TRAVAUX DE METHODOLOGIE JURIDIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAUX DE METHODOLOGIE JURIDIQUE"

Transcription

1 ANNEE ACADEMIQUE TRAVAUX DE METHODOLOGIE JURIDIQUE RECUEIL DES SUJETS PROPOSES Université de Namur, ASBL Siège social - Rue de Bruxelles 61, B-5000 Namur Faculté de droit Rempart de la Vierge 5, B-5000 Namur T. +32 (0) F. +32 (0)

2 LISTE DES THEMES DROIT PRIVE GROUPE 1 Heurs et malheurs de la propriété foncière GROUPE 2 Protection de la vie privée du travailleur GROUPE 3 Questions choisies en droit de la responsabilité civile. Faits justificatifs et autres causes de non-imputabilité GROUPE 4 Le droit des obligations appliqué au droit des assurances GROUPE 5 Troubles mentaux : le droit face à la différence GROUPE 6 Droit de la propriété intellectuelle Droit d auteur et droit des marques GROUPE 7 La responsabilité du fait des choses : approfondissement GROUPE 8 Les brevets d invention GROUPE 9 Accidents, accrochages et carambolages en tous genres GROUPE 10 Le droit des marques GROUPE 11 Les immunités de responsabilité civile GROUPE 12 Les droits et devoirs des parents GROUPE 13 Les conflits en matière de propriété GROUPE 14 - Thème en droit de la famille GROUPE 15 L évolution du droit au respect de la vie privée dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme DROIT PUBLIC GROUPE 16 Actualités du droit international pénal GROUPE 17 Etude approfondie des principes généraux de droit pénal GROUPE 18 Le droit à un environnement sain : entre développement durable et NIMBY GROUPE 19 Vulnérabilité et droit social GROUPE 20 Contentieux de la fonction publique GROUPE 21 La Cour constitutionnelle, gardienne des droits fondamentaux GROUPE 22 L action civile devant le juge pénal GROUPE 23 La protection de la réputation dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme GROUPE 24 Le contentieux du droit d asile devant les juridictions européennes

3 DROIT PRIVE GROUPE 1 Heurs et malheurs de la propriété foncière La propriété foncière donne lieu à toute une série de conflits : - Bornage et fixation des limites séparatives entre héritages ; - Construction, entretien, exhaussement d un mur mitoyen ; - Création, utilisation et suppression des servitudes, etc. Le plus souvent, ces litiges sont résolus en faisant application de règles issues du droit des biens. Les travaux auront pour objet le commentaire de décisions judiciaires relatives au voisinage entre propriétés foncières. GROUPE 2 - Protection de la vie privée du travailleur L usage de plus en plus répandu du courrier électronique et de l Internet ainsi que la mise à disposition de téléphones mobiles offrent l occasion d un contrôle accru des travailleurs -souvent à l insu de ces derniers- et rendent plus diffuse la séparation entre vie privée et vie professionnelle. Cette évolution réveille ou suscite d intéressantes questions dans le domaine de la protection de la vie privée des travailleurs. Cette problématique est également posée dans la pratique des fouilles des employés, de leur surveillance par caméra, etc. Le sujet proposé vous amènera à réfléchir sur de nouveaux défis en matière de conciliation de l intérêt des travailleurs à voir leurs droits fondamentaux respectés, en particulier leur droit à la vie privée, d une part, et les intérêts légitimes qu un employeur peut avoir de contrôler ses travailleurs. Vous serez amenés à commenter des décisions mettant précisément en jeu la légalité de certains contrôles de travailleurs effectués par un employeur au regard du droit au respect de la vie privée du travailleur concerné. GROUPE 3 Questions choisies en droit de la responsabilité civile. Faits justificatifs et autres causes de nonimputabilité L importance des faits justificatifs et des causes de non-imputabilité en droit de la responsabilité civile n est plus à prouver. Ces évènements ont pour effet de purger un acte de son caractère fautif. Les multiples questions relatives aux causes exonératoires, comme l erreur invincible, l état de nécessité ou la démence, constituent un terrain fertile aux discussions doctrinales. Leur définition, leurs conditions d admission et leurs applications jurisprudentielles appellent de nombreux développements. En guise de point de départ, nous vous proposons de partir d une décision de justice ou d un cas pratique pour, ensuite, en tirer une question juridique relative à un fait justificatif ou à une cause de non-imputabilité. GROUPE 4 Le droit des obligations appliqué au droit des assurances Au fils des ans, les assurances sont devenues incontournables. Chacun d entre nous est un jour ou l autre confronté à ce monde particulier suite à la réalisation d un risque : accident, hospitalisation, décès, vol, incendie, mise en cause de sa responsabilité professionnelle, etc. De nombreuses questions peuvent se poser tant au stade de la conclusion du contrat qu en cours d exécution de celui-ci : quelles sont les conséquences d une omission ou d une inexactitude du preneur lors de la formation du 3

4 contrat? Qui doit indemniser la victime d un accident de la route lorsque le responsable s est rendu coupable d un délit de fuite et que l on ne peut l identifier? Quelles sont les conséquences d un sinistre causé intentionnellement par l assuré? L assureur dispose-t-il d un recours à l encontre de son assuré s il était en état d ivresse lors de l accident? Le médecin traitant d une victime doit-il transmettre le dossier médical de celle-ci à la demande de l assureur, débiteur de l indemnité liée à une assurance décès? etc. Au travers d une décision de jurisprudence, il vous appartiendra d analyser la manière dont les règles du droit des obligations trouvent à s appliquer aux relations existantes entre la victime, l assuré et l assureur et ainsi de vous initier aux bases du droit des assurances. GROUPE 5 Troubles mentaux : le droit face à la différence D après l Organisation Mondiale de la Santé, «les troubles mentaux ( ) se caractérisent généralement par une combinaison de pensées, d émotions, de comportements et de rapports avec autrui anormaux [et] comprennent par exemple la schizophrénie, la dépression, l arriération mentale et les troubles dus à l abus de drogues». Il ne s agit donc pas de cas rares et isolés. Pourtant, la tâche du droit en la matière peut s avérer difficile : comment concilier les intérêts d une personne atteinte d un trouble mental avec ceux de ses proches ou, plus largement, de la société? Comment protéger une personne vulnérable en raison d un trouble mental en respectant toutefois sa liberté? Les décisions choisies illustrent différents aspects de ces questions. L étudiant devra analyser les règles de droit applicables à la cause, dégager les conflits de valeur et étayer ses explications grâce à une recherche bibliographique sérieuse. Il veillera à traiter son sujet avec rigueur et à exposer les controverses de manière objective. S il est vivement encouragé à donner son opinion, celle-ci ne sera énoncée qu au terme d un développement argumenté et réfléchi. GROUPE 6 Droit de la propriété intellectuelle Droit d auteur et droit des marques Les droits de la propriété intellectuelle protègent les créations de l esprit. Ils confèrent à leur titulaire un droit exclusif sur certaines créations immatérielles. En vertu de ce droit exclusif, le titulaire d un droit exclusif peut s opposer à toute exploitation de sa création qu il n aurait pas préalablement autorisée. En organisant un régime de protection de certaines créations intellectuelles, le législateur a tenu à promouvoir la création et l'innovation. Le droit belge consacre l existence de différents droits de propriété intellectuelle : brevet, marque, droit d auteur, dessins et modèles, etc. Dans le cadre de ce sujet, deux droits de propriété intellectuelle seront plus spécifiquement abordés, à savoir le droit d auteur et le droit des marques. Le droit d auteur protège les œuvres littéraires et artistiques. Le droit des marques protège les signes utilisés par une entreprise pour présenter ses produits et ses services. Différentes décisions de jurisprudence traitant soit du droit d auteur, soit du droit des marques, vous seront proposées pour analyse. GROUPE 7 La responsabilité du fait des choses : approfondissement Aux côtés des articles 1382 et 1383 du Code civil ont été instituées d autres dispositions afin de régler les questions de responsabilité du fait des choses. Ainsi, on se souvient que la responsabilité du gardien d une chose atteinte d un vice pourra être recherchée en application de l article 1384, alinéa 1 er du Code civil ; que le propriétaire d un bâtiment en ruine pourra voir sa responsabilité engagée en vertu de l article 1386 du Code civil, sans oublier enfin qu il existe un régime particulier concernant la responsabilité du fait des animaux (art du Code civ.). Ces régimes de responsabilité se voient fréquemment examinés par la jurisprudence qui doit concepts et en délimiter les contours. en affiner les 4

5 Par l analyse d une décision de jurisprudence, vous découvrirez plus amplement ces régimes de responsabilité quelques peu particuliers et extrêmement intéressants. GROUPE 8 Les brevets d invention Qu il s agisse de produits technologiques, tels que ceux pour lesquels Apple et Samsung sont en guerre, de séquences d ADN ou de médicaments, le brevet est partout. Il ne manque pas de soulever plusieurs questions éthiques, au point que certains évoquent une dérive des droits intellectuels. Toujours est-il que, sur le principe, c est un élément essentiel dans le jeu de la concurrence, dont les consommateurs et la société tirent parti. En effet, afin de s attirer la clientèle, chacun tente d apporter ce que le concurrent ne peut offrir, par la création de produits ou de procédés nouveaux. Pour stimuler la concurrence et permettre la croissance qui en découle, il fallait donc mettre en place un système protecteur des innovations. Dans le cadre de ce thème, il s agira pour les étudiants de comprendre les mécanismes de base de la propriété intellectuelle en général et du brevet en particulier et de rédiger, dans le respect des règles méthodologiques, un état du droit des brevets concernant le ou les point(s) précis soulevé(s) dans une décision de justice. GROUPE 9 Accidents, accrochages et carambolages en tous genres Pour arrêter un malfaiteur qui s enfuit au volant d une voiture volée, un policier s accroche à la portière et est traîné sur une dizaine de mètres avant de lâcher prise ; un tracteur transportant du fumier écrase quelqu un en effectuant une manœuvre dans la cour d une ferme ; deux trains entrent en collision en gare de Pécrot ; un conducteur est éjecté de son véhicule dans un accident et se fait écraser par une voiture qui passe ; une dame se casse la jambe en descendant d un train ; le spectateur d un rallye est renversé par une voiture participant à la compétition ; une voiture renverse un âne qui se trouvait au milieu de la route et déclasse littéralement le véhicule ; des parents perdent leur fillette dans un accident de la route et réclament un préjudice moral Autant de situations, farfelues ou dramatiques, où l on peut se demander s il y a lieu d indemniser les victimes sur base de l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 ou du droit commun. Au moyen de cas pratiques inspirés de décisions de jurisprudence, les étudiants tenteront d examiner ces questions. Le travail théorique envisagera également une application concrète au cas d espèce. GROUPE 10 - Le droit des marques La marque est un signe qui permet de distinguer des produits d une entreprise de ceux de ses concurrents. Ce signe peut être le nom d un produit (ex.: Lacoste) ou d un service (ex.: MasterCard), mais ce peut être aussi un logo (ex.: ) ou la forme d'un produit, comme par exemple celle de la bouteille de Coca-Cola. Le droit de marque qui protège ces signes est un droit de propriété intellectuelle. Les marques peuvent constituer une valeur importante des entreprises, elles constituent un outil de commercialisation et de communication. Mais on parle le plus souvent des marques lorsqu elles sont imitées. De nombreux contrefacteurs n hésitent en effet pas à copier certaines marques afin d en tirer profit. Dans le cadre de ce groupe de méthodologie juridique, nous analyserons différentes questions relatives au droit des marques, à travers différentes décisions des cours et tribunaux belges ou européens. GROUPE 11 - Les immunités de responsabilité civile «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer»... La maxime de l article 1382 du Code civil est bien connue. Toute personne qui cause un dommage à 5

6 une autre peut voir sa responsabilité engagée, et être contrainte d indemniser la personne lésée. Néanmoins, dans certains cas, la loi permet à certaines personnes d échapper à cette responsabilité. Ces dernières bénéficient alors d une sorte d «immunité». Qui sont ces personnes? A quelles conditions sont-elles «immunisées»? Pourquoi bénéficient-elles d un tel privilège? Comment alors obtenir réparation du dommage qu elles auraient causé? Ces questions et d autres feront l objet des travaux de ce groupe. GROUPE 12 Les droits et devoirs des parents Un père dit à son enfant: Tu portes mon nom, pour aujourd hui et pour toujours. Une mère dit à son enfant: Tu as du mal à l entendre, mais c est pour ton bien que ton père et moi souhaitons que tu suives les cours de religion! Un père dit à son enfant: Ta mère et mois sommes séparés, mais nous continuerons à prendre toutes les décisions qui te concernent ensemble!. Une mère dit à son enfant: Je n ai malheureusement pas assez d argent pour te payer un iphone, même si tu penses que tu en as vraiment besoin... Le droit de la famille touche chacun d entre nous. La famille peut s entendre comme l ensemble formé par le père, la mère (ou par l un d eux) et les enfants 1. Que nous vivions avec un père et une mère, ou l un d eux, avec deux pères ou avec deux mères, au sein d une famille adoptive ou autre, nous avons tous un ou plusieurs parents. Notre ou nos parents sont détenteurs de droits et de devoirs envers nous. L ensemble de ces droits et devoirs découle du lien de filiation établi à l égard de nos parents ou de notre parent. Le lien de filiation est le Lien de parenté unissant l enfant à son père (filiation paternelle) ou à sa mère (filiation maternelle) 2. Quelles sont les conséquences juridiques du fait de devenir parent? Le législateur garantit-il, au-delà des différentes formes de famille, un ensemble de droits et/ou de devoirs envers l enfant? Quels sont ces droits et devoirs? Au départ d une décision de jurisprudence soumise à leur analyse, les étudiants seront invités à se pencher sur une question touchant aux effets du lien de filiation établi entre un parent et un enfant. GROUPE 13 Les conflits en matière de propriété La propriété est un droit fondamental dans les sociétés modernes. Qu il s agisse de son acquisition ou de sa jouissance, le droit de propriété peut cependant être source de nombreux conflits, tel que : - la contestation sur la possession d un bien meuble en vue de l acquérir, - les troubles de voisinages, - la répartition des frais entre un usufruitier et un nu propriétaire, etc. 1 Le Petit Larousse illustré, Edition de 2006, p Le Nouveau Petit Robert, Edition de 1994, p

7 Le plus souvent, ces litiges sont résolus en faisant application de règles issues du droit des biens. Le travail consistera en une analyse de jurisprudence sur des thèmes variés sur les conflits en matière de propriété. GROUPE 14 Thème en droit de la famille GROUPE 15 L évolution du droit au respect de la vie privée dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme La protection de la vie privée n a jamais revêtu tant d importance qu en ce deuxième millénaire. La presse est plus que tout aux aguets du moindre scoop ou dérapage. En outre, les nouvelles technologies, les réseaux sociaux et la téléréalité contribuent à l effritement de la frontière qui existe entre vie privée et vie publique. Personnalités publiques et peoples ne sont plus les seules à subir des ingérences dans leur vie privée. Tout citoyen y est sujet. L accroissement des atteintes à la vie privée a pour corollaire un renforcement de sa protection et une extension de sa définition. La Cour de Strasbourg en a conçu une définition très large qui recouvre notamment l intégrité physique ou morale, l identité sexuelle, le nom, l orientation sexuelle ou encore l image. L étudiant pourra découvrir, au travers d une décision rendue par la Cour européenne des droits de l homme, une dimension de la vie privée ou une problématique qui lui est associée. Ces décisions ont notamment trait à la vie carcérale, à la vie privée des personnes publiques, au droit à un environnement sain, au droit à mourir, à l utilisation d internet, aux enquêtes judiciaires, à la liberté d expression ou encore à l orientation sexuelle d une personne. L étudiant pourra, par ce travail, se familiariser avec le régime de protection des droits fondamentaux offert par la Convention européenne des droits de l homme. Les arrêts portant sur des faits rapportés par la presse ou sur des thèmes d actualité, l étudiant est invité à exposer un avis critique. Il devra également comparer la protection offerte par la Convention avec celle offerte par la Constitution. 7

8 DROIT PUBLIC GROUPE 16 - Actualités du droit international pénal Le droit international pénal connaît un essor considérable en ce début de vingt et unième siècle. Cette partie du droit doit sans cesse être contextualisée eu égard au conflit dont il est question, aux personnes impliquées et aux intérêts des différents acteurs internationaux Pour ne pas perdre de vue l importance de cet envers du décor, l étudiant devra introduire le conflit et la juridiction dont il est question dans l arrêt avant de procéder à l analyse de la décision. Ce travail de méthodologie aura pour but de recouvrir les principaux éléments de droit international pénal en ce qui concerne les infractions mêmes (crime de guerre, crime contre l humanité, génocide, agression) mais également les différentes formes de responsabilité, qu il s agisse du supérieur hiérarchique ou du simple provocateur. Les questions abordées seront parmi les suivantes : - Comment qualifier une situation de «conflit armé»? - Quelles sont les règles à respecter dans un conflit armé? - Quels sont les éléments constitutifs du génocide? - Comment se définit le crime contre l humanité? - Qu en est-il de la responsabilité du supérieur hiérarchique? - Quels sont les principaux moyens de défense généralement soulevés par la défense? Une connaissance passive de l anglais est appréciée vu l importante doctrine internationale en la matière. Ce groupe de méthodologie visera en outre à préparer les étudiants qui souhaiteraient participer, dans le cadre des travaux de BAC 3, à l édition du concours interuniversitaire de procès simulé en droit international humanitaire organisé par la Croix-Rouge. L obligation d alternance droit privé droit public avec le travail de BAC 3 n est donc pas à respecter pour ce sujet. GROUPE 17 - Etude approfondie des principes généraux de droit pénal L érosion du principe de la légalité en matière pénale eu égard aux notions floues utilisées par le législateur, la rétroactivité de la loi pénale la plus douce, le concours de responsabilité entre la personne morale et la personne physique, la violation du secret professionnel par le médecin pour protéger un tiers d un péril grave et imminent, la justification d une infraction dès lors qu elle est ordonnée par son supérieur hiérarchique, les règles en matière de participation punissable (Est-on responsable de toute l infraction au même titre que l auteur? Est-on également participant si l on s est abstenu d agir?), la non imputabilité de l infraction du fait d avoir été contraint à la commettre telles seront les problématiques qu il est proposé aux étudiants d approfondir. Il s agira, au départ d une décision de jurisprudence évoquant un principe général de droit pénal, de retourner aux sources du principe, d en analyser l évolution et les controverses qui partagent la doctrine et la jurisprudence. En outre, il conviendra de présenter les éléments constitutifs de l incrimination concernée par la décision à analyser. GROUPE 18 Le droit à un environnement sain : entre développement durable et NIMBY 8

9 Fer de lance d'un développement durable qui acquiert progressivement droit de cité, le droit de l'environnement au sens large exerce une emprise croissante sur l'ordre juridique et s'immisce dans des domaines très variés de l'action administrative et citoyenne. Tant la Convention européenne des droits de l'homme que l'article 23 de la Constitution consacrent le droit à un environnement sain. De nombreuses législations tendent à garantir ce droit. Ainsi, les actes et installations pouvant porter atteinte à l'environnement et au cadre de vie sont soumis à permis et le public est souvent appelé à faire valoir ses observations dans ce cadre. L'administration est par ailleurs tenue à la transparence en matière environnementale, que ce soit en assurant l'accès aux informations environnementales ou dans la motivation de ses décisions. De nombreuses dispositions mettent des obligations à charge des particuliers pour assurer la protection du milieu et la société civile organisée se voit doter d'instruments à cette fin. Le droit international, et en particulier le droit de l'union, contribue à cette protection par des principes qui heurtent de front ou du moins impliquent des restrictions aux règles tendant à l'organisation de la concurrence et à la construction d'un marché intérieur ou encore aux dispositions régissant le droit d'agir au bénéfice d'associations de protection de l'environnement. Les sujets proposés permettent d'aborder différentes questions au départ d'arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme, de la Cour de justice de l'union, de la Cour constitutionnelle, du Conseil d'etat ou de la Cour de cassation. GROUPE 19 Vulnérabilité et droit social Que ce soit en raison de son (grand ou très jeune) âge, de sa situation professionnelle ou sociale, d un handicap chacun peut être, un jour, touché par la vulnérabilité. Celle-ci est multiforme et concerne l ensemble de notre société. Le droit social dispose de mécanismes qui visent à soulager les personnes dites vulnérables, voire à pallier les lacunes d un système. Quelle est la manière dont le droit social entend protéger le futur parent? Pourquoi le montant des allocations familiales n est-il pas systématiquement le même? Le droit permet il de réagir face à une discrimination à l embauche? Les étudiants peuvent-ils bénéficier d un revenu d intégration sociale? Dans quelles conditions? Des allocations existent-elles pour les personnes atteintes d un handicap? Quelles sont les conditions pour en bénéficier? Une personne en situation de séjour illégal peut-elle travailler? Le mécanisme des pensions prévoit-il quelque chose pour les personnes sans ressources? Dans le cadre de ce travail, les étudiants aborderont différentes difficultés en termes de vulnérabilités (au sens large) et chercheront à établir dans quelle mesure le droit social constitue ou non un remède face à ces vulnérabilités. Le travail comprend un volet théorique mais aussi une approche plus pratique de la question. Il vise à déterminer comment le droit social appréhende ces différentes formes de vulnérabilités. Enfin, le travail s'inscrit autant que possible dans une vision prospective des questions soulevées. GROUPE 20 Contentieux de la fonction publique Une autorité administrative a besoin d hommes et de femmes pour agir. La personne physique employée par l autorité administrative est en principe dans une relation juridique particulière avec celle-ci que l on qualifie de «relation statutaire». 9

10 Le but de la thématique proposée est d étudier les spécificités de cette relation statutaire : règles d engagement des agents, régime disciplinaire des fonctionnaires, droits et devoirs de ceux-ci Dans le cadre des travaux de méthodologie en 2 ième Baccalauréat, chaque étudiant se verra remettre à la fin de la première séance une décision du Conseil d Etat, qu il sera amené à commenter quant au(x) point(s) de droit soulevé(s) par la décision. GROUPE 21 La Cour constitutionnelle, gardienne des droits fondamentaux Droits de l homme, libertés publiques, droits fondamentaux, libertés individuelles, autant d expressions en vogue à l heure actuelle. Si les droits de l homme trouvent, en Europe, leur origine dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, ils ont pris un essor particulier à la suite de la seconde guerre mondiale. Depuis lors, la Conseil de l Europe est né, la Convention européenne des droits de l homme a été adoptée et la Cour européenne des droits de l homme a été créée. Nul ne peut contester qu il s agit d un domaine du droit devenu incontournable qui n a cessé de prendre de l ampleur tant dans les Etats que dans les diverses régions du monde ou dans le monde entier. En Belgique, outre les textes régionaux et internationaux, le Titre II de la Constitution consacre une série de droits fondamentaux et de libertés publiques. Depuis de nombreuses années, la Cour constitutionnelle veille sur eux. Le présent travail a pour objectif d analyser une décision de la Cour constitutionnelle et ainsi d approfondir un droit ou une liberté. Dans la mesure du possible, la présentation orale se déroulera dans la salle d audience de la Cour (le matin) et les étudiants seront invités lors de l audience qui se déroulera le même jour dans l après-midi. GROUPE 22 L action civile devant le juge pénal Généralement, les termes «droit pénal» induisent dans les esprits les différentes infractions, les peines applicables, l exécution de celles-ci. Une autre partie est pourtant présente au procès pénal : la victime de l infraction. De quels recours dispose-t-elle? A-t-elle le choix entre les juridictions civiles et pénales? Un assureur, ou les parents d un enfant mineur, disposent-ils d un droit d action? La victime peut-elle réagir par la suite, si elle n était pas présente au procès? L action civile est peut-être un volet moins connu du procès pénal, mais n en est pourtant pas moins intéressant. Sur la base de décisions relatives à l exercice de cette action, nous vous proposons d en analyser différents aspects. GROUPE 23 La protection de la réputation dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme Dans leur volonté d informer les citoyens, les journalistes peuvent être tentés, afin de réaliser un scoop ou de marquer l opinion publique, de diffuser des informations sans les avoir nécessairement vérifiées au préalable. Certains chroniqueurs vendraient également leurs et mères pour un bon mot, même si celui-ci a un caractère choquant ou blessant. D autres encore n hésiteraient pas à diffuser une information qui relève de l intimité de la personne, et donc propice à faire augmenter les ventes. Dès lors, qu elles soient de simples citoyens, des hommes politiques, des personnalités sportives ou des stars du showbiz, de nombreuses personnes ont pu voir leur image écornée, voire complètement détruite. 10

11 Comment le droit à la réputation est-il protégé dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme? La liberté d expression des journalistes est-elle un droit absolu ou doit-elle céder devant la protection de la réputation des personnes? Les journalistes doivent-ils respecter certains standards? Ces standards sont-ils différents en fonction des personnes? Ces différentes questions seront abordées au départ de l analyse d un arrêt de la Cour européenne des droits de l homme qui sera communiqué aux étudiants. Une connaissance passive de l anglais est absolument nécessaire afin de pouvoir consulter la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme sur ce sujet. GROUPE 24 Le contentieux du droit d asile devant les juridictions européennes Juliet est guinéenne. Elle a fui son pays parce qu elle refusait d être excisée avant son mariage avec le vieil homme que ses parents lui avaient choisi pour mari. Arrivée à Paris, elle déclare avoir pris l avion avec un faux passeport pour Lisbonne où elle est restée trois jours et avoir ensuite rejoint Barcelone pour prendre un vol pour Paris où habite un membre de sa famille. Placée sous le régime Dublin, elle doit être prochainement renvoyée au Portugal où elle ne connait personne et ne dispose d aucun moyen de subsistance. Pour éviter ce transfert, elle se cache car elle veut rester en France (Espoir d Asile, juin 2014). Plus de mille victimes palestiniennes depuis l offensive israélienne à Gaza. Le gouvernement belge se dit horrifié, consterné. Et s il aidait plutôt les civils à bénéficier du statut de réfugié dans notre pays comme ce fut le cas pour Bhar et un de ses fils il y a déjà plusieurs années? Ces derniers sont arrivés en Belgique grièvement blessés. Leur maison située dans le quartier Chajaijah à Gaza a été bombardée et toute la famille touchée. Aujourd hui encore, ce quartier, le plus densément peuplé, est clairement ciblé par l armée israélienne. A l époque, Bhar et son fils ont été amenés à l hôpital de Gaza mais vu la gravité de leur état, ils ont été amenés en Egypte où la Croix-Rouge a organisé leur transfert vers la Belgique. Bhar a été reconnu réfugié en 2010 et son fils a obtenu la protection subsidiaire (Amnesty International Belgique, juillet 2014). Malgré l existence de certaines réglementations en la matière, le droit d asile ne jouit pas, en Europe, d une consécration juridique supranationale bien assurée. Force est cependant de constater que la Cour européenne des droits de l Homme (CEDH) et la Cour de Justice de l Union européenne (CJUE) ont été saisies et se sont prononcées dans le cadre d un contentieux relatif à ce droit. Dès lors, plusieurs questions surgissent : Comment les juridictions européennes ont-elles appréhendé et résolu lesdites affaires? Quelles constructions juridiques ont-elles élaborées à l occasion de certaines décisions? Enfin, ces constructions sont-elles indiscutablement justifiables d un point de vue juridique? Reposentelles sur des considérations relevant d une autre sphère normative, telle que la morale? Le travail consistera en l analyse d une décision rendue par la Cour européenne des droits de l Homme ou la Cour de Justice de l Union européenne dans le cadre d une affaire relevant, d une façon ou d une autre, du contentieux relatif au droit d asile. Il sera demandé à l étudiant : De replacer succinctement la décision dans l évolution jurisprudentielle de la juridiction concernée ; D identifier la/les question(s) de principe tranchée(s) ; De dégager la/les réponse(s) apportée(s) par la Cour ainsi que le raisonnement à l appui duquel celle-ci s est prononcée. Le travail fera l objet d une courte présentation orale, laquelle sera suivie d une discussion collective visant, d une part, à mettre en lumière l évolution du contentieux du droit d asile devant les juridictions européennes et, d autre part, à comparer les raisonnements suivis par les deux Cours. 11

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Table des matières. Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9

Table des matières. Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9 Table des matières 1 Développements nouveaux sur la déclaration du risque dans les assurances de personnes... 9 Jean-Marc Binon maître de conférences invité à l U.C.L. référendaire à la Cour de justice

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE

LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LE PREMIER CONCOURS ou CONCOURS EXTERNE LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 : article 17. Décret n 72-355 du 4 mai 1972 modifié par le décre t n 2008-1551 du 31 décembre 2008. Sur les 8140

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Justice Par : Monsieur Le Président de la Cour de Skikda HAMDANE Abdelkader 5 e Colloque International sur la Coopérative des juridictions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres Commentaire Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011 Mlle Fazia C. et autres (Effets sur la nationalité de la réforme de la filiation) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 juillet

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

Organisation de la justice en France et introduction au droit administratif

Organisation de la justice en France et introduction au droit administratif Organisation de la justice en France et introduction au droit administratif D.U MEDECINE AGREEE 5 janvier 2012 Stéphanie GANDREAU Direction des Affaires Juridiques Hospices Civils de LYON RAPPEL HISTORIQUE

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE STANDARD ARTICLE 1 Qu'entend-on par? 1) Famille a) vous-même b) votre conjoint cohabitant ou la personne avec laquelle vous cohabitez, reprise ci-après sous

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Table des matières 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Benoit Dejemeppe Conseiller à la Cour de cassation Maître de conférences à l Université Saint-Louis Bruxelles

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. Numéro du rôle : 5056 Arrêt n 144/2011 du 22 septembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 579, 1, du Code judiciaire, posée par la Cour du travail de Mons. La Cour

Plus en détail

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT DROIT DES MARQUES LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION Claire PEREZ Decembre 2011 Le droit des marques et le droit commercial doivent sans cesse s adapter et appréhender les nouvelles

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4834. Arrêt n 78/2010 du 23 juin 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4834. Arrêt n 78/2010 du 23 juin 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4834 Arrêt n 78/2010 du 23 juin 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 162bis du Code d instruction criminelle, tel qu il a été inséré par l article

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image

Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Table des matières Préface... 7 Remerciements... 9 Introduction... 13 Chapitre I. Fondements possibles du droit à l image Introduction... 17 I. Le droit de propriété... 19 II. La protection de la vie privée...

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site

Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site Maître Laetitia CANTOIS AVOCAT au Barreau de Caen 6 rue Samuel Bochard 14000 CAEN Tel : 02,31,23,96,26 Port : 06,87,193,293 Fax : 02,31,23,96,26 Site internet: www,avocat-cantois,fr Mail : avocat_cantois@yahoo.fr

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

PROPRIÉTAIRE IMMOBILIER & DROIT À L IMAGE

PROPRIÉTAIRE IMMOBILIER & DROIT À L IMAGE PROPRIÉTAIRE IMMOBILIER & DROIT À L IMAGE Est il possible d utiliser à des fins publicitaires l image de l immeuble d autrui? Quels sont les écueils à éviter pour prévenir les difficultés à venir? Le régime

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 28 mars 2013 N de pourvoi: 12-17548 ECLI:FR:CCASS:2013:C200477 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Odent

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs.

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. 5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. Art. 1er. Aux termes de la présente loi, on entend par: 1. Véhicule

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de regroupement familial opposé à un ressortissant algérien bénéficiaire de l Allocation aux adultes

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Table des matières Propos introductifs 7 Benoît Hoc L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Introduction 9 Section 1. Le rejet de la théorie des infractions matérielles

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail