Les responsabilités des fonctionnaires dirigeants dans les marchés publics. Introduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les responsabilités des fonctionnaires dirigeants dans les marchés publics. Introduction"

Transcription

1 POLITEIA responsabilité fonctionnaire dirigeant Les responsabilités des fonctionnaires dirigeants dans les marchés publics Introduction Le Conseiller d Etat David De Roy, dans son cours de contentieux administratif, distingue les responsabilités suivantes : - la responsabilité civile ; - la responsabilité pénale ; - la responsabilité disciplinaire ; - la responsabilité financière ; - la responsabilité politique. Oublions, pour ce qui concerne le fonctionnaire dirigeant d un marché public, les deux dernières catégories. La responsabilité politique ne s adresse qu aux mandataires politiques tandis que la responsabilité financière est réservée par l auteur précité à des catégories de personnel comme les receveurs et comptables. A l avenir, du reste, en même temps que le Receveur communal changera de dénomination, il verra sa responsabilité financière propre disparaître 1. Restent les responsabilités civiles, pénales et disciplinaires. La législation sur les marchés publics ne contient pas de sanctions civiles ni pénales frappant les membres du personnel des pouvoirs adjudicateurs qui ne la respectent pas. La nouvelle loi de 2006 ne change rien à cette donne. Il faut donc se tourner vers : - le droit commun de la responsabilité civile, - les règles d imputabilité en matière pénale ; à ce sujet, l exposé mettra l accent sur les points particuliers du régime de la sécurité des chantiers ; - le droit disciplinaire. Mais, avant toute chose, il faut tracer les limites et le contenu des missions d un fonctionnaire dirigeant d un marché. 1 On parlera de Directeur financier et l obligation de cautionnement disparaîtra 1

2 Les personnes et procédures qui surplombent et encadrent le fonctionnaire dirigeant d un marché Le Receveur Le contrôle du receveur porte non seulement sur la régularité formelle du mandat de paiement dont il est saisi mais aussi sur la légalité de l'acte à l'origine de la dépense. A ce titre, le receveur est appelé à se prononcer sur la légalité de tout acte des autorités locales qui a des conséquences financières. Le code de la démocratie locale en son article L parle de «mandat régulier». Cette notion emporte avec elle un contrôle de légalité car l'article 64, h) de l'arrêté du gouvernement wallon du 5 juillet 2007 précise bien que le receveur peut renvoyer au collège un mandat qu'il estime non régulier sous le motif qu'il est contraire aux lois ou règlements. A l avenir, en Région wallonne, le Directeur financier sera tenu de remettre un avis de légalité écrit préalable et motivé sur tout projet de décision du conseil communal ou du collège communal ayant une incidence financière supérieure à En Région bruxelloise, la tutelle considère également que le receveur assume une obligation de contrôle de légalité comme le révèle une réponse à une question parlementaire du Ministre-Président bruxellois en charge de la tutelle sur les Pouvoirs locaux 3 : «L article 68 du règlement général sur la comptabilité communale dispose que «le receveur communal renvoie au collège des bourgmestre et échevins tout mandat on régulier en faisant connaître les motifs pour lesquels il refuse son paiement». Cet article est à rapprocher de l article 64 qui prévoit que le receveur contrôle tous les documents justificatifs de la régularité d une dépense. Ceci implique donc qu il lui appartient de vérifier le respect de l ensemble du processus légal. Par exemple, le receveur n est bien sûr pas appelé à vérifier tous les marchés publics mail s assurera que les services ont respecté les règles et que les dossiers n ont pas l objet de mesure de tutelle». Le Conseil d Etat 4 a, du reste, clairement souligné que le receveur ne pouvait être considéré comme n importe quel agent communal : il ne peut se retrancher derrière les ordres reçus de sa hiérarchie ni derrière les 2 Ce seuil est aussi retenu comme seuil à partir duquel l intégralité du Cahier Général des Charges trouve à s appliquer aux marchés publics : article 3, 1 er, 1 er alinéa de l arrêté royal du 26 septembre 1996 établissant les règles générales d exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics 3 Questions et Réponses, 15 mai 2010, n 7, p.32 4 Arrêt n du 22 septembre 2004, Dechamps c/ CPAS de Mannage, Députation permanente et Région wallonne 2

3 insuffisances de personnel, surtout si ces dernières n ont jamais été dénoncées. La Haute Juridiction administrative a ajouté que, même si la nouvelle loi communale n établit aucun régime de responsabilité spéciale dans le chef du receveur, qu une absence de contrôle interne de la recette lui est imputable 5. Le Secrétaire Mme Déom, professeur à l UCL avait été catégorique lorsqu elle écrivit en que : «le secrétaire communal n est nullement le garant de la légalité des actes des autorités communales.» Elle s appuyait pour conclure en ce sens sur trois considérations : - le secrétaire n a aucune prérogative de contrôle, - il est hiérarchiquement subordonné aux instructions qui lui sont données soit par le conseil soit par le collège, soit par le bourgmestre, - le contreseing atteste simplement d un état de fait : une décision ou un écrit a été pris par l autorité communale Le Conseil d Etat a récemment suivi ce point de vue dans un arrêt du 16 mai en reprenant les arguments de Mme Déom qui, il est vrai, faisait partie des juges de la chambre ayant à connaître de l affaire : les dispositions du Code wallon «ne vont pas jusqu à confier au secrétaire une mission de gardien de la légalité ; ainsi, comme le souligne la doctrine, le secrétaire communal ne dispose d aucune prérogative légalement consacrée lui permettant de faire prévaloir sa conception de la légalité sur celle des autorités communales ; il est en outre placé dans une subordination hiérarchique ; ( ) enfin, le contreseing qu il doit apposer sur les documents de la commune n équivaut nullement à un contrôle de légalité et atteste seulement de la vérification des mentions contenues dans ces documents» Voilà qui ne peut guère être utile à l agent qui suit un marché car ces tâches très formelles ne peuvent guère être perçues comme un rôle de paratonnerre sous lequel se protéger. La situation est cependant très différente pour les secrétaires communaux bruxellois. Et, si j en touche un mot, c est qu elle est des plus pertinente pour les secrétaires communaux wallons à l avenir vu la réforme en cours. 5 C.E., arrêt n du 2 juillet 2010, pp.16-17/19 6 DEOM Diane, «Le Secrétaire communal, garant de la légalité : un trompe l œil au cœur du droit communal» ds Le Secrétaire communal, garant de la légalité?, Vanden Broele, 2008, p C.E., arrêt n du 16 mai 2011, pp.23-24/29 3

4 Le Parlement bruxellois considère que le Secrétaire exerce, entre autres, les compétences suivantes 8 : - La préparation des dossiers soumis au conseil communal et au collège ; - La dispense de conseils juridiques et administratifs au conseil communal et au collège quant au respect des lois ; - La mise sur pied et le suivi du système de contrôle interne, lequel impose d assurer une sécurité raisonnable en ce qui concerne le respect des lois et des procédures. Et pour ceux qui n auraient pas très bien compris la portée de ces missions, les travaux préparatoires sont plus clairs encore 9 : Il veille au respect de la légalité et attire l attention sur le respect des formalités administratives et juridiques. Il doit donc signaler ce qui lui semble être une source d illégalité ou d incertitude juridique. Il n a cependant pas une obligation de performance juridique. Il est par ailleurs évident qu il a l obligation d avertir le conseil communal d une illégalité. De même, s il n est pas sûr de cette illégalité, il doit communiquer son doute. A l avenir, en région wallonne, le Directeur général aura également pour mission de mettre sur pied et d assurer le suivi d un système de contrôle interne du fonctionnement des services communaux. Le débat sur la qualification d'obligation de résultats ou d'obligation de moyens que font peser sur les receveurs et sur les secrétaires la législation ou la tutelle est de première importance 10. Le débiteur d'une obligation de résultat ne peut y échapper qu'en prouvant la force majeure ou une autre cause d'exonération comme l'ordre de la loi ou de l'autorité ou l'erreur invincible. Ainsi, on pourrait penser que le fonctionnaire dirigeant d un marché éviterait d autant plus facilement d être mis en cause personnellement que le Receveur ou le Secrétaire peuvent ou non s exonérer de leur propre responsabilité civile en invoquant la faute, la carence ou négligence d un de ses collaborateurs. En cas d'obligation de moyens, c'est celui qui invoque la responsabilité qui doit non seulement prouver l'obligation et son inexécution mais encore la 8 Articles 26bis et 263undecies de la nouvelle loi communale y insérés par l ordonnance du 5 mars projet d ordonnance modifiant la nouvelle loi communale, Rapport, session , A 512/2, pp Sur la différence entre obligation de résultat et obligation de moyen : VAN OMMESLAGHE Pierre, Droit des obligations T.1 Introduction, Sources des obligations (première partie), Bruylant, 2010, n 15, p.39 4

5 circonstance que le receveur ou le secrétaire a commis une faute c'est-à-dire qu'il ne s'est pas comporté comme un receveur normalement prudent et diligent. Prenons un exemple intéressant le rapport entre le Receveur et les autres agents communaux. Éric Maron a précisé 11, il y a près d une vingtaine d années, de nombreuses causes étrangères exonérant le receveur de sa responsabilité. L une d entre elles peut conduire à exposer le fonctionnaire dirigeant d un marché : - dommages infligés aux finances communales résultant de la faute d un tiers comme, par exemple, le défaut pour un agent de lui transmettre un dossier contenant la ou les pièces qui lui auraient permis de constater l'illégalité de l'acte ayant engendré la dépense. Dans la mesure où le receveur est partie prenante d'une organisation et qu'il arrive quasiment au terme du processus en matière de marchés publics puisqu'il intervient après l'attribution du marché et au cours de son exécution voire au terme de celle-ci, il dépend fortement des flux d'informations qui lui parviennent de ses collègues. Cela dit, le raisonnement inverse pourrait être soutenu : a fortiori doit-il mettre en place des procédures et prendre des mesures de collecte et de validation de ces informations. On peut donc légitimement s'interroger quant à savoir si la faute ou la négligence de tiers pourrait exonérer le receveur de sa responsabilité. Pour les secrétaires communaux bruxellois, l existence d un système de contrôle interne peut aussi constituer, même si cela peut paraître paradoxal à première vue, un élément d atténuation des obligations de résultat qui pèseraient sur eux. Et, pour parler cyniquement, un tel système de contrôle interne va renvoyer une part de responsabilité vers les agents, notamment le fonctionnaire dirigeant d un marché. Effectivement, par définition, un système de contrôle interne n alourdit pas simplement la responsabilité de celui qui a la charge de le mettre en place et de veiller à son bon fonctionnement. Par essence, tout contrôle de gestion implique des marges de manœuvres laissées aux gestionnaires 12. Un tel système diffuse la responsabilité dans le chef de tous les acteurs. Dire que le secrétaire assume la mise en œuvre et le suivi d un système de contrôle interne ne retire rien au fait que toute personne qui a une fonction dans l organisation est responsable de la qualité du système de contrôle interne et du bon fonctionnement du contrôle interne. 11 MARON Eric, «La responsabilité des receveurs communaux et des receveurs des centres publics d aide sociale : responsabilité objective ou responsabilité de droit commun?», Droit communal 94/4-5, n 18, p CHEVALLIER Jacques, Science administrative, PUF, 2007, 4 ème édition mise à jour, p.546 5

6 La responsabilité en ce sens est à voir comme une cascade aussi bien pour la conception que pour tout ce qui a trait à son bon déroulement 13. Le système de contrôle interne est une responsabilité du management administratif au sens large 14. Le fonctionnaire dirigeant Les missions du fonctionnaire dirigeant d un marché La personne dénommée, dans un marché public, «fonctionnaire dirigeant» est l agent du pouvoir local chargé de la direction et du contrôle de l exécution du marché 15. Il est habilité à surveiller ou faire surveiller la préparation et/ou la réalisation des prestations par tous moyens 16. Le prestataire devra lui communiquer tous les renseignements nécessaires au contrôle du marché et lui assurer le libre accès à ses installations 17, sans que cette surveillance et ce contrôle ne l exonèrent jamais de sa propre responsabilité d entrepreneur 18 C est donc lui (ou elle) qui, au nom du pouvoir adjudicateur pourra poser notamment les actes suivants : - vérifier les produits avant leur mise en œuvre 19 ; - ordonner l exécution de travaux supplémentaires 20 et, corrélativement, recevoir les écrits de l entrepreneur confirmant les ordres modificatifs qui lui ont été donnés 21 ; - recevoir les demandes de réception provisoire 22 et constater les manquements lors du délai de garantie 23 ; - donner les ordres requis pour assurer l exécution simultanée de plusieurs marchés 24 ; - vérifier la bonne exécution des prestations de services 25 ; - Les grandes limites des pouvoirs des fonctionnaires dirigeants dans les marchés des pouvoirs locaux 13 DE SAMBLANX Michel, KEULEMANS Florent, LEROY Jan, Interne contrôle en audit bij lokale besturen, politeia VVSG, 2009, p BRACKE Annelies, Beheerscontrole in lokale besturen, BDO Politeia,, 2009, pp Article 1, 1 er et dernier alinéa du Cahier Général des charges 16 Article 2, 1 er alinéa du C.G.Ch. 17 Articles 27, 4 et 53, 4 du C.G.Ch. 18 Article 2, dernier alinéa du C.G.Ch. 19 Article 12 C.G.Ch. 20 Article 15, 1 er, 1, 2 ème alinéa, b) du C.G.Ch. 21 Article 42 1, 2 ème alinéa du C.G.Ch. 22 Article 43 2 du C.G.Ch. 23 Article 19, 4 C.G.Ch. 24 Article 28 2 C.G.Ch. 25 Article 71, 2 ème alinéa du C.G.Ch. 6

7 Les auteurs sont quasiment unanimes pour exclure toute délégation par le collège des bourgmestre et échevins de tout ou partie de ses compétences. Plusieurs raisons à cela : le collège communal est un organe collégial et ne peut prendre de décision que collégialement; les compétences dévolues au collège sont d ordre public et, pas plus que le conseil communal ne pourrait les limiter, il ne peut s en dessaisir, fut-ce partiellement ; 26 il n y a pas de délégation sans texte et la nouvelle loi communale comme le Code de la Démocratie locale sont muets quant à une quelconque délégation aux échevins 27 ou à des fonctionnaires en matière de marchés publics. Des travaux complémentaires commandés par l agent communal désigné comme fonctionnaire dirigeant ne pourraient ainsi pas être payés à l entrepreneur s ils ne sont pas préalablement acceptés par le collège communal 28. La tutelle en Région bruxelloise, tout en excluant toute réception provisoire passée par un échevin ou un fonctionnaire, comme l approbation de tout décompte par un échevin ou un fonctionnaire, fait preuve d un certain pragmatisme, comme le révèle la réponse faite à une question parlementaire en la matière. 29 «Aux termes de l'article 123 de la nouvelle loi communale, le collège des bourgmestre et échevins dispose de la compétence pour le contrôle de l'exécution des marchés publics communaux. Il s'agit d'une compétence exclusive, aucun texte n'autorisant le collège à déléguer cette compétence à un échevin ou à un fonctionnaire. Cependant, la surveillance des marchés publics des communes deviendrait rapidement impossible si le collège des bourgmestre et échevins devait tout faire par lui-même. Ainsi, même en l'absence de textes qui les autorisent, les délégations qui portent sur les points de détails ou qui concernent des mesures secondaires ou complémentaires, sont admises. Dés lors, il est établi que le collège peut déléguer à un de ses membres ou à un des ses fonctionnaires le suivi de la bonne exécution d'un marché public et l'accomplissement en ses lieux et place d'actes qui ne sont que de simples opérations matérielles de suivi et de contrôle. 26 C.E., arrêt n du 12 décembre 2005, pp. 7-8/ «un échevin, hormis celui de l état civil, ne dispose d aucun pouvoir de décision propre qu il peut exercer seul et personnellement» : C.E., arrêt n du 22 avril 2055, p.6/10 28 Trib. civ. Namur, jugement du 16 octobre 1992, sprl Tous Travaux Démolition c//ville de Namur, inforum n cliquez sur «Travail législatif», puis sur «Documents parlementaires», «Bulletin des questions et réponses écrites», téléchargez le bulletin n 17 du 15 avril 2006, pp

8 Par contre, des actes juridiques tels la réception provisoire ou les décomptes sont des actes d'une importance telle que le collège ne peut en aucune façon les déléguer. Il s'ensuit que, dans le cadre des marchés communaux, l'échevin ou le fonctionnaire auquel est confié le rôle de «fonctionnaire dirigeant» au sens de l'article 1er du cahier général des charges ne dispose d'aucun pouvoir de décision et n'est qu'un intermédiaire entre le collège des bourgmestre et échevins et l'adjudicataire. En outre, pour supprimer toute équivoque, il convient de préciser soit dans les documents de marché (avis de marché ou cahier spécial des charges), soit au moment de la notification du marché, non seulement l'identité de l'échevin ou du fonctionnaire désigné comme «fonctionnaire dirigeant» mais aussi les limites de son mandat en soulignant que ce mandat doit s'inscrire dans les limites des prérogatives de la nouvelle loi communale.» Cette limitation devra, donc, être expressément précisée dans le cahier spécial des charges ou notifiée 30. Je préconise la clause suivante : «Il est précisé qu au regard des particularités de la nouvelle loi communale qui concède peu de délégations, tous les décomptes en plus ou en moins et toutes les réceptions de prestations quelconques comme demandes ou octroi de modifications des prestations ou de leurs modalités de rémunération et d exécution ne peuvent être consenties que de l accord exprès du Collège des Bourgmestre et Echevins.» L UVCW propose d insérer la clause très semblable : «Ce fonctionnaire dirigeant agit dans les limites des dispositions du Code de la démocratie locale et de la décentralisation. Il est précisé qu au regard des particularités du Code de la démocratie locale de la décentralisation qui concède peu de délégations aux fonctionnaires, tous les décomptes en plus ou en moins, toutes les réceptions de prestations quelconques ainsi que toutes les modifications de prestations ou de leurs modalités de rémunération et d exécution, notamment, ne peuvent être consenties que de l accord exprès du Collège communal» 30 Article 1 er, 2 ème alinéa du C.G.Ch. 8

9 La responsabilité civile L immunité de responsabilité des agents communaux Nul n ignore plus qu'une loi du 10 février 2003 relative à la responsabilité des et pour les membres du personnel au service des personnes publiques a appliqué aux agents des pouvoirs publics le régime d'immunité instauré par l'article 18 de la loi relative au contrat de travail. La loi prévoit un régime de responsabilité civile identique pour tous les membres du personnel des personnes de droit public, que les travailleurs soient sous statut ou engagés dans les liens d un contrat de travail 31. Les limites à l immunité de responsabilité : le dol, la faute lourde et la faute légère habituelle Quelques mots doivent donc être dits des notions centrales que sont le dol, la faute lourde et la faute légère habituelle. La définition du dol ne donne pas lieu à un consensus dans la doctrine ni la jurisprudence. On pourrait néanmoins définir le dol comme la faute intentionnelle, la faute commise de mauvaise foi. Le dol s'entend de la méconnaissance délibérée d'une obligation, de la volonté de violer cette obligation. Si le dol ne suppose pas nécessairement la volonté de nuire ni de causer un dommage, on peut néanmoins affirmer qu'il suppose, la conscience qu'un préjudice s'ensuivra nécessairement et l'acceptation de cette possibilité de préjudice même s'il n'est nullement requis que l'auteur du dol ait voulu le dommage tel qu'il s'est présenté et dans toutes ses conséquences 32. La faute lourde, pour sa part, est traditionnellement définie comme la faute non intentionnelle mais à ce point grossière et démesurée qu'elle est inexcusable. C'est la faute tellement excessive qu'elle ne peut se comprendre d'une personne raisonnable 33. L appréciation de cette faute tient compte du rôle et des responsabilités du travailleur : plus il a des responsabilités importantes, plus sa faute pourra aisément être qualifiée de lourde 34. Quant à la faute légère présentant un caractère habituel plutôt qu'accidentel, elle se constate par une répétition de comportements fautifs révélateurs d'un certain état d'esprit. Il n'est pas nécessaire que ce soit 31 DOYEN-BIVER Claire, DURVIAUX Ann-Lawrence, FISSE Damien, SOHIER Jérôme, La responsabilité des pouvoirs publics, kluwer, 2010, n 32, p DUBUISSON Bernard, «Les immunités civiles ou le déclin de la responsabilité individuelle : coupables mais pas responsables», Droit de la responsabilité Morceaux choisis, Larcier, 2004, p LAUVAUX Mallorie, La responsabilité du travailleur, kluwer, 2006, p VANNES Viviane, Le contrat de travail : aspects théoriques et pratiques, Bruylant, 3 ème édition, 2011, n 570, p.447 9

10 toujours la même faute qui se reproduise 35. Diverses fautes peuvent former l'habitude dès lors qu'elles dénotent un manque de sérieux du travailleur 36. Causes d exonération ou de justification À supposer que le fonctionnaire dirigeant d un marché ait commis une faute lourde ou une faute légère habituelle qui ne lui permet pas de bénéficier de l exonération de responsabilité de la loi du 10 février 2003, le droit commun de la responsabilité civile pourrait encore venir à son secours puisqu'il pourra tenter de se prévaloir de causes de justification. Écartons les causes de justification comme la légitime défense ou l état de nécessité et attardons-nous sur les notions d'erreur invincible et de force majeure 37 ainsi que sur l ordre de l autorité. L erreur invincible Dans la législation sur les marchés publics, les normes évoluent tellement vite et la jurisprudence est parfois à ce point variable qu'une erreur de droit n'est pas à exclure. L'erreur invincible peut être une erreur de droit ou de fait dont l'invincibilité se déduit de ce que la personne qui invoque l'erreur a agi comme toute personne raisonnable et prudente placée dans la même situation. La simple constatation de ce que la victime de l'erreur a été mal informée même par une personne qualifiée ne suffit cependant pas. Ainsi, une information erronée émanant d'une administration fiscale qui a induit le responsable en erreur ne pourrait pas être avancée comme une cause de justification. La force majeure La force majeure qui permet d'écarter sa responsabilité se définit comme un événement imprévisible, irrésistible et indépendant de la volonté. Ne constitue pas un cas de force majeure, l'événement qui a été provoqué ou favorisé par une faute, une imprudence ou une négligence d'un tiers lorsque l agent a lui-même été fautif. L ordre de l autorité L'ordre des autorités légitimes doit être considéré comme un fait justificatif s'il n'a pas été exécuté de façon fautive et si, donné par une autorité légitime 35 RENDERS David, Droit administratif T. III Le contrôle de l administration, Larcier, 2010, n 376, p Van EECKHOUTTE Willy et NEUPREZ Vincent, Compendium social Droit du travail , kluwer, n 1507, p DUBUISSON Bernard, CALLEWAERT Vincent, DE CONINCK Bertrand, GATHEM Grégoire, La responsabilité civile Chronique de jurisprudence , Vol. 1 : le fait générateur et le lien causal, Larcier, 2009, spécialement n 490 et 493, n 506 et 508, pp et

11 agissant dans le cadre normal de ses fonctions, il ne peut pas être en soi manifestement illégal ou moralement inadmissible 38. Voici donc les balises pour la responsabilité civile des fonctionnaires des marchés publics mises en place. La responsabilité civile spécifique en matière de sécurité des chantiers Sachez d emblée que lorsqu'il est question de sécurité, nombre de tribunaux considèrent qu'il y a une obligation de résultat : chacun est tenu de prendre toutes les précautions afin d'éliminer absolument tout danger. En matière de sécurité des chantiers, on considère comme une obligation de résultat, le respect des normes techniques et réglementaires relatives aux modalités d'utilisation ou à l'interdiction d'utilisation de certains produits ou services. Pour autant, la survenance d'un accident ne conduirait pas d'office à conclure à la responsabilité des intervenants sur un chantier : la sécurité resterait un objectif et non un résultat à garantir. En effet, aux yeux du Législateur, «il faut mettre l'accent sur le fait que lors de la fixation des mesures nécessaires, il ne faut pas uniquement tenir compte des principes de prévention de nature technique, mais également de ce qui peut être atteint dans l'entreprise (entre autres sur le plan économique, éthique et social), de sorte qu'il y aura toujours lieu de comparer et peser les intérêts. Il s'agit donc d'un devoir général de prévoyance, qui doit être interprété d'une façon raisonnable» 39. Le Législateur insiste sur le fait «que les hommes et les organisations d'hommes sont défaillants avec une probabilité relativement grande. Inévitablement, les travailleurs se comportent différemment lors de leur travail. Les dirigeants commettront des erreurs lors de la surveillance et de la formation. La diminution des risques de préjudice grave ne peut, de ce fait, s'appuyer sur des mesures telles que des instructions en matière de sécurité, la formation, la surveillance, etc.». 40 Cette perspective ne devra pas être perdue de vue lorsqu il s agira d apprécier la rigueur de la responsabilité qui pèse sur chacun, spécialement pour déterminer si nous avons affaire à des obligations de moyens ou de résultats. Cela dit, à partir du moment où la faute se définit comme la violation d une norme de comportement déterminée, retenons tout de même que, dans le domaine du droit de la construction, et plus encore de la sécurité des chantiers, le nombre de normes, de directives, de règles de l'art et de bonnes pratiques formalisant clairement les attitudes et comportements à adopter est tel qu'il sera assez aisé de conclure à une faute engageant la 38 VAN OMMESLAGHE Pierre, Droit des obligations, T. 2, Sources des obligations (deuxième partie), Bruylant, 2010, n 977, pp Projet de loi relatif au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, Exposé des motifs, commentaire de l article 5, session extraordinaire 1995, 71/1, p.9 40 Projet de loi relatif au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, Exposé des motifs, commentaire de l article 5, session extraordinaire 1995, 71/1, pp

12 responsabilité d'un intervenant. Pour ne retenir que la signalisation des chantiers, celle-ci fait l objet d un arrêté royal 41, d un arrêté ministériel 42, d une autorisation (soit ministérielle, soit du bourgmestre), de conseils du Centre national d action contre les risques dans la construction. 43 Le foisonnement de normes de conduite est avéré en matière contractuelle car le contrat d entreprise de travaux impose à l entrepreneur une obligation d exécuter le travail commandé selon les règles de l art, lesquelles font l objet d un processus continu de codification. Dans l'exécution d'un marché public de travaux, la conjonction de l'article 3, 2 du cahier général des charges, qui précise que «même en l'absence de spécifications techniques contractuelles, les travaux, ( ) et services doivent répondre en tous points aux règles de l'art», et de l'article 3 de la loi du 3 avril 2003 relative à la normalisation selon lequel «les normes constituent l'énoncé du savoir-faire applicable à un produit, un procédé ou un service donné au moment de leur adoption», permet de conclure que le non-respect de normes techniques engage la responsabilité de l entrepreneur adjudicataire. Qui est responsable du respect des obligations de prévention des risques et de sécurité? Les principes généraux de prévention doivent être respectés par tous les intervenants dans l acte de construire 44, et pas seulement par l employeur des ouvriers, le maître d ouvrage ou le coordinateur : «Toutes les personnes concernées par un chantier temporaire ou mobile doivent respecter les principes généraux de prévention. Cette obligation est expressément répétée, ici, parce que ces principes ne doivent pas seulement être appliqués par les employeurs mais également par d'autres personnes» 45. Ce n est là qu une application du système jurisprudentiel en vigueur dans le droit de la construction avant l entrée en vigueur de la loi de 1996 : le contrôle réciproque des fautes. L'intervention d'un coordinateur sécurité ne diminue en rien les obligations des participants à l'acte de construction. Tout au contraire, la loi du 4 août 1996 et son arrêté d'exécution du 25 janvier 2001 multiplient des prescriptions précises, pénalement sanctionnées, à charge de tous les intervenants. 41 Spécialement l article du Code de la route 42 Arrêté ministériel du 7 mai 1999 relatif à la signalisation des chantiers et des obstacles sur la voie publique 43 Dossier du CNAC n 106, téléchargeable sur cliquez sur «Publications», puis sur «dossiers» 44 HENRY Catherine, «Bien comprendre les fondamentaux de la sécurité et du bien-être au travail», Du risque professionnel au bien-être Approches juridique et psychsociologique, Anthemis, Conférences du jeune Barreau de Charleroi, 2012, pp Projet de loi relatif au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, Exposé des Motifs, commentaire de l article 15, session extraordinaire 1995, 71/1, pp

13 Tout d'abord, la loi du 4 août 1996 généralise le régime jurisprudentiel du contrôle réciproque des fautes puisque tous les intervenants sont tenus au respect de l'application des principes généraux en matière de bien-être au travail et des obligations spécifiques à la coordination de la sécurité et de la santé sur les chantiers : Art. 14. Sont concernés par les obligations relatives aux activités sur des chantiers temporaires ou mobiles : 1 le maître d'ouvrage, à savoir toute personne physique ou morale pour le compte de laquelle un ouvrage est réalisé 46 ; dans les marchés publics, le maître d ouvrage est le pouvoir adjudicateur, sauf pour les marchés de promotion et les concessions de travaux où le statut de maître d ouvrage au sens de la loi de 1996 est assumé par l adjudicataire. 2 le maître d'œuvre chargé de la conception, à savoir : toute personne physique ou morale chargée de la conception de l'ouvrage pour le compte du maître d'ouvrage 47 et les personnes auxquelles il a confié certaines missions en sous-traitance ; c est généralement l architecte qui remplit cette fonction ; 3 le maître d'œuvre chargé de l'exécution, à savoir toute personne physique ou morale chargée de l'exécution de l'ouvrage pour le compte du maître d'ouvrage 48 ; c est l entrepreneur qui assume ce statut ; 4 le maître d'œuvre chargé du contrôle de l'exécution, à savoir toute personne physique ou morale chargée du contrôle de l'exécution de l'ouvrage pour le compte du maître d'ouvrage 49 et les personnes auxquelles il a confié certaines missions en sous-traitance ; il s agit de l architecte puisqu il a une mission de contrôle définie assez largement par les Cours et Tribunaux. Selon la Cour d appel de Liège 50, l architecte a «une obligation d'observation générale de ce que les entrepreneurs réalisent sous leur responsabilité dans le cadre de leurs connaissances professionnelles. L'architecte doit être présent aux moments clés de l'entreprise. Cet examen régulier de ce qui va être entrepris et de ce qui est fait, permet dans un certain nombre de cas d'éviter que l'entrepreneur utilise des moyens ou des matériaux inadaptés, réitère une malfaçon ou persévère dans un travail dont la base est défectueuse». Mais le pouvoir adjudicateur assume également une tâche de contrôle de l exécution au travers du fonctionnaire dirigeant puisque, même s il ne peut être utilisé par l entrepreneur pour s exonérer de sa responsabilité, il dispose de pouvoirs de contrôle étendus. La réglementation fait peser sur 46 Article 3, 7 de la loi du 4 août Article 3, 8 de la loi du 4 août Article 3, 9 de la loi du 4 août Article 3, 10 de la loi du 4 août Arrêt du 11 janvier 2000 cité par LOUVEAUX Bernard, Inédit du droit de la construction, JLMB, 2001/7, p

14 l entrepreneur une obligation de réponse à toute demande du fonctionnaire dirigeant et permet aux délégués du pouvoir adjudicateur de surveiller partout la réalisation des travaux l'entrepreneur 52 ; c est l adjudicataire ; 6 le coordinateur en matière de sécurité et de santé pendant l'élaboration du projet de l'ouvrage ; 7 le coordinateur en matière de sécurité et de santé pendant la réalisation de l'ouvrage ; 8 le travailleur. ( ) Art. 15. Les personnes qui en application du présent chapitre sont concernées d'une façon ou d'une autre par les obligations relatives aux activités sur un chantier temporaire ou mobile, appliquent les principes généraux de prévention. Le pouvoir local qui a commandé les travaux est ainsi, comme tous les autres intervenants à l acte de construire, chargé de respecter les obligations en matière de sécurité et de santé sur le chantier 53 : - Il doit tenir compte des principes généraux de prévention lors des choix architecturaux, techniques ou organisationnels afin de planifier les différents travaux ou phases de travail qui se déroulent simultanément ou successivement ainsi que lors de la prévision de la durée impartie à la réalisation de ces différents travaux ou phases de travail Il doit vérifier que les différents intervenants coopèrent et coordonnent leurs activités, afin de prodiguer au coordinateur la compétence, les moyens et les informations nécessaires à la bonne exécution de ses tâches Il doit, comme l architecte et l entrepreneur, doit organiser ou faire organiser la coordination des travaux des différents entrepreneurs et, le cas échéant, des autres personnes concernées, ainsi que la collaboration entre ces différents entrepreneurs et, le cas échéant, d'autres personnes concernées en vue de la sécurité et de la santé sur 51 Article 2 du cahier général des charges. 52 Article 3, 11 de la loi du 4 août 1996 : entrepreneur : toute personne physique ou morale qui exerce des activités pendant la phase d'exécution de la réalisation de l'ouvrage, qu'il soit un employeur, un indépendant ou un employeur qui travaille avec ses travailleurs sur le chantier. 53 Article 14, 1 de la loi du 4 août Article 17 de la loi du 4 août Articles 7, 2 et 17, 2 de l arrêté royal du 25 janvier

15 le chantier. 56 En outre, si l immeuble où le chantier se déroule est un immeuble de bureaux ou qu il est affecté à une industrie ou un commerce quelconque, l administration maître d ouvrage devra encore s assurer que l'entrepreneur reçoive les informations nécessaires concernant les risques relatifs au bienêtre des salariés, fournisseurs, usagers et visiteurs présents dans l immeuble, coordonner les activités du chantier avec les activités professionnelles, commerciales ou industrielles accomplies dans l immeuble et veiller à ce qu'il y ait une collaboration avec l'entrepreneur lors de l'exécution des mesures relatives à la santé et la sécurité des personnes concernées par l'exécution des travaux. 57 Et puisque, s agissant d une commune, le «pouvoir adjudicateur» est une abstraction et n agit ni n existe jamais que par et au travers de ses travailleurs, c est au fonctionnaire dirigeant du marché qu incombera ces obligations. Conclusion provisoire Des considérations qui précèdent, il faut retenir que l absence de délégations légalement admissibles du collège à l un de ses fonctionnaires interdit ce dernier, dans ses relations avec l entrepreneur, de poser les actes à effets juridiques prévus par le cahier Général des Charges. Toutefois, deux éléments doivent focaliser l attention du fonctionnaire dirigeant d un marché car ils battent en brèche l «abri» tiré de la responsabilité de principe du Collège et l impossibilité dans laquelle ce dernier se trouve de se débarrasser de sa responsabilité civile par voie de délégation : - l existence d un système de contrôle interne le responsabilise davantage plutôt qu il ne l abrite derrière des procédures et une hiérarchie ; - en matière de sécurité des chantiers, la règle est la responsabilité de chaque intervenant dans l acte de construire. Un exemple permettra de mieux comprendre. L arrêt de la Cour d appel de Mons rendu dans la catastrophe de Ghislenghien est extrêmement intéressant car il rappelle la théorie et l applique à tous les intervenants du chantier 58. Sans qu une analogie puisse être tenue totalement entre un directeur technique et un fonctionnaire dirigeant, il demeure intéressant de considérer certaines fautes qui ont été reprochées au directeur technique car elles pourraient se retrouver dans le 56 Article 20 de la loi du 4 août Article 42, 2 de l arrêté royal du 25 janvier Mons, 28 juin 2011, L Entreprise et le Droit, 1/2012, spécialement pour le rôle du directeur technique, pp

16 chef d un fonctionnaire dirigeant d un marché : - vérifier les données reçues et prévoir dans un planning, des actes et moments pour ces validations ; - comme «relationnel technique», il doit fluidifier vers la base (les conducteurs de travaux), le sommet (l organe de direction) et à l horizontale (les entrepreneurs, architectes, bureaux d études, ) le passage des informations concernant les niveaux de travail, la nature des travaux, la nécessité de procéder à des sondages et celle de vérifier les données reprises dans les plans. Responsabilité pénale La responsabilité pénale de quiconque peut être engagée à tout moment. Indépendamment des infractions que tout un chacun peut commettre et pour lesquelles la qualité de fonctionnaire est indifférente, il en existe deux autres catégories 59 : - celles que seuls peuvent commettre des fonctionnaires - celles qui peuvent être commises par un particulier mais qui sont incriminées de manière spéciale parce qu elles sont le fait de fonctionnaires Infraction propre aux fonctionnaires : prise d intérêt et trafic d influence Comme infraction que seuls peuvent commettre des fonctionnaires et qui est spécialement en rapport avec les marchés publics, on peut citer l article 245 du Code pénal 60. L article 245 du Code pénal, adapté par la loi du 10 février 1999 sur la corruption, sanctionne la prise d intérêt dans les adjudications, en vue de poser un acte, même juste, ou de s abstenir de poser un acte, la prise d intérêt pouvant être aussi bien d ordre matériel que moral, directe ou par personne interposée : «Toute personne exerçant une fonction publique 61, qui, soit directement, soit par interposition de personnes ou par actes simulés, aura pris ou reçu quelque intérêt que ce soit dans les actes, adjudications, entreprises ou régies dont elle avait, au temps de l acte, en tout ou en partie, l administration ou la surveillance, ou qui, ayant pour mission d organiser le paiement ou de faire la liquidation d une affaire, y aura pris un intérêt 59 MASSET Adrien, «Le droit pénal de la fonction publique», Bulletin social et juridique, n 415, septembre 2009, pp SCHOONBROODT Etienne, Les marchés publics des pouvoirs locaux, Politeia, octobre 2012, chapitre 1/20 61 Ce qui couvre, entre autres, les bourgmestres, conseillers et secrétaires communaux, les commissaires de police et les attachés de cabinet. 16

17 quelconque, sera punie d un emprisonnement d un an à cinq ans et d une amende de 100 euros à euros ou d une de ces peines et pourra, en outre, être condamnée à l interdiction du droit de remplir des fonctions, emplois ou offices publics, conformément à l article 33.» Cet article ne se limite pas à proscrire un acte de la personne corrompue commis dans l exercice de ses fonctions, mais également l exercice de son influence, c est-à-dire tout ce que le corrompu est prêt à accomplir pour obtenir qu un acte soit posé par un tiers. L article 8 de la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics vient encore renforcer et éclairer la portée de l article 245 du Code pénal : «1 er. Sans préjudice de l application d autres interdictions résultant d une loi, d un décret, d une ordonnance, d une disposition réglementaire ou statutaire, il est interdit à tout fonctionnaire, officier public ou à toute autre personne liée à un pouvoir adjudicateur de quelque manière que ce soit d intervenir d une façon quelconque, directement ou indirectement, dans la passation et l exécution d un marché public dès qu il pourrait se trouver, soit personnellement, soit par personne interposée, dans une situation de conflit d intérêts avec un candidat ou un soumissionnaire. 2. L existence de ce conflit d intérêt est en tout cas présumée: 1. dès qu il y a parenté ou alliance, en ligne directe jusqu au troisième degré et, en ligne collatérale, jusqu au quatrième degré ou de cohabitation légale, entre le fonctionnaire, l officier public ou la personne physique visée au 1 er et l un des candidats ou soumissionnaires ou toute autre personne physique qui exerce pour le compte de l un de ceux-ci un pouvoir de direction ou de gestion 62 ; 2. lorsque le fonctionnaire, l officier public ou la personne physique visée au 1 er est, lui-même ou par personne interposée, propriétaire, copropriétaire ou associé actif de l une des entreprises candidates ou soumissionnaires ou exerce, en droit ou en fait, lui-même ou par personne interposée, un pouvoir de direction et de gestion. Le fonctionnaire, l'officier public ou la personne physique se trouvant dans l'une de ces situations est tenu de se récuser. 3. Lorsque le fonctionnaire, l'officier public ou la personne physique ou morale visée au 1er détient, soit lui-même, soit par personne interposée, une ou plusieurs actions ou parts représentant au moins cinq pour cent du capital social de l'une des entreprises candidates ou soumissionnaires, il a l'obligation d'en informer le pouvoir adjudicateur.» Le 1er de cet article pose le principe qu une personne en situation de conflit d intérêts ne peut intervenir dans la passation ni l exécution d un marché public. 62 C est ainsi qu a été annulée la décision d attribution préparée par un fonctionnaire qui était le frère d un administrateur de l entreprise choisie : C.E., arrêt n du 12 juin

18 Qu un conflit d intérêts puisse naître par personne interposée a été illustré dans une affaire où le Conseil d État a connu de la démission d office d un fonctionnaire, à la fois chef de service et associé actif d une entreprise qui ne se voyait pas attribuer directement des marchés mais qui les exécutait en sous-traitance 63. Le 2 décline ce principe en établissant deux cas où le conflit d intérêts est acquis et ne peut être contesté: la parenté et la propriété ou un pouvoir de direction ou de gestion chez un candidat ou un soumissionnaire. Le 3 instaure une obligation d information lorsque l agent gestionnaire du marché est un associé passif d un soumissionnaire potentiel. Infraction aggravée parce que commise par un fonctionnaire : le faux Comme infraction relevant de la seconde catégorie c est-à-dire qui peut être commises par un particulier mais qui sont incriminées de manière spéciale parce qu elles sont le fait de fonctionnaires, c est-à-dire qui peut être réalisée par tout un chacun mais est incriminée de façon spéciale lorsque c est un fonctionnaire qui la commet, citons le faux en écritures. Les articles 193 à 197 du Code pénal retiennent plusieurs éléments pour conclure au faux en écritures dont deux des éléments constitutifs essentiels sont l altération de la vérité dans l intention de procurer à autrui ou soimême un avantage illicite de quelque nature que ce soit. Ainsi, «commet un faux en écriture le fonctionnaire qui, en vue de permettre le paiement prématuré et indu du prix d un marché public de services appose, avec sa signature, sur une facture «Vu pour acceptation du service rendu, bon à payer» alors qu à ce moment, le service n était pas exécuté 64». La participation à une infraction La réalisation d une infraction par un fonctionnaire est évidemment répréhensible mais ce qui préoccupe sans doute davantage, c est le danger de participation vu les missions, tâches et responsabilités qui incombent aux secrétaires bruxellois et receveurs wallons et bruxellois et leur place dans le circuit de passation et de paiement d un marché public. La responsabilité pénale spécifique en matière de sécurité des chantiers Une disposition légale pénalement sanctionnée aurait-elle été méconnue par le fonctionnaire qu'il ne s'en déduit pas, automatiquement, une responsabilité pénale dans leur chef. La doctrine et la jurisprudence belge ont rejeté la notion d'infractions dites matérielles c'est-à-dire d'une infraction qui serait punissable pénalement du seul fait de la violation d'une disposition légale. Une infraction dont le 63 C.E., arrêt n du 19 octobre 2009,n , p.12-13/ MASSET Adrien, «Faux en écritures et usages de faux», Qualifications et jurisprudence pénales, La charte, X, 2007, p.5 18

19 dispositif légal ou réglementaire qui la caractérise ne fait référence ni à une intention ni à une négligence n est pas punissable du seul fait qu'elle a été réalisée. En revanche, lorsqu'une norme désigne de façon précise le comportement interdit, la commission de l'acte prohibé peut emporter avec elle la présomption d'un même élément moral 65. Tel sera le cas en matière de droit pénal social 66, droit dont relèvent la sécurité sur le chantier et de bien-être des travailleurs. Plus exactement, dès lors que l infraction a été commise sans que la volonté soit affectée d un vice de consentement erreur invincible, force majeure, ), l élément moral est considéré comme acquis ; ni l intention caractérisée de violer la loi n est pas nécessaire et la bonne foi n exonère de rien 67. Le pouvoir local et, au premier chef, le fonctionnaire dirigeant du marché, peut-il échapper à sa responsabilité pénale ou la transférer à un tiers? Pour être efficace et admise par les tribunaux, c'est-à-dire pour réaliser un réel transfert de responsabilités, la délégation implique que la personne qui se substitue au maître d'ouvrage 68 : 1. soit investie d'un pouvoir de commandement suffisant pour obtenir des intervenants à l'acte de construire l'obéissance indispensable au respect des prescriptions légales ; 2. soit dotée de la compétence technique ou professionnelle requise ; 3. dispose des moyens financiers et matériels, ainsi que 4. d'une réelle autonomie qui empêche le maître d'ouvrage de s'immiscer dans l'exécution quotidienne des tâches de la personne qu'il a déléguée ; 5. que sa délégation ne soit pas générale mais limitée à un champ de travail précis ; la délégation générale est nulle car considérée comme un évitement de la responsabilité pénale. Une telle délégation est souvent difficile pour des personnes publiques dans la mesure où il n est pas admis qu elles se dessaisissent des compétences que la loi leur confie. Pour cette raison, une délégation ne peut porter que sur des mesures secondaires, l autorité publique devant se garder l essentiel du pouvoir qui lui a été attribué. 65 VANDERMEERSCH Damien, Eléments de droit pénal et de procédure pénale, La charte, 2006, pp DE RUE Maïté, Le code pénal social Analyse des lois des 2 et 6 juin 2010, Larcier, 2012, n 181, p LAGASSE François et PALUMBO Michel, Manuel de droit pénal social, Larcier, 2 ème édition, 2011, p DECONYNCK Michèle et SIMON Virginie, Prévention et protection du travail Structure du bien-être au travail dans les secteurs public et privé, Larcier, 2011, p

20 Ces considérations sont de première importance pour le fonctionnaire dirigeant du marché, spécialement quand elles sont mises en perspectives des remarques formulées précédemment sur l impossibilité juridique et même l illégalité, d une délégation par le Collège communal de ses pouvoirs de contrôle et de surveillance de l exécution d un marché vers un agent. Les causes de justifications Ici encore, comme en matière de responsabilité civile, des causes justification pourront être évoquées. Certes, le trouble mental, la minorité pénale, la contrainte physique ou morale, la légitime défense ou encore l'état de nécessité ne sont d'aucune utilité, normalement. De même, la cause de justification tirée du commandement manifestement illégal de l'autorité publique pose le même problème sur le plan pénal que sur le plan civil : l'ordre du collège de passer outre au refus de paiement du receveur sera sans doute certain et découlera d'une décision claire du collège, le commandement ne pourra cependant pas être considéré comme non manifestement illégal. Reste l'erreur et l'ignorance. Tout comme en matière de responsabilité civile, la bonne foi de l'agent responsable ne suffit pas à l exonérer de sa responsabilité. Il a une obligation de s'informer avant d'agir et la seule circonstance qu'il ait été mal conseillé ou mal informé, fût-ce par une personne compétente ou qualifiée ne suffirait pas, en principe, à considérer que l'erreur qu'il a commise présente un caractère invincible 69. Toutefois, force est de reconnaître que la jurisprudence a déjà admis en matière pénale le caractère invincible de l'erreur commise dans des circonstances des plus intéressantes lorsqu'on les applique à la matière de marchés publics, à savoir : - après que le responsable ait été confronté à des modifications successives par une administration compétente de l'interprétation de la législation applicable, - après que l'agent responsable se soit conformé aux renseignements qui lui avaient été donnés par les fonctionnaires de l'administration compétente ou - se soit fié à une circulaire ministérielle. 69 KUTY Franklin, Principes généraux du droit pénal belge, T. II : l infraction pénale, Larcier, 2010, n 1531 à 1534, pp

Les marchés publics de la commune

Les marchés publics de la commune Les marchés publics de la commune La place du mandataire communal dans le processus décisionnel Yves CABUY Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration des Pouvoirs locaux 1 Les marchés

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 Le 1 er janvier 2004 est entrée en vigueur l ordonnance du 3 juin 2003 relative à la tutelle administrative et aux règles financières,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats

SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats ABRÉVIATIONS UTILISÉES CC EP MO PA ST LRAR RC RD Code civil Entrepreneur principal

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE Lors de l embauche 1. L employeur peut-il demander au candidat s il détient le permis

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours)

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'exécution des recettes publiques... 4 La procédure de droit commun...

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003.

AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. AVIS N 04 / 2003 du 10 février 2003. N. Réf. : 10 / A / 2002 / 046 OBJET : Projet d'arrêté royal fixant les conditions particulières de recrutement du personnel statutaire et contractuel de l Agence fédérale

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application REGLEMENT DE STAGE A.R. du 13 mai 1965 approuvant le règlement du stage établi par le Conseil national de l'ordre des Architectes tel que modifié par l A.R. du 18/08/2010 (M.B. 25/08/2010) Champ d'application

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

La mise en location d un logement et le code du logement.

La mise en location d un logement et le code du logement. La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/14/061 DÉLIBÉRATION N 14/027 DU 6 MAI 2014 RELATIVE À L'ACCÈS À LA BANQUE DE DONNÉES "DÉCLARATION DE TRAVAUX" AU PROFIT

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE.

INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. INTRODUCTION A LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE DES MANDATAIRES COMMUNAUX EN REGION WALLONE. Séminaire PV assurances à Villers la Ville : 26 juin 2015 Me Johan Vanden Eynde Avocat Bruxelles Charleroi

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant

Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant Délibération n 108/2007 «élections sociales» du 14 septembre 2007 portant notification unique pour les traitements de données à caractère personnel (y compris certaines catégories particulières de données

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. : 01.47.63.66.41 Fax : 01.42.27.13.58 Internet : http://www.ansa.asso.fr E-mail : ansa@ansa.asso.fr Comité juridique Réunion

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Le choix du juge... 9. Le choix du juge quant à l objectif véritable du recours. 11

Le choix du juge... 9. Le choix du juge quant à l objectif véritable du recours. 11 TABLE DES MATIÈRES 1 Le choix du juge... 9 Le choix du juge quant à l objectif véritable du recours. 11 Stéphane Rixhon assistant à l U.Lg. Introduction... 11 La répartition des contentieux... 11 A. Les

Plus en détail

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique.

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique. Le licenciement Le licenciement est soumis à de nombreuses lois. Il convient de pouvoir distinguer les différents motifs justifiant l'engagement d'une procédure de licenciement ainsi que les droits et

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP)

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

JUGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Etablissement public de coopération culturelle OPERA de Rouen-Haute- Normandie (Département de la Seine-Maritime) 076 400 401 Exercices 2004 à 2009 Jugement n 2012-016 Audience publique du 5 octobre 2012

Plus en détail

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI

SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP. Que dit le droit? La charte du BTP DILTI SOUS- TRAITANCE T TRAVAIL LLEGAL ANS E BTP Que dit le droit? La charte du BTP Entrepreneurs Pourquoi et comment renforcer la sécurité juridique de vos contrats de soustraitance DILTI MAÎTRE D OUVRAGE Vous

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Sarah Ben Messaoud Avocate en marchés publics sarah.benmessaoud@cms-db.com

Sarah Ben Messaoud Avocate en marchés publics sarah.benmessaoud@cms-db.com CIRCULAIRE DU 22 JUILLET 2014 ARTICULATION ENTRE LA RESPONSABILITÉ SOLIDAIRE POUR LES DETTES SALARIALES, SOCIALES ET FISCALES ET LA RÉGLEMENTATION DES MARCHÉS PUBLICS Sarah Ben Messaoud Avocate en marchés

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail