RAFEL RENSEIGNEMENTS AUX FAMILLES DE L'ENSEIGNEMENT LIBRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAFEL RENSEIGNEMENTS AUX FAMILLES DE L'ENSEIGNEMENT LIBRE"

Transcription

1 RAFEL RENSEIGNEMENTS AUX FAMILLES DE L'ENSEIGNEMENT LIBRE

2 Sommaire EDITO d Olivier Roucher DOSSIER : «Enseignement et numérique, un mariage de raison» Un formidable outil pédagogique Serge Tisseron Questions Le regard de Françoise Maine : Têtes blondes Un constat de retard édifiant en France Frédéric Falisse L APEL du numérique Frédéric Majau... 9 Expérience et pédagogie Jérôme Gaillard et Sébastien Verbert Canopé, tel un guide Véronique Raze Le rôle de l enseignant est central Jean Caron Une journée riche d enseignements La journée du 11 mars en images Formation & Financement La formation au cœur de l évolution numérique A la pointe de la technologie Le Cèdre LE GRAND ENTRETIEN On ne reviendra pas en arrière Fernand Girard EXPERIENCES RAFEL RENSEIGNEMENTS AUX FAMILLES DE L'ENSEIGNEMENT LIBRE Informatec 78 Expertise et solidarité Privilégier le dialogue l Expérience GuidiGO Mimio, un tableau d avance Les pays scandinaves et la Corée du sud pour exemples à suivre Tralalère, un coup d avance Le digital au service de tous L ordinateur les rassure énormément Martine Constant-Colomb CLIS et ULIS, classes spécialisées au cœur de l école Education Numérique-Enfant Malade Le petit lexique numérique Remerciements / Liens utiles Enseignement catholique des Yvelines 1

3 Edito d Olivier Roucher «Enseigner à l ère numérique!» Tel était le thème de notre journée du 11 mars dernier qui réunissait pour la première fois dans l histoire de notre Enseignement Catholique diocésain 2400 enseignants, chefs d établissement, représentants de parents d élèves. Cette journée, nous vous la devions au regard de votre engagement éducatif et de notre rôle d accompagnement pédagogique. Pourquoi l audace d une telle journée? - Tout d abord parce que le numérique «envahit» d une certaine manière notre vie à tel point que nous parlons de «culture numérique». Cela nous amène à nous poser cette simple question: «quelle influence le numérique opère-t-il sur nous-mêmes, sur les jeunes, tant sur le plan psychologique que dans le domaine de l apprentissage? Il est un fait que cette culture interroge notre rapport au temps : immédiateté ou durée? ; notre rapport à l espace : que signifie le terme «frontière» aujourd hui? ; notre rapport au réel: qu est ce qui est réel, qu estce qui est virtuel? notre rapport à la sphère privée - sphère publique: un message sur la toile et tout le monde en est informé en un instant etc... - L outil numérique, s il fait de plus en plus son apparition dans le monde de l enseignement, doit être perçu d abord comme tel, ce qui signifie un discernement préalable à son utilisation : quelles en sont les finalités? L entrée du numérique dans la pédagogie doit d abord se faire par le sens. - Parmi nous, la perception de cet outil est diverse: il y a ceux qui affirment ne pas appartenir à cette génération ; ceux qui se méfient, ceux qui ont totalement intégrés les TICE dans leur enseignement ; ceux qui n en veulent surtout pas! Une raison de plus pour aborder sereinement ensemble ce sujet. Par cette journée nous avons été invités à nous immerger dans cette nouvelle culture, à prendre le recul nécessaire pour ne pas opposer la culture numérique à la culture du livre et mieux appréhender les richesses de l une et de l autre. Si l homme les a créées, c est que d une certaine manière, elles ont peut-être quelque chose à nous apprendre ; le Pape François ne disait-il pas «Internet est un don de Dieu»? Oui, c est à cette Espérance que nous sommes appelés, nous qui sommes engagés dans l accompagnement de tant d enfants et de jeunes, pour leur permettre de croître en humanité dans une inlassable recherche de Vérité et d amour. Oui, plongeons-nous ensemble dans cet univers pour mieux l appréhender, mieux connaître de ce fait le mode de penser, de vivre, d apprendre de ceux qui nous sont confiés. Je sais pouvoir compter sur chaque communauté éducative, sur chacun d entre vous pour que réflexions et actions se poursuivent! Oui, que cette belle journée se prolonge! Avec mes remerciements pour votre engagement éducatif. Olivier Roucher Directeur diocésain de l enseignement catholique des Yvelines Enseignement catholique des Yvelines 3

4 Journée du 11 mars Enseignement et numérique : Un mariage de raison

5 Un formidable outil pédagogique Le psychiatre, Serge Tisseron a pris part à cette journée de conférence du 11 mars, avec pour mission de donner des repères tel un témoin, un passeur. La première est un média extrêmement rapide qui permet de faire tout ce qu il était impossible de faire avant (Internet, jeux en ligne, téléchargement de films ).La seconde est la possibilité de métisser tous les supports médias (écrit, vidéo, radio ) de manière numérique. C est dans celle-ci que école va donc se retrouver avec un rôle privilégié et y trouvera un formidable outil pédagogique. Bienvenus dans un monde de culture dite de «Wikipedia» où le savoir circule entre les gens d écrans à écrans. Nous passons d une culture du livre à une culture des écrans et tout va très vite. Pour Serge Tisseron «c était inévitable». Pour cela il prend pour exemple l évolution de l homme chasseur préhistorique, celui qui s en allait en quête de gibier. Pour rentrer il fallait que ces hommes retrouvent leur chemin, qu ils communiquent entre eux. De là est né le langage, qui donnera la culture de l écrit. Puis est venu le dessin, qui donnera celle des écrans. Ces deux courants de communication ont évolué au fil des ères, et ce jusqu à la Renaissance. Cette période est caractérisée par l invention de l imprimerie, mais aussi par celle du dessin industriel (ex : Les carnets de dessins de Léonard De Vinci). «Le problème, selon Serge Tisseron, c est que l imprimerie a fait passer le dessin au second plan et de ce fait là nous avons vécu dans la culture du livre [dès lors] avec l idée que c était LA culture.» Depuis il y a eu l invention de la photographie, celle du cinéma qui est plus évoluée. Aujourd hui la culture 2.0 a deux portes d entrée : Celle «du» numérique et celle «par» le numérique. Aujourd hui il s agit moins d adapter l école aux outils numériques que de l adapter au changement d état d esprit des élèves qui est façonné par l utilisation qu ils font de ces technologies. Ils n ont pas pour autant la science infuse, il est donc important de les informer. «A mon sens, il est important de se replonger dans l œuvre de Gilbert Simondon, ce philosophe qui s est penché sur notre relation aux machines il y a déjà une trentaine d années», conseille Serge Tisseron. L évolution est permanente et les technologies d aujourd hui ne sont que le brouillon de celles de demain. Informer les enfants sur l évolution des machines c est les accompagner dans le monde de demain. Il est important également de les informer sur la question du droit à l image. On peut le faire par des séances de travaux pratiques, comme organiser des sessions de photographie. Si l enfant aime et souhaite conserver la photo qu il a prise, il doit d abord demander à la personne qu il a photographiée s il peut le faire. Il faut de la même manière leur apprendre dès le primaire les trois règles de base d Internet : - Tout ce qu on y met risque de tomber dans le domaine public. - Tout ce qu on y met risque d y rester éternellement. - Tout ce qu on y trouve ne doit pas être forcément cru. Il est difficile d établir des règles sur Internet puisque chaque utilisateur ou contributeur définit l espace de manière libre. Les règles ne valent donc que pour ceux qui les édictent. Il faut simplement y défendre certaines valeurs. Et ces valeurs sont transmises par les parents et par les professeurs. 6 Enseignement catholique des Yvelines

