RadioCommunications CDMA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RadioCommunications CDMA"

Transcription

1 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Cours u Conservtoire tionl es Arts et Métiers RioCommunitions CDMA (Version 7) Mihel Terré Eletronique C4 /

2 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Les performnes es systèmes e rioommunitions sont fortement liées ux hoix tehniques qui permettent à es utilisteurs multiples (multi user) 'éer à un nl e trnsmission Ce hoix ruil u système 'ès onerne ussi ien les systèmes e rioommunitions ellulires terrestres (GSM, UMTS) que les systèmes stellitires, ou enfin que les réseux loux sns fils (WiFi, Bluetooth) Ce oument est une introution à l'une es méthoes 'ès multiple sée sur un prtge e l ressoure u moyen e oes 'étlement : Coe Division Multiple Aes (CDMA) Cette méthoe 'ès est issue es trnsmissions étlées utilisées ns le ontexte es trnsmissions militires epuis e nomreuses nnées L'ojetif es premières trnsmissions militires étlées étit e résister u mieux à es rouilleurs nes étroites ou/et e réliser es trnsmission "isrètes" L'utilistion e l'étlement en CDMA répon à un tout utre ojetif, il s'git, en l'ourrene, e mximiser l pité 'un réseu 'ès rio Ce ours pour ut e situer le CDMA pr rpport ux utres fmilles e méthoes 'ès et e préiser les priniples iffiultés qui lui sont inhérentes Introution ux tehniques 'ès multiples Il y plusieurs méthoes pour prtger une ressoure rio entre utilisteurs Une solution simple onsiste à iviser l ne e fréquene en sous nes isjointes et à llouer une sous ne à hque utilisteur Si on introuit le lrgeur totle e l ne e fréquene isponile : B, hque utilisteur peut iélement isposer 'une sous ne e lrgeur : W = B (DSP: Densité Spetrle e Puissne) DSP Sous Bne : W Be Be Be fréquene Bne e fréquene : B - Shém type 'un prtge FDMA - Cette méthoe est ppelée Frequeny Division Multiple Aess (FDMA) Elle est utilisée ns e nomreux systèmes e trnsmissions filires L iffiulté mjeure e mise en œuvre résie ns l séprtion es ifférentes sous nes e fréquene En prtique es ernières ne peuvent ps être jointives et sont séprées pr un intervlle e gre ou ne e gre e lrgeur spetrle W g Eletronique C4 /

3 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Sous Bne : W DSP Bne e gre : W g Be Be Be ' Bne e fréquene : B - Shém 'un prtge FDMA ve ne e gre - fréquene Le nomre réels ' 'utilisteurs qui peuvent prtger l ne B est lors inférieur u nomre iél et s'otient u moyen e l'éqution suivnte : B = ' W ( ' ) W g Si l'on onsière ussi les intervlles e gre ux extrémités e l ne e fréquene l'éqution prééente evient : B = ' W ( ' ) W g Une utre méthoe pour éomposer une ressoure en sous nux lloules à ifférents utilisteurs onsiste à éfinir Tt une urée e trme T t et à éomposer ette ernière en intervlles enore ppelés times slots e urée Ts = DSP Times slots T s slot slot slot temps Trme T t - Shém 'un prtge TDMA - Chque utilisteur qui souhite trnsmettre es onnées se voit llouer un time slot prtiulier ns hque trme Ce système 'ès multiple est ppelé Time Division Multiple Aess (TDMA) Il est fréquemment utilisé pour les trnsmissions rio e voix et e onnées Dns les systèmes e rioommunitions ve les moiles fontionnnt en TDMA, une es priniples iffiultés résie ns le fit qu'il fut synhroniser, sur l même horloge, l'ensemle es terminux et qu'il fut éviter que les pquets e onnées (urs émis pr eux terminux qui utilisent es times slots jents, ne se reouvrent, même prtiellement, à l'rrivée à l sttion e se Pour éviter e type e prolème, il fut prévoir un intervlle e gre, e qui revient à voir une urée u time slot supérieure à l urée u urst émis Eletronique C4 3/3

4 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Times slots T s DSP Durée u Burst temps Trme T t - Shém 'un prtge TDMA ve éli e gre - Rppel sur le GSM : Le système GSM fontionne selon un prinipe e TDMA L trme ure environ 46 ms, elle est ivisée en 8 times slots e 577 µs Un terminl trnsmet 6 its utiles urnt e time slot e 577 µs Le time slot ne "revient" qu'une fois sur 8, 6 its le éit utile nl u terminl est on égl à = 5 3 kits / s Si l'on onsière les intervlles e gre et 8x577µ s les its e l séquene 'pprentissge, on s'perçoit que le time slot "ure" en fit 56 5 its Le éit sur le nl est lors égl à 56 5 its = 7 8 kits / s 8x577µ s Pour les moes 'ès en FDMA ou en TDMA on onstte que le nl est éomposé en sous nux inépennts, hque sous nl étnt lloué à un utilisteur On se retrouve insi ns une pprohe e trnsmission ssez lssique où l iffiulté priniple onsiste à llouer les ressoures lires (sous nes ou times slots) ux utilisteurs Lorsque l'on est onfronté à un système e ommunitions ve e nomreux utilisteurs ynt un trfi sporique 'envoi e pquets e onnées, les ménismes 'llotion e ressoures oivent être ynmiques De tels ménismes sont mis en œuvre ns l'évolution GPRS u GSM Pour éviter 'voir à llouer es ressoures à es utilisteurs on peut imginer un système ns lequel es utilisteurs pourrient émettre simultnément sur une même ne e fréquene Iélement es utilisteurs pourrient tirer létoirement es séquenes u moyen esquelles ils enoerient les its qu'ils oivent trnsmettre Le réepteur pourrit lors "essyer" toutes les séquenes possiles pour "retrouver" les trins inires es ifférents utilisteurs Une telle méthoe 'ès multiple est ppelée Coe Division Multiple Aess (CDMA) Pour simplifier l'exposé e ette méthoe on v se pler ns un moe "lloué" ns lequel les ifférents utilisteurs se verrient llouées es séquenes 'étlement Les séquenes représentent on en quelque sorte les signtures es utilisteurs et elles permettent 'étler leur trfi sur toute l ne e fréquene Les signux es ifférents utilisteurs sont séprés u niveu u réepteur pr orréltion u signl reçu ve les ifférentes séquenes 'étlement Avnt e étiller quelques propriétés u CDMA illustrons son prinipe u moyen 'un exemple simple Eletronique C4 4/4

5 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Le CDMA pr l'exemple Consiérons un s extrêmement simple 'une voie montnte 'un système ellulire terrestre On onsière le s où 4 utilisteurs souhitent utiliser l même ressoure rio pour trnsmettre hun un trin inire ifférent Consiérons, ns un premier temps, que les utilisteurs sont synhronisés en temps lorsqu'ils rrivent à l sttion e se et qu'il n'y ps e élge Doppler Supposons enfin que es 4 utilisteurs ient utilisé les 4 séquenes 'étlement orthogonles suivntes (séquenes e Hmr): Utilisteur n it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : T : temps it it e l'utilisteur n Utilisteur n it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : Utilisteur n 3 it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : T : temps hip T : temps it it e l'utilisteur n 3 séquene létoire e l'utilisteur n Utilisteur n 4 it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : séquene létoire e l'utilisteur n 3 Les éléments es séquenes 'étlement sont ppelés es "hips" Dns et exemple hque séquene est onstituée e 4 hips On introuit lors T qui représente le temps hip et qui est égl, ns le s e l'exemple trité, à un qurt u temps it T = T 4 T Eletronique C4 5/5

6 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Eletronique C4 6/6 On se ple mintennt à l sttion e se, en supposnt les prolèmes e synhronistion résolus et en onsiérnt une trnsmission sns ruit Le signl reçu r urnt un temps it est onstitué pr 4 hips et il s'érit : ( ) ( ) ( ) ( ) r = Pour retrouver le it émis pr un utilisteur, il suffit e orréler e signl reçu pr l séquene utilisée pr et utilisteur Si l'on pren l'exemple u premier utilisteur, on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : $ = On retrouve ien le it émis pr le premier utilisteur Pour le euxième utilisteur on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ Pour le troisième utilisteur on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ Pour le qutrième utilisteur enfin, on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ On onstte ussi que, même si les ifférents utilisteurs sont reçus u niveu e l sttion e se ve es niveux 'énergie très ifférents, les séquenes 'étlement étnt orthogonles et les hînes e trnsmission étnt supposées linéires, l réeption est insensile à es érts e puissne Le s 'éole présenté i-essus est un s iél pour lequel l'opértion e esétlement fontionne prfitement u fit es hypothèses suivntes : - (H ) les hips émis pr les ifférents utilisteurs ont été supposés synhronisés u niveu u réepteur - (H ) uun ruit n' été jouté u signl - (H ) les séquenes 'étlement utilisées étient orthogonles - (H 3 ) uun effet Doppler ifférentiel n' été onsiéré ous llons mintennt remettre en use progressivement toutes es hypothèses iéles et nlyser les égrtions qui vont pprître

7 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Anon e l'hypothèse H Consiérons pour éuter que le euxième utilisteur est élé temporellement 'un temps hip pr rpport ux utres utilisteurs Préisons ussi le séquenement temporel es its émis pr les ifférents utilisteurs Soit insi : l séquene émise pr le premier utilisteur et : les séquenes émises pr les utres utilisteurs ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), Le élge 'un temps hip u euxième utilisteur onuit on à un nouveu signl reçu : ( ( ( t ) ( ( ) ( ( ( ( ( ) ( ( ( ( ( ) ( ( ( ( ( )) r ( = t L orréltion ve l séquene 'étlement e l'utilisteur n onne lors : Anon es hypothèses H et H $( = ( ( t ) ( 4 ( ) Consiérons mintennt le s 'une trnsmission sur un nl ve un ruit ln gussien itif (Aitive White Gussin oise) Le signl reçu s'érit lors : ( ) ( ) ( ( ( ( ( n( t T )) ( ( ( ( ( n( t 3T )) r( = ( ( t ) ( ( n( ( ( ( ( n( t T ) expression ns lquelle n( représente un ruit ln gussien e vrine 4σ On introuit ette vrine 4σ pour prenre en ompte le fit que es éhntillons e ruit représentent un ruit e ensité iltérle e puissne onsiérée sur une ne e fréquene égle à Le signl été "étlé" en le multiplint pr les séquenes e 4 hips T et l ne ne étlée 4 = Le fteur 4 utilisé pour l vrine u ruit truit le fit que l'on onsière le ruit ns ette T T Après esétlement pr l séquene e l'utilisteur n, on otient : $( = ( ( ( t ) ( ) n' ( 4 expression ns lquelle n' ( représente un ruit ln gussien e vrine σ En effet 'est l somme e 4 éhntillons e ruit gussien inépennts et e vrine vrine 6 σ et en ivisnt et éhntillon pr 4, on retrouve une vrine égle à 4σ Cel onuit on à un éhntillon e ruit gussien e σ On peut ussi "omprenre" ette vrine en onsiérnt que l'opértion e esétlement "rmené" le signl ns une ne égle à Cette T Eletronique C4 7/7

8 Conservtoire tionl es Arts et Métiers ivision e l ne pr 4 onuit on, le ruit ynt une ensité iltérle onstnte égle à e l puissne e ruit, à une ivision pr 4 Consiérons mintennt le s prtiulier es its suivnts émis pr les eux premiers utilisteurs : ( =, ( t ) =, ( = On se retrouve lors ve un terme 'interférene "estrutif" û u euxième utilisteur ˆ( = 5 n' ( u lieu e ˆ( = n' (, soit une perte 'un fteur sur l'mplitue ou enore 6 B e perte en puissne Dns eux s sur 4 l'interférene ser nulle, ns un s sur 4 l'interférene ser estrutive (telle qu'elle été érite) et ns un s sur 4 elle ser onstrutive On peut insi, ns e s 'éole extrêmement simple, luler l égrtion e l oure e performnes Dns le s 'une trnsmission sns oge, on otient lors : TEB = Q σ Q σ Anon e l'hypothèse H 3 Le fit e éler un es utilisteurs rompu l'orthogonlité es séquenes 'étlement Or il est onnu que les séquenes orthogonles, lorsqu'elles ne sont plus ien synhronisées ont es pis 'interorréltion qui peuvent être très importnts A titre 'illustrtion on peut onsiérer l troisième et l qutrième séquenes e l mtrie e Hmr e imension 4 Si l'on éle l qutrième séquene 'un hip vers l roite, on se retrouve ve es séquenes ont l'interorréltion est égle à Lorsqu'il n'est ps possile 'ssurer une synhronistion temporelle es émissions es ifférents utilisteurs ve une préision inférieure à 5 % u temps hip, il est préférle 'utiliser es séquenes 'étlement non orthogonles mis ont les pis 'interorréltion sont ornés Cette reherhe e séquenes 'étlement optimles onné lieu à e nomreux trvux e reherhe Prmi les séquenes les plus élères on peut iter les séquenes e Gol [] à vleurs ns { ± } ou les séquenes e Kumr Hmons [] à vleurs ns { ± ± j } Anon e l'hypothèse H 4 Revenons mintennt u s iél e synhronistion prfite et e séquenes orthogonles, mis supposons que es effets Doppler ifférents ffetent les utilisteurs Il pourrit en être insi ns un système stellitire ouvrnt, ve une onstelltion LEO (Low Erth Ori, un ensemle e spots fixes u sol Un stellite pourrit insi voir une vitesse rile très ifférente vis à vis e eux utilisteurs grnement espés ns le spot Eletronique C4 8/8

9 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Supposons qu'un ispositif 'justement e fréquene, isposé sur l hîne e réeption e l'utilisteur n, estime et orrige prfitement le élge Doppler e et utilisteur Il reste lors un élge Doppler ifférentiel entre et utilisteur n prfitement orrigé et les utres utilisteurs Introuisons f /, f 3/, f 4/ es élges Doppler Le signl r( s'érit lors : jπ f ( / t jπ f/ 3t jπ f/ 4t ) jπ f t T j f t T j f t T ( ( ( e / ( ) ( e / ( ) ( e / ( ) π 3 π 4 n( t T ) jπ f t T ( ( e / ( ) jπ f ( ( e / 3 ( t T ) jπ f t e / 4 ( t T ) ( ) n( t T )) jπ f t 3T j f t T j f t T ( t t e / ( ) π 3 t e / 3 ( ) π 3 t e / 4 ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) n( t 3T )) r( = ( ( e ( e ( e n( On onstte lors que les "hips" es utres utilisteurs "tournent" urnt le temps symole et que l orréltion ve l séquene 'étlement e l'utilisteur n ne v ps les nnuler Le Doppler ifférentiel finlement rompu l'orthogonlité es séquenes 'étlement Cette remrque sur l'effet Doppler permet e fire pprître une quntité très importnte, il s'git u prouit f T s En règle générle on peut onsiérer que si les hips "tournent" e moins e quelques egrés (typiquement 3 à 5 ) urnt un temps symole lors l'effet Doppler peut être négligé Ainsi on peut esétler un signl, sns même estimer ni orriger son élge en fréquene f s, tnt que : f T s < Exemple, onsiérons un pquet (urs e 44 symoles BPSK, étlés u moyen 'une séquene e longueur 64 L urée u pquet est égle à 6 ms On on : 3 le temps symole : Ts = 6 = 4 µ s 44 (remrque : on prle plutôt e temps symole que e temps it r e sont en générl les symoles qui sont étlés pr es séquenes létoires Pour l moultion BPSK le temps symole est égl u temps it Pr ontre pour 'utres moultions e n'est ps forément le s Ainsi pour une moultion QPSK le temps symole est égl à eux fois le temps i Ts le temps hip : T = = µ s 64 on peut esétler e signl sns evoir mettre en œuvre une orretion e fréquene tnt que l'ért e fréquene reste inférieur à : f < = 7 Hz 4 µ s On montré quelques prtiulrités u CDMA à trvers une exemple simple Il insi été souligné que le CDMA orthogonl, 'est à ire utilisnt es séquenes 'étlement orthogonles, étit théoriquement très stisfisnt mis emnit es ontrintes e synhronistion en temps et en fréquene très préises Il ussi été montré que lorsque les séquenes 'étlement ne sont plus orthogonles les ifférents trins inires émis pr les utilisteurs interfèrent entre eux Reprenons mintennt une pprohe plus générle es prtiulrités u CDMA Eletronique C4 9/9

10 3 Le CDMA Conservtoire tionl es Arts et Métiers Le prinipe u CDMA ynt été exposé ns l'exemple simple prééent on essier ii e générliser u s 'un système où utilisteurs prtgent une même ne e fréquene Consiérons un utilisteur prtiulier à qui on ttriue l'inie et herhons à évluer l puissne e ruit interférente, ue ux utres utilisteurs 'inies à K, qui v "gêner" l réeption et émoultion e et utilisteur n Soit k s le k ième symole émis pr notre utilisteur e référene L'opértion 'étlement trnsforme e symole en, On note les éléments e l séquene 'étlement : p { p p p } une séquene pi = ± Enfin, les ifférentes séquenes 'étlement { p n } hips k i [, ] i (Pseuo oise) qui n'ont ps e propriétés 'orthogonlité prtiulières = L On onsière ii sont es séquenes létoires, ites P Au niveu u réepteur on reçoit lors le signl suivnt : ri k k K k = n i k i i n= L'opértion e esétlement onsiste à luler le prouit e orréltion e e signl pr l séquene D'où : p En utilisnt lors : et il vient : ou enore : k s l = k s l K k k k k s = pi n i i i i= n= = l ( p ) k k = s pi i k k n = s n n pi i K l k l k n k p i s l pi sn pi i i= n= K k n k k i s pi pi sn pi i i= n= i= i= Trois termes pprissent ns ette éqution : - Le premier terme ( ) k p i s i= est égl à k s - Le euxième terme représente l'interférene es utres utilisteurs Si les séquenes 'étlement sont ssez longues ( >> ), on peut onsiérer que : n pi pi = vn i= Eletronique C4 /

11 L vrile n Conservtoire tionl es Arts et Métiers v est l somme e vriles inomiles { } ± Pr pplition u théorème entrl limite on peut on onsiérer que v n ten vers une vrile létoire gussienne entrée e moyenne nulle et e vrine - Le troisième terme représente une somme e éhntillons inépennts e ruit ln gussien e vrine σ, ette somme est on équivlente à un terme e ruit itif e vrine σ que l'on noter k L vrine u ruit k est finlement égle à σ, elle est plus file que l vrine es ruits k i, e qui est norml r es ruits étient lrge ne et leur puissne étit on égle à l ensité spetrle e puissne e ruit multipliée pr l ne près étlement Pr ontre le ruit k orrespon u ruit ns l ne utile près esétlement L ensité spetrle e puissne est l même mis l ne ynt été ivisée pr ns l'opértion e esétlement on retrouve ien l ivision pr u niveu e l vrine u ruit Cette remrque est importnt en simultion lorsque l'on étuie un système CDMA, pour rester à un niveu fixe e rpport E, il ne fut ps oulier e multiplier les mplitues es éhntillons e ruit omplexes pr e ne pour truire l'effet e l'extension On otient finlement : K k k k k s ˆ = s vn sn n= K Le euxième terme v n étnt ientifile à un ruit ln gussien itif, on peut introuire une ensité e n= puissne iltérle e ruit 'interférene notée I e l même mnière que l'on introuit en générl l ensité e puissne iltérle e ruit thermique Cette prtiulrité u CDMA e trnsformer en ruit ln gussien les signux interférents est très importnte et représente un es grn tout u CDMA En effet, les strutures es ménismes e prise e éision ns les réepteurs sont générlement ptées à e type e ruit lors qu'elles résistent ml à es interférenes qui suivent l même forme 'one que le signl utile Pour poursuivre l'estimtion u rpport signl sur ruit plus interférene en voie montnte, on onsiérer le s 'un ontrôle e puissne prfit pour lequel tous les utilisteurs sont reçus ve l même puissne à l sttion e se, Pour exprimer le rpport signl sur ruit Γ près esétlement, il fut on introuire les quntités suivntes : - Puissne utile reçue près esétlement pr l séquene e l'utilisteur 'intérêt : P s Eletronique C4 /

12 Conservtoire tionl es Arts et Métiers - Puissne interférente P I reçue es K utres utilisteurs e l ellule qui prtgent le time slot ve l'utilisteur 'intérêt : PI = α K Ps (puissne orresponnt u terme K k v n sn n= u éveloppement prééen Le fteur provient u esétlement pr l séquene e l'utilisteur 'intérêt Le oeffiient α truit l'orthogonlité es oes, e oeffiient est égl à ns le s e oes orthogonux et à ns le s e oes sns uune propriétés 'orthogonlité entre eux - Puissne e ruit thermique ns l ne totle e trnsmission (ne utilisée pr les signux étlés) : P th Après esétlement ette puissne est on réuite u fteur e réution e ne ( ), e qui onuit finlement à P th - Puissne 'interférene (ns l ne omplète) vennt éventuellement, ns un système ellulire, es utres ellules u réseu : P Inter Après esétlement, elle evient P Inter Le rpport signl sur ruit est on égl à : Γ = Ps Pth PInter α Γ = Ps Pth PInter α ( K ) Ps ( K ) P s Cette ernière formule permet e mesurer l égrtion pportée pr les signux interférents Si l'on s'en tient à ette première nlyse on peut ssez rpiement s'perevoir que, ès que le nomre 'interférents épsse environ 4, l égrtion est très sensile mis épen ien entenu u point e fontionnement e l moultion utilisée Comprée ux pprohes FDMA ou TDMA pour lesquelles les ifférents signux n'interfèrent ps, il semle que le CDMA n'pporte uun gin e pité Cepennt, l'nlyse omprtive entre les pités que l'on peut ttenre e es ifférentes pprohes ne peut être menée ussi rpiement Plusieurs onsiértions oivent être prises en ompte - Dns un ontexte ellulire terrestre le prolème e l réutilistion e fréquene oit être onsiéré Dns e ontexte les pprohes FDMA ou TDMA imposent es ptterns e réutilistion e fréquene ( /3 /5 /7 ) Pr ontre l'emploi u CDMA peut permettre, à onition e istinguer les ifférentes ellules pr es séquenes ifférentes, e réutiliser prtout les mêmes fréquenes - Si l'on onsière un trfi e voix le fteur 'tivité vole ne peut être mis à profit en FDMA ou TDMA Pr ontre il joue nturellement en fveur u CDMA et il fut moifier l formule proposée pour le prenre en ompte - Les ménismes 'llotion e ressoures "onsomment" une prtie e l pité en FDMA ou TDMA Pr ontre ils peuvent être évités en CDMA On pourrit ojeter qu'il est mlgré tout néessire que eux terminux n'utilisent ps l même séquene 'étlement Cepennt il fut grer à l'esprit qu'une séquene élée 'un hip pr rpport à elle même se omporte omme une séquene totlement ifférente Ainsi on peut imginer un système ve un ertin nomre e séquenes 'étlement possiles ns lequel les terminux émettent en "tirnt" Eletronique C4 /

13 Conservtoire tionl es Arts et Métiers létoirement une e es séquenes Auun ménisme 'llotion e ressoures n'étnt mis en œuvre on peut s'ttenre à un gin e pité On pourrit ontinuer ette liste 'vntges et 'inonvénients ssez longtemps et le ét serit iffiile à lore Il onné lieu à e nomreuses pulitions sientifiques ont les onlusions sont souvent imétrlement opposées On noter simplement ii que l omprison, pour pouvoir être menée e mnière exte, oit intégrer, non seulement les rtéristiques e l ouhe physique (ouhe ISO : moultion, oge, ), mis ussi es ouhes plus hutes, telles que le Meium Aess Control (ouhe ISO : MAC) 4 Formlistion u CDMA Ce prgrphe présente une formlistion u CDMA (pour une moultion BPSK) Les trins inires onsiérés pr l suite ns e polyopié sont à vleurs ns { ± } et non ns { }, On onsière en premier lieu un trin inire noté : ( kt ) expression ns lquelle k représente un entier positif et T représente l urée 'un it, soit on l'inverse u éit R exprimé en its/se : T = R On peut formliser l'opértion 'étlement pr une séquene létoire P (Pseuo oise) e longueur, omme le filtrge u signl inire suréhntillonné pr les éléments e l séquene On introuit insi le signl suréhntillonné : ( it ) ( kt ) si i = k = si i k ve T qui représente le temps hip et T = T Le signl étlé pr les éléments e l séquene p ( T ) p( T ) K K K p( ( ) T ) s'érit lors : e ( nt ) = p( i T ) ) i= (( n i T ) ( k T ) e ( n T ) p( suréhntillonnge filtrge L séquene 'étlement peut être à vleur réelles ns { ± }, on prle lors 'un étlement BPSK Il s'git u s le plus simple et prmi les plus ournts Cepennt l séquene 'étlement peut ussi être à vleurs omplexes, pr exemple ns { ± j} ±, on prle lors 'étlement QPSK On pourrit ussi imginer es séquenes 'étlement à vleurs Eletronique C4 3/3

14 Conservtoire tionl es Arts et Métiers omplexes non quntifiées L'exemple es exponentielles omplexes ser oré ns e ours et une telle pprohe nous onuirit ssez nturellement à l'ofdm Consiérons essentiellement pour l'instnt une séquene 'étlement BPSK On otient lors un trin e hips qui vont être moulés Si on onsière le s extrêmement simple 'une moultion BPSK ve un fontion e mise en forme g (, le signl moulé en ne e se s'otient pr suréhntillonnge et filtrge On introuit lors le signl suréhntillonné e ( mt e ) : ve T e qui représente le temps éhntillon : e ( mt ) e T Te = M ( nt ) Le signl filtré s ( mt e ) éfini u rythme éhntillon, s'érit : e si m = nm = si m nm Q s ( mte ) = g( q Te ) e( mte qte ) q= ( k T ) e ( n T ) s ( mt e ) p( g( suréhntillonnge filtrge (étlemen suréhntillonnge M filtrge (mise en forme) trin inire (-) séquene 'étlement (-----) trin inire étlé trin inire étlé et mis en forme Les trés i essus orresponent à l mise en forme u signl u moyen 'une fontion porte : g g ( q Te ) = si q [, M ] ( q T ) = si q [, M ] e Eletronique C4 4/4

15 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Si on onsière mintennt un filtre g ( en osinus surélevé, πqt e sin T g( qte ) = πqt expression ns lquelle β représente le fteur e rolloff, T e πqt e sin β T βqt e 4 T filtre g( en osinus surélevé Réponse impulsionnelle u filtre en osinus surélevé On otient lors les signux suivnts : trin inire (-) séquene 'étlement (-----) trin inire étlé trin inire étlé et mis en forme Si on onsière mintennt une somme e signux étlés provennt e K trins inires 'utilisteurs ifférents, il est lors néessire e préiser u moyen 'un inie supplémentire j l'pprtenne u trin inire à l'utilisteur Le trin u j ième utilisteur ser lors noté : j ( kt ) Cet utilisteur étler son trin inire u moyen e l séquene p i T ) Le signl CDMA orresponnt ux K utilisteurs s'érir lors : j ( Eletronique C4 5/5

16 Conservtoire tionl es Arts et Métiers K ( mte ) = x s ( mt ) j j= e soit en remplçnt : K Q ( mte ) = g( q Te ) e j (( m q Te ) x ) j= q= ve i= (( n i T ) e ( nt ) = p ( i T ) ) j j j Exemple e signux orresponnt à 8 utilisteurs émettnt hun un trin inire e 6 its utilisteur utilisteur utilisteur 3 utilisteur 4 utilisteur 5 utilisteur Somme es signux es 8 utilisteurs Conlusion Ce ref perçu sur le CDMA permis e préiser ertines e ses priniples rtéristiques Il est ussi possile e présenter les ifférentes tehniques 'ès multiple e mnière unifiée en les représentnt toutes omme une opértion Eletronique C4 6/6

17 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 'étlement pr une séquene létoire Ainsi le TDMA peut être vu omme un s prtiulier u CDMA pour lequel on utiliserit es séquenes 'étlement à vleur ns {, } L séquene u premier utilisteur serit : L elle u euxième utilisteur serit : L et insi e suite jusqu'à l séquene u ième utilisteur : L L'OFDM pourrit pour s prt être vue omme un s e CDMA ve es séquenes 'étlement omplexes, l séquene u premier utilisteur serit lors : elle u euxième utilisteur serit : et insi e suite jusqu'à l séquene u ième utilisteur : j j π π jπ e e L L e j j π π jπ e e L L e j ( ) j ( ) ( ) π π jπ e e L L e C'est insi essentiellement les rtéristiques es séquenes 'étlement qui istinguent les ifférents moe 'ès multi utilisteurs Il resterit plusieurs points à orer pour ompléter et exposé u CDMA, le ontrôle e puissne et l synhronistion es séquenes étnt sns oute eux es plus importnts 6 Annexe : Les séquenes e Hmr Les séquenes 'étlement e Hmr sont es séquenes inires orthogonles qui se onstruisent réursivement à prtir 'une mtrie x e l mnière suivnte : H H H( n) H( n) H =, H4 =, Hn = H H H( n) H( n) ote : Il existe ussi es séquenes e Hmr e tilles multiples e ou e ont le prinipe e onstrution est similire à elui présenté, l ifférene vennt e l mtrie e éprt qui est soit une mtrie x, soit une mtrie x Pour voir le étil e es séquenes utilisez l ommne Mtl :"type hmr" 7 Référenes [] Digitl Communitions, J G Prokis, MGrw-Hill, In, thir e, 995 [] CDMA Priniples of Spre Spetrum Communition, Anrew J Viteri, Aison-Wesley Pulishing Compny, 996 Eletronique C4 7/7

18 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 8 Quelques exeries Chîne e émoultion On onsière que le nl e propgtion est iél u type AWG (Aitive White Gussin oise Chnnel) On note y ( nt e ) les éhntillons u signl reçu orresponnt à l'émission e ( mt e ) s - Erivez le signl y ( nt e ) en fontion u signl émis et u ruit itif que l'on noter n ( s le plus générl possile :, en se plçnt ns le L fréquene 'éhntillonnge en réeption est exte mis l'instnt 'éhntillonnge n'est ps synhronisé ve l'éhntillonnge en émission Il reste un résiu e fréquene porteuse u à un effet Doppler non orrigé 3 Les synthétiseurs 'émission et e réeption ne sont ps en phse - Représentez le shém fontionnel e l hîne e émoultion Etlement QPSK On onsière ii l représenttion suivnte pour illustrer l'étlement u trin inire ( k T ) pr l séquene BPSK p ( i T ) i [, ] Cette représenttion orrespon ux polyopiés prééents insi qu'à l grne mjorité es ouments explitifs u CDMA ( i ) p T ( k T ) e ( n T ) Comme il été préisé u éut e e polyopié, on prt ii 'un trin inire ( k T ) à vleur ns { } BPSK, qui est étlé pr une séquene p ( i ) elle ussi à vleurs ns { } s e forme 'one étlée BPSK/BPSK - représentez les shéms orresponnt ux forme 'one étlées suivntes : BPSK/QPSK QPSK/BPSK QPSK/QPSK - représentez les onstelltions orresponntes à hque forme 'one T ±, on e type ±, on ussi e type BPSK On prle ns e Eletronique C4 8/8

19 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 9 Annexe : progrmmes Mtl orresponnt ux trés es signux étlés %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% % Conservtoire tionl es Arts et Métiers % % M Terré /4/ % % Progrmme Mtl 'ompgnement u ours BE UMTS % %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% ler ll; M=4; % fteur e suréhntillonnge es hips =8; % longueur e l séquene 'étlement L=6; % nomre e its tirés pr le progrmme Te=; % temps éhntillon, plus petit temps e l simu T=M*Te; % temps hip T=*T; % temps it % Tirges létoires it=[ - ]; % trin inire (à rempler pr it=sign(rnn(,l));) P=[ ]; % séquene 'étlement (à rempler pr P=sign(rnn());) % Etlement it=reshpe((it'*[ zeros(,-)])',,*l); % suréhntillonnge it_et=filter(p(,:),,i; % étlement pr filtrge % Mise en forme pr une fontion porte g=ones(,m); % filtre e mise en forme (porte) it_et=reshpe((it_et'*[ zeros(,m-)])',,m**l); % suréhntillonnge it_et_fil=filter(g,,it_e; % mise en forme % Trés u trin, e l séquene, u trin étlé, u trin étlé mis en forme figure() suplot(4,,) plot(it,'r'); hol on plot([:8:length(i],it(:8:length(i),'rx'); suplot(4,,) plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)]); hol on plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)],'x'); suplot(4,,3) plot(it_et,''); hol on plot(it_et,'x'); suplot(4,,4) plot(it_et_fil,''); hol on plot(it_et_fil,'x'); % Mise en forme pr un filtre en osinus surélevé % (5 hips ns le filtre et rolloff=5) g=[ ]; it_et=reshpe((it_et'*[ zeros(,m-)])',,m**l); % suréhntillonnge it_et_fil=filter(g,,it_e; % mise en forme % Trés u trin, e l séquene, u trin étlé, u trin étlé mis en forme figure() suplot(4,,) plot(it,'r'); hol on plot([:8:length(i],it(:8:length(i),'rx'); suplot(4,,) plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)]); hol on plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)],'x'); suplot(4,,3) plot(it_et,''); hol on plot(it_et,'x'); suplot(4,,4) Eletronique C4 9/9

20 Conservtoire tionl es Arts et Métiers plot(it_et_fil,''); hol on plot(it_et_fil,'x'); % Constitution 'un mélnge e signux ler ll; =8; L=6; M=4; H=hmr(); P=sign(rnn()); g=[ ]; it_et_fil_totl=zeros(,*m*l); for i=: it(i,:)=sign(rnn(,l)); % Etlement it(i,:)=reshpe((it(i,:)'*[ zeros(,-)])',,*l); it_et(i,:)=filter(p(i,:),,it(i,:)); % Mise en forme pr une fontion porte it_et(i,:)=reshpe((it_et(i,:)'*[ zeros(,m-)])',,m**l); it_et_fil(i,:)=filter(g,,it_et(i,:)); it_et_fil_totl=it_et_fil_totlit_et_fil(i,:); en; figure(3) suplot(6,,) plot(it_et_fil(,:)); suplot(6,,) plot(it_et_fil(,:)); suplot(6,,3) plot(it_et_fil(3,:)); suplot(6,,4) plot(it_et_fil(4,:)); suplot(6,,5) plot(it_et_fil(5,:)); suplot(6,,6) plot(it_et_fil(6,:)); figure(4) plot(it_et_fil_totl); hol on plot(it_et_fil_totl,'x'); Q Eletronique C4 /

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini 8 Intégrle oule. Suession intégrles simples - Théorème e Fuini Soit R = [, [, (

Plus en détail

NCCI : Conception et calcul initial de poutres mixtes

NCCI : Conception et calcul initial de poutres mixtes NCCI : Coneption et lul initil e poutres mixtes SN022-FR-EU NCCI : Coneption et lul initil e poutres mixtes Ce oument fournit es reommntions reltives à l séletion e poutres mixtes priniples et seonires

Plus en détail

Chapitre 3 Intégrale double

Chapitre 3 Intégrale double Chpitre 3 Intégrle oule Nous llons supposer le pln usuel muni un repère orthonormé (O,i,j). 3. Aperçu e l éfinition formelle e l intégrle oule Soit =[, [, (

Plus en détail

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency XA0101357 IC/IR/2001/8 INTERNAL REPORT (Limite Distriution) Unite Ntions Eutionl Sientifi n Culturl Orgniztion n Interntionl Atomi Energy Ageny THE ABDUS SALAM INTERNATIONAL CENTRE FOR THEORETICAL PHYSICS

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.)

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.) TD : Arres Binires de eherhe (A.B..) Olivier ynud rynud@isim.fr http ://www.isim.fr/rynud ésumé Dns e Td nous proposons trois exeries. Le premier est onsré à l implémenttion du T.D.A. Ensemles dynmiques

Plus en détail

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société 200 er Beilgen XXV. GP - Sttsvertrg - Rhmenüereinkommen in frnzösisher Sprhfssung (Normtiver Teil) 1 von 10 Prémule Convention-re u Conseil e l'europe sur l vleur u ptrimoine ulturel pour l soiété Les

Plus en détail

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced Exemples e questions HERMES 5.1 Avne Tle es mtières 2 Introution 3 Exmen HERMES est un stnr ouvert e l ministrtion féérle suisse. L Conféértion suisse, représentée pr l unité e pilotge informtique e l

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires U.P.S. I.U.T. A, Déprtement Informtique Année 2009-2010 Mthémtiques isrètes Chpitre 4 : reltions inires 1. Générlités Définition Soient E 1, E 2,...E n es ensemles. Une reltion n-ire est l onnée un sous-ensemle

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

TD CHAPITRE 5 : STEREOCHIMIE DES MOLECULES ORGANIQUES

TD CHAPITRE 5 : STEREOCHIMIE DES MOLECULES ORGANIQUES Lefèvre 0-05 CAPITRE 5 : STERECIMIE DES MLECULES RGANIQUES PARTIE / DESCRIPTEURS STERECIMIQUES Ce qu il fut svoir : Notion e hirlité Stéréoisomérie e onfigurtion : énntiomérie et istéréoisomérie Ce qu

Plus en détail

Adiameris. Stratégie d investissement

Adiameris. Stratégie d investissement Aimeris Strtégie investissement B Aimeris Formulire e sousription n Strtégie investissement (à ompléter pr Privte Estte Life) Nom u gestionnire 1. Profil investisseur Les informtions i-essous permettront

Plus en détail

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130 Université e Sherrooe, Déprtement inormtique IGL50 : Méthoes ormelles en génie logiiel, Exmen inl Proesseur : Mr Frppier, Luni 6 éemre 0, 9h00 à h00, lol D-0 Doumenttion permise. Appreil életronique interit.

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

4. Logique séquentielle asynchrone

4. Logique séquentielle asynchrone Liene d Informtique MARSEILLELUMINY. Logique séquentielle synhrone. Introdution.. Représenttion de fontionnement : les étts.. Équivlene et pseudoéquivlene d étts.. Rédution du système.. Attriution de vriles

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

SOMMAIRE. Objectifs de la séance :

SOMMAIRE. Objectifs de la séance : Ojetifs de l séne : d'nlyser le fontionnement d'un système simple de définir le onept de logique progrmmée de iter les rtéristiques fontionnelles d'un système séquentiel de déoder le shém de rordement

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

distance parcourue temps mis pour la parcourir

distance parcourue temps mis pour la parcourir CH IV VITESSE - DEBIT - MASSE VOLUMIQUE - DENSITE RAPPELS DE COURS QUESTION 26 Conversion de m/s en km/h : il fut à l fois onvertir les mètres en kilomètres et les seondes en heures. On : 1 m = 0, 001

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4

LES CONIQUES. 1) Différentes approches des «coniques». page 2. 2) Equation focale d une conique.. page 4 LES CONIQUES Tle des mtières COURS ) Différentes pprohes des «oniques». pge ) Eqution fole d une onique.. pge 4 3) Axe fol de Γ. pge 6 4) Sommets de Γ. pge 6 5) Equtions rtésiennes réduites d une prole.

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR DÉCLRTION CE DE CONFORMITÉ Frint: resse: Délre que: FC S.p.. Vi Benini, 1-40069 Zol Preos BOLOGN - ITLIE L opérteur mo. TM 58 M est onforme ux exigenes essentielles es iretives CEE suivntes: - 73/23/CEE

Plus en détail

Calculs d incertitudes

Calculs d incertitudes Cluls d inertitudes Déinitions - Erreur solue - Inertitude solue Soit l vleur doptée près mesure de l grndeur A. On ppelle erreur solue l diérene entre l vleur vrie n et l vleur mesurée : Erreur solue

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

Automates temporisés

Automates temporisés Automtes temporisés introdution pr un néophyte Prtie I / II Mots et utomtes temporisés Merredi 30 otore 20002 ÉNS Lyon Jérôme DURAND-LOSE jerome.durnd-lose@ens-lyon.fr MC2 LIP - ÉNS Lyon Automtes temporisés

Plus en détail

INFLUENCE DU MODE DE PLANTATION DE CÈDRES 1 + O G (SACS DE POLYÉTHYLÈNE) SUR LEUR REPRISE ET LEUR CROISSANCE INITIALE ÉTUDE MENÉE EN PÉPINIÈRE (1)

INFLUENCE DU MODE DE PLANTATION DE CÈDRES 1 + O G (SACS DE POLYÉTHYLÈNE) SUR LEUR REPRISE ET LEUR CROISSANCE INITIALE ÉTUDE MENÉE EN PÉPINIÈRE (1) INFLUENCE DU MODE DE PLANTATION DE CÈDRES 1 + O G (SACS DE POLYÉTHYLÈNE) SUR LEUR REPRISE ET LEUR CROISSANCE INITIALE ÉTUDE MENÉE EN PÉPINIÈRE (1) J.-Ch VALETTE Les reoisements en région méiterrnéenne

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

PATRICK BONNEL LET UNIVERSITÉ DE LYON, ENTPE, CNRS

PATRICK BONNEL LET UNIVERSITÉ DE LYON, ENTPE, CNRS les Chiers Sientifiques du Trnsport N 55/009 - Pges 97-5 Mr Joly Ctherine Moreny Ptrik Bonnel Motoristion et lolistion : quels effets sur le hoix modl? JEL : C0 O R4 MOTORISATION ET LOCALISATION : QUELS

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Une gamme de formes et de coloris

Une gamme de formes et de coloris Une gmme de formes et de oloris 8 oloris Brun Flmmé Rouge Flmmé Vert Flmmé Rouge Noir Ardoisé Gris Lihen Terre Cuite MASTER 4 oloris Gris Pierre Brun Noyer Ardoisé Brun Liège QUEUE DE CASTOR 4 oloris Ardoisé

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

1ère partie «COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE DEFINITIONS ET TRAITEMENTS DES FONCTIONS BINAIRES. René-Louis VALLEE

1ère partie «COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE DEFINITIONS ET TRAITEMENTS DES FONCTIONS BINAIRES. René-Louis VALLEE O '.v.v.v.v..v.v.v.v. «' V.V.V.V _ _ - -' """ ^ " " REMIER MINISTRE «OMMISSRIT L'ENERGIE TOMIQUE IU (J E -R. 3534 (I) 9. NLYSE INIRE ère prtie EINITIONS ET TRITEMENTS ES ONTIONS INIRES pr René-Louis VLLEE

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

Les langages de programmations.

Les langages de programmations. Communiction technique: L utomte progrmmle industriel (les lngges) Leçon Les lngges de progrmmtions. Introduction : L écriture d un progrmme consiste à créer une liste d instructions permettnt l exécution

Plus en détail

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012 Wieln-Werke AG, 89070 Ulm, Allemgne Février 2012 Conitions générles e livrison 1. Conitions ontrtuelles, roit pplile Nous livrons et fournissons es presttions onformément à notre onfirmtion e ommne érite

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE

BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE Seteur es sienes soiles et humines Division e l éthique es sienes et es tehnologies Design & Proution: Juli Cheftel SHS/EST/EEP/2008/PI/1

Plus en détail

Link Quality Access Point Wireless Power WPS. Guide d installation. Wi-Fi Bridge

Link Quality Access Point Wireless Power WPS. Guide d installation. Wi-Fi Bridge Link Qulity Aess Point Wireless Power WPS Guide d instlltion Le vous permet de onneter sns fil votre modem u déodeur Proximus TV L instlltion dépend du modèle de votre modem. Si vous vez : un modem -ox

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.x Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions e hut niveu pour l onfigurtion e MAfeeMAfee Firewll Enterprise Control Center

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Restauration active d une forêt sèche : Pointe Maa. Analyse statistique des données collectées de 2006 à 2008.

Restauration active d une forêt sèche : Pointe Maa. Analyse statistique des données collectées de 2006 à 2008. Resturtion tive d une forêt sèhe : Pointe M. Anlyse sttistique des données olletées de 2006 à 2008. Rpport n 1/2009 Resturtion tive d une forêt sèhe : Pointe M. Anlyse sttistique des données olletées de

Plus en détail

Questionnaire de législation Permis d animer

Questionnaire de législation Permis d animer Questionnire de législtion Permis d nimer Un jeu réé pr l équipe du entre de loisirs de Lnnilis Vous trouverez dns ette fihe : - L règle du jeu - Les questions et les réponses (ve explitions) - Le ontenu

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Commencer. Guide d'installation rapide HL-4570CDW HL-4570CDWT. l appareil et vérifiez les composants AVERTISSEMENT ATTENTION.

Commencer. Guide d'installation rapide HL-4570CDW HL-4570CDWT. l appareil et vérifiez les composants AVERTISSEMENT ATTENTION. Guie instlltion rpie Commener (UE uniquement) HL-4570CDW HL-4570CDWT Avnt utiliser et ppreil pour l première fois, lisez le présent Guie 'instlltion rpie fin e le onfigurer et e l instller. Pour onsulter

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005 Zelio Logi 2 Interfe de ommunition SR2COM01 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion 11/2005 1606327 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion Aperçu Introdution Le Dossier d'exploittion est un

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll Eition version 8.3.x Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut?

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut? Auteur Agnès Guerrz Dte : Otore 2006 Module : TC2 Test et QCM JAVA Instrutions pour le QCM : Ce Test / QCM sert à vérifier vos onnissnes du lngge jv. Cohez le ou les réponses prmi les hoix proposés, vous

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2 référé ou orne supérieure référent ou orne inférieure COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS shém CE2 CM1 CM2 x : x : Il y 5 fois plus e hises à l ntine que ns l lsse. Il y en 25 ns l lsse. Comien y -t-il

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Recherche de sous-structures arborescentes ordonnées fréquentes au sein de bases de données semi-structurées

Recherche de sous-structures arborescentes ordonnées fréquentes au sein de bases de données semi-structurées Numéro d identifition : U n i v e r s i t é M o n t p e l l i e r I I Sienes et Tehniques du Lnguedo T h è s e pour otenir le grde de DOCTEUR de l Université Montpellier II Disipline Éole Dotorle : Informtique

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Qu'est qu'un ordinateur? Une machine à faire des calculs

Qu'est qu'un ordinateur? Une machine à faire des calculs Qu'est qu'un ordinteur? Une mchine à fire des clculs Une mchine: un ensemle de mécnismes cominés pour recevoir une forme définie d'énergie, l trnsformer et l restituer sous une forme plus ppropriée, ou

Plus en détail

Cours Mathématiques Discrètes IUT Belfort Montbéliard. Pierre-Cyrille HEAM

Cours Mathématiques Discrètes IUT Belfort Montbéliard. Pierre-Cyrille HEAM Cours Mthémtiques Discrètes IUT Belfort Montélird Pierre-Cyrille HEAM 23 septemre 2014 Chpitre 1 Grphes finis orientés 1.1 Premières définitions Un grphe fini orienté est un couple (V, E) où V est un ensemle

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Cours d informtique théorique de M. Arfi FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Université du Hvre Année 2009 2010 Tle des mtières 1 Reltions et lois de composition internes 2 1.1 Reltions.....................................

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE www.nioll.fr TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE Guie e presription GPTAP09 La réglementation fait évoluer votre métier. Lors u protoole e Kyoto en 2005, la Frane s est engagée à ramener ses émissions

Plus en détail

Automates à états fnis Damien Nouvel

Automates à états fnis Damien Nouvel Automtes Automtes à étts fnis Automtes à étts fnis Pln Représenttion des utomtes (FSA) Défnition formelle (DFA) Équivlence DFA / NFA / ε-nfa Licence Informtique L1 Automtes 2 / 30 Automtes à étts fnis

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

Cours 1 - La numération

Cours 1 - La numération Cours - L numértion I - éfinitions I-) Expression générle L se d'un système de numértion représente le nomre d'unités d'un certin rng, nécessires pour former une unité de rng imméditement supérieur. L'ensemle

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail