LA RESPONSABILITÉ CIVILE ET PÉNALE DES ACTEURS DE LA PRÉVENTION DANS LE DOMAINE DE L HYGIÈNE ET DE LA SECURITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA RESPONSABILITÉ CIVILE ET PÉNALE DES ACTEURS DE LA PRÉVENTION DANS LE DOMAINE DE L HYGIÈNE ET DE LA SECURITÉ"

Transcription

1 LA RESPONSABILITÉ CIVILE ET PÉNALE DES ACTEURS DE LA PRÉVENTION DANS LE DOMAINE DE L HYGIÈNE ET DE LA SECURITÉ Michel LEDOUX & Associés Avocats à la Cour 10 Rue Portalis PARIS Téléphone : Fax. :

2 Sommaire Introduction : La responsabilité pénale, une question d actualité. I. Le droit privé français distingue deux grandes catégories de responsabilités : la responsabilité civile et la responsabilité pénale. II. La responsabilité pénale dans le domaine de l hygiène, de la sécurité et des conditions de travail met essentiellement en œuvre deux séries de réglementation : elles sont contenues dans le code du Travail et dans le code Pénal. 2

3 Introduction : La responsabilité pénale, Une question d actualité Depuis plusieurs années, la responsabilité pénale est omniprésente dans l'actualité. Les «affaires» médiatisées sont nombreuses dans des domaines aussi divers que le sport, la sécurité alimentaire, la santé publique, et bien sûr l hygiène et la sécurité au travail (catastrophes du stade de Furiani, affaires des irradiés de Forbach, de la grue de Toul, des thermes de Barbottan, Tunnel du Mont Blanc, A.Z.F., sang contaminé, listéria, plantes transgéniques, amiante, éther de glycol, légionellose, etc.) Il est possible d identifier au moins 3 grandes explications à cette situation. 3

4 1. Une opinion publique informée et réactive La Société française accepte de moins en moins les atteintes à la vie, à la santé et à l environnement. Depuis une trentaine d années, l accident n est plus perçu comme une fatalité mais comme la preuve d un dysfonctionnement social. 2. Des magistrats rigoureux En droite ligne de l actualité et des tendances de la Société, les magistrats vivent de plus en plus difficilement les atteintes à la santé. 2 chiffres à ce sujet en matière d hygiène et de sécurité : 1974 = 2 condamnations à emprisonnement 1994 = plus de 100 condamnations à emprisonnement. L évolution de la répression en matière d hygiène et de sécurité est un peu à l image de celle des accidents de la circulation liés à l alcool depuis une quinzaine d années. 3. Une loi plus répressive 1 er mars 1994 : entrée en application du Nouveau Code Pénal. Les nouveautés : - renforcement des sanctions - apparition d un «nouveau coupable» : la personne morale - création d un nouveau délit : la mise en danger de la vie d autrui. 4

5 I. Le droit privé français distingue deux grandes catégories de responsabilités : la responsabilité civile et la responsabilité pénale. 1. La responsabilité civile : un risque pour l entreprise Au-delà de la naturelle indemnisation des victimes de faits accidentels, la responsabilité civile (RC) engendre un certain nombre de conséquences financières. La RC est d une façon générale réglementée par le Code civil. La responsabilité peut être «contractuelle», c est-à-dire, résulter de l inexécution d un contrat, ou «délictuelle et quasi délictuelle» et, par exemple, résulter d une atteinte à l intégrité physique d autrui en dehors de tout lien contractuel. La responsabilité civile permet d indemniser la victime. Elle conduit à l allocation de dommages et intérêts. Le salarié d une entreprise à l origine d un accident ne court en principe, au plan civil, aucun risque à titre personnel, puisque le code Civil prévoit que son employeur est civilement responsable ses agissements. De surcroît, en matière de responsabilité civile, il est possible de recourir à l assurance : La couverture des dommages accidents du travail (AT) et/ou maladies professionnelles (MP) d une entreprise est réalisée au travers du taux AT notifié annuellement à l employeur par la CRAM (Caisse régionale d assurance maladie). Pour le cas spécifique des AT/MP, la CRAM est donc l assureur automatique et obligatoire de l employeur. Pour les autres dommages, l entreprise a la possibilité de contracter une assurance RC avec une compagnie privée de son choix. 5

6 Remarque : bien que la responsabilité civile soit «transparente» pour la personne physique, elle n en demeure pas moins sensible au plan économique. En effet, que ce soit au niveau du montant de la prime d assurance RC, ou de la valeur du taux AT, l augmentation des accidents, et donc des indemnisations, aura nécessairement un impact sur les charges de l entreprise et donc sur ses résultats. La mise en œuvre de la responsabilité civile est indispensable à l indemnisation des victimes. Elle constitue un risque économique réel pour la santé financière de l entreprise. Les procédures tendant à la reconnaissance de la faute inexcusable de l employeur sont des procédures civiles. La faute inexcusable peut être recherchée chaque fois qu un accident (ou qu une maladie professionnelle) trouve son origine dans le non-respect des règles d hygiène et de sécurité. En cas de reconnaissance de la faute inexcusable, la victime obtiendra une réparation complémentaire. L entreprise fautive devra assumer le règlement des dommages et intérêts destinés à compléter la réparation forfaitaire servie par la Caisse Primaire d'assurance Maladie. Depuis les arrêts rendus le 28 février 2002 par la chambre sociale de la Cour de Cassation, l entreprise est désormais tenue, à l égard de ses salariés, d une obligation de sécurité de résultat. Cette évolution de la jurisprudence permet aux victimes d accident du travail et de maladie professionnelle d obtenir beaucoup plus facilement la reconnaissance de la faute inexcusable de l employeur. Ces derniers mois, cette faute inexcusable a été admise notamment en cas d un suicide d un salarié imputable à des faits de harcèlement moral. Par ailleurs sur le fondement de l obligation de sécurité de résultat, les juges peuvent désormais suspendre une organisation de travail susceptible de menacer la santé physique et mentale des salariés. 6

7 2. La responsabilité pénale : Un risque pour les personnes physiques et morales Notre société a élaboré des «règles minimum de vie en commun» qui organisent l ordre public. Ces règles sont notamment énoncées par le Code Pénal et le Code du Travail. Dans le domaine des accidents du travail, en cas d infraction à ces règles, le Procureur de la République, au nom de la Société, pourra diligenter toute enquête utile, en s appuyant sur les services de Police et éventuellement en transmettant le dossier à un juge d instruction. Ces enquêtes auront pour objectif de déterminer les causes de l accident et les éventuelles infractions pénales. Le cas échéant, la procédure pourra se terminer devant le Tribunal Correctionnel. Or, contrairement à la responsabilité civile, il n est pas possible de s assurer pour garantir sa responsabilité pénale. Cela signifie que : si la sanction infligée par le Tribunal est une peine de prison, la personne condamnée devra l assumer sur sa liberté individuelle, et/ou si la sanction est une amende, la personne physique devra la payer sur son patrimoine personnel. 7

8 II. La Responsabilité Pénale dans le domaine de l Hygiène, de la Sécurité et des Conditions de travail met essentiellement en œuvre deux codes : le Code du Travail et le Code Pénal 1. Le Code du Travail (4 ème partie du Code) : Le «Code de la route de l employeur ou de son préposé» La lecture du Code du Travail montre clairement l objectif du législateur : en matière de sécurité, il est indispensable que l entreprise soit «pilotée» par une personne réactive. A cette fin, une seule personne doit «tenir le volant» de l entreprise. Le Code du Travail (article L ) prévoit expressément que le respect de l application des règles d hygiène et de sécurité est du ressort et de la responsabilité de l employeur (personne physique ou personne morale). Toujours dans un souci de sécurité, ce même Code prévoit la possibilité, pour l employeur de «passer le volant» à l un de ses collaborateurs, son préposé, par le biais d une délégation de pouvoir. a) - la délégation de pouvoir Le délégataire doit être capable de «piloter» l entreprise en toute sécurité. Pour cette raison, le chef d entreprise doit s assurer, avant de déléguer son pouvoir, que le délégataire dispose de 3 qualités indispensables : La compétence L autorité Les moyens 8

9 La compétence Le juge l appréciera notamment par : la formation du délégataire, son expérience, ses fonctions dans l entreprise, ses connaissances minimums des principes fondamentaux d hygiène et de sécurité. L autorité Elle est la possibilité de pouvoir faire respecter les règles, au besoin par des sanctions, en utilisant son pouvoir disciplinaire. Elle peut également être appréciée en fonction du niveau de rémunération. Les moyens Ils peuvent notamment être d ordre : financier (exemple : possibilité d acheter les Equipements de Protection Individuelle (EPI), matériel (exemple : pouvoir disposer d EPI même en l absence de budget analytique), humain (exemple : avoir la possibilité de s appuyer sur des conseils en sécurité, internes et/ou externes). 9

10 Conditions et limites de la délégation de pouvoir : Une délégation de pouvoir n est pas une délégation de responsabilité. Même en cas d existence d une délégation de pouvoir, il appartient toujours au chef d entreprise d organiser son entreprise, notamment sous l angle sécuritaire. Le but d une délégation de pouvoir est finalement de favoriser la prévention des risques professionnels au sein de l entreprise, en rapprochant le pouvoir du terrain. Cet objectif est essentiel et doit absolument être pris en compte lors de la rédaction d une délégation de pouvoir. La délégation de pouvoir ne doit pas aboutir à diluer la responsabilité, sinon elle pourra être écartée par le juge. Remarque : l animateur sécurité d une entreprise n est jamais le délégataire, car le service Sécurité d une entreprise ne s inscrit pas dans la hiérarchie opérationnelle de celle-ci. Par ailleurs, les délégations de pouvoir ne doivent pas se chevaucher, type «usine à gaz» car cela mettrait en évidence un manque d organisation interne de l entreprise pouvant nuire gravement à la sécurité de ses salariés. Une délégation de pouvoir écrite n est pas, en elle-même indispensable. Elle peut se déduire, par exemple, de la lecture de l organigramme de l entreprise. Il est cependant fondamental d assurer sa traçabilité. Le Code du Travail prévoit de nombreuses règles précises mais aussi des règles générales de sécurité. Ce sont les «Principes généraux de prévention» 10

11 b) Rappel des principes généraux de prévention (tels que cités dans le Code du Travail : Article L et suivants ) : Eviter les risques. Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités. Combattre les risques à la source. Adapter le travail à l homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé. Tenir compte de l état d évolution de la technique. Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux. Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l influence des facteurs ambiants. Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle. Donner les instructions appropriées aux travailleurs. Evaluer les risques pour la sécurité et la santé des travailleurs, y compris dans le choix des procédés de fabrication, des équipements de travail, des substances ou préparations chimiques, dans l aménagement ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations et dans la définition des postes de travail ; à la suite de cette évaluation et en tant que de besoin, les actions de prévention ainsi que les méthodes de travail et de production mises en œuvre par l employeur doivent garantir un meilleur niveau de protection de la sécurité et de la santé des travailleurs et être intégrées dans l ensemble des activités de l établissement et à tous les niveaux de l encadrement. Lorsque le chef d entreprise ou d établissement confie des tâches à un travailleur, prendre en considération les capacités de l intéressé à mettre en œuvre les précautions nécessaires pour la sécurité et la santé. * * * 11

12 Le Législateur impose également une coordination des moyens et actions de sécurité inter-entreprise dans les cas, de plus en plus fréquent, de coactivité (notamment de rédiger le plan de prévention écrit : Décret du 20 février 1992). D une manière générale, il est indispensable d assurer la traçabilité des actions de prévention réalisées («les paroles s envolent, les écrits restent»). Le décret du 5 novembre 2001 qui porte création d un document relatif à l évaluation des risques est intégré aux dispositions du Code du Travail. Il précise le formalisme de l évaluation des risques. L employeur est désormais tenu d établir et de mettre à jour un document unique relatant les résultats de l évaluation des risques pour la sécurité et la santé des salariés. Cette évaluation comporte un inventaire des risques identifiés dans chaque unité de travail de l entreprise ou de l établissement. Le document unique doit être accompagné d un plan d action. Le contenu du document unique doit désormais être diffusé dans l entreprise (affichage etc ). 12

13 c Sanctions prévues par le Code du Travail amende de maximum par infraction (5 fois plus pour les personnes morales c'est-à-dire ), c est à dire par salarié exposé au risque. L Inspecteur du Travail peut dresser un procès verbal même en l absence d accident de travail (hors récidive). affichage du jugement aux portes de l entreprise publication du jugement par voie de presse mise en demeure de remédier au manquement dans un délai maximum d un mois. En cas d accident du travail, outre le préjudice physique subi par la victime, ces sanctions et amendes s ajoutent bien sûr : au coût financier direct transcrit dans le taux accident du travail au coût financier indirect représenté par la perte de productivité due à l arrêt ou à la suspension du travail 13

