Arrêt Erika : marée verte sur le droit de la responsabilité civile et pénale des compagnies pétrolières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arrêt Erika : marée verte sur le droit de la responsabilité civile et pénale des compagnies pétrolières"

Transcription

1 ACTUALITÉS -+ CHRONIQUE Arrêt Erika : marée verte sur le droit de la responsabilité civile et pénale des compagnies pétrolières L'arrêt rendu le 25 septembre 2012 par la Cour de cassation dans l'affaire Erika consacre l'extension de la responsabilité civile et pénale des compagnies pétrolières transnationales, notamment sur le fondement des engagements volontaires de celles-ci, dans la perspective de mieux prévenir les catastrophes environnementales (Cass. cri m., 25 sept. 2012, n , P+ B+R+ I). lssn Ce bulletin actualise votre ouvrage entre deux éditions Pour vous abonner à l'ouvrage et à son actualisation, contactez-nous au (>i~jlffiffltil OO).n nc, :io Emmanuel DAOUD Avocat, Cabinet d'avocats VIGO.,. Clarisse LE CORRE Juriste, Cabinet d'avocats VIGO e 25 septembre 2012, la chambre criminelle de L la Cour de cassation, en sa formation plénière, a rendu, sur avis non conforme de l'avocat général, une décision approuvant la Cour d'appel de Paris d'avoir retenu sa compétence pour statuer tant sur l'action publique que sur l'action civile dans l'af faire de la catastrophe écologique du pétrolier «/'Erika». Pour mémoire, l'erika, navire battant pavillon maltais chargé d'une cargaison de tonnes de fioul lourd n 2, avait subi une défaillance de sa structure et fait naufrage pendant sa t raversée du golfe de Gascogne le 12 décembre il était alors situé en zone économique exclusive (ZEE), à une t rentaine de milles nautiques au sud de la pointe de Penmarc'h en Bretagne. Une part ie importante de la cargaison de!'erika s'était répandue par la suite en mer et les dommages résultant de ce rejet avaient atteint le littarai, affectant plus de 400 kilomètres de côtes depuis la pointe de la Br,etagne jusqu'à la Charente Mari time. Statuant sur l'action publique, la Cour de cassation pose pour principe que plusieurs dispositions de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer portant sur la protection et la préservation du milieu marin (CNUDM) justifiaient l'exercice par la France de sa compétence juridictionnelle, pour sanctionner un... ~11 J ~! Chronique Arrêt Erika : marée verte sur le droit de la responsabilité civile et pénale des compagnies pétrolières ACTUALISATION DE L'OUVRAGE Délit de concussion Rapport d'évaluation de la France par l'ocde... 9 Action civile de la victime du travail dissimulé Réforme pénale en matière maritime AGENDA SOMMAIRE RÉCAPITULATIF Ce numéro est accompagné d'un encart publicitaire... Lamy une marque Wolters Kluwer

2 rejet involont aire d'hydrocarbures dans cette zone par un navire étranger entraînant un dommage grave dans sa mer terri toriale et sur son littoral (1). Les juges de cassa tion confirment en outre la décision d'appel en ce qu'elle retient la culpabilité du mandataire du propriétaire du navire l'erika, du dirigeant de l'entreprise chargée de sa gestion t echnique, de la société de classification et de la société Total SA (Total) pour délit de pollution involontaire, sur le fondement de l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983, applicable au moment des fai ts. Il est toutefois considéré que!'affréteur Total, ayant commis une faute de témérité, a bénéfi cié à tort d'une immunité de responsabilité, sa responsabilité civile étant dès lors retenue par la chambre criminelle qui le condamne à réparer les conséquences du dommage solidairement avec ses co-prévenus d'ores et déjà condamnés par la cour d'appel (Il). La chambre criminelle prononce une cassation sans renvoi de l'arrêt de la Cour d'appel de Paris en date du 30 mars 2010, faisant ainsi application de ses pouvoirs visés à l'article L , alinéa 2, du Code de /'organisation judiciaire, qui l'autorise à mettre fin au litige lorsque les faits, tels qu'ils ont été souverainement constatés et appréciés par les juges du fond, lui permettent d'appliquer la règle de droit appropriée. L'analyse de l'arrêt du 25 septembre donne l'opportunité de souligner «toute /'épaisseur et la transversalité du droit de /'environnement» (Neyret L., L'affaire Erika : moteur d'évolution des responsabilités civile et pénale, O. 2010, p. 2238) ainsi que les intérêt s nationaux et enjeux sousj ace n ts, tant sur le p lan socia l et économiq ue qu'environnemental. Il permet en outre d'aborder des problématiques profondément d'actualité, telles que l'essor de la responsabilité sociale des entreprises sur la base des engagements volontaires de celles-ci, l'extension de la responsabilité des sociétés-mères au sein de groupes de sociétés, ainsi que le mouvement général de mise en cause de la responsabilité, civile et pénale, des entreprises transnationales en réponse au rôle accru des mouvements citoyens et organisations non gouvernementales, qui militent pour une meilleure prise en compte de la protection de l'environnement et des droits fondamentaux. 1. L'applicabilité de la loi française aux rejets de navires étrangers en zone économique exclusive Aux termes de l'arrêt du 25 septembre 2012, la Cour de cassation approuve la cour d'appel d'avoir retenu sa cornpétence pour statuer tant sur l'action publique que sur l'action civile, mettant un terme à un intense débat sur la question de compétence - débat qui soulevait toutefois des interrogations légitimes. A. Un débat légitim e sur la compétence des juridictions françaises et l'applicabilité de la loi française Le navire l'erika a sombré en ZEE, c'est-à-dire dans la zone située entre les eaux internationales et les eaux territoriales françaises. Se posait alors la question de la compétence des juridictions françaises pour juger du litige, et des textes et conventions applicables. La Cour d'appel de Paris, dans sa décision du 30 mars 2010, s'était reconnue compétente pour statuer tant sur l'action publique que l'action civile et avait jugé applicable la loi française aux faits de l'espèce, soit l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 réprimant la pollution par les navires, en vigueur au moment des faits, devenu l'article L puis L du Code de /'environnement. l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 punit toute personne «exerçant, en droit ou en fait, un pouvoir de contrôle ou de direction dans la gestion ou la marche du navire», dont«l'imprudence, la négligence ou /'inobservation des lois et règlements» a provoqué un accident de mer à l'origine d'une«pollution des eaux territoriales, des eaux intérieures ou des voies navigables jusqu'à la limite de la navigation maritime». Les prévenus fa isaient toutefois valoir, au soutien de leur pourvoi en cassation, que les dispositions de l'article 8 de la loi n du 5 juillet 7983 ne pouvaient pas s'appliquer à des rejets de navires étrangers au-delà de la mer territoriale, soulevant deux interrogations principales reprises ci-après Sur l'inapplicabilité de l'article 8 de ta loi n du 5 juillet 1983 aux rejets de navires étrangers au-detà de la mer territoriale D'après les prévenus, l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 ne prévoit pas expressément son applica tion à des rejets de navires étrangers au-delà de la mer territoriale, contrairement à ce qu'exige l'article du Code pénal relatif à l'application de la loi pénale française dans l'espace. L'article du Code pénal dispose que «la loi pénale française est applicable aux infractions commises au-delà de la mer territoriale, dès lors que les conventions internationales et la loi le prévoient». L'article du même code dispose en outre que«la loi pénale française est applicable aux infractions commises à bord des navires battant un pavillon français, ou à /'encontre de tels navires, en quelque lieu qu'ils se trouvent». Il était ainsi soutenu que si l'état 2

3 Lamy Droit pénal des affaires... ACTUALIT~S... N Novembre 2012 français peut exercer sa juridiction sur la ZEE, la loi pénale ne s'applique à cette zone que dans les conditions prévues par ces deux dispositions. Or, l'article 8 de la loi n du 5 juillet ne réprime que les fautes d'imprudence ou de négligence ayant entraîné un accident de mer qui a provoqué une pollution des eaux territoriales, des eaux intérieures ou des voies navigables françaises. et non les fautes ayant entraîné un accident de mer en ZEE. En résumé, l'état français peut appliquer sa loi à tous les navires dans ses eaux territoriales, mais aux seuls navires sous pavillon français en ZEE. Or, l'erika se trouvait en ZEE lors du naufrage et battait pavillon maltais - les conventions internationales auraient ainsi dû primer pour faire appliquer la loi maltaise. En conséquence, les prévenus soutenaient que la cour d'appel, en faisant application d'une telle disposition à une pollution causée par un navire battant pavillon étranger en ZEE. en considération de son effet sur les côtes françaises, avait méconnu les limites de l'application territoriale de cette infraction au regard des dispositions de l'article du Code pénal. -t 2. Sur le défaut de conformité à la convention Marpol Il était également allégué que l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 ne donnait pas une défini tion de l'infraction conforme aux dispositions de l'article 21 7, point 5, de /a CNUDM adoptée à Montego Bay le 10 décembre 1982, qui fixent les compétences limitées des États côtiers en matière de répression des rejets polluants dans la ZEE en renvoyant, pour la définition de l'infraction, à la convention de Londres du 2 novembre 1973 pour la prévention de la pollution par les navires, telle que modifiée par le protocole du 17 février 1978, dite convention Marpol. En effet. l'article 4 de la convention Marpol et ses annexes en matière de pollution maritime déterminent la juridiction des États en fonction du lieu du rejet illicite d'hydrocarbures et non de ses effets. La convention Marpol ne donne pas compétence à la France pour sanctionner tous les rejets intervenus au-delà de la mer territoriale. du seul fait qu'ils auraient entraîné une pollution de la mer territoriale, des côtes françaises ou des eaux intérieures françaises. En conséquence, l'infraction visée à l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983, qui suppose une pollution de la mer territoriale, des côtes ou des eaux intérieures françaises, ne pouvait justifier la compétence française pour connaître des rejets d'hydrocarbures intervenus au-delà des eaux territoriales, le lieu de pollution n'étant pas un élément d'appré dation de la compétence accordée par la convention Marpol et ne permettant pas de répondre à la condition de compétence conférée par le droit international visée à l'article du Code pénal. Les juges du fond se seraient donc fourvoyés en retenant comme élément constitutif de l'infraction le lieu d'impact des rejets d'hydrocarbures, c'est-à-dire les côtes françaises. Il sera souligné que les arguments susvisés avaient été repris par l'avocat général, M. Boccon-Gibod, qui recommandait une application stricte de la convention Marpol et concluait à l'inapplicabilité de la loi française aux faits poursuivis, sollicitant du reste la cassation totale et sans renvoi de l'arrêt attaqué. B. Un débat tranché par la Cour de cassation en faveur d'une interprétation extensive des textes applicables -t 1. la compétence des juridictions françaises fondée sur le lieu du dommage ressenti Les juges du quai de!'horloge écartent les moyens soulevés par les prévenus et confirment l'applicabilité de la loi française aux fai ts de l'espèce, soit l'article 8 de la loi n du 5 juillet considérant que l'application qui a été faite en l'espèce de l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 n'est pas contraire aux exigences de la convention Marpol, et que la cour d'appel a justifié sa décision sans méconnaître la compétence que l'état côtier tient de la CNUDM. Ils affirment, à ce titre, que la convention Marpol. interdisant les rejets à tout«navire», entité juridique qui n'a pas la personnalité morale, ne vise aucune personne physique, de sorte qu'il faut en déduire que les parties signataires à ladite convention n'ont pas entendu imposer une liste limitative au législateur national chargé d'introduire les règles de cette dernière dans le droit national positif et de définir les caté gories de personnes pénalement responsables. Et la Cour de préciser«qu'en effet. par application combi née des articles 220, point 6, et 228 de cette dernière convention, lorsque des poursuites ont été engagées par l'état côtier en vue de réprimer une infraction aux lois et règlements applicables ou aux règles et normes internationales visant à prévenir, réduire et maîtriser la pollution par les navires, commise au-delà de sa mer territoriale par un navire étranger, la compétence de cet État est acquise lorsqu'elle porte sur un cas de dommage grave». Elle en déduit le caractère inopérant des moyens invoquant l'article du Code pénal. -t 2. Une solution symbolique pour tenir compte des intérêts nationaux et des enjeux environnementaux La Cour de cassation contourne ainsi - de façon plus ou moins convaincante - la question de la non-conformité de la loi n du 5 juillet 1983 avec la convention Marpol. - 3

4 Car si cette non-conformité semblait acquise, pour avoir été maintes fois dénoncée, y compris par le rapporteur de la loi, Marc Lauriol, à l'époque du vote de cette dernière. les enjeux et intérêts en présence ainsi que le caractère symbolique de cette affaire ont manifestement eu un impact sur la Haute Juridiction. En effet. il est certain qu'une cassation sur ce point pour retenir en définitive la compétence exclusive des juridictions maltaises aurait envoyé, selon les associations de défense de l'environnement, un très mauvais signal au monde du transport pétrolier. Certains commentateurs avaient mis en garde des conséquences d'une telle solution, considérant qu'«abandonner la répression et la réparation, en matière de pollution marine, aux pays protégeant les pavillons de complaisance, c'est sacrifier la protection des océans à la logique mercantile» (Rebeyrol V., Où en est la réparation du préjudice écologique?, D. 2010, p. 7804). Maître Patrice Spinosi, avocat de plusieurs collectivités parties civiles, s'était d'ailleurs adressé en ces termes à la Cour de cassation à l'audience du 24 mai 2012 : << JI faut revenir à l'essentiel. Que sommes-nous venus chercher? (... ) La justice. Personne ne peut nier que les textes manquent de clarté et qu'il existe un manque cruel de jurisprudence sur le sujet. Tout reste encore à écrire. (... )Il n'y a pas de fatalité : c'est vous qui interprétez la loi. Vous êtes libre de vos choix». La solution adoptée n'en reste pas moins surprenante pour le juriste, car elle valide l'application d'un texte qui ne réprime pas les fautes ayant entraîné un accident de mer en ZEE à une pollution causée par un navire étranger intervenue en ZEE, en considération de son effet sur les côtes françaises. L'on voit bien que l'ensemble de la décision retenant l'applicabilité de la loi française aux faits de l'espèce repose sur le constat d'un «dommage grave» ressenti sur le territoire français. Le curseur est placé, non pas sur le lieu du fait générateur, mais sur le lieu où le dommage est ressenti. Cet arrêt, rendu pourtant en matière pénale, fait écho à l'évolution constatée en matière de responsabilité civile délictuelle, où la plupart des textes prévoient désormais que la loi applicable et la juridiction compétente peuvent être celles du lieu où le dommage est ressenti et pas uniquement celles du lieu du fait générateur. À titre d'exemple, l'article 4 du règlement (CE) n du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelles («Rome Il») prévoit que «(... ) la loi applicable à une obligation non contractuelle résultant d'un fait dommageable est celle du pays où le dommage survient. quel que soit le pays où le fait générateur du dommage se produit et quels que soient le ou les pays dans lesquels des conséquences indirectes de ce fait surviennent». S'agissant des atteintes à l'environnement, l'article 7 du même règlement dispose que «la loi applicable à une obligation non contractuelle découlant d'un dommage environnemental ou de dommages subséquents subis par des personnes ou causés à des biens est celle qui résulte de l'application de /'article 4, paragraphe 1, à moins que le demandeur en réparation n'ait choisi de fonder ses prétentions sur la loi du pays dans lequel le fait générateur du dommage s'est produit». Il. L'engagement de la responsabilité civile et pénale de Total La Cour de cassation valide la décision d'appel en ce qu'elle retient la culpabilité du mandataire du propriétaire du navire Erika, du dirigeant de l'entreprise chargée de sa gestion technique, de la société de classification et de Total pour le délit de pollution involontaire visé à l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 applicable au moment des faits. Elle casse toutefois l'arrêt d'appel pour retenir la responsabilité civile de Total, sur le fondement d'une faute de témérité. A. La responsabilité pénale de Total La charte-partie, fondement de!'imputabilité matérielle du délit Comme énoncé précédemment, l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983 exige que la personne poursuivie exerce, en droit ou en fait, un «pouvoir de contrôle et de direction dans la gestion ou la marche du navire». L'imputabilité matérielle du délit de pollution repose dès lors sur la mise en évidence de ce pouvoir de contrôle et de direction. Total était, a priori, étrangère aux accords portant sur le transport d'hydrocarbures par le navire Erika, qui ne concernaient que sa seule filiale, la société Total Transport Corporation (TIC). Le pouvoir de contrôle de Total sur la marche de l'erika est toutefois caractérisé grâce aux stipulations contractuelles de la charte-partie, contrat spécifique de transport d'hydrocarbures conclu entre la société chargée de la location de!'erika et la filiale TTC. En effet, la charte-partie mettait à la charge du capitaine du navire, dépendant de la société de location, un certain nombre d'obligations dont Total, bien que tiers au contrat, était le bénéficiaire - la Cour de cassation souligne d'ailleurs que le dirigeant de TTC était également un haut responsable d'une direction spécialisée de Total, ayant pour mission d'avaliser l'ensemble des chartes-parties d'affrètement. 4

5 Lamy Droit pénal des affaires... ACTUALITES... N Novembre 2012 Parmi ces obligations, figurent le fait que le capitaine du navire devait informer Total de toutes les opérations de changement et de déchargement et la prévenir immédiatement en cas d'incident ou d'accident, ou encore que Total bénéficiait d'un droit de visite du pétrolier et d'un droit d'accès aux documents de bord. Ainsi, les stipulations de la chartepartie permettaient à Total«de vérifier le soin et la diligence avec lesquels la cargaison était transportée, la capacité du navire et de l'équipage à réaliser le voyage envisagé», autant d'éléments permettant d'établir le pouvoir de contrôle de Total sur la marche de l'erika. La Cour de cassation valide ainsi le raisonnement adopté par la Cour d'appel de Paris, aux termes duquel la chartepartie sert de fondement à!'imputabilité matérielle du délit de pollution à une compagnie pétrolière. Cette solution aura, à l'évidence, un impact sensible dans le domaine du transport maritime, s'agissant notamment de la standardisation des montages juridiques construits autour de la charte-partie. En réponse aux premières marées noires, les compagnies pétrolières ont, en effet, eu recours à des constructions juridiques permettant de cloisonner les risques juridiques et financiers et compartimenter les responsabilités tout en se réservant un droit de regard sur la marche des navires grâce au support de la charte-partie (Neyret L., préoté). L'arrêt du 25 septembre 2012 témoigne de la volonté de la Cour de cassation de sanctionner les excès de tels montages juridiques dès lors qu'ils seraient destinés, selon les juges, à diluer les responsabilités notamment des sociétés-mères d'entreprises transnationales - il suffit, pour s'en convaincre, de constater que la cour d'appel avait pris le soin de relever que la filiale de Total ayant conclu la charte-partie était une coquille vide puisqu'elle n'avait «aucun effectif, pas de locaux au Panama où elle était immatriculée(... ) pas d'autonomie ni juridique ni financière». À vrai dire, du point de vue de Total, on ne peut qu'avoir le sentiment que les juges ont appliqué une conception moralisatrice du droit des sociétés, assez éloignée de l'application stricte de la loi pénale. À l'inverse, les défenseurs de la protection de l'environnement ne pourront que se féliciter de la volonté de la juridiction supérieure d'aller au-delà des murailles (d'argile?) juridiques La carence fautive de Total définie eu égard à ses engagements volontaires en matière de responsabilité sociale des entreprises Aux termes de l'article 8 de la loi n du 5 juillet 1983, le délit de pollution maritime suppose une«imprudence, négligence ou inobservation des lois et règlements» à l'origine de l'accident de mer. En l'espèce, la Cour d'appel de Paris avait caractérisé la carence fautive de Total en se référant aux règles de contrôles internes que celle-ci avait mis en place sur la base d'engagements volontaires et non au regard de dispositions réglementaires impératives, aucune norme internationale n'exigeant de Total de procéder à un contrôle technique des navires. Total avait en effet. de sa propre initiative, mis en place un contrôle spécifique de la qualité des navires appelé vetting, afin d'éviter le ri sque d'une recherche de responsabilité pour faute en cas d'affrètement d'un navire sous norme. Ce système de vetting impliquait pour Total «des contrôles techniques dont la mise en œuvre lui conférait le droit de monter à bord du pétrolier Erika, d'observer les opérations de chargement et déchargement, d'inspecter les citernes et d'accéder aux documents du navire». Or, il a été jugé que si Total avait réalisé une inspection de l'erika en 1999 répondant aux exigences de cette mission et effectuée dans les conditions prévues par les procédures internes, celle ci aurait dù révéler les faiblesses du navire, ayant 24 ans d'âge lors du naufrage, et son inaptitude à naviguer en Atlantique par période de tempêtes. Les juges d'appel en avaient conclu que Total a commis une faute d'imprudence en affrétant au voyage le navire Erika, caractérisant sa responsabilité pénale. La Cour de cassation confirme l'analyse de la cour d'appel, considérant que Total<< n'a pas accompli les diligences normales qui lui incombaient», et ne manque pas de souligner que le responsable, personne physique, chargé de représenter Total à l'occasion des opérations maritimes qu'il devait avaliser, disposait de la compétence, de l'autorité et des moyens nécessaires, compte tenu de ses hautes fonctions au sein de Total, d'accréditer un navire et d'en contrôler l'état. Il ne pourra qu'être constaté que la Cour de cassation reprend très exactement les critères de la délégation de pouvoir de façon implicite pour retenir la responsabilité pénale de la personne morale du fait de son représentant (ici le délégataire implicite ; Carpentier C de l'environnement, RLDA , n 4333)... Société mère et droit L'engagement volontaire de Total de procéder à un contrôle renforcé des navires est ainsi transformé en une obligation juridique contraignante susceptible d'engager la responsabilité pénale de cette dernière. L'engagement volontaire des entreprises, comme la procédure de vetting en l'espèce, «constitue donc une norme de comportement, un standard utilisé par le juge pénal pour évaluer le caractère fautif ou non des agissements du prévenu, à l'image du standard bien connu du bon père de famille» (Neyret L.. précité). Le nonrespect de l'engagement volontaire caractérise, en l'espèce, la faute d'imprudence susceptible d'engager la responsabilité pénale de la société mère - solution qui ne laisse pas de... 5

6 soulever des interrogations tenant notamment au principe de la légalité des crimes et délits et à celui de l'interprétation stricte de la loi pénale. L'arrêt du 25 septembre 2012 consacre l'adage tu patere legem quam ipse fecisti (respecte la loi que tu as toi-même faite). Cette prise en considération juridique des engagements unilatéraux des entreprises, qui s'opère par le biais du développement de la responsabilité sociale-ou sociétaledes entreprises (RSE), est très marquée en matière sociale et environnementale. Le droit de la RSE est avant tout un droit «mou» (soft law) constitué d'engagements volontaires pris par les entreprises en matière de protection de l'environnement, de développement durable ou encore de défense des droits de l'homme et des droits économiques et sociaux fondamentaux. L'objectif premier de la RSE est d'inciter l'entreprise à adopter un comportement et des pratique~ conformes à ses valeurs et de mieux prévenir les risques juridiques auxquels l'entreprise est confrontée dans le cadre de ses activités, définissant ainsi des entreprises citoyennes au comportement écosocio responsable. La RSE repose sur l'adoption de chartes éthiques, de codes de bonnes pratiques et/ou d'engagements pris dans le cadre de partenariats conclus avec les organisations nongouvernementales, qui se matérialisent par le biais d'outils et de process, telle que la procédure de vetting en l'espèce (Ferrari J., La société mère peut-elle voir sa responsabilité engagée dans le cadre de la RSE?, RLDA , n 4332). Le caractère spontané et volontaire de la RSE ne l'empêche toutefois pas d'être source d'obligations juridiques pourvues de sanctions - l'arrêt commenté en est une parfaite illustration. Sur ce point, il est intéressant de faire un lien avec la jurisprudence Areva du Tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) de Melun (par jugement du 11 mai 2012, le T ASS de Melun retient la responsabilité de la société Areva, du fait de la faute inexcusable commise par sa filiale nigérienne dans le cadre du décès d'un de ses salariés, en caractérisant une situation de co-emploi entre Areva et cette filiale, laquelle est établie par un faisceau d'indices démontrant la «confusion d'intérêts, d'activités et de direction» entre ces deux sociétés et l'existence d'un lien de subordination entre la société mère et le salarié victime) du 11 mai qui, pour établir la responsabilité de la société Areva en qualité de co-employeur de sa filiale nigérienne, retient notamment que la société Areva avait mis en place des l< Observatoires de la santé» en matière d'hygiène et de sécurité et signé un protocole d'accord sur les maladies provoquées par les rayonnemen ts ionisants avec l'organisation non-gouvernementale Sherpa. Le TASS considère de ce fait que la souscription de tels engagements unilatéraux par la société Areva démontre qu'elle dispose du pouvoir d'imposer les règles d'hygiène, de sécurité et de gestion de risques au sein du groupe ainsi que des connaissances nécessaires pour déterminer l'étendue de l'impact sanitaire potentiel de son activité, autant d'éléments essentiels à!'imputabilité de la faute inexcusable à la société Areva (Ronin C., Faute inexcusable dans les groupes de sociétés : fa responsabilité de la société mère retenue en cas de co-emploi, RLDA , n 4335). De tels exemples jurisprudentiels en matière de droit de la protection sociale et de droit de l'environnement soulignent à quel point l'essor de la RSE est manifeste dans tous tes champs de l'économie et du social et ne peut conduire qu'à une extension significative de la responsabilité, civile et pénale, des entreprises transnationales en général et des sociétés-mères en particulier. Ainsi, les entreprises vont devoir arbitrer entre la mise en place unilatérale (et revendiquée parfois sur te terrain de la communication institutionnelle) de bonnes pratiques et leur corollaire, à savoir une extension de leur responsabilité civile et pénale. En définitive, ces obligations de faire souscrites volontairement pourront être le lit de contraintes, y compris pénales, lorsque leur inexécution sera constatée par le juge. Comment dès lors invoquer la bonne foi (et donc te défaut d'élément intentionnel) lorsque la société poursuivie n'aura pas respecté ses propres engagements? B. L'engagement de la responsabilité civile de Total pour faute de témérité Aux termes de son arrêt du 30 mars 2010, la Cour d'appel de Paris avait prononcé l'irresponsabilité civile de Total en se fondant sur le droit spécial de la convention Civil Liability, dite«clc»du 27 novembre Elle avait en effet qualifié la compagnie pétrolière d'affréteur, lui permettant de ce fait de bénéficier de l'immunité prévue par ce texte, qui oriente la responsabilité de la pollution par hydrocarbures vers le propri étaire du navire. L'immunité instituée par la convention CLC pouvait toutefois être levée si le dommage résultait de faits ou d'omissions personnelles de Total, commis avec l'intention de provoquer un tel dommage, ou si ces mêmes faits ou omissions avaient été commis témérairement et avec conscience qu'un tel dommage en résulterait probablement, c'est-à-dire en présence d'une faute inexcusable. 6

7 Lamy Droit pénal des affaires - ACTUAlntS - N Novembre 2012 Les juges d'appel avaient néanmoins estimé que la faute personnelle commise par Total d'affréter!'erika sans respecter la procédure de vetting ne pouvait pas être considérée comme ayant été commise témérairement et avec la conscience qu'un dommage de pollution en résulterait probablement. lis relevaient pour cela que Total n'avait pas disposé des éléments d'information suffisants pour s'opposer à l'appareillage de l'erika avant son naufrage et que seule une négligence avait été commise dans la procédure de vetting, sans conscience de la probabilité d'un dommage par pollution. L'arrêt de la Cour d'appel de Paris recelait un paradoxe: la culpabilité de Total du délit de pollution était caractérisée mais sa responsabi lité civile était écartée. «Coupable mais pas responsable», en quelque sorte... Certains y ont vu la «consécration d'un équilibre précaire entre une approche extensive de la faute pénale d'imprudence et une approche restrictive de la faute civile» (Neyret L., précité). La solution adoptée par la Cour d'appel de Paris portait au cœur du débat la question fondamentale de la conception de la faute inexcusable devant prévaloir en matière de transport maritime d'hydrocarbures. L'enjeu de l'appréciation de la faute de témérité était significatif puisque selon l'interprétation adoptée, plus ou moins restrictive. les victimes peuvent bénéficier d'une réparation intégrale ou se voir oppo ser la limitation de responsabilité de l'auteur du dommage écologique. La Cour de cassation a censuré l'arrêt d'appel pour considérer que Total avait bien commis une faute de témérité au sens de la convention CLC de nature à engager sa responsabilité civile et justifiant sa condamnation solidaire à en réparer les conséquences. Selon elle, «les constatations de fait, souverainement appréciées par la cour d'appel, caractérisaient une faute de témérité, au sens de la convention CLC 69192, à la charge de la société Total SA, et il en résultait que son représentant avait nécessairement conscience qu'il s'ensuivrait probablement un dommage par pollution». La compagnie pétrolière est ainsi condamnée à réparer les conséquences du dommage solidairement avec ses co-prévenus d'ores et déjà condamnés à des dommages et intérêts, d'un montant de 200,6 millions d'euros au bénéfice des parties civiles. en réparation notamment du préjudice écologique, lequel n'est aucunement remis en cause par la Cour de cassation. Ce faisant, la Cour retient une approche de la faute inexcusable de témérité nettement moins restrictive que celle adoptée par les juges du fond. en optant pour une appréciation in abstracto de la faute, et en considérant que l'établissement de la faute de témérité entraîne nécessairement la conscience de la survenance du dommage (Gallmeister A., lavric S., Naufrage de!'erika : condamnations confirmées et responsabilité civile de /'affréteur Total engagée, Dalloz actualité, 4 oct. 2012). L'apport de la cassation sur ce point est avant tout juridique, puisque les dommages et intérêts avait déjà été versés par Total et la société Rina. Il semble que le résultat escompté. en l'espèce, réside dans la portée symbolique de la décision commentée. La protection de notre environnement doit prévaloir et les dommages écologiques être réparés. En conséquence, si la faute pénale est caractérisée, il ne peut y avoir d'impunité sur le plan civil des compagnies pétrolières transnationales. Faut-il se réjouir comme Laurent Neyret qui, à l'occasion de la décision de la Cour d'appel de Paris, avait salué«cette décision de principe dès lors que la solution dégagée permettra au juge national de prévenir, voire de sanctionner, des montages juridiques destinés à diluer les responsabilités des compagnies pétrolières dans le cadre du transport d'hydrocarbures aboutissant en fait et en droit à une véritable impunité économique» (Neyret L., précité) 7 Faut-il regretter les libertés pri ses par la Cour de cassation avec l'application stricte des règles de compétence internationale des juridictions françaises 7 Ces interrogations nous semblent aujourd'hui dépassées. En effet, la Cour de cassation a dit le droit et a jugé, sans équivoque, que le transport maritime susceptible d'être à l'origine de dommages catastrophiques pour les intérêts humains et pour l'environnement devait être mieux encadré. Cela témoigne de la propension des juges à interpréter les normes applicables à la lumière des impératifs sociaux et environnementaux et s'inscrit dans la continuité du mouvement de responsabilisation des entreprises transnationales pour mieux prendre en considération les impératifs sociaux et environnementaux et contribuer à l'avènement d'entreprises citoyennes au comportement éco-socio responsable. À cet égard, l'avenir nous dira si nous nous dirigeons, immanquablement, vers une présomption de responsabilité pénale de la personne morale en droit de l'environnement 7 : 7

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle 3 avril 1995 n 93-81.569 Publication :Bulletin criminel 1995 N 142 p. 397 Citations Dalloz Codes : Code de procédure fiscale, art. l. 103 Revues

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. STOLTZ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mickaela NIUMELE Chambre sociale Arrêt du 15 Novembre 2007 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3682 Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 48 de la loi du 5 août 1992 sur la fonction de police, tel qu'il a été modifié

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE

SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Aix-en-Provence Chambre 15 B 4 Mars 2010 N 2010/ 089 N de rôle 09/06442 Monsieur Roland André Louis GRENET, SA ONET SA CHUBB INSURANCE COMPANY OF EUROPE Classement :

Plus en détail

Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire

Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire Elisabeth TERZIC CDES STRASBOURG 03 décembre 2008 L exclusivité de la Convention

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION Maître Antoine Guiheux, Avocat au barreau de Paris. «Les cieux, les astres, la lumière, l air et la mer, sont des biens tellement communs

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Cour de cassation. 17 novembre 2000. n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15. Citations Dalloz

Cour de cassation. 17 novembre 2000. n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15. Citations Dalloz Cour de cassation 17 novembre 2000 n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15 Citations Dalloz Codes : Code civil, Art. 1165 Code de la santé publique, Art. L. 2131-1 Revues : Revue de droit

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du jeudi 17 février 2011 N de pourvoi: 09-70802 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Foussard, SCP Coutard, Mayer et

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président

Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président Pourvoi n o V 12-27.919 Arrêt n o FS-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom AVIS 2004/1 Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Introduction

Plus en détail

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés en travail social La prise en charge des publics vulnérables par les professionnels des établissements ou services sociaux et médico-sociaux est une mission qui

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président.

soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. soc. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 12 mars 2008 Rejet M. BAILLY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président. Pourvoi n X 06-45.147 Arrêt n 534 F-P+B LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 DECEMBRE 2007 S.07.0017.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.07.0017.F A. S., demandeur en cassation, admis au bénéfice de l assistance judiciaire par décision du bureau d assistance judiciaire

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS FONCTIONNEMENT DU FORFAIT : CONDITIONS DE SUIVI ET DE CONTRÔLE Introduction : Le forfait jours s adresse à des salariés qui disposent

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : Mmes et MM. les Directeurs 12/04/85 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR AC

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME :

Titre. Objet. Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Titre Objet Origine Direction des Affaires Juridiques INSD0089 RESUME : Direction des Affaires Juridiques Paris, le PLAN 1/ EN CAS DE REDRESSEMENT OU LIQUIDATION JUDICIAIRE DE L'EMPLOYEUR BENEFICIAIRE

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée plénière Cassation

99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée plénière Cassation CALENDRIER Assemblée plénière et Chambre mixte 2 ème trimestre 2004 Sections réunies des chambres Arrêts sélectionnés par la Cour de cassation 99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 septembre 2011 N de pourvoi: 10-12931 Non publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard,

Plus en détail

Au nom du peuple français AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Cour de cassation. Chambre criminelle. 5 octobre 2004

Au nom du peuple français AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Cour de cassation. Chambre criminelle. 5 octobre 2004 Cour de cassation Chambre criminelle 5 octobre 2004 n 04-81.024 Publication :Bulletin criminel 2004 N 236 p. 848 Citations Dalloz Codes : Code pénal, art. 111-3 Code pénal, art. 221-6 Code pénal, art.

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION DÉCISION PARTIELLE SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 66018/01 présentée

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-10585 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Bouthors, Me Le Prado, SCP Blanc et Rousseau,

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

L'officier du ministère public près la juridiction de proximité de Fréjus s était pourvu en cassation.

L'officier du ministère public près la juridiction de proximité de Fréjus s était pourvu en cassation. éclats de voix émanant d un restaurant ne constituent pas des bruits d'activité mais des bruits de comportement. Avril 2016. Maître Christophe Sanson, Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine. Les commentaires

Plus en détail