UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE"

Transcription

1 UNIVERSITE DE FRANCHE-COMTE Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Une première approche Mémoire de Diplôme Universitaire d'éducation thérapeutique Michel Mazuez Septembre 2013

2 REMERCIEMENTS A toutes les personnes qui m'ont apporté aide et soutien au cours de cette année de formation: L'équipe de l'utep : Dr Alfred Penfornis, Dr Cécile Zimmermann, Dr Jérome Combes, Mme Laurence Philippe, Mme Christine Kavan, Mme Marie-Laure Roz ainsi que les intervenants extérieurs qui ont animé chaque séance, pour la qualité de l'enseignement dispensé. L'équipe d'éducation thérapeutique de la maison de santé de Baume les Dames : Dr David Landry, Mme Julie Fontaine et leur coordinatrice, Mme Alexandra Prushankin. Le Dr J.-G. Jeannot à Neuchâtel dont l'expertise en Internet médical me sert chaque jour au travers de ses Tweets, et en utilisant les applications de recherche qu'il a développées. A mes associés dans la SCP de Médecine Générale de Chaux des Crotenay-Foncine le Haut, qui ont pallié avec dévouement mes absences répétées. A mon épouse et mes filles qui ont toléré patiemment tout ce temps passé devant de multiples écrans.

3 «Vous qui avez affaire à l'homme malade, vous avez affaire à l'homme, bien entendu. Mais très souvent mal entendu. Car il arrive que le regard que nous portons sur l'homme malade soit accommodé si fixement sur la maladie que nous cessons de voir l'homme et nous ne comprenons plus alors ce qu'est sa maladie». Henri a dit sur Twitter : Vaut mieux apprendre aux jeunes à nager que de dresser un mur devant l océan. Avertissement : Ce mémoire doit beaucoup à l'écoute régulière et attentive de «Place de la Toile», émission consacrée aux cultures du numérique, diffusée sur France Culture et réalisée par Xavier de la Porte. Une grande aide m'a été apportée par la lecture de l'ouvrage : Thoër C. et Lévy J-J. Internet et Santé,Québec : Presses de l'université du Québec, 2012, 482 p. Même si aucune référence n'est issue directement de l'ouvrage, les multiples liens cités (dont le portail Internet et Santé) et les références citées m'ont permis de très rapidement définir les grandes lignes de mon travail. La compilation des sources et des documents par les flux informatiques des réseaux sociaux n'est sans doute pas très «universitaire», mais elle a le mérite de reproduire fidèlement la stratégie utilisée par nos patients pour trouver des informations-santé, et de coller au plus près à l actualité très rapidement évolutive des techniques et utilisations liées aux technologies numériques. Ce qui d'ailleurs rend ce travail nécessairement inachevé car figeant à un instant T ce qui est un flux ininterrompu...

4 TABLE DES ABREVATIONS NTIC: technologies de l'information et de la communication ETP : Education Thérapeutique DMP : Dossier Médical Personnel CDOM CNOM : Conseil Départemental national de l'ordre des médecins FEMASAC : Fédération des maisons de santé Comtoises LEXIQUE Toile Web Net : termes équivalents décrivant l'accès en réseau via Internet à des pages reliées par des liens. Hardware : ce sont les ordinateurs, les téléphones intelligents, les tablettes ainsi que leurs extensions : écrans, câbles... Software : ce sont les logiciels(les «applications») initialement chargés, ou téléchargés dans le hardware mais dorénavant accessibles par connexion Internet. Smartphone ou téléphone intelligent : téléphone mobile disposant de fonctions telles que agenda, calendrier, navigation,connexion web, GPS, appareil photo. Tablette: ordinateur portable avec écran tactile comportant les mêmes fonctions que les smartphones. Internet : avec une majuscule ; on devrait plutôt parler de «l'internet», pour rappeler que ce n'est qu'une technologie... Internaute, mobinaute : usager du web, via ordinateur fixe ou solution mobile (ordinateur portable, smartphone, tablette). Post posté : billets publié sur un réseau social comme Facebook. Mur : le lieu où sont affichés les posts par tous les «amis» dans un ordre antéchronologique. Amis : personnes qui partagent sur un réseau social (abonnés sur Twitter. D'où le terme «Défriender» = supprimer un ami de sa liste. Tweet : court message (140 signes maximum) publié sur Twitter. Microbogging Blogue ou blog : site web utilisé pour la publication régulière de billets. Courriel ou mail ou courrier électronique Chat ou tchat ou clavardage: échanges par messagerie instantanée. Métadata ou métadonnées: données issues de la synthétisation des toutes les caractéristiques (thème, lieu, date, personnes...) des informations échangées dans un flux numérique. Cloud ou cloud computing (francisé en informatique dématérialisée) :sauvegarde des données informatiques dans des serveurs distants.

5 SOMMAIRE PROBLEMATIQUE... 1 SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE I. DEFINITIONS, CHIFFRES, UTILISATION Définitions a. Les chiffres (France) b. Pour quelle utilisation 2. Internet et santé II. INTERNET COMME EXTENSION DU MILIEU DE VIE Le milieu de vie, et ses extensions techniques a. Rappel historique b. Les spécificités des Technologies de l'information 2. La fracture numérique 3. La littératie III. LES DIFFERENTES COMPOSANTES D'INTERNET La recherche d'informations 2. Les courriels ( mail ) 3. La messagerie instantanée 4. Le Web 2.0 IV. PATIENTS ET MEDECINS FACE A INTERNET Les médecins, les soignants 2. Les patients a. Les interrogations des patients b. Les associations de patients 3. Promouvoir la qualité des informations san a. Les risques de dérapage générés par les NTIC b. Les outils de régulation V. INTERNET ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Les éléments structurants de l'etp a. HAS et INPES b. Les freins au développement de l'etp

6 2. NTIC et ETP 3. NTIC, ETP et soins primaires 4. Les différents outils et logiciels à disposition a. Les liens informatifs basiques b. Les sites internet c. Les forums d. Les réseaux sociaux e. Les plates-formes à vocation spécifique f. Les agrégateurs de liens g. Les rappels par système de relance VI NTIC et ETP INTEGREE AUX SOINS DE PREMIER RECOURS Faisabilité 2. Avantages a. Pour les patients b. Pour l'équipe de soignants 3. Inconvénients a. Les réseaux sociaux b. Blogues et sites Internet 4. Les obligations de discrétion, secret médical 5. Les objectifs CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ELABORATION DU PROJET 1. Premiers pas D'où je pars? Les outils a. Premières connexions b. Outils complémentaires

