La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)"

Transcription

1 La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions: Signal analogique: Un signal analogique a son amplitude qui varie de façon continue au cours du temps. Tous les niveaux dans un domaine donné sont permis. C'est le cas de pa plupart des paramètres de la physique classique (température, pression, vitesse ). Signal échantillonné: Un signal échantillonné ne prend une valeur qu'à des intervalles de temps réguliers. L'intervalle de temps entre deux prises d'échantillons est appelé pas d'échantillonnage et l'inverse fréquence d'échantillonnage. Plus cette fréquence sera élevée plus on se rapprochera du signal analogique. Signal logique: Un signal logique voit son amplitude varier de façon discrète au cours du temps. Les seuls niveaux autorisés correspondent aux états logiques "0"et "1". C'est le signal de base de l'électronique numérique. C'est à partir de lui qu'on compose un signal numérique. Signal numérique: Un signal numérique est représenté par un nombre binaire ("mot binaire"), constitué d'un ensemble de signaux logiques formant les éléments binaires du mot ("bits"). Ce mot représentera la valeur du signal aux instants imposés par l'échantillonnage. Pour obtenir un signal numérique, on doit donc échantillonner un signal analogique puis quantifier l'amplitude (celle-ci prendra d'autant plus de valeurs différentes autorisées qu'elle sera codée sur un grand nombre de bits). Il y a donc quantification en temps et en amplitude.

2 La différence entre le signal réel et le signal numérisé est appelé bruit de quantification et il est inévitable. En revanche, on comprend bien que plus la fréquence d'échantillonnage sera élevée, et plus l'amplitude sera codée sur un grand nombre n de bits, moins ce bruit sera conséquent (il est important sur la figure car on a choisi un cas où cet effet est nettement visible). On définit d'ailleurs la résolution numérique par 1 r = n 2 On cherchera à ce que r soit le plus petit possible. A titre d'exemple, si on cherche à numériser un signal périodique de fréquence f = 1 khz et d'amplitude comprise entre 0 et 10V, avec un pas d'échantillonnage en amplitude de 10 mv et 100 points par période, alors on doit travailler à une fréquence d'échantillonnage f ech =100 khz et coder l'amplitude sur n bits avec n = 10 soit un codage sur au moins 14 bits. Convertisseur Analogique-Numérique: C'est le système léectronique qui permet de transformer un signal analogique en signal numérique. Il est indispensable de réaliser cette transformation avant d'envoyer le signal aux calculateurs numériques (microprocesseurs ) Convertisseur Numérique-Analogique: C'est le dispositif électronique qui permet de transformer un signal numérique en signal analogique. Il est indispensable, notamment en sortie d'un calculateur numérique, quand on cherche à exploiter le résultat du calcul pour agir sur le système physique, qui par nature est analogique. Par la suite, nous allons détailler différentes structures utilisées pour réaliser des CAN et des CNA. I.2 Intérêts des signaux numériques. Considérons la chaîne d'action suivante: Comme nous venons de le voir, les paramètres physiques étudiés en physique classique évoluent de façon analogique. Il peut donc paraître à priori surprenant de chercher à les numériser et ce, d'autant plus que l'action sur les systèmes physiques demande toujours, pour finir, une action de type analogique. Pourtant, il est de plus en plus fréquent de rencontrer, dans les systèmes de mesure et de contrôle des chaînes d'action mettant en jeu un CAN afin

3 de pouvoir recueillir, traiter, transformer et exploiter les images électriques des paramètres utiles puis un CNA afin de fournir au système à contrôler une réponse analogique adaptée. L'emploi de cette procédure de traitement de l'information est lié au fait que la mémorisation (ROM, RAM, CD, DVD ) et le traitement évolué (microprocesseur, microcontrôleur ) des signaux est beaucoup plus simple en numérique qu'en analogique. De plus on peut réaliser des opérations beaucoup plus complexes. En outre, les signaux numériques ont l'avantage d'être beaucoup moins sensibles au bruit (on code sur deux états correspondant à des intervalles de tension). Ceci est important en traitement de données, en télécoms Suite à leur développement dans de très nombreuses applications, les systèmes numériques sont de plus en plus puissants, de moins en moins coûteux au regard des services rendus, et demandent souvent moins de savoir faire à la mise en œuvre que la plupart des systèmes analogiques (ça marche, ou ça ne marche pas ). Cependant, le fait de transformer deux fois le signal prend du temps NB: Par la suite, nous allons détailler la structure de CNA et de CAN. On ne réalise jamais ces structures soi-même mais on utilise des composants dans lesquels les fonctions décrites sont intégrées. II. Conversion Numérique-Analogique. Nous allons commencer par nous intéresser à la chaîne de retour du schéma précédent. Ils sont construits à partir de réseaux de résistances. II.1. Les CNA à réseau de résistances pondérées (R, 2R, 4R, 2 n.r). Le montage comporte un amplificateur opérationnel fonctionnant en régime linéaire associé à un réseau de résistances pondérées et à des interrupteurs commandés par les variables logiques du signal à transformer. Nous allons nous intéresser au cas d'un convertisseur 4 bits (dans la réalité, les signaux sont codés sur un plus grand nombre de bits pour avoir une résolution correcte ). Il nous faut donc les résistance R, 2R, 4R et 8R que l'on associe à un amplificateur inverseur. Les interrupteurs sont commandés par les signaux logiques représentant chacun des bits (a 0, a 1, a 2, a 3 ) du mot logique représentant l'amplitude du signal à convertir à un instant donné. Quand le bit d'entrée est à 1, l'interrupteur est passant et le potentiel à l'entrée de la résistance considérée est -U cc. La résistance est traversée par un courant qui dépend de sa propre valeur. En revanche, si le signal logique vaut 0, l'interrupteur est ouvert, la borne gauche de la résistance est dans le vide. Celle-ci n'est pas traversée par le moindre courant.

4 On peut donc écrire la valeur de la tension de sortie comme: a 0 a1 a 2 a 3 R'.U cc u s = R'.U cc.( ) =.(2.a a a a 3) 8R 4R 2R R 8R avec les variables a i valant 0 ou 1. La tension de sorte est donc multiple du nombre représenté par le code binaire. Ce rapport dépend de la tension U cc et des résistance du montage. Le rapport entre les résistance du réseau doit être scrupuleusement respecté pour que l'on ait une valeur de tension de sortie représentant correctement le mot binaire. rq: Dans la pratique, il est très difficile de réaliser un tel réseau de résistance. En effet, réaliser des résistances identiques ne pose pas de problème, mais réaliser des résistances ayant un rapport de valeur précis est très difficile en pratique. Ces structures seraont inadaptées si on veut travailler sur un grand nombre de bits comme c'est le cas dans les convertisseurs usuels. II.2. CNA à réseau de résistances (R-2R). Il est technologiquement possible de réaliser des séries de résistances intégrées identiques. Obtenir une série de résistances de valeurs doubles est également possible (beaucoup moins qu'un rapport 4, 8 et plus). On va donc associer un réseau de résistances (R-2R) à un amplificateur opérationnel monté en inverseur. Les signaux logiques représentant les différents bits du code binaire de l'amplitude rendent l'interrupteur sur lequel ils arrivent passant quand ils valent 1 et ouvert quand ils valent 0. La résistance 2R reliée à l'interrupteur (i) ont leur borne basse au potentiel a i.u cc ou a i est le i ème bit du mot à convertir. Par application successive du théorème de Thévenin (en partant de la gauche), on peut montrer que R'.U cc =.(2.a + 2.a + 2.a 2.a ) u s R.2 Cette tension est bien multiple de nombre codé en binaire. Pour obtenir un CNA destiné à convertir des mots logiques comportant un plus grand nombre de bits, il suffit d'augmenter le nombre de résistances R et 2R ainsi que le nombre

5 d'interrupteurs, ce qui pose moins de problèmes que pour réaliser un réseau de résistance pondérées avec des rapports importants. rq: Il existe d'autres structures de CNA qui ne sont pas conçues à partir de réseaux de résistances (convertisseurs à rapport cyclique variable par exemple ). Ils sont plus économiques que les CNA à réseaux de résistances mais moins rapides. Leur principe de fonctionnement est le suivant: ils génèrent un signal rectangulaire de fréquence fixe, mais de rapport cyclique variable, proportionnel au nombre à convertir. On récupère en sortie la valeur moyenne du signal. II.3. Caractéristiques des CNA. La résolution d'un CNA est liée au nombre de bits des signaux d'entrée. Plus ce nombre sera élevé, plus la résolution sera fine. La précision d'un CNA est représentée par différents paramètres d'erreur. L'erreur pleine échelle qui est l'écart maximal en % entre la sortie du CNA et la valeur attendue (on ramène à l'échelle de tension de sortie maximale pour déterminer ce que cela représente en volts). L'erreur de linéarité représente l'écart relatif (% de l'excursion maximale) entre le pas de progression réel et le pas attendu. Pour les CNA usuels, ces erreurs relatives sont de l'ordre de 0,01% et peuvent être encore plus faibles pour les CNA de meilleur qualité (0,001%). La vitesse de fonctionnement d'un CNA est caractérisée par le temps d'établissement. Ce temps représente la durée qui sépare le passage de la tension de sortie de 0 à sa valeur maximale (quand le mot binaire voit tous ses bits initialement à 0 passer à 1). II.4. Application des CNA: Comme nous l'avons dit en introduction, les CNA vont être utilisés en régulation numérique, pour fournir au système à commander le signal résultant de calculs effectués sur les grandeurs précédemment acquises et numérisées. Mais plus globalement, on les trouvera partout ou un signal numérique stocké dans une mémoire doit être restitué sous forme analogique pour être utilisé (lecture de CD, carte de génération de signaux, ). III. Conversion Analogique Numérique. Nous allons maintenant nous intéresser à la façon de transformer un signal analogique (récupéré en sortie d'un capteur) en signal numérique afin de pouvoir le traiter sous cette forme. Nous allons dans un premier temps nous intéresser à la mise en forme du signal pour le rendre numérisable (utilisation d'un échantillonneur bloqueur) puis nous présenterons différentes méthodes pour réaliser la conversion proprement dite. III.1. Echantillonneur bloqueur. La conversion analogique numérique impose de maintenir le signal d'entrée constant pendant la conversion. Pour cela, on utilise un dispositif appelé échantillonneur-bloqueur

6 qui permet d'effectuer cette opération à intervalles de temps réguliers. Le système est composé d'un interrupteur, d'une capacité et d'un amplificateur opérationnel fonctionnant en suiveur (tensions d'entrée et de sortie identiques et impédance d'entrée très élevée). Son schéma de principe est donné sur la figure suivante: Le signal u H est un signal en créneaux. Quand il est positif, l'interrupteur est passant et la capacité se charge à la valeur imposée par u. La tension u e suit la même évolution. Quand u H est nul, l'interrupteur est ouvert et la tension de sortie u e conserve la valeur prise lors de la phase précédente. En prenant l'exemple d'un signal u de forme triangulaire, on a une réponse de la forme suivante: La différence entre u et u e sera d'autant plus négligeable que la fréquence de u H sera élevée par rapport à celle du premier harmonique de u. La tension u e est celle qui va être utilisée en entrée du convertisseur proprement dit. Les convertisseurs intégrés comportent ce dispositif en entrée. III.2. CAN à rampes. Le principe de ce type de compteur est le suivant. Le mot logique est généré par comptage et est proportionnel à la tension d'entrée. Le principal défaut de ces structure est une durée de conversion élevée qui dépend de l'amplitude de la grandeur à convertire. III.2.1. CAN simple rampe. Nous allons considérer la structure suivante:

7 On suppose que u e est constant durant la conversion (normal puisqu'il sort de l'échantillonneur-bloqueur. Les comparateurs sont alimentés pour prendre les valeurs 0 (valeur logique 0) ou +V sat (valeur logique 1) en sortie. La variable logique a vaut 0 quand u e est supérieure à la tension délivrée en sortie du générateur de rampes u r et 1 sinon. De même, la variable logique b vaut 1 quand la rampe est positive et 0 quand elle est négative. Compte tenu de la réponse du OU exclusif, la variable logique c vaut 1 quand a et b sont différents.(donc quand [u r <0 et u e <u r ] ou quand [u r >0 et u e >u r ]). La tension u s ne correspond à un niveau 1 que quand c vaut 1 et que l'horloge est à niveau haut. Pour le second cas énoncé, cela donne les chronogrammes suivants: Le compteur va s'incrémenter entre t 0 et t 1, un nombre de fois égal au nombre de fronts montants de u s qui dépend de la durée de l'intervalle de temps [t 0,t 1 ] qui dépend de l'amplitude de u e et de la pente des rampes. Le fruit du comptage donne la valeur numérisée de l'amplitude et la variable b logique donne le signe. Si T c est la période d'horloge, alors le nombre N d'impulsion qui représentera le nombre codé est donné par: Tr N =.u e 2.E.T c N est bien proportionnel à u e. rq: Le montage précédent comporte un nombre important de défauts. En effet, le nombre N dépend notamment de la pente des rampes, de la période du signal d'horloge et d'éventuelles fluctuations dues au bruit. rq: pour que ce système marche, il faut que la fréquence d'horloge soit beaucoup plus élevée que celle du générateur de rampe. rq: plus le compteur comporte d'états différents plus la résolution sera élevée.

8 III.2.2. CAN double rampe. Nous allons essayer de corriger certains défauts du montage précédent en proposant une nouvelle structure: Pour comprendre le fonctionnement de ce système, on va décomposer la procédure de mesure en 4 étapes. Phase 1: La logique de commande impose que K 1 est fermé alors que K 2 et K 3 sont ouverts. Cette phase est de durée fixée égale à t 1 ce qui correspond à N 1 cycles d'horloge (t 1 =N 1.T c ). Si on suppose que u e est constante durant la numérisation, et sachant qu'elle est intégrée, on a, entre t = 0 et t = t 1. u e u e u i =.t et notamment u i (t1) =.N1. Tc R.C R.C Phase 2: La logique de commande impose que K 1 s'ouvre alors que K 2 et K 3 se ferment. Cette fois, on intègre la tension E jusqu'à ce que u i s'annule à l'instant t = t 2. Pendant cette phase, on a E N1.Tc u i =.(t t1). u e R.C R.C Sachant que u i (t 2 ) = 0, on a N1.Tc t 2 t1 =. u e E Pendant cette phase, le compteur compte et s'incrémente n fois ce qui signifie que t 2 t1 = N. Tc On a donc N N = 1. u e E ce résultat est bien proportionnel à u e et ne dépend plus ni de la fréquence d'horloge, ni de la pente des rampes (juste du nombre de cycles d'horloge dans la première rampe qui est une grandeur discrète et donc peu fluctuante). De plus, u e étant intégrée, elle est moins sensible au bruit que dans le cas précédent. Phase 3: La logique de commande impose l'ouverture de tous les interrupteurs et la valeur N en sortie du compteur est envoyée en sortie.

9 Phase 4: La logique de commande impose la remise à 0 du compteur. On peut commencer une nouvelle numérisation. Les chronogrammes sont résumés sur la figure suivante: rq: La relation entre l'entrée et la sortie ne dépend pas des composants R et C. III.3. CAN à approximations successives C'est un dispositif fréquemment utilisé. Sa structure est plus complexe que celles données précédemment, mais son temps de conversion est beaucoup plus court, qui ne dépend pas de la valeur d'entrée, contrairement aux deux montages précédents. Dans cette structure, on va réaliser des comparaisons successives entre l'entrée et la sortie fabriquée, jusqu'à ce que cette dernière corresponde à l'entrée, au pas de mesure près. Le mot binaire représentant l'entrée va être fabriqué bit après bit en commençant par le bit de poids fort (plus rapide en moyenne). Le schéma de principe de ces convertisseurs est donné sur la figure suivante: Le système commence avec toutes les sorties du registre à 0. La logique de commande impose le bit de poids fort du registre à 1. La donnée en sortie du registre est convertie par le CNA et comparée avec la grandeur d'entrée. Suivant le résultat de la comparaison, ce bit est conservé ou remis à 0. On passe alors au bit de poids inférieur qui est lui aussi mis à 1. Ceci conduit à une nouvelle valeur en sortie du CNA comparée à l'entrée. Comme précédemment, on conserve de bit à 1 ou non suivant la comparaison. On recommence ainsi pour tous les bits jusqu'à celui de poids faible. Quand tous les bits ont été testés et que le mot binaire représentant l'entrée est complet, la logique de commande active FDC qui indique que le résultat est prêt. On peut alors lire le registre. On remarque que le nombre binaire correspond au palier juste au-dessus de la valeur d'entrée.

10 Le traitement de chaque bit demande un cycle d'horloge. Pour un convertisseur N bits, la conversion va donc durer N cycles d'horloge, ce qui est indépendant de la valeur à convertir. III.4. CAN "flash". C'est une structure qui présente l'avantage d'être très rapide, puisque la rapidité de la conversion dépend de la vitesse de commutation des comparateurs et des temps de propagation dans le circuit combinatoire. La sensibilité sera d'autant plus grande que le nombre de comparateurs et de résistances sera important. C'est une des limite du système Plus on veut pouvoir représenter d'état différents plus on devra augmenter le nombre de sortie. Pour expliquer cette structure, on a choisi un système sans grand intérêt pratique, mais qui reste simple à dessiner. La sortie peut prendre 6 états différents ce qui impose au moins trois sortie pour pouvoir les prendre tous en compte. L'entrée u e est comparée aux tensions E, 4E/5, 3E/5, 2E/5 et E/5. Si on appelle (s 1,s 2,s 3,s 4,s 5 ) les sorties respectives des convertisseurs (C 1, C 2,C 3,C 4,C 5 ) et que les valeurs possibles, en sortie des comparateurs sont 0 et V cc, correspondant respectivement aux valeurs logiques 0 et 1, alors, on peut dresser le tableau suivant, où N = (a 2,a 1,a 0 ) est la valeur binaire de la donnée convertie: états de l'entrée s 4 s 3 s 2 s 1 s 0 N a 2 a 1 a 0 0V<u e <1V V<u e <2V V<u e <3V V<u e <4V V<u e <5V V<u e

11 On peut donc définir, à partir de ce tableau le circuit logique combinatoire qui transforment les sorties des comparateurs en signal binaire correspondant au niveau de tension d'entrée. On trouve a 0 = s4 + s2.s 3 + s0. s1 ; a 1 = s1. s3 ; a 2 = s3 rq: Compte tenu du nombre de comparateurs choisi, la résolution est de E/5 ce qui est nettement insuffisant en pratique. Il est donc nécessaire de travailler avec un plus grand nombre de comparateurs pour avoir un convertisseur "flash" correct.

Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006

Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006 Notes de cours Philippe RAYMOND Novembre 2006 1 Traitement du signal la numérisation Numériser un signal analogique (donc continu), c est le discrétiser sur deux dimensions : le temps et l'amplitude. 2

Plus en détail

- Instrumentation numérique -

- Instrumentation numérique - - Instrumentation numérique - I.Présentation du signal numérique. I.1. Définition des différents types de signaux. Signal analogique: Un signal analogique a son amplitude qui varie de façon continue au

Plus en détail

CONVERSION ANALOGIQUE NUMÉRIQUE ET NUMÉRIQUE ANALOGIQUE 1. CHAÎNE DE TRAITEMENT NUMÉRIQUE D'UNE GRANDEUR PHYSIQUE.

CONVERSION ANALOGIQUE NUMÉRIQUE ET NUMÉRIQUE ANALOGIQUE 1. CHAÎNE DE TRAITEMENT NUMÉRIQUE D'UNE GRANDEUR PHYSIQUE. 1. CHAÎNE DE TRAITEMENT NUMÉRIQUE D'UNE GRANDEUR PHYSIQUE. CAN: ve ℝ Nb=ent [ ve t v MIN ] ℕ Application de ℝ vers ℕ r ve(t) grandeur analogique, ent, partie entière. r résolution LSB ou quantum q =q=

Plus en détail

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information?

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information? I- Chaîne d information I.1 Généralités Dans un ballon-sonde, on trouve des capteurs (température, luminosité, pression ) plus ou moins sophistiqués. Nous allons voir que pour un problème technique identique

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

LE TRAITEMENT ANALOGIQUE

LE TRAITEMENT ANALOGIQUE LES AUTOMATISMES LE TRAITEMENT ANALOGIQUE GJC Lycée L.RASCOL 10,Rue de la République BP 218. 81012 ALBI CEDEX SOMMAIRE BUT LES CAPTEURS LES ACTIONNEURS Commande proportionnelle Commande continue LA CONVERSION

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

CONVERTISSEURS NA ET AN

CONVERTISSEURS NA ET AN Convertisseurs numériques analogiques (xo Convertisseurs.doc) 1 CONVTIU NA T AN NOT PLIMINAI: Tous les résultats seront exprimés sous formes littérales et encadrées avant les applications numériques. Les

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Convertisseurs Analogique/Numérique et Numérique/Analogique

Convertisseurs Analogique/Numérique et Numérique/Analogique UV P10- Convertisseurs Analogique/Numérique et Numérique/Analogique Juin 00 Institut National des Sciences Appliquées de Rouen -1- Sommaire UV P10-... 1 Convertisseurs Analogique/Numérique et Numérique/Analogique...

Plus en détail

Traitement du Signal

Traitement du Signal Traitement du Signal James L. Crowley Deuxième Année ENSIMAG première Bimestre 2001/2002 Séance 4 : 12 octobre 2001 Bruits d'echantillonage et de Quantification Formule du Jour :... 1 La Transformée de

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Régler les paramètres de mesure en choisissant un intervalle de mesure 10µs et 200 mesures.

Régler les paramètres de mesure en choisissant un intervalle de mesure 10µs et 200 mesures. TP Conversion analogique numérique Les machines numériques qui nous entourent ne peuvent, du fait de leur structure, que gérer des objets s composés de 0 et de. Une des étapes fondamentale de l'interaction

Plus en détail

1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire. On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL082 alimenté sous ± 12V.

1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire. On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL082 alimenté sous ± 12V. G. Pinson - Physique Appliquée Fonction amplification A1-TP / 1 A1 - Fonction amplification 1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL08 alimenté

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT.

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT. TP n 8 : obtention des spectres de signaux usuels. But du TP : ce huitième TP de BTS SE a pour but l'étude de la manière d'obtenir le spectre d'un signal sinusoïdal et carré avec un rapport cyclique variable.

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Chaîne de mesure et acquisition de données

Chaîne de mesure et acquisition de données 1 Chaîne de mesure et acquisition de données Sommaire 2 A La chaîne d acquisition de données p 3 I Description de la chaîne d acquisition de données p 4 II Emplacement de la chaîne d'acquisition p 11 III

Plus en détail

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..) Plan 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..)

Plus en détail

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Guénael Launay Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Convertisseur analogique numérique analogique. 3 Convertisseur analogique numérique 3 Convertisseur numérique analogique 3 Théorie

Plus en détail

CARTE A PUCE SLE 4432

CARTE A PUCE SLE 4432 Présentation générale : CARTE A PUCE SLE 4432 La carte SLE4442 est composée de 256 octets d EEPROM constituant la mémoire et de 32 bits (4 octets) de mémoire protégée de type PROM. La mémoire est effacée

Plus en détail

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction

ELP 304 : Électronique Numérique. Cours 1 Introduction ELP 304 : Électronique Numérique Cours 1 Introduction Catherine Douillard Dépt Électronique Les systèmes numériques : généralités (I) En électronique numérique, le codage des informations utilise deux

Plus en détail

Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction

Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction Depuis une vingtaine d années, le traitement numérique des données prend le pas sur les approches purement analogiques. Le recours

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN)

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) 1/5 Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Objectifs : Reconnaître des signaux de nature analogique et des signaux de nature numérique Mettre en

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

Les différents codes utilisés en électronique

Les différents codes utilisés en électronique Section : Technicien Supérieur Electronique Discipline : Génie Electronique Les différents codes utilisés en électronique Domaine d application : Traitement des signaux numériques Type de document : Cours

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

U c U n U 3 I 3. Hacheur

U c U n U 3 I 3. Hacheur G. Pinson - Physique Appliquée Alimentation à découpage 2-TP / 1 2 - ALIMENTATION À DÉOUPAGE Sécurité : manipulation réalisée en TBTS. Principe : générateur de tension (U ) réglable (par ) et régulée,

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 Calculatrice et Objets communicants interdits Les valeurs numériques seront considérées justes à 10

Plus en détail

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 Fonctions La carte Mermoz est un système électronique qui se charge d enregistrer et de dater des mesures de tension. Elle peut être utilisée pour une large variété

Plus en détail

Technique de codage des formes d'ondes

Technique de codage des formes d'ondes Technique de codage des formes d'ondes Contenu Introduction Conditions préalables Conditions requises Composants utilisés Conventions Modulation par impulsions et codage Filtrage Échantillon Numérisez

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

CH 3 : CARTE MULTIFONCTIONS

CH 3 : CARTE MULTIFONCTIONS CH 3 : CARTE MULTIFONCTIONS Phénomène physique : Température Pression, Débit, Intensité lumineuse, Déplacement Grandeur électrique : Tension, Courant, Résistance, Capacité Capteur Conditionnement Numérisation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002. E p r e u v e : P H Y S I Q U E A P P L I Q U É E

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002. E p r e u v e : P H Y S I Q U E A P P L I Q U É E BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉLECTRONIQUE SESSION 2002 Calculatrice à fonctionnement autonome autorisée (circulaire 99-186 du 16.11.99) E p r e u v e : P H Y S I Q U E P P L I Q U É E Durée : 4 heures

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu :

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : TRANSMETTEURS EN INSTRUMENTATION Transmetteurs aux SIGNAUX ANALOGIQUES STANDARDS Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : Capteur Transmetteur Régulateur PROCESSUS Actionneur Signal

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1.

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1. Mémoires RAM 1. LOGIUE STATIUE ET LOGIUE DYNAMIUE Le point mémoire est l élément de base, capable de mémoriser un bit. Il y a deux approches possibles. L approche statique est fondée sur la l'utilisation

Plus en détail

Dimensionnement d'un vérin électrique

Dimensionnement d'un vérin électrique Dimensionnement d'un vérin électrique Problématique Pour restituer les mouvements (et les accélérations) d'un vol par exemple, une solution classique est l'architecture appelée plate-fome Stewart. Celle-ci

Plus en détail

PROPOSITION D UNE FORMATION CONTINUE POUR LES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

PROPOSITION D UNE FORMATION CONTINUE POUR LES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PROPOSITION D UNE FORMATION CONTINUE POUR LES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Mise en œuvre rapide de chaînes d acquisition / transmission du signal à l aide d un système «on chip»

Plus en détail

Chapitre 23 ELECTROTHERMIE

Chapitre 23 ELECTROTHERMIE Chapitre 23 ELECTROTHERMIE 1 Automate TSX Micro : Entrées analogiques... 2 1.1 Rappels... 2 1.2 Les capteurs analogiques... 2 1.3 Chaine d acquisition de données... 3 1.4 Fonction du module d entrée analogique...

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES Université Paul Sabatier TP Physique du Tronc Commun de CIMP Introduction Travaux Pratiques d Electronique ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES D UNE AUTOMOBILE EN CAS D OBSCURITE L électronique est un secteur

Plus en détail

Electricité-Electronique

Electricité-Electronique Chapitre 1 Electricité-Electronique Question 1. A. Dans les conditions normales de température et de pression, la vitesse de propagation du son dans le vide est voisine de 300 000 km/s Faux : D'une part

Plus en détail

MET_TE1 Station météorologique : Mesure de température Partie 1 G.COLIN

MET_TE1 Station météorologique : Mesure de température Partie 1 G.COLIN MET_TE Station météorologique : Mesure de température Partie G.COLIN Présentation Dans le cas de la station météo, on envisage différentes solutions pour mesurer la température. Dans ce premier TP, on

Plus en détail

Traitement numérique du signal

Traitement numérique du signal Nº 754 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 707 Traitement numérique du signal par J. ESQUIEU Lycée de Brive 1. TRAITEMENT Le traitement numérique du signal consiste à agir sur le signal à partir d échantillons

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel L'OSCILLOSCOPE. FONCTION DE L'OSCILLOSCOPE. L'oscilloscope permet le tracé, sur le repère orthonormé d'un écran, de la courbe représentative d'une fonction v = f(t) - v est l'amplitude instantanée du signal

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

EP 2 104 010 A1 (19) (11) EP 2 104 010 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 23.09.2009 Bulletin 2009/39

EP 2 104 010 A1 (19) (11) EP 2 104 010 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 23.09.2009 Bulletin 2009/39 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 4 0 A1 (43) Date de publication: 23.09.09 Bulletin 09/39 (1) Int Cl.: G0B 9/03 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 0914411.4 (22) Date de dépôt: 0.03.09 (84) Etats

Plus en détail

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex

U. E. R SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG. Bâtiment 200-91405 ORSAY Cedex 1 T P-i. oc i LAIVUTS 1 J-13 October SYSTEME DE TESTS AUTOMATIQUES AVEC UN OSCILLOSCOPE NUMERIQUE + PC M. AGERON, A. HRISOHO, C. NGUYEN, K. TRUONG U. E. R de l'université Paris-Sud Institut National de

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

La chaîne d'information

La chaîne d'information Chapitre 2 La chaîne d'information 2.1 Concept de traitement de l'information La conversion d'une grandeur à mesurer G m en une grandeur physique S d par un capteur ne sut pas car ce signal S d est généralement

Plus en détail

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU Session 2013 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 Sciences Physiques U-32 PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Matériel autorisé : - Toutes les

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 Le schéma de principe d'un multimètre numérique est donné ci-dessous Il met en œuvre un montage comparateur (dont le rôle sera défini

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Concours d entrée en Ingénierie, 2012

Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Nom : Prénom : Test des connaissances professionnelles en électricité-électronique TCP-E Durée : 3 heures 1. Cocher la réponse exacte 1 En continu, une capacité se

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0011466A1* (11) EP 1 146 6 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (1)

Plus en détail

Les Mémoires. Electronique des Composants & Systèmes. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI. Dr. Kitouni I.

Les Mémoires. Electronique des Composants & Systèmes. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI. Dr. Kitouni I. Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri Faculté des NTIC Département MI Electronique des Composants & Systèmes Les Mémoires Cours de L1 - TRONC COMMUN DOMAINE MATHEMATIQUES INFORMATIQUE 2015-2016 Dr.

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE TECHNIQUES DE LA MUSIQUE ET DE LA DANSE SESSION 2011 SCIENCES PHYSIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE TECHNIQUES DE LA MUSIQUE ET DE LA DANSE SESSION 2011 SCIENCES PHYSIQUES BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE TECHNIQUES DE LA MUSIQUE ET DE LA DANSE SESSION 2011 SCIENCES PHYSIQUES L usage des instruments de calcul et de dessin est autorisé selon les termes de la circulaire 99-186 du

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115 Bibliographie sur le cours UMSIE115 Auteurs Titre Editeur D. BATTU Télécommunications, Principes, Infrastructures et services Dunod Informatiques P. LECOY Technologie des Télécoms Hermes C. SERVIN Télécoms

Plus en détail

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI Les Capteurs Table des matières 1. Introduction...2 2. Les capteurs analogiques...3 2.1. Les capteurs potentiométriques...3 3. Les capteurs numériques...3 3.1. Les codeurs rotatifs...3 3.2. Le codeur incrémental...4

Plus en détail

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Université de Bourgogne Faculté Mirande Rapport de projet Licence Electronique, Signal et Image Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Sébastien Jeanniard Guillaume Lemaître Novembre

Plus en détail

Processeurs et Architectures Numériques. Introduction et logique combinatoire

Processeurs et Architectures Numériques. Introduction et logique combinatoire Processeurs et Architectures Numériques Introduction et logique combinatoire Objectifs du cours Connaitre les fonctions de base de l électronique numérique Comprendre la logique combinatoire et synchrone

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB Appareil de mesure de précision et système d'alarme en sécurité positive Module enfichable pour rail DIN TS35 Source d'alimentation pour accéléromètre à courant

Plus en détail

LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS. I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule

LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS. I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule I Les principaux capteurs dans un véhicule Quels sont les

Plus en détail

I GENERALITES SUR LES MESURES

I GENERALITES SUR LES MESURES 2 Dans le cas d intervention de dépannage l usage d un multimètre est fréquent. Cet usage doit respecter des méthodes de mesure et des consignes de sécurité. 1/ Analogie. I GENERALITES SUR LES MESURES

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

Systèmes de numérations et codages. Présenté par A.Khalid

Systèmes de numérations et codages. Présenté par A.Khalid Systèmes de numérations et codages Présenté par A.Khalid 2 Plan de la présentation 1. Introduction 2. Nombres binaires Conversion Binaire Décimal Conversion Entier Décimal Binaire Arithmétique Binaire

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Compétence(s) spécifique(s) : Reconnaître des signaux de nature

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 BANQUE D ÉPEUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P E U V E D ÉLECTICITE - ÉLECTONIQUE CODE ÉPEUVE : 968 Tous appareils électroniques interdits (y compris calculatrice) Documents interdits DUÉE DE L ÉPEUVE : 2H30

Plus en détail

FONCTION COMPTAGE BINAIRE ET DIVISION DE FRÉQUENCE

FONCTION COMPTAGE BINAIRE ET DIVISION DE FRÉQUENCE I/ GÉNÉRALITÉS I.1/ Fonction Un compteur binaire est utilisé : -pour compter un certain nombre d'évènements binaires -pour diviser la fréquence d'un signal logique par 2 m Page 1 FONCTION COMPTAGE BINAIRE

Plus en détail