EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE"

Transcription

1 EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation de soins à améliorer. Etape n 2 : Mettre en place des conditions favorables Constituer un groupe de travail et de réflexions, basé sur des critères de motivation, d expertise et d implication dans la situation de soins. Etape n 3 : Objectif du protocole au sein du service Entre-t-il dans un projet de service Etape n 4 : Elaboration de la procédure L élaboration d un protocole nécessite une réflexion et des réponses communes à quelques questions simples portant sur le cadre d utilisation de la procédure. Le cadre juridique : Quels sont les textes réglementaires relatifs à la prise en charge de la douleur? Les objectifs de la procédure Quel type de douleur et quelle situation de soins voulons nous améliorer? Définir les situations cliniques de mise en place du protocole. Déterminer les situations où l infirmier(e) pourra décider de l application du protocole. Définir les critères d inclusion des patients Définir les limites à l utilisation du protocole : Déterminer les situations qui seront exclues de cette procédure. Déterminer les critères d exclusion des patients Définir le public concerné par ce protocole Qui administre et applique le protocole au sein du service? A qui s adresse ce protocole? Choix des outils d'évaluation : Définir le ou les outils qui seront utilisés : Définir les moments précis de l évaluation Les lieux géographiques? Quels sont les lieux où ce protocole peut être mis en place? Les agents antalgiques : Quels sont les produits médicamenteux utilisés dans ce protocole? Etape N 5 : Rédaction de la procédure Le document doit comporter : Les réponses communes aux questions posées précédemment. La démarche avant d utiliser le protocole ou conduite à tenir infirmière. Etape N 6 : Diffusion - Validation A tous le personnel médical, para médical du service Aux instances de validation (CLUD, DSSI, Cadre Expert ) Au Directeur d établissement, Chef de service de la pharmacie. Etape N 7 : Formation et information du personnel soignant La formation portera sur : L évaluation de la douleur, les outils utilisés, les médicaments, leur surveillance, les effets secondaires. Etape n 8 : Evaluation du protocole CLUD Hôpital TENON AP HP

2 METHODOLOGIE DE MISE EN PLACE D UN PROTOCOLE DOULEUR L élaboration d un protocole est le fruit d une réflexion commune de l équipe infirmière et médicale dans le but d améliorer la prise en charge des patients hospitalisés. Cette réflexion est souvent motivée par la répétition de situations dommageables pour le patient. C est le cas de la prise en charge des soins douloureux. La réalisation d un protocole demande un investissement de toute une équipe, et doit répondre à certaines règles d élaboration. C est pourquoi il nous est apparu utile de créer un guide de réflexion pour les futures équipes, afin de cibler les points importants concernant les protocoles de prise en charge de la douleur. Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation de soins à améliorer par la réalisation d enquêtes épidémiologiques ou de satisfaction. par l analyse des plaintes et l évaluation des pratiques. par une recherche documentaire sur le sujet. Etape n 2 : Mettre en place des conditions favorables Constituer un groupe de travail et de réflexions, basé sur des critères de motivation, d expertise et d implication dans la situation de soin. Membres de l équipe médicale : médecin, chirurgien, anesthésiste. Membres de l équipe soignante : cadre, infirmier(e), aide-soignant. Des experts : cadre expert, référent douleur, directeur du service de soins infirmier Définir des règles de fonctionnement : Etablir un calendrier des rencontres de travail Répartir le rôle et les tâches de chacun Fixer un échéancier CLUD Hôpital TENON AP HP

3 Etape n 3 : Elaboration de la procédure L élaboration d un protocole nécessite une réflexion et des réponses communes à quelques questions simples portant sur le cadre d utilisation de la procédure. Le cadre juridique Quels sont les textes réglementaires relatifs à la prise en charge de la douleur? Les décrets de compétences infirmiers : Ex : articles 2, 5 et 8 du décret n du 11 février 2002 Les textes ministériels : Plan de lutte contre la douleur Ex : Circulaire DGS/DH n 98/586 du 22 septembre 1998 Circulaire DGS/DH/DAS/n 99/84 du 11 février 1999 Plan de lutte contre la douleur Ex : Circulaire DHOS/E2 n 266 du 30 avril 2002 Les recommandations des sociétés savantes. Ex : Recommandations de la SFAR (Société Française d Anesthésie Réanimation) Recommandations de la SOFRED (Société Francophone d Etude de la Douleur) Recommandations de la SFETD (Société Française d Etude et de Traitement de la Douleur) Les indicateurs de démarche qualité Ex : Recommandations ANAES (Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation de la Santé) Objectifs de la procédure Quel type de douleur et quelle situation de soin voulons nous améliorer? Définir le type de douleur que l on veut prendre en charge : Ex : - Accès douloureux aigu engendré par les soins ou de survenue brutale - Définir quel soin - Douleurs chroniques.(douleur neuropathique, douleur d ischémie, douleur de la crise drépanocytaire, douleur du membre fantôme ) S interroger sur la définition de ces différentes douleurs, comment les reconnaître? Ex : - les caractéristiques de cette douleur, la fréquence, les circonstances de survenue CLUD Hôpital TENON AP HP

4 Définir les situations cliniques de mise en place du protocole. Déterminer les situations où l infirmier(e) pourra décider de l application du protocole. Ex : En fonction - des objectifs fixés précédemment, - de l évaluation de la douleur - du contexte Définir les critères d inclusion des patients Ex : Selon - l âge, la pathologie, - l intensité et les caractéristiques de la douleur Définir les limites à l utilisation du protocole : Déterminer les situations qui seront exclues de cette procédure. Déterminer l arrêt d utilisation du protocole Ex : - lorsqu une évaluation médicale faite suite à l utilisation du protocole - en cas d apparition d effets secondaires Déterminer une conduite à tenir face aux effets secondaires Ex : - règles d utilisation du Narcan Déterminer les critères d exclusion des patients Ex : - Altération de l état général du patient, - Refus du patient à recevoir un antalgique - En cas de contre indication de l agent antalgique choisi Définir le public concerné par ce protocole Déterminer qui administre et applique le protocole au sein du service? Ex : - Tous les infirmiers et infirmières du service - Le personnel exerçant de façon provisoire dans votre service - Les équipes de suppléance - Le personnel déplacé d un autre service d hospitalisation Déterminer à qui s adresse ce protocole? Ex : - A tous les patients hospitalisés dans votre service - Au patient seulement hébergé dans le service de façon provisoire CLUD Hôpital TENON AP HP

5 Choix des outils d'évaluation : Il est recommandé d utiliser le même outil d évaluation pour un même patient. Afin que chaque intervenant ait le même langage Définir le ou les outils qui seront utilisés : Ex : - En fonction de la population concernée (patients communicants ou non, adulte ou enfant) - En fonction des habitudes de services Définir les moments précis de l évaluation Ex : - En fonction du traitement donné (au moment du pic d action des agents antalgiques) - En fonction du soin (avant, pendant, après) Les outils d évaluation Pour les patients communicants : les échelles d auto évaluation L échelle visuelle analogique (EVA), L échelle numérique (EN). L échelle verbale simple (EVS), Pour les patients non communicants : Les échelles d hétéro évaluation Echelle DOLOPLUS Echèlle ECPA Echelle comportementale simple En fonction des produits médicamenteux utilisés, une surveillance spécifique s impose, nécessitant des outils d évaluation appropriés. Evaluation de l état de vigilance du patient Echelle de sédation (EDS SO : patient éveillé S1 : patient somnolent par intermittences, facile à réveiller S2 : patient somnolent la plupart du temps, éveillable par stimulations verbales S3 : patient somnolent la plupart du temps, éveillable par stimulations tactiles Evaluation de l état respiratoire du patient Echelle de la fréquence respiratoire (FR) RO : respiration régulière, normale, fréquence > 10/min R1 : ronflement, fréquence > 10/min R2 : respiration irrégulière, obstruction, tirage, 8/min < fréquence < 10/min R3 : pauses respiratoires, fréquence < 8/min Les lieux géographiques Quels sont les lieux où ce protocole peut être mis en place? Déterminer les locaux, les salles d hospitalisation. Cette procédure peut-elle s appliquer à un patient relevant de votre service mais hospitalisé de façon provisoire dans un autre secteur d activité? CLUD Hôpital TENON AP HP

6 Les agents antalgiques Quels sont les produits médicamenteux utilisés dans ce protocole? Par l intermédiaire du protocole, les médecins et le chef de service autorisent, selon des critères bien définis et sous leur responsabilité, l infirmier(e) à délivrer un produit médicamenteux. Le choix des traitements se fera en fonction de l objectif de la procédure, parmi : Les différents antalgiques proposés selon les paliers de l OMS. Ex : paracétamol, anti-inflammatoires, morphiniques associés,.. Les différents antalgiques proposés dans le traitement de douleurs spécifiques. Ex : traitements des douleurs neuropathiques. Les différents traitements d analgésie ou d anesthésie préventive. Ex : le protoxyde d azote, les crèmes et spray d anesthésie locale Pour chacun des produits, il faut : Préciser le mode d administration et la posologie. Définir les effets secondaires et la surveillance qui en découle. Elaborer des fiches de gestion des effets secondaires Lister les contre indications à l utilisation du traitement. Connaître les délais et pics d action, afin d évaluer au bon moment l efficacité des produits utilisés. Déterminer un arbre décisionnel à l utilisation des différents produits en fonction de l évaluation du score de douleur. Etape N 4 : Rédaction de la procédure Le document doit comporter Les réponses communes aux questions posées précédemment. Ex : -Le titre et l objet de la procédure. - Le cadre juridique avec les références. - Les noms des membres ayant participé à son élaboration et sa rédaction. - Les noms, fonctions et signatures des approbateurs. - Les dates de rédaction, de validation, de diffusion et de révision. - Le domaine et les limites d application. - la description des outils d évaluation. - Les indications, contre-indications et surveillance des traitements. La démarche avant d utiliser le protocole ou conduite à tenir infirmière. Ex : - La reconnaissance de la situation de soin - L évaluation de la douleur - Le choix selon l arbre décisionnel, du traitement à administrer -La recherche des éventuelles contre indications à son utilisation -L évaluation de l efficacité du traitement de façon claire Il est important, au sein du groupe, d élaborer une conduite à tenir infirmière de façon à ce que la prise en charge soit homogène. CLUD Hôpital TENON AP HP

7 Exemple de conduite à tenir infirmière : relative à la circulaire DGS/DH/DAS N 99/84 A ) Le recueil de données : Un interrogatoire auprès du patient va permettre de préciser : La ou les localisations de la douleur : afin de cibler l endroit douloureux, d en suivre le trajet, éventuellement de retrouver un point déclenchant cette douleur. Les circonstances de survenue : le jour, la nuit, à la mobilisation, suite à un choc. Le patient connaît peut-être les facteurs déclenchant cette douleur ou les modérant. Le diagnostic initial d après le patient : Le patient a peut être déjà ressenti ces douleurs avant son hospitalisation ex : migraine, crise de coliques néphrétiques La connaissance ou non d un traitement antalgique efficace pour lui. La notion d intolérance à un produit donné, susceptible d être utilisé. Les signes d accompagnement de cette douleur : les signes généraux (la prise du pouls, de la pression artérielle, l observation du comportement et du faciès, sueur, pâleur, crispation ) Evaluation de l état psychologique du patient, de ses degrés d anxiété. La connaissance ou non d une maladie associée insuffisance hépatique, rénale, respiratoire, asthme Une recherche dans le dossier de soins est indispensable pour : Suivre l évolution de la douleur. S assurer de la présence ou non de prescriptions antérieures. Rechercher toute notion d intolérance, d allergie et ou de contre-indication à l utilisation de produits médicamenteux antalgiques. B ) Utilisation des outils d évaluation du score de douleur Le choix de l outil d évaluation parmi ceux préconisés dans la procédure se fera en fonction du degré de compréhension du patient et de sa capacité à s'auto-évaluer ou non. C) Mise en œuvre du traitement : Le choix du produit et la voie d administration se feront selon l évaluation de la douleur initiale. D) Surveillance et évaluation de l efficacité du traitement : Cela a pour but d effectuer le suivi et le réajustement des actions entreprises. E ) Transcription de l observation sur un support : (dossier soins, feuille spécifique ) permettant l accessibilité par l équipe soignante des informations recueillies afin de mettre en place une démarche thérapeutique. CLUD Hôpital TENON AP HP

8 Rapport écrit de mise en œuvre de la procédure Comme le notifie la circulaire DGS/DH/DAS N 99/84 du Les actes effectués par l infirmier(ère) doivent faire l objet de sa part et dès que possible d un compte rendu écrit, daté, signé et remis au médecin. Dans ce contexte, l élaboration d une fiche de recueil de données et de surveillance à insérer dans le dossier de soins du patient peut être envisagée, permettant une traçabilité des actes effectués lors de la mise en pratique de la procédure. Etape N 5 Diffusion. Validation. Le document devra être diffusé à : Tous les membres de l équipe soignante (cadre, infirmier(e) du service. Tous les membres de l équipe de suppléance si l autorisation leur est donnée d utiliser ce protocole. Tous les membres de l équipe médicale. La validation des protocoles de soins : Cadre général de mise en place d un protocole de soins en référence à la circulaire N 99/84 du 11/02/1999 Les protocoles de soins sont : Obligatoirement datés et signés par le médecin responsable et le cadre de santé du service. Validés par l ensemble de l équipe médicale, le pharmacien hospitalier et par le directeur du service de soins infirmiers. Elaborés conjointement par les personnels médicaux et infirmiers impliqués dans leur mise en œuvre. Diffusés à l ensemble du personnel médical et non médical du service, au directeur de l établissement au directeur du service des soins infirmiers et au pharmacien hospitalier. Les documents doivent être remis à chaque nouveau personnel dès son arrivée Accessibles en permanence dans le service Evalués et réajustés si nécessaire, et dans ce cas, re datés et signés Revus au moins une fois par an. Revalidés à chaque changement de l un des signataires et rediffusés. Etape N 6 Formation et information du personnel soignant : La mise en place de ce protocole ne peut passer que par une information générale à tout le personnel soignant de l existence du document au sein du service. Une formation destinée à chaque utilisateur doit être envisagée. Par exemple : Celle ci peut porter sur les thèmes suivants : - Connaissance des mécanismes de la douleur afin de déterminer le type de douleur - Connaissance des outils d évaluation et de leur maniement. - Connaissance des produits antalgiques mécanismes d action surveillance effets secondaires Etape n 7 Evaluation du protocole Refaire un état des lieux Evaluer la satisfaction des patient et des soignants Réajuster le protocole CLUD Hôpital TENON AP HP

9 EXEMPLE DE STRATEGIE THERAPEUTIQUE ET ARBRE DECISIONNEL Reconnaissance de la douleur par un interrogatoire du patient : Ce qui permettra de localiser et de mesurer l'intensité douloureuse à l'aide d'échelles de mesure (EVA, EVS, DOLOPLUS) Rechercher s'il n'y a pas de contre indications connues : Atteinte hépatique sévère Atteinte rénale sévère Antécédent de troubles gastriques Allergie et/ou intolérance aux produits susceptibles d'être utilisés Interaction médicamenteuse ( patient sous aspirine ou anti-inflammatoire) PATIENT NON-PERFUSE PATIENT PERFUSE En première intention Si EVA <à 4 - EVS = à 1 - DOLOPLUS de 0 à 1 Traitement Per os Donner en une prise Efféralgan codéiné : 2 cps Traitement Parentéral Perfuser en 15 mn 1 gr de Perfalgan Evaluation du score de douleur dans l heure qui suit avec la même échelle Persistance de la douleur ou augmentation Si EVA <à 4 - EVS = à 1 DOLOPLUS de 0 à 1 Si patient < 70 ans et > 40 kgs Donner en une prise perfuser en IVL 100 mg de Profénid P.O 100 mg de profénid IV Si patient >70 ans et < 40 kgs Donner en une prise perfuser en IVL 50 mg de Profénid P.O 50 mg de profénid IV NE PAS FAIRE DE PROFENID SI LE PATIENT RECOIT DEJA UN TRAITEMENT D AINS OU ASPIRINE ou si CONTRE INDICATIONS Evaluation du score de douleur dans l heure qui suit avec la même échelle Douleur intense et/ ou échappement aux autres traitements Si EVA > à 4 -EVS = à 2 ou 3 DOLOPLUS à 2 ou 3 Avant et pendant tout traitement morphinique surveiller les paramètres suivants F. Respiratoire > à 12 b/ mn - Tension Artérielle > à 100 Echelle de sédation = à 0 ou 1 Si patient < 70 ans et > 40 kgs Injecter en sous cutanée 10 mg de morphine Si patient > 70 ans et/ou < 40 kgs Injecter en sous cutanée 7.5 mg de morphine Evaluation du score de douleur dans l heure qui suit avec la même échelle Si EVA toujours > à 4 EVS = à 2 ou 3 Rajouter 2.5 mg de morphine en sous cutanée PUIS ARRET DU PROTOCOLE => APPEL DU MEDECIN CLUD Hôpital TENON AP HP

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L'ELABORATION D'UN PROTOCOLE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L'ELABORATION D'UN PROTOCOLE CLUD de l'hôpital Tenon - octobre 2001 EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L'ELABORATION D'UN PROTOCOLE SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l'état des lieux Identifier la situation de soins à améliorer. Etape n 2 : Mettre

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER

EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER EXERCICE INFIRMIER SELON LE DÉCRET N 2002-194 DU 11 FEVRIER 2002 RELATIF AUX ACTES PROFESSIONNELS ET A L EXERCICE DE LA PROFESSION D INFIRMIER DSCSI- SY/GL/MB 1 I INTRODUCTION I 1 HISTOIRE Loi de 1978,

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Caractère complexe de la douleur Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Le patient est le seul expert pour évaluer sa douleur Une douleur exprimée doit toujours être prise en compte, même

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET 2015-2018 et Promotion VAN GOGH 2015-2016CG - Douleur - Promotion 2013-2016 Votre expérience en

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE. Edith LARDERET Carole BONIFAZZI Charlotte FREDONNET

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE. Edith LARDERET Carole BONIFAZZI Charlotte FREDONNET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Edith LARDERET Carole BONIFAZZI Charlotte FREDONNET INTRODUCTION But de ce travail:analyser la pratique de la prise en charge de la douleur

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN2 Généralisation 2014 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Service de douleur aiguë

Service de douleur aiguë Service de douleur aiguë Olivier.m@chu chu-toulouse.fr Quintard M. Delbos A. Keita Meyer H. ETAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR POSTOPERATOIRE 8 000 000 de français sont opérés chaque année

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6 Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale L esprit de service Paris XII Cahier des charges Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale surveillance et ablation d un cathéter péri nerveux Matériel employé: la pompe PCA ambit TM du

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST?

LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST? LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST? Il s agit d une carte en papier cartonné réalisée, testée et diffusée par l Union Régionale des Médecins Libéraux de la Réunion (URMLR)

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR 1 Profil des répondants et provenance des réponses Nombre de répondants au 20 décembre 2013 : 1 277 établissements et services. Taux de réponse

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir

Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir Dr Djallel SELLAMI (1), JL CHABERNAUD (2), S. RACINE (1), A. JURET (3), N. LETELLIER (1) (1) SAMU - SMUR 28, Centre Hospitalier

Plus en détail

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la Mme C. Toulouse, Centre Huguenin- St Cloud 1. Présentation du geste

Plus en détail

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean

EVALUATION EXTERNE 2014. RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean EVALUATION EXTERNE 2014 RESTITUTION pour les EHPAD du Centre Gériatrique Desaint- Jean 1 L évaluation externe : Rappels Le rapport d évaluation externe doit être envoyé avant le 1 er janvier 2015 aux tutelles

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

une collaboration fructueuse

une collaboration fructueuse Pharmaciens - Soins palliatifs une collaboration fructueuse Docteur Hervé MIGNOT Equipe d Appui Départementale en Soins Palliatifs de l Indre mai 2007 Le Réseau de Soins Palliatifs en Région Centre EADSP

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN

RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN RÈGLEMENT SUR LES NORMES RELATIVES AUX ORDONNANCES FAITES PAR UN MÉDECIN Loi médicale (chapitre M-9, a. 19, 1 er al., par. d) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1. Le présent règlement a pour objet de fixer

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire?

Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire? Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire? Groupe de travail du comité opérationnel «douleurs liées aux soins» 1 La douleur Définition de l IASP: «La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Plan Qui peut en beneficier?? Comment explorer la demande?? Modalités pratiques du sevrage??

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2

4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2 4 EPP à mener au CRF dans le cadre de la V2 Choix des thèmes: lors d une réunion d encadrement au CRF en août 2005 Identification des thèmes à partir du manuel d accréditation ANAES ( références 45 : Les

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Evaluation douleur personne

Evaluation douleur personne Evaluation douleur personne âgée avec troubles cognitifs Dr N. SAFFON Equipe Résonance Douleur, soins palliatifs, soins de support CHU Toulouse Fondamentaux de l évaluation Rôle propre du soignant A adapter

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus)

Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus) Les logiciels de réanimations : Quelles fonctionnalités pour quel service (Réanimation, Soins Intensifs, Unité de Soins Continus) Fabrice Hérault : DSI CHRU LILLE Agenda Les grandes fonctionnalités attendues

Plus en détail

Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )*

Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )* Dossier de presse des 50 ans Doliprane (paracetamol )* Quelle définition pour la douleur La douleur est une «expérience sensorielle et émotionnelle désagréable» Elle exprime une réaction de l organisme

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail