TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE"

Transcription

1 TABLE DES MATIÈRES PLAN LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT PÉNAL À L UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES 13 TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE CHAPITRE I LA RESPONSABILITÉ PÉNALE SECTION 1. LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DU CHEF DE LA COMMISSION D UNE INFRACTION Introduction La notion de responsabilité pénale Caractéristiques générales de la responsabilité pénale La responsabilité pénale est à base de faute La responsabilité pénale est personnelle La responsabilité pénale est individuelle, non solidaire ou collective La responsabilité pénale connaît un régime identique selon qu elle concerne l infraction ou la participation punissable La responsabilité pénale concerne tant les personnes physiques que les personnes morales La responsabilité pénale naît de la commission d une infraction et est, en règle, constatée par une décision judiciaire La responsabilité pénale s éteint au décès de l auteur de l infraction La responsabilité pénale s éteint à la disparition de la personne morale La responsabilité pénale s éteint encore par l amnistie, l abrogation de la loi pénale et la prescription de l action publique Les formes de responsabilité pénale La responsabilité pénale résulte fréquemment du comportement d un seul La responsabilité pénale peut découler de l utilisation d un tiers comme d un simple instrument La responsabilité pénale peut intervenir à l occasion du fait d autrui La responsabilité pénale peut être partagée : la participation punissable

2 390 PRINCIPES GÉNÉRAUX DU DROIT PÉNAL BELGE La responsabilité pénale peut être en cascade La responsabilité pénale peut être alternative La preuve de la responsabilité pénale La responsabilité pénale ne peut, en règle, être présumée La responsabilité pénale doit être judiciairement établie L établissement de la responsabilité pénale renverse la présomption d innocence SECTION 2. LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DU CHEF DES CIRCONSTANCES AGGRAVANTES RÉELLES Introduction L automaticité de la responsabilité pénale du chef des circonstances aggravantes réelles ( ) Le retour au droit commun de la responsabilité pénale CHAPITRE II L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE SECTION 1. L AGENT PERSONNE PHYSIQUE Le sujet de droit pénal La détermination de l auteur de l infraction Les diverses catégories de personnes physiques pénalement responsables L auteur direct de l infraction L auteur médiat de l infraction : l hypothèse du tiers utilisé comme un simple instrument L auteur participant à l exécution de l infraction L auteur désigné par la loi ou par une convention SECTION 2. L AGENT PERSONNE MORALE Introduction historique La situation belge de 1831 à La situation belge de 1946 à La situation belge depuis La consécration de la responsabilité pénale des personnes morales L assimilation de la personne morale à la personne physique La notion de personne morale pénalement responsable Les personnes morales pénalement responsables La personne morale de droit privé La personne morale de droit public La personne morale de droit étranger Les infractions concernées par la responsabilité pénale des personnes morales Une responsabilité pénale fondée sur le comportement d une personne physique L imputabilité de l infraction à la personne morale Un régime d imputabilité légale

3 TABLE DES MATIÈRES L exigence d un lien intrinsèque entre la personne morale et l infraction commise Les trois hypothèses d imputabilité légale Le concours entre l article 5, alinéa 1 er, du Code pénal et les règles antérieures d imputabilité légale Les cas de figure susceptibles d être rencontrés Une responsabilité pénale à base de faute Une responsabilité pénale à base de faute Les principes directeurs de la responsabilité pénale des personnes morales La preuve de la faute dans le chef de la personne morale La responsabilité pénale des personnes morales : essai de synthèse SECTION 3. LA COEXISTENCE DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DES PERSONNES PHYSIQUES ET DES PERSONNES MORALES L adoption d un mécanisme de cumul-décumul des responsabilités pénales La coexistence des responsabilités pénales : l article 5, alinéa 2, du Code pénal Les conditions d application du mécanisme de cumul-décumul des responsabilités pénales Un système constitutionnel partiellement dérogatoire au droit commun de la responsabilité pénale Le cumul facultatif des responsabilités pénales Le cumul facultatif des responsabilités pénales L institution d une cause d excuse absolutoire facultative La condition d application du mécanisme de cumul des responsabilités pénales Un système constitutionnel dérogatoire au droit commun de la responsabilité pénale L implication, dans la commission de l infraction, d une personne physique non identifiée ou de diverses personnes physiques, identifiées ou non, susceptibles d engager la responsabilité pénale de l être moral L absence de poursuites conjointes de la personne physique et de la personne morale Le système de décumul obligatoire des responsabilités pénales Le décumul obligatoire des responsabilités pénales L institution d une cause d excuse absolutoire obligatoire La condition d application du mécanisme de décumul des responsabilités pénales Un système constitutionnel dérogatoire au droit commun de la responsabilité pénale L implication, dans la commission de l infraction, d une personne physique non identifiée ou de diverses personnes physiques, identifiées ou non, susceptibles d engager la responsabilité pénale de l être moral L absence de poursuites conjointes de la personne physique et de la personne morale

4 392 PRINCIPES GÉNÉRAUX DU DROIT PÉNAL BELGE 3.4. Les conséquences du bénéfice de la cause d excuse absolutoire En synthèse Le cas particulier de la personne morale organe de société : une dérogation à l article 5, alinéa 2, du Code pénal La notion de représentant permanent d une personne morale L absence de dérogation à la responsabilité pénale de la personne morale représentée L organisation des responsabilités pénales en présence CHAPITRE III L IMPUTABILITÉ PÉNALE SECTION 1. LA NOTION D IMPUTABILITÉ PÉNALE SECTION 2. L IMPUTABILITÉ DE L INFRACTION À UNE PERSONNE PHYSIQUE L imputabilité matérielle L imputabilité légale L imputabilité conventionnelle L imputabilité conventionnelle obligatoire L imputabilité conventionnelle facultative La délégation de pouvoir La répartition de compétences L imputabilité judiciaire L imputabilité des infractions de commission par une action immatérielle L imputabilité des infractions commises par omission L imputabilité de l infraction commise par une personne utilisée comme un simple instrument L imputabilité de l infraction commise par une personne morale non pénalement responsable L imputabilité de l infraction commise par une personne morale à son dirigeant de fait SECTION 3. L IMPUTABILITÉ DE L INFRACTION À UNE PERSONNE MORALE SECTION 4. L IMPUTABILITÉ DES ACTIONS ET OMISSIONS CONSTITUTIVES DE LA PARTICIPATION PUNISSABLE SECTION 5. L IMPUTABILITÉ DES CIRCONSTANCES AGGRAVANTES RÉELLES Les diverses catégories de circonstances aggravantes réelles L imputabilité des circonstances aggravantes réelles infractionnelles L imputabilité des circonstances aggravantes réelles intentionnelles SECTION 6. LE CUMUL DES RÈGLES D IMPUTABILITÉ DANS UNE MÊME AFFAIRE

5 TABLE DES MATIÈRES 393 CHAPITRE IV LA PARTICIPATION PUNISSABLE SECTION 1. INTRODUCTION SECTION 2. LA NOTION D AUTEUR DE L INFRACTION (ARTICLE 66, ALINÉA 2, DU CODE PÉNAL) L auteur de l infraction : la réalisation de l infraction en chacun de ses éléments constitutifs L auteur de l infraction en application des principes généraux du droit pénal : la coopération directe à la commission de l infraction SECTION 3. LES NOTIONS DE COAUTEUR ET DE COMPLICE DE L INFRACTION La participation punissable est indispensable ou simplement utile à la commission de l infraction : la corréité et la complicité Les notions de coauteur et de complice SECTION 4. LA COMMISSION DE L INFRACTION ET LA PARTICIPATION PUNISSABLE La commission de l infraction et la participation à celle-ci La participation punissable revêt, en règle, une criminalité propre mais non autonome : la théorie de l emprunt matériel de criminalité La participation punissable n est qu une modalité de l exécution de l infraction SECTION 5. LE CHAMP D APPLICATION DE LA PARTICIPATION PUNISSABLE La participation punissable dans l hypothèse des crimes et délits caractérisés par la faute intentionnelle et institués soit par le Code pénal soit par une loi ou une réglementation particulière prévoyant l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal La participation punissable dans l hypothèse des crimes et délits caractérisés par la faute infractionnelle et institués soit par le Code pénal soit par une loi ou une réglementation particulière prévoyant l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal L exclusion de la participation punissable dans l hypothèse des contraventions instituées soit par le Code pénal soit par une loi ou une réglementation particulière prévoyant ou non l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du code pénal La participation punissable dans l hypothèse des crimes et délits caractérisés par la faute intentionnelle ou la faute infractionnelle et institués par une loi ou une réglementation particulière ne prévoyant pas l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal L exclusion de la participation punissable dans l hypothèse des infractions caractérisées par la faute antérieure, qu elles soient instituées par le Code pénal ou par une loi ou une réglementation particulière prévoyant ou non l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal

6 394 PRINCIPES GÉNÉRAUX DU DROIT PÉNAL BELGE 5.6. La participation punissable dans l hypothèse des infractions commises par omission instituées soit par le Code pénal soit par une loi ou une réglementation particulière prévoyant l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal La participation punissable dans l hypothèse des délits contraventionnalisés caractérisés par la faute intentionnelle ou infractionnelle et institués soit par le Code pénal soit par une loi ou une réglementation particulière prévoyant l application des dispositions du chapitre VII du livre I er du Code pénal La participation punissable dans l hypothèse de la tentative d infraction La participation punissable dans l hypothèse des infractions militaires La participation punissable dans l hypothèse des infractions instituées par un décret La participation punissable dans l hypothèse des infractions de presse La participation punissable dans l hypothèse de la responsabilité pénale des personnes morales La participation punissable dans l hypothèse des infractions pour lesquelles la loi ou la réglementation particulière a recours au mécanisme de l imputabilité légale SECTION 6. LES CARACTÉRISTIQUES DE LA PARTICIPATION PUNISSABLE La participation punissable prend la forme d une action ou d une abstention La participation punissable est, en règle, antérieure ou concomitante à la commission de l infraction La participation punissable est intellectuelle ou matérielle La participation punissable est, en règle, immédiate SECTION 7. LES DIVERS MODES DE PARTICIPATION PUNISSABLE La participation matérielle La participation matérielle : l aide nécessaire ou simplement utile à la commission de l infraction (articles 66, alinéa 3, et 67, alinéa 4, du Code pénal) La participation matérielle : la fourniture d armes, d instruments ou de tout autre moyen ayant servi à la commission de l infraction (article 67, alinéa 3, du Code pénal) La participation intellectuelle La participation intellectuelle : la provocation directe à la commission de l infraction (article 66, alinéas 4 et 5, du Code pénal) La provocation individuelle par don ou promesse (article 66, alinéa 4, du Code pénal) La provocation individuelle par menaces (article 66, alinéa 4, du Code pénal) La provocation individuelle par abus d autorité ou de pouvoir (article 66, alinéa 4, du Code pénal) La provocation individuelle par machinations ou artifices coupables (article 66, alinéa 4, du Code pénal)

7 TABLE DES MATIÈRES La provocation collective par des discours, écrits, imprimés, images ou emblèmes quelconques (article 66, alinéa 5, du Code pénal) La participation intellectuelle : les instructions simplement utiles à la commission de l infraction (article 67, alinéa 2, du Code pénal) Des formes particulières de participation punissable SECTION 8. LES CONDITIONS DE LA PARTICIPATION PUNISSABLE La participation punissable suppose l incrimination du comportement principal, qu il s agisse d une infraction achevée ou tentée La participation punissable suppose un comportement personnel La participation punissable est éclairée La participation punissable est intentionnelle La participation punissable suppose l adoption de l une des formes énumérées par la loi La participation punissable est efficiente : la nécessité d un lien causal entre l acte ou l abstention constitutif de participation et l exécution de l infraction SECTION 9. LA RÉPRESSION DE LA PARTICIPATION PUNISSABLE Fondement et principes directeurs La participation punissable n est pas, en règle, une circonstance aggravante de l infraction La répression différenciée de la corréité et de la complicité L individualisation de la peine des participants et le principe de la personnalité de la responsabilité pénale Les régimes dérogatoires de répression de la participation punissable et la responsabilité civile BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE INDEX TABLE DES MATIÈRES

2. La définition des infractions 27

2. La définition des infractions 27 Sommaire 5 Avant-propos 7 TITRE I. LE DROIT PÉNAL 9 Chapitre I. La notion de droit pénal 11 Section 1. Définition et distinctions avec d autres notions 11 1. Définition 11 2. Distinction entre le droit

Plus en détail

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable.

LA COMPLICITE. L'acte de complicité n'est pas punissable en tant que tel. Il doit se rattacher à un fait principal punissable. LA COMPLICITE L'infraction peut être le fait de plusieurs personnes qui seront selon les cas coauteurs, ou auteurs et complices. La complicité consiste en l'entente momentanée entre deux ou plusieurs personnes

Plus en détail

CONCOURS COMPLEMENTAIRE 2014. Droit pénal. Coaction et complicité

CONCOURS COMPLEMENTAIRE 2014. Droit pénal. Coaction et complicité 1 www.lautreprepa.fr CONCOURS COMPLEMENTAIRE 2014 Droit pénal Coaction et complicité Fauconnet a remarquablement décrit la démarche hésitante de la recherche sociale et juridique du responsable pénal.

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES

EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES EPREUVES ET PROGRAMMES DES CONCOURS COMPLEMENTAIRES LES EPREUVES Ces concours comprennent des épreuves d admissibilité et d admission. Chacune des épreuves est notée de 0 à 20. Nature de l épreuve Admissibilité

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

JURISCOPE - décembre 1998

JURISCOPE - décembre 1998 LA REPRESSION DU FAUX MONNAYAGE EN BELGIQUE Textes de référence :! Livre II Titre III - Chapitres 1er et 2ème du Code pénal belge.! Loi du 11 juin 1989 relative aux imprimés ou formules ayant l apparence

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet

Table des matières. Propos introductifs 7 Benoît Hoc. L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Table des matières Propos introductifs 7 Benoît Hoc L élément moral des infractions 9 Nathalie Colette-Basecqz et France Lambinet Introduction 9 Section 1. Le rejet de la théorie des infractions matérielles

Plus en détail

CAPACITÉ EN DROIT. Présentation. Objectifs. Contenu de la formation

CAPACITÉ EN DROIT. Présentation. Objectifs. Contenu de la formation CAPACITÉ EN DROIT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Capacité en droit Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation CAPACITE EN DROIT Objectifs Les études de Capacité en Droit sont

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT. 12 et 13 mai 2014

LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT. 12 et 13 mai 2014 LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT LE CONTEXTE Un projet éducatif territorial (PEDT) des enfants Commune ou communauté de communes Opérateur Opérateur municipal associatif mode

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol.

LE VIOL UN ACTE DE PENETRATION SEXUELLE UN ACTE COMMIS SUR LA PERSONNE D AUTRUI. L article 222-23 du C.P. définit et réprime le viol. LE VIOL Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu il soit, commis sur la personne d autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. I - E L E M E N T L E G A L L article

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5705. Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5705 Arrêt n 123/2014 du 19 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 62, alinéa 8, des lois relatives à la police de la circulation routière,

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-604 DC du 25 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-604 DC du 25 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-604 DC du 25 février 2010 Loi renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées

Plus en détail

Mémorandum juridique mai 2006

Mémorandum juridique mai 2006 Mémorandum juridique mai 2006 v 0605101044 Le contentieux du permis de construire Bâtiments agricoles et ruines Urbanisme et construction Habitations légères de loisirs Camping et stationnement de caravanes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789).

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). INTRODUCTION : 1 Rappel historique : publiques. Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). Libre formation

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

Table des matières. Sous-section 1. Le droit commun 9 Sous-section 2. Le régime dérogatoire au profit du travailleur 9

Table des matières. Sous-section 1. Le droit commun 9 Sous-section 2. Le régime dérogatoire au profit du travailleur 9 Table des matières La responsabilité civile du travailleur salarié Immunité partielle de responsabilité civile de l article 18 de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail 7 Sophie Toussaint

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 TABLE DES MATIÈRES Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 PREMIÈRE PARTIE LA PHASE D ÉLABORATION : LES DOCUMENTS COMPTABLES RÉGIS PAR LE DROIT Titre 1 - L objectif

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative)

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Première partie : Protection générale de la santé Livre I er Protection des personnes en matière de santé Titre I er Droits des personnes malades

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E

M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRÂCES SOUS DIRECTION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES Paris, le 3 juillet

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 4 décembre 2015 relative au développement d une thématique consacrée au racisme et aux discriminations dans les stages de citoyenneté NOR : JUSD1530025C La garde des sceaux, ministre de la

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES

L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES L ASSURANCE DES RISQUES PROFESSIONNELS DES EXPERTS JUDICIAIRES Les MMA ont conçu un contrat d assurance offrant un éventail de garanties, spécialement adapté à vos risques. QUI SOUSCRIT? Chaque Compagnie

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

(Loi relative à la recherche sur les cellules souches, LRCS)

(Loi relative à la recherche sur les cellules souches, LRCS) Loi fédérale relative à la recherche sur les cellules souches embryonnaires (Loi relative à la recherche sur les cellules souches, LRCS) 810.31 du 19 décembre 2003 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée

Plus en détail

Intitulé du lot : Protection juridique

Intitulé du lot : Protection juridique CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Date limite de réception des offres : 16 octobre 2015 à 12 h. MARCHE D ASSURANCE VILLE DE SEES Lot n 3 Intitulé du lot : Protection juridique LOT n 3 : Protection

Plus en détail

L existence de la société commerciale

L existence de la société commerciale TABLE DES MATIÈRES Liste des principales abréviations 5 Introduction 9 Section I Classification des sociétés commerciales 11 1. Grandes catégories 11 A) Sociétés commerciales par la forme ou par l objet

Plus en détail

PROJET DE LOI. tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS

PROJET DE LOI. tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la justice et des libertés NOR : JUSX1022802L/Rose-1 PROJET DE LOI tendant à limiter et à encadrer les gardes à vue ------ EXPOSÉ DES MOTIFS Le Gouvernement a mené, à

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Note d orientation n 8 du T-CY

Note d orientation n 8 du T-CY www.coe.int/tcy Strasbourg, version du 3 décembre 2014 T-CY(2014)20 Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 8 du T-CY sur les spams Adoptée lors de la 12 e réunion plénière

Plus en détail

Sujet :L amnistie en droit pénal. Corrigé proposé par : - BOH MAMOUDOU ; - FOUDA ATEBA Benoît Nicaise ; - NOAH YEBEGA Serges Aimé ; - HAOUA ;

Sujet :L amnistie en droit pénal. Corrigé proposé par : - BOH MAMOUDOU ; - FOUDA ATEBA Benoît Nicaise ; - NOAH YEBEGA Serges Aimé ; - HAOUA ; Sujet :L amnistie en droit pénal Corrigé proposé par : - BOH MAMOUDOU ; - FOUDA ATEBA Benoît Nicaise ; - NOAH YEBEGA Serges Aimé ; - HAOUA ; - ZE Sandrine. kalata - Préparation Supérieure Privée aux concours

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 332 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2008-2009 15 septembre 2009 PROJET DE LOI relatif à la protection

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION PREMIÈRE PARTIE Exercice de la profession d architecte TITRE 1 CONDITIONS D EXERCICE DE LA PROFESSION D ARCHITECTE 13 Évolution récente des conditions d exercice 13 Conditions

Plus en détail

PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ

PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ PROJET DE LOI RELATIVE À LA CYBERCRIMINALITÉ 1 2 Le Premier Ministère REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur-Fraternité-Justice Exposé de motif du Projet de loi portant loi relative à la cybercriminalité

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Corruption Trafic d influence Circulaire de la DACG n CRIM 08-02/G3 du 9 janvier 2008 présentant des dispositions de la loi n 2007-1598 du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption NOR

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire

Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire CEPR 25 avril 2006 Antoine de Brosses Avocat à la Cour Simmons & Simmons 5, bd de la Madeleine 75001 Paris antoine.de.brosses @simmons-simmons.com

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

en milieu scolaire Conduites à tenir en cas d infractions Mémento

en milieu scolaire Conduites à tenir en cas d infractions Mémento Conduites à tenir en cas d infractions en milieu scolaire Mémento Avant propos La lutte contre la violence en milieu scolaire constitue un enjeu prioritaire pour l ensemble des institutions de l État car

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

LA GARDE DES SCEAUX MINISTRE DE LA JUSTICE POUR ATTRIBUTION

LA GARDE DES SCEAUX MINISTRE DE LA JUSTICE POUR ATTRIBUTION DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PÉNALE GÉNÉRALE Bureau de la législation pénale générale Le 7 août 2012 Date d application : immédiate LA GARDE DES SCEAUX

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5257. Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5257 Arrêt n 138/2012 du 14 novembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3bis, 2 à 4, de l arrêté royal n 22 du 24 octobre 1934 relatif à l interdiction

Plus en détail

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN

ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ASSURANCE DE LA PROTECTION JURIDIQUE VEHICULE ALL IN ARTICLE 1 Qu'entend-on par? 1) Famille a) vous-même b) votre conjoint cohabitant ou la personne avec laquelle vous cohabitez, reprise ci-après sous

Plus en détail

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés.

Droit de rencontres. «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés. Droit de rencontres «La responsabilité du dirigeant d entreprise» Mai 2011 Lionel ORBAN Firket, Brandenberg, Crahay, Pichault & Associés I.- Introduction & rappels II.- La Loi-programme du 20 juillet 2006

Plus en détail

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 42, alinéa 2, et 68 de la Constitution cantonale 1),

Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 42, alinéa 2, et 68 de la Constitution cantonale 1), Loi sur l'archivage du 20 octobre 2010 Le Parlement de la République et Canton du Jura, vu les articles 42, alinéa 2, et 68 de la Constitution cantonale 1), arrête : SECTION 1 : Dispositions générales

Plus en détail

Note d orientation n 9 du T-CY (projet)

Note d orientation n 9 du T-CY (projet) www.coe.int/tcy Strasbourg, version du 10 octobre 2014 T-CY(2014)20 Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 9 du T-CY (projet) sur les spams Proposition établie par le Bureau

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Côte d Ivoire. Droit du travail - Durée du travail

Côte d Ivoire. Droit du travail - Durée du travail Droit du travail - Durée du travail Décret n 96-203 du 7 mars 1996 L horaire collectif de travail Art.1.- Sous réserve des règles relatives aux équivalences, à la récupération des heures collectivement

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement

PREMIÈRE PARTIE Vers une conception fonctionnelle de la cause du paiement TABLE DES MATIÈRES 741 PAGES Préface........................................................... 5 Remerciements.................................................... 13 Liste des principales abréviations

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-240 QPC du 4 mai 2012. M. Gérard D. (Définition du délit de harcèlement sexuel)

Commentaire. Décision n 2012-240 QPC du 4 mai 2012. M. Gérard D. (Définition du délit de harcèlement sexuel) Commentaire Décision n 2012-240 QPC du 4 mai 2012 M. Gérard D. (Définition du délit de harcèlement sexuel) La chambre criminelle de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 29 février

Plus en détail

Proposition de textes

Proposition de textes Proposition de textes CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel dommage oblige celui par la faute duquel il est

Plus en détail