COMMERCIALITE ET RESPONSABILITES CIVILE, PENALE ET DISCIPLINAIRE DU PHARMACIEN EN COTE D IVOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMERCIALITE ET RESPONSABILITES CIVILE, PENALE ET DISCIPLINAIRE DU PHARMACIEN EN COTE D IVOIRE"

Transcription

1 , pp EDUCI 2007 AMARI A.S.G 1, 2 KABLAN BJ.1 COMMERCIALITE ET RESPONSABILITES CIVILE, PENALE ET DISCIPLINAIRE DU PHARMACIEN EN COTE D IVOIRE RESUME Placé au centre des évolutions liées d une part à la modernisation de la profession pharmaceutique et d autre part aux mutations sociales, le pharmacien voit sa responsabilité juridique constamment et régulièrement engagée, responsabilité dont le niveau est davantage accru par l ambivalence de cette profession (profession commerciale et profession de santé). L objectif de ce travail était de déterminer la responsabilité engagée par le pharmacien à l occasion de sa profession à la fois commerciale et de santé. Après avoir examiné la commercialité du pharmacien, nous en avons analysé les implications relativement à la responsabilité du pharmacien au regard de la législation en vigueur en Côte d Ivoire. Il ressort de ce travail que, si la responsabilité engagée par le pharmacien est directe et concrète dans le cadre de l exercice de la pharmacie en officine, celle-ci se retrouve également lorsque la pharmacie est exercée au sein d une entreprise exploitée sous forme de société commerciale. Quel que soit son domaine d activité, le pharmacien engage à l occasion de son exercice une triple responsabilité civile, pénale et disciplinaire, doublée, du fait de la commercialité de sa profession, d une responsabilité de type commerciale en rapport avec les dispositions du traité pour l organisation et l harmonisation en Afrique de droit des affaires (OHADA) entré en vigueur depuis le 1 er janvier La responsabilité juridique du pharmacien s est intensifiée et s est davantage complexifiée avec l érection de certaines dispositions juridiques rendues nécessaires par les circonstances, mettant en évidence la nécessité d une prise de conscience de celui-ci pour un meilleur exercice de sa profession. Mots-clés : Commercialité, Responsabilités, Pharmaciens, Côte d Ivoire. 1- Département de Galénique et Législation Pharmaceutique UFR Sciences Pharmaceutiques et Biologiques ; Université de Cocody-Abidjan, 2- Direction de la Pharmacie et du Médicament (DPM) Ministère de la Santé et l Hygiène Publique, Côte d Ivoire.

2 SUMMARY Placed in the center of the evolutions related on one hand to the modernization of the pharmaceutical profession and on the other hand to the social alterations changes, the pharmacist sees his legal responsibility constantly and regularly engaged, responsibility the level of which is more increased by the ambivalence of this profession (commercial profession and profession of health). The objective of this work was to determine the involved responsibility by the pharmacist on the occasion of its at the same moment commercial profession and health. After having examined the negotiability of the pharmacist, we analyzed of them the implications relative with the responsibility for the pharmacist in comparison with the legislation in force in Côte d Ivoire. It emerges from this work that, if the involved responsibility by the pharmacist is direct and concrete within the framework of the exercise of the pharmacy in dispensary, this one also meets itself when the pharmacy is exercised within a company exploited in the form of trading company. Whatever is its sphere of activity, the pharmacist engages on the occasion of his exercise a triple liability, civil, penal and disciplinary, doubled, because of the negotiability of his profession, a commercial responsibility of type in touch with the measures of the treaty for the organization and the harmonization in Africa of rights of businesses (OHADA) come into effect since January 1st, The legal responsibility of the pharmacist became intensified and became more and more complex with the erection of certain legal capacities made necessary by circumstances, bringing to light the necessity of an awareness of this one for a better exercise of its profession. Key words : Negotiability, Responsibilities, Pharmacists, Côte d Ivoire. INTRODUCTION Avec le développement de la profession pharmaceutique et une jurisprudence de plus en plus étoffée de la responsabilité juridique du pharmacien, il apparaît utile d examiner les possibilités d extension de celle-ci en ce qui concerne le pharmacien en Côte d Ivoire. En effet, aujourd hui, le pharmacien, loin d être simplement le gardien du médicament est un professionnel placé au cœur d un réseau relationnel qui, du fait des actes qu il pose en son propre nom ou au nom d un employeur, met constamment en jeu sa responsabilité à l égard des tiers. L objectif de ce travail était de déterminer la responsabilité engagée par le pharmacien à l occasion de sa profession à la fois commerciale et de santé. Pour l atteindre nous nous sommes fixé comme objectifs spécifiques d étudier la commercialité du pharmacien au regard des dispositions des Actes Uniformes pour l Organisation et l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), de mettre cette commercialité en relation avec l exercice de la profession commerciale afin d en dégager les implications éventuelles sur la responsabilité juridique du pharmacien au regard des dispositions législatives et réglementaires en vigueur en Côte d Ivoire.

3 26 METHODOLOGIE Notre méthodologie a consisté dans un premier temps à réunir la documentation juridique en relation avec la responsabilité juridique et la commercialité du pharmacien Nous avons ensuite examiné l évolution textuelle du cadre juridique de la pharmacie en Côte d Ivoire en la comparant à celle d autre pays notamment de la France dont la Côte d Ivoire a hérité du droit pharmaceutique après la colonisation. Cet examen a permis de déceler des changements relatifs à la responsabilité juridique du pharmacien. L étude des Actes Uniformes OHADA relatifs au droit des sociétés commerciales «OHADA 1998 (a)» a permis d établir un lien entre la commercialité de la profession pharmaceutique et l intensification de ses responsabilités dont nous avons déterminé les principes et les évolutions par la mise en relation des dispositions du code OHADA avec les textes fondamentaux de la législation pharmaceutique en Côte d Ivoire. Les principaux résultats de cette étude peuvent être résumés dans les points suivants : 1. LAQUALITE DE COMMERCANT DU PHARMACIEN Selon l Article 2 des Actes Uniformes OHADA relatifs au droit commercial général, «ont commerçants ceux qui accomplissent des actes de commerce et en font leur profession habituelle, OHADA, 1998(b)». Cette définition implique la répétition des actes de commerce et suppose que le commerçant tire de son activité les moyens de sa subsistance. Il importe dès lors de s interroger sur la nature des actes dont l accomplissement confère la qualité de commerçant. L article 3 des actes uniformes OHADA relatifs Au droit commerciale générale donne une classification des actes de commerce dont les plus importants sont l achat en vue de la revente, les opérations bancaires, les opérations de prestation de service, les opérations d intermédiation et les actes de commerce par la forme représentés par les sociétés commerciales. RESULTATS Le pharmacien, un commerçant? De tous les actes de commerce suscités, hors mis les sociétés commerciales, l achat en vue de la revente constitue l acte de commerce par excellence et celui dont il faut examiner la capacité à conférer au pharmacien la qualité de commerçant. Un bref examen des principaux domaines de la profession pharmaceutique permet de discriminer entre eux. Le pharmacien biologiste n achète pas de marchandise pour les revendre. L appareillage technique nécessaire à sa pratique et les accessoires nécessaires à leur fonctionnement ne constituent pas des éléments destinés à la vente. Il est rémunéré pour son expertise en matière de biologie médicale, il n est donc pas commerçant à moins que l exercice de la biologie médicale ne se déroule dans le cadre d une société commerciale constituée, auquel cas, les actes posés pourront être frappés de commercialité. Le pharmacien fonctionnaire n est pas commerçant, la profession commerciale étant incompatible avec le statut de fonctionnaire.

4 27 Le pharmacien grossiste répartiteur ou fabricant, exerce son activité généralement au sein d une entreprise constituée en sociétés qui sont commerciales par la forme «OHADA, 1998 (c)). La commercialité de ces pharmaciens sera donc indissociable de celle des sociétés dans lesquelles ils exercent. Le pharmacien d officine dont l activité, sauf les préparations magistrales et officinales, consiste à acheter et à revendre des médicaments dans le cadre de la dispensation au patient, est, au vu des dispositions du code OHADA, un commerçant. En effet, les médicaments qu il achète sont destinés à la vente, l intention de revente est déjà présente au moment même de l achat et cette intention s accompagne toujours de la recherche d un profit. Le pharmacien et les sociétés commerciales Les Actes Uniformes relatifs au droit des sociétés commerciales définissent principalement deux types de sociétés «OHADA, 1998(d)» : - les sociétés de personnes représentées essentiellement par les Sociétés en Nom Collectif (SNC) et les Sociétés en Commandite Simple (SCS) ; - les sociétés de capitaux que sont les Sociétés à responsabilité limitées (SARL) et les Sociétés anonymes (SA). La constitution des SNC nécessite le consentement d au moins deux associés, lesquels doivent tous justifier de la capacité de commerçants. L objet et la cause doivent être licite et morale. Constatée par écrit (statut), la société doit faire l objet de publicité dans un journal d annonces légales avec inscription au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM). Deux époux ne peuvent être associés dans une SNC puisque les associés sont indéfiniment solidaires des dettes sociales. Les SNC se constituent Intuiti personae (en vertu de la personne même) ; elles se caractérisent également par une solidarité parfaite et l interdiction de clauses léonines. Tous les associés ont, en principe, la signature sociale La société est gérée par un gérant associé statutaire, gérant associé non statutaire ou mandataire. Les SNC se caractérisent enfin par l intransmissibilité et l incessibilité des parts. Le décès d un associé entraîne en principe la dissolution de la société mais des clauses de continuation peuvent être prévues, les autres causes de dissolution étant la faillite, l incapacité et l interdiction. Dans les SCS on distingue deux types d associés : les commandités tous commerçants et les commanditaires non commerçants (y compris les mineurs, les incapables et les interdits) Les conditions de constitution sont les mêmes que dans la SNC. Deux époux peuvent être associés dans une SCS à condition de ne pas être l un et l autre des commandités.seuls le ou les commandités gèrent la société selon les règles des SNC. La cession des parts est possible mais seulement avec le consentement de tous les associés. Le décès d un associé entraîne en principe la dissolution de la société mais des clauses de continuation peuvent être prévues, les autres causes de dissolution étant la faillite, l incapacité et l interdiction. Qu il s agisse des SNC ou des SCS, en cas de Liquidation de la société, la personnalité juridique est maintenue pour les besoins de la liquidation c est-à-dire régler le passif de la société, recouvrer l actif établir les comptes entre associés.

5 28 A côté de ces deux types de sociétés il faut mentionner les sociétés en participation qui sont des sociétés occultes, sans personnalité juridique malgré l existence d un écrit (statut), et les sociétés créées de fait qui se forment aux mépris des dispositions classiques de constitution des sociétés commerciales. Les sociétés de capitaux se distinguent par la prééminence des apports en numéraires sur les considérations de personnes. Les sociétés à responsabilité limitée (SARL) se constituent dans le respect des conditions générales de constitution des sociétés commerciales. Ce sont des sociétés qui présentent un caractère hybride, à la fois sociétés de capitaux et sociétés de personnes. Le capital social doit être supérieur ou égal à un million et le montant de la part sociale supérieure ou égale à 5 mille F CFA. Les société anonymes (SA) sont les sociétés de capitaux par excellence. Des personnes appelées fondateurs vont se charger de rechercher des actionnaires qui vont apporter leurs capitaux en vue de constituer le capital social. Le capital social doit être supérieur ou égal à 10 millions et le montant de la part sociale supérieure ou égale à 10 mille F CFA. 2. EXPLOITATION D ENTREPRISES PHARMACEUTIQUES SOUS FORME DE SOCIETES COMMERCIALES Selon les principes énoncés par le décret n du 11 mai 1955, pris par le gouvernement français, en application de la loi n du 15 avril 1954 étendant aux territoires d outre-mer, au Togo et au Cameroun certaines dispositions du code de la santé publique relatives à l exercice de la pharmacie, texte en vigueur en Côte d Ivoire «les pharmaciens sont autorisés à constituer entre eux une société en nom collectif en vue de l exploitation d une officine ( ) Les pharmaciens sont également autorisés à constituer entre eux une société à responsabilité limitée en vue de l exploitation d une officine à condition que cette société ne soit propriétaire que d une seule officine, quel que soit le nombre de pharmaciens associés et que la gérance de l officine soit assurée par un ou plusieurs des pharmaciens associés, Journal Officiel de la République Française(a),1955». Il ressort de ce texte que les seules formes de sociétés en vue de l exploitation d une officine de pharmacie sont la SNC et la SARL ; et quant on intègre le fait que les Actes Uniformes OHADA autorisent la constitution de société commerciale par un associé unique, il en résulte que les SARL destinées à l exploitation d une officine peuvent résulter soit d un contrat soit de la volonté unilatérale d un associé unique, la pluralité d associés étant toujours exigée pour la constitution des SNC malgré l élargissement de la législation. Il en est autrement des autres domaines de la profession pharmaceutique puisque selon la réglementation en vigueur, «tout établissement de préparation ou de vente en gros, soit de drogues simples ou de produits chimiques destinés à la pharmacie et conditionnés en vue de la vente au poids médicinal, soit de compositions ou préparations pharmaceutiques doit appartenir à un pharmacien et peut également appartenir à une société à condition que soient pharmaciens, dans les sociétés anonymes le président et la moitié plus un des membres du conseil d administration ; dans les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés en commandite, tous les gérants ; dans les autres formes de sociétés tous les associés. Journal Officielle de la République Française, 1955(b)». Le capital de ces sociétés doit appartenir en majorité soit à un ou plusieurs

6 29 pharmaciens inscrits au tableau de l Ordre, soit à l Etat. Dans tous ces secteurs desquels il faut évidemment exclure les sociétés en participation et les sociétés de fait qui n ont pas de personnalité juridique, la place du pharmacien doit être prépondérante. 3. RESPONSABILITES ENGAGEES A L OCCASION DE LA PHARMACIE Dans les sociétés pharmaceutiques, la responsabilité personnelle du pharmacien sera recherchée de façon spécifique à l occasion des actes qu il pose en tant que pharmacien. Cette responsabilité est donc rattachée à sa fonction au sein de l entreprise. On parle de «pharmacien responsable» ; cette responsabilité sera détachée de celle de la personne morale qui l emploie. Au demeurant, le pharmacien d officine est celui qui du fait de sa relation quotidienne avec le malade engage directement sa responsabilité à l occasion de l exercice de sa profession. Dans tous les cas, le pharmacien commerçant engage dans l exercice de sa profession une quadruple responsabilité, civile, pénale, disciplinaire et commerciale. La mise en jeux de l une de ces responsabilités n exclut pas celle d une autre ; on dit que les responsabilités sont cumulatives et non alternatives. «La responsabilité civile régit les rapports d une personne avec une autre personne à laquelle cet acte a porté préjudice : l auteur est dit civilement responsable de cet acte lorsqu il est tenu de réparer le préjudice causé, généralement sous forme de dommages et intérêts ; la responsabilité civile correspond ainsi à une réparation, Tisseyre-Berry M., 1982 (a)». Cette responsabilité concerne le pharmacien titulaire qui exerce en son propre nom que les associés co-propriétaires qui exploitent l officine sous forme de société. La mise en œuvre de la responsabilité civile nécessite l existence d un préjudice causé par une faute du professionnel. «La responsabilité pénale régit les rapports du professionnel avec la société dont il a troublé l ordre. Le fait générateur de responsabilité est une infraction à un texte répressif. L auteur de l acte est frappé d une peine qui peut correspondre à une privation de biens (amende), à une privation de liberté (emprisonnement) ou à une privation de droit (par exemple interdiction d exercer la profession qui peut être prononcée comme peine annexe), Tisseyre-Berry M., 1982 (b)». Qu il s agisse de la matière pénale ou du domaine civil, le pharmacien peut engager sa responsabilité de son propre fait ou du fait de ses préposés (responsabilité pour autrui). Si les deux premières responsabilités sont des responsabilités de droit commun, la responsabilité disciplinaire résulte du jugement des pairs. Le pharmacien aura engagé sa responsabilité disciplinaire quand il aura enfreint une règle de déontologie pharmaceutique. L appréciation de la faute professionnelle se fait au cours d une chambre disciplinaire de l Ordre des pharmaciens qui est une véritable juridiction. Cette chambre disciplinaire ne peut prononcer, selon la loi n du 02 septembre 1960 portant création d un ordre national des pharmaciens de cote d ivoire, que les peines suivantes citées par ordre croissant de gravité (on parle d échelle des peines) : «réprimande, blâme avec inscription au dossier,interdiction temporaire ou définitive de servir une ou la totalité des fournitures faites à quelques titres que se soit aux établissements publics ou reconnus d utilité publique, au communes, au département ou à l Etat, interdiction temporaire d exercer avec une durée maximale de cinq ans, et enfin l interdiction définitive d exercer», Journal Officiel de la République de Côte d Ivoire, Enfin, en tant que commerçant inscrit au RCCM, le pharmacien engage sa responsabilité commerciale tant dans ses rapports avec d autres commerçants que dans ceux avec des non commerçants dans les conditions énoncées par les actes uniformes.

7 30 Les évolutions enregistrées par la profession pharmaceutique se sont accompagnées d une mutation des pratiques mêmes du pharmacien ; autrefois gardien du médicament chargé de réaliser des préparations magistrales et officinales en veillant aux doses, le pharmacien est aujourd hui de plus en plus celui qui est chargé de dispenser des spécialités modernes plus actives préparés dans des laboratoires de pays industrialisés. Sa responsabilité évolue, mais elle demeure, bien que de plus en plus complexe. Certains aspects de cette responsabilité illustrent bien cette évolution. C est le cas de la substitution en pharmacie en rapport avec la responsabilité du pharmacien d officine. En effet, au lendemain de la dévaluation du franc CFA, afin de favoriser l accessibilité des populations aux médicaments dans le cadre de la redynamisation de la politique des médicaments génériques, des ajustements de la réglementation pharmaceutique ont été rendues nécessaires. Ainsi au terme du décret n du 25 août 1994 fixant les conditions dérogatoires relatives aux règles de délivrance des prescriptions de produits pharmaceutiques par les pharmaciens, «les pharmaciens peuvent modifier une prescription sans l accord exprès et préalable de son auteur ( ) les pharmaciens peuvent délivrer un produit pharmaceutique, sous forme de générique ou de spécialité autre que celui prescrit, à condition que ledit produit remplissent simultanément les conditions suivantes : être composé des mêmes principes actifs,présenter la même forme galénique, posséder le même dosage, avoir un prix inférieur à celui prescrit», Journal Officiel de la République de Côte d Ivoire, Bien que la portée de cette mesure reste assez limitée sur le plan juridique en ce qui concerne l opposabilité de l ordonnance et le rapport médecin/pharmacien, puisque pour le législateur et le juge le pharmacien est toujours responsable de la dispensation du médicament et qu il lui appartient en dernier ressort de se prononcer sur DISCUSSION l opportunité d une prescription voire de refuser une délivrance lorsque l intérêt de la santé du patient lui parait l exiger (Fouasier, 2005), le droit de substitution constitue une certaine indépendance vis à vis des prescripteur et cette «émancipation s accompagne naturellement d un accroissement du niveau de responsabilité du pharmacien. En France, l intensification et la complexification croissante de la réglementation pharmaceutique met encore plus en évidence la responsabilité juridique du pharmacien : en 1995, pour la première fois, le nouveau code de la santé définit la dispensation : «le pharmacien doit assurer dans son intégralité l acte de dispensation du médicament, associant sa délivrance, l analyse pharmaceutique de l ordonnance si elle existe, la préparation éventuelle des doses à administrer, la mise à disposition des informations et les conseils nécessaires au bon usage du médicament. Il a le devoir particulier de conseil lorsqu il est amener à délivrer un médicament qui ne requiert pas une prescription médicale. Il doit par des conseils appropriés et dans le domaine de ses compétences participer au soutient apporté au patient» (Code de la santé publique, 2002). En janvier 2002 le décret n 2002/39 du 9 janvier 2002, JO du 10 janvier de France) met en place une véritable consultation pharmaceutique en faveur de la contraception d urgence des mineures en autorisant la délivrance sans ordonnance de contraceptifs après un interrogatoire minutieux. (Journal Officiel de la République Française, 2002) En Côte d Ivoire, comme d ailleurs dans bon nombre de pays africains, le caractère très problématique de l accessibilité aux structures de santé et au médecin du fait de la pauvreté des populations, a entraîné le développement considérable du conseil en officine, assimilée dans l esprit des patients à une véritable consultation. Même si le pharmacien consciencieux se contera de

8 31 prodiguer les conseils sollicités dans le respect de la législation en vigueur et avec le soucis constant du recours éventuel au médecin le cas échéant, il faut reconnaître que ce phénomène est bien de nature à accroître la responsabilité juridique du pharmacien non seulement de son propre fait, mais aussi du fait de ses préposés dans le cadre de la responsabilité pour autrui. C est pourquoi, il faut appeler à une plus grande conscience professionnelle de bon nombre de praticiens qui, en violation de la loi n du 31 juillet 1962 instituant un code de déontologie pharmaceutique en Côte d Ivoire, qui prescrit en son article 11 que «l exercice personnel de la pharmacie consiste pour le pharmacien à préparer et à délivrer lui-même des médicaments ou à surveiller attentivement l exécution de tous les actes pharmaceutiques qu il n accomplit pas lui-même»; Journal Officielle de la République de Côte d Ivoire, 1962». se rendent coupables d un absentéisme dangereux dans leurs officines, mettant en péril la santé des populations en les livrant à des collaborateurs souvent insuffisamment formés pour prendre en charge correctement les cas qui leur sont soumis. Dans les sociétés commerciales pharmaceutiques, la responsabilité spécifique des pharmaciens est de plus en plus recherchée, qu il s agisse de l implication de la société dans le développement de la vente illicite des médicaments (médicaments de la rue), ou qu il s agisse, concernant les fabricants, d un dysfonctionnement intervenu dans la gestion de la production au regard des normes de bonnes pratiques de fabrication (BPF). Toutes ces évolutions vont dans le sens d une valorisation des actes du pharmacien et devraient provoquer chez lui une meilleure prise de conscience de sa responsabilité. L ambivalence de la profession pharmaceutique (profession de santé et profession commerciale) s accompagne d un accroissement du niveau de responsabilité du pharmacien, qui est directe et visible lorsque celui-ci exerce à l officine. Le développement de la profession pharmaceutique et les mutations socioéconomiques intensifient et complexifient cette responsabilité mettant régulièrement le pharmacien face à des situations où sa responsabilité civile, pénale et disciplinaire sont régulièrement engagées, sans oublier le devoir d assumer sa commercialité, caractère souvent inséparable de ses devoirs de santé publique. CONCLUSION A l orée du troisième millénaire, le pharmacien doit nécessairement prendre conscience de toute sa responsabilité, non pas pur s inquiéter d une possible «judiciarisation» de son exercice, mais pour intégrer davantage la dimension juridique de ses actes pour mieux servir la santé publique. Plutôt que comme un faisceau de contraintes, cet accroissement de ses responsabilités doit être perçu par le pharmacien comme un moyen efficace visant à le protéger.

9 32 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Code de la santé publique (2002), Paris : Dalloz. 2. Foussier E. (2005) La responsabilité juridique dupharmacien Ed. Masson, Paris. 153 p. 3. Journal Officiel de la République Française (1954) Loi n du 15 avril 1954 étendant aux territoires d outre-mer, au Togo et au Cameroun certaines dispositions du code de la santé publique relatives a l exercice de la pharmacie en france. 4. Journal Officiel de la République Française (1955) Décret n du 16 août 1955 fixant les modalités d application de la loi n du 15 avril 1954 étendant aux territoires d outre-mer, au Togo et au Cameroun, certaines dispositions du code de la santé publique relatives à l exercice de la pharmacie. 5. Journal Officiel de la République de Côte d Ivoire (1960) Loi n du 02 septembre 1960 portant création d un ordre national des pharmaciens de Côte d Ivoire. 6. Journal Officiel de la République de Côte d Ivoire (1962) Loi n du 31 juillet 1962 instituant un code de déontologie pharmaceutique en Côte d Ivoire. 7. Journal Officiel de la République de Côte d Ivoire (1994) Décret n du 25 août 1994 fixant les conditions dérogatoires relatives aux règles de délivrance des prescriptions de produits pharmaceutiques par les pharmaciens. 8. Journal Officiel de la République Française (2002) Décret n 2002/39 du 9 janvier 2002, portant modalités de délivrance de contraceptifs aux mineures par le pharmacien dans le cadre de la contraception d urgence. 9. Tisseyre-berry M. (1982) Abrégé de législation et déontologie pharmaceutiques Ed Masson, Paris. 10. Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) (1998) Actes Uniformes relatifs au Droit commercial général. 11. Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) (1998) Actes Uniformes relatifs aux sociétés commerciales.

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

Code de déontologie des pharmaciens

Code de déontologie des pharmaciens code de déontologie Code de déontologie des pharmaciens Code de la santé publique Quatrième partie : Professions de santé Livre II : Profession de la pharmacie Titre III : Organisation de la profession

Plus en détail

Droit des sociétés 2015/16. Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland

Droit des sociétés 2015/16. Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland Droit des sociétés 2015/16 Elise Grosjean-Leccia Christiane Lamassa Marie-Claude Rialland Dans la même collection Auto-entrepreneur 2015/2016 Droit de l immobilier 2015/2016 Droit des assurances 2015/2016

Plus en détail

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1 Introduction : L entreprise est une entité économique qui implique la mise en œuvre des moyens humains et matériels en vue de la production ou de la distribution des richesses. Certes, étant une structure

Plus en détail

LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE

LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE LES CONDITIONS JURIDIQUES D EXERCICE D UNE ACTIVITE COMMERCIALE Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE Révision : 1/02/08 Impression : 8/02/08 GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE I. CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE Le Sénégal est, depuis le 18 septembre 1995, membre de l Organisation

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes La profession infirmière Elle est protégée par le Code de la santé publique. L exercice

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Algérie. Code des sociétés (livre 5 du code de commerce)

Algérie. Code des sociétés (livre 5 du code de commerce) Code des sociétés (livre 5 du code de commerce) Ordonnance du 26 septembre 1975 [NB - Cette version est à jour des textes suivants : le Décret législatif n 93-08 du 25 avril 1993 ; l Ordonnance n 96-27

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

Titre trentième: Du registre du commerce

Titre trentième: Du registre du commerce Titre trentième: Du registre du commerce A. But et organisation I. En général Art. 927 1 Chaque canton doit posséder un registre du commerce. 2 Les cantons sont libres d instituer des registres par district.

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Implantation au Maroc

Implantation au Maroc Implantation au Maroc I- Fonction du guichet d aide à la création d entreprises Le Guichet d aide à la création d entreprises est l interlocuteur unique de toutes les personnes qui veulent créer une entreprise,

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Chapitre 9 : La transformation de la SA

Chapitre 9 : La transformation de la SA Chapitre 9 : La transformation de la SA SECTION 1 : CONDITIONS GENERALES DE TRANSFORMATION DES SA... 2 A. OBJECTIFS... 2 B. FORMES ISSUES DE LA TRANSFORMATION... 3 1. La SA ne peut se transformer qu en

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

TITRE PREMIER. Forme Objet Dénomination sociale Durée Exercice social Siège

TITRE PREMIER. Forme Objet Dénomination sociale Durée Exercice social Siège LE SOUSSIGNE, Madame Huguette Banza Malengo, de nationalité congolaise, né à Kinshasa, demeurant au n 12 bis, de l Avenue Bobiladawa, Quartier Joli parc, Commune de Kintabo à Kinshasa, République démocratique

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

REVUE DU DROIT DES AFFAIRES EN AFRIQUE (RDAA) Editée par

REVUE DU DROIT DES AFFAIRES EN AFRIQUE (RDAA) Editée par CONDITIONS DE VALIDITE DU CUMUL D UN MANDAT SOCIAL ET D UN CONTRAT DE TRAVAIL SELON L ACTE UNIFORME SUR LE DROIT DES SOCIETES Par Momoya SYLLA, Juriste Consultant 1 Sommaire Résumé en français et en anglais

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

3. La société en commandite simple (SCS) III

3. La société en commandite simple (SCS) III 3. La société en commandite simple (SCS) III 3.1. DÉFINITION La société en commandite simple est celle que contractent un ou plusieurs commandités et un ou plusieurs commanditaires. 3.2. CONSTITUTION 3.2.1.

Plus en détail

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs.

5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. 5 janvier 1973. LOI 73-013 portant obligation de l assurance de responsabilité civile en matière d utilisation des véhicules automoteurs. Art. 1er. Aux termes de la présente loi, on entend par: 1. Véhicule

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun.

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. Mme Roumanoff Droit du travail Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. En droit du travail il y a une différence entre personne

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

Sénégal. Réglementation bancaire

Sénégal. Réglementation bancaire Réglementation bancaire Loi n 90-06 du 26 juin 1990 Titre 1 - Généralités Art.1.- La présente loi s applique aux banques et établissements financiers exerçant leur activité sur le territoire de la République

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés 1 re partie Les règles juridiques communes à toutes les sociétés Titre 1 Création de la société Chapitre 1 Les conditions du contrat de société Chapitre 2 Les formalités de constitution Chapitre 3 Les

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS Sources : F. LEFEBVRE «associations» Code civil Code pénal Code du commerce Code du sport Livre des procédures fiscales AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre?

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? En droit, on considère qu il y a remplacement lorsqu un infirmier

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

OHADA Acte uniforme relatif au droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d Intérêt Economique

OHADA Acte uniforme relatif au droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d Intérêt Economique Acte uniforme relatif au droit des Sociétés Commerciales et du Groupement d Intérêt Economique Acte adopté le 17 avril 1997 et paru au JO n 2 du 1 er octobre 1997 Sommaire Partie 1 - Dispositions générales

Plus en détail

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions.

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions. LONGNEAUX, Jean-Michel, Institution de soins, euthanasie et liberté thérapeutique, in "Rapport des travaux de la Commission d'éthique de la FIHW" 2001-2002, annexe 4, pp.16. 1.- La problématique En milieu

Plus en détail