7 4. Education thérapeutique et réseau social médical a. Ouverture du compte b. Le texte d'invitation c. Demande d'autorisation d. Les premières publications e. Outils de présentation f. Les premiers contacts g. Evaluation des outils testés h. Applications utilisées 5. Rencontres et discussions...56 a. Une Maison Médicale pratiquant l'etp b. Un médecin expert d'internet 6. Echéances et mise en place SYNTHESE PERSONNELLE... 59

8 ANNEXES TABLE DES ILLUSTRATIONS : COPIES D'ECRAN Copie d'écran 1 : paramètres de confidentialité sur Facebook Copie d'écran 2 : paramètres de filtrage des contacts sur Facebook Copie d'écran 3 : paramétrage du compte Twitter Copie d'écran 4 : protéger les tweets Copie d'écran 5 : page du Cabinet Médical Copie d'écran 6 : création d'un groupe Facebook Copie d'écran 7 : paramètres du groupe "Réseau Social Médical" Copie d'écran 8 : Pearltrees, liens sur la sclérose en plaques Copie d'écran 9 : présentation d'un lien sous Scoop.it Copie d'écran 10 : les premiers posts publiés sur Facebook Copie d'écran 11 : idem et exemple de conversation Copie d'écran 12 : idem Copie d'écran 13 : page d'accueil dr_mmzz Copie d'écran 14 : tweets de la page dr_mmzz Annexe 1: texte d'invitation à la "médecine 2.0" TEXTES

9 PROBLEMATIQUE La recherche d informations médicales par les patients sur Internet semble ne susciter encore que peu de questionnement argumenté de la part des soignants, hésitant entre la suspicion et l indifférence. Pourtant ce mode de partage et d acquisition des connaissances mérite d être mieux analysé. Une étude succincte de ce que représentent en temps de connexion les sites médicaux illustre l importance du problème, rendant d'autant plus nécessaire de cerner comment toutes ces informations peuvent agir sur les représentations qu ont les patients sur leur santé. Lorsqu on se place sur le plan de soins «classiques», où le soignant délivre l information au patient, l intrusion de l Internet dans la relation peut être ressentie comme une concurrence, ou même une remise en cause du «savoir médical». Pourtant, le patient est le meilleur «limier» dans la recherche d informations sur la pathologie qui le concerne : il a le temps pour lui et peut se faire aider par des personnes atteintes de la même pathologie (forums, groupes de patients). L'utilisation des réseaux sociaux permet de fédérer un grand nombre de connaissances éparses avec une efficacité qui soutient la comparaison avec la recherche médicale classique. Pour autant, laisser le patient se débrouiller seul avec une masse de données dont il ne saura pas faire la synthèse, ni en évaluer la pertinence très variable, est certainement dommageable. C est à ce niveau que l éducation thérapeutique peut avoir un rôle à jouer, en se servant des interrogations non résolues du patient pour mieux l aider à gérer sa maladie. Ma question : est-il possible de faire entrer cette «intelligence partagée» dans un projet d éducation thérapeutique en médecine générale, en se servant au mieux de ce que les techniques de l information et de la communication peuvent apporter, soit la connaissance et le partage. 1

10 D où les axes de recherche à envisager : 1) Prendre acte de la présence de l'univers Internet et de l'internaute collectant des informations concernant la santé. 2) Corriger les fausses ou mauvaises interprétations véhiculées par le Web. 3) Utiliser la souplesse des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) : - pour améliorer la qualité et le délai des réponses personnalisées aux patients (courriels, textos) hors consultation - pour aider les patients à mieux cerner les problèmes non encore éclaircis dans leur pathologie, donc à mieux nous questionner (et oser nous questionner) - pour co-gérer l acquisition des connaissances (patient contributeur) - pour diversifier les outils utilisés lors des séances d éducation thérapeutique. 2

11 SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE I. DEFINITIONS, CHIFFRES, UTILISATION 1. Définitions ( Sources = Wikipedia, consultées au cours du 1er trimestre 2013 ) Internet (années 70, issu de ARPANET, système de gestion à distance des informations militaires aux USA) est un système d'interconnexion de machines et constitue un réseau informatique mondial, utilisant un ensemble standardisé de protocoles de transfert de données. C'est donc un réseau de réseaux, sans centre névralgique, composé de millions de réseaux aussi bien publics que privés, universitaires, commerciaux et gouvernementaux. Internet transporte un large spectre d'informations et permet l'élaboration d'applications et de services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web. Le World Wide Web (années 90, développé au CERN à Genève), littéralement la «toile (d araignée) mondiale», communément appelé le web, le Web, et parfois la toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L image de la toile d'araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles. Le Web n est qu'une des applications d Internet ; distincte d autres applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée, et le partage de fichiers en pair à pair. Le Web a été inventé plusieurs années après Internet, mais c est lui qui a rendu les médias grand public attentifs à Internet. Depuis, le Web est fréquemment confondu avec Internet ; en particulier, le mot Toile est souvent utilisé dans les textes non techniques sans qu il désigne clairement le Web ou Internet. Hypertexte : Étymologiquement, le préfixe hyper- suivi de la base -texte renvoie au dépassement des contraintes de la linéarité du texte écrit. Un système hypertexte est un système contenant des nœuds liés entre eux par des hyperliens permettant de passer automatiquement d'un nœud à un autre. Un document hypertexte est donc un document qui contient des hyperliens et des nœuds. Un nœud est une «unité minimale d'information», notion assez floue qui signifie simplement que l'information d'un nœud sera toujours présentée entière. Les liens entre les parties du texte sont gérés par ordinateur et permettent 3

12 d'accéder à l'information d'une manière associative ou, tout au moins, d'une façon de naviguer personnalisée, de manière non linéaire, au gré de l'utilisateur. La notion d'hypertexte est associée au web et à l'internet, qui ont permis son développement, mais l'encyclopédie de Diderot, en tant qu'«enchaînement des connaissances» est reconnue comme l'ancêtre de l'hypertexte contemporain et de Wikipédia. Les notions de technologies de l'information et de la communication (TIC) et de nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l'informatique, de l'internet et des télécommunications. Ce qu'on appelle communément «Internet» est donc : 1) l'acquisition par toute une société de connaissances et de représentations collectives par l'utilisation du World Wide Web en «surfant» de lien hypertexte en lien hypertexte pour collecter des informations, 2) ensuite l'utilisation des réseaux sociaux pour les partager, avec 3) une extension récente et très rapidement diffusée vers les usages mobiles. Le Web 2.0 (apparu au début des années 2000) est l'évolution du Web vers plus de simplicité (ne nécessitant pas de grandes connaissances techniques ni informatiques pour les utilisateurs) et d'interactivité (permettant à chacun, de façon individuelle ou collective, de contribuer, d'échanger et de collaborer sous différentes formes). L'expression «Web 2.0» désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme originelle du web1, en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier les nouvelles fonctionnalités du web. Ainsi, les internautes contribuent à l'échange d'informations et peuvent interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois avec le contenu et la structure des pages, mais aussi entre eux, créant ainsi notamment le Web social 2.0 L'internaute devient, grâce aux outils mis à sa disposition, une personne active sur la toile. Réseau social : l expression «médias sociaux» recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l interaction sociale (entre individus ou groupes d'individus), et la création de contenu. soit «un groupe d applications en ligne qui se fondent sur la philosophie et la technologie du net et permettent la création et l échange du contenu généré par les utilisateurs» 4

13 Les médias sociaux utilisent l intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d individus qui collaborent créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles. Les médias sociaux utilisent beaucoup de techniques, telles que les flux RSS et autres flux de syndication Web, les blogues, les wikis, le partage de photos, le vidéo-partage, des podcasts, les réseaux sociaux, le bookmarking collaboratif, les mashups, les mondes virtuels, les microblogues... a. Les chiffres ( France ) 41,2 millions de Français ont utilisé Internet en 2012, en augmentation de 3% sur un an. Ils y ont passé en moyenne 40 heures et 47 minutes par mois en utilisant le téléphone mobile qui affiche une très forte progression (+24%), les tablettes (+138% soit 2,3 millions d'utilisateurs) 1. 31,6 millions de personnes ont regardé une vidéo sur Internet en juillet 2012, contre 27 millions un an plus tôt. Facebook est le premier réseau social en France avec au mois de décembre 2012, et 32,3 millions de visiteurs uniques sur ordinateur personnel, 16,1 millions de "mobinautes" sur smartphone et 2,2 millions sur tablettes.. Twitter a 5,5 millions d'abonnés en France, en augmentation de 53% en 1 an. Un internaute Français sur 4 a plus de 55 ans, et cette classe d'âge compte le plus grand nombre d'utilisateurs en Europe (environ 10 heures par semaine), en particulier sur les forums. 4 français sur 5 ont accès à l'internet à leur domicile et 80% des français possèdent au moins un ordinateur (7 sur 10 sont des portables). Les seniors (> 70 ans) sont 36% à posséder un ordinateur (+ 8 % en 1 an). 1 Challenges. Page Web: audience du Net, les 10 chiffres clé à retenir en Consulté le 05 mai 2013, 1 p. chiffres-cles-a-retenir.html 5

14 Les personnes à revenu faible (< 900 mensuel) sont 59% à posséder un ordinateur (+ 10% en 1 an). Les ans sont 98% à posséder un ou plusieurs ordinateurs 2. b. Pour quelle utilisation? Le temps mensuel moyen passé sur Internet est 25 heures en France (32 heures aux USA). 22% de ce temps est consacré aux réseaux sociaux, 20% aux recherches diverses via les moteurs de recherche, 20% à la lecture de contenus, 19% à la communication (courriels). Les recherches concernant la santé sont classées en 3ème position des activités les plus appréciées par les internautes, après les courriels, les recherches via moteurs, mais avant les «Informations», le divertissement et les achats 3. En temps passé sur Internet, les recherches concernant la santé viennent en 6ème position (après les courriels, les informations sur les biens et les services, les comptes bancaires, l'approfondissement des connaissances). Sur les 5 heures de temps libre des Français chaque jour, la moitié est consacrée à la télévision et à Internet. Chaque jour, les Français passent un peu plus de 2 heures devant la télévision et 33 minutes sur Internet sur les 5 heures de temps libre dont ils disposent en moyenne. Si le temps passé devant la télévision est 5 fois plus important que celui consacré à Internet, ce rapport a tendance à diminuer avec l'âge ; le point de bascule est proche où la consommation télévisuelle et les connexions Internet fusionneront sur un même écran (et avec une utilisation «multitâche», l'un et l'autre de concert). 2 Jourmal du net. Page Web : les français passent la moitié de leur temps libre devant un écran. Edité le 10 novembre 2011, 1 p. 3 Site Passion-Net. Page Web: le temps passé sur internet, comment est-il utilisé? Infographie, édité le 22 mai 2012, 1 p. 6

15 Les hommes de 15 à 24 ans passent 2h 02 minutes devant la télévision, 16 minutes devant la télévision mais en utilisant aussi un ordinateur, et 1h 23 devant un ordinateur uniquement. Cette catégorie est la plus consommatrice d'internet durant son temps de loisirs, devant les femmes de la même classe d'âge et les hommes de ans. Quel que soit l'âge, les hommes passent plus de temps sur Internet que les femmes 4. NOTA BENE Toutes ces données sont en évolution constante, une décélération de la pente actuelle va sans doute être observée du fait de la saturation progressive de tous les outils et activités informatiques par toutes les couches de la population (âge, catégorie socioprofessionnelle...) et bien sûr du fait de la limite chronométrique à l'utilisation. Tout en sachant que la capacité d'invention de nouveaux outils communicants, jointe à l'éclosion incessante de nouvelles pratiques relance sans cesse le processus. 2. Internet et santé 93,2 % des personnes utilisatrices d Internet interrogées ont utilisé Internet pour rechercher des informations concernant un sujet de santé au cours des 12 mois précédant l'enquête. Ce sont surtout des femmes, d'âge moyen (39ans), avec un niveau d'études supérieures et bien intégrées au système de santé (88 % déclarent avoir un médecin régulier) et qui déclarent : - accorder une très grande confiance dans la capacité des médecins - mais avoir aussi de fortes attentes concernant cette relation avec le médecin - pour 75%, désirer que les médecins leur donnent davantage d'explications concernant leur état de santé ou les traitements existants - pour 65%, désirer que les médecins écoutent davantage ce qu'ils ressentent 4 Jourmal du net. Page Web : les français passent la moitié de leur temps libre devant un écran. Edité le 10 novembre 2011, 1 p. 7

16 - estimer que les informations données par les médecins sont difficiles à comprendre ou que leurs conseils sont difficiles à appliquer dans la vie quotidienne (près d'un tiers) 5. Plus d'un français sur 2 consulte des sites santé et plus d un malade sur trois en ALD serait prêt à devenir un e-patient. 33% des internautes français ont déjà échangé sur la santé sur le web et 11% le font au moins 1 fois par mois. Les recherches portent principalement sur une maladie ou un problème de santé (92%) et dans plus de la moitié des cas elles concernent les maladies chroniques (cancer, diabète, insuffisance rénale ), dont les traitements et les médicaments pour 63% des connexions. Le web renforce la relation médecin-patient. Les informations trouvées sur le net permettent de mieux prendre en charge sa santé ou celle de ses proches pour 61% des utilisateurs, permettent des échanges plus riches (58%) et renforcent la confiance dans les médecins. Les recherches d informations avant une consultation (19%) sont essentiellement réalisées pour mieux comprendre ce que le médecin va dire (63%), pour pouvoir discuter avec lui du traitement (53%) ou pour poser de meilleures questions (42%). Les recherches réalisées après une consultation (34% des internautes santé) sont destinées à chercher des informations complémentaires sur la maladie (72%) ou sur les médicaments et les traitements (44%). L'utilisation actuelle de l'internet-santé permet de définir 6 groupes par rapport à l utilisation des outils informatiques : - Les déconnectés = 15% : réticents à utiliser le Web. - Les méfiants = 24% : n'ont pas assez confiance pour chercher des informations-santé, et préfèrent en parler directement à leur médecin ou pharmacien. - Les détachés = 12% : n'éprouvent pas le besoin de chercher des informations. - Les occasionnels = 27% : font des recherches uniquement pour s'informer. - Les adeptes = 13% : utilisent fréquemment le Web pour chercher des informations-santé. 5 INSERM. Renahy E., Parizot I., Lesieur S., Chauvin P. Enquète WHIST: enquète web sur la habitudes de recherce liées à la santé sur internet. Novembre 2007, 20 p. 8

17 - Les communicants = 13% : font de très nombreuses recherches et contribuent à la diffusion de ces informations 6. Mais les lignes bougent très rapidement : la première mutation majeure provient d un changement de comportement des patients, qui sont devenus des e-patients. De 30 % à 60 % des Français (Baromètre Orange, février 2011) ont recherché de l information de santé sur le web. Et la santé est leur septième raison de fréquenter le web (Ipsos Public Affairs, 2010). Un quart environ souffrent d une maladie chronique. Le e-patient ne cherche pas que des informations sur une maladie, des médicaments ou des techniques pour rester en bonne santé, il est aussi en demande de dialogue plus approfondi avec son médecin. Ainsi, 17 % des internautes recherchant de l information de santé veulent être capables de poser des questions précises à leur médecin avant d aller le voir. On constate un changement de comportement depuis deux ans. En 2010, les internautes 7 recherchaient des informations de santé sur le web sans aucun lien avec une visite médicale, alors qu en janvier 2012 (Viavoice pour Pasteur Mutuelle), 50 % le font après avoir consulté un professionnel de santé, et 40 % avant de le consulter. 25 % des individus disent ne pas avoir demandé l avis d un professionnel de santé parce que l information trouvée sur Internet leur était suffisante. Ceci révèle un phénomène croissant d auto-diagnostic via le web pour choisir médicaments et traitements sans avis médical,. II. INTERNET COMME EXTENSION DU MILIEU DE VIE 1. Le milieu de vie, et ses extensions techniques a. Rappel historique L humanité a depuis «l aube des temps» intégré dans des objets techniques les savoirs acquis, permettant d assurer sa maîtrise sur le monde extérieur (Leroi-Gourhan : Milieu et 6 Enquète TNS SOFRES et LauMa Communication réalisée le 4 février 2013: les Français et l'internet santé. Infographie, 1 p net. Page Web: Patient 2.0 : un changement profond de la relation médecin-patient ayant un impact sur le secteur de la santé. 18 juin 2012, 1 p. 9

18 techniques, Paris Albin Michel, 1945) : le propulseur des chasseurs du paléolithique, les civilisations hydrauliques de Mésopotamie et l'irrigation, la machine à vapeur Ces technologies rétroagissent sur l'évolution de l'humanité, en permettant le «progrès», entre autre par la «mise en mémoire» de ces savoirs (art rupestre, galets striés du magdalénien, écriture sur tablettes à Sumer, sur papyrus en Egypte, livre imprimé...). Durant la période contemporaine, la technique instrumentale a fusionné avec mémorisation des savoirs, créant un effet d'accélération vertigineux ; en même temps les technologies, de tout temps extérieures à l'homme, se sont aujourd'hui intégrées au sein même du vivant (exemple ludique : la «Wii»). Dans ce mouvement, la transmission des connaissances, et leur échange, prend une place majeure par ce qu'on appelle les technologies de l'information et de la communication (les NTIC) par le biais des «outils communicants» (ordinateurs, smartphones, tablettes...) qui sont à la fois technologie, mémoire, applications incorporées dites «soma-technologiques», vecteur de nouveaux moyens de connaissance et terreau fertile pour de nouvelles «méta-technologies». L' Internet est un milieu qui progressivement s'est associé à ce qui est notre «milieu de vie» : nous ne pouvons en décréter l'inutilité, ni justifier notre indifférence. Il est parmi nous, et non à côté, reproduisant le bouleversement anthropologique d'il y a 5000 ans par l'invention de l'écriture, ouvrant à la philosophie et aux premiers textes littéraires ; ou celui du moyen âge par la diffusion des savoirs et l'émancipation progressive des hommes grâce aux livres imprimés. Lorsque la diffusion d'une technique concerne de manière brutale des centaines de millions de personnes, il devient urgent de prendre la mesure de ce milieu plutôt que de l'ignorer ou le critiquer. Faisant le parallèle avec le dualisme corps-esprit, il n'y a pas plus de dualisme numérique avec la «vraie vie» d'un côté et la virtualité du Net de l'autre, mais bien une interpénétration parfaitement concrète 8. Peut-on laisser chaque internaute subir/développer une représentation collective de la santé sans que l'expertise des «savants» (médecins, chercheurs) n'organise, ne structure la masse infinie de données et de méta-données (c'est à dire ce qu'apporte en connaissance globale la sommation de toutes les connaissances parcellaires : les métadata sont la base de l'expansion de Google, de Facebook...)? Il y avait des bibliothécaires dans l'alexandrie des Ptolémées ; Luther a fait confiance à des clercs pour instruire la Réforme, mais ce n'est pas aux fabricants 8 Bernard STIEGLER, page Internet 10

19 de papyrus ou de calames ni aux imprimeurs que l'on a confié le soin de modeler la diffusion des savoirs à leur guise (ou dans leur seul intérêt...). b. Les spécificités des Technologies de l'information La grande différence apportée par les NTIC est que chacun se trouve en position de non seulement acquérir des connaissances, mais encore d'en produire par lui-même de nouvelles, et à un niveau supérieur, de créer de nouveaux outils ou de nouveaux usages qui accéléreront encore l'expansion et l'efficacité du média. Les lignes bougent entre l'élève et le professeur, le consommateur et le producteur, le lecteur et l'éditeur, l'internaute et le développeur de lignes de code, le soignant et le soigné... La position d'expert est donc appelée à évoluer, en ce sens qu'il ne se positionnera plus en surplomb, mais à côté (aux côtés) de celui qui est était l'élève, le citoyen, le patient, tous devenant co-acteurs de l'action entreprise. Ce qui au final explique pourquoi la demande pressante actuelle des patients de participer activement à la gestion de leur santé se développe parallèlement à la progression de l'utilisation des NTIC. 2. La fracture numérique Il faut encore une fois prendre garde de considérer la situation actuelle comme figée. A la fois l'âge et les revenus (et même le lieu d'habitat : voir l'explosion de l'utilisation des smartphones en Afrique) sont de moins en moins un facteur limitant pour l'utilisation des NTIC. Seul le handicap mental profond sera toujours un empêchement persistant, tout en prenant en compte ce que les NTIC et la e-médecine peuvent déjà apporter aux aidants de ces personnes. Un des objectifs de l'utilisation des NTIC est de justement de pouvoir communiquer avec les groupes qui ont besoin d'une aide et qui ne le font pas pour des raisons d'isolement social, ou de handicap physique majeur (pensons à l'astrophysicien Stephen Hawking). La diminution du coût du matériel et des connexions laisse penser que là est une clef de leur resocialisation. Vont arriver à l'âge de la retraite dans les 10 prochaines années des personnes qui auront vécu le développement des NTIC depuis l'âge de 30 à 40 ans: l'utilisation «naturelle» de ces outils va se conjuguer avec le temps disponible. 11

20 Est-ce que la fracture numérique, au vu de la croissance exponentielle des utilisateurs et des utilisations, ne va pas plutôt concerner ceux qui en négligent l'importance ou l'existence, bien plus que ceux de moins en moins nombreux qui n'y ont pas accès? 3. La littératie Posséder un ordinateur, avoir une connexion Internet et en maîtriser intuitivement le fonctionnement ne débouche pas forcément sur une plus grande aptitude à acquérir des connaissances. Chaque progrès apporté par les NTIC peut s'opposer terme à terme avec un risque de mauvaise utilisation, surtout si la pratique n'a fait l'objet d'aucune pédagogie. Il est facile de se réfugier derrière la notion de «digital native» pour désigner la génération née après 1985, de façon à se défausser de toute obligation éducative ouvrant à la bonne utilisation de ces outils. Internet : le bon et le moins bon : Facilité d'utilisation Rapidité des échanges Anonymat Interactivité Exhaustivité Universalité Fracture numérique Absence de profondeur... théorique Labilité, peu durable Pléthore Dispersion Le terme de littératie a été proposé pour définir cet objectif de maîtrise de l'outil informatique. La littératie est «l aptitude à comprendre et à utiliser l information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.» 9.. Précisons que la littératie s'applique à toutes les sources d'information, écrits, télévision, journaux : l'agence de la Santé Publique du Canada estime que 60% des adultes et 88% des seniors ont un faible niveau de littératie en santé (http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/hl- 9 Revue Médicale Suisse. Kieffer B.:littératie en santé et Web novembre 2012, 1 p. 12

CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX CHARTE DE BONNE CONDUITE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX Avril 2015 DÉFINITION Le terme «réseaux sociaux» désigne généralement l ensemble des sites internet permettant de se constituer un réseau d amis ou de

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP - 22 FEVRIER 2012. Je veux être présent sur les médias et réseaux sociaux

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP - 22 FEVRIER 2012. Je veux être présent sur les médias et réseaux sociaux CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP - 22 FEVRIER 2012 Je veux être présent sur les médias et réseaux sociaux L'expression «médias sociaux» recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie,

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Quelle protection pour le consommateur? Communication à l Académie nationale de pharmacie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie La

Plus en détail

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance

B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance Domaine B7 B7 : Mener des projets en travail collaboratif à distance KARINE SILINI UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE SUPPORT DE COURS EN LIBRE DIFFUSION Version du 4 décembre 2009 Table des matières

Plus en détail

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin)

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin) Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin Evolution de l équipement 2011-2014 France 2011 (Credoc) Bretagne 2012 (Marsouin) France 2013 (Credoc)

Plus en détail

BASE DE DONNEES POUR LES COMMUNIQUES DE PRESSE GUIDE DE L'UTILISATEUR

BASE DE DONNEES POUR LES COMMUNIQUES DE PRESSE GUIDE DE L'UTILISATEUR Date : 12/08/2013 Numéro de version: 2.10.0 BASE DE DONNEES POUR LES COMMUNIQUES DE PRESSE GUIDE DE L'UTILISATEUR Date de sortie: 17/09/12 GUIDE DE L'UTILISATEUR RAPID Page: 1 sur 23 Table des matières

Plus en détail

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011 Forum sur les réseaux sociaux Activité de la rentrée Association des étudiants de l'université du 3e âge Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et

Plus en détail

rapport d'enquête Ville de Cahors / Grand Cahors août 2012

rapport d'enquête Ville de Cahors / Grand Cahors août 2012 rapport d'enquête Ville de Cahors / Grand Cahors août 2012 Sommaire Introduction page 3 Profil des répondants page 4 sexe âge situation professionnelle communes d'origine accès aux équipements Utilisation

Plus en détail

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent

Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai. Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Société Tetra-informatique 164 boulevard Delebecque BP 30099 59500 Douai Projet Liberscol E.N.T Documentation parent Sommaire Contenu PREAMBULE... 3 Qu'est-ce que Liberscol?... 3 L'établissement numérique...

Plus en détail

Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT»

Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT» Scénario n 1 : CRÉATION D UN DOCUMENT DE COLLECTE DE RESSOURCES EN LIGNE EN CLASSE DE LATIN VIA L OUTIL DE CURATION «SCOOP.IT» SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la

Plus en détail

PARAMÉTRER SON COMPTE

PARAMÉTRER SON COMPTE PARAMÉTRER SON COMPTE Petit rappel: Facebook, qu est-ce que c est? Un réseau social sur Internet qui permet de communiquer entre «amis». Sur Facebook, on peut : Se créer un réseau d amis Poster (publier)

Plus en détail

Quel outil numériques pour répondre à un besoin de communication dans un projet collectif?

Quel outil numériques pour répondre à un besoin de communication dans un projet collectif? La production de documents numériques, dans le cadre d un projet collectif, s appuie sur la recherche, l échange, le stockage, le partage, la publication ou la diffusion de nombreuses informations et ressources.

Plus en détail

Brevet informatique et internet : domaine 1

Brevet informatique et internet : domaine 1 Brevet informatique et internet : domaine 1 s s Un environnement informatique permet d'acquérir, stocker, traiter des données codées pour produire des résultats. Les environnements informatiques peuvent

Plus en détail

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête Page 1 / 6 III. Utiliser les services de l Internet 1. Se repérer et naviguer sur Internet 2. Effectuer une recherche 3. Utiliser des services en ligne 2. Effectuer une recherche a. Utiliser un moteur

Plus en détail

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement Utilisez les médias sociaux Pour rayonner plus largement Web 2.0 ou Web Social, qu est-ce que c est? Nouvelle génération du web Internaute = acteur Forte interaction Conversation Création de contenu Proximité

Plus en détail

stratégie de communication

stratégie de communication Les Fiches thématiques Jur@tic stratégie de communication Quels sites web, quels outils, pour quels résultats? Les Fiches thématiques Jur@TIC de communication pour répondre à des besoins de plus en plus

Plus en détail

GUIDE MEMBRE ESPACE COLLABORATIF. Février 2012

GUIDE MEMBRE ESPACE COLLABORATIF. Février 2012 GUIDE MEMBRE ESPACE COLLABORATIF Février 2012 Ce document est disponible sur le site WEB de l Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, à l adresse suivante : http://extranet.santemonteregie.qc.ca/userfiles/file/espace-collabo/2012-02-04guide-membre-espace-collaboratif.pdf

Plus en détail

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013

Windows 8 Module 5 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013 Windows 8 Module 5 13. Configurer sa messagerie à l aide de l application Courrier Windows 8 et Windows RT offrent un outil dédié à la messagerie. Cette application, appelée simplement Courrier, vous propose

Plus en détail

Les items explicités. Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie. Guillaume HAINAUT

Les items explicités. Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie. Guillaume HAINAUT Les items explicités Pistes de justifications de demandes en cours de français-histoire-géographie Guillaume HAINAUT Domaine 1 S approprier un environnement informatique de travail L'élève doit être capable

Plus en détail

LES COURS ONLINE. ar des étudiants our des étudiants. Olden Fabre, Cynthia Thimon, Jakub Kaluza, Jean Desravines, Oliver Hamm

LES COURS ONLINE. ar des étudiants our des étudiants. Olden Fabre, Cynthia Thimon, Jakub Kaluza, Jean Desravines, Oliver Hamm LES COURS ONLINE P ar des étudiants our des étudiants Olden Fabre, Cynthia Thimon, Jakub Kaluza, Jean Desravines, Oliver Hamm CAHIER DES CHARGES I - Préface...4 II - Introduction...5 III - Glossaire...6

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43

Communication & Médias Sociaux. Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Communication & Médias Sociaux Bureau Réseaux Sociaux, Opinion et Campagnes de Communication Sacha AIZENMAN 01.44.42.51.43 Postulat de départ,, Le Web social fait référence à une vision d'internet considérée,,

Plus en détail

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice

Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice Animatrice : Evelyne Bévort, Directrice déléguée du CLEMI Lilia Parisot, DAEMI académie de Nice Jean-Paul Delbrayelle, Référent CLEMI Alpes-Maritimes académie de Nice De nos jours Internet constitue une

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE

SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE SMARTPHONES ET VIE PRIVÉE Résultats de l enquête réalisée par internet en novembre 2011 auprès de 2 315 individus âgés de 15 ans et plus, en conformité avec la loi n 78-17 relative à l'informatique, aux

Plus en détail

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION 1 Sommaire Le contexte.. p.3 Pourquoi un diagnostic p.3 Rétroplanning.. p.3 Caractéristiques des répondants p.4 L adresse e-mail. P.5 La Google adresse.

Plus en détail

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010

CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 CHARTE DE CONFORMITE ORDINALE APPLICABLE AUX SITES WEB DES MEDECINS Mai 2010 L'information en ligne peut améliorer le service médical rendu aux patients. Toutefois, ce moyen doit respecter les principes

Plus en détail

46 pour développer un projet e-learning

46 pour développer un projet e-learning Les meilleurs outils Web 2.0 46 pour développer un projet e-learning Pour répondre à la demande des acteurs d'un système de formation à distance, les LMS proposent trois types de fonctionnalités que nous

Plus en détail

BIEN COMMUNIQUER AVEC LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR LES ASSOCIATIONS

BIEN COMMUNIQUER AVEC LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR LES ASSOCIATIONS BIEN COMMUNIQUER AVEC LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR LES ASSOCIATIONS Communiquer avec les réseaux sociaux, pourquoi faire? - pour être plus visible - pour faire connaître ses actions - pour promouvoir un évènement

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

Le contrôle parental

Le contrôle parental Le contrôle parental Premier partenaire de votre réussite Cette fiche a pour objectif de vous fournir quelques éléments de réflexion sur l utilisation de l ordinateur et d internet et sur le rôle que vous,

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples Les TIC sont devenues partie intégrante de la vie quotidienne dans l'ensemble des domaines de l'activité humaine aussi bien personnelle que professionnelle. Les

Plus en détail

Les finalités du B2i. Médiapôle d Argenteuil. Philippe da Silva

Les finalités du B2i. Médiapôle d Argenteuil. Philippe da Silva Les finalités du B2i Les TIC font désormais partie du paysage économique, social, culturel et éducatif. Elles sont largement utilisées tout au long de la vie professionnelle et privée. «Il appartient à

Plus en détail

CRÉER ET ANIMER UN BLOG

CRÉER ET ANIMER UN BLOG CRÉER ET ANIMER UN BLOG Objectifs : Créer un blog avec le logiciel wordpress, savoir le gérer, en modifier la structure, l ergonomie et les principales fonctionnalités de manière autonome 1.Définition

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire

DOSSIER DE PRESSE. Sommaire DOSSIER DE PRESSE Sommaire COMMUNIQUE FICHE 1 : L Etude personnalisée en ligne FICHE 2 : Les services d assistance et de conseil patrimonial pour aller plus loin FICHE 3 : Qui sommes nous? ANNEXES : -

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/6 Paris, 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information pour

Plus en détail

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes)

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes) Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes) 1.1 Utiliser, gérer des espaces de stockage à disposition 6 5 4 3 1.1.1 L'élève distingue les espaces accessibles

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

Usage quotidien des réseaux sociaux

Usage quotidien des réseaux sociaux Edito A l heure du Web 2.0, les réseaux sociaux font partie de notre vie quotidienne. Nous les utilisons aussi bien dans le cadre de notre vie personnelle que professionnelle. Il en est de même pour les

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE ETUDE D USAGE D ALPHALIRE Festival du premier roman de Chambéry-Savoie Festival du premier roman de Chambéry, 237 carré Curial, 73 000 Chambéry Directrice : Véronique Bourlon (veroniquebourlon@festivalpremierroman.com)

Plus en détail

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie.

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie. Historique La réalisation du site Franc-parler.org a été commandée suite au rapport remis en décembre 1998 par le député Patrick Bloche au Premier ministre Lionel Jospin - Le désir de France : La présence

Plus en détail

B.I.I (2) Fiches inspirées des feuilles de synthèse (Xynops) et actualisées

B.I.I (2) Fiches inspirées des feuilles de synthèse (Xynops) et actualisées Tout d'abord, qu'est-ce qu'internet? Internet est l'ensemble de milliers de réseaux d'ordinateurs. Ces ordinateurs sont reliés par le réseau téléphonique existant. Pour pouvoir communiquer entre eux les

Plus en détail

Politique Cookies. Qu est-ce qu un cookie? A quoi servent les cookies émis sur notre site?

Politique Cookies. Qu est-ce qu un cookie? A quoi servent les cookies émis sur notre site? Politique Cookies Qu est-ce qu un cookie? Un cookie est un fichier texte déposé, sous réserve de vos choix, sur votre ordinateur lors de la visite d'un site ou de la consultation d'une publicité. Il a

Plus en détail

ItsLearning TUTORIEL : «CRÉER UN COURS» Hervé Mevel LYCÉE SAINT-JOSEPH JANVIER 2014

ItsLearning TUTORIEL : «CRÉER UN COURS» Hervé Mevel LYCÉE SAINT-JOSEPH JANVIER 2014 ItsLearning TUTORIEL : «CRÉER UN COURS» Hervé Mevel LYCÉE SAINT-JOSEPH JANVIER 2014 Sommaire : 1. Phase n 1 Je crée mon espace de cours. 2. Phase n 2 J explore l espace de cours que je viens de créer :

Plus en détail

LES CONTENUS : POUR ALLER PLUS LOIN

LES CONTENUS : POUR ALLER PLUS LOIN Conception et construction LES CONTENUS : POUR ALLER PLUS LOIN Sommaire 1. Les liens...3 2. Introduction...4 3. Quelles sont les fonctionnalités pour mon site e-commerce?...5 4. Comment exploiter les réseaux

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES POLITIQUE DE GESTION

PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES POLITIQUE DE GESTION Le 27/08/2014 Gestion du parc informatique de l école Jean Moulin Page 1 sur 5 PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE L ÉCOLE PRIMAIRE JEAN-MOULIN : POLITIQUE DE GESTION Synthèse : Pour garder des outils

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 8 Du 20 heures à Twitter : Les réseaux sociaux bousculent l info n 1101347 Octobre 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux

le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux le cours des parents les jeunes et les réseaux sociaux qu est-ce qu un réseau social? définition Un réseau social est un site où l on peut échanger des informations (actualités, photos, vidéos ) avec des

Plus en détail

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0 La santé à l ère des médias sociaux Extrait des résultats de l étude de Swisscom du mois d octobre 2011 Prévention Sécurité Durabilité Alimentation Patient informé Health 2.0 Forum de santé Intégré Santé

Plus en détail

GUIDE D'UTILISATION : CREER ET ANIMER UNE COMMUNAUTE SUR L ESPACE LOISIRS

GUIDE D'UTILISATION : CREER ET ANIMER UNE COMMUNAUTE SUR L ESPACE LOISIRS GUIDE D'UTILISATION : CREER ET ANIMER UNE COMMUNAUTE SUR L ESPACE LOISIRS I. Qu est-ce qu une communauté sur l Espace loisirs? Une communauté est un espace de communication dédié et personnalisable. Vous

Plus en détail

Guide d utilisation pratique. L information est partout. L information pertinente est ici. La référence

Guide d utilisation pratique. L information est partout. L information pertinente est ici. La référence Guide d utilisation pratique L information est partout. L information pertinente est ici. La référence La référence Ce guide a pour but d informer les utilisateurs de La référence des démarches à suivre

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

Introduction à l Entreprise 2.0

Introduction à l Entreprise 2.0 Introduction à l Entreprise 2.0 Dérivé du Web 2.0 Philosophie autour du partage et de collaboration Somme de technologies Web 2.0 Volonté de redonner le pouvoir aux utilisateurs, «internautes acteurs»

Plus en détail

M@gistère Glossaire des outils

M@gistère Glossaire des outils DSDEN du Rhône M@gistère Glossaire des outils Les blocs : bandeau gris Nous vous présentons les items que nous avons testés qui nous paraissent fonctionner. L astérisque devant le nom d un bloc indique

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

Le travail collaboratif et l'intelligence collective

Le travail collaboratif et l'intelligence collective THÈME INFORMATION ET INTELLIGENCE COLLECTIVE Pour l organisation, l information est le vecteur de la communication, de la coordination et de la connaissance, tant dans ses relations internes que dans ses

Plus en détail

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR 6 - Les en TECHNOLOGIE 6 ème Nom : Prénom : groupe : page 1/5 CONNAISSANCES : Serveurs. Postes de travail. Terminaux mobiles. Périphériques. Logiciels. Acquisition et restitution des données. Stockage

Plus en détail

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Rapport final Réalisé par Marie-Claude Lapierre, agr. Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

Communiquer. Émettre un statut. Publier une photo, une vidéo ou un lien. Réagir à une publication

Communiquer. Émettre un statut. Publier une photo, une vidéo ou un lien. Réagir à une publication Communiquer http://vanconingsloo.be/les-cours/modules-informatiques-et-internet/internet/reseauxsociaux/facebook/communiquer Le but premier de Facebook est de pouvoir communiquer avec son réseau social.

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Compétences du B2i collège et activités documentaires

Compétences du B2i collège et activités documentaires Compétences du B2i collège et activités documentaires Aujourd hui, les activités de recherche documentaire intègrent nécessairement l utilisation de l informatique, du multimédia et de l Internet. Lors

Plus en détail

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information

Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Se former à l usage des TIC et à la gestion de l information Agriculteurs, agricultrices, groupements, organisations professionnelles agricoles Vous souhaitez profiter des nouvelles technologies pour mieux

Plus en détail

facebook un monde à connaître.

facebook un monde à connaître. facebook un monde à connaître. Par Yves DUPRAZ / DCLIC.NET ANT PROPOS Comment lire cette brochure? Le contenu de cette brochure peut être parcouru de trois façons différentes. La première Vous pouvez consulter

Plus en détail

SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information**

SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information** SSI Sensibilisation à la sécurité de l'information** Prérequis Compétence opérationnelle Objectifs d apprentissage Durée d apprentissage Connaissances de base en informatique Etre capable de comprendre

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Sommaire Principales conclusions

Sommaire Principales conclusions Sommaire Principales conclusions À quoi ressemble la vie en ligne des jeunes Canadiens moyens? Tout d'abord, ces enfants et ces adolescents sont très branchés, la plupart d'entre eux ayant l'habitude d'aller

Plus en détail

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise mieux structurée et connectée Tous les contenus d entreprise à portée de main Aujourd hui, au sein de toutes les organisations, l information

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

LES OUTILS DE TRAVAIL COLLABORATIF EN ARS. Rendez-vous en conférence web dans 10 minutes. D accord, je me connecte. Réunion. Martinique.

LES OUTILS DE TRAVAIL COLLABORATIF EN ARS. Rendez-vous en conférence web dans 10 minutes. D accord, je me connecte. Réunion. Martinique. Rendez-vous en conférence web dans 10 minutes @ D accord, je me connecte Martinique Réunion @ Guadeloupe Mayotte Guyane LES OUTILS DE TRAVAIL COLLABORATIF EN ARS Agence Régionale desanté Des outils utiles

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Charte d'utilisation des systèmes informatiques

Charte d'utilisation des systèmes informatiques Charte d'utilisation des systèmes informatiques I. Préambule Les outils informatiques mis à la disposition des agents de la commune de Neufchâteau se sont multipliés et diversifiés au cours de ces dernières

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

Analyse du questionnaire du vote par Internet à Cologny

Analyse du questionnaire du vote par Internet à Cologny RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Chancellerie d'etat SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Analyse du questionnaire du vote par Internet à Cologny 1 Résumé 432 personnes ont voté par Internet, 999 par correspondance et 65

Plus en détail

Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad. Pour les utilisateurs (enseignants, élèves)

Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad. Pour les utilisateurs (enseignants, élèves) Écrire en ligne et de manière collaborative avec Etherpad Pour les utilisateurs (enseignants, élèves) 18/12/2014 Date : 18/12/2014 Editeur : Auteur(s) : Délégation Académique du Numérique pour l'éducation

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CA2013-14 # 120

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CA2013-14 # 120 POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CA2013-14 # 120 Adoptée par le conseil d'administration Le 17 juin 2014 Politique relative à l utilisation des

Plus en détail

Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes?

Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes? Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes? Jeudi 15 octobre Vichy, Centre Omnisports. Cadre de l Intervention qui et quoi? Philippe

Plus en détail

Programme d aide à la production

Programme d aide à la production Programme d aide à la production Le Fonds TELUS finance la création de contenu exceptionnel qui a le potentiel de divertir, d intéresser les Canadiens et les éclairer quant à leurs choix en matière de

Plus en détail

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans.

Leçon 5 ... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis. Tous connectés, de 9 à 99 ans. 5... La photographie numérique, ou comment partager des photos avec la famille et les amis Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Mettre en place sa plateforme de veille avec Netvibes

Mettre en place sa plateforme de veille avec Netvibes Mettre en place sa plateforme de veille avec Netvibes Karine Pasquier 6 mai 2011 HEG, Genève 1 Sommaire 1. Introduction... 3 1.1 Qu est-ce que c est... 3 1.2 A quoi ça sert pour la veille?... 3 1.3 Netvibes

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

Bien programmer. en Java 7. 10 000 ex. couleur. Avec plus de 50 études de cas et des comparaisons avec C++ et C# Emmanuel Puybaret.

Bien programmer. en Java 7. 10 000 ex. couleur. Avec plus de 50 études de cas et des comparaisons avec C++ et C# Emmanuel Puybaret. Bien programmer en Java 7 Avec plus de 50 études de cas et des comparaisons avec C++ et C# Plus de 10 000 ex. vendus! Édition en couleur Emmanuel Puybaret, ISBN : 978-2-212-12974-8 chapitre1 Présentation

Plus en détail