14 2. Le Code Pénal Le «Code du Citoyen» Le Code Pénal s applique à chacun d entre nous dans chaque acte de la vie : sur son lieu de travail, dans la rue, au volant de sa voiture, chez soi Dans l entreprise ou en milieu de soins, le Code Pénal s applique à chaque personne, qu elle soit ou non titulaire d une délégation de pouvoir, et quelle que soit sa qualification ou ses responsabilités dans l organigramme de l entreprise. La responsabilité pénale, comme la sécurité, est l affaire de tous et de chacun. Pour simplifier, on peut dire que les magistrats recherchent, pour établir les responsabilités à ce titre, si l encadrement a respecté les dispositions du Code du Travail et a agi «en bon père de famille». Il s agit en définitive de se comporter avec ses salariés comme on le ferait avec ses propres enfants. 14

15 a Délit d atteinte à la vie ou à l intégralité physique Le Code Pénal vise tous ceux qui, par imprudence, négligence, maladresse, inattention, ou inobservation d une règle de prudence ou de sécurité imposée par la Loi ou les règlements portent atteinte à la vie ou à l intégrité physique d autrui. Le Code Pénal précise bien : «Le fait que [ ]» Cela concerne donc toute personne dont l imprudence entre dans l arbre des causes de l accident et, pas seulement le responsable d entreprise ou le délégataire de pouvoir. «[ ] par imprudence, négligence, maladresse, inattention, [ ]» Nous sommes bien dans le cadre d un délit involontaire (s il était volontaire, il s agirait d un crime passible de la Cour d Assise). Le Code Pénal n exige pas non plus une faute d une gravité exceptionnelle, mais seulement une «négligence, inattention». b Délit de mise en danger de la vie d autrui Ce délit sanctionne le fait d exposer autrui à un risque immédiat de mort ou de blessure par la violation délibérée d une obligation de sécurité. Ce qui est sanctionné ici, ce n est pas l accident mais une prise de risque volontaire. Dans ce type de délit, une condamnation est donc possible en l absence d accident. 15

16 c Notion de «manquement délibéré» Le manquement délibéré consiste à ne pas tenir compte de l identification d un risque connu ou signalé. Par exemple par : l Inspecteur du Travail l Ingénieur prévention de la CRAM le CHSCT le OPPBTP le coordinateur santé sécurité un bureau de contrôle Dans ce cas, les sanctions pourront être beaucoup plus lourdes. Exemple du procès d un responsable d un groupe de scouts: Son groupe, avant l accident en mer qui a fait plusieurs victimes, avait été audité par la DDASS et la DJS qui lui avaient signalé des manquements aux règles de sécurité. L accident est survenu sans qu aucune précaution n ait été prise en dépit des rapports de ces autorités. Le Procureur a considéré qu il y avait manquement délibéré. De ce fait, l intéressé encourt 5 ans d emprisonnement et d amende. 16

17 d L apport de la Loi du 10 juillet 2000 La loi du 10 juillet 2000 (dite Loi FAUCHON) distingue le sort de : - ceux qui, sans avoir directement causé de dommages, «ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis sa réalisation», - ceux qui «n ont pas pris les mesures permettant d éviter le dommage». Pour les auteurs directs d un délit non intentionnel, une faute normale suffit à engager la responsabilité. En ce qui concerne les auteurs indirects de ces délits, leurs responsabilité ne peut être mise en œuvre aujourd hui que s ils ont commis : - soit une faute de mise en danger délibérée (une violation manifestement délibérée d une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la Loi ou le Règlement) - soit une faute caractérisée et qui expose autrui à un risque d une particulière gravité qu elle ne pouvait ignorer 17

18 Santé et travail L obligation de sécurité de résultat La jurisprudence durcit l obligation de sécurité de résultat de l employeur et réserve aux salariés une meilleure indemnisation. Faute inexcusable de l employeur : l absence de document unique d évaluation des risques permet au juge d en déduire que l employeur ne les a pas convenablement anticipés CA Paris, 13 janvier 2011, n o 09/09354 (arrêt de renvoi après cassation) Il s agissait en l espèce d une surveillante qui avait chuté dans un des escaliers de l établissement scolaire où elle travaillait. Dans le cadre d une procédure en faute inexcusable, elle reprochait à son employeur de ne pas avoir installé de rampe ni mis en place de document unique évaluant les risques. L employeur prétendait s être conformé aux normes applicables. Pour retenir la faute inexcusable, les juges retiennent le non-respect de la réglementation et surtout déduisent de l absence de document unique le fait que l employeur n aurait pas convenablement anticipé les risques prévisibles. Est ainsi confirmé la nécessité pour l employeur d établir le document unique prescrit par les dispositions de l article R du Code du travail. Faute inexcusable de l employeur : la possibilité pour les marins de l invoquer Cons. const. n o QPC, 6 mai 2011 Pour les accidents survenus en mer, les marins bénéficient d un régime spécial de sécurité sociale issu du décret-loi du 17 juin 1938 qui ne leur permet pas d invoquer la faute inexcusable de leur employeur. Cette exclusion pouvait paraître inique. La question a donc été posée au Conseil constitutionnel de savoir si ce dispositif dérogatoire ne portait pas atteinte au principe d égalité devant la loi et au principe de responsabilité. Le Conseil constitutionnel a jugé que, si l existence d un régime dérogatoire ne portait pas en soi atteinte au principe d égalité, en revanche ce statut particulier ne devait pas empêcher les marins, victimes d un accident du travail, ou leurs ayants droit d invoquer la faute inexcusable de leur employeur. Cette possibilité leur est donc désormais offerte. Faute inexcusable de l employeur : celle de Renault confirmée à la suite du suicide d un de ses salariés CA Versailles, 19 mai 2011, n o 10/00954 Comme le confirme cet arrêt, les critères de la faute inexcusable s appliquent bien sûr aux risques psycho- sociaux. Un ingénieur s était suicidé sur son lieu de travail. Pour voir écarter sa faute inexcusable, l employeur faisait valoir la situation personnelle du salarié et l absence de harcèlement moral. La cour d appel refuse d entrer dans cette logique et juge que l employeur a manqué à son obligation de sécurité de résultat dés lors qu il n a pas mis en place un système de prévention efficace pour réagir devant la dégradation de l état de santé de son salarié due au stress intense qu il subissait. En l espèce, elle retient l inefficacité du dispositif de détection des risques professionnels et l incapacité de l employeur à évaluer la charge de travail des salariés. C est dans ce contexte qu elle reconnaît la faute inexcusable. Maladie professionnelle : le point de départ de la rente doit être fixé à la date de la première constatation médicale de la maladie Cass. civ. 2 e, 16 juin 2011, n o , publié au bulletin Alors que le point de départ de la prescription pour faire reconnaître le caractère professionnel d une maladie court à compter du certificat médical initial (certificat faisant le lien entre la maladie et le travail), la question se posait de savoir si le point de départ de la rente et donc de l indemnisation devait être fixé à la même date ou s il devait être fixé à la date où l affection avait été identifiée. La Cour de cassation s est penchée sur cette question à propos d une salariée qui avait développé un syndrome du canal carpien constaté pour la première fois en février 2004 et dont le lien avec le travail n avait été établi qu en mai Elle a posé un principe favorable au salarié : celui du droit à prestation à compter de la date de la première constatation médicale de la maladie. Faute inexcusable de l employeur : la consécration d une réparation encore améliorée Cass. civ. 2 e, 30 juin 2011, n o , publié au bulletin À la suite de la décision du Conseil constitutionnel du 18 juin 2010 qui a ouvert la possibilité aux victimes d une faute inexcusable de solliciter la réparation des préjudices non énumérés à l article L du Code de sécurité sociale, la Cour de Cassation a jugé que la CHSCT, faute inexcusable de l employeur, maladie professionnelle, obligation de sécurité de résultat, sous-traitance N Septembre-octobre Préventique Sécurité 89

19 Santé et travail demande d indemnisation des frais d aménagement de logement et de véhicule devait être accueillie. Une réforme législative reste toutefois attendue afin que soit déterminé précisément l étendue de la réparation à laquelle les victimes d une faute inexcusable peuvent prétendre et spécifié s il incombe à l employeur de prendre en charge directement cette réparation complémentaire ou si, comme pour les préjudices énumérés par le Code de la sécurité sociale, c est à la caisse primaire d en faire l avance. Dans son rapport annuel 2010, la Cour de cassation appelle d ailleurs à cette réforme. Une opération d externalisation peut être annulée si elle compromet la santé des salariés TGI Paris, 5 juillet 2011, FO, CGT Areva C/ SA Areva NC, n o 11/05780 La direction d Areva avait présenté un projet d externalisation d une de ses activités à ses instances représentatives du personnel. Estimant que cette opération ne répondait pas aux exigences pesant sur l employeur en matière de sécurité des salariés (risques psychosociaux dans les modalités de mise en œuvre et risques industriels et techniques auxquels il convenait d attacher une importance particulière s agissant d installations nucléaires), les juges considèrent qu elle est de nature à compromettre la santé et la sécurité des salariés concernés et décident de l annuler. La désignation de l expert CHSCT n est pas soumise à la procédure des marchés publics Cour d appel d Agen, 1 er août 2011 Nous avons analysé dans le dernier n o de cette revue l arrêt de la cour d appel de Bordeaux du 24 février 2011 relatif au droit du CHSCT de faire appel à un expert. Le CHU de Bordeaux avait notamment contesté ce droit sur le motif que le paiement de l expert relevant de l hôpital, le CHSCT devait se soumettre aux règles des marchés publics. La Cour a rejeté sa demande en énonçant que la prestation de l expert «ne constitue pas un marché de services». La cour d appel d Agen ayant eu à juger un contentieux similaire a confirmé cette analyse avec des motifs juridiques qui méritent d être présentés. 1- Le CHSCT ne peut être considéré comme un pouvoir adjudicataire [ ] dès lors qu il est créé pour la satisfaction spécifique des intérêts particuliers des travailleurs en matière de sécurité et de santé dans un établissement déterminé et non pour satisfaire un but d intérêt général, que la défense de l intérêt collectif des salariés de l entreprise ne se confond pas avec l intérêt général ; 2- par suite, la désignation d un expert par le CHSCT en application des dispositions du Code du travail n est pas soumise aux dispositions sur les marchés publics ; 3- ces règles sont en contradiction avec les dispositions d ordre public du Code du travail prévoyant que le CHSCT peut se faire assister d un expert de son choix ; 4- ces dispositions spéciales d ordre public du code du travail l emportent sur les règles générales des marchés. HS Ce jugement consacre la possibilité pour le juge de s immiscer dans le pouvoir de direction de l employeur pour protéger la santé des salariés (dans le même sens : Cass.soc, 5 mars 2008, n o concernant la Snecma). Obligation de sécurité de résultat : la responsabilité de l employeur engagée du fait du sentiment d insécurité éprouvé par une salariée Cass. soc. 6 octobre 2010, n o Une salariée, agent d accueil dans une gare routière, éprouvait un sentiment d insécurité dans le cadre de ses fonctions compte tenu des actes d incivilité et de délinquance commis sur son lieu de travail par des personnes extérieures à l entreprise. Elle estimait de ce fait être en droit de demander des dommages intérêts à son employeur. Pour sa défense, ce dernier faisait valoir que la salariée n avait été victime d aucune agression, que les faits dont elle se plaignait n étaient pas de son ressort mais relevaient de la sécurité publique et qu il avait pris de son côté des mesures pour remédier à cette insécurité. Ces arguments sont balayés par la Cour de cassation qui, considérant que les mesures prises par l employeur sont insuffisantes, en déduit qu il a manqué à son obligation de sécurité de résultat. Obligation de sécurité de résultat : la responsabilité de l employeur engagée pour un simple manquement à son obligation de prévention même en l absence d atteinte à la santé du salarié Cass. soc. 30 novembre 2010, n o , publié au bulletin Cette affaire concernait un soudeur intérimaire déclaré inapte à titre préventif par la médecine du travail à la suite d une exposition au chrome qui n avait duré que quelques jours. Il sollicitait l allocation de dommages et intérêts en faisant valoir qu il n avait pas disposé des moyens de protections adéquats (masques à adduction d air). Les employeurs rétorquaient que les mesures de protection avaient été prises (suivi médical et mise à disposition de masques quelques jours plus tard). Ces moyens de défense sont écartés par la Cour de cassation qui considère que le manquement de l entreprise utilisatrice à son obligation de sécurité de résultat est caractérisé dés lors qu elle n a pas fourni de masque adapté au salarié dés le début de sa mission quand bien même la salariée n a développé aucune pathologie. Emmanuelle Demazière Avocate, cabinet Ledoux et ass. 90 Préventique Sécurité - N Septembre-octobre 2011

20 Santé et travail L obligation de sécurité de résultat La jurisprudence durcit l obligation de sécurité de résultat de l employeur et réserve aux salariés une meilleure indemnisation. Faute inexcusable de l employeur : l absence de document unique d évaluation des risques permet au juge d en déduire que l employeur ne les a pas convenablement anticipés CA Paris, 13 janvier 2011, n o 09/09354 (arrêt de renvoi après cassation) Il s agissait en l espèce d une surveillante qui avait chuté dans un des escaliers de l établissement scolaire où elle travaillait. Dans le cadre d une procédure en faute inexcusable, elle reprochait à son employeur de ne pas avoir installé de rampe ni mis en place de document unique évaluant les risques. L employeur prétendait s être conformé aux normes applicables. Pour retenir la faute inexcusable, les juges retiennent le non-respect de la réglementation et surtout déduisent de l absence de document unique le fait que l employeur n aurait pas convenablement anticipé les risques prévisibles. Est ainsi confirmé la nécessité pour l employeur d établir le document unique prescrit par les dispositions de l article R du Code du travail. Faute inexcusable de l employeur : la possibilité pour les marins de l invoquer Cons. const. n o QPC, 6 mai 2011 Pour les accidents survenus en mer, les marins bénéficient d un régime spécial de sécurité sociale issu du décret-loi du 17 juin 1938 qui ne leur permet pas d invoquer la faute inexcusable de leur employeur. Cette exclusion pouvait paraître inique. La question a donc été posée au Conseil constitutionnel de savoir si ce dispositif dérogatoire ne portait pas atteinte au principe d égalité devant la loi et au principe de responsabilité. Le Conseil constitutionnel a jugé que, si l existence d un régime dérogatoire ne portait pas en soi atteinte au principe d égalité, en revanche ce statut particulier ne devait pas empêcher les marins, victimes d un accident du travail, ou leurs ayants droit d invoquer la faute inexcusable de leur employeur. Cette possibilité leur est donc désormais offerte. Faute inexcusable de l employeur : celle de Renault confirmée à la suite du suicide d un de ses salariés CA Versailles, 19 mai 2011, n o 10/00954 Comme le confirme cet arrêt, les critères de la faute inexcusable s appliquent bien sûr aux risques psycho- sociaux. Un ingénieur s était suicidé sur son lieu de travail. Pour voir écarter sa faute inexcusable, l employeur faisait valoir la situation personnelle du salarié et l absence de harcèlement moral. La cour d appel refuse d entrer dans cette logique et juge que l employeur a manqué à son obligation de sécurité de résultat dés lors qu il n a pas mis en place un système de prévention efficace pour réagir devant la dégradation de l état de santé de son salarié due au stress intense qu il subissait. En l espèce, elle retient l inefficacité du dispositif de détection des risques professionnels et l incapacité de l employeur à évaluer la charge de travail des salariés. C est dans ce contexte qu elle reconnaît la faute inexcusable. Maladie professionnelle : le point de départ de la rente doit être fixé à la date de la première constatation médicale de la maladie Cass. civ. 2 e, 16 juin 2011, n o , publié au bulletin Alors que le point de départ de la prescription pour faire reconnaître le caractère professionnel d une maladie court à compter du certificat médical initial (certificat faisant le lien entre la maladie et le travail), la question se posait de savoir si le point de départ de la rente et donc de l indemnisation devait être fixé à la même date ou s il devait être fixé à la date où l affection avait été identifiée. La Cour de cassation s est penchée sur cette question à propos d une salariée qui avait développé un syndrome du canal carpien constaté pour la première fois en février 2004 et dont le lien avec le travail n avait été établi qu en mai Elle a posé un principe favorable au salarié : celui du droit à prestation à compter de la date de la première constatation médicale de la maladie. Faute inexcusable de l employeur : la consécration d une réparation encore améliorée Cass. civ. 2 e, 30 juin 2011, n o , publié au bulletin À la suite de la décision du Conseil constitutionnel du 18 juin 2010 qui a ouvert la possibilité aux victimes d une faute inexcusable de solliciter la réparation des préjudices non énumérés à l article L du Code de sécurité sociale, la Cour de Cassation a jugé que la CHSCT, faute inexcusable de l employeur, maladie professionnelle, obligation de sécurité de résultat, sous-traitance N Septembre-octobre Préventique Sécurité 89

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS POUVOIRS & RESPONSABILITÉS Page 1/9 Table des matières Table des matières...2 I. Type de responsabilité...3 I.1. Responsabilité Civile...3 I.2. Responsabilité Pénale...3 II. Type d obligation...3 II.1.

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 Plan 1. Le responsable pénal dans l entreprise La responsabilité du chef d entreprise La responsabilité de la

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés.

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 24 JANV-FEVR 2012 La Faute inexcusable 1 de l employeur :Deux siècles d évolution A. AUBRY Directeur Technique Responsabilité Civile

Plus en détail

NOTIONS DE RESPONSABILITE

NOTIONS DE RESPONSABILITE NOTIONS DE RESPONSABILITE De par ses prérogatives et ses fonctions, l encadrant a des responsabilités et des obligations. En cas de problème, il peut voir sa responsabilité engagée. QUAND? Souvent à l

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale des associations

Responsabilité civile et pénale des associations Responsabilité civile et pénale des associations En engageant une action associative, sachez que le fait de déposer des statuts et donc d adapter les règles de la loi 1901 vous obligent à appliquer la

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

Votre droit au français

Votre droit au français Votre droit au français République française dans le monde du travail > Vous êtes salarié d une entreprise : vous avez un droit imprescriptible à vous exprimer et à recevoir une information en français.

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière de risques profesionnels

Obligations des entreprises en matière de risques profesionnels Obligations des entreprises en matière de risques profesionnels Origine de l obligation Contenu de l obligation Taille entreprise Pénalités Directive européenne 12 juin 1989 concernant la mise en œuvre

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Responsabilités. du dirigeant : quels risques pour vous. Nul n est censé ignorer la loi : voilà un

Responsabilités. du dirigeant : quels risques pour vous. Nul n est censé ignorer la loi : voilà un Stratégie du dirigeant R ESPONSABILITÉ SOCIALE ET CIVILE Responsabilités du dirigeant : quels risques pour vous Au fil des années, l entreprise a évolué d une logique économique et citoyenne, vers plus

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire Crédit photo: Hervé Hamon MSJEPVA Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne www.bourgogne.drjscs.gouv.fr Les Fiches Pratiques Sommaire Avant-propos Définitions

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

Groupama SA - Édition 05/2014 Shutterstock Getty Images Médiathèque Groupama. Les responsabilités personnelles des élus locaux

Groupama SA - Édition 05/2014 Shutterstock Getty Images Médiathèque Groupama. Les responsabilités personnelles des élus locaux Groupama SA - Édition 05/2014 Shutterstock Getty Images Médiathèque Groupama Les responsabilités personnelles des élus locaux 2 LES RESPONSABILITÉS PERSONNELLES DES ÉLUS LOCAUX Les domaines de responsabilités

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

I. L élu employeur, qui est il?

I. L élu employeur, qui est il? Colmar, le 14 octobre 2014 Kingersheim, le 23 octobre 2014 I. L élu employeur, qui est il? L autorité territoriale, le représentant légal de la collectivité M. Emmanuel BERNT, Directeur du CDG 68 La directive

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille

Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille La responsabilité : répondre de Responsabilité morale Responsabilité sociétale Responsabilité

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

Règlementation : Notion de Responsabilité

Règlementation : Notion de Responsabilité Question 1 09REG-RE-4-02(1) 1) En terme d obligation, qu est ce qu une obligation de moyen? Donnez un exemple en plongée. (2 points) Le moniteur doit mettre tout en œuvre pour que la plongée se déroule

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat JFR 2007 LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat Xavier Heymans Avocat à la Cour de Bordeaux www.heymans-avocat.com INTRODUCTION Rejet de la fatalité Socialisation du risque Responsabilisation

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site internet: www,avocat-cantois,fr Mail : avocat_cantois@yahoo.fr

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute, élément moral des délits non intentionnels, est définie par l article 121-3 CP dont la dernière réforme issue de la loi n 2000-647 du 10

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris

Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière. Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris Secret professionnel Déontologie Responsabilité de l infirmière Dr Jérôme LANGRAND Centre Antipoison de Paris 1 SECRET PROFESSIONNEL 2 Secret professionnel Bases juridiques - Code pénal - article 226-13

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT SOMMAIRE PRÉAMBULE... p. 05 1 - SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR...

Plus en détail

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties :

ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses. Questions relatives à l objet des garanties : ASSURANCE RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions/Réponses Cette synthèse a pour objet de répondre aux questions les plus fréquemment posées relatives au contrat d assurance RC MANDATAIRES SOCIAUX Questions relatives

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 11/00083 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 10 juillet 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR : M.

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

C a b i n e t B a r o n

C a b i n e t B a r o n C a b i n e t B a r o n 1. Responsabilité Approche d ensemble La responsabilité peut se définir comme l obligation de réparer le dommage que l on a causé par son fait, voire du fait d autrui ou même du

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique

Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique Le rôle de l assureur Accident du Travail en Belgique 9 octobre 2013 Marie-Pierre Dawance 1 Responsable Préventon Accident du Travail et Responsabilité Civile Aperçu de l exposé Le rôle de l assureur en

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 385 Réparation, indemnisation et responsabilité INDEMNISATION DES DOMMAGES POST-VACCINAUX RÉPARATION

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne Crédit photo: Hervé Hamon MSJEPVA Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne www.bourgogne.drjscs.gouv.fr Les Fiches Pratiques Sommaire Avant-propos Définitions

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail