Master 2 Droit des NTSI Exposé du 28 janvier 2013 QUEL TAUX DE TVA DOIT-ON APPLIQUER EN EUROPE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master 2 Droit des NTSI Exposé du 28 janvier 2013 QUEL TAUX DE TVA DOIT-ON APPLIQUER EN EUROPE?"

Transcription

1 Master 2 Droit des NTSI Exposé du 28 janvier 2013 QUEL TAUX DE TVA DOIT-ON APPLIQUER EN EUROPE? Sébastien Faure Géraldine Blanadet

2 Sommaire I. Introduction II. L'actuel traitement fiscal du livre numérique en Europe : A) Le régime fiscal du livre numérique au niveau européen, en France et au Luxembourg ; B) Les conséquences de cette application contra legem pour la France et le Luxembourg ; III. Le débat que suscite cette dichotomie : A) La commission qui se mord la queue ; B) La commission qui se mord les doigts ; IV. Conclusion V. Bibliographie

3 Introduction La TVA réduite pour le livre numérique fait entrer Bruxelles en résistance. Ce bras de fer oppose la Commission Européenne, gardienne des Traités, à la France et au Luxembourg. Elle fait suite à une interprétation divergente quant au taux de TVA applicable aux livres numériques. Le livre numérique ou encore livre électronique est «un livre édité et diffusé en version numérique, disponible sous forme de fichier, qui peut être téléchargé, stocké et lu sur un écran 21 tel que celui d'une liseuse, d'un ordinateur personnel ou d'une tablette tactile». 1 «Le terme «livre électronique» a un double sens. C est à la fois le contenu (l œuvre) et l équipement qui permet de lire. Dans un livre classique, les deux sont indissociables: le livre est imprimé et il est à usage unique. Il faut avec l électronique distinguer le fichier informatique et le matériel. Pour ce dernier, on pourra utiliser d autres termes plus explicites comme celui de «liseuse» ou «reader». 2 La fiscalité relève d'une compétence partagée entre l'union et les États membres. Conformément à l'article 2 TFUE, cela signifie que l'union et les États membres peuvent légiférer et adopter des actes juridiquement contraignant dans ce domaine. Les États membres exercent leur compétence dans la mesure où l'union n'a pas exercé la sienne. Ce mécanisme donne une certaine liberté aux deux parties. Une liberté qui peut-être un frein, notamment lorsqu'ils existent des opinions divergentes. Ceci est le cas pour la TVA applicable aux livres numériques. Ainsi se pose la question de savoir quel taux de TVA doit-on appliquer en Europe? Ceci nous amène à consacrer une étude approfondie de l'actuel traitement fiscal du livre numérique en Europe (I), afin de mieux pouvoir apprécier l'ampleur du débat que suscite cette dichotomie (II)

4 I. L'actuel traitement fiscal du livre numérique en Europe : Dans cette partie nous allons analyser le régime fiscal au niveau européen (A), sachant que nous allons d'abord nous arrêter sur le régime retenu par le Conseil de l'union Européenne, avant d'examiner l'application de ces grandes lignes par la France et le Luxembourg. Cette analyse nous permettra de mieux comprendre la position contra legem adopté par la France et le Luxembourg (B). A) Le régime fiscal du livre numérique au niveau européen, en France et au Luxembourg ; Au niveau européen, le Conseil se contente de poser les grandes lignes à respecter et laisse aux États membres la liberté de mettre en œuvre celles-ci. Le régime fiscal initié par le Conseil de l'union Européenne Chaque État membres est libre de fixer ses propres taux de TVA. Mais ce choix ne s'effectue pas en toute liberté. En effet, la directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de taxe sur la valeur ajoutée (la directive TVA) pose certaines conditions auxquelles les États doivent se conformer. Par exemple, le taux normal pour la TVA ne peut pas être inférieur à 15 % jusqu au 31 décembre Par ailleurs, les États membres peuvent introduire un ou deux taux réduits, dont le montant ne peut pas être inférieur à 5 %. De plus les taux réduits ne peuvent être appliqués qu'aux livraisons de biens et prestations de services des catégories figurant en annexe III de la directive TVA (telle que modifiée en dernier lieu par la directive 2009/47/CE). 3 Qu'en est-il pour les livres numériques? Pour la Commission européenne, le livre numérique est un "service". En revanche, le livre papier est considéré comme un bien culturel. Cette distinction prend tout son sens lorsque l'on constate que ces biens sont taxés à des taux différents. Alors que les biens culturels peuvent bénéficier d'un taux réduit, les service doivent se voir appliquer le «taux normal». Ainsi, selon la directive TVA de l'union européenne, le livre numérique devrait être taxé à 19,6%, comme la plupart des biens et services en France. Notons toutefois que certains livres imprimés ne sont pas concernés par la TVA réduite. C'est notamment le cas pour les livres vendus avec un produit ou un service en plus. 4 Le régime fiscal applicable en France La France applique trois taux en matière fiscale : Le taux normal de 19,6 % (art. 278 du code général des impôts) et qui concerne la majorité des ventes de biens et des prestations de services Le taux réduit de 7 % (art. 278 bis et suivants du CGI) qui est applicable aux biens et prestations de services qui relevaient du taux de 5,5 % avant le 1er janvier 2012 à l exception de certains biens et services limitativement énumérés par l article bis du CGI 3 4

5 Le taux réduit de 5,5% (art bis du CGI) est désormais réservé aux produits alimentaires, équipements et services pour handicapés, abonnements gaz et électricité, fourniture de repas dans les cantines scolaires, fourniture par réseau de chaleur produite à partir d énergies renouvelables ; Le taux particulier de 2,1% (art. 281 quater et suivants du CGI) est réservé aux médicaments remboursables par la sécurité sociale, aux ventes d animaux vivants de boucherie et de charcuterie à des non assujettis, à la redevance télévision, à certains spectacles et aux publications de presse inscrites à la Commission paritaire des publications et agences de presse. 5 Cette répartition a été modifiée par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi. En effet, à partir du 1er janvier 2014 les taux appliqués et conformément à l'article 68 de la troisième loi de finances rectificatives pour 2012 seront les suivants : Le taux réduit de TVA sera abaissé de 5,5% à 5% Le taux intermédiaire sera porté de 7% à 10% Le taux normal sera augmenté de 19,6% à 20% 6 Qu'en est-il pour les livres et plus particulièrement pour les livres numériques? La France considère le livre numérique comme un "bien culturel" et ne prend pas en considération la nature du support. Cette considération s'explique par le fait qu'un livre numérique se borne à reproduire scrupuleusement un livre imprimé. 7 Par conséquent seuls les livres numériques enrichis, comprenant des bandes sonores ou des vidéos sont considérés comme des services. Ainsi, le taux applicable au livre papier et au livre numérique, est le même, à savoir 7%. A partir de janvier 2013, ce taux va être rabaissé à 5,5%. Cette diminution a pour objectif de corriger les effets négatifs de l'augmentation de la TVA pour les livre physique et numérique, qui était passé de 5,5% à 7% en janvier Cette hausse de TVA avait fragilisé la filière notamment les libraires mais aussi les éditeurs de livres numériques. C'est pourquoi le gouvernement a décidé baisser à nouveau le taux de TVA à 5.5%. Ce nouveau taux de TVA de 5.5% sur les livres sera applicable au 1er Janvier 2013 sur les livres physiques mais aussi sur les livres numériques. 8 Nous remarquons que le taux de TVA appliqué aux livres numériques n'est pas le même par Bruxelles et par la France. Mais celle-ci ne fait pas «cavalier seul», au contraire, elle est soutenue par le Luxembourg où la TVA appliquée aux livres numériques est de 3%, le taux «normal» étant de 15%. Face à ces divergences on peut se poser la question comment Bruxelles a réagi. B) Les conséquences de cette application contra legem pour la France et le Luxembourg ; Le 3 juillet 2012, la Commission Européenne a mis en demeure la France et le Luxembourg en les sommant d'augmenter leur TVA sur les livres numériques d'ici un mois. Cet ultimatum fait suite à une lettre de mise en demeure envoyée par la Commission à laquelle la France n'a pas

6 répondue. Dans une lettre du 16 novembre 2011 adressée à la France, la commission a attiré l'attention de celle-ci sur le fait que ses taux sont incompatibles avec la directive TVA, qui classe les livres numériques en tant que prestation électronique. Ainsi, le taux applicable aux livres numériques doit correspondre au taux «normal», soit 19,6% pour la France. Bruxelles ne fait qu'appliquer à la lettre la législation Européenne, sans considération des arguments économiques avancés par la France. Celle-ci voit par l'alignement des taux un moyen pour développer le marché du livre numérique, dont l'utilisation reste modérée en France. 9 Par ailleurs, la France justifie l'application du même taux, en invoquant «la neutralité fiscale, dès lors que les livres disponibles par voie de téléchargement et les livres imprimés présentent le même contenu». 10 «Antoine Gallimard, directeur des éditions Gallimard, dans un entretien de la revue Le Débat (mars 2012), demande lui aussi que l'union européenne soit cohérente avec ses propres valeurs : "Le principe de la neutralité fiscale, constamment rappelé par la Cour de justice de l'union européenne, concorde avec l'idée d'une unité de la TVA sur le livre quel qu'en soit le support".» 11 De son côté le grand Duché s'interroge. C'est ainsi que le député Fernand Kartheiser s'est adressé à Octavie Modert et Luc Frieden, ministres de la Culture et des Finances, afin de leurs poser des questions à ce sujet. Ces derniers ont répondu au début de cette année. Pour eux, appliquer un régime différents selon qu'il s'agisse d'un livre papier ou d'un livre numérique n'a pas de sens, car «un livre est un livre, quelle que soit sa forme, électronique ou non.» 12 Ainsi, le gouvernement emploi les même arguments que la France, à savoir la neutralité du support : «à identité de fonction, une distinction entre support physique et support numérique ne s impose pas, concluent les deux ministres.» 13 Malgré cette injonction de la part de la Commission la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a déclaré vouloir continuer à appliquer le taux réduit au livres numérique en dépit des risques de sanctions qui pourraient se traduire par de lourdes amendes

7 II/ Le débat que suscite cette dichotomie : Nous avons vu dans une première partie les règles imposées par la directive TVA aux États membres. Pour rappel, un État ne peut pas mettre de TVA à taux réduit sur les services, et la Commission européenne classe justement les livres numériques en tant que service. Nous avons également vu dans une première partie les motivations de la France et du Luxembourg ; volonté du respect de la neutralité technologique d une part, et volonté de porter économiquement un nouveau secteur, le livre informatique. Nous allons analyser maintenant de plus prêt la position de la commission européenne qui se retrouve pris entre deux intérêts (A), et les critiques de cette position qui ont surgis, au sein des institutions de l UE (B). A) La commission qui se mord la queue ; Le 24 octobre 2012, la commission rend un avis motivé sur cette affaire, et donne un mois aux deux pays de mettre en conformité leur fiscalité, avec la menace de la saisine de la cour de justice de l Union Européenne. Au 30 décembre 2012, aucune saisine n a encore été faite. Mais que reproche la commission à ces deux pays, alors qu ils prônent la neutralité technologique? Dans son avis du 24 octobre 2012, elle explique que cette situation «crée de graves distorsions de concurrence au détriment des opérateurs des 25 autres États membres de l Union». Pour rappel, l Union Européenne est un marché unique. Les personnes, les biens, les services et les capitaux peuvent circuler librement au sein de l Union. Tous les biens comme les livres papiers peuvent circuler au sein de l Union Européenne, et tous les services comme les livres numériques également. Pour avoir un marché commun, il faut un minimum de règles communes 14. Dès le commencement de la construction européenne, la nécessité de rapprocher les taxes indirectes - les Etats gardent toute leur souveraineté sur les taxes directes- semblait inévitable pour avoir un environnement sain de concurrence. Cette volonté s est traduite par différentes directives depuis les années 1970, dont la dernière date de 2006 avec la directive TVA. Les différents traités de l Union Européenne posent comme principe la neutralité fiscale, l impôt doit influer le moins possible sur les acteurs économiques, pour ne pas fausser le jeu de la concurrence. Un pays appliquant une TVA réduite attirerait les consommateurs et les entreprises 15. C est à la Commission de veiller à l application des règles de concurrence. 16 La concurrence implique l'idée d'une sélection et l'existence d'un gain attribué au vainqueur du concours. Cette concurrence est valorisée comme un facteur de réussite économique car on considère que c'est elle qui va permettre d'offrir des meilleurs produits à meilleur coût aux consommateurs 17. Ainsi, dans le cadre de la TVA, et au regard des obligations imposées par le directive TVA, le fait que deux États réduisent leur taxe indirecte sur la vente de livre numérique peut constituer une Cf. Champeau, Caractère du droit de la concurrence, Jurisclasseur

8 véritable distorsion de concurrence lorsque les autres États membres respectent cette obligation. Un dernier élément qui expliquera la décision de la commission, tient au fait que l assujetti de la TVA en Europe est le vendeur, qui la répercute sur ses prix 18. Un Français qui veut acheter un livre numérique au Luxembourg paiera la TVA du Luxembourg. Il est donc compréhensible pour la commission de demander à la France et au Luxembourg de rétablir leur taux de TVA à la normale, car elle doit protéger les 27 États membres dans leur ensemble, et cet état de fait est dangereux pour le marché unique. A titre d illustration, le Luxembourg est devenu le paradis fiscal de l e-book avec ses 3% de TVA 19. Un porte-parole de la Commission (Olivier Bailly) explique que 90 % du business des e-books a été transféré au Luxembourg. Emer Traynor, autre porte-parole de la Commission avance que le taux réduit des livres numériques en France et au Luxembourg a fait perdre 37,3 millions d euros. 20 Cependant, la Commission reconnaît que l'application d'un taux différent aux livres papiers et numériques semblent être quelque peu dépassé. Elle le reconnaît notamment dans les principes directeurs de la grande consultation principes directeurs, qui prendront fin début janvier, et qui ont pour objectif d'harmoniser les politiques fiscales : «Les biens et services similaires devraient être soumis au même taux de TVA et le progrès technologique devrait être pris en considération à cet égard, de façon à ce que l'on puisse résoudre le problème de la convergence entre les supports physiques et électroniques» Ainsi, la commission n'est pas insensible à l'option d'aligner la fiscalité des deux supports. D'autant plus que les technologies numériques ne cessent de se développer. Mais ce désir de se conformer aux évolutions économiques actuelles ne doit pas conduire à un non-respect de la législation européenne : «La fin ne justifie pas les moyens» 21. Or c est justement cette ouverture de la commission qui ouvre la voie aux critiques, et pas forcément européennes B) La commission qui se mord les doigts ; Neelie Kroes, nommée commissaire européenne chargée de la société numérique le 27 novembre 2009, est l une de ceux qui critiquent le plus ouvertement la position de la Commission européenne. Elle explique que cette différence de TVA explique la portée insuffisante du livre numérique par rapport au livre papier ; le livre numérique ne représente que 1% du marché européen. 22 Elle avait déjà plaidé en faveur d une harmonisation à 5,5 % du taux de TVA sur les livres numériques fin «Avec le développement de l édition du livre numérique, il semble de notre devoir de se demander comment en assurer l interopérabilité, a-t-elle expliqué. Cela veut par exemple dire que les gens puissent acheter un contenu pour n importe quel appareil chez n importe quel distributeur, transférer ce contenu d un appareil à l autre et en conserver l utilisation même une fois l appareil arrivé en fin de vie.» En juillet 2012, elle s interrogeait sur l utilité d une différence au XXI siècle. Elle fait affront à la Commission européenne en la considérant comme dépassée. 23 Lors d une rencontre avec les htm _3.php

9 éditeurs d Europe en juin dernier, elle a rappelé son soutien à l harmonisation de la TVA. Éditeurs qui critiquent également cette TVA, expliquant qu elle réduit à néant les économies de la dématérialisation des livres. 24 Même à l étranger, on se questionne sur cette anomalie. Le New York Times a publié un article le 1 décembre 2011, dans lequel il se demande si l Europe est aussi réfractaire aux nouvelles technologies. Le journal met également à jour une autre problématique, le fait que certains auteurs ne se font pas éditer en format papier. Il y a donc un problème d égalité entre ces auteurs et les autres 25. D'un point de vue légal, l Union Européenne doit respecter depuis 1992 le principe de subsidiarité. On a vu que la TVA était une compétence partagée, et que les États pouvaient exercer leur compétence dans la mesure où l union ne l aurait pas exercé. Seulement, l Union Européenne ne doit agir que si son action est plus efficace que celle de ses États membres. En l espèce, son action est-elle plus efficace? Cela fait longtemps qu est discuté le changement de lieu de perception de la TVA, la Commission avait déjà montré du doigt ce défaut d'harmonisation entre livre numérique et livre papier, mais rien n a encore été fait. La France et le Luxembourg seraient-elles accusées d avoir été plus efficace? Le dernier point à soulever est la relative incohérence des arguments économiques soulevés par la Commission. Pour elle, la baisse de TVA de la France et du Luxembourg attirerait les consommateurs, et ferait chuter les recettes des autres États. C était sans compter les contrats fixant une territorialité, ce qui est la norme. Une traduction allemande d un livre français sera édité par une maison d édition allemande, qui a les droits en Allemagne, pas ailleurs. Le livre numérique ne peut être téléchargé qu'à partir d un site de même nationalité que l acheteur ; un client français ne peut télécharger un livre numérique qu'à partir d'un site français. Le livre numérique n apporte pas vraiment de concurrence, en tout cas au niveau des ventes, puisqu elle est territorialement limitée pagewanted=1&_r=0 26

10 Conclusion Des mauvaises langues postuleraient que la France et le Luxembourg ont baissé leur taux de TVA sur les livres électroniques, dans le dessein de voler des parts de marché européen. D'autres certifieraient que le seul et unique but serait de faire évoluer un secteur qui se développe lentement en Europe et de respecter le principe de neutralité technologique. De son côté la Commission européenne, gardienne et protectrice de la libre concurrence au sein de l'union Européenne, demande le rétablissement de la TVA au seuil normal. Et ce, quand bien même elle reconnaît l'urgence d'harmoniser les taux de TVA applicables aux livres papier et livres électroniques, selon elle «la fin ne justifie pas les moyens» Dans cette affaire il ne s'agit pas de savoir qui à tort et qui à raison, mais plutôt de combattre la lenteur du système européen face au développement rapide d'un domaine en particulier : Les nouvelles technologies.

11 Bibliographie Ouvrages : Champeau, Caractère du droit de la concurrence, Jurisclasseur Sites Web : htm htm

12 pagewanted=1&_r=0

IMPORTATIONS PARALLELES La protection des brevets prime-t-elle la concurrence?

IMPORTATIONS PARALLELES La protection des brevets prime-t-elle la concurrence? Contexte Présentation du cas Kodak a porté plainte contre le détaillant Jumbo, car celui-ci importait directement de Grande-Bretagne des films couleurs et des appareils photos jetables brevetés. Kodak

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

12333/15. le 12 octobre 2015 le 12 octobre 2015 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT,

12333/15. le 12 octobre 2015 le 12 octobre 2015 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L'ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, 12333/15 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 12 octobre 2015 le 12 octobre

Plus en détail

F UE - Taux de TVA réduits A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/EDJ/JP 694-2012 AVIS. sur

F UE - Taux de TVA réduits A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/EDJ/JP 694-2012 AVIS. sur F UE - Taux de TVA réduits A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/EDJ/JP 694-2012 AVIS sur LE DOCUMENT DE CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONCERNANT LE " REEXAMEN DE LA LEGISLATION EXISTANTE SUR

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé.

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé. Janvier 2015 1 Préambule Entreprise exerçant une activité concurrentielle et marchande, vous êtes concernée par la Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) et par la Contribution Additionnelle,

Plus en détail

B.O.I. N 115 du 23 JUIN 1998 [BOI 3P-8-98 ]

B.O.I. N 115 du 23 JUIN 1998 [BOI 3P-8-98 ] B.O.I. N 115 du 23 JUIN 1998 [BOI 3P-8-98 ] Références du document 3P-8-98 Date du document 23/06/98 Annotations Lié au BOI 3P-1-07 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 3 P-8-98 N 115 du 23 JUIN 1998 3 C.A. /

Plus en détail

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE B Actualités et Adhésion à la CE Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE (Exposé de Roland Montangéro, chef du Bureau d'information fiscale, présenté lors du Séminaire

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR L ATTRIBUTION DES CONTRATS DE CONCESSION Mars 2012 Maison européenne

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

A V I S A-2758/2758-1 /15-70. sur

A V I S A-2758/2758-1 /15-70. sur A-2758/2758-1 /15-70 A V I S sur le projet de loi portant modification - de la loi modifiée du 4 décembre 1967 concernant l'impôt sur le revenu; - de la loi modifiée du 16 octobre 1934 concernant l'impôt

Plus en détail

FACTURATION ÉLECTRONIQUE

FACTURATION ÉLECTRONIQUE FACTURATION ÉLECTRONIQUE Consultant et expert judiciaire en informatique Maître de conférences à l U.L.B. (1983-2009) Président du CLUSIB Baron de Vironlaan, 29 Tel +32 2 569.40.87 B-1700 DILBEEK Fax +32

Plus en détail

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement -

Avis du Conseil d'etat sur la taxation des rémunérations les plus élevées - Réaction du Gouvernement - PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES BERNARD CAZENEUVE MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET Communiqué de presse www.economie.gouv.fr Communiqué

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES FINANCES PUBLIQUES-IMPÔTS (BOFIP-IMPÔTS)

BULLETIN OFFICIEL DES FINANCES PUBLIQUES-IMPÔTS (BOFIP-IMPÔTS) TVA - RÉGIMES D'IMPOSITION ET OBLIGATIONS DÉCLARATIVES ET COMPTABLES - OBLIGATIONS ET FORMALITÉS DÉCLARATIVES - OBLIGATIONS ET FORMALITÉS PARTICULIÈRES - MESURES PROPRES À CERTAINES ENTREPRISES RÈGLES

Plus en détail

Les Marketplace, une activité (désormais) encadrée. Par Bruno Joanides (Directeur d activité) et Tatiana Rozoum (Chef de projets)

Les Marketplace, une activité (désormais) encadrée. Par Bruno Joanides (Directeur d activité) et Tatiana Rozoum (Chef de projets) Les Marketplace, une activité (désormais) encadrée Par Bruno Joanides (Directeur d activité) et Tatiana Rozoum (Chef de projets) L Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) vient de délivrer

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE

RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE RÉPONSE DU CCBE SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L'INFORMATIQUE EN NUAGE Réponse du CCBE sur la consultation publique de la Commission européenne sur l'informatique en nuage

Plus en détail

PRÓLOGO. La preuve du droit à l'exonération TVA des livraisons intracommunautaires de biens

PRÓLOGO. La preuve du droit à l'exonération TVA des livraisons intracommunautaires de biens PRÓLOGO L'étude sur les opérations intracommunautaires a le grand mérite de conduire un examen approfondi de quelques problèmes spécif iques liés au régime transitoire, et tout particulièrement la preuve

Plus en détail

Introduction. Actualités Règlementaires Microsoft Dynamics NAV. Table des matières

Introduction. Actualités Règlementaires Microsoft Dynamics NAV. Table des matières Table des matières Introduction... 2 ARTICLE A 47 A1, Production du fichier des écritures comptables.. 3 Changement de TVA... 4 SEPA... 5 Introduction A compter des 1er janvier et février 2014, les entreprises

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL RELATIVE AUX DROITS DES CONSOMMATEURS COM(2008) 614/3 Prise de position du CCBE sur la proposition de directive

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques

Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Prix de transfert, au-delà du fiscal : interactions avec le droit douanier et les réglementations économiques Denis Redon, Avocat Associé Xavier Daluzeau, Avocat Associé 12 juin 2012 Introduction Les prix

Plus en détail

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France PROPOSITION REDIGEE PAR XS CONSEIL ID REGISTER XS CO137752272 31 JUILLET 2011 --------------------

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

Tome I. Généralités. Première partie. Code des impôts sur les revenus. Deuxième partie. Taxes assimilées aux impôts sur les revenus

Tome I. Généralités. Première partie. Code des impôts sur les revenus. Deuxième partie. Taxes assimilées aux impôts sur les revenus Tome I Table des matières générale Tome I Table des matières générale Tome I..... Table des matières générale Tome II..... Voir Tome II disponible séparément Généralités Loi du 24 décembre 2002 modifiant

Plus en détail

MISSION DE DEPLOIEMENT DE LA DEMATERIALISATION

MISSION DE DEPLOIEMENT DE LA DEMATERIALISATION Mandats complémentaires de type TVA Objet de la présente fiche Préparer le traitement avec le PESV2 et la dématérialisation des PJ, des mandats de TVA intra commautaire FONDEMENTS JURIDIQUES ET TEXTES

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 27 janvier 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à harmoniser les taux de taxe sur la valeur ajoutée applicables à la presse

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission des pétitions COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2004 Commission des pétitions 2009 26.09.2008 COMMUNICATION AUX MEMBRES Pétition 626/2000, présentée par M. Klaus Schuler, de nationalité allemande, sur un cas de double imposition d

Plus en détail

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Présentation par Philippe Marini, président de la commission des finances, de sa feuille de route pour une fiscalité numérique neutre et équitable

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA Pourquoi la TVA Livraison des biens: Opérations triangulaires Les affectations L Autoliquidation Autoliquidation:

Plus en détail

Vente intracommunautaire de biens à un non assujetti à la TVA Régime TVA et Obligations

Vente intracommunautaire de biens à un non assujetti à la TVA Régime TVA et Obligations Vente intracommunautaire de biens à un non assujetti à la TVA Régime TVA et Obligations - Vous êtes une entreprise établie et assujettie à la TVA en France. Vous détenez à ce titre un numéro de TVA intracommunautaire.

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession

La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession La TVA intracommunautaire : où en sommes-nous? Atelier de la Profession INTERVENANTS Stephen DALE associé Président du groupe de travail impôts indirects à la FEE Vice président International VAT Association

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE Conseil de l'union européenne 10879/15 (OR. en) PRESSE 50 PR CO 42 RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL 3403 e session du Conseil Affaires économiques et financières Bruxelles, le 14 juillet 2015 Président

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009

EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009 EXAMEN PROFESSIONNEL DE VERIFICATION D APTITUDE AUX FONCTIONS D ANALYSTE-DEVELOPPEUR SESSION 2009 EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU 14 MAI 2009 ETUDE D UN CAS D AUTOMATISATION PERMETTANT D APPRECIER LA

Plus en détail

Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc

Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc Quels sont les régimes fiscaux et juridiques possibles pour les particuliers producteurs d énergie? Installations de puissance supérieure à 3 kwc Mise à jour : Version n 1 - Date : Janvier 2012 Table des

Plus en détail

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES Réponses de l Ordre des Experts-Comptables de France aux questions posées par le Livre vert Question 1 : Avez-vous

Plus en détail

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.07.2009 C (2009)5084 final Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères Monsieur le Ministre, J ai l'honneur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 I-1-04 N 87 du 24 MAI 2004 COPROPRIETES ET SYNDICATS D ETALONS. TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. DROITS A DEDUCTION. (C.G.I., art. 256) NOR :

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Cas concernés Vous disposez d un abonnement Internet. Votre opérateur vous a informé que

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DU SITE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DU SITE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DU SITE Introduction Les présentes Conditions Générales de Vente régissent les relations contractuelles entre le site Poster-service.fr, ci-après dénommé le vendeur, et ses

Plus en détail

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI Dans le cadre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi, l article 66 de la loi n 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

1. Le cadre réglementaire et institutionnel du marché de la livraison de colis de l Union. a/ La notion de colis

1. Le cadre réglementaire et institutionnel du marché de la livraison de colis de l Union. a/ La notion de colis Livre vert de la Commission européenne «Un marché intégré de la livraison de colis pour soutenir la croissance du commerce électronique dans l UE» Réponse à la consultation publique Contribution de la

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Question Q 151 L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Il s'agit d'une question nouvelle dans les travaux de l'aippi. L'AIPPI a depuis longtemps étudié les

Plus en détail

UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES

UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES DIRECTIVE 94/47/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL, DU 26 OCTOBRE 1994, CONCERNANT LA PROTECTION DES ACQUEREURS POUR CERTAINS ASPECTS DES CONTRATS PORTANT SUR L'ACQUISITION

Plus en détail

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer)

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) Commentaire Décision n o 2012-290/291 QPC du 25 janvier 2013 Société Distrivit et autres (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) La chambre commerciale de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Arrêtés royaux de la TVA

Arrêtés royaux de la TVA Code de la TVA Code de la Taxe sur la Valeur Ajoutée 5 Chapitre I. Etablissement de la taxe... 5 Chapitre II. Assujettissement........ 6 Chapitre III. Champ d'application.... 8 Section I. Livraison de

Plus en détail

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 1. Résumé 1.1 Pour la première fois depuis la promulgation en 1986 de la Directive du Conseil européen sur la coordination des

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur

Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Territorialité de la TVA : vente de spectacles et cession de droits d auteur Principes généraux Depuis le 1er janvier 2011 de nouvelles dispositions doivent être appliquées en matière de territorialité

Plus en détail

TVA et cantines administratives et scolaires

TVA et cantines administratives et scolaires TVA et cantines administratives et scolaires Depuis une décision rendue par le Conseil d'etat le 27 mars 2001 1, la fourniture des repas au personnel de collectivités locales par les gestionnaires des

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

Formation fiscale TVA approfondie Valorisation des résultats de la recherche

Formation fiscale TVA approfondie Valorisation des résultats de la recherche Formation fiscale TVA approfondie Valorisation des résultats de la recherche Anthony ASSASSA Chargé des questions fiscales - DSFIM 01 44 96 51 06 anthony.assassa@cnrs-dir.fr Objectifs de formation P. 2

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR

LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR LA GARANTIE LÉGALE DU VENDEUR Tous les produits achetés auprès d'apple, y compris les produits qui ne sont pas de la marque Apple, bénéficient de la garantie légale de conformité de 2 ans du vendeur, prévue

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique 302 (2015-2016) N 2 302 (2015-2016) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET abrogeant l assimilation de bpost à l État en matière de fiscalité régionale wallonne, prévue

Plus en détail

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché»

«NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» «NON à la stratégie énergétique 2050 proposée OUI à plus d efficience et d économie du marché» Position de Swissmem en rapport avec la stratégie énergétique 2050 Hans Hess, président Swissmem Conférence

Plus en détail

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité

TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité Livret TRAITEMENTS DE FIN D ANNEE Comptabilité Tout ce que vous devez savoir Pour gérer les traitements de fin d année A destination des Utilisateurs de Sage Comptabilité Sommaire Sommaire... 2 Les différentes

Plus en détail

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 :

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : ... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : Nouvelle réduction du montant du plafond global applicable à certains avantages fiscaux en matière d'impôt sur le revenu Prorogation

Plus en détail

Annexe n 5 : Budget prévisionnel

Annexe n 5 : Budget prévisionnel a) Budget prévisionnel Annexe n 5 : Budget prévisionnel Le porteur de projet certifie que les coûts en euros indiqués ci-dessous sont indispensables à la mise en œuvre du projet faisant l objet de la demande

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES MINISTERE DES FINANCES 25 SEPTEMBRE 1997. Arrangement du 25 septembre 1997 entre les autorités compétentes des Pays-Bas et de la Belgique en matière d'échange de renseignements. - Avis Arrangement du 25

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

FOCUS EN POINTS SUR LA PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE LA TVA ÉTRANGÈRE

FOCUS EN POINTS SUR LA PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE LA TVA ÉTRANGÈRE EN 1 POINTS SUR LA PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE LA TVA ÉTRANGÈRE 1/ LA SOUMISSION DES DEMANDES DE REMBOURSEMENT DE LA TVA ETRANGERE Depuis le 1er janvier 2010, la demande de récupération de la TVA payée

Plus en détail

10/10/2012. Taux de TVA appliqués au 1/7/2012

10/10/2012. Taux de TVA appliqués au 1/7/2012 Agenda de la journée Les challenges à relever pour vendre en ligne en Europe Jean-Remi Gratadour, Délégué général de l'acsel et auteur du livre "l'e-commerce transfrontier". L'expérience au quotidien de

Plus en détail

N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991. Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI

N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991. Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI N 379 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 Annexe au procès- verbal de la séance du 12 juin 1991. PROPOSITION DE LOI tendant à abroger l'article 9 de la loi n 90-1260 du 31 décembre 1990 afin de

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics

Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Fiche 4 - Les modes de passation des marchés publics Le grand principe gouvernant la matière, déjà évoqué, veut que les marchés publics soient passés avec concurrence. A cette fin, les pouvoirs adjudicateurs

Plus en détail

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA?

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Suite au dépôt à la Chambre des Députés, le 15 octobre 2014, du projet de loi (n 6720) concernant le budget de l Etat 2015, certaines clarifications,

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne

Conférence des Notariats de l Union Européenne Conférence des Notariats de l Union Européenne Position de la CNUE relative au livre vert de la Commission européenne sur le crédit hypothécaire dans l Union européenne du 19 juillet 2005 I. INTRODUCTION

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 23.4.2010 Journal officiel de l Union européenne L 102/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 330/2010 DE LA COMMISSION du 20 avril 2010 concernant l'application de l'article 101, paragraphe

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

Mais quelles sont les véritables conséquences de cette décision : politiques, économiques ou encore réglementaires?

Mais quelles sont les véritables conséquences de cette décision : politiques, économiques ou encore réglementaires? La Cour de justice de l Union européenne invalide la décision de «Safe Harbor» relative à la protection des données transférées depuis l Union européenne vers les Etats-Unis Le 6 octobre 2015, la Cour

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30.3.2012 SWD(2012) 76 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ DE LA COMMISSION

Plus en détail