UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE"

Transcription

1 UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Une première approche Mémoire de Diplôme Universitaire d'éducation thérapeutique Michel Mazuez Septembre 2013

2 REMERCIEMENTS A toutes les personnes qui m'ont apporté aide et soutien au cours de cette année de formation: L'équipe de l'utep : Dr Alfred Penfornis, Dr Cécile Zimmermann, Dr Jérome Combes, Mme Laurence Philippe, Mme Christine Kavan, Mme Marie-Laure Roz ainsi que les intervenants extérieurs qui ont animé chaque séance, pour la qualité de l'enseignement dispensé. L'équipe d'éducation thérapeutique de la maison de santé de Baume les Dames : Dr David Landry, Mme Julie Fontaine et leur coordinatrice, Mme Alexandra Prushankin. Le Dr J.-G. Jeannot à Neuchâtel dont l'expertise en Internet médical me sert chaque jour au travers de ses Tweets, et en utilisant les applications de recherche qu'il a développées. A mes associés dans la SCP de Médecine Générale de Chaux des Crotenay-Foncine le Haut, qui ont pallié avec dévouement mes absences répétées. A mon épouse et mes filles qui ont toléré patiemment tout ce temps passé devant de multiples écrans.

3 «Vous qui avez affaire à l'homme malade, vous avez affaire à l'homme, bien entendu. Mais très souvent mal entendu. Car il arrive que le regard que nous portons sur l'homme malade soit accommodé si fixement sur la maladie que nous cessons de voir l'homme et nous ne comprenons plus alors ce qu'est sa maladie». Henri a dit sur Twitter : Vaut mieux apprendre aux jeunes à nager que de dresser un mur devant l océan. Avertissement : Ce mémoire doit beaucoup à l'écoute régulière et attentive de «Place de la Toile», émission consacrée aux cultures du numérique, diffusée sur France Culture et réalisée par Xavier de la Porte. Une grande aide m'a été apportée par la lecture de l'ouvrage : Thoër C. et Lévy J-J. Internet et Santé,Québec : Presses de l'université du Québec, 2012, 482 p. Même si aucune référence n'est issue directement de l'ouvrage, les multiples liens cités (dont le portail Internet et Santé) et les références citées m'ont permis de très rapidement définir les grandes lignes de mon travail. La compilation des sources et des documents par les flux informatiques des réseaux sociaux n'est sans doute pas très «universitaire», mais elle a le mérite de reproduire fidèlement la stratégie utilisée par nos patients pour trouver des informations-santé, et de coller au plus près à l actualité très rapidement évolutive des techniques et utilisations liées aux technologies numériques. Ce qui d'ailleurs rend ce travail nécessairement inachevé car figeant à un instant T ce qui est un flux ininterrompu...

4 TABLE DES ABREVATIONS NTIC: technologies de l'information et de la communication ETP : Education Thérapeutique DMP : Dossier Médical Personnel CDOM CNOM : Conseil Départemental national de l'ordre des médecins FEMASAC : Fédération des maisons de santé Comtoises LEXIQUE Toile Web Net : termes équivalents décrivant l'accès en réseau via Internet à des pages reliées par des liens. Hardware : ce sont les ordinateurs, les téléphones intelligents, les tablettes ainsi que leurs extensions : écrans, câbles... Software : ce sont les logiciels(les «applications») initialement chargés, ou téléchargés dans le hardware mais dorénavant accessibles par connexion Internet. Smartphone ou téléphone intelligent : téléphone mobile disposant de fonctions telles que agenda, calendrier, navigation,connexion web, GPS, appareil photo. Tablette: ordinateur portable avec écran tactile comportant les mêmes fonctions que les smartphones. Internet : avec une majuscule ; on devrait plutôt parler de «l'internet», pour rappeler que ce n'est qu'une technologie... Internaute, mobinaute : usager du web, via ordinateur fixe ou solution mobile (ordinateur portable, smartphone, tablette). Post posté : billets publié sur un réseau social comme Facebook. Mur : le lieu où sont affichés les posts par tous les «amis» dans un ordre antéchronologique. Amis : personnes qui partagent sur un réseau social (abonnés sur Twitter. D'où le terme «Défriender» = supprimer un ami de sa liste. Tweet : court message (140 signes maximum) publié sur Twitter. Microbogging Blogue ou blog : site web utilisé pour la publication régulière de billets. Courriel ou mail ou courrier électronique Chat ou tchat ou clavardage: échanges par messagerie instantanée. Métadata ou métadonnées: données issues de la synthétisation des toutes les caractéristiques (thème, lieu, date, personnes...) des informations échangées dans un flux numérique. Cloud ou cloud computing (francisé en informatique dématérialisée) :sauvegarde des données informatiques dans des serveurs distants.

5 SOMMAIRE PROBLEMATIQUE... 1 SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE I. DEFINITIONS, CHIFFRES, UTILISATION Définitions a. Les chiffres (France) b. Pour quelle utilisation 2. Internet et santé II. INTERNET COMME EXTENSION DU MILIEU DE VIE Le milieu de vie, et ses extensions techniques a. Rappel historique b. Les spécificités des Technologies de l'information 2. La fracture numérique 3. La littératie III. LES DIFFERENTES COMPOSANTES D'INTERNET La recherche d'informations 2. Les courriels ( mail ) 3. La messagerie instantanée 4. Le Web 2.0 IV. PATIENTS ET MEDECINS FACE A INTERNET Les médecins, les soignants 2. Les patients a. Les interrogations des patients b. Les associations de patients 3. Promouvoir la qualité des informations san a. Les risques de dérapage générés par les NTIC b. Les outils de régulation V. INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Les éléments structurants de l'etp a. HAS et INPES b. Les freins au développement de l'etp

6 2. NTIC et ETP 3. NTIC, ETP et soins primaires 4. Les différents outils et logiciels à disposition a. Les liens informatifs basiques b. Les sites internet c. Les forums d. Les réseaux sociaux e. Les plates-formes à vocation spécifique f. Les agrégateurs de liens g. Les rappels par système de relance VI NTIC et ETP INTEGREE AUX SOINS DE PREMIER RECOURS Faisabilité 2. Avantages a. Pour les patients b. Pour l'équipe de soignants 3. Inconvénients a. Les réseaux sociaux b. Blogues et sites Internet 4. Les obligations de discrétion, secret médical 5. Les objectifs CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ELABORATION DU PROJET 1. Premiers pas D'où je pars? Les outils a. Premières connexions b. Outils complémentaires

7 4. Education thérapeutique et réseau social médical a. Ouverture du compte b. Le texte d'invitation c. Demande d'autorisation d. Les premières publications e. Outils de présentation f. Les premiers contacts g. Evaluation des outils testés h. Applications utilisées 5. Rencontres et discussions...56 a. Une Maison Médicale pratiquant l'etp b. Un médecin expert d'internet 6. Echéances et mise en place SYNTHESE PERSONNELLE... 59

8 ANNEXES TABLE DES ILLUSTRATIONS : COPIES D'ECRAN Copie d'écran 1 : paramètres de confidentialité sur Facebook Copie d'écran 2 : paramètres de filtrage des contacts sur Facebook Copie d'écran 3 : paramétrage du compte Twitter Copie d'écran 4 : protéger les tweets Copie d'écran 5 : page du Cabinet Médical Copie d'écran 6 : création d'un groupe Facebook Copie d'écran 7 : paramètres du groupe "Réseau Social Médical" Copie d'écran 8 : Pearltrees, liens sur la sclérose en plaques Copie d'écran 9 : présentation d'un lien sous Scoop.it Copie d'écran 10 : les premiers posts publiés sur Facebook Copie d'écran 11 : idem et exemple de conversation Copie d'écran 12 : idem Copie d'écran 13 : page d'accueil dr_mmzz Copie d'écran 14 : tweets de la page dr_mmzz Annexe 1: texte d'invitation à la "médecine 2.0" TEXTES

9 PROBLEMATIQUE La recherche d informations médicales par les patients sur Internet semble ne susciter encore que peu de questionnement argumenté de la part des soignants, hésitant entre la suspicion et l indifférence. Pourtant ce mode de partage et d acquisition des connaissances mérite d être mieux analysé. Une étude succincte de ce que représentent en temps de connexion les sites médicaux illustre l importance du problème, rendant d'autant plus nécessaire de cerner comment toutes ces informations peuvent agir sur les représentations qu ont les patients sur leur santé. Lorsqu on se place sur le plan de soins «classiques», où le soignant délivre l information au patient, l intrusion de l Internet dans la relation peut être ressentie comme une concurrence, ou même une remise en cause du «savoir médical». Pourtant, le patient est le meilleur «limier» dans la recherche d informations sur la pathologie qui le concerne : il a le temps pour lui et peut se faire aider par des personnes atteintes de la même pathologie (forums, groupes de patients). L'utilisation des réseaux sociaux permet de fédérer un grand nombre de connaissances éparses avec une efficacité qui soutient la comparaison avec la recherche médicale classique. Pour autant, laisser le patient se débrouiller seul avec une masse de données dont il ne saura pas faire la synthèse, ni en évaluer la pertinence très variable, est certainement dommageable. C est à ce niveau que l éducation thérapeutique peut avoir un rôle à jouer, en se servant des interrogations non résolues du patient pour mieux l aider à gérer sa maladie. Ma question : est-il possible de faire entrer cette «intelligence partagée» dans un projet d éducation thérapeutique en médecine générale, en se servant au mieux de ce que les techniques de l information et de la communication peuvent apporter, soit la connaissance et le partage. 1

10 D où les axes de recherche à envisager : 1) Prendre acte de la présence de l'univers Internet et de l'internaute collectant des informations concernant la santé. 2) Corriger les fausses ou mauvaises interprétations véhiculées par le Web. 3) Utiliser la souplesse des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) : - pour améliorer la qualité et le délai des réponses personnalisées aux patients (courriels, textos) hors consultation - pour aider les patients à mieux cerner les problèmes non encore éclaircis dans leur pathologie, donc à mieux nous questionner (et oser nous questionner) - pour co-gérer l acquisition des connaissances (patient contributeur) - pour diversifier les outils utilisés lors des séances d éducation thérapeutique. 2

11 SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE I. DEFINITIONS, CHIFFRES, UTILISATION 1. Définitions ( Sources = Wikipedia, consultées au cours du 1er trimestre 2013 ) Internet (années 70, issu de ARPANET, système de gestion à distance des informations militaires aux USA) est un système d'interconnexion de machines et constitue un réseau informatique mondial, utilisant un ensemble standardisé de protocoles de transfert de données. C'est donc un réseau de réseaux, sans centre névralgique, composé de millions de réseaux aussi bien publics que privés, universitaires, commerciaux et gouvernementaux. Internet transporte un large spectre d'informations et permet l'élaboration d'applications et de services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web. Le World Wide Web (années 90, développé au CERN à Genève), littéralement la «toile (d araignée) mondiale», communément appelé le web, le Web, et parfois la toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L image de la toile d'araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles. Le Web n est qu'une des applications d Internet ; distincte d autres applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, et le partage de fichiers en pair à pair. Le Web a été inventé plusieurs années après Internet, mais c est lui qui a rendu les médias grand public attentifs à Internet. Depuis, le Web est fréquemment confondu avec Internet ; en particulier, le mot Toile est souvent utilisé dans les textes non techniques sans qu il désigne clairement le Web ou Internet. Hypertexte : Étymologiquement, le préfixe hyper- suivi de la base -texte renvoie au dépassement des contraintes de la linéarité du texte écrit. Un système hypertexte est un système contenant des nœuds liés entre eux par des hyperliens permettant de passer automatiquement d'un nœud à un autre. Un document hypertexte est donc un document qui contient des hyperliens et des nœuds. Un nœud est une «unité minimale d'information», notion assez floue qui signifie simplement que l'information d'un nœud sera toujours présentée entière. Les liens entre les parties du texte sont gérés par ordinateur et permettent 3

12 d'accéder à l'information d'une manière associative ou, tout au moins, d'une façon de naviguer personnalisée, de manière non linéaire, au gré de l'utilisateur. La notion d'hypertexte est associée au web et à l'internet, qui ont permis son développement, mais l'encyclopédie de Diderot, en tant qu'«enchaînement des connaissances» est reconnue comme l'ancêtre de l'hypertexte contemporain et de Wikipédia. Les notions de technologies de l'information et de la communication (TIC) et de nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l'informatique, de l'internet et des télécommunications. Ce qu'on appelle communément «Internet» est donc : 1) l'acquisition par toute une société de connaissances et de représentations collectives par l'utilisation du World Wide Web en «surfant» de lien hypertexte en lien hypertexte pour collecter des informations, 2) ensuite l'utilisation des réseaux sociaux pour les partager, avec 3) une extension récente et très rapidement diffusée vers les usages mobiles. Le Web 2.0 (apparu au début des années 2000) est l'évolution du Web vers plus de simplicité (ne nécessitant pas de grandes connaissances techniques ni informatiques pour les utilisateurs) et d'interactivité (permettant à chacun, de façon individuelle ou collective, de contribuer, d'échanger et de collaborer sous différentes formes). L'expression «Web 2.0» désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme originelle du web1, en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier les nouvelles fonctionnalités du web. Ainsi, les internautes contribuent à l'échange d'informations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social 2.0 L'internaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. Réseau social : l expression «médias sociaux» recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l interaction sociale (entre individus ou groupes d'individus), et la création de contenu. soit «un groupe d applications en ligne qui se fondent sur la philosophie et la technologie du net et permettent la création et l échange du contenu généré par les utilisateurs» 4

13 Les médias sociaux utilisent l intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d individus qui collaborent créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles. Les médias sociaux utilisent beaucoup de techniques, telles que les flux RSS et autres flux de syndication Web, les blogues, les wikis, le partage de photos, le vidéo-partage, des podcasts, les réseaux sociaux, le bookmarking collaboratif, les mashups, les mondes virtuels, les microblogues... a. Les chiffres ( France ) 41,2 millions de Français ont utilisé Internet en 2012, en augmentation de 3% sur un an. Ils y ont passé en moyenne 40 heures et 47 minutes par mois en utilisant le téléphone mobile qui affiche une très forte progression (+24%), les tablettes (+138% soit 2,3 millions d'utilisateurs) 1. 31,6 millions de personnes ont regardé une vidéo sur Internet en juillet 2012, contre 27 millions un an plus tôt. Facebook est le premier réseau social en France avec au mois de décembre 2012, et 32,3 millions de visiteurs uniques sur ordinateur personnel, 16,1 millions de "mobinautes" sur smartphone et 2,2 millions sur tablettes.. Twitter a 5,5 millions d'abonnés en France, en augmentation de 53% en 1 an. Un internaute Français sur 4 a plus de 55 ans, et cette classe d'âge compte le plus grand nombre d'utilisateurs en Europe (environ 10 heures par semaine), en particulier sur les forums. 4 français sur 5 ont accès à l'internet à leur domicile et 80% des français possèdent au moins un ordinateur (7 sur 10 sont des portables). Les seniors (> 70 ans) sont 36% à posséder un ordinateur (+ 8 % en 1 an). 1 Challenges. Page Web: audience du Net, les 10 chiffres clé à retenir en Consulté le 05 mai 2013, 1 p. chiffres-cles-a-retenir.html 5

14 Les personnes à revenu faible (< 900 mensuel) sont 59% à posséder un ordinateur (+ 10% en 1 an). Les ans sont 98% à posséder un ou plusieurs ordinateurs 2. b. Pour quelle utilisation? Le temps mensuel moyen passé sur Internet est 25 heures en France (32 heures aux USA). 22% de ce temps est consacré aux réseaux sociaux, 20% aux recherches diverses via les moteurs de recherche, 20% à la lecture de contenus, 19% à la communication (courriels). Les recherches concernant la santé sont classées en 3ème position des activités les plus appréciées par les internautes, après les courriels, les recherches via moteurs, mais avant les «Informations», le divertissement et les achats 3. En temps passé sur Internet, les recherches concernant la santé viennent en 6ème position (après les courriels, les informations sur les biens et les services, les comptes bancaires, l'approfondissement des connaissances). Sur les 5 heures de temps libre des Français chaque jour, la moitié est consacrée à la télévision et à Internet. Chaque jour, les Français passent un peu plus de 2 heures devant la télévision et 33 minutes sur Internet sur les 5 heures de temps libre dont ils disposent en moyenne. Si le temps passé devant la télévision est 5 fois plus important que celui consacré à Internet, ce rapport a tendance à diminuer avec l'âge ; le point de bascule est proche où la consommation télévisuelle et les connexions Internet fusionneront sur un même écran (et avec une utilisation «multitâche», l'un et l'autre de concert). 2 Jourmal du net. Page Web : les français passent la moitié de leur temps libre devant un écran. Edité le 10 novembre 2011, 1 p. 3 Site Passion-Net. Page Web: le temps passé sur internet, comment est-il utilisé? Infographie, édité le 22 mai 2012, 1 p. 6

15 Les hommes de 15 à 24 ans passent 2h 02 minutes devant la télévision, 16 minutes devant la télévision mais en utilisant aussi un ordinateur, et 1h 23 devant un ordinateur uniquement. Cette catégorie est la plus consommatrice d'internet durant son temps de loisirs, devant les femmes de la même classe d'âge et les hommes de ans. Quel que soit l'âge, les hommes passent plus de temps sur Internet que les femmes 4. NOTA BENE Toutes ces données sont en évolution constante, une décélération de la pente actuelle va sans doute être observée du fait de la saturation progressive de tous les outils et activités informatiques par toutes les couches de la population (âge, catégorie socioprofessionnelle...) et bien sûr du fait de la limite chronométrique à l'utilisation. Tout en sachant que la capacité d'invention de nouveaux outils communicants, jointe à l'éclosion incessante de nouvelles pratiques relance sans cesse le processus. 2. Internet et santé 93,2 % des personnes utilisatrices d Internet interrogées ont utilisé Internet pour rechercher des informations concernant un sujet de santé au cours des 12 mois précédant l'enquête. Ce sont surtout des femmes, d'âge moyen (39ans), avec un niveau d'études supérieures et bien intégrées au système de santé (88 % déclarent avoir un médecin régulier) et qui déclarent : - accorder une très grande confiance dans la capacité des médecins - mais avoir aussi de fortes attentes concernant cette relation avec le médecin - pour 75%, désirer que les médecins leur donnent davantage d'explications concernant leur état de santé ou les traitements existants - pour 65%, désirer que les médecins écoutent davantage ce qu'ils ressentent 4 Jourmal du net. Page Web : les français passent la moitié de leur temps libre devant un écran. Edité le 10 novembre 2011, 1 p. 7

16 - estimer que les informations données par les médecins sont difficiles à comprendre ou que leurs conseils sont difficiles à appliquer dans la vie quotidienne (près d'un tiers) 5. Plus d'un français sur 2 consulte des sites santé et plus d un malade sur trois en ALD serait prêt à devenir un e-patient. 33% des internautes français ont déjà échangé sur la santé sur le web et 11% le font au moins 1 fois par mois. Les recherches portent principalement sur une maladie ou un problème de santé (92%) et dans plus de la moitié des cas elles concernent les maladies chroniques (cancer, diabète, insuffisance rénale ), dont les traitements et les médicaments pour 63% des connexions. Le web renforce la relation médecin-patient. Les informations trouvées sur le net permettent de mieux prendre en charge sa santé ou celle de ses proches pour 61% des utilisateurs, permettent des échanges plus riches (58%) et renforcent la confiance dans les médecins. Les recherches d informations avant une consultation (19%) sont essentiellement réalisées pour mieux comprendre ce que le médecin va dire (63%), pour pouvoir discuter avec lui du traitement (53%) ou pour poser de meilleures questions (42%). Les recherches réalisées après une consultation (34% des internautes santé) sont destinées à chercher des informations complémentaires sur la maladie (72%) ou sur les médicaments et les traitements (44%). L'utilisation actuelle de l'internet-santé permet de définir 6 groupes par rapport à l utilisation des outils informatiques : - Les déconnectés = 15% : réticents à utiliser le Web. - Les méfiants = 24% : n'ont pas assez confiance pour chercher des informations-santé, et préfèrent en parler directement à leur médecin ou pharmacien. - Les détachés = 12% : n'éprouvent pas le besoin de chercher des informations. - Les occasionnels = 27% : font des recherches uniquement pour s'informer. - Les adeptes = 13% : utilisent fréquemment le Web pour chercher des informations-santé. 5 INSERM. Renahy E., Parizot I., Lesieur S., Chauvin P. Enquète WHIST: enquète web sur la habitudes de recherce liées à la santé sur internet. Novembre 2007, 20 p. 8

17 - Les communicants = 13% : font de très nombreuses recherches et contribuent à la diffusion de ces informations 6. Mais les lignes bougent très rapidement : la première mutation majeure provient d un changement de comportement des patients, qui sont devenus des e-patients. De 30 % à 60 % des Français (Baromètre Orange, février 2011) ont recherché de l information de santé sur le web. Et la santé est leur septième raison de fréquenter le web (Ipsos Public Affairs, 2010). Un quart environ souffrent d une maladie chronique. Le e-patient ne cherche pas que des informations sur une maladie, des médicaments ou des techniques pour rester en bonne santé, il est aussi en demande de dialogue plus approfondi avec son médecin. Ainsi, 17 % des internautes recherchant de l information de santé veulent être capables de poser des questions précises à leur médecin avant d aller le voir. On constate un changement de comportement depuis deux ans. En 2010, les internautes 7 recherchaient des informations de santé sur le web sans aucun lien avec une visite médicale, alors qu en janvier 2012 (Viavoice pour Pasteur Mutuelle), 50 % le font après avoir consulté un professionnel de santé, et 40 % avant de le consulter. 25 % des individus disent ne pas avoir demandé l avis d un professionnel de santé parce que l information trouvée sur Internet leur était suffisante. Ceci révèle un phénomène croissant d auto-diagnostic via le web pour choisir médicaments et traitements sans avis médical,. II. INTERNET COMME EXTENSION DU MILIEU DE VIE 1. Le milieu de vie, et ses extensions techniques a. Rappel historique L humanité a depuis «l aube des temps» intégré dans des objets techniques les savoirs acquis, permettant d assurer sa maîtrise sur le monde extérieur (Leroi-Gourhan : Milieu et 6 Enquète TNS SOFRES et LauMa Communication réalisée le 4 février 2013: les Français et l'internet santé. Infographie, 1 p net. Page Web: Patient 2.0 : un changement profond de la relation médecin-patient ayant un impact sur le secteur de la santé. 18 juin 2012, 1 p. 9

18 techniques, Paris Albin Michel, 1945) : le propulseur des chasseurs du paléolithique, les civilisations hydrauliques de Mésopotamie et l'irrigation, la machine à vapeur Ces technologies rétroagissent sur l'évolution de l'humanité, en permettant le «progrès», entre autre par la «mise en mémoire» de ces savoirs (art rupestre, galets striés du magdalénien, écriture sur tablettes à Sumer, sur papyrus en Egypte, livre imprimé...). Durant la période contemporaine, la technique instrumentale a fusionné avec mémorisation des savoirs, créant un effet d'accélération vertigineux ; en même temps les technologies, de tout temps extérieures à l'homme, se sont aujourd'hui intégrées au sein même du vivant (exemple ludique : la «Wii»). Dans ce mouvement, la transmission des connaissances, et leur échange, prend une place majeure par ce qu'on appelle les technologies de l'information et de la communication (les NTIC) par le biais des «outils communicants» (ordinateurs, smartphones, tablettes...) qui sont à la fois technologie, mémoire, applications incorporées dites «soma-technologiques», vecteur de nouveaux moyens de connaissance et terreau fertile pour de nouvelles «méta-technologies». L' Internet est un milieu qui progressivement s'est associé à ce qui est notre «milieu de vie» : nous ne pouvons en décréter l'inutilité, ni justifier notre indifférence. Il est parmi nous, et non à côté, reproduisant le bouleversement anthropologique d'il y a 5000 ans par l'invention de l'écriture, ouvrant à la philosophie et aux premiers textes littéraires ; ou celui du moyen âge par la diffusion des savoirs et l'émancipation progressive des hommes grâce aux livres imprimés. Lorsque la diffusion d'une technique concerne de manière brutale des centaines de millions de personnes, il devient urgent de prendre la mesure de ce milieu plutôt que de l'ignorer ou le critiquer. Faisant le parallèle avec le dualisme corps-esprit, il n'y a pas plus de dualisme numérique avec la «vraie vie» d'un côté et la virtualité du Net de l'autre, mais bien une interpénétration parfaitement concrète 8. Peut-on laisser chaque internaute subir/développer une représentation collective de la santé sans que l'expertise des «savants» (médecins, chercheurs) n'organise, ne structure la masse infinie de données et de méta-données (c'est à dire ce qu'apporte en connaissance globale la sommation de toutes les connaissances parcellaires : les métadata sont la base de l'expansion de Google, de Facebook...)? Il y avait des bibliothécaires dans l'alexandrie des Ptolémées ; Luther a fait confiance à des clercs pour instruire la Réforme, mais ce n'est pas aux fabricants 8 Bernard STIEGLER, page Internet 10

19 de papyrus ou de calames ni aux imprimeurs que l'on a confié le soin de modeler la diffusion des savoirs à leur guise (ou dans leur seul intérêt...). b. Les spécificités des Technologies de l'information La grande différence apportée par les NTIC est que chacun se trouve en position de non seulement acquérir des connaissances, mais encore d'en produire par lui-même de nouvelles, et à un niveau supérieur, de créer de nouveaux outils ou de nouveaux usages qui accéléreront encore l'expansion et l'efficacité du média. Les lignes bougent entre l'élève et le professeur, le consommateur et le producteur, le lecteur et l'éditeur, l'internaute et le développeur de lignes de code, le soignant et le soigné... La position d'expert est donc appelée à évoluer, en ce sens qu'il ne se positionnera plus en surplomb, mais à côté (aux côtés) de celui qui est était l'élève, le citoyen, le patient, tous devenant co-acteurs de l'action entreprise. Ce qui au final explique pourquoi la demande pressante actuelle des patients de participer activement à la gestion de leur santé se développe parallèlement à la progression de l'utilisation des NTIC. 2. La fracture numérique Il faut encore une fois prendre garde de considérer la situation actuelle comme figée. A la fois l'âge et les revenus (et même le lieu d'habitat : voir l'explosion de l'utilisation des smartphones en Afrique) sont de moins en moins un facteur limitant pour l'utilisation des NTIC. Seul le handicap mental profond sera toujours un empêchement persistant, tout en prenant en compte ce que les NTIC et la e-médecine peuvent déjà apporter aux aidants de ces personnes. Un des objectifs de l'utilisation des NTIC est de justement de pouvoir communiquer avec les groupes qui ont besoin d'une aide et qui ne le font pas pour des raisons d'isolement social, ou de handicap physique majeur (pensons à l'astrophysicien Stephen Hawking). La diminution du coût du matériel et des connexions laisse penser que là est une clef de leur resocialisation. Vont arriver à l'âge de la retraite dans les 10 prochaines années des personnes qui auront vécu le développement des NTIC depuis l'âge de 30 à 40 ans: l'utilisation «naturelle» de ces outils va se conjuguer avec le temps disponible. 11

20 Est-ce que la fracture numérique, au vu de la croissance exponentielle des utilisateurs et des utilisations, ne va pas plutôt concerner ceux qui en négligent l'importance ou l'existence, bien plus que ceux de moins en moins nombreux qui n'y ont pas accès? 3. La littératie Posséder un ordinateur, avoir une connexion Internet et en maîtriser intuitivement le fonctionnement ne débouche pas forcément sur une plus grande aptitude à acquérir des connaissances. Chaque progrès apporté par les NTIC peut s'opposer terme à terme avec un risque de mauvaise utilisation, surtout si la pratique n'a fait l'objet d'aucune pédagogie. Il est facile de se réfugier derrière la notion de «digital native» pour désigner la génération née après 1985, de façon à se défausser de toute obligation éducative ouvrant à la bonne utilisation de ces outils. Internet : le bon et le moins bon : Facilité d'utilisation Rapidité des échanges Anonymat Interactivité Exhaustivité Universalité Fracture numérique Absence de profondeur... théorique Labilité, peu durable Pléthore Dispersion Le terme de littératie a été proposé pour définir cet objectif de maîtrise de l'outil informatique. La littératie est «l aptitude à comprendre et à utiliser l information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.» 9.. Précisons que la littératie s'applique à toutes les sources d'information, écrits, télévision, journaux : l'agence de la Santé Publique du Canada estime que 60% des adultes et 88% des seniors ont un faible niveau de littératie en santé (http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/hl- 9 Revue Médicale Suisse. Kieffer B.:littératie en santé et Web novembre 2012, 1 p. 12

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin)

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin) Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin Evolution de l équipement 2011-2014 France 2011 (Credoc) Bretagne 2012 (Marsouin) France 2013 (Credoc)

Plus en détail

Travail collaboratif à distance

Travail collaboratif à distance UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI FACULTE POLYDISCIPLINAIRE LARACHE 2012-2013 Travail collaboratif à distance P r o f e sse u r A z iz M A B ROU K P r. a z i z. m a b r o u k. f p l @ g m a i l. c o m S.E.G

Plus en détail

INTERNET, C'EST QUOI?

INTERNET, C'EST QUOI? INTERNET, C'EST QUOI? Internet, c'est quoi? «Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et

Plus en détail

Synthèse EC LMGPN451. Connaissance des principaux logiciels d accès à l information et de collaboration

Synthèse EC LMGPN451. Connaissance des principaux logiciels d accès à l information et de collaboration Synthèse EC LMGPN451 Connaissance des principaux logiciels d accès à l information et de collaboration 1) La mobilité et les outils collaboratifs dans la dynamique projet Communication synchrone : Le premier

Plus en détail

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014 Les internautes français et la confiance numérique Lundi 7 avril 2014 Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1007 individus âgés de 15 ans et plus. La représentativité de l échantillon

Plus en détail

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Les questions sont résumées en bleu ; les réponses figurent en noir. NB en dernier lieu je réponds

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011 Forum sur les réseaux sociaux Activité de la rentrée Association des étudiants de l'université du 3e âge Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012. Numéro 228

Performances Veille. Système d Information. Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012. Numéro 228 Performances Veille Système d Information Semaine 25 du 18 au 24 juin 2012 Numéro 228 TABLE DES MATIÈRES LA GÉNÉRATION Y DÉFIE LA DSI... 2 SOLUTIONS LINUX : BIG DATA ET BI OPEN SOURCE FONT BON MÉNAGE 01

Plus en détail

RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015

RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015 RÉSUMÉ DU CONTENU DE LA RÉUNION IATICE ÉCONOMIE ET GESTION DU 02 ET 03 FEVRIER 2015 Cette réunion annuelle s est déroulée à Dijon, au lycée Le Castel. Elle a réuni les IATICE économie et gestion des différentes

Plus en détail

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités.

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Charte informatique Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Préambule L'entreprise < NOM > met en œuvre un système d'information et

Plus en détail

Le travail collaboratif et l'intelligence collective

Le travail collaboratif et l'intelligence collective THÈME INFORMATION ET INTELLIGENCE COLLECTIVE Pour l organisation, l information est le vecteur de la communication, de la coordination et de la connaissance, tant dans ses relations internes que dans ses

Plus en détail

Notre planète mobile : Suisse

Notre planète mobile : Suisse Notre planète mobile : Suisse Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2013 1 Synthèse Les smartphones font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. Le taux de pénétration du smartphone

Plus en détail

COURS BASIQUES SUR MICROSOFT «VACANCES UTILES 2014»

COURS BASIQUES SUR MICROSOFT «VACANCES UTILES 2014» COURS BASIQUES SUR MICROSOFT «VACANCES UTILES 2014» Période de formation du 04 au 20 août 2014 Dirigé par: Armand Gaetan NGUETI Expert et encadreur Microsoft Chef du département Microsoft d'agenla Academy

Plus en détail

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction

En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, Introduction Introduction La nature, pour être commandée, doit être obéie.» Francis Bacon, peintre anglo-irlandais. En 2010, on compte environ 1,65 milliard d utilisateurs d internet, soit un quart de la population

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE SUR LES SERVICES NUMÉRIQUES UNR - RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE ÉQUIPEMENT ET USAGES CHEZ LES ÉTUDIANTS MARS 2009 Présentation de l'enquête Les universités d'angers,

Plus en détail

PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7

PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7 BIEN VIVRE A SAINT ALBAN LEYSSE PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7 Les Réseaux Un réseau est constitué de plusieurs ordinateurs pouvant communiquer ensemble. Un réseau commence avec 2 ordinateurs

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

La clé USB nomade - La mobilité logicielle

La clé USB nomade - La mobilité logicielle UTILISER LA Framakey DANS LES COURS ET EN DEHORS DE COURS. La mobilité logicielle. La clé USB nomade - La mobilité logicielle 1 Qu'est ce que la Framakey?... 2 2 Où télécharger la Framakey?...2 3 Le matériel

Plus en détail

claroline classroom online

claroline classroom online de la plate-forme libre d'apprentissage en ligne Claroline 1.4 Manuel Révision du manuel: 06/2003 Créé le 07/09/2003 12:02 Page 1 Table des matières 1) INTRODUCTION...3 2) AFFICHER LA PAGE DE DEMARRAGE...3

Plus en détail

DOSSIER SUR LA VEILLE

DOSSIER SUR LA VEILLE DOSSIER SUR LA VEILLE Les professeurs documentalistes sont amenés à effectuer un travail autour de la veille afin d assurer leur propre culture mais aussi celle des usagers et enfin il devient important

Plus en détail

Outils etwinning : mode d'emploi

Outils etwinning : mode d'emploi Outils etwinning : mode d'emploi Inscription à etwinning 1ère étape : Données sur l'utilisateur 2ème étape : Préférences de jumelage 3ème étape : Données sur l'école 4ème étape : Profil de l'école Outil

Plus en détail

PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives

PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives PRESTATIONS 2012-2013 Nouvelles technologies éducatives Unité des nouvelles technologies éducatives Faculté des sciences de l éducation Université Saint-Joseph de Beyrouth Les prestations UNTE 2012-2013

Plus en détail

SOMMAIRE. C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?...

SOMMAIRE. C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?... 2 SOMMAIRE C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?... 4 C2i en licence L1...5 Programme d enseignement - référentiels de compétences

Plus en détail

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé QUESTIONS REPONSES INTERNET ET SANTÉ Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé LE CONTEXTE Dispose t-on de données relatives à la fréquentation

Plus en détail

Chapitre 1. Présentation générale de l Internet

Chapitre 1. Présentation générale de l Internet Chapitre 1. Présentation générale de l Internet Sommaire Chapitre 1. Présentation générale de l Internet... 1 1. Vue d ensemble d Internet... 2 1.1. Introduction... 2 1.2. Définition de l Internet... 2

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

epatient, epharma: comment le Web modifie les relations

epatient, epharma: comment le Web modifie les relations epatient et epharmacie: comment se modifie la relation, Genève (16.6.2015) Page 1 epatient, epharma: comment le Web modifie les relations Prof Olivier Bugnon Christine Bienvenu, @Tinaburger, epatiente

Plus en détail

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com

Bibliothèque Esparron en livres. www.esparron-en-livres.com Les réseaux sociaux Chapitre 1 : Les réseaux sociaux Chapitre 2 : 14 moyens pour être plus visible sur Facebook Chapitre 3 : Comment créer un compte Facebook Chapitre 4 : Statistiques en France Les réseaux

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE

CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE 1.1 C est quoi l INTERNET? C est le plus grand réseau télématique au monde, créé par les Américains et issu du réseau ARPANET (Advanced Research Projects Agency ). Ce dernier

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE 1 METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Architectures Numériques d'informations. Usages, Contenus et Technologies. Paris, 2 juillet 2010 L emprunteur se fait rare 2 Evolution

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Document d'orientation. Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS

Document d'orientation. Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS PROJETS STRATÉGIQUES "Deux-Sèvres Autrement" Document d'orientation Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS A - Le projet Le contexte Des usages numériques de plus

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Travail collaboratif et à distance. DFGSM 2 Pr. F. Kohler 2012/2013

Travail collaboratif et à distance. DFGSM 2 Pr. F. Kohler 2012/2013 Travail collaboratif et à distance. DFGSM 2 Pr. F. Kohler 2012/2013 Définition et domaines Travail mettant en jeux plusieurs acteurs à distance Organisation du travail : Agenda, Annuaire, liste de diffusion,

Plus en détail

Les Ateliers d'epice MEMO - AIDE

Les Ateliers d'epice MEMO - AIDE Les Ateliers d'epice MEMO - AIDE C'est quoi, un atelier?...2 S'inscrire aux ateliers...4 Participer à un atelier...6 Créer un atelier... 12 Modifier mon profil / me désinscrire des ateliers... 14 Aide

Plus en détail

Notre planète mobile : France

Notre planète mobile : France Notre planète mobile : France Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2013 1 Synthèse Les smartphones font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. En France, le taux de pénétration

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION 1. Objet CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes conditions générales d utilisation ont pour objet de préciser les conditions dans lesquelles VINS BIO ET NATURE autorise l utilisateur à utiliser

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE Résultats de l enquête réalisée par internet en novembre 2011 auprès de 2 315 individus âgés de 15 ans et plus, en conformité avec la loi n 78-17 relative à l'informatique, aux

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE

DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE Art. 1 Objectifs du service 1.1 Le Sistema Bibliotecario Consortile A. Panizzi reconnaît l'importance d'internet afin d'accomplir

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Cloud Computing : forces et faiblesses

Cloud Computing : forces et faiblesses Chapitre 7 Cloud Computing : forces et faiblesses 1. Présentation Cloud Computing : forces et faiblesses Le monde informatique a connu une véritable révolution ces dernières années avec l'apparition d'un

Plus en détail

E Learning Campus. Introduction et offre de formation

E Learning Campus. Introduction et offre de formation E Learning Campus Offre faite par : Private International Institute of Management & Technology (PIIMT) Introduction et offre de formation Qu'est ce que le e learning? Principe Le E Learning est le terme

Plus en détail

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013 Windows 8 Module 5 13. Configurer sa messagerie à l aide de l application Courrier Windows 8 et Windows RT offrent un outil dédié à la messagerie. Cette application, appelée simplement Courrier, vous propose

Plus en détail

Contenus détaillés des habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial

Contenus détaillés des habiletés du Profil TIC des étudiants du collégial Contenus détaillés des habiletés du des étudiants du collégial Auteur(s) : Équipe de travail du réseau REPTIC. Version originale REPTIC Version en date du : 5 octobre 2009 Comment citer ce document : Équipe

Plus en détail

Observatoire des écrans connectés

Observatoire des écrans connectés Observatoire des écrans connectés Poursuivre l Observatoire de l internet mobile et aller plus loin! Smartphones, tablettes la multiplication des écrans connectés modifie la consommation des médias Comment

Plus en détail

PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES

PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES Sommaire ARTICLE 1. DONNÉES PERSONNELLES QUE NOUS RECUEILLONS ARTICLE 2. DONNÉES RELATIVES A LA CONSULTATION DU SITE o 2.1. L'intérêt de voir s'afficher des

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

Internet et prévention. Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes

Internet et prévention. Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes Internet et prévention Communiquer sur la santé sexuelle en direction des jeunes internautes Journées Annuelles de Santé Publique 1 décembre 2011 I- CONTEXTE : les jeunes français (15-24 ans) et Internet

Plus en détail

Cyber harcèlement : c est une forme de harcèlement conduite par les technologies numériques de communication (Internet, SMS, Appels ).

Cyber harcèlement : c est une forme de harcèlement conduite par les technologies numériques de communication (Internet, SMS, Appels ). Bashing : (mot qui désigne en anglais le fait de frapper violemment, d'infliger une raclée). Lorsque le bashing se déroule sur la place publique, il s'apparente parfois à un «lynchage médiatique». Le développement

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

INTERNET. Etsup 2012 Florian.jacques@etsup.com

INTERNET. Etsup 2012 Florian.jacques@etsup.com INTERNET Etsup 2012 Florian.jacques@etsup.com Extraits de «Guide de l'informatique 6: Internet et les pages web» et «Guide de l'informatique 7: le courrier électronique» sur softonic.fr http://onsoftware.softonic.fr/guide-de-linformatique-6-internet-et-les-pages-web

Plus en détail

Le travail collaboratif : guide des services

Le travail collaboratif : guide des services Le travail collaboratif : guide des services Composants génériques par fonctionnalités Atelier «L expert comptable intégré au cœur de l entreprise cliente» Pôle LE CABINET DU FUTUR www.experts comptables.fr/65

Plus en détail

Le référentiel national de compétences du C2i niveau 1

Le référentiel national de compétences du C2i niveau 1 Le référentiel national de compétences du C2i niveau 1 Il a été une première fois défini dans la circulaire n 2005-051 du 7/04/2005 parue au B.O. n 15 du 14/04/2005 :"Le référentiel national du C2i niveau

Plus en détail

Notre planète mobile : Canada

Notre planète mobile : Canada Notre planète mobile : Canada Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2012 1 LES TÉLÉPHONES INTELLIGENTS ONT TRANSFORMÉ LE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS 2 Le téléphone intelligent représente

Plus en détail

Moodle-UTMB Guide de l Etudiant Mes premiers pas

Moodle-UTMB Guide de l Etudiant Mes premiers pas Moodle-UTMB Guide de l Etudiant Mes premiers pas Guide de l Etudiant Page 1 SOMMAIRE 1. Présentation... 3 1.1. Objectif du document... 3 1.2. Accès au serveur Moodle de L'Université... 3 1.3. Plus de documentation...

Plus en détail

Communiquer avec un ou plusieurs interlocuteurs. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité

Communiquer avec un ou plusieurs interlocuteurs. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Communiquer avec un ou plusieurs interlocuteurs Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité Dimensions de la communication inter-humaine Synchrone ou asynchrone

Plus en détail

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES?

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? Colloque «Les écrans et les jeunes : quelle place, quelle offre, quelles évolutions?» 9 décembre 2014 Direction des études et de la prospective

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Le courrier électronique

Le courrier électronique Le courrier électronique Le courrier électronique ou e-mail est le service le plus utilisé d'internet. Il permet l'échange rapide de messages mais aussi de fichiers entre internautes à travers le monde.

Plus en détail

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Honolulu 14 3 Sommaire Honolulu 14 le portail Intranet / Internet de votre entreprise PARTIE 1 -MANUEL UTILISATEUR 1. LE PORTAIL HONOLULU : PAGE D ACCUEIL 8 1.1 Comment

Plus en détail

GUIDE DES ÉTUDIANT(ES) POUR DECclic

GUIDE DES ÉTUDIANT(ES) POUR DECclic GUIDE DES ÉTUDIANT(ES) POUR DECclic Table des matières Terminologie... 2 Lexique des forums... 2 Lexique des salons de clavardage... 3 Lexique des répertoires... 4 Lexique du carnet de bord... 4 1. Accéder

Plus en détail

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE...

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE... Approbation : CC-120424-3691 Amendement : Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S U J E T : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. TABLE

Plus en détail

Charte d'utilisation des systèmes informatiques

Charte d'utilisation des systèmes informatiques Charte d'utilisation des systèmes informatiques I. Préambule Les outils informatiques mis à la disposition des agents de la commune de Neufchâteau se sont multipliés et diversifiés au cours de ces dernières

Plus en détail

Maîtriser son identité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Maîtriser son identité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Maîtriser son identité numérique Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Au début du Web, l utilisateur était passif et se contentait de feuilleter des pages contenant du texte

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Fiche de l'awt Le modèle peer to peer

Fiche de l'awt Le modèle peer to peer Fiche de l'awt Le modèle peer to peer L'arrivée du peer to peer (point à point) bouleverse le modèle traditionnel client-serveur. Dorénavant, toute application peut être à la fois client et serveur. Quels

Plus en détail

Quel outil numériques pour répondre à un besoin de communication dans un projet collectif?

Quel outil numériques pour répondre à un besoin de communication dans un projet collectif? La production de documents numériques, dans le cadre d un projet collectif, s appuie sur la recherche, l échange, le stockage, le partage, la publication ou la diffusion de nombreuses informations et ressources.

Plus en détail

PETIT LEXIQUE L INBOUND MARKETING

PETIT LEXIQUE L INBOUND MARKETING PETIT LEXIQUE DE L INBOUND MARKETING «Pratiquez le marketing que les gens recherchent» Voici de quoi vous apprendre à parler inbound marketing! Ce lexique n a pas vocation à être exhaustif, mais présente

Plus en détail

Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad. Pour les utilisateurs (enseignants, élèves)

Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad. Pour les utilisateurs (enseignants, élèves) Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad Pour les utilisateurs (enseignants, élèves) 18/12/2014 Date : 18/12/2014 Editeur : Auteur(s) : Délégation Académique du Numérique pour l'éducation

Plus en détail

augmenter votre visibilité sur internet

augmenter votre visibilité sur internet moteurs de recherche: référencement & positionnement augmenter votre visibilité sur internet Un guide écrit par Fabrice Perrin & Nicolas Jan blue-infinity Genève blue-infinity est une société leader dans

Plus en détail

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux

Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Un outil de communication et de Formation Agricole au service des jeunes ruraux Tablette Verte Plan Contexte Présentation de la Tablette Verte Objectifs Consistance Avantages Contexte Une forte affluence

Plus en détail

Gestion collaborative de documents

Gestion collaborative de documents Gestion collaborative de documents ANT box, le logiciel qui simplifie votre GED Les organisations (entreprises, collectivités, associations...) génèrent chaque jour des millions de documents, e-mails,

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

I) Présentation Certification e-réputation

I) Présentation Certification e-réputation La certification e-réputation valide les compétences d un internaute à créer et à valoriser son image personnelle (construire son identité et surveiller sa réputation numérique) ou celle de son organisation

Plus en détail

L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux

L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux Printemps des réseaux sociaux 14 avril 2015 Guillaume Ducharme Directeur des communications et

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Pôle 3 : Mon cabinet, une entreprise performante

Pôle 3 : Mon cabinet, une entreprise performante Pôle 3 : Mon cabinet, une entreprise performante Rapporteur délégué : Denis BARBAROSSA Atelier 2 : «Cloud Computing : Mythe ou réalité?», Simple phénomène de mode ou réponse nécessaire à l évolution des

Plus en détail

Comment le Health 2.0 peut contribuer à l'autonomie éclairée du citoyen. Sarah Cruchet, Célia Boyer, Maria-Ana Simonet et Vincent Baujard

Comment le Health 2.0 peut contribuer à l'autonomie éclairée du citoyen. Sarah Cruchet, Célia Boyer, Maria-Ana Simonet et Vincent Baujard Comment le Health 2.0 peut contribuer à l'autonomie éclairée du citoyen. Sarah Cruchet, Célia Boyer, Maria-Ana Simonet et Vincent Baujard Sarah Cruchet Fondation Health On the Net 81 Boulevard de la Cluse

Plus en détail

Utilisation et usage d Internet

Utilisation et usage d Internet 1 résultats Utilisation et usage d Internet Internet s est imposé Quelque soit leur âge ou leur sexe, près de neuf jeunes sur dix déclarent utiliser Internet. Cette imposante proportion indique indubitablement

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers Responsable webmarketing International chez Jymeo Auteur de deux livres en web analytique aux éditions ENI Formateur et consultant indépendant

Plus en détail