Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine."

Transcription

1 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique nationale portant sur l analyse, la détection, la répression et la prévention de la cybercriminalité en général et l utilisation du cyberespace à des fins terroristes en particulier? Si oui, veuillez la décrire brièvement. Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. B. Cadre Juridique 2. La législation de votre pays incrimine-t-elle l utilisation du cyberespace à des fins terroristes et ces infractions a) sont-elles spécifiquement définies par leur nature terroriste ou par des moyens techniques employés pour les commettre, ou b) sont-elles couvertes par d autres qualifications d infractions pénales non spécifiques? Comment ces infractions sont-elles définies et de quelles sanctions (de nature pénale, administrative, civile) sont-elles assorties? Plusieurs dispositions du droit pénal français permettent de réprimer l utilisation d Internet par les terroristes: - l article 24 de la loi du 29 juillet 1881, modifié par la loi anti-terroriste du 9 septembre 1986, punit de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende ceux qui auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n aurait pas été suivie d effet, à commettre des actes de terrorisme. Seront punis des mêmes peines les personnes qui auront fait l apologie du terrorisme. La loi du 21 juin 2004 a ajouté à la liste des moyens utilisés pour commettre cette provocation ou une apologie du terrorisme, «la communication au public par voie électronique». - En outre, l article du code pénal, introduit par la loi du 9 mars 2004 et visé dans l article du code pénal qui définit les infractions terroristes, incrimine «le fait de diffuser par tout moyen, sauf à destination des professionnels, des procédés permettant la fabrication d engins de destruction élaborés à partir de poudre ou de substances explosives, de matières nucléaires, biologiques ou chimiques, ou à partir de tout autre produit destiné à l usage domestique, industriel ou agricole». La peine encourue d un an et de et de euros est portée à trois ans et euros «lorsqu il a été utilisé, pour For further information please see the Country profiles on counter-terrorism capacity at Pour plus de renseignements, veuillez consulter les Profils nationaux sur la capacité de lutte contre le terrorisme:

2 2 la diffusion des procédés, un réseau de télécommunications à destination d un public non déterminé». Ainsi, les infractions sont définies à la fois par leur nature terroriste mais également par le moyen utilisé, en l espèce Internet. 3. Prévoyez-vous d adopter de nouvelles dispositions légales pour combattre l utilisation du cyberespace à des fins terroristes? Non Quels sont les concepts de base des initiatives législatives en ce sens? Sans objet. 4. Quelles sont les pratiques nationales en matière de détection, de contrôle et de fermeture des sites Web utilisés à des fins illicites, en particulier à des fins terroristes et quels types de procédures nationales permettent de bloquer l accès à des sites ou à des pages Web considérés comme illicites? En matière de détection, pour la répression de l apologie des crimes contre l humanité, de l incitation à la haine raciale ainsi que de la pornographie enfantine, les fournisseurs d accès Internet et les hébergeurs de sites doivent mettre en place, depuis la loi du 21 juin 2004 sur la confiance dans l économie numérique, sous peine de sanctions pénales (un an d emprisonnement et euros d amende), «un dispositif facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à leur connaissance ce type de données». Ils doivent en outre «informer promptement les autorités publiques» et, enfin, «rendre publics les moyens qu ils consacrent à la lutte contre ces activités illicites». Cette procédure n est pas prévue pour l apologie du terrorisme. En matière de blocage d accès, dès la loi du 21 juin 2004, le législateur français a prévu que la liberté de communication par voie électronique pouvait être limitée dans la mesure requise par la sauvegarde de l ordre public. Ainsi, il a prévu la possibilité, pour l autorité judiciaire de prescrire, en référé ou sur requête, à toute personne, toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d un service de communication au public en ligne. Ces dispositions, utilisées dans le cadre de la lutte contre le racisme, ont été introduites récemment, par la loi du 5 mars 2007 dans la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Ainsi lorsque les faits d apologie ou de provocation à commettre un acte de terrorisme «résultent de messages ou informations mis à disposition du public par un service de communication en ligne et qu ils constituent un trouble manifestement illicite, l arrêt de ce service peut être prononcé par le juge des référés, à la demande du ministère public et de toute personne physique ou moral ayant intérêt à agir». 5. Quelles sont les pratiques nationales en matière d interception ou d infiltration de la correspondance électronique (par exemple : courrier électronique, forum, service de messagerie instantanée, voix sur IP- Skype, etc )? En termes législatifs, la loi du 23 janvier 2006 a autorisé les agents des services de police et de gendarmerie individuellement désignés et dûment habilités à requérir des fournisseurs d accès les données suivantes : - les données techniques relatives à l identification des réseaux d abonnement ou de connexion à des services de communication électroniques, - les numéros d abonnement ou de connexion d une personne désignée, - les données relatives à la localisation des équipements utilisés, - la liste des numéros appelés et appelants, la durée et la date des communications.

3 3 Les demandes des agents doivent être motivées et sont soumises à la décision d une personne qualifiée, placée auprès du ministre de l intérieur. Le contenu des conversations n est pas accessible. 6. La législation de votre pays fixe-t-elle des critères permettant de désigner la juridiction compétente en matière d utilisation du cyberespace à des fins terroristes? Quels sont ces critères? Pour toutes les infractions terroristes, à l exception de l apologie du terrorisme visé à l article 24 de la loi du 29 juillet 1881 qui relève des lois sur la presse, la procédure judiciaire est centralisée au tribunal de grande instance de Paris, de la poursuite à l application des peines prononcées. 7. Le système juridique de votre pays définit-il des infractions supplémentaires se rapportant à la tentative d utilisation ou à la complicité dans l utilisation du cyberespace à des fins terroristes? (infractions accessoires). La tentative de ces infractions n est pas punie. La complicité, définie par l article du code pénal, comme «aide, assistance, facilitation, provocation par don, promesse, menace, ordre, abus d autorité ou de pouvoir ou instructions» est punissable. 8. Quels types de procédures nationales permettent de soumettre une requête concernant l activité de fournisseurs d accès à Internet et/ou d hébergeurs ou d autres organismes, pour priver un utilisateur d un nom de domaine, pour annuler son enregistrement ou lui retirer sa licence? Aucune. 9. De quelles mesures non législatives dispose votre pays pour prévenir et combattre l utilisation du cyberespace à des fins terroristes, y compris en matière d autorégulation? Aucune. C. Coopération Internationale 10. Veuillez décrire le cadre général de coopération internationale en place dans votre pays contre l utilisation du cyberespace à des fins terroristes. La France a ratifié le 10 janvier 2006 la convention du Conseil de l Europe sur la cybercriminalité adoptée le 23 novembre 2001 qui comporte des dispositions de coopération judiciaire dans la lutte contre toutes les formes de cybercriminalité, qu elle soient ou non en lien avec le terrorisme. Elle est entrée en vigueur en France le 1 mai Par ailleurs, la France a conclu de nombreuses conventions bilatérales de coopération judiciaire en matière pénale (entraide, extradition) applicable à toute forme de criminalité, y compris lorsque les faits reprochés impliquent l utilisation des nouvelles technologies de communication. En outre, les conventions européennes d entraide judiciaire en matière pénale (1959) et d extradition (1957) régissent la coopération judiciaire en matière pénale entre les France et les autres Etats qui y sont parties. Au sein de l Union européenne, la coopération est encore régie par les instruments adoptés dans de cadre (par exemple, la convention d entraide judiciaire en matière pénale du 29 mai 2000 et les instruments de mise en œuvre du principe de reconnaissance mutuelle).

4 4 Il convient d ajouter qu au sein de l Union européenne, la coopération judiciaire en matière pénale se trouve facilitée par un processus d harmonisation du droit pénal matériel conduisant à la définition d infractions communes notamment en matière d'attaques contre les systèmes d'information (décision-cadre 2005/222 JAI du Conseil du 24 février 2005 relative aux attaques visant les systèmes d information) et de lutte contre la pédopornographie (décision-cadre 2004/68/JAI du Conseil du 22 décembre 2003 relative à l exploitation sexuelle des enfants et la pédopornographie). Ces deux instruments organisent en outre, entre les Etats membres, des mécanismes de coopération et d'échange d'informations relatives aux infractions qu ils définissent, reposant sur l'instauration d'un réseau de points de contact opérationnels disponibles vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. L office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l information et de la communication (OCLCTIC), créé par le décret du 15 mai 2000, est le point de contact central dans les échanges internationaux. Enfin, l'entraide pénale et l'extradition peuvent toujours être accordées, soit sur le fondement d'autres conventions multilatérales (notamment celles adoptées dans le cadre des Nations Unies), soit en l'absence même de toute convention, sur la base du principe de réciprocité. 11. Quelles sont les pratiques existantes et l expérience acquise en matière de coopération internationale, notamment s agissant des procédures évoquées à la question 4? D. Cadre Institutionnel 12. Veuillez énumérer les institutions compétentes pour lutter contre l utilisation du cyberespace à des fins terroristes. Les services enquêteurs peuvent connaître des infractions terroristes commises par le biais d un système de communication en ligne. Ils peuvent s adjoindre les services de l office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l information et de la communication (OCLCTIC), créé par le décret du 15 mai 2000 qui a pour domaine de compétence les infractions spécifiques à la criminalité liée aux technologies de l information et de la communication, qu elles soient commises ou non dans un but terroriste. Par ailleurs, la direction de la surveillance du territoire est également compétente pour les infractions découlant du cyberterrorisme et visant les établissements à régime restrictif et les systèmes d'information gouvernementaux. Au niveau des autorités judiciaires, la compétence pour poursuivre et juger les infractions terroristes, y compris lorsque le cyberespace est utilisé, est exclusivement parisienne (cf développements supra). 13. Afin de combattre l utilisation du cyberespace à des fins terroristes, existe-t-il des partenariats entre le secteur public et le secteur privé, ou des obligations juridiques pour les opérateurs de communication électronique (fournisseurs d accès à Internet, hébergeurs, etc ) et pour les personnes fournissant au public une connexion à des systèmes de communication en ligne via un accès au réseau (cybercafé, point Wi-fi)? Les fournisseurs d accès à Internet (FAI) définis par la loi du 21 juin 2004 sur la confiance dans l économie numérique comme «les prestataires dont l activité est d offrir un accès à des services de communication au public» et les hébergeurs («personnes physiques ou morales qui assurent le stockage d écrits, de signaux, de messages, d images de sons, fournis par des destinataires pour mise à disposition du public») n ont pas d obligation générale de surveillance. Pour autant, la responsabilité civile ou pénale de «toute personne assurant une activité de transmission de contenus sur un réseau de télécommunications» peut être engagée lorsque elle est à l origine de la transmission litigieuse, en a sélectionné le destinataire ou a modifié le contenu de la transmission. De même, la responsabilité pénale des hébergeurs peut être retenue lorsqu ils avaient effectivement connaissance de l activité ou du contenu illicite du site sauf si une action a été

5 5 diligentée pour retirer ces informations ou en rendre l accès impossible. Il faut démontrer, d une part que l hébergeur connaissait le contenu du site litigieux et d autre part qu il a commis une faute en n interrompant pas la diffusion. 14. Existe-t-il des permanences téléphoniques gérées par le secteur public ou le secteur privé pour dénoncer les sites Web susceptibles de présenter un caractère terroriste? Non. E. Informations Statistiques 15. Veuillez nous communiquer les statistiques des infractions liées à l utilisation du cyberespace à des fins terroristes (et notamment, dans la mesure du possible, cas signalés, cas ayant fait l objet d une enquête, affaires traduites devant les tribunaux, condamnations, victimes, etc )? Pas de statistiques disponibles à ce stade. 16. Décrivez brièvement, si possible, le profil des auteurs d infractions impliqués d ordinaire dans l utilisation du cyberespace à des fins terroristes (situation professionnelle, sexe, âge, nationalité) et éventuellement les caractéristiques habituelles des organisations auxquelles ils appartiennent, y compris leurs relations transnationales et leurs rapports avec d autres formes de criminalité organisée. Sans objet

Projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme

Projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme Projet de loi renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme Article 6 L article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique est ainsi modifié

Plus en détail

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs)

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Article juridique publié le 21/11/2014, vu 923 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Loi n 86-1067 du 30 septembre

Plus en détail

Project Cybercrime@Octopus

Project Cybercrime@Octopus Project Cybercrime@Octopus La Convention de Budapest sur la cybercriminalité et le projet de loi de la République Islamique de Mauritanie Alexander Seger Secrétaire exécutif du Comité de la Convention

Plus en détail

CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A

CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A COMMITTE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES LUXEMBOURG Octobre 2007 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique nationale 1. Existe-t-il

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie

guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie guide d'usage pour la lutte contre la pédopornographie à l'intention des fai, hébergeurs et registrars Domaine public,, Parce que la lutte contre la pédopornographie n'est pas un combat ordinaire, il apparaît

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande.

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande. Tableaux comparatifs commentés des régimes de responsabilité des prestataires techniques aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne et en Finlande Par David Guilliet et Ronan Hardouin, DESS Droit

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Internet, mineurs et législation Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Introduction Les principales incriminations et l aggravation des peines liée à l usage des TIC La responsabilité

Plus en détail

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005)

Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (New York, 13 avril 2005) OBJECTIFS L Assemblée générale, par sa résolution 51/210 du 17 décembre 1996, a créé un Comité ad

Plus en détail

GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE

GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE GUIDE SUR LE RECOUVREMENT DES AVOIRS CRIMINELS EN FRANCE G8 Partenariat de Deauville : guide sur le recouvrement des avoirs criminels en France 1 INTRODUCTION Le recouvrement des avoirs est déterminant

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Corruption Trafic d influence Circulaire de la DACG n CRIM 08-02/G3 du 9 janvier 2008 présentant des dispositions de la loi n 2007-1598 du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption NOR

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE ADN FORMATION

CHARTE INFORMATIQUE ADN FORMATION CHARTE INFORMATIQUE ADN FORMATION I) PRÉAMBULE Ce texte disposant d un aspect réglementaire est avant tout un code de bonne conduite à l attention de l ensemble des stagiaires et collaborateurs d ADN Formation.

Plus en détail

COMITÉ D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE DE LUTTE CONTRE LE

COMITÉ D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE DE LUTTE CONTRE LE COMITÉ D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME FRANCE Septembre 2013 www.coe.int/terrorism POLITIQUE NATIONALE Etat victime du terrorisme

Plus en détail

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LE DU La réglementation du WiFi public Seriez-vous concerné sans le savoir? Mai 2008 LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Depuis 2003, les hotspots WiFi permettant d accéder à Internet via

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

La déclaration à la CNIL

La déclaration à la CNIL La déclaration à la CNIL Est-on obligé de déclarer son site à la CNIL? Une déclaration du site Internet à la CNIL est obligatoire lorsque le site diffuse ou collecte des données à caractère personnel.

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P «L informatique doit être au service de chaque citoyen. Elle ne doit porter atteinte, ni à l identité humaine,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 5 décembre 2014 de présentation de la loi n 2014-1353 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme Renforcement de la coordination de la lutte antiterroriste NOR

Plus en détail

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant CRC/C/OPSC/AZE/CO/1 Distr. générale 12 mars 2012 Français Original: anglais Comité des droits de l enfant Cinquante-neuvième session 16 janvier

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1032202L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le

Plus en détail

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13 24 octobre 2011 Uniquement en français Groupe d examen de l application Poursuite de la reprise de la deuxième session Marrakech (Maroc), 25 octobre 2011 Résumé analytique: Rapport de la France Système

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte.

- Fournir aux victimes d escroqueries un service d assistance et d information sur les démarches à effectuer pour le dépôt de plainte. Eléments d information relatifs au plan de lutte contre les escroqueries Escroqueries : un plan de prévention pour contrer le phénomène Alors que la délinquance a chuté de 4,10% en 2007, les escroqueries

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ

PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ 1 2 Le Premier Ministère REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur-Fraternité-Justice Exposé de motif du Projet de loi portant loi relative à la cybercriminalité

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

0.784.03. Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel.

0.784.03. Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel. Texte original 0.784.03 Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel Conclue à Strasbourg le 24 janvier 2001 Approuvée par l

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1410573L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1410573L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe sur la contrefaçon des produits

Plus en détail

Internet et liberté d expression en France : dossier documentaire ( mars 2011)

Internet et liberté d expression en France : dossier documentaire ( mars 2011) Internet et liberté d expression en France : dossier documentaire ( mars 2011) La France est entrée dans la liste des pays placés "sous surveillance" en matière de liberté d expression sur Internet (Reporters

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

1. Introduction. Les grands axes du rapport

1. Introduction. Les grands axes du rapport Rapport alternatif sur la mise en oeuvre du Protocole facultatif à la Convention des droits de l enfant sur la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Les enjeux réglementaires de la protection des informations en ligne Garance MATHIAS Avocat Dématérialisation des données et informations

Plus en détail

514.51. Loi fédérale sur le matériel de guerre (LFMG) Dispositions générales. du 13 décembre 1996 (Etat le 1 er février 2013)

514.51. Loi fédérale sur le matériel de guerre (LFMG) Dispositions générales. du 13 décembre 1996 (Etat le 1 er février 2013) Loi fédérale sur le matériel de guerre (LFMG) 514.51 du 13 décembre 1996 (Etat le 1 er février 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 41, al. 2 et 3, et 64 bis de la constitution

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique

Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique INSTITUTIONS FINANCIÈRES ÉNERGIE INFRASTRUCTURES, MINES ET MATIÈRES PREMIÈRES TRANSPORT TECHNOLOGIE ET INNOVATION PRODUITS PHARMACEUTIQUES ET SCIENCES DE LA VIE Atteintes à l image et à la réputation des

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI. Dernière version en date du 07/11/2013

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI. Dernière version en date du 07/11/2013 CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D'UN SERVEUR DEDIE KIMSUFI ARTICLE 1 : OBJET Dernière version en date du 07/11/2013 Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales de services

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

Public concerné : fournisseurs d accès à internet ; services de l Etat chargés de la lutte contre le terrorisme et contre la pédopornographie

Public concerné : fournisseurs d accès à internet ; services de l Etat chargés de la lutte contre le terrorisme et contre la pédopornographie 4 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'intérieur Décret n relatif à la protection des internautes contre les sites provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l apologie et les sites diffusant des

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2001/1265

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2001/1265 Nations Unies S/2001/1265 Conseil de sécurité Distr. générale 27 décembre 2001 Original: français Lettre datée du 27 décembre 2001, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Président du Comité

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise MEDEF LYON RHONE 28 avril 2015 Xavier VAHRAMIAN, Avocat Associé Sommaire INTRODUCTION DELITS SUBIS PAR LES ENTREPRISES DELITS COMMIS PAR LES ENTREPRISES

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche

Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique. Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Centre de Recherche sur l Information Scientifique et Technique Protection des Systèmes d Information: Aspects Juridiques Par Mme BOUDER Hadjira Attachée de Recherche Introduction La décentralisation des

Plus en détail

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/I/2/1/Add.21 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 16 octobre 2013 Original: anglais et français Groupe d examen

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

E 4552 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 4552 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 4552 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2008-2009 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 juillet 2009 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 juillet

Plus en détail

Convention sur la cybercriminalité

Convention sur la cybercriminalité English Convention sur la cybercriminalité Budapest, 23.XI.2001 Rapport explicatif Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats signataires, Considérant que le but du Conseil

Plus en détail

12.7.2000 FR Journal officiel des Communautés européennes ACTE DU CONSEIL. du 29 mai 2000

12.7.2000 FR Journal officiel des Communautés européennes ACTE DU CONSEIL. du 29 mai 2000 C 197/1 (Actes adoptés en application du titre VI du traité sur l Union européenne) ACTE DU CONSEIL du 29 mai 2000 établissant, conformément à l article 34 du traité sur l Union européenne, la convention

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE

CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE CONDITIONS PARTICULIERES DE LOCATION D UN SERVEUR DEDIE Version en date du 22/04/2014 RCS Chartres 807 381 157 Code APE 6202B Page 1 sur 6 ARTICLE 1 : OBJET DU DOCUMENT Les présentes conditions particulières,

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Dispositif français de lutte contre la cybercriminalité

Dispositif français de lutte contre la cybercriminalité Dispositif français de lutte contre la cybercriminalité Textes juridiques, infractions, procédures, politique pénale 1 La mesure du phénomène de la cybercriminalité Une étude sur la base d un questionnaire

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

REQUETE. A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE

REQUETE. A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE Blandine POIDEVIN Avocat au Barreau de Lille 3 rue Bayard 59000 LILLE : 03.20.21.97.18 03.61.26.58.90 : 03.20.63.22.25 REQUETE A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE Monsieur le

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme 2 ème trimestre 2015 I. Arrêts et décisions contre la Suisse Arrêt Tatar c. Suisse du 14 avril 2015 (req. n 65692/12) Droit à la

Plus en détail

PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE

PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) PROFILS NATIONAUX RELATIFS A LA CAPACITE DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME CROATIE Novembre 2011 POLITIQUE NATIONALE La République de Croatie condamne le terrorisme

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées

La cybercriminalité et les infractions liées Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées Marine valzer Chargée d études criminologiques à l utilisation frauduleuse d internet

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1)

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) Email : contact@lafourriere.com www.lafourriere.com Source : Legifrance JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) NOR:

Plus en détail

Wifi invités : le point juridique

Wifi invités : le point juridique Wifi invités : le point juridique Madame X reçoit depuis quelques jours des appels téléphoniques assez graveleux. Face à la situation, elle décide de porter plainte auprès de la police française. Après

Plus en détail

III ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE

III ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE L 294/20 Journal officiel de l Union européenne 11.11.2009 III (Actes pris en application du traité UE) ACTES PRIS EN APPLICATION DU TITRE VI DU TRAITÉ UE DÉCISION-CADRE 2009/829/JAI DU CONSEIL du 23 octobre

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002)

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Légende: Exemple de décision-cadre arrêtée par le Conseil dans le cadre du troisième pilier. Source: Journal officiel des Communautés européennes (JOCE).

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Direction générale de la Législation

Direction générale de la Législation Direction générale de la Législation avant-propos La direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux conseille le ministre de la Justice dans le domaine du droit civil, du droit

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Gestion et sécurité de l accueil visiteur et des accès à Internet

Gestion et sécurité de l accueil visiteur et des accès à Internet Gestion et sécurité de l accueil visiteur et des accès à Internet E-LOGIQ Tél : 0820 39 35 66 www.e-logiq.com Offrir un accès à l internet public ou privé c est devenir opérateur de communications électroniques

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques WIFI Le wifi est une technologie de réseau informatique sans fil mise en place pour fonctionner en réseau interne Utilisateur

Plus en détail

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation

Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation Note relative au projet de loi relatif à la géolocalisation - 6 janvier 2014 - Le 23 décembre 2013, le Gouvernement a déposé sur le Bureau du Sénat, un projet de loi relatif à la géolocalisation. Ce texte

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo--

REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPUBLIQUE TUNISIENNE --00-- MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES --ooo-- REPONSE DU GOUVERNEMENT TUNISIEN AU QUESTIONNAIRE ELABORE PAR LE HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME EN VUE

Plus en détail