6 LE REGARD de Françoise Maine Têtes blondes 2.0 Françoise Maine, en responsable nationale du développement de la culture numérique au Secrétariat général de l enseignement catholique, décode également le comportement de cette génération «digital native» sur ecolenumériquepourtous.fr dont elle est la rédactrice en chef. NOUS NE SOMMES PAS SI DIFFERENTS «L avancée technologique est plus importante sur les vingt dernières années qu en un siècle. Nous possédons par exemple quasiment tous aujourd hui des smart phones et sommes tous ainsi connectés. Mais ça ne se résume pas qu à ça. Si vous construisez une maison aujourd hui, ou si vous la rénovez, pour l électricité vous ne pourrez pas passer à côté des normes de domotique. Ainsi votre maison est dirigée et contrôlée par un ordinateur, cette domotique-là va gérer un certain nombre de tâches domestiques à elle toute seule (gestion de consommation EDF, programmation à distance du chauffage, etc...) Nous devons nous même faire avec. Mieux, nous avons plaisir à nous rendre compte que ça nous facilite grandement la vie.» CONNECTES OUI, MAIS EN QUETE DE SENS. «Nous sommes donc face à une génération qui pose beaucoup de questions et qui cherche finalement le sens. Elle vit en décodant les choses. Aujourd hui, les jeunes sont capables d abandonner leurs études parce que le diplôme ne représente pas grand chose pour eux. Ils ont soif de connaissance, mais si le diplôme ne leur convient pas, ils ne vont pas aller jusqu au bout. Le problème pour les toutes jeunes générations qui n utiliseraient que des tablettes tactiles, c est qu on peut se demander quel type d interaction elles vont avoir au monde et quelle expérience sensorielle elles auront au monde.» LE 2.0 POUR CULTURE. «Cette génération-là grandit avec tout un tas d usages qui vont être pointés du doigt, notamment sur la question de la culture. Beaucoup de collègues nous disent qu il ne s agit pas d une culture. Mais si! D abord d un point de vue sociologique et anthropologique, il y a des rites, des objets cultes et il y a un certain nombre d usages collectifs et de codes qui font que cette culture se nourrit. Lorsque l on voit les élèves de CM2 qui essayent d avoir un compte Facebook, un smart phone, un certain nombre de jeux vidéos cela apparaît comme des rites de passage pour devenir grands. L exemple du cadet qui copie l ainé. Concernant les réseaux sociaux, puisque ça fait partie de la culture de nos jeunes et plus largement l usage d Internet à la maison, on oublie trop souvent qu en France près de 20 % des foyers (source Emmaüs et Secours Catholique) ne sont pas équipés d Internet. Si le diocèse des Yvelines est, il faut le reconnaître, riche, beaucoup de foyers et de jeunes issus de classes sociales plus précaires n ont pas accès à cette culture numérique. Il y a bien là une fracture numérique. Enseignement catholique des Yvelines 7

7 Un constat de retard édifiant en France Frédéric Falisse, questiologue, responsable du lien entre les équipes de Samsung France et le monde éducatif. élèves en primaire, et un PC pour 5,6 au collège. «Le constat de retard est édifiant, quand on sait que le monde d aujourd hui, celui de demain, est numérique», glisse Frédéric Falisse. Il poursuit même en avançant : «Les enseignants, dont la vocation est de préparer les jeunes au monde de demain, ne peuvent exprimer une résistance au numérique.» Il s agit donc ici de l apprivoiser. Il pourrait être ce que l on appelle une «interface éducation», mais Frédéric Falisse «déteste le terme interface», qui, selon lui, «mettrait en vis à vis deux mondes qui se regardent avec méfiance. D un côté le monde numérique, de l autre l éducatif.» Question de confort, et de vécu, sans doute. Frédéric vit dans l idée d ouverture sur les autres et sur la culture. Il établit des ponts. En somme, il est connecté. Le numérique s impose à nous et à chaque moment de notre vie. Que ce soit dans notre quotidien ou dans le domaine professionnel. Il suffit de comparer avec l habitacle d une voiture datant de 1994 avec celui d une voiture actuelle. Idem pour un simple bureau où en vingt ans, le numérique est venu prendre de plus en plus de place. Même chose dans les blocs opératoires de médecine. Alors pourquoi l éducation dérogeraitelle à cette évolution tel un dernier bastion d irréductibles? D un point de vue européen, une étude comparative entre les différents pays de l Union datant de 2013 nous permet de constater des différences de comportements. Au Danemark par exemple, il y a plus d un PC par élève en primaire et en Angleterre c est la même chose dans le secondaire. En France, il y a un PC pour 10 La règle du C.C.C.C.E. Que le numérique soit au service de celui qui enseigne. Frédéric Falisse s est donc penché sur la question et en a fait ressortir cinq points (C.C.C.C.E.) : - Communiquer. Essentiel à l heure des tablettes - Consulter. Que ce soit les manuels scolaires ou les applications. - Créer. Comment stimuler la créativité? - Collaborer. Comment échanger et travailler ensemble. - Evaluer. Comment évaluer la progression et les acquis d un élève? La communication est essentielle dans une réalité pédagogique fortement dépendante de l environnement de travail que l on soit connecté en wifi direct, en wifi dit local c est à dire exclusivement dans la classe ou sans aucune connexion. De nos jours le professeur a la possibilité de tout contrôler et de gérer toutes les tablettes de la classe depuis la sienne. L utilisation est simple, ludique et interactive. Il suffit alors d une simple ligne de wifi direct ; une connexion à Internet servira alors à «sortir» de la salle de cours pour se connecter à des sites et aller chercher des informations. Mais ne serait-ce qu avec du wifi direct il est possible de travailler à partir d applications et d échanger en temps réel avec une classe. 8 Enseignement catholique des Yvelines

8 L APEL du 2.0 Frédéric Majau, membre de l APEL des Yvelines, nous révèle les résultats d une enquête menée auprès de familles du diocèse des Yvelines. Des foyers résolument déjà tournés vers le numérique visiblement. Les parents sont les premiers et ultimes éducateurs de leurs enfants, comme tient à le souligner l APEL. Cette enquête qui représente les attentes des parents d élèves a vocation à contribuer aux réflexions de l enseignement catholique des Yvelines sur le numérique à l école. L APEL a interrogé à la source familles (sur les que compte le diocèse des Yvelines) sur leur équipement, leur vision du numérique, ainsi que sur leurs attentes quant à l usage du numérique à l école. En terme d équipement, sur ces foyers : - 80% sont équipés d ordinateurs. - 50% possèdent une tablette tactile. - 70% comptent au moins un smart phone. Un sondage et huit questions qui ont fait ressortir avant tout un chiffre : 80% des parents sont favorables au déploiement de la culture numérique à l école «A condition de faire preuve de discernement», ont-ils ajouté. A ce sujet-là, les parents éprouvent une confiance envers le professeur. Ils demeurent même enthousiastes. Alors qu une minorité (2%) estime que le numérique est «inutile» ou «fait peur». Mais parmi les 80% de foyers favorables, 36% trouvent ça «utile» et «efficace comme moyen de transmission», et 44% le jugent «indispensable». Cependant, pour 29% des interrogés, les tablettes «ne vont pas remplacer l enseignant» et ne resteront «que complémentaires». Ce sondage met également en avant que pour la majorité des parents l école a un rôle essentiel dans l apprentissage de la citoyenneté et de ses codes sociaux. Cela vient également étayer ce que pensent les 80% de parents favorables : il leur paraît «nécessaire que l école participe à la sensibilisation des enfants au numérique». Il en découle alors que les enseignants ont un rôle de guides et de décryptage. La plupart des sondés considèrent Internet comme un «outil» dont l usage doit être adapté par les enseignants selon leur appétence et selon les élèves qu ils ont en face d eux. En terme de pédagogie, pour 25% d entre eux le numérique peut être utile pour l apprentissage d une langue vivante ou la scolarisation d enfants porteurs de porteurs de handicap. La notion d utilité dans le cadre d un «travail collaboratif», «l interactivité», «l apprentissage ludique» et le «développement de l esprit critique» sont également largement évoqués et mis en avant de manière positive par ces 80% de foyers. L autre axe de cette enquête portait sur les attentes des parents. Elles sont de trois ordres : 1/ En matière d équipement : quels sont les matériels auxquels pensent les parents lorsqu ils pensent au numérique? 2/ En matière de compétences informatiques : quel rapport ont leurs enfants avec l informatique. 3/ En matière d usage : les parents s interrogent sur la maîtrise de l outil. Enfin, 20% des familles citent les tablettes numériques comme une solution «d allègement des cartables». Les parents identifient d autres usages à maitriser comme la «sécurité et la protection des élèves usagers de l Internet, point sur lequel l APEL reste vigilante. Ensuite, d autres axes sont évoqués : le «large accès à l information», «savoir rechercher et trier», ainsi Le numérique à l école : que la question du «lien social» au travers de l apprentissage intelligent Regards de parents de l utilisation des réseaux sociaux. 11 Mars 2014 Gilles DEMARQUET, Anne-Laure DEREPAS, Frédéric MAJAU A ce titre, il semble donc que Apel départementale des Yvelines l univers numérique reste encore à décrypter, y compris pour certains parents. Enseignement catholique des Yvelines 9

9 Expérience et pédagogie Les enseignants Jérôme Gaillard (diocèse de Bayonne) et Sébastien Verbert (collège lycée Saint Joseph la Malassise de Saint Omer) ont tous les deux mis en place des projets où le numérique fait ses preuves. Ils nous en livrent ici les résultats, les conseils et les dangers aussi. Jérôme Gaillard Etablir des règles Jérôme Gaillard : «La règle « » est la base d un développement pédagogique raisonné et de qualité. A savoir, «qu à 3 ans il n y a pas de bon écran», «qu avant 6 ans il n y a pas d utilisation de consoles de jeux», «à 9 ans, on peut commencer à aller sur Internet en étant accompagné» et «qu à partir de 12 ans, on peut y aller seul puisqu on en a cerné l usage et les dangers». Mais tant notre monde va vite cela paraît presque utopique de penser qu un enfant de 3 ans n a jamais touché un écran de tablette aujourd hui. Les écrans sont partout et pour beaucoup de parents c est un moyen d offrir un contenu ludo-éducatif via des applications.» Informer les parents d élèves Jérôme Gaillard : «Bien évidemment, une des premières démarches est d informer les parents avant même de sensibiliser les enfants dès la maternelle. Il faut les sensibiliser aux dangers.» Cerner les besoins de l enfant Jérôme Gaillard : «Quels sont les besoins d un enfant de moins de 3 ans s il n a pas besoin d un écran? Il a besoin de l amour de ses parents et de nourriture, c est la base. Mais il a également besoin d être en relation avec les objets qui l entourent, de les porter à sa bouche, etc. Et c est ainsi qu il va pouvoir cognitivement construire un certain nombre de compétences : l éveil. C est ce qui lui permettra d apprendre plus facilement lorsqu il ira à l école.» Le contact physique avec les objets est impératif pour un enfant Jérôme Gaillard : «Il faut par ailleurs savoir qu un enfant de moins de 3 ans qui passe trop de temps devant les écrans, c est au détriment de son contact avec les objets. Il faut savoir qu un enfant entre 18 et 24 mois qui aligne des petits cubes jours après jours se construit le nombre «1». Il est dans le concept de nombre. Ceux qui au contraire, passent trop de temps sur des écrans au détriment du contact avec les objets, auront des problèmes d apprentissage. La notion de contact «physique» des objets situe un être dès son plus jeune âge dans l espace. C est donc impératif.» Comment introduire le numérique dans des classes de maternelle? Jérôme Gaillard : «Deux outils particuliers sont recommandés : L appareil photo numérique et le lecteur MP3 Ou la tablette numérique puisqu elle réunit les deux en un. Ces outils vont être au service de la pédagogie du chefd œuvre, c est à dire de permettre aux élèves de mettre en avant des compétences qu ils développent avec un portfolio au fur et à mesure qu ils vont manipuler et expérimenter les choses en classe. Si écrire son nom, faire des constructions ou des transvasements sont des activités qui permettent de développer des compétences essentielles pour un enfant de maternelle, les outils numériques vont permettre de conserver une trace de ces activités. Par exemple : je réalise des vidéos de mes élèves avec mon téléphone portable, puis je les mets en ligne sur le site de l école. Elles permettent aux parents de voir de quelle manière nous travaillons dans les classes. Mais ces vidéos permettent également aux élèves de mettre en avant leurs compétences et leur évolution. L enregistreur MP3 permet de capter des comptines et histoires que l enfant pourra écouter et réécouter à volonté en suivant avec son livre. On réintroduit alors la notion de narration.» 10 Enseignement catholique des Yvelines

10 Leur apprendre à rechercher de manière efficace Jérôme Gaillard : «Prenons pour exemple un exposé sur le jaguar. Ils doivent effectuer des recherches et tapent jaguar dans la barre de recherche. Les six premiers sites sont en anglais et parlent de voitures, on est obligés d arriver au 7 e site et on a déjà perdu du temps. Ce site en question est Wikipédia qui nous propose quinze pages écrites par des adultes pour des adultes. Difficile à utiliser, pour intégrer, comprendre et enregistrer correctement. Il va falloir alors les guider vers des outils adaptés et utiles.» Sébastien Verbert Comment se sont-ils équipés? Sébastien Verbert : «Travailler sur des tablettes c est évidemment très excitant d un point de vue aventure pédagogique, mais ça a un coût. Dans le cas de l établissement de Saint-Joseph La Malassise de Saint-Omer, le financement est pris en charge par l école. Les tablettes sont ensuite mises à la location (avec option d achat) des parents d élèves 13 euros par mois sur 40 mensualités (de la 6 e à la 3 e ) et à la fin l ipad est propriété de l élève. Les applications de travail sont achetées par l école. L ensemble de la maintenance des tablettes est géré par deux enseignants de l école. Ce qui représente 1h en moyenne par semaine à deux pour l ensemble des tablettes.» Comment l enseignant utilise-t-il les tablettes? Sébastien Verbert : «Les principales applications utilisées sont disponibles sur itunes. L avantage d être ainsi connectés c est que le professeur, depuis son canapé le soir, peut déposer dans la boîte mail de ses élèves un document, cibler des classes ou des groupes. Le suivi de chaque élève est amélioré, les statistiques de résultats le prouvent. D un point de vue utilisation au quotidien, les tablettes nous permettent d aller beaucoup plus vite qu avec un ordinateur. L allumage est instantané. Il faut que la technologie soit au service de la pédagogie et surtout pas l inverse. Un élève ne comprend pas quelque chose? Pas de problème, il regarde sur Wikipédia et on l affiche sur le tableau principal en quelques secondes pour trouver l explication ensemble. On revient ainsi à quelque chose de plus terre à terre.» Les tablettes, un argument de poids Sébastien Verbert : «Les élèves ont un cartable qui est enfin beaucoup plus léger. Dans les tablettes on a l ensemble des manuels scolaires, donc le poids des cartables est considérablement allégé. Si les cahiers et les classeurs sont remplacés physiquement, l écriture elle, non. Il est indispensable de maintenir cette activité d écrit ne serait-ce que pour la mémorisation. C est une forme d intelligence.» Le suivi de chaque élève est amélioré, les statistiques de résultats le prouvent. Profs, ces catalyseurs d intelligence collective Sébastien Verbert : «La science proposée estelle disponible sans tablette? Bien sûr. Avant la tablette j enseignais, mais d une façon assez différente. La place du professeur au tableau et dans la classe change. Nous sommes de moins en moins au tableau et nous écrivons de moins en moins. Il y a moins de baisse de rythme lors des cours, la place au fond près du radiateur n existe plus. Aujourd hui en trois clics, l élève, sans avoir quitté sa place se retrouve à devoir argumenter un devoir projeté sur tableau. De même, la tablette ne remplace pas du tout l enseignant qui doit quand même venir en cours développer une certaine énergie. Avec cet outillà nous sommes uniquement limités par notre pertinence pédagogique. Nous devenons des catalyseurs d intelligence collective. Le but du jeu dans chaque cours est d aller chercher les différentes formes d intelligence et d essayer de les mettre en confrontation pour dégager de nouvelles choses. Le professeur est beaucoup plus disponible pour l élève. L élève quant à lui se retrouve aussi valorisé par son travail qui est mis sur une plateforme sociale comme Youtube.» La manière de préparer des cours change Sébastien Verbert : «Est-ce que le temps de préparation est plus court? La réponse est : non. Ni plus court ni plus long. En revanche, plus on cherche de nouvelles choses, plus on en découvre. Le puits est sans fond, ça nous donne envie d aller plus loin.» Enseignement catholique des Yvelines 11

11 Canopé, tel un guide Véronique Raze, directrice de la Maison de l éducation des Yvelines, est également à la tête de Canopé. Elle nous en explique l utilité. COMMENT CONSULTER? CANOPE est évidemment présent sur Internet. Il est possible de trouver toutes les ressources, mais aussi une multitude de vidéos à disposition via le web tv de l Académie de Versailles. Cette web tv à vocation pédagogique permet à des enseignants innovants de démontrer ce que ces nouveaux outils numériques peuvent apporter. Nous n avons rien à vendre LA VOCATION DE CANOPE. Cette structure indépendante publique se met à la disposition de l ensemble de la communauté éducative pour leur monter les outils numériques et leurs usages. Les chefs d établissements, comme les professeurs, ont besoin de conseils et d une expertise, ils se tournent alors vers elle. «Nous n avons rien à vendre», précise Véronique Raze. «Que vous achetiez un tableau numérique de la marque X ou de la marque Y, de toute façon ça n a aucune importance pour nous. Ce qui est important c est l usage que vous en ferez et les apprentissages que les élèves pourront ensuite suivre avec.» Il est important que les professeurs puissent mettre tout à leur sauce QUELLES SONT LES ATTENTES? Après 25 ans d existence d Internet, on se rend compte que la demande «papier» est toujours là, mais que nous prenons de plus en plus la direction d un monde numérique de qualité. «Avec Canopé nous sommes en train d évoluer nous aussi et de numériser l offre papier qui existait déjà», ajoute Véronique Raze. «Nous nous engageons vers des créations de ressources purement numériques. Nous en avons l exemple en géographie, avec du contenu spécialement développé pour les tableaux numériques.» Loin de se limiter à fournir du contenu, Canopé met également à disposition des enseignants des applications permettant de créer leurs propres cours, avec leurs propres contenus. «Il est important que les professeurs puissent mettre tout à leur sauce.» C était valable pour le papier, ce sera d autant plus simple grâce au numérique. 12 Enseignement catholique des Yvelines

12 Retrouver le désir d innover pédagogiquement Le philosophe Jean Caron nous éclaire sur le rôle et la place du professeur en charge de transmettre le savoir dans un monde numérique. La réflexion que je conduis sur le numérique depuis quelques années a commencé avec les évêques de France autour d une commission parce qu ils étaient préoccupés par l éducation et la transmission. Ils voulaient observer cette réalité, cerner quelles étaient les lignes de force et celles de fragilité par rapport à cette évolution vers le numérique. Les professeurs enseignent des matières très diverses, à des tranches d âge très diverses, ce qui soulève beaucoup de questions selon les cas de figure. Cette journée de conférence du 11 mars que nous avons passée ensemble fut riche. Elle ne sera féconde que si dans les établissements, en équipes éducatives, chacun s implique en ce qui concerne la formation. Hier, comme aujourd hui, le défi pour les professeurs est celui de la transmission. Il consiste à rejoindre le jeune. Ce jeune a de la ressource. Il faut donc faire le pari de la jeunesse dans la capacité qu il a de pouvoir tracer un chemin à partir d un monde plus complexe que celui qui était le nôtre. Il faut que nous, enseignants, trouvions notre place pour que le passé soit transmis avec du sens. Cette jeunesse est en train d inventer un monde inédit qu aucun de nous ne peut aujourd hui définir. La question est de savoir si nous avons à faire à une nouvelle génération ou à quelque chose de l ordre d une nouvelle culture, comme si une nouvelle humanité était en train d apparaître. La technologie a un rapport très fort avec la conscience, avec le rapport à soi, aux autres, au monde. Eventuellement sur le rapport à Dieu et au sens. Nous sommes au début d une révolution aussi forte que celle traversée durant la Renaissance. Tous les enseignants sont réunis pour se mettre face à une réalité (qu on accepte ou non) : notre monde se transforme avec le numérique. Et cette évolution n a d égale que celle traversée à la fin de la Renaissance avec l invention du livre, avec les nouveaux types de communication ou la révolution scientifique de la fin du XV e et du XVI e siècle. Pour les plus jeunes collègues cette évolution est une occasion de redonner du sens à leur travail, à notre engagement. Ce dynamisme est extraordinaire. Il faut bien tenir compte d une réalité : aujourd hui en France, il faut retrouver une croissance économique. Elle se fait par l employabilité et celle-ci nécessite une adaptation de la jeunesse et des futurs adultes aux évolutions technologiques. De nos jours, 30% de notre économie se fait via Internet et le e-commerce. Il est primordial que nous aidions cette jeunesse à trouver sa place dans notre société, dans une société déjà marquée par le numérique. Du coup quel est le défi des éducateurs : suffit-il pour les professeurs de surfer sur l effet de mode, de manière superficielle? Ou bien d identifier les manques? De quoi ont besoin les jeunes pour qu ils soient formés? Le rôle de l enseignant est donc central. Il n y a pas d apprentissage chez le jeune, s il n y a pas d identification à des personnes. Le présentiel du professeur est essentiel. Notre défi est aussi bien individuel que collectif. Il est intergénérationnel. Enseignement catholique des Yvelines 13

13 Retrouver le désir d innover pédagogiquement Le but d un enseignant est de faire en sorte que l élève puisse devenir autonome pour qu il puisse construire son propre cheminement. L éducation à l image ou aux médias a toujours été fondamentale dans l apprentissage de la culture et le devient peut-être encore plus aujourd hui. Il faut avoir l humilité de nous poser la question : est-ce que les modèles que nous avons en tête, les modèles de ce qu est un professeur, sont encore appropriés aux nouvelles générations? Admettons-le, nous avons toujours tendance à reproduire les enseignements que nous avons reçus de nos propres enseignants. Est-ce qu il n y a pas un moment où on doit se dire qu il faut accepter de changer? J ai envie de dire, oui. Quand on change, on invente, il y a des choses qui s ouvrent. Il faut retrouver le désir d innover pédagogiquement. Le défi de la formation sera toujours le même, il faut essayer d instruire la jeunesse, de la mettre debout, de la structurer. - Comment un jeune fait pour se structurer aujourd hui selon les différents âges de sa vie et la règle « »? - Comment le rapport au temps se construit? - Quel est le type de relation aux autres? comment l humanité est-elle en train de se construire? Est-ce que nous ne sommes pas en train de construire de petites tribus ou communautés? Quel est notre rapport au vrai? A partir de tout ceci, je vous propose six défis à relever. 1/ Le défi du corps. Il y a un problème dans le rapport à la machine. Est-ce qu on peut laisser faire tout le travail à des machines sans qu il y ait des personnes qui incarnent la vérité, le sens et la tâche à faire? 2/ Le défi des pièges du virtuel. Exemple : les dissections en biologie. L apprentissage doit se confronter à une pratique réelle et non virtuelle. 3/ Le défi de l attention longue. Il est vrai qu il y a des enfants qui ont du mal à se concentrer sur un travail un peu long dans le temps. Il faut pouvoir les garder et les captiver. 4/ Le défi de l unification. Internet ouvre une multiplicité de portes avec la capacité pour le jeune à regarder de multiples sources d information. Mais comment tout ça se centralise t-il? comment cela fait-il sens? Comment transformer ces multiples savoirs en une sagesse? En terme de compréhension du monde. Faire en sorte que l enfant comprenne que tout n est pas permis. Il faut que l enfant puisse s approprier le savoir, et là, on n a rien inventé de mieux que le dialogue, l échange. La classe doit être un espace de dialogue pour pouvoir produire. 5/ Le défi de l isolement. On a cru au début qu Internet allait isoler les individus, puis on s est aperçu que ce n était pas vrai. Le désir reste fondamental. Le risque c est de vouloir être dans la quête de nos semblables, de ceux qui partagent nos goûts. Du coup il y a un vrai risque à séparer les communautés les unes des autres. La force d une classe, comme celle d une société, c est de réunir des individus différents. 6/ Le défi de la sagesse. Le risque d Internet est de savoir où est le discernement, où est la fonction critique dans le savoir. Est-ce que l on est dans le divertissement? Est-ce que l on rend possible le savoir? On doit rechercher le sens. On doit pouvoir passer ces troubles là et trouver du sens et trouver de nouveaux moyens de transmettre. Il faut relever ensemble ce défi de la transmission. La balle est dans notre camp. Est-ce que vous voulez davantage donner un sens à votre métier d enseignant? 14 Enseignement catholique des Yvelines

14 Une journée riche d enseignements Nul doute que chaque personne ayant pris part à cette journée d échanges du 11 mars dernier au centre de conférences des Pyramides à Le Port Marly en Yvelines en gardera un souvenir enrichissant. Organisées avec succès par Olivier Roucher et Stéphane Ponchon, menées avec brio par le maître de cérémonie David Abiker, ces quelques heures passées à écouter, réagir auprès des intervenants devront nous permettre d avancer ensemble avec confiance pour apprivoiser cette culture numérique et la faire nôtre. Une conférence couronnée d un franc succès pour l enseignement catholique des Yvelines. Arrivée des 2500 enseignants aux Pyramides de Le Port Marly (Yvelines). Les enseignants prenant place vers 8h45. Les professeurs Sébastien Verbert et Jérôme Gaillard convertis au numérique et venus faire partager leurs expériences. Démonstration des tableaux numériques par les exposants présents. David Abiker en parfait maître de cérémonie. Enseignement catholique des Yvelines 15

15 Formation & Financement

16 La formation au cœur de l évolution numérique Les nouvelles pratiques pédagogiques, sur le fond ou sur la forme, passent nécessairement par l appropriation de ces dernières par les enseignants. Pour cela, la formation continue, mais aussi la collecte des bonnes pratiques sont des clés essentielles pour l optimisation de la mise en place de ces nouvelles technologies et de ce qu elles peuvent apporter. Il n y a pas d évolution de l enseignement sans évolution de l enseignant. Pour que le numérique entre à l école, il devra passer par les enseignants et par leur faculté d adapter leur enseignement aux nouveaux outils mis à leur disposition. Pour les accompagner dans cette mue, plusieurs organismes sont mis à profit et, notamment, les centres qui dispensent la formation continue. Parmi eux, l AFAREC, Association pour la Formation l Animation et la Recherche dans l Enseignement Catholique, accompagne les enseignants. Pour Delphine Daux, Responsable de l a formation continue à l AFAREC Ile de France, «le numérique a bouleversé la manière de dispenser les formations. Les formateurs peuvent créer le lien avec les enseignants, avant même que la formation ne commence. Un mois avant la session, on peut envoyer un questionnaire pour connaître l équipement des stagiaires, leurs besoins, leurs attentes, afin d y répondre au plus près». Le numérique permet également de mettre à profit, au moment des intersessions de formation, les choses apprises. «Lorsque les stagiaires repartent dans leurs classes et expérimentent les choses acquises auprès de leurs élèves, le numérique permet un travail collaboratif, un échange d expérience, une mutualisation des outils et des expérimentations, entre le formateurs et eux». Enfin, après l apprentissage, les formateurs peuvent garder un lien avec les stagiaires qui, eux-mêmes, peuvent communiquer et échanger avec les autres enseignants ayant participé à leur session. «On peut continuer l émulation qu il y a pu y avoir lors de la formation, par des groupes qui se constituent, des échanges de documents collaboratifs, par un retour, même 6 mois après, d un enseignant qui dit voilà ce que j ai monté, je le transmets au groupe. Surtout on voit là la mutualisation des échanges et l importance pour les stagiaires de «réseauter» avec les autres enseignants et d agrandir leur cercle. C est essentiel d échanger entre pairs», explique Delphine Daux. Pour cela, l AFAREC met en place un ENT (Environnement Numérique de Travail) pour chaque formation. 18 Enseignement catholique des Yvelines

17 Mais l AIRIP doit systématiquement aller vers les enseignants qui n ont pas le réflexe de solliciter l association. «Les professeurs ont du mal à valoriser leur travail, explique la présidente. Ils pensent que ce qu ils font est banal et peuvent avoir une certaine pudeur ou un manque d estime de soi. Donc ils ne viennent pas vers nous». L AIRIP tente donc de diffuser auprès des enseignants, demandeurs ou récalcitrants, les initiatives réussies d introduction du numérique. «Il y a des blocages très forts au numérique, proches de la peur, de la non maitrise ou de la perte de pouvoir de la part des enseignants. Mais une fois qu ils maitrisent ces outils pour eux-mêmes, ils sont capables de les utiliser dans la pratique de leur profession». Le Numérique n est donc qu un outil. Il suffit de l appréhender pour le maîtriser. Jérémie Kopaniak Outre la formation, les enseignants ont également des initiatives personnelles Mais, parfois, les enseignants n attendent pas les formations pour s approprier le nouvel outil numérique. Ils le font de manière individuelle et spontanée et développent des pratiques nouvelles dans leur salle de classe. L AIRIP, Association Inter-diocésaine pour la Recherche et l Innovation Pédagogique, se charge de tenter de faire connaître ces pratiques au plus grand nombre. Créée en 1984, cette association est née de la volonté d animateurs, de directeurs ou d adjoints des directions diocésaines qui ont voulu valoriser le travail fait par les enseignants autour de l informatique. «L objectif était de permettre une diffusion de ce qui se faisait de manière individuellepar des enseignants, explique Josiane Meneault, présidente de l association. Chacun garde son travail pensant que ce n est pas révolutionnaire». Grâce à ses membres, répartis dans les différents diocèses, AIRIP repère donc les initiatives, les groupes de travail ou de recherche constitués par des enseignants, et diffuse leur travail auprès de leurs pairs via ses publications.«il faut que cela vienne du terrain, que cela soit ancré dans le coeur du métier», précise Mme Meneault. Enseignement catholique des Yvelines 19

18 A la pointe de la technologie Le Cèdre groupement d achat fondé en 1998, est bien connu des établissements catholiques des Yvelines. En effet, 98% d entre eux y adhèrent pour effectuer leurs achats et ainsi bénéficier des meilleurs tarifs négociés par le Cèdre sur de nombreux marchés (alimentation, photocopieur, fournitures de bureau, mobilier, etc ) Depuis 5 ans déjà, le Cèdre a ouvert un marché informatique pour répondre aux enjeux du projet pédagogique numérique des établissements et les accompagner dans leur équipement, à prix négocié bien sûr! Pour ce faire, le Cèdre s est rapproché d associations pertinentes telles Informatec. Informatec 78 est en charge pour les plus gros établissements scolaires des Yvelines de sécuriser des données numériques, de bâtir les grands schémas Pierre Antoine VARIN directeurs informatiques ou l architecture des systèmes d information dans les établissements. Puis le Cèdre est allé voir sur le terrain quels étaient les bons artisans de l informatique qui connaissaient bien leur OGEC. Ainsi, le Cèdre propose aujourd hui une offre complète et parfaitement adaptée de multimédia pédagogique (vidéoprojecteurs, labos de langues, tableaux blancs interactifs, tablettes et classes mobiles) qui positionne les établissements à la pointe de la technologie. Les classes mobiles justement, comprenant chariots, tablettes et logiciels, peuvent être négociées clé en main - avec des grands fabricants connus - ou intégrées (en bundle) et testées pour une qualité pédagogique et un rapport qualité prix optimisés. Sur les offres intégrées, jusqu à 25% d économie sont réalisées par rapport au prix public conseillé. Côté service, le fournisseur retenu est en mesure d accompagner l établissement pour une prise en main des solutions et une formation adaptée. Autre exemple : Microsoft a signé un partenariat avec l OIEC (Office International de l Enseignement Catholique) pour la fourniture et l utilisation de ses logiciels, en s appuyant sur un unique distributeur. Ce dernier est déjà référencé par le Cèdre. Mais ce n est pas tout! Le Cèdre est un formidable observatoire des pratiques et des besoins en matière de numérique dans les établissements scolaires, ce qui lui permet d anticiper les évolutions des achats et de commencer à élaborer des offres pertinentes pour le futur. Le chef de marché informatique, Pierre-Antoine Varin, travaille ainsi déjà sur l environnement numérique de travail ou sur le cloud computing, en attendant que des solutions matures soient proposées par des fournisseurs. Si ces noms ne vous parlent pas encore pleinement, cela deviendra une réalité dans les 3 ans. Alors le Cèdre est résolument aux côtés des adhérents pour les éclairer et les accompagner dans leurs achats et dans la mise en relation avec des fournisseurs pertinents. Nathalie Faure ), déléguée régionale, est ainsi le contact privilégié de la DDEC 78 et de tous ses établissements. Nathalie FAURE Enseignement catholique des Yvelines 21

19 Le grand entretien

20 On ne reviendra pas en arrière Fernand Girard, délégué général honoraire de l enseignement catholique, et président de RénaSup, nous livre son regard sur l évolution du système scolaire à l aube du numérique. Fernand Girard fonde en 1999 RénaSup, une association qui a vocation de s occuper de l enseignement supérieur, et notamment des BAC+2. Cette filière qui englobe les BTS est extrêmement porteuse pour l emploi. «C est une catégorie dite plus populaire, pour des jeunes moins intellectuels qui leur permet tout de même de faire un parcours scolaire d excellence.» Par ailleurs, il officie également au collège des Bernardins sur des groupes de réflexion. Fernand Girard fût même nommé en 2012 par le gouvernement comme membre du Haut Conseil pour l Éducation. Aujourd hui quel est votre positionnement quant à la question du numérique? Aujourd hui on est loin de pouvoir faire un bilan puisqu on en est à l ouverture dans le monde scolaire de la question du numérique. Il y a aujourd hui une réalité qui s appelle les «digital natives» et qui ont des caractéristiques comportementales spécifiques. Et cette génération va dans une école qui commence seulement à fréquenter le numérique. Il y a donc une certaine contradiction aujourd hui entre ces deux mondes. C est à dire? A l école on travaille sur la transmission des données du savoir, lente, progressive. On sollicite peu l activité de l élève. Et puis avec une évaluation, par échec ou réussite, sur ce qui est transmis, rarement sur une production du jeune. Quand le jeune travaille avec le numérique, il va au contraire, chercher des informations, il est motivé pour effectuer une recherche. Il peut d ailleurs s y perdre. Mais il est actif, il a l impression d apprendre et il apprend en dehors d une autorité constituée. L ancien maître avait toute l autorité sur le savoir. Ici le jeune se crée sa propre expérience au travers d une mine de savoirs déjà constituée. Ça redéfinit le rôle du professeur et de l élève? On passe de la posture de l école qui transmet tout, avec un maître qui sait, ou qui est sensé savoir, qui dispose d une autorité avec un contrôle sur le bagage qui est distribué, à un bagage qui se constitue progressivement à l aide de moyens extérieurs à l école et avec un maître qui devient plus un accompagnateur, une aide, qu un distributeur de connaissance. C est un changement substantiel. Le rôle du professeur est-il fragilisé? Il peut y avoir des élèves qui vont chercher des connaissances essentiellement par le biais d Internet et qui critiquent leurs professeurs aussi. Ça ne se dit pas toujours, mais peut créer de vives tensions. Donc pour l instant nous sommes plus dans une confrontation, une recherche de complémentarité qui à ce jour n est pas du tout maîtrisée. Mais que l enseignant l accepte ou non, la confrontation est devenue inévitable. L élève peut prendre l initiative de son côté (ce qu on ne peut pas blâmer) de s informer, de se documenter facilement Oui, c est indéniable. Cette confrontation est réelle. Et si problème il y a, c est plus un problème d autorité qu un problème d ego. Jusqu ici, l enseignant incarnait le savoir, et là il l accompagne. Il n en n est plus le dépositaire unique et il faut qu il s accommode de l existence d autres sources d information. Ça devient un pédagogue au sens fort du terme, plus qu un distributeur de données. 24 Enseignement catholique des Yvelines

Actions de formation 2015-16

Actions de formation 2015-16 Actions de formation 2015-16 PLAN DE FORMATION ÉTABLISSEMENTS DU 1 ER ET DU 2 D DEGRE DIRECTION DIOCESAINE 6 novembre 2015 L offre 2015-2016 témoigne de notre volonté de poursuivre l accompagnement des

Plus en détail

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010 DVD APPRENDRE la science et la technologie à l école SCEREN distribué aux écoles ou aux participants Plan 1. Les attentes institutionnelles ( programmes 2008) 2. Des éléments essentiels à connaître 3.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Compte-rendu de la soirée «Etre parent avec une tablette numérique» du 9 avril 2013

Compte-rendu de la soirée «Etre parent avec une tablette numérique» du 9 avril 2013 Compte-rendu de la soirée «Etre parent avec une tablette numérique» du 9 avril 2013 Intervention de Nicole Pignier (maître de conférences et responsable pédagogique de Licence professionnelle Webdesign)

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux?

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Depuis septembre 2011, j expérimente une utilisation à but pédagogique de Facebook. J ai d abord ouvert un «groupe 1» destiné à mes élèves du Lycée Corneille,

Plus en détail

Balises pour le choix d une tablette

Balises pour le choix d une tablette Balises pour le choix d une tablette Petit guide issu de nos tests et expériences sur les différents modèles de tablettes dans le cadre du handicap. N hésitez pas à approfondir le sujet sur le site http://lestactiles.be

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Usages pédagogiques des tablettes

Usages pédagogiques des tablettes Usages pédagogiques des tablettes 1. Qu est-ce qu une tablette? Bien que définie comme un «ordinateur portable et ultraplat, qui se présente comme un écran tactile et qui permet notamment d accéder à des

Plus en détail

Projet Portfolio Numérique de l Elève.

Projet Portfolio Numérique de l Elève. Projet Portfolio Numérique de l Elève. 1/ Présentation. Bonjour et bienvenue sur cette présentation du projet de portfolio numérique de l élève. Ce projet a pour de but de donner à l élève un espace dans

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

Des ipad dans les écoles angevines : un projet ambitieux

Des ipad dans les écoles angevines : un projet ambitieux DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Corine Busson-Benhammou Responsable Relations Presse Tél : 02 41 05 40 33 - Mobile : 06 12 52 64 98 Courriel : corine.busson-benhammou@ville.angers.fr Angers est la

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR!

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! Collège ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! par Sébastien HACHE, IREM de Strasbourg Co-responsable de projet «Mathenpoche papier» Modestement mais résolument, Sésamath fait son Manuel

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Comment encadrer l étude de nos élèves

Comment encadrer l étude de nos élèves Comment encadrer l étude de nos élèves Animatrices : Marie-Chantal Espinasse et Lisette Richer, professeures Cégep Marie-Victorin Atelier 8B 38 Secrétaire : Claire Morasse, professeure Cégep François-Xavier-Garneau

Plus en détail

un ordinateur pour chaque collégien!

un ordinateur pour chaque collégien! INVESTIR DANS L ÉDUCATION, C est LE CHOIX DU DÉPARTEMENT! cinq collèges en construction. 50 % de la carte Imagine R remboursés aux collégiens, lycéens et étudiants. 13 000 aides à la demi-pension accordées

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE 1 METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Architectures Numériques d'informations. Usages, Contenus et Technologies. Paris, 2 juillet 2010 L emprunteur se fait rare 2 Evolution

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales.

ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. ACQUISITIONS DES NOTIONS GRAMMATICALES 1 - Principes dont il faudra tenir compte A. Acquisition de notions grammaticales. Un concept s acquiert à partir d exemples, de contre-exemples dont on dégage des

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2

Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2 Les plateformes collaboratives au service de l individualisation «Regards croisés» Expérience n 2 Qui? Chantal Boitel, professeur en économie gestion option comptabilité Où? Au lycée Paul Émile Victor

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

L alphabétisation après le livre

L alphabétisation après le livre Edito L alphabétisation après le livre Dans le cadre de l étude sur l impact de l alphabétisation que nous avons menée en 2010 1, nous avions par Catherine STERCQ notamment questionné les apprenants sur

Plus en détail

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI :

LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : LES RESSOURCES NUMERIQUES ET LE CDI : QUELS ENJEUX POUR L'ETABLISSEMENT? QUELLES RESSOURCES ET QUELS ACCES POUR QUELS PUBLICS? Intervenants : Jean-Louis DURPAIRE, Inspecteur général de l'éducation nationale.

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Introduction «Le développement et l expérimentation de l enseignement de l anglais intensif de l anglais, langue seconde, au Québec

Plus en détail

Dossier de presse. Congrès AGEEM Dijon Juillet 2016

Dossier de presse. Congrès AGEEM Dijon Juillet 2016 Dossier de presse Congrès AGEEM Dijon Juillet 2016 ageem 21 École maternelle Victor Hurgo 4, rue Raoul de Juigné 21000 DIJON 03 80 58 02 68 http://ageem21.fr/ Secrétariat du congrès 39, rue d York 21000

Plus en détail

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité

Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Culture du livre / Culture des écrans : l indispensable complémentarité Serge TISSERON Psychiatre Docteur en psychologie HDR à l Université Paris-Ouest http://www.sergetisseron.com Pourquoi parler de:

Plus en détail

Des jeunes pousses pour des génies en herbe!

Des jeunes pousses pour des génies en herbe! Des jeunes pousses pour des génies en herbe! Vendredi 13 et samedi 14 novembre 2015 96 boulevard Bessières 75017 Paris Apprendre, Apprendre à apprendre, Apprendre à aimer apprendre Depuis quelques années,

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

La sécurité sur Internet

La sécurité sur Internet La sécurité sur Internet si on en parlait en famille? Petit guide à l usage des parents Internet pour tous Internet de demain Réalisé avec l aide du ministère de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Trois entités forment notre groupe : Découvrez notre univers et rejoignez-nous. PARTN AIR GROUP 10 route des flandres 60700 St Martin Longueau

Trois entités forment notre groupe : Découvrez notre univers et rejoignez-nous. PARTN AIR GROUP 10 route des flandres 60700 St Martin Longueau La philosophie de Partn air Group est simple : créer des pôles de compétences dans tous les domaines autour de l aéronautique. Chaque collaborateur possède une fibre «aéro», qu il soit créatif, développeur

Plus en détail

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Enquête initiée par l INS HEA dans le cadre de l ORNA Sommaire Le contexte 3 La méthodologie

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Atelier d échecs : le mat de l escalier. Identification du scénario

Atelier d échecs : le mat de l escalier. Identification du scénario Atelier d échecs : le mat de l escalier Titre : Atelier d échecs : le mat de l escalier Académie : Créteil Département : 94 Auteur : Catherine Broch Identification du scénario Résumé : L enfant apprend

Plus en détail

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS

Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Lycée G. Colomb 70 Lure Accompagner les élèves en difficulté Favoriser l intégration des Bac Pro en 1 ère année STS Rapport final - Résumé du projet : Améliorer l intégration des étudiants issus de baccalauréat

Plus en détail

Compte- rendu de l atelier 1 :

Compte- rendu de l atelier 1 : Journée des ressources numériques et des actions pédagogiques - 19 mai 2014 Compte- rendu de l atelier 1 : De quelles ressources numériques ont besoin les enseignants? Echanges à partir d un bilan de l

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Université Paris 8 Institut d études européennes

Université Paris 8 Institut d études européennes Université Paris 8 Institut d études européennes Master 2 professionnel La Construction européenne : Les enjeux et dynamiques de l intégration européenne Méthodologie de montage de projet Eva MOSER N d

Plus en détail

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 1- Définition Le contrat local d accompagnement à la scolarité (CLAS) regroupe l ensemble des actions visant à offrir, aux côtés

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle.

Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle. Document d'accompagnement pour une mise en œuvre des ateliers individuels de manipulation à l'école maternelle. 1 Des ateliers individuels de manipulation pour agir, comprendre, apprendre et devenir élève.

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Guide sur l accessibilité des ressources numériques pédagogiques

Guide sur l accessibilité des ressources numériques pédagogiques Guide sur l accessibilité des ressources numériques pédagogiques Quelques pistes sur la manière de rendre accessibles au plus grand nombre d étudiants les ressources diffusées sur les plateformes pédagogiques

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

Cette enquête, envoyée une première fois le 2 avril et clôturée le 15 avril, avait deux objectifs principaux :

Cette enquête, envoyée une première fois le 2 avril et clôturée le 15 avril, avait deux objectifs principaux : Depuis quelques années, les besoins en accompagnement numérique exprimés par les acteurs du tourisme d Auvergne se sont accrus. La réponse apportée par le CRDTA a été la mise en place d'une formation d'animateur

Plus en détail

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage)

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage) A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE Résumé par Olivier Descamps (Manage) Ceci n est qu un résumé des discussions très intéressantes et très interactives de l atelier 2. J ai préféré garder

Plus en détail

Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique. Juin 2011

Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique. Juin 2011 Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique Juin 2011 Martin Chailloux 05/05/2011 Projet de formation continue Formation à la bureautique à distance Sommaire Formation à la bureautique

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI»

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» 1. Qu est ce que la normalité adoptive? a. Discrimination Il est nécessaire de les

Plus en détail

FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2. L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3

FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2. L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3 FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2 L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3 L acte d apprendre basé sur le principe de classe inversée... 4 Ecole numérique et connectivisme... 5 CENTRE

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

BULLETIN DE PRE-INSCRIPTION AUX FORMATIONS

BULLETIN DE PRE-INSCRIPTION AUX FORMATIONS BULLETIN DE PRE-INSCRIPTION AUX FORMATIONS NOM NOM DE JEUNE FILLE PRENOM DATE DE NAISSANCE / / STATUT Artisan Conjoint(e) Conjoint(e) collaborateur Associé non salarié Autres Si Artisan, préciser la date

Plus en détail

Qu est-ce qu apprendre à l époque digitale?

Qu est-ce qu apprendre à l époque digitale? Qu est-ce qu apprendre à l époque digitale? Amodsen Chotia, Centre de recherche interdisciplinaire, Université Paris Descartes Quels sont les grands changements attendus? Les changements qui se sont opérés

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET D EQUIPEMENT D UNE BORNE INTERNET

PRESENTATION DU PROJET D EQUIPEMENT D UNE BORNE INTERNET PRESENTATION DU PROJET D EQUIPEMENT D UNE BORNE INTERNET Plusieurs résidants ont exprimé leur désir de s initier à Internet. En conséquence, un projet d animation a été prévu pour répondre à cette demande

Plus en détail

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014

PROJET FORMATION. Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9. Année 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants 194 Avenue Rubillard 72037 LE MANS Cedex 9 Formation financée par la Région des Pays de La Loire Tél : 02 43 43 28 14 ou poste 32814 Fax : 02 43 43 29 30 - e-mail

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés?

Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? DOSSIER Echec scolaire Ecoles primaires en quartier défavorisé: que faire pour surmonter les difficultés? Nous avons posé la question à Véronique Grosjean, conseillère pédagogique pour les écoles du réseau

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE?

VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE? VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE? Organisateur ACTEURS DE LA VIE SCOLAIRE Coordinateur et animateur Laurent THOVISTE, Rédacteur en chef, Acteurs de la vie scolaire En comparaison avec d autres pays européens,

Plus en détail

r ÂGE DES ENFANTS r CONTRÔLE «PARENTAL»

r ÂGE DES ENFANTS r CONTRÔLE «PARENTAL» Les membres de la Corporation du lycée Claudel, réunis en Assemblée Générale le 20 juin 2014, ont souhaité la création d un «comité numérique» chargé notamment des questions de santé et de sécurité dans

Plus en détail

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ PAR YANNICK MÉRIGUET - 2015 TABLE DES MATIÈRES LES REMARQUES GÉNÉRALES 2 LES TYPES D ARTICLES 2 LES STRUCTURES D UN ARTICLE QUI MARCHE 3 EXEMPLES PRATIQUES

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE

BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE BAROMÈTRE INRIA 2014 - TNS SOFRES BIENVENUE DANS L ÈRE DE L HOMO NUMERICUS! LE POUVOIR D AGIR EN TOUTE CONSCIENCE 2 Ème Édition mars 2014 sommaire Édito P.04 P.08 P.10 La perception des français - 2011-2014

Plus en détail

MANUEL DU BLENDED LEARNING

MANUEL DU BLENDED LEARNING MANUEL DU BLENDED LEARNING ÉDITION 2014 www.360learning.com SOMMAIRE Définition... 4 Pourquoi proposer du Blended Learning à ses clients... 5 Les phases du Blended Learning... 7 9 arguments pour vendre

Plus en détail

De l autoformation à l e-inclusion : des ateliers numériques adaptés

De l autoformation à l e-inclusion : des ateliers numériques adaptés De l autoformation à l e-inclusion : des ateliers numériques adaptés Médiathèque François Mitterrand de Lorient Objectif de l'action L espace autoformation de la Médiathèque François Mitterrand de Lorient,

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012)

LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012) LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012) 12,2 millions ont réservé en ligne, soit 73 % de transformation. (Source

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

Maxicours.com innove avec la création d un service mobile gratuit pour ses abonnés et fait peau neuve pour la rentrée scolaire 2012

Maxicours.com innove avec la création d un service mobile gratuit pour ses abonnés et fait peau neuve pour la rentrée scolaire 2012 Maxicours.com innove avec la création d un service mobile gratuit pour ses abonnés et fait peau neuve pour la rentrée scolaire 2012 24 août 2012 Communiqué de Presse Nouveau logo et nouvelle home, sont

Plus en détail

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES PROJET PEDAGOGIQUE Accueil des matins, midis et soirs, Temps d Activités Périscolaires (T.A.P.) - 1 - INDEX 1 Les objectifs permanents 1-1 Bien-être,

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Les tablettes numériques en EPS. Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques.

Les tablettes numériques en EPS. Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques. Les tablettes numériques en EPS Repères. Les différents types de tablettes et leurs caractéristiques. Document actualisé le 17 Mars 2013 Repères L objectif de cet article est de donner des repères quand

Plus en détail

Les tablettes ipad / Androïd Mise à jour novembre 2014

Les tablettes ipad / Androïd Mise à jour novembre 2014 Réseau des médiathèques des Portes de l Essonne SÉANCE-DÉCOUVERTE À l INFORMATIQUE MÉDIATHÈQUE SIMONE de BEAUVOIR Les tablettes ipad / Androïd Mise à jour novembre 2014 La documentation des séances découverte

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015

Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015 Apports et usages de la tablette en classe de FLE/FLS EIAH 2015 Laurent Carlier Enseignant / Consultant-Formateur numérique pédagogique inovateach lt.carlier@gmail.com Résumé. L enseignant à l ère du numérique

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Premiers Pas avec OneNote 2013

Premiers Pas avec OneNote 2013 Premiers Pas avec OneNote 2 Présentation de OneNote 3 Ouverture du logiciel OneNote 4 Sous Windows 8 4 Sous Windows 7 4 Création de l espace de travail OneNote 5 Introduction 5 Présentation des différentes

Plus en détail

Analyse des résultats des sondages

Analyse des résultats des sondages Année scolaire 2009-2010 ÉVALUATION DE LA PREMIÈRE ANNÉE DE L EXPÉRIMENTATION Analyse des résultats des sondages Direction générale de l enseignement scolaire Sous-direction des programmes d enseignement,

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail