scolaire. Michel Quéré Recteur de l académie de Rennes Chancelier des universités de Bretagne

3 L actualité de l académie la rentrée [ La réforme des rythmes scolaires à l école primaire [ Le label SHN fait la course en tête [ Pour l égalité filles-garçons : des démarches engagées dossier thématique L année des Tice et du numérique dans l académie de Rennes [ Apprendre avec le numérique de la maternelle à l université [ Le numérique décolle dans le premier degré [ Léonard de Vinci, collège connecté [ La tablette numérique au service de la pédagogie [ Réseaux sociaux : des lycéens s emparent du sujet [ Comment intégrer habilement les Tice au collège? [ Moodle, Webclasseur, Twitter : les Tice au quotidien [ Le projet BTHD : Bretagne Très Haut Débit les chiffres clés [ en chiffres Sommaire 03 ont participé à ce numéro > Marcel André, Christine Bac, Sonia Bernard-Tosser, Philippe Bernier, Frédérique Bisserier-Pouliquen, Éliane Bouillaux, Pascal Brasselet, Christine Brisse, Dominique Catoir, Michel Chouzier, Pascal Combettes, Yann Coquet, Paquita Crémont, Cyril Desouches, Véronique Dinasquet, Philippe Ermenault, Christian Frin, Johann Gérard, Christian Goubin, Nicole Guenneuguès, Valérie Grumetz, Michel Hélaudais, Guy Josselin, Marie-Armelle Kerbiriou, Nathalie Kergourlay, Jean-Michel Le Baut, Michel Le Boennec, Patricia Le Crom, Marc Le Gall, Catherine Le Saint, Grégory Lanevère, Pierre Leguérinel, Hervé Letort, Nadine Loiseau, Claire Maîtrot, Xavier Meyrier, Maud Millet, Karine Montarou, Jean-François Pasturel, Céline Prévert, Dominique Prigent, Jean-Jacques Pellé, Catherine Péquin, Stéphanie Rayon-Desmares, Raymonde Rouzic, Karine Rubaud, Maryse Teissier, Christine Templier-Thomas, Yann Texier Geneviève Toscer, Françoise Van Cauwenberghe, Alain Van Sante, Jean-Marc Vancassel, Marc Vauléon En direct des établissements construire ses compétences [ Du Bac Pro au BTS : les clés de la réussite [ Partenariat CFAEN-Orange : une première qui fait date [ Réaffirmer la pertinence de l accompagnement personnalisé au lycée [ 91 lycéens en Immersion dans les Sciences s engager et apprendre [ Apprendre sous écrou : une mission de l Éducation nationale dans les prisons [ Les jeunes off retrouvent du sens ouvrir son horizon [ Ma cité idéale : Prix de l audace artistique et culturelle [ Étonnants voyageurs 2014 : embarquement immédiat! [ La SPME, un rendez-vous d éducation aux médias L éducsphère en mouvement enjeux pédagogiques [ Les emplois d avenir professeur : un dispositif innovant [ L École Supérieure du Professorat et de l Éducation fait sa rentrée du côté des métiers [ Arrivée des personnels d encadrement

4 l actualité de l académie la rentrée 04 Favoriser la réussite scolaire de tous et mieux apprendre via des journées de classe allégées et des heures de classe mieux réparties dans la semaine, tel est l objectif de la réforme des rythmes scolaires. Une ambition partagée avec les collectivités territoriales pour réussir la synergie entre les apprentissages des écoliers et l ambition éducative de notre société. La réforme des rythmes scolaires à l école primaire [brèves] Deux ministres dans l académie pour soutenir la réforme Visite très attendue que celle de Vincent Peillon, ministre de l Éducation nationale, jeudi 10 janvier 2013 à l école Sanquer à Brest, où il a rencontré les membres de la communauté éducative, les élus et les associations. L ensemble des acteurs engagés dans l aménagement du temps scolaire lui ont présenté les dispositifs déjà mis en place dans cette école à la pointe en matière d activités péri-scolaires. George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, a également fait le déplacement dans l académie en se rendant à Rennes le jeudi 14 mars Accompagnée du recteur d académie, du préfet de région et du maire de Rennes, elle a d abord rencontré les élèves et enseignants des écoles maternelle et élémentaire Jean Moulin dans le cadre de la réussite éducative. Elle s est ensuite entretenue avec les élus d Ille-et-Vilaine sur le thème des rythmes scolaires et de leur mise en œuvre dans le département. photos C.Joubioux rectorat com Avec 144 journées de classe contre 187 en moyenne dans les pays de l OCDE et 864 heures d enseignement contre 774 à 821 en moyenne selon l âge des écoliers, l École française cultive les paradoxes. La dernière enquête PIRLS (Progress in International Reading Literacy Study) montre des résultats obtenus par les élèves de la génération semaine de 4 jours, en deçà de la moyenne européenne pour la maîtrise de la lecture qui constitue la clé de tous les autres apprentissages. La journée plus longue et plus chargée de nos écoliers s avère une spécificité française défavorable à la réussite scolaire de nos enfants et motive l instauration d un meilleur équilibre du temps scolaire et périscolaire durant la journée et la semaine. En amont du projet de loi pour la refondation de l École, la réforme des rythmes scolaires institue une meilleure répartition des heures de classe sur la semaine (9 demi-journées), un allègement de la journée de l élève (maximum 5h30) et une programmation des séquences d enseignement à des moments où la faculté de concentration des élèves est la plus grande. Le décret, daté du 24 janvier 2013, n impose pas à tous un modèle unique, mais fixe un cadre national laissant toute latitude aux déclinaisons locales sur l initiative des collectivités pour que les organisations soient adaptées aux besoins et aux ressources des territoires. Après concertation entre les services de l Éducation nationale, les municipalités, les conseils d école et les associations locales impliquées dans l éducation, la proposition d organisation de la semaine est arrêtée pour chaque école par les DASEN, agissant par délégation du recteur d académie, avec pour principale priorité l intérêt des élèves. Le décret sur les rythmes scolaires entre en application dès la rentrée 2013 avec la possibilité d un report à la rentrée articuler temps de l école et temps de l enfant Un consensus large qui ouvre des perspectives riches Si les collectivités territoriales s accordent sur les grands enjeux de cette réforme pour les élèves, elles sont aussi conscientes du travail à effectuer pour accompagner la réforme et construire les réponses qui conforteront un service public de qualité. L intelligence collective et l investissement dans des politiques éducatives revisitées éclairent d un nouveau jour le rôle des collectivités territoriales dans le lien historique qu elles ont avec l école. Ce lien n est pas sans rappeler la dynamique des contrats éducatifs locaux de 1998 avec la recherche d organisation du temps de l écolier et de son articulation avec celui de l enfant dans l élaborationdes projets éducatifs territoriaux (PEDT). Une collaboration stimulante entre les élus, les différents services de l administration de l État, les associations d éducation populaire, les institutions sportives et culturelles, et les familles, qui débouche sur des solutions appropriées aux enjeux locaux. Ici, une régularité des horaires des 5 matinées sans allongement de la pause méridienne et la mise en place d activités péri-éducatives tous les jours de 15h45 à 16h30. Là, un allongement des matinées à 3h30 avec des activités péri-éducatives concentrées sur deux fins de journée et d une durée d 1h15 pour faciliter l investissement des associations. Là encore, des rythmes croisés entre les différents cycles de l école pour articuler temps scolaire et activités péri-scolaires. Des propositions qui respectent le rythme social souvent rappelé par les familles, une exigence de qualité pour les activités proposées dans les PEDT et la cohérence avec les projets d école et l esprit de la réforme.

5 l actualité de l académie la rentrée 05 Un effort constant des équipes académiques d appui L action des services de l Éducation nationale a été constante pour accompagner la réforme. Les inspecteurs en circonscription ont expliqué, éclairé, recueilli et répondu aux multiples questions issues des nombreuses réunions organisées dans toutes les communes de l académie. Premiers interlocuteurs des élus, ils ont contribué avec leur expertise à identifier les difficultés pour les lever, à faciliter les échanges en décryptant les réserves exprimées et à nourrir les discussions par les expériences ou les choix proposés dans les territoires voisins. Sur le périmètre de l académie de Rennes, près d 1/3 des élèves bénéficieront de la mise en place de cette réforme dès la rentrée 2013 (1/4 au niveau national). L expérience acquise par les collectivités engagées dans ce partenariat avec l Éducation nationale mais aussi les autres ministères comme ceux de la Jeunesse et des Sports, des Affaires sociales et de la Santé (CAF) facilitera la généralisation de ces généraliser ces nouveaux rythmes l année prochaine nouveaux rythmes l année prochaine. Les communes qui ont sollicité un report pour bénéficier d un temps de préparation supplémentaire ont, dans leur grande majorité, déjà conduit une réflexion active pour préparer cette rentrée Les équipes d appui restent donc mobilisées pour identifier les forces et faiblesses des territoires et participer à la définition des grandes priorités communes en matière d éducation. Il ne faut pas oublier dans ce chantier d envergure l ensemble des services administratifs qui doivent mettre en place de nouvelles modalités de gestion. En 2013/2014, une partie des personnels travaillera sur 5 journées, une autre sur 4. Les durées de travail quotidiennes varieront d une commune à l autre, d une école à l autre. Un comité national de suivi de la réforme des rythmes à l école primaire a été mis en place pour examiner les principaux modes d organisation des temps scolaires et pour valoriser les bonnes pratiques en la matière. photos jm Guillotin rectorat com [brèves] Un séminaire dédié à l illettrisme La région Bretagne enregistre un des plus faible taux d illettrisme. Cependant, en 2011, la Journée Défense Citoyenneté (JDC) a permis de dénombrer plus de mille jeunes bretons âgés de 17 à 18 ans en situation de non maîtrise de la lecture et de l écriture. Dans le cadre de la prévention de l illettrisme, déclaré grande cause nationale 2013, l Observatoire Académique de Prévention de l Illettrisme (OAPI) a organisé un séminaire Permettre à chacun de s insérer dans la société : enjeux et stratégie dans la lutte contre l illettrisme au lycée Joseph Loth à Pontivy le 10 avril Les processus d apprentissage de la lecture, les liens entre illettrisme, décrochage, diplôme et insertion professionnelle ainsi que la formation en entreprise, ont été abordés sous la forme de conférences et d ateliers. Des chefs d établissements, des inspecteurs et des enseignants représentant les 12 bassins de l académie mais aussi des intervenants de la DRJSCS, du CSN de Brest, des collectivités territoriales, du monde associatif, de la recherche ou encore de la formation professionnelle ont pu échanger et débattre collectivement de ces sujets. >[ensavoirplus] Les conclusions de ce séminaire sont accessibles ici :

6 l actualité de l académie la rentrée 06 Le label SHN (Sport de Haut Niveau) concerne aujourd hui 32 structures dans l académie, permettant ainsi aux sportifs et sportives de haut niveau de mener à bien leur carrière d athlète tout en poursuivant leur scolarité. Explications sur le fonctionnement de ce label ainsi que sur les dispositifs innovants mis en œuvre. Le label SHN fait la course en tête BREST Collège Kérichen Collège Les 4 Moulins Lycée Charles de Foucauld Lycée Kérichen Lycée La Croix Rouge Lycée Jules Lesven Lycée Laënnec PONT-L'ABBÉ Établissements labellisés par le Rectorat et la DRJSCS Établissement d accueil sport de haut niveau Un contexte national et régional porteur La contribution active de l académie de Rennes au développement de la politique du sport de haut niveau en Bretagne est motivée et cadrée par la circulaire nationale du 1 er août Elle prévoit des aménagements appropriés de scolarité et d études pour permettre aux sportives et sportifs de haut niveau (élèves comme enseignants) ainsi qu à celles et ceux classés espoirs de mener à bien leur carrière sportive. Par extension, les élèves et enseignants retenus dans le cadre des Parcours d Excellence Sportive (PES) institués par le ministère de la Jeunesse et des Sports en 2010, sont concernés par ces dispositions. La liste des SHN est publiée chaque année au 1 er novembre par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Actuellement, 32 structures reconnues SHN sont présentes en Bretagne : 11 PES et 21 structures d accès au haut niveau. Lycée Notre-Dame Lycée du Restmeur GUINGAMP LORIENT PLOUFRAGAN Collège de la Grande Métairie École des Merlus Lycée Dupuy de Lôme ST-BRIEUC Lycée Sacré Cœur Lycée Jacques Cartier Lycée Maupertuis ST-MALO DINARD Collège Le Bocage RENNES Collège Anne de Bretagne Collège Lycée Sainte Geneviève Ecole Technique Privée Odorico Lycée Bréquigny Lycée Chateaubriand Lycée René Descartes Lycée Joliot-Curie Lycée Jean Macé CESSON- SEVIGNE Lycée Sévigné Le cadre conventionnel La circulaire a été déclinée le 23 novembre 2007 par une première convention cadre signée entre le recteur de l académie de Rennes et le directeur régional de la jeunesse et des sports. Le 20 janvier 2012, une nouvelle étape a été franchie suite aux travaux de la commission académique de suivi des sportifs de haut niveau, qui élabore une seconde convention académique précisant le cahier des charges du label établissement d accueil SHN. La particularité de ce cahier des charges est de proposer un entraînement bi-quotidien deux fois par semaine, en moyenne 10 heures en pôle espoir et 20 heures en pôle France, ainsi qu une optimisation du parcours individualisé de réussite scolaire dans le cadre d un double projet (scolaire et sportif). 792 sportifs SHN en Offrir des facilités aux athlètes Le travail très important mené dans les établissements et au sein du groupe régional de pilotage entre les ministères de l Éducation nationale et de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, a porté principalement sur les points suivants : - localisation à chaque rentrée scolaire des athlètes et établissements concernés, information, sensibilisation et soutien aux chefs d établissement ; - aménagements de la scolarité et du temps scolaire ; - mise en œuvre d un suivi et d un soutien scolaire avec de nombreuses modalités ; - aménagements sur site du quotidien des sportifs ; - affectations prioritaires, notamment dans le cas des internats ; - conservation des notes pour les examens du baccalauréat ; - création d une épreuve d option facultative EPS haut niveau ; - démarches d expérimentations menées dans certains établissements ; - création du label établissement d accueil SHN. Les dispositifs innovants mis en œuvre au service des sportifs de haut niveau témoignent de la capacité des établissements à répondre pleinement à l axe principal de notre politique éducative : le parcours personnalisé de réussite scolaire. 22 établissements de l académie sont labellisés établissement d accueil SHN, ils accueillent 70% des sportifs de haut niveau bretons. En , 792 sportifs reconnus par l État ont effectué leur scolarité ou leurs études supérieures dans l académie (622 dans le second degré, 170 post bac). >[contact]

7 La nouvelle convention interministérielle pour l égalité entre filles et garçons, femmes et hommes, dans le système éducatif vient renforcer une dynamique dans laquelle certains territoires sont déjà bien engagés. Trois exemples dans le bassin Brest-Landerneau et les départements des Côtes d Armor et du Morbihan. Pour l égalité filles-garçons, des démarches engagées l actualité de l académie la rentrée 07 Projet X-Y du Bassin Brest Landerneau Quelques questions au coordonnateur du projet X-Y de la DSDEN 29 et conseiller technique de service social en faveur des élèves Dans le bassin de Brest-Landerneau, une équipe d assistants sociaux (AS) travaille sur un projet baptisé X-Y, comment a émergé cette démarche? Le coordonnateur : En , des collègues AS ont partagé des constats issus des suivis individuels (insultes sexistes, atteinte à l intimité...). Un groupe de réflexion s est alors constitué. Comment avez-vous vérifié ces constats? Un questionnaire a été proposé aux 4 e en Son dépouillement montre que, pour les élèves, il n y a pas de problème. Ils admettent les relations comme elles sont, les normes sont déjà intériorisées. Aussi, nous avons décidé d intervenir en amont auprès des 6 e. Qu en est-il de l expérimentation auprès des élèves? Actuellement, nous intervenons au sein de 2 collèges (Kérichen à Brest et Nelson Mandela à Plabennec) sur 3 séquences. La première favorise l expression du ressenti sur la question de la mixité dans l espace scolaire. Ensuite nous travaillons les notions de respect et de communication apaisée par le vecteur de saynètes écrites et jouées par les élèves. Pourquoi avoir sollicité parallèlement une formation d initiative locale (FIL) sur cette thématique en 2012? L objectif de cette FIL était de réfléchir ensemble sur les questions de mixité, d interroger nos postures et nos propres représentations. Sur le bassin, 40 personnes s y sont inscrites. Nous cherchons désormais à construire un groupe inter catégoriel pour prolonger la démarche. Égalité en Côtes d Armor Marie-Noëlle Le Tallec est référente égalité filles-garçons dans le second degré auprès du directeur académique des Côtes d Armor. En , avec Stéphanie Le Gall-Gorin, déléguée départementale aux droits des femmes et à l égalité (DDDFE), elle a engagé une démarche auprès des animateurs des bassins. Ils se sont montrés intéressés. Aussi, quand le choix de la thématique des Classes-presse, organisées par le CLEMI, a été annoncé, le sport dans tous ses états, l idée est venue d y intégrer la question de l égalité filles-garçons dans le domaine du sport. Un dossier pédagogique réalisé par le CLEMI a aidé les équipes éducatives à s emparer du sujet. C est ce qu ont fait plusieurs collèges dont les articles ont été publiés dans les suppléments Ouest-France et Le Télégramme du 28 mai Parallèlement, le Conseil général des Côtes d Armor conduit une politique volontaire en faveur de l égalité des sexes. C est ainsi que s est constitué un groupe de travail réunissant des représentant(e)s des trois institutions : système éducatif, Conseil général, DDDFE. Ce groupe réfléchit à améliorer le travail en réseau. Il existe notamment un réseau de référent(e)s égalité filles-garçons dans les établissements. Ils sont 180 dans l académie, 30 en Côtes d Armor, soit environ 30% des établissements publics et privés. Comment renforcer leur visibilité et leur légitimité? A la rentrée 2013, une campagne de communication permet de sensibiliser à la thématique, de relancer la collaboration au niveau des bassins et de recruter de nouveaux référents. création rectorat comunication - académie de Rennes 0613 Construire l égalité dès la maternelle dans le Morbihan La directrice académique du Morbihan a confié le dossier égalité filles-garçons pour le 1 er degré à Sitinat Bamana, IEN de la circonscription Lorient-Nord. Celle-ci s est appuyée sur un groupe de travail ouvert : conseillers pédagogiques, maîtres formateurs, CDDP, partenaires*. Sur sa circonscription, une animation pédagogique a réuni 25 enseignants. Un travail d observation a suivi, conduit par des élèves sur la cour de récréation. Aujourd hui comme hier, les activités y sont extrêmement sexuées. Sitinat Bamana a souhaité sensibiliser les formateurs et conseillers pédagogiques à la question des stéréotypes et de leur rôle dans la reproduction des inégalités. Une journée d études les réunissait autour de conférences et d ateliers le 11 avril 2013 à Vannes. L étape suivante ciblera les enseignants. Le défi : présenter une action lors de la quatrième Biennale de l égalité femmes-hommes organisée à Lorient le 16 mai 2014 par le Conseil régional de Bretagne. >[contact] * Centre d information des droits des femmes et des familles (CIDFF), Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), Office central de la coopération à l école (OCCE)

8 l actualité de l académie le dossier thématique 08 Alain Van-Sante, délégué académique au numérique (DAN), nous présente l année , année charnière pour les technologies de l information et de la communication dans l enseignement. Apprendre avec le numérique de la maternelle à l université Comment l académie s est-elle préparée à la mise en œuvre de la stratégie numérique nationale? La Bretagne est une terre du numérique et, depuis des années, une politique volontariste y est menée en la matière. Depuis 2006, l académie déploie un environnement numérique de travail (Toutatice.fr) et un réseau de formateurs pour accompagner les professeurs dans leurs pratiques pédagogiques numériques ; les collectivités territoriales font des efforts importants d équipements. Au cours de l année écoulée, de Plescop à Brest, en passant par Rennes, trois séminaires ont permis d aborder le thème apprendre avec le numérique, du premier degré à l enseignement supérieur. A l orée de cette nouvelle année scolaire, nous sommes prêts à prolonger ce travail en nous appuyant notamment sur la nouvelle école du professorat et de l éducation (ESPE) et sur des partenariats avec les universités et les laboratoires de recherche bretons. La stratégie numérique nationale va permettre de donner un nouvel élan à cette priorité académique et territoriale. L académie de Rennes est souvent présentée comme l académie de toutes les réussites. A-t-elle besoin du numérique? Cette réussite n empêche pas les marges de progrès, comme celle d amener un plus grand nombre d élèves à ce niveau et celle de faire réussir davantage les bacheliers dans leurs études supérieures. Le numérique peut y contribuer en confortant l autonomie et la capacité d adaptation des élèves, en aidant à différencier les apprentissages pour répondre à des publics à besoins particuliers. Il favorise aussi créativité et création, et son usage prépare à la société numérique de demain. Le numérique est un levier du changement des pratiques pour les élèves et les enseignants ; ce n est pas un simple outil. Apprendre avec le numérique est un vrai enjeu pédagogique. Apprendre avec le numérique? Adoptons le point de vue de l élève : apprendre avec le numérique, c est d abord pratiquer le numérique dans et en dehors de la classe pour profiter de toutes les ressources à disposition : au-delà de lire, écrire et compter, c est traiter de l information et la transformer en connaissance. C est s appuyer sur le numérique pour comprendre, appliquer, réfléchir : mondes virtuels, réseaux sociaux, simulations et jeux sérieux sont autant de moyens de quitter la posture de spectateur pour devenir acteur de ses apprentissages. Apprendre par le numérique, c est comprendre les concepts pour maîtriser les enjeux, les opportunités et mesurer les impacts, pour l individu, la société et le monde professionnel.les enseignants doivent aussi pouvoir bénéficier du numérique dans leur formation. L effort va être porté et renforcé à la fois sur la formation continue et initiale des enseignants, dans le cadre de l ESPE en particulier. Ce que résume la formule Enseigner au et par le numérique. On parle souvent d insuffisance des équipements ou des performances des liaisons internet. Comment persuader les enseignants? Renforcer la confiance dans le numérique est un élément essentiel. Pour que les enseignants y aillent, ils doivent être sûrs de trois aspects : qu ils ne se mettent pas en danger pédagogique, que le numérique ne leur demandera pas trop de temps et qu ils en tireront bénéfice. Il nous faut montrer que le numérique peut favoriser de nouveaux rapports entre enseignants et élèves, encore améliorer la qualité et la disponibilité des services et assurer, face aux risques, leur sécurité comme celles de nos infrastructures dans un monde où cohabitent cyberculture et cybercriminalité... Le colloque qui s est tenu à Brest le 12 avril dernier, a permis de rassembler l ensemble des acteurs (Région, Éducation nationale, Enseignement supérieur, Recherche, associatif numérique, secteur privé...) du numérique éducatif en Bretagne. Cette dynamique sera prolongée en janvier 2014, par une nouvelle rencontre centrée sur l acte pédagogique. >[contact]

9 Pour les écoles de l académie de Rennes, cette année a été particulièrement florissante en termes d expérimentations numériques. Inscrites dans le Plan de Développement des Usages du Numérique à l École (Dune), elles seront prolongées dans le cadre de la stratégie numérique ministérielle. l actualité de l académie le dossier thématique Les espaces numériques de travail : un levier pour la personnalisation des parcours des élèves Des expérimentations d espaces numériques de travail (ENT) sont déployées dans 27 écoles primaires de l académie : 7 écoles dans le département des Côtes d Armor, 10 dans le Finistère, 4 en Ille-et-Vilaine et 6 dans le Morbihan. Elles ont débuté en mars 2013 et se poursuivront jusqu à juin 2014 sur la base d une convention entre l académie de Rennes et les trois éditeurs retenus : Beynelu, Iconito et NetEcole. C est l aspect qualitatif qui a été privilégié afin de permettre un accompagnement de proximité et la constitution d un réseau de mutualisation autour de la même entrée essentiellement pédagogique : la personnalisation des parcours des élèves. Le lancement de l expérimentation a été officialisé par l organisation d une journée de travail le 31 mai 2013 au lycée Joseph Loth à Pontivy. Elle a réuni l ensemble des acteurs qui ont en charge le pilotage du projet, la formation des enseignants, l accompagnement et le suivi de ces expérimentations. Elle a permis de développer et de préciser comment l ENT peut être exploité au sein d une classe ou d une école. Les enseignants porteurs du projet ont bénéficié de formations dispensées par les éditeurs ainsi que par les différentes missions Tice des quatre départements. Pour l année , une relation partenariale sera construite avec les communes concernées. Elle prendra la forme de visites pédagogiques in situ dans les classes volontaires, de présentations des dispositifs de formations dispensées par l Éducation nationale, relayés par les missions Tice et démultipliés sur l ensemble des circonscriptions (stages de formation des Le numérique décolle dans le premier degré développer un réseau de mutualisation à visée pédagogique cadres, formateurs, enseignants animateurs Tice, ambassadeurs du numérique (1) au sein des écoles). Un tableau comparatif de suivi de l expérimentation des offres éditoriales en termes d usages pédagogiques, de fonctionnalités, d ergonomie et de coût sera complété au fur et à mesure pour permettre à chaque commune et école de choisir la solution qu elle jugera la plus performante. Enfin, un accompagnement de proximité par les EATice (2) et enseignants relais du numérique sera mis en œuvre au fil de l eau. Les outils nomades comme passeurs et partages de savoirs Les tablettes numériques commencent également à faire leur apparition dans les écoles. Pour exemple, dans le département du Finistère, 18 tablettes ont été acquises dans le cadre d une dotation départementale et du plan Dune. Elle a fait l objet d un appel à projet pour 6 classes du département par période de 6 semaines, soit 30 classes prévues par année scolaire. Une journée de formation est proposée par la mission Tice à chaque enseignant des classes éligibles. Un retour sur expérience est programmé à l issue de l expérimentation pour enrichir les productions réalisées sous forme de scenarii pédagogiques. L objectif est de développer l interactivité en lien avec l usage du tableau numérique interactif et les productions collaboratives (web reportage, productions littéraires, documentaires et artistiques, apprentissages collaboratifs). >[contact] (1) Ambassadeurs du numérique : il s agit d enseignants ayant participé aux différentes formations Tice et porteurs des expérimentations numériques engagées, qui ont pour mission d impulser, de mobiliser et de fédérer leurs pairs de proximité. (2) EATice : Enseignants Animateurs Tice photo école Alix de Bretagne - Saint Aubin du Cormier [brèves] Lire, écrire, compter en un clic avec les Tice Lire : TACIT (Testing Adaptatif de la Compréhension Implicite de Textes) est un logiciel d évaluation et de remédiation aux difficultés de compréhension en lecture liées à l implicite du texte pour les élèves dès le CE1. Il est le fruit d un travail de recherche mené à l Université de Rennes 2 et propose plus d un millier d exercices adaptés aux compétences de chaque élève en s appuyant sur les réponses de plus de enfants bretons, âgés de 7 à 14 ans. Il est accessible en ligne : tacit.univ-rennes2.fr Écrire : IntuiScript est un projet en construction qui vise à proposer un apprentissage personnalisé de l écriture cursive en s appuyant sur un partenariat entre une entreprise innovante (www.scriptandgo.fr) spécialisée dans les outils de la mobilité, des laboratoires de recherche et des partenaires privés. Compter : PACEM (Projet pour l Acquisition de Compétences par les Élèves en Mathématiques) est un projet visant à déterminer l impact d une action de formation continue d enseignants sur les acquis de leurs élèves en mathématiques. >[contact] 09

10 l actualité de l académie le dossier thématique 10 Comme le définit la stratégie numérique ministérielle, les collèges connectés ont pour vocation de développer les usages pédagogiques du numérique. Exemple au collège Léonard de Vinci à Saint Brieuc, l un des vingt établissements pilotes à avoir été sélectionné au plan national. Léonard de Vinci, collège connecté Le collège Léonard de Vinci à Saint-Brieuc est situé en zone périurbaine. Bénéficiant d une véritable mixité sociale, l établissement présente également des besoins en remédiation scolaire. Très dynamique, l équipe pédagogique expérimente depuis de nombreuses années plusieurs dispositifs pour y parvenir, notamment via les Tice. 4 e double Alternance, dispositif SAS (structures d aide à la scolarité) pour les élèves en rupture, baladodiffusion en langues vivantes, classes à horaires aménagés en théâtre, livret de compétences expérimental : autant de projets mis en place en réponse à la population accueillie, et qui contribuent à la prise en compte de l hétérogénéité et à la remédiation au sein de l établissement. Les réflexions sur l usage des Tice et les actions sont déjà bien engagées, en particulier autour de la baladodiffusion et des espaces collaboratifs (Espace pédagogique numérique Moodle, intranet d établissement, Webclasseur, Webradio ). Le collège bénéficie également d un réseau filaire et WIFI ainsi que d équipements fixes (un poste de travail pour 6 collégiens) et nomades. Le Conseil général des Côtes d Armor a mis en place le projet Ipad en classe en l un des 20 collèges pilotes français Vous avez dit connecté? Léonard de Vinci est l un des 20 collèges pilotes français à avoir été retenu pour développer les usages pédagogiques du numérique. Les collèges connectés : pourquoi? Démontrer les apports concrets du numérique pour les élèves, les enseignants et les familles. Intégrer le numérique dans le quotidien de l établissement et de la communauté éducative. Favoriser les usages massifs et transversaux du numérique, propices à la réussite scolaire. Les collèges connectés : c est quoi? Une ambition nationale pour des usages numériques enrichis : mobilisation quotidienne du numérique par tous les enseignants et tous les élèves, communication récurrente et continue avec les familles et pilotage, gestion et communication interne renforcée grâce au numérique. Les acteurs du projet Chaque enseignant intègre dans ses pratiques pédagogiques un usage raisonné des Tice afin de permettre à l outil numérique de s adapter à l élève et non l inverse. Le collège Léonard de Vinci porte l ambition d expérimenter une autre gestion du temps scolaire pour permettre une nouvelle prise en charge des actions (bi-animation, remédiation, concertation...). Une réflexion avec la collectivité territoriale permettra une réorganisation de certains espaces pour optimiser l usage pédagogique des Tice. Les enseignants souhaitent bénéficier d un équipement personnel pour se familiariser à l outil, et de la mise en place de formations. Ils mettent en avant plusieurs éléments avec le projet collège connecté : un véritable usage des ressources internet grâce au THD (Très Haut Débit), la liberté d expérimentation et l intérêt de tablettes tactiles qui présentent un attrait pour les collégiens : ergonomie, mobilité, simplicité et efficacité dans les usages. Les actions envisagées pendant les 3 années Le chef d établissement et l équipe pédagogique du collège Léonard de Vinci souhaitent approfondir plusieurs domaines dans les années à venir : usage des tablettes tactiles, évaluation par compétences (SACoche), mise en place d une WebTV- Webradio, approfondissement de la différenciation pédagogique avec les Tice et renforcement des liaisons Tice école-collège et collège-lycée. Plusieurs dispositifs d accompagnement et de formation sont envisagés pour expérimenter le collège connecté : la bi-animation au sein des équipes pour rassurer les enseignants, la sollicitation des compétences des ResENTICE (1) et le suivi par le Gis-Marsouin (2). >[contact] photo jm Guillotin rectorat com (1) Réseau du service informatique académique de formateurs réalisant des actions de formation, de conseil et d accompagnement aux outils Tice sur l ensemble du territoire. (2) Groupement d intéret scientifique de mesure et d analyse des usages numériques. L utilisation des outils numériques dans le CDI d un lycée

11 Situé en zone rurale, le collège Jean Jaurès à Huelgoat (29) n en reste pas moins connecté! En effet, depuis septembre 2012, cet établissement expérimente l usage pédagogique des tablettes numériques. La tablette numérique au service de la pédagogie l actualité de l académie le dossier thématique 11 La présence d élèves allophones au collège Jean Jaurès à Huelgoat interroge les équipes pédagogiques sur leur prise en charge, la différenciation pédagogique qu ils induisent et leur évaluation. La tablette numérique s impose comme outil au service de la personnalisation du parcours. Majoritairement anglophones, ces élèves se voient proposer en classe de cinquième des activités en mathématiques ou en sciences physiques au lieu de suivre le cours d anglais. La disposition en îlot favorise aussi la différenciation : les élèves restent au sein de la classe, mais travaillent sur d autres contenus sur leur tablette. Trois enseignants se sont lancés dans cette expérimentation. La prise en main des tablettes est extrêmement rapide, son nomadisme étant son plus grand atout. Malgré plusieurs contraintes techniques et réglementaires, certains enseignants disent aujourd hui ne plus pouvoir se passer de l équipement mis à leur disposition. L utilisation crée le besoin Aisance d utilisation, robustesse, faible encombrement et autonomie sont autant d éléments qui attirent d autres enseignants non expérimentateurs. Les possibilités pédagogiques sont grandes et l interactivité est un atout majeur pour la conduite de classe. En effet, l écran de chaque tablette peut à tour de rôle être projeté sur le tableau blanc interactif sans contrainte filaire. L échange de fichiers est possible via le serveur pédagogique grâce à une étroite collaboration avec les équipes d assistance informatique de proximité de l académie et dans le respect des règles de sécurité des systèmes d information (SSI). Les enseignants du collège peuvent solliciter un accompagnement didactique de la part du corps des inspecteurs pour construire un accompagnement didactique pour les enseignants et affiner de nouveaux scénarii pédagogiques, tant en FLSCO (Français, langue de scolarisation) que dans les autres disciplines. L ambition du collège pour la nouvelle année scolaire est la rédaction en équipe élargie d un ebook pour les élèves à besoins particuliers. Une partie du travail pourrait être réalisée avec une école du secteur, l action s inscrivant alors dans un continuum école-collège. Du côté du Conseil général du Finistère Faire entrer l école dans l ère du numérique, telle est l ambition du législateur au moment où la loi sur la refondation de l école fixe le cap pour cette dernière. Quelle part prennent les collectivités territoriales dans l accompagnement de ce chantier dont les enjeux sont immenses? L intervention du département vise à répondre aux obligations qui lui sont faites par le Code de l éducation (assurer le fonctionnement, installer les infrastructures, équiper les collèges ). Elle a également pour objectif d aider les établissements à mener des projets innovants par la mise en place de politiques volontaristes, en lien avec les services de l Éducation nationale. Une approche territoriale de la place du collège comme un acteur majeur dans son environnement a amené le Conseil général à répondre favorablement à la demande d accompagnement du collège dont le projet de déploiement de tablettes s inscrit dans un cadre particulièrement innovant. Le collège fait partie avec cette expérimentation de la démarche collège et territoire initiée par le Conseil général pour accompagner plus efficacement encore la déclinaison dans chaque établissement des politiques publiques départementales. >[contact] photo jmarc Guillotin rectorat com [brèves] Établissements : des tablettes bien intégrées Plus de 5 millions de tablettes tactiles ont été vendues en France en Elles font naturellement leur entrée dans les établissements scolaires. Avec ces terminaux mobiles, les EPLE sont de plus en plus confrontés à la problématique du BYOD (Bring Your Own Device apportez votre propre matériel) que certains surnomment le BYOV (Bring Your Own Vulnerability). Le développement de ces nouveaux usages en établissement doit se faire dans le respect de la politique académique de sécurité des systèmes d information (SSI) et des obligations légales : conservation des traces de connexion internet et protection des mineurs. Le service informatique de l académie propose aux chefs d établissement des solutions d intégration des tablettes (portail captif local à l établissement, Alcazar, ou authentification centralisée académique, Radius) ; elles sont déjà en place dans plusieurs collèges et lycées depuis la rentrée 2012, en fonction du projet de l établissement. Un guide est à leur disposition. >[contact]

12 l actualité de l académie le dossier thématique 12 En collaboration avec le Seria, les classes de première Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) du lycée Sévigné à Cesson ont mené cette année un projet ambitieux sur le thème des réseaux sociaux et du numérique. Au programme : une étude des usages, la mise au point d un outil de prévention pour les plus jeunes et l organisation d une table ronde. Réseaux sociaux : des lycéens s emparent du sujet [brèves] Sensibiliser les élèves Depuis quelques années, l usage des réseaux sociaux est en très forte augmentation chez les adolescents. Ce web social interagit avec la plupart des activités privées et professionnelles. Les établissements n y échappent pas et le phénomène pénètre largement au sein des structures scolaires. Or, on ne peut pas ignorer ce qui se passe ou ce qui s exprime à travers ces réseaux sociaux. L accélération des échanges et la multiplicité des moyens imposent à tous les acteurs éducatifs une attention particulière. Des actions autour de l éducation au web, et plus particulièrement aux réseaux sociaux, sont mises en œuvre, comme pour la presse écrite ou audiovisuelle Mais ce sont surtout des actions de sensibilisation tout au long de la scolarité qui portent leur fruit. Elles permettent de donner les codes d usage, de rappeler les droits, devoirs et obligations de tous les utilisateurs des réseaux sociaux. Dans le cadre de l accompagnement personnalisé, les STMG du lycée Sévigné à Cesson ont pris à cœur le projet sur l utilisation des réseaux sociaux initié en Comité d Éducation à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) et mené tout au long de l année. Les réseaux sociaux, c est un sujet qui nous concerne, explique Pauline. Un panel d outils interactifs Et ils n étaient pas peu fiers d en présenter les résultats, lors d une table ronde organisée à destination des parents d élèves, animée par l interlocuteur SSI (Sécurité des Systèmes d Information) de l équipe informatique de l académie et à laquelle ont pris part Jaques-François Marchandise, directeur du développement à la Fondation Internet Nouvelle Génération et Pascal Plantard, anthropologue du numérique (Rennes 2). Après une étude des usages réalisée grâce à l élaboration d un questionnaire, les élèves ont également mis au point un quizz pour leurs cadets de troisième et de seconde, qui se veut être un véritable outil de prévention des conduites inappropriées sur internet. le message passe mieux quand c est un jeune qui donne un conseil Une posture de grand frère et grande sœur, permet une meilleure communication : c est sûr que le message passe mieux quand c est un jeune qui donne un conseil que quand c est un adulte qui fait la morale, relève ainsi Lola. Une synergie des savoir-faire Aidés par l interlocuteur SSI venu en classe apporter conseils et appui, et en amphithéâtre proposer des conférences pour alimenter leur réflexion, les jeunes ont aussi pu compter sur l aide de leurs professeurs, ainsi que d'un EVS (Emploi Vie Scolaire) du lycée compétent en informatique. Une synergie de savoir-faire a permis cette réussite : on peut trouver des compétences sans aller très loin, remarque ainsi l'un des enseignants. Un bilan pédagogique positif Le bilan pédagogique est lui aussi très favorable. Rédaction, récupération et sélection de l information, synthèse, interprétation, communication à l oral..., ce sont des compétences dont ils auront besoin, analyse l'un des professeurs. De quoi même donner des idées à ceux qui souhaitent se diriger vers les métiers de la communication. Ce travail ne restera pas sans suite : la Maison des jeunes d Acigné a déjà pris contact avec certains des animateurs pour organiser une soirée débat dans ses locaux. Du côté de l équipe pédagogique, on a aussi des idées pour l an prochain : ce genre de travail avec un objectif final concret, c est source de motivation... À la rentrée nous allons réfléchir sur des projets en lien avec la recherche documentaire et la revue de presse. Une démarche à généraliser. >[contact]

13 Quand une équipe pédagogique mène une réflexion poussée sur le meilleur biais pour intégrer habilement le numérique dans son établissement, cela aboutit à la mise en lumière d un certain nombre de fondamentaux. La preuve avec le bilan ResENTICE du collège Théodore Monod à Vern (35). Comment intégrer habilement les Tice au collège? l actualité de l académie le dossier thématique 13 Il y deux ans, le principal adjoint du collège Théodore Monod à Vern prenait ses fonctions avec le souhait de développer des actions dans le domaine du numérique. Avec l aide d'un formateur Resentice affecté au collège, des objectifs ont été définis afin de doter l établissement d équipements numériques et de formations (disciplinaires ou non) à destination des enseignants. Parallèlement, les réseaux sociaux généraient des difficultés de vie scolaire. Lancer et nourrir le débat local Une collaboration avec la médiathèque communale et la maison des jeunes a été mise en place pour connaître les pratiques des jeunes selon leur âge et prévoir alors des actions adaptées dans le cadre du CESC (Comité d Éducation à la Santé et à la Citoyenneté). Le collectif communal numériques a donc vu le jour, coordonné par la mairie et la médiathèque. Les actions dans les établissements scolaires ont été accompagnées de conférences en direction de la population. Les thèmes abordés, comme celui de Facebook, ont remporté un grand succès Cette année devait permettre d aller encore plus loin en organisant notamment des rencontres entre les différents acteurs éducatifs locaux et les enseignants du collège. Des tables rondes ont été mises en place avec l aide du ResENTICE et les sujets ont été les suivants : les réseaux sociaux et leurs usages, la loi et les Tice, SSI (sécurité des systèmes d information) et CNIL, les jeux sérieux Chaque table ronde réunissait des enseignants, des partenaires et était animée par un ResENTICE ou par un responsable SSI. La diversité comme la qualité des ressources humaines mises à disposition ont permis de satisfaire les objectifs d ouverture à de nouvelles pratiques pour les enseignants. actions et conférences en direction de la population photo lycée Vauban - Brest Les thèmes retenus sont restés accessibles à tous et ont pu susciter un débat avec nos partenaires. Des enseignements à tirer Le message de prévention et l accompagnement des populations dans l utilisation des nouvelles technologies, au-delà des élèves dont nous avons la charge, est plus efficace s il est diffusé par l ensemble des acteurs éducatifs locaux. L école, et donc le collège, ne peuvent pas ignorer les nouvelles technologies au risque de perdre toute crédibilité. Internet ne se résume pas aux risques qui sont liés à son utilisation. Enfin et surtout, nous disposons de ressources, du SERIA et de Resentice, pour accompagner dans la réflexion et les mises en œuvre nécessaires. Pour aller plus loin La poursuite du projet demanderait : d impliquer davantage le premier degré. de prendre en compte l hétérogénéité des pratiques, des Tice pour les nuls au paramétrage de Facebook. de solliciter les acteurs (professionnels et usagers) pour le choix des thèmes d échanges. >[contact] Les lycéens brestois de Vauban, prix coup de cœur du concours 2013 [brèves] De la création numérique à la création d entreprise Dans le cadre du concours Une entreprise dans votre lycée organisé par l académie de Rennes et la région Bretagne, le prix Coup de Cœur a été attribué mercredi 29 mai 2013 à 7 jeunes lycéens brestois. Leur projet : une startup de production vidéo 3D autour des énergies marines renouvelables. Un véritable challenge pour ces élèves de seconde générale et première arts appliqués du lycée Vauban à Brest. Grâce aux contacts du Pôle Mer Bretagne et avec l appui de l ENIB (École Nationale d Ingénieurs de Brest) pour la maîtrise du logiciel de modélisation 3D Blender, ils ont reproduit, en version numérique, le fond de l océan dans le Fromveur (courant marin entre Molène et Ouessant) et bâti fidèlement, morceau par morceau, l hydrolienne à partir des plans fournis par l entreprise Sabella. Ils ont ensuite filmé en stéréoscopie le fonctionnement de l hydrolienne dans son contexte d exploitation grâce aux possibilités offertes par la réalité virtuelle. En plus de cette prouesse technique exceptionnelle, ils ont su séduire le jury et prouver la viabilité économique de leur future société 3D-WEB-Production. La conclusion du jury était d ailleurs sans équivoque : Futurs chefs d entreprise? Peut-être ; passionnés qui réussiront dans la voie de la création numérique? Certainement. >[contact] >[ensavoirplus] https://vimeo.com/

14 l actualité de l académie le dossier thématique 14 Quel est le point commun entre un défi Éolienne, des recherches sur l orientation et des poèmes rimbaldiens? Les Tice! Quelques exemples d usage pédagogique des nouvelles technologies ayant eu lieu cette année dans l académie. Moodle, Webclasseur, Twitter : les Tice au quotidien L espace pédagogique numérique Moodle et un défi Éolienne pour travailler de manière collaborative Un professeur de technologie, a choisi de mobiliser les élèves dans leurs apprentissages au moyen d un défi. Les élèves, organisés en groupe, ont dû réaliser une maquette d éolienne fonctionnelle en utilisant l espace pédagogique numérique Moodle de la classe. Tout d abord, un forum par groupe a contribué à l avancée du projet en notant les idées, les ressources trouvées, les actions réalisées (croquis, maquette en carton, etc). Ce qui a permis d alimenter le compte rendu écrit et oral. Dans le groupe, les élèves ont été, à tour de rôle, animateur, secrétaire et rapporteur. Moodle proposant une activité glossaire, chacun a pu y renseigner un mot ou une expression nouvelle dès que l occasion se présentait. Le cours a aussi été enrichi par une base de données d expériences. Les élèves ont été évalués individuellement par leurs contributions dans le forum et le glossaire, puis collectivement par la base de données d expériences et le travail d équipe. Le défi a été ensuite validé grâce au test de fonctionnement et par la production d un document sous forme de wiki. L expérience de ce projet est positive. Les élèves se sont montrés davantage impliqués dans le travail en classe et ont fait preuve d autonomie et d initiative. photo lycée de l Iroise à Brest Utiliser le Webclasseur pour l orientation en terminale Un professeur de terminale et le conseiller d orientation du lycée Maupertuis à Saint-Malo ont décidé cette année d utiliser le nouveau dispositif d Accompagnement Personnalisé (AP) pour intervenir conjointement auprès des élèves. Ils ont choisi d utiliser le Webclasseur orientation, nouveau service en ligne proposé par l Onisep et intégré à l ENT Toutatice.fr. Durant les premières séances d AP, les élèves ont travaillé en autonomie au CDI avec pour objectifs d effectuer une recherche individuelle sur l orientation et de définir le plus précisément possible leur projet. Le Webclasseur a alors été très utile car il a aidé les élèves dans leur recherche en leur donnant la possibilité d accéder aux ressources de l Onisep. De plus, chaque élève disposant d un espace individuel sur le Webclasseur, il leur a été possible de créer ou stocker des documents, de rédiger leur compte rendu de recherche et de le transmettre aux enseignants. L accès aux documents déposés par les élèves a permis aux deux expérimentateurs de mieux les suivre individuellement et de repérer les difficultés. Enfin, l autonomie des élèves les a dispensés de la gestion de la classe ; ils ont ainsi mis en place des entretiens individuels avec le professeur principal, ainsi que des rencontres individuelles ou en petits groupes avec le conseiller d orientation. Le travail initié en AP a pu être poursuivi ensuite, les élèves ayant pris l habitude d utiliser le Webclasseur pour enrichir leur espace, rendre compte de leurs démarches (participation à des portes ouvertes, rencontres avec le conseiller d orientation, visites au salon de l étudiant...) et de l évolution de leurs choix. Un outil efficace pour la communication et le suivi des élèves, et un moyen simple de travailler en complémentarité! Twitter au service de l apprentissage du français Le réseau social Twitter, qui contraint à rédiger des messages de 140 caractères, peut devenir un outil pédagogique très intéressant. Les classes de première L du lycée de l Iroise à Brest le démontrent à leur façon, laquelle s avère particulièrement inventive. Les élèves y diffusent des créations originales qu ils publient au quotidien sur leur blog littéraire i-voix. Ils mènent des live tweets de rencontres avec des écrivains, dont ils tweetent en direct les propos dans un exercice très formateur de concentration, d esprit de synthèse et de maniement de la langue. Ils réécrivent des romans entiers en se mettant dans la peau des personnages, par exemple L Étranger (s appropriant ainsi de l intérieur la réflexion de Camus sur l absurde) ou encore Les liaisons dangereuses (explorant les bons et mauvais usages des échanges, qu ils soient épistolaires ou 2.0). Dans une expérience d i-poèmes, les lycéens brestois et italiens partenaires du projet etwinning i-voix ont échangé via le réseau des photos de leur environnement, puis chaque élève s en est inspiré pour composer en tweets un poème en prose d esprit rimbaldien. Les textes ont ensuite été rassemblés dans un très beau livre numérique. C est une véritable leçon que les lycéens, via Twitter, nous donnent ainsi : le poème est le plus court chemin d un homme à un autre (Paul Éluard). C est aussi une question qu ils nous posent : à quoi servent la littérature, le numérique, l école même, si ce n est à partir à la découverte de l autre et de soi, à faire une expérience partagée du monde? >[contact] >[ensavoirplus] le livre des ipoèmes :

15 La fibre optique arrive en Bretagne! Si l objectif est de couvrir l ensemble de la région d ici à 2030, certains sites d intérêt éducatif ont été jugés prioritaires pour permettre le développement des usages numériques. Zoom sur le projet Bretagne Très Haut Débit. Le projet BTHD Bretagne Très Haut Débit l actualité de l académie le dossier thématique 15 Le projet Bretagne Très Haut Débit a pour ambition le Fiber To The Home (FTTH) pour tous à l horizon FTTH, c est la fibre optique jusqu à l abonné, technologie permettant le Très Haut Débit symétrique (de 100 Mbit/s à 1Gbit/s). Les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l État ont travaillé à l élaboration du Schéma de Cohérence Régional d Aménagement Numérique du territoire breton (SCORAN), et fixé les principes de mise en œuvre du projet BTHD. Dans ce projet, l intervention publique complète l initiative privée : les opérateurs ont annoncé la couverture en fibre optique de 125 communes bretonnes dans les 10 prochaines années. Au total, lignes seront déployées sur la Bretagne : par les opérateurs et par les collectivités. Coût moyen par ligne : euros. Estimation du coût (hors zones opérateurs) : 2,2 Milliards d euros. La gouvernance du projet a été confiée au syndicat mixte Mégalis, outil historique de mutualisation. maîtriser suffisamment des savoirs fondamentaux La première phase du projet prévoit le déploiement de lignes d ici 2017, auxquelles s ajouteront les lignes déployées par les opérateurs ( d ici 2015). Certains sites d intérêt éducatif, économique ou de service public, dont les établissements scolaires, ont été classés prioritaires. Le manque de débit des lignes ADSL des établissements d enseignement est aujourd hui un frein important au développement d'usages numériques de plus en plus riches. Le très haut débit constitue un enjeu crucial pour les établissements. Car ce sont également eux qui peuvent limiter la fracture numérique liée aux disparités sociologiques. >[contact] Nouvelle interface de toutatice.fr [brèves] A venir dans Toutatice.fr! L académie de Rennes met à disposition de ses utilisateurs, enseignants, élèves, parents, personnels un espace numérique de travail appelé Toutatice.fr. Accessible depuis n importe quel ordinateur connecté à Internet, Toutatice.fr permet, après authentification, d offrir à chaque utilisateur son propre environnement de travail. Il dispose ainsi d informations qui lui sont liées et de services et outils liés à l usage des Tice, de la scolarité, de la vie scolaire, de ressources en ligne, d espaces de travail collaboratif... Des évolutions arriveront dans Toutatice.fr progressivement à partir de la rentrée 2013 : - Une nouvelle charte graphique ainsi qu une nouvelle page d accueil Toutatice.fr ; elles ont été élaborées en concertation avec la région Bretagne. - Les espaces intranet pour les établissements. - La poursuite du déploiement généralisé du webclasseur (outil numérique de découverte de l orientation) avec une gestion améliorée de l authentification unique via Toutatice.fr. - Le déploiement du catalogue de logiciels pédagogiques suite à l expérimentation dans les secteurs de Brest et Morlaix. - La possibilité de travailler sur les documents depuis son poste de travail avec l espace collaboratif Nuxeo (grâce au logiciel Nuxeo Drive). - Une vue métier pour les CIO. - L ouverture de comptes Toutatice.fr pour les établissements des secteurs maritime et agricole public. >[contact]

16 l actualité de l académie les chiffres clés 16 L académie en chiffres Décisions d orientation La politique volontariste mise en place dans l académie de Rennes pour promouvoir les parcours des élèves et favoriser la fluidité de ces parcours se poursuit cette année. Les résultats des décisions d orientation en juin 2013 illustrent cette politique. Au collège, le taux de passage fin troisième vers la seconde générale et technologique continue sa progression et augmente d un point par rapport à 2012 pour se situer à 67,7%. Le taux de doublement reste stable à 2% et les taux de passage vers des formations de la voie professionnelle s établissent à 30,3%, soit un point de moins qu en Au lycée, le taux de passage en première augmente de 1,5 point. Le taux de doublement à 6% est en baisse de plus d un point et le taux de passage vers la voie professionnelle est stable à 5%. La répartition entre les séries de première indique une grande stabilité dans les taux de passage par rapport à C est la filière STMG qui profite de la diminution du taux de doublement. Décision d orientation, scolarisation des élèves handicapés, éducation prioritaire, affectation post-troisième Réussite aux examens, dispositifs relais, OCEPPA, prévisions d effectifs >[contact] Scolarisation des élèves handicapés En , l Académie de Rennes scolarise élèves en situation de handicap dont en milieu scolaire ordinaire, ce chiffre étant en progression de 7% par rapport à l année précédente (+778 élèves). - 46% des élèves en situation de handicap, soit jeunes sont scolarisés dans le premier degré, dont en CLIS - 28% d entre eux, soit élèves, sont scolarisés dans le second degré, dont en ULIS. Les établissements médico-sociaux scolarisent par ailleurs élèves, soit 26% du total. Les chiffres relatifs à la scolarisation des enfants en situation de handicap montrent une très forte progression (+ 95%) depuis 2006 du fait de la mise en œuvre de la loi de 2005 sur le handicap. Dans l académie, les élèves en situation de handicap représentent 2,43% de la population totale scolarisée, contre 2,31% l année dernière. Ces chiffres incluent les élèves scolarisés en établissement médico-social. La scolarisation des élèves handicapés est homogène sur l ensemble des départements qui composent l académie, elle oscille entre 2,2% et 2,8%. C est dans le second degré que l'augmentation est 9,4% de plus qu en 2011/2012 2,43% élèves en situation de handicap élèves handicapés scolarisation en milieu ordinaire scolarisation collective la plus significative ; + 38%, alors que le premier degré reste stable. Tous types de troubles confondus, on observe toujours une prédominance des troubles intellectuels et cognitifs (42%) suivis par les troubles du psychisme (20%) et des troubles du langage et des apprentissages (22%). Parmi ces élèves, 45% bénéficient d une auxiliaire de vie scolaire : 54% dans le premier degré et 29% dans le second degré. Pour ce faire, l académie a recruté et formé 606 ETP d auxiliaire de vie scolaire, 215 ETP d assistant de scolarisation et contrats aidés. Pour accompagner cette évolution significative, l académie a ouvert de nouveaux dispositifs d inclusion scolaire dans le premier et le second degré ; au total ce sont 169 CLIS et 112 ULIS (90 en collège et 22 en lycée) qui scolarisent aujourd hui les élèves en situation de handicap dans nos établissements scolaires. >[contact] Affectation post-troisième L affectation en seconde générale, technologique et professionnelle dans les lycées publics a satisfait, dès le 21 juin 2013, 90,5% des élèves. Ce taux de satisfaction varie de 75% dans la voie professionnelle à 99,4% dans la voie générale et technologique, tous rangs de vœux confondus. A l issue des commissions d affectation, en moyenne académique, le taux de places vacantes diminue de façon significative en seconde professionnelle (9% en 2013, 11% en 2012, 18% en 2011). Il est stable depuis 3 ans à l entrée en CAP et représente 6% de la capacité d accueil. Ces données seront à analyser au regard des élèves réellement présents à la rentrée. >[contact] >source : enquêtes DGESCO-DEPP en Éducation prioritaire Au cours de l année scolaire 2012/13, élèves ont été scolarisés dans les écoles et établissements publics des réseaux de réussite scolaire (RRS) et des deux réseaux ECLAIR (Écoles, Collèges, Lycées pour l Ambition, l Innovation et la Réussite) dans le premier degré (110 écoles : 98 en RRS, 12 en ECLAIR) dans le second degré (19 collèges : 17 en RRS, 2 en ECLAIR) Les élèves de l éducation prioritaire représentent 6,5% des effectifs de l enseignement public de l académie (6,4% des écoliers et 6,7% des collégiens). Les préfets des études, créés à la rentrée 2012 dans les collèges en ECLAIR, ont trouvé leur place dans les équipes. Ils ont contribué à renforcer la cohérence entre les champs éducatif et pédagogique afin d assurer la réussite scolaire et l épanouissement personnel des élèves. Une école maternelle en RRS, l école Jean Moulin à Rennes, s est vu décerner le 12 juin 2013, par le Président de la République, le prix de l audace artistique pour son projet Ma cité idéale (voir page 25). soit 6,5% des élèves de l académie (public) er degré élèves scolarisés en RRS et ECLAIR nd degré >[contact]

17 en chiffres l actualité de l académie les chiffres clés 17 Réussite aux examens 2013 Baccalauréat Pour l admission des candidats qui se sont présentés au Bac en juin 2013, l académie de Rennes enregistre des taux de réussite qui la situent à nouveau dans le peloton de tête national. Prévisions d effectifs * (public et privé) Premier degré élèves étaient scolarisés dans le premier degré public et privé sous contrat à la rentrée 2012, contre à la rentrée Les effectifs attendus à la rentrée 2013 sont de élèves, soit une diminution de 64 élèves. (dont une baisse de 442 élèves pour le préélémentaire, une augmentation de 348 élèves pour l élémentaire et une augmentation de 30 élèves pour l enseignement spécialisé). Bac Bac Bac TOTAL général technologique professionnel* Nombre d admis Taux de réussite académique 94,8 % 90,5 % 84,4 % 91,2 % Taux de réussite national 91,9 % 86,7 % 78,1 % 87,0 % Hors séries agricoles - * Résultats partiels et provisoires Diplôme national du brevet Admis Taux de réussite Le taux de réussite globale au DNB Côtes d Armor ,0% dans l académie de Rennes est de 90,3% en juin Finistère ,4% Ille et Vilaine ,2% Morbihan ,2% Total académie ,8% y.c. séries agricoles >[contact] Second degré Les établissements du second degré ont accueilli élèves en (hors enseignement supérieur en lycée) contre à la rentrée Les effectifs devraient atteindre à la rentrée 2013, soit une augmentation de élèves. *au 30 juin 2013 >[contact] Dispositifs relais L académie de Rennes compte 17 dispositifs relais ouverts dans les deux réseaux d enseignement du second degré : 11 classes relais et 1 atelier relais dans le public, ainsi que 5 classes relais dans le privé. Les dispositifs relais s inscrivent dans une logique de fonctionnement partenarial avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et les Conseils généraux. Les 17 dispositifs relais ont accueilli environ 370 jeunes en situation de rejet de l institution scolaire. Ces effectifs sont à comparer avec ceux des élèves scolarisés dans les 388 collèges de l académie. >[contact] photo jm Guillotin rectorat com 3 ans d OCEPPA (Observatoire des Comportements des Élèves et des Pratiques de Prévention dans l Académie) : les tendances Avec moins de 50% de répondants, il est difficile de mesurer la réalité de la dynamique de prévention. Si la majorité des collèges ont une commission de suivi des élèves en difficulté, c est moins le cas en lycée. L éducation pour la santé se fait surtout en collège. L apprentissage de la Loi et des règles de vie collective est en augmentation régulière et générale. L absentéisme dit grave est en hausse, surtout en collège (de 439 cas à 505). Les conseils de discipline, en progression jusqu en 2010, semblent se stabiliser (572) mais les élèves y sont plus jeunes. Les exclusions sont la réponse pour 89% des cas, en augmentation pour les définitives. Les violences physiques sont en tête des comportements graves, suivies désormais des consommations de stupéfiants. Les travaux de l OCEPPA sont en ligne sur l intranet de l académie. >[contact]

18 en direct des établissements construire ses compétences 18 Les lycéens de Bac Pro souhaitent de plus en plus poursuivre leurs études en BTS et trouver à terme un emploi en lien avec la nature et le niveau de leur formation. Plusieurs lycées de l académie, notamment à Guingamp, Saint-Malo et Saint-Brieuc ont décidé de les préparer en amont pour leur donner les clés de la réussite en BTS et leur assurer une meilleure employabilité. Du Bac Pro au BTS : les clés de la réussite [brèves] Mieux accompagner : une démarche collective Depuis la rentrée 2010, l augmentation importante du flux des bacheliers professionnels accueillis dans les différentes sections de BTS marque un véritable changement d échelle (1). Cela s explique notamment par la réussite d un plus grand nombre d élèves au baccalauréat professionnel, par l existence d une réelle capacité d accueil dans certaines STS, ainsi que par le souhait des bacheliers professionnels de poursuivre des études supérieures (2). L adaptation aux exigences de ces formations en termes d autonomie, d analyse et de travail personnel peut engendrer des difficultés. Afin de limiter le taux de décrochage en cours de cycle et d améliorer le taux de réussite, un groupe de travail académique constitué d inspecteurs et de professeurs formateurs s est engagé dès 2008 dans une démarche de réflexion sur l accompagnement des parcours : après une phase d enquête et de diagnostic, les travaux ont abouti au développement d outils, à l animation de formations d initiatives locales et de groupes de secteurs portés par les enseignants concernés ou les BAPE. (1) 26% des étudiants inscrits en première année de STS sont titulaires du baccalauréat professionnel (source SAIO 2012) (2) 45% des bacheliers professionnels ont fait un vœu sur APB (source DEPP 2012) photo jm Guillotin rectorat com photos rectorat com académie de rennes Faciliter la transition Un groupe d enseignants de Bac Pro et d enseignants de STS propose depuis deux ans une expérience à 15 élèves volontaires du lycée Jacques Cartier à Saint-Malo. De la classe de première au premier semestre de BTS, ils bénéficient d ateliers pour travailler la confiance en soi, leur projet professionnel, leurs représentations du BTS, la méthodologie ainsi que les différences sur des disciplines que les élèves connaissent déjà telles que le français et l économie-droit. L organisation de ces séances interactives ou sous forme de jeux de rôles permet aux élèves de faire montre de leurs qualités et de dialoguer plus librement avec les enseignants. Ce dispositif est généralisé dans le cadre de l accompagnement personnalisé à compter de septembre dialoguer plus librement avec les enseignants Découvrir la réalité d un métier Les élèves des classes de première Bac Pro vente des lycées Jean Moulin à Saint-Brieuc et Jules Verne à Guingamp avaient pour mission, au cours de leur période de formation en milieu professionnel, d interviewer trois professionnels du secteur de la vente pour connaître leurs parcours de formation et leurs parcours professionnels. Les informations récoltées lors des interviews ont fait l objet d une mise en commun et nourrit une réflexion profs/élèves. Le constat est sans appel : les entreprises commerciales recrutent majoritairement après l obtention d un BTS commercial. La deuxième étape pour ces jeunes a donc été de découvrir, à l occasion d une demijournée, les BTS commerciaux susceptibles de les intéresser (Négociation et relation client, Management des unités commerciales, Techniques de commercialisation). Des professeurs sont venus présenter les spécificités, les exigences et les débouchés de ces BTS. Des étudiants et anciens étudiants ont également témoigné de leur expérience en STS. Cette expérimentation, axée essentiellement sur le projet d orientation en classe de première, vise également à motiver les élèves en terminale. Donner confiance aux élèves Les deux expérimentations sont totalement transposables à d autres établissements car les réflexions menées et les outils élaborés concernent tous types de BTS et ne reposent pas sur une approche de contenus disciplinaires. Quelle que soit l expérimentation, le ressenti des élèves est identique : ils prennent conscience des enjeux et des exigences du BTS, et appréhendent avec confiance la suite de leur parcours grâce à l écoute et à l aide des enseignants. >[contacts]

19 Le 7 décembre 2012, le CFAEN et Orange ont signé une convention de partenariat pour la mise en place en apprentissage du Bac Pro Système Électroniques Numériques, champs télécommunications et réseaux. Une première en France qui fait date! en direct des établissements construire ses compétences Partenariat CFAEN-Orange : une première qui fait date Il aura fallu deux ans de collaboration entre le CFAEN et la société Orange pour mettre au point ce premier partenariat historique. À l origine, ce partenariat a été envisagé en partant du constat que nous allions pâtir d une pénurie de profils techniques d ici Nous avons alors souhaité travailler en partenariat avec le CFAEN afin d aboutir à la mise en place d un cursus qui, par son dispositif d apprentissage, nous permette de former les futures techniciens d Orange, explique Madame Heringer-Jallot, directrice d Orange Ouest. Le partenariat a été officialisé le 7 décembre dernier avec la signature de la convention par Madame Françoise Jouany, directrice du CFAEN, et Madame Heringer-Jallot, en présence du recteur de l académie et de la DAFPIC. L objectif : former en alternance entre quarante et soixante apprentis sur 5 ans afin de répondre à un besoin de techniciens compétents en boucle locale dans les unités d intervention d Orange Bretagne et Pays de Loire. En parallèle, Orange s est également engagé à participer au financement de la formation. Si la signature de la convention n est intervenue qu en décembre, la première session de formation avait quant à elle démarré dès la rentrée 2012 avec 11 premiers apprentis répartis sur le territoire, notamment à Saint-Malo et Quimper. Une offre de formation en réseau Depuis 2006, le Centre de Formation des Apprentis de l Éducation nationale gère l apprentissage dans les lycées professionnels publics bretons. Le maillage de l ensemble de la région permet de proposer une réponse territoriale à la gestion des formations, des compétences et des emplois. Outre son implantation dans tout le territoire breton, le CFAEN est également très complet en termes d offre de formation. former en alternance entre 40 et 60 apprentis sur 5 ans Le centre intervient en effet dans tous les secteurs professionnels, de l alimentaire à l habillement, en passant par l électronique, le bâtiment ou encore l esthétique. Cette offre est construite en complémentarité avec les autres modes de formation : professionnelle initiale sous statut scolaire ou professionnelle continue. Un panel de formations extrêmement varié qui le différencie des CFA de branche et lui permet de répondre à des besoins pluriels, le rendant ainsi extrêmement compétitif. L apprentissage en lycée professionnel public c est un vrai gage de qualité, parce qu on y réussit bien, qu on y décroche moins et qu on s insère mieux, explique la directrice du CFAEN. Une nouvelle dynamique Ce premier partenariat entre une entreprise et le CFAEN devrait être suivi par de nouvelles collaborations. En effet, la direction du centre souhaite développer son tissu partenarial avec des entreprises en lien avec le service public. Le double objectif est de répondre aux besoins en apprentis de ces structures tout en développant des unités de formation ad hoc. Des négociations sont d ores et déjà en cours avec des entreprises de la région. Ce nouveau modèle collaboratif pourrait bien être suivi d initiatives similaires sur le territoire français. Avec ce partenariat, le CFAEN breton devient un modèle de développement économique possible pour d autres CFA académique, explique Françoise Jouany. Une belle dynamique qui s amorce et qui devrait prendre de l ampleur dans les années à venir. A suivre de près! Pour ouvrir une unité de formation en apprentissage dans votre établissement, >[contact] photo rectorat com [brèves] Le Tournoi de Gestion, une joute pour de futurs entrepreneurs En liaison avec les enseignements, ce tournoi permet aux lycéens de découvrir les principes fondamentaux de la gestion, de se sensibiliser à l entreprenariat et donc, de développer leur culture économique et managériale. 110 classes ont pris part à un quizz en ligne concernant l entreprise Bic. Les 24 classes demi-finalistes ont concouru lors d un jeu sérieux en ligne Simuland, simulant le "marché de la glisse". Chaque équipe gérait son entreprise de fabrication de planches de surf. Le 18 avril 2013, à Rennes, les 6 classes qualifiées se sont retrouvées pour la finale. Chaque équipe de 4 élèves a présenté au jury sa stratégie et a commenté les décisions prises durant le jeu. Le recteur a reçu les finalistes et leur a remis leurs récompenses. Comme les membres du jury, il a insisté sur la qualité des présentations des équipes et sur leur capacité à prendre des décisions de gestion pour développer une entreprise. >[contact] Les lauréats 2013 lors de la remise des prix 19

20 en direct des établissements construire ses compétences 20 Pour favoriser les évolutions encore indispensables, les proviseurs, les inspecteurs, les directeurs de CIO et des professeurs se sont réunis une journée en mai 2013, pour interroger collectivement la cohérence de ce qui a été mis en œuvre au cours des trois années du lycée. Dans chacun des 4 départements, ces échanges ont permis de réaffirmer la pertinence de l accompagnement personnalisé (AP) au lycée. Réaffirmer la pertinence de l accompagnement personnalisé au lycée [brèves] "Forum orientation 1 ère " en ligne Je ne sais absolument pas quoi faire après le lycée! Quelque chose qui me passionne! J ai envie de tout à la fois, vous avez des idées? Parfois indécis mais toujours curieux, consciencieux, pragmatiques, égarés ou déterminés, tel est le reflet des questionnements des élèves des classes de première de l académie. Du 8 au 19 avril 2013, pour la seconde année, ils ont pu s adresser directement, via Toutatice.fr, et grâce au Forum orientation 1 ère aux quatre universités bretonnes, aux C.I.O. et à la Dronisep. Ces regards croisés de professionnels ont enrichi chacun des fils de discussion, certains élèves faisant aussi part de leur expérience. Plus de 2000 élèves se sont appropriés l outil en se connectant dans l anonymat. Les questions déposées portent sur différents thèmes : domaines de formation, filières, passerelles, stages en entreprise, poursuites d études à l étranger Avec plus de vingt nouveaux messages par jour, ces échanges dédiés à l information et au premier conseil ont été réactifs. >[contact] photo jm guillotin rectorat com Que nous disent des lycéens de l accompagnement personnalisé? Deux établissements ont interrogé 549 élèves de toutes classes sur le sens qu ils ont trouvé à l accompagnement personnalisé dans leurs parcours de lycéen : - 45% d entre eux ont répondu que l AP leur avait permis d avoir de meilleures notes ; - 21% que l AP leur a permis de mieux s adapter aux exigences attendues sur le plan des méthodes ; - 20% que l AP leur a permis de travailler leur orientation et de préparer leur poursuite d études ; - 14% que l AP leur a permis de trouver de l aide face à des difficultés dans certaines matières. Dans un contexte de généralisation de l'ap, ces résultats témoignent de la grande diversité des attentes des élèves en la matière. L accompagnement personnalisé et les disciplines Reste que l AP, espace sans programme, n est défini que par ses objectifs (soutien, approfondissement, orientation, méthode) et que cela pose la question de ce qui un temps pour des apprentissages différents le rattache aux disciplines. C est un temps pour des apprentissages différents : développer des attitudes d autoévaluation permettant d élaborer des stratégies pour engager l avenir, travailler en groupe Mais aider l élève à construire ces compétences nécessite aussi de lui faire comprendre de quelle façon il peut transférer cet apprentissage dans d autres situations. Cela impose de réfléchir au transfert vers les disciplines et de l organiser. L accompagnement personnalisé et l orientation L AP donne aussi un temps d enseignement pour aider les élèves à construire des compétences en orientation. Face à un avenir incertain et à un monde de plus en plus complexe, une véritable formation à l orientation permet à l élève d apprendre à décrypter les environnements professionnels et de formation, à mettre à distance ses stéréotypes, à percevoir le caractère réversible et progressif de l orientation et à prendre des décisions concernant son avenir. Au service des disciplines ou de l orientation, la posture d enseignant en AP, décentrée de la transmission immédiate des savoirs, laissant à l élève le temps de chercher et produire à partir de supports souvent disciplinaires, reste essentielle pour la transmission de ces savoirs. >[contact]

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS Rectorat de Versailles 3, boulevard de Lesseps 78017 Versailles cedex Première académie de France,

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION

Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Projet de loi de finances 2014 DONNER À L ÉCOLE LES MOYENS DE SA REFONDATION Points clés n Le projet de loi de finances 2014 donne au ministère de l éducation nationale les moyens de mettre en œuvre la

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

La lettre. Sommaire. édito. Contacts. Novembre 2014 Equipes éducatives. Le WO, un outil support pour l'orientation Le WO dans l'académie,

La lettre. Sommaire. édito. Contacts. Novembre 2014 Equipes éducatives. Le WO, un outil support pour l'orientation Le WO dans l'académie, Novembre 2014 Equipes éducatives La lettre édito Tout au long de cette année, votre lettre WO vous accompagnera dans vos usages liés au webclasseur orientation : l utilisation dans l académie, des témoignages,

Plus en détail

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire

Contribution des TICE à l évolution du système éducatif. Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Contribution des TICE à l évolution du système éducatif Anne-Marie BARDI IGEN honoraire Vision d acteur / Vision de chercheur Expérience durable Variété des fonctions Diversité des niveaux et des disciplines

Plus en détail

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires Mai 2013 - direction générale de l enseignement scolaire La loi d orientation, de programmation pour la refondation

Plus en détail

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser

RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser RENTRÉE 2014 MODE D EMPLOI Repérer les évolutions et bien s organiser Édito Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous présenter dans ce document le fruit de presque deux longues années de concertation

Plus en détail

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse

Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier. Jeudi 22 août 2013. Conférence de presse Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance d un vrai métier Jeudi 22 août 2013 Conférence de presse Sommaire Accompagnement des élèves en situation de handicap : la reconnaissance

Plus en détail

Aide individualisée, aide personnalisée

Aide individualisée, aide personnalisée Aide individualisée, aide personnalisée Sujet d étude du stage international des inspecteurs en 2010 «Aide individualisée, aide personnalisée Comment les systèmes éducatifs des pays visités prennent- ils

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Séminaire bi-bassins Antony - Vanves vendredi 28 novembre 2014 Comment s organise la lutte contre le décrochage scolaire dans l académie de Versailles?

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

«collèges numériques et innovation pédagogique»

«collèges numériques et innovation pédagogique» 1 Appel à projets «collèges numériques et innovation pédagogique» Appel à projets 1 opéré dans le cadre de l'action "plan numérique pour l'école" du Programme d'investissement d'avenir 1 Version soumise

Plus en détail

Projet Bring your own device

Projet Bring your own device Projet Bring your own device Apportez votre appareil numérique" Mai 2015 Jean-Jacques GOINEAU Professeur - COTIC Introduction : Que signifie Bring your own device? Il s agit de permettre aux usagers, en

Plus en détail

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques»

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques» CONVENTION REGIONALE POUR LA PROMOTION DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES FILLES ET LES GARÇONS, LES HOMMES ET LES FEMMES DANS LE SYSTEME EDUCATIF Convention partenariale entre : - Le Préfet de la Région

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008 DOSSIER DE PRESSE Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne L ART AU SERVICE DE L ÉDUCATION DANS UN CADRE SCOLAIRE Présentation Saison Culturelle 2007/2008 Conférence de presse du lundi 22 octobre 2007

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels.

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels. Délégation académique à la formation des personnels de l Éducation nationale [Dafpen] Cahier des charges - cadre Volet 1 : Contexte et Orientations ************* Plan académique de la formation continue

Plus en détail

Séquences pédagogiques téléchargeables pour la classe. Conférences et interviews pour la formation. Sélection de ressources documentaires

Séquences pédagogiques téléchargeables pour la classe. Conférences et interviews pour la formation. Sélection de ressources documentaires Le site de l ABCD de l égalité fournit des ressources pour accompagner l expérimentation qui se déroule pendant l année scolaire 2013-2014 dans dix académies volontaires et concerne 275 écoles et plus

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Collège Jean-Jacques Rousseau Argenteuil. Projet numérique. Leçon du jour: Le t.n.i.

Collège Jean-Jacques Rousseau Argenteuil. Projet numérique. Leçon du jour: Le t.n.i. Collège Jean-Jacques Rousseau Argenteuil Projet numérique Leçon du jour: Le t.n.i. Année scolaire 2013-2014 Le collège Jean-Jacques Rousseau en quelques chiffres Le collège est classé en éducation prioritaire

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE ACADOMIA RCS PARIS 349 367 557 ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE 810858_AcadomiaSalon_Broch_12p_148x210.indd 1 29/10/2015 11:48 DES ATELIERS DE SOUTIEN APRÈS L ÉCOLE UNE PLATEFORME NUMÉRIQUE DE

Plus en détail

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne Dossier de Presse Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne 13 octobre 2014 Communiqué de presse «Bretagne Très Haut Débit» Rennes, le 13 octobre 2014 Le projet «Bretagne Très Haut Débit», porté par Mégalis

Plus en détail

Délégation académique à l éducation aux médias

Délégation académique à l éducation aux médias Délégation académique à l éducation aux médias 1 5 En cette rentrée de l année 2015/2016, l importance de l Éducation aux médias et à l information dans la mobilisation de l École pour les valeurs de la

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique»

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» documentation : un vade-mecum, documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» 1 I Pourquoi, pour quoi, comment innover? L innovation n est pas une fin en soi elle existe depuis

Plus en détail

Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires. Commune de Four. Jeudi 16 mai 2013 à 20h

Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires. Commune de Four. Jeudi 16 mai 2013 à 20h Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires Commune de Four Jeudi 16 mai 2013 à 20h Réforme des rythmes scolaires Une réforme qui s'impose à nous Reportée à la rentrée de septembre 2014 mais

Plus en détail

Parmi ces projets, le Conseil général des Alpes-Martimes a souhaité mettre à disposition d élèves en situation de handicap, des tablettes tactiles.

Parmi ces projets, le Conseil général des Alpes-Martimes a souhaité mettre à disposition d élèves en situation de handicap, des tablettes tactiles. 4 ème Trophée des Actions Éducatives La tablette tactile au service du handicap Depuis plus d un an, le programme Tice des Alpes-Maritimes, dans le cadre de sa veille technologique, s est emparé des nouveaux

Plus en détail

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire»

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Séminaire «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Lycée du Haut Val de Sèvre Saint Maixent l École 16 avril 2014 Cette action est cofinancée par l union européenne Bilan du séminaire Contexte

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Rencontre des Directeurs d'accueil Collectif de Mineurs

Rencontre des Directeurs d'accueil Collectif de Mineurs Association départementale des FRANCAS des Bouches du Rhône Rencontre des Directeurs d'accueil Collectif de Mineurs En partenariat avec Jeudi 6 février 2014 Centre Social Estaque Séon 323, rue Rabelais

Plus en détail

«Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE»

«Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE» «Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE» Stagiaires premier et second degrés et CPE à mi-temps terrain et mi-temps ESPE Les principes de formation retenus identiques

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le cadre Le cadre PDMF -Parcours de Découverte des Métiers et des Formations Mis en place en 2008, généralisé

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Service Public Régional de l Orientation :

Service Public Régional de l Orientation : Service Public Régional de l Orientation : Signature de la convention de coordination tripartite entre l État, l'académie de Montpellier, et la Région Languedoc-Roussillon -Jeudi 2 juillet 2015- Espace

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Le nouveau a été mis en place en septembre 2012 pour remplacer les BTS : AGTL (Animation et gestion du tourisme local) et VPT

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

construisons ensemble les savoirs de demain

construisons ensemble les savoirs de demain construisons ensemble les savoirs de demain «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

Les sites de l Onisep

Les sites de l Onisep Les sites de l Onisep Toute l info sur les métiers et les formations au niveau national onisep.fr Choisir mes études : un mode d'emploi sur l'organisation des études au collège, au lycée et les poursuites

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

ville de metz / éducation nationale PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL DE LA VILLE DE METZ

ville de metz / éducation nationale PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL DE LA VILLE DE METZ ville de metz / éducation nationale PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL DE LA VILLE DE METZ 2014 2017 Sommaire P.3 Préambule P.4 1. Le Projet Éducatif Territorial : un cadre d action pour trois ans P.4 QU EST-CE

Plus en détail

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION Strasbourg, le 20 décembre 2013 REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci de

Plus en détail

DES TABLETTES TACTILES DANS LES LYCÉES

DES TABLETTES TACTILES DANS LES LYCÉES LA RÉUNION, TERRE D AVENIR PLAN ORDINATEUR PORTABLE POP DES TABLETTES TACTILES DANS LES LYCÉES DOSSIER DE PRESSE 05 MAI 2014 POINT D ÉTAPE AU LYCÉE DE BRAS FUSIL 1 Sommaire LE DISPOSITIF D ÉGALITÉ DES

Plus en détail

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 Dossier de Presse Vendredi 31 août 2012 Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 RENTREE 2012 85 623 élèves attendus pour les premier et second degrés, (soit 3 637 de plus

Plus en détail

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013 Dossier de presse Juin 2013 Sports.gouv.fr Le ministère en charge des Sports lance son nouveau site d informations et de services en ligne pour le grand public et les acteurs du sport Sommaire 1/ Un nouveau

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF

LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF LE DISPOSITIF FÉDÉRAL DE FORMATION ou DFF La formation constitue un outil au service du projet politique décliné au niveau local. Elle contribue au rayonnement de l USEP au sein des départements et des

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

GUIDE DES ÉTUDES. MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation. Master 2. Mention Encadrement Éducatif

GUIDE DES ÉTUDES. MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation. Master 2. Mention Encadrement Éducatif École Supérieure du Professorat et de l Éducation Lille Nord de France GUIDE DES ÉTUDES Master 2 MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation Mention Encadrement Éducatif Année

Plus en détail

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE NOUVEAUX ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 VENDREDI 4 JUILLET 2014-14H SALLE HENRI-MARTIN - HÔTEL DE VILLE CAHORS SOMMAIRE Communiqué de presse page 3 Les axes du projet éducatif

Plus en détail